SlideShare une entreprise Scribd logo
Le contrôle par ultrasons
1. Principe du contrôle
Les ultrasons sont des ondes mécaniques générées à partir d'un élément piézo-
électrique excité à une fréquence comprise entre 2 et 5 MHz. Cet élément est
souvent fixé d'un côté sur une semelle en matière plastique et de l'autre à un
amortisseur, l'ensemble constituant le traducteur.
Les ultrasons sont transmis dans la pièce à contrôler par l'intermédiaire d'un
milieu de couplage, et se propagent à une vitesse qui dépend du matériau
(Figure 1).
Figure 1 : propagation des ondes
Lorsque les ultrasons rencontrent un, un écho revient vers le traducteur
(Figure 2). Cette énergie mécanique réfléchie est transformée en signal
électrique par l'élément piézo-électrique et se signale par un écho sur le
système de visualisation de l'appareil à ultrasons. La position de l'écho permet
de déterminer la profondeur de l'indication dans la pièce et d'en apprécier le
caractère volumique ou non volumique.
a : Epaisseur de la pièce à contrôler,
b : Distance palpeur-défaut.
Figure V.2: propagation des ondes
2. Avantages du contrôle par ultrasons
Le contrôle ultrasonore tient actuellement dans l'industrie une place
importante au sein des essais non-destructifs. Il présente les avantages
suivants:
 Accès nécessaire d’un seul côté de la pièce,
 Contrôle possible de compacité de la totalité d'un volume donné,
 Puvoir de pénétration important,
 Précision dans la localisation des défauts,
 Rapidité,
 Très sensible pour la détection des défauts plans,
 Estimation de l'importance d'une indication à l'aide de son pouvoir
réfléchissant (contrôle en réflexion) ou de l'atténuation produite (contrôle
en transmission),
 Automatisation et traçabilité possibles à l'aide de moyens d'imageries
 Aucune précaution particulière sur les plans hygiène et sécurité.
Dès sa mise en application, de nombreuses critiques concernant les
difficultés d'interprétation, son manque de justesse et de fidélité, ont freiné son
développement. Aujourd'hui, une amélioration des matériels, associée à une
plus grande compétence des utilisateurs, qui ont amené cette technique
à donner d'excellents résultats, sous certaines précautions d'emploi.
Pour répondre à ces besoins, l'opérateur doit être capable à chaque instant
de contrôler l'appareillage et son évolution dans le temps. Dans ce but, des
blocs d'étalonnage et de réglage ont été mis au point, ainsi que des
recommandations décrivant leur utilisation.
Cet ensemble de blocs d'étalonnage permet :
 D'estimer les possibilités des appareils et de leurs accessoires, les
palpeurs en particulier.
 De régler la puissance et la sensibilité à un niveau convenant au travail à
exécuter.
 De reproduire dans le temps des conditions de réglage déjà.
 De comparer entre eux des matériels différents et d'éliminer ceux qui ne
peuvent pas convenir.
Pour l'examen de pièces de formes complexes, le contrôle de très grandes
séries, etc..., on peut réaliser des «modèles de contrôle». Ce sont des modèles
de réglage, obtenus à partir d'une pièce saine, dans laquelle on a usiné des
défauts artificiels représentatifs de ceux que l'on peut rencontrer
éventuellement dans les pièces. Ces modèles sont très appréciés des
utilisateurs et permettent un contrôle par simple comparaison.
3. Domaine d'application
Le contrôle par ultrasons est applicable à de nombreux matériaux
pourvus qu’ils ne présentent pas une trop forte atténuation. Les matériaux
métalliques, thermoplastiques, composites, céramiques peuvent être contrôlés
par ce procédé.
Les ultrasons permettent la détection de tous défauts engendrant une
variation locale des propriétés ultrasonores de la pièce. Le contrôle des
soudures peut être effectué entre -20°C et 150°C.
Le contrôle ultrasonore est notamment utilisé pour le contrôle :
 Des pièces moulées : retassures, vermiculures, variations locales de
structure, ségrégations, porosités,
 Des pièces forgées : retassures, criques, repli de forge,
 Des produits laminés et étirés : dédoublures, ségrégations,
 En service : les défauts apparaissant en service tels que fissures ou
corrosions,
 Des soudures avant et après traitement thermique. Le contrôle par
ultrasons peut être appliqué avec profit aux soudures réalisées sur les
aciers non alliés et faiblement alliés de nuance ferritique ainsi que sur
les alliages légers.
Le contrôle des soudures sur aciers austénitiques est réalisable, mais
nécessite la mise au point d’une procédure particulière.
Contrôle avant soudage : Il est nécessaire d'effectuer, dans le cas des tôles et
des produits forgés, un contrôle par ultrasons pour détecter des défauts
pouvant gêner le contrôle après soudage (délaminage, ségrégation, anisotropie,
dans le cas des tôles ; retassures, criques, repli de forges dans le cas des
produits forgés).
Contrôle après soudage : le contrôle ultrasonore est bien adapté pour
le contrôle des épaisseurs soudées comprises entre 6 et 100 mm mais est
adaptable en dehors de cette fourchette. Grâce aux techniques d'examen mises
en œuvre, tous les types de soudure peuvent être examinés (bout à bout,
d'angle et à recouvrement).
4 Propriétés des faisceaux ultrasoniques
Les ondes émises par le palpeur se propagent à travers un matériau en
un faisceau peu divergent.
Pour une surface d'émission plane, la plus grande partie de l'énergie
ultrasonore est localisée dans un cône dont le demi-angle d'ouverture
est donné par la formule de Fresnel:
D
λ
.K=sinα avec K = 1,2 (valeur pratique)
D : diamètre de l'élément sensible du palpeur.
λ : longueur d'onde dans le matériau.
Exemple : Emission d’ondes longitudinales de fréquence 5 MHz dans l’acier.
La vitesse moyenne de propagation des O.L. dans l’acier est c = 5 850 m/s
La longueur d’onde pour une fréquence de 5 MHz est :
mm1,17=
0000005
0008505
=
f
c
=λ
c : célérité
f : fréquence
Les demi-angles d’ouverture sont alors :
a - élément sensible D = 20 mm K = 1,2
°4=αoùd'0,07,=
20
1,17
.1,2=
D
λ.K=αsin
b - élément sensible D = 10 mm
°8=αoùd'0,14,=
10
1,17
1,2.=
D
λK.=αsin
D = 20 mm D = 10 mm
α = 4° α = 8°
5. Mouvement des ondes
Les ondes sonores, audibles ou ultrasoniques, sont des vibrations
mécaniques impliquant un mouvement du milieu dans lequel elles se
propagent. Les ondes sonores de fréquence élevée se comportent d'une manière
semblable à celle des vibrations électromagnétiques. Cependant, les propriétés
physiques du milieu doivent aussi être prises en considération, puisque ce
milieu est lui-même en mouvement.
Une onde sonore peut se propager dans tout matériau à comportement
élastique, c'est-à-dire dans lequel il existe une force s'opposant au déplacement
des particules et tendant à ramener ces particules dans leur position initiale.
Des considérations d'inertie montrent que dans de tels milieux, la
particule dépasse sa position initiale en revenant, et qu'une force contraire
prend naissance, tendant à l'y ramener. Ce mouvement oscillatoire se prolonge
tant qu'une énergie d'excitation suffisante est appliquée, mais lorsque la force
d'excitation est supprimée, le mouvement diminue progressivement, l'énergie
étant absorbée par les frottements internes.
5.1. Les ondes longitudinales
Lorsque les ondes sonores se propagent à l'intérieur des solides,
le déplacement des particules dans une direction provoque des déplacements
dans d'autres directions (Figure 5).
Pour les matériaux de grandes dimensions on doit prendre en
considération du coefficient de Poisson. La vitesse des ondes longitudinales
dans les matériaux de grandes dimensions est:
( ) ( )2σ-1.σ+1
σ-1.ρ
E=V0
V0 : Vitesse des ondes longitudinales,
E : Masse spécifique des matériaux,
ρ: Masse spécifique,
σ : Coefficient de Poisson.
Figure 5 : Direction de vibration des
particules
La vitesse correspondante dans les plaques minces (longueur d'onde
beaucoup plus grande que l'épaisseur de la plaque) est:
( )σ
V 2
-1
1.
ρ
E=p
5.2. Les ondes transversales
Comme la fréquence se trouve augmentée dans les plaques de faibles
épaisseurs, et que la longueur d'onde se trouve donc diminuée, il se produit une
variation de Vp dans le sens de la diminution, jusqu'à ce que, λ se rapprochant
de la valeur λ = 2.e (e étant l'épaisseur de la plaque), Vp se rapproche de la
valeur (vitesse des ondes de cisaillement) :
Les ondes de cisaillement sont caractérisées par un mouvement de
particules qui est transversal par rapport au sens de propagation des ondes.
Leur vecteur de déplacement se trouve dans un plan normal à la direction de la
propagation et elles sont tournantes, comme le montre la Figure 6.
Le milieu subit une distorsion, mais il n'y a pas de variation de volume.
( ) ρ
μ
=
σ+12
1.
ρ
E=Vs≈Vp
E : Module de Young (kg /m 2)
 : Module de cisaillement du solide,
 : Coefficient de Poisson (Tableau V.1).
Figure 6 : Ondes de cisaillement
6. Production d'ultrasons par piézoélectricité
Une lame convenablement de cristal de quartz produit de l'électricité
quand elle est soumise à une traction ou à une compression. La même lame
soumise à un courant électrique s'allonge ou se rétréci" suivant le sens du
courant (Figure 7).
Piézo : du grec piezein : presser,
Piézoélectricité: électricité par pression.
Figure 7: Phénomène de piézoélectricité
7. Réflexion à l’interface de deux matériaux
La détection des défauts dans les matériaux est basée sur le principe
suivant:
- Une onde qui rencontre un milieu différent de celui dans lequel elle
se propage se réfléchit sur l'interface.
- Cependant, toute l'énergie de l'onde n'est pas renvoyée vers l'émetteur,
une partie de l'onde continue sa propagation dans le second milieu.
La caractéristique qui détermine l'importance de la réflexion est
l'impédance acoustique spécifique Zs
Zs = c . ρ
ρ : masse volumique en kg/m3,
c : célérité en m/s
Si l’onde frappe une surface avec un angle deux phénomènes se produiront : la réflexion et
la réfraction
De plus, il se produit aussi un phénomène appelé conversion de mode,
c’est-à-dire que le faisceau incident se transforme en un autre mode. La
réfraction est le phénomène par lequel une onde sonore subit un changement
d’angle après son passage d’un milieu à un autre ayant des propriétés physiques
différentes du premier milieu. Dans le cas le plus général, quatre ondes séparées
sont produites; une onde de chaque type est réfractée.
Les vitesses des deux types d’onde étant différentes, les ondes ont des
angles de réflexion et de réfection différente.
RˆSin
iˆSin
DescartedeloilaselonRelation
V2
V1

réfractiondeindicel'appeléest
RˆSin
iˆSin
Par exemple, pour l’incidence d’une onde longitudinale entre eau et acier, selon
la valeur de l’angle α, on a :
- production de 2 modes L et T si :
- sin α<V1/V2L=1500/5850 soit α <15° ; disparition de l’onde longitudinale
pour α ≈ 15° ;
- présence de l’onde transversale seule de 15° à : arc sin
V1/V2T=1500/3250=27°30
- Réflexion totale du faisceau dans l’eau pour α > 27°30’ sauf pour l’angle
α= arc sin V1/V2R=31° qui correspond à la création des ondes de Rayleigh
en surface.
Ces considérations sur les angles et les modes sont très importantes en
pratique, à la fois pour générer des ondes transversales, maîtriser l’interprétation
des échos de sondage.
TV
Sin
LV
Sin
TV
Sin
LV
Sin
2211
ˆ
SnelldeloilaselonRelation


μi
8. Le couplant
Si on applique un palpeur directement sur une pièce, la réponse sera fort
mauvaise sur l’oscilloscope. Les ultrasons ne passent pas dans l’air, il faut
utiliser un intermédiaire entre le palpeur et la pièce. Celui-ci chasse l’air entre le
palpeur et la pièce en plus d’amoindrir les pertes causées par les irrégularités de
surface. Les couplants peuvent être liquides, semi-liquides, pâtes. Un bon
couplant satisfera les conditions suivantes :
1) Il doit posséder une impédance acoustique comprise entre celle du palpeur
et celle du spécimen.
2) Le couplant doit mouiller à la fois les surfaces du palpeur et de la pièce et
doit chasser l’air entre eux.
3) Le couplant doit s’appliquer facilement, être homogène et exempt de bulle
d’air.
4) Le couplant doit adhérer facilement aux surfaces mais être également
facile à enlever
5) Le couplant doit chimiquement inerte avec le palpeur, la pièce et
l’operateur.
Le choix du couplant dépend surtout de l’état de surface de la pièce à
inspecter. Dans tous les cas, le couplant sera aussi mince que possible.
9. Contrôle par contact
Le traducteur est directement placé sur la pièce à contrôler. La liaison
acoustique est assurée par une couche d’agent de couplage : graisse, huile, colle
cellulosique, gels spéciaux dont l’épaisseur est de l’ordre du dixième de
millimètre. Cette technique, dite de palpage, est surtout employée lors de
contrôles manuels. Elle nécessite l’intervention d’un opérateur pour le
déplacement du traducteur. La constance du couplage, et donc du contrôle, n’est
pas assurée.
10. Contrôle en immersion
Le traducteur est situé à une certaine distance de la pièce ; le couplage est
assuré par un liquide, habituellement de l’eau. Il peut s’agir :
- d’une immersion totale. Le traducteur et la pièce sont entièrement
immergés dans une cuve de contrôle ;
- d’une immersion locale. Le traducteur et la partie de la pièce qui est
contrôlée sont reliés entre eux par un volume de liquide, grâce à des
dispositifs spéciaux.
11. Méthodes par transmission
La méthode par transmission est appliquée comme méthode d’investigation
complémentaire, ou bien pour le contrôle de certains matériaux de structure
complexe (matériau composite). Pour des pièces contrôlées de forme simple :
tôles, etc., la présence d’un défaut (manque de matière, discontinuité acoustique,
etc.) provoque une diminution ou une disparition de l’énergie ultrasonore
transmise.
12. Contrôle en ondes transversales
Il est presque exclusivement réalisé en ondes transversales sous incidence
pour détecter et localiser :
- les défauts volumiques (par exemple, soufflures, retassures, inclusions de
laitier…) ;
- les défauts plans sensiblement perpendiculaires à la direction d’examen
(par exemple, fissures, manques de fusion).
Des calculs sont nécessaires pour positionner le palpeur lors d’un examen par
ce type d’ondes afin de permettre à l’onde de balayer la surface ciblée, si ce qu’on
appelle un band et deux bands
13. Conclusions
Le contrôle par ultrasons demande une bonne expérience de la part des
agents chargés de sa mise en œuvre. Il peut être réalisé de façon manuelle ou
automatique. Des progrès importants ont été obtenus grâce à l’introduction de
l’informatique et l’électronique qui ont contribué fortement à faire évoluer les
matériels et les modalités d’application et de traitement.
Le contrôle par ultrasons est souvent considéré comme complémentaire du
contrôle radiographique. Il tend même à le remplacer, lorsque cela est possible,
pour s’affranchir des problèmes de sécurité posées.

Contenu connexe

Tendances

Flexion Simple.pptx
Flexion Simple.pptxFlexion Simple.pptx
Flexion Simple.pptx
SimoMagri
 
TP TOURNAGE
TP TOURNAGETP TOURNAGE
TP TOURNAGE
Layla Zerhoun
 
Cours r.d.m btps3
Cours r.d.m btps3Cours r.d.m btps3
Cours r.d.m btps3
sabdou
 
Exercices coprrigés sur les torseurs
Exercices coprrigés sur les torseursExercices coprrigés sur les torseurs
Exercices coprrigés sur les torseursm.a bensaaoud
 
Cours fabrication mécanique5
Cours fabrication mécanique5Cours fabrication mécanique5
Cours fabrication mécanique5
bendrisk
 
Cours fabrication mécanique1
Cours fabrication mécanique1Cours fabrication mécanique1
Cours fabrication mécanique1
bendrisk
 
Contrôle non destructif par Radiographie
Contrôle non destructif par RadiographieContrôle non destructif par Radiographie
Contrôle non destructif par Radiographie
Rafael Nadal
 
Ppt mesure et analyse des vibrations
Ppt   mesure et analyse des vibrationsPpt   mesure et analyse des vibrations
Ppt mesure et analyse des vibrations
Maxime MIGNANWANDE
 
Presentation emboutissage
Presentation emboutissagePresentation emboutissage
Presentation emboutissageabdelhakmnasri
 
Cahier Meca 3 ST Part 2/2
Cahier Meca 3 ST Part 2/2Cahier Meca 3 ST Part 2/2
Cahier Meca 3 ST Part 2/2
Mohamed Mtaallah
 
contrôle non destructif
contrôle non destructifcontrôle non destructif
contrôle non destructif
Rafael Nadal
 
Etude amdec d’un système automatisé
Etude amdec d’un système automatiséEtude amdec d’un système automatisé
Etude amdec d’un système automatisé
Rapport de Stage
 
Guidage en rotation.pdf
Guidage en rotation.pdfGuidage en rotation.pdf
Guidage en rotation.pdf
pcusers1
 
Instrumentation et régulation
Instrumentation et régulationInstrumentation et régulation
Instrumentation et régulation
Pierre Maréchal
 
Estampage MatriçAge ; Resumé
Estampage   MatriçAge ; ResuméEstampage   MatriçAge ; Resumé
Estampage MatriçAge ; Resuméguest283ba54
 
124776153 td-automatique-1 a-jmd-2011
124776153 td-automatique-1 a-jmd-2011124776153 td-automatique-1 a-jmd-2011
124776153 td-automatique-1 a-jmd-2011
sunprass
 
(Cours métallurgie)
(Cours métallurgie)(Cours métallurgie)
(Cours métallurgie)
Mohamed Khalfaoui
 
Structure du rapport d'etat d'avancement doctorat
Structure du rapport d'etat d'avancement doctoratStructure du rapport d'etat d'avancement doctorat
Structure du rapport d'etat d'avancement doctorat
Ikram Benabdelouahab
 

Tendances (20)

Flexion Simple.pptx
Flexion Simple.pptxFlexion Simple.pptx
Flexion Simple.pptx
 
Chapitre 1 rdm
Chapitre 1 rdmChapitre 1 rdm
Chapitre 1 rdm
 
TP TOURNAGE
TP TOURNAGETP TOURNAGE
TP TOURNAGE
 
Cours r.d.m btps3
Cours r.d.m btps3Cours r.d.m btps3
Cours r.d.m btps3
 
Tp n3
Tp n3Tp n3
Tp n3
 
Exercices coprrigés sur les torseurs
Exercices coprrigés sur les torseursExercices coprrigés sur les torseurs
Exercices coprrigés sur les torseurs
 
Cours fabrication mécanique5
Cours fabrication mécanique5Cours fabrication mécanique5
Cours fabrication mécanique5
 
Cours fabrication mécanique1
Cours fabrication mécanique1Cours fabrication mécanique1
Cours fabrication mécanique1
 
Contrôle non destructif par Radiographie
Contrôle non destructif par RadiographieContrôle non destructif par Radiographie
Contrôle non destructif par Radiographie
 
Ppt mesure et analyse des vibrations
Ppt   mesure et analyse des vibrationsPpt   mesure et analyse des vibrations
Ppt mesure et analyse des vibrations
 
Presentation emboutissage
Presentation emboutissagePresentation emboutissage
Presentation emboutissage
 
Cahier Meca 3 ST Part 2/2
Cahier Meca 3 ST Part 2/2Cahier Meca 3 ST Part 2/2
Cahier Meca 3 ST Part 2/2
 
contrôle non destructif
contrôle non destructifcontrôle non destructif
contrôle non destructif
 
Etude amdec d’un système automatisé
Etude amdec d’un système automatiséEtude amdec d’un système automatisé
Etude amdec d’un système automatisé
 
Guidage en rotation.pdf
Guidage en rotation.pdfGuidage en rotation.pdf
Guidage en rotation.pdf
 
Instrumentation et régulation
Instrumentation et régulationInstrumentation et régulation
Instrumentation et régulation
 
Estampage MatriçAge ; Resumé
Estampage   MatriçAge ; ResuméEstampage   MatriçAge ; Resumé
Estampage MatriçAge ; Resumé
 
124776153 td-automatique-1 a-jmd-2011
124776153 td-automatique-1 a-jmd-2011124776153 td-automatique-1 a-jmd-2011
124776153 td-automatique-1 a-jmd-2011
 
(Cours métallurgie)
(Cours métallurgie)(Cours métallurgie)
(Cours métallurgie)
 
Structure du rapport d'etat d'avancement doctorat
Structure du rapport d'etat d'avancement doctoratStructure du rapport d'etat d'avancement doctorat
Structure du rapport d'etat d'avancement doctorat
 

En vedette

Métaux ferreux
Métaux  ferreuxMétaux  ferreux
Métaux ferreux
Rafael Nadal
 
Identification des métaux
Identification des métaux Identification des métaux
Identification des métaux
Rafael Nadal
 
Diagrammes d'équilibre
Diagrammes d'équilibreDiagrammes d'équilibre
Diagrammes d'équilibre
Rafael Nadal
 
Chimie des matériaux
Chimie des matériauxChimie des matériaux
Chimie des matériaux
Rafael Nadal
 
élaboration-désignation-matériaux
élaboration-désignation-matériauxélaboration-désignation-matériaux
élaboration-désignation-matériaux
Rafael Nadal
 
Diagramme de phase
Diagramme de phaseDiagramme de phase
Diagramme de phase
Rafael Nadal
 
Cours moulage
Cours moulageCours moulage
Cours moulage
Rafael Nadal
 
étude-du-diagramme-fer-carbone
étude-du-diagramme-fer-carboneétude-du-diagramme-fer-carbone
étude-du-diagramme-fer-carbone
Rafael Nadal
 
Désignation des matériaux métalliques
Désignation des matériaux métalliquesDésignation des matériaux métalliques
Désignation des matériaux métalliques
Rafael Nadal
 
Chimie de polymère
Chimie de polymèreChimie de polymère
Chimie de polymère
Rafael Nadal
 
les Procédés soudage
les Procédés soudageles Procédés soudage
les Procédés soudage
Rafael Nadal
 
Elaboration des materiaux
Elaboration des materiauxElaboration des materiaux
Elaboration des materiaux
Rafael Nadal
 
Cahier des charges des matériaux de restauration utilisés
Cahier des charges des matériaux de restauration utilisésCahier des charges des matériaux de restauration utilisés
Cahier des charges des matériaux de restauration utilisés
Rafael Nadal
 
Propriétés des métaux
Propriétés des métaux Propriétés des métaux
Propriétés des métaux
Rafael Nadal
 
Principe de fonctionnement du moteur 4 temps
Principe de fonctionnement du moteur 4 tempsPrincipe de fonctionnement du moteur 4 temps
Principe de fonctionnement du moteur 4 temps
Rafael Nadal
 
Traitement superficiel des aciers
Traitement superficiel des aciersTraitement superficiel des aciers
Traitement superficiel des aciers
Rafael Nadal
 
traitement thermique et thermochimique
traitement thermique et thermochimiquetraitement thermique et thermochimique
traitement thermique et thermochimique
Rafael Nadal
 
traitement mécanique et thermochimique
traitement mécanique et thermochimiquetraitement mécanique et thermochimique
traitement mécanique et thermochimique
Rafael Nadal
 
Soudage
Soudage Soudage
Soudage
Rafael Nadal
 
Traitement thermique des_aciers
Traitement thermique des_aciersTraitement thermique des_aciers
Traitement thermique des_aciers
Rafael Nadal
 

En vedette (20)

Métaux ferreux
Métaux  ferreuxMétaux  ferreux
Métaux ferreux
 
Identification des métaux
Identification des métaux Identification des métaux
Identification des métaux
 
Diagrammes d'équilibre
Diagrammes d'équilibreDiagrammes d'équilibre
Diagrammes d'équilibre
 
Chimie des matériaux
Chimie des matériauxChimie des matériaux
Chimie des matériaux
 
élaboration-désignation-matériaux
élaboration-désignation-matériauxélaboration-désignation-matériaux
élaboration-désignation-matériaux
 
Diagramme de phase
Diagramme de phaseDiagramme de phase
Diagramme de phase
 
Cours moulage
Cours moulageCours moulage
Cours moulage
 
étude-du-diagramme-fer-carbone
étude-du-diagramme-fer-carboneétude-du-diagramme-fer-carbone
étude-du-diagramme-fer-carbone
 
Désignation des matériaux métalliques
Désignation des matériaux métalliquesDésignation des matériaux métalliques
Désignation des matériaux métalliques
 
Chimie de polymère
Chimie de polymèreChimie de polymère
Chimie de polymère
 
les Procédés soudage
les Procédés soudageles Procédés soudage
les Procédés soudage
 
Elaboration des materiaux
Elaboration des materiauxElaboration des materiaux
Elaboration des materiaux
 
Cahier des charges des matériaux de restauration utilisés
Cahier des charges des matériaux de restauration utilisésCahier des charges des matériaux de restauration utilisés
Cahier des charges des matériaux de restauration utilisés
 
Propriétés des métaux
Propriétés des métaux Propriétés des métaux
Propriétés des métaux
 
Principe de fonctionnement du moteur 4 temps
Principe de fonctionnement du moteur 4 tempsPrincipe de fonctionnement du moteur 4 temps
Principe de fonctionnement du moteur 4 temps
 
Traitement superficiel des aciers
Traitement superficiel des aciersTraitement superficiel des aciers
Traitement superficiel des aciers
 
traitement thermique et thermochimique
traitement thermique et thermochimiquetraitement thermique et thermochimique
traitement thermique et thermochimique
 
traitement mécanique et thermochimique
traitement mécanique et thermochimiquetraitement mécanique et thermochimique
traitement mécanique et thermochimique
 
Soudage
Soudage Soudage
Soudage
 
Traitement thermique des_aciers
Traitement thermique des_aciersTraitement thermique des_aciers
Traitement thermique des_aciers
 

Similaire à Contrôle non destructif par ultrasons

Introduction au rayons x
Introduction au rayons xIntroduction au rayons x
Introduction au rayons x
Mariem Lammouchi
 
microscope à balayage Electronique
microscope à balayage Electronique microscope à balayage Electronique
microscope à balayage Electronique
ImadeddineBakouk
 
Ondes elecromagneiques
Ondes elecromagneiquesOndes elecromagneiques
Ondes elecromagneiquesmitzy93
 
Mesures otdr
Mesures  otdrMesures  otdr
Mesures otdr
Salvator Fayssal
 
Scanner
ScannerScanner
Scanner
zazay4
 
Chapitre 1 electrotech mli
Chapitre 1 electrotech mliChapitre 1 electrotech mli
Chapitre 1 electrotech mli
OUAJJI Hassan
 
Matlab Static and Time-Based Analysis of a Homogenous Beam Fixed at Both Ends
Matlab Static and Time-Based Analysis of a Homogenous Beam Fixed at Both EndsMatlab Static and Time-Based Analysis of a Homogenous Beam Fixed at Both Ends
Matlab Static and Time-Based Analysis of a Homogenous Beam Fixed at Both Ends
AlexanderABANOBI
 
Cours_P627_11_03_2023.ppthghggggghhhjhhh
Cours_P627_11_03_2023.ppthghggggghhhjhhhCours_P627_11_03_2023.ppthghggggghhhjhhh
Cours_P627_11_03_2023.ppthghggggghhhjhhh
Abdo Brahmi
 
M2 bmc2007 cours01
M2 bmc2007 cours01M2 bmc2007 cours01
M2 bmc2007 cours01
Elsa von Licy
 
Cours_P627_11_03_2023.ppt
Cours_P627_11_03_2023.pptCours_P627_11_03_2023.ppt
Cours_P627_11_03_2023.ppt
Abdo Brahmi
 
Spectre électromagnétique
Spectre électromagnétiqueSpectre électromagnétique
Spectre électromagnétique
David Malinvaud
 
COUR CONTROL NON DESTRUCTIF PAR RADIOGRAPHIE.pptx
COUR CONTROL NON DESTRUCTIF PAR RADIOGRAPHIE.pptxCOUR CONTROL NON DESTRUCTIF PAR RADIOGRAPHIE.pptx
COUR CONTROL NON DESTRUCTIF PAR RADIOGRAPHIE.pptx
AhmedDzz
 
TP3 spectroscopie fluorescence X udl.pdf
TP3 spectroscopie fluorescence X udl.pdfTP3 spectroscopie fluorescence X udl.pdf
TP3 spectroscopie fluorescence X udl.pdf
FranckAyissi
 
chapitre_01 cours de cdn ;;;;;;;;;::::::
chapitre_01 cours de cdn ;;;;;;;;;::::::chapitre_01 cours de cdn ;;;;;;;;;::::::
chapitre_01 cours de cdn ;;;;;;;;;::::::
fairawinax
 
166825-Article Text-429708-1-10-20180215.pdf
166825-Article Text-429708-1-10-20180215.pdf166825-Article Text-429708-1-10-20180215.pdf
166825-Article Text-429708-1-10-20180215.pdf
SouadZid
 
Présentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en Algérie
Présentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en AlgériePrésentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en Algérie
Présentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en Algérie
SeifTech
 
Laser Excimer : principe et systèmes de fonctionnement
Laser Excimer : principe et systèmes de fonctionnementLaser Excimer : principe et systèmes de fonctionnement
Laser Excimer : principe et systèmes de fonctionnement
Ophtalmologie
 
De la foudre à l’arc électrique
De la foudre à l’arc électriqueDe la foudre à l’arc électrique
De la foudre à l’arc électrique
Boubakri Mohamed
 

Similaire à Contrôle non destructif par ultrasons (20)

Introduction au rayons x
Introduction au rayons xIntroduction au rayons x
Introduction au rayons x
 
microscope à balayage Electronique
microscope à balayage Electronique microscope à balayage Electronique
microscope à balayage Electronique
 
Ondes elecromagneiques
Ondes elecromagneiquesOndes elecromagneiques
Ondes elecromagneiques
 
TP-Master-1.pdf
TP-Master-1.pdfTP-Master-1.pdf
TP-Master-1.pdf
 
Mesures otdr
Mesures  otdrMesures  otdr
Mesures otdr
 
Scanner
ScannerScanner
Scanner
 
Chapitre 1 electrotech mli
Chapitre 1 electrotech mliChapitre 1 electrotech mli
Chapitre 1 electrotech mli
 
Matlab Static and Time-Based Analysis of a Homogenous Beam Fixed at Both Ends
Matlab Static and Time-Based Analysis of a Homogenous Beam Fixed at Both EndsMatlab Static and Time-Based Analysis of a Homogenous Beam Fixed at Both Ends
Matlab Static and Time-Based Analysis of a Homogenous Beam Fixed at Both Ends
 
Cours_P627_11_03_2023.ppthghggggghhhjhhh
Cours_P627_11_03_2023.ppthghggggghhhjhhhCours_P627_11_03_2023.ppthghggggghhhjhhh
Cours_P627_11_03_2023.ppthghggggghhhjhhh
 
M2 bmc2007 cours01
M2 bmc2007 cours01M2 bmc2007 cours01
M2 bmc2007 cours01
 
Cours_P627_11_03_2023.ppt
Cours_P627_11_03_2023.pptCours_P627_11_03_2023.ppt
Cours_P627_11_03_2023.ppt
 
Spectre électromagnétique
Spectre électromagnétiqueSpectre électromagnétique
Spectre électromagnétique
 
Cem
CemCem
Cem
 
COUR CONTROL NON DESTRUCTIF PAR RADIOGRAPHIE.pptx
COUR CONTROL NON DESTRUCTIF PAR RADIOGRAPHIE.pptxCOUR CONTROL NON DESTRUCTIF PAR RADIOGRAPHIE.pptx
COUR CONTROL NON DESTRUCTIF PAR RADIOGRAPHIE.pptx
 
TP3 spectroscopie fluorescence X udl.pdf
TP3 spectroscopie fluorescence X udl.pdfTP3 spectroscopie fluorescence X udl.pdf
TP3 spectroscopie fluorescence X udl.pdf
 
chapitre_01 cours de cdn ;;;;;;;;;::::::
chapitre_01 cours de cdn ;;;;;;;;;::::::chapitre_01 cours de cdn ;;;;;;;;;::::::
chapitre_01 cours de cdn ;;;;;;;;;::::::
 
166825-Article Text-429708-1-10-20180215.pdf
166825-Article Text-429708-1-10-20180215.pdf166825-Article Text-429708-1-10-20180215.pdf
166825-Article Text-429708-1-10-20180215.pdf
 
Présentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en Algérie
Présentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en AlgériePrésentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en Algérie
Présentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en Algérie
 
Laser Excimer : principe et systèmes de fonctionnement
Laser Excimer : principe et systèmes de fonctionnementLaser Excimer : principe et systèmes de fonctionnement
Laser Excimer : principe et systèmes de fonctionnement
 
De la foudre à l’arc électrique
De la foudre à l’arc électriqueDe la foudre à l’arc électrique
De la foudre à l’arc électrique
 

Plus de Rafael Nadal

Manuel freins
Manuel freinsManuel freins
Manuel freins
Rafael Nadal
 
(Cahier technique automobile) guy hubert electricité tome 1 - principe d...
(Cahier technique automobile) guy hubert   electricité   tome 1 -  principe d...(Cahier technique automobile) guy hubert   electricité   tome 1 -  principe d...
(Cahier technique automobile) guy hubert electricité tome 1 - principe d...
Rafael Nadal
 
(Cahier technique automobile) guy hubert electricité tome 2 - batterie, ...
(Cahier technique automobile) guy hubert   electricité   tome 2 -  batterie, ...(Cahier technique automobile) guy hubert   electricité   tome 2 -  batterie, ...
(Cahier technique automobile) guy hubert electricité tome 2 - batterie, ...
Rafael Nadal
 
Lu k cours_embrayage_2013
Lu k cours_embrayage_2013Lu k cours_embrayage_2013
Lu k cours_embrayage_2013
Rafael Nadal
 
Management des entreprises_en_24_fiches
Management des entreprises_en_24_fichesManagement des entreprises_en_24_fiches
Management des entreprises_en_24_fiches
Rafael Nadal
 
Emboutissage
EmboutissageEmboutissage
Emboutissage
Rafael Nadal
 
traitement de surface
traitement de surfacetraitement de surface
traitement de surface
Rafael Nadal
 
les résines composites
les résines compositesles résines composites
les résines composites
Rafael Nadal
 
cristallographie
cristallographiecristallographie
cristallographie
Rafael Nadal
 
moulage
moulagemoulage
moulage
Rafael Nadal
 

Plus de Rafael Nadal (10)

Manuel freins
Manuel freinsManuel freins
Manuel freins
 
(Cahier technique automobile) guy hubert electricité tome 1 - principe d...
(Cahier technique automobile) guy hubert   electricité   tome 1 -  principe d...(Cahier technique automobile) guy hubert   electricité   tome 1 -  principe d...
(Cahier technique automobile) guy hubert electricité tome 1 - principe d...
 
(Cahier technique automobile) guy hubert electricité tome 2 - batterie, ...
(Cahier technique automobile) guy hubert   electricité   tome 2 -  batterie, ...(Cahier technique automobile) guy hubert   electricité   tome 2 -  batterie, ...
(Cahier technique automobile) guy hubert electricité tome 2 - batterie, ...
 
Lu k cours_embrayage_2013
Lu k cours_embrayage_2013Lu k cours_embrayage_2013
Lu k cours_embrayage_2013
 
Management des entreprises_en_24_fiches
Management des entreprises_en_24_fichesManagement des entreprises_en_24_fiches
Management des entreprises_en_24_fiches
 
Emboutissage
EmboutissageEmboutissage
Emboutissage
 
traitement de surface
traitement de surfacetraitement de surface
traitement de surface
 
les résines composites
les résines compositesles résines composites
les résines composites
 
cristallographie
cristallographiecristallographie
cristallographie
 
moulage
moulagemoulage
moulage
 

Dernier

Alternative - Complément au Tramway et 3 ème lien de la ville de Quebec (PDF)
Alternative - Complément au Tramway  et 3 ème lien de la ville de Quebec (PDF)Alternative - Complément au Tramway  et 3 ème lien de la ville de Quebec (PDF)
Alternative - Complément au Tramway et 3 ème lien de la ville de Quebec (PDF)
Daniel Bedard
 
02_UMT STAR_un nouveau biomarqueur de résilience basé sur les métabolites du ...
02_UMT STAR_un nouveau biomarqueur de résilience basé sur les métabolites du ...02_UMT STAR_un nouveau biomarqueur de résilience basé sur les métabolites du ...
02_UMT STAR_un nouveau biomarqueur de résilience basé sur les métabolites du ...
Institut de l'Elevage - Idele
 
Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024
Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024
Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024
idelewebmestre
 
01_UMT STAR_étude de la résilience et des compromis entre résilience et effic...
01_UMT STAR_étude de la résilience et des compromis entre résilience et effic...01_UMT STAR_étude de la résilience et des compromis entre résilience et effic...
01_UMT STAR_étude de la résilience et des compromis entre résilience et effic...
Institut de l'Elevage - Idele
 
05_UMT STAR_Vers une indexation de la longévité fonctionnelle en ovin lait
05_UMT STAR_Vers une indexation de la longévité fonctionnelle en ovin lait05_UMT STAR_Vers une indexation de la longévité fonctionnelle en ovin lait
05_UMT STAR_Vers une indexation de la longévité fonctionnelle en ovin lait
Institut de l'Elevage - Idele
 
04_UMT STAR_Étude de nouveaux caractères en lien avec la santé et le bien-êtr...
04_UMT STAR_Étude de nouveaux caractères en lien avec la santé et le bien-êtr...04_UMT STAR_Étude de nouveaux caractères en lien avec la santé et le bien-êtr...
04_UMT STAR_Étude de nouveaux caractères en lien avec la santé et le bien-êtr...
Institut de l'Elevage - Idele
 
03_UMT STAR_compromis entre résistance au parasitisme et efficience alimentai...
03_UMT STAR_compromis entre résistance au parasitisme et efficience alimentai...03_UMT STAR_compromis entre résistance au parasitisme et efficience alimentai...
03_UMT STAR_compromis entre résistance au parasitisme et efficience alimentai...
Institut de l'Elevage - Idele
 
PROVINLAIT - Bâtiment et bien-être estival
PROVINLAIT - Bâtiment et bien-être estivalPROVINLAIT - Bâtiment et bien-être estival
PROVINLAIT - Bâtiment et bien-être estival
idelewebmestre
 
QCM de révision pour la haute qualité.pdf
QCM de révision pour la haute qualité.pdfQCM de révision pour la haute qualité.pdf
QCM de révision pour la haute qualité.pdf
ffffourissou
 
Rénovation des prairies sans labour est-ce possible en bio.pdf
Rénovation des prairies sans labour est-ce possible en bio.pdfRénovation des prairies sans labour est-ce possible en bio.pdf
Rénovation des prairies sans labour est-ce possible en bio.pdf
idelewebmestre
 
Alternative - Complément au Tramway et 3ème lien de la ville de Québec
Alternative - Complément  au Tramway et 3ème lien de la ville de Québec  Alternative - Complément  au Tramway et 3ème lien de la ville de Québec
Alternative - Complément au Tramway et 3ème lien de la ville de Québec
Daniel Bedard
 

Dernier (11)

Alternative - Complément au Tramway et 3 ème lien de la ville de Quebec (PDF)
Alternative - Complément au Tramway  et 3 ème lien de la ville de Quebec (PDF)Alternative - Complément au Tramway  et 3 ème lien de la ville de Quebec (PDF)
Alternative - Complément au Tramway et 3 ème lien de la ville de Quebec (PDF)
 
02_UMT STAR_un nouveau biomarqueur de résilience basé sur les métabolites du ...
02_UMT STAR_un nouveau biomarqueur de résilience basé sur les métabolites du ...02_UMT STAR_un nouveau biomarqueur de résilience basé sur les métabolites du ...
02_UMT STAR_un nouveau biomarqueur de résilience basé sur les métabolites du ...
 
Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024
Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024
Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024
 
01_UMT STAR_étude de la résilience et des compromis entre résilience et effic...
01_UMT STAR_étude de la résilience et des compromis entre résilience et effic...01_UMT STAR_étude de la résilience et des compromis entre résilience et effic...
01_UMT STAR_étude de la résilience et des compromis entre résilience et effic...
 
05_UMT STAR_Vers une indexation de la longévité fonctionnelle en ovin lait
05_UMT STAR_Vers une indexation de la longévité fonctionnelle en ovin lait05_UMT STAR_Vers une indexation de la longévité fonctionnelle en ovin lait
05_UMT STAR_Vers une indexation de la longévité fonctionnelle en ovin lait
 
04_UMT STAR_Étude de nouveaux caractères en lien avec la santé et le bien-êtr...
04_UMT STAR_Étude de nouveaux caractères en lien avec la santé et le bien-êtr...04_UMT STAR_Étude de nouveaux caractères en lien avec la santé et le bien-êtr...
04_UMT STAR_Étude de nouveaux caractères en lien avec la santé et le bien-êtr...
 
03_UMT STAR_compromis entre résistance au parasitisme et efficience alimentai...
03_UMT STAR_compromis entre résistance au parasitisme et efficience alimentai...03_UMT STAR_compromis entre résistance au parasitisme et efficience alimentai...
03_UMT STAR_compromis entre résistance au parasitisme et efficience alimentai...
 
PROVINLAIT - Bâtiment et bien-être estival
PROVINLAIT - Bâtiment et bien-être estivalPROVINLAIT - Bâtiment et bien-être estival
PROVINLAIT - Bâtiment et bien-être estival
 
QCM de révision pour la haute qualité.pdf
QCM de révision pour la haute qualité.pdfQCM de révision pour la haute qualité.pdf
QCM de révision pour la haute qualité.pdf
 
Rénovation des prairies sans labour est-ce possible en bio.pdf
Rénovation des prairies sans labour est-ce possible en bio.pdfRénovation des prairies sans labour est-ce possible en bio.pdf
Rénovation des prairies sans labour est-ce possible en bio.pdf
 
Alternative - Complément au Tramway et 3ème lien de la ville de Québec
Alternative - Complément  au Tramway et 3ème lien de la ville de Québec  Alternative - Complément  au Tramway et 3ème lien de la ville de Québec
Alternative - Complément au Tramway et 3ème lien de la ville de Québec
 

Contrôle non destructif par ultrasons

  • 1. Le contrôle par ultrasons 1. Principe du contrôle Les ultrasons sont des ondes mécaniques générées à partir d'un élément piézo- électrique excité à une fréquence comprise entre 2 et 5 MHz. Cet élément est souvent fixé d'un côté sur une semelle en matière plastique et de l'autre à un amortisseur, l'ensemble constituant le traducteur. Les ultrasons sont transmis dans la pièce à contrôler par l'intermédiaire d'un milieu de couplage, et se propagent à une vitesse qui dépend du matériau (Figure 1). Figure 1 : propagation des ondes Lorsque les ultrasons rencontrent un, un écho revient vers le traducteur (Figure 2). Cette énergie mécanique réfléchie est transformée en signal électrique par l'élément piézo-électrique et se signale par un écho sur le système de visualisation de l'appareil à ultrasons. La position de l'écho permet de déterminer la profondeur de l'indication dans la pièce et d'en apprécier le caractère volumique ou non volumique. a : Epaisseur de la pièce à contrôler, b : Distance palpeur-défaut. Figure V.2: propagation des ondes
  • 2. 2. Avantages du contrôle par ultrasons Le contrôle ultrasonore tient actuellement dans l'industrie une place importante au sein des essais non-destructifs. Il présente les avantages suivants:  Accès nécessaire d’un seul côté de la pièce,  Contrôle possible de compacité de la totalité d'un volume donné,  Puvoir de pénétration important,  Précision dans la localisation des défauts,  Rapidité,  Très sensible pour la détection des défauts plans,  Estimation de l'importance d'une indication à l'aide de son pouvoir réfléchissant (contrôle en réflexion) ou de l'atténuation produite (contrôle en transmission),  Automatisation et traçabilité possibles à l'aide de moyens d'imageries  Aucune précaution particulière sur les plans hygiène et sécurité. Dès sa mise en application, de nombreuses critiques concernant les difficultés d'interprétation, son manque de justesse et de fidélité, ont freiné son développement. Aujourd'hui, une amélioration des matériels, associée à une plus grande compétence des utilisateurs, qui ont amené cette technique à donner d'excellents résultats, sous certaines précautions d'emploi. Pour répondre à ces besoins, l'opérateur doit être capable à chaque instant de contrôler l'appareillage et son évolution dans le temps. Dans ce but, des blocs d'étalonnage et de réglage ont été mis au point, ainsi que des recommandations décrivant leur utilisation. Cet ensemble de blocs d'étalonnage permet :  D'estimer les possibilités des appareils et de leurs accessoires, les palpeurs en particulier.  De régler la puissance et la sensibilité à un niveau convenant au travail à exécuter.  De reproduire dans le temps des conditions de réglage déjà.  De comparer entre eux des matériels différents et d'éliminer ceux qui ne peuvent pas convenir. Pour l'examen de pièces de formes complexes, le contrôle de très grandes séries, etc..., on peut réaliser des «modèles de contrôle». Ce sont des modèles de réglage, obtenus à partir d'une pièce saine, dans laquelle on a usiné des défauts artificiels représentatifs de ceux que l'on peut rencontrer éventuellement dans les pièces. Ces modèles sont très appréciés des utilisateurs et permettent un contrôle par simple comparaison.
  • 3. 3. Domaine d'application Le contrôle par ultrasons est applicable à de nombreux matériaux pourvus qu’ils ne présentent pas une trop forte atténuation. Les matériaux métalliques, thermoplastiques, composites, céramiques peuvent être contrôlés par ce procédé. Les ultrasons permettent la détection de tous défauts engendrant une variation locale des propriétés ultrasonores de la pièce. Le contrôle des soudures peut être effectué entre -20°C et 150°C. Le contrôle ultrasonore est notamment utilisé pour le contrôle :  Des pièces moulées : retassures, vermiculures, variations locales de structure, ségrégations, porosités,  Des pièces forgées : retassures, criques, repli de forge,  Des produits laminés et étirés : dédoublures, ségrégations,  En service : les défauts apparaissant en service tels que fissures ou corrosions,  Des soudures avant et après traitement thermique. Le contrôle par ultrasons peut être appliqué avec profit aux soudures réalisées sur les aciers non alliés et faiblement alliés de nuance ferritique ainsi que sur les alliages légers. Le contrôle des soudures sur aciers austénitiques est réalisable, mais nécessite la mise au point d’une procédure particulière. Contrôle avant soudage : Il est nécessaire d'effectuer, dans le cas des tôles et des produits forgés, un contrôle par ultrasons pour détecter des défauts pouvant gêner le contrôle après soudage (délaminage, ségrégation, anisotropie, dans le cas des tôles ; retassures, criques, repli de forges dans le cas des produits forgés). Contrôle après soudage : le contrôle ultrasonore est bien adapté pour le contrôle des épaisseurs soudées comprises entre 6 et 100 mm mais est adaptable en dehors de cette fourchette. Grâce aux techniques d'examen mises en œuvre, tous les types de soudure peuvent être examinés (bout à bout, d'angle et à recouvrement).
  • 4. 4 Propriétés des faisceaux ultrasoniques Les ondes émises par le palpeur se propagent à travers un matériau en un faisceau peu divergent. Pour une surface d'émission plane, la plus grande partie de l'énergie ultrasonore est localisée dans un cône dont le demi-angle d'ouverture est donné par la formule de Fresnel: D λ .K=sinα avec K = 1,2 (valeur pratique) D : diamètre de l'élément sensible du palpeur. λ : longueur d'onde dans le matériau. Exemple : Emission d’ondes longitudinales de fréquence 5 MHz dans l’acier. La vitesse moyenne de propagation des O.L. dans l’acier est c = 5 850 m/s La longueur d’onde pour une fréquence de 5 MHz est : mm1,17= 0000005 0008505 = f c =λ c : célérité f : fréquence Les demi-angles d’ouverture sont alors : a - élément sensible D = 20 mm K = 1,2 °4=αoùd'0,07,= 20 1,17 .1,2= D λ.K=αsin b - élément sensible D = 10 mm °8=αoùd'0,14,= 10 1,17 1,2.= D λK.=αsin D = 20 mm D = 10 mm α = 4° α = 8°
  • 5. 5. Mouvement des ondes Les ondes sonores, audibles ou ultrasoniques, sont des vibrations mécaniques impliquant un mouvement du milieu dans lequel elles se propagent. Les ondes sonores de fréquence élevée se comportent d'une manière semblable à celle des vibrations électromagnétiques. Cependant, les propriétés physiques du milieu doivent aussi être prises en considération, puisque ce milieu est lui-même en mouvement. Une onde sonore peut se propager dans tout matériau à comportement élastique, c'est-à-dire dans lequel il existe une force s'opposant au déplacement des particules et tendant à ramener ces particules dans leur position initiale. Des considérations d'inertie montrent que dans de tels milieux, la particule dépasse sa position initiale en revenant, et qu'une force contraire prend naissance, tendant à l'y ramener. Ce mouvement oscillatoire se prolonge tant qu'une énergie d'excitation suffisante est appliquée, mais lorsque la force d'excitation est supprimée, le mouvement diminue progressivement, l'énergie étant absorbée par les frottements internes. 5.1. Les ondes longitudinales Lorsque les ondes sonores se propagent à l'intérieur des solides, le déplacement des particules dans une direction provoque des déplacements dans d'autres directions (Figure 5). Pour les matériaux de grandes dimensions on doit prendre en considération du coefficient de Poisson. La vitesse des ondes longitudinales dans les matériaux de grandes dimensions est: ( ) ( )2σ-1.σ+1 σ-1.ρ E=V0 V0 : Vitesse des ondes longitudinales, E : Masse spécifique des matériaux, ρ: Masse spécifique, σ : Coefficient de Poisson. Figure 5 : Direction de vibration des particules La vitesse correspondante dans les plaques minces (longueur d'onde beaucoup plus grande que l'épaisseur de la plaque) est: ( )σ V 2 -1 1. ρ E=p
  • 6. 5.2. Les ondes transversales Comme la fréquence se trouve augmentée dans les plaques de faibles épaisseurs, et que la longueur d'onde se trouve donc diminuée, il se produit une variation de Vp dans le sens de la diminution, jusqu'à ce que, λ se rapprochant de la valeur λ = 2.e (e étant l'épaisseur de la plaque), Vp se rapproche de la valeur (vitesse des ondes de cisaillement) : Les ondes de cisaillement sont caractérisées par un mouvement de particules qui est transversal par rapport au sens de propagation des ondes. Leur vecteur de déplacement se trouve dans un plan normal à la direction de la propagation et elles sont tournantes, comme le montre la Figure 6. Le milieu subit une distorsion, mais il n'y a pas de variation de volume. ( ) ρ μ = σ+12 1. ρ E=Vs≈Vp E : Module de Young (kg /m 2)  : Module de cisaillement du solide,  : Coefficient de Poisson (Tableau V.1). Figure 6 : Ondes de cisaillement 6. Production d'ultrasons par piézoélectricité Une lame convenablement de cristal de quartz produit de l'électricité quand elle est soumise à une traction ou à une compression. La même lame soumise à un courant électrique s'allonge ou se rétréci" suivant le sens du courant (Figure 7). Piézo : du grec piezein : presser, Piézoélectricité: électricité par pression. Figure 7: Phénomène de piézoélectricité
  • 7. 7. Réflexion à l’interface de deux matériaux La détection des défauts dans les matériaux est basée sur le principe suivant: - Une onde qui rencontre un milieu différent de celui dans lequel elle se propage se réfléchit sur l'interface. - Cependant, toute l'énergie de l'onde n'est pas renvoyée vers l'émetteur, une partie de l'onde continue sa propagation dans le second milieu. La caractéristique qui détermine l'importance de la réflexion est l'impédance acoustique spécifique Zs Zs = c . ρ ρ : masse volumique en kg/m3, c : célérité en m/s Si l’onde frappe une surface avec un angle deux phénomènes se produiront : la réflexion et la réfraction De plus, il se produit aussi un phénomène appelé conversion de mode, c’est-à-dire que le faisceau incident se transforme en un autre mode. La réfraction est le phénomène par lequel une onde sonore subit un changement d’angle après son passage d’un milieu à un autre ayant des propriétés physiques différentes du premier milieu. Dans le cas le plus général, quatre ondes séparées sont produites; une onde de chaque type est réfractée. Les vitesses des deux types d’onde étant différentes, les ondes ont des angles de réflexion et de réfection différente. RˆSin iˆSin DescartedeloilaselonRelation V2 V1  réfractiondeindicel'appeléest RˆSin iˆSin
  • 8. Par exemple, pour l’incidence d’une onde longitudinale entre eau et acier, selon la valeur de l’angle α, on a : - production de 2 modes L et T si : - sin α<V1/V2L=1500/5850 soit α <15° ; disparition de l’onde longitudinale pour α ≈ 15° ; - présence de l’onde transversale seule de 15° à : arc sin V1/V2T=1500/3250=27°30 - Réflexion totale du faisceau dans l’eau pour α > 27°30’ sauf pour l’angle α= arc sin V1/V2R=31° qui correspond à la création des ondes de Rayleigh en surface. Ces considérations sur les angles et les modes sont très importantes en pratique, à la fois pour générer des ondes transversales, maîtriser l’interprétation des échos de sondage. TV Sin LV Sin TV Sin LV Sin 2211 ˆ SnelldeloilaselonRelation   μi
  • 9. 8. Le couplant Si on applique un palpeur directement sur une pièce, la réponse sera fort mauvaise sur l’oscilloscope. Les ultrasons ne passent pas dans l’air, il faut utiliser un intermédiaire entre le palpeur et la pièce. Celui-ci chasse l’air entre le palpeur et la pièce en plus d’amoindrir les pertes causées par les irrégularités de surface. Les couplants peuvent être liquides, semi-liquides, pâtes. Un bon couplant satisfera les conditions suivantes : 1) Il doit posséder une impédance acoustique comprise entre celle du palpeur et celle du spécimen. 2) Le couplant doit mouiller à la fois les surfaces du palpeur et de la pièce et doit chasser l’air entre eux. 3) Le couplant doit s’appliquer facilement, être homogène et exempt de bulle d’air. 4) Le couplant doit adhérer facilement aux surfaces mais être également facile à enlever 5) Le couplant doit chimiquement inerte avec le palpeur, la pièce et l’operateur. Le choix du couplant dépend surtout de l’état de surface de la pièce à inspecter. Dans tous les cas, le couplant sera aussi mince que possible.
  • 10. 9. Contrôle par contact Le traducteur est directement placé sur la pièce à contrôler. La liaison acoustique est assurée par une couche d’agent de couplage : graisse, huile, colle cellulosique, gels spéciaux dont l’épaisseur est de l’ordre du dixième de millimètre. Cette technique, dite de palpage, est surtout employée lors de contrôles manuels. Elle nécessite l’intervention d’un opérateur pour le déplacement du traducteur. La constance du couplage, et donc du contrôle, n’est pas assurée. 10. Contrôle en immersion Le traducteur est situé à une certaine distance de la pièce ; le couplage est assuré par un liquide, habituellement de l’eau. Il peut s’agir : - d’une immersion totale. Le traducteur et la pièce sont entièrement immergés dans une cuve de contrôle ; - d’une immersion locale. Le traducteur et la partie de la pièce qui est contrôlée sont reliés entre eux par un volume de liquide, grâce à des dispositifs spéciaux. 11. Méthodes par transmission La méthode par transmission est appliquée comme méthode d’investigation complémentaire, ou bien pour le contrôle de certains matériaux de structure complexe (matériau composite). Pour des pièces contrôlées de forme simple : tôles, etc., la présence d’un défaut (manque de matière, discontinuité acoustique, etc.) provoque une diminution ou une disparition de l’énergie ultrasonore transmise.
  • 11. 12. Contrôle en ondes transversales Il est presque exclusivement réalisé en ondes transversales sous incidence pour détecter et localiser : - les défauts volumiques (par exemple, soufflures, retassures, inclusions de laitier…) ; - les défauts plans sensiblement perpendiculaires à la direction d’examen (par exemple, fissures, manques de fusion). Des calculs sont nécessaires pour positionner le palpeur lors d’un examen par ce type d’ondes afin de permettre à l’onde de balayer la surface ciblée, si ce qu’on appelle un band et deux bands 13. Conclusions Le contrôle par ultrasons demande une bonne expérience de la part des agents chargés de sa mise en œuvre. Il peut être réalisé de façon manuelle ou automatique. Des progrès importants ont été obtenus grâce à l’introduction de l’informatique et l’électronique qui ont contribué fortement à faire évoluer les matériels et les modalités d’application et de traitement. Le contrôle par ultrasons est souvent considéré comme complémentaire du contrôle radiographique. Il tend même à le remplacer, lorsque cela est possible, pour s’affranchir des problèmes de sécurité posées.