SlideShare une entreprise Scribd logo
Philippe Clauzard
MCF UNIVERSITE DE LA REUNION – ESPE
Laboratoire ICARE
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
INTRODUCTION
§ Dans ce cours, nous allons revoir les théories de l’apprentissage et aller un
plus loin dans l’intelligibilité des situations d’enseignement apprentissage
avec la présentation de quelques modélisations issues de la recherche en
éducation.
§ Une modélisation est un modèle représentant le fonctionnement de
quelque chose, en général pour expliquer le fonctionnement d’u
phénomène, il tend à simplifier par catégorisation et généralisation
(montée en abstraction du modèle.)
§ Le premier modèle déjà très ancien est celui du triangle, le triangle
pédagogique avec 3 pôles : formateur/enseignant, savoir, apprenant. Ce
triangle a été décliné en triangle didactique qui donne plus de place à la
question des savoirs. Selon l’importance ou l’éclairage donné à l’un des
trois pôles, l’enseignant privilégie une entrée d’apprentissage.
§ Les grandes théories de l’apprentissage sont aussi des modèles :
transmissif, béhavioriste ou socioconstructiviste dont nous verrons une
comparaison terme à terme.
§ On verra également qu’aux processus d’apprentissage correspondent des
processus d’enseignement. Il y a un vrai couplage entre enseigner et
apprendre, l’un ne va pas sans l’autre. Ce que nous verrons avec les modèles
d’analyse des situations de classe de Bucheton, Sensevy ou Bruner, Brousseau ou
encore Mosconi.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
PROCESSUS APPRENDRE
§ DESSINER UNE REPRESENTATION QUE VOUS AVEZ DE
L’APPRENTISSAGE
§ MONTRER VOS DESSINS
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
DES DESSINS REPERES DANS D’ANCIENS LIVRES… QU’EN PENSEZ-VOUS ?
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
TROIS PROCESSUS POUR FAIRE APPRENDRE
§ Enseigner: Ce processus privilégie l'axe professeur – savoir,
l’enseignant apparaît alors comme un spécialiste de sa discipline
d’enseignement (c'est le cours magistral ou le cours dialogué)
§ Former : ce processus privilégie l'axe professeur - élève, d'où des
règles à définir sur les rapports professeur / élève, des
négociations, des formats particuliers (c’est le cours accompagné
avec une forte relation pédagogique, la différenciation
pédagogique, la personnalisation…)
§ Apprendre : ce processus privilégie l'axe élèves – savoirs, cela
sous-entend que les élèves accèdent au savoir directement, sans la
médiation forcée du professeur, il s’agit des formes de travail en
groupes ou par ateliers, dans lesquelles l’enseignant s’efface,a près
avoir très largement anticipé/préparé (il est difficile d’accepter
cette prise de recul, surtout chez les débutants)
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
MODELE DU TRIANGLE PÉDAGOGIQUE DE HOUSSAYE
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
MODÈLE DU TRIANGLE DIDACTIQUE
Stratégie	d’apprentissage,	mécanique	d’apprentissage,	
processus	/	opérations	cognitives,	secondarisation-
conscientisation	du	savoir	&	métacognition	– glissement	
conceptuel	(bilan	« méta »	cognitif	et	conceptuel)	
enseignant
savoir élève
Tâche	
scolaire
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
à Les pédagogies dites de la transmission, de la
connaissance ou de l’empreinte. Souvent appelées
pédagogie traditionnelle, elles sont centrées sur
la transmission des savoirs constitués et le
discours magistral du prof.
à L’acte d’enseigner implique chez les élèves le
fait de recevoir un savoir déjà structuré par
l’enseignant et de le transformer en réponse,
performance, savoir.
à Mais pas nécessairement le fait de le
construire, c’est-à-dire de se l’approprier
personnellement.
à Ces pédagogies sous-estiment ainsi le rôle de
l’élève et de ses processus cognitifs dans la
construction de son savoir par lui-même .
PÉDAGOGIE CENTRÉE SUR L’ENSEIGNANT
APPRENTISSAGE ECOUTE ATTENTIVE
PRISE DE NOTES
RELECTURES
(attention à l’ennui !)
Pédagogie de la conférence
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
à Les pédagogies dites de la systématisation de type
« Bled » ne favorisent pas un apprentissage par le « faire »,
c’est-à-dire la manipulation, l’expérimentation, puis la
confrontation au groupe, mais des exercices à effectuer.
à L’élève est seul face à lui-même et ses conceptions,
sans motivation ni déséquilibre provoqué par un « conflit
socio cognitif »… toutefois le savoir est segmenté et l’élève
lambda est conduit à s’exercer étapes après étapes...
à La situation est confortable, les connaissances en stock
ne sont pas remises en question…
à En revanche, ces pédagogies permettent de renforcer
des acquisitions expérientielles au moyen d’exercices
d’entraînement qui systématisent en vue d’automatiser des
procédures apprises par exemple en calcul ou en
orthographe…
à Fondée sur les théories d’apprentissage
comportementaliste, qui mettent en avant l’acquisition de
comportements, il s’agit, ici, de graver avant tout en
mémoire des savoirs, dans le stock interne chez l’élève.
PÉDAGOGIE CENTRÉE SUR L’OBJET DE SAVOIR
APPRENTISSAGE
ENTRAINEMENT
SYSTEMATISATION
CONDITIONNEMENT
(attention : éviter le
dressage éducatif ! )
Pédagogie technologique ou de la systématisation
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
à Dans les pédagogies centrées sur l’apprenant, il est
mis à sa disposition des moyens d’apprendre, des
moyens de réussir.
à Les pédagogues de l’apprentissage s’efforcent de
mettre en place des conditions et situations
d’apprentissage afin que les élèves apprennent et
tentent d’être des médiateurs. (cf. le tutorat, la
différenciation)
à Ici, on s’intéresse à la manière de s’approprier les
savoirs: on ne s’intéresse pas seulement à l’acquisition
de contenus, mais aussi aux démarches que mettent en
œuvre les apprenants.
à Fondé sur les théories constructivistes,
l’apprentissage implique des processus internes actifs
du sujet, qui interagissent avec le milieu environnant.
Ces pédagogies dites actives font du savoir le produit
de l’activité de l’élève .
à L’enseignant développe un rôle de guide qui fait
apprendre, aide l’apprenant dans son travail en classe ,
et met en œuvre des pédagogies, qui intègrent les
processus d’apprentissage des apprenants. Ici rien ne
vaut que pour le sujet, par le sujet. On s’intéresse au
fonctionnement cognitif et affectif de l’apprenant.
PÉDAGOGIE CENTRÉE SUR L’ÉLÈVE
APPRENTISSAGE
REFLEXION
RECHERCHE = ESSAIS-
ERREURS
DECOUVERTE - STRATEGIES
(attention : gérer le temps et
les leadership !)
Pédagogie dite socio – constructivistes
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
MODÈLES DES THÉORIES D’APPRENTISSAGE
§ Source https://business.solerni.com/tag/behaviorisme
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
MODÈLES DES THÉORIES D’APPRENTISSAGE
Modèle transmissif Modèle behavioriste Modèle socioconstructiviste
L’erreur Effet regrettable Défaut d’élaboration du
programme
Outil capital: apprendre des
erreurs en les analysant et cherchant
leur logique
Savoir agir, savoir résoudre
Arborescente (carte mentale)Progressivité
Une banque de ressources
D’assimilation/accommodation
Procédures pour réussir
Savoir académique
Stockage en mémoire
Une fin en soi
Une structure découpéeSupport livresque
Exercices simples à
compliqués…
Le problème, ou situation
problématique
Le projet, le défi à relever
L’étude de cas
La prise de notes
La récitation Le test, le QCM
Conception du savoir
La logique
L’enseignant
L’enseignement
L’évaluation
L’élève
Le matériel didactique
L’activité d’apprentissage
Une ressource
Utilisation
Les tâches scolaires, réflexion
Faire développer compétences
Acteur, constructeur de son S
GuideEntraineurEntraineurDispensateur
RéacteurRécepteur
Un objet/machine…
S’appliquer
Savoir faire
Couvrir la matière
D’accumulation
Linéaire
D’organisation
Faire atteindre les
objectifs visés
Briques de
connaissances
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
COMPARAISON DE 3 MODÈLES D’APPRENTISSAGE
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
COMPARAISON DE 3 MODÈLES
D’APPRENTISSAGE
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
A LIRE SUR MON SITE INTERNET :
www.philippeclauzard.fr
Pédagogie	transmissive Pédagogie	comportementaliste
Pédagogie	constructiviste
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
ü Le modèle transmissif = il renvoie à la maïeutique de
Socrate ou la scolastique => élève comme
cerveau à remplir : mémorisation, « apprendre par
cœur »
ü Le modèle béhavioriste/réflexologique = cela renvoie
au réflexe => élève comme machine à apprendre
(qcm, systématisation, mémorisation, récitation,
exercices…)
ü Le modèle cognitiviste/constructiviste = c’est le
principe du traitement de l’information =>le
constructivisme piagétien : construction des
apprentissages… et en groupe : le
socioconstructivisme de Vygotski => élève avec
cerveau à réorganiser (la situation problème)
ü Le modèle connexionniste/connectiviste = il s’agit
de construire des savoirs et les traiter en réseaux =>
élève avec cerveau à organiser en réseaux de savoirs,
avec l’emploi des ressources numérique (la carte
mentale, les hyperliens…)
4 / 5 MODELES d’APPRENTISSAGE A RETENIR
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
4 / 5 MODELES d’APPRENTISSAGE A RETENIR
BRUNER, PIAGET,VYGOTSKI : DES
AUTEURS INCONTOURNABLES A LIRE
18
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
Au	regard	de	ces	photographies,	quelles	sont	les	
pédagogies	choisies	?	A	quels	principes	
d’apprentissage	peuvent-elles	renvoyer?	Qu’est-ce	
qu’apprendre	selon	chacune	de	ces	images	? 19
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
LE CHEMINS DES OPÉRATIONS MENTALES
Percevoir (par la
vue, l’ouïe, le toucher),
perceptions visuelles,
kinesthésiques,
auditives)
Évaluer, se
représenter,
Évoquer des
images mentales,
se mettre en projet
Traiter l’information,
Catégoriser
(comparer, différencier,
reconnaitre… )
Repérer les différents
paramètres
Déterminer des liens
logiques, mettre en
relation, se confronter
à des résistances,
élucider
Inférer (déduire) une
explication
Raisonner
(reformuler,
synthétiser,
réfléchir…)
Former un concept,
abstraire (glissement
conceptuel, écrits
réflexifs, discours
d’explicitation,
formaliser…)
Intégrer et
restructurer
(assimilation vs
accommodation),
transférer et
réinvestir
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
EN CLASSE, CIRCULENT DES SAVOIRS A FAIRE APPRENDRE ET POUR LES
APPRENDRE LES ELEVES DOIVENT MOBILISER/ACTIVER DES OPERATIONS
MENTALES/INTELLECTUELLES DITES COGNITIVES
PERCEVOIR
EVALUER,	SE	
REPRESENTER
CATEGORISER
METTRE	EN	
RELATION	
LIER,	RELIER	
DELIER
INFERER
INTEGRER	
RESTRUCTURER
différenciercomparer
reconnaitre
trouver	les	
liens	logiques
repérer	
les	différents	paramètres
raisonner conceptualiser
assimilation
accomodation
Synthèse documentaire par Philippe Clauzard MCF Université de la Réunion ESPE - ICARE
LES ELEVES DOIVENT ACTIVER DES
OPERATIONS COGNITIVES QUI PRESENTENT UN
ASPECT DYNAMIQUE…
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
§ Percevoir:	 Le	cerveau	perçoit	des	éléments	de	notre	environnement	et	des	sensations	issues	de	notre	
corps.	Des	structures	de	notre	cerveau	traitent	nos	perceptions:	observations,	sensations,	émotions,	etc.	
§ Evaluer,	se	représenter	:	nos	neurones	codent	les	objets	et	les	situations	perçues	de	l‘environnement	
physique,	social	et	culturel.	Et	les	confrontent	aux	représentations	mentales	qui	sont	en	mémoire.	Toute	
interprétation	de	nos	perceptions,	de	nos	sensations	en	est	une	représentation	mentale. La	
représentation	mentale	est	un	modèle	réduit	et	simplifié	de	la	réalité	extérieure.
§ Pour	comprendre,	il	faut	catégoriser.	Il	faut	faire	appel	à	la	catégorisation.	C’est-à-dire	réaliser	une	
catégorie	ou	affecter	un	objet	à	une	catégorie	existante.	C’est	une	manière	de	structurer	la	connaissance,	
la	comprendre	et	la	mémoriser.	La	catégorisation	va	permettre	de	classifier,	de	sérier	et	de	résoudre	des	
problèmes,	de	conceptualiser.	C’est-à-dire	de	former	des	concepts	(des	catégories	abstraites	et	
généralisées	avec	des	propriétés	spécifiques).	La	catégorisation	intervient	dans	les	processus	de	
reconnaissance	et	d’identification	des	objets,	de	compréhension,	de	raisonnement	et	de	résolution	de	
problèmes.
§ La mise en relation permet de connecter les connaissances entre elles, cela va affiner la
conceptualisation. Similarités, variables… permettent de mieux saisir par l’esprit un phénomène; la mise
en relation permet de définir des champs conceptuels.
§ L’inférence est la production de nouvelles connaissances qui n’étaient pas présentes dans l’esprit de
l’individu.
§ Intégrer	ou	restructurer	ses	connaissances	est	l’ultime	phase	d’un	apprentissage,	de	la	rencontre	avec	
une	connaissance	ou	une	situation	inédites.	Au	sens	de	Piaget,	on	incorpore	les	objets	de	savoir	nouveau	
à	la	structure	cognitive	d’accueil	du	sujet	(c’est	l’assimilation)	ou	bien	il	convient	de	réélaborer	ses	
connaissances	pour	que	les	objets	de	savoir	trouvent	leur	place	dans	la	structure	cognitive	du	sujet	(c’est	
l’accommodation).	Dans	les	deux	cas,	c’est	un	souci	d’équilibration	entre	le	nouveau	(de	l’apprentissage)	et	
l’ancien	(ce	que	l’on	sait	déjà)	qui	est	recherché.	Il	s’agit	là	de	la	théorie	des	schèmes	(des	structures	
d’action	mentales	ou	physiques)	et	de	l’apprentissage	selon	Jean	Piaget.
§ Apprendre	à	Traiter	l'information,	c’est Catégoriser	(comparer,	reconnaître,	différencier	ou	discrimi-
ner);	Mettre	en	relation	(repérer	différents	paramètres,	trouver	liens	logiques);	Raisonner;	Conceptualiser	
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
QUEL CHOIX D’OPÉRATION MENTALE ?
- La pensée inductive est l’opération mentale par
laquelle un sujet confronte des éléments pour en
faire émerger des points communs
(caractéristiques, relations, structures abstraites
communes…)
- La pensée déductive est l’opération mentale par
laquelle un sujet se place du point de vue d’un
principe que l’on va expérimenter. C’est
l’application de la règle.
- La pensée dialectique est l’opération mentale
par laquelle un sujet met en interaction des lois ou
des concepts, fait évoluer des variables dans des
sens différents afin d’accéder à la compréhension
d’un système que l’on a ainsi fait bouger…
- La pensée divergente est l’opération mentale par
laquelle un sujet met en relation des éléments
appartenant à des domaines différents, établit des
associations nouvelles, des rapports originaux
entre les choses, les mots, les notions et les
registres d’explication.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
CF. P.HILIPPE MEIRIEU
MECANIQUE PIAGETIENNE D’APPRENTISSAGE
25
PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE-OCTOBRE 2015
ASSIMILATION:
CROISSANCE DE LA CONNAISSANCE À STRUCTURE ÉGALE
Structure initiale de connaissances
Nouvelle
connaissance
Structure finale de connaissances
ASSIMILATION
Croissance à
structure égale
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
ACCOMMODATION:
RÉORGANISATION DE LA STRUCTURE DE CONNAISSANCES
Ancien équilibre
Nouvel équilibre
Phase de déséquilibre
ACCOMODATION
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
APPRENDRE : C’EST TRAITER
DE L'INFORMATION ET DES CONTENUS !
§ Apprendre : c’est catégoriser (comparer,
reconnaître, différencier ou discriminer);
trouver les liens logiques; repérer les
différents paramètres, mettre en relation,
raisonner; généraliser, conceptualiser,
secondariser… (Paradigme des sciences
cognitives)
§ Apprendre: c’est acquérir des contenus de
savoir au moyen de ces opérations mentales
à mobiliser en classe; car apprendre
durablement n’est pas apprendre par
coeur...
§ Dans la fiche de préparation, il convient
donc d’employer des verbes d’actions, à
lier aux étapes successives
d’appropriation du savoir...
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
VERBES D’ACTION COGNITIVE
POUR RÉDIGER SA « PREP »Domaine	de	l'Observation:
Percevoir	Saisir	par	le	sens	et	l'esprit
Estimer	Apprécier	la	valeur,	l'importance	d'une	chose;	estimation	de	la	valeur,	du	nombre,	de	
l'importance	ou	de	la	grandeur	des	choses.	Se	rappeler	Se	souvenir,	avoir	présent	à	l'esprit		Retrouver	
une	information	déjà	enregistrée	dans	un	but	précis.
Reconnaître	Suite	à	un	stimulus,	à	une	rétroaction,	juger	la	chose	comme	déjà	connue.
Découvrir	Résoudre,	action	de	trouver	ce	qui	était	inconnu,	caché
Explorer	Étudier,	sonder,	chercher	à	connaître	par	l'observation	
Rechercher	Opération	menée	en	vue	de	retrouver	un	élément	déterminé	dans	une	structure	de	
données.	Une	activité	méthodique	qui	se	déroule	en	respectant	un	ordre	logique,	des	principes	
raisonnés	et	des	savoirs	éprouvés.	Explorer	de	façon	plus	systématique.
Domaine	du	Traitement	de	l’information	:	
Juger Apprécier, considérer, examiner pour se faire une opinion. Analyser des informations à partir de
critères ou de biais personnels, porter un jugement et le justifier, prendre une
décision	s'il	y	a	lieu.	Identifier	Déterminer	la	nature	d'une	chose	en	la	nommant.	Déterminer	le	
caractère	permanent	et	fondamental.	Percevoir,	discriminer,	reconnaître,	associer,	nommer	des
propriétés,	des	attributs,	des	caractéristiques	d'objets,	des	informations,	des	phénomènes.
Localiser	Déterminer	la	place,	le	lieu	en	rapport	ou	non	avec	l'origine.	Relier	Établir	un	lien	sans	
intégration	organisationnelle	Combiner	Réunir	des	éléments	en	fonction	d'une	intégration	
organisationnelle.	Mettre	en	relation	des	éléments	(objets,	concepts,	informations,	phénomènes)	qui	
ont	des	liens	apparents	ou	non	afin	d'en	élargir	leur	compréhension.
Abstraire	Opération	de	l'esprit	qui	isole	d'une	notion	un	élément	en	négligeant	les	autres.
Conceptualiser,	dégager	les	caractéristiques	essentielles	d'un	concept	avec	l'intention	de	réaliser	de	
nouvelles	relations	
Comparer	Établir	un	rapprochement	pour	mettre	en	évidence	un	trait	commun	établir	des	
ressemblances	ou	des	différences
Mettre	côte	à	côte	des	objets,	des	informations,	des	phénomènes	dans	le	but	d'identifier	des	
ressemblances	et	des	différences	dans	leurs	attributs.
Discriminer	Discrimination	multiple:	habileté	de	l'apprenant	à	pouvoir	distinguer	nettement	entre	
plusieurs	stimuli	(objets,	symboles,	activités,	personnes)	appartenant	au	même	ensemble.
Catégoriser	Regrouper	sans	hiérarchie	des	segments	d'information	semblables	en	fonction	d'un	ou	de	
quelques	caractères	communs.
Définir	Donner	la	définition,	indiquer	de	manière	précise;	énonciation	des	caractères	essentiels,	des	
qualités	propres	à	un	être	ou	à	une	chose	[...]
Formuler	les	qualités	de	base	d'une	idée	ou	d'une	chose	dans	le	but	d'identifier	sa	signification	précise.	
C'est	la	formulation	de	qualités	essentielles	et	non	le	rappel	ou	la	répétition	d'une	définition	apprise.	
Ordonner	Mettre	en	ordre,	classer.	Regrouper	des	éléments	en	fonction	d'un	(ou	de	plusieurs)	de	
Organiser	Opérationnalisation	de	l'ordonnancement	(arranger	pour	fonctionner).	Placer	un	élément	
dans	un	système,	arranger,	structurer,	classer,	ordonner	les	composantes	d'un	objet,	d'une	
information,	d'un	phénomène		Reconstituer	Former	de	nouveau,	refaire	le	même	modèle	
Restructurer	Réorganiser,	réindexer.
Domaine	de	la	Régulation	:
Arrêter	un	plan	Ordonnancement	temporel	et	description	des	activités	et	des	ressources	qui	seront	
nécessaires	à	l'atteinte	d'un	ou	plusieurs	objectifs
Appliquer	Utiliser	un	modèle	général	de	solution,	appris	antérieurement,	pour	résoudre	un	problème	
concret,	particulier.	Mise	en	pratique,	vérifier	la	faisabilité,	aspect	praxique.
Faire	des	déductions	Opération	mentale,	processus	logique	de	raisonnement	qui	consiste	à	dégager	
des	données	particulières	à	partir	d'une	ou	de	quelques	propositions	générales	explicites.	aller	de	la	
loi	à	ses	applications,	passer	de	l'abstrait	au	concret,	de	l'ensemble	à	ses	éléments:	c'est	donc	faire	
une	analyse		Inférer	Tirer	une	conséquence	d'un	fait	ou	d'un	principe;	opération	logique	par	laquelle	
on	admet	une	proposition	en	vertu	de	sa	liaison	avec	d'autres	propositions	déjà	tenues	pour	vraies.	
Assigner	une	signification	qui	va	au-delà	de	l'information	disponible.	Supposer,	présumer	d'un	résultat	
à	partir	des	expériences	et	des	connaissances	antérieures.
Transférer	Usage	fait	de	connaissances	acquises	dans	une	situation	nouvelle.	Le	transfert	est	la	
capacité	de	mettre	en	oeuvre des	savoirs	ou	des	savoir-faire	dans	des	situations	différentes	de	celles	
de	l'apprentissage
Enclencher	un	processus	d'accommodation	Adaptation	pour	faire	convenir.	Restructuration	
cognitive,	réélaboration	des	schèmes
Enclencher	un	processus	d'assimilation	Processus	d'absorption	et	d'intégration	d'expériences	
nouvelles	à	une	structure	intellectuelle	préalablement	organisée.
Domaine	de	la	Création:
Décrire	Faire	une	description	dans	ses	propres	mots,	raconter.	Fournir	les	catégories	nécessaires	de	
propriétés,	d'objets,	d'événements	et/ou	de	relations	concernant	un	référent	donné
Expliquer	Action	de	faire	comprendre	les	causes	ou	les	raisons	d'être	d'un	fait,	d'un	phénomène,	
d'une	chose.	Évaluer	Élaborer	Produire	par	un	long	travail	intellectuel.	Élaborer	des	hypothèses:	
élaborer	un	ensemble	de	suppositions	qui	permettent	soit	d'expliquer	certains	faits,	soit
d'envisager	une	piste	de	solution.	Cet	ensemble	est	considéré	comme	une	simple	vue	de	l'esprit	tant	
que	les	faits	n'ont	pas	été	vérifiés.	Interpréter	Voir	selon	un	point	de	vue	particulier,	donner	un	sens	à	
[...],	tirer	une	signification	de	[...],	cela	implique	en	général	une	explication	hypothétique	et	
personnelle.	Généraliser	Raisonner	en	étendant	à	un	ensemble	ce	qui	est	observé	sur	un	nombre	
limité	de	cas.	Formuler	des	relations,	des	principes,	des	lois,	des	règles	concernant	tous	les	cas	d'une	
classe	ou	d'une	catégorie	d'événements.	Analyser	Décomposer	un	tout	en	ses	parties,	étudier,	
examiner.	Séparer	les	éléments	ou	parties	constituantes	d'un	tout	quelconque,	de	manière	à	saisir	les	
liens	et	les	relations	entre	soit	les	différentes	parties	ou	éléments,	soit	les	parties	ou	éléments	et	le	
tout.	Faire	la	synthèse	Opération	intellectuelle	par	laquelle	on	rassemble	des	éléments	de	
connaissance	en	un	ensemble	cohérent.
Inventer	Donner	naissance	à	un	produit	qui	a	une	signification	et	qui	est	reconnu	par	les	autres	
comme	ayant	une	valeur.	Ce	processus	implique	l'originalité	et	la	nouveauté.
§ DESSINER UNE CLASSE D’ENSEIGNEMENT TELLE QUE VOUS
L’IMAGINER : QUELLE EST LA PLACE DES ELEVES ? QUELLE EST LA
PLACE DU PROFESSEUR ? COMMENT SE MATERIALISENT LES
INTERACTIONS ?
§ MONTRER VOS DESSINS
PROCESSUS ENSEIGNER
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
Disposition de classes renvoyant à
une méthode ou théorie d’apprentissageDES DESSINS issus du
web… QU’EN PENSEZ-VOUS?
Photos des interactions prof/élèves en classe
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
§ La classe flexible est une technique originaire des États-Unis et
du Canada. Elle permet plusieurs avantages pédagogiques. Elle
a été pensée en vue de rendre une classe plus accueillante
et favorable à un apprentissage efficace. Par classe flexible,
on entend une salle où l’enseignant peut choisir le meilleur
aménagement possible pour le bien de ses élèves. Ces
derniers ont la possibilité de s’asseoir de différentes façons. La
disposition des sièges est modifiable en fonction des besoins.
§ Toutefois, il ne s’agit pas seulement de déplacer la place des
tables et chaises. Dans une classe flexible, un élève a le droit de
travailler dans différentes positions. Ce qui signifie qu’il peut
travailler en étant debout, en restant assis ou même allongé.
§ En plus des meubles habituels, dans une classe flexible, on peut
utiliser des canapés, des fauteuils, des tabourets, des ballons de
gym, etc. Il faut donc mettre à disposition des élèves différents
types de meubles pour leur donner le choix. L’enseignant peut
faire preuve de créativité et ajouter des accessoires utiles,
comme : tapis, pouf, caisses de lait, chaise berçante, vélo
pupitre, coussins, etc.
§ Le cadre est à aménager dans l’objectif de s’adapter aux
besoins de chaque élève. Comme chaque enfant a ses
préférences et sa façon d’être à l’aise, offrir à chacun le pouvoir
du choix permet d’assurer son épanouissement. En parlant d’«
aménagement », il n’est pas uniquement question de
décoration. En effet, la remise en question de la
pédagogie est aussi importante. En vue de garantir un véritable
changement comparé aux méthodes traditionnelles,
l’enseignant doit connaitre les besoins de chaque élève. Les
cours doivent être plus personnalisés, les élèves doivent avoir
plus d’autonomie.
§ Le modèle de classe flexible a notamment été popularisé en
France par Céline Alvarez dans son livre, les lois naturelles de
l’enfant.
§ EXTRAIT DU SITE:
https://www.lasalledesmaitres.com/amenagement-classe-
flexible/
Notion de Classe Flexible (voir vidéo sur mon site)
VIDÉO A VOIR CHEZ SOI : CONFÉRENCE D’ANDRÉ TRICOT,
L’INNOVATION PEDAGOGIQUE, MYTHES ET RALITÉS…
Ø LA NOTION DE GESTE PROFESSIONNEL VA ETRE CENTRALE
DANS CE DERNIER CHAPITRE SUR LE PROCESSUS ENSEIGNER…
Ø Dominique Bucheton (2009) définit le concept de geste professionnel comme une
action « pour faire agir ou réagir l’autre » selon certaines préoccupations. Inscrit dans
la professionnalité, ce geste de l’enseignant est adressé aux élèves. Elle conçoit la
définition des gestes professionnels comme difficile car "la nature complexe de ces
gestes (qui incluent des gestes langagiers, des gestes de travail, des gestes
didactiques et éducatifs) renvoie à des champs théoriques différents". Extrait du livre
de D.Bucheton et O.Dezutter 2008 "Le développement des gestes professionnels dans
l'enseignement du français".
Ø « S'intéresser aux pratiques réelles, ordinaires des enseignants de français dans des
contextes divers est devenu aujourd'hui une urgence si on veut mieux comprendre les
réussites ou les ratés apprentissages des élèves. Comment les enseignants s'y
prennent-ils vraiment ? Y aurait-il manières de faire, des gestes professionnels plus
efficients ou d'autres au contraire qui empêchent les élèves d'apprendre, qui les
inhibent ? Peut-on mieux comprendre les décisions qui se prennent dans l'urgence de
la dynamique de la classe ? Où prennent-elles leur source? Dans les modèles
didactiques anciens ou plus récents, l'expérience de la classe? Dans les choix
éthiques d'une équipe, la culture propre de l'enseignant ? » D.Bucheton et O.Dezutter
Ø Gérard Sensevy nomme geste d'enseignement « une manière de faire grâce à
laquelle celui qui a élaboré un rapport construit et de "première main" au savoir va
assurer la communication de ce savoir, en général au sein d'un dispositif didactique. »
Extrait de TFE Travail et formation en éducation n°5: 2010
DÉFINITION GÉNÉRALE DU GESTE PROFESSIONNEL
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
DES CATÉGORIES POUR LIRE LA SITUATION DE CLASSE
D’ENSEIGNEMENT-APPRENTISSAGE, RENVOYANT A DES
GESTES POUR FAIRE CLASSE
Catégories d’après Bruner
Catégories d’après Mosconi
Catégories d’après Bucheton
Catégories d’après Brousseau
Catégories d’après Sensevy
Ce sont des catégories pour lire et analyser l’enseignement
nées de recherches effectuées par des didacticiens et
psychologues de la petite enfance. Ces catégories
correspondent à des gestes pour faire la classe, utiles pour la
piloter comme la préparer. Ce sont des points de repères issus
de différents travaux de chercheurs, dont j’ai tenté d’effectuer
une synthèse complétée à ma manière…
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
LE MODÈLE ET LES CATÉGORIES DE BRUNER
Bruner est un psychologue de l’éducation qui a étudié une manière de rendre opérationnel
le concept de Vygotski de « zone de proche développement » et montrer comment un adulte
vient en aide à quelqu'un de moins expert que lui, dans une situation de tutelle auprès de
jeunes enfants. C’est l’aide judicieuse d’un adulte qui porte sur ce que l’enfant peut déjà
comprendre sans qu’il puisse encore le produire seul.
Bruner définit la tutelle comme fournissant ce qui est nécessaire et suffisant pour
permettre à l’enfant de mener à bien la tâche proposée. Autrement dit, l’adulte prend en main
des éléments de la tâche excédant les capacités de l’enfant, il se montre facilitateur. De manière
générale, la tutelle désigne donc les moyens grâce auxquels un adulte ou un spécialiste vient en
aide à quelqu'un qui est moins adulte ou spécialiste que lui. Et ainsi sont distinguées six
catégories de la tutelle (dont certaines sont relativement connues et passées dans le langage
courant.
Ces catégories sont fondatrices de l’étayage: on enrôle, on simplifie au besoin, on maintient le
cap / l’orientation de la tâche scolaire, on signale ce qui est pertinent pour exécuter la tâche, on
montre un modèle pour dénouer la résolution de la tâche, on évite la frustration et démotivation
de l’élève.
Cela étant, il convient dans la tutelle de ne pas créer une trop grande dépendance de l’élève
à l’égard de l’enseignant, il faut intervenir, mais… ni trop, ni trop peu.
C’est finalement ce que vous faites lorsque vous passez dans les rangs auprès des apprenants ou
des groupes d’élèves s’ils travaillent en commun. C’est une grille de lecture de ce que peut être
le soutien, l’étayage des apprenants en général.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
A EXPLIQUER AUX ELEVES
DEVENUS PARTENAIRES DE
L’ETAYAGE ET AINSI
RESPONSABILISÉ
LA ZONE DE PROCHE DEVELOPPEMENT
LES CATÉGORIES DE BRUNER
(D’APRÈS DES RECHERCHES SUR LA PETITE ENFANCE)
§ l'enrôlement : engager l’intérêt et l’adhésion du sujet dans la tâche; c’est-à-dire
soutenir l'intérêt du sujet par rapport à la tâche…
§ la réduction des degrés de liberté : réduire l’ampleur de la tâche, simplifier la
tâche par réduction du nombre des actes constitutifs requis pour atteindre la
solution; utiliser le feed-back des élèves comme moyen de rectification; afin d’aider
l’apprenant à résoudre le problème posé avec une prise en charge par le tuteur
des tâches les plus complexes, ensuite rétrocédées à l’apprenant, pour éloigner
ainsi une surcharge cognitive en début d'activité, c’est une prise en charge
temporaire de la difficulté…
o le maintien de l'orientation : éviter que le sujet s’écarte du but assigné par la
tâche, maintenir la poursuite d’un objectif défini, en faisant que cela vaille la peine
de risquer un pas de plus, non seulement maintenir l’enfant dans la poursuite des
buts et sous-buts de la tâche, mais aussi faire en sorte qu’il s’oriente vers des tâches
plus complexes.
o la mise en évidence des caractéristiques déterminantes de la tâche : attirer
l'attention sur les éléments pertinents de la tâche pour son exécution, pendant le
traitement de la tâche par l’apprenant, fournir des indications sur l’écart entre le
résultat obtenu et le résultat à atteindre.
§ le contrôle de la frustration : installer un climat de confiance, éviter que les
difficultés que l’apprenant rencontre ne se transforment en échec et le démotivent
dans son entreprise de résolution de la tâche, mais ne pas créer une trop grande
dépendance de l’élève à l’égard de l’enseignant,
§ la démonstration : démontrer ou présenter des modèles de solutions pour une
tâche; comme aide pour son achèvement; on peut détailler les étapes de la tâche.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
Réductio
n des
degrés de
liberté
Enrôlement
dans la
tâche
Maintien
de
l’orienta-
tion de la
tâche
MODÈLE DE BRUNER,TUTELLE, ÉTAYAGE
Mise en
évidence des
caractéristiques
déterminantes
de la tâche
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
LES CATÉGORIES DE MOSCONI
(D’APRÈS RECHERCHE DE MOSCONI SUR LE GENRE ET LA SCOLARITÉ)
Activités et savoirs (les contenus)
- La neutralité des savoirs : égale accessibilité aux filles et
garçons à tous les savoirs
- Le rééquilibrage pour évitement des stéréotypes dans les
leçons, dans la classe : activités sexuées selon les coins
jeux/rectifications des stéréotypes dans les manuels d’activités
scolaires
Verbalisations de classe (la communication)
- La régulation de la parole et du comportement : temps global
de parole également alloué aux filles et garçons, mode de prise
de parole également partagé, alternance et mode de prise de
parole filles/garçons, à parité
- L’utilisation de marqueurs verbaux de genre (féminisation des
noms; ils/elles; un langage épicène : dont la forme est la même
dans les deux genres)
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
-Le contrôle de la répartition des élèves pour éviter des prises de
pouvoir à caractère sexué, mixité des groupes
Adresse pédagogique auprès des élèves (la relation)
- Les attentes de participation identique : venir au tableau,
lecture, reformuler, rappeler, résoudre un exercice,
présenter un travail…
- L’attente identique en termes de résultats disciplinaires
selon les sexes (effet pygmalion lié au genre…)
- L’étayage de forme identique entre filles et garçons
Complicité de genre
- Le contrôle de références implicites ou explicites de l’enseignant
à son appartenance à son sexe
- Le relevé de plaisanteries sexistes, de stéréotypes présents dans
les documents ou manuels scolaires ou auxquels se réfèrent les
élèves
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
LES CATÉGORIES DU MODELE DE BROUSSEAU
§ Le	didacticien	des	mathématiques, Brousseau a	établi	un	ensemble	de	situations	qui	marquent	une	leçon,	
une	séquence	en	classe	dans	sa	théorie	des	situations	didactiques	(dont	certains	sont	entrés	dans	le	
vocabulaire	des	enseignants	et	formateurs). Son	projet	est	d’enseigner	un	contenu	mathématique tout	en	
laissant	à	l’élève	la	marge	de	manœuvre	et	d’initiative	la	plus	grande	possible.	Les	types	de	situations	qu’il	
identifie	amènent	l’élève	à	objectiver	les	connaissances	utilisées	pour	résoudre	un	problème,	sous	la	
conduite	de	l’enseignant	qui	en	facilite	le	déroulement.	
§ Ces	définitions	correspondent	à	une	théorie	de	l’apprentissage	constructiviste	où	l’élève	construit	son	
savoir	par	des	actions,	où	il	peut	réussir	avant	de	comprendre	ce	qu’il	a	fait	(d’où	l’élaboration	implicite	de	
moyens	d’action	pour	effectuer	une	tâche	dont	il	prend	conscience	ensuite	et	peut	expliciter	au	groupe	
classe).	Les	notions	d’action,	formulation	et	validation,	et	celle	d’établissement	d’hypothèses	ressemblent	à	
la	démarche	scientifique.
§ Cela	étant,	c’est	un	cadre	collectif	qui	permet	de	lire	une	situation	de	classe	et	de	s’orienter	dans	une	
conduite	de	classe.
Ø Situation	de	passation	de	la	consigne :	l’enseignant	explicite	la	tâche	à	effectuer	aux	élèves,
Ø Situation	de	dévolution :	l’élève	s’approprie	la	tâche	proposée	par	l’enseignant	à	partir	de	ses	
connaissances	anciennes,	
Ø Situation	d’action:	l’élève	élabore	des	connaissances	implicites	comme	moyen	d’action	pour	effectuer	
une	tâche	scolaire,	individuellement	et/ou	collectivement,
Ø Situation	de	formulation:	l’élève	explicite	les	procédures	employées	et	les	solutions	obtenues,
Ø Situation	de	validation:	l’élève	présente	des	preuves	intellectuelles	pour	convaincre	de	ses	résultats	et	
démarches,
Ø Situation	d’institutionnalisation :	la	validation	étant	suffisante,	il	est	permis	une	généralisation	de	
connaissances	en	savoir	partagé,	les	caractéristiques	de	ce	nouveau	savoir	et	savoir-faire	sont	précisées.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
MODÈLE DE BROUSSEAU
Formulation
Action
Dévolution
Passation de la consigne
Institutionnalisation
Validation
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
§ Pour Jean Duvillard toute relation humaine est au croisement de mots, de langue,
de culture et de signes. Ces signes sont parfois ténus mais importants dans le lien
humain au sein de la classe d’apprentissage. Les apprenants finissent toujours
néanmoins par décoder les signes, les micros gestes perçus.
§ Le micro geste est un ensemble de petits gestes sensori - moteurs et énonciatisf,
conscients ou inconscients, qui accompagnent et portent la réalisation d'un geste
professionnel explique Jean Duvillard.
§ Un micro - geste accompagne et porte des gestes professionnels différents. Par
exemple, le professeur explique son cours en tapotant le bureau avec un
marqueur, en jouant avec une craie.
§ Tout indice visuel ou sonore même infime produit par l'orateur donne à entendre
et à voir un sens, une intention qui sont porteurs d'une signification particulière est
singulière.
§ Les gestes des métiers s'appuient sur un ensemble de codes qui sont propres au
métier enseignant. Ils représentent la somme des gestes invariants dans une
situation professionnelle donnée. Jean Duvillard parle d'action gestuée, c'est-à-
dire de petits gestes du quotidien de la classe dans lesquels s’incarne la qualité
du geste éducatif.
§ Jean Duvillard annonce cinq marqueurs (ou catégories) fondamentaux de
l'action enseignante : la posture gestuée, la voix, le regard, l'usage du mot, le
positionnement tactique ou stratégique dans son placement et déplacement
dans la classe.
LES CRITÈRES/CATEGORIES DE DUVILLARD
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
LES CRITÈRES/CATEGORIES DE DUVILLARD
La posture gestuée
La voix
Le regard
Le placement -
déplacement
L’usage des mots
…
L'action gestuelle est une action qui a été conscientisée, analysée à un moment ou à un autre,
chaque fois que le sujet aura pu identifier les contraintes inhérentes à la singularité d'une
situation prototypique. Jean Duvillard ajoute qu'il existe aussi une introspection gestuée qui
correspond à une posture réflexive du sujet sur lui-même, afin de contrôler mentalement les
gestes et les micro - gestes professionnels qu'il produit. Selon le même auteur c'est dans le
détail que s'engage la qualité de la relation éducative, donc dans les micros gestes.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
GESTE D’INVITATION À
LA RÉFLEXION
§ Le professeur fait le geste de regarder
dans sa tête
§ Il nous montre qu’il (s’) Interroge.
§ Le professeur nous guide vers le
savoir.
§ = Réflexion et centration sur le savoir.
§ Dans la situation présentée ici, Marc
invite ses élèves à se servir de leur
tête pour réfléchir, ce geste
particulier est très précis ; il parait
simple.
§ C’est un geste inducteur très explicite
pour les élèves dans l’invitation à se
servir de leurs « petites cellules
grises ». Ce détail crée le lien, en ce
qu’il implique l’élève dans un effet
miroir ; l’enseignant s’engage avec et
pour l’élève dans la construction de la
représentation mentale.
§ Duvillard, Jean. Ces gestes qui parlent.
L'analyse de la pratique enseignante
(Pédagogies/Outils) (French Edition)
(p. 77). ESF
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
GESTE IMPLIQUANT DE
LA MAIN
§ Ici, Marc fait un geste qui invite un
élève à participer, le geste est
identifié comme étant un passage de
relais dans la prise de parole. Dans
l’animation du groupe, il est le
régulateur dans la circulation de la
parole, il canalise les énergies,
fluidifie la dynamique des échanges
et engage la participation active de
chacun.
§ Des gestes plus ou moins codifié qui
cherche à impliquer un élève; Le
professeur cherche à animer le
groupe. (= précision, implication et
animation)
§ Duvillard, Jean. Ces gestes qui
parlent. L'analyse de la pratique
enseignante (Pédagogies/Outils)
(French Edition) (p. 78). ESF
Sciences humaines. Édition du
Kindle.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
GESTE DE MONSTRATION
§ Dans le cheminement de
l’apprentissage, elles mobilisent
l’attention sur un aspect du
problème, elles explicitent les
gestes à produire dans le
protocole de l’expérience à
effectuer, rendant plus accessible
la mémorisation des différentes
étapes de la tâche à réaliser. Ici
(p. 79)
§ Marc fait visualiser à ses élèves la
notion de surface devant sa
classe, leur permettant de
comprendre qu’une surface peut
aussi être verticale. Dans cette
situation, Marc, par son geste de
monstration, explique la notion
de surface.
§ Ce sont des gestes plus ou moins
codifiés qui cherchent à
expliciter une démarche. Le
professeur cherche à
communiquer un savoir. C’est une
conduite d’apprentissage.
§ Duvillard, Jean. Ces gestes qui
parlent. L'analyse de la pratique
enseignante (Pédagogies/Outils)
(French Edition) (pp. 78-79). ESF
Sciences humaines.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
§ Le professeur montre une
certaine aisance, sa
confiance en lui induit la
confiance que ses élèves
lui donnent en retour, il
ouvre la voie de
l’empathie, les élèves et
l’enseignant partagent
avec plaisir cette situation
d’enseignement.
§ Ce sont des gestes
orientés plus ou moins
dynamiques qui essaient
de stimuler les élèves
(encouragement,
motivation, empathie
§ Duvillard, Jean. Ces gestes
qui parlent. L'analyse de la
pratique enseignante
(Pédagogies/Outils)
GESTE D’EMPATHIE
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
GESTE DE L’INVITATION
AU TRAVAIL
§ Ici Marc, dans son geste
d’ouverture des mains, invite ses
élèves à renter dans l’activité,
comme pour leur signifier :
« Maintenant c’est à vous ! »
§ Ce sont des gestes qui impliquent
et qui sollicitent les élèves.
L’enseignant demande de rentrer
dans l’activité. (implication,
encouragement pour une
invitation au travail)
§ Duvillard, Jean. Ces gestes qui
parlent. L'analyse de la pratique
enseignante (Pédagogies/Outils)
(French Edition) (p. 82). ESF
Sciences humaines.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
§ Le geste du professeur est
précis, ferme, il stoppe la
situation, sa présence nous
montre que l’enseignant fait
preuve d’autorité, son geste est
en concordance avec son
regard. En cela, il signifie que
la demande ne peut être
négociable ; très injonctif, son
geste est incontestable, l’élève
doit se plier à l’ordre reçu.
§ Le geste est directif, ferme et
assuré, traduisant l’intention de
se faire obéir. (implication,
volonté, autorité).
§ Duvillard, Jean. Ces gestes qui
parlent. L'analyse de la
pratique enseignante
(Pédagogies/Outils) (French
Edition) (p. 83). ESF Sciences
humaines. Édition du Kindle.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
GESTE D’AUTORITE
§ Enseigner est un métier de
communication avec des
individus, c’est un métier
relationnel,
§ Au tout début, il s’agit
d’établir un contact
§ …/...
POSITIONNEMENT
D’AIDE INDIVIDUELLE
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
LES CATEGORIES DU MODÈLE DU MULTI AGENDA DE BUCHETON
§ Dominique Bucheton, didacticienne du français a élaboré un modèle théorique dit "multi-
agenda". Le multi-agenda est un outil pour appréhender le travail enseignant dans sa
complexité. Une modélisation plus fine des gestes d'étayage et de tissage, un organisateur
crucial du métier d'enseignant est développé à travers les postures enseignantes et les
postures d'élèves observées en situation de travail réel.
§ C'est un instrument d'analyse pour : agir dans la classe, analyser et évaluer les pratiques,
explorer, inventer, ajuster & former
§ L’activité de l’enseignant consiste à mettre en travail un ensemble complexe de
préoccupations.
§ Outre la préoccupation centrale dans la leçon spécifique d’enseigner un contenu spécifique,
il y en a quatre autres :
§ Le pilotage des dimensions spatio- temporelles : il s’agit d’une préoccupation vaste et
très pragmatique : le contrôle du timing par des regards fréquents ou inexistants à la
pendule, les déplacements de l’enseignant, le contrôle de ceux des élèves, l’utilisation des
instruments d’enseignement divers.
§ Le maintien d’une certaine atmosphère : il s’agit ici de rendre compte du climat général
cognitif et relationnel qui autorise ou non la prise de parole de l’élève et son niveau
d’engagement attendu dans l’activité.
§ Le tissage : c’est la préoccupation de l’enseignant qui l’amène à articuler les différentes
unités de la leçon. Cette préoccupation s’actualise en deux modalités principales : souligner
l’entrée en matière, opérer la transition à la fin de l’unité.
§ L’ étayage : c’est le geste que l’enseignant/le formateur effectue avec l’apprenant pour
accompagner un geste d’étude qu’il ne peut mener seul. Cette préoccupation s’actualise en
trois sous-catégories : le soutien, la demande d’approfondissement, le contrôle des réponses.
§ On observe que l’imbrication de ces préoccupations communes est constante. D’où cette
notion de « multi agenda », d’agenda de préoccupations multiples.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
MODELE DE BUCHETON : LES CATEGORIES DU MULTI - AGENDA
la manière
d'être,
les
habitudes
d'une
personne
Un multi agenda de préoccupations enchâssées
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
§Continuation de la catégorisation de Bucheton
Avec le temps, Bucheton à étoffer don modèle en ajoutant les gestes
didactiques, d’étude des élèves et les gestes sociaux d’apprentissage.
L’ensemble se résume ainsi :
CATÉGORIES	DE	BUCHETON
q CATÉGORIE	1 :	LE	TISSAGE	
q L’entrée	en	matière
- la	mise	en	train:	« Alors	maintenant	on	va	travailler	les	mots	qu’on	entend	pour	
savoir	si	on	les	entend	au	début,	à	la	fin	ou	au	milieu »
- l’articulation	des	tâches:	« alors,	j’ai	marqué	juste	quelques	mots »
- Le	bout	du	tunnel:	« Eh	ben,	figurez-vous	que	dans	ce	texte,	il	y	a	des	mots	outils.		
Et	vous	savez	quoi ?	il	y	en	a	17	que	vous	connaissez ».
- l’instrument	papier:	« vous	prenez	vos	cahiers	blancs ».
q Les	transitions:		l’implicite,	la	gestion	du	matériel,	l’absence	de	transition:	« Bon,	
alors	très	bien	(fin	d’unité).	Aujourd’hui,	donc	on	va,	le	texte	s’appelle	Dans	le	
jardin,	on	va	donc	apprendre	la	lettre	(…)	c’est	la	lettre	qui	s’appelle	comme	ça.	
(début	de	l’unité	suivante) »;	la	conclusive:	« Vous	laissez	le	texte,	vous	posez	le	
texte	sur	le	dessus,	hein,	sur	le	cahier	vert… »
+ en
détail
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
qCATEGORIE	2 :	L’ETAYAGE	:	
qLes	fonctions	de	soutien :	
-Appui	sur	les	savoirs	et	l’expérience :	« Et	comment	tu	sais	que	c’est	
son	lit ? »
- Le	pistage-focalisation :	« Quelle	autre	couleur	y	a,	où	y	a	le	jjj ? »
- Le	comment	faire :	« je	rappelle,	vous	partez	de	ce	qui	est	en	général,	
où	ça	se	passe,	qui	est	là,	et	c’est	seulement	après	qu’on	commence	à	
raconter	l’histoire ».
- Le	synthétiseur :	« Alors,	on	en	a	trouvé	deux !	on	a	trouvé	jumelles	et	
jaune ».
qLes	fonctions	d’approfondissement :
- Personnel :	« Alors	quel	est	le	premier	mot	outil ?	(à	Chloé) »
- Collectif :	« Allez,	y’en	a	d’autres,	qu’est-ce	qu’on	peut	dire ? »
- Effet-miroir :	« Farid	dit	« fou ».	L’enseignant	répond :	« fou ».
- La	reformulation-explicitation :	« le	jardin	c’est	ce,	c’est	le	morceau	de	
terrain	qu’ya	juste	à	côté	de	la	maison ».
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
qLes	fonctions	de	contrôle :	
- L’œil	averti :	« ti,	rou,	ar,	est-ce	que	j’ai	dis	OU ?	Ti,	rou,	ar ?
- La	validation :	« ça	se	passe	dans	une	maison,	oui. »
- L’impatience :	« mais	oui,	mais	cactus,	y’a	pas	de	jjj »
q CATEGORIE	3 :	ATHMOSPHERE
§ Le	ludique :
- Les	anecdotes :	« vous	connaissez	Zorro,	Zorro ?	vous	savez	le	cow-boy	tout	
noir	avec	le	masque	là,	et	qui	signe	avec	la	pointe	de	son	épée	là	(imite	la	
signature	avec	sa	baguette). »
- La	spontanéité « Punaise,	ça	vaut	le	coup	d’être	malade !	après,	super	
forts ! »
§ Les	fonctions	d’affectivité :
- Le	ne…pas :	« je	vais	confisquer	la	règle,	vous	me	fatiguez,	toi	tu	
t’avances… »
- Les	gratifications :	« Très	bien	Ismaël ».	
§ L’enrôlement :
- Le	verbal :	 « Alors	Carmen »
- Le	muet :	Ex :	l’enseignant	tend	la	craie	à	Nadia	qui	passe	à	son	tour	au	
tableau.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
q CATEGORIE	4 :	LE	SPATIO	TEMPOREL
- Le	timing :		Par	ex :	l’enseignant	regarde	sa	montre.
- La	boîte	à	outils :	L’enseignant	montre	la	série	d’affiches	de	mots-outils	
accrochées	au	mur.
- Le	parcours	du	combattant :		déplacements	successifs	de	l’enseignant	
qui	visent	à :	Réprimander	les	élèves,	Consolider	le	groupe	classe,	
- Contrôler	et	rectifier	les	erreurs	commises	par	les	élèves,	Gérer	le	
matériel	scolaire	(par	ex :	l’enseignant	circule	dans	les	rangs,	redonne	la	
consigne,	distribue	des	crayons	de	couleurs	si	nécessaire)
- La	bougeotte :	« non,	viens	me	montrer ».
q CATEGORIE	5	=	LE	FAIRE	APPRENDRE	A… La	spécificité	didactique,	
ou	le	dispositif	mis	en	place	par	l’enseignant	visant	à	faire	acquérir	les	
bases	de	la	lecture.	 Par	ex.	concernant	la	lecture,	la	catégorie	
d’objectivation	de	la	langue	et	celle	relative	aux	dispositifs	de	lecture.
§ C’est	la	catégorie	la	plus	au	cœur	des	apprentissages,	au	centre	de	la	
didactique.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
NOTION DE POSTURE « TEMPORAIRE »
(BUCHETON & SOULÉ)
§ Pour affiner leur analyse et comprendre plus finement les interactions
de travail entre l’enseignant et les élèves, Bucheton & Soulé élaborent
un système de postures des enseignants et des élèves qu’il est possible
d’observer au sein de la classe.
§ La posture est un mode d’agir temporaire pour conduire la classe et
s’ajuster dans l’action à la dynamique évolutive de l’activité et des
postures des élèves. L’enseignant expert circule sur plusieurs postures
d’étayage.
§ Le geste est physique ou intellectuel. Les Gestes s’adressent à un autre
pour interagir:
§ - ils sont culturellement partagés
- ils sont corporels autant que verbaux - « épais » : pluri signifiants
§ Gestes de métier : - inscrits dans l’histoire, la culture de la profession -
permettent la mise en place des formes et genres scolaires -actualisent
les 5 macro-préoccupations communes
§ Gestes d’ajustement : traduisent et permettent le couplage de l’activité
de l’enseignant avec la dynamique de la situation. Ils sont modulaires,
hiérarchisés, singuliers, dynamiques.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
VIDÉO: HTTP://NEO.ENS-LYON.FR/NEO/FORMATION/ANALYSE/LES-POSTURES-ENSEIGNANTES
LES JEUX DE POSTURES DU PROF (BUCHETON & SOULÉ)
• la posture d’enseignement : l’enseignant formule, structure les savoirs, les
normes, en fait éventuellement la démonstration.
• la posture de contrôle : l’enseignant est le détenteur du savoir et contrôle
fortement le déroulement de la classe
• la posture de sur-étayage ou contre-étayage : variante de la posture de
contrôle, le maître pour avancer plus vite, si la nécessité s’impose, peut aller
jusqu’à faire à la place de l’élève.
• la posture d’accompagnement : le maître apporte, de manière latérale, une
aide ponctuelle, en partie individuelle en partie collective, en fonction de
l’avancée de la tâche et des obstacles à surmonter. L’enseignant permet à
l’élève de faire, de dire sur. Les échanges collectifs sont valorisés…
• la posture de lâcher-prise : l’enseignant assigne aux élèves la responsabilité
de leur travail et l’autorisation à expérimenter les chemins qu’ils choisissent,
cette posture privilégie la relation de confiance et réclame une grande
préparation; toutes les procédures sont valorisées, de la plus personnelle, à la
plus experte.
• la posture dite du « magicien » : par des jeux, des gestes théâtraux, des
récits frappants, l’enseignant capte momentanément l’attention des élèves.
Tout n’est pas explicité, les notions sont peu nommées, le savoir est à deviner.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
VIDÉO: HTTP://NEO.ENS-LYON.FR/NEO/FORMATION/ANALYSE/LES-POSTURES-ENSEIGNANTES
LES POSTURES D’APPRENTISSAGE DES ÉLÈVES (BUCHETON)
Posture scolaire : pas
d’autorisation à penser
Insécurité , être en règle
Dépendance au prof. ou à la tâche
Refus des pairs
Se conformer ou faire semblant
Posture ludique : détournement
créativité hors des normes
Posture première : dans le faire
Implication forte
Brut d’écrit ou de pensée
Identification
Absence de lien entre les tâches
Adhésion trop forte à matérialité
de la tâche scolaire à effectuer
Posture Réflexives (ou
« seconde ») : prise de distance
C’est penser sur les tâches scolaires
Les objets de savoir sont nommés
Conscience de sa propre activité de pensée et
conscience des objets de savoir manipulés (cf.
métacognition et secondarisation : prise de
conscience / « conscientisation » des objets de
savoir et des attitudes/stratégies pour apprendre
(cf. le glissement conceptuel. P. Clauzard)Posture de refus
Posture Dogmatique : l’élève sait
déjà tout
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
§ La posture scolaire : L’apprenant ne s’autorise pas à penser, il se situe dans la
règle scolaire et cherche à « faire plaisir à la maîtresse ». Il est fort dépendant à
l’enseignant; L’ apprenant s’approprie les normes et les codes de la discipline,
il est dans la répétition, le recopiage. Il ne prend pas de risque. Il se conforme,
parfois il peut faire semblant.
§ La posture ludique/créative rime avec détournement des règles et créativité
hors des normes. L’ apprenant met à distance des normes qui libèrent
l’invention. Il y a un refus d’entrer dans les formes de discours, le lexique de la
discipline ou encore le discours de l’école.
§ La posture première est installée dans le « faire ». L’ apprenant s’engage dans
la tâche, il est « brut de pensée ». Il n’effectue pas de relecture, pas de retour
réflexif sur ses productions. L’ apprenant n’effectue pas, non plus, de liens entre
les tâches. Si son implication est forte, cet apprenant ne sort pas de la
matérialité de la tâche scolaire.
§ La posture dogmatique caractérise un apprenant qui pense qu’il sait déjà.
§ La posture de refus signifie un désaccord de l’apprenant, un problème.
L’apprenant affirme quelque chose. Il fuit, il a peur de l’engagement dans
l’activité.
§ La posture réflexive marque une prise de distance de par l’apprenant. Il
pense sur les tâches scolaires. Les objets de savoir sont nommés. L’apprenant
a conscience de sa propre activité de pensée. Il a conscience des objets de
savoir qu’il secondarise (conscientisation des objets de savoirs et des
procédures d’apprentissages)
LES POSTURES D’APPRENTISSAGE DES ÉLÈVES (BUCHETON)
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
PROCESSUS DE SECONDARISATION ET MÉTACOGNITION
En psychologie, la métacognition est la « cognition sur la cognition ». Autrement dit, la
métacognition consiste à avoir une activité mentale sur ses propres processus mentaux,
c'est-à-dire « penser sur ses propres pensées », penser en l’occurrence sur ses propres
procédures et stratégies personnelles d’apprentissage. Secondariser revient à penser à
l’objet de savoir même qui peut se cacher derrière la tâche scolaire ou le problème à
résoudre, qui n’est que prétexte pour apprendre. C’est exercer des activités de pensée
sur la tâche, sur ce qu’on a fait, sur l’objet de savoir…
DÉFINITIONS CE QUE FAIT L'ÉLÈVE RÔLE DU PROFESSEUR
METACOGNITION
Prendre conscience des méthodes de pensée,
Réguler ses propres processus de pensée.
Verbalise la méthode de
pensée qu'il vient
d'appliquer
En prend conscience et
peut agir dessus.
Aide à formuler,
Stimule, encourage, accepte toutes
les propositions,
Multiplie les prises de parole.
SECONDARISATION
Conduire les élèves à exercer des activités de
pensée, à réfléchir sur leur « faire », sur la sens qui
existe derrière l’effectuation de la tâche scolaire: il
ne s’agit pas de faire pour faire mais de faire pour
théoriser, il faut sortir de la matérialité de la tâche
scolaire/abstraire
Verbalise ce qu’il a fait,
quelles furent ses
difficultés et facilités
devant la tâche scolaire,
quelles furent ses
stratégies pour réussir,
ce qu’il retient, à quoi
cela va t-il lui servir ?
Aide à formuler : QUOI ?
COMMENT ? AVEC QUOI ? A QUOI
?
Stimule, encourage l’explicitation
Multiplie les prises de paroles chez
les « bons » élèves ET les « moins
bons » élèves
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
CIRCULARITÉ DE L’APPRENTISSAGE : DE L’OBJET À
ENSEIGNER À L’OBJET APPRIS VIA LE SAUT DE LA
SECONDARISATION
Qu’as-tu	fait?	
Comment	as-tu	
fait?	Quelle	
difficulté?	
Comment	
ferais-tu	
autrement?	
Que	retiens-tu?	
Qu’as-tu	appris?
Objet à enseignerObjet académique
Objet enseignable Objet élémentarisé
Objet explicitable
Objet transférable
Objet manipulé, exercé
Objet enseigné
Objet compris et appris
(on peut en parler)
(on peut en parler dans une situation nouvelle ou autr
e)
Activitésdel’élève
Activitésdetranspositionexterne&inter
ne
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
-Accompagnement
-Contrôle
-Lâcher-prise
-Enseignement	
-Magicien
-Sur-étayage?
-Sous	étayage?
Postures de l’enseignant
Scolaire
Première	(faire)
Ludique,	créative
Réflexive,	seconde
Refus	
Tâches
Postures des élèvesLangages
Modélisation	de	Dominique	Bucheton
Articulation entre ce que font le
professeur et les élèves en classe
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
THÉORIE DE L’ACTION CONJOINTE EN DIDACTIQUE (TACD)
• Continuons notre propos dans une perspective générale de lisibilité et professionnalisation du travail
enseignant… et voyons la notion de coopération ou d’action co conjointe entre l’apprenant et le formateur
qui donne une intelligibilité intéressante de la situation d’enseignement – apprentissage. Nous ce faire,
nous abordons les perspectives de la théorie de l’action conjointe.
• L’action didactique est par nature une action de communication qui suppose la coopération : c’est une
action dialogique dont les interactions peuvent être considérées comme des transactions, autour d'un objet
de savoir. Résultant d'une coopération conjointe entre des interlocuteurs qui interagissent, cette
interaction dissymétrique (car c’est l’enseignant/le formateur qui mène le jeu) est tributaire de
finalités transactionnelles et intersubjectives. On parle pour agir, pour transformer une réalité, les
interlocuteurs se reconnaissent ainsi mutuellement comme co– locuteurs aux prises avec une situation
partagée.
• À toute action didactique du professeur ou de l'élève correspond une réponse du professeur ou de
l’élève; ce que signifie le préfixe « trans » de « transactions », précise Sensevy. Il ajoute : « tel élève a fait
ceci, mais faisant ceci, il a accompli sa part d’une transaction dans laquelle le professeur était impliqué. »
• La notion de coopération est ainsi au cœur de l’agir enseignant. Enseigner engage une dynamique
interactive en termes de co-activité professeur–élèves. Le cadre de la classe de formation est toujours
interactif, des formes de coopération s’imposent par nature.
• La pédagogie coopérative en est un bon exemple. Elle repose sur une façon de penser la classe
d’apprentissage qui place l'élève en tant qu'acteur de ses apprentissages, capable de participer à
l'élaboration de ses compétences en coopération avec l'enseignant et ses pairs. L'acquisition des
connaissances résulte alors d'une « collaboration du maître et des élèves, et des élèves entre eux, au sein
d'équipes de travail » (Jacques Carbonnel, Jacques George, La Pédagogie coopérative, Cahiers
pédagogiques no 347).
• Il s'agit de mettre l'élève en situation vraie d'action, une situation où il peut exercer ses capacités
de construction de réponses adaptées aux questions soulevées par la mise en œuvre de projets
individuels ou collectifs. Un contrat (avec l'enseignant, les autres et soi-même) scelle la démarche
coopérative.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
• Ce principe correspond à l’action didactique conjointe, une approche théorique
sur laquelle nous appuyons nos recherches.
• Les catégories d’analyse de l’action conjointe, développées par Sensevy indiquent
le lien indissociable entre professeur/formateur et apprenant, la nécessité de
coopération, qu'il nomme action conjointe au sein d’un système didactique.
L’action conjointe est organiquement coopérative écrit Gérard Sensevy.
L’enseignant est gagnant lorsque l’élève est gagnant au jeu d’apprentissage, nous
dit-il.
• On peut dire que l’opération du professeur/formateur déclenche celle de
l’élève et inversement. Il apparaît une forme de co–opération au cœur de l’agir
de l’enseignant, de l’agir du formateur…
§ Enseigner convoque un ensemble de gestes en dialogue : des gestes
d’enseignement auquel répondent des gestes d’études c’est les élèves.
§ Cet ensemble de gestes imbriqués font l’agir enseignant, ou l’agir du formateur
(avec certaines modulations dues à un public différent et des finalités, des
organisations, des curriculums, des savoirs, par exemple professionnels, tout aussi
différents)…
§ C’est un système complexe de gestes imbriqués avec les uns aux autres,
appartenant à l’inventaire technique du métier
§ Ces gestes sont observables, descriptibles, analysables dans une dimension
corporelle, langagières, symbolique, sémiotique. Le geste est physique et
symbolique, situé et partagé. Il est piloté par des logiques identitaires (les
invariants du sujet,Vinatier) et des logiques situationnelles (configuration de la
classe et des savoirs, les invariants de la situation –Vergnaud).
§ Le geste d’enseignement est référé au savoir, il est intimement lié au savoir.
§ Le geste d’étude est son répondant. Le geste d’enseignement déclenche
automatiquement le geste d’étude. Il est également lié au savoir dans son aspect
d’acquisition – appropriation selon des opérations cognitives d’apprentissage. Le
geste d’étude est référé aux opérations cognitives et aux sciences cognitives.
THÉORIE DE L’ACTION CONJOINTE EN DIDACTIQUE (TACD)
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
Jeu d’apprentissage
=
« le professeur est gagnant lorsque l’élève est gagnant dans le jeu didactique »
Topo
genèse
Méso
genèse
Chrono
genèse
Le
défilement
du temps
didactique :
« COMMENT
QUAND ? »
L’état des
interactions
didactiques :
« COMMENT QUI ? »
MODÈLE ET CATEGORIES DESCRIPTIVES DE SENSEVY
La
construction
du milieu
didactique :
« COMMENT
QUOI ? »
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
Ce	sont	des	descripteurs		plus	larges	qui	dépassent	l’espace	temps	d’une	séance	de	formation.
ØLa mésogenèse relève la constitution d’un milieu pour apprendre: la situation
didactique pour apprendre. Elle s’intéresse aux contenus. En réponse au
« comment quoi ? », il s’agit de décrire comment s’effectue la tâche scolaire,
d’identifier le contenu épistémique précis des transactions didactiques. C'est
une catégorisation descriptive pour étudier la co-élaboration par l'enseignant et
les élèves du contenu de l'interaction.
ØLa chronogenèse est la progression de l’apprentissage dans le temps, c’est une
catégorisation liée à la progression de tout enseignement. Le contenu se modifie
incessamment, il est développé, il se complexifie… Le savoir est alors situé sur
un axe temporel. Il s'agit de faire avancer le temps didactique, de faire avancer
les apprentissages. En réponse à « comment quand ? », il s’agit d’identifier la
temporalité, la nature et les raisons du passage à certains moments d'un
contenu épistémique à un autre.
ØLa topogenèse interroge la part accordée à chacun des protagonistes dans le
procès d’apprentissage, le processus de l’apprendre (la suite d’opérations
menant à la conceptualisation/apprentissage). Nous observons ici le partage des
responsabilités de la transaction didactique entre les élèves et le professeur.
C’est un espace de co - construction de la conceptualisation. Qui introduit telle
ou telle manière d’agir, qui a validé la manière de faire, qui porte le travail sur
les contenus d’enseignement. La topogenèse répond donc à « comment qui ? » :
il s’agit d’identifier comment le contenu épistémique de la transaction est
effectivement réparti entre les transactants.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
MODÈLE ET CATEGORIES DESCRIPTIVES DE SENSEVY
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
En	outre,	la	mésogénèse
comprend	4	autres	catégories	
d’analyse :
1. Définition du jeu : L’enseignant précise le
but de la tâche scolaire. Par exemple : trouver
le sujet, le verbe, identifier le GNS, le GV ou
déterminer le circonstant (complément de
phrase) ou le complément de verbe (COD,
COI).
2. Dévolution : Les élèves s’approprient le
problème posé par l’enseignant. Par exemple,
en début de leçon, il y a une question à
laquelle il faut répondre. L’enseignant propose
la plupart du temps des transformations de
phrases (pronominalisation, conjugaison, etc.).
Les élèves s’appuient sur ce qui peut se dire /
ce qui ne peut pas se dire.Avec l’aide de
l’enseignant, ils cherchent la raison de cet
usage.
3. Régulation : Elle consiste en l’étayage,
l’aide qu’apporte l’enseignant dans la
réalisation de la tâche scolaire des élèves. On
peut y retrouver des procédures décrites par
Bruner.
4. Institutionnalisation : C’est l’explicitation
et la généralisation de la règle. Deux cas
peuvent par exemple se présenter. Soit, les
élèves ont trouvé la réponse au pourquoi de
l’usage : l’enseignant peut généraliser. Soit, les
élèves n’ont pas vraiment trouvé : l’enseignant
est embarrassé et finit par donner la réponse.
LE JEU COMME THEORIE DE L’ACTIVITE HUMAINE - G. SENSEVY
§ Nous savons que le rôle de l’école est de conduire les élèves à la formation de
concepts, pensons-le au travers de jeux d’apprentissage.
§ Le modèle du jeu (comme théorie de l’activité) est intéressant, voire
pertinent, car il souligne divers aspects de l’activité humaine: des aspects
affectifs, cognitifs, sociaux et pragmatiques, stratégiques de l’action;
• Le modèle du « jeu » souligne aussi la coopération : le jeu est
fondamentalement coopératif, en plus d’être mobilisateur de ressources. Il
engage nécessairement une co-activté prof/élèves.
§ On peut ainsi décrire le jeu du professeur sur le jeu de l’élève par le
truchement d’une topogénèse , qui informe de la place que chacun prend dans la
transaction au sein d’une génèse conceptuelle visée par le cours. On peut mesurer
le jeu des élèves sur le jeu du Professeur et inversement; on peut mesurer
également la manière de rentrer dans le jeu et de se prendre au jeu tout comme la
façon de jouer au jeu. Notons que pour gagner au jeu didactique, le joueur doit
produire des stratégies gagnantes par lui-même.
§ Ce sont des repères pour lire et bâtir une séance d’enseignement
apprentissage, pour tenter de comprendre l’intrigue de la classe : Que se
passe-t-il ? À quel jeu se livrent-ils ? Quelle est la place et le rôle de chacun dans
les transactions ? Qui prend en charge les transactions ? Quel levier ou artefact
sont employés pour développer un bond informationnel dans les transactions ?
§ L’idée est de saisir à quel jeu se livrent les individus dans les transactions de
construction du savoir dans la classe. De quelle manière coopèrent-ils ? Nous
pensons que c'est à ce prix qu'il est possible de saisir l'action professorale et celle
des apprenants.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
§ La lisibilité et la préparation de la classe d’enseignement est renforcée grâce au schéma
suivant. Dans cette coactivité dialogique, les mots engagent des actions et des attitudes, les
feed-back des élèves amènent à conduire ou à aider le jeu, à des régulations et étayages en vue
de secondarisation, métacognition et instutitionnalisation (à un troisième et dernier niveau de la
diapositive).
§ Le professeur engage les élèves à rentrer dans un jeu didactique qui est un jeu
d’apprentissage à un 1er niveau (dimension de définition de la consigne et d’enrôlement) dans
lequel les élèves doivent se prendre au jeu (dimension de dévolution) pour jouer le jeu selon
des règles d’action que l’enseignant fixe (dimension d’action).
§ Comme conditions de l’étayage, aider le jeu correspond à un soutien individuel. Des
représentations, des opinions et des observations sont appelées. (2e niveau). Une fusion (fonte
et transformations) des représentations, des opinions et des observations est appelée. Comme
condition de la secondarisation et de la métacognition (2e niveau), nous avons penser au jeu et
le jeu, ainsi s’abstraire du jeu didactique. Comme condition de l’institutionnalisation, nous
avons « finir le jeu » en fixant et partageant le savoir en question.
§ Les résultats des actions demandent à être formulés, confrontés, controversés (dimension
de formulation). La médiation du professeur consiste ici à solliciter divers explications et
points de vue d’élèves, sans occuper le devant de la scène, de façon à laisser le champ libre à
des confrontations entre élèves (conflit sociocognitif).
§ L’enseignant reprend, peu après, la main du jeu didactique en validant ou invalidant les
propositions des écoliers, il se retrouve en situation d’arbitre du jeu face aux preuves
intellectuelles présentées pour convaincre (dimension de validation). La validation étant
suffisante, il est permis de conduire les écoliers à « penser au jeu didactique » auquel ils
viennent de se livrer (dimension de métacognition) et « penser le jeu » même avec son contenu
(dimension de secondarisation).
§ Cette activité de pensée sur le savoir et les stratégies déroulées pour le mobiliser permet
ensuite une généralisation de connaissances en savoir partagé (dimension
d’institutionnalisation). Fixer et partager le savoir sonne la fin du jeu didactique.
§ À chacune de ces étapes, le professeur ajuste stratégiquement les activités de la classe
d’apprentissage pour faire conceptualiser.
MODELE DU JEU D’APRENTISSAGE / JEU DIDADCTIQUE (D’APRES SENSEVY)
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
LE JEU « COMME » THEORIE
DE L’ACTIVITE HUMAINE, SELON
G. SENSEVY, MODÈLE REVISITE EN SECONDE
VERSION
institutionnalisation
finir le jeu :
fixer et partager le savoir
définition du
jeu didactique
Rentrer dans le
jeu
dévolution
Se prendre
au jeu
action
Jouer au
jeu
régulation
Conduire le jeu en
prélevant des indices
étayage
Aider le jeu: réponse
individuelle à des élèves en
difficultés
secondarisation
+ métacognition
Penser l’objet du jeu
Et analyser le jeu :
exercer des activités de pensée sur le
savoir et ses stratégies (regard méta
sur l’objet de savoir et sur la conduite
cognitive)
MESOGENESE :
niveau « épi »,
registre
pragmatique,
Du sujet
agissant/ du
sujet
pragmatique,
niveau d’action
des apprenants
formulation
Montrer,
dire son
jeu
Niveau intermédiaire
Niveau d’action
régulatrice du
professeur
navigation
Ajuster le jeu
TRANSFERT dans une nouvelle situation
scolaire ou professionnelleTOPOGENESE :
niveau « méta »,
registre épistémique
Du sujet
pensant/sujet
réflexif/ sujet
épistémique,
niveau d’action
coopérative
professeur &
apprenants
CHRONOGENESE : niveau objet
de « savoir appris »,
approprié/transféré
tissage
Ouvrir le jeu avec
mises en liens
validation
Prouver
son jeu
© Philippe Clauzard, MCF Université de La Réunion / ESPE-INSPE-2019 -2020
LA POSITION DU SAVOIR DANS LE JEU…
Ø L’action du professeur/formateur ne peut être traitée
indépendamment de celle des apprenants ni de l'enjeu de
savoir.
Ø La transmission ou construction du savoir par les élèves repose
sur une analyse épistémique du savoir (au préalable) afin de
saisir les enjeux, connaître les propriétés conceptuelles de l’objet
de savoir, ce qui permet de déterminer une stratégie didactique,
et une didactisation au moyen d’un dispositif didactique
concordant, conforme et cohérent… (référence à une analyse
épistémique du savoir, à la production d’un dispositif
d’apprentissage, à l’élaboration d’une stratégie didactique.)
Ø Le Geste d’enseignement prend toute son épaisseur dans la
production d’une étude pour apprendre, le rapport au savoir en
jeu élaboré par le professeur, la production de dispositif dans
lesquelles s’actualisent les savoirs.
Ø L’action didactique conjointe est donc fondée sur une relation
de communication inscrite dans la durée autour d’un contenu.
Ø La relation actualise l'action qui est actualisée en retour par
celle-ci.
Ø Cette relation est intrinsèquement centrée sur un objet bien
précis : le savoir qui doit être transmis. Lequel actualise aussi la
relation de communication.
Ø L’objet d’apprentissage donne forme aux
transactions didactiques dans l’entrelacement dans
les gestes qui s’expriment en classe. (gestes ens./étude)
Ø La position du savoir est ainsi essentielle, au centre d’une
analyse, d’un dispositif et d’une stratégie.
• Lien	action	du	prof	+	action	des	
élèves	+	action	du	savoir
• Relation	de	communication	dans	la	
durée	autour	d’un	contenu
• Rapport	au	savoir	élaboré	par	le	
professeur
• Didactisation
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
MODÉLISATION DES GESTES
D’ENSEIGNEMENT
EN FORMATION INITIALE
ET CONTINUÉE
MODELISATION DES GESTES D’ENSEIGNEMENT
ET GESTES D’ETUDE, UNE HYPOTHESE DE PHILIPPE CLAUZARD
§ RAPPEL :	Le	substantif	« geste »	
conduit	à	penser	l'inscription	des	
actes	dans	le	corps,	mais	aussi	dans	la	
pensée,	se	référant	à	Vergnaud qui	dit	
que	« la	pensée	est	un	geste ».	Le	
concept	de	gestes	renvoie	à	une	
activité	conçue	comme	un	processus	
qui	mobilise	une	intelligence	en	acte.	
§ On	peut	considérer	le	« geste »	à	la	
fois	dans	une	dimension	« praxis »	(les	
actes	corporels	et	langagiers)	et	
« logos »	(les	aspects	sémiotiques	
sous-jacents).	Nous	employons	le	
terme	de	« posture »	dès	lors	qu’il	
s’agit	d’évoquer	une	combinaison	de	
gestes	pour	un	effet	souhaité	
(Bucheton,	2001).	
§ D’une	certaine	façon,	le	geste	est	plus	
générique,	lorsque	la	posture	est	plus	
singulière,	immédiate,	personnelle	et	
combinée.	
MES TRAVAUX
EN COURS
RECHERCHES
& REFLEXIONS
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
GESTES D’ENSEIGNEMENT
& GESTES D’ÉTUDE
Ø Enseigner convoque un ensemble de gestes en dialogue : des gestes
d’enseignement auxquels répondent des gestes d’études des apprenants.
Ø C’est un système complexe de gestes imbriqués avec les uns aux autres,
appartenant à l’inventaire technique du métier
Ø Ces gestes sont observables, descriptibles, analysables dans une dimension
corporelle, langagière, symbolique, sémiotique.
Ø Le geste est physique et symbolique, situé et partagé. Il est piloté par des
logiques identitaires (les invariants du sujet,Vinatier) et des logiques
situationnelles (configuration de la classe et des savoirs, les invariants de la
situation –Vergnaud).
Ø Enfin, le geste d’enseignement est référé au savoir, il est intimement lié au
savoir, il est spécifié par le savoir, la discipline d’enseignement dont il est
question…
Ø Le geste d’études pour l’élève/l’apprenant est une combinaison de gestes
pour s’emparer et résoudre la tâche et répondre aux attentes didactiques
du professeur/formateur.
Ø On peut y observer des gestes de perception, de représentation, de
catégorisation, d’inférence, de réflexivité, de secondarisation…
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
MODÉLISATION	DES	GESTES	D’ETUDE
Intelligences
multiples
Sciences
cognitives &
Neurosciences
Gestion
mentale
Un	engrenage	à	
regarder	à	partir	des	
entrées	théoriques	
suivantes
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
MODÉLISATION DES GESTES D’ÉTUDE
• OBSERVER
• PRATIQUER
• CATEGORISER
• ANALYSER
RAISONNER
• DEDUIRE
• FORMALISER
• GENERALISER
• CONCEPTUALISER
• PERCEVOIR
• EVOQUER, SE
REPRESENTER
• EVALUER
• MEMORISER
• TRANSFERER
• MOBILISER
Macro geste
de
mémorisation
& de transfert
Macro geste
d’estimation
du perçu
Macro geste
de traitement
de
l’information -
catégorisation
Macro geste
heuristique
Macro geste
d’amorçage
Macro geste de
compréhension et de
formation conceptuelle
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
MODÉLISATION DES GESTES D’ÉTUDE
• Geste d’observation
• Geste de comparaison
• Geste de discrimination / différenciation
• Geste de reconnaissance
• Geste de manipulation
• Geste d’expérimentation
• Geste de résolution de problème
• geste de description, geste d’analyse
• Geste de déduction de liens logiques
• Geste de repérage des différents
paramètres, des principaux attributs
• Geste de mise en relation (lier, délier,
relier); geste d’invention
• Geste de déduction (inférence)
• Geste de combinaison/catégorisation
• Geste d’identification et localisation
• Geste d’élucidation; Geste de calcul; Geste de résolution
• Geste de synthèse; Geste de schématisation; Geste de formalisation
• Geste de rédaction de la résolution
• Geste de raisonnement / réflexion
• Geste d’autoquestionnement
• Geste de prise de conscience des erreurs
• Geste de correction/rectification
• Geste de formulation des résultats
• Geste de confrontation des résultats et mise en débat
• Geste d’argumentation; geste d’exploration
• Geste de transactions divergentes /convergentes/innovantes
• geste d’invention, geste d’élaboration
• geste de décentration
• geste de jugement, geste de vérification
• Geste d’attention, geste de se rappeler
• Geste de perception visuelle, Geste de
perception auditive, Geste de perception
kinestésique
• Geste d’évocation mentale / représentation /
d’évaluation
• Geste de compréhension de la consigne; Geste
d’interprétation et redéfinition de la consigne
• Geste de mise en projet, geste de projection;
geste d’articulation avec des prérequis/avec
des leçons précédentes
• Geste de dévolution, d’appropriation de la
tâche scolaire;
• Geste d’organisation matérielle
• Geste d’organisation cognitive / geste de
planification cognitive (déroulé de plans
cognitifs)
• Geste de défi, geste d’anticipation
• Geste de raisonnement; Geste de
d’explicitation, geste d’association
• Geste d’aide à penser images, analogies,
métaphores, schémas, modèles…)
• Geste de récusation de modèles explicatifs,
geste d’adoption immédiate / d’adoption
alternée de modèles explicatifs
• Geste de conscientisation – secondarisation du
savoir objet
• Geste de conscientisation des procédures
métacognitives - savoir processus
• Geste de glissement conceptuel; geste de
cognition (savoir processus)
• geste d’abstraction; geste de formation du
concept (conceptualisation)
• Geste d’écriture réflexive
• Geste de définition pour instituer le savoir;
Geste de généralisation; geste de
compréhension, geste d’intégration
• Geste de restructuration ; Geste d’assimilation;
Geste d’accommodation
• Geste de réflexivité (réflexion sur la réflexion
et le raisonnement); Geste de mémorisation
• Geste de transfert, sur le terrain professionnel;
geste de réinvestissement dans d’autres
domaines, geste d’application dans des
exercices; geste de traduction
Macro geste
de
mémorisation
& de transfert
Macro geste
d’estimation
du perçu
Macro geste
de traitement
de
l’information -
catégorisation
Macro geste
heuristique
Macro geste
d’amorçage
Macro geste de
compréhension et de
formation conceptuelle
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
POUR PENSER LES GESTES D’ETUDE: DES GESTES MENTAUX…
D’après http://www.ien-versailles.ac-
versailles.fr/Espace%20pedagogique/Apprendreaapprendre/Apprendreaapprendre.htm
MODÉLISATION	DES	
GESTES	
D’ENSEIGNEMENTS
Méso-
gestes de
régulation
Macro-gestes
de
didactisation
Micro gestes
coopératifs
d’ajustement
Un	engrenage	au	sein	
d’une	situation	
dynamique	ouverte	
traversée	par	les	
contextes
Dans notre modélisation personnelle suivante,
nous avons déterminé des macro-gestes de
didactisation (auxquels le formateur pense
lors de la planification et qui renvoie au
groupe classe), des méso-gestes de
régulation (qui s’adressent à des groupes
d’apprenants qui travaillent ensemble, qui
coopèrent ensemble dans des tâches
d’apprentissage en petit groupe), et des
micro-gestes coopératifs d’ajustement qui
suggèrent que le formateur s’adresse à
l’individu, il personnalise ici l’apprentissage
dans une co-opération pour co-construire
l’apprentissage, la formation de concepts. Le
« grain » d’intelligibilité de la situation de
classe est ici variable.
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
§ Micro-gestes	coopératifs pour	
s’ajuster	au	spécifique	du	public	
scolaire	empêché	de	poursuivre	le	
jeu	d’apprentissage	=	gestes	qui	
éteignent	le	feu	d’un	
empêchement	de	« gagner	le	jeu »	
didactique…	agissant	sur	le	
cognitif	et	l’affectif
§ Méso-gestes	de	régulation :	…)…	=	
Gestes		qui	s’actualisent	dans	le	
feu	de	l’action,	le	« faire	classe »…	
c’est	plus	ou	moins	anticipé…
§ Macro-gestes de didactisation : =
Gestes qui s’actualisent en amont
hors du feu de l’action, lors de la
planification de la classe, lors de la
construction d ’ un milieu
didactique pour faire apprendre,
lors d’une « didactisation », c’est
le « mémo du suivi » de classe, la
fiche de préparation…
Micro-gestes	coopératifs
Méso-gestes	de	régulation
Macro-gestes	de	
didactisation
Modélisation des gestes d’enseignement
(former)
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
MICRO-GESTES	
COOPERATIFS	
D'AJUSTEMENTS
MESO-GESTES	DE	
REGULATION
MACRO-GESTES	DE	
DIDACTISATIONMéso-Gestes de régulation : geste de tissage
entre les mini-séquences, geste de maintien et
orientation du travail, geste de filtrage des
réponses / de mise en évidence d’affirmations,
geste de guidance, geste d’étayage, geste
transitionnel, geste de synthèse, geste de
communication langagière, physique et spatial
(déplacement, écoute, regard…), geste de
gestion du temps, geste de gestion
d’atmosphère (climat, gratification,
reproche…), geste de contrôle de la complicité
de genre, geste de reformulation, de
synthétiseur-bilan, geste de pistage -
focalisation, geste d’étayage neutre (effet
miroir), geste de reformulation – explicitation –
clarification, geste de gestion du rythme
(alternance des activités, durées…), … = gestes
qui s’actualisent dans le feu de l’action, le
« faire classe »… c’est plus ou moins anticipé…
Micro-gestes coopératifs pour s ’ ajuster au
spécifique du public scolaire empêché de
poursuivre le jeu ; geste de questionnement (indice,
focalisant, limite), geste de différenciation ou
diversification, geste humoristique, geste
anecdotique … = Gestes qui éteignent le feu d’un
empêchement de « gagner le jeu » didactique…
agissant sur le cognitif et l’affectif…
Macro-gestes de didactisation : geste de contractualisation
(geste de mise en route, contractualisation didactique,
explicitation d’enjeu, sélection de tâche), geste d‘articulation
(geste de tissage avec le « déjà là », rapprochement, appel aux
représentations), geste d‘orientation (geste de définition du jeu,
passation de la consigne), geste de dévolution, geste de
régulation (accompagnement de l’action), geste d’arbitrage
(confrontation, discussion, résolution), geste de facilitation
(geste de conduite au glissement conceptuel / secondarisation, à
une métacognition), geste de fixage (geste
d’institutionnalisation, de consolidation, de transférabilité des
acquis)... = Gestes qui s’actualisent en amont hors du feu de
l’action, lors de la planification de la classe, lors de la
construction d’un milieu didactique pour faire apprendre, lors
d’une « didactisation », c’est le « mémo du suivi » de classe, la
fiche de préparation…Tous	droits	réservés	- Philippe	Clauzard	- juin	2015
MODELISATION DES GESTES D’ENSEIGNEMENT
ET GESTES D’ETUDE, UNE HYPOTHESE DE PHILIPPE CLAUZARD
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
MODÉLISATION DES GESTES D’ENSEIGNEMENT
ET GESTES D’APPRENTISSAGE, UNE HYPOTHÈSE D’ENTRELACEMENT
Ebauche d‘une matrice de	gestes d’enseignement	et	d’étude,	essai	de	formalisation	Ph.	Clauzard
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
§ geste de contractualisation (geste de mise en route, contrat didactique,
explicitation d’enjeu, sélection de tâche),
§ geste d’articulation (geste de tissage avec le déjà là, rapprochement, appel
aux représentations),
§ geste d’orientation (geste de définition du jeu, passation de la consigne,
dévolution) ;
§ geste de régulation (accompagnement de l’action),
§ geste d’arbitrage (confrontation, discussion, résolution),
§ geste de facilitation (geste de conduite au glissement conceptuel, à une
métacognition),
§ geste de fixage (geste d’institutionnalisation, de consolidation, de
transférabilité des acquis), ...
§ = Ce sont des Gestes qui s’actualisent en amont hors du feu de l’action,
lors de la planification de la classe, lors de la construction d’un milieu
didactique pour faire apprendre, lors d’une « didactisation », c’est le
« mémo du suivi » de classe, la fiche de préparation…
LES MACRO-GESTES DE DIDACTISATION : LE SCRIPT DE CLASSE
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
§ geste de tissage entre les mini-séquences,
§ geste de maintien et orientation du travail,
§ geste de filtrage des réponses / de mise en évidence d’affirmations,
§ geste de guidance,
§ geste d’étayage,
§ geste transitionnel,
§ geste de synthèse,
§ geste de communication langagière, physique et spatial (déplacement, écoute,
regard…),
§ geste de gestion du temps,
§ geste de gestion d’atmosphère (climat, gratification, reproche…),
§ geste de contrôle de la complicité de genre,
§ geste de reformulation, de synthétiseur-bilan, geste de pistage -focalisation,
§ geste d’étayage neutre (effet miroir),
§ geste de reformulation – explicitation – clarification,
§ geste de gestion du rythme (alternance des activités, durées…), …
§ = Ce sont des gestes qui s’actualisent dans le feu de l’action, le « faire
classe »… c’est plus ou moins anticipé… ces gestes concernent toujours le le
collectif classe.
LES MÉSO - GESTES DE RÉGULATION : ON LINE©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
§ Geste de mise en évidence de propriétés de la tâche scolaire
§ Gestes de questionnement (questionnement indice, limite, pas à pas);
§ Geste de différenciation ou diversification des tâches,
§ Geste d’adaptation du travail
§ Geste humoristique, Geste de bienveillance; geste d’encouragement
§ geste de conduite au glissement conceptuel, geste de conduite au transfert, Geste d’étayage
neutre (effet miroir), ,
§ geste de variation des exemples, geste de démonstration du travail attendu
§ Geste anecdotique , …
§ geste d’ajustement du questionnement selon les réponses/interactions avec les élèves
§ geste maieutique de proche en proche
§ geste d’induction d’une réponse
§ Geste d’adaptation (pour les « dys »);
§ geste de contextualisation (selon des données sociales/culturelles/affectives extérieures…);
§ geste de différenciation des contenus d’enseignement; geste de diversification des supports
de contenus; geste de relecture
§ = Ce sont des gestes qui éteignent le feu d’un empêchement de « gagner le jeu » didactique…
agissant sur le cognitif et l’affectif. Ces gestes sont relatifs à la dimension « individu » afin de
s’ajuster au spécifique du public scolaire empêché de poursuivre le jeu d’apprentissage…
LES MICRO - GESTES COOPÉRATIFS
D’AJUSTEMENT
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
•fine adaptation du
prof aux élèves
•co-opérer
autrement
•carte joker du jeu
didactique
•étayage
particulier
•artefact efficace
•impératif
d’ajustement
Tous	droits	réservés	- Philippe	Clauzard	- juin	2015
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
Tous	droits	réservés	- Philippe	Clauzard	- juin	2015
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
LES CARACTÉRISTIQUES DES
GESTES, MODÉLISATION EN COURS
MACROGESTEDIDACTISATION •MACRO
•GESTES DE
DIDACTISATION
•Ce sont des gestes
qui s’actualisent en
amont hors du feu de
l’action, lors de la
planification de la
classe, lors de la
construction d’un
milieu didactique
pour faire
apprendre, lors
d’une
« didactisation »,
c’est le « mémo du
suivi » de classe, la
fiche de
préparation…
•Ce sont des gestes
relatifs à la
dimension « groupe
classe »
MESOGESTEDEREGULATION
•MESO GESTES DE
REGULATION
•Ce sont des gestes
relatifs à la
dimension « groupe
d’apprenant »,
•Ce sont des gestes
qui s’actualisent
dans le feu de
l’action, le « faire
classe »… c’est plus
ou moins anticipé.
MICROGESTEDECOOPERATION
•MICRO GESTES DE
COOPERATION
•Ce sont des gestes
qui éteignent le feu
d’un empêchement
de « gagner le jeu »
didactique…
agissant sur le
cognitif et l’affectif…
•Ce sont des gestes
relatifs à la
dimension
« individu »
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
LES GESTES DE PLANIFICATION
EN FORMATION INITIALE
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
cours	rêvé	
cours	planifié	
cours	ajusté	
cours	réalisé	
cours	analysé	
Reprenant des propos de Pastré, inspiré des travaux …. sur les vols aérien
(Recherches et formation, quelques considérations sur l’activité enseignante), nous imaginons
cette représentation qui part d’une idée, le cours rêvé, à celui qui est réalisé, passant par les
phases préalables de planification et ajustement in situ. La dernière phase de cours débriefé
(ou de planification post-active) correspond à l’analyse personnelle ou avec les collègues
d’une séance, qui prépare la suivant grâce à la réflexivité opérée après l’action, grâce à des
glissements dans la conceptualisation du métier.
MODÈLE DE PASTRÉ, INFLUENCE ERGONOMIQUE
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
LE PUZZLE DE QUELQUES RÈGLES DE MÉTIER
Prendre en main la
classe, faire régner la
discipline
Présenter une
situation
d'apprentissage
Réguler l'activité
proposée de manière
à ce que les élèves
réussissent
Assurer la sécurité
physique et affective
des élèves
Accompagner les
élèves dans les
situations de travail
Planifier son
enseignement et en
faire un bilan
Renseigner le cahier
journal de la classe
Évaluer le travail des
élèves, remplir le
bulletin scolaire
Rencontrer les
parents des élèves
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
103
VUE PYRAMIDALE DES
OPÉRATIONS POUR
PRÉPARER ET CONDUIRE
UNE FORMATION, UNE
INTELLIGIBILITÉ DES
SITUATIONS
D’EENSEIGNEMENT &
APPRENTISSAGE.
Une séance
de formation
planifiée,
animée, évaluée
Des gestes d’enseignement et des
gestes d’études à penser
Une méthode
d’enseignement à choisir
(l’exposé, l’étude de cas, la situation problème…)
Un format pédagogique à privilégier
(gestion des relations/ communications)
Une transposition didactique à effectuer
(gestion des savoirs)
Une théorie d’apprentissage à laquelle s’adosser
(béhavioriste, constructiviste, traditionnelle…)
(c) Philippe Clauzard,
MCF Université de la
Réunion-ESPE
§ Cette diapositive montre une vue
pyramidale des opérations pour
préparer et conduire une
procédure d’enseignement –
apprentissage,
vraisemblablement efficace. Je dis
vraisemblablement, car la
« bonne pratique d’un
enseignement » n’existe pas en
soi, car une activité
d’enseignement est toujours
contextualisée et singularisée par
de nombreuses variables
extérieures, mais aussi internes,
aucun enseignant ne se
ressemble, car on enseigne
toujours en fonction de ce que
l’on est. Et c’est tant mieux,
imaginons des enseignants et des
formateurs tous semblables, à
l’activité de classe identique et
standardisée, ce serait
vraisemblablement un vrai
cauchemar. La diversité des
enseignants/formateurs et de leur
pratique est une richesse.
§ Lorsqu’on parle de modèle, de
script pour faire classe, il s’agit
toujours de balises, de repères
pour naviguer dans une pratique
de la classe d’enseignement-
formation : on a besoin de repères
pour se construire
progressivement son style
d’enseignement, sa manière
personnelle d’enseigner.
§ Ce style se façonne à partir d’un
genre professionnel, une manière
commune de faire classe, un
canevas que l’on va réinterpréter
à sa manière…
REPÈRES POUR FAIRE CLASSE
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
q Connaître	les	différents	modèles	pédagogiques :	pédagogie	de	la	transmission	et	pédagogie	de	
l’apprentissage,	
q Lire	et	utiliser	les	instructions	officielles,
q Penser	la	programmation	et	les	progressions	des	apprentissages,
q Connaître	académiquement	la	notion	à	faire	apprendre,
q Anticiper	les	difficultés	d’apprentissage	de	la		notion	et	cerner	les	paliers	progressifs		
d’apprentissage,	
q Circonscrire	des	objectifs	d’apprentissage,	objectifs	généraux	et	spécifiques,
q Imaginer	la	secondarisation,	imaginer	un	saut	informatif	pour	une	séance	de	donnée,
q Penser	un	dispositif	d’apprentissage	approprié :	situation	ouverte	et	situation	programmée,
q Anticiper	le	script	de	la	séance,	prévoir	le	déroulement,	les	gestes	professionnels,
q Choisir	un	support	pour	l’apprentissage,
q Gérer	les	interactions	de	la	classe	d’apprentissage,
q Englober	les	élèves	dans	l’activité,	gérer		les	questions	d’autorité,
q Penser	les	évaluations,	le	discours	d’explicitation,
q Effectuer	le	bilan	de	la	séance	d’apprentissage	afin	de	prévoir	la	séance	future,
q Les	incontournables :	la	fiche	de	préparation	(un	outil	pour	penser),	le	cahier	journal	(un	outil	
pour	communiquer),	les	affichages	(un	outil	pour	une	mémoire	collective	de	classe)	&	le	cahier	
d’appel.	
q L’organisation	matérielle :	organisation	du	temps,	de	la	journée,	de	l’espace,	les	interactions,	les	
rituels…
REPÈRES	POUR	PRÉPARER	ET	PLANIFIER	LA	CLASSE
©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement
Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement
Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement

Contenu connexe

Tendances

Didactique disciplines
Didactique disciplinesDidactique disciplines
Didactique disciplinesRadhi Maaoui
 
Jeu d'apprentissage et théories didactiques
Jeu d'apprentissage et théories didactiquesJeu d'apprentissage et théories didactiques
Jeu d'apprentissage et théories didactiques
philip61
 
Processus d'apprentissage, révision en travaux dirigés
Processus d'apprentissage, révision en travaux dirigésProcessus d'apprentissage, révision en travaux dirigés
Processus d'apprentissage, révision en travaux dirigés
philip61
 
Les fondamentaux de la classe inversée
Les fondamentaux de la classe inverséeLes fondamentaux de la classe inversée
Les fondamentaux de la classe inversée
Mokhtar Ben Henda
 
Mini guide du formateur, compil de P. Clauzard
Mini guide du formateur, compil de P. ClauzardMini guide du formateur, compil de P. Clauzard
Mini guide du formateur, compil de P. Clauzard
philip61
 
Qu'est l'ingénierie pédagogique?
Qu'est l'ingénierie pédagogique?Qu'est l'ingénierie pédagogique?
Qu'est l'ingénierie pédagogique?fberaud
 
lexique pedagogique.ppt
lexique pedagogique.pptlexique pedagogique.ppt
lexique pedagogique.ppt
HassanAboulla1
 
De "LA" classe inversée aux Classes Inversées : Vers un principe de variété p...
De "LA" classe inversée aux Classes Inversées : Vers un principe de variété p...De "LA" classe inversée aux Classes Inversées : Vers un principe de variété p...
De "LA" classe inversée aux Classes Inversées : Vers un principe de variété p...
Marcel Lebrun
 
L’innovation pédagogique et l’apprentissage à l’ère du numérique: une perspec...
L’innovation pédagogique et l’apprentissage à l’ère du numérique: une perspec...L’innovation pédagogique et l’apprentissage à l’ère du numérique: une perspec...
L’innovation pédagogique et l’apprentissage à l’ère du numérique: une perspec...
Raynauld Jacques
 
M1 2013 apprendre & courants pédagos
M1 2013   apprendre & courants pédagos M1 2013   apprendre & courants pédagos
M1 2013 apprendre & courants pédagos Philippe Watrelot
 
Didactique des sciences
Didactique des sciencesDidactique des sciences
Didactique des sciencesNadanajahi
 
Intégration pédagogique des TIC
Intégration pédagogique des TICIntégration pédagogique des TIC
Intégration pédagogique des TICHanane Eljarroudi
 
Connectivisme - UdM
Connectivisme - UdMConnectivisme - UdM
Connectivisme - UdM
François Guité
 
Les différentes méthodes pédagogiques
Les différentes méthodes pédagogiquesLes différentes méthodes pédagogiques
Les différentes méthodes pédagogiques
michel_parratte
 
Ingénierie de formation, compil de P. Clauzard
Ingénierie de formation, compil de P. ClauzardIngénierie de formation, compil de P. Clauzard
Ingénierie de formation, compil de P. Clauzard
philip61
 
Ingenierie pedagogique
Ingenierie pedagogiqueIngenierie pedagogique
Ingenierie pedagogiqueYahya Ahmedo
 
théories d'apprentissages
théories d'apprentissagesthéories d'apprentissages
théories d'apprentissages
mounirabbassi1
 
Théories de l'enseignement et de l'apprentissage
Théories de l'enseignement et de l'apprentissageThéories de l'enseignement et de l'apprentissage
Théories de l'enseignement et de l'apprentissage
Cegep de la Pocatiere - CEC de Montmagny
 
La gestion de classe
La gestion de classeLa gestion de classe
La gestion de classe
frsyllogos frsyllogos
 
Les 4 principales méthodes pédagogiques en formation
Les 4 principales méthodes pédagogiques en formation Les 4 principales méthodes pédagogiques en formation
Les 4 principales méthodes pédagogiques en formation
Sophie TURPAUD-AMALVY
 

Tendances (20)

Didactique disciplines
Didactique disciplinesDidactique disciplines
Didactique disciplines
 
Jeu d'apprentissage et théories didactiques
Jeu d'apprentissage et théories didactiquesJeu d'apprentissage et théories didactiques
Jeu d'apprentissage et théories didactiques
 
Processus d'apprentissage, révision en travaux dirigés
Processus d'apprentissage, révision en travaux dirigésProcessus d'apprentissage, révision en travaux dirigés
Processus d'apprentissage, révision en travaux dirigés
 
Les fondamentaux de la classe inversée
Les fondamentaux de la classe inverséeLes fondamentaux de la classe inversée
Les fondamentaux de la classe inversée
 
Mini guide du formateur, compil de P. Clauzard
Mini guide du formateur, compil de P. ClauzardMini guide du formateur, compil de P. Clauzard
Mini guide du formateur, compil de P. Clauzard
 
Qu'est l'ingénierie pédagogique?
Qu'est l'ingénierie pédagogique?Qu'est l'ingénierie pédagogique?
Qu'est l'ingénierie pédagogique?
 
lexique pedagogique.ppt
lexique pedagogique.pptlexique pedagogique.ppt
lexique pedagogique.ppt
 
De "LA" classe inversée aux Classes Inversées : Vers un principe de variété p...
De "LA" classe inversée aux Classes Inversées : Vers un principe de variété p...De "LA" classe inversée aux Classes Inversées : Vers un principe de variété p...
De "LA" classe inversée aux Classes Inversées : Vers un principe de variété p...
 
L’innovation pédagogique et l’apprentissage à l’ère du numérique: une perspec...
L’innovation pédagogique et l’apprentissage à l’ère du numérique: une perspec...L’innovation pédagogique et l’apprentissage à l’ère du numérique: une perspec...
L’innovation pédagogique et l’apprentissage à l’ère du numérique: une perspec...
 
M1 2013 apprendre & courants pédagos
M1 2013   apprendre & courants pédagos M1 2013   apprendre & courants pédagos
M1 2013 apprendre & courants pédagos
 
Didactique des sciences
Didactique des sciencesDidactique des sciences
Didactique des sciences
 
Intégration pédagogique des TIC
Intégration pédagogique des TICIntégration pédagogique des TIC
Intégration pédagogique des TIC
 
Connectivisme - UdM
Connectivisme - UdMConnectivisme - UdM
Connectivisme - UdM
 
Les différentes méthodes pédagogiques
Les différentes méthodes pédagogiquesLes différentes méthodes pédagogiques
Les différentes méthodes pédagogiques
 
Ingénierie de formation, compil de P. Clauzard
Ingénierie de formation, compil de P. ClauzardIngénierie de formation, compil de P. Clauzard
Ingénierie de formation, compil de P. Clauzard
 
Ingenierie pedagogique
Ingenierie pedagogiqueIngenierie pedagogique
Ingenierie pedagogique
 
théories d'apprentissages
théories d'apprentissagesthéories d'apprentissages
théories d'apprentissages
 
Théories de l'enseignement et de l'apprentissage
Théories de l'enseignement et de l'apprentissageThéories de l'enseignement et de l'apprentissage
Théories de l'enseignement et de l'apprentissage
 
La gestion de classe
La gestion de classeLa gestion de classe
La gestion de classe
 
Les 4 principales méthodes pédagogiques en formation
Les 4 principales méthodes pédagogiques en formation Les 4 principales méthodes pédagogiques en formation
Les 4 principales méthodes pédagogiques en formation
 

Similaire à Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement

Processus apprentissage nouvelle version 2018
Processus apprentissage  nouvelle version 2018Processus apprentissage  nouvelle version 2018
Processus apprentissage nouvelle version 2018
philip61
 
Processusapprentissage2016
Processusapprentissage2016Processusapprentissage2016
Processusapprentissage2016
philip61
 
Comment enseigner à l'Université?
Comment enseigner à l'Université?Comment enseigner à l'Université?
Comment enseigner à l'Université?
Université de Dschang
 
Extraits du Glossaire présenté par P. Clauzard Cours Tronc Commun UE15 UnivRE...
Extraits du Glossaire présenté par P. Clauzard Cours Tronc Commun UE15 UnivRE...Extraits du Glossaire présenté par P. Clauzard Cours Tronc Commun UE15 UnivRE...
Extraits du Glossaire présenté par P. Clauzard Cours Tronc Commun UE15 UnivRE...
philip61
 
Compte-Rendu ateliers
Compte-Rendu ateliersCompte-Rendu ateliers
Compte-Rendu ateliers
vguili
 
apprendre_a_apprendre_n._bertrand_le_travail_personnel_de_leleve_dans_et_hors...
apprendre_a_apprendre_n._bertrand_le_travail_personnel_de_leleve_dans_et_hors...apprendre_a_apprendre_n._bertrand_le_travail_personnel_de_leleve_dans_et_hors...
apprendre_a_apprendre_n._bertrand_le_travail_personnel_de_leleve_dans_et_hors...
FerdawsBNasrBSalah
 
Présentation des travaux de recherche de Philippe Clauzard
Présentation des travaux de recherche de Philippe ClauzardPrésentation des travaux de recherche de Philippe Clauzard
Présentation des travaux de recherche de Philippe Clauzard
philip61
 
Analyse de l’activité enseignante Extrait texte de Pierre Pastre
Analyse de l’activité enseignante Extrait texte de Pierre Pastre Analyse de l’activité enseignante Extrait texte de Pierre Pastre
Analyse de l’activité enseignante Extrait texte de Pierre Pastre
philip61
 
7 textes d'intérêt
7 textes d'intérêt7 textes d'intérêt
7 textes d'intérêtcrdapp
 
M1 2019 s3-apprendre
M1 2019   s3-apprendreM1 2019   s3-apprendre
M1 2019 s3-apprendre
Philippe Watrelot
 
bienenseigner.com-Les 5 méthodes denseignement en didactique.pdf
bienenseigner.com-Les 5 méthodes denseignement en didactique.pdfbienenseigner.com-Les 5 méthodes denseignement en didactique.pdf
bienenseigner.com-Les 5 méthodes denseignement en didactique.pdf
CharfeddineBms
 
5339cedfc3db9.pdf
5339cedfc3db9.pdf5339cedfc3db9.pdf
5339cedfc3db9.pdf
Masmouhmohammed
 
633662080-Le-triangle-didactique-pptx.pptx
633662080-Le-triangle-didactique-pptx.pptx633662080-Le-triangle-didactique-pptx.pptx
633662080-Le-triangle-didactique-pptx.pptx
ChaimaOukhssane
 
PPT-Inginierie-pedagogique_formation .pdf
PPT-Inginierie-pedagogique_formation .pdfPPT-Inginierie-pedagogique_formation .pdf
PPT-Inginierie-pedagogique_formation .pdf
anashoummas
 
Gd c2019 1 moi-enseigt
Gd c2019 1 moi-enseigtGd c2019 1 moi-enseigt
Gd c2019 1 moi-enseigt
Philippe Watrelot
 
Analyse du travail enseignant, essai de lisibilité par P. Clauzard
Analyse du travail enseignant, essai de lisibilité par P. ClauzardAnalyse du travail enseignant, essai de lisibilité par P. Clauzard
Analyse du travail enseignant, essai de lisibilité par P. Clauzard
philip61
 
Stages neo-titulaires-methodoclasse
Stages neo-titulaires-methodoclasseStages neo-titulaires-methodoclasse
Stages neo-titulaires-methodoclasse
philip61
 
Varier sa pratique pédagogique avec le « Mieux Apprendre »
Varier sa pratique pédagogique avec le « Mieux Apprendre »Varier sa pratique pédagogique avec le « Mieux Apprendre »
Varier sa pratique pédagogique avec le « Mieux Apprendre »
IPSYS Conseil & Formation
 

Similaire à Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement (20)

Processus apprentissage nouvelle version 2018
Processus apprentissage  nouvelle version 2018Processus apprentissage  nouvelle version 2018
Processus apprentissage nouvelle version 2018
 
Processusapprentissage2016
Processusapprentissage2016Processusapprentissage2016
Processusapprentissage2016
 
Comment enseigner à l'Université?
Comment enseigner à l'Université?Comment enseigner à l'Université?
Comment enseigner à l'Université?
 
Extraits du Glossaire présenté par P. Clauzard Cours Tronc Commun UE15 UnivRE...
Extraits du Glossaire présenté par P. Clauzard Cours Tronc Commun UE15 UnivRE...Extraits du Glossaire présenté par P. Clauzard Cours Tronc Commun UE15 UnivRE...
Extraits du Glossaire présenté par P. Clauzard Cours Tronc Commun UE15 UnivRE...
 
Compte-Rendu ateliers
Compte-Rendu ateliersCompte-Rendu ateliers
Compte-Rendu ateliers
 
apprendre_a_apprendre_n._bertrand_le_travail_personnel_de_leleve_dans_et_hors...
apprendre_a_apprendre_n._bertrand_le_travail_personnel_de_leleve_dans_et_hors...apprendre_a_apprendre_n._bertrand_le_travail_personnel_de_leleve_dans_et_hors...
apprendre_a_apprendre_n._bertrand_le_travail_personnel_de_leleve_dans_et_hors...
 
Texte intervention
Texte interventionTexte intervention
Texte intervention
 
Présentation des travaux de recherche de Philippe Clauzard
Présentation des travaux de recherche de Philippe ClauzardPrésentation des travaux de recherche de Philippe Clauzard
Présentation des travaux de recherche de Philippe Clauzard
 
Analyse de l’activité enseignante Extrait texte de Pierre Pastre
Analyse de l’activité enseignante Extrait texte de Pierre Pastre Analyse de l’activité enseignante Extrait texte de Pierre Pastre
Analyse de l’activité enseignante Extrait texte de Pierre Pastre
 
7 textes d'intérêt
7 textes d'intérêt7 textes d'intérêt
7 textes d'intérêt
 
M1 2019 s3-apprendre
M1 2019   s3-apprendreM1 2019   s3-apprendre
M1 2019 s3-apprendre
 
bienenseigner.com-Les 5 méthodes denseignement en didactique.pdf
bienenseigner.com-Les 5 méthodes denseignement en didactique.pdfbienenseigner.com-Les 5 méthodes denseignement en didactique.pdf
bienenseigner.com-Les 5 méthodes denseignement en didactique.pdf
 
5339cedfc3db9.pdf
5339cedfc3db9.pdf5339cedfc3db9.pdf
5339cedfc3db9.pdf
 
633662080-Le-triangle-didactique-pptx.pptx
633662080-Le-triangle-didactique-pptx.pptx633662080-Le-triangle-didactique-pptx.pptx
633662080-Le-triangle-didactique-pptx.pptx
 
PPT-Inginierie-pedagogique_formation .pdf
PPT-Inginierie-pedagogique_formation .pdfPPT-Inginierie-pedagogique_formation .pdf
PPT-Inginierie-pedagogique_formation .pdf
 
Gd c2019 1 moi-enseigt
Gd c2019 1 moi-enseigtGd c2019 1 moi-enseigt
Gd c2019 1 moi-enseigt
 
Analyse du travail enseignant, essai de lisibilité par P. Clauzard
Analyse du travail enseignant, essai de lisibilité par P. ClauzardAnalyse du travail enseignant, essai de lisibilité par P. Clauzard
Analyse du travail enseignant, essai de lisibilité par P. Clauzard
 
Stages neo-titulaires-methodoclasse
Stages neo-titulaires-methodoclasseStages neo-titulaires-methodoclasse
Stages neo-titulaires-methodoclasse
 
Varier sa pratique pédagogique avec le « Mieux Apprendre »
Varier sa pratique pédagogique avec le « Mieux Apprendre »Varier sa pratique pédagogique avec le « Mieux Apprendre »
Varier sa pratique pédagogique avec le « Mieux Apprendre »
 
Presentation hoyek-fsedu-original
Presentation   hoyek-fsedu-originalPresentation   hoyek-fsedu-original
Presentation hoyek-fsedu-original
 

Plus de philip61

Présentation au Congres TACD juin 2019 : De l'action conjointe pour analyser ...
Présentation au Congres TACD juin 2019 : De l'action conjointe pour analyser ...Présentation au Congres TACD juin 2019 : De l'action conjointe pour analyser ...
Présentation au Congres TACD juin 2019 : De l'action conjointe pour analyser ...
philip61
 
Présentation Colloque RPDP Montréal-2019
Présentation Colloque RPDP  Montréal-2019Présentation Colloque RPDP  Montréal-2019
Présentation Colloque RPDP Montréal-2019
philip61
 
Mrp theme1-gestes
Mrp theme1-gestesMrp theme1-gestes
Mrp theme1-gestes
philip61
 
Mrp theme2-planification
Mrp theme2-planificationMrp theme2-planification
Mrp theme2-planification
philip61
 
Mrp theme3-debriefin jda
Mrp theme3-debriefin jdaMrp theme3-debriefin jda
Mrp theme3-debriefin jda
philip61
 
Comparaisons modelesapprentissages
Comparaisons modelesapprentissagesComparaisons modelesapprentissages
Comparaisons modelesapprentissages
philip61
 
Dida prosyntheseinrp
Dida prosyntheseinrpDida prosyntheseinrp
Dida prosyntheseinrp
philip61
 
Définitions pédagogiques
Définitions pédagogiquesDéfinitions pédagogiques
Définitions pédagogiques
philip61
 
Coopérer en classe avec ses élèves Communication de Philippe Clauzard
Coopérer en classe avec ses élèves Communication de Philippe Clauzard Coopérer en classe avec ses élèves Communication de Philippe Clauzard
Coopérer en classe avec ses élèves Communication de Philippe Clauzard
philip61
 
Communication sur l'ouvrage Conversations sur le sexisme, de Philippe Clauzard
Communication sur l'ouvrage Conversations sur le sexisme, de Philippe ClauzardCommunication sur l'ouvrage Conversations sur le sexisme, de Philippe Clauzard
Communication sur l'ouvrage Conversations sur le sexisme, de Philippe Clauzard
philip61
 
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
philip61
 
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
philip61
 
Cours UE 25 F2F Didactique et Ingénierie de formation Version 2016, par Phili...
Cours UE 25 F2F Didactique et Ingénierie de formation Version 2016, par Phili...Cours UE 25 F2F Didactique et Ingénierie de formation Version 2016, par Phili...
Cours UE 25 F2F Didactique et Ingénierie de formation Version 2016, par Phili...
philip61
 
Cours UE15 version 2016 INTELLIGIBILITE DES SITUATIONS D'ENSEIGNEMENT APPRENT...
Cours UE15 version 2016 INTELLIGIBILITE DES SITUATIONS D'ENSEIGNEMENT APPRENT...Cours UE15 version 2016 INTELLIGIBILITE DES SITUATIONS D'ENSEIGNEMENT APPRENT...
Cours UE15 version 2016 INTELLIGIBILITE DES SITUATIONS D'ENSEIGNEMENT APPRENT...
philip61
 
Formation Mémoire de Recherche Professionnel MRP par P. Clauzard-2017
Formation Mémoire de Recherche Professionnel MRP par P. Clauzard-2017Formation Mémoire de Recherche Professionnel MRP par P. Clauzard-2017
Formation Mémoire de Recherche Professionnel MRP par P. Clauzard-2017
philip61
 
Boussole épistémique pour recherches P. Clauzard
Boussole épistémique pour recherches P. ClauzardBoussole épistémique pour recherches P. Clauzard
Boussole épistémique pour recherches P. Clauzard
philip61
 
Petit cours sur l'épistémologie
Petit cours sur l'épistémologiePetit cours sur l'épistémologie
Petit cours sur l'épistémologie
philip61
 
Opérations cognitives pour apprendre, compil de P. Clauzard
Opérations cognitives pour apprendre, compil de P. ClauzardOpérations cognitives pour apprendre, compil de P. Clauzard
Opérations cognitives pour apprendre, compil de P. Clauzard
philip61
 
Communication à propos de la recherche doctorale sur la médiation grammatical...
Communication à propos de la recherche doctorale sur la médiation grammatical...Communication à propos de la recherche doctorale sur la médiation grammatical...
Communication à propos de la recherche doctorale sur la médiation grammatical...
philip61
 
Théories de l'apprentissage, par Philippe Clauzard
Théories de l'apprentissage, par Philippe ClauzardThéories de l'apprentissage, par Philippe Clauzard
Théories de l'apprentissage, par Philippe Clauzard
philip61
 

Plus de philip61 (20)

Présentation au Congres TACD juin 2019 : De l'action conjointe pour analyser ...
Présentation au Congres TACD juin 2019 : De l'action conjointe pour analyser ...Présentation au Congres TACD juin 2019 : De l'action conjointe pour analyser ...
Présentation au Congres TACD juin 2019 : De l'action conjointe pour analyser ...
 
Présentation Colloque RPDP Montréal-2019
Présentation Colloque RPDP  Montréal-2019Présentation Colloque RPDP  Montréal-2019
Présentation Colloque RPDP Montréal-2019
 
Mrp theme1-gestes
Mrp theme1-gestesMrp theme1-gestes
Mrp theme1-gestes
 
Mrp theme2-planification
Mrp theme2-planificationMrp theme2-planification
Mrp theme2-planification
 
Mrp theme3-debriefin jda
Mrp theme3-debriefin jdaMrp theme3-debriefin jda
Mrp theme3-debriefin jda
 
Comparaisons modelesapprentissages
Comparaisons modelesapprentissagesComparaisons modelesapprentissages
Comparaisons modelesapprentissages
 
Dida prosyntheseinrp
Dida prosyntheseinrpDida prosyntheseinrp
Dida prosyntheseinrp
 
Définitions pédagogiques
Définitions pédagogiquesDéfinitions pédagogiques
Définitions pédagogiques
 
Coopérer en classe avec ses élèves Communication de Philippe Clauzard
Coopérer en classe avec ses élèves Communication de Philippe Clauzard Coopérer en classe avec ses élèves Communication de Philippe Clauzard
Coopérer en classe avec ses élèves Communication de Philippe Clauzard
 
Communication sur l'ouvrage Conversations sur le sexisme, de Philippe Clauzard
Communication sur l'ouvrage Conversations sur le sexisme, de Philippe ClauzardCommunication sur l'ouvrage Conversations sur le sexisme, de Philippe Clauzard
Communication sur l'ouvrage Conversations sur le sexisme, de Philippe Clauzard
 
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
 
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
 
Cours UE 25 F2F Didactique et Ingénierie de formation Version 2016, par Phili...
Cours UE 25 F2F Didactique et Ingénierie de formation Version 2016, par Phili...Cours UE 25 F2F Didactique et Ingénierie de formation Version 2016, par Phili...
Cours UE 25 F2F Didactique et Ingénierie de formation Version 2016, par Phili...
 
Cours UE15 version 2016 INTELLIGIBILITE DES SITUATIONS D'ENSEIGNEMENT APPRENT...
Cours UE15 version 2016 INTELLIGIBILITE DES SITUATIONS D'ENSEIGNEMENT APPRENT...Cours UE15 version 2016 INTELLIGIBILITE DES SITUATIONS D'ENSEIGNEMENT APPRENT...
Cours UE15 version 2016 INTELLIGIBILITE DES SITUATIONS D'ENSEIGNEMENT APPRENT...
 
Formation Mémoire de Recherche Professionnel MRP par P. Clauzard-2017
Formation Mémoire de Recherche Professionnel MRP par P. Clauzard-2017Formation Mémoire de Recherche Professionnel MRP par P. Clauzard-2017
Formation Mémoire de Recherche Professionnel MRP par P. Clauzard-2017
 
Boussole épistémique pour recherches P. Clauzard
Boussole épistémique pour recherches P. ClauzardBoussole épistémique pour recherches P. Clauzard
Boussole épistémique pour recherches P. Clauzard
 
Petit cours sur l'épistémologie
Petit cours sur l'épistémologiePetit cours sur l'épistémologie
Petit cours sur l'épistémologie
 
Opérations cognitives pour apprendre, compil de P. Clauzard
Opérations cognitives pour apprendre, compil de P. ClauzardOpérations cognitives pour apprendre, compil de P. Clauzard
Opérations cognitives pour apprendre, compil de P. Clauzard
 
Communication à propos de la recherche doctorale sur la médiation grammatical...
Communication à propos de la recherche doctorale sur la médiation grammatical...Communication à propos de la recherche doctorale sur la médiation grammatical...
Communication à propos de la recherche doctorale sur la médiation grammatical...
 
Théories de l'apprentissage, par Philippe Clauzard
Théories de l'apprentissage, par Philippe ClauzardThéories de l'apprentissage, par Philippe Clauzard
Théories de l'apprentissage, par Philippe Clauzard
 

Dernier

Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
cristionobedi
 
Iris van Herpen. pptx
Iris         van        Herpen.      pptxIris         van        Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
Txaruka
 
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
mrelmejri
 
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La JeunesseConseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Oscar Smith
 
Iris van Herpen. pptx
Iris            van        Herpen.     pptxIris            van        Herpen.     pptx
Iris van Herpen. pptx
Txaruka
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
BenotGeorges3
 
Iris et les hommes.pptx
Iris      et         les      hommes.pptxIris      et         les      hommes.pptx
Iris et les hommes.pptx
Txaruka
 
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
M2i Formation
 
Burkina Faso library newsletter May 2024
Burkina Faso library newsletter May 2024Burkina Faso library newsletter May 2024
Burkina Faso library newsletter May 2024
Friends of African Village Libraries
 
Iris van Herpen. pptx
Iris         van         Herpen.      pptxIris         van         Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
Txaruka
 
Procédure consignation Lock Out Tag Out.pptx
Procédure consignation  Lock Out Tag Out.pptxProcédure consignation  Lock Out Tag Out.pptx
Procédure consignation Lock Out Tag Out.pptx
caggoune66
 
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Billy DEYLORD
 
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdfEdito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
WarlockeTamagafk
 

Dernier (13)

Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
 
Iris van Herpen. pptx
Iris         van        Herpen.      pptxIris         van        Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
 
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
 
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La JeunesseConseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
 
Iris van Herpen. pptx
Iris            van        Herpen.     pptxIris            van        Herpen.     pptx
Iris van Herpen. pptx
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
 
Iris et les hommes.pptx
Iris      et         les      hommes.pptxIris      et         les      hommes.pptx
Iris et les hommes.pptx
 
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
 
Burkina Faso library newsletter May 2024
Burkina Faso library newsletter May 2024Burkina Faso library newsletter May 2024
Burkina Faso library newsletter May 2024
 
Iris van Herpen. pptx
Iris         van         Herpen.      pptxIris         van         Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
 
Procédure consignation Lock Out Tag Out.pptx
Procédure consignation  Lock Out Tag Out.pptxProcédure consignation  Lock Out Tag Out.pptx
Procédure consignation Lock Out Tag Out.pptx
 
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
 
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdfEdito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
 

Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement

  • 1. Philippe Clauzard MCF UNIVERSITE DE LA REUNION – ESPE Laboratoire ICARE ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 2. INTRODUCTION § Dans ce cours, nous allons revoir les théories de l’apprentissage et aller un plus loin dans l’intelligibilité des situations d’enseignement apprentissage avec la présentation de quelques modélisations issues de la recherche en éducation. § Une modélisation est un modèle représentant le fonctionnement de quelque chose, en général pour expliquer le fonctionnement d’u phénomène, il tend à simplifier par catégorisation et généralisation (montée en abstraction du modèle.) § Le premier modèle déjà très ancien est celui du triangle, le triangle pédagogique avec 3 pôles : formateur/enseignant, savoir, apprenant. Ce triangle a été décliné en triangle didactique qui donne plus de place à la question des savoirs. Selon l’importance ou l’éclairage donné à l’un des trois pôles, l’enseignant privilégie une entrée d’apprentissage. § Les grandes théories de l’apprentissage sont aussi des modèles : transmissif, béhavioriste ou socioconstructiviste dont nous verrons une comparaison terme à terme. § On verra également qu’aux processus d’apprentissage correspondent des processus d’enseignement. Il y a un vrai couplage entre enseigner et apprendre, l’un ne va pas sans l’autre. Ce que nous verrons avec les modèles d’analyse des situations de classe de Bucheton, Sensevy ou Bruner, Brousseau ou encore Mosconi. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 3. PROCESSUS APPRENDRE § DESSINER UNE REPRESENTATION QUE VOUS AVEZ DE L’APPRENTISSAGE § MONTRER VOS DESSINS ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 4. DES DESSINS REPERES DANS D’ANCIENS LIVRES… QU’EN PENSEZ-VOUS ? ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 5. TROIS PROCESSUS POUR FAIRE APPRENDRE § Enseigner: Ce processus privilégie l'axe professeur – savoir, l’enseignant apparaît alors comme un spécialiste de sa discipline d’enseignement (c'est le cours magistral ou le cours dialogué) § Former : ce processus privilégie l'axe professeur - élève, d'où des règles à définir sur les rapports professeur / élève, des négociations, des formats particuliers (c’est le cours accompagné avec une forte relation pédagogique, la différenciation pédagogique, la personnalisation…) § Apprendre : ce processus privilégie l'axe élèves – savoirs, cela sous-entend que les élèves accèdent au savoir directement, sans la médiation forcée du professeur, il s’agit des formes de travail en groupes ou par ateliers, dans lesquelles l’enseignant s’efface,a près avoir très largement anticipé/préparé (il est difficile d’accepter cette prise de recul, surtout chez les débutants) ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 6. MODELE DU TRIANGLE PÉDAGOGIQUE DE HOUSSAYE ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 7. MODÈLE DU TRIANGLE DIDACTIQUE Stratégie d’apprentissage, mécanique d’apprentissage, processus / opérations cognitives, secondarisation- conscientisation du savoir & métacognition – glissement conceptuel (bilan « méta » cognitif et conceptuel) enseignant savoir élève Tâche scolaire ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 8. à Les pédagogies dites de la transmission, de la connaissance ou de l’empreinte. Souvent appelées pédagogie traditionnelle, elles sont centrées sur la transmission des savoirs constitués et le discours magistral du prof. à L’acte d’enseigner implique chez les élèves le fait de recevoir un savoir déjà structuré par l’enseignant et de le transformer en réponse, performance, savoir. à Mais pas nécessairement le fait de le construire, c’est-à-dire de se l’approprier personnellement. à Ces pédagogies sous-estiment ainsi le rôle de l’élève et de ses processus cognitifs dans la construction de son savoir par lui-même . PÉDAGOGIE CENTRÉE SUR L’ENSEIGNANT APPRENTISSAGE ECOUTE ATTENTIVE PRISE DE NOTES RELECTURES (attention à l’ennui !) Pédagogie de la conférence ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 9. à Les pédagogies dites de la systématisation de type « Bled » ne favorisent pas un apprentissage par le « faire », c’est-à-dire la manipulation, l’expérimentation, puis la confrontation au groupe, mais des exercices à effectuer. à L’élève est seul face à lui-même et ses conceptions, sans motivation ni déséquilibre provoqué par un « conflit socio cognitif »… toutefois le savoir est segmenté et l’élève lambda est conduit à s’exercer étapes après étapes... à La situation est confortable, les connaissances en stock ne sont pas remises en question… à En revanche, ces pédagogies permettent de renforcer des acquisitions expérientielles au moyen d’exercices d’entraînement qui systématisent en vue d’automatiser des procédures apprises par exemple en calcul ou en orthographe… à Fondée sur les théories d’apprentissage comportementaliste, qui mettent en avant l’acquisition de comportements, il s’agit, ici, de graver avant tout en mémoire des savoirs, dans le stock interne chez l’élève. PÉDAGOGIE CENTRÉE SUR L’OBJET DE SAVOIR APPRENTISSAGE ENTRAINEMENT SYSTEMATISATION CONDITIONNEMENT (attention : éviter le dressage éducatif ! ) Pédagogie technologique ou de la systématisation ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 10. à Dans les pédagogies centrées sur l’apprenant, il est mis à sa disposition des moyens d’apprendre, des moyens de réussir. à Les pédagogues de l’apprentissage s’efforcent de mettre en place des conditions et situations d’apprentissage afin que les élèves apprennent et tentent d’être des médiateurs. (cf. le tutorat, la différenciation) à Ici, on s’intéresse à la manière de s’approprier les savoirs: on ne s’intéresse pas seulement à l’acquisition de contenus, mais aussi aux démarches que mettent en œuvre les apprenants. à Fondé sur les théories constructivistes, l’apprentissage implique des processus internes actifs du sujet, qui interagissent avec le milieu environnant. Ces pédagogies dites actives font du savoir le produit de l’activité de l’élève . à L’enseignant développe un rôle de guide qui fait apprendre, aide l’apprenant dans son travail en classe , et met en œuvre des pédagogies, qui intègrent les processus d’apprentissage des apprenants. Ici rien ne vaut que pour le sujet, par le sujet. On s’intéresse au fonctionnement cognitif et affectif de l’apprenant. PÉDAGOGIE CENTRÉE SUR L’ÉLÈVE APPRENTISSAGE REFLEXION RECHERCHE = ESSAIS- ERREURS DECOUVERTE - STRATEGIES (attention : gérer le temps et les leadership !) Pédagogie dite socio – constructivistes ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 11. MODÈLES DES THÉORIES D’APPRENTISSAGE § Source https://business.solerni.com/tag/behaviorisme ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 12. MODÈLES DES THÉORIES D’APPRENTISSAGE Modèle transmissif Modèle behavioriste Modèle socioconstructiviste L’erreur Effet regrettable Défaut d’élaboration du programme Outil capital: apprendre des erreurs en les analysant et cherchant leur logique Savoir agir, savoir résoudre Arborescente (carte mentale)Progressivité Une banque de ressources D’assimilation/accommodation Procédures pour réussir Savoir académique Stockage en mémoire Une fin en soi Une structure découpéeSupport livresque Exercices simples à compliqués… Le problème, ou situation problématique Le projet, le défi à relever L’étude de cas La prise de notes La récitation Le test, le QCM Conception du savoir La logique L’enseignant L’enseignement L’évaluation L’élève Le matériel didactique L’activité d’apprentissage Une ressource Utilisation Les tâches scolaires, réflexion Faire développer compétences Acteur, constructeur de son S GuideEntraineurEntraineurDispensateur RéacteurRécepteur Un objet/machine… S’appliquer Savoir faire Couvrir la matière D’accumulation Linéaire D’organisation Faire atteindre les objectifs visés Briques de connaissances ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 13. COMPARAISON DE 3 MODÈLES D’APPRENTISSAGE ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 14. COMPARAISON DE 3 MODÈLES D’APPRENTISSAGE ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020 A LIRE SUR MON SITE INTERNET : www.philippeclauzard.fr
  • 16. ü Le modèle transmissif = il renvoie à la maïeutique de Socrate ou la scolastique => élève comme cerveau à remplir : mémorisation, « apprendre par cœur » ü Le modèle béhavioriste/réflexologique = cela renvoie au réflexe => élève comme machine à apprendre (qcm, systématisation, mémorisation, récitation, exercices…) ü Le modèle cognitiviste/constructiviste = c’est le principe du traitement de l’information =>le constructivisme piagétien : construction des apprentissages… et en groupe : le socioconstructivisme de Vygotski => élève avec cerveau à réorganiser (la situation problème) ü Le modèle connexionniste/connectiviste = il s’agit de construire des savoirs et les traiter en réseaux => élève avec cerveau à organiser en réseaux de savoirs, avec l’emploi des ressources numérique (la carte mentale, les hyperliens…) 4 / 5 MODELES d’APPRENTISSAGE A RETENIR ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 17. 4 / 5 MODELES d’APPRENTISSAGE A RETENIR
  • 18. BRUNER, PIAGET,VYGOTSKI : DES AUTEURS INCONTOURNABLES A LIRE 18 ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 20.
  • 21. LE CHEMINS DES OPÉRATIONS MENTALES Percevoir (par la vue, l’ouïe, le toucher), perceptions visuelles, kinesthésiques, auditives) Évaluer, se représenter, Évoquer des images mentales, se mettre en projet Traiter l’information, Catégoriser (comparer, différencier, reconnaitre… ) Repérer les différents paramètres Déterminer des liens logiques, mettre en relation, se confronter à des résistances, élucider Inférer (déduire) une explication Raisonner (reformuler, synthétiser, réfléchir…) Former un concept, abstraire (glissement conceptuel, écrits réflexifs, discours d’explicitation, formaliser…) Intégrer et restructurer (assimilation vs accommodation), transférer et réinvestir ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020 EN CLASSE, CIRCULENT DES SAVOIRS A FAIRE APPRENDRE ET POUR LES APPRENDRE LES ELEVES DOIVENT MOBILISER/ACTIVER DES OPERATIONS MENTALES/INTELLECTUELLES DITES COGNITIVES
  • 22. PERCEVOIR EVALUER, SE REPRESENTER CATEGORISER METTRE EN RELATION LIER, RELIER DELIER INFERER INTEGRER RESTRUCTURER différenciercomparer reconnaitre trouver les liens logiques repérer les différents paramètres raisonner conceptualiser assimilation accomodation Synthèse documentaire par Philippe Clauzard MCF Université de la Réunion ESPE - ICARE LES ELEVES DOIVENT ACTIVER DES OPERATIONS COGNITIVES QUI PRESENTENT UN ASPECT DYNAMIQUE… ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 23. § Percevoir: Le cerveau perçoit des éléments de notre environnement et des sensations issues de notre corps. Des structures de notre cerveau traitent nos perceptions: observations, sensations, émotions, etc. § Evaluer, se représenter : nos neurones codent les objets et les situations perçues de l‘environnement physique, social et culturel. Et les confrontent aux représentations mentales qui sont en mémoire. Toute interprétation de nos perceptions, de nos sensations en est une représentation mentale. La représentation mentale est un modèle réduit et simplifié de la réalité extérieure. § Pour comprendre, il faut catégoriser. Il faut faire appel à la catégorisation. C’est-à-dire réaliser une catégorie ou affecter un objet à une catégorie existante. C’est une manière de structurer la connaissance, la comprendre et la mémoriser. La catégorisation va permettre de classifier, de sérier et de résoudre des problèmes, de conceptualiser. C’est-à-dire de former des concepts (des catégories abstraites et généralisées avec des propriétés spécifiques). La catégorisation intervient dans les processus de reconnaissance et d’identification des objets, de compréhension, de raisonnement et de résolution de problèmes. § La mise en relation permet de connecter les connaissances entre elles, cela va affiner la conceptualisation. Similarités, variables… permettent de mieux saisir par l’esprit un phénomène; la mise en relation permet de définir des champs conceptuels. § L’inférence est la production de nouvelles connaissances qui n’étaient pas présentes dans l’esprit de l’individu. § Intégrer ou restructurer ses connaissances est l’ultime phase d’un apprentissage, de la rencontre avec une connaissance ou une situation inédites. Au sens de Piaget, on incorpore les objets de savoir nouveau à la structure cognitive d’accueil du sujet (c’est l’assimilation) ou bien il convient de réélaborer ses connaissances pour que les objets de savoir trouvent leur place dans la structure cognitive du sujet (c’est l’accommodation). Dans les deux cas, c’est un souci d’équilibration entre le nouveau (de l’apprentissage) et l’ancien (ce que l’on sait déjà) qui est recherché. Il s’agit là de la théorie des schèmes (des structures d’action mentales ou physiques) et de l’apprentissage selon Jean Piaget. § Apprendre à Traiter l'information, c’est Catégoriser (comparer, reconnaître, différencier ou discrimi- ner); Mettre en relation (repérer différents paramètres, trouver liens logiques); Raisonner; Conceptualiser ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 24. QUEL CHOIX D’OPÉRATION MENTALE ? - La pensée inductive est l’opération mentale par laquelle un sujet confronte des éléments pour en faire émerger des points communs (caractéristiques, relations, structures abstraites communes…) - La pensée déductive est l’opération mentale par laquelle un sujet se place du point de vue d’un principe que l’on va expérimenter. C’est l’application de la règle. - La pensée dialectique est l’opération mentale par laquelle un sujet met en interaction des lois ou des concepts, fait évoluer des variables dans des sens différents afin d’accéder à la compréhension d’un système que l’on a ainsi fait bouger… - La pensée divergente est l’opération mentale par laquelle un sujet met en relation des éléments appartenant à des domaines différents, établit des associations nouvelles, des rapports originaux entre les choses, les mots, les notions et les registres d’explication. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020 CF. P.HILIPPE MEIRIEU
  • 25. MECANIQUE PIAGETIENNE D’APPRENTISSAGE 25 PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE-OCTOBRE 2015
  • 26. ASSIMILATION: CROISSANCE DE LA CONNAISSANCE À STRUCTURE ÉGALE Structure initiale de connaissances Nouvelle connaissance Structure finale de connaissances ASSIMILATION Croissance à structure égale ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 27. ACCOMMODATION: RÉORGANISATION DE LA STRUCTURE DE CONNAISSANCES Ancien équilibre Nouvel équilibre Phase de déséquilibre ACCOMODATION ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 28. APPRENDRE : C’EST TRAITER DE L'INFORMATION ET DES CONTENUS ! § Apprendre : c’est catégoriser (comparer, reconnaître, différencier ou discriminer); trouver les liens logiques; repérer les différents paramètres, mettre en relation, raisonner; généraliser, conceptualiser, secondariser… (Paradigme des sciences cognitives) § Apprendre: c’est acquérir des contenus de savoir au moyen de ces opérations mentales à mobiliser en classe; car apprendre durablement n’est pas apprendre par coeur... § Dans la fiche de préparation, il convient donc d’employer des verbes d’actions, à lier aux étapes successives d’appropriation du savoir... ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 29. VERBES D’ACTION COGNITIVE POUR RÉDIGER SA « PREP »Domaine de l'Observation: Percevoir Saisir par le sens et l'esprit Estimer Apprécier la valeur, l'importance d'une chose; estimation de la valeur, du nombre, de l'importance ou de la grandeur des choses. Se rappeler Se souvenir, avoir présent à l'esprit Retrouver une information déjà enregistrée dans un but précis. Reconnaître Suite à un stimulus, à une rétroaction, juger la chose comme déjà connue. Découvrir Résoudre, action de trouver ce qui était inconnu, caché Explorer Étudier, sonder, chercher à connaître par l'observation Rechercher Opération menée en vue de retrouver un élément déterminé dans une structure de données. Une activité méthodique qui se déroule en respectant un ordre logique, des principes raisonnés et des savoirs éprouvés. Explorer de façon plus systématique. Domaine du Traitement de l’information : Juger Apprécier, considérer, examiner pour se faire une opinion. Analyser des informations à partir de critères ou de biais personnels, porter un jugement et le justifier, prendre une décision s'il y a lieu. Identifier Déterminer la nature d'une chose en la nommant. Déterminer le caractère permanent et fondamental. Percevoir, discriminer, reconnaître, associer, nommer des propriétés, des attributs, des caractéristiques d'objets, des informations, des phénomènes. Localiser Déterminer la place, le lieu en rapport ou non avec l'origine. Relier Établir un lien sans intégration organisationnelle Combiner Réunir des éléments en fonction d'une intégration organisationnelle. Mettre en relation des éléments (objets, concepts, informations, phénomènes) qui ont des liens apparents ou non afin d'en élargir leur compréhension. Abstraire Opération de l'esprit qui isole d'une notion un élément en négligeant les autres. Conceptualiser, dégager les caractéristiques essentielles d'un concept avec l'intention de réaliser de nouvelles relations Comparer Établir un rapprochement pour mettre en évidence un trait commun établir des ressemblances ou des différences Mettre côte à côte des objets, des informations, des phénomènes dans le but d'identifier des ressemblances et des différences dans leurs attributs. Discriminer Discrimination multiple: habileté de l'apprenant à pouvoir distinguer nettement entre plusieurs stimuli (objets, symboles, activités, personnes) appartenant au même ensemble. Catégoriser Regrouper sans hiérarchie des segments d'information semblables en fonction d'un ou de quelques caractères communs. Définir Donner la définition, indiquer de manière précise; énonciation des caractères essentiels, des qualités propres à un être ou à une chose [...] Formuler les qualités de base d'une idée ou d'une chose dans le but d'identifier sa signification précise. C'est la formulation de qualités essentielles et non le rappel ou la répétition d'une définition apprise. Ordonner Mettre en ordre, classer. Regrouper des éléments en fonction d'un (ou de plusieurs) de Organiser Opérationnalisation de l'ordonnancement (arranger pour fonctionner). Placer un élément dans un système, arranger, structurer, classer, ordonner les composantes d'un objet, d'une information, d'un phénomène Reconstituer Former de nouveau, refaire le même modèle Restructurer Réorganiser, réindexer. Domaine de la Régulation : Arrêter un plan Ordonnancement temporel et description des activités et des ressources qui seront nécessaires à l'atteinte d'un ou plusieurs objectifs Appliquer Utiliser un modèle général de solution, appris antérieurement, pour résoudre un problème concret, particulier. Mise en pratique, vérifier la faisabilité, aspect praxique. Faire des déductions Opération mentale, processus logique de raisonnement qui consiste à dégager des données particulières à partir d'une ou de quelques propositions générales explicites. aller de la loi à ses applications, passer de l'abstrait au concret, de l'ensemble à ses éléments: c'est donc faire une analyse Inférer Tirer une conséquence d'un fait ou d'un principe; opération logique par laquelle on admet une proposition en vertu de sa liaison avec d'autres propositions déjà tenues pour vraies. Assigner une signification qui va au-delà de l'information disponible. Supposer, présumer d'un résultat à partir des expériences et des connaissances antérieures. Transférer Usage fait de connaissances acquises dans une situation nouvelle. Le transfert est la capacité de mettre en oeuvre des savoirs ou des savoir-faire dans des situations différentes de celles de l'apprentissage Enclencher un processus d'accommodation Adaptation pour faire convenir. Restructuration cognitive, réélaboration des schèmes Enclencher un processus d'assimilation Processus d'absorption et d'intégration d'expériences nouvelles à une structure intellectuelle préalablement organisée. Domaine de la Création: Décrire Faire une description dans ses propres mots, raconter. Fournir les catégories nécessaires de propriétés, d'objets, d'événements et/ou de relations concernant un référent donné Expliquer Action de faire comprendre les causes ou les raisons d'être d'un fait, d'un phénomène, d'une chose. Évaluer Élaborer Produire par un long travail intellectuel. Élaborer des hypothèses: élaborer un ensemble de suppositions qui permettent soit d'expliquer certains faits, soit d'envisager une piste de solution. Cet ensemble est considéré comme une simple vue de l'esprit tant que les faits n'ont pas été vérifiés. Interpréter Voir selon un point de vue particulier, donner un sens à [...], tirer une signification de [...], cela implique en général une explication hypothétique et personnelle. Généraliser Raisonner en étendant à un ensemble ce qui est observé sur un nombre limité de cas. Formuler des relations, des principes, des lois, des règles concernant tous les cas d'une classe ou d'une catégorie d'événements. Analyser Décomposer un tout en ses parties, étudier, examiner. Séparer les éléments ou parties constituantes d'un tout quelconque, de manière à saisir les liens et les relations entre soit les différentes parties ou éléments, soit les parties ou éléments et le tout. Faire la synthèse Opération intellectuelle par laquelle on rassemble des éléments de connaissance en un ensemble cohérent. Inventer Donner naissance à un produit qui a une signification et qui est reconnu par les autres comme ayant une valeur. Ce processus implique l'originalité et la nouveauté.
  • 30.
  • 31. § DESSINER UNE CLASSE D’ENSEIGNEMENT TELLE QUE VOUS L’IMAGINER : QUELLE EST LA PLACE DES ELEVES ? QUELLE EST LA PLACE DU PROFESSEUR ? COMMENT SE MATERIALISENT LES INTERACTIONS ? § MONTRER VOS DESSINS PROCESSUS ENSEIGNER ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 32. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020 Disposition de classes renvoyant à une méthode ou théorie d’apprentissageDES DESSINS issus du web… QU’EN PENSEZ-VOUS?
  • 33. Photos des interactions prof/élèves en classe ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 34. § La classe flexible est une technique originaire des États-Unis et du Canada. Elle permet plusieurs avantages pédagogiques. Elle a été pensée en vue de rendre une classe plus accueillante et favorable à un apprentissage efficace. Par classe flexible, on entend une salle où l’enseignant peut choisir le meilleur aménagement possible pour le bien de ses élèves. Ces derniers ont la possibilité de s’asseoir de différentes façons. La disposition des sièges est modifiable en fonction des besoins. § Toutefois, il ne s’agit pas seulement de déplacer la place des tables et chaises. Dans une classe flexible, un élève a le droit de travailler dans différentes positions. Ce qui signifie qu’il peut travailler en étant debout, en restant assis ou même allongé. § En plus des meubles habituels, dans une classe flexible, on peut utiliser des canapés, des fauteuils, des tabourets, des ballons de gym, etc. Il faut donc mettre à disposition des élèves différents types de meubles pour leur donner le choix. L’enseignant peut faire preuve de créativité et ajouter des accessoires utiles, comme : tapis, pouf, caisses de lait, chaise berçante, vélo pupitre, coussins, etc. § Le cadre est à aménager dans l’objectif de s’adapter aux besoins de chaque élève. Comme chaque enfant a ses préférences et sa façon d’être à l’aise, offrir à chacun le pouvoir du choix permet d’assurer son épanouissement. En parlant d’« aménagement », il n’est pas uniquement question de décoration. En effet, la remise en question de la pédagogie est aussi importante. En vue de garantir un véritable changement comparé aux méthodes traditionnelles, l’enseignant doit connaitre les besoins de chaque élève. Les cours doivent être plus personnalisés, les élèves doivent avoir plus d’autonomie. § Le modèle de classe flexible a notamment été popularisé en France par Céline Alvarez dans son livre, les lois naturelles de l’enfant. § EXTRAIT DU SITE: https://www.lasalledesmaitres.com/amenagement-classe- flexible/ Notion de Classe Flexible (voir vidéo sur mon site)
  • 35. VIDÉO A VOIR CHEZ SOI : CONFÉRENCE D’ANDRÉ TRICOT, L’INNOVATION PEDAGOGIQUE, MYTHES ET RALITÉS…
  • 36. Ø LA NOTION DE GESTE PROFESSIONNEL VA ETRE CENTRALE DANS CE DERNIER CHAPITRE SUR LE PROCESSUS ENSEIGNER… Ø Dominique Bucheton (2009) définit le concept de geste professionnel comme une action « pour faire agir ou réagir l’autre » selon certaines préoccupations. Inscrit dans la professionnalité, ce geste de l’enseignant est adressé aux élèves. Elle conçoit la définition des gestes professionnels comme difficile car "la nature complexe de ces gestes (qui incluent des gestes langagiers, des gestes de travail, des gestes didactiques et éducatifs) renvoie à des champs théoriques différents". Extrait du livre de D.Bucheton et O.Dezutter 2008 "Le développement des gestes professionnels dans l'enseignement du français". Ø « S'intéresser aux pratiques réelles, ordinaires des enseignants de français dans des contextes divers est devenu aujourd'hui une urgence si on veut mieux comprendre les réussites ou les ratés apprentissages des élèves. Comment les enseignants s'y prennent-ils vraiment ? Y aurait-il manières de faire, des gestes professionnels plus efficients ou d'autres au contraire qui empêchent les élèves d'apprendre, qui les inhibent ? Peut-on mieux comprendre les décisions qui se prennent dans l'urgence de la dynamique de la classe ? Où prennent-elles leur source? Dans les modèles didactiques anciens ou plus récents, l'expérience de la classe? Dans les choix éthiques d'une équipe, la culture propre de l'enseignant ? » D.Bucheton et O.Dezutter Ø Gérard Sensevy nomme geste d'enseignement « une manière de faire grâce à laquelle celui qui a élaboré un rapport construit et de "première main" au savoir va assurer la communication de ce savoir, en général au sein d'un dispositif didactique. » Extrait de TFE Travail et formation en éducation n°5: 2010 DÉFINITION GÉNÉRALE DU GESTE PROFESSIONNEL ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 37. DES CATÉGORIES POUR LIRE LA SITUATION DE CLASSE D’ENSEIGNEMENT-APPRENTISSAGE, RENVOYANT A DES GESTES POUR FAIRE CLASSE Catégories d’après Bruner Catégories d’après Mosconi Catégories d’après Bucheton Catégories d’après Brousseau Catégories d’après Sensevy Ce sont des catégories pour lire et analyser l’enseignement nées de recherches effectuées par des didacticiens et psychologues de la petite enfance. Ces catégories correspondent à des gestes pour faire la classe, utiles pour la piloter comme la préparer. Ce sont des points de repères issus de différents travaux de chercheurs, dont j’ai tenté d’effectuer une synthèse complétée à ma manière… ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 38. LE MODÈLE ET LES CATÉGORIES DE BRUNER Bruner est un psychologue de l’éducation qui a étudié une manière de rendre opérationnel le concept de Vygotski de « zone de proche développement » et montrer comment un adulte vient en aide à quelqu'un de moins expert que lui, dans une situation de tutelle auprès de jeunes enfants. C’est l’aide judicieuse d’un adulte qui porte sur ce que l’enfant peut déjà comprendre sans qu’il puisse encore le produire seul. Bruner définit la tutelle comme fournissant ce qui est nécessaire et suffisant pour permettre à l’enfant de mener à bien la tâche proposée. Autrement dit, l’adulte prend en main des éléments de la tâche excédant les capacités de l’enfant, il se montre facilitateur. De manière générale, la tutelle désigne donc les moyens grâce auxquels un adulte ou un spécialiste vient en aide à quelqu'un qui est moins adulte ou spécialiste que lui. Et ainsi sont distinguées six catégories de la tutelle (dont certaines sont relativement connues et passées dans le langage courant. Ces catégories sont fondatrices de l’étayage: on enrôle, on simplifie au besoin, on maintient le cap / l’orientation de la tâche scolaire, on signale ce qui est pertinent pour exécuter la tâche, on montre un modèle pour dénouer la résolution de la tâche, on évite la frustration et démotivation de l’élève. Cela étant, il convient dans la tutelle de ne pas créer une trop grande dépendance de l’élève à l’égard de l’enseignant, il faut intervenir, mais… ni trop, ni trop peu. C’est finalement ce que vous faites lorsque vous passez dans les rangs auprès des apprenants ou des groupes d’élèves s’ils travaillent en commun. C’est une grille de lecture de ce que peut être le soutien, l’étayage des apprenants en général. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 39.
  • 40. A EXPLIQUER AUX ELEVES DEVENUS PARTENAIRES DE L’ETAYAGE ET AINSI RESPONSABILISÉ LA ZONE DE PROCHE DEVELOPPEMENT
  • 41. LES CATÉGORIES DE BRUNER (D’APRÈS DES RECHERCHES SUR LA PETITE ENFANCE) § l'enrôlement : engager l’intérêt et l’adhésion du sujet dans la tâche; c’est-à-dire soutenir l'intérêt du sujet par rapport à la tâche… § la réduction des degrés de liberté : réduire l’ampleur de la tâche, simplifier la tâche par réduction du nombre des actes constitutifs requis pour atteindre la solution; utiliser le feed-back des élèves comme moyen de rectification; afin d’aider l’apprenant à résoudre le problème posé avec une prise en charge par le tuteur des tâches les plus complexes, ensuite rétrocédées à l’apprenant, pour éloigner ainsi une surcharge cognitive en début d'activité, c’est une prise en charge temporaire de la difficulté… o le maintien de l'orientation : éviter que le sujet s’écarte du but assigné par la tâche, maintenir la poursuite d’un objectif défini, en faisant que cela vaille la peine de risquer un pas de plus, non seulement maintenir l’enfant dans la poursuite des buts et sous-buts de la tâche, mais aussi faire en sorte qu’il s’oriente vers des tâches plus complexes. o la mise en évidence des caractéristiques déterminantes de la tâche : attirer l'attention sur les éléments pertinents de la tâche pour son exécution, pendant le traitement de la tâche par l’apprenant, fournir des indications sur l’écart entre le résultat obtenu et le résultat à atteindre. § le contrôle de la frustration : installer un climat de confiance, éviter que les difficultés que l’apprenant rencontre ne se transforment en échec et le démotivent dans son entreprise de résolution de la tâche, mais ne pas créer une trop grande dépendance de l’élève à l’égard de l’enseignant, § la démonstration : démontrer ou présenter des modèles de solutions pour une tâche; comme aide pour son achèvement; on peut détailler les étapes de la tâche. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 42. Réductio n des degrés de liberté Enrôlement dans la tâche Maintien de l’orienta- tion de la tâche MODÈLE DE BRUNER,TUTELLE, ÉTAYAGE Mise en évidence des caractéristiques déterminantes de la tâche ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 43. LES CATÉGORIES DE MOSCONI (D’APRÈS RECHERCHE DE MOSCONI SUR LE GENRE ET LA SCOLARITÉ) Activités et savoirs (les contenus) - La neutralité des savoirs : égale accessibilité aux filles et garçons à tous les savoirs - Le rééquilibrage pour évitement des stéréotypes dans les leçons, dans la classe : activités sexuées selon les coins jeux/rectifications des stéréotypes dans les manuels d’activités scolaires Verbalisations de classe (la communication) - La régulation de la parole et du comportement : temps global de parole également alloué aux filles et garçons, mode de prise de parole également partagé, alternance et mode de prise de parole filles/garçons, à parité - L’utilisation de marqueurs verbaux de genre (féminisation des noms; ils/elles; un langage épicène : dont la forme est la même dans les deux genres) ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 44. -Le contrôle de la répartition des élèves pour éviter des prises de pouvoir à caractère sexué, mixité des groupes Adresse pédagogique auprès des élèves (la relation) - Les attentes de participation identique : venir au tableau, lecture, reformuler, rappeler, résoudre un exercice, présenter un travail… - L’attente identique en termes de résultats disciplinaires selon les sexes (effet pygmalion lié au genre…) - L’étayage de forme identique entre filles et garçons Complicité de genre - Le contrôle de références implicites ou explicites de l’enseignant à son appartenance à son sexe - Le relevé de plaisanteries sexistes, de stéréotypes présents dans les documents ou manuels scolaires ou auxquels se réfèrent les élèves ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 45. LES CATÉGORIES DU MODELE DE BROUSSEAU § Le didacticien des mathématiques, Brousseau a établi un ensemble de situations qui marquent une leçon, une séquence en classe dans sa théorie des situations didactiques (dont certains sont entrés dans le vocabulaire des enseignants et formateurs). Son projet est d’enseigner un contenu mathématique tout en laissant à l’élève la marge de manœuvre et d’initiative la plus grande possible. Les types de situations qu’il identifie amènent l’élève à objectiver les connaissances utilisées pour résoudre un problème, sous la conduite de l’enseignant qui en facilite le déroulement. § Ces définitions correspondent à une théorie de l’apprentissage constructiviste où l’élève construit son savoir par des actions, où il peut réussir avant de comprendre ce qu’il a fait (d’où l’élaboration implicite de moyens d’action pour effectuer une tâche dont il prend conscience ensuite et peut expliciter au groupe classe). Les notions d’action, formulation et validation, et celle d’établissement d’hypothèses ressemblent à la démarche scientifique. § Cela étant, c’est un cadre collectif qui permet de lire une situation de classe et de s’orienter dans une conduite de classe. Ø Situation de passation de la consigne : l’enseignant explicite la tâche à effectuer aux élèves, Ø Situation de dévolution : l’élève s’approprie la tâche proposée par l’enseignant à partir de ses connaissances anciennes, Ø Situation d’action: l’élève élabore des connaissances implicites comme moyen d’action pour effectuer une tâche scolaire, individuellement et/ou collectivement, Ø Situation de formulation: l’élève explicite les procédures employées et les solutions obtenues, Ø Situation de validation: l’élève présente des preuves intellectuelles pour convaincre de ses résultats et démarches, Ø Situation d’institutionnalisation : la validation étant suffisante, il est permis une généralisation de connaissances en savoir partagé, les caractéristiques de ce nouveau savoir et savoir-faire sont précisées. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 46. MODÈLE DE BROUSSEAU Formulation Action Dévolution Passation de la consigne Institutionnalisation Validation ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 47. § Pour Jean Duvillard toute relation humaine est au croisement de mots, de langue, de culture et de signes. Ces signes sont parfois ténus mais importants dans le lien humain au sein de la classe d’apprentissage. Les apprenants finissent toujours néanmoins par décoder les signes, les micros gestes perçus. § Le micro geste est un ensemble de petits gestes sensori - moteurs et énonciatisf, conscients ou inconscients, qui accompagnent et portent la réalisation d'un geste professionnel explique Jean Duvillard. § Un micro - geste accompagne et porte des gestes professionnels différents. Par exemple, le professeur explique son cours en tapotant le bureau avec un marqueur, en jouant avec une craie. § Tout indice visuel ou sonore même infime produit par l'orateur donne à entendre et à voir un sens, une intention qui sont porteurs d'une signification particulière est singulière. § Les gestes des métiers s'appuient sur un ensemble de codes qui sont propres au métier enseignant. Ils représentent la somme des gestes invariants dans une situation professionnelle donnée. Jean Duvillard parle d'action gestuée, c'est-à- dire de petits gestes du quotidien de la classe dans lesquels s’incarne la qualité du geste éducatif. § Jean Duvillard annonce cinq marqueurs (ou catégories) fondamentaux de l'action enseignante : la posture gestuée, la voix, le regard, l'usage du mot, le positionnement tactique ou stratégique dans son placement et déplacement dans la classe. LES CRITÈRES/CATEGORIES DE DUVILLARD ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 48. LES CRITÈRES/CATEGORIES DE DUVILLARD La posture gestuée La voix Le regard Le placement - déplacement L’usage des mots … L'action gestuelle est une action qui a été conscientisée, analysée à un moment ou à un autre, chaque fois que le sujet aura pu identifier les contraintes inhérentes à la singularité d'une situation prototypique. Jean Duvillard ajoute qu'il existe aussi une introspection gestuée qui correspond à une posture réflexive du sujet sur lui-même, afin de contrôler mentalement les gestes et les micro - gestes professionnels qu'il produit. Selon le même auteur c'est dans le détail que s'engage la qualité de la relation éducative, donc dans les micros gestes. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 50. GESTE D’INVITATION À LA RÉFLEXION § Le professeur fait le geste de regarder dans sa tête § Il nous montre qu’il (s’) Interroge. § Le professeur nous guide vers le savoir. § = Réflexion et centration sur le savoir. § Dans la situation présentée ici, Marc invite ses élèves à se servir de leur tête pour réfléchir, ce geste particulier est très précis ; il parait simple. § C’est un geste inducteur très explicite pour les élèves dans l’invitation à se servir de leurs « petites cellules grises ». Ce détail crée le lien, en ce qu’il implique l’élève dans un effet miroir ; l’enseignant s’engage avec et pour l’élève dans la construction de la représentation mentale. § Duvillard, Jean. Ces gestes qui parlent. L'analyse de la pratique enseignante (Pédagogies/Outils) (French Edition) (p. 77). ESF ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 51. GESTE IMPLIQUANT DE LA MAIN § Ici, Marc fait un geste qui invite un élève à participer, le geste est identifié comme étant un passage de relais dans la prise de parole. Dans l’animation du groupe, il est le régulateur dans la circulation de la parole, il canalise les énergies, fluidifie la dynamique des échanges et engage la participation active de chacun. § Des gestes plus ou moins codifié qui cherche à impliquer un élève; Le professeur cherche à animer le groupe. (= précision, implication et animation) § Duvillard, Jean. Ces gestes qui parlent. L'analyse de la pratique enseignante (Pédagogies/Outils) (French Edition) (p. 78). ESF Sciences humaines. Édition du Kindle. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 52. GESTE DE MONSTRATION § Dans le cheminement de l’apprentissage, elles mobilisent l’attention sur un aspect du problème, elles explicitent les gestes à produire dans le protocole de l’expérience à effectuer, rendant plus accessible la mémorisation des différentes étapes de la tâche à réaliser. Ici (p. 79) § Marc fait visualiser à ses élèves la notion de surface devant sa classe, leur permettant de comprendre qu’une surface peut aussi être verticale. Dans cette situation, Marc, par son geste de monstration, explique la notion de surface. § Ce sont des gestes plus ou moins codifiés qui cherchent à expliciter une démarche. Le professeur cherche à communiquer un savoir. C’est une conduite d’apprentissage. § Duvillard, Jean. Ces gestes qui parlent. L'analyse de la pratique enseignante (Pédagogies/Outils) (French Edition) (pp. 78-79). ESF Sciences humaines. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 53. § Le professeur montre une certaine aisance, sa confiance en lui induit la confiance que ses élèves lui donnent en retour, il ouvre la voie de l’empathie, les élèves et l’enseignant partagent avec plaisir cette situation d’enseignement. § Ce sont des gestes orientés plus ou moins dynamiques qui essaient de stimuler les élèves (encouragement, motivation, empathie § Duvillard, Jean. Ces gestes qui parlent. L'analyse de la pratique enseignante (Pédagogies/Outils) GESTE D’EMPATHIE ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 54. GESTE DE L’INVITATION AU TRAVAIL § Ici Marc, dans son geste d’ouverture des mains, invite ses élèves à renter dans l’activité, comme pour leur signifier : « Maintenant c’est à vous ! » § Ce sont des gestes qui impliquent et qui sollicitent les élèves. L’enseignant demande de rentrer dans l’activité. (implication, encouragement pour une invitation au travail) § Duvillard, Jean. Ces gestes qui parlent. L'analyse de la pratique enseignante (Pédagogies/Outils) (French Edition) (p. 82). ESF Sciences humaines. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 55. § Le geste du professeur est précis, ferme, il stoppe la situation, sa présence nous montre que l’enseignant fait preuve d’autorité, son geste est en concordance avec son regard. En cela, il signifie que la demande ne peut être négociable ; très injonctif, son geste est incontestable, l’élève doit se plier à l’ordre reçu. § Le geste est directif, ferme et assuré, traduisant l’intention de se faire obéir. (implication, volonté, autorité). § Duvillard, Jean. Ces gestes qui parlent. L'analyse de la pratique enseignante (Pédagogies/Outils) (French Edition) (p. 83). ESF Sciences humaines. Édition du Kindle. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020 GESTE D’AUTORITE
  • 56. § Enseigner est un métier de communication avec des individus, c’est un métier relationnel, § Au tout début, il s’agit d’établir un contact § …/... POSITIONNEMENT D’AIDE INDIVIDUELLE ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 57. LES CATEGORIES DU MODÈLE DU MULTI AGENDA DE BUCHETON § Dominique Bucheton, didacticienne du français a élaboré un modèle théorique dit "multi- agenda". Le multi-agenda est un outil pour appréhender le travail enseignant dans sa complexité. Une modélisation plus fine des gestes d'étayage et de tissage, un organisateur crucial du métier d'enseignant est développé à travers les postures enseignantes et les postures d'élèves observées en situation de travail réel. § C'est un instrument d'analyse pour : agir dans la classe, analyser et évaluer les pratiques, explorer, inventer, ajuster & former § L’activité de l’enseignant consiste à mettre en travail un ensemble complexe de préoccupations. § Outre la préoccupation centrale dans la leçon spécifique d’enseigner un contenu spécifique, il y en a quatre autres : § Le pilotage des dimensions spatio- temporelles : il s’agit d’une préoccupation vaste et très pragmatique : le contrôle du timing par des regards fréquents ou inexistants à la pendule, les déplacements de l’enseignant, le contrôle de ceux des élèves, l’utilisation des instruments d’enseignement divers. § Le maintien d’une certaine atmosphère : il s’agit ici de rendre compte du climat général cognitif et relationnel qui autorise ou non la prise de parole de l’élève et son niveau d’engagement attendu dans l’activité. § Le tissage : c’est la préoccupation de l’enseignant qui l’amène à articuler les différentes unités de la leçon. Cette préoccupation s’actualise en deux modalités principales : souligner l’entrée en matière, opérer la transition à la fin de l’unité. § L’ étayage : c’est le geste que l’enseignant/le formateur effectue avec l’apprenant pour accompagner un geste d’étude qu’il ne peut mener seul. Cette préoccupation s’actualise en trois sous-catégories : le soutien, la demande d’approfondissement, le contrôle des réponses. § On observe que l’imbrication de ces préoccupations communes est constante. D’où cette notion de « multi agenda », d’agenda de préoccupations multiples. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 58. MODELE DE BUCHETON : LES CATEGORIES DU MULTI - AGENDA la manière d'être, les habitudes d'une personne Un multi agenda de préoccupations enchâssées ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 59. §Continuation de la catégorisation de Bucheton Avec le temps, Bucheton à étoffer don modèle en ajoutant les gestes didactiques, d’étude des élèves et les gestes sociaux d’apprentissage. L’ensemble se résume ainsi :
  • 60. CATÉGORIES DE BUCHETON q CATÉGORIE 1 : LE TISSAGE q L’entrée en matière - la mise en train: « Alors maintenant on va travailler les mots qu’on entend pour savoir si on les entend au début, à la fin ou au milieu » - l’articulation des tâches: « alors, j’ai marqué juste quelques mots » - Le bout du tunnel: « Eh ben, figurez-vous que dans ce texte, il y a des mots outils. Et vous savez quoi ? il y en a 17 que vous connaissez ». - l’instrument papier: « vous prenez vos cahiers blancs ». q Les transitions: l’implicite, la gestion du matériel, l’absence de transition: « Bon, alors très bien (fin d’unité). Aujourd’hui, donc on va, le texte s’appelle Dans le jardin, on va donc apprendre la lettre (…) c’est la lettre qui s’appelle comme ça. (début de l’unité suivante) »; la conclusive: « Vous laissez le texte, vous posez le texte sur le dessus, hein, sur le cahier vert… » + en détail ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 61. qCATEGORIE 2 : L’ETAYAGE : qLes fonctions de soutien : -Appui sur les savoirs et l’expérience : « Et comment tu sais que c’est son lit ? » - Le pistage-focalisation : « Quelle autre couleur y a, où y a le jjj ? » - Le comment faire : « je rappelle, vous partez de ce qui est en général, où ça se passe, qui est là, et c’est seulement après qu’on commence à raconter l’histoire ». - Le synthétiseur : « Alors, on en a trouvé deux ! on a trouvé jumelles et jaune ». qLes fonctions d’approfondissement : - Personnel : « Alors quel est le premier mot outil ? (à Chloé) » - Collectif : « Allez, y’en a d’autres, qu’est-ce qu’on peut dire ? » - Effet-miroir : « Farid dit « fou ». L’enseignant répond : « fou ». - La reformulation-explicitation : « le jardin c’est ce, c’est le morceau de terrain qu’ya juste à côté de la maison ». ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 62. qLes fonctions de contrôle : - L’œil averti : « ti, rou, ar, est-ce que j’ai dis OU ? Ti, rou, ar ? - La validation : « ça se passe dans une maison, oui. » - L’impatience : « mais oui, mais cactus, y’a pas de jjj » q CATEGORIE 3 : ATHMOSPHERE § Le ludique : - Les anecdotes : « vous connaissez Zorro, Zorro ? vous savez le cow-boy tout noir avec le masque là, et qui signe avec la pointe de son épée là (imite la signature avec sa baguette). » - La spontanéité « Punaise, ça vaut le coup d’être malade ! après, super forts ! » § Les fonctions d’affectivité : - Le ne…pas : « je vais confisquer la règle, vous me fatiguez, toi tu t’avances… » - Les gratifications : « Très bien Ismaël ». § L’enrôlement : - Le verbal : « Alors Carmen » - Le muet : Ex : l’enseignant tend la craie à Nadia qui passe à son tour au tableau. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 63. q CATEGORIE 4 : LE SPATIO TEMPOREL - Le timing : Par ex : l’enseignant regarde sa montre. - La boîte à outils : L’enseignant montre la série d’affiches de mots-outils accrochées au mur. - Le parcours du combattant : déplacements successifs de l’enseignant qui visent à : Réprimander les élèves, Consolider le groupe classe, - Contrôler et rectifier les erreurs commises par les élèves, Gérer le matériel scolaire (par ex : l’enseignant circule dans les rangs, redonne la consigne, distribue des crayons de couleurs si nécessaire) - La bougeotte : « non, viens me montrer ». q CATEGORIE 5 = LE FAIRE APPRENDRE A… La spécificité didactique, ou le dispositif mis en place par l’enseignant visant à faire acquérir les bases de la lecture. Par ex. concernant la lecture, la catégorie d’objectivation de la langue et celle relative aux dispositifs de lecture. § C’est la catégorie la plus au cœur des apprentissages, au centre de la didactique. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 64. NOTION DE POSTURE « TEMPORAIRE » (BUCHETON & SOULÉ) § Pour affiner leur analyse et comprendre plus finement les interactions de travail entre l’enseignant et les élèves, Bucheton & Soulé élaborent un système de postures des enseignants et des élèves qu’il est possible d’observer au sein de la classe. § La posture est un mode d’agir temporaire pour conduire la classe et s’ajuster dans l’action à la dynamique évolutive de l’activité et des postures des élèves. L’enseignant expert circule sur plusieurs postures d’étayage. § Le geste est physique ou intellectuel. Les Gestes s’adressent à un autre pour interagir: § - ils sont culturellement partagés - ils sont corporels autant que verbaux - « épais » : pluri signifiants § Gestes de métier : - inscrits dans l’histoire, la culture de la profession - permettent la mise en place des formes et genres scolaires -actualisent les 5 macro-préoccupations communes § Gestes d’ajustement : traduisent et permettent le couplage de l’activité de l’enseignant avec la dynamique de la situation. Ils sont modulaires, hiérarchisés, singuliers, dynamiques. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020 VIDÉO: HTTP://NEO.ENS-LYON.FR/NEO/FORMATION/ANALYSE/LES-POSTURES-ENSEIGNANTES
  • 65. LES JEUX DE POSTURES DU PROF (BUCHETON & SOULÉ) • la posture d’enseignement : l’enseignant formule, structure les savoirs, les normes, en fait éventuellement la démonstration. • la posture de contrôle : l’enseignant est le détenteur du savoir et contrôle fortement le déroulement de la classe • la posture de sur-étayage ou contre-étayage : variante de la posture de contrôle, le maître pour avancer plus vite, si la nécessité s’impose, peut aller jusqu’à faire à la place de l’élève. • la posture d’accompagnement : le maître apporte, de manière latérale, une aide ponctuelle, en partie individuelle en partie collective, en fonction de l’avancée de la tâche et des obstacles à surmonter. L’enseignant permet à l’élève de faire, de dire sur. Les échanges collectifs sont valorisés… • la posture de lâcher-prise : l’enseignant assigne aux élèves la responsabilité de leur travail et l’autorisation à expérimenter les chemins qu’ils choisissent, cette posture privilégie la relation de confiance et réclame une grande préparation; toutes les procédures sont valorisées, de la plus personnelle, à la plus experte. • la posture dite du « magicien » : par des jeux, des gestes théâtraux, des récits frappants, l’enseignant capte momentanément l’attention des élèves. Tout n’est pas explicité, les notions sont peu nommées, le savoir est à deviner. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020 VIDÉO: HTTP://NEO.ENS-LYON.FR/NEO/FORMATION/ANALYSE/LES-POSTURES-ENSEIGNANTES
  • 66. LES POSTURES D’APPRENTISSAGE DES ÉLÈVES (BUCHETON) Posture scolaire : pas d’autorisation à penser Insécurité , être en règle Dépendance au prof. ou à la tâche Refus des pairs Se conformer ou faire semblant Posture ludique : détournement créativité hors des normes Posture première : dans le faire Implication forte Brut d’écrit ou de pensée Identification Absence de lien entre les tâches Adhésion trop forte à matérialité de la tâche scolaire à effectuer Posture Réflexives (ou « seconde ») : prise de distance C’est penser sur les tâches scolaires Les objets de savoir sont nommés Conscience de sa propre activité de pensée et conscience des objets de savoir manipulés (cf. métacognition et secondarisation : prise de conscience / « conscientisation » des objets de savoir et des attitudes/stratégies pour apprendre (cf. le glissement conceptuel. P. Clauzard)Posture de refus Posture Dogmatique : l’élève sait déjà tout ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 67. § La posture scolaire : L’apprenant ne s’autorise pas à penser, il se situe dans la règle scolaire et cherche à « faire plaisir à la maîtresse ». Il est fort dépendant à l’enseignant; L’ apprenant s’approprie les normes et les codes de la discipline, il est dans la répétition, le recopiage. Il ne prend pas de risque. Il se conforme, parfois il peut faire semblant. § La posture ludique/créative rime avec détournement des règles et créativité hors des normes. L’ apprenant met à distance des normes qui libèrent l’invention. Il y a un refus d’entrer dans les formes de discours, le lexique de la discipline ou encore le discours de l’école. § La posture première est installée dans le « faire ». L’ apprenant s’engage dans la tâche, il est « brut de pensée ». Il n’effectue pas de relecture, pas de retour réflexif sur ses productions. L’ apprenant n’effectue pas, non plus, de liens entre les tâches. Si son implication est forte, cet apprenant ne sort pas de la matérialité de la tâche scolaire. § La posture dogmatique caractérise un apprenant qui pense qu’il sait déjà. § La posture de refus signifie un désaccord de l’apprenant, un problème. L’apprenant affirme quelque chose. Il fuit, il a peur de l’engagement dans l’activité. § La posture réflexive marque une prise de distance de par l’apprenant. Il pense sur les tâches scolaires. Les objets de savoir sont nommés. L’apprenant a conscience de sa propre activité de pensée. Il a conscience des objets de savoir qu’il secondarise (conscientisation des objets de savoirs et des procédures d’apprentissages) LES POSTURES D’APPRENTISSAGE DES ÉLÈVES (BUCHETON) ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 68. PROCESSUS DE SECONDARISATION ET MÉTACOGNITION En psychologie, la métacognition est la « cognition sur la cognition ». Autrement dit, la métacognition consiste à avoir une activité mentale sur ses propres processus mentaux, c'est-à-dire « penser sur ses propres pensées », penser en l’occurrence sur ses propres procédures et stratégies personnelles d’apprentissage. Secondariser revient à penser à l’objet de savoir même qui peut se cacher derrière la tâche scolaire ou le problème à résoudre, qui n’est que prétexte pour apprendre. C’est exercer des activités de pensée sur la tâche, sur ce qu’on a fait, sur l’objet de savoir… DÉFINITIONS CE QUE FAIT L'ÉLÈVE RÔLE DU PROFESSEUR METACOGNITION Prendre conscience des méthodes de pensée, Réguler ses propres processus de pensée. Verbalise la méthode de pensée qu'il vient d'appliquer En prend conscience et peut agir dessus. Aide à formuler, Stimule, encourage, accepte toutes les propositions, Multiplie les prises de parole. SECONDARISATION Conduire les élèves à exercer des activités de pensée, à réfléchir sur leur « faire », sur la sens qui existe derrière l’effectuation de la tâche scolaire: il ne s’agit pas de faire pour faire mais de faire pour théoriser, il faut sortir de la matérialité de la tâche scolaire/abstraire Verbalise ce qu’il a fait, quelles furent ses difficultés et facilités devant la tâche scolaire, quelles furent ses stratégies pour réussir, ce qu’il retient, à quoi cela va t-il lui servir ? Aide à formuler : QUOI ? COMMENT ? AVEC QUOI ? A QUOI ? Stimule, encourage l’explicitation Multiplie les prises de paroles chez les « bons » élèves ET les « moins bons » élèves ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 69. CIRCULARITÉ DE L’APPRENTISSAGE : DE L’OBJET À ENSEIGNER À L’OBJET APPRIS VIA LE SAUT DE LA SECONDARISATION Qu’as-tu fait? Comment as-tu fait? Quelle difficulté? Comment ferais-tu autrement? Que retiens-tu? Qu’as-tu appris? Objet à enseignerObjet académique Objet enseignable Objet élémentarisé Objet explicitable Objet transférable Objet manipulé, exercé Objet enseigné Objet compris et appris (on peut en parler) (on peut en parler dans une situation nouvelle ou autr e) Activitésdel’élève Activitésdetranspositionexterne&inter ne ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 70. -Accompagnement -Contrôle -Lâcher-prise -Enseignement -Magicien -Sur-étayage? -Sous étayage? Postures de l’enseignant Scolaire Première (faire) Ludique, créative Réflexive, seconde Refus Tâches Postures des élèvesLangages Modélisation de Dominique Bucheton Articulation entre ce que font le professeur et les élèves en classe ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 73. THÉORIE DE L’ACTION CONJOINTE EN DIDACTIQUE (TACD) • Continuons notre propos dans une perspective générale de lisibilité et professionnalisation du travail enseignant… et voyons la notion de coopération ou d’action co conjointe entre l’apprenant et le formateur qui donne une intelligibilité intéressante de la situation d’enseignement – apprentissage. Nous ce faire, nous abordons les perspectives de la théorie de l’action conjointe. • L’action didactique est par nature une action de communication qui suppose la coopération : c’est une action dialogique dont les interactions peuvent être considérées comme des transactions, autour d'un objet de savoir. Résultant d'une coopération conjointe entre des interlocuteurs qui interagissent, cette interaction dissymétrique (car c’est l’enseignant/le formateur qui mène le jeu) est tributaire de finalités transactionnelles et intersubjectives. On parle pour agir, pour transformer une réalité, les interlocuteurs se reconnaissent ainsi mutuellement comme co– locuteurs aux prises avec une situation partagée. • À toute action didactique du professeur ou de l'élève correspond une réponse du professeur ou de l’élève; ce que signifie le préfixe « trans » de « transactions », précise Sensevy. Il ajoute : « tel élève a fait ceci, mais faisant ceci, il a accompli sa part d’une transaction dans laquelle le professeur était impliqué. » • La notion de coopération est ainsi au cœur de l’agir enseignant. Enseigner engage une dynamique interactive en termes de co-activité professeur–élèves. Le cadre de la classe de formation est toujours interactif, des formes de coopération s’imposent par nature. • La pédagogie coopérative en est un bon exemple. Elle repose sur une façon de penser la classe d’apprentissage qui place l'élève en tant qu'acteur de ses apprentissages, capable de participer à l'élaboration de ses compétences en coopération avec l'enseignant et ses pairs. L'acquisition des connaissances résulte alors d'une « collaboration du maître et des élèves, et des élèves entre eux, au sein d'équipes de travail » (Jacques Carbonnel, Jacques George, La Pédagogie coopérative, Cahiers pédagogiques no 347). • Il s'agit de mettre l'élève en situation vraie d'action, une situation où il peut exercer ses capacités de construction de réponses adaptées aux questions soulevées par la mise en œuvre de projets individuels ou collectifs. Un contrat (avec l'enseignant, les autres et soi-même) scelle la démarche coopérative. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 74. • Ce principe correspond à l’action didactique conjointe, une approche théorique sur laquelle nous appuyons nos recherches. • Les catégories d’analyse de l’action conjointe, développées par Sensevy indiquent le lien indissociable entre professeur/formateur et apprenant, la nécessité de coopération, qu'il nomme action conjointe au sein d’un système didactique. L’action conjointe est organiquement coopérative écrit Gérard Sensevy. L’enseignant est gagnant lorsque l’élève est gagnant au jeu d’apprentissage, nous dit-il. • On peut dire que l’opération du professeur/formateur déclenche celle de l’élève et inversement. Il apparaît une forme de co–opération au cœur de l’agir de l’enseignant, de l’agir du formateur… § Enseigner convoque un ensemble de gestes en dialogue : des gestes d’enseignement auquel répondent des gestes d’études c’est les élèves. § Cet ensemble de gestes imbriqués font l’agir enseignant, ou l’agir du formateur (avec certaines modulations dues à un public différent et des finalités, des organisations, des curriculums, des savoirs, par exemple professionnels, tout aussi différents)… § C’est un système complexe de gestes imbriqués avec les uns aux autres, appartenant à l’inventaire technique du métier § Ces gestes sont observables, descriptibles, analysables dans une dimension corporelle, langagières, symbolique, sémiotique. Le geste est physique et symbolique, situé et partagé. Il est piloté par des logiques identitaires (les invariants du sujet,Vinatier) et des logiques situationnelles (configuration de la classe et des savoirs, les invariants de la situation –Vergnaud). § Le geste d’enseignement est référé au savoir, il est intimement lié au savoir. § Le geste d’étude est son répondant. Le geste d’enseignement déclenche automatiquement le geste d’étude. Il est également lié au savoir dans son aspect d’acquisition – appropriation selon des opérations cognitives d’apprentissage. Le geste d’étude est référé aux opérations cognitives et aux sciences cognitives. THÉORIE DE L’ACTION CONJOINTE EN DIDACTIQUE (TACD) ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 75. Jeu d’apprentissage = « le professeur est gagnant lorsque l’élève est gagnant dans le jeu didactique » Topo genèse Méso genèse Chrono genèse Le défilement du temps didactique : « COMMENT QUAND ? » L’état des interactions didactiques : « COMMENT QUI ? » MODÈLE ET CATEGORIES DESCRIPTIVES DE SENSEVY La construction du milieu didactique : « COMMENT QUOI ? » ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 76. Ce sont des descripteurs plus larges qui dépassent l’espace temps d’une séance de formation. ØLa mésogenèse relève la constitution d’un milieu pour apprendre: la situation didactique pour apprendre. Elle s’intéresse aux contenus. En réponse au « comment quoi ? », il s’agit de décrire comment s’effectue la tâche scolaire, d’identifier le contenu épistémique précis des transactions didactiques. C'est une catégorisation descriptive pour étudier la co-élaboration par l'enseignant et les élèves du contenu de l'interaction. ØLa chronogenèse est la progression de l’apprentissage dans le temps, c’est une catégorisation liée à la progression de tout enseignement. Le contenu se modifie incessamment, il est développé, il se complexifie… Le savoir est alors situé sur un axe temporel. Il s'agit de faire avancer le temps didactique, de faire avancer les apprentissages. En réponse à « comment quand ? », il s’agit d’identifier la temporalité, la nature et les raisons du passage à certains moments d'un contenu épistémique à un autre. ØLa topogenèse interroge la part accordée à chacun des protagonistes dans le procès d’apprentissage, le processus de l’apprendre (la suite d’opérations menant à la conceptualisation/apprentissage). Nous observons ici le partage des responsabilités de la transaction didactique entre les élèves et le professeur. C’est un espace de co - construction de la conceptualisation. Qui introduit telle ou telle manière d’agir, qui a validé la manière de faire, qui porte le travail sur les contenus d’enseignement. La topogenèse répond donc à « comment qui ? » : il s’agit d’identifier comment le contenu épistémique de la transaction est effectivement réparti entre les transactants. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020 MODÈLE ET CATEGORIES DESCRIPTIVES DE SENSEVY
  • 77. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020 En outre, la mésogénèse comprend 4 autres catégories d’analyse : 1. Définition du jeu : L’enseignant précise le but de la tâche scolaire. Par exemple : trouver le sujet, le verbe, identifier le GNS, le GV ou déterminer le circonstant (complément de phrase) ou le complément de verbe (COD, COI). 2. Dévolution : Les élèves s’approprient le problème posé par l’enseignant. Par exemple, en début de leçon, il y a une question à laquelle il faut répondre. L’enseignant propose la plupart du temps des transformations de phrases (pronominalisation, conjugaison, etc.). Les élèves s’appuient sur ce qui peut se dire / ce qui ne peut pas se dire.Avec l’aide de l’enseignant, ils cherchent la raison de cet usage. 3. Régulation : Elle consiste en l’étayage, l’aide qu’apporte l’enseignant dans la réalisation de la tâche scolaire des élèves. On peut y retrouver des procédures décrites par Bruner. 4. Institutionnalisation : C’est l’explicitation et la généralisation de la règle. Deux cas peuvent par exemple se présenter. Soit, les élèves ont trouvé la réponse au pourquoi de l’usage : l’enseignant peut généraliser. Soit, les élèves n’ont pas vraiment trouvé : l’enseignant est embarrassé et finit par donner la réponse.
  • 78. LE JEU COMME THEORIE DE L’ACTIVITE HUMAINE - G. SENSEVY § Nous savons que le rôle de l’école est de conduire les élèves à la formation de concepts, pensons-le au travers de jeux d’apprentissage. § Le modèle du jeu (comme théorie de l’activité) est intéressant, voire pertinent, car il souligne divers aspects de l’activité humaine: des aspects affectifs, cognitifs, sociaux et pragmatiques, stratégiques de l’action; • Le modèle du « jeu » souligne aussi la coopération : le jeu est fondamentalement coopératif, en plus d’être mobilisateur de ressources. Il engage nécessairement une co-activté prof/élèves. § On peut ainsi décrire le jeu du professeur sur le jeu de l’élève par le truchement d’une topogénèse , qui informe de la place que chacun prend dans la transaction au sein d’une génèse conceptuelle visée par le cours. On peut mesurer le jeu des élèves sur le jeu du Professeur et inversement; on peut mesurer également la manière de rentrer dans le jeu et de se prendre au jeu tout comme la façon de jouer au jeu. Notons que pour gagner au jeu didactique, le joueur doit produire des stratégies gagnantes par lui-même. § Ce sont des repères pour lire et bâtir une séance d’enseignement apprentissage, pour tenter de comprendre l’intrigue de la classe : Que se passe-t-il ? À quel jeu se livrent-ils ? Quelle est la place et le rôle de chacun dans les transactions ? Qui prend en charge les transactions ? Quel levier ou artefact sont employés pour développer un bond informationnel dans les transactions ? § L’idée est de saisir à quel jeu se livrent les individus dans les transactions de construction du savoir dans la classe. De quelle manière coopèrent-ils ? Nous pensons que c'est à ce prix qu'il est possible de saisir l'action professorale et celle des apprenants. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 79. § La lisibilité et la préparation de la classe d’enseignement est renforcée grâce au schéma suivant. Dans cette coactivité dialogique, les mots engagent des actions et des attitudes, les feed-back des élèves amènent à conduire ou à aider le jeu, à des régulations et étayages en vue de secondarisation, métacognition et instutitionnalisation (à un troisième et dernier niveau de la diapositive). § Le professeur engage les élèves à rentrer dans un jeu didactique qui est un jeu d’apprentissage à un 1er niveau (dimension de définition de la consigne et d’enrôlement) dans lequel les élèves doivent se prendre au jeu (dimension de dévolution) pour jouer le jeu selon des règles d’action que l’enseignant fixe (dimension d’action). § Comme conditions de l’étayage, aider le jeu correspond à un soutien individuel. Des représentations, des opinions et des observations sont appelées. (2e niveau). Une fusion (fonte et transformations) des représentations, des opinions et des observations est appelée. Comme condition de la secondarisation et de la métacognition (2e niveau), nous avons penser au jeu et le jeu, ainsi s’abstraire du jeu didactique. Comme condition de l’institutionnalisation, nous avons « finir le jeu » en fixant et partageant le savoir en question. § Les résultats des actions demandent à être formulés, confrontés, controversés (dimension de formulation). La médiation du professeur consiste ici à solliciter divers explications et points de vue d’élèves, sans occuper le devant de la scène, de façon à laisser le champ libre à des confrontations entre élèves (conflit sociocognitif). § L’enseignant reprend, peu après, la main du jeu didactique en validant ou invalidant les propositions des écoliers, il se retrouve en situation d’arbitre du jeu face aux preuves intellectuelles présentées pour convaincre (dimension de validation). La validation étant suffisante, il est permis de conduire les écoliers à « penser au jeu didactique » auquel ils viennent de se livrer (dimension de métacognition) et « penser le jeu » même avec son contenu (dimension de secondarisation). § Cette activité de pensée sur le savoir et les stratégies déroulées pour le mobiliser permet ensuite une généralisation de connaissances en savoir partagé (dimension d’institutionnalisation). Fixer et partager le savoir sonne la fin du jeu didactique. § À chacune de ces étapes, le professeur ajuste stratégiquement les activités de la classe d’apprentissage pour faire conceptualiser. MODELE DU JEU D’APRENTISSAGE / JEU DIDADCTIQUE (D’APRES SENSEVY) ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 80. LE JEU « COMME » THEORIE DE L’ACTIVITE HUMAINE, SELON G. SENSEVY, MODÈLE REVISITE EN SECONDE VERSION institutionnalisation finir le jeu : fixer et partager le savoir définition du jeu didactique Rentrer dans le jeu dévolution Se prendre au jeu action Jouer au jeu régulation Conduire le jeu en prélevant des indices étayage Aider le jeu: réponse individuelle à des élèves en difficultés secondarisation + métacognition Penser l’objet du jeu Et analyser le jeu : exercer des activités de pensée sur le savoir et ses stratégies (regard méta sur l’objet de savoir et sur la conduite cognitive) MESOGENESE : niveau « épi », registre pragmatique, Du sujet agissant/ du sujet pragmatique, niveau d’action des apprenants formulation Montrer, dire son jeu Niveau intermédiaire Niveau d’action régulatrice du professeur navigation Ajuster le jeu TRANSFERT dans une nouvelle situation scolaire ou professionnelleTOPOGENESE : niveau « méta », registre épistémique Du sujet pensant/sujet réflexif/ sujet épistémique, niveau d’action coopérative professeur & apprenants CHRONOGENESE : niveau objet de « savoir appris », approprié/transféré tissage Ouvrir le jeu avec mises en liens validation Prouver son jeu © Philippe Clauzard, MCF Université de La Réunion / ESPE-INSPE-2019 -2020
  • 81. LA POSITION DU SAVOIR DANS LE JEU… Ø L’action du professeur/formateur ne peut être traitée indépendamment de celle des apprenants ni de l'enjeu de savoir. Ø La transmission ou construction du savoir par les élèves repose sur une analyse épistémique du savoir (au préalable) afin de saisir les enjeux, connaître les propriétés conceptuelles de l’objet de savoir, ce qui permet de déterminer une stratégie didactique, et une didactisation au moyen d’un dispositif didactique concordant, conforme et cohérent… (référence à une analyse épistémique du savoir, à la production d’un dispositif d’apprentissage, à l’élaboration d’une stratégie didactique.) Ø Le Geste d’enseignement prend toute son épaisseur dans la production d’une étude pour apprendre, le rapport au savoir en jeu élaboré par le professeur, la production de dispositif dans lesquelles s’actualisent les savoirs. Ø L’action didactique conjointe est donc fondée sur une relation de communication inscrite dans la durée autour d’un contenu. Ø La relation actualise l'action qui est actualisée en retour par celle-ci. Ø Cette relation est intrinsèquement centrée sur un objet bien précis : le savoir qui doit être transmis. Lequel actualise aussi la relation de communication. Ø L’objet d’apprentissage donne forme aux transactions didactiques dans l’entrelacement dans les gestes qui s’expriment en classe. (gestes ens./étude) Ø La position du savoir est ainsi essentielle, au centre d’une analyse, d’un dispositif et d’une stratégie. • Lien action du prof + action des élèves + action du savoir • Relation de communication dans la durée autour d’un contenu • Rapport au savoir élaboré par le professeur • Didactisation ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 82. MODÉLISATION DES GESTES D’ENSEIGNEMENT EN FORMATION INITIALE ET CONTINUÉE MODELISATION DES GESTES D’ENSEIGNEMENT ET GESTES D’ETUDE, UNE HYPOTHESE DE PHILIPPE CLAUZARD § RAPPEL : Le substantif « geste » conduit à penser l'inscription des actes dans le corps, mais aussi dans la pensée, se référant à Vergnaud qui dit que « la pensée est un geste ». Le concept de gestes renvoie à une activité conçue comme un processus qui mobilise une intelligence en acte. § On peut considérer le « geste » à la fois dans une dimension « praxis » (les actes corporels et langagiers) et « logos » (les aspects sémiotiques sous-jacents). Nous employons le terme de « posture » dès lors qu’il s’agit d’évoquer une combinaison de gestes pour un effet souhaité (Bucheton, 2001). § D’une certaine façon, le geste est plus générique, lorsque la posture est plus singulière, immédiate, personnelle et combinée. MES TRAVAUX EN COURS RECHERCHES & REFLEXIONS ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 83. GESTES D’ENSEIGNEMENT & GESTES D’ÉTUDE Ø Enseigner convoque un ensemble de gestes en dialogue : des gestes d’enseignement auxquels répondent des gestes d’études des apprenants. Ø C’est un système complexe de gestes imbriqués avec les uns aux autres, appartenant à l’inventaire technique du métier Ø Ces gestes sont observables, descriptibles, analysables dans une dimension corporelle, langagière, symbolique, sémiotique. Ø Le geste est physique et symbolique, situé et partagé. Il est piloté par des logiques identitaires (les invariants du sujet,Vinatier) et des logiques situationnelles (configuration de la classe et des savoirs, les invariants de la situation –Vergnaud). Ø Enfin, le geste d’enseignement est référé au savoir, il est intimement lié au savoir, il est spécifié par le savoir, la discipline d’enseignement dont il est question… Ø Le geste d’études pour l’élève/l’apprenant est une combinaison de gestes pour s’emparer et résoudre la tâche et répondre aux attentes didactiques du professeur/formateur. Ø On peut y observer des gestes de perception, de représentation, de catégorisation, d’inférence, de réflexivité, de secondarisation… ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 85. MODÉLISATION DES GESTES D’ÉTUDE • OBSERVER • PRATIQUER • CATEGORISER • ANALYSER RAISONNER • DEDUIRE • FORMALISER • GENERALISER • CONCEPTUALISER • PERCEVOIR • EVOQUER, SE REPRESENTER • EVALUER • MEMORISER • TRANSFERER • MOBILISER Macro geste de mémorisation & de transfert Macro geste d’estimation du perçu Macro geste de traitement de l’information - catégorisation Macro geste heuristique Macro geste d’amorçage Macro geste de compréhension et de formation conceptuelle ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 86. MODÉLISATION DES GESTES D’ÉTUDE • Geste d’observation • Geste de comparaison • Geste de discrimination / différenciation • Geste de reconnaissance • Geste de manipulation • Geste d’expérimentation • Geste de résolution de problème • geste de description, geste d’analyse • Geste de déduction de liens logiques • Geste de repérage des différents paramètres, des principaux attributs • Geste de mise en relation (lier, délier, relier); geste d’invention • Geste de déduction (inférence) • Geste de combinaison/catégorisation • Geste d’identification et localisation • Geste d’élucidation; Geste de calcul; Geste de résolution • Geste de synthèse; Geste de schématisation; Geste de formalisation • Geste de rédaction de la résolution • Geste de raisonnement / réflexion • Geste d’autoquestionnement • Geste de prise de conscience des erreurs • Geste de correction/rectification • Geste de formulation des résultats • Geste de confrontation des résultats et mise en débat • Geste d’argumentation; geste d’exploration • Geste de transactions divergentes /convergentes/innovantes • geste d’invention, geste d’élaboration • geste de décentration • geste de jugement, geste de vérification • Geste d’attention, geste de se rappeler • Geste de perception visuelle, Geste de perception auditive, Geste de perception kinestésique • Geste d’évocation mentale / représentation / d’évaluation • Geste de compréhension de la consigne; Geste d’interprétation et redéfinition de la consigne • Geste de mise en projet, geste de projection; geste d’articulation avec des prérequis/avec des leçons précédentes • Geste de dévolution, d’appropriation de la tâche scolaire; • Geste d’organisation matérielle • Geste d’organisation cognitive / geste de planification cognitive (déroulé de plans cognitifs) • Geste de défi, geste d’anticipation • Geste de raisonnement; Geste de d’explicitation, geste d’association • Geste d’aide à penser images, analogies, métaphores, schémas, modèles…) • Geste de récusation de modèles explicatifs, geste d’adoption immédiate / d’adoption alternée de modèles explicatifs • Geste de conscientisation – secondarisation du savoir objet • Geste de conscientisation des procédures métacognitives - savoir processus • Geste de glissement conceptuel; geste de cognition (savoir processus) • geste d’abstraction; geste de formation du concept (conceptualisation) • Geste d’écriture réflexive • Geste de définition pour instituer le savoir; Geste de généralisation; geste de compréhension, geste d’intégration • Geste de restructuration ; Geste d’assimilation; Geste d’accommodation • Geste de réflexivité (réflexion sur la réflexion et le raisonnement); Geste de mémorisation • Geste de transfert, sur le terrain professionnel; geste de réinvestissement dans d’autres domaines, geste d’application dans des exercices; geste de traduction Macro geste de mémorisation & de transfert Macro geste d’estimation du perçu Macro geste de traitement de l’information - catégorisation Macro geste heuristique Macro geste d’amorçage Macro geste de compréhension et de formation conceptuelle ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 87. POUR PENSER LES GESTES D’ETUDE: DES GESTES MENTAUX… D’après http://www.ien-versailles.ac- versailles.fr/Espace%20pedagogique/Apprendreaapprendre/Apprendreaapprendre.htm
  • 88.
  • 89. MODÉLISATION DES GESTES D’ENSEIGNEMENTS Méso- gestes de régulation Macro-gestes de didactisation Micro gestes coopératifs d’ajustement Un engrenage au sein d’une situation dynamique ouverte traversée par les contextes Dans notre modélisation personnelle suivante, nous avons déterminé des macro-gestes de didactisation (auxquels le formateur pense lors de la planification et qui renvoie au groupe classe), des méso-gestes de régulation (qui s’adressent à des groupes d’apprenants qui travaillent ensemble, qui coopèrent ensemble dans des tâches d’apprentissage en petit groupe), et des micro-gestes coopératifs d’ajustement qui suggèrent que le formateur s’adresse à l’individu, il personnalise ici l’apprentissage dans une co-opération pour co-construire l’apprentissage, la formation de concepts. Le « grain » d’intelligibilité de la situation de classe est ici variable. ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 90. § Micro-gestes coopératifs pour s’ajuster au spécifique du public scolaire empêché de poursuivre le jeu d’apprentissage = gestes qui éteignent le feu d’un empêchement de « gagner le jeu » didactique… agissant sur le cognitif et l’affectif § Méso-gestes de régulation : …)… = Gestes qui s’actualisent dans le feu de l’action, le « faire classe »… c’est plus ou moins anticipé… § Macro-gestes de didactisation : = Gestes qui s’actualisent en amont hors du feu de l’action, lors de la planification de la classe, lors de la construction d ’ un milieu didactique pour faire apprendre, lors d’une « didactisation », c’est le « mémo du suivi » de classe, la fiche de préparation… Micro-gestes coopératifs Méso-gestes de régulation Macro-gestes de didactisation Modélisation des gestes d’enseignement (former) ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 91. MICRO-GESTES COOPERATIFS D'AJUSTEMENTS MESO-GESTES DE REGULATION MACRO-GESTES DE DIDACTISATIONMéso-Gestes de régulation : geste de tissage entre les mini-séquences, geste de maintien et orientation du travail, geste de filtrage des réponses / de mise en évidence d’affirmations, geste de guidance, geste d’étayage, geste transitionnel, geste de synthèse, geste de communication langagière, physique et spatial (déplacement, écoute, regard…), geste de gestion du temps, geste de gestion d’atmosphère (climat, gratification, reproche…), geste de contrôle de la complicité de genre, geste de reformulation, de synthétiseur-bilan, geste de pistage - focalisation, geste d’étayage neutre (effet miroir), geste de reformulation – explicitation – clarification, geste de gestion du rythme (alternance des activités, durées…), … = gestes qui s’actualisent dans le feu de l’action, le « faire classe »… c’est plus ou moins anticipé… Micro-gestes coopératifs pour s ’ ajuster au spécifique du public scolaire empêché de poursuivre le jeu ; geste de questionnement (indice, focalisant, limite), geste de différenciation ou diversification, geste humoristique, geste anecdotique … = Gestes qui éteignent le feu d’un empêchement de « gagner le jeu » didactique… agissant sur le cognitif et l’affectif… Macro-gestes de didactisation : geste de contractualisation (geste de mise en route, contractualisation didactique, explicitation d’enjeu, sélection de tâche), geste d‘articulation (geste de tissage avec le « déjà là », rapprochement, appel aux représentations), geste d‘orientation (geste de définition du jeu, passation de la consigne), geste de dévolution, geste de régulation (accompagnement de l’action), geste d’arbitrage (confrontation, discussion, résolution), geste de facilitation (geste de conduite au glissement conceptuel / secondarisation, à une métacognition), geste de fixage (geste d’institutionnalisation, de consolidation, de transférabilité des acquis)... = Gestes qui s’actualisent en amont hors du feu de l’action, lors de la planification de la classe, lors de la construction d’un milieu didactique pour faire apprendre, lors d’une « didactisation », c’est le « mémo du suivi » de classe, la fiche de préparation…Tous droits réservés - Philippe Clauzard - juin 2015 MODELISATION DES GESTES D’ENSEIGNEMENT ET GESTES D’ETUDE, UNE HYPOTHESE DE PHILIPPE CLAUZARD ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 92. MODÉLISATION DES GESTES D’ENSEIGNEMENT ET GESTES D’APPRENTISSAGE, UNE HYPOTHÈSE D’ENTRELACEMENT Ebauche d‘une matrice de gestes d’enseignement et d’étude, essai de formalisation Ph. Clauzard ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 93. § geste de contractualisation (geste de mise en route, contrat didactique, explicitation d’enjeu, sélection de tâche), § geste d’articulation (geste de tissage avec le déjà là, rapprochement, appel aux représentations), § geste d’orientation (geste de définition du jeu, passation de la consigne, dévolution) ; § geste de régulation (accompagnement de l’action), § geste d’arbitrage (confrontation, discussion, résolution), § geste de facilitation (geste de conduite au glissement conceptuel, à une métacognition), § geste de fixage (geste d’institutionnalisation, de consolidation, de transférabilité des acquis), ... § = Ce sont des Gestes qui s’actualisent en amont hors du feu de l’action, lors de la planification de la classe, lors de la construction d’un milieu didactique pour faire apprendre, lors d’une « didactisation », c’est le « mémo du suivi » de classe, la fiche de préparation… LES MACRO-GESTES DE DIDACTISATION : LE SCRIPT DE CLASSE ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 94. § geste de tissage entre les mini-séquences, § geste de maintien et orientation du travail, § geste de filtrage des réponses / de mise en évidence d’affirmations, § geste de guidance, § geste d’étayage, § geste transitionnel, § geste de synthèse, § geste de communication langagière, physique et spatial (déplacement, écoute, regard…), § geste de gestion du temps, § geste de gestion d’atmosphère (climat, gratification, reproche…), § geste de contrôle de la complicité de genre, § geste de reformulation, de synthétiseur-bilan, geste de pistage -focalisation, § geste d’étayage neutre (effet miroir), § geste de reformulation – explicitation – clarification, § geste de gestion du rythme (alternance des activités, durées…), … § = Ce sont des gestes qui s’actualisent dans le feu de l’action, le « faire classe »… c’est plus ou moins anticipé… ces gestes concernent toujours le le collectif classe. LES MÉSO - GESTES DE RÉGULATION : ON LINE©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 95. § Geste de mise en évidence de propriétés de la tâche scolaire § Gestes de questionnement (questionnement indice, limite, pas à pas); § Geste de différenciation ou diversification des tâches, § Geste d’adaptation du travail § Geste humoristique, Geste de bienveillance; geste d’encouragement § geste de conduite au glissement conceptuel, geste de conduite au transfert, Geste d’étayage neutre (effet miroir), , § geste de variation des exemples, geste de démonstration du travail attendu § Geste anecdotique , … § geste d’ajustement du questionnement selon les réponses/interactions avec les élèves § geste maieutique de proche en proche § geste d’induction d’une réponse § Geste d’adaptation (pour les « dys »); § geste de contextualisation (selon des données sociales/culturelles/affectives extérieures…); § geste de différenciation des contenus d’enseignement; geste de diversification des supports de contenus; geste de relecture § = Ce sont des gestes qui éteignent le feu d’un empêchement de « gagner le jeu » didactique… agissant sur le cognitif et l’affectif. Ces gestes sont relatifs à la dimension « individu » afin de s’ajuster au spécifique du public scolaire empêché de poursuivre le jeu d’apprentissage… LES MICRO - GESTES COOPÉRATIFS D’AJUSTEMENT ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 96. •fine adaptation du prof aux élèves •co-opérer autrement •carte joker du jeu didactique •étayage particulier •artefact efficace •impératif d’ajustement Tous droits réservés - Philippe Clauzard - juin 2015 ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 98. LES CARACTÉRISTIQUES DES GESTES, MODÉLISATION EN COURS MACROGESTEDIDACTISATION •MACRO •GESTES DE DIDACTISATION •Ce sont des gestes qui s’actualisent en amont hors du feu de l’action, lors de la planification de la classe, lors de la construction d’un milieu didactique pour faire apprendre, lors d’une « didactisation », c’est le « mémo du suivi » de classe, la fiche de préparation… •Ce sont des gestes relatifs à la dimension « groupe classe » MESOGESTEDEREGULATION •MESO GESTES DE REGULATION •Ce sont des gestes relatifs à la dimension « groupe d’apprenant », •Ce sont des gestes qui s’actualisent dans le feu de l’action, le « faire classe »… c’est plus ou moins anticipé. MICROGESTEDECOOPERATION •MICRO GESTES DE COOPERATION •Ce sont des gestes qui éteignent le feu d’un empêchement de « gagner le jeu » didactique… agissant sur le cognitif et l’affectif… •Ce sont des gestes relatifs à la dimension « individu » ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 99. LES GESTES DE PLANIFICATION EN FORMATION INITIALE ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 101. cours rêvé cours planifié cours ajusté cours réalisé cours analysé Reprenant des propos de Pastré, inspiré des travaux …. sur les vols aérien (Recherches et formation, quelques considérations sur l’activité enseignante), nous imaginons cette représentation qui part d’une idée, le cours rêvé, à celui qui est réalisé, passant par les phases préalables de planification et ajustement in situ. La dernière phase de cours débriefé (ou de planification post-active) correspond à l’analyse personnelle ou avec les collègues d’une séance, qui prépare la suivant grâce à la réflexivité opérée après l’action, grâce à des glissements dans la conceptualisation du métier. MODÈLE DE PASTRÉ, INFLUENCE ERGONOMIQUE ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 102. LE PUZZLE DE QUELQUES RÈGLES DE MÉTIER Prendre en main la classe, faire régner la discipline Présenter une situation d'apprentissage Réguler l'activité proposée de manière à ce que les élèves réussissent Assurer la sécurité physique et affective des élèves Accompagner les élèves dans les situations de travail Planifier son enseignement et en faire un bilan Renseigner le cahier journal de la classe Évaluer le travail des élèves, remplir le bulletin scolaire Rencontrer les parents des élèves ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 103. 103 VUE PYRAMIDALE DES OPÉRATIONS POUR PRÉPARER ET CONDUIRE UNE FORMATION, UNE INTELLIGIBILITÉ DES SITUATIONS D’EENSEIGNEMENT & APPRENTISSAGE. Une séance de formation planifiée, animée, évaluée Des gestes d’enseignement et des gestes d’études à penser Une méthode d’enseignement à choisir (l’exposé, l’étude de cas, la situation problème…) Un format pédagogique à privilégier (gestion des relations/ communications) Une transposition didactique à effectuer (gestion des savoirs) Une théorie d’apprentissage à laquelle s’adosser (béhavioriste, constructiviste, traditionnelle…) (c) Philippe Clauzard, MCF Université de la Réunion-ESPE § Cette diapositive montre une vue pyramidale des opérations pour préparer et conduire une procédure d’enseignement – apprentissage, vraisemblablement efficace. Je dis vraisemblablement, car la « bonne pratique d’un enseignement » n’existe pas en soi, car une activité d’enseignement est toujours contextualisée et singularisée par de nombreuses variables extérieures, mais aussi internes, aucun enseignant ne se ressemble, car on enseigne toujours en fonction de ce que l’on est. Et c’est tant mieux, imaginons des enseignants et des formateurs tous semblables, à l’activité de classe identique et standardisée, ce serait vraisemblablement un vrai cauchemar. La diversité des enseignants/formateurs et de leur pratique est une richesse. § Lorsqu’on parle de modèle, de script pour faire classe, il s’agit toujours de balises, de repères pour naviguer dans une pratique de la classe d’enseignement- formation : on a besoin de repères pour se construire progressivement son style d’enseignement, sa manière personnelle d’enseigner. § Ce style se façonne à partir d’un genre professionnel, une manière commune de faire classe, un canevas que l’on va réinterpréter à sa manière… REPÈRES POUR FAIRE CLASSE ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020
  • 104. q Connaître les différents modèles pédagogiques : pédagogie de la transmission et pédagogie de l’apprentissage, q Lire et utiliser les instructions officielles, q Penser la programmation et les progressions des apprentissages, q Connaître académiquement la notion à faire apprendre, q Anticiper les difficultés d’apprentissage de la notion et cerner les paliers progressifs d’apprentissage, q Circonscrire des objectifs d’apprentissage, objectifs généraux et spécifiques, q Imaginer la secondarisation, imaginer un saut informatif pour une séance de donnée, q Penser un dispositif d’apprentissage approprié : situation ouverte et situation programmée, q Anticiper le script de la séance, prévoir le déroulement, les gestes professionnels, q Choisir un support pour l’apprentissage, q Gérer les interactions de la classe d’apprentissage, q Englober les élèves dans l’activité, gérer les questions d’autorité, q Penser les évaluations, le discours d’explicitation, q Effectuer le bilan de la séance d’apprentissage afin de prévoir la séance future, q Les incontournables : la fiche de préparation (un outil pour penser), le cahier journal (un outil pour communiquer), les affichages (un outil pour une mémoire collective de classe) & le cahier d’appel. q L’organisation matérielle : organisation du temps, de la journée, de l’espace, les interactions, les rituels… REPÈRES POUR PRÉPARER ET PLANIFIER LA CLASSE ©PhilippeClauzard,MCFUniversitédeLaRéunion/ESPE-INSPE-2019-2020