SlideShare une entreprise Scribd logo
Les comas
Résidanat 2015
OBJECTIFS EDUCATIONNELS
a. Définir le coma.
b. Etablir le diagnostic positif d’un coma à partir des données
cliniques et paracliniques.
c. Etablir le diagnostic étiologique et différentiel d’un coma à partir
des données cliniques et paracliniques.
d. Evaluer la profondeur d’un coma.
e. Préciser le retentissement viscéral d’un coma en fonction de sa
profondeur.
f. Etablir le diagnostic d’une mort encéphalique à partir des
données cliniques et paracliniques.
CONCEPTS CLES
o Urgence Vitale, ? Approche ABCDE
o Coma non traumatique  GAD : hypoglycémie ?
o Coma traumatique / SNF  Imagerie cérébrale
o Coma fébrile :  Purpura fulminans ? Méningo encéphalité  HC ATB en Urgence
dans 1er
aigu puis PL / imagerie.
o Coma non expliqué  EEG
G Na
Ca
INTRODUCTION
 Urgence vitale ++
 Simultanément:
 Dgc positif,
 Dgc de gravité,
 Dgc étiologique (étiologies multiples)
 et un TTT étiologique urgent.
Démarche diagnostique
a. Eliminer ce qui n’est pas un coma
• Looked-in-syndrome = Sd
de déafférentation
motrice: infarctus protubérantiel bilatéral
réalisant un tableau de quadriplégie avec
diplégie faciale, Les mouvements de la
verticalité du regard sont conservées. La
vigilance et la conscience sont normales.
 Mutisme akinétique: Le malade ne parle pas et ne présente aucun
mouvement (spontané ou à la stimulation douloureuse contrastant avec
un bon état d’éveil), Lésions frontales bilatérales et les hydrocéphalies
aiguës .
 Syndrome de Gélineau:
 Narcolepsie (accès de sommeil) associée à
 Catalepsie (chute brutal de tonus sans trouble de la
conscience).
 Névrose hystérique:
 Contexte,
 Persistance d'un tonus de fond, résistance à l’OY,
 mobilité vers le haut des GO à l’ouverture des yeux « Fuite »,
 Réaction d’évitement à la chute des membres sup sur les
yeux.
Démarche diagnostique
a. Eliminer ce qui n’est pas un coma
b. Retenir un coma
II- Retenir un coma Examen neuro :
bien codifié et rigoureux
Examen de la vigilance : (Réaction d'éveil) se
manifeste par OY spontanée ou provoquée par
stimulations.
Tonus musculaire: S. méningés, hypotonie ou
hypertonie
Motricité : Il faut en préciser l’aspect organisé ou
 Examen des yeux
Paupières: la prédominance du tonus des
orbiculaires (VII) sur celui des releveurs (III)
conditionne la position de fermeture des yeux.
Clignement: provoqué soit par la percussion de
la glabelle (Réflexe naso-palpébral) ou par la
recherche de réflexe cornéen (si asym = SNF).
Pupilles : +++ Le RPM : explore le tronc cérébral.
L'examen de la pupille est une étape
fondamentale du diagnostic de mécanisme
du coma et sa cause
 Examen des yeux
 Paupières: la prédominance du tonus des orbiculaires (VII) sur celui des
releveurs (III) conditionne la position de fermeture des yeux.
 Clignement : provoqué soit par la percussion de la glabelle (Réflexe
nasopalpébral) ou par la recherche de réflexe cornéen (si asym = SNF).
 Pupilles : +++ Le RPM : explore le tronc cérébral.
 Mouvements des globes oculaires : La commande oculomotrice est sous
un double contrôle; cortical et réflexe.
 On précisera la position des GO : en notant toute perte de parallélisme
dans le plan horizontal ou vertical.
 On cherchera des mouvements oculaires spontanés (aléatoires,
anormaux d’aspect très divers : nystagmus,...)
 Les Réflexes :
• Les ROT : abolition ou exagération des réponses. (Asymétrie = S. localisation).
• Le réflexe cutané-plantaire à la recherche du signe de Babinski.
• Les reflexes du tronc cérébral:
1. Réflexe cilio-spinal = RPP
2. Réflexe fronto-orbiculaire hormolatéral
3. Réflexe oculo-céphalique vertical
4. Réflexe oculo-céphalique horizontal
5. Réflexe photomoteur
6. Réflexe cornéen.
7. Réflexe oculo-cardiaque.
Réflexe pupillaire-peau:
c’est la dilatation de la pupille
homolatéral (1-2 mm) en
réponse à la douleur appliquée
au cou, le visage et le haut du
tronc. Ce réflexe est absent dans
le syndrome et les lésions
affectant les fibres sympathiques
cervicaux de Horner.
Réflexe pupillaire-peau:
c’est la dilatation de la pupille
homolatéral (1-2 mm) en
réponse à la douleur appliquée
au cou, le visage et le haut du
tronc. Ce réflexe est absent dans
le syndrome et les lésions
affectant les fibres sympathiques
cervicaux de Horner.
Démarche diagnostique
a. Eliminer ce qui n’est pas un coma
b. Retenir un coma
c. Evaluer la profondeur du coma
Coma calme
hypotonique
hypo-réflexique
Coma agité,
hypertonique, hyperréflexique
Hypertonie extraΔ Hypertonie Δ
BZD
Barbiturique
Carbamates
Opiacés
Phénothiazines
sédatives
Neuroleptique
CO
ADT
Anticholinergique
Antihistaminique
Cocaïne, ecstasy
Hypoglycémie
Alcools
CO
Les Objectifs de la réanimation
d’un « cérébraux lésés »
Démarche diagnostique
a. Eliminer ce qui n’est pas un coma
b. Retenir un coma
c. Evaluer la profondeur du coma
d. Gestes Urgentes
Démarche diagnostique
a. Eliminer ce qui n’est pas un coma
b. Retenir un coma
c. Evaluer la profondeur du coma
d. Gestes Urgentes
e. Diagnostic étiologique
Interrogatoire: entourage, les services de secours.
 ATCD neurologiques (comitialité), psychiatriques, cardio-vasc (HTA),
diabète, hépatiques, éthylisme, toxicomanie....
 L’inventaire des traitements en cours (insuline, anticoagulants,
Psychotropes…).
 Le contexte de survenue : infection, exposition à un toxique, traumatisme.
 La chronologie des manifestations cliniques et mode d'installation du
coma :
 Brutal (souvent lésion neurologique) ou progressif (souvent métabolique ou toxique).
 Prodromes: céphalées, vomissements, convulsions, déficits moteurs, troubles du
Examen clinique.
Examens complémentaires:
orientés par les constatations précédentes
NB: chez le patient HIV positif un coma febrile sans
SNL  (toxoplasmose, cryptococcose tuberculose).
Algorithme
Coma TC ?
SNL ?
(Libre)?
HED
HSD
Contusion cérébrale
Coma sans notion TC
SNL ?
Fièvre ? Fièvre ?
Abcès cérébral
Thrombophlébi
te C
Abcès
cérébral
PEIC
Méningite
Méningo-encéphalite
Métabolique:
- Diabete : ACD , Coma hyperosmolaire,
hypoglycémie
- Encéphalopathie : urémique, hépatique ou
respiratoire
C. toxiques
EVOLUTION (2)
 Mort encéphalique: Destruction irréversible
et totale de l’ensemble des structures de
l’encéphale chez un sujet à cœur battant.
• L’arrêt circulatoire cardiaque est inéluctable.
• ME = pré requis pour le prélèvement
d’organes.
Aspects historiques
- Mort cérébrale: le don d’organe +++.
La clinique : absence totale de la conscience et de
l’activité motrice spontanée, abolition de tous les réflexes
du tronc cérébral, abolition de la ventilation spontanée
vérifiée par une épreuve d’hypercapnie
Certitude étiologique: cause connue et irréversible
avec absence d’hypothermie et d’intoxication
Paracliniques: 2 EEG plats et aréactifs à un intervalle
minimal de 4 heures ou une angiographie des 4 axes
objectivant l’arrêt de la circulation cérébrale.
CONCLUSIONS
 Urgence vitale
 Importance de l’examen neurologique (rapide
et standardisé)
 Importance de l’examen général
 Indication large mais rigoureuse des examens
complémentaires (EEG, IRM, PL…)
 Surveillance neurologique
QCM partie 1
« chapitre Coma »
Q2- Concernant le diagnostic biologique d'une méningite à
méningocoque, une ou plusieurs réponses est ou sont exacte(s):
A- le liquide céphalo rachidien peut être légèrement
trouble.
B- L’étude cytologique de ce liquide biologique met en
évidence une réaction lymphocytaire.
C- Les méningocoques sont des cocci à gram négatif, en
grains de café groupé par deux.
D- plusieurs séro-groupes de méningocoques peuvent être
responsables de méningite.
Q2- Concernant le diagnostic biologique d'une méningite à
méningocoque, une ou plusieurs réponses est ou sont exacte(s):
A- le liquide céphalo rachidien peut être légèrement
trouble.
B- L’étude cytologique de ce liquide biologique met en
évidence une réaction lymphocytaire.
C- Les méningocoques sont des cocci à gram négatif, en
grains de café groupé par deux.
D- plusieurs séro-groupes de méningocoques peuvent être
responsables de méningite.
Q3- L’intoxication par l’un de ces produits
s’accompagne d’une mydriase peu réactive, une ou
plusieurs réponse (s) est ou sont exacte(s):
A- Méthanol
B- Atropine
C- Opiacés
D- Insecticides organophosphorés
Q3- L’intoxication par l’un de ces produits
s’accompagne d’une mydriase peu réactive, une ou
plusieurs réponse (s) est ou sont exacte(s):
A- Méthanol
B- Atropine
C- Opiacés
D- Insecticides organophosphorés
Q4- L’intoxication par l’un de ces produits
s’accompagne d’un myosis, une ou plusieurs réponse
(s) est ou sont exacte(s):
A- Cocaine
B- Anti cholénistérasique.
C- Carbamazépine
D- Phénothiazine
Q4- L’intoxication par l’un de ces produits
s’accompagne d’un myosis, une ou plusieurs réponse
(s) est ou sont exacte(s):
A- Cocaine
B- Anti cholénistérasique.
C- Carbamazépine
D- Phénothiazine
Q5- Peut ou peuvent entrainer un coma calme
hypotonique, une ou plusieurs réponse (s) est
ou sont exacte(s):
A- benzodiazépine
B- Monoxyde de carbone
C- barbiturique
D- Cocaïne
E- Hypoglycémie
Q5- Peut ou peuvent entrainer un coma calme
hypotonique, une ou plusieurs réponse (s) est
ou sont exacte(s):
A- benzodiazépine
B- Monoxyde de carbone
C- barbiturique
D- Cocaïne
E- Hypoglycémie
Q6-consernat le coma agité hypertonique
extrapyramidale et hyper-réflexique, une ou
plusieurs réponse (s) est ou sont exacte(s):
A- Monoxyde de carbone
B- Cocaine
C- Hypoglycémie
D- Anticholinergique
E- Neuroleptique
Q6-consernat le coma agité hypertonique
extrapyramidale et hyper-réflexique, une ou
plusieurs réponse (s) est ou sont exacte(s):
A- Monoxyde de carbone
B- Cocaine
C- Hypoglycémie
D- Anticholinergique
E- Neuroleptique
Q7- Coma agité avec hypertonique pyramidale,
une ou plusieurs réponse (s) est ou sont
exacte(s):
A- hyperglycémie
B- anti dépresseur tricycliques
C- monoxyde de carbone
D- Alcools
E- carbamate
Q7- Coma agité avec hypertonique pyramidale,
une ou plusieurs réponse (s) est ou sont
exacte(s):
A- hyperglycémie
B- anti dépresseur tricycliques
C- monoxyde de carbone
D- Alcools
E- carbamate
Cas clinique 
• Patient âgé de 38 ans sans ATCD pathologiques amené par sa
femme aux urgences pour altération rapidement progressive de
son état de conscience
L’examen trouve :
Température 39°C ; PA= 150/80 ; tachycardie 120 bpm
GCS= 6/15 ; pupilles en position intermédiaire réactive
• Question n°1 :
Quels sont les gestes urgents à réaliser pour ce patient ?
A. Scanner cérébral
B. Dextro
C. Protection des voies aérienne
D. Rx thorax
E. NFS
Réponse: BC
• Question n°2:
Quels diagnostiques peut on évoquer chez ce patient ?
A. Hématome sous dural aigue
B. Thrombophlébite cérébrale
C. Méningo-encéphalite
D. Abcès cérébral
E. Encéphalopathie hépatique
Réponse: BCD
• Question n°3 :
Quels sont les examens complémentaires à réaliser dans le cadre
du bilan étiologique ?
A. Scanner cérébral
B. EEG
C. PL
D. Hémoculture
E. ECG
Réponse: ACD
Lors de l’examen d’un patient comateux :
A- La persistance de signes traduisant un contrôle cortical,
discordants avec la profondeur apparente du coma est en faveur
d’une aréactivité psychogène.
B- Lors du Locked-in syndrome les mouvements de latéralité des yeux
sont conservées.
C- La présence des signes de localisation impose la réalisation
d’imagerie cérébrale.
D- Le mutisme akinétique s’exprime par une altération de la vigilance.
E- La recherche des reflexes du tronc cérébral doit être systématique.
Réponse : AC
A propos des comas, quelle(s) est (sont) la(les) proposition(s)
exacte(s) ?
A. La durée d’un coma post-critique est le plus souvent de plus de 30 minutes.
B. Le coma secondaire à une intoxication aux barbituriques se caractérise par
une tendance à l’agitation avec une hypertonie spontanée.
C. La présence d’un phénomène d’asterixis est évocatrice d’un coma
métabolique.
D. Un myosis serré peut être d’origine toxique.
E. Un coma avec des signes de localisation est une indication à l’imagerie
cérébrale
Réponse : CDE
Un coma léger, sans signes neurologiques focaux, se
caractérise par :
A- l’ouverture des yeux à la stimulation sonore
B- une attitude en pronation forcée des membres supérieurs
C- une mydriase bilatérale aréactive
D- un signe de Babinski bilatéral
E- une réaction adaptée au pincement
Réponse : AE
La constatation d’un myosis bilatéral chez un malade dans le
coma doit
faire évoquer :
A- Une intoxication par les barbituriques
B- Une intoxication aux antidépresseurs tricycliques
C- Une intoxication atropinique
D- Une intoxication par les opiacés
E- Une dissection carotidienne
Réponse : D
Un coma d’installation brutale fait évoquer en première
intention :
A- Un processus expansif intracrânien
B- Une hémorragie méningée
C- Une encéphalopathie hépatique
D- Un accident vasculaire cérébral
E- Un coma hyperosmolaire
Réponse : BD
Lors d’un coma, l’existence de sueurs profuses et
d’un cutané
plantaire en extension des deux côtés doit faire
évoquer un
des diagnostics suivants :
A- Un coma acidocétosique
B- Un coma éthylique
C- Un coma endocrinien
D- Un coma hypoglycémique
E- Un coma barbiturique
Réponse : D
Un coma s'est installé brutalement chez un patient de 40 ans
sans notion
de traumatisme. Le scanner retrouve une hyperdensité
spontanée
intraparenchymateuse dans le territoire pariétal droit.
Quel(s)
diagnostic(s) peut-on évoquer ?
A - hémorragie par rupture de vaisseau,
B - anévrysme rompu,
C - tumeur ayant saigné,
D - infarctus artériel,
E - syndrome lacunaire.
Réponse : ABD
Dans le bilan d'un coma non traumatique, le scanner crânien s'avère
normal. Ceci
n'élimine pas:
A - hématome intraparenchymateux,
B - étiologie toxique,
C - accident vasculaire ischémique au début,
D - méningite,
E - processus lésionnel du tronc cérébral.
Réponse : BCDE
L’état végétatif :
A- Il est synonyme de mort cérébrale
B- Les reflexes cornéens et photomoteurs sont
généralement conservés
C- Il existe une réaction appropriée aux stimulations
douloureuses
D- Les fonctions respiratoires et cardiovasculaires sont
habituellement conservées
E- La récupération d’une conscience normale est
fréquente
Réponse : BD
Dans les comas dépassés :
A- Il n’y a plus de respiration spontanée
B- Il y a un arrêt circulatoire à l’angiographie carotidienne
C- Il n’y a plus de réflexe cornéen
D- On observe une hypertonie de décérébration
E- L’électroencéphalogramme est toujours plat.
Réponse : ABCE

Contenu connexe

Tendances

Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA) Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Dr. Kerfah Soumia
 
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Mehdy Wayzani
 
247973196 cours-pour-residanat algérie
247973196 cours-pour-residanat algérie247973196 cours-pour-residanat algérie
247973196 cours-pour-residanat algérie
Egn Njeba
 
Pleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clairPleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clair
Dr. Kerfah Soumia
 
La poliomyelite aigue
La poliomyelite aigueLa poliomyelite aigue
La poliomyelite aiguebelaibzino
 
Semiologie semio neuroradio
Semiologie semio neuroradioSemiologie semio neuroradio
Semiologie semio neuroradioElsa von Licy
 
Dr Si Hocine Cat Devant Un Coma
Dr Si Hocine Cat Devant Un ComaDr Si Hocine Cat Devant Un Coma
Dr Si Hocine Cat Devant Un Comasolimed
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguë
Mehdi Razzok
 
Coma
ComaComa
Anatomie pathologique de la TBC
Anatomie pathologique de la TBCAnatomie pathologique de la TBC
Anatomie pathologique de la TBC
Dr. Kerfah Soumia
 
Dyskaliémie
DyskaliémieDyskaliémie
cat devant une brulure
cat devant une brulurecat devant une brulure
cat devant une brulure
Sarra OUBAHI
 
Exercice radio thorax
Exercice radio thorax Exercice radio thorax
Exercice radio thorax
Sandro Zorzi
 
La méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuseLa méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuse
Dr. Kerfah Soumia
 
Hydrocéphalie
HydrocéphalieHydrocéphalie
Hydrocéphalie
semiogirl
 
Syndrome hémolytique et urémique
Syndrome hémolytique et urémiqueSyndrome hémolytique et urémique
Syndrome hémolytique et urémique
Kamel Abidi
 
Cat devant convulsion du nrs
Cat devant  convulsion du nrsCat devant  convulsion du nrs
Cat devant convulsion du nrs
Ninou Haiko
 

Tendances (20)

Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA) Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
 
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
 
Cours de sémiologie
Cours de sémiologieCours de sémiologie
Cours de sémiologie
 
247973196 cours-pour-residanat algérie
247973196 cours-pour-residanat algérie247973196 cours-pour-residanat algérie
247973196 cours-pour-residanat algérie
 
Pleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clairPleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clair
 
La poliomyelite aigue
La poliomyelite aigueLa poliomyelite aigue
La poliomyelite aigue
 
Semiologie semio neuroradio
Semiologie semio neuroradioSemiologie semio neuroradio
Semiologie semio neuroradio
 
Dr Si Hocine Cat Devant Un Coma
Dr Si Hocine Cat Devant Un ComaDr Si Hocine Cat Devant Un Coma
Dr Si Hocine Cat Devant Un Coma
 
diagnostic de l'embolie pulmonaire
diagnostic de l'embolie pulmonairediagnostic de l'embolie pulmonaire
diagnostic de l'embolie pulmonaire
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguë
 
Coma
ComaComa
Coma
 
Anatomie pathologique de la TBC
Anatomie pathologique de la TBCAnatomie pathologique de la TBC
Anatomie pathologique de la TBC
 
Dyskaliémie
DyskaliémieDyskaliémie
Dyskaliémie
 
cat devant une brulure
cat devant une brulurecat devant une brulure
cat devant une brulure
 
Exercice radio thorax
Exercice radio thorax Exercice radio thorax
Exercice radio thorax
 
Abcès du poumon
Abcès du poumonAbcès du poumon
Abcès du poumon
 
La méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuseLa méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuse
 
Hydrocéphalie
HydrocéphalieHydrocéphalie
Hydrocéphalie
 
Syndrome hémolytique et urémique
Syndrome hémolytique et urémiqueSyndrome hémolytique et urémique
Syndrome hémolytique et urémique
 
Cat devant convulsion du nrs
Cat devant  convulsion du nrsCat devant  convulsion du nrs
Cat devant convulsion du nrs
 

En vedette

Axe h h +fonction thyroidienne+ fonction ovarienne
Axe h h +fonction thyroidienne+ fonction ovarienneAxe h h +fonction thyroidienne+ fonction ovarienne
Axe h h +fonction thyroidienne+ fonction ovarienne
Nisrine Bouji
 
Cat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive hauteCat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive haute
Nisrine Bouji
 
Cat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestiveCat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestive
Hamlaoui Saddek
 
B40 tératogenèse
B40   tératogenèseB40   tératogenèse
B40 tératogenèse
Nisrine Bouji
 
Terato mabrouka
Terato mabroukaTerato mabrouka
Terato mabrouka
Nisrine Bouji
 
Cours les ecosanoides
Cours les ecosanoides Cours les ecosanoides
Cours les ecosanoides
Nisrine Bouji
 
La grossesse chez une femme diabétique s.jacqueminet
La grossesse chez une femme diabétique s.jacqueminetLa grossesse chez une femme diabétique s.jacqueminet
La grossesse chez une femme diabétique s.jacqueminetall-in-web
 
18. axe hypothalamo hypophysaire physiologie et exploration
18. axe hypothalamo hypophysaire  physiologie et exploration18. axe hypothalamo hypophysaire  physiologie et exploration
18. axe hypothalamo hypophysaire physiologie et exploration
Nisrine Bouji
 
Coma
ComaComa
Coma
ComaComa
Hta qcm
Hta qcmHta qcm
Hta qcm
Nisrine Bouji
 
Conduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranienConduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranienAsma Semsouma
 
Cat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chroniqueCat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chroniqueassadn2
 
Slideshare ppt
Slideshare pptSlideshare ppt
Slideshare ppt
Mandy Suzanne
 

En vedette (14)

Axe h h +fonction thyroidienne+ fonction ovarienne
Axe h h +fonction thyroidienne+ fonction ovarienneAxe h h +fonction thyroidienne+ fonction ovarienne
Axe h h +fonction thyroidienne+ fonction ovarienne
 
Cat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive hauteCat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive haute
 
Cat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestiveCat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestive
 
B40 tératogenèse
B40   tératogenèseB40   tératogenèse
B40 tératogenèse
 
Terato mabrouka
Terato mabroukaTerato mabrouka
Terato mabrouka
 
Cours les ecosanoides
Cours les ecosanoides Cours les ecosanoides
Cours les ecosanoides
 
La grossesse chez une femme diabétique s.jacqueminet
La grossesse chez une femme diabétique s.jacqueminetLa grossesse chez une femme diabétique s.jacqueminet
La grossesse chez une femme diabétique s.jacqueminet
 
18. axe hypothalamo hypophysaire physiologie et exploration
18. axe hypothalamo hypophysaire  physiologie et exploration18. axe hypothalamo hypophysaire  physiologie et exploration
18. axe hypothalamo hypophysaire physiologie et exploration
 
Coma
ComaComa
Coma
 
Coma
ComaComa
Coma
 
Hta qcm
Hta qcmHta qcm
Hta qcm
 
Conduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranienConduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranien
 
Cat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chroniqueCat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chronique
 
Slideshare ppt
Slideshare pptSlideshare ppt
Slideshare ppt
 

Similaire à Les comas-new-2015

Defaillances neuro
Defaillances neuroDefaillances neuro
Defaillances neuro
Patou Conrath
 
Status epilepticus
Status epilepticusStatus epilepticus
Status epilepticus
Urgencehsj
 
HB EEG PSY
HB EEG PSYHB EEG PSY
Méningites purlt dr mahi 2
Méningites purlt dr mahi 2Méningites purlt dr mahi 2
Méningites purlt dr mahi 2killua zoldyck
 
Item 190 convulsions chez le nourrisson et chez l’enfant
Item 190 convulsions chez le nourrisson et chez l’enfantItem 190 convulsions chez le nourrisson et chez l’enfant
Item 190 convulsions chez le nourrisson et chez l’enfant
QassifiMarouane
 
Céphalées Aigues
Céphalées AiguesCéphalées Aigues
Céphalées Aigues
saddek khellaf
 
Carnet d'épilepsie
Carnet d'épilepsieCarnet d'épilepsie
Carnet d'épilepsie
Neuromarrakech
 
[DES1 Urgences] Diplopie / Dr C.Vignal (23 mars 2013)
[DES1 Urgences] Diplopie / Dr C.Vignal (23 mars 2013)[DES1 Urgences] Diplopie / Dr C.Vignal (23 mars 2013)
[DES1 Urgences] Diplopie / Dr C.Vignal (23 mars 2013)Fédération Rétine de Paris
 
Coma.pptx
Coma.pptxComa.pptx
Coma.pptx
Souleymane5
 
Convulsion.pptx
Convulsion.pptxConvulsion.pptx
Convulsion.pptx
AnifHassanaly2
 
Mal de pott.pdf
Mal de pott.pdfMal de pott.pdf
Mal de pott.pdf
SekouBoiguile
 
Encephalopathie-hypoxo-ischemique.pptx
Encephalopathie-hypoxo-ischemique.pptxEncephalopathie-hypoxo-ischemique.pptx
Encephalopathie-hypoxo-ischemique.pptx
TasbihatoElrahmane
 
Troubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculairTroubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculairkillua zoldyck
 
LE_COMA_presentation_power_point[1].pptx
LE_COMA_presentation_power_point[1].pptxLE_COMA_presentation_power_point[1].pptx
LE_COMA_presentation_power_point[1].pptx
miaorned
 
Un cas de mydriase anisocorique chez un chien - CAZALOT - IOVS 2009
Un cas de mydriase anisocorique chez un chien - CAZALOT - IOVS 2009Un cas de mydriase anisocorique chez un chien - CAZALOT - IOVS 2009
Un cas de mydriase anisocorique chez un chien - CAZALOT - IOVS 2009
Clinique vétérinaire d'Ophtalmologie spécialisée
 
Les paralysies faciales périphériques.pptx
Les paralysies faciales périphériques.pptxLes paralysies faciales périphériques.pptx
Les paralysies faciales périphériques.pptx
KHETTABDJOUHER
 
EVALUATION D’UN PATIENT VERTIGINEUX
EVALUATION D’UN PATIENT VERTIGINEUXEVALUATION D’UN PATIENT VERTIGINEUX
EVALUATION D’UN PATIENT VERTIGINEUX
asafu00
 

Similaire à Les comas-new-2015 (20)

Eeg et psychiatrie
Eeg et psychiatrieEeg et psychiatrie
Eeg et psychiatrie
 
Defaillances neuro
Defaillances neuroDefaillances neuro
Defaillances neuro
 
Status epilepticus
Status epilepticusStatus epilepticus
Status epilepticus
 
HB EEG PSY
HB EEG PSYHB EEG PSY
HB EEG PSY
 
Méningites purlt dr mahi 2
Méningites purlt dr mahi 2Méningites purlt dr mahi 2
Méningites purlt dr mahi 2
 
Item 190 convulsions chez le nourrisson et chez l’enfant
Item 190 convulsions chez le nourrisson et chez l’enfantItem 190 convulsions chez le nourrisson et chez l’enfant
Item 190 convulsions chez le nourrisson et chez l’enfant
 
Crises convulsives
Crises convulsivesCrises convulsives
Crises convulsives
 
Céphalées Aigues
Céphalées AiguesCéphalées Aigues
Céphalées Aigues
 
Carnet d'épilepsie
Carnet d'épilepsieCarnet d'épilepsie
Carnet d'épilepsie
 
Convulsion umct 2012
Convulsion umct 2012Convulsion umct 2012
Convulsion umct 2012
 
[DES1 Urgences] Diplopie / Dr C.Vignal (23 mars 2013)
[DES1 Urgences] Diplopie / Dr C.Vignal (23 mars 2013)[DES1 Urgences] Diplopie / Dr C.Vignal (23 mars 2013)
[DES1 Urgences] Diplopie / Dr C.Vignal (23 mars 2013)
 
Coma.pptx
Coma.pptxComa.pptx
Coma.pptx
 
Convulsion.pptx
Convulsion.pptxConvulsion.pptx
Convulsion.pptx
 
Mal de pott.pdf
Mal de pott.pdfMal de pott.pdf
Mal de pott.pdf
 
Encephalopathie-hypoxo-ischemique.pptx
Encephalopathie-hypoxo-ischemique.pptxEncephalopathie-hypoxo-ischemique.pptx
Encephalopathie-hypoxo-ischemique.pptx
 
Troubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculairTroubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculair
 
LE_COMA_presentation_power_point[1].pptx
LE_COMA_presentation_power_point[1].pptxLE_COMA_presentation_power_point[1].pptx
LE_COMA_presentation_power_point[1].pptx
 
Un cas de mydriase anisocorique chez un chien - CAZALOT - IOVS 2009
Un cas de mydriase anisocorique chez un chien - CAZALOT - IOVS 2009Un cas de mydriase anisocorique chez un chien - CAZALOT - IOVS 2009
Un cas de mydriase anisocorique chez un chien - CAZALOT - IOVS 2009
 
Les paralysies faciales périphériques.pptx
Les paralysies faciales périphériques.pptxLes paralysies faciales périphériques.pptx
Les paralysies faciales périphériques.pptx
 
EVALUATION D’UN PATIENT VERTIGINEUX
EVALUATION D’UN PATIENT VERTIGINEUXEVALUATION D’UN PATIENT VERTIGINEUX
EVALUATION D’UN PATIENT VERTIGINEUX
 

Les comas-new-2015

  • 2. OBJECTIFS EDUCATIONNELS a. Définir le coma. b. Etablir le diagnostic positif d’un coma à partir des données cliniques et paracliniques. c. Etablir le diagnostic étiologique et différentiel d’un coma à partir des données cliniques et paracliniques. d. Evaluer la profondeur d’un coma. e. Préciser le retentissement viscéral d’un coma en fonction de sa profondeur. f. Etablir le diagnostic d’une mort encéphalique à partir des données cliniques et paracliniques.
  • 3. CONCEPTS CLES o Urgence Vitale, ? Approche ABCDE o Coma non traumatique  GAD : hypoglycémie ? o Coma traumatique / SNF  Imagerie cérébrale o Coma fébrile :  Purpura fulminans ? Méningo encéphalité  HC ATB en Urgence dans 1er aigu puis PL / imagerie. o Coma non expliqué  EEG
  • 4.
  • 6. INTRODUCTION  Urgence vitale ++  Simultanément:  Dgc positif,  Dgc de gravité,  Dgc étiologique (étiologies multiples)  et un TTT étiologique urgent.
  • 7. Démarche diagnostique a. Eliminer ce qui n’est pas un coma
  • 8. • Looked-in-syndrome = Sd de déafférentation motrice: infarctus protubérantiel bilatéral réalisant un tableau de quadriplégie avec diplégie faciale, Les mouvements de la verticalité du regard sont conservées. La vigilance et la conscience sont normales.
  • 9.  Mutisme akinétique: Le malade ne parle pas et ne présente aucun mouvement (spontané ou à la stimulation douloureuse contrastant avec un bon état d’éveil), Lésions frontales bilatérales et les hydrocéphalies aiguës .
  • 10.  Syndrome de Gélineau:  Narcolepsie (accès de sommeil) associée à  Catalepsie (chute brutal de tonus sans trouble de la conscience).  Névrose hystérique:  Contexte,  Persistance d'un tonus de fond, résistance à l’OY,  mobilité vers le haut des GO à l’ouverture des yeux « Fuite »,  Réaction d’évitement à la chute des membres sup sur les yeux.
  • 11. Démarche diagnostique a. Eliminer ce qui n’est pas un coma b. Retenir un coma
  • 12. II- Retenir un coma Examen neuro : bien codifié et rigoureux Examen de la vigilance : (Réaction d'éveil) se manifeste par OY spontanée ou provoquée par stimulations. Tonus musculaire: S. méningés, hypotonie ou hypertonie Motricité : Il faut en préciser l’aspect organisé ou
  • 13.  Examen des yeux Paupières: la prédominance du tonus des orbiculaires (VII) sur celui des releveurs (III) conditionne la position de fermeture des yeux. Clignement: provoqué soit par la percussion de la glabelle (Réflexe naso-palpébral) ou par la recherche de réflexe cornéen (si asym = SNF). Pupilles : +++ Le RPM : explore le tronc cérébral.
  • 14. L'examen de la pupille est une étape fondamentale du diagnostic de mécanisme du coma et sa cause
  • 15.
  • 16.  Examen des yeux  Paupières: la prédominance du tonus des orbiculaires (VII) sur celui des releveurs (III) conditionne la position de fermeture des yeux.  Clignement : provoqué soit par la percussion de la glabelle (Réflexe nasopalpébral) ou par la recherche de réflexe cornéen (si asym = SNF).  Pupilles : +++ Le RPM : explore le tronc cérébral.  Mouvements des globes oculaires : La commande oculomotrice est sous un double contrôle; cortical et réflexe.  On précisera la position des GO : en notant toute perte de parallélisme dans le plan horizontal ou vertical.  On cherchera des mouvements oculaires spontanés (aléatoires, anormaux d’aspect très divers : nystagmus,...)
  • 17.  Les Réflexes : • Les ROT : abolition ou exagération des réponses. (Asymétrie = S. localisation). • Le réflexe cutané-plantaire à la recherche du signe de Babinski. • Les reflexes du tronc cérébral: 1. Réflexe cilio-spinal = RPP 2. Réflexe fronto-orbiculaire hormolatéral 3. Réflexe oculo-céphalique vertical 4. Réflexe oculo-céphalique horizontal 5. Réflexe photomoteur 6. Réflexe cornéen. 7. Réflexe oculo-cardiaque. Réflexe pupillaire-peau: c’est la dilatation de la pupille homolatéral (1-2 mm) en réponse à la douleur appliquée au cou, le visage et le haut du tronc. Ce réflexe est absent dans le syndrome et les lésions affectant les fibres sympathiques cervicaux de Horner. Réflexe pupillaire-peau: c’est la dilatation de la pupille homolatéral (1-2 mm) en réponse à la douleur appliquée au cou, le visage et le haut du tronc. Ce réflexe est absent dans le syndrome et les lésions affectant les fibres sympathiques cervicaux de Horner.
  • 18. Démarche diagnostique a. Eliminer ce qui n’est pas un coma b. Retenir un coma c. Evaluer la profondeur du coma
  • 19.
  • 20. Coma calme hypotonique hypo-réflexique Coma agité, hypertonique, hyperréflexique Hypertonie extraΔ Hypertonie Δ BZD Barbiturique Carbamates Opiacés Phénothiazines sédatives Neuroleptique CO ADT Anticholinergique Antihistaminique Cocaïne, ecstasy Hypoglycémie Alcools CO
  • 21. Les Objectifs de la réanimation d’un « cérébraux lésés »
  • 22. Démarche diagnostique a. Eliminer ce qui n’est pas un coma b. Retenir un coma c. Evaluer la profondeur du coma d. Gestes Urgentes
  • 23.
  • 24. Démarche diagnostique a. Eliminer ce qui n’est pas un coma b. Retenir un coma c. Evaluer la profondeur du coma d. Gestes Urgentes e. Diagnostic étiologique
  • 25. Interrogatoire: entourage, les services de secours.  ATCD neurologiques (comitialité), psychiatriques, cardio-vasc (HTA), diabète, hépatiques, éthylisme, toxicomanie....  L’inventaire des traitements en cours (insuline, anticoagulants, Psychotropes…).  Le contexte de survenue : infection, exposition à un toxique, traumatisme.  La chronologie des manifestations cliniques et mode d'installation du coma :  Brutal (souvent lésion neurologique) ou progressif (souvent métabolique ou toxique).  Prodromes: céphalées, vomissements, convulsions, déficits moteurs, troubles du
  • 26. Examen clinique. Examens complémentaires: orientés par les constatations précédentes NB: chez le patient HIV positif un coma febrile sans SNL  (toxoplasmose, cryptococcose tuberculose).
  • 28. Coma TC ? SNL ? (Libre)? HED HSD Contusion cérébrale
  • 29. Coma sans notion TC SNL ? Fièvre ? Fièvre ? Abcès cérébral Thrombophlébi te C Abcès cérébral PEIC Méningite Méningo-encéphalite Métabolique: - Diabete : ACD , Coma hyperosmolaire, hypoglycémie - Encéphalopathie : urémique, hépatique ou respiratoire C. toxiques
  • 30. EVOLUTION (2)  Mort encéphalique: Destruction irréversible et totale de l’ensemble des structures de l’encéphale chez un sujet à cœur battant. • L’arrêt circulatoire cardiaque est inéluctable. • ME = pré requis pour le prélèvement d’organes.
  • 32. - Mort cérébrale: le don d’organe +++. La clinique : absence totale de la conscience et de l’activité motrice spontanée, abolition de tous les réflexes du tronc cérébral, abolition de la ventilation spontanée vérifiée par une épreuve d’hypercapnie Certitude étiologique: cause connue et irréversible avec absence d’hypothermie et d’intoxication Paracliniques: 2 EEG plats et aréactifs à un intervalle minimal de 4 heures ou une angiographie des 4 axes objectivant l’arrêt de la circulation cérébrale.
  • 33. CONCLUSIONS  Urgence vitale  Importance de l’examen neurologique (rapide et standardisé)  Importance de l’examen général  Indication large mais rigoureuse des examens complémentaires (EEG, IRM, PL…)  Surveillance neurologique
  • 34. QCM partie 1 « chapitre Coma »
  • 35. Q2- Concernant le diagnostic biologique d'une méningite à méningocoque, une ou plusieurs réponses est ou sont exacte(s): A- le liquide céphalo rachidien peut être légèrement trouble. B- L’étude cytologique de ce liquide biologique met en évidence une réaction lymphocytaire. C- Les méningocoques sont des cocci à gram négatif, en grains de café groupé par deux. D- plusieurs séro-groupes de méningocoques peuvent être responsables de méningite.
  • 36. Q2- Concernant le diagnostic biologique d'une méningite à méningocoque, une ou plusieurs réponses est ou sont exacte(s): A- le liquide céphalo rachidien peut être légèrement trouble. B- L’étude cytologique de ce liquide biologique met en évidence une réaction lymphocytaire. C- Les méningocoques sont des cocci à gram négatif, en grains de café groupé par deux. D- plusieurs séro-groupes de méningocoques peuvent être responsables de méningite.
  • 37. Q3- L’intoxication par l’un de ces produits s’accompagne d’une mydriase peu réactive, une ou plusieurs réponse (s) est ou sont exacte(s): A- Méthanol B- Atropine C- Opiacés D- Insecticides organophosphorés
  • 38. Q3- L’intoxication par l’un de ces produits s’accompagne d’une mydriase peu réactive, une ou plusieurs réponse (s) est ou sont exacte(s): A- Méthanol B- Atropine C- Opiacés D- Insecticides organophosphorés
  • 39. Q4- L’intoxication par l’un de ces produits s’accompagne d’un myosis, une ou plusieurs réponse (s) est ou sont exacte(s): A- Cocaine B- Anti cholénistérasique. C- Carbamazépine D- Phénothiazine
  • 40. Q4- L’intoxication par l’un de ces produits s’accompagne d’un myosis, une ou plusieurs réponse (s) est ou sont exacte(s): A- Cocaine B- Anti cholénistérasique. C- Carbamazépine D- Phénothiazine
  • 41. Q5- Peut ou peuvent entrainer un coma calme hypotonique, une ou plusieurs réponse (s) est ou sont exacte(s): A- benzodiazépine B- Monoxyde de carbone C- barbiturique D- Cocaïne E- Hypoglycémie
  • 42. Q5- Peut ou peuvent entrainer un coma calme hypotonique, une ou plusieurs réponse (s) est ou sont exacte(s): A- benzodiazépine B- Monoxyde de carbone C- barbiturique D- Cocaïne E- Hypoglycémie
  • 43. Q6-consernat le coma agité hypertonique extrapyramidale et hyper-réflexique, une ou plusieurs réponse (s) est ou sont exacte(s): A- Monoxyde de carbone B- Cocaine C- Hypoglycémie D- Anticholinergique E- Neuroleptique
  • 44. Q6-consernat le coma agité hypertonique extrapyramidale et hyper-réflexique, une ou plusieurs réponse (s) est ou sont exacte(s): A- Monoxyde de carbone B- Cocaine C- Hypoglycémie D- Anticholinergique E- Neuroleptique
  • 45. Q7- Coma agité avec hypertonique pyramidale, une ou plusieurs réponse (s) est ou sont exacte(s): A- hyperglycémie B- anti dépresseur tricycliques C- monoxyde de carbone D- Alcools E- carbamate
  • 46. Q7- Coma agité avec hypertonique pyramidale, une ou plusieurs réponse (s) est ou sont exacte(s): A- hyperglycémie B- anti dépresseur tricycliques C- monoxyde de carbone D- Alcools E- carbamate
  • 47. Cas clinique  • Patient âgé de 38 ans sans ATCD pathologiques amené par sa femme aux urgences pour altération rapidement progressive de son état de conscience L’examen trouve : Température 39°C ; PA= 150/80 ; tachycardie 120 bpm GCS= 6/15 ; pupilles en position intermédiaire réactive
  • 48. • Question n°1 : Quels sont les gestes urgents à réaliser pour ce patient ? A. Scanner cérébral B. Dextro C. Protection des voies aérienne D. Rx thorax E. NFS Réponse: BC
  • 49. • Question n°2: Quels diagnostiques peut on évoquer chez ce patient ? A. Hématome sous dural aigue B. Thrombophlébite cérébrale C. Méningo-encéphalite D. Abcès cérébral E. Encéphalopathie hépatique Réponse: BCD
  • 50. • Question n°3 : Quels sont les examens complémentaires à réaliser dans le cadre du bilan étiologique ? A. Scanner cérébral B. EEG C. PL D. Hémoculture E. ECG Réponse: ACD
  • 51. Lors de l’examen d’un patient comateux : A- La persistance de signes traduisant un contrôle cortical, discordants avec la profondeur apparente du coma est en faveur d’une aréactivité psychogène. B- Lors du Locked-in syndrome les mouvements de latéralité des yeux sont conservées. C- La présence des signes de localisation impose la réalisation d’imagerie cérébrale. D- Le mutisme akinétique s’exprime par une altération de la vigilance. E- La recherche des reflexes du tronc cérébral doit être systématique. Réponse : AC
  • 52. A propos des comas, quelle(s) est (sont) la(les) proposition(s) exacte(s) ? A. La durée d’un coma post-critique est le plus souvent de plus de 30 minutes. B. Le coma secondaire à une intoxication aux barbituriques se caractérise par une tendance à l’agitation avec une hypertonie spontanée. C. La présence d’un phénomène d’asterixis est évocatrice d’un coma métabolique. D. Un myosis serré peut être d’origine toxique. E. Un coma avec des signes de localisation est une indication à l’imagerie cérébrale Réponse : CDE
  • 53. Un coma léger, sans signes neurologiques focaux, se caractérise par : A- l’ouverture des yeux à la stimulation sonore B- une attitude en pronation forcée des membres supérieurs C- une mydriase bilatérale aréactive D- un signe de Babinski bilatéral E- une réaction adaptée au pincement Réponse : AE
  • 54. La constatation d’un myosis bilatéral chez un malade dans le coma doit faire évoquer : A- Une intoxication par les barbituriques B- Une intoxication aux antidépresseurs tricycliques C- Une intoxication atropinique D- Une intoxication par les opiacés E- Une dissection carotidienne Réponse : D
  • 55. Un coma d’installation brutale fait évoquer en première intention : A- Un processus expansif intracrânien B- Une hémorragie méningée C- Une encéphalopathie hépatique D- Un accident vasculaire cérébral E- Un coma hyperosmolaire Réponse : BD
  • 56. Lors d’un coma, l’existence de sueurs profuses et d’un cutané plantaire en extension des deux côtés doit faire évoquer un des diagnostics suivants : A- Un coma acidocétosique B- Un coma éthylique C- Un coma endocrinien D- Un coma hypoglycémique E- Un coma barbiturique Réponse : D
  • 57. Un coma s'est installé brutalement chez un patient de 40 ans sans notion de traumatisme. Le scanner retrouve une hyperdensité spontanée intraparenchymateuse dans le territoire pariétal droit. Quel(s) diagnostic(s) peut-on évoquer ? A - hémorragie par rupture de vaisseau, B - anévrysme rompu, C - tumeur ayant saigné, D - infarctus artériel, E - syndrome lacunaire. Réponse : ABD
  • 58. Dans le bilan d'un coma non traumatique, le scanner crânien s'avère normal. Ceci n'élimine pas: A - hématome intraparenchymateux, B - étiologie toxique, C - accident vasculaire ischémique au début, D - méningite, E - processus lésionnel du tronc cérébral. Réponse : BCDE
  • 59. L’état végétatif : A- Il est synonyme de mort cérébrale B- Les reflexes cornéens et photomoteurs sont généralement conservés C- Il existe une réaction appropriée aux stimulations douloureuses D- Les fonctions respiratoires et cardiovasculaires sont habituellement conservées E- La récupération d’une conscience normale est fréquente Réponse : BD
  • 60. Dans les comas dépassés : A- Il n’y a plus de respiration spontanée B- Il y a un arrêt circulatoire à l’angiographie carotidienne C- Il n’y a plus de réflexe cornéen D- On observe une hypertonie de décérébration E- L’électroencéphalogramme est toujours plat. Réponse : ABCE

Notes de l'éditeur

  1. ----- Notes de la réunion (30/04/13 15:14) ----- Le coma est un dysfonctionnement de la formation réticulée activatrice ascendante situé au niveau de tronc cérébral responsable ainsi d’une suppression de la vigilance et de la conscience dont le mécanisme peut être lésionnel ou métabolique. C’est une urgence vitale fréquente, nécessitant une PEC diagnostic et thérapeutique rapide
  2. Le coma est un dysfonctionnement de la formation Réticulée activatrice ascendante situé au niveau du Tronc cérébrale  une suppression de la vigilance et de la conscience dont le mécanisme peut être lésionnel ou métabolique.
  3. Narcolepsie (accès de sommeil). Catalepsie (chute brutal de tonus sans trouble de la conscience)
  4. (réflexe pupillaire peau) se compose de la dilatation de la pupille homolatérale en réponse à la douleur appliquée au cou, le visage et le haut du tronc. Si le côté droit du cou est soumis à un stimulus douloureux, le droit pupille se dilate (augmentation de la taille de 1-2mm de base). Ce réflexe est absent dans le syndrome et les lésions affectant les fibres sympathiques cervicaux de Horner.
  5. Phénothiazines sédatives = chlorpromazine(largactil). BZD  test à anexate ( Flumazenil) 0,5 mg/ 5 ml  on donne pur en ivd 0,1 mg par 0,1 mg (risque de convulsion chez les patients TTT par des ADT) Morphinique  narcan (naloxane) amp 0,4mg dilué 10 ml puis on donne 1 ml /2 min jusqu’au obtenir une ventilations spontanée puis relais IVSE: 5 amp dans 50 ml soit 0,04 mg/ml
  6. Anglosaxone  Mort du tronc cérébrale Pays latins  mort de tout l’encephale
  7. Flumazénil (Anexate) antidote des benzodiazépines. donc a utilisé devant un coma calme, hypotonique, peu de dépression respiratoire, pas de collapsus. il faut aussi: absence d'intoxication aux ADT (ECG) associé. Pas d’ATCD d’épilepsie Pas de pneumopathie ou de complication ------------------------------------------------------------------------------------------ ----- Notes de la réunion (30/04/13 16:10) ----- Naloxone (narcan) --> antidote de la morphine en cas d'intoxication morphinique (coma, myosis, bradypnée ou apnée) TTT: - Masque oxygène pur - Narcan: 1amp de 0,4 mg en IV répeté 3 fois toute les 5 min jusqu'a une dose total de 10 mg