SlideShare une entreprise Scribd logo
Electromécanique
Réalisé par: GHANDRI Salah Eddine
Encadré par:
Encadrant ESPRIT: MME BAGGA Sabrine
Encadrant Entreprise: MME TRIKI Nouha
Amélioration continue de la productivité en
utilisant le Lean manufacturing
Dédicases
En témoignage d’amour et d’affection, je dédie ce travail
avec une grande fierté.
Àmes parents qui ont été d’un dévouement exemplaire
et d’un réconfort inestimable.
À mon frère, ma sœur et toute ma famille en
reconnaissance de leurs encouragements.
Àtous mes amis pour leur sympathie, leur humeur et leur
solidarité avec moi.


Ghandri Salah Eddine
Remerciements
Avant de commencer la présentation de ce rapport, nous profitons l’occasion pour
remercier du fond du cœur toute personne qui a contribué de près ou de loin à la
réalisation de ce travail.
Il n’est jamais facile pour un étudiant de trouver un stage, c’est pour cela nous
remercions la société TPR est surtout Monsieur Bayhi Karim directeur de la
société, de m’avoir autorisée à effectuer mon projet de fin d'études au sein de son
honorable institution. Je voudrais exprimer mes vifs remerciements à notre
encadreur professionnel (directrice qualité et formation) Madame Triki Nouha .
Notre profond remerciement à notre encadreur Madame Bagga sabrine pour ses
remarques et ses suggestions qui ont été déterminantes pour l’aboutissement de ce
projet. Je lui suis reconnaissante de la qualité de son encadrement.
Mes remerciements s'adressent également à tout le personnel pour leurs
disponibilités et leurs précieux conseils et recommandations que j'ai servies pour la
réalisation de ce projet
Enfin, nous tenons à remercier les membres de Jury de bien vouloir accepter de
juger notre travail.
Abréviation
TRS=Taux de rendement synthétique
TRG=Taux de rendement globale
Tq=Taux qualité
Td=Taux disponibilité
Tp=Taux performance
VSM=Value Stream Mapping
SD=Sidi rezig
SG=Saint-gobain
DW=Djebl il ouest
TPR=Tunisie profilés aluminium
SWOT= Strengths,Weaknesses ,Opportunities ,Threats=Forces,Fiablesses,Opportunités
,Menaces)
PDCA=Plan, Do, Check , Act
AMDEC=Analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur Criticité
SMED=Single Minute Exchange of Die
TPS =Toyota Production System
TC= Temps de cycle
TP=Temps de passage
VA= Temps de valeur ajoutée
C/T=Cycle Time
OF=Ordre de fabrication
Table des matières
Introduction générale................................................................................................................ 14
Chapitre I : Présentation de l’organisme d’accueil TPR :....................................................... 17
Introduction :............................................................................................................................ 17
I-Présentation de la société TPR : ............................................................................................ 17
I.1.Géneralité sur la société TPR :...................................................................................... 17
I.2.Historique TPR :.............................................................................................................. 17
I.3.Moyenne technique : ....................................................................................................... 18
I.4.La fiche signalétique : ..................................................................................................... 19
I.5. Les Certifications de « TPR » ........................................................................................ 20
I.5.1.Système de Management de la Qualité «ISO 9001 V 2000 : ................................... 20
I.5.2.Certification Produit QUALICAOT :...................................................................... 20
I.5.3.Certification Produit QUALANOD :....................................................................... 21
I.6. Organigramme de la société TPR : ................................................................................ 21
I.7. Les différentes directions de la société TPR :................................................................ 23
I.7.1.Direction commerciale : .......................................................................................... 23
I.7.2.Direction financière :............................................................................................... 23
I.7.3.Direction qualité : ..................................................................................................... 23
I.7.4.Direction production :............................................................................................... 23
I.7.5.Direction maintenance :............................................................................................ 24
I.8.Les produits réalisés par TPR : ...................................................................................... 24
II. La stratégie adaptée par société TPR :................................................................................. 25
III. Les fournisseurs de TPR : ................................................................................................. 26
III.1.Fournisseurs pour billettes :......................................................................................... 26
III.2.Fournisseur filière :....................................................................................................... 27
VI. Présentation du projet : ...................................................................................................... 27
VI.1.Problématique du projet : ............................................................................................. 27
VI.2.Objectif du projet : ....................................................................................................... 27
Conclusion :.............................................................................................................................. 29
Chapitre II: Le concept Lean management : ............................................................................ 31
Introduction :............................................................................................................................ 31
I. Historique :............................................................................................................................ 31
II-Définition du concept de Lean management :...................................................................... 32
III. L’objectif de Lean management :....................................................................................... 33
III.1.Eliminer les gaspillages :.............................................................................................. 33
III.2.Le mangement visuel :.................................................................................................. 34
III.3.1Définition ................................................................................................................ 34
III.3.2.Les bénéfices du Management visuel : .................................................................. 34
III.3.3. Des exemples d’application de mangement visuel :............................................. 34
IV. Les outils de Lean management :....................................................................................... 35
IV.1. Les 8 gaspillages du Lean logistique :......................................................................... 35
IV.2.Le Kaizen : ................................................................................................................... 37
IV.3. PDCA : ........................................................................................................................ 37
IV.4.Value Stream Mapping (VSM) : .................................................................................. 38
IV.4.1.Défintion VSM : .................................................................................................... 38
IV.4.2.Avantages de la cartographie des flux de valeur : ................................................. 39
IV.4.3.Les étapes de réalisation de VSM :........................................................................ 39
IV.5.Diagramme de flux :..................................................................................................... 43
IV.6. Le 5S : ......................................................................................................................... 43
V. Les indicateurs de la performance :.................................................................................... 44
V.1.Le taux de rendement synthétique (TRS) :.................................................................... 45
V.2.Le taux de rendement Global (TRG):............................................................................ 46
VI. Diagramme Causes/ Effet : ................................................................................................ 46
Conclusion :.............................................................................................................................. 47
Chapitre III : Analyse de l’existant : ........................................................................................ 49
Introduction :............................................................................................................................ 49
I. Description du processus d’extrusion des profilés en aluminium ....................................... 49
I.1.Les étapes suivies dans la fabrication d’un profilé brut :............................................... 49
I.2.1Définition de filière :..................................................................................................... 53
II.2.2. Les type des filières : ................................................................................................. 53
II.2.3.Les processus du réglage des filières :........................................................................ 53
I.3. Traitement de surface : Site Saint-Gobain :....................................................................... 57
I.3.1 Description du processus de laquage (section laquage) :............................................. 57
I.3.2.Description du processus d’anodisation (section anodisation) : .................................. 57
II. Etude de l’existant : ............................................................................................................. 57
II.1 .Collecte des informations : ........................................................................................... 57
II. 2.Cartographique type processus pour TPR : ................................................................. 58
II.3.Les processus de fabrication d’un profilé brut :............................................................. 58
II.4.Défintion de chaque processus : .................................................................................... 59
III. Diagramme des flux : ......................................................................................................... 59
IV. Cartographie de la chaine de valeur initiale :..................................................................... 61
VI.1.Chronométrage pour VSM :......................................................................................... 61
V. Calcul d’indicateur de performance (lignée de presse 4) :................................................. 64
VI.Le Temps de cycle : ............................................................................................................ 66
VII- Les 8 Mudas : ................................................................................................................... 67
VIII.AMDEC procès :.............................................................................................................. 68
VIII.1.Présentation de la méthode AMDEC :....................................................................... 68
VIII.1.1.Le produit fabriqué par l’entreprise (AMDEC produit) :.................................... 69
VIII.1.2.La procédure de fabrication du produit de l’entreprise (AMDEC procès) : ....... 69
VIII.1.3.Le moyen de produit intervenant dans la production du produit de l’entreprise
(AMDEC Moyen) :........................................................................................................... 69
VIII.2.Démarche de l’AMDEC : .......................................................................................... 70
VIII.4.Analyse de la criticité de chaque mode de défaillance :............................................ 70
VIII.4.1.La gravité : .......................................................................................................... 71
VIII.4.4.La note de criticité : ............................................................................................ 72
VIII.5.Réalisation de L’AMDEC : ....................................................................................... 73
Conclusion :.............................................................................................................................. 86
Chapitre IV : Chantier d’amélioration continue :..................................................................... 88
Introduction :............................................................................................................................ 88
I.1.Préparation du chantier : ................................................................................................. 88
I.2.Analyse de l’existant :..................................................................................................... 89
I.4.Conception solid Works :................................................................................................ 95
I.4.1.Problématique :......................................................................................................... 95
I.4.2.Solution :................................................................................................................... 96
II. Chantier SMED : ................................................................................................................. 97
II.1.Définition :..................................................................................................................... 97
II.2.Objectifs :....................................................................................................................... 97
II.3.Définition du temps de changement : ............................................................................ 97
II.4.Les étapes du SMED :.................................................................................................... 98
II.5.Méthodologie d’application du SMED :..................................................................... 100
I1.5.1. Séparation des opérations internes et externes : .................................................. 100
II.5.2.Conversion des opérations internes en opérations externes :................................ 100
II.5.3.Rationalisation de tous les aspects des opérations de réglage :............................. 100
II.6.Application du SMED : ............................................................................................... 101
II.6.1.Chronométrage SMED :........................................................................................ 101
II.6.2.Séparation des opérations internes et externes :.................................................... 105
II.6.3. Conversion des opérations internes en opérations externes :............................... 107
III. Gains réalisés après le chantier d’amélioration continue:................................................ 115
III.1. Gain SMED : ............................................................................................................. 115
III.2. Cartographie de la chaine de valeur Final : ............................................................... 117
Conclusion :............................................................................................................................ 118
Conclusion générale ............................................................................................................... 119
Annexe 1 : Les pictogrammes pour VSM.............................................................................. 122
Annexe 2 : Chronométrage VSM........................................................................................... 125
Annexe 3 : Calcule d’indicateur de performance avant l’amélioration................................. 126
Annexe 4 : Les digrammes d’Ishikawa.................................................................................. 127
Annexe 5 : Questionnement d’évaluation pour le 5S............................................................. 133
Annexe 6 :Chek list 5S........................................................................................................... 135
Annexe 7: Mise au plan de la conception de la machine ...................................................... 138
Annexe 8 : Chronométrage SMED après l’amélioration ....................................................... 139
Annexe 9 : Calcule d’indicateur de performance après le chantier d’amélioration continue141
Liste des figures
Figure 1:logo société TPR........................................................................................................ 17
Figure 2: Logo d’ISO 9001 ...................................................................................................... 20
Figure 3: Logo de QUALICAOT............................................................................................. 20
Figure 4: Logo de Qualanod..................................................................................................... 21
Figure 5 : Organigramme de la société TPR ............................................................................ 22
Figure 6 : Historique Lean management.................................................................................. 32
Figure 7: Les 8 Mudas.............................................................................................................. 36
Figure 8: Roue de Deming ....................................................................................................... 38
Figure 9: Les niveaux d’amélioration du VSM........................................................................ 39
Figure 10: Exemple cartographie des flux de valeur.............................................................. 40
Figure 11: Méthodologie de la réalisation de VSM ................................................................. 41
Figure 12:Le 5 S....................................................................................................................... 44
Figure 14: Temps d’état d’un moyen de production :.............................................................. 45
Figure 15:Diagramme de poisson ou Ishikawa........................................................................ 47
Figure 16:Chauffage de filière au four..................................................................................... 49
Figure 17:Table des billettes d'aluminium ............................................................................... 50
Figure 18:Machine d’extrusion (Presse) .................................................................................. 50
Figure 19:Table de refroidissement et traction des profilés..................................................... 51
Figure 20:Découpage des profilés............................................................................................ 51
Figure 21:Four de traitement du revenu................................................................................... 52
Figure 22:Zone de stockage des filières :................................................................................. 52
Figure 23:Station de décapage TPR ......................................................................................... 54
Figure 24:Machine de grenaillage............................................................................................ 55
Figure 25:Bureau de polissage ................................................................................................. 55
Figure 26:Machine de nitruration............................................................................................. 56
Figure 27: Cartographique type processus pour TPR ............................................................. 58
Figure 28:Les processus de fabrication d’un profilé brut......................................................... 58
Figure 29:Cartographie de la chaine de valeur actuel :............................................................ 62
Figure 30:Démarche de L’AMDEC......................................................................................... 70
Figure 31:Accumulation des inutiles zone maintenance.......................................................... 90
Figure 32:Accumulation des déchets des profilés dans la zone presse 4 ................................ 90
Figure 33:Des inutiles dans la zone de station décapage ....................................................... 91
Figure 34:Four du revenu lignée de presse 4 .......................................................................... 91
Figure 35:Bureau d'ouvrier de polissage.................................................................................. 91
Figure 36:Poste soudure zone mise au point............................................................................ 92
Figure 37:Posage des affiches de détection sur les machines ................................................. 92
Figure 38:Installation de tableau d’affichage regroupé d’application des outils Lean (5S,
VSM)........................................................................................................................................ 92
Figure 39:Posage des affiches des outils Lean et sécurité ...................................................... 93
Figure 40:Traçage zone chariot mise au point ......................................................................... 93
Figure 41:Traçage couloir marche peton zone presse 4........................................................... 94
Figure 42:Taux d'amélioration de 5S ....................................................................................... 95
Figure 43:zone de stockage des déchets arrivés de presse ..................................................... 95
Figure 44:Conception Solid Works pour la machine proposée................................................ 96
Figure 45:Temps de changement de fabrication ...................................................................... 97
Figure 46:Les étapes d’application de SMED.......................................................................... 98
Figure 47:Cartographie de la chaine de valeur final .............................................................. 117
Liste des tableaux
Tableau 1: Fiche signalétique de TPR...................................................................................... 19
Tableau 2:Les produits réalisés par TPR.................................................................................. 24
Tableau 3: Exemple fournisseur pour billette .......................................................................... 26
Tableau 4: Exemple fournisseur pour filière............................................................................ 27
Tableau 5: Problématique QQOQCP ....................................................................................... 28
Tableau 6:Les mesures de temps pour VSM............................................................................ 42
Tableau 8:Les cinq symboles pour le digramme de flux : ....................................................... 43
Tableau 9:Les formules nécessaires pour le calcul de TRS..................................................... 45
Tableau 10:Les cuves de décapage de rinçage des filières ...................................................... 54
Tableau 11:La description des processus de fabrication.......................................................... 59
Tableau 12:Les étapes du processus et leurs symboles pour le digramme des flux................. 60
Tableau 13:Calcul des temps moyens de fabrication d’un profilé brut.................................... 64
Tableau 14:Calcule de TRS et TRG......................................................................................... 65
Tableau 15:Temps de cycle pour l’ensemble du processus de fabrication .............................. 66
Tableau 16:Grille de gravité..................................................................................................... 71
Tableau 17:Grille de fréquence................................................................................................ 71
Tableau 18:Grille de détection ................................................................................................. 72
Tableau 19:Les trois zones d’évaluation par la criticité.......................................................... 72
Tableau 20:AMDEC ................................................................................................................ 73
Tableau 21:Répartion des défaillances sur les trois zones ....................................................... 86
Tableau 22:Planning de réalisation de chantier 5S .................................................................. 88
Tableau 23:Evaluation de chantier 5S...................................................................................... 89
Tableau 24:Check-list 5S ......................................................................................................... 89
Tableau 25:Les couleurs de traçage utilise par TPR................................................................ 93
Tableau 26:Taux d'amélioration par la méthode 5S................................................................. 94
Tableau 27:Equipe de travail SMED ..................................................................................... 101
Tableau 28:Chronométrage décapage filière.......................................................................... 102
Tableau 29:Chronométrage grenaillage filière....................................................................... 103
Tableau 30:Chronométrage polissage filière.......................................................................... 104
Tableau 31:Chronométrage de nitruration filière................................................................... 105
Tableau 32:Séparation des opérations interne et externe....................................................... 105
Tableau 33:Séparation des opérations interne et externe....................................................... 106
Tableau 34:Séparation des opérations interne et externe....................................................... 106
Tableau 35:Séparation des opérations interne et externe....................................................... 107
Tableau 36:Application de SMED à la station décapage....................................................... 108
Tableau 37:Application de SMED à la machine de grenaillage ............................................ 111
Tableau 38:Application de SMED à la zone polissage.......................................................... 112
Tableau 39:Application de SMED à la machine nitruration .................................................. 113
Tableau 40:Comparison d'indicateur de performance............................................................ 115
Tableau 41:Comparaison de Lead Time après l'amélioration................................................ 116
Tableau 42: Comparaison de VSM avant et après ................................................................. 118
14
Introduction générale
La fonction production est la pierre angulaire de l'entreprise. Qu'il s'agisse d'une société
de services ou d'une compagnie manufacturière, le succès d'une entreprise est directement lié
à sa capacité de maintenir de façon constante une production de qualité supérieure à moindre
coût. Toute déficience dans la dynamique de fabrication ou de livraison du produit peut
entraîner des rejets coûteux, des coûts supplémentaires ou des plaintes qui font un tort
considérable à l'entreprise. Dans le contexte économique concurrentiel, l’excellence
industrielle est une nécessité. D’où l’intérêt de mettre en place les outils d’amélioration
continue pour améliorer la productivité
Le Lean Manufacturing est la démarche qui répond le plus à ces défis. En effet, il consiste à
identifier et à éliminer toutes les pertes d’efficacité qui jalonnent la chaine depuis la réception
de la matière jusqu’à l’expédition du produit au client. Dans ce cas, la société TPR a contribué
une amélioration continue et à mettre en œuvre une démarche intégrée qui vise à optimiser la
performance, la réactivité et la productivité de l’unité.
C’est dans ce contexte que s’inscrit notre projet qui concerne l’amélioration de la productivité
par l’application des outils Lean Manufacturing dans la chaine de production (ligne de presse
4).
Au cœur du Lean Manufacturing existe une amélioration continue, basée sur l’utilisation de la
démarche PDCA (Plan, Do, Check, Act).
Le rapport s’articule autour de quatre chapitres qui révèlent la démarche suivante :
 Le premier chapitre se devise en deux grandes parties ; d’abord nous présenterons la
société TPR en donnant les caractéristiques majeures (moyenne technique, les
différentes directions et leur stratégie de travail). Ensuite ; nous metterons en lumière
la problématique et les objectifs à atteindre.
 Le deuxième chapitre, nous étudierons le concept du Lean Manufacturing, ainsi
que ses différents outils sur lesquels nous allons se baser pour réaliser le projet.
 Dans le troisième chapitre, nous analyserons les étapes nécessaires de fabrication des
profilés, ainsi nous soulignerons la démarche à suivre pour le réglage des filières et
15
nous avons constitué d’une démarche AMDEC sur les défauts engendre par la
lignée de presse 4 ainsi mettre en place la cartographie de la chaine de valeur actuel
 le chapitre quatre met en évidence le chantier d’amélioration continue et l’estimation
des gains.
16
Chapitre I :
Présentation de
l’organisme
d’accueil TPR
17
Chapitre I : Présentation de l’organisme d’accueil TPR :
Introduction :
Ce premier chapitre est divisé en deux parties, la première partie est consacrée pour présenter
la société TPR ainsi que pour décrire sa stratégie de travail à l’échelle nationale et
internationale. Ensuite nous analyser la problématique de notre projet qui concerne
l’amélioration de la productivité.
I-Présentation de la société TPR :
I.1.Géneralité sur la société TPR :
TPR est la première et la plus importante société tunisienne industrielle créée en 1978 par Mr
Haj Youssef Bayahi, spécialisée dans la fabrication de profilés en alliages d’aluminium en
proposant une solution globale et intégrée et en combinant conception, extrusion, traitement
de surface (anodisation et laquage) et finalement réalisation d’ouvrages et opérations de
parachèvement (usinages, soudure, cintrage...).
I.2.Historique TPR :
TPR est une société industrielle créée en 1978 par Mr Haj Youssef Bayahi, spécialisée dans
la fabrication des profilés aluminium. Son capital n’a pas cessé d’augmenter en passant de
48000000 dinars en 2016.
Figure 1:logo société TPR
18
En près de 35 ans de qualité et de conception, TPR acquis un savoir-faire et une
reconnaissance faisant le leader de l’aluminium en Tunisie. En plus elle permet d’offrir un
très large catalogue des profilés pour l’industrie, l’agencement et le transport, TPR est
également « Gammiste», concevant et distribuant des systèmes de menuiseries aluminium.
En combinant extrusion et traitement de surface, la marque TPR propose une solution globale
répondant aussi bien aux besoins du bâtiment qu’au secteur industriel .Leader sur son marché
local, TPR propose le plus large choix de système complet : fenêtres, portes fenêtres
coulissantes et à frappe, façades, verrières, brise soleil et garde-corps.
En 1980 TPR a décroché son premier contrat avec l’Europe, ceci permet à la société TPR
d’être une escalade au niveau de la production de l’aluminium.
TPR détient environ 90% des parts du marché local tunisien. Elle a également développé ses
exportations sur des destinations nombreuses et variées : La France et les DOM-TOM (la
Réunion, la Martinique...), l’Italie, la Belgique, la Libye, l’Algérie, le Maroc, le Mali, le
Sénégal, le Burkina-Faso, le Soudan.
I.3.Moyenne technique :
TPR : est répartie sur trois sites :
 Site Mégrine : Dans ce site il s’agit de l’extrusion des profilés en aluminium, ce
dernier contient 3 lignées de production chaque lignée est formée d’une presse liée à
un four de traitement du revenu.
Ce site contient une partie nommée mise au point, elle concerne les réglages des filières
après avoir subi le filage et les niveaux filières commandées par TPR.
TPR possède un atelier de menuiserie aluminium très développé, il s’occupe des grands
chantiers (marchés).
 Site Saint-Gobain :
Il comprend les unités de traitement de surface, il s’agit de deux ateliers de traitement de
surface.
 D’anodisation
 De laquage
19
Il comprend aussi une partie spécifique à la fabrication des joints pour des références des
profilés aluminium.
 Site Jbel oust : Il comprend un atelier de laquage bronze et effet de bois, et une
fonderie des billets (billet local TPR).
I.4.La fiche signalétique :
Le tableau ci-dessous regroupe les informations spécifiques à la société TPR :
Tableau 1: Fiche signalétique de TPR
Raison Sociale Ste Tunisie Profilés Aluminium
Abréviation TPR
Code TVA 002660R/A/M/000
Forme Juridique SA
Marché Local et export
Code douane 122849A
Effectif 400
Registre Commerce B186061997
Capital 48000000 Dinars
CA Annuel 80 000 000 TND Dinars
Types d’activité Industrie
Certification qualité : ISO / QUALICOAT /QUALANOD /
QUALIMARINE / NF
Adresse : R. des Usines, Z.I. Sidi Rézig Mégrine -
2033 BEN AROUS 2033 ben Arous
Téléphone: 71433299 71433316
Fax: 71429521
E-mail: marketing@tpr.com.tn
Site Web http://www.tpr.com.tn/
20
I.5. Les Certifications de « TPR »
I.5.1.Système de Management de la Qualité «ISO 9001 V 2000 :
Délivré par le premier organisme certificateur en France « L’AFAQ ». L’ISO 9001(version
2008), ce certificat est détenu par TPR depuis 1997, présente la référence internationale des
entreprises en matière de certification des systèmes de management de la qualité.
Figure 2: Logo d’ISO 9001
I.5.2.Certification Produit QUALICAOT :
Le label européen fournit par l’ADAL (Association pour le développement de l’Aluminium
Anodisé ou Laqué), QUALICOAT définit les règles du processus de laquage. Le référentiel
de ce label décrit les prescriptions techniques, les contrôles à effectuer et leur fréquence.
Figure 3: Logo de QUALICAOT
21
I.5.3.Certification Produit QUALANOD :
Défini par le label européen QUALANOD, les règles du processus de l’anodisation sont
strictement respectées par les stations de traitement de surface de TPR depuis le 15 mai 2000.
Ce label est attribué à partir d’un contrôle de conformité mené en France par l’ADAL selon
lequel sont réalisées les inspections inopinées portant sur les installations et le processus
d’anodisation permettant de vérifier le respect des prescriptions du label.
I.6. Organigramme de la société TPR :
La structure hiérarchique a été proposée par Mr Yahia Bayhai, dans le but de faciliter le
travail entre les départements de TPR ; c’est -à- dire la relation entre le flux informationnel et
physique .Le découpage des responsabilités se fait par fonction.
Nous présentons ci-dessous l’organigramme :
Figure 4: Logo de Qualanod
22
Figure 5 : Organigramme de la société TPR
Président Directeur Général
Directeur
commerciale
Directeur .Production Directeur .Financière
Directeur
.Maintenance
Département .Achats
Département
.Ressource.
Humaines
Directeur Générale Adjoint
Directeur .Mangement
Qualité et formation
Directeur
.Maintenance et
travaux neufs
23
I.7. Les différentes directions de la société TPR :
TPR se compose de cinq principales directions importantes au développement de l’entreprise,
chaque direction possède plusieurs tâches à faire, vous trouvez ci-dessous le rôle de chaque
direction :
I.7.1.Direction commerciale :
Au sein de la société TPR la direction commerciale joue un rôle essentiel, elle dirige
plusieurs tâches. Elle est responsable de faire les missions suivantes qui sont le magasin vente
(entrée et sortie des commandes), elle permet aussi la gestion de stock des profilés standard
et elle assure la création des nouveaux produits.
I.7.2.Direction financière :
La direction financière est un service clé de la société TPR. Elle met en place des outils d’aide
à la prise de décisions stratégiques et prévient ainsi les risques financiers. La direction
financière, supervisée par un Directeur Administratif et Financier (DAF), aide à planifier la
stratégie de développement du dirigeant ou de la direction générale de la société elle
accomplit les tâches suivantes, le suivi des impôts export, elle est responsable de la caisse
centrale et elle fait la comptabilité et le recouvrement bancaire et elle réalise les règlements
des fournisseurs.
I.7.3.Direction qualité :
La direction qualité dans la société TPR met en œuvre la politique qualité de l'entreprise en y
associant des indicateurs et des processus de contrôle .Il est responsable de la conformité des
produits ou services de l'entreprise aux exigences internes et externes (conformité aux
normes, exigences légales, attentes des clients…). Ainsi il organise les formations pour les
employés .La direction qualité possède une responsable métrologie qui permet de faire la
vérification, l’étalonnage et le suivi des équipements.
I.7.4.Direction production :
La direction production représente le cœur de la société dans laquelle il existe un grand
nombre des responsables , ce dernier permet de faire La gestion de la production c’est-à-dire
l'ensemble des activités qui participent à la conception, la planification des ressources
(matérielles, financières, ou humaines), leur ordonnancement, l'enregistrement ;
la traçabilité des activités de production et le contrôle des activités de production de
l'entreprise. Il est responsable de l’extrusion et du suivi de filage, de la planification et
24
d’ordonnancement de l’utilisation et de la disponibilité des machines (Presses 4 ,7 et 6), de
l’anodisation, et du suivi laquage et il fait l’étude et suit les travaux.
I.7.5.Direction maintenance :
La direction maintenance est responsable sur les actions de dépannage et de réparation, de réglage,
de révision, de contrôle et de vérification des équipements matériels dans la société TPR ainsi il
assure la correction des défauts machines.
I.8.Les produits réalisés par TPR :
La gamme de TPR est constituée de plusieurs milliers de références, les principales catégories
de produits sont présentées dans le tableau ci-dessous :
Tableau 2:Les produits réalisés par TPR
Types Profilés réalisés
par TPR
Caractéristiques Exemples images profilées
Profilé brut Ils sont vendus sans avoir subi
aucun traitement de surface.
Profilé naturel
anodisé
Ils sont vendus après avoir subi
un traitement de surface
(mécanique ou chimique) dans la
section d’anodisation.
25
Profilé bronze Ils sont vendus après avoir subi
un traitement de surface
chimique dans la section
anodisation.
Profilé laqué blanc Ils sont vendus après avoir subi
un traitement de surface dans la
section de laquage.
Profilé laqué couleur Ils sont vendus après avoir subi
un traitement de surface dans la
section de laquage.
II. La stratégie adaptée par société TPR :
La société TPR (Tunisie profilés Aluminium) essaye toujours d’être le meilleur fournisseur de
profilés aluminium à l’échelle nationale et internationale. L’export présente le levier de croissance
le plus important qui permet de faire un bon chiffre d’affaire.
L’international fait partie de l’ADN de la société TPR depuis l’ouverture en 1978. Face à
l’étroitesse du marché de l’aluminium en Tunisie dans les années 80, dépasser les frontières
était un impératif pour augmenter le nombre des marchés. L’Algérie tout d’abord, puis le reste
du Maghreb, avant de pénétrer à l’Europe. Le but de TPR est d’élargir sa présence à
l’étranger.
26
Le TPR sait bien que le marché environ 2020-2025 se concentrera dans le secteur de bâtiment
et de construction c’est pour cela elle a appliqué une nouvelle stratégie afin d’attaquer le
marché d’automobile et d’aéronautique.
III. Les fournisseurs de TPR :
TPR est une société qui travaille à l’échelle internationale, elle réalise des affaires avec
plusieurs fournisseurs. Puisque notre projet est réalisé dans le site sidi Rezig, donc nous
allons présenter les principaux fournisseurs liés à ce milieu.
Les principaux fournisseurs liés au site TPR sidi Rezig sont classés en deux parties :
III.1.Fournisseurs pour billettes :
Tableau 3: Exemple fournisseur pour billette
Type fournisseur Fonction Exemple billette
Fournisseur pour
billette
d’aluminium
C’est un fournisseur des billettes d’extrusion en
aluminium, d’origine de Dubaï.
Fournisseur pour
billette
d’aluminium
C’est un fournisseur des billettes d’extrusion en
aluminium, d’origine d’Emirates.
27
III.2.Fournisseur filière :
Tableau 4: Exemple fournisseur pour filière
Type fournisseur fonction Exemple filière
Fournisseur pour
filières
C’est fournisseur français spécialisé dans la
fabrication des filières selon la demande de
client.
VI. Présentation du projet :
VI.1.Problématique du projet :
Ce projet a été réalisé au sein du TPR Tunisie profilés aluminium site Sidi Rezig Mégrine avec
la direction qualité dans le but d’améliorer la productivité des processus et de diminuer le
gaspillage .Parmi les trois lignées de production (extrusion) nous avons choisi de travailler sur la
lignée de presse 4 puisque elle représente la dynamo de l’entreprise, elle fait de tonnage en
terme des profils plus que les deux autres lignées. Ce stage s’inscrit dans le cadre d’un projet de
fin d’études (6 mois), il permet de mettre en évidence la théorie acquise durant la période de
formation à L’ ESPRIT.
VI.2.Objectif du projet :
La nécessité exprimée par les deux directions production et qualité est l’amélioration continue
de la productivité en utilisant le Lean management et en s’attaquant aux mudas. La dégradation
de la productivité due de mudas existants conduit à l’insatisfaction de besoin ,puisque elle
prend beaucoup de temps, elle consomme plus de matière première et épuise les ouvriers pour
atteindre son objectif.
28
Nous allons se baser sur l’outil QQOQCP pour expliquer l’objectif de notre projet.
Tableau 5: Problématique QQOQCP
Problématique QQOQCP
Qui TPR site sidi Rezig (la direction qualité)
Quoi Amélioration de la productivité
Ou Lignée presse 4
Quand Janvier 2020 jusqu’à Juin 2020
Comment Utilisant des outils de Lean management
Chronométrage des différents processus de
production.
VSM futur et actuel
Pareto ,5M, Criticité, SMED…
Pourquoi Amélioration de conditions de travail.
Eliminer les gaspillages.
Obtenir une meilleure efficacité des
opérationnels.
Améliorer les compétences et le savoir-faire
du personnel.
Nous visons à partir de ce travail à atteindre les buts suivants :
 Améliorer le management visuel de la lignée de presse 4, cela facilite les tâches de
travail.
 Améliorer les conditions de travail et obtenir une meilleure efficacité des opérationnels
(sécurité...)
 Etablir des standards qui concernent le rangement des outils dans la poste de travail
(application de 5 S)
 Application de la notion First In First out sur les commandes des clients.
 Eliminant le temps d’attente entre les processus en se basant sur le Lean management.
 Amélioration de l’efficience de processus et l’augmentation de la capacité de la
production.
29
 Réduction des pannes et l’amélioration de la fiabilité de l’équipement.
 améliorer les compétences et le savoir-faire du personnel.
 Faire un planning de logistique intérieur et extérieur (entre les sites TPR) .
Conclusion :
L’étude théorique durant ce premier chapitre est consacrée essentiellement à la présentation de la
société TPR, ainsi à la mise en cadre du projet et à l’analyse de la problématique qui vise à
mettre en lumière les objectifs à atteindre.
30
Chapitre II: Le
concept Lean
management
31
Chapitre II: Le concept Lean management :
Introduction :
Dans ce chapitre, nous allons définir quelques techniques propres à Lean management pour les
appliquer dans notre projet.
I. Historique :
Les concepts de la théorie Lean Manufacturing ont apparus pour la première fois au japon, après
la seconde guerre mondiale. Les deux ingénieurs japonais TaiichiOhno et ShigeoShingeo qui
travaillaient à l’époque dans l’entreprise Toyota, ont créé les concepts de Toyota Production
System (TPS), après avoir étudier les défaillances de la chaîne de montage de Ford.
Toyota Production System est une théorie de production basée sur les concepts «juste à temps»,
«waste reduction», «pull system» en utilisant les techniques de «mise en flux ».
Depuis cette période, le Toyota Production System (TPS) n’a jamais cessé d’évoluer et de
s’améliorer. En 1990 Le Lean Manufacturing a eu une reconnaissance mondiale par le biais de
la parution du livre de James Womack et Dan Jones intitulé, « le système qui va changer le
monde », ce livre synthétise les concepts de Toyota Production System (TPS) pour former le
Lean Production. Le Lean Manufacturing accompagne ses adeptes pour éliminer toute sorte de
gaspillage dans leurs organisations peu importe sa source. De plus, c'est un processus
d'amélioration continue qui exige la motivation constante du personnel si nous voulons vraiment
voir fructifier ses actions.
32
Figure 6 : Historique Lean management
II-Définition du concept de Lean management :
Le concept Lean est une philosophie de travail et un état d’esprit. Développé dans les années
1960 par la firme automobile Toyota. Il vise à identifier et à éliminer tous les gaspillages,
favorisés par des activités sans valeur ajoutée, à travers l’implémentation d’une démarche
d’amélioration continue pour atteindre l’excellence industrielle. Voilà au-dessus il s’agit de
problèmes qui peuvent être éliminés par le concept Lean management :
 Le Lean n’a pas pour objectif la réduction du nombre d’employés.
 Le Lean vise à augmenter la capacité de production, en réduisant les coûts et le temps de
cycle.
 Le Lean s‘appuie sur la compréhension des besoins des clients.
 Quantifier la valeur du produit de point de vue du client.
 Identifier la chaîne de valeur pour mettre en relief les gaspillages.
 Produire seulement ce que le client a commandé.
33
Une entreprise Lean est avant tout une entreprise qui a décidé de s’alléger de tout le superflu
pour devenir réactive dans un contexte mondial instable, Le Lean Management fait appel à :
III. L’objectif de Lean management :
Pour atteindre cet objectif, il est nécessaire d'agir sur les trois principales sources d’inefficacité :
le gaspillage, la variabilité et la complexité des tâches .La pensée Lean fournit un moyen de faire
de plus en plus avec de :
Moins d'effort humain ; moins d'équipement ; moins de temps ; moins d'espace
III.1.Eliminer les gaspillages :
Au sens littéral « Lean » signifie « maigre ». L’enjeu du Lean consiste à accélérer la vitesse des
processus en éliminant le gaspillage sous toutes ses formes et en se focalisant sur la création de
valeurs. Les différents types d’activités d’une chaine de valeur sont décrits ci- dessous :
 Activités à valeur ajoutée : Travail qui contribue à ce que le client a commandé le
produit qu’il est prêt à payer pour cette activité.
 Activités sans valeur ajoutée nécessaire : Travail consommant des ressources internes.
Le client n'est pas prêt à payer car ces activités n'ajoutent pas de valeur à son produit mais
elles sont obligatoires au niveau juridique ou comptable par exemple.
 Activités sans valeur ajoutée : sont des activités qui consomment des ressources et ne
créent pas de valeur ajoutée. Ils correspondent à des déchets.
L’analyse des
processus
L’élimination des
valeurs non ajoutées
La régulation du
flux
34
III.2.Le mangement visuel :
III.3.1Définition
Le Management visuel occupe une place primordiale dans le Lean manufacturing , nous pouvons
le résumer à la partie de la méthodologie qui privilégie le visuel au texte. D’ailleurs, il est présent
dans de nombreux outils Lean: 5S, Kanban, le VSM et il est très pertinent pour animer les
tableaux d’amélioration.
Comme son nom l’indique, le Management visuel consiste à visualiser le processus, c’est un
véritable outil pour gérer les processus de tous les départements d’une entreprise. D’un coup
d’œil, il permet aux responsables ainsi qu’à chaque personne impliquée de voir si le processus
est « sous contrôle ». Il est un réel vecteur d’efficacité au sein de l’organisation et contribue à
garantir les tâches à valeurs ajoutées pour ses clients.
III.3.2.Les bénéfices du Management visuel :
Le management visuel aide les responsables à véhiculer des informations à leurs équipes ou
impliquer le personnel en l’encourageant à participer activement à l’amélioration de l’entreprise,
ses bénéfices sont nombreux. Voici ses principaux bénéfices:
 Visualisation et prévention du gaspillage d’un processus.
 Disponibilité immédiate de l’information nécessaire, le personnel encadrant a les
informations clés en se rendant sur le terrain.
 Il garantit que tous les engagements de performances soient disponibles pour tout le
monde et que les niveaux de performances actuels sont visibles par tous.
 Visualisation immédiate des écarts par rapport à la norme de travail.
 Implication des employés, cela leur permet de donner de sens à leurs actions et de suivre
les performances de leur département.
III.3.3. Des exemples d’application de mangement visuel :
Voici quelques exemples concrets de Management visuel que vous pouvez les mettre en place
au sein de votre entreprise:
 Pour une chaîne de production : le placement de toutes les pièces défectueuses dans un
bac rouge, et enfin de shift, permet d’analyser et de corriger toutes les fautes .
35
 Pour la gestion des consommables: afficher sur le mur pour signaler qu’il faut
commander la pièce/l’objet lorsque son dernier paquet/boîte est entamé(e).
 Pour les informations primordiales de l’exécution du travail: afficher sur le mur, juste au-
dessus du poste de travail, les instructions s’y rapportant.
 Pour la gestion quotidienne des outils dans un atelier: il suffit de mettre en place un
tableau à profil, et si un des utilisateurs n’a pas remis l’outil à sa place dédiée, ceci sera
visible immédiatement. Cet exemple fait totalement partie de la démarche 5S.
 Pour prévenir et baliser les zones de danger de l’entreprise: effectuer des marquages
visibles pour indiquer clairement le chemin à emprunter par les piétons.
IV. Les outils de Lean management :
Dans cette partie, nous avons définir les outils Lean que nous avons besoin pour notre projet .
IV.1. Les 8 gaspillages du Lean logistique :
Le Lean Manufacturing s'attaque à huit types de gaspillage « les 8 Mudas » :
1-Muda Surproduction : Cela entraîne un surplus de marchandise, de main d'œuvre, de
machines, d'espace, de manutention. Il est donc préférable de produire selon une méthode
synchrone, en suivant la demande.
2-Muda processus excessif : Dans ce muda nous parlons des tâches réalisées pour rien, sans
valeur ajoutée pour le patient, mais également des processus trop complexes par rapport au prix
de vente. Des exemples actuels dans l'économie d'une pharmacie d'officine seraient.
3-Muda d’attente : Correspond au temps qu'il existe entre deux tâches, ou au sein même d'une
tâche, pendant lequel votre collaborateur ne crée pas de valeur ajoutée au patient.
4-Muda de stock : Il est primordial d'éliminer ce genre de stocks, car ils font augmenter les frais
de stockage, les besoins en espace d'entreposage, les primes d'assurance, etc. De plus
l'élimination de cette source de gaspillage permet de restreindre le stock de matières premières
et des produits en cours.
36
5-Muda de transport : Un aménagement non fonctionnel augmente les distances lors de
déplacements obligatoires. Afin d'éliminer ces pertes, il est nécessaire d’assurer un aménagement
optimal ainsi que de conserver les lieux de travail propres et en ordre.
6-Muda de mouvement : Tout mouvement qui n'ajoute aucune valeur doit être éliminé.
7-Muda de non qualité : Tout produit défectueux doit être soit mis aux ordures ; soit rebut, ce
qui peut entraîner des retards de livraison ou encore nécessiter le retour de produits déjà vendus.
8-Muda Sous-Utilisation des Compétences : L’utilisation insuffisante des compétences dont
disposent l’entreprise. Ne pas profiter pleinement du capital savoir-faire et des connaissances
métiers déjà mises en place pénalisent l’organisation à divers égards : perte d’efficacité,
recrutements inutiles, démotivation des collaborateurs qui sont privés de reconnaissance.
Figure 7: Les 8 Mudas
37
IV.2.Le Kaizen :
Désigne un principe d'amélioration continue, impliquant tous les salariés, de l’opérateur au
directeur. C'est une démarche se fait étape par étape, ne nécessitant ni moyens importants, ni
bouleversement brutal des pratiques. Il aide les entreprises à parvenir aux meilleurs niveaux de
qualité et de compétitivité.
Cette amélioration continue ne progresse pas au hasard, elle doit être cohérente au sein de
l’entreprise, contrôlée par des groupes de pilotage, tout en impliquant au maximum le personnel.
Parmi les objectifs principaux de Kaizen :
Rendre le travail plus motivant, plus efficace, moins fatiguant, plus sûr. Il est nécessaire
d'emporter l'adhésion de chacun, notamment en instituant des groupes de travail Kaizen.
Améliorer les équipements : mieux installer les postes de travail, imaginer des
détrompeurs.
Réviser les procédures.
IV.3. PDCA :
L’application de la méthode PDCA consiste à la mise en œuvre de l’état d’esprit Kaizen, donc
avant de définir PDCA, il est judicieux de définir le Kaizen.
Kaizen se compose de deux mots « Kai » qui signifie « Changement » et « Zen » qui signifie «
meilleur ». Il s’agit de l’amélioration graduelle, ordonnée et continue, d’une situation actuelle en
impliquant tous les acteurs. L’instauration du Kaizen se fait par l’implémentation de la méthode
PDCA, qui a été popularisée au cours des années 1950 par William Edwards Deming.
PDCA est un acronyme anglais pour :
Etape 1 : « P » pour Plan (planifier) : C’est la phase de définition de l’objectif, du plan
d’actions et des indicateurs mesurables de progrès.
Etape 2 : «D» pour Do (Faire) : C’est la phase de mise en place du plan d’action défini
précédemment.
38
Etape 3 : «C » pour Check (vérifier) : C’est la phase de contrôle de la réalisation des actions et
des effets et d’évaluation de la réalisation ou non des objectifs prédéfinis.
Etape 4 : «A » pour Act, (standardiser) :C’est la phase de mise à jour du standard si le résultat
est atteint et de définition de nouveaux objectifs. Sinon, c’est la phase de recherche de causes
racines et de définition d’un nouveau plan d’action corrective .
IV.4.Value Stream Mapping (VSM) :
IV.4.1.Défintion VSM :
La cartographie des flux de valeur (VSM) est une technique de fabrication allégée permettant
d'analyser, de concevoir et de gérer le flux de matériaux et d'informations nécessaires pour
apporter un produit à un client. Il utilise un système de symboles standard pour présenter divers
flux de travail et flux d'informations..
L’application de la cartographie des flux de valeur - également appelée «visualisation» ou
«cartographie» de votre processus n’est pas limitée à la chaîne de montage. La cartographie des
flux de valeur Lean prend de l'ampleur dans le travail de connaissances, car elle se traduit par
une meilleure communication d'équipe et une collaboration plus efficace. Une grande partie du
gaspillage dans le travail de connaissances se produit dans les transferts (ou temps d'attente)
entre les membres de l'équipe, et non dans les étapes elles-mêmes. Des transferts inefficaces
entraînent une faible productivité et une mauvaise qualité. VSM aide à identifier les déchets et à
rationaliser le processus de production.
Figure 8: Roue de Deming
39
Le but principal du VSM est d'améliorer les processus, ce dernier a également l'avantage de
catégoriser l'activité des processus en trois domaines principaux: valeur ajoutée, non-valeur
(mais nécessaire), et les déchets.
IV.4.2.Avantages de la cartographie des flux de valeur :
Le VSM est essentiel pour qu'une entreprise soit durable, et voici pourquoi:
 La réduction ou l’élimination des déchets peut améliorer les résultats de votre entreprise.
En prime, vous découvrez la cause profonde et la source des déchets.
 Une fois les transferts inutiles identifiés comme faisant partie des visualiseras VSM, vos
équipes peuvent consciemment améliorer le comportement, la culture, la communication
et la collaboration.
 Les équipes rejettent les opinions individuelles et établissent des priorités en fonction du
point de vue du client.
IV.4.3.Les étapes de réalisation de VSM :
Dans cette partie nous allons étudier les étapes nécessaires pour réaliser le VSM.
1-Traçage de la chaine de valeur :
Avant de commencer le processus aussi précisément que possible, nous devons d’abord
déterminer la famille de produits sur lequel nous voulons concentrer nos efforts. Une carte de la
chaîne de valeur est marcher dans l’usine et dessiner, étape par étape, les différentes étapes du
traitement d’une famille de produits précise. Une famille de produits est un ensemble de produits
qui subissent des traitements similaires, sur le même équipement (même gamme de fabrication).
Figure 9: Les niveaux d’amélioration du VSM
40
Nous désignons une personne qui sera responsable de l’identification et de l’amélioration de la
chaîne de valeur d'une famille de produits.
Les avantages de traçage de la chaine de valeur sont multiples tels que :
 Visualiser l'ensemble du flux et discerner les décisions concernant le flux.
 Connaitre les sources des gaspillages.
 Meilleure façon de voir la valeur..
 Montrer les liens entre les informations et le flux du matériel tout au long de la
fabrication.
 Obtenir des informations essentielles pour l’amélioration du processus.
2-La méthodologie de réalisation de VSM :
Les principaux concepts utilisés par la méthodologie décrite par la suite mettent en évidence
une famille de produits, une famille de produits c’est ta dire un regroupement de produits
ayant en commun des procédés ou des équipements similaires.
La méthodologie utilisée repose sur les trois étapes suivantes :
Figure 10: Exemple cartographie des flux de valeur
41
 Suivre le chemin de fabrication d'un produit à partir du client jusqu'au
fournisseur.
 Représenter visuellement et précisément chaque procédé tout au long du flux du
matériel et de l'information.
 Poser les questions clés et dessiner la nouvelle chaîne de valeur.
La figure ci-dessous montre la relation entre les trois étapes. Les avantages sont multiples
comme :
3-Choisir une famille de produits :
La première étape de la cartographie est de cibler une famille de produits sur laquelle portera
l’étude.
En prenant une famille de produits représentative, les constats qui ressortiront de l’étude de la
chaîne de valeur vont bénéficier à l’ensemble des produits. Cette approche permet de réduire le
temps pour la collecte de données et surtout pour le traitement de l’information.
La collecte de données pour la famille de produits identifiée est effectuée à partir de la fin de
la chaîne de valeur. Les données requises sont discutées plus loin.
Figure 11: Méthodologie de la réalisation de VSM
42
.
4-Mesure pour VSM :
Plusieurs types de mesures sont nécessaires pour la cartographie, parmi les mesures de
temps nécessaire, nous pouvons citer celles qui sont classées dans le tableau ci-dessous :
Tableau 6:Les mesures de temps pour VSM
Le temps de cycle (TC) Le temps nécessaire pour l’opérateur pour bien accomplir son travail.
Le temps de valeur ajoutée (VA) Le temps de ces éléments qui transforment la matière.
Le temps de passage (TP) Le temps d'une pièce traversée toutes les étapes de la chaîne de valeur.
Relation entre les trois types de temps VA <TC <TP
L'importance d'un temps de passage court est indéniable. En effet, plus le temps de passage
est court, plus le délai entre la facturation des matières premières et la facturation des
produits finis au client est court.
5- Données typiques à collecter :
Pour remplir la cartographier VSM, il faut au moins l’information suivante
• Temps de cycle (TC)
• Horaire de travail ainsi que les pauses.
• Nombre d’opérateurs.
• Nombre d’unités de production.
6- Liste des pictogrammes usuels pour VSM :
Dans cette partie nous s’intéresserons aux différents pictogrammes qui peuvent être utilisés
dans le cartographier VSM. Dans l’annexe 1 vous trouvé la liste des pictogrammes pour la
VSM.
43
8-Cartographier de l’état futur :
En se basant sur la cartographie de l'état actuel pour qu’elle nous donne quelques pistes
d'optimisation. Ce futur processus établi applique les principes du Lean consistant à :
1- La suppression des étapes non réellement indispensables et sans valeur ajoutée.
2- L’optimisation des flux et des opérations à valeur ajoutée
(standardisation, réimplantation, formation…).
3- La mise en place d’un management visuel permettant un contrôle rapide de la situation.
IV.5.Diagramme de flux :
Dans cette partie nous parlerons des étapes nécessaires de réalisation d’un diagramme des flux
en définissant l’étape du processus et leurs symboles.
Un diagramme de flux présente une série de manipulation faite sur un produit selon une série
de symbole standardisé. Le tableau ci-dessous présente les cinq symboles utilisés pour
déterminer une opération, un délai, une inspection, un transport et l’entreposage.
Tableau 7:Les cinq symboles pour le digramme de flux :
Etape du processus Définition Symbole
Opération Activité contribuée à un changement d’état.
Contrôle Activité permettant d’apprécier le niveau de qualité
des produits.
Transfert Déplacement des produits d’un poste à un autre .
Attend Retenue temporaire et parfois aléatoire du flux des
produits ayant pour origine les contraintes
d’organisation et des ressources.
Stockage Retenue programme de flux d’articles fabriquées.
L’arrêt de la retenue est lié à l’émission d’un ordre.
A partir de ces symboles, un processus complet peut-être représenté soit par un diagramme
d’assemblage, soit un diagramme de procédés. Cette étape est importante car elle permet de
visualiser le flux du produit et incidemment les sources de gaspillage dans la chaîne.
IV.6. Le 5S :
La méthode des 5s est une technique de management japonaise élaborée dans le cadre du
système de production de TOYOTA qui a pour objectif l’amélioration des tâches effectuées
44
quotidiennement dans l’entreprise. Elle tire son appellation de la première lettre de chacune des
cinq opérations constituée autant de mots d’ordre ou de principes simples :
 Seiri : Eliminer
 Seiton : Ranger
 Seiso : Nettoyer
 Seiketsu : Standardiser
 Shitsuke : Recommencer.
Eliminer =Supprimer tout ce qui est inutile sur le poste de travail et son environnement.
Ranger = Trouver la bonne place à chaque chose.
Nettoyer = Obtenir une propreté irréprochable du poste et de son environnement.
Standardiser = Définir un standard à partir du résultat acquis.
Progresser = Respecter le standard établi et progresser en renouvelant le processus.
V. Les indicateurs de la performance :
Un indicateur de performance est une donnée quantifiée qui exprime l’efficacité et l’efficience
de tout ou d’une partie d’un système (réel ou simulé) par rapport à une norme, et un plan
prédéterminé et accepté dans le cadre d’une stratégie de l’entreprise.
Figure 12:Le 5 S
Figure 13:Le 5 S
45
V.1.Le taux de rendement synthétique (TRS) :
Le Taux de Rendement Synthétique est un indicateur intégrateur qui donne une visibilité
directe sur le comportement des performances des services associés à la production. C’est une
mesure de productivité qui rend compte de l’utilisation effective d’un processus de production.
 Analyse le poste goulot limitant la productivité.
 Mesurer les actions de progrès.
 Permettre d’identifier les pertes.
Après la mise en disposition de la définition de chaque moyen de production, nous présentons les
formules nécessaires pour calculer le TRS.
Tableau 8:Les formules nécessaires pour le calcul de TRS
Mesure Formule
Tq
Tq = TU/TN
Figure 14: Temps d’état d’un moyen de production :
46
Tp Tp=TN/TF
Td Td=TF/TR
TRS TRS=Tq*Tp*Td
TRG TU/TO
V.2.Le taux de rendement Global (TRG):
Le Taux de Rendement Global (TRG) compare le Temps Utile au Temps d'Ouverture (TU/TO).
C'est un indicateur de productivité de l'organisation industrielle. C’est la comparaison d’une
production réalisée par rapport à une production réalisable si tout le TO était exploité pour
produire (notre max).
VI. Diagramme Causes/ Effet :
Les premiers diagrammes causes/effet ont été développés par le professeur Kaoru Ishikawa en
1943. Ce type de diagramme est appelé diagramme d’Ishikawa ou diagramme en arrêtes de
poisson. Le diagramme causes/effet peut être utilisé pour :
• Comprendre un phénomène, un processus, par exemple les étapes de recherche de panne
sur un équipement, en fonction d’un ou plusieurs symptômes .
• Analyser un défaut en remontant l’arborescence des causes probables pour identifier la
cause racine.
• Identifier l’ensemble des causes d’un problème et sélectionner celles qui feront l’objet
d’une analyse poussée, afin de trouver des solutions.
47
Conclusion :
Dans ce chapitre nous allons regrouper et définir les outils de Lean Manufacturing nécessaires
pour notre projet pour assurer l’amélioration de la productivité à travers l’implantation de Lean .
Le chapitre suivant est consacré pour présenter les processus de fabrication des profilés en
aluminium et l’analyse de ligne de presse 4 et mise au point.
Figure 15:Diagramme de poisson ou Ishikawa
48
Chapitre III :
Analyse de l’existant
49
Chapitre III : Analyse de l’existant :
Introduction :
Ce chapitre présente constitué des deux partie en premier lieu les processus à suivre dans
chaque section de TPR (section extrusion, mise au point, laquage et anodisation) pour éclaircir
les processus de travail et la deuxième partie est consacré à l’application des outils Lean
management dans la ligne de production (Presse 4), dans le but d’analyser et d’identifier les
problèmes qui bloquent et diminuent la productivité et le rendement de travail.
I. Description du processus d’extrusion des profilés en aluminium
I.1.Les étapes suivies dans la fabrication d’un profilé brut :
L’extrusion est un procédé de fabrication thermomécanique qui consiste à faire passer une
biellette en alliage d’aluminium dans une presse hydraulique à travers une filière ce qui permet
d’obtenir des profilés de section de formes très variées : pleines, creuses ou semi-creuses. Les
biellettes utilisées sont produites dans la fonderie ou bien importées.
L’extrusion de l’aluminium se fait par plusieurs étapes liées entre elles : ces étapes sont les
suivantes :
Etape N°0 : Chauffage des filières :.
Avant l'extrusion, la filière doit être préchauffée entre 450 et 500 °C pour maximiser sa durée de
vie et assurer un écoulement uniforme du métal. Une fois la filière est préchauffée, elle peut être
chargée dans la presse d'extrusion.
Figure 16:Chauffage de filière au four
50
Etape N°1 : Chargement des billettes sur la table de presse :
C’est le chargement des billettes sur la table de presse 4 pour commencer l’extrusion.
EtapeN°2 : Extrusion d’aluminium :
Le Chauffage de billette entre 400 et 500 °dans un four jusqu’à elle devient malléable ensuite
elle est découpée par la plus longue bille de matériau d'alliage.
Une fois la billette est préchauffée, elle est transférée mécaniquement vers la presse d'extrusion.
Avant son chargement sur la presse, un lubrifiant (ou agent de démoulage) est appliqué sur celle-
ci. L’agent de démoulage est également appliqué sur le vérin d'extrusion pour empêcher la
billette et le vérin de coller ensemble. Maintenant, la billette malléable est chargée dans la presse
d'extrusion, où le vérin hydraulique l’applique jusqu'à 15 000 tonnes de pression.
Lorsque le vérin applique une pression, le matériau de billette est poussé dans le récipient de la
presse d'extrusion .Le matériau se dilate pour remplir les parois du conteneur (Filière), qui va
sauf à travers les ouvertures de la filière. Il émerge de l'ouverture de la matrice sous la forme
d'un profil entièrement formé.
Figure 17:Table des billettes d'aluminium
Figure 18:Machine d’extrusion (Presse)
51
Etape N°3 : Refroidissement des profilés sur la table avant la traction :
L’émergence de l’alliage (profilé chauffe) est guidée par un extracteur, qui la conduit tout au
long de la table de défilement par une vitesse correspondante à sa sortie de la presse, puis les
barres d’aluminium restent un peu de temps pour se refroidir par des ventilateurs mis au-dessus
de la table avant de commencer la procédure de traction. Une fois que l’extrusion atteint sa
pleine longueur de table, elle est cisaillée par une scie à chaud pour la séparer du processus
d'extrusion.
Etape 4 :Traction des profilés :
Une torsion naturelle s'est produite dans les profilés et cela doit être corrigé. Chaque profil est
saisi mécaniquement aux deux extrémités et tiré jusqu'à ce qu'il soit complètement droit et qu'il
soit conforme aux spécifications.
Etape 5 : Découpage des barres en aluminium :
Les extrusions de longueur de table étant maintenant droites et entièrement trempées, elles sont
transférées sur la table de scie. Ici, ils sont sciés à des longueurs prédéfinies, généralement entre
6et 7 mètres de longueur.
Figure 19:Table de refroidissement et traction des profilés
Figure 20:Découpage des profilés
52
Etape 6 :Traitement du revenu :
Les profilés peuvent être traités thermiquement pour améliorer leur résistance ultime à la traction
et leur limite d'élasticité .Pour réaliser ces améliorations, les profilés sont placés dans des fours
où leur processus de vieillissement est accéléré .Après le traitement thermique, les profilés
peuvent également être finis.
I.2. Description du processus de réglage des filières (section mise au point) :
La section mise au point représente le cœur de la société de TPR. Elle joue un rôle très important
dans le nettoyage, le réglage et l’entretien des filières afin de garantir la meilleure qualité des
profilés .Ainsi elle contient une partie spécifique à la nitruration des filières afin qu’elle prend les
caractéristiques nécessaires pour qu’elle subit l’extrusion.
Figure 22:Zone de stockage des filières :
Figure 21:Four de traitement du revenu
53
I.2.1Définition de filière :
Les filières sont réalisées par des aciers à outils super-durs et résistants à l'abrasion .Elles
leur permettent de mettre en forme d'autres matériaux, comme l'aluminium.
II.2.2. Les type des filières :
Il s’agit deux types des filières utilisées par TPR :
 Filières plates
 Filières tubulaires.
II.2.3.Les processus du réglage des filières :
Le réglage des filières se fait en quatre étapes successives : elles sont réparties ci-dessous :
Etape 1 : Décapage de filière :
Après le filage, les évidements de la filière et de ses éléments sont remplis d’aluminium qu’il
faut l’enlever par dissolution dans une solution de soude caustique chauffée à 60 °c. Pour faire
ce décapage il faut toujours passer par les huit étapes suivantes :
1- Séparer la filière de la cale en coupant les profilés.
2-Démonter la porte filière à l’aide de la presse .
3-Démonter la contre filière et la plaquette .
4-Transférer la filière à la station de décapage .
5-Refroidir la filière à l’air libre ou avec le ventilateur .
6-Introduire la filière dans le bain de décapage (les petites filières sont regroupées sans panier),
et laisser agir jusqu’à ce que tout l’aluminium soit dissous (temps variable en fonction de la
quantité d’aluminium) environ 2 à 8 heures.
7- faire sortir la filière, puis la transférer vers le bac de rinçage.
8-Séparer les éléments de la filière (male, femelle, masque.).
TPR possède une station de décapage composée de matériels suivants :
54
Tableau 9:Les cuves de décapage de rinçage des filières
1 cuve de décapage de 800 I Contenants 50 kg Na OH
1 cuve de décapage de 960 I Contenants 60 kg de Na OH
1 cuve de décapage de 400 I Contenants 25 kg Na OH
1 cuve de rinçage d’eau de 1000 I
Etape 2 : Grenaillage de filière :
Après le décapage, nous passons au grenaillage qui présente un procédé permettant de nettoyer
les filières et ses éléments par projection de grenailles. Pour faire le grenaillage il faut passer par
les étapes suivantes :
1-Effectuer un séchage parfait avec de l’air comprimé (pour les filières provenant du rinçage).
2-Régler la durée du cycle à l’aide de la minuterie de 2 à 10 min par face (suivants l’état et le
nombre des filières).
3-Introduire (les filières sur le tableau tournant).
4- fermer la porte, puis appuyer sur le bouton marche.
5-A la fin du cycle il faut ouvrir la porte et faire sortir les filières.
Figure 23:Station de décapage TPR
55
6- Souffler de l’air comprimé sur les filières (pour enlever les grenailles).
Etape 3 : Polissage manuel :
Le polissage consiste à enlever l’oxyde formé sur les portées des filières lors du stockage ou
après le traitement thermique. Ces portées doivent être polies et exemptes de toutes impuretés
avant de subir un traitement de nitruration ou un filage. Le polissage se fait par le polissoir en
utilisant dedans un Toile émeri de 4 mm .Pour faire le polissage il faut suivre la démarche
suivant :
1-Positionner convenablement la filière sur l’étau à galets.
2-lire attentivement les remarques inscrites sur la fiche carrière du dernier filage de cette filière.
3-Faire un contrôle visuel sur l’état des portées.
4-Faire d’abord le polissage des portées des faces invisibles ensuite celles des faces visibles.
Figure 24:Machine de grenaillage
Figure 25:Bureau de polissage
56
Etape 4 : Nitruration :
La nitruration est un traitement thermique qui donne une couche superficielle dure, extrêmement
résistante à l’usure et à l’érosion. La couche nitrurée est toutefois fragile et peut se fissurer ou
s’écailler lorsqu’elle est exposée à des chocs mécaniques ou thermiques, ce risque augmente
avec l’épaisseur de la couche, après nitruration la dureté est comprise entre 900-1100k .Pour
l’industrie d’extrusion de profilés en aluminium la nitruration permet de donner aux outillages
(filières) la dureté nécessaire pour que l’acier spécial puisse supporter les forces et les efforts de
frottement à haute température .Pour faire la nitruration il faut suivre la démarche suivante :
1-Polissage total.
2-Nettoyage des trous d’alimentation.
3- Vérifier que les sorties ainsi que les cotes de dégagement et les trous (taraudes et pions) sont
propres.
4- Pesage des filières et enregistrement sur la fiche de carrière .
5-Equilibrage des filières dans le panier .
6- S’assurer de la disponibilité de l’ammoniac et l’azote .
7-Choix de cycle de nitruration (par défaut 1050 NK).
8-Nettoyage de four avant chaque démarrage de charge .
9-Démarrage du cycle de nitruration .
10-Contrôle de la nitruration enfin de cycle .
Figure 26:Machine de nitruration
57
I.3. Traitement de surface : Site Saint-Gobain :
Cette étape se déroule au site Saint-Gobain et consiste au nettoyage de la surface du profilé et
l’addition de certaines couches protectrices ainsi que l’amélioration de son aspect esthétique.
Cette étape peut se réaliser par anodisation ainsi que par laquage.
I.3.1 Description du processus de laquage (section laquage) :
Le thermo-laquage est un traitement de surface par voie électrostatique précédé d’une
succession de traitements chimiques par immersion pour avoir une surface propre et passive. Les
profilés en question passent par une cabine de laquage puis par un four de polymérisation pour
obtenir une surface lisse, homogène avec une durée de vie meilleure. Ce traitement comporte
trois opérations : traitement de surface, poudrage et cuisson.
I.3.2.Description du processus d’anodisation (section anodisation) :
L’anodisation est un traitement qui consiste à renforcer la couche extérieure des profilés en
formant une couche d’Alumine (Al2O3) de 5 à 25 micromètres permettant de protéger la surface
des profilés contre la corrosion, les intempéries…et leur confèrent un aspect esthétique
II. Etude de l’existant :
II.1 .Collecte des informations :
La collecte des informations est une phase critique pour assurer la réussite de toute étude. Elle
nécessite la bonne connaissance des données à la fois pertinentes, objectives et complètes. Au
cours de cette collecte, nous avons exploité trois méthodes d’investigation :
 L’observation : Elle permet d’être en contact direct avec le terrain et donc de révéler par
la suite des comportements et des situations que les autres méthodes d’investigations ne
permettent pas de les discerner.
 L’analyse documentaire : La consultation des documents internes de l’entreprise est une
forme d’investigation qui aide à prendre conscience de l’état réel de l’entreprise et de
déceler les lacunes.
 L’entretien : Une réunion avec les opérateurs et les cadres de l’entreprise.
58
II. 2.Cartographique type processus pour TPR :
La cartographie des processus de la société TPR est une représentation graphique de tous
les processus liés entre eux par des liens logiques d'informations, de matière ou de production.
Elle donne un constat général de l'activité de l'entreprise et permet d'appréhender d’une façon
objective l'organisation du travail .le schéma ci-dessous explique le déroulement de cette
opération :
II.3.Les processus de fabrication d’un profilé brut :
Nous avons devisé la réalisation d’un profilé conforme brut sur sept processus nécessaires. Vous
pouvez observer ce schéma qui contient le nom de chaque processus :
Figure 28:Les processus de fabrication d’un profilé brut
Figure 27: Cartographique type processus pour TPR
59
II.4.Défintion de chaque processus :
Tableau 10:La description des processus de fabrication
III. Diagramme des flux :
Dans cette partie nous allons souligner les étapes nécessaires pour réaliser un profilé brut à
l’aide d’un diagramme des flux .Avant de commencer le dressage de notre VSM ; il faut
connaître les étapes de processus ; dans ce cas le digramme des flux nous permet de définir
toutes les étapes nécessaires.
Pour obtenir un profilé brut ; nous devons passer successivement par 15 étapes nécessaires.
Elles sont classées dans le tableau suivant :
Etape Symbole Fonction Description
1 P1 Chauffage de filière Mettre la filière en four pour se chauffer avant
de commencer l’extrusion.
2 P2 Presse 4 (Extrusion) Cette étape est un ensemble des processus liés entre eux en
effet il s’agit de l’extrusion d’aluminium pour obtenir des
barres long, puis nous passons au refroidissement avant de
subir la traction des barres, et à la fin nous faisons le
cisaillement selon une longueur de 6.5 m .
3 P3 Mise en praticable des profilés. Après le cisaillement, nous mettons les profilés dans un
praticable selon la capacité de charge utile.
4 P4 Traitement du revenu. Mettre les praticables remplie avec les profilés dans le four du
revenu pour restaurer les caractéristiques mécaniques.
5 P5 Transfert praticable (charge)
vers le rail de stockage.
Dans cette étape il s’agit de contrôler la dureté des profilés et
mettre les tickets roses dans chaque pratique.
6 P6 Transfert praticable vers la
zone de libération.
Dans cette partie nous faisons la collecte des différentes
praticables remplies par les profilés jusqu’à avoir
un accord positif donné par l’équipe qualité pour le transférer.
7 P7 Chargement des praticables
remplies par les profiles sur le
camion.
À l'aide de l’élévateur nous mettons les praticables sur le
camion pour les ramener au client (saint- Cobain , sinon à un
client direct)
60
Tableau 11:Les étapes du processus et leurs symboles pour le digramme des flux
Analyse générale de déroulement
Référence de
profilés
N° Description des étapes Opération contrôle Transfert Attend Stockage
Observation
1 Préparation de filière.
2 Chauffage de filière.
3 Stockage de matière
premiére ( table externe
de presse )
4 Extrusion d’aluminium
5 Contrôle (tolérance)
6 Attente de l’ arrivée
praticable.
7 Mise en praticable.
8 Contrôle qualité.
9 Traitement du revenu.
10 Transfert praticable
vers le rail de stockage.
11 Contrôle dureté
12 Transfer praticable
vers la zone de
libération.
13 Contrôle définitif.
14 Stockage de profilés
conformes.
15 Vidange au client
(Saint-Gobain)
1
2
8
7
6
5
4
3
10
9
11
12
13
14
15
61
IV. Cartographie de la chaine de valeur initiale :
Dans cette partie, nous avons suivi les étapes nécessaires pour réaliser la cartographie de la
chaine de valeur sur la lignée de presse 4.
VI.1.Chronométrage pour VSM :
Parmi les trois types de chronométrage nous avons utilisé le chronométrage de diagnostic, car le
but de notre VSM est de détecter les anomalies qui provoquent un gaspillage de temps. Notre
chronométrage a été effectué par l’intermédiaire de 16 mesures.
Avant la réalisation de notre VSM nous avons fait le chronométrage de cycle de production d’un
profilé brut de chaque processus, nous avons fait 16 mesures pour les différents processus
faisant durant un mois presque .Nous avons trouvé quelques difficultés puisque certains
processus prennent beaucoup de temps pour réaliser le travail.
Notre chronométrage est réalisé sur la presse 4 de TPR sidi Rezig car elle fait plus de tonnage
que les deux autres lignées de production (presse 7et 6).
Les chronométrages réalisés sont mentionnés dans l’annexe 2
VI.2.Réalisation de la VSM initiale :
La cartographie VSM utilise des symboles simples dont la connaissance permet une lecture et
une compréhension aisées du processus. Afin de pouvoir dresser une VSM, nous devons
connaitre le temps de cycle des postes quels qu’ils soient automatiques ou manuels et savoir le
temps de déplacement d’une opération à une autre. Le relevé du temps de cycle débute dès
l’étape P1 jusqu’au retour une autre fois à la même opération.
62
Figure 29:Cartographie de la chaine de valeur actuel :
63
Interprétation :
Nous sommes arrivé à la fin de notre cartographie VSM de l’état actuel, elle regroupe les
processus de fabrication d’un profilé brut.
Le résultat obtenu renvoie à un ajustement non équilibré, c.-à-d. que les processus de travail
ne sont pas égaux au niveau de temps, ceci va causer des mudas d’attente, pour éviter ce
problème il est impérativement obligatoire de faire une amélioration sur la chaine pour
augmenter sa productivité.
En effet nous avons trois processus ; le C/T est le plus grand . Ces processus sont les
suivants :
 Chauffage des filières .
 Traitement du revenu .
 Mise en praticable .
Pour le temps d’attend entre deux activités les grands attends sont répartis en quatre derniers
processus que sont :
 Temps d’attend 1 : entre le traitement du revenu jusqu’au transfert praticable vers le
rail.
 Temps d’attend 2 : entre le mise en praticable des profilés jusqu’au transfert au four
du revenu.
 Temps d’attend 3 : entre le transfert praticable vers la zone de libération jusqu’au
chargement des praticables sur le camion.
Le Lead Time est le temps de début de processus (chauffage de la filière) jusqu’à la fin de
processus (chargement sur le camion), nous obtenons un profilé brut égal à 70 heures (251460
sec).
Le Lead Time regroupe les valeurs ajoutées est les valeurs non ajoutées.
Le cycle Time est l’intervalle de temps qui sépare deux processus ou deux activités
successifs et qui est égal dans notre cartographie à 19. Heure (67200 sec).
L’indice de la viabilité de la ligne = (Cycle Time/Lead Time) *100= (67200/251460)*100
=26% < 30 %
Donc la lignée de production n’est pas viable.
64
Grâce au chronométrage de notre VSM ; nous avons concentré le temps opératoire nécessaire
à chaque étape (temps minimal, maximal ou moyen) ; les résultats sont classés dans le tableau
ci-dessous.
Tableau 12:Calcul des temps moyens de fabrication d’un profilé brut
V. Calcul d’indicateur de performance (lignée de presse 4) :
Le taux de rendement synthétique TRS calculé dans la ligne de presse 4 pour analyser les
postes goulot et traiter les pertes.
Le suivi du TRS se fait quotidiennement, en effet chaque chef d’équipe de 3 équipe en
travaillant sur presse 4 remplit une fiche d’arrêt (fiche de carrier) dans laquelle il indique le
problème engendré par la machine concernée par l’arrêt, la durée de l’arrêt relevé de système
de presse. A la fin de chaque poste ces fiches sont récupérées et saisies par le responsable de
production sur des feuilles de calcul Excel.
Le TRS sera calculée à partir de cette formule TRS=Tq*Td*Tp
Nous avons réalisé 15 chronométrages entre le mois janvier et février 2020, qui se trouvent
dans l’annexe 3 avec les formules nécessaires pour faire le calcul total de notre TRS.
Après nous avons calculé le taux de rendement global TRG à partir de cette formule :
TRG= Temps utile / Temps d’ouverture=TU/TO
Etape Symbole D
e
s
c
r
i
p
heure min heure min heure min
1 P1 M
e
4 0 10 50 7 25
2 P2 E
x
0 16 2 39 1 27,5
3 P3 A
p
0 12 2 5 1 8,5
4 P4 M
e
6 0 12 0 9 0
5 P5 D
a
0 7 0 35 0 21
6 P6 D
a
0 8 0 40 0 24
7 P7 À
l
'
0 20 1 11 0,5 15,5
Temps
opératoire
requis
minimale
Temps
opératoire
requis
maximale
Temps Moyenne
65
Après tous calculs accomplis nous trouverons dans ce tableau les résultats suivants :
Tableau 13:Calcule de TRS et TRG
Tq 0,92
Tp 0,93
Td 0,80
TRS 0,69
TRG 0,66
Interprétation :
Nous avons finalisé le calcul de TRS et TRG pour la lignée de presse 4 .Les résultats obtenus
indiquant qu’il y a des postes goulot limitant la productivité et des pertes entre les processus
de fabrication des profilés bruts.
D’après le chronométrage fait pour la calcule de TRS, on peut observer que il s’agit trois type
des pertes que sont les suivants
Pertes participant au taux de disponibilité :
 Les arrêts propres fonctionnels (pannes supérieurs à 10 minutes)
 Les arrêts d'exploitation (changement de série (filière), réglages, contrôles)
 Les arrêts induits (manque de pièces ou de ressources, défaut d'énergie)
Pertes participant au taux de performance :
 Les micro-arrêts.
 Les ralentissements et les marches à vide.
Pertes participant au taux de qualité :
 Les défauts de qualité.
 Les pertes (qualité) au démarrage de production (filière vierge).
66
VI.Le Temps de cycle :
Le temps de cycle de chaque poste dépend des opérations introduites pour obtenir un
produit final conforme, il y a des petits changements au niveau du temps de cycle lorsque les
filières changent (référence profile), c’est pour cela nous avons choisi de se baser sur un
grand nombre de demandes de client.
Le nombre de postes a été pris en considération pour un poste donné pour calculer la
capacité de l’ensemble des postes.
Le tableau ci-dessous met en lumière la répartition de temps moyenne et le temps de cycle
pour l’ensemble du processus de fabrication pendant le mois de Février de l’année 2020.
Tableau 14:Temps de cycle pour l’ensemble du processus de fabrication
Etape Symbole Fonction Temps
Moyenne (min)
Nombre
de
postes ou
personnes
Temps de cycle
pour
l’ensemble du
processus de
fabrication
(minutes)
1 P1 Chauffage de la filière.
445 1 445
2 P2 Presses 4. 87,5 6 14,58
3 P3 Mise en praticable des
profilés. 68,5 2 34,25
4 P4 Traitement de revenu. 540 1 540
5 P5 Transfert praticable vers le
rail de stockage. 21 1 21
6 P6 Transfert praticable vers la
zone de libération. 24 2 12
7 P7 Chargement des praticables
remplis par les profiles sur le
camion.
45,5 4 11,37
67
VII- Les 8 Mudas :
D’après le chronométrage élaboré pour la cartographie VSM et le calcul de TRS
(annexe..) et d’après l’observation effectuée dans le lignée de presse 4, nous avons
constaté les 8 Mudas qui sont classés ci-dessous.
Muda Transport :
 Le mouvement logistique non organisé.
Muda d’attente :
 Les chauffages des filières aux fours dépassent le temps demandé.
 Augmentation de temps de refroidissement pour certaines références profiles (grande
épaisseur).
 Les OF non conformes (retour) rendent la zone de stockage serrée et prennent
beaucoup de temps pour l’évacuer.
 Les découpages des profilés sont suspendus.
 Attente de déchargement de chariote remplie des barres non conformes.
 Praticable charge sortie de four prenait beaucoup de temps avant le contrôle dureté et
la mise des tickets.
 L’extrusion de l’alliage d’aluminium est suspendue.
 Les praticables chargés au four du revenu dépassent le temps demandé
 Panne de presse 4.
 Absence des outils de maintenance.
 Certains OF dépassent leurs séjours normaux au TPR Sidi Rezig.
Muda de mouvement :
 Les ouvriers font des mouvements sans valeurs ajoutée.
Muda de stock :
 Mauvais arbitrage sur les prévisions de laquage des OF (FIFO).
 Les praticables chargés des profilés ne sont pas bien répartis dans le magasin brut .
 Accumulation des praticables vides aux zones presses 4.
 Accumulation des déchets profilés aux zones presses 4.
 Accumulation des boites des bâtis aux zones presses 4.
68
Muda de non qualité :
 Aspect
 Rayure (défauts filière)
 Arrachement
 Bossage
 Pick-up (des petits trous)
 Rainurage
 Bull d'aire (matière premier)
 Trace noire (matière premier)
 Trace d’intercalaire (table, rouleaux)
 Trace bande (rouleaux de table)
 Défauts géométrie (creux, bombe, étirage)
 Défauts dimensionnelles (cote non conforme)
Muda de processus excessif :
 Un excès de contrôle dans le processus d’extrusion.
Sous-Utilisation des Compétences :
 Mauvais rangement et désorganisation.
 Non Sensibilisation et prévention des employés.
VIII.AMDEC procès :
Dans cette partie, nous allons définir la méthode AMDEC ainsi que la démarche à suivre
pour le réaliser et nous avons appliqué la méthode AMDEC pour analyser les causes racines
des mudas en utilisant l’outil de 5M pour mettre les actions correctives pour chaque défaut.
VIII.1.Présentation de la méthode AMDEC :
L’analyse des modes des défaillances ,de leurs effets et de leurs criticité (AMDEC) est une
méthode d’analyse prévisionnelle de la fiabilité qui permet de recenser systématiquement les
défaillances potentielles d’un dispositif puis d’estimer les risques liés à l’apparition de ces
défaillances , afin d’engager les actions correctives à apporter au dispositif .
Les types d’AMDEC :
Il existe globalement trois types d’AMDEC qui se suivent ainsi que le produit analysé :
69
VIII.1.1.Le produit fabriqué par l’entreprise (AMDEC produit) :
L’AMDEC produit est utilisée pour aider à la validation des études de définition d’un
nouveau produit fabriqué par l’entreprise .Elle est mise en œuvre pour évaluer les défauts
potentiels du nouveau produit et leurs causes.
Cette évaluation de tous les défauts possibles permettra d’y remédier par hiérarchisation, et
par la mise en place d’actions correctives sur la conception et préventives sur
l’industrialisation.
VIII.1.2.La procédure de fabrication du produit de l’entreprise (AMDEC procès) :
L’AMDEC procès est utilisée pour étudier les défauts potentiels d’un produit nouveau ou non
engendrés par le processus de fabrication .Elle est mise en œuvre pour évaluer et hiérarchiser
les défauts potentiels d’un produit dont les causes proviennent de son processus de
fabrication .S’il s’agit d’un nouveau procédé, L’AMDEC procès en permettra l’optimisation
,en visant la suppression des causes de défauts en agissant négativement sur le produit .S’il
s’agit d’un procédé existant ,l’AMDEC procès en permettra l’amélioration.
VIII.1.3.Le moyen de produit intervenant dans la production du produit de l’entreprise
(AMDEC Moyen) :
L’AMDEC moyen de production, plus souvent appelée AMDEC machine permet de réaliser
l’étude du moyen de production lors de sa conception ou pendant sa phase d’exploitation, ou
pour étudier les défaillances des processus.
70
VIII.2.Démarche de l’AMDEC :
La réalisation de l’AMDEC suppose le déroulement de la méthode telle qu’elle est
mentionnée dans la figure ci-dessous.
VIII.3.Constitution de groupe de tra
VIII.3.Constitution de groupe de travail
Le groupe de travail est composé de personnes responsables sur la qualité de produit
(direction qualité).
Ils peuvent nous aider à apporter les informations nécessaires à l’analyse grâce à leurs
production .Notre groupe de travail comprend :
 Ghandri Salah Eddine (stagiaire)
 Wafa el Echi (responsable qualité et formation)
 Kornef Fouzai (responsable qualité produit)
VIII.4.Analyse de la criticité de chaque mode de défaillance :
La criticité est une évaluation quantitative du risque constitué par le scénario (mode –cause-
effet-détection) de défaillance analysée. La criticité est évaluée à partir de la combinaison de
trois facteurs :
Figure 30:Démarche de L’AMDEC
L’initialisation de l’étude
(Constitution de groupe de travail et
Analyser le terrain de travail)
Analyse de système
(L’analyse de défaillance potentielle,
Evaluation de criticité)
Choix d’action de réparation
(Proposition d’action de réparation)
Synthèse d’étude
(Dégager les parties de la machine
qui nécessite, une intervention
ponctuelle)
71
-La fréquence d’apparition du couple mode-cause (F)
-La gravité de l’effet (G)
-La possibilité d’utiliser les signes de détection (N)
VIII.4.1.La gravité :
La Gravité (G) ou sévérité de l’effet de défaut ou de la défaillance.
Tableau 15:Grille de gravité
Gravité: G
Note Critère
1 Effets mineurs
2 Effets significatifs
3 Effets critiques
4 Effets catastrophiques
VIII.4.2.La fréquence (F) :
Nous estimons la période dans laquelle la défaillance est susceptible de se reproduire. Les
différentes périodes sont représentées dans le tableau ci-dessous.
Tableau 16:Grille de fréquence
Fréquence : F(probabilité d’occurrence)
Note Critère
1 Très faible
2 Faible
3 Moyenne
4 Forte
VIII.4.3.La détection :
Elle exprime l’efficacité du système permettant de détecter le problème .Le tableau ci-dessous
récapitule les variantes de la détection :
72
Tableau 17:Grille de détection
Détection: D
Note Critère
1 Aucune détection possible
2 Détection peu faible
3 Efficace
4 Très efficace
VIII.4.4.La note de criticité :
Une fois que les notes de fréquence, de gravité et de détection ont été données, la note de
criticité est calculée.
 Criticité = Fréquence × Gravité × Détection
Tableau 18:Les trois zones d’évaluation par la criticité
Zone C C = 6 Criticité négligeable
Zone B 6 ≤C < 18 Criticité moyenne
Zone A 18 ≤ C ≤ 64 Criticité élevée
73
VIII.5.Réalisation de L’AMDEC :
Tableau 19:AMDEC
AMDEC –MOYEN DE PRODUCTION
Lignée de presse 4, Magasin brut,
mise au point
Rédacteur : Salah Eddine Ghandri
Direction qualité
Défaut Activité de
processus
Mode de
défaillance
Causes Effets G F D Criticité Action corrective
G*F*D
1 P6
Mauvaise
arbitrage sur les
prévisions de
laquage des
OF.
*Planning non suivi correctement.
(site Saint-Gobain)
*Manque de communication entre les sites
TPR.
* Attendre l'accumulation de tonnage des
profilés des différents OF pour lancer le
laquage.
*Le chef d'équipe de chaque section
réagissait selon la situation imposée.
*Accumulation
des tonnages
des profilés
bruts dans le
magasin brut
des différentes
références .
*Retard de
préparation des
commandes.
4 4 2 32
*Assurer le suivi de
planning au site Saint-
Gobain (first in first
out )
*En pensant au
futur :regrouper tous
les sites de TPR dans
un espace commun
(campus).
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI
Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI

Contenu connexe

Tendances

Exemple projet amdec
Exemple projet amdecExemple projet amdec
Exemple projet amdecSal Ma
 
Standardisation, maitrise et optimisation du système de pilotage de la perfor...
Standardisation, maitrise et optimisation du système de pilotage de la perfor...Standardisation, maitrise et optimisation du système de pilotage de la perfor...
Standardisation, maitrise et optimisation du système de pilotage de la perfor...
oumaimazizi
 
Etude critique et amélioration de la gestion de la performance du service mai...
Etude critique et amélioration de la gestion de la performance du service mai...Etude critique et amélioration de la gestion de la performance du service mai...
Etude critique et amélioration de la gestion de la performance du service mai...darckdaxter
 
Rapport PFE faten_chalbi
Rapport PFE faten_chalbiRapport PFE faten_chalbi
Rapport PFE faten_chalbi
Faten Chalbi
 
Projet Fin d'année version finale
Projet Fin d'année version finaleProjet Fin d'année version finale
Projet Fin d'année version finaleHoussem AZZOUZ
 
Rapport de Stage PFE 2016 ELAAMRANI OMAR
Rapport de Stage PFE 2016 ELAAMRANI OMARRapport de Stage PFE 2016 ELAAMRANI OMAR
Rapport de Stage PFE 2016 ELAAMRANI OMAROmar EL Aamrani
 
Etude de cas_vsm_2013_imi
Etude de cas_vsm_2013_imiEtude de cas_vsm_2013_imi
Etude de cas_vsm_2013_imi
asalmi4
 
La méthode DMAIC et ses secrets
La méthode DMAIC et ses secretsLa méthode DMAIC et ses secrets
La méthode DMAIC et ses secrets
XL Groupe
 
Rapport se stage LEONI BSK
Rapport se stage LEONI BSKRapport se stage LEONI BSK
Rapport se stage LEONI BSKChàimaà Mhjr
 
Rapport PFE Génie Electrique (2016)
Rapport PFE Génie Electrique (2016)Rapport PFE Génie Electrique (2016)
Rapport PFE Génie Electrique (2016)
Mohsen Sadok
 
Présentation soutenance
Présentation soutenancePrésentation soutenance
Présentation soutenance
shurongliu
 
gestion d'approvisionnement et gestion de stock
gestion  d'approvisionnement et gestion de stockgestion  d'approvisionnement et gestion de stock
gestion d'approvisionnement et gestion de stock
Maryam Boussaffa
 
Soutenance de stage Ingénieur
Soutenance de stage IngénieurSoutenance de stage Ingénieur
Soutenance de stage IngénieurFaten Chalbi
 
Rapport stage : Mise en place d’un plan de maintenance
Rapport stage : Mise en place d’un plan de maintenanceRapport stage : Mise en place d’un plan de maintenance
Rapport stage : Mise en place d’un plan de maintenance
YounesSALEK1
 
Rapport de projet de fin d'année
Rapport de projet de fin d'année Rapport de projet de fin d'année
Rapport de projet de fin d'année
kaies Labiedh
 
Optimisation du WIP et déploiement du Lean Management : Lear Corporation TRIM...
Optimisation du WIP et déploiement du Lean Management : Lear Corporation TRIM...Optimisation du WIP et déploiement du Lean Management : Lear Corporation TRIM...
Optimisation du WIP et déploiement du Lean Management : Lear Corporation TRIM...
Mohamed CHAKKOUR
 
Rapport final
Rapport finalRapport final
Rapport final
YosraJerbi1
 
Presentation LEONI
Presentation LEONIPresentation LEONI
Presentation LEONI
The2289King
 
Présentation soutenance du PFE
Présentation soutenance du PFEPrésentation soutenance du PFE
Présentation soutenance du PFE
marouan barssa
 
Rapport De PFE
Rapport De PFERapport De PFE
Rapport De PFE
Nadir Haouari
 

Tendances (20)

Exemple projet amdec
Exemple projet amdecExemple projet amdec
Exemple projet amdec
 
Standardisation, maitrise et optimisation du système de pilotage de la perfor...
Standardisation, maitrise et optimisation du système de pilotage de la perfor...Standardisation, maitrise et optimisation du système de pilotage de la perfor...
Standardisation, maitrise et optimisation du système de pilotage de la perfor...
 
Etude critique et amélioration de la gestion de la performance du service mai...
Etude critique et amélioration de la gestion de la performance du service mai...Etude critique et amélioration de la gestion de la performance du service mai...
Etude critique et amélioration de la gestion de la performance du service mai...
 
Rapport PFE faten_chalbi
Rapport PFE faten_chalbiRapport PFE faten_chalbi
Rapport PFE faten_chalbi
 
Projet Fin d'année version finale
Projet Fin d'année version finaleProjet Fin d'année version finale
Projet Fin d'année version finale
 
Rapport de Stage PFE 2016 ELAAMRANI OMAR
Rapport de Stage PFE 2016 ELAAMRANI OMARRapport de Stage PFE 2016 ELAAMRANI OMAR
Rapport de Stage PFE 2016 ELAAMRANI OMAR
 
Etude de cas_vsm_2013_imi
Etude de cas_vsm_2013_imiEtude de cas_vsm_2013_imi
Etude de cas_vsm_2013_imi
 
La méthode DMAIC et ses secrets
La méthode DMAIC et ses secretsLa méthode DMAIC et ses secrets
La méthode DMAIC et ses secrets
 
Rapport se stage LEONI BSK
Rapport se stage LEONI BSKRapport se stage LEONI BSK
Rapport se stage LEONI BSK
 
Rapport PFE Génie Electrique (2016)
Rapport PFE Génie Electrique (2016)Rapport PFE Génie Electrique (2016)
Rapport PFE Génie Electrique (2016)
 
Présentation soutenance
Présentation soutenancePrésentation soutenance
Présentation soutenance
 
gestion d'approvisionnement et gestion de stock
gestion  d'approvisionnement et gestion de stockgestion  d'approvisionnement et gestion de stock
gestion d'approvisionnement et gestion de stock
 
Soutenance de stage Ingénieur
Soutenance de stage IngénieurSoutenance de stage Ingénieur
Soutenance de stage Ingénieur
 
Rapport stage : Mise en place d’un plan de maintenance
Rapport stage : Mise en place d’un plan de maintenanceRapport stage : Mise en place d’un plan de maintenance
Rapport stage : Mise en place d’un plan de maintenance
 
Rapport de projet de fin d'année
Rapport de projet de fin d'année Rapport de projet de fin d'année
Rapport de projet de fin d'année
 
Optimisation du WIP et déploiement du Lean Management : Lear Corporation TRIM...
Optimisation du WIP et déploiement du Lean Management : Lear Corporation TRIM...Optimisation du WIP et déploiement du Lean Management : Lear Corporation TRIM...
Optimisation du WIP et déploiement du Lean Management : Lear Corporation TRIM...
 
Rapport final
Rapport finalRapport final
Rapport final
 
Presentation LEONI
Presentation LEONIPresentation LEONI
Presentation LEONI
 
Présentation soutenance du PFE
Présentation soutenance du PFEPrésentation soutenance du PFE
Présentation soutenance du PFE
 
Rapport De PFE
Rapport De PFERapport De PFE
Rapport De PFE
 

Similaire à Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI

Rapport de stage
Rapport de stageRapport de stage
Rapport de stage
Abderrahim Nakkat
 
Rapport de projet de fin d’étude
Rapport  de projet de fin d’étudeRapport  de projet de fin d’étude
Rapport de projet de fin d’étude
OumaimaOuedherfi
 
Rapport finiale
Rapport finialeRapport finiale
Rapport finiale
marwenbencheikhali
 
Etude statique et dynamique d'un r+5
Etude statique et dynamique d'un r+5Etude statique et dynamique d'un r+5
Etude statique et dynamique d'un r+5
Hafsa Ben
 
rapport de stage de boufakri abdelmounaim.pdf
rapport de stage de boufakri abdelmounaim.pdfrapport de stage de boufakri abdelmounaim.pdf
rapport de stage de boufakri abdelmounaim.pdf
Oussamawahmane
 
RAPPORT DE PROJET DE FIN D’ETUDES
RAPPORT DE PROJET DE FIN D’ETUDESRAPPORT DE PROJET DE FIN D’ETUDES
RAPPORT DE PROJET DE FIN D’ETUDES
TombariAhmed
 
Rapport PFE BIAT Conception et mise en place d’une plate-forme de gestion des...
Rapport PFE BIAT Conception et mise en place d’une plate-forme de gestion des...Rapport PFE BIAT Conception et mise en place d’une plate-forme de gestion des...
Rapport PFE BIAT Conception et mise en place d’une plate-forme de gestion des...
Yasmine Lachheb
 
Rapport pfe isi_Big data Analytique
Rapport pfe isi_Big data AnalytiqueRapport pfe isi_Big data Analytique
Rapport pfe isi_Big data Analytique
Yosra ADDALI
 
546005863-Mon-Rapport-Stage-Technicien-Version-Final.pdf
546005863-Mon-Rapport-Stage-Technicien-Version-Final.pdf546005863-Mon-Rapport-Stage-Technicien-Version-Final.pdf
546005863-Mon-Rapport-Stage-Technicien-Version-Final.pdf
MrShady1
 
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed AmineRapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Mohamed Amine Mahmoudi
 
Conception et développement d'une application de gestion de production et de ...
Conception et développement d'une application de gestion de production et de ...Conception et développement d'une application de gestion de production et de ...
Conception et développement d'une application de gestion de production et de ...
Mohamed Aziz Chetoui
 
Rapport PFE réalisation d’un Framework Kinect
Rapport PFE réalisation d’un Framework KinectRapport PFE réalisation d’un Framework Kinect
Rapport PFE réalisation d’un Framework Kinect
Amine MEGDICHE
 
dimensionnement et conception d'un convoyeur à bande
dimensionnement et conception d'un convoyeur à bandedimensionnement et conception d'un convoyeur à bande
dimensionnement et conception d'un convoyeur à bande
Hasni Zied
 
Rapport de pfe (am)
Rapport de pfe (am)Rapport de pfe (am)
Rapport de pfe (am)
Anasse ELRHOUL
 
Stage de Perfectonnement Génie Electrique (1) mm 24
Stage de Perfectonnement Génie Electrique (1) mm 24Stage de Perfectonnement Génie Electrique (1) mm 24
Stage de Perfectonnement Génie Electrique (1) mm 24
DhaouiMastour
 
Rapport-de-perfectionnement-Jasser-Degani.pdf
Rapport-de-perfectionnement-Jasser-Degani.pdfRapport-de-perfectionnement-Jasser-Degani.pdf
Rapport-de-perfectionnement-Jasser-Degani.pdf
AlaChihaoui1
 
PUPPET AND ICINGA WEB
PUPPET AND ICINGA WEBPUPPET AND ICINGA WEB
PUPPET AND ICINGA WEB
Wilfried Tiani
 
Rapport de stage PFE ( DUT) chez Synthèse Conseil - Jaiti Mohammed
Rapport de stage PFE ( DUT) chez Synthèse Conseil  - Jaiti MohammedRapport de stage PFE ( DUT) chez Synthèse Conseil  - Jaiti Mohammed
Rapport de stage PFE ( DUT) chez Synthèse Conseil - Jaiti Mohammed
Mohammed JAITI
 
Rapport pfe
Rapport pfeRapport pfe
Rapport pfe
Ahmed rebai
 

Similaire à Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI (20)

Rapport de stage
Rapport de stageRapport de stage
Rapport de stage
 
Rapport de projet de fin d’étude
Rapport  de projet de fin d’étudeRapport  de projet de fin d’étude
Rapport de projet de fin d’étude
 
Rapport finiale
Rapport finialeRapport finiale
Rapport finiale
 
Etude statique et dynamique d'un r+5
Etude statique et dynamique d'un r+5Etude statique et dynamique d'un r+5
Etude statique et dynamique d'un r+5
 
rapport de stage de boufakri abdelmounaim.pdf
rapport de stage de boufakri abdelmounaim.pdfrapport de stage de boufakri abdelmounaim.pdf
rapport de stage de boufakri abdelmounaim.pdf
 
RAPPORT DE PROJET DE FIN D’ETUDES
RAPPORT DE PROJET DE FIN D’ETUDESRAPPORT DE PROJET DE FIN D’ETUDES
RAPPORT DE PROJET DE FIN D’ETUDES
 
Rapport PFE BIAT Conception et mise en place d’une plate-forme de gestion des...
Rapport PFE BIAT Conception et mise en place d’une plate-forme de gestion des...Rapport PFE BIAT Conception et mise en place d’une plate-forme de gestion des...
Rapport PFE BIAT Conception et mise en place d’une plate-forme de gestion des...
 
Rapport pfe isi_Big data Analytique
Rapport pfe isi_Big data AnalytiqueRapport pfe isi_Big data Analytique
Rapport pfe isi_Big data Analytique
 
546005863-Mon-Rapport-Stage-Technicien-Version-Final.pdf
546005863-Mon-Rapport-Stage-Technicien-Version-Final.pdf546005863-Mon-Rapport-Stage-Technicien-Version-Final.pdf
546005863-Mon-Rapport-Stage-Technicien-Version-Final.pdf
 
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed AmineRapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
 
Conception et développement d'une application de gestion de production et de ...
Conception et développement d'une application de gestion de production et de ...Conception et développement d'une application de gestion de production et de ...
Conception et développement d'une application de gestion de production et de ...
 
Rapport PFE réalisation d’un Framework Kinect
Rapport PFE réalisation d’un Framework KinectRapport PFE réalisation d’un Framework Kinect
Rapport PFE réalisation d’un Framework Kinect
 
dimensionnement et conception d'un convoyeur à bande
dimensionnement et conception d'un convoyeur à bandedimensionnement et conception d'un convoyeur à bande
dimensionnement et conception d'un convoyeur à bande
 
Briqueterie saoui
Briqueterie saouiBriqueterie saoui
Briqueterie saoui
 
Rapport de pfe (am)
Rapport de pfe (am)Rapport de pfe (am)
Rapport de pfe (am)
 
Stage de Perfectonnement Génie Electrique (1) mm 24
Stage de Perfectonnement Génie Electrique (1) mm 24Stage de Perfectonnement Génie Electrique (1) mm 24
Stage de Perfectonnement Génie Electrique (1) mm 24
 
Rapport-de-perfectionnement-Jasser-Degani.pdf
Rapport-de-perfectionnement-Jasser-Degani.pdfRapport-de-perfectionnement-Jasser-Degani.pdf
Rapport-de-perfectionnement-Jasser-Degani.pdf
 
PUPPET AND ICINGA WEB
PUPPET AND ICINGA WEBPUPPET AND ICINGA WEB
PUPPET AND ICINGA WEB
 
Rapport de stage PFE ( DUT) chez Synthèse Conseil - Jaiti Mohammed
Rapport de stage PFE ( DUT) chez Synthèse Conseil  - Jaiti MohammedRapport de stage PFE ( DUT) chez Synthèse Conseil  - Jaiti Mohammed
Rapport de stage PFE ( DUT) chez Synthèse Conseil - Jaiti Mohammed
 
Rapport pfe
Rapport pfeRapport pfe
Rapport pfe
 

Rapport projet fin d'études SALAH EDDINE GHANDRI

  • 1. Electromécanique Réalisé par: GHANDRI Salah Eddine Encadré par: Encadrant ESPRIT: MME BAGGA Sabrine Encadrant Entreprise: MME TRIKI Nouha Amélioration continue de la productivité en utilisant le Lean manufacturing
  • 2.
  • 3.
  • 4. Dédicases En témoignage d’amour et d’affection, je dédie ce travail avec une grande fierté. Àmes parents qui ont été d’un dévouement exemplaire et d’un réconfort inestimable. À mon frère, ma sœur et toute ma famille en reconnaissance de leurs encouragements. Àtous mes amis pour leur sympathie, leur humeur et leur solidarité avec moi.   Ghandri Salah Eddine
  • 5. Remerciements Avant de commencer la présentation de ce rapport, nous profitons l’occasion pour remercier du fond du cœur toute personne qui a contribué de près ou de loin à la réalisation de ce travail. Il n’est jamais facile pour un étudiant de trouver un stage, c’est pour cela nous remercions la société TPR est surtout Monsieur Bayhi Karim directeur de la société, de m’avoir autorisée à effectuer mon projet de fin d'études au sein de son honorable institution. Je voudrais exprimer mes vifs remerciements à notre encadreur professionnel (directrice qualité et formation) Madame Triki Nouha . Notre profond remerciement à notre encadreur Madame Bagga sabrine pour ses remarques et ses suggestions qui ont été déterminantes pour l’aboutissement de ce projet. Je lui suis reconnaissante de la qualité de son encadrement. Mes remerciements s'adressent également à tout le personnel pour leurs disponibilités et leurs précieux conseils et recommandations que j'ai servies pour la réalisation de ce projet Enfin, nous tenons à remercier les membres de Jury de bien vouloir accepter de juger notre travail.
  • 6. Abréviation TRS=Taux de rendement synthétique TRG=Taux de rendement globale Tq=Taux qualité Td=Taux disponibilité Tp=Taux performance VSM=Value Stream Mapping SD=Sidi rezig SG=Saint-gobain DW=Djebl il ouest TPR=Tunisie profilés aluminium SWOT= Strengths,Weaknesses ,Opportunities ,Threats=Forces,Fiablesses,Opportunités ,Menaces) PDCA=Plan, Do, Check , Act AMDEC=Analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur Criticité SMED=Single Minute Exchange of Die TPS =Toyota Production System TC= Temps de cycle TP=Temps de passage VA= Temps de valeur ajoutée C/T=Cycle Time OF=Ordre de fabrication
  • 7. Table des matières Introduction générale................................................................................................................ 14 Chapitre I : Présentation de l’organisme d’accueil TPR :....................................................... 17 Introduction :............................................................................................................................ 17 I-Présentation de la société TPR : ............................................................................................ 17 I.1.Géneralité sur la société TPR :...................................................................................... 17 I.2.Historique TPR :.............................................................................................................. 17 I.3.Moyenne technique : ....................................................................................................... 18 I.4.La fiche signalétique : ..................................................................................................... 19 I.5. Les Certifications de « TPR » ........................................................................................ 20 I.5.1.Système de Management de la Qualité «ISO 9001 V 2000 : ................................... 20 I.5.2.Certification Produit QUALICAOT :...................................................................... 20 I.5.3.Certification Produit QUALANOD :....................................................................... 21 I.6. Organigramme de la société TPR : ................................................................................ 21 I.7. Les différentes directions de la société TPR :................................................................ 23 I.7.1.Direction commerciale : .......................................................................................... 23 I.7.2.Direction financière :............................................................................................... 23 I.7.3.Direction qualité : ..................................................................................................... 23 I.7.4.Direction production :............................................................................................... 23 I.7.5.Direction maintenance :............................................................................................ 24 I.8.Les produits réalisés par TPR : ...................................................................................... 24 II. La stratégie adaptée par société TPR :................................................................................. 25 III. Les fournisseurs de TPR : ................................................................................................. 26 III.1.Fournisseurs pour billettes :......................................................................................... 26 III.2.Fournisseur filière :....................................................................................................... 27 VI. Présentation du projet : ...................................................................................................... 27 VI.1.Problématique du projet : ............................................................................................. 27 VI.2.Objectif du projet : ....................................................................................................... 27 Conclusion :.............................................................................................................................. 29 Chapitre II: Le concept Lean management : ............................................................................ 31 Introduction :............................................................................................................................ 31
  • 8. I. Historique :............................................................................................................................ 31 II-Définition du concept de Lean management :...................................................................... 32 III. L’objectif de Lean management :....................................................................................... 33 III.1.Eliminer les gaspillages :.............................................................................................. 33 III.2.Le mangement visuel :.................................................................................................. 34 III.3.1Définition ................................................................................................................ 34 III.3.2.Les bénéfices du Management visuel : .................................................................. 34 III.3.3. Des exemples d’application de mangement visuel :............................................. 34 IV. Les outils de Lean management :....................................................................................... 35 IV.1. Les 8 gaspillages du Lean logistique :......................................................................... 35 IV.2.Le Kaizen : ................................................................................................................... 37 IV.3. PDCA : ........................................................................................................................ 37 IV.4.Value Stream Mapping (VSM) : .................................................................................. 38 IV.4.1.Défintion VSM : .................................................................................................... 38 IV.4.2.Avantages de la cartographie des flux de valeur : ................................................. 39 IV.4.3.Les étapes de réalisation de VSM :........................................................................ 39 IV.5.Diagramme de flux :..................................................................................................... 43 IV.6. Le 5S : ......................................................................................................................... 43 V. Les indicateurs de la performance :.................................................................................... 44 V.1.Le taux de rendement synthétique (TRS) :.................................................................... 45 V.2.Le taux de rendement Global (TRG):............................................................................ 46 VI. Diagramme Causes/ Effet : ................................................................................................ 46 Conclusion :.............................................................................................................................. 47 Chapitre III : Analyse de l’existant : ........................................................................................ 49 Introduction :............................................................................................................................ 49 I. Description du processus d’extrusion des profilés en aluminium ....................................... 49 I.1.Les étapes suivies dans la fabrication d’un profilé brut :............................................... 49 I.2.1Définition de filière :..................................................................................................... 53 II.2.2. Les type des filières : ................................................................................................. 53 II.2.3.Les processus du réglage des filières :........................................................................ 53 I.3. Traitement de surface : Site Saint-Gobain :....................................................................... 57 I.3.1 Description du processus de laquage (section laquage) :............................................. 57 I.3.2.Description du processus d’anodisation (section anodisation) : .................................. 57
  • 9. II. Etude de l’existant : ............................................................................................................. 57 II.1 .Collecte des informations : ........................................................................................... 57 II. 2.Cartographique type processus pour TPR : ................................................................. 58 II.3.Les processus de fabrication d’un profilé brut :............................................................. 58 II.4.Défintion de chaque processus : .................................................................................... 59 III. Diagramme des flux : ......................................................................................................... 59 IV. Cartographie de la chaine de valeur initiale :..................................................................... 61 VI.1.Chronométrage pour VSM :......................................................................................... 61 V. Calcul d’indicateur de performance (lignée de presse 4) :................................................. 64 VI.Le Temps de cycle : ............................................................................................................ 66 VII- Les 8 Mudas : ................................................................................................................... 67 VIII.AMDEC procès :.............................................................................................................. 68 VIII.1.Présentation de la méthode AMDEC :....................................................................... 68 VIII.1.1.Le produit fabriqué par l’entreprise (AMDEC produit) :.................................... 69 VIII.1.2.La procédure de fabrication du produit de l’entreprise (AMDEC procès) : ....... 69 VIII.1.3.Le moyen de produit intervenant dans la production du produit de l’entreprise (AMDEC Moyen) :........................................................................................................... 69 VIII.2.Démarche de l’AMDEC : .......................................................................................... 70 VIII.4.Analyse de la criticité de chaque mode de défaillance :............................................ 70 VIII.4.1.La gravité : .......................................................................................................... 71 VIII.4.4.La note de criticité : ............................................................................................ 72 VIII.5.Réalisation de L’AMDEC : ....................................................................................... 73 Conclusion :.............................................................................................................................. 86 Chapitre IV : Chantier d’amélioration continue :..................................................................... 88 Introduction :............................................................................................................................ 88 I.1.Préparation du chantier : ................................................................................................. 88 I.2.Analyse de l’existant :..................................................................................................... 89 I.4.Conception solid Works :................................................................................................ 95 I.4.1.Problématique :......................................................................................................... 95 I.4.2.Solution :................................................................................................................... 96 II. Chantier SMED : ................................................................................................................. 97 II.1.Définition :..................................................................................................................... 97 II.2.Objectifs :....................................................................................................................... 97 II.3.Définition du temps de changement : ............................................................................ 97
  • 10. II.4.Les étapes du SMED :.................................................................................................... 98 II.5.Méthodologie d’application du SMED :..................................................................... 100 I1.5.1. Séparation des opérations internes et externes : .................................................. 100 II.5.2.Conversion des opérations internes en opérations externes :................................ 100 II.5.3.Rationalisation de tous les aspects des opérations de réglage :............................. 100 II.6.Application du SMED : ............................................................................................... 101 II.6.1.Chronométrage SMED :........................................................................................ 101 II.6.2.Séparation des opérations internes et externes :.................................................... 105 II.6.3. Conversion des opérations internes en opérations externes :............................... 107 III. Gains réalisés après le chantier d’amélioration continue:................................................ 115 III.1. Gain SMED : ............................................................................................................. 115 III.2. Cartographie de la chaine de valeur Final : ............................................................... 117 Conclusion :............................................................................................................................ 118 Conclusion générale ............................................................................................................... 119 Annexe 1 : Les pictogrammes pour VSM.............................................................................. 122 Annexe 2 : Chronométrage VSM........................................................................................... 125 Annexe 3 : Calcule d’indicateur de performance avant l’amélioration................................. 126 Annexe 4 : Les digrammes d’Ishikawa.................................................................................. 127 Annexe 5 : Questionnement d’évaluation pour le 5S............................................................. 133 Annexe 6 :Chek list 5S........................................................................................................... 135 Annexe 7: Mise au plan de la conception de la machine ...................................................... 138 Annexe 8 : Chronométrage SMED après l’amélioration ....................................................... 139 Annexe 9 : Calcule d’indicateur de performance après le chantier d’amélioration continue141
  • 11. Liste des figures Figure 1:logo société TPR........................................................................................................ 17 Figure 2: Logo d’ISO 9001 ...................................................................................................... 20 Figure 3: Logo de QUALICAOT............................................................................................. 20 Figure 4: Logo de Qualanod..................................................................................................... 21 Figure 5 : Organigramme de la société TPR ............................................................................ 22 Figure 6 : Historique Lean management.................................................................................. 32 Figure 7: Les 8 Mudas.............................................................................................................. 36 Figure 8: Roue de Deming ....................................................................................................... 38 Figure 9: Les niveaux d’amélioration du VSM........................................................................ 39 Figure 10: Exemple cartographie des flux de valeur.............................................................. 40 Figure 11: Méthodologie de la réalisation de VSM ................................................................. 41 Figure 12:Le 5 S....................................................................................................................... 44 Figure 14: Temps d’état d’un moyen de production :.............................................................. 45 Figure 15:Diagramme de poisson ou Ishikawa........................................................................ 47 Figure 16:Chauffage de filière au four..................................................................................... 49 Figure 17:Table des billettes d'aluminium ............................................................................... 50 Figure 18:Machine d’extrusion (Presse) .................................................................................. 50 Figure 19:Table de refroidissement et traction des profilés..................................................... 51 Figure 20:Découpage des profilés............................................................................................ 51 Figure 21:Four de traitement du revenu................................................................................... 52 Figure 22:Zone de stockage des filières :................................................................................. 52 Figure 23:Station de décapage TPR ......................................................................................... 54 Figure 24:Machine de grenaillage............................................................................................ 55 Figure 25:Bureau de polissage ................................................................................................. 55 Figure 26:Machine de nitruration............................................................................................. 56 Figure 27: Cartographique type processus pour TPR ............................................................. 58 Figure 28:Les processus de fabrication d’un profilé brut......................................................... 58 Figure 29:Cartographie de la chaine de valeur actuel :............................................................ 62 Figure 30:Démarche de L’AMDEC......................................................................................... 70 Figure 31:Accumulation des inutiles zone maintenance.......................................................... 90 Figure 32:Accumulation des déchets des profilés dans la zone presse 4 ................................ 90 Figure 33:Des inutiles dans la zone de station décapage ....................................................... 91 Figure 34:Four du revenu lignée de presse 4 .......................................................................... 91 Figure 35:Bureau d'ouvrier de polissage.................................................................................. 91 Figure 36:Poste soudure zone mise au point............................................................................ 92 Figure 37:Posage des affiches de détection sur les machines ................................................. 92 Figure 38:Installation de tableau d’affichage regroupé d’application des outils Lean (5S, VSM)........................................................................................................................................ 92 Figure 39:Posage des affiches des outils Lean et sécurité ...................................................... 93 Figure 40:Traçage zone chariot mise au point ......................................................................... 93
  • 12. Figure 41:Traçage couloir marche peton zone presse 4........................................................... 94 Figure 42:Taux d'amélioration de 5S ....................................................................................... 95 Figure 43:zone de stockage des déchets arrivés de presse ..................................................... 95 Figure 44:Conception Solid Works pour la machine proposée................................................ 96 Figure 45:Temps de changement de fabrication ...................................................................... 97 Figure 46:Les étapes d’application de SMED.......................................................................... 98 Figure 47:Cartographie de la chaine de valeur final .............................................................. 117
  • 13. Liste des tableaux Tableau 1: Fiche signalétique de TPR...................................................................................... 19 Tableau 2:Les produits réalisés par TPR.................................................................................. 24 Tableau 3: Exemple fournisseur pour billette .......................................................................... 26 Tableau 4: Exemple fournisseur pour filière............................................................................ 27 Tableau 5: Problématique QQOQCP ....................................................................................... 28 Tableau 6:Les mesures de temps pour VSM............................................................................ 42 Tableau 8:Les cinq symboles pour le digramme de flux : ....................................................... 43 Tableau 9:Les formules nécessaires pour le calcul de TRS..................................................... 45 Tableau 10:Les cuves de décapage de rinçage des filières ...................................................... 54 Tableau 11:La description des processus de fabrication.......................................................... 59 Tableau 12:Les étapes du processus et leurs symboles pour le digramme des flux................. 60 Tableau 13:Calcul des temps moyens de fabrication d’un profilé brut.................................... 64 Tableau 14:Calcule de TRS et TRG......................................................................................... 65 Tableau 15:Temps de cycle pour l’ensemble du processus de fabrication .............................. 66 Tableau 16:Grille de gravité..................................................................................................... 71 Tableau 17:Grille de fréquence................................................................................................ 71 Tableau 18:Grille de détection ................................................................................................. 72 Tableau 19:Les trois zones d’évaluation par la criticité.......................................................... 72 Tableau 20:AMDEC ................................................................................................................ 73 Tableau 21:Répartion des défaillances sur les trois zones ....................................................... 86 Tableau 22:Planning de réalisation de chantier 5S .................................................................. 88 Tableau 23:Evaluation de chantier 5S...................................................................................... 89 Tableau 24:Check-list 5S ......................................................................................................... 89 Tableau 25:Les couleurs de traçage utilise par TPR................................................................ 93 Tableau 26:Taux d'amélioration par la méthode 5S................................................................. 94 Tableau 27:Equipe de travail SMED ..................................................................................... 101 Tableau 28:Chronométrage décapage filière.......................................................................... 102 Tableau 29:Chronométrage grenaillage filière....................................................................... 103 Tableau 30:Chronométrage polissage filière.......................................................................... 104 Tableau 31:Chronométrage de nitruration filière................................................................... 105 Tableau 32:Séparation des opérations interne et externe....................................................... 105 Tableau 33:Séparation des opérations interne et externe....................................................... 106 Tableau 34:Séparation des opérations interne et externe....................................................... 106 Tableau 35:Séparation des opérations interne et externe....................................................... 107 Tableau 36:Application de SMED à la station décapage....................................................... 108 Tableau 37:Application de SMED à la machine de grenaillage ............................................ 111 Tableau 38:Application de SMED à la zone polissage.......................................................... 112 Tableau 39:Application de SMED à la machine nitruration .................................................. 113 Tableau 40:Comparison d'indicateur de performance............................................................ 115 Tableau 41:Comparaison de Lead Time après l'amélioration................................................ 116 Tableau 42: Comparaison de VSM avant et après ................................................................. 118
  • 14. 14 Introduction générale La fonction production est la pierre angulaire de l'entreprise. Qu'il s'agisse d'une société de services ou d'une compagnie manufacturière, le succès d'une entreprise est directement lié à sa capacité de maintenir de façon constante une production de qualité supérieure à moindre coût. Toute déficience dans la dynamique de fabrication ou de livraison du produit peut entraîner des rejets coûteux, des coûts supplémentaires ou des plaintes qui font un tort considérable à l'entreprise. Dans le contexte économique concurrentiel, l’excellence industrielle est une nécessité. D’où l’intérêt de mettre en place les outils d’amélioration continue pour améliorer la productivité Le Lean Manufacturing est la démarche qui répond le plus à ces défis. En effet, il consiste à identifier et à éliminer toutes les pertes d’efficacité qui jalonnent la chaine depuis la réception de la matière jusqu’à l’expédition du produit au client. Dans ce cas, la société TPR a contribué une amélioration continue et à mettre en œuvre une démarche intégrée qui vise à optimiser la performance, la réactivité et la productivité de l’unité. C’est dans ce contexte que s’inscrit notre projet qui concerne l’amélioration de la productivité par l’application des outils Lean Manufacturing dans la chaine de production (ligne de presse 4). Au cœur du Lean Manufacturing existe une amélioration continue, basée sur l’utilisation de la démarche PDCA (Plan, Do, Check, Act). Le rapport s’articule autour de quatre chapitres qui révèlent la démarche suivante :  Le premier chapitre se devise en deux grandes parties ; d’abord nous présenterons la société TPR en donnant les caractéristiques majeures (moyenne technique, les différentes directions et leur stratégie de travail). Ensuite ; nous metterons en lumière la problématique et les objectifs à atteindre.  Le deuxième chapitre, nous étudierons le concept du Lean Manufacturing, ainsi que ses différents outils sur lesquels nous allons se baser pour réaliser le projet.  Dans le troisième chapitre, nous analyserons les étapes nécessaires de fabrication des profilés, ainsi nous soulignerons la démarche à suivre pour le réglage des filières et
  • 15. 15 nous avons constitué d’une démarche AMDEC sur les défauts engendre par la lignée de presse 4 ainsi mettre en place la cartographie de la chaine de valeur actuel  le chapitre quatre met en évidence le chantier d’amélioration continue et l’estimation des gains.
  • 16. 16 Chapitre I : Présentation de l’organisme d’accueil TPR
  • 17. 17 Chapitre I : Présentation de l’organisme d’accueil TPR : Introduction : Ce premier chapitre est divisé en deux parties, la première partie est consacrée pour présenter la société TPR ainsi que pour décrire sa stratégie de travail à l’échelle nationale et internationale. Ensuite nous analyser la problématique de notre projet qui concerne l’amélioration de la productivité. I-Présentation de la société TPR : I.1.Géneralité sur la société TPR : TPR est la première et la plus importante société tunisienne industrielle créée en 1978 par Mr Haj Youssef Bayahi, spécialisée dans la fabrication de profilés en alliages d’aluminium en proposant une solution globale et intégrée et en combinant conception, extrusion, traitement de surface (anodisation et laquage) et finalement réalisation d’ouvrages et opérations de parachèvement (usinages, soudure, cintrage...). I.2.Historique TPR : TPR est une société industrielle créée en 1978 par Mr Haj Youssef Bayahi, spécialisée dans la fabrication des profilés aluminium. Son capital n’a pas cessé d’augmenter en passant de 48000000 dinars en 2016. Figure 1:logo société TPR
  • 18. 18 En près de 35 ans de qualité et de conception, TPR acquis un savoir-faire et une reconnaissance faisant le leader de l’aluminium en Tunisie. En plus elle permet d’offrir un très large catalogue des profilés pour l’industrie, l’agencement et le transport, TPR est également « Gammiste», concevant et distribuant des systèmes de menuiseries aluminium. En combinant extrusion et traitement de surface, la marque TPR propose une solution globale répondant aussi bien aux besoins du bâtiment qu’au secteur industriel .Leader sur son marché local, TPR propose le plus large choix de système complet : fenêtres, portes fenêtres coulissantes et à frappe, façades, verrières, brise soleil et garde-corps. En 1980 TPR a décroché son premier contrat avec l’Europe, ceci permet à la société TPR d’être une escalade au niveau de la production de l’aluminium. TPR détient environ 90% des parts du marché local tunisien. Elle a également développé ses exportations sur des destinations nombreuses et variées : La France et les DOM-TOM (la Réunion, la Martinique...), l’Italie, la Belgique, la Libye, l’Algérie, le Maroc, le Mali, le Sénégal, le Burkina-Faso, le Soudan. I.3.Moyenne technique : TPR : est répartie sur trois sites :  Site Mégrine : Dans ce site il s’agit de l’extrusion des profilés en aluminium, ce dernier contient 3 lignées de production chaque lignée est formée d’une presse liée à un four de traitement du revenu. Ce site contient une partie nommée mise au point, elle concerne les réglages des filières après avoir subi le filage et les niveaux filières commandées par TPR. TPR possède un atelier de menuiserie aluminium très développé, il s’occupe des grands chantiers (marchés).  Site Saint-Gobain : Il comprend les unités de traitement de surface, il s’agit de deux ateliers de traitement de surface.  D’anodisation  De laquage
  • 19. 19 Il comprend aussi une partie spécifique à la fabrication des joints pour des références des profilés aluminium.  Site Jbel oust : Il comprend un atelier de laquage bronze et effet de bois, et une fonderie des billets (billet local TPR). I.4.La fiche signalétique : Le tableau ci-dessous regroupe les informations spécifiques à la société TPR : Tableau 1: Fiche signalétique de TPR Raison Sociale Ste Tunisie Profilés Aluminium Abréviation TPR Code TVA 002660R/A/M/000 Forme Juridique SA Marché Local et export Code douane 122849A Effectif 400 Registre Commerce B186061997 Capital 48000000 Dinars CA Annuel 80 000 000 TND Dinars Types d’activité Industrie Certification qualité : ISO / QUALICOAT /QUALANOD / QUALIMARINE / NF Adresse : R. des Usines, Z.I. Sidi Rézig Mégrine - 2033 BEN AROUS 2033 ben Arous Téléphone: 71433299 71433316 Fax: 71429521 E-mail: marketing@tpr.com.tn Site Web http://www.tpr.com.tn/
  • 20. 20 I.5. Les Certifications de « TPR » I.5.1.Système de Management de la Qualité «ISO 9001 V 2000 : Délivré par le premier organisme certificateur en France « L’AFAQ ». L’ISO 9001(version 2008), ce certificat est détenu par TPR depuis 1997, présente la référence internationale des entreprises en matière de certification des systèmes de management de la qualité. Figure 2: Logo d’ISO 9001 I.5.2.Certification Produit QUALICAOT : Le label européen fournit par l’ADAL (Association pour le développement de l’Aluminium Anodisé ou Laqué), QUALICOAT définit les règles du processus de laquage. Le référentiel de ce label décrit les prescriptions techniques, les contrôles à effectuer et leur fréquence. Figure 3: Logo de QUALICAOT
  • 21. 21 I.5.3.Certification Produit QUALANOD : Défini par le label européen QUALANOD, les règles du processus de l’anodisation sont strictement respectées par les stations de traitement de surface de TPR depuis le 15 mai 2000. Ce label est attribué à partir d’un contrôle de conformité mené en France par l’ADAL selon lequel sont réalisées les inspections inopinées portant sur les installations et le processus d’anodisation permettant de vérifier le respect des prescriptions du label. I.6. Organigramme de la société TPR : La structure hiérarchique a été proposée par Mr Yahia Bayhai, dans le but de faciliter le travail entre les départements de TPR ; c’est -à- dire la relation entre le flux informationnel et physique .Le découpage des responsabilités se fait par fonction. Nous présentons ci-dessous l’organigramme : Figure 4: Logo de Qualanod
  • 22. 22 Figure 5 : Organigramme de la société TPR Président Directeur Général Directeur commerciale Directeur .Production Directeur .Financière Directeur .Maintenance Département .Achats Département .Ressource. Humaines Directeur Générale Adjoint Directeur .Mangement Qualité et formation Directeur .Maintenance et travaux neufs
  • 23. 23 I.7. Les différentes directions de la société TPR : TPR se compose de cinq principales directions importantes au développement de l’entreprise, chaque direction possède plusieurs tâches à faire, vous trouvez ci-dessous le rôle de chaque direction : I.7.1.Direction commerciale : Au sein de la société TPR la direction commerciale joue un rôle essentiel, elle dirige plusieurs tâches. Elle est responsable de faire les missions suivantes qui sont le magasin vente (entrée et sortie des commandes), elle permet aussi la gestion de stock des profilés standard et elle assure la création des nouveaux produits. I.7.2.Direction financière : La direction financière est un service clé de la société TPR. Elle met en place des outils d’aide à la prise de décisions stratégiques et prévient ainsi les risques financiers. La direction financière, supervisée par un Directeur Administratif et Financier (DAF), aide à planifier la stratégie de développement du dirigeant ou de la direction générale de la société elle accomplit les tâches suivantes, le suivi des impôts export, elle est responsable de la caisse centrale et elle fait la comptabilité et le recouvrement bancaire et elle réalise les règlements des fournisseurs. I.7.3.Direction qualité : La direction qualité dans la société TPR met en œuvre la politique qualité de l'entreprise en y associant des indicateurs et des processus de contrôle .Il est responsable de la conformité des produits ou services de l'entreprise aux exigences internes et externes (conformité aux normes, exigences légales, attentes des clients…). Ainsi il organise les formations pour les employés .La direction qualité possède une responsable métrologie qui permet de faire la vérification, l’étalonnage et le suivi des équipements. I.7.4.Direction production : La direction production représente le cœur de la société dans laquelle il existe un grand nombre des responsables , ce dernier permet de faire La gestion de la production c’est-à-dire l'ensemble des activités qui participent à la conception, la planification des ressources (matérielles, financières, ou humaines), leur ordonnancement, l'enregistrement ; la traçabilité des activités de production et le contrôle des activités de production de l'entreprise. Il est responsable de l’extrusion et du suivi de filage, de la planification et
  • 24. 24 d’ordonnancement de l’utilisation et de la disponibilité des machines (Presses 4 ,7 et 6), de l’anodisation, et du suivi laquage et il fait l’étude et suit les travaux. I.7.5.Direction maintenance : La direction maintenance est responsable sur les actions de dépannage et de réparation, de réglage, de révision, de contrôle et de vérification des équipements matériels dans la société TPR ainsi il assure la correction des défauts machines. I.8.Les produits réalisés par TPR : La gamme de TPR est constituée de plusieurs milliers de références, les principales catégories de produits sont présentées dans le tableau ci-dessous : Tableau 2:Les produits réalisés par TPR Types Profilés réalisés par TPR Caractéristiques Exemples images profilées Profilé brut Ils sont vendus sans avoir subi aucun traitement de surface. Profilé naturel anodisé Ils sont vendus après avoir subi un traitement de surface (mécanique ou chimique) dans la section d’anodisation.
  • 25. 25 Profilé bronze Ils sont vendus après avoir subi un traitement de surface chimique dans la section anodisation. Profilé laqué blanc Ils sont vendus après avoir subi un traitement de surface dans la section de laquage. Profilé laqué couleur Ils sont vendus après avoir subi un traitement de surface dans la section de laquage. II. La stratégie adaptée par société TPR : La société TPR (Tunisie profilés Aluminium) essaye toujours d’être le meilleur fournisseur de profilés aluminium à l’échelle nationale et internationale. L’export présente le levier de croissance le plus important qui permet de faire un bon chiffre d’affaire. L’international fait partie de l’ADN de la société TPR depuis l’ouverture en 1978. Face à l’étroitesse du marché de l’aluminium en Tunisie dans les années 80, dépasser les frontières était un impératif pour augmenter le nombre des marchés. L’Algérie tout d’abord, puis le reste du Maghreb, avant de pénétrer à l’Europe. Le but de TPR est d’élargir sa présence à l’étranger.
  • 26. 26 Le TPR sait bien que le marché environ 2020-2025 se concentrera dans le secteur de bâtiment et de construction c’est pour cela elle a appliqué une nouvelle stratégie afin d’attaquer le marché d’automobile et d’aéronautique. III. Les fournisseurs de TPR : TPR est une société qui travaille à l’échelle internationale, elle réalise des affaires avec plusieurs fournisseurs. Puisque notre projet est réalisé dans le site sidi Rezig, donc nous allons présenter les principaux fournisseurs liés à ce milieu. Les principaux fournisseurs liés au site TPR sidi Rezig sont classés en deux parties : III.1.Fournisseurs pour billettes : Tableau 3: Exemple fournisseur pour billette Type fournisseur Fonction Exemple billette Fournisseur pour billette d’aluminium C’est un fournisseur des billettes d’extrusion en aluminium, d’origine de Dubaï. Fournisseur pour billette d’aluminium C’est un fournisseur des billettes d’extrusion en aluminium, d’origine d’Emirates.
  • 27. 27 III.2.Fournisseur filière : Tableau 4: Exemple fournisseur pour filière Type fournisseur fonction Exemple filière Fournisseur pour filières C’est fournisseur français spécialisé dans la fabrication des filières selon la demande de client. VI. Présentation du projet : VI.1.Problématique du projet : Ce projet a été réalisé au sein du TPR Tunisie profilés aluminium site Sidi Rezig Mégrine avec la direction qualité dans le but d’améliorer la productivité des processus et de diminuer le gaspillage .Parmi les trois lignées de production (extrusion) nous avons choisi de travailler sur la lignée de presse 4 puisque elle représente la dynamo de l’entreprise, elle fait de tonnage en terme des profils plus que les deux autres lignées. Ce stage s’inscrit dans le cadre d’un projet de fin d’études (6 mois), il permet de mettre en évidence la théorie acquise durant la période de formation à L’ ESPRIT. VI.2.Objectif du projet : La nécessité exprimée par les deux directions production et qualité est l’amélioration continue de la productivité en utilisant le Lean management et en s’attaquant aux mudas. La dégradation de la productivité due de mudas existants conduit à l’insatisfaction de besoin ,puisque elle prend beaucoup de temps, elle consomme plus de matière première et épuise les ouvriers pour atteindre son objectif.
  • 28. 28 Nous allons se baser sur l’outil QQOQCP pour expliquer l’objectif de notre projet. Tableau 5: Problématique QQOQCP Problématique QQOQCP Qui TPR site sidi Rezig (la direction qualité) Quoi Amélioration de la productivité Ou Lignée presse 4 Quand Janvier 2020 jusqu’à Juin 2020 Comment Utilisant des outils de Lean management Chronométrage des différents processus de production. VSM futur et actuel Pareto ,5M, Criticité, SMED… Pourquoi Amélioration de conditions de travail. Eliminer les gaspillages. Obtenir une meilleure efficacité des opérationnels. Améliorer les compétences et le savoir-faire du personnel. Nous visons à partir de ce travail à atteindre les buts suivants :  Améliorer le management visuel de la lignée de presse 4, cela facilite les tâches de travail.  Améliorer les conditions de travail et obtenir une meilleure efficacité des opérationnels (sécurité...)  Etablir des standards qui concernent le rangement des outils dans la poste de travail (application de 5 S)  Application de la notion First In First out sur les commandes des clients.  Eliminant le temps d’attente entre les processus en se basant sur le Lean management.  Amélioration de l’efficience de processus et l’augmentation de la capacité de la production.
  • 29. 29  Réduction des pannes et l’amélioration de la fiabilité de l’équipement.  améliorer les compétences et le savoir-faire du personnel.  Faire un planning de logistique intérieur et extérieur (entre les sites TPR) . Conclusion : L’étude théorique durant ce premier chapitre est consacrée essentiellement à la présentation de la société TPR, ainsi à la mise en cadre du projet et à l’analyse de la problématique qui vise à mettre en lumière les objectifs à atteindre.
  • 30. 30 Chapitre II: Le concept Lean management
  • 31. 31 Chapitre II: Le concept Lean management : Introduction : Dans ce chapitre, nous allons définir quelques techniques propres à Lean management pour les appliquer dans notre projet. I. Historique : Les concepts de la théorie Lean Manufacturing ont apparus pour la première fois au japon, après la seconde guerre mondiale. Les deux ingénieurs japonais TaiichiOhno et ShigeoShingeo qui travaillaient à l’époque dans l’entreprise Toyota, ont créé les concepts de Toyota Production System (TPS), après avoir étudier les défaillances de la chaîne de montage de Ford. Toyota Production System est une théorie de production basée sur les concepts «juste à temps», «waste reduction», «pull system» en utilisant les techniques de «mise en flux ». Depuis cette période, le Toyota Production System (TPS) n’a jamais cessé d’évoluer et de s’améliorer. En 1990 Le Lean Manufacturing a eu une reconnaissance mondiale par le biais de la parution du livre de James Womack et Dan Jones intitulé, « le système qui va changer le monde », ce livre synthétise les concepts de Toyota Production System (TPS) pour former le Lean Production. Le Lean Manufacturing accompagne ses adeptes pour éliminer toute sorte de gaspillage dans leurs organisations peu importe sa source. De plus, c'est un processus d'amélioration continue qui exige la motivation constante du personnel si nous voulons vraiment voir fructifier ses actions.
  • 32. 32 Figure 6 : Historique Lean management II-Définition du concept de Lean management : Le concept Lean est une philosophie de travail et un état d’esprit. Développé dans les années 1960 par la firme automobile Toyota. Il vise à identifier et à éliminer tous les gaspillages, favorisés par des activités sans valeur ajoutée, à travers l’implémentation d’une démarche d’amélioration continue pour atteindre l’excellence industrielle. Voilà au-dessus il s’agit de problèmes qui peuvent être éliminés par le concept Lean management :  Le Lean n’a pas pour objectif la réduction du nombre d’employés.  Le Lean vise à augmenter la capacité de production, en réduisant les coûts et le temps de cycle.  Le Lean s‘appuie sur la compréhension des besoins des clients.  Quantifier la valeur du produit de point de vue du client.  Identifier la chaîne de valeur pour mettre en relief les gaspillages.  Produire seulement ce que le client a commandé.
  • 33. 33 Une entreprise Lean est avant tout une entreprise qui a décidé de s’alléger de tout le superflu pour devenir réactive dans un contexte mondial instable, Le Lean Management fait appel à : III. L’objectif de Lean management : Pour atteindre cet objectif, il est nécessaire d'agir sur les trois principales sources d’inefficacité : le gaspillage, la variabilité et la complexité des tâches .La pensée Lean fournit un moyen de faire de plus en plus avec de : Moins d'effort humain ; moins d'équipement ; moins de temps ; moins d'espace III.1.Eliminer les gaspillages : Au sens littéral « Lean » signifie « maigre ». L’enjeu du Lean consiste à accélérer la vitesse des processus en éliminant le gaspillage sous toutes ses formes et en se focalisant sur la création de valeurs. Les différents types d’activités d’une chaine de valeur sont décrits ci- dessous :  Activités à valeur ajoutée : Travail qui contribue à ce que le client a commandé le produit qu’il est prêt à payer pour cette activité.  Activités sans valeur ajoutée nécessaire : Travail consommant des ressources internes. Le client n'est pas prêt à payer car ces activités n'ajoutent pas de valeur à son produit mais elles sont obligatoires au niveau juridique ou comptable par exemple.  Activités sans valeur ajoutée : sont des activités qui consomment des ressources et ne créent pas de valeur ajoutée. Ils correspondent à des déchets. L’analyse des processus L’élimination des valeurs non ajoutées La régulation du flux
  • 34. 34 III.2.Le mangement visuel : III.3.1Définition Le Management visuel occupe une place primordiale dans le Lean manufacturing , nous pouvons le résumer à la partie de la méthodologie qui privilégie le visuel au texte. D’ailleurs, il est présent dans de nombreux outils Lean: 5S, Kanban, le VSM et il est très pertinent pour animer les tableaux d’amélioration. Comme son nom l’indique, le Management visuel consiste à visualiser le processus, c’est un véritable outil pour gérer les processus de tous les départements d’une entreprise. D’un coup d’œil, il permet aux responsables ainsi qu’à chaque personne impliquée de voir si le processus est « sous contrôle ». Il est un réel vecteur d’efficacité au sein de l’organisation et contribue à garantir les tâches à valeurs ajoutées pour ses clients. III.3.2.Les bénéfices du Management visuel : Le management visuel aide les responsables à véhiculer des informations à leurs équipes ou impliquer le personnel en l’encourageant à participer activement à l’amélioration de l’entreprise, ses bénéfices sont nombreux. Voici ses principaux bénéfices:  Visualisation et prévention du gaspillage d’un processus.  Disponibilité immédiate de l’information nécessaire, le personnel encadrant a les informations clés en se rendant sur le terrain.  Il garantit que tous les engagements de performances soient disponibles pour tout le monde et que les niveaux de performances actuels sont visibles par tous.  Visualisation immédiate des écarts par rapport à la norme de travail.  Implication des employés, cela leur permet de donner de sens à leurs actions et de suivre les performances de leur département. III.3.3. Des exemples d’application de mangement visuel : Voici quelques exemples concrets de Management visuel que vous pouvez les mettre en place au sein de votre entreprise:  Pour une chaîne de production : le placement de toutes les pièces défectueuses dans un bac rouge, et enfin de shift, permet d’analyser et de corriger toutes les fautes .
  • 35. 35  Pour la gestion des consommables: afficher sur le mur pour signaler qu’il faut commander la pièce/l’objet lorsque son dernier paquet/boîte est entamé(e).  Pour les informations primordiales de l’exécution du travail: afficher sur le mur, juste au- dessus du poste de travail, les instructions s’y rapportant.  Pour la gestion quotidienne des outils dans un atelier: il suffit de mettre en place un tableau à profil, et si un des utilisateurs n’a pas remis l’outil à sa place dédiée, ceci sera visible immédiatement. Cet exemple fait totalement partie de la démarche 5S.  Pour prévenir et baliser les zones de danger de l’entreprise: effectuer des marquages visibles pour indiquer clairement le chemin à emprunter par les piétons. IV. Les outils de Lean management : Dans cette partie, nous avons définir les outils Lean que nous avons besoin pour notre projet . IV.1. Les 8 gaspillages du Lean logistique : Le Lean Manufacturing s'attaque à huit types de gaspillage « les 8 Mudas » : 1-Muda Surproduction : Cela entraîne un surplus de marchandise, de main d'œuvre, de machines, d'espace, de manutention. Il est donc préférable de produire selon une méthode synchrone, en suivant la demande. 2-Muda processus excessif : Dans ce muda nous parlons des tâches réalisées pour rien, sans valeur ajoutée pour le patient, mais également des processus trop complexes par rapport au prix de vente. Des exemples actuels dans l'économie d'une pharmacie d'officine seraient. 3-Muda d’attente : Correspond au temps qu'il existe entre deux tâches, ou au sein même d'une tâche, pendant lequel votre collaborateur ne crée pas de valeur ajoutée au patient. 4-Muda de stock : Il est primordial d'éliminer ce genre de stocks, car ils font augmenter les frais de stockage, les besoins en espace d'entreposage, les primes d'assurance, etc. De plus l'élimination de cette source de gaspillage permet de restreindre le stock de matières premières et des produits en cours.
  • 36. 36 5-Muda de transport : Un aménagement non fonctionnel augmente les distances lors de déplacements obligatoires. Afin d'éliminer ces pertes, il est nécessaire d’assurer un aménagement optimal ainsi que de conserver les lieux de travail propres et en ordre. 6-Muda de mouvement : Tout mouvement qui n'ajoute aucune valeur doit être éliminé. 7-Muda de non qualité : Tout produit défectueux doit être soit mis aux ordures ; soit rebut, ce qui peut entraîner des retards de livraison ou encore nécessiter le retour de produits déjà vendus. 8-Muda Sous-Utilisation des Compétences : L’utilisation insuffisante des compétences dont disposent l’entreprise. Ne pas profiter pleinement du capital savoir-faire et des connaissances métiers déjà mises en place pénalisent l’organisation à divers égards : perte d’efficacité, recrutements inutiles, démotivation des collaborateurs qui sont privés de reconnaissance. Figure 7: Les 8 Mudas
  • 37. 37 IV.2.Le Kaizen : Désigne un principe d'amélioration continue, impliquant tous les salariés, de l’opérateur au directeur. C'est une démarche se fait étape par étape, ne nécessitant ni moyens importants, ni bouleversement brutal des pratiques. Il aide les entreprises à parvenir aux meilleurs niveaux de qualité et de compétitivité. Cette amélioration continue ne progresse pas au hasard, elle doit être cohérente au sein de l’entreprise, contrôlée par des groupes de pilotage, tout en impliquant au maximum le personnel. Parmi les objectifs principaux de Kaizen : Rendre le travail plus motivant, plus efficace, moins fatiguant, plus sûr. Il est nécessaire d'emporter l'adhésion de chacun, notamment en instituant des groupes de travail Kaizen. Améliorer les équipements : mieux installer les postes de travail, imaginer des détrompeurs. Réviser les procédures. IV.3. PDCA : L’application de la méthode PDCA consiste à la mise en œuvre de l’état d’esprit Kaizen, donc avant de définir PDCA, il est judicieux de définir le Kaizen. Kaizen se compose de deux mots « Kai » qui signifie « Changement » et « Zen » qui signifie « meilleur ». Il s’agit de l’amélioration graduelle, ordonnée et continue, d’une situation actuelle en impliquant tous les acteurs. L’instauration du Kaizen se fait par l’implémentation de la méthode PDCA, qui a été popularisée au cours des années 1950 par William Edwards Deming. PDCA est un acronyme anglais pour : Etape 1 : « P » pour Plan (planifier) : C’est la phase de définition de l’objectif, du plan d’actions et des indicateurs mesurables de progrès. Etape 2 : «D» pour Do (Faire) : C’est la phase de mise en place du plan d’action défini précédemment.
  • 38. 38 Etape 3 : «C » pour Check (vérifier) : C’est la phase de contrôle de la réalisation des actions et des effets et d’évaluation de la réalisation ou non des objectifs prédéfinis. Etape 4 : «A » pour Act, (standardiser) :C’est la phase de mise à jour du standard si le résultat est atteint et de définition de nouveaux objectifs. Sinon, c’est la phase de recherche de causes racines et de définition d’un nouveau plan d’action corrective . IV.4.Value Stream Mapping (VSM) : IV.4.1.Défintion VSM : La cartographie des flux de valeur (VSM) est une technique de fabrication allégée permettant d'analyser, de concevoir et de gérer le flux de matériaux et d'informations nécessaires pour apporter un produit à un client. Il utilise un système de symboles standard pour présenter divers flux de travail et flux d'informations.. L’application de la cartographie des flux de valeur - également appelée «visualisation» ou «cartographie» de votre processus n’est pas limitée à la chaîne de montage. La cartographie des flux de valeur Lean prend de l'ampleur dans le travail de connaissances, car elle se traduit par une meilleure communication d'équipe et une collaboration plus efficace. Une grande partie du gaspillage dans le travail de connaissances se produit dans les transferts (ou temps d'attente) entre les membres de l'équipe, et non dans les étapes elles-mêmes. Des transferts inefficaces entraînent une faible productivité et une mauvaise qualité. VSM aide à identifier les déchets et à rationaliser le processus de production. Figure 8: Roue de Deming
  • 39. 39 Le but principal du VSM est d'améliorer les processus, ce dernier a également l'avantage de catégoriser l'activité des processus en trois domaines principaux: valeur ajoutée, non-valeur (mais nécessaire), et les déchets. IV.4.2.Avantages de la cartographie des flux de valeur : Le VSM est essentiel pour qu'une entreprise soit durable, et voici pourquoi:  La réduction ou l’élimination des déchets peut améliorer les résultats de votre entreprise. En prime, vous découvrez la cause profonde et la source des déchets.  Une fois les transferts inutiles identifiés comme faisant partie des visualiseras VSM, vos équipes peuvent consciemment améliorer le comportement, la culture, la communication et la collaboration.  Les équipes rejettent les opinions individuelles et établissent des priorités en fonction du point de vue du client. IV.4.3.Les étapes de réalisation de VSM : Dans cette partie nous allons étudier les étapes nécessaires pour réaliser le VSM. 1-Traçage de la chaine de valeur : Avant de commencer le processus aussi précisément que possible, nous devons d’abord déterminer la famille de produits sur lequel nous voulons concentrer nos efforts. Une carte de la chaîne de valeur est marcher dans l’usine et dessiner, étape par étape, les différentes étapes du traitement d’une famille de produits précise. Une famille de produits est un ensemble de produits qui subissent des traitements similaires, sur le même équipement (même gamme de fabrication). Figure 9: Les niveaux d’amélioration du VSM
  • 40. 40 Nous désignons une personne qui sera responsable de l’identification et de l’amélioration de la chaîne de valeur d'une famille de produits. Les avantages de traçage de la chaine de valeur sont multiples tels que :  Visualiser l'ensemble du flux et discerner les décisions concernant le flux.  Connaitre les sources des gaspillages.  Meilleure façon de voir la valeur..  Montrer les liens entre les informations et le flux du matériel tout au long de la fabrication.  Obtenir des informations essentielles pour l’amélioration du processus. 2-La méthodologie de réalisation de VSM : Les principaux concepts utilisés par la méthodologie décrite par la suite mettent en évidence une famille de produits, une famille de produits c’est ta dire un regroupement de produits ayant en commun des procédés ou des équipements similaires. La méthodologie utilisée repose sur les trois étapes suivantes : Figure 10: Exemple cartographie des flux de valeur
  • 41. 41  Suivre le chemin de fabrication d'un produit à partir du client jusqu'au fournisseur.  Représenter visuellement et précisément chaque procédé tout au long du flux du matériel et de l'information.  Poser les questions clés et dessiner la nouvelle chaîne de valeur. La figure ci-dessous montre la relation entre les trois étapes. Les avantages sont multiples comme : 3-Choisir une famille de produits : La première étape de la cartographie est de cibler une famille de produits sur laquelle portera l’étude. En prenant une famille de produits représentative, les constats qui ressortiront de l’étude de la chaîne de valeur vont bénéficier à l’ensemble des produits. Cette approche permet de réduire le temps pour la collecte de données et surtout pour le traitement de l’information. La collecte de données pour la famille de produits identifiée est effectuée à partir de la fin de la chaîne de valeur. Les données requises sont discutées plus loin. Figure 11: Méthodologie de la réalisation de VSM
  • 42. 42 . 4-Mesure pour VSM : Plusieurs types de mesures sont nécessaires pour la cartographie, parmi les mesures de temps nécessaire, nous pouvons citer celles qui sont classées dans le tableau ci-dessous : Tableau 6:Les mesures de temps pour VSM Le temps de cycle (TC) Le temps nécessaire pour l’opérateur pour bien accomplir son travail. Le temps de valeur ajoutée (VA) Le temps de ces éléments qui transforment la matière. Le temps de passage (TP) Le temps d'une pièce traversée toutes les étapes de la chaîne de valeur. Relation entre les trois types de temps VA <TC <TP L'importance d'un temps de passage court est indéniable. En effet, plus le temps de passage est court, plus le délai entre la facturation des matières premières et la facturation des produits finis au client est court. 5- Données typiques à collecter : Pour remplir la cartographier VSM, il faut au moins l’information suivante • Temps de cycle (TC) • Horaire de travail ainsi que les pauses. • Nombre d’opérateurs. • Nombre d’unités de production. 6- Liste des pictogrammes usuels pour VSM : Dans cette partie nous s’intéresserons aux différents pictogrammes qui peuvent être utilisés dans le cartographier VSM. Dans l’annexe 1 vous trouvé la liste des pictogrammes pour la VSM.
  • 43. 43 8-Cartographier de l’état futur : En se basant sur la cartographie de l'état actuel pour qu’elle nous donne quelques pistes d'optimisation. Ce futur processus établi applique les principes du Lean consistant à : 1- La suppression des étapes non réellement indispensables et sans valeur ajoutée. 2- L’optimisation des flux et des opérations à valeur ajoutée (standardisation, réimplantation, formation…). 3- La mise en place d’un management visuel permettant un contrôle rapide de la situation. IV.5.Diagramme de flux : Dans cette partie nous parlerons des étapes nécessaires de réalisation d’un diagramme des flux en définissant l’étape du processus et leurs symboles. Un diagramme de flux présente une série de manipulation faite sur un produit selon une série de symbole standardisé. Le tableau ci-dessous présente les cinq symboles utilisés pour déterminer une opération, un délai, une inspection, un transport et l’entreposage. Tableau 7:Les cinq symboles pour le digramme de flux : Etape du processus Définition Symbole Opération Activité contribuée à un changement d’état. Contrôle Activité permettant d’apprécier le niveau de qualité des produits. Transfert Déplacement des produits d’un poste à un autre . Attend Retenue temporaire et parfois aléatoire du flux des produits ayant pour origine les contraintes d’organisation et des ressources. Stockage Retenue programme de flux d’articles fabriquées. L’arrêt de la retenue est lié à l’émission d’un ordre. A partir de ces symboles, un processus complet peut-être représenté soit par un diagramme d’assemblage, soit un diagramme de procédés. Cette étape est importante car elle permet de visualiser le flux du produit et incidemment les sources de gaspillage dans la chaîne. IV.6. Le 5S : La méthode des 5s est une technique de management japonaise élaborée dans le cadre du système de production de TOYOTA qui a pour objectif l’amélioration des tâches effectuées
  • 44. 44 quotidiennement dans l’entreprise. Elle tire son appellation de la première lettre de chacune des cinq opérations constituée autant de mots d’ordre ou de principes simples :  Seiri : Eliminer  Seiton : Ranger  Seiso : Nettoyer  Seiketsu : Standardiser  Shitsuke : Recommencer. Eliminer =Supprimer tout ce qui est inutile sur le poste de travail et son environnement. Ranger = Trouver la bonne place à chaque chose. Nettoyer = Obtenir une propreté irréprochable du poste et de son environnement. Standardiser = Définir un standard à partir du résultat acquis. Progresser = Respecter le standard établi et progresser en renouvelant le processus. V. Les indicateurs de la performance : Un indicateur de performance est une donnée quantifiée qui exprime l’efficacité et l’efficience de tout ou d’une partie d’un système (réel ou simulé) par rapport à une norme, et un plan prédéterminé et accepté dans le cadre d’une stratégie de l’entreprise. Figure 12:Le 5 S Figure 13:Le 5 S
  • 45. 45 V.1.Le taux de rendement synthétique (TRS) : Le Taux de Rendement Synthétique est un indicateur intégrateur qui donne une visibilité directe sur le comportement des performances des services associés à la production. C’est une mesure de productivité qui rend compte de l’utilisation effective d’un processus de production.  Analyse le poste goulot limitant la productivité.  Mesurer les actions de progrès.  Permettre d’identifier les pertes. Après la mise en disposition de la définition de chaque moyen de production, nous présentons les formules nécessaires pour calculer le TRS. Tableau 8:Les formules nécessaires pour le calcul de TRS Mesure Formule Tq Tq = TU/TN Figure 14: Temps d’état d’un moyen de production :
  • 46. 46 Tp Tp=TN/TF Td Td=TF/TR TRS TRS=Tq*Tp*Td TRG TU/TO V.2.Le taux de rendement Global (TRG): Le Taux de Rendement Global (TRG) compare le Temps Utile au Temps d'Ouverture (TU/TO). C'est un indicateur de productivité de l'organisation industrielle. C’est la comparaison d’une production réalisée par rapport à une production réalisable si tout le TO était exploité pour produire (notre max). VI. Diagramme Causes/ Effet : Les premiers diagrammes causes/effet ont été développés par le professeur Kaoru Ishikawa en 1943. Ce type de diagramme est appelé diagramme d’Ishikawa ou diagramme en arrêtes de poisson. Le diagramme causes/effet peut être utilisé pour : • Comprendre un phénomène, un processus, par exemple les étapes de recherche de panne sur un équipement, en fonction d’un ou plusieurs symptômes . • Analyser un défaut en remontant l’arborescence des causes probables pour identifier la cause racine. • Identifier l’ensemble des causes d’un problème et sélectionner celles qui feront l’objet d’une analyse poussée, afin de trouver des solutions.
  • 47. 47 Conclusion : Dans ce chapitre nous allons regrouper et définir les outils de Lean Manufacturing nécessaires pour notre projet pour assurer l’amélioration de la productivité à travers l’implantation de Lean . Le chapitre suivant est consacré pour présenter les processus de fabrication des profilés en aluminium et l’analyse de ligne de presse 4 et mise au point. Figure 15:Diagramme de poisson ou Ishikawa
  • 48. 48 Chapitre III : Analyse de l’existant
  • 49. 49 Chapitre III : Analyse de l’existant : Introduction : Ce chapitre présente constitué des deux partie en premier lieu les processus à suivre dans chaque section de TPR (section extrusion, mise au point, laquage et anodisation) pour éclaircir les processus de travail et la deuxième partie est consacré à l’application des outils Lean management dans la ligne de production (Presse 4), dans le but d’analyser et d’identifier les problèmes qui bloquent et diminuent la productivité et le rendement de travail. I. Description du processus d’extrusion des profilés en aluminium I.1.Les étapes suivies dans la fabrication d’un profilé brut : L’extrusion est un procédé de fabrication thermomécanique qui consiste à faire passer une biellette en alliage d’aluminium dans une presse hydraulique à travers une filière ce qui permet d’obtenir des profilés de section de formes très variées : pleines, creuses ou semi-creuses. Les biellettes utilisées sont produites dans la fonderie ou bien importées. L’extrusion de l’aluminium se fait par plusieurs étapes liées entre elles : ces étapes sont les suivantes : Etape N°0 : Chauffage des filières :. Avant l'extrusion, la filière doit être préchauffée entre 450 et 500 °C pour maximiser sa durée de vie et assurer un écoulement uniforme du métal. Une fois la filière est préchauffée, elle peut être chargée dans la presse d'extrusion. Figure 16:Chauffage de filière au four
  • 50. 50 Etape N°1 : Chargement des billettes sur la table de presse : C’est le chargement des billettes sur la table de presse 4 pour commencer l’extrusion. EtapeN°2 : Extrusion d’aluminium : Le Chauffage de billette entre 400 et 500 °dans un four jusqu’à elle devient malléable ensuite elle est découpée par la plus longue bille de matériau d'alliage. Une fois la billette est préchauffée, elle est transférée mécaniquement vers la presse d'extrusion. Avant son chargement sur la presse, un lubrifiant (ou agent de démoulage) est appliqué sur celle- ci. L’agent de démoulage est également appliqué sur le vérin d'extrusion pour empêcher la billette et le vérin de coller ensemble. Maintenant, la billette malléable est chargée dans la presse d'extrusion, où le vérin hydraulique l’applique jusqu'à 15 000 tonnes de pression. Lorsque le vérin applique une pression, le matériau de billette est poussé dans le récipient de la presse d'extrusion .Le matériau se dilate pour remplir les parois du conteneur (Filière), qui va sauf à travers les ouvertures de la filière. Il émerge de l'ouverture de la matrice sous la forme d'un profil entièrement formé. Figure 17:Table des billettes d'aluminium Figure 18:Machine d’extrusion (Presse)
  • 51. 51 Etape N°3 : Refroidissement des profilés sur la table avant la traction : L’émergence de l’alliage (profilé chauffe) est guidée par un extracteur, qui la conduit tout au long de la table de défilement par une vitesse correspondante à sa sortie de la presse, puis les barres d’aluminium restent un peu de temps pour se refroidir par des ventilateurs mis au-dessus de la table avant de commencer la procédure de traction. Une fois que l’extrusion atteint sa pleine longueur de table, elle est cisaillée par une scie à chaud pour la séparer du processus d'extrusion. Etape 4 :Traction des profilés : Une torsion naturelle s'est produite dans les profilés et cela doit être corrigé. Chaque profil est saisi mécaniquement aux deux extrémités et tiré jusqu'à ce qu'il soit complètement droit et qu'il soit conforme aux spécifications. Etape 5 : Découpage des barres en aluminium : Les extrusions de longueur de table étant maintenant droites et entièrement trempées, elles sont transférées sur la table de scie. Ici, ils sont sciés à des longueurs prédéfinies, généralement entre 6et 7 mètres de longueur. Figure 19:Table de refroidissement et traction des profilés Figure 20:Découpage des profilés
  • 52. 52 Etape 6 :Traitement du revenu : Les profilés peuvent être traités thermiquement pour améliorer leur résistance ultime à la traction et leur limite d'élasticité .Pour réaliser ces améliorations, les profilés sont placés dans des fours où leur processus de vieillissement est accéléré .Après le traitement thermique, les profilés peuvent également être finis. I.2. Description du processus de réglage des filières (section mise au point) : La section mise au point représente le cœur de la société de TPR. Elle joue un rôle très important dans le nettoyage, le réglage et l’entretien des filières afin de garantir la meilleure qualité des profilés .Ainsi elle contient une partie spécifique à la nitruration des filières afin qu’elle prend les caractéristiques nécessaires pour qu’elle subit l’extrusion. Figure 22:Zone de stockage des filières : Figure 21:Four de traitement du revenu
  • 53. 53 I.2.1Définition de filière : Les filières sont réalisées par des aciers à outils super-durs et résistants à l'abrasion .Elles leur permettent de mettre en forme d'autres matériaux, comme l'aluminium. II.2.2. Les type des filières : Il s’agit deux types des filières utilisées par TPR :  Filières plates  Filières tubulaires. II.2.3.Les processus du réglage des filières : Le réglage des filières se fait en quatre étapes successives : elles sont réparties ci-dessous : Etape 1 : Décapage de filière : Après le filage, les évidements de la filière et de ses éléments sont remplis d’aluminium qu’il faut l’enlever par dissolution dans une solution de soude caustique chauffée à 60 °c. Pour faire ce décapage il faut toujours passer par les huit étapes suivantes : 1- Séparer la filière de la cale en coupant les profilés. 2-Démonter la porte filière à l’aide de la presse . 3-Démonter la contre filière et la plaquette . 4-Transférer la filière à la station de décapage . 5-Refroidir la filière à l’air libre ou avec le ventilateur . 6-Introduire la filière dans le bain de décapage (les petites filières sont regroupées sans panier), et laisser agir jusqu’à ce que tout l’aluminium soit dissous (temps variable en fonction de la quantité d’aluminium) environ 2 à 8 heures. 7- faire sortir la filière, puis la transférer vers le bac de rinçage. 8-Séparer les éléments de la filière (male, femelle, masque.). TPR possède une station de décapage composée de matériels suivants :
  • 54. 54 Tableau 9:Les cuves de décapage de rinçage des filières 1 cuve de décapage de 800 I Contenants 50 kg Na OH 1 cuve de décapage de 960 I Contenants 60 kg de Na OH 1 cuve de décapage de 400 I Contenants 25 kg Na OH 1 cuve de rinçage d’eau de 1000 I Etape 2 : Grenaillage de filière : Après le décapage, nous passons au grenaillage qui présente un procédé permettant de nettoyer les filières et ses éléments par projection de grenailles. Pour faire le grenaillage il faut passer par les étapes suivantes : 1-Effectuer un séchage parfait avec de l’air comprimé (pour les filières provenant du rinçage). 2-Régler la durée du cycle à l’aide de la minuterie de 2 à 10 min par face (suivants l’état et le nombre des filières). 3-Introduire (les filières sur le tableau tournant). 4- fermer la porte, puis appuyer sur le bouton marche. 5-A la fin du cycle il faut ouvrir la porte et faire sortir les filières. Figure 23:Station de décapage TPR
  • 55. 55 6- Souffler de l’air comprimé sur les filières (pour enlever les grenailles). Etape 3 : Polissage manuel : Le polissage consiste à enlever l’oxyde formé sur les portées des filières lors du stockage ou après le traitement thermique. Ces portées doivent être polies et exemptes de toutes impuretés avant de subir un traitement de nitruration ou un filage. Le polissage se fait par le polissoir en utilisant dedans un Toile émeri de 4 mm .Pour faire le polissage il faut suivre la démarche suivant : 1-Positionner convenablement la filière sur l’étau à galets. 2-lire attentivement les remarques inscrites sur la fiche carrière du dernier filage de cette filière. 3-Faire un contrôle visuel sur l’état des portées. 4-Faire d’abord le polissage des portées des faces invisibles ensuite celles des faces visibles. Figure 24:Machine de grenaillage Figure 25:Bureau de polissage
  • 56. 56 Etape 4 : Nitruration : La nitruration est un traitement thermique qui donne une couche superficielle dure, extrêmement résistante à l’usure et à l’érosion. La couche nitrurée est toutefois fragile et peut se fissurer ou s’écailler lorsqu’elle est exposée à des chocs mécaniques ou thermiques, ce risque augmente avec l’épaisseur de la couche, après nitruration la dureté est comprise entre 900-1100k .Pour l’industrie d’extrusion de profilés en aluminium la nitruration permet de donner aux outillages (filières) la dureté nécessaire pour que l’acier spécial puisse supporter les forces et les efforts de frottement à haute température .Pour faire la nitruration il faut suivre la démarche suivante : 1-Polissage total. 2-Nettoyage des trous d’alimentation. 3- Vérifier que les sorties ainsi que les cotes de dégagement et les trous (taraudes et pions) sont propres. 4- Pesage des filières et enregistrement sur la fiche de carrière . 5-Equilibrage des filières dans le panier . 6- S’assurer de la disponibilité de l’ammoniac et l’azote . 7-Choix de cycle de nitruration (par défaut 1050 NK). 8-Nettoyage de four avant chaque démarrage de charge . 9-Démarrage du cycle de nitruration . 10-Contrôle de la nitruration enfin de cycle . Figure 26:Machine de nitruration
  • 57. 57 I.3. Traitement de surface : Site Saint-Gobain : Cette étape se déroule au site Saint-Gobain et consiste au nettoyage de la surface du profilé et l’addition de certaines couches protectrices ainsi que l’amélioration de son aspect esthétique. Cette étape peut se réaliser par anodisation ainsi que par laquage. I.3.1 Description du processus de laquage (section laquage) : Le thermo-laquage est un traitement de surface par voie électrostatique précédé d’une succession de traitements chimiques par immersion pour avoir une surface propre et passive. Les profilés en question passent par une cabine de laquage puis par un four de polymérisation pour obtenir une surface lisse, homogène avec une durée de vie meilleure. Ce traitement comporte trois opérations : traitement de surface, poudrage et cuisson. I.3.2.Description du processus d’anodisation (section anodisation) : L’anodisation est un traitement qui consiste à renforcer la couche extérieure des profilés en formant une couche d’Alumine (Al2O3) de 5 à 25 micromètres permettant de protéger la surface des profilés contre la corrosion, les intempéries…et leur confèrent un aspect esthétique II. Etude de l’existant : II.1 .Collecte des informations : La collecte des informations est une phase critique pour assurer la réussite de toute étude. Elle nécessite la bonne connaissance des données à la fois pertinentes, objectives et complètes. Au cours de cette collecte, nous avons exploité trois méthodes d’investigation :  L’observation : Elle permet d’être en contact direct avec le terrain et donc de révéler par la suite des comportements et des situations que les autres méthodes d’investigations ne permettent pas de les discerner.  L’analyse documentaire : La consultation des documents internes de l’entreprise est une forme d’investigation qui aide à prendre conscience de l’état réel de l’entreprise et de déceler les lacunes.  L’entretien : Une réunion avec les opérateurs et les cadres de l’entreprise.
  • 58. 58 II. 2.Cartographique type processus pour TPR : La cartographie des processus de la société TPR est une représentation graphique de tous les processus liés entre eux par des liens logiques d'informations, de matière ou de production. Elle donne un constat général de l'activité de l'entreprise et permet d'appréhender d’une façon objective l'organisation du travail .le schéma ci-dessous explique le déroulement de cette opération : II.3.Les processus de fabrication d’un profilé brut : Nous avons devisé la réalisation d’un profilé conforme brut sur sept processus nécessaires. Vous pouvez observer ce schéma qui contient le nom de chaque processus : Figure 28:Les processus de fabrication d’un profilé brut Figure 27: Cartographique type processus pour TPR
  • 59. 59 II.4.Défintion de chaque processus : Tableau 10:La description des processus de fabrication III. Diagramme des flux : Dans cette partie nous allons souligner les étapes nécessaires pour réaliser un profilé brut à l’aide d’un diagramme des flux .Avant de commencer le dressage de notre VSM ; il faut connaître les étapes de processus ; dans ce cas le digramme des flux nous permet de définir toutes les étapes nécessaires. Pour obtenir un profilé brut ; nous devons passer successivement par 15 étapes nécessaires. Elles sont classées dans le tableau suivant : Etape Symbole Fonction Description 1 P1 Chauffage de filière Mettre la filière en four pour se chauffer avant de commencer l’extrusion. 2 P2 Presse 4 (Extrusion) Cette étape est un ensemble des processus liés entre eux en effet il s’agit de l’extrusion d’aluminium pour obtenir des barres long, puis nous passons au refroidissement avant de subir la traction des barres, et à la fin nous faisons le cisaillement selon une longueur de 6.5 m . 3 P3 Mise en praticable des profilés. Après le cisaillement, nous mettons les profilés dans un praticable selon la capacité de charge utile. 4 P4 Traitement du revenu. Mettre les praticables remplie avec les profilés dans le four du revenu pour restaurer les caractéristiques mécaniques. 5 P5 Transfert praticable (charge) vers le rail de stockage. Dans cette étape il s’agit de contrôler la dureté des profilés et mettre les tickets roses dans chaque pratique. 6 P6 Transfert praticable vers la zone de libération. Dans cette partie nous faisons la collecte des différentes praticables remplies par les profilés jusqu’à avoir un accord positif donné par l’équipe qualité pour le transférer. 7 P7 Chargement des praticables remplies par les profiles sur le camion. À l'aide de l’élévateur nous mettons les praticables sur le camion pour les ramener au client (saint- Cobain , sinon à un client direct)
  • 60. 60 Tableau 11:Les étapes du processus et leurs symboles pour le digramme des flux Analyse générale de déroulement Référence de profilés N° Description des étapes Opération contrôle Transfert Attend Stockage Observation 1 Préparation de filière. 2 Chauffage de filière. 3 Stockage de matière premiére ( table externe de presse ) 4 Extrusion d’aluminium 5 Contrôle (tolérance) 6 Attente de l’ arrivée praticable. 7 Mise en praticable. 8 Contrôle qualité. 9 Traitement du revenu. 10 Transfert praticable vers le rail de stockage. 11 Contrôle dureté 12 Transfer praticable vers la zone de libération. 13 Contrôle définitif. 14 Stockage de profilés conformes. 15 Vidange au client (Saint-Gobain) 1 2 8 7 6 5 4 3 10 9 11 12 13 14 15
  • 61. 61 IV. Cartographie de la chaine de valeur initiale : Dans cette partie, nous avons suivi les étapes nécessaires pour réaliser la cartographie de la chaine de valeur sur la lignée de presse 4. VI.1.Chronométrage pour VSM : Parmi les trois types de chronométrage nous avons utilisé le chronométrage de diagnostic, car le but de notre VSM est de détecter les anomalies qui provoquent un gaspillage de temps. Notre chronométrage a été effectué par l’intermédiaire de 16 mesures. Avant la réalisation de notre VSM nous avons fait le chronométrage de cycle de production d’un profilé brut de chaque processus, nous avons fait 16 mesures pour les différents processus faisant durant un mois presque .Nous avons trouvé quelques difficultés puisque certains processus prennent beaucoup de temps pour réaliser le travail. Notre chronométrage est réalisé sur la presse 4 de TPR sidi Rezig car elle fait plus de tonnage que les deux autres lignées de production (presse 7et 6). Les chronométrages réalisés sont mentionnés dans l’annexe 2 VI.2.Réalisation de la VSM initiale : La cartographie VSM utilise des symboles simples dont la connaissance permet une lecture et une compréhension aisées du processus. Afin de pouvoir dresser une VSM, nous devons connaitre le temps de cycle des postes quels qu’ils soient automatiques ou manuels et savoir le temps de déplacement d’une opération à une autre. Le relevé du temps de cycle débute dès l’étape P1 jusqu’au retour une autre fois à la même opération.
  • 62. 62 Figure 29:Cartographie de la chaine de valeur actuel :
  • 63. 63 Interprétation : Nous sommes arrivé à la fin de notre cartographie VSM de l’état actuel, elle regroupe les processus de fabrication d’un profilé brut. Le résultat obtenu renvoie à un ajustement non équilibré, c.-à-d. que les processus de travail ne sont pas égaux au niveau de temps, ceci va causer des mudas d’attente, pour éviter ce problème il est impérativement obligatoire de faire une amélioration sur la chaine pour augmenter sa productivité. En effet nous avons trois processus ; le C/T est le plus grand . Ces processus sont les suivants :  Chauffage des filières .  Traitement du revenu .  Mise en praticable . Pour le temps d’attend entre deux activités les grands attends sont répartis en quatre derniers processus que sont :  Temps d’attend 1 : entre le traitement du revenu jusqu’au transfert praticable vers le rail.  Temps d’attend 2 : entre le mise en praticable des profilés jusqu’au transfert au four du revenu.  Temps d’attend 3 : entre le transfert praticable vers la zone de libération jusqu’au chargement des praticables sur le camion. Le Lead Time est le temps de début de processus (chauffage de la filière) jusqu’à la fin de processus (chargement sur le camion), nous obtenons un profilé brut égal à 70 heures (251460 sec). Le Lead Time regroupe les valeurs ajoutées est les valeurs non ajoutées. Le cycle Time est l’intervalle de temps qui sépare deux processus ou deux activités successifs et qui est égal dans notre cartographie à 19. Heure (67200 sec). L’indice de la viabilité de la ligne = (Cycle Time/Lead Time) *100= (67200/251460)*100 =26% < 30 % Donc la lignée de production n’est pas viable.
  • 64. 64 Grâce au chronométrage de notre VSM ; nous avons concentré le temps opératoire nécessaire à chaque étape (temps minimal, maximal ou moyen) ; les résultats sont classés dans le tableau ci-dessous. Tableau 12:Calcul des temps moyens de fabrication d’un profilé brut V. Calcul d’indicateur de performance (lignée de presse 4) : Le taux de rendement synthétique TRS calculé dans la ligne de presse 4 pour analyser les postes goulot et traiter les pertes. Le suivi du TRS se fait quotidiennement, en effet chaque chef d’équipe de 3 équipe en travaillant sur presse 4 remplit une fiche d’arrêt (fiche de carrier) dans laquelle il indique le problème engendré par la machine concernée par l’arrêt, la durée de l’arrêt relevé de système de presse. A la fin de chaque poste ces fiches sont récupérées et saisies par le responsable de production sur des feuilles de calcul Excel. Le TRS sera calculée à partir de cette formule TRS=Tq*Td*Tp Nous avons réalisé 15 chronométrages entre le mois janvier et février 2020, qui se trouvent dans l’annexe 3 avec les formules nécessaires pour faire le calcul total de notre TRS. Après nous avons calculé le taux de rendement global TRG à partir de cette formule : TRG= Temps utile / Temps d’ouverture=TU/TO Etape Symbole D e s c r i p heure min heure min heure min 1 P1 M e 4 0 10 50 7 25 2 P2 E x 0 16 2 39 1 27,5 3 P3 A p 0 12 2 5 1 8,5 4 P4 M e 6 0 12 0 9 0 5 P5 D a 0 7 0 35 0 21 6 P6 D a 0 8 0 40 0 24 7 P7 À l ' 0 20 1 11 0,5 15,5 Temps opératoire requis minimale Temps opératoire requis maximale Temps Moyenne
  • 65. 65 Après tous calculs accomplis nous trouverons dans ce tableau les résultats suivants : Tableau 13:Calcule de TRS et TRG Tq 0,92 Tp 0,93 Td 0,80 TRS 0,69 TRG 0,66 Interprétation : Nous avons finalisé le calcul de TRS et TRG pour la lignée de presse 4 .Les résultats obtenus indiquant qu’il y a des postes goulot limitant la productivité et des pertes entre les processus de fabrication des profilés bruts. D’après le chronométrage fait pour la calcule de TRS, on peut observer que il s’agit trois type des pertes que sont les suivants Pertes participant au taux de disponibilité :  Les arrêts propres fonctionnels (pannes supérieurs à 10 minutes)  Les arrêts d'exploitation (changement de série (filière), réglages, contrôles)  Les arrêts induits (manque de pièces ou de ressources, défaut d'énergie) Pertes participant au taux de performance :  Les micro-arrêts.  Les ralentissements et les marches à vide. Pertes participant au taux de qualité :  Les défauts de qualité.  Les pertes (qualité) au démarrage de production (filière vierge).
  • 66. 66 VI.Le Temps de cycle : Le temps de cycle de chaque poste dépend des opérations introduites pour obtenir un produit final conforme, il y a des petits changements au niveau du temps de cycle lorsque les filières changent (référence profile), c’est pour cela nous avons choisi de se baser sur un grand nombre de demandes de client. Le nombre de postes a été pris en considération pour un poste donné pour calculer la capacité de l’ensemble des postes. Le tableau ci-dessous met en lumière la répartition de temps moyenne et le temps de cycle pour l’ensemble du processus de fabrication pendant le mois de Février de l’année 2020. Tableau 14:Temps de cycle pour l’ensemble du processus de fabrication Etape Symbole Fonction Temps Moyenne (min) Nombre de postes ou personnes Temps de cycle pour l’ensemble du processus de fabrication (minutes) 1 P1 Chauffage de la filière. 445 1 445 2 P2 Presses 4. 87,5 6 14,58 3 P3 Mise en praticable des profilés. 68,5 2 34,25 4 P4 Traitement de revenu. 540 1 540 5 P5 Transfert praticable vers le rail de stockage. 21 1 21 6 P6 Transfert praticable vers la zone de libération. 24 2 12 7 P7 Chargement des praticables remplis par les profiles sur le camion. 45,5 4 11,37
  • 67. 67 VII- Les 8 Mudas : D’après le chronométrage élaboré pour la cartographie VSM et le calcul de TRS (annexe..) et d’après l’observation effectuée dans le lignée de presse 4, nous avons constaté les 8 Mudas qui sont classés ci-dessous. Muda Transport :  Le mouvement logistique non organisé. Muda d’attente :  Les chauffages des filières aux fours dépassent le temps demandé.  Augmentation de temps de refroidissement pour certaines références profiles (grande épaisseur).  Les OF non conformes (retour) rendent la zone de stockage serrée et prennent beaucoup de temps pour l’évacuer.  Les découpages des profilés sont suspendus.  Attente de déchargement de chariote remplie des barres non conformes.  Praticable charge sortie de four prenait beaucoup de temps avant le contrôle dureté et la mise des tickets.  L’extrusion de l’alliage d’aluminium est suspendue.  Les praticables chargés au four du revenu dépassent le temps demandé  Panne de presse 4.  Absence des outils de maintenance.  Certains OF dépassent leurs séjours normaux au TPR Sidi Rezig. Muda de mouvement :  Les ouvriers font des mouvements sans valeurs ajoutée. Muda de stock :  Mauvais arbitrage sur les prévisions de laquage des OF (FIFO).  Les praticables chargés des profilés ne sont pas bien répartis dans le magasin brut .  Accumulation des praticables vides aux zones presses 4.  Accumulation des déchets profilés aux zones presses 4.  Accumulation des boites des bâtis aux zones presses 4.
  • 68. 68 Muda de non qualité :  Aspect  Rayure (défauts filière)  Arrachement  Bossage  Pick-up (des petits trous)  Rainurage  Bull d'aire (matière premier)  Trace noire (matière premier)  Trace d’intercalaire (table, rouleaux)  Trace bande (rouleaux de table)  Défauts géométrie (creux, bombe, étirage)  Défauts dimensionnelles (cote non conforme) Muda de processus excessif :  Un excès de contrôle dans le processus d’extrusion. Sous-Utilisation des Compétences :  Mauvais rangement et désorganisation.  Non Sensibilisation et prévention des employés. VIII.AMDEC procès : Dans cette partie, nous allons définir la méthode AMDEC ainsi que la démarche à suivre pour le réaliser et nous avons appliqué la méthode AMDEC pour analyser les causes racines des mudas en utilisant l’outil de 5M pour mettre les actions correctives pour chaque défaut. VIII.1.Présentation de la méthode AMDEC : L’analyse des modes des défaillances ,de leurs effets et de leurs criticité (AMDEC) est une méthode d’analyse prévisionnelle de la fiabilité qui permet de recenser systématiquement les défaillances potentielles d’un dispositif puis d’estimer les risques liés à l’apparition de ces défaillances , afin d’engager les actions correctives à apporter au dispositif . Les types d’AMDEC : Il existe globalement trois types d’AMDEC qui se suivent ainsi que le produit analysé :
  • 69. 69 VIII.1.1.Le produit fabriqué par l’entreprise (AMDEC produit) : L’AMDEC produit est utilisée pour aider à la validation des études de définition d’un nouveau produit fabriqué par l’entreprise .Elle est mise en œuvre pour évaluer les défauts potentiels du nouveau produit et leurs causes. Cette évaluation de tous les défauts possibles permettra d’y remédier par hiérarchisation, et par la mise en place d’actions correctives sur la conception et préventives sur l’industrialisation. VIII.1.2.La procédure de fabrication du produit de l’entreprise (AMDEC procès) : L’AMDEC procès est utilisée pour étudier les défauts potentiels d’un produit nouveau ou non engendrés par le processus de fabrication .Elle est mise en œuvre pour évaluer et hiérarchiser les défauts potentiels d’un produit dont les causes proviennent de son processus de fabrication .S’il s’agit d’un nouveau procédé, L’AMDEC procès en permettra l’optimisation ,en visant la suppression des causes de défauts en agissant négativement sur le produit .S’il s’agit d’un procédé existant ,l’AMDEC procès en permettra l’amélioration. VIII.1.3.Le moyen de produit intervenant dans la production du produit de l’entreprise (AMDEC Moyen) : L’AMDEC moyen de production, plus souvent appelée AMDEC machine permet de réaliser l’étude du moyen de production lors de sa conception ou pendant sa phase d’exploitation, ou pour étudier les défaillances des processus.
  • 70. 70 VIII.2.Démarche de l’AMDEC : La réalisation de l’AMDEC suppose le déroulement de la méthode telle qu’elle est mentionnée dans la figure ci-dessous. VIII.3.Constitution de groupe de tra VIII.3.Constitution de groupe de travail Le groupe de travail est composé de personnes responsables sur la qualité de produit (direction qualité). Ils peuvent nous aider à apporter les informations nécessaires à l’analyse grâce à leurs production .Notre groupe de travail comprend :  Ghandri Salah Eddine (stagiaire)  Wafa el Echi (responsable qualité et formation)  Kornef Fouzai (responsable qualité produit) VIII.4.Analyse de la criticité de chaque mode de défaillance : La criticité est une évaluation quantitative du risque constitué par le scénario (mode –cause- effet-détection) de défaillance analysée. La criticité est évaluée à partir de la combinaison de trois facteurs : Figure 30:Démarche de L’AMDEC L’initialisation de l’étude (Constitution de groupe de travail et Analyser le terrain de travail) Analyse de système (L’analyse de défaillance potentielle, Evaluation de criticité) Choix d’action de réparation (Proposition d’action de réparation) Synthèse d’étude (Dégager les parties de la machine qui nécessite, une intervention ponctuelle)
  • 71. 71 -La fréquence d’apparition du couple mode-cause (F) -La gravité de l’effet (G) -La possibilité d’utiliser les signes de détection (N) VIII.4.1.La gravité : La Gravité (G) ou sévérité de l’effet de défaut ou de la défaillance. Tableau 15:Grille de gravité Gravité: G Note Critère 1 Effets mineurs 2 Effets significatifs 3 Effets critiques 4 Effets catastrophiques VIII.4.2.La fréquence (F) : Nous estimons la période dans laquelle la défaillance est susceptible de se reproduire. Les différentes périodes sont représentées dans le tableau ci-dessous. Tableau 16:Grille de fréquence Fréquence : F(probabilité d’occurrence) Note Critère 1 Très faible 2 Faible 3 Moyenne 4 Forte VIII.4.3.La détection : Elle exprime l’efficacité du système permettant de détecter le problème .Le tableau ci-dessous récapitule les variantes de la détection :
  • 72. 72 Tableau 17:Grille de détection Détection: D Note Critère 1 Aucune détection possible 2 Détection peu faible 3 Efficace 4 Très efficace VIII.4.4.La note de criticité : Une fois que les notes de fréquence, de gravité et de détection ont été données, la note de criticité est calculée.  Criticité = Fréquence × Gravité × Détection Tableau 18:Les trois zones d’évaluation par la criticité Zone C C = 6 Criticité négligeable Zone B 6 ≤C < 18 Criticité moyenne Zone A 18 ≤ C ≤ 64 Criticité élevée
  • 73. 73 VIII.5.Réalisation de L’AMDEC : Tableau 19:AMDEC AMDEC –MOYEN DE PRODUCTION Lignée de presse 4, Magasin brut, mise au point Rédacteur : Salah Eddine Ghandri Direction qualité Défaut Activité de processus Mode de défaillance Causes Effets G F D Criticité Action corrective G*F*D 1 P6 Mauvaise arbitrage sur les prévisions de laquage des OF. *Planning non suivi correctement. (site Saint-Gobain) *Manque de communication entre les sites TPR. * Attendre l'accumulation de tonnage des profilés des différents OF pour lancer le laquage. *Le chef d'équipe de chaque section réagissait selon la situation imposée. *Accumulation des tonnages des profilés bruts dans le magasin brut des différentes références . *Retard de préparation des commandes. 4 4 2 32 *Assurer le suivi de planning au site Saint- Gobain (first in first out ) *En pensant au futur :regrouper tous les sites de TPR dans un espace commun (campus).