SlideShare une entreprise Scribd logo
Actualités Juridiques & Fiscales
2016
par les notaires et les
experts comptables de
Dunkerque
Accueillis le 1er février 2016
par la CCI Cote d’Opale – Agence de Dunkerque
Ouverture
2
Philippe THOOR
Président de l’Union des notaires de
Dunkerque
Philippe DUPORTAIL
Président de l’Union locale des experts comptables
de la région dunkerquoise
3
Une conférence animée par :
Valérie Drouart – Notaire
Philippe Duportail – Expert-comptable
Olivier Farthouat - Notaire
Emmanuel Mathieu – Expert-comptable
Jean-Philippe Petit – Expert-comptable
Philippe Thoor – Notaire
5
SIMPLIFICATION DES RÈGLES POUR LES
CESSIONS DE FONDS DE COMMERCE
Deux Types De Mesures Sont Prises
Par La Loi Macron
 S I
Philippe THOOR – Notaire
Concernant le formalisme de la
cession de fonds de commerce
_Suppression de l’obligation de publier la cession
de fonds de commerce dans un Journal
d’Annonces Légales
Entrée en vigueur
Cessions effectuées à compter du 8 août 2015
_Seule demeure obligatoire la publicité d’un avis
au B.O.D.A.C.C.
6
7
L’opposition des créanciers du vendeur
au paiement du prix de vente :
Peut désormaisêtre faite par lettre
recommandée avec accusé de réception.
Concernant l’obligation d’information
des salariés en cas de cession d’une
entreprise de moins de 250 salariés
Rappel de quelques règles posées par
la loi du 31 juillet 2014 (loi HAMON)
Entrée en vigueur le 1er novembre 2014
La loi MACRON du 6 août 2015 a limité
l’information uniquement aux cas de
vente du fonds de commerce
8
Les délais pour informer les salariés
Deux mois avant la signature de l’acte de vente
La preuve de l’information
Par tout moyen de nature à rendre certaine la date de sa
réception
La sanction du défaut d’information
Une amende civile dont le montant ne peut excéder 2%
du montant de la vente
9
Cession de Fonds de Commerce Art. 97 LFR 2015
_Réduction du délai d’indisponibilité du prix de cession
d’un fonds de commerce
Hypothèse 1 : en l’absence de transmission au fisc d’un avis de vente
Jusqu’au 31 décembre 2015
Depuis le 1 er
janvier 2016
Parution
BODACC
Absence d’avis de
vente transmis au fisc
(Art. 201 du CGI)
Délai de
solidarité
fiscale
Total
15 jours 45 jours +/- 3 mois +/- 150 jours
Parution
BODACC
Absence d’avis de
vente transmis au fisc
(Art. 201 du CGI)
Délai de
solidarité
fiscale
Total
15 jours 60 jours 90 jours 165 jours
10
Cession de Fonds de Commerce Art. 97 LFR 2015
_Réduction du délai d’indisponibilité du prix de cession
d’un fonds de commerce
Hypothèse 2 : en cas de transmission au fisc d’un avis de vente
Jusqu’au 31 décembre 2015
Depuis le 1 er
janvier 2016
Parution
BODACC
Délai de solidarité fiscale Total
15 jours 90 jours 105 jours
Avis de vente transmis
au fisc (Art. 201 du CGI)
Délai de solidarité
fiscale
Total
+/- 7 jours 3 mois +/- 97 jours
11
Cession de Fonds de Commerce Art. 97 LFR 2015
_Possibilité d’étaler le paiement de l'impôt sur la plus-value
réalisée par une entreprise individuelle
Quand ?
En cas de cession d'une TPE (moins de 10 salariés et chiffre d'affaires
ou total bilan inférieur à 2 M€) avecun crédit vendeur
Quelle plus-value ?
La plus -valueà long terme
Sur quelle durée ?
Durée du crédit vendeur, sans pouvoir dépasser 5 ans
Les échéances du versement de l’impôt suivent les modalités
de paiement du prix de cession. Quid en cas de défaut de paiement
du prix par le cessionnaire ?
À quelles conditions ?
Taux d’intérêt légal au jour de la demande
Constitution de garanties «propres à assurer le recouvrement del’impôt »
Entrée en vigueur
Cessions effectuées à compter du 1 er
janvier 2016
13
La déclaration d’insaisissabilité
14
Technique de cloisonnement
des patrimoines
_Qui peut faire une déclaration
d’insaisissabilité ?
Toute personne physique
Sont exclus les gérants de société
_Quels biens sont concernés par la
déclaration d’insaisissabilité ?
Les immeubles
A l’exception des parts de société civile immobilière
15
Durée de la déclaration d’insaisissabilité
Limites de la déclaration d’insaisissabilité
16
Formalités de la déclaration
d’insaisissabilité
Doit être établie par acte notarié
ATTENTION : Depuis la loi MACRON, la
résidence principale de l’entrepreneur est
insaisissable de droit
17
19
LOI PINEL DU 18 JUIN 2014
LOI MACRON DU 6 AOUT 2015
Réforme des baux
commerciaux
Olivier FARTHOUAT – Notaire
Objectif :
_Locataire: plus grande
protection
_Bailleur: risque de
diminution de la rentabilité
de son investissement
20
Volonté du législateur :
21
• Maîtriser les hausses de loyer
• Equilibrer les relations
bailleur/locataire
• Faciliter l’implantation de nouveaux
commerces
• Simplifier les règles de
fonctionnement du bail
1. Déplafonnement
Régime antérieur à la loi PINEL : loyers commerciaux
déplafonnés en cas de modifications notables des
caractéristiques du local considéré, de la destination
des lieux, des obligations respectives des parties et
des facteurs locaux de commercialité
fixation à la valeur actuelle du loyer.
Loi PINEL : déplafonnement à la valeur locative du
loyer : pas d’augmentation supérieure pour une
année à 10% du loyer acquitté au cours de l’année
précédente.
Si augmentation supérieure à 10% du montant payé
l’année précédente : étalement dans le temps de sa
réévaluation.
Application : baux conclus ou renouvelés à partir du
1er septembre 2014.
22
2. Révision des loyers
Constat : indice du coût de la
construction déconnecté des chiffres
d’affaires des commerçants
Nouvel indice obligatoire : indice des
loyers commerciaux (ILC), calculé
selon l’indice des prix à la
consommation et l’indice du chiffre
d’affaires du commerce de détail
Application : baux conclus ou
renouvelés à partir du 1er Septembre
2014
23
3. Etat des lieux
Obligation pour les parties d’établir un
état des lieux contradictoire et amiable.
A défaut, établi par huissier à la demande
de la partie la plus diligente, frais partagés
par moitié
Joint au contrat ou conservé par chacune
des parties
Application : prises de possession d’un
local à partir du 1er Septembre 2014
24
4. Inventaire des charges,
impôts et taxes
Obligation d’établir dans le bail un
inventaire précis et limitatif des
charges, impôts, taxes et redevances
liés au bail, ainsi que leur répartition
entre le propriétaire et le locataire.
Bailleur : obligation d’adresser chaque
année à son locataire un état
récapitulatif de ces charges, impôts et
taxes
25
Liste des charges, impôts, taxes et
redevances supportés obligatoirement
par le bailleur : décret en Conseil d’Etat:
Grosses réparations et honoraires
Impôts dont le redevable légal est le
propriétaire; exceptions taxe foncière
et impôts liés à l’usage du local
Honoraires du bailleur liés à la gestion
des loyers ou de l’immeuble
26
5. Etat des travaux
_Ancien régime : répartition des charges afférentes
aux travaux pas obligatoire Code Civil et
usages
_Nouveau régime : dans le bail, puis tous les 3 ans, le
bailleur doit adresser à son locataire :
Etat récapitulatif des travaux réalisés dans les 3
années précédentes, et coût
Etat prévisionnel sur 3 ans des travaux à réaliser,
budget prévisionnel, répartition de ces charges
Liste des dépenses supportées obligatoirement par
le bailleur : décret en Conseil d’Etat
27
_Preneur :
Résiliation triennale : lettre recommandée
avec accusé de réception ou exploit
d’huissier
Résiliation en cas de bail reconduit
tacitement : uniquement exploit d’huissier
_Bailleur : uniquement exploit d’huissier
_Application : depuis le 8 août 2015
_Rappel : bail commercial renouvelé tacitement en fin de
période bail à durée indéterminée ; résiliation à tout
momentpar chacune des parties
6. Forme du congé
28
7. Cession de baux ou de fond
de commerce: garantie de
paiement des loyers
_Ancien régime : garantie solidaire du paiement
des loyers entre le cédant et le bénéficiaire,
possible jusqu’à l’expiration du bail
_Cette garantie était dangereuse pour les
cédants
_Nouveau régime : clause de garantie solidaire
pour une durée de 3 ans maximum
_Application : depuis le 19 juin 2014 – discussion
sur l’application des baux en cours
29
8. Baux dérogatoires : dits
de courte durée
_Loi PINEL : allonge la durée des baux de courte
durée de 2 à 3 ans
_Application : baux conclus ou renouvelés à
partir du 1er septembre 2014
Rappel : à l’issue du bail dérogatoire, si le
locataire reste durant un mois dans les lieux
nouveau bail, obligatoirement
commercial, pour neuf ans
30
9. Nouveau droit de préemption
du locataire en cas de vente du
local commercial
_Droit de priorité pour le locataire : en cas de
vente du local dans lequel il exploite son fond
de commerce
_Information du locataire par lettre
recommandée AR
_Durée : un mois
_Second droit de préférence en cas de vente à
un prix plus avantageux
_Application : 1er décembre 2014
31
SCI ET ASSOCIE MINEUR
Etat de la situation
_Depuis la réforme de l’administration légale des
mineurs : disparition de la distinction entre
l’administration légale pure et simple et
l’administration sous contrôle judiciaire
_Hypothèses : emprunt avec constitution de
sûreté sur l’immeuble social ; vente d’un
immeuble social
33
Exercice du droit de vote?
Deux parents associés :
Vote avec intervention du juge
Deux parents non associés :
Accord : vote sans intervention du juge
Deux parents :
Désaccord : voteavec intervention du juge
Un parent associé :
Vote avec intervention du juge
Un parent non associé :
Vote sans intervention du juge
Attention : maintient critère de l’intérêt de l’enfant
Rappel : compétence pour un mineur : Tribunal de Grande Instance
34
35
 FISCALITÉ DES PARTICULIERS
 FISCALITÉ DES ENTREPRISES
Philippe DUPORTAIL – Expert-Comptable
Emmanuel MATHIEU - Expert-Comptable
Jean-Philippe – Expert-Comptable
Imposition
des particuliers
36
Jean-Philippe PETIT – Expert comptable
Barème
Décote
Plafonnement du quotient familial
Dématérialisation
Retenue à la source
CITE
Cessationforcée du mandat social
Revenuminimum d’activité
Réduction d’impôt Madelin
Mise en perspective
_Rappels : l’an passé -> Loi de finances pour 2015 (art. 2)
Suppression de la 1ère tranche d’imposition
Tranche au taux de 5,5 %
• Revenuspar part compris entre 6 011 € et 11 991 €
Abaissement de la 2e tranche d’imposition
Tranche au taux de 14 %
• Revenuspar part à compter de 9 690 €
Aménagement de la décote
Revalorisation des tranches
Barème revalorisé de 0,5 % pour l’imposition des revenus de 2014
37
Mise en perspective
_Cette année -> Loi de finances pour 2016 (art. 2)
Revalorisation du barème de l’IR
Les limites des 5 tranches sont revalorisées de 0,1 %
• Hausse prévisible des prix hors tabacde l’année
• Y compris le plafonnement des effets du quotient familial et les
déductions pour certaines charges de famille
Renforcement du mécanisme de la décote
Relèvementdelalimited’application
• Différenciation en fonction de la situation familiale
• Baisse de l’IR pour les contribuables modestes
Mise en place du prélèvement à la source de l’IR
A compter du 1 er
janvier 2018
38
Mise en perspective
39
Impositiondes
revenus de 2012
Impositiondes
revenus de 2013
Impositiondes
revenus de 2014
Impositiondes
revenus de 2015
Taux
d’imposition
Inférieur à 5 964 € Inférieur à 6 012 € Inférieur à 9 690 €
Inférieur à 9 700
€
0 %
De 5 964 €
à 11 896 €
De 6 012 €
à 11 991 €
5,5 %
De 11 897 €
à 26 420 €
De 11 992 €
à 26 631 €
De 9 690 €
à 26 764 €
De 9 700 €
à 26 791 €
14 %
De 26 421 €
à 70 830 €
De 26 632 €
à 71 397 €
De 26 764 €
à 71 754 €
De 26 791 €
à 71 826 €
30 %
De 70 831
à 150 000 €
De 71 398 €
à 151 200 €
De 71 754 €
à 151 956 €
De 71 826 €
à 152 108 €
41 %
Supérieur
à 150 000 €
Supérieur
à 151 200 €
Supérieur
à 151 956 €
Supérieur
à 152 108 €
45 %
A compter de l’imposition des revenusde 2011 : contribution exceptionnelle sur les hauts
revenus
RFR > 250 000 € ou 500 000 € selon la situation familiale du contribuable
IRPP : la décote
_Rappels
Loi de finances pour 2014
Relèvement de la limite d’application de la décote
• Pour 2013 : 1 016 €
• Décote = 508 € - cotisation IR/2
_Loi de finances pour 2015 (art.2)
Renforcement de la décote
Relèvement de la limite d’application avec différenciation en fonction de
la situation familiale
• 1 135 € personnes seules
• 1 870 € couples mariés ou pacsés
Modification du calcul
• Décote = Limite d’application – cotisation d’IR
40
IRPP : la décote
_Loi de finances pour 2016 (art. 2)
Renforcement de la décote
Modification du calcul
• Décote = 1 165 – ¾ de la cotisation d’IR (personnes seules)
• Décote = 1 920 – ¾ de la cotisation d’IR (couples mariés ou
pacsés)
• Décote plus importante pour les contribuables en ayant
bénéficié l’année dernière
Relèvement de la limite d’application (exprimée en impôt avant décote)
• De 1 135 € à 1 552 € pour les personnes seules
• De 1 870 € à 2 559 € pour les couples mariés ou pacsés
41
Exemple: Pour une
imposition de 2,000 €
au titre du foyer
Décote
42
Plafonnement des effets du quotient familial
_Rappels
Plafonnement des effets du quotient familial
Plafond fixé à 2 336 € en 2011 pour chaque demi-part
Abaissement du plafond à 2 000 € pour 2012
Abaissement du plafond à 1 500 € pour 2013
Plafond fixé à 1 508 € pour 2014
_Loi de finances pour 2016 (art. 2)
Relèvement du plafond de 0,1 %
Plafond général fixé à 1 510 € pour 2015
Plafonds spécifiques
• Célibataires, divorcés, séparés vivant seuls
• 3 558 € pour le 1er
enfant à charge
43
Déclaration des revenus en ligne obligatoire !
44
_Loi de finances pour 2016 (art. 76)
Souscription obligatoire de la déclaration des revenus par voie électronique
pour les contribuables équipé d’un accès à Internet
Mise en place progressive
• En fonction du revenu fiscal de référence (RFR) de N-2
Non-respect de l’obligation de télé déclaration
Amende forfaitaire de 15 € par déclaration ou annexe
Paiement dématérialisé
45
_Loi de finances pour 2016 (art. 76)
Généralisation du paiement dématérialisé des impôts sur rôle
Mise en place progressive
• En fonction du montant des impositions
• Auparavant,obligatoire si montant > 30 000 €
Prélèvementsopérés par le Trésor public
Paiement dématérialisé
46
_Loi de finances pour 2016 (art. 76)
Généralisation du paiement dématérialisé des impôts sur rôle
Impositions concernées
• Impôt sur le revenu
• Y compris les prélèvementssociaux et l’ISF (patrimoine compris entre1,3
M€ et 2,57 M€)
• Taxe d’habitation
• Taxes foncières
• Et impositions suivantles mêmes règles
• Contributionà l’audiovisuel public
Non-respect de l’obligation de paiement dématérialisé
Majoration de 0,2 %
• Minimum de 15 € à compter du 1er
janvier 2016
Prélèvement à la source
47
_Loi de finances pour 2016
Mise en place du prélèvement à la source
Objectif
• Supprimer le décalage d’un an entre la perception du revenuet le paiement
de l’impôt
• Réduire les difficultés de paiement de l’impôt en cas de variation de
revenusou de changement de situation
• Simplification pour les contribuables
Réforme présentée au Parlement avant le 1er
octobre 2016
• Traduction législative d’ici fin 2016
• Large consultation conduite en 2016 sur les modalités de mise en œuvre
Mise en œuvreeffectiveau 1er
janvier 2018
• Principes fondateursmaintenus
• Progressivitéde l’IR, conjugalisation et familialisation (quotient familial) et
imputation des RI et CI
• Confidentialité des éléments de calcul et simplicité de collecte
• Déclaration d’ensemble des revenus
CITE : Crédit d’impôt pour la Transition Energétique
Rappels 2015
Modification du CIDD, devenu le CITE, pour les dépenses payées
depuis le 1er septembre 2014
Suppression du bouquet de travaux
Mise en place d’un taux unique : 30 % pour toutesles dépenses éligibles
Deux nouvelles dépenses éligibles
• Compteurs individuels pour le chauffageet l’eau chaude
sanitaire
• Bornes de recharge des véhiculesélectriques
Pour certains travaux : Entreprise agréée RGE
Dépenses acquittées jusqu’au 31 décembre2015
48
CITE : Crédit d’impôt pour la Transition Energétique
_Loi de finances pour 2016 (art. 106)
Prorogation du CITE jusqu’au 31 décembre 2016
Exclusions
Chaudières à condensation(Seules les dépenses d’acquisition de
chaudière à hauteperformance énergétique ouvrentdroit désormais au
CITE)
Equipements de production d’électricité utilisant l’énergie éolienne
Mise en place d’un dispositif anti -abus
Vise les équipements mixtes Équipements intégrant un équipement utilisant
l’énergie radiativedu soleil (panneaux photovoltaïques) et un équipement
utilisant l’énergie solaire thermique
Instauration d’un plafond de dépenses spécifique aux équipements mixtes
• Le CITE s’applique sur le coût total de l’acquisition de
l’équipement mixte dans la limite
• D’unesurface de capteurssolaires fixée par arrêté
• Et après application d’un plafond de dépenses par mètre
carré de capteurssolaires
49
CITE : Crédit d’impôt pour la Transition Energétique
_Loi de finances pour 2016 (art. 106)
Formalisme de la facture
Visite préalable des travaux soumis à des critères de
qualification
Visite préalable à l’établissement du devis
• L’entreprisedoit valider l’adéquation des équipements,
matériaux ou appareils au logement
Mention de la date de la visite sur la facture
50
Les indemnités de cessation forcée du mandat
social
_Loi de finances pour 2016 (art. 3)
L'article 3 de la loi remplace les limites d'exonération des
indemnités de cessation forcée des fonctions versées
aux mandataires sociaux et aux dirigeants par une limite
unique d'exonération fixée à 3 fois le plafond annuel de
la sécurité sociale (Pass) (CGI art. 80 duodecies, 2
modifié) et imposables dans la catégorie des traitements
et salaires pour le surplus (soit au-dessus de 114 120 €
pour celles perçues en 2015 et au-dessus de 115 848 €
pour celles perçues en 2016).
Rappelons qu'en cas de cumul d'un contrat de travail et d'un
mandat social, le Conseil d'Etat (notamment CE 30-12-2009 n°
316730 : TS-II-19922) avait jugé qu'il convenait d'appliquer les limites
(alors en vigueur) non pas à chaque indemnité (indemnité de
licenciement et indemnité de cessation forcée du mandat social)
mais au montant total de celles-ci.
51
Les indemnités de cessation forcée du mandat
social
_Loi de finances pour 2016 (art. 3)
Les dispositions du présent article complètent l'article 8
de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2016
qui a limité à 5 fois le Pass le seuil au-delà duquel les
indemnités de cessation forcée du mandat social sont
totalement assujetties à cotisations de sécurité sociale,
à CSG et à CRDS. Cette mesure s'applique aux
indemnités versées au titre d'une cessation forcée
notifiée à compter de 2016
52
Indemnités de cessation forcée
d’un mandat social
2015 (R. 2014) 2015 2016 (R. 2015) 2016
IR Cotisations sociales IR Cotisations sociales
Dans la limite de
6 PASS, le plus élevé
des montants:
2 x la rémunération
annuelle brute
50% du montant de
l’indemnité versé
Exonération dans
la limite de 2 PASS
à condition que
l’indemnité ne
dépasse pas
10 PASS
Limite unique
de 3 PASS
Exonération dans
la limite de 2 PASS
à condition
que l’indemnité
ne dépasse pas
5 PASS
53
Imposition des entreprises
54
Philippe DUPORTAIL – Expert Comptable
Déduction exceptionnelle 40 % Macron
Amortissement exceptionnel
- Imprimante 3D
- Robot
Crédit d’impot « Restaurateur »
Déduction exceptionnelle en faveur
de l'investissement (suramortissement Macron)
_Déduction du résultat imposable d’une somme égale
à 40% de la valeur d’origine de certains biens acquis
entre le 15 avril 2015 et le 14 avril 2016
_Quelles entreprises ?
Activité industrielle, commerciale, artisanale ou agricole,
ou personnes morales passibles de l'impôt sur les sociétés
Et imposées d’après un régime réel
_Quelles modalités d’investissement ?
Acquisition
Fabrication par l’entreprise
Contrat de location et contrat de crédit-bail
55
Déduction exceptionnelle en faveur
de l'investissement (suramortissement Macron)
56
DÉDUCTION
FISCALE
PAS DE
DÉDUCTION
FISCALE
INVESTISSEMENTS
BIENS ÉLIGIBLES À
L’AMORTISSEMENT
DÉGRESSIF
AUTRES BIENS
• MATÉRIELS ET OUTILLAGES DE TRANSPORT,
SATELLITES DE COMMUNICATIONS
• MACHINES DE BUREAU
• INSTALLATIONS DE SÉCURITÉ, MÉDICO-
SOCIALES, DE MAGASINAGE ET STOCKAGE
• IMMEUBLES ET MATÉRIELS HÔTELIERS
• BÂTIMENTS INDUSTRIELS DONT LA DURÉE
NORMALE D'UTILISATION ≤ 15 ANS
• EQUIPEMENTS ET BÂTIMENTS LÉGERS DES
EXPLOITATIONS AGRICOLES
• MATÉRIELS ET OUTILLAGES
- INDUSTRIELS DE FABRICATION OU DE
TRANSFORMATION (SAUF TRANSPORT)
- DE MANUTENTION
- DE RECHERCHE SCIENTIFIQUE OU
TECHNIQUE
• INSTALLATIONS
- ÉPURATION EAUX ET ASSAINISSEMENT
ATMOSPHÈRE
- PRODUCTION
VAPEUR/CHALEUR/ÉNERGIE
Déduction exceptionnelle en faveur
de l'investissement (suramortissement Macron)
_Fait générateur
Transfert de propriété, fabrication ou signature du contrat
de locationou de crédit-bail entre le 15 avril 2015
et le 14 avril 2016
_Règles de calcul de la déduction
La déduction est égale à 40% de la valeur d'origine
des biens, hors frais financiers
Répartition linéaire sur la durée normale d'utilisation des biens
_Bénéfice du régime : décision de gestion
(tout oubli sur votre première déclaration vaut renonciation)
57
Extension du dispositif de déduction
supplémentaire de 40%
Aux poids lourds peu polluants
Poids lourds de plus de 3,5 tonnes fonctionnant
exclusivement au gaz naturel ou au biomasse
Acquis entre le 1er janvier2016 et le 31 décembre 2017
La déduction est pratiquée sur la durée normale
d'amortissement
S'agissant des biens donnés en crédit-bail
la déduction est répartie sur douze mois
58
Amortissement exceptionnel sur 24 mois
_Amortissement exceptionnel des équipements
de fabrication additive (imprimante 3D)
Équipements acquis entre le 1er octobre 2015
et le 31 décembre 2017
_Régime d’amortissement exceptionnel
des robots des PME
Prorogation du dispositif jusqu’au 31 décembre 2016
Amortissement possible sur les 24 mois à compter de la mise en service de
l’immobilisation
RéservéauxPMEausenscommunautaire
59
Crédits d’impôt en faveur des entreprises
_Crédit d'impôt maître restaurateur
Extension aux entreprises dont un salarié a obtenu le titre de maître
restaurateur
Le salarié doit être titulaire d'un CDI ou d'un CDD de 12 mois minimum
Recentrage sur les dépenses d'investissement
Les dépenses courantes ne sont plus éligibles à l'exception des dépenses
d'audit externe permettant de vérifier le respect du cahier des charges
Suppression de certaines dépenses
 Dépenses vestimentaireset de petit équipement pour le personnel
 Dépenses de formation du personnel à l'accueil, à l'hygiène, à la sécurité,
aux techniques culinaires à la maîtrise de la chaîne du froid, aux tests
microbiologiques
Entrée en vigueur : dépenses engagées à compter du 1er janvier
2016
60
Groupes
de sociétés
Emmanuel Mathieu – Expert Comptable
Intégration Fiscale
Prix de transfert
Intégration Fiscale
_Rappels
Quote-part de frais et charges sur produits de
participation
Neutralisation de la quote-part pour la détermination
du résultat d’ensemble
• Produits ouvrant droit au régime mère-fille
• Versés par une autre société du groupe
• Après le 1er exercice d’intégrationde la
société distributrice
Exclusion des produits versés par des sociétés non
membresdu groupe intégré
• Exclusion des sociétés non résidentesqui ne
peuventêtre membres du groupe
62
Intégration Fiscale
_Loi de finances rectificative pour 2015 (art. 40)
Mise en conformité du régime de groupe
Suppression de la neutralisation de la quote -part de frais et charges
Abaissement du taux de la quote -part de frais et charge
• Taux de 1 % (en cas d’IF) (le taux reste à 5% si non option à l’IF
• Sur la déclaration individuelle et non sur la déclaration
d’ensemble
• Pour les dividendes éligibles au régime mère-fille
• Perçus d’autressociétés du groupe
• Ou perçus de sociétés établies dans l’UE ou l’EEE
• Qui rempliraient les conditions pour être membres du
groupe si elles étaient établies en France
Entrée en vigueur
• Exercices ouvertsà compter du 1er
janvier 2016
63
Taxe
sur la valeur ajoutée
Ventes à distance
Philippe DUPORTAIL – Expert Comptable
Régime des ventes à distance
_Rappels
Régime particulier des ventes à distance
1er
cas : Ventesà distance à partir de la France (art. 258 A CGI)
• Jusqu’à un certain seuil
• Ventessoumises à la TVA française
• Au-delà de ce seuil, ventessoumises à la TVA de l’Etat d’arrivée
• Le vendeur doit donc s’immatriculer dans l’Etat d’arrivéeet
y déposer les déclarations de TVA
2nd
cas : Ventesà distance à destination de la France (art. 258 B CGI)
• Jusqu’à 100 000 €, ventessoumises à la TVA du pays du vendeur
• Au-delà de 100 000 €, ventessoumises à la TVA française
• Le vendeur doit donc s’immatriculer en France et y déposer
les déclarations de TVA
65
Régime des ventes à distance
Régime particulier des ventes à distance
Ventes à distance à partir de la France
• Seuils par pays
66
Pays Seuil Pays Seuil
Belgique 35 000 € Luxembourg 100 000 €
Bulgarie 70 000 BGN Hongrie 35 000 €
Croatie 270 000 HRK Malte 35 000 €
République tchèque 1 140 000 CZK Pays-Bas 100 000 €
Danemark 280 000 DKK Autriche 35 000 €
Allemagne 100 000 € Pologne 160 000 PLN
Estonie 35 000 € Portugal 35 000 €
Irlande 35 000 € Roumanie 118 000 RON
Grèce 35 000 € Slovénie 35 000 €
Espagne 35 000 € Slovaquie 35 000 €
Italie 35 000 € Finlande 35 000 €
Chypre 35 000 € Suède 320 000 SEK
Lituanie 35 000 € Royaume-Uni 70 000 GBP
Régime des ventes à distance
_Loi de finances pour 2016 (art. 9)
Abaissement du seuil de 100 000 € à 35 000 €
Vise les ventes à distance à destination de la France
• Objectifs
• Alignement sur le seuil applicable dans la plupart des autres
pays de l’UE afin de taxer plus justement la consommation
finale
• Réduire les distorsions de concurrenceentre les opérateurs
établis en France ou dans l’UE dans le commerce sur
Internet
Entrée en vigueur
Les livraisons dont le fait générateur intervient à compter du 1 er
janvier 2016
67
Lutte contre
la fraude fiscale
Emmanuel Mathieu – Expert Comptable
• CIR : Création d’un comitéconsultatif
• TVA : Fraudes « Carrousel »
• Caisses enregistreuses et logiciels permissifs
Comité consultatif du crédit d’impôt recherche
_Création d'un comité consultatif
du crédit d'impôt recherche
Présidé par un conseiller d‘État
Composé d'un agent de l'administration fiscale
Et d'un agent du ministère chargé de la recherche
et/ou d'un agent du ministère chargé de l'innovation
Le comité peut comprendre un expert indépendant
(n’a pas eu à connaitre du litige) disposant des compétences
techniquesnécessaires
_Fonctionnement du comité consultatif
du crédit d'impôt recherche
Saisine : contribuable ou administration
Avis à caractère consultatif
_Entrée en vigueur : aux propositions
de rectification adressées à compter du 1er juillet 2016
69
Fraude à la TVA
_Sanctions des fraudes « Carrousel » étendues
aux prestations de services
Ledispositifcomprend:
La non-déduction de la TVA
La solidarité de paiement de la TVA omise
L’application de la procédure de flagrance
70
Fraude à la TVA
_Rappels
Fraude carrousel de TVA
L’acheteur savait ou ne pouvait ignorer qu’il participait à une
fraude consistant à ne pas reverser la TVA due à raison de cette livraison
de bien
Pas de déduction de la TVA en présence d’une telle fraude
• Pour les livraisons de biens
• Les prestations de servicesne sont pas visées par le CGI
(article 272, 3 du CGI)
La charge de la preuve pèse sur l’administration
• Preuveau moyen d’éléments objectifs ou d’un faisceau d’indices
Article 283-4 bis du CGI : l’acheteur est solidairement tenu au
paiement de cette taxe avec le vendeur pour
Les livraisons de biens
Les prestations de services
Ces deux dispositions sont exclusives l’une de l’autre
71
Fraude à la TVA
_Rappels
Fraude carrousel de TVA
L’acheteur savait ou ne pouvait ignorer qu’il participait à une
fraude consistant à ne pas reverser la TVA due à raison de cette livraison
de bien
Pas de déduction de la TVA en présence d’une telle fraude
• Pour les livraisons de biens
• Les prestations de servicesne sont pas visées par le CGI
(article 272, 3 du CGI)
La charge de la preuve pèse sur l’administration
• Preuveau moyen d’éléments objectifs ou d’un faisceau d’indices
Article 283-4 bis du CGI : l’acheteur est solidairement tenu au
paiement de cette taxe avec le vendeur pour
Les livraisons de biens
Les prestations de services
Ces deux dispositions sont exclusives l’une de l’autre
72
Fraude à la TVA
_Loi de finances rectificative pour 2015 (art. 91)
Les prestations de services sont désormais expressément visées par
le texte qui interdit le droit à déduction
En présence d’une fraude carrousel, la TVA n’est pas déductible au niveau
de l’acheteur qu’il s’agisse
• De livraisons de biens
• De prestations de services
Entrée en vigueur
Opérations dont le fait générateur intervient à compter du 31 décembre
2015
73
Fraude à la TVA
_Détecter le schéma de fraude « Carrousel »
_Indices concernant les caractéristiques du fournisseur
_
- numéro de TVA intracommunautaire du fournisseur invalide.
_
- société de création récente, inconnue au registre du commerce et des sociétés ou en
cours d'immatriculation ;
_
- changements statutaires successifs, récents, non expliqués par la situation économique
apparente de l'entreprise ;
_
- société réalisant des opérations sans rapport ou éloignées de son activité habituelle ou
de celle mentionnée dans ses statuts;
_
- absence de publication des comptes ;
_
- société intervenant dans des secteurs sensibles aux fraudes à la TVA de type carrousel :
secteurs des composants électroniques, de la téléphonie mobile et du matériel électro-
ménager, hi-fi et vidéo, textile, métaux précieux, etc. ;
_
- société située à une adresse de domiciliation, en France ou à l'étranger ;
_
- nombre de salariés et moyens matériels (stockage, logistique, bureaux) sans rapport
avec les pratiques usuelles du secteur concerné.
74
Fraude à la TVA
_Détecter le schéma de fraude « Carrousel »
_Indices concernant les caractéristiques de la transaction, du
contrat et de la facturation
_ - le prix de la transaction anormalement inférieur au prix du marché ;
_
- le numéro de téléphone sur liste rouge ou le simple numéro de fax mentionné sur
la facture;
_
- l'absence d'indication de contact commercial ou contact difficilement
identifiable ;
_
- le démarchage par un apporteur d'affaires ou un intermédiaire pour une mise
en relation avecdes fournisseurs inconnus ;
_
- l'absence de relations directes avecle gérant statutaire;
_
- le libellé très succinct de la facture;
_
- l'importance du montant de l'acompte par rapport au montant total facturé ou
l'absence d'acompte alors que le montant facturéest élevé ;
_
- l'absence de délai laissé pour le règlement ;
_
- l'absence de documents relatifs à la livraison des marchandises ;
_
- la vente« départ » ;
_
- le circuit de facturation différent du schéma de livraison.
75
Fraude à la TVA
_Logiciels ou systèmes de caisses sécurisées et certifiées
pour lutter contre la fraude
Obligation d'utilisation d'un logiciel ou système de caisse sécurisé
à compter de 2018
Sanctions : amende et régularisation
Amende de 7 500€ par logiciel ou système de caisse pour lequel
le certificat ou l'attestation fait défaut
Obligation de régulariser la situation dans un délai de 60 jours à compter
de la remise ou de la réception du procès-verbalconstatant
le manquement
 Si la situation est régularisée dans les 30 jours à compter
de la remise ou de la réception du procès-verbalpar l'assujetti, l'amende
ne sera pas appliquée
 Si aucunejustification n'est produite dans le délai de 60 jours,
une nouvelle amende de 7 500€ se cumulera avecla précédente
Intervention administrative pour exercer le contrôle
Contrôle inopiné dans les conditions habituelles
76
Fraude à la TVA
_Logiciels ou systèmes de caisses sécurisées et certifiées
pour lutter contre la fraude - Loi de finances pour 2016
(art. 88)
Sont visées les entreprises qui enregistrent les règlements de leurs
clients avec l’un des dispositifs suivants
Logiciel de comptabilité
Logiciel de gestion
Système de caisse
Ces logiciels ou systèmes doivent satisfaire à des conditions
d’inaltérabilité, de sécurisation, de conservation et d’archivage des
données
Conditions justifiées par
• Délivranced’un certificat par un organisme accrédité
• Ou attestation individuelle de l’éditeur établie sur un modèle
fournit par l’administration
77
Actualité relative
aux plus-values
de cession de titres
Jean-Philippe PETIT – Expert Comptable
Régimes de cession de titres détenus en direct
_À compter du 1er janvier 2014, les plus-values de cession
de titres sont imposées sans exception
Soit selon le régime de droit commun
Soit selon le régime incitatif
Régime de droit commun
Abattement de la PV de cession pour durée de détention
des titres cédés :
• moins de 2 ans de détention : 0% d’abattement
• entre 2 ans et 8 ans de détention : 50% d’abattement
• plus de 8 ans de détention : 65% d’abattement
Imposition
de la PV
au barème
progressif
de l’IR
Régime incitatif
Abattement, pour durée de détention des titres cédés, de la PV
de cession, (i) de titres dans le cadre intrafamilial, (ii) de titres dans
le cadre du départ à la retraite du dirigeant de PME ou (iii) de titres
de PME de moins de 10 ans :
• moins de 1 an de détention : 0% d’abattement
• entre 1 an et 4 ans de détention : 50% d’abattement
• entre 4 ans et 8 ans de détention : 65% d’abattement
• plus de 8 ans de détention : 85% d’abattement
Pour les chefs de petites entreprises partant à la retraite :
abattement complémentaire de 500 000€
79
IR
Régime Général Régime Incitatif
• 23,96%
• 6,75%
• 22,25%
• 26,25%
• -5,1% x 45%
abat.
PS
CEHR
N+1
Net
IR • 45%
• 32,96%
• 15,75%
• 31,25%
• 35,25%
• -5,1% x 45%
abat.
PS
CEHR
N+1
Net
Exemple d’une PV au RG et RI
avec plus de 8 ans de détention
• 45%
80
Détermination du gain net :
décision du Conseil d’État du 12 novembre 2015
L’abattement pour durée de détention est applicable
aux plus-values nettes d’après la décision CE n°390265
du 12 novembre 2015
Cette décision du Conseil d’État du 12 novembre 2015
annule les commentaires administratifs, relatifs à l’application
des abattements pour durée de détention aux moins-values
en considérant qu’il s’agit de dispositions nouvelles, et non
de commentaires explicatifs
En conséquence, si des MV ont été constatées depuis
le 1er janvier 2013 et imputées après application de l’abattement
pour durée de détention sur titres, il convient de déposer
une réclamation contentieuse avant le 31 décembre de la
deuxième année suivant la mise en recouvrement du rôle
81
Détermination du gain net :
décision du Conseil d’État du 12 novembre 2015
_L’an passé, nous vous expliquions la position de
l’Administration :
82
Monsieur X cède en 2013 des titres de son portefeuille de
valeurs mobilières et réalise ainsi une plus-value de 10.000
€ sur des titres acquis l’année dernière.
Une moins-value de 10.000€ sur des titres acquis en 2002
Economiquement, il n’a ni gagné, ni perdu…
Fiscalement, il est imposable sur une plus-value de 10.000€
sans abattement et pourra déduire une moins-value de
3.500€ (65% d’abattement), soit une plus value nette
imposable de 6.500€…
83
L’ACCESSIBILITE DES
PERSONNES HANDICAPEES
AUX LOCAUX
PROFESSIONNELS ET
COMMERCIAUX
 S I
Valérie Drouart – Notaire
Accessibilité : Introduction
_La loi du 11 février 2005 et dernièrement l’ordonnance du 26
septembre 2014 déterminent le cadre législatif des AGENDAS
D’ACCESSIBILITE PROGRAMMEE : Ad’AP
_
Le principe est que tout local doit être accessible à tous.
_
_La notion d’accessibilité concerne tous les handicaps et non pas
seulement les handicaps moteurs.
_
_Des aménagements sont donc nécessaires pour les usagers en
fauteuil roulant et plus largement les personnes à mobilité réduite.
_
_Cependant il en va de même pour les personnes atteintes de
déficience visuelle ou auditive ainsi que pour les personnes atteintes
de déficience cognitive ou psychique.
_
_Les établissements recevant du public (ERP) sont donc concernés
par cette législation, quelque soit leur taille.
84
Accessibilité : Introduction
_L’accessibilité se décline dans les points suivants :
_
L’accès au bâtiment
L’accès à l’information
L’accès à la communication
L’accès aux prestations
_
_Pour les ERP neufs, la construction devraêtre accessible
dans le cadre du montage du dossier de construction.
_
_Pour les ERP existants, cet objectif peut parfois être difficile
à réaliser. Il existe des possibilitésde dérogations mais la
dérogation ou les dérogations ne pourrons concerner
que des points précis et pas les autres.
_
_Il n’existe pas de dérogation totale
85
Accessibilité : LES DIFFERENTES CATEGORIES D’ERP
_L’accessibilité se décline dans les points suivants :
_
Un ERP peut donc être considéré comme conforme même si son
accessibilité n’est pas totale et universelle.
_
_Sont considérés comme ERP tous les bâtiments, locaux et
enceintes dans lesquels des personnes sont admises , soit
librement, soit moyennant rétribution ou une participation
quelconque, ou dans lesquels sont tenues des réunions
ouvertes à tout venant ou sur invitation payantes ou non,
sachant que toute personne autre que le personnel fait
partie du public.
86
Accessibilité : LES DIFFERENTES CATEGORIES D’ERP
_
_Les ERP sont classés en 5 catégories.
_
_Ces catégories sont classées par les seuils suivants :
_
1ère catégorie : ERP accueillant plus de 1500 personnes
2ème catégorie : plus de 700 personnes
3ème catégorie : plus de 300 personnes
4ème catégorie : moins de 300 personnes et au-dessus d’un seuil
variable selon le type d’ERP
5ème catégorie : en dessous de ce seuil variable
_
_Les locaux qui sont implantés dans un centre commercial
sont classés dans la même catégorie que celle du centre
commercial généralement en première catégorie.
87
Accessibilité :
LES OBLIGATIONS PAR CATEGORIES D’ERP au 1 er
janvier 2015
_
_Locaux accessibles au 1er janvier 2015
_
_Au 1er janvier 2015, les ERP classés en catégories 1,2,3,4 doivent
respecter les prescriptions techniques d’accessibilité applicables au
neuf pour chaque mètre carré du bâtiment
_
_Au 1er janvier 2015, les ERP classés en 5ème catégorie doivent
respecter les prescriptions techniques d’accessibilité applicables au
neuf dans au moins une partie de l’établissement.
_
_Dans ce cas, toutes les prestations de l’établissement doivent
pouvoir être délivrées dans cette partie accessible, laquelle doit
être la plus proche possible de l’entrée.
_
_Au 31 décembre 2014, les locaux accessibles devaient le faire savoir
en envoyant une attestation d’accessibilité à laquelle est jointe
toute pièce certifiant de cette accessibilité.
_
_Les autres ERP qui ne sont pas accessibles devaient donc élaborer
et déposer un agenda d’accessibilité programmée (Ad’AP)
88
Accessibilité :
LES OBLIGATIONS PAR CATEGORIES D’ERP au 1 er
janvier 2015
_
_Locaux non accessibles au 1er janvier 2015 : Ad’AP avant
le 27 septembre 2015
_
_Tous les ERP dont les locaux professionnels libéraux, qui ne
sont pas accessibles au 1er janvier 2015 doivent entrer
dans le dispositif des AGENDAS D’ACCESSIBILITE
PROGRAMMEE (Ad’AP) AVANT le 27 septembre 2015 et
élaborer un agenda de mise en accessibilité de leurs
locaux et prestations.
_La durée d’un agenda Ad’AP ne peut excéder trois ans
pour un ERP de 5ème catégorie.
_
_Les ERP de la 1ère à 4ème catégorie peuvent
éventuellement étaler la réalisation des travaux sur 6 ans.
Dans tous les cas, les travaux devront être étalés et
commencer dès la première année.
89
Accessibilité : PROCEDURES ADMINISTRATIVES
_
_Quelles sont les démarches à respecter afin de s’assurer
du respect de la loi du 11 février 2005 et l’ordonnance du
26 septembre 2014 ?
AVANT LE 27 SEPTEMBRE 2015
Cas numéro 1 : mon ERP répond aux normes d’accessibilité
_
_Si mon ERP était accessible avant le 1er janvier 2015, je
transmets au plus vite en préfecture et à la commission
communale pour l’accessibilité, une ATTESTATION
D’ACCESSIBILITE (et justificatifs)
_
_JE SUIS EXEMPTE D’Ad’AP
_
90
Accessibilité : PROCEDURES ADMINISTRATIVES
_
_Quelles sont les démarches à respecter afin de s’assurer du respect de
la loi du 11 février 2005 et l’ordonnance du 26 septembre 2014 ?
AVANT LE 27 SEPTEMBRE 2015
_
Cas numéro 2 : mon ERP ne répond pas aux normes d’accessibilité
_
_Si mon ERP n’est pas aux normes au 31 décembre 2014, je dois
élaborer et déposer un agenda d’accessibilité programmée avant le
27 septembre 2015.
_
_Selon le cas de nécessité d’un permis de construire ou non, un dossier
spécifique était à déposer en mairie de la commune d’implantation
du bâtiment.
_
_La commission pour l’accessibilité de la commune d’implantation du
bâtiment doit être informée via la mairie du dépôt de l’Ad’AP.
91
Accessibilité : PROCEDURES ADMINISTRATIVES
_
_Quelles sont les démarches à respecter afin de s’assurer du
respect de la loi du 11 février 2005 et l’ordonnance du 26
septembre 2014 ?
APRES LE 27 SEPTEMBRE 2015
_
Cas numéro 1 : je vais déposer un Ad’AP en retard
_
_Je suis en train de finaliser mon Ad’AP
_Mais j’ai rencontré des difficultés qui ont freiné l’élaboration
_J’aurai du retard
_Solution : j’envoie mon Ad’AP en préfecture en justifiant et
expliquant mon retard
92
Accessibilité : PROCEDURES ADMINISTRATIVES
_
_Quelles sont les démarches à respecter afin de s’assurer du
respect de la loi du 11 février 2005 et l’ordonnance du 26
septembre 2014 ?
APRES LE 27 SEPTEMBRE 2015
_
Cas numéro 2 : je n’ai toujours pas élaboré d’Ad’AP
_En ne construisant pas d’Ad’AP, je ne réponds pas au cadre
légal.
_ Je risque une sanction pécuniaire :
_
• 45.000 euros par personne physique
• 225.000euros pour une personne morale
93
Accessibilité : PROCEDURES ADMINISTRATIVES
_
_Quelles sont les démarches à respecter afin de s’assurer du
respect de la loi du 11 février 2005 et l’ordonnance du 26
septembre 2014 ?
APRES LE 27 SEPTEMBRE 2015
_
Cas numéro 3 : je n’ai pas élaboré d’Ad’AP, mais je veux
rendre mon local accessible
_
_Je fais les démarches pour mettre en accessibilité mon
établissement.
• Je réalise le diagnostic accessibilité
• Je sollicite les autorisations de travaux
• Je réalise les travaux
_
_Cela me permettra de respecter le cadre légal.
_J’éviterai en principe les sanctions.
94
Accessibilité : PROCEDURES ADMINISTRATIVES
_
_Quelles sont les démarches à respecter afin de s’assurer du
respect de la loi du 11 février 2005 et l’ordonnance du 26
septembre 2014 ?
APRES LE 27 SEPTEMBRE 2015
_
Cas numéro 4 : j’ouvre un ERP pour lequel un Ad’AP existe déjà
_
• Je reprends et achèvel’Ad’APen cours
95
Accessibilité : PROCEDURES ADMINISTRATIVES
_
_Quelles sont les démarches à respecter afin de s’assurer du
respect de la loi du 11 février 2005 et l’ordonnance du 26
septembre 2014 ?
APRES LE 27 SEPTEMBRE 2015
_
Cas numéro 5 : j’ouvre un ERP qui ne possède pas d’Ad’Ap
_Je fais les démarches pour mettre en accessibilité mon
établissement.
• Je réalise le diagnostic accessibilité
• Je sollicite les autorisations de travaux
• Je réalise les travaux
96
Accessibilité :A Retenir
_
_Lors de la revente d’un ERP, si celui-ci répond aux
normes d’accessibilité, il gagnera sensiblement en
valeur par rapport à un ERP qui n’y répond pas ou
qui n’a pas rempli les démarches imposées par la loi.
_L’acte de vente notarié s’attachera à préciser le
degré d’accessibilité de l’ERP et mettra en exergue,
le cas échéant, les points accessibles.
97
Accessibilité :
Dans quels cas et comment obtenir une
dérogation
_
_ Quatre motifs de dérogation sont prévus par la loi :
_
_Ces dérogations sont à solliciter au moyen d’un imprimé
spécifique et sont accordées par le Préfet sur avis de la
commission consultative départementale de sécurité et
d’accessibilité.
_
_Elles ne peuvent porter que sur certains aspects et ne sont pas
générales.
_
Impossibilité techniqueliée à l’environnement ou à la structuredu bâtiment
Préservation du patrimoine architectural
Disproportion manifeste entre la mise en accessibilité et ses conséquences
Refus par l’assemblée générale des copropriétaires de réaliser les travaux
d’accessibilité (ce refus doit être toutefois motivé).
98
Accessibilité :
Dans quels cas et comment obtenir une
dérogation
_
_
_Les disproportions manifestes entre les améliorations apportées
et leurs conséquences doivent notamment faire ressortir que
cela entraîne :
_
Un impact économique tel, par rapport aux coût des travaux, qu’il pourrait
entraîner le déménagement de l’activité, une réduction importante de
celle-ci et de son intérêt économique, voire la fermeture de
l’établissement.
_
Une réduction significative de l’espace dédié à l’activité de l’ERP compte
tenu de l’encombrement des aménagements requis et de l’impossibilité
d’étendre la surface occupée.
99
Accessibilité :
Dans quels cas et comment obtenir une
dérogation
_
_
_Il convient d’apprécier ces différents élémentsau cas par cas.
_
L’exploitant devra fournir à l’appui de sa demande de dérogation toutes
pièces nécessaires à l’appréciation de la situation financière de
l’établissement.
_
_
Les dérogations accordées sont pérennes et suivront l’établissement ERP et
non le locataire. Ainsi tout changement de locataire ne remettra pas en
question la dérogation.
Seuls des travaux soumis à permis de construire feront tomber des
dérogations qui auraient été accordées pour motif économique. Ce permis
de construire entraînera une mise aux normes de l’établissement.
100
Accessibilité :
Dans quels cas et comment obtenir une
dérogation
_
_
_Il convient d’apprécier ces différents élémentsau cas par cas.
_
L’exploitant devra fournir à l’appui de sa demande de dérogation toutes
pièces nécessaires à l’appréciation de la situation financière de
l’établissement.
_
_
Les dérogations accordées sont pérennes et suivront l’établissement ERP et
non le locataire. Ainsi tout changement de locataire ne remettra pas en
question la dérogation.
Seuls des travaux soumis à permis de construire feront tomber des
dérogations qui auraient été accordées pour motif économique. Ce permis
de construire entraînera une mise aux normes de l’établissement.
101
Accessibilité :
Dans quels cas et comment obtenir une
dérogation
_
_
_Diagnostic
_
Pour les ERP de 5ème catégorie, il est possible de réaliser un
auto-diagnostic sur le site du ministère
(www.developpement-durable.gouv.fr)
_
_
Pour les autres ERP, il faut faire réaliser un diagnostic
accessibilité qui analysera l’établissement au regard de ses
obligations d’accessibilité et d’établir à titre indicatif une
estimation des travauxnécessaires
102
Accessibilité :
LES SANCTIONS : LES RISQUES ENCOURUS EN CAS
DE NON RESPECT DE LA LOI
_
_SANCTIONS LIEES A L’Ad’AP
_
_a) Les sanctions pécuniaires
_
_Amende : Une amende de 15.00 euros pour les ERP de 5 ème
catégorie et de 5.000 euros pour les autres est prévue dans les
cas suivants :
_
Non dépôt du dossier d’Ad’AP AU 27 septembre 2015 sans justification
Non transmission des documents de suivi ou si ceux-ci sont erronés
Non transmission de l’attestation d’achèvement des travaux
_
_En cas de dépôt tardif, la durée prévue pour la réalisation des
travaux(agenda sur trois ans), sera réduite d’autant…
_
103
Accessibilité :
LES SANCTIONS : LES RISQUES ENCOURUS EN CAS
DE NON RESPECT DE LA LOI
_
_ SANCTIONS LIEES A L’Ad’AP
_
_ b) Constat de carence
_
_ Le constat de carence pourra être réalisé par l’administration dans les cas
suivants :
_
ABSENCE DE COMMENCEMENT D’EXECUTION DE L’AGENDA
RETARD IMPORTANT DANS L’EXECUTION DES ENGAGEMENTS
LORSQU’AU TERME DE L’ECHEANCE, LES TRAVAUXPREVUS N’ONT PAS ETE REALISES
_
_ L’autorité compétente a un pouvoir d’appréciation.
_
_ En cas de carence avérée, les sanctions sont :
L’abrogation de la décision approuvant l’Ad’AP en l’absence de tout commencement des travaux
La constitution d’une provision comptable correspondant aux travaux non réalisés, en cas de retard
important dans l’exécution des travaux prévus
Mise en demeure du maître d’ouvrage de réaliser les travaux dans le cadre d’un nouvel échéancier
+ sanction pécuniaire comprise entre 5 et 20 % du montant des travaux restant à réaliser
L’application de toutes ces sanctions prévues par l’ordonnance du 26 septembre 2014 relève de la
responsabilité du préfet.
104
Accessibilité :
LES SANCTIONS : LES RISQUES ENCOURUS EN CAS
DE NON RESPECT DE LA LOI
_
_SANCTIONS GENERALES LIEES A L’ABSENCE DE MISE AUX NORMES
_
_La fermeture administrative
_
Le maire qui a autorisé l’ouverture de l’établissement dispose du pouvoir de le
fermer si celui-ci ne satisfait pas aux obligations d’accessibilité.
_
_Le délit pénal de discrimination en raison du handicap de la
personne
_
Le refus de délivrer une prestation du seul fait du handicap du client est passible
d’une amende maximale de 75.000 euros et de 5 ans de prison.
La discrimination est punie de 3 ans de prison et 45000 euros d’amende si elle
consiste à refuser la fourniture d’un bien ou service
Subordonner la fourniture de ce bien ou service à une condition fondée sur l’un
des éléments visés par l’article 225-1 du code pénal
Le recours pénal peut être engagé par toute personne ou par toute association
de personnes handicapées déclarées depuis au moins 5 ans.
105
Accessibilité :
LES CONSEQUENCES
_
_
_Les actes de cession, de vente et les baux devront veiller à
sécuriser les clients en la matière.
_
_BAUX
La loi ne précise pas qui entre le locataire et le propriétaire, doit payer les
travaux de mise en accessibilité des établissements recevant du public.
_
L’article 606 du code civil mentionne uniquement les gros murs et les voûtes
comme à la charge exclusive du bailleur.
De fait, les travaux de mise aux normes qui ne concernent pas la structure de
l’immeuble peuvent être à la charge du locataire (les aménagements intérieurs
notamment), ceux qui impactent la structure (des modifications des accès en
façade par exemple) peuvent êtreà la charge du bailleur.
_
_Il convient donc de se reporter au bail pour identifier les
responsabilitésrespectives de chacun.
106
Accessibilité :
LES CONSEQUENCES
_
_Les actes de cession, de vente et les baux devront veiller à
sécuriser les clients en la matière.
_
_BAUX
La loi ne précise pas qui entre le locataire et le propriétaire, doit payer les
travaux de mise en accessibilité des établissements recevant du public.
_
L’article 606 du code civil mentionne uniquement les gros murs et les voûtes
comme à la charge exclusive du bailleur.
De fait, les travaux de mise aux normes qui ne concernent pas la structure de
l’immeuble peuvent être à la charge du locataire (les aménagements intérieurs
notamment), ceux qui impactent la structure (des modifications des accès en
façade par exemple) peuvent êtreà la charge du bailleur.
_
Il convient donc de se reporter au bail pour identifier les
responsabilitésrespectives de chacun.
107
Accessibilité :
LES CONSEQUENCES
_Plusieurs situations peuvent donc apparaître :
_
Le bail ne prévoit pas que la charge des travaux prescrits par
l’administration incombe au preneur. C’est donc au bailleur de les
assumer.
_
Le bail comporte une clause mettant expressément à la charge du preneur
les travaux d’accessibilité
_
Le bail contient une clause stipulant que les travaux imposés par l’autorité
administrative seront à la charge du preneur .
_
Dans un premier temps, le contact est à établir avec le bailleur pour convenir des
modalités de prise en chargeet de réalisation des travaux.
En cas de refus de réalisation des travaux, une procédure pourra être mise en
place.
En cas de refus de prise en charge financière des travaux par le propriétaire, le
locataire peut s’y substituer.
Toutefois, s’il apparaît une disproportion manifeste entre le coût des
aménagements et le résultat obtenu, il est possible de présenter une demande de
dérogation.
108
Accessibilité :
ETAT D’URGENCE
_En conclusion,
_Il y URGENCE à respecter, si
ce n’est déjà fait, cette
réglementation.
109
_Les notaires et les experts comptables de la
Région Dunkerquoise vous remercient pour
votre présence et votre attention et se tiennent
à votre disposition pour des entretiens
individualisés lors du cocktail et bien sûr dans
nos études et cabinets respectifs pour examiner
en profondeur les solutions adaptées à votre
situation
110
Avec nos remerciements spéciaux pour
les moyens techniques et humains de la

Contenu connexe

Tendances

Revenus immobiliers à l'étranger
Revenus immobiliers à l'étrangerRevenus immobiliers à l'étranger
Revenus immobiliers à l'étranger
Jérôme Havet
 
Loi Organisant Finances Locales
Loi Organisant Finances LocalesLoi Organisant Finances Locales
Loi Organisant Finances LocalesSalah Benyoussef
 
La fiscalité des bien immobiliers
La fiscalité des bien immobiliersLa fiscalité des bien immobiliers
La fiscalité des bien immobiliers
Jérôme Havet
 
Réforme Fiscalité Locale
Réforme Fiscalité LocaleRéforme Fiscalité Locale
Réforme Fiscalité LocaleSalah Benyoussef
 
S27 revue de presse kylia - semaine du 25 juin au 01 juillet 2018
S27   revue de presse kylia - semaine du 25 juin au 01 juillet 2018S27   revue de presse kylia - semaine du 25 juin au 01 juillet 2018
S27 revue de presse kylia - semaine du 25 juin au 01 juillet 2018
KYLIA France
 
Régime fiscal des entreprises de promotion immobilière
Régime fiscal des entreprises de promotion immobilièreRégime fiscal des entreprises de promotion immobilière
Régime fiscal des entreprises de promotion immobilière
Melek Sellami
 
Loi PACTE, Quels impacts pour mon entreprise ?
Loi PACTE, Quels impacts pour mon entreprise ?Loi PACTE, Quels impacts pour mon entreprise ?
Loi PACTE, Quels impacts pour mon entreprise ?
FIDAQUITAINE
 
La saga du revenu cadastral des biens à l'étranger : suite et fin?
La saga du revenu cadastral des biens à l'étranger : suite et fin?La saga du revenu cadastral des biens à l'étranger : suite et fin?
La saga du revenu cadastral des biens à l'étranger : suite et fin?
Jérôme Havet
 
Nouveautés fiscales 2017
Nouveautés fiscales 2017Nouveautés fiscales 2017
Nouveautés fiscales 2017
Jérôme Havet
 
Présentation lfc 2014
Présentation lfc 2014Présentation lfc 2014
Présentation lfc 2014
Tarek ZAHAF
 
Nouveautés en matière d'ATN
Nouveautés en matière d'ATNNouveautés en matière d'ATN
Nouveautés en matière d'ATN
Jérôme Havet
 
Loi de Finances 2017- Principales Mesures
Loi de Finances 2017- Principales MesuresLoi de Finances 2017- Principales Mesures
Loi de Finances 2017- Principales Mesures
CJD ALGERIE
 
Fiscalite Locale
Fiscalite LocaleFiscalite Locale
Fiscalite Localeredaeco
 
Spécificités fiscales du secteur Immobilier au Maroc
Spécificités fiscales du secteur Immobilier au Maroc Spécificités fiscales du secteur Immobilier au Maroc
Spécificités fiscales du secteur Immobilier au Maroc
Zakaria Sobti
 
TGI PARIS Vanpoucke VS Pierre et Vacances Center Parcs - février 2013
TGI PARIS Vanpoucke VS Pierre et Vacances Center Parcs - février 2013TGI PARIS Vanpoucke VS Pierre et Vacances Center Parcs - février 2013
TGI PARIS Vanpoucke VS Pierre et Vacances Center Parcs - février 2013Tatiana Kalouguine
 
Vanpoucke pierre et vacances tgi 2
Vanpoucke pierre et vacances tgi 2Vanpoucke pierre et vacances tgi 2
Vanpoucke pierre et vacances tgi 2Tatiana Kalouguine
 
Revue mars 2017 Exco GHA Mauritanie
Revue mars 2017 Exco GHA MauritanieRevue mars 2017 Exco GHA Mauritanie
Revue mars 2017 Exco GHA Mauritanie
Exco Afrique
 
Guide des revenus fonciers par acheterduneuf
Guide des revenus fonciers par acheterduneufGuide des revenus fonciers par acheterduneuf
Guide des revenus fonciers par acheterduneuf
FannyADN
 
La fin de la Kaasroute
La fin de la KaasrouteLa fin de la Kaasroute
La fin de la Kaasroute
Jérôme Havet
 

Tendances (20)

Revenus immobiliers à l'étranger
Revenus immobiliers à l'étrangerRevenus immobiliers à l'étranger
Revenus immobiliers à l'étranger
 
Loi Organisant Finances Locales
Loi Organisant Finances LocalesLoi Organisant Finances Locales
Loi Organisant Finances Locales
 
La fiscalité des bien immobiliers
La fiscalité des bien immobiliersLa fiscalité des bien immobiliers
La fiscalité des bien immobiliers
 
Réforme Fiscalité Locale
Réforme Fiscalité LocaleRéforme Fiscalité Locale
Réforme Fiscalité Locale
 
S27 revue de presse kylia - semaine du 25 juin au 01 juillet 2018
S27   revue de presse kylia - semaine du 25 juin au 01 juillet 2018S27   revue de presse kylia - semaine du 25 juin au 01 juillet 2018
S27 revue de presse kylia - semaine du 25 juin au 01 juillet 2018
 
Régime fiscal des entreprises de promotion immobilière
Régime fiscal des entreprises de promotion immobilièreRégime fiscal des entreprises de promotion immobilière
Régime fiscal des entreprises de promotion immobilière
 
Loi PACTE, Quels impacts pour mon entreprise ?
Loi PACTE, Quels impacts pour mon entreprise ?Loi PACTE, Quels impacts pour mon entreprise ?
Loi PACTE, Quels impacts pour mon entreprise ?
 
La saga du revenu cadastral des biens à l'étranger : suite et fin?
La saga du revenu cadastral des biens à l'étranger : suite et fin?La saga du revenu cadastral des biens à l'étranger : suite et fin?
La saga du revenu cadastral des biens à l'étranger : suite et fin?
 
Fiscalite locale
Fiscalite localeFiscalite locale
Fiscalite locale
 
Nouveautés fiscales 2017
Nouveautés fiscales 2017Nouveautés fiscales 2017
Nouveautés fiscales 2017
 
Présentation lfc 2014
Présentation lfc 2014Présentation lfc 2014
Présentation lfc 2014
 
Nouveautés en matière d'ATN
Nouveautés en matière d'ATNNouveautés en matière d'ATN
Nouveautés en matière d'ATN
 
Loi de Finances 2017- Principales Mesures
Loi de Finances 2017- Principales MesuresLoi de Finances 2017- Principales Mesures
Loi de Finances 2017- Principales Mesures
 
Fiscalite Locale
Fiscalite LocaleFiscalite Locale
Fiscalite Locale
 
Spécificités fiscales du secteur Immobilier au Maroc
Spécificités fiscales du secteur Immobilier au Maroc Spécificités fiscales du secteur Immobilier au Maroc
Spécificités fiscales du secteur Immobilier au Maroc
 
TGI PARIS Vanpoucke VS Pierre et Vacances Center Parcs - février 2013
TGI PARIS Vanpoucke VS Pierre et Vacances Center Parcs - février 2013TGI PARIS Vanpoucke VS Pierre et Vacances Center Parcs - février 2013
TGI PARIS Vanpoucke VS Pierre et Vacances Center Parcs - février 2013
 
Vanpoucke pierre et vacances tgi 2
Vanpoucke pierre et vacances tgi 2Vanpoucke pierre et vacances tgi 2
Vanpoucke pierre et vacances tgi 2
 
Revue mars 2017 Exco GHA Mauritanie
Revue mars 2017 Exco GHA MauritanieRevue mars 2017 Exco GHA Mauritanie
Revue mars 2017 Exco GHA Mauritanie
 
Guide des revenus fonciers par acheterduneuf
Guide des revenus fonciers par acheterduneufGuide des revenus fonciers par acheterduneuf
Guide des revenus fonciers par acheterduneuf
 
La fin de la Kaasroute
La fin de la KaasrouteLa fin de la Kaasroute
La fin de la Kaasroute
 

En vedette

Contrat ACES
Contrat ACESContrat ACES
Présentation loi de finances 2017
Présentation loi de finances 2017 Présentation loi de finances 2017
Présentation loi de finances 2017
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
NAVETTE - Kit d'Organisation - Intercalaires
NAVETTE - Kit d'Organisation - IntercalairesNAVETTE - Kit d'Organisation - Intercalaires
NAVETTE - Kit d'Organisation - Intercalaires
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
Tableau des biens éligibles au suramortissement
Tableau des biens éligibles au suramortissementTableau des biens éligibles au suramortissement
Tableau des biens éligibles au suramortissement
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
Bordereau de résiliation amiable du contrat d'apprentissage
Bordereau de résiliation amiable du contrat d'apprentissageBordereau de résiliation amiable du contrat d'apprentissage
Bordereau de résiliation amiable du contrat d'apprentissage
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
Guide de sécurité des virements
Guide de sécurité des virementsGuide de sécurité des virements
Guide de sécurité des virements
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
Présentation loi de finances 2014 - CCI Dunkerque
Présentation loi de finances 2014 - CCI DunkerquePrésentation loi de finances 2014 - CCI Dunkerque
Présentation loi de finances 2014 - CCI Dunkerque
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
Pradeep srivastava md
Pradeep srivastava mdPradeep srivastava md
Pradeep srivastava md
PradeepSMD
 
Guiòn del cortometraje
Guiòn del cortometraje Guiòn del cortometraje
Guiòn del cortometraje
perjaz
 
7 cara mengacaukan hidupmu
7 cara mengacaukan hidupmu7 cara mengacaukan hidupmu
7 cara mengacaukan hidupmu
PsikologiHore! Situs Psikologi Populer
 
Feliz ano novo
Feliz ano novoFeliz ano novo
Feliz ano novo
Adriana Lucia
 
CURRICULUM VITAE.docx1 new
CURRICULUM VITAE.docx1 newCURRICULUM VITAE.docx1 new
CURRICULUM VITAE.docx1 new
SIJO JOYAL
 
Tim_Bosch_White_Paper_2014 - Copy
Tim_Bosch_White_Paper_2014 - CopyTim_Bosch_White_Paper_2014 - Copy
Tim_Bosch_White_Paper_2014 - Copy
Timothy Bosch
 
Seja Empreendedor
Seja EmpreendedorSeja Empreendedor
Seja Empreendedor
Marcelo Möass
 
Termoquímica(1 ano)
Termoquímica(1 ano)Termoquímica(1 ano)
Termoquímica(1 ano)
Karol Maia
 
Tecnicas de redimension de valores en el ejercicio de la ingeneria
Tecnicas de redimension de valores en el ejercicio de la ingeneriaTecnicas de redimension de valores en el ejercicio de la ingeneria
Tecnicas de redimension de valores en el ejercicio de la ingeneria
Diagnis2
 
Anatomia de la funcion cerebral
Anatomia de la funcion cerebralAnatomia de la funcion cerebral
Anatomia de la funcion cerebral
Maricruz Martínez Luna
 

En vedette (17)

Contrat ACES
Contrat ACESContrat ACES
Contrat ACES
 
Présentation loi de finances 2017
Présentation loi de finances 2017 Présentation loi de finances 2017
Présentation loi de finances 2017
 
NAVETTE - Kit d'Organisation - Intercalaires
NAVETTE - Kit d'Organisation - IntercalairesNAVETTE - Kit d'Organisation - Intercalaires
NAVETTE - Kit d'Organisation - Intercalaires
 
Tableau des biens éligibles au suramortissement
Tableau des biens éligibles au suramortissementTableau des biens éligibles au suramortissement
Tableau des biens éligibles au suramortissement
 
Bordereau de résiliation amiable du contrat d'apprentissage
Bordereau de résiliation amiable du contrat d'apprentissageBordereau de résiliation amiable du contrat d'apprentissage
Bordereau de résiliation amiable du contrat d'apprentissage
 
Guide de sécurité des virements
Guide de sécurité des virementsGuide de sécurité des virements
Guide de sécurité des virements
 
Présentation loi de finances 2014 - CCI Dunkerque
Présentation loi de finances 2014 - CCI DunkerquePrésentation loi de finances 2014 - CCI Dunkerque
Présentation loi de finances 2014 - CCI Dunkerque
 
Pradeep srivastava md
Pradeep srivastava mdPradeep srivastava md
Pradeep srivastava md
 
Guiòn del cortometraje
Guiòn del cortometraje Guiòn del cortometraje
Guiòn del cortometraje
 
7 cara mengacaukan hidupmu
7 cara mengacaukan hidupmu7 cara mengacaukan hidupmu
7 cara mengacaukan hidupmu
 
Feliz ano novo
Feliz ano novoFeliz ano novo
Feliz ano novo
 
CURRICULUM VITAE.docx1 new
CURRICULUM VITAE.docx1 newCURRICULUM VITAE.docx1 new
CURRICULUM VITAE.docx1 new
 
Tim_Bosch_White_Paper_2014 - Copy
Tim_Bosch_White_Paper_2014 - CopyTim_Bosch_White_Paper_2014 - Copy
Tim_Bosch_White_Paper_2014 - Copy
 
Seja Empreendedor
Seja EmpreendedorSeja Empreendedor
Seja Empreendedor
 
Termoquímica(1 ano)
Termoquímica(1 ano)Termoquímica(1 ano)
Termoquímica(1 ano)
 
Tecnicas de redimension de valores en el ejercicio de la ingeneria
Tecnicas de redimension de valores en el ejercicio de la ingeneriaTecnicas de redimension de valores en el ejercicio de la ingeneria
Tecnicas de redimension de valores en el ejercicio de la ingeneria
 
Anatomia de la funcion cerebral
Anatomia de la funcion cerebralAnatomia de la funcion cerebral
Anatomia de la funcion cerebral
 

Similaire à Actualité juridique fiscale et patrimoniale

A3C - La Loi Pinel et les baux commerciaux - v 2014 01
A3C - La Loi Pinel et les baux commerciaux - v 2014 01A3C - La Loi Pinel et les baux commerciaux - v 2014 01
A3C - La Loi Pinel et les baux commerciaux - v 2014 01
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
Le mag de vos finances personnelles - Décembre 2016
Le mag de vos finances personnelles - Décembre 2016Le mag de vos finances personnelles - Décembre 2016
Le mag de vos finances personnelles - Décembre 2016
Valeur et Capital
 
projet-CF.pptx prescription en matière fiscale
projet-CF.pptx prescription en matière fiscaleprojet-CF.pptx prescription en matière fiscale
projet-CF.pptx prescription en matière fiscale
MellitiJihen
 
Les nouvelles dispositions fiscales de la loi de finance 2015 par apport lf 2014
Les nouvelles dispositions fiscales de la loi de finance 2015 par apport lf 2014Les nouvelles dispositions fiscales de la loi de finance 2015 par apport lf 2014
Les nouvelles dispositions fiscales de la loi de finance 2015 par apport lf 2014Allaeddine Makhlouk
 
Gillet Sébastien_Conf SKEMA Alumni du 7nov 2013
Gillet Sébastien_Conf SKEMA Alumni du 7nov 2013Gillet Sébastien_Conf SKEMA Alumni du 7nov 2013
Gillet Sébastien_Conf SKEMA Alumni du 7nov 2013SKEMA Alumni
 
Semaine immobilier 2021 province de Luxembourg
Semaine immobilier 2021 province de LuxembourgSemaine immobilier 2021 province de Luxembourg
Semaine immobilier 2021 province de Luxembourg
NicolasLonard3
 
Contrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinéeContrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinée
bangalykaba146
 
Rencontre annuelle 2012 : Précisions au regard de la Loi C-65 et ses règlemen...
Rencontre annuelle 2012 : Précisions au regard de la Loi C-65 et ses règlemen...Rencontre annuelle 2012 : Précisions au regard de la Loi C-65 et ses règlemen...
Rencontre annuelle 2012 : Précisions au regard de la Loi C-65 et ses règlemen...
Collecto | Services regroupés en éducation
 
S4 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 janvier 2015
S4   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 janvier 2015S4   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 janvier 2015
S4 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 janvier 2015
KYLIA France
 
Guide de l'investissement locatif
Guide de l'investissement locatifGuide de l'investissement locatif
Guide de l'investissement locatif
Valeur et Capital
 
Revue de presse de la semaine 50 2012
Revue de presse de la semaine 50 2012Revue de presse de la semaine 50 2012
Revue de presse de la semaine 50 2012
KYLIA France
 
Presentation-NERO.pdf
Presentation-NERO.pdfPresentation-NERO.pdf
Presentation-NERO.pdf
AbdessamadJeraoui
 
guide_location_meublee_et_non_residents.pdf
guide_location_meublee_et_non_residents.pdfguide_location_meublee_et_non_residents.pdf
guide_location_meublee_et_non_residents.pdf
ssuser99e1e6
 
Baux commerciaux et charges locatives : comment réaliser des économies ?
Baux commerciaux et charges locatives : comment réaliser des économies ?Baux commerciaux et charges locatives : comment réaliser des économies ?
Baux commerciaux et charges locatives : comment réaliser des économies ?
LEYTON
 
Fiscalité internationale et transparence fiscale
Fiscalité internationale et transparence fiscaleFiscalité internationale et transparence fiscale
Fiscalité internationale et transparence fiscale
Francis Lefebvre F
 
Conference Lois de finances et Actualités fiscales 2014 : connaissance et pra...
Conference Lois de finances et Actualités fiscales 2014 : connaissance et pra...Conference Lois de finances et Actualités fiscales 2014 : connaissance et pra...
Conference Lois de finances et Actualités fiscales 2014 : connaissance et pra...
ENOES, l'Ecole de l'Expertise Comptable et de l'Audit
 
S4 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 janvier 2017
S4   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 janvier 2017S4   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 janvier 2017
S4 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 janvier 2017
KYLIA France
 
S51 revue de presse kylia - semaine du 15 au 21 décembre 2014
S51   revue de presse kylia - semaine du 15 au 21 décembre 2014S51   revue de presse kylia - semaine du 15 au 21 décembre 2014
S51 revue de presse kylia - semaine du 15 au 21 décembre 2014
KYLIA France
 
La tenue d un registre d encaissements et décaissements est supprimée
La tenue d un registre d encaissements et décaissements est suppriméeLa tenue d un registre d encaissements et décaissements est supprimée
La tenue d un registre d encaissements et décaissements est suppriméeAllaeddine Makhlouk
 
Revue de presse de la semaine 34 2012
Revue de presse de la semaine 34   2012Revue de presse de la semaine 34   2012
Revue de presse de la semaine 34 2012
KYLIA France
 

Similaire à Actualité juridique fiscale et patrimoniale (20)

A3C - La Loi Pinel et les baux commerciaux - v 2014 01
A3C - La Loi Pinel et les baux commerciaux - v 2014 01A3C - La Loi Pinel et les baux commerciaux - v 2014 01
A3C - La Loi Pinel et les baux commerciaux - v 2014 01
 
Le mag de vos finances personnelles - Décembre 2016
Le mag de vos finances personnelles - Décembre 2016Le mag de vos finances personnelles - Décembre 2016
Le mag de vos finances personnelles - Décembre 2016
 
projet-CF.pptx prescription en matière fiscale
projet-CF.pptx prescription en matière fiscaleprojet-CF.pptx prescription en matière fiscale
projet-CF.pptx prescription en matière fiscale
 
Les nouvelles dispositions fiscales de la loi de finance 2015 par apport lf 2014
Les nouvelles dispositions fiscales de la loi de finance 2015 par apport lf 2014Les nouvelles dispositions fiscales de la loi de finance 2015 par apport lf 2014
Les nouvelles dispositions fiscales de la loi de finance 2015 par apport lf 2014
 
Gillet Sébastien_Conf SKEMA Alumni du 7nov 2013
Gillet Sébastien_Conf SKEMA Alumni du 7nov 2013Gillet Sébastien_Conf SKEMA Alumni du 7nov 2013
Gillet Sébastien_Conf SKEMA Alumni du 7nov 2013
 
Semaine immobilier 2021 province de Luxembourg
Semaine immobilier 2021 province de LuxembourgSemaine immobilier 2021 province de Luxembourg
Semaine immobilier 2021 province de Luxembourg
 
Contrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinéeContrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinée
 
Rencontre annuelle 2012 : Précisions au regard de la Loi C-65 et ses règlemen...
Rencontre annuelle 2012 : Précisions au regard de la Loi C-65 et ses règlemen...Rencontre annuelle 2012 : Précisions au regard de la Loi C-65 et ses règlemen...
Rencontre annuelle 2012 : Précisions au regard de la Loi C-65 et ses règlemen...
 
S4 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 janvier 2015
S4   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 janvier 2015S4   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 janvier 2015
S4 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 janvier 2015
 
Guide de l'investissement locatif
Guide de l'investissement locatifGuide de l'investissement locatif
Guide de l'investissement locatif
 
Revue de presse de la semaine 50 2012
Revue de presse de la semaine 50 2012Revue de presse de la semaine 50 2012
Revue de presse de la semaine 50 2012
 
Presentation-NERO.pdf
Presentation-NERO.pdfPresentation-NERO.pdf
Presentation-NERO.pdf
 
guide_location_meublee_et_non_residents.pdf
guide_location_meublee_et_non_residents.pdfguide_location_meublee_et_non_residents.pdf
guide_location_meublee_et_non_residents.pdf
 
Baux commerciaux et charges locatives : comment réaliser des économies ?
Baux commerciaux et charges locatives : comment réaliser des économies ?Baux commerciaux et charges locatives : comment réaliser des économies ?
Baux commerciaux et charges locatives : comment réaliser des économies ?
 
Fiscalité internationale et transparence fiscale
Fiscalité internationale et transparence fiscaleFiscalité internationale et transparence fiscale
Fiscalité internationale et transparence fiscale
 
Conference Lois de finances et Actualités fiscales 2014 : connaissance et pra...
Conference Lois de finances et Actualités fiscales 2014 : connaissance et pra...Conference Lois de finances et Actualités fiscales 2014 : connaissance et pra...
Conference Lois de finances et Actualités fiscales 2014 : connaissance et pra...
 
S4 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 janvier 2017
S4   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 janvier 2017S4   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 janvier 2017
S4 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 janvier 2017
 
S51 revue de presse kylia - semaine du 15 au 21 décembre 2014
S51   revue de presse kylia - semaine du 15 au 21 décembre 2014S51   revue de presse kylia - semaine du 15 au 21 décembre 2014
S51 revue de presse kylia - semaine du 15 au 21 décembre 2014
 
La tenue d un registre d encaissements et décaissements est supprimée
La tenue d un registre d encaissements et décaissements est suppriméeLa tenue d un registre d encaissements et décaissements est supprimée
La tenue d un registre d encaissements et décaissements est supprimée
 
Revue de presse de la semaine 34 2012
Revue de presse de la semaine 34   2012Revue de presse de la semaine 34   2012
Revue de presse de la semaine 34 2012
 

Plus de A3C - Expert Comptable à Dunkerque

Actualité de la holding animatrice - 2021 06 03
Actualité de la holding animatrice - 2021 06 03Actualité de la holding animatrice - 2021 06 03
Actualité de la holding animatrice - 2021 06 03
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
Management fees le retour de l’incertitude
Management fees  le retour de l’incertitude Management fees  le retour de l’incertitude
Management fees le retour de l’incertitude
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
DOC SOCIALE Durabilité des entreprises - Obligations environnementales et soc...
DOC SOCIALE Durabilité des entreprises - Obligations environnementales et soc...DOC SOCIALE Durabilité des entreprises - Obligations environnementales et soc...
DOC SOCIALE Durabilité des entreprises - Obligations environnementales et soc...
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
Durabilité des entreprises - Obligations environnementales et sociales - Ordo...
Durabilité des entreprises - Obligations environnementales et sociales - Ordo...Durabilité des entreprises - Obligations environnementales et sociales - Ordo...
Durabilité des entreprises - Obligations environnementales et sociales - Ordo...
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
2023 10 05 - Taxe sur les salaires Jurisprudence
2023 10 05 - Taxe sur les salaires Jurisprudence2023 10 05 - Taxe sur les salaires Jurisprudence
2023 10 05 - Taxe sur les salaires Jurisprudence
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
Le Plan d’épargne Retraite (PER) aspects fiscaux.pdf
Le Plan d’épargne Retraite (PER)  aspects fiscaux.pdfLe Plan d’épargne Retraite (PER)  aspects fiscaux.pdf
Le Plan d’épargne Retraite (PER) aspects fiscaux.pdf
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
Associations Loi 1901 quelles sont les démarches à mettre en oeuvre pour atte...
Associations Loi 1901 quelles sont les démarches à mettre en oeuvre pour atte...Associations Loi 1901 quelles sont les démarches à mettre en oeuvre pour atte...
Associations Loi 1901 quelles sont les démarches à mettre en oeuvre pour atte...
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
Impôts locaux des entreprises
Impôts locaux des entreprisesImpôts locaux des entreprises
Impôts locaux des entreprises
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
L’entrepreneur individuel à l’IS
L’entrepreneur individuel à l’ISL’entrepreneur individuel à l’IS
L’entrepreneur individuel à l’IS
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
Le régime Groupe TVA
Le régime Groupe TVALe régime Groupe TVA
Les libéralités en matière fiscale
Les libéralités en matière fiscaleLes libéralités en matière fiscale
Les libéralités en matière fiscale
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
Le GPS du contrôle fiscal Les questions réponses afin de maîtriser la procédu...
Le GPS du contrôle fiscal Les questions réponses afin de maîtriser la procédu...Le GPS du contrôle fiscal Les questions réponses afin de maîtriser la procédu...
Le GPS du contrôle fiscal Les questions réponses afin de maîtriser la procédu...
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
Le GPS du contrôle fiscal Les questions réponses afin de maîtriser la procédu...
Le GPS du contrôle fiscal Les questions réponses afin de maîtriser la procédu...Le GPS du contrôle fiscal Les questions réponses afin de maîtriser la procédu...
Le GPS du contrôle fiscal Les questions réponses afin de maîtriser la procédu...
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
GAN - Plaquette prévoyance - CCN Métallurgie
GAN -  Plaquette prévoyance - CCN MétallurgieGAN -  Plaquette prévoyance - CCN Métallurgie
GAN - Plaquette prévoyance - CCN Métallurgie
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
Accord Intégrale de la Métallurgie du sept février 2022 2022
Accord Intégrale de la Métallurgie du sept février 2022 2022Accord Intégrale de la Métallurgie du sept février 2022 2022
Accord Intégrale de la Métallurgie du sept février 2022 2022
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
Accord Métallurgie 2022 02 07 - Annexe 9.pdf
Accord Métallurgie 2022 02 07 - Annexe 9.pdfAccord Métallurgie 2022 02 07 - Annexe 9.pdf
Accord Métallurgie 2022 02 07 - Annexe 9.pdf
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
A3C - Hausse des prix de l'énergie - Synthèse 2023 01 09.pdf
A3C - Hausse des prix de l'énergie - Synthèse 2023 01 09.pdfA3C - Hausse des prix de l'énergie - Synthèse 2023 01 09.pdf
A3C - Hausse des prix de l'énergie - Synthèse 2023 01 09.pdf
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
Indemnité Inflation le vademecum
Indemnité Inflation le vademecum Indemnité Inflation le vademecum
Indemnité Inflation le vademecum
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 
Accompagnement des entreprises dans la sortie de crise
Accompagnement des entreprises dans la sortie de criseAccompagnement des entreprises dans la sortie de crise
Accompagnement des entreprises dans la sortie de crise
A3C - Expert Comptable à Dunkerque
 

Plus de A3C - Expert Comptable à Dunkerque (20)

Actualité de la holding animatrice - 2021 06 03
Actualité de la holding animatrice - 2021 06 03Actualité de la holding animatrice - 2021 06 03
Actualité de la holding animatrice - 2021 06 03
 
Management fees le retour de l’incertitude
Management fees  le retour de l’incertitude Management fees  le retour de l’incertitude
Management fees le retour de l’incertitude
 
DOC SOCIALE Durabilité des entreprises - Obligations environnementales et soc...
DOC SOCIALE Durabilité des entreprises - Obligations environnementales et soc...DOC SOCIALE Durabilité des entreprises - Obligations environnementales et soc...
DOC SOCIALE Durabilité des entreprises - Obligations environnementales et soc...
 
Durabilité des entreprises - Obligations environnementales et sociales - Ordo...
Durabilité des entreprises - Obligations environnementales et sociales - Ordo...Durabilité des entreprises - Obligations environnementales et sociales - Ordo...
Durabilité des entreprises - Obligations environnementales et sociales - Ordo...
 
2023 10 05 - Taxe sur les salaires Jurisprudence
2023 10 05 - Taxe sur les salaires Jurisprudence2023 10 05 - Taxe sur les salaires Jurisprudence
2023 10 05 - Taxe sur les salaires Jurisprudence
 
Le Plan d’épargne Retraite (PER) aspects fiscaux.pdf
Le Plan d’épargne Retraite (PER)  aspects fiscaux.pdfLe Plan d’épargne Retraite (PER)  aspects fiscaux.pdf
Le Plan d’épargne Retraite (PER) aspects fiscaux.pdf
 
Associations Loi 1901 quelles sont les démarches à mettre en oeuvre pour atte...
Associations Loi 1901 quelles sont les démarches à mettre en oeuvre pour atte...Associations Loi 1901 quelles sont les démarches à mettre en oeuvre pour atte...
Associations Loi 1901 quelles sont les démarches à mettre en oeuvre pour atte...
 
Impôts locaux des entreprises
Impôts locaux des entreprisesImpôts locaux des entreprises
Impôts locaux des entreprises
 
L’entrepreneur individuel à l’IS
L’entrepreneur individuel à l’ISL’entrepreneur individuel à l’IS
L’entrepreneur individuel à l’IS
 
Le régime Groupe TVA
Le régime Groupe TVALe régime Groupe TVA
Le régime Groupe TVA
 
Les libéralités en matière fiscale
Les libéralités en matière fiscaleLes libéralités en matière fiscale
Les libéralités en matière fiscale
 
Le GPS du contrôle fiscal Les questions réponses afin de maîtriser la procédu...
Le GPS du contrôle fiscal Les questions réponses afin de maîtriser la procédu...Le GPS du contrôle fiscal Les questions réponses afin de maîtriser la procédu...
Le GPS du contrôle fiscal Les questions réponses afin de maîtriser la procédu...
 
Le GPS du contrôle fiscal Les questions réponses afin de maîtriser la procédu...
Le GPS du contrôle fiscal Les questions réponses afin de maîtriser la procédu...Le GPS du contrôle fiscal Les questions réponses afin de maîtriser la procédu...
Le GPS du contrôle fiscal Les questions réponses afin de maîtriser la procédu...
 
GAN - Plaquette prévoyance - CCN Métallurgie
GAN -  Plaquette prévoyance - CCN MétallurgieGAN -  Plaquette prévoyance - CCN Métallurgie
GAN - Plaquette prévoyance - CCN Métallurgie
 
Accord Intégrale de la Métallurgie du sept février 2022 2022
Accord Intégrale de la Métallurgie du sept février 2022 2022Accord Intégrale de la Métallurgie du sept février 2022 2022
Accord Intégrale de la Métallurgie du sept février 2022 2022
 
Accord Métallurgie 2022 02 07 - Annexe 9.pdf
Accord Métallurgie 2022 02 07 - Annexe 9.pdfAccord Métallurgie 2022 02 07 - Annexe 9.pdf
Accord Métallurgie 2022 02 07 - Annexe 9.pdf
 
A3C - Hausse des prix de l'énergie - Synthèse 2023 01 09.pdf
A3C - Hausse des prix de l'énergie - Synthèse 2023 01 09.pdfA3C - Hausse des prix de l'énergie - Synthèse 2023 01 09.pdf
A3C - Hausse des prix de l'énergie - Synthèse 2023 01 09.pdf
 
Indemnité Inflation le vademecum
Indemnité Inflation le vademecum Indemnité Inflation le vademecum
Indemnité Inflation le vademecum
 
Premiers pas
Premiers pasPremiers pas
Premiers pas
 
Accompagnement des entreprises dans la sortie de crise
Accompagnement des entreprises dans la sortie de criseAccompagnement des entreprises dans la sortie de crise
Accompagnement des entreprises dans la sortie de crise
 

Dernier

Analyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdf
Analyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdfAnalyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdf
Analyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdf
Paperjam_redaction
 
Présentation Plaspack, l'entreprise derrière Soliday
Présentation Plaspack, l'entreprise derrière SolidayPrésentation Plaspack, l'entreprise derrière Soliday
Présentation Plaspack, l'entreprise derrière Soliday
Soliday das Sonnensegel
 
exemple-prompt-chatgpt-francais-gratuit.pdf
exemple-prompt-chatgpt-francais-gratuit.pdfexemple-prompt-chatgpt-francais-gratuit.pdf
exemple-prompt-chatgpt-francais-gratuit.pdf
AXIZ eBusiness
 
Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...
Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...
Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...
Mohamed Bouanane
 
10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf
10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf
10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf
AXIZ eBusiness
 
Éveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdf
Éveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdfÉveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdf
Éveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdf
megmedia
 

Dernier (6)

Analyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdf
Analyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdfAnalyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdf
Analyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdf
 
Présentation Plaspack, l'entreprise derrière Soliday
Présentation Plaspack, l'entreprise derrière SolidayPrésentation Plaspack, l'entreprise derrière Soliday
Présentation Plaspack, l'entreprise derrière Soliday
 
exemple-prompt-chatgpt-francais-gratuit.pdf
exemple-prompt-chatgpt-francais-gratuit.pdfexemple-prompt-chatgpt-francais-gratuit.pdf
exemple-prompt-chatgpt-francais-gratuit.pdf
 
Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...
Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...
Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...
 
10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf
10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf
10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf
 
Éveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdf
Éveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdfÉveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdf
Éveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdf
 

Actualité juridique fiscale et patrimoniale

  • 1. Actualités Juridiques & Fiscales 2016 par les notaires et les experts comptables de Dunkerque Accueillis le 1er février 2016 par la CCI Cote d’Opale – Agence de Dunkerque
  • 2. Ouverture 2 Philippe THOOR Président de l’Union des notaires de Dunkerque Philippe DUPORTAIL Président de l’Union locale des experts comptables de la région dunkerquoise
  • 3. 3 Une conférence animée par : Valérie Drouart – Notaire Philippe Duportail – Expert-comptable Olivier Farthouat - Notaire Emmanuel Mathieu – Expert-comptable Jean-Philippe Petit – Expert-comptable Philippe Thoor – Notaire
  • 4. 5 SIMPLIFICATION DES RÈGLES POUR LES CESSIONS DE FONDS DE COMMERCE Deux Types De Mesures Sont Prises Par La Loi Macron  S I Philippe THOOR – Notaire
  • 5. Concernant le formalisme de la cession de fonds de commerce _Suppression de l’obligation de publier la cession de fonds de commerce dans un Journal d’Annonces Légales Entrée en vigueur Cessions effectuées à compter du 8 août 2015 _Seule demeure obligatoire la publicité d’un avis au B.O.D.A.C.C. 6
  • 6. 7 L’opposition des créanciers du vendeur au paiement du prix de vente : Peut désormaisêtre faite par lettre recommandée avec accusé de réception.
  • 7. Concernant l’obligation d’information des salariés en cas de cession d’une entreprise de moins de 250 salariés Rappel de quelques règles posées par la loi du 31 juillet 2014 (loi HAMON) Entrée en vigueur le 1er novembre 2014 La loi MACRON du 6 août 2015 a limité l’information uniquement aux cas de vente du fonds de commerce 8
  • 8. Les délais pour informer les salariés Deux mois avant la signature de l’acte de vente La preuve de l’information Par tout moyen de nature à rendre certaine la date de sa réception La sanction du défaut d’information Une amende civile dont le montant ne peut excéder 2% du montant de la vente 9
  • 9. Cession de Fonds de Commerce Art. 97 LFR 2015 _Réduction du délai d’indisponibilité du prix de cession d’un fonds de commerce Hypothèse 1 : en l’absence de transmission au fisc d’un avis de vente Jusqu’au 31 décembre 2015 Depuis le 1 er janvier 2016 Parution BODACC Absence d’avis de vente transmis au fisc (Art. 201 du CGI) Délai de solidarité fiscale Total 15 jours 45 jours +/- 3 mois +/- 150 jours Parution BODACC Absence d’avis de vente transmis au fisc (Art. 201 du CGI) Délai de solidarité fiscale Total 15 jours 60 jours 90 jours 165 jours 10
  • 10. Cession de Fonds de Commerce Art. 97 LFR 2015 _Réduction du délai d’indisponibilité du prix de cession d’un fonds de commerce Hypothèse 2 : en cas de transmission au fisc d’un avis de vente Jusqu’au 31 décembre 2015 Depuis le 1 er janvier 2016 Parution BODACC Délai de solidarité fiscale Total 15 jours 90 jours 105 jours Avis de vente transmis au fisc (Art. 201 du CGI) Délai de solidarité fiscale Total +/- 7 jours 3 mois +/- 97 jours 11
  • 11. Cession de Fonds de Commerce Art. 97 LFR 2015 _Possibilité d’étaler le paiement de l'impôt sur la plus-value réalisée par une entreprise individuelle Quand ? En cas de cession d'une TPE (moins de 10 salariés et chiffre d'affaires ou total bilan inférieur à 2 M€) avecun crédit vendeur Quelle plus-value ? La plus -valueà long terme Sur quelle durée ? Durée du crédit vendeur, sans pouvoir dépasser 5 ans Les échéances du versement de l’impôt suivent les modalités de paiement du prix de cession. Quid en cas de défaut de paiement du prix par le cessionnaire ? À quelles conditions ? Taux d’intérêt légal au jour de la demande Constitution de garanties «propres à assurer le recouvrement del’impôt » Entrée en vigueur Cessions effectuées à compter du 1 er janvier 2016 13
  • 12. La déclaration d’insaisissabilité 14 Technique de cloisonnement des patrimoines
  • 13. _Qui peut faire une déclaration d’insaisissabilité ? Toute personne physique Sont exclus les gérants de société _Quels biens sont concernés par la déclaration d’insaisissabilité ? Les immeubles A l’exception des parts de société civile immobilière 15
  • 14. Durée de la déclaration d’insaisissabilité Limites de la déclaration d’insaisissabilité 16
  • 15. Formalités de la déclaration d’insaisissabilité Doit être établie par acte notarié ATTENTION : Depuis la loi MACRON, la résidence principale de l’entrepreneur est insaisissable de droit 17
  • 16. 19 LOI PINEL DU 18 JUIN 2014 LOI MACRON DU 6 AOUT 2015 Réforme des baux commerciaux Olivier FARTHOUAT – Notaire
  • 17. Objectif : _Locataire: plus grande protection _Bailleur: risque de diminution de la rentabilité de son investissement 20
  • 18. Volonté du législateur : 21 • Maîtriser les hausses de loyer • Equilibrer les relations bailleur/locataire • Faciliter l’implantation de nouveaux commerces • Simplifier les règles de fonctionnement du bail
  • 19. 1. Déplafonnement Régime antérieur à la loi PINEL : loyers commerciaux déplafonnés en cas de modifications notables des caractéristiques du local considéré, de la destination des lieux, des obligations respectives des parties et des facteurs locaux de commercialité fixation à la valeur actuelle du loyer. Loi PINEL : déplafonnement à la valeur locative du loyer : pas d’augmentation supérieure pour une année à 10% du loyer acquitté au cours de l’année précédente. Si augmentation supérieure à 10% du montant payé l’année précédente : étalement dans le temps de sa réévaluation. Application : baux conclus ou renouvelés à partir du 1er septembre 2014. 22
  • 20. 2. Révision des loyers Constat : indice du coût de la construction déconnecté des chiffres d’affaires des commerçants Nouvel indice obligatoire : indice des loyers commerciaux (ILC), calculé selon l’indice des prix à la consommation et l’indice du chiffre d’affaires du commerce de détail Application : baux conclus ou renouvelés à partir du 1er Septembre 2014 23
  • 21. 3. Etat des lieux Obligation pour les parties d’établir un état des lieux contradictoire et amiable. A défaut, établi par huissier à la demande de la partie la plus diligente, frais partagés par moitié Joint au contrat ou conservé par chacune des parties Application : prises de possession d’un local à partir du 1er Septembre 2014 24
  • 22. 4. Inventaire des charges, impôts et taxes Obligation d’établir dans le bail un inventaire précis et limitatif des charges, impôts, taxes et redevances liés au bail, ainsi que leur répartition entre le propriétaire et le locataire. Bailleur : obligation d’adresser chaque année à son locataire un état récapitulatif de ces charges, impôts et taxes 25
  • 23. Liste des charges, impôts, taxes et redevances supportés obligatoirement par le bailleur : décret en Conseil d’Etat: Grosses réparations et honoraires Impôts dont le redevable légal est le propriétaire; exceptions taxe foncière et impôts liés à l’usage du local Honoraires du bailleur liés à la gestion des loyers ou de l’immeuble 26
  • 24. 5. Etat des travaux _Ancien régime : répartition des charges afférentes aux travaux pas obligatoire Code Civil et usages _Nouveau régime : dans le bail, puis tous les 3 ans, le bailleur doit adresser à son locataire : Etat récapitulatif des travaux réalisés dans les 3 années précédentes, et coût Etat prévisionnel sur 3 ans des travaux à réaliser, budget prévisionnel, répartition de ces charges Liste des dépenses supportées obligatoirement par le bailleur : décret en Conseil d’Etat 27
  • 25. _Preneur : Résiliation triennale : lettre recommandée avec accusé de réception ou exploit d’huissier Résiliation en cas de bail reconduit tacitement : uniquement exploit d’huissier _Bailleur : uniquement exploit d’huissier _Application : depuis le 8 août 2015 _Rappel : bail commercial renouvelé tacitement en fin de période bail à durée indéterminée ; résiliation à tout momentpar chacune des parties 6. Forme du congé 28
  • 26. 7. Cession de baux ou de fond de commerce: garantie de paiement des loyers _Ancien régime : garantie solidaire du paiement des loyers entre le cédant et le bénéficiaire, possible jusqu’à l’expiration du bail _Cette garantie était dangereuse pour les cédants _Nouveau régime : clause de garantie solidaire pour une durée de 3 ans maximum _Application : depuis le 19 juin 2014 – discussion sur l’application des baux en cours 29
  • 27. 8. Baux dérogatoires : dits de courte durée _Loi PINEL : allonge la durée des baux de courte durée de 2 à 3 ans _Application : baux conclus ou renouvelés à partir du 1er septembre 2014 Rappel : à l’issue du bail dérogatoire, si le locataire reste durant un mois dans les lieux nouveau bail, obligatoirement commercial, pour neuf ans 30
  • 28. 9. Nouveau droit de préemption du locataire en cas de vente du local commercial _Droit de priorité pour le locataire : en cas de vente du local dans lequel il exploite son fond de commerce _Information du locataire par lettre recommandée AR _Durée : un mois _Second droit de préférence en cas de vente à un prix plus avantageux _Application : 1er décembre 2014 31
  • 29. SCI ET ASSOCIE MINEUR
  • 30. Etat de la situation _Depuis la réforme de l’administration légale des mineurs : disparition de la distinction entre l’administration légale pure et simple et l’administration sous contrôle judiciaire _Hypothèses : emprunt avec constitution de sûreté sur l’immeuble social ; vente d’un immeuble social 33
  • 31. Exercice du droit de vote? Deux parents associés : Vote avec intervention du juge Deux parents non associés : Accord : vote sans intervention du juge Deux parents : Désaccord : voteavec intervention du juge Un parent associé : Vote avec intervention du juge Un parent non associé : Vote sans intervention du juge Attention : maintient critère de l’intérêt de l’enfant Rappel : compétence pour un mineur : Tribunal de Grande Instance 34
  • 32. 35  FISCALITÉ DES PARTICULIERS  FISCALITÉ DES ENTREPRISES Philippe DUPORTAIL – Expert-Comptable Emmanuel MATHIEU - Expert-Comptable Jean-Philippe – Expert-Comptable
  • 33. Imposition des particuliers 36 Jean-Philippe PETIT – Expert comptable Barème Décote Plafonnement du quotient familial Dématérialisation Retenue à la source CITE Cessationforcée du mandat social Revenuminimum d’activité Réduction d’impôt Madelin
  • 34. Mise en perspective _Rappels : l’an passé -> Loi de finances pour 2015 (art. 2) Suppression de la 1ère tranche d’imposition Tranche au taux de 5,5 % • Revenuspar part compris entre 6 011 € et 11 991 € Abaissement de la 2e tranche d’imposition Tranche au taux de 14 % • Revenuspar part à compter de 9 690 € Aménagement de la décote Revalorisation des tranches Barème revalorisé de 0,5 % pour l’imposition des revenus de 2014 37
  • 35. Mise en perspective _Cette année -> Loi de finances pour 2016 (art. 2) Revalorisation du barème de l’IR Les limites des 5 tranches sont revalorisées de 0,1 % • Hausse prévisible des prix hors tabacde l’année • Y compris le plafonnement des effets du quotient familial et les déductions pour certaines charges de famille Renforcement du mécanisme de la décote Relèvementdelalimited’application • Différenciation en fonction de la situation familiale • Baisse de l’IR pour les contribuables modestes Mise en place du prélèvement à la source de l’IR A compter du 1 er janvier 2018 38
  • 36. Mise en perspective 39 Impositiondes revenus de 2012 Impositiondes revenus de 2013 Impositiondes revenus de 2014 Impositiondes revenus de 2015 Taux d’imposition Inférieur à 5 964 € Inférieur à 6 012 € Inférieur à 9 690 € Inférieur à 9 700 € 0 % De 5 964 € à 11 896 € De 6 012 € à 11 991 € 5,5 % De 11 897 € à 26 420 € De 11 992 € à 26 631 € De 9 690 € à 26 764 € De 9 700 € à 26 791 € 14 % De 26 421 € à 70 830 € De 26 632 € à 71 397 € De 26 764 € à 71 754 € De 26 791 € à 71 826 € 30 % De 70 831 à 150 000 € De 71 398 € à 151 200 € De 71 754 € à 151 956 € De 71 826 € à 152 108 € 41 % Supérieur à 150 000 € Supérieur à 151 200 € Supérieur à 151 956 € Supérieur à 152 108 € 45 % A compter de l’imposition des revenusde 2011 : contribution exceptionnelle sur les hauts revenus RFR > 250 000 € ou 500 000 € selon la situation familiale du contribuable
  • 37. IRPP : la décote _Rappels Loi de finances pour 2014 Relèvement de la limite d’application de la décote • Pour 2013 : 1 016 € • Décote = 508 € - cotisation IR/2 _Loi de finances pour 2015 (art.2) Renforcement de la décote Relèvement de la limite d’application avec différenciation en fonction de la situation familiale • 1 135 € personnes seules • 1 870 € couples mariés ou pacsés Modification du calcul • Décote = Limite d’application – cotisation d’IR 40
  • 38. IRPP : la décote _Loi de finances pour 2016 (art. 2) Renforcement de la décote Modification du calcul • Décote = 1 165 – ¾ de la cotisation d’IR (personnes seules) • Décote = 1 920 – ¾ de la cotisation d’IR (couples mariés ou pacsés) • Décote plus importante pour les contribuables en ayant bénéficié l’année dernière Relèvement de la limite d’application (exprimée en impôt avant décote) • De 1 135 € à 1 552 € pour les personnes seules • De 1 870 € à 2 559 € pour les couples mariés ou pacsés 41 Exemple: Pour une imposition de 2,000 € au titre du foyer
  • 40. Plafonnement des effets du quotient familial _Rappels Plafonnement des effets du quotient familial Plafond fixé à 2 336 € en 2011 pour chaque demi-part Abaissement du plafond à 2 000 € pour 2012 Abaissement du plafond à 1 500 € pour 2013 Plafond fixé à 1 508 € pour 2014 _Loi de finances pour 2016 (art. 2) Relèvement du plafond de 0,1 % Plafond général fixé à 1 510 € pour 2015 Plafonds spécifiques • Célibataires, divorcés, séparés vivant seuls • 3 558 € pour le 1er enfant à charge 43
  • 41. Déclaration des revenus en ligne obligatoire ! 44 _Loi de finances pour 2016 (art. 76) Souscription obligatoire de la déclaration des revenus par voie électronique pour les contribuables équipé d’un accès à Internet Mise en place progressive • En fonction du revenu fiscal de référence (RFR) de N-2 Non-respect de l’obligation de télé déclaration Amende forfaitaire de 15 € par déclaration ou annexe
  • 42. Paiement dématérialisé 45 _Loi de finances pour 2016 (art. 76) Généralisation du paiement dématérialisé des impôts sur rôle Mise en place progressive • En fonction du montant des impositions • Auparavant,obligatoire si montant > 30 000 € Prélèvementsopérés par le Trésor public
  • 43. Paiement dématérialisé 46 _Loi de finances pour 2016 (art. 76) Généralisation du paiement dématérialisé des impôts sur rôle Impositions concernées • Impôt sur le revenu • Y compris les prélèvementssociaux et l’ISF (patrimoine compris entre1,3 M€ et 2,57 M€) • Taxe d’habitation • Taxes foncières • Et impositions suivantles mêmes règles • Contributionà l’audiovisuel public Non-respect de l’obligation de paiement dématérialisé Majoration de 0,2 % • Minimum de 15 € à compter du 1er janvier 2016
  • 44. Prélèvement à la source 47 _Loi de finances pour 2016 Mise en place du prélèvement à la source Objectif • Supprimer le décalage d’un an entre la perception du revenuet le paiement de l’impôt • Réduire les difficultés de paiement de l’impôt en cas de variation de revenusou de changement de situation • Simplification pour les contribuables Réforme présentée au Parlement avant le 1er octobre 2016 • Traduction législative d’ici fin 2016 • Large consultation conduite en 2016 sur les modalités de mise en œuvre Mise en œuvreeffectiveau 1er janvier 2018 • Principes fondateursmaintenus • Progressivitéde l’IR, conjugalisation et familialisation (quotient familial) et imputation des RI et CI • Confidentialité des éléments de calcul et simplicité de collecte • Déclaration d’ensemble des revenus
  • 45. CITE : Crédit d’impôt pour la Transition Energétique Rappels 2015 Modification du CIDD, devenu le CITE, pour les dépenses payées depuis le 1er septembre 2014 Suppression du bouquet de travaux Mise en place d’un taux unique : 30 % pour toutesles dépenses éligibles Deux nouvelles dépenses éligibles • Compteurs individuels pour le chauffageet l’eau chaude sanitaire • Bornes de recharge des véhiculesélectriques Pour certains travaux : Entreprise agréée RGE Dépenses acquittées jusqu’au 31 décembre2015 48
  • 46. CITE : Crédit d’impôt pour la Transition Energétique _Loi de finances pour 2016 (art. 106) Prorogation du CITE jusqu’au 31 décembre 2016 Exclusions Chaudières à condensation(Seules les dépenses d’acquisition de chaudière à hauteperformance énergétique ouvrentdroit désormais au CITE) Equipements de production d’électricité utilisant l’énergie éolienne Mise en place d’un dispositif anti -abus Vise les équipements mixtes Équipements intégrant un équipement utilisant l’énergie radiativedu soleil (panneaux photovoltaïques) et un équipement utilisant l’énergie solaire thermique Instauration d’un plafond de dépenses spécifique aux équipements mixtes • Le CITE s’applique sur le coût total de l’acquisition de l’équipement mixte dans la limite • D’unesurface de capteurssolaires fixée par arrêté • Et après application d’un plafond de dépenses par mètre carré de capteurssolaires 49
  • 47. CITE : Crédit d’impôt pour la Transition Energétique _Loi de finances pour 2016 (art. 106) Formalisme de la facture Visite préalable des travaux soumis à des critères de qualification Visite préalable à l’établissement du devis • L’entreprisedoit valider l’adéquation des équipements, matériaux ou appareils au logement Mention de la date de la visite sur la facture 50
  • 48. Les indemnités de cessation forcée du mandat social _Loi de finances pour 2016 (art. 3) L'article 3 de la loi remplace les limites d'exonération des indemnités de cessation forcée des fonctions versées aux mandataires sociaux et aux dirigeants par une limite unique d'exonération fixée à 3 fois le plafond annuel de la sécurité sociale (Pass) (CGI art. 80 duodecies, 2 modifié) et imposables dans la catégorie des traitements et salaires pour le surplus (soit au-dessus de 114 120 € pour celles perçues en 2015 et au-dessus de 115 848 € pour celles perçues en 2016). Rappelons qu'en cas de cumul d'un contrat de travail et d'un mandat social, le Conseil d'Etat (notamment CE 30-12-2009 n° 316730 : TS-II-19922) avait jugé qu'il convenait d'appliquer les limites (alors en vigueur) non pas à chaque indemnité (indemnité de licenciement et indemnité de cessation forcée du mandat social) mais au montant total de celles-ci. 51
  • 49. Les indemnités de cessation forcée du mandat social _Loi de finances pour 2016 (art. 3) Les dispositions du présent article complètent l'article 8 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2016 qui a limité à 5 fois le Pass le seuil au-delà duquel les indemnités de cessation forcée du mandat social sont totalement assujetties à cotisations de sécurité sociale, à CSG et à CRDS. Cette mesure s'applique aux indemnités versées au titre d'une cessation forcée notifiée à compter de 2016 52
  • 50. Indemnités de cessation forcée d’un mandat social 2015 (R. 2014) 2015 2016 (R. 2015) 2016 IR Cotisations sociales IR Cotisations sociales Dans la limite de 6 PASS, le plus élevé des montants: 2 x la rémunération annuelle brute 50% du montant de l’indemnité versé Exonération dans la limite de 2 PASS à condition que l’indemnité ne dépasse pas 10 PASS Limite unique de 3 PASS Exonération dans la limite de 2 PASS à condition que l’indemnité ne dépasse pas 5 PASS 53
  • 51. Imposition des entreprises 54 Philippe DUPORTAIL – Expert Comptable Déduction exceptionnelle 40 % Macron Amortissement exceptionnel - Imprimante 3D - Robot Crédit d’impot « Restaurateur »
  • 52. Déduction exceptionnelle en faveur de l'investissement (suramortissement Macron) _Déduction du résultat imposable d’une somme égale à 40% de la valeur d’origine de certains biens acquis entre le 15 avril 2015 et le 14 avril 2016 _Quelles entreprises ? Activité industrielle, commerciale, artisanale ou agricole, ou personnes morales passibles de l'impôt sur les sociétés Et imposées d’après un régime réel _Quelles modalités d’investissement ? Acquisition Fabrication par l’entreprise Contrat de location et contrat de crédit-bail 55
  • 53. Déduction exceptionnelle en faveur de l'investissement (suramortissement Macron) 56 DÉDUCTION FISCALE PAS DE DÉDUCTION FISCALE INVESTISSEMENTS BIENS ÉLIGIBLES À L’AMORTISSEMENT DÉGRESSIF AUTRES BIENS • MATÉRIELS ET OUTILLAGES DE TRANSPORT, SATELLITES DE COMMUNICATIONS • MACHINES DE BUREAU • INSTALLATIONS DE SÉCURITÉ, MÉDICO- SOCIALES, DE MAGASINAGE ET STOCKAGE • IMMEUBLES ET MATÉRIELS HÔTELIERS • BÂTIMENTS INDUSTRIELS DONT LA DURÉE NORMALE D'UTILISATION ≤ 15 ANS • EQUIPEMENTS ET BÂTIMENTS LÉGERS DES EXPLOITATIONS AGRICOLES • MATÉRIELS ET OUTILLAGES - INDUSTRIELS DE FABRICATION OU DE TRANSFORMATION (SAUF TRANSPORT) - DE MANUTENTION - DE RECHERCHE SCIENTIFIQUE OU TECHNIQUE • INSTALLATIONS - ÉPURATION EAUX ET ASSAINISSEMENT ATMOSPHÈRE - PRODUCTION VAPEUR/CHALEUR/ÉNERGIE
  • 54. Déduction exceptionnelle en faveur de l'investissement (suramortissement Macron) _Fait générateur Transfert de propriété, fabrication ou signature du contrat de locationou de crédit-bail entre le 15 avril 2015 et le 14 avril 2016 _Règles de calcul de la déduction La déduction est égale à 40% de la valeur d'origine des biens, hors frais financiers Répartition linéaire sur la durée normale d'utilisation des biens _Bénéfice du régime : décision de gestion (tout oubli sur votre première déclaration vaut renonciation) 57
  • 55. Extension du dispositif de déduction supplémentaire de 40% Aux poids lourds peu polluants Poids lourds de plus de 3,5 tonnes fonctionnant exclusivement au gaz naturel ou au biomasse Acquis entre le 1er janvier2016 et le 31 décembre 2017 La déduction est pratiquée sur la durée normale d'amortissement S'agissant des biens donnés en crédit-bail la déduction est répartie sur douze mois 58
  • 56. Amortissement exceptionnel sur 24 mois _Amortissement exceptionnel des équipements de fabrication additive (imprimante 3D) Équipements acquis entre le 1er octobre 2015 et le 31 décembre 2017 _Régime d’amortissement exceptionnel des robots des PME Prorogation du dispositif jusqu’au 31 décembre 2016 Amortissement possible sur les 24 mois à compter de la mise en service de l’immobilisation RéservéauxPMEausenscommunautaire 59
  • 57. Crédits d’impôt en faveur des entreprises _Crédit d'impôt maître restaurateur Extension aux entreprises dont un salarié a obtenu le titre de maître restaurateur Le salarié doit être titulaire d'un CDI ou d'un CDD de 12 mois minimum Recentrage sur les dépenses d'investissement Les dépenses courantes ne sont plus éligibles à l'exception des dépenses d'audit externe permettant de vérifier le respect du cahier des charges Suppression de certaines dépenses  Dépenses vestimentaireset de petit équipement pour le personnel  Dépenses de formation du personnel à l'accueil, à l'hygiène, à la sécurité, aux techniques culinaires à la maîtrise de la chaîne du froid, aux tests microbiologiques Entrée en vigueur : dépenses engagées à compter du 1er janvier 2016 60
  • 58. Groupes de sociétés Emmanuel Mathieu – Expert Comptable Intégration Fiscale Prix de transfert
  • 59. Intégration Fiscale _Rappels Quote-part de frais et charges sur produits de participation Neutralisation de la quote-part pour la détermination du résultat d’ensemble • Produits ouvrant droit au régime mère-fille • Versés par une autre société du groupe • Après le 1er exercice d’intégrationde la société distributrice Exclusion des produits versés par des sociétés non membresdu groupe intégré • Exclusion des sociétés non résidentesqui ne peuventêtre membres du groupe 62
  • 60. Intégration Fiscale _Loi de finances rectificative pour 2015 (art. 40) Mise en conformité du régime de groupe Suppression de la neutralisation de la quote -part de frais et charges Abaissement du taux de la quote -part de frais et charge • Taux de 1 % (en cas d’IF) (le taux reste à 5% si non option à l’IF • Sur la déclaration individuelle et non sur la déclaration d’ensemble • Pour les dividendes éligibles au régime mère-fille • Perçus d’autressociétés du groupe • Ou perçus de sociétés établies dans l’UE ou l’EEE • Qui rempliraient les conditions pour être membres du groupe si elles étaient établies en France Entrée en vigueur • Exercices ouvertsà compter du 1er janvier 2016 63
  • 61. Taxe sur la valeur ajoutée Ventes à distance Philippe DUPORTAIL – Expert Comptable
  • 62. Régime des ventes à distance _Rappels Régime particulier des ventes à distance 1er cas : Ventesà distance à partir de la France (art. 258 A CGI) • Jusqu’à un certain seuil • Ventessoumises à la TVA française • Au-delà de ce seuil, ventessoumises à la TVA de l’Etat d’arrivée • Le vendeur doit donc s’immatriculer dans l’Etat d’arrivéeet y déposer les déclarations de TVA 2nd cas : Ventesà distance à destination de la France (art. 258 B CGI) • Jusqu’à 100 000 €, ventessoumises à la TVA du pays du vendeur • Au-delà de 100 000 €, ventessoumises à la TVA française • Le vendeur doit donc s’immatriculer en France et y déposer les déclarations de TVA 65
  • 63. Régime des ventes à distance Régime particulier des ventes à distance Ventes à distance à partir de la France • Seuils par pays 66 Pays Seuil Pays Seuil Belgique 35 000 € Luxembourg 100 000 € Bulgarie 70 000 BGN Hongrie 35 000 € Croatie 270 000 HRK Malte 35 000 € République tchèque 1 140 000 CZK Pays-Bas 100 000 € Danemark 280 000 DKK Autriche 35 000 € Allemagne 100 000 € Pologne 160 000 PLN Estonie 35 000 € Portugal 35 000 € Irlande 35 000 € Roumanie 118 000 RON Grèce 35 000 € Slovénie 35 000 € Espagne 35 000 € Slovaquie 35 000 € Italie 35 000 € Finlande 35 000 € Chypre 35 000 € Suède 320 000 SEK Lituanie 35 000 € Royaume-Uni 70 000 GBP
  • 64. Régime des ventes à distance _Loi de finances pour 2016 (art. 9) Abaissement du seuil de 100 000 € à 35 000 € Vise les ventes à distance à destination de la France • Objectifs • Alignement sur le seuil applicable dans la plupart des autres pays de l’UE afin de taxer plus justement la consommation finale • Réduire les distorsions de concurrenceentre les opérateurs établis en France ou dans l’UE dans le commerce sur Internet Entrée en vigueur Les livraisons dont le fait générateur intervient à compter du 1 er janvier 2016 67
  • 65. Lutte contre la fraude fiscale Emmanuel Mathieu – Expert Comptable • CIR : Création d’un comitéconsultatif • TVA : Fraudes « Carrousel » • Caisses enregistreuses et logiciels permissifs
  • 66. Comité consultatif du crédit d’impôt recherche _Création d'un comité consultatif du crédit d'impôt recherche Présidé par un conseiller d‘État Composé d'un agent de l'administration fiscale Et d'un agent du ministère chargé de la recherche et/ou d'un agent du ministère chargé de l'innovation Le comité peut comprendre un expert indépendant (n’a pas eu à connaitre du litige) disposant des compétences techniquesnécessaires _Fonctionnement du comité consultatif du crédit d'impôt recherche Saisine : contribuable ou administration Avis à caractère consultatif _Entrée en vigueur : aux propositions de rectification adressées à compter du 1er juillet 2016 69
  • 67. Fraude à la TVA _Sanctions des fraudes « Carrousel » étendues aux prestations de services Ledispositifcomprend: La non-déduction de la TVA La solidarité de paiement de la TVA omise L’application de la procédure de flagrance 70
  • 68. Fraude à la TVA _Rappels Fraude carrousel de TVA L’acheteur savait ou ne pouvait ignorer qu’il participait à une fraude consistant à ne pas reverser la TVA due à raison de cette livraison de bien Pas de déduction de la TVA en présence d’une telle fraude • Pour les livraisons de biens • Les prestations de servicesne sont pas visées par le CGI (article 272, 3 du CGI) La charge de la preuve pèse sur l’administration • Preuveau moyen d’éléments objectifs ou d’un faisceau d’indices Article 283-4 bis du CGI : l’acheteur est solidairement tenu au paiement de cette taxe avec le vendeur pour Les livraisons de biens Les prestations de services Ces deux dispositions sont exclusives l’une de l’autre 71
  • 69. Fraude à la TVA _Rappels Fraude carrousel de TVA L’acheteur savait ou ne pouvait ignorer qu’il participait à une fraude consistant à ne pas reverser la TVA due à raison de cette livraison de bien Pas de déduction de la TVA en présence d’une telle fraude • Pour les livraisons de biens • Les prestations de servicesne sont pas visées par le CGI (article 272, 3 du CGI) La charge de la preuve pèse sur l’administration • Preuveau moyen d’éléments objectifs ou d’un faisceau d’indices Article 283-4 bis du CGI : l’acheteur est solidairement tenu au paiement de cette taxe avec le vendeur pour Les livraisons de biens Les prestations de services Ces deux dispositions sont exclusives l’une de l’autre 72
  • 70. Fraude à la TVA _Loi de finances rectificative pour 2015 (art. 91) Les prestations de services sont désormais expressément visées par le texte qui interdit le droit à déduction En présence d’une fraude carrousel, la TVA n’est pas déductible au niveau de l’acheteur qu’il s’agisse • De livraisons de biens • De prestations de services Entrée en vigueur Opérations dont le fait générateur intervient à compter du 31 décembre 2015 73
  • 71. Fraude à la TVA _Détecter le schéma de fraude « Carrousel » _Indices concernant les caractéristiques du fournisseur _ - numéro de TVA intracommunautaire du fournisseur invalide. _ - société de création récente, inconnue au registre du commerce et des sociétés ou en cours d'immatriculation ; _ - changements statutaires successifs, récents, non expliqués par la situation économique apparente de l'entreprise ; _ - société réalisant des opérations sans rapport ou éloignées de son activité habituelle ou de celle mentionnée dans ses statuts; _ - absence de publication des comptes ; _ - société intervenant dans des secteurs sensibles aux fraudes à la TVA de type carrousel : secteurs des composants électroniques, de la téléphonie mobile et du matériel électro- ménager, hi-fi et vidéo, textile, métaux précieux, etc. ; _ - société située à une adresse de domiciliation, en France ou à l'étranger ; _ - nombre de salariés et moyens matériels (stockage, logistique, bureaux) sans rapport avec les pratiques usuelles du secteur concerné. 74
  • 72. Fraude à la TVA _Détecter le schéma de fraude « Carrousel » _Indices concernant les caractéristiques de la transaction, du contrat et de la facturation _ - le prix de la transaction anormalement inférieur au prix du marché ; _ - le numéro de téléphone sur liste rouge ou le simple numéro de fax mentionné sur la facture; _ - l'absence d'indication de contact commercial ou contact difficilement identifiable ; _ - le démarchage par un apporteur d'affaires ou un intermédiaire pour une mise en relation avecdes fournisseurs inconnus ; _ - l'absence de relations directes avecle gérant statutaire; _ - le libellé très succinct de la facture; _ - l'importance du montant de l'acompte par rapport au montant total facturé ou l'absence d'acompte alors que le montant facturéest élevé ; _ - l'absence de délai laissé pour le règlement ; _ - l'absence de documents relatifs à la livraison des marchandises ; _ - la vente« départ » ; _ - le circuit de facturation différent du schéma de livraison. 75
  • 73. Fraude à la TVA _Logiciels ou systèmes de caisses sécurisées et certifiées pour lutter contre la fraude Obligation d'utilisation d'un logiciel ou système de caisse sécurisé à compter de 2018 Sanctions : amende et régularisation Amende de 7 500€ par logiciel ou système de caisse pour lequel le certificat ou l'attestation fait défaut Obligation de régulariser la situation dans un délai de 60 jours à compter de la remise ou de la réception du procès-verbalconstatant le manquement  Si la situation est régularisée dans les 30 jours à compter de la remise ou de la réception du procès-verbalpar l'assujetti, l'amende ne sera pas appliquée  Si aucunejustification n'est produite dans le délai de 60 jours, une nouvelle amende de 7 500€ se cumulera avecla précédente Intervention administrative pour exercer le contrôle Contrôle inopiné dans les conditions habituelles 76
  • 74. Fraude à la TVA _Logiciels ou systèmes de caisses sécurisées et certifiées pour lutter contre la fraude - Loi de finances pour 2016 (art. 88) Sont visées les entreprises qui enregistrent les règlements de leurs clients avec l’un des dispositifs suivants Logiciel de comptabilité Logiciel de gestion Système de caisse Ces logiciels ou systèmes doivent satisfaire à des conditions d’inaltérabilité, de sécurisation, de conservation et d’archivage des données Conditions justifiées par • Délivranced’un certificat par un organisme accrédité • Ou attestation individuelle de l’éditeur établie sur un modèle fournit par l’administration 77
  • 75. Actualité relative aux plus-values de cession de titres Jean-Philippe PETIT – Expert Comptable
  • 76. Régimes de cession de titres détenus en direct _À compter du 1er janvier 2014, les plus-values de cession de titres sont imposées sans exception Soit selon le régime de droit commun Soit selon le régime incitatif Régime de droit commun Abattement de la PV de cession pour durée de détention des titres cédés : • moins de 2 ans de détention : 0% d’abattement • entre 2 ans et 8 ans de détention : 50% d’abattement • plus de 8 ans de détention : 65% d’abattement Imposition de la PV au barème progressif de l’IR Régime incitatif Abattement, pour durée de détention des titres cédés, de la PV de cession, (i) de titres dans le cadre intrafamilial, (ii) de titres dans le cadre du départ à la retraite du dirigeant de PME ou (iii) de titres de PME de moins de 10 ans : • moins de 1 an de détention : 0% d’abattement • entre 1 an et 4 ans de détention : 50% d’abattement • entre 4 ans et 8 ans de détention : 65% d’abattement • plus de 8 ans de détention : 85% d’abattement Pour les chefs de petites entreprises partant à la retraite : abattement complémentaire de 500 000€ 79
  • 77. IR Régime Général Régime Incitatif • 23,96% • 6,75% • 22,25% • 26,25% • -5,1% x 45% abat. PS CEHR N+1 Net IR • 45% • 32,96% • 15,75% • 31,25% • 35,25% • -5,1% x 45% abat. PS CEHR N+1 Net Exemple d’une PV au RG et RI avec plus de 8 ans de détention • 45% 80
  • 78. Détermination du gain net : décision du Conseil d’État du 12 novembre 2015 L’abattement pour durée de détention est applicable aux plus-values nettes d’après la décision CE n°390265 du 12 novembre 2015 Cette décision du Conseil d’État du 12 novembre 2015 annule les commentaires administratifs, relatifs à l’application des abattements pour durée de détention aux moins-values en considérant qu’il s’agit de dispositions nouvelles, et non de commentaires explicatifs En conséquence, si des MV ont été constatées depuis le 1er janvier 2013 et imputées après application de l’abattement pour durée de détention sur titres, il convient de déposer une réclamation contentieuse avant le 31 décembre de la deuxième année suivant la mise en recouvrement du rôle 81
  • 79. Détermination du gain net : décision du Conseil d’État du 12 novembre 2015 _L’an passé, nous vous expliquions la position de l’Administration : 82 Monsieur X cède en 2013 des titres de son portefeuille de valeurs mobilières et réalise ainsi une plus-value de 10.000 € sur des titres acquis l’année dernière. Une moins-value de 10.000€ sur des titres acquis en 2002 Economiquement, il n’a ni gagné, ni perdu… Fiscalement, il est imposable sur une plus-value de 10.000€ sans abattement et pourra déduire une moins-value de 3.500€ (65% d’abattement), soit une plus value nette imposable de 6.500€…
  • 80. 83 L’ACCESSIBILITE DES PERSONNES HANDICAPEES AUX LOCAUX PROFESSIONNELS ET COMMERCIAUX  S I Valérie Drouart – Notaire
  • 81. Accessibilité : Introduction _La loi du 11 février 2005 et dernièrement l’ordonnance du 26 septembre 2014 déterminent le cadre législatif des AGENDAS D’ACCESSIBILITE PROGRAMMEE : Ad’AP _ Le principe est que tout local doit être accessible à tous. _ _La notion d’accessibilité concerne tous les handicaps et non pas seulement les handicaps moteurs. _ _Des aménagements sont donc nécessaires pour les usagers en fauteuil roulant et plus largement les personnes à mobilité réduite. _ _Cependant il en va de même pour les personnes atteintes de déficience visuelle ou auditive ainsi que pour les personnes atteintes de déficience cognitive ou psychique. _ _Les établissements recevant du public (ERP) sont donc concernés par cette législation, quelque soit leur taille. 84
  • 82. Accessibilité : Introduction _L’accessibilité se décline dans les points suivants : _ L’accès au bâtiment L’accès à l’information L’accès à la communication L’accès aux prestations _ _Pour les ERP neufs, la construction devraêtre accessible dans le cadre du montage du dossier de construction. _ _Pour les ERP existants, cet objectif peut parfois être difficile à réaliser. Il existe des possibilitésde dérogations mais la dérogation ou les dérogations ne pourrons concerner que des points précis et pas les autres. _ _Il n’existe pas de dérogation totale 85
  • 83. Accessibilité : LES DIFFERENTES CATEGORIES D’ERP _L’accessibilité se décline dans les points suivants : _ Un ERP peut donc être considéré comme conforme même si son accessibilité n’est pas totale et universelle. _ _Sont considérés comme ERP tous les bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels des personnes sont admises , soit librement, soit moyennant rétribution ou une participation quelconque, ou dans lesquels sont tenues des réunions ouvertes à tout venant ou sur invitation payantes ou non, sachant que toute personne autre que le personnel fait partie du public. 86
  • 84. Accessibilité : LES DIFFERENTES CATEGORIES D’ERP _ _Les ERP sont classés en 5 catégories. _ _Ces catégories sont classées par les seuils suivants : _ 1ère catégorie : ERP accueillant plus de 1500 personnes 2ème catégorie : plus de 700 personnes 3ème catégorie : plus de 300 personnes 4ème catégorie : moins de 300 personnes et au-dessus d’un seuil variable selon le type d’ERP 5ème catégorie : en dessous de ce seuil variable _ _Les locaux qui sont implantés dans un centre commercial sont classés dans la même catégorie que celle du centre commercial généralement en première catégorie. 87
  • 85. Accessibilité : LES OBLIGATIONS PAR CATEGORIES D’ERP au 1 er janvier 2015 _ _Locaux accessibles au 1er janvier 2015 _ _Au 1er janvier 2015, les ERP classés en catégories 1,2,3,4 doivent respecter les prescriptions techniques d’accessibilité applicables au neuf pour chaque mètre carré du bâtiment _ _Au 1er janvier 2015, les ERP classés en 5ème catégorie doivent respecter les prescriptions techniques d’accessibilité applicables au neuf dans au moins une partie de l’établissement. _ _Dans ce cas, toutes les prestations de l’établissement doivent pouvoir être délivrées dans cette partie accessible, laquelle doit être la plus proche possible de l’entrée. _ _Au 31 décembre 2014, les locaux accessibles devaient le faire savoir en envoyant une attestation d’accessibilité à laquelle est jointe toute pièce certifiant de cette accessibilité. _ _Les autres ERP qui ne sont pas accessibles devaient donc élaborer et déposer un agenda d’accessibilité programmée (Ad’AP) 88
  • 86. Accessibilité : LES OBLIGATIONS PAR CATEGORIES D’ERP au 1 er janvier 2015 _ _Locaux non accessibles au 1er janvier 2015 : Ad’AP avant le 27 septembre 2015 _ _Tous les ERP dont les locaux professionnels libéraux, qui ne sont pas accessibles au 1er janvier 2015 doivent entrer dans le dispositif des AGENDAS D’ACCESSIBILITE PROGRAMMEE (Ad’AP) AVANT le 27 septembre 2015 et élaborer un agenda de mise en accessibilité de leurs locaux et prestations. _La durée d’un agenda Ad’AP ne peut excéder trois ans pour un ERP de 5ème catégorie. _ _Les ERP de la 1ère à 4ème catégorie peuvent éventuellement étaler la réalisation des travaux sur 6 ans. Dans tous les cas, les travaux devront être étalés et commencer dès la première année. 89
  • 87. Accessibilité : PROCEDURES ADMINISTRATIVES _ _Quelles sont les démarches à respecter afin de s’assurer du respect de la loi du 11 février 2005 et l’ordonnance du 26 septembre 2014 ? AVANT LE 27 SEPTEMBRE 2015 Cas numéro 1 : mon ERP répond aux normes d’accessibilité _ _Si mon ERP était accessible avant le 1er janvier 2015, je transmets au plus vite en préfecture et à la commission communale pour l’accessibilité, une ATTESTATION D’ACCESSIBILITE (et justificatifs) _ _JE SUIS EXEMPTE D’Ad’AP _ 90
  • 88. Accessibilité : PROCEDURES ADMINISTRATIVES _ _Quelles sont les démarches à respecter afin de s’assurer du respect de la loi du 11 février 2005 et l’ordonnance du 26 septembre 2014 ? AVANT LE 27 SEPTEMBRE 2015 _ Cas numéro 2 : mon ERP ne répond pas aux normes d’accessibilité _ _Si mon ERP n’est pas aux normes au 31 décembre 2014, je dois élaborer et déposer un agenda d’accessibilité programmée avant le 27 septembre 2015. _ _Selon le cas de nécessité d’un permis de construire ou non, un dossier spécifique était à déposer en mairie de la commune d’implantation du bâtiment. _ _La commission pour l’accessibilité de la commune d’implantation du bâtiment doit être informée via la mairie du dépôt de l’Ad’AP. 91
  • 89. Accessibilité : PROCEDURES ADMINISTRATIVES _ _Quelles sont les démarches à respecter afin de s’assurer du respect de la loi du 11 février 2005 et l’ordonnance du 26 septembre 2014 ? APRES LE 27 SEPTEMBRE 2015 _ Cas numéro 1 : je vais déposer un Ad’AP en retard _ _Je suis en train de finaliser mon Ad’AP _Mais j’ai rencontré des difficultés qui ont freiné l’élaboration _J’aurai du retard _Solution : j’envoie mon Ad’AP en préfecture en justifiant et expliquant mon retard 92
  • 90. Accessibilité : PROCEDURES ADMINISTRATIVES _ _Quelles sont les démarches à respecter afin de s’assurer du respect de la loi du 11 février 2005 et l’ordonnance du 26 septembre 2014 ? APRES LE 27 SEPTEMBRE 2015 _ Cas numéro 2 : je n’ai toujours pas élaboré d’Ad’AP _En ne construisant pas d’Ad’AP, je ne réponds pas au cadre légal. _ Je risque une sanction pécuniaire : _ • 45.000 euros par personne physique • 225.000euros pour une personne morale 93
  • 91. Accessibilité : PROCEDURES ADMINISTRATIVES _ _Quelles sont les démarches à respecter afin de s’assurer du respect de la loi du 11 février 2005 et l’ordonnance du 26 septembre 2014 ? APRES LE 27 SEPTEMBRE 2015 _ Cas numéro 3 : je n’ai pas élaboré d’Ad’AP, mais je veux rendre mon local accessible _ _Je fais les démarches pour mettre en accessibilité mon établissement. • Je réalise le diagnostic accessibilité • Je sollicite les autorisations de travaux • Je réalise les travaux _ _Cela me permettra de respecter le cadre légal. _J’éviterai en principe les sanctions. 94
  • 92. Accessibilité : PROCEDURES ADMINISTRATIVES _ _Quelles sont les démarches à respecter afin de s’assurer du respect de la loi du 11 février 2005 et l’ordonnance du 26 septembre 2014 ? APRES LE 27 SEPTEMBRE 2015 _ Cas numéro 4 : j’ouvre un ERP pour lequel un Ad’AP existe déjà _ • Je reprends et achèvel’Ad’APen cours 95
  • 93. Accessibilité : PROCEDURES ADMINISTRATIVES _ _Quelles sont les démarches à respecter afin de s’assurer du respect de la loi du 11 février 2005 et l’ordonnance du 26 septembre 2014 ? APRES LE 27 SEPTEMBRE 2015 _ Cas numéro 5 : j’ouvre un ERP qui ne possède pas d’Ad’Ap _Je fais les démarches pour mettre en accessibilité mon établissement. • Je réalise le diagnostic accessibilité • Je sollicite les autorisations de travaux • Je réalise les travaux 96
  • 94. Accessibilité :A Retenir _ _Lors de la revente d’un ERP, si celui-ci répond aux normes d’accessibilité, il gagnera sensiblement en valeur par rapport à un ERP qui n’y répond pas ou qui n’a pas rempli les démarches imposées par la loi. _L’acte de vente notarié s’attachera à préciser le degré d’accessibilité de l’ERP et mettra en exergue, le cas échéant, les points accessibles. 97
  • 95. Accessibilité : Dans quels cas et comment obtenir une dérogation _ _ Quatre motifs de dérogation sont prévus par la loi : _ _Ces dérogations sont à solliciter au moyen d’un imprimé spécifique et sont accordées par le Préfet sur avis de la commission consultative départementale de sécurité et d’accessibilité. _ _Elles ne peuvent porter que sur certains aspects et ne sont pas générales. _ Impossibilité techniqueliée à l’environnement ou à la structuredu bâtiment Préservation du patrimoine architectural Disproportion manifeste entre la mise en accessibilité et ses conséquences Refus par l’assemblée générale des copropriétaires de réaliser les travaux d’accessibilité (ce refus doit être toutefois motivé). 98
  • 96. Accessibilité : Dans quels cas et comment obtenir une dérogation _ _ _Les disproportions manifestes entre les améliorations apportées et leurs conséquences doivent notamment faire ressortir que cela entraîne : _ Un impact économique tel, par rapport aux coût des travaux, qu’il pourrait entraîner le déménagement de l’activité, une réduction importante de celle-ci et de son intérêt économique, voire la fermeture de l’établissement. _ Une réduction significative de l’espace dédié à l’activité de l’ERP compte tenu de l’encombrement des aménagements requis et de l’impossibilité d’étendre la surface occupée. 99
  • 97. Accessibilité : Dans quels cas et comment obtenir une dérogation _ _ _Il convient d’apprécier ces différents élémentsau cas par cas. _ L’exploitant devra fournir à l’appui de sa demande de dérogation toutes pièces nécessaires à l’appréciation de la situation financière de l’établissement. _ _ Les dérogations accordées sont pérennes et suivront l’établissement ERP et non le locataire. Ainsi tout changement de locataire ne remettra pas en question la dérogation. Seuls des travaux soumis à permis de construire feront tomber des dérogations qui auraient été accordées pour motif économique. Ce permis de construire entraînera une mise aux normes de l’établissement. 100
  • 98. Accessibilité : Dans quels cas et comment obtenir une dérogation _ _ _Il convient d’apprécier ces différents élémentsau cas par cas. _ L’exploitant devra fournir à l’appui de sa demande de dérogation toutes pièces nécessaires à l’appréciation de la situation financière de l’établissement. _ _ Les dérogations accordées sont pérennes et suivront l’établissement ERP et non le locataire. Ainsi tout changement de locataire ne remettra pas en question la dérogation. Seuls des travaux soumis à permis de construire feront tomber des dérogations qui auraient été accordées pour motif économique. Ce permis de construire entraînera une mise aux normes de l’établissement. 101
  • 99. Accessibilité : Dans quels cas et comment obtenir une dérogation _ _ _Diagnostic _ Pour les ERP de 5ème catégorie, il est possible de réaliser un auto-diagnostic sur le site du ministère (www.developpement-durable.gouv.fr) _ _ Pour les autres ERP, il faut faire réaliser un diagnostic accessibilité qui analysera l’établissement au regard de ses obligations d’accessibilité et d’établir à titre indicatif une estimation des travauxnécessaires 102
  • 100. Accessibilité : LES SANCTIONS : LES RISQUES ENCOURUS EN CAS DE NON RESPECT DE LA LOI _ _SANCTIONS LIEES A L’Ad’AP _ _a) Les sanctions pécuniaires _ _Amende : Une amende de 15.00 euros pour les ERP de 5 ème catégorie et de 5.000 euros pour les autres est prévue dans les cas suivants : _ Non dépôt du dossier d’Ad’AP AU 27 septembre 2015 sans justification Non transmission des documents de suivi ou si ceux-ci sont erronés Non transmission de l’attestation d’achèvement des travaux _ _En cas de dépôt tardif, la durée prévue pour la réalisation des travaux(agenda sur trois ans), sera réduite d’autant… _ 103
  • 101. Accessibilité : LES SANCTIONS : LES RISQUES ENCOURUS EN CAS DE NON RESPECT DE LA LOI _ _ SANCTIONS LIEES A L’Ad’AP _ _ b) Constat de carence _ _ Le constat de carence pourra être réalisé par l’administration dans les cas suivants : _ ABSENCE DE COMMENCEMENT D’EXECUTION DE L’AGENDA RETARD IMPORTANT DANS L’EXECUTION DES ENGAGEMENTS LORSQU’AU TERME DE L’ECHEANCE, LES TRAVAUXPREVUS N’ONT PAS ETE REALISES _ _ L’autorité compétente a un pouvoir d’appréciation. _ _ En cas de carence avérée, les sanctions sont : L’abrogation de la décision approuvant l’Ad’AP en l’absence de tout commencement des travaux La constitution d’une provision comptable correspondant aux travaux non réalisés, en cas de retard important dans l’exécution des travaux prévus Mise en demeure du maître d’ouvrage de réaliser les travaux dans le cadre d’un nouvel échéancier + sanction pécuniaire comprise entre 5 et 20 % du montant des travaux restant à réaliser L’application de toutes ces sanctions prévues par l’ordonnance du 26 septembre 2014 relève de la responsabilité du préfet. 104
  • 102. Accessibilité : LES SANCTIONS : LES RISQUES ENCOURUS EN CAS DE NON RESPECT DE LA LOI _ _SANCTIONS GENERALES LIEES A L’ABSENCE DE MISE AUX NORMES _ _La fermeture administrative _ Le maire qui a autorisé l’ouverture de l’établissement dispose du pouvoir de le fermer si celui-ci ne satisfait pas aux obligations d’accessibilité. _ _Le délit pénal de discrimination en raison du handicap de la personne _ Le refus de délivrer une prestation du seul fait du handicap du client est passible d’une amende maximale de 75.000 euros et de 5 ans de prison. La discrimination est punie de 3 ans de prison et 45000 euros d’amende si elle consiste à refuser la fourniture d’un bien ou service Subordonner la fourniture de ce bien ou service à une condition fondée sur l’un des éléments visés par l’article 225-1 du code pénal Le recours pénal peut être engagé par toute personne ou par toute association de personnes handicapées déclarées depuis au moins 5 ans. 105
  • 103. Accessibilité : LES CONSEQUENCES _ _ _Les actes de cession, de vente et les baux devront veiller à sécuriser les clients en la matière. _ _BAUX La loi ne précise pas qui entre le locataire et le propriétaire, doit payer les travaux de mise en accessibilité des établissements recevant du public. _ L’article 606 du code civil mentionne uniquement les gros murs et les voûtes comme à la charge exclusive du bailleur. De fait, les travaux de mise aux normes qui ne concernent pas la structure de l’immeuble peuvent être à la charge du locataire (les aménagements intérieurs notamment), ceux qui impactent la structure (des modifications des accès en façade par exemple) peuvent êtreà la charge du bailleur. _ _Il convient donc de se reporter au bail pour identifier les responsabilitésrespectives de chacun. 106
  • 104. Accessibilité : LES CONSEQUENCES _ _Les actes de cession, de vente et les baux devront veiller à sécuriser les clients en la matière. _ _BAUX La loi ne précise pas qui entre le locataire et le propriétaire, doit payer les travaux de mise en accessibilité des établissements recevant du public. _ L’article 606 du code civil mentionne uniquement les gros murs et les voûtes comme à la charge exclusive du bailleur. De fait, les travaux de mise aux normes qui ne concernent pas la structure de l’immeuble peuvent être à la charge du locataire (les aménagements intérieurs notamment), ceux qui impactent la structure (des modifications des accès en façade par exemple) peuvent êtreà la charge du bailleur. _ Il convient donc de se reporter au bail pour identifier les responsabilitésrespectives de chacun. 107
  • 105. Accessibilité : LES CONSEQUENCES _Plusieurs situations peuvent donc apparaître : _ Le bail ne prévoit pas que la charge des travaux prescrits par l’administration incombe au preneur. C’est donc au bailleur de les assumer. _ Le bail comporte une clause mettant expressément à la charge du preneur les travaux d’accessibilité _ Le bail contient une clause stipulant que les travaux imposés par l’autorité administrative seront à la charge du preneur . _ Dans un premier temps, le contact est à établir avec le bailleur pour convenir des modalités de prise en chargeet de réalisation des travaux. En cas de refus de réalisation des travaux, une procédure pourra être mise en place. En cas de refus de prise en charge financière des travaux par le propriétaire, le locataire peut s’y substituer. Toutefois, s’il apparaît une disproportion manifeste entre le coût des aménagements et le résultat obtenu, il est possible de présenter une demande de dérogation. 108
  • 106. Accessibilité : ETAT D’URGENCE _En conclusion, _Il y URGENCE à respecter, si ce n’est déjà fait, cette réglementation. 109
  • 107. _Les notaires et les experts comptables de la Région Dunkerquoise vous remercient pour votre présence et votre attention et se tiennent à votre disposition pour des entretiens individualisés lors du cocktail et bien sûr dans nos études et cabinets respectifs pour examiner en profondeur les solutions adaptées à votre situation 110 Avec nos remerciements spéciaux pour les moyens techniques et humains de la