SlideShare une entreprise Scribd logo
Transfusions sanguines
à l’urgence
France Gauvin,
Nancy Robitaille
CHU Ste-Justine
2010
Objectifs
Connaître les types de produits sanguins
disponibles
Connaître les modes de préparation et de
conservation des produits sanguins
Connaître les pratiques d’administration des
transfusions sanguines
Connaître les indications des transfusions
sanguines
Connaître les principales complications des
transfusions sanguines
Question #1: Lequel des énoncés
est vrai?
A) La solution de conservation d’un culot
globulaire contient du dextrose, du citrate, du
NaCl et du potassium
B) Les plaquettes d’aphérèse sont moins
sécuritaires car elles contiennent plus de
leucocytes et sont plus sujettes à la
contamination bactérienne
C) Le plasma transformé permet de fabriquer
l’albumine, les immunoglobulines intraveineuses
et les concentrés de facteurs de coagulation
D) Une unité de cryoprécipité provient de
plusieurs donneurs
Question #1: Lequel des énoncés
est vrai?
A) La solution de conservation d’un culot
globulaire contient du dextrose, du citrate, du
NaCl et du potassium
B) Les plaquettes d’aphérèse sont moins
sécuritaires car elles contiennent plus de
leucocytes et sont plus sujettes à la
contamination bactérienne
C) Le plasma transformé permet de fabriquer
l’albumine, les immunoglobulines intraveineuses
et les concentrés de facteurs de coagulation
D) Une unité de cryoprécipité provient de
plusieurs donneurs
Dons: processus
Collecte d’environ 450
ml de sang complet
Sang divisé en
différents produits:
–
–
–
–

Culots globulaires
Plaquettes
Plasma congelé
Cryoprécipité

Conservation dans
milieu contrôlé
Composantes du sang
Produits du sang faits par séparation physique des composantes du sang
total
–
–
–
–

Concentré de globules rouges (culot globulaire)
Plaquettes
Plasma congelé
Cryoprécipité

Produits d’aphérèse – prélève un élément sanguin et retourne les autres
éléments au donneur
–
–
–
–

Plasma
Plaquettes
Granulocytes
Globules rouges

Produits dérivés du plasma de multiples donneurs (produits de
fractionnement)
– Albumine
– Immunoglobulines
– facteurs de coagulation
Culots globulaires
AS-3:

– Solution saline nutritive

Dextrose pour préservation de cellules
Adénine pour améliorer viabilité des GR
NaCl
Citrate (anticoagulation): très peu car peu de
plasma présent

– Ht: 0,50 à 0,60
– Volume: ≈320 ml

Le potassium est libéré par les érythrocytes durant
l’entreposage. La concentration augmente avec la durée
d’entreposage mais ne produit habituellement pas de
problème chez le receveur sauf lors de transfusions
massives et rapides (surtout chez le jeune bébé)
Plaquettes: types
Concentrés de plaquettes
– dérivé de sang complet
– appellé aussi «whole-blood derived platelets»
ou PRP (platelet rich plasma)

Plaquettes d’aphérèse
– dérivé d’un seul donneur volontaire
– appellé aussi «single-donor platelets»
Concentré de plaquettes
Chaque unité vient d’un donneur
– Volume = 50 ml
– Volume résiduel = plasma + anticoagulant

Adultes: 5 concentrés sont mis ensemble
avant transfusion = « pool »
– Volume total 250 ml
– Quantité = 3-6 x 1011 plaquettes
– Exposition à cinq donneurs
Plaquettes d’aphérèse
Préparé à partir d’un seul donneur
– Procédure = 1-2 heures
– Quantité = 3-6 x 1011 plaquettes
– Volume = 200 ml

Avantages
– Peut être matché (HLA) pour patients avec alloimmunisation
– Exposition à moins de donneurs

Désavantages:
– Risque d’hémolyse due à incompatibilité plasmatique ABO
augmentée
– Doit être divisé lorsque destiné à receveur de petit poids donc
risque de gaspillage

Disponibilité: 80-85% des plaquettes viennent d’aphérèse
Plasma: types
Plasma congelé: le plus utilisé
–
–
–

Fait à partir de sang complet d’un seul donneur
Volume = 250 ml
Congelé en-dedans de 24h après le don

Single-donor plasma

– Obtenu par plasmaphérèse d’un seul donneur
– Volume = 500 ml

Plasma transformé: produit de fractionnement
–
–
–
–

Albumine
Immunoglobuline intraveineuse (IVIg)
Concentrés de facteurs de coagulation
Colle de fibrine
Albumine
Fait à partir de pool de plasma ≈ 10 000 donneurs
Inactivation virale
Contenu: NaCl: 145 mEq/L; Kcl 2 mEq/
Entreposage: bouteille à température de la pièce
Compatibilité: aucune
Solutés compatibles: tous
Dose: 1g/kg/jour
– 5%: 10cc/kg
– 25%: 1-2cc/kg

Effets secondaires/réactions

– Surcharge circulatoire
– Anaphylaxie: rare
– Aucun rapport de transmission virale à date…
Immunoglobulines: description
Fait à partir de plasma et constitué surtout d’IgG
Administration intraveineuse, sous-cutanée ou
intramusculaire selon produit
Types:
–
–
–

Immunoglobulines humaines standard pour usage général
Immunoglobulines spéciales avec Ac spécifique à une maladie
Antitoxine et sérum d’origine animale

Conservé à t° ambiante ou réfrigéré; ne pas congeler
Inactivation virale
Compatibilité: non nécessaire
Immunoglobulines I.V.
Préparé à partir de plasma humain
Indications:

– Déficit immunitaire primaire, HIV pédiatrique, PTI, Maladie de
Kawasaki, ADEM, Guillain-Barré

Dose: 400-1000 mg/kg/jour
Vitesse: lentement

– Solution 10%: 0,01-0,02ml/kg/min durant 30 minutes puis
augmentation ad 0,08ml/kg/min

Effets néfastes:

– 10%: flushing, anxiété, céphalée, No/Vo

Amélioré avec acétaminophène, Benadryl et/ou hydrocortisone donné
avant

– Réaction allergique mineure à sévère
– IRA, ACV, méningite aseptique (rare)
– Transmission virale: Hépatite C
Ø HIV, Ø Creutzfeld-Jakob rapporté
Cryoprécipités: description
Produit à partir de plasma congelé
– 1 unité de cryoprécipité provient d’1 unité de plasma
congelé = 1 donneur
– Décongélation à 1-6° C et collection des protéines
précipitées
– Resuspendu dans plasma et recongelé à -18°C
– Volume: 5 à 15 ml par unité de PFC
– Une unité contient un minimum de 150 mg de
fibrinogène
– Une unité contient un minimum de 80 unités de FVIII
– Autres facteurs: vWF, FXIII
Question #2: Lequel des énoncés
est vrai?
A) La durée de vie d’un culot globulaire
est de 54 jours
B) Les plaquettes sont conservées à
température de la pièce
C) Le plasma congelé peut être entreposé
jusqu’à trois ans
D) Le cryoprécipité peut être recongelé s’il
est retourné à la banque de sang endedans de 30 minutes après son émission
Question #2: Lequel des énoncés
est vrai?
A) La durée de vie d’un culot globulaire
est de 54 jours
B) Les plaquettes sont conservées à
température de la pièce
C) Le plasma frais congelé peut être
entreposé jusqu’à trois ans
D) Le cryoprécipité peut être recongelé s’il
est retourné à la banque de sang endedans de 30 minutes après son émission
Processus: conservation
Plaquettes: conservation
Agitation constante
– Éviter agrégation
– Retarde développement d’acidose causée par les
sous-produits métabolisés par plaquettes
– Maintenir pH adéquat est le facteur le plus important
pour viabilité des plaquettes

Environnement stable: 22°C±2°C
– Évite activation et destruction des plaquettes

Il faut éviter de laisser traîner inutilement
les unités de plaquettes pour éviter la
dégradation
Plaquettes: conservation
Viabilité: 5 jours (à partir d’Héma-Québec)
– Risque plus élevé de contamination bactérienne avec
entreposage prolongé

Banque de sang:
– Réserves souvent limitées (durée de vie ~ 48h)

Expiration:
– Lorsque les concentrés plaquettes sont «poolées»
pour donner une dose adéquate, elles doivent être
utilisées en-dedans de 4 heures, sinon on doit les
jeter
Plasma: conservation
Congelé en-dedans de 24h à -18°C jusqu’à 1 an
Temps demi-vie des facteurs une fois transfusés
sont différents:
Facteur VII = 3-6 heures
Facteur VIII = 8-12 heures
Facteur II et IX = 2-3 jours
Facteur XIII = 150-300 heures

Décongélation en 20-30 minutes
Ne peut être recongelé

– doit être utilisé en 24 heures si conservé entre 1-6°C
– doit être utilisé en 4 heures si conservé à température
de la pièce
Cryoprécipités: conservation
Conservé congelé ad 1 an
Décongélation en 5-10 minutes
Préparation: 20 minutes
Ne doit pas être recongelé
Doit être transfusé en-dedans de 4 heures
Question #3: Lequel de ces
énoncés est vrai
A) La leucoréduction, au Canada, est faite en
post-storage, grâce à un filtre
B) Tous les produits sanguins doivent être CMVnégatifs
C) L’irradiation peut provoquer une élévation du
potassium dans un culot globulaire
D) Un culot globulaire « lavé » a la même durée
de péremption qu’un culot globulaire standard
Question #3: Lequel de ces
énoncés est vrai
A) La leucoréduction, au Canada, est faite en
post-storage, grâce à un filtre
B) Tous les produits sanguins doivent être CMVnégatifs
C) L’irradiation peut provoquer une élévation du
potassium dans un culot globulaire
D) Un culot globulaire « lavé » a la même durée
de péremption qu’un culot globulaire standard
Leucoréduction
Objectif: réduction leucocytes < 5 x 106 /poche
Filtration = méthode plus efficace
Types filtration
– Pré-storage: immédiatement après la cueillette (plus
efficace et sécuritaire)
– Au moment de la transfusion: filtre au chevet

Utilisation en pré-storage au Canada pour tous
les composants sanguins (inclut plasma et
cryoprécités)
Leucoréduction: indications
Prévenir réactions fébriles nonhémolytiques
Prévenir transmission de CMV chez
patients à risque
Prévenir ou retarder alloimmunisation
? Diminuer immunomodulation et par
conséquent susceptibilité aux infections
bactériennes (hypothèse encore à
prouver)
Produits CMV-négatifs
Objectif: éviter transmission CMV via leucocytes de
donneur +
Utilisation de donneurs négatifs (sans Ac anti-CMV
détectables)
Disponibles pour culot, plaquettes et granulocytes
Réserves limitées car >50% de la population est CMV +
Transmission
– 0-3% avec produits CMV –
– 13-37% avec produits standards
– 1-2% avec produits leucoréduits

Leucoréduction pré-storage est probablement équivalente
à l’utilisation de produits CMV négatifs
Produits CMV-négatifs: indications
Classification du risque
–
–
–
–
–
–

Greffe moelle osseuse (donneur/receveur CMV-)
Fœtus
Femme enceinte CMVTransplantation organe solide (donneur/receveur CMV-)
HIV ou SIDA
Nouveau-nés de petit poids de naissance (<1250 g)

Utiliser des produits leucoréduits et CMV séronégatifs pour
les patients dans la catégorie de risque élevé.
Ceci est probablement indiqué pour les patient
dans la catégorie de risque modéré.
Risque faible et autres: leucoréduction
Irradiation
Objectif: prévention GVH
GVH = Maladie du greffon contre l’hôte

– Transfusion de lymphocytes allogéniques
immunocompétents, non rejetés par receveur
– Ces lymphocytes se greffent, se multiplient et
provoquent une réaction immunitaire contre receveur
– Atteinte moelle, peau, foie, GI; souvent fatal (≥ 90%)

Irradiation: altère l’ADN dans les leucocytes, ce
qui les empêche de se greffer au receveur
Dose: rayon gamma de 25 Gy
Disponible pour culots, plaquettes, granulocytes
Conséquence: élévation de potassium dans culot
– Durée de vie: 28 jours après irradiation
Irradiation: indications
Indications
– Transfusion intra-utérine
– Immunodéficience congénitale
– Patients avec greffe de moelle osseuse ou cellules
souches
– Patients avec greffe d’organe solide
– Patient avec néoplasie
– Dons dirigés par un membre de la famille
– Produits sanguins HLA compatibles
– Transfusions de granulocytes
– Transfusions d’échange néonatales
– Prématurés de moins de 1200g
Produits lavés
Objectif: éviter récurrence de réaction allergique
sévère induite par protéine plasmatique
Méthode: Lavage dans 1-2 litres de salin
Disponible pour culot et plaquettes
Désavantages:
– Temps de préparation additionnel:
– Perte de 10-20% des éléments cellulaires
– Durée de vie produit diminué

L’administration de produits lavés doit
se faire avec l’accord du directeur médical de la
banque de sang
Question #4: Lequel des énoncés
est vrai?
A) La compatibilité Rh est importante pour
le plasma congelé
B) Le groupe sanguin le plus fréquent
dans la population est le groupe B
C) Les patients Rh-négatif doivent recevoir
immunoglobuline anti-D s’ils ont reçu des
plaquettes Rh-positif
D) Un test de compatibilité complet prend
15 minutes en moyenne
Question #4: Lequel des énoncés
est vrai?
A) La compatibilité Rh est importante pour
le plasma congelé
B) Le groupe sanguin le plus fréquent
dans la population est le groupe B
C) Les patients Rh-négatif doivent recevoir
immunoglobuline anti-D s’ils ont reçu des
plaquettes Rh-positif
D) Un test de compatibilité complet prend
15 minutes en moyenne
Groupe ABO
± présence d’Ag A et B sur globules
rouges du receveur
± présence Ac (isohémagglutines) dans le
plasma
Fréquence groupes sanguins ABO
O
A
B
AB

Caucasiens
45%
41%
10%
5%

Noirs
50%
25%
20%
5%
Groupe Rh
Plus de 40 antigènes dans le groupe Rh mais l’Ag
D est le plus immunogénique et significatif
Présence d’Ag D sur GR de patient = Rh+
– 85% chez caucasiens

80% des patients Rh- qui sont exposés à produits
Rh+ développeront Ac anti-Rh(D) qui persisteront
toute leur vie
Ces Ac peuvent provoquer une réaction
hémolytique ou traverser le placenta (maladie
hémolytique nouveau-né)
Compatibilité: ABO et Rh
Compatibilité: culot globulaires
Compatibilité ABO et Rh
sont importantes
– Administration de produit
incompatible peut provoquer
une réaction hémolytique
grave

Les réactions hémolytiques
sont plus souvent dues à
des erreurs d’identification
de patient qu’à des erreurs
de tests de laboratoire:
– Double vérification en vigueur
Tests compatibilité
1) Détermination groupe sanguin ("type")
– ABO
– Rh

Présence d’Ag A et B présent sur les GR du receveur
Présence d’anticorps anti A et B dans le sérum receveur
Présence d’Ag sur les GR receveur

2) Recherche d’anticorps irréguliers – RAI ("screen")
– Présence d’alloanticorps irréguliers dans le plasma du
receveur (ex: anti-K, anti-Fya, anti-Jka)
– Formation d’Ac suite à exposition à des GR étrangers
(transfusion antérieure, grossesse antérieure)

3) Épreuve de compatibilité («crossmatch» )

– Mettre en contact le sérum du patient avec les GR du culot
à transfuser
Tests de routine effectués à la
banque de sang
TEST
Vérification requête
et centrifugation
Groupe ABO et Rh

TEMPS Justification
(min)
10 - 15
5

RAI

45

Compatibilité IS

5

Compatibilité 37°C

45

Recherche d’anticorps
érythrocytaires
Vérifie seulement la
compatibilité ABO
Obligatoire si Ac présent
Prescription à la banque de sang
Code 50:
– si besoin de sang est possible mais ± probable
Tous les tests seront faits et les produits sanguins seront
disponibles rapidement au besoin
Inclut Groupe ABO et Rh, recherche d’Ac irréguliers (RAI) et
épreuve de compatibilité (crossmatch) seulement si RAI+
Une prescription de "crossmatch" n’est donc pas adéquate….mais
sera comprise par le technicien comme un "code 50"

Produits en réserve:
– si besoin de sang est très probable
Tous les tests sont faits incluant les épreuves de compatibilité et les
produits sanguins sont prêts pour le patients
Spécifier le produit et le nombre d’unités pour chacun à mettre en
réserve (culots, plasma, plaquettes)
Les plaquettes sont gardées en réserve seulement 24h puis sont
utilisées pour d’autres patients
Compatibilité: culots globulaires
Situation urgente:
– groupe O Rh négatif (donneur universel)

Situation non-urgente:
– Épreuve de compatibilité complète: 45-60
minutes sauf si Ac irréguliers

Administration de culot incompatible:
– Ex: anémie hémolytique auto-immune (décision
de l’hématologiste)
– Surveillance étroite pour Sx réaction hémolytique
Compatibilité: plasma
Plasma congelé:
– Contient isohémaglutinines (anti-A ou anti-B)
– Doit être ABO compatible avec receveur
– Pas d’autre test de compatibilité nécessaire
– Si groupe receveur non connu ⇒ plasma AB
– Alloimmunisation Rh n’est pas significative car
très peu de GR dans plasma et ils sont
détruits
Compatibilité: plaquettes
Compatibilité ABO:
– Pour les transfusions de plaquettes, la compatibilité
plasmatique est de mise
– Plaquettes non-compatibles peuvent être utilisées au
besoin selon la disponibilité

Compatibilité Rh
– Contamination par les globules rouges qui peuvent
sensibiliser le receveur négatif
– Le receveur produit Ac anti-D, ce qui peut compliquer
les prochaines transfusions ou une grossesse future
– Les patients Rh-négatif doivent recevoir
immunoglobuline anti-D s’ils ont reçu des plaquettes
Rh-positif
Question #5: Lequel des énoncés
est vrai?
A) Un consentement n’est pas nécessaire pour
permettre l’administration d’un produit sanguin
B) Aucun filtre n’est nécessaire pour
l’administration d’une unité de plaquettes
C) Les produits sanguins sont compatibles avec
le NaCl 0,9 et le Lactate Ringer
D) On peut retourner un culot à la banque de
sang s’il n’a pas été administré en-dedans de 30
minutes après son émission
Question #5: Lequel des énoncés
est vrai?
A) Un consentement n’est pas nécessaire pour
permettre l’administration d’un produit sanguin
B) Aucun filtre n’est nécessaire pour
l’administration d’une unité de plaquettes
C) Les produits sanguins sont compatibles avec
le NaCl 0,9 et le Lactate Ringer
D) On peut retourner un culot à la banque de
sang s’il n’a pas été administré en-dedans de 30
minutes après son émission
Consentement éclairé
Consentement éclairé maintenant obligatoire et implique
information donnée

– Le consentement du patient (ou son parent si mineur ou non apte)
doit être obtenu avant une première transfusion de produit sanguin
– Le consentement ne doit pas être répété à chaque transfusion mais
doit être refait à chaque hospitalisation
– Un consentement pour une durée de 1 an est possible pour les
patients avec transfusions sur une base chronique (ex. anémie
falciforme)
– Des informations sur l’indication, les bénéfices et les risques des
transfusions doivent être donnés. Les alternatives (s’il y a lieu)
doivent aussi être expliqués.
– Le consentement n’est pas nécessaire si la transfusion est urgente
– En cas de refus déraisonnable de la part du patient ou sa famille,
celui-ci doit signer la case à cet effet; vous devez appeler l’avocat de
l’hôpital si vous juger que cette transfusion est nécessaire et
nécessite un ordre de la Cour.
Formulaire
de
consentement
Formulaire
de
consentement

(informations
complémentaires)
Administration
Prescription médicale complète
– Type de produit, quantité, durée de perfusion (ou vitesse
d’administration), directives particulières (CMV, irradié…)

Vérifier l’identification produit/patient
Équipement au chevet
– Cathéter le plus gros possible pour éviter hémolyse
– Filtre:
standard (80-170 microns) pour éviter débris et agrégats

– Réchauffe-sang pour patients recevant multiples
transfusions, transfusion d’échange ou présence
d’agglutinines froides; t°> 42° ⇒ hémolyse
Administration
Solutions compatibles: NaCl 0,9%
– Pas de médicaments, Lactate Ringer, dextrose
– Éviter produits sanguins concomitants si possible

Débuter transfusion au plus tard 30 minutes après la sortie
du réfrigérateur sinon retourner à la banque de sang
Vitesse: selon besoin produit; maximum en 3 heures
– Vitesse plus lente les 15 premières minutes (re surveillance
hémolyse)
– Culot globulaire: 3h
– Plaquettes: 1h
– Plasma: 1-2h
– Cryoprécipité: 30 minutes

Surveillance patients + signes vitaux au début, durant les
15 premières minutes, à la fin, puis jusqu’à 1 hres posttransfusion
Administration: doses
Culot globulaire: 15 ml/kg (↑ Hb de 20g/L)
– Administrer une unité à la fois
– Pédipack chez les bébés

Plaquettes:
– Adultes: 5 unités « random donor » ou 1 unité plaquettes d’aphérèse
– Enfants: 1 unité par 10 kg
– Nouveau- né: 10 ml/kg

Plasma: (↑20-30% des protéines de coagulation)
– Adulte: 3 à 4 unités
– Enfants: 15 à 20 ml/kg

Cryoprécipités: (chaque dose ↑ fibrinogène de 0,5 g/L)
– Adulte: 8 à 12 unités
– Enfants: 1 unité par 10 kg poids
Question #6: Lequel des énoncés
est vrai?
A) Il existe des recommandations claires en
pédiatrie sur le seuil d’Hb en-dessous duquel il
faut transfuser un culot globulaire
B) Le seuil de transfusion de plaquettes suggéré
est de < 100 000 en cas de traumatisme crânien
C) Le plasma est un bon choix pour l’expansion
volémique
D) Les cryoprécipités sont indiqués en premier
choix pour la maladie de Von Willebrand
Question #6: Lequel des énoncés
est vrai?
A) Il existe des recommandations claires en
pédiatrie sur le seuil d’Hb en-dessous duquel il
faut transfuser un culot globulaire
B) Le seuil de transfusion de plaquettes suggéré
est de < 100 000 en cas de traumatisme crânien
C) Le plasma est un bon choix pour l’expansion
volémique
D) Les cryoprécipités sont indiqués en premier
choix pour la maladie de Von Willebrand
Culots globulaires: indications
Améliorer le transport en oxygène
DO2 = CaO2 x DC
CaO2 = 1,34 x Hb x SaO2 + (0,003xPaO2)
– Patients avec Hb basse (anémie)
– Patients dont les compensations
physiologiques pour la baisse d’Hb sont
inadéquates

Pas de seuil clair…
Culots globulaires: indications
Plaquettes: indications
Patient avec déficit en nombre/fonction de
plaquettes
– Prophylaxie
contre saignement
avant procédure

– Traitement des saignements
Plaquettes:
seuil
Plaquettes: contre-indications
Délétère dans certaines conditions:
– thrombocytopénie induite par l’héparine
– PTT
– SHU

Inefficace dans certaines situations
– Séquestration
– PTI
– ± CIVD
Plasma: indications
Saignement associé à une coagulopathie par
déficit de multiples facteurs
–
–
–
–

Insuffisance hépatique
Transfusions massives
CIVD
Renversement Coumadin urgent (+ Vit K:5-10 mg I.V.)

Plasmaphérèse: PTT
Déficit congénital en facteurs de coagulation (sauf
si facteur spécifique disponible)
Prophylaxie avant procédure
– PT ou PTT > 1,5 x témoin

Autres: brûlures, méningococcémie, MODS…
Cryoprécipités: indications
Hypofibrinogénémie < 0,8 à 1,0 g/L et
saignement

– Forme acquise (CIVD, maladie hépatique):
cryoprécipités
– Forme congénitale: remplacement par facteurs
spécifiques plutôt que par cryoprécipités; consultation
hématologie

Maladie Von Willebrand

– Si concentré facteur non disponible et DDAVP non
efficace

Hémophilie A

– Si concentré facteur non disponible et DDAVP non
efficace
Albumine: indications
Bénéfices démontrés:
–
–
–

Paracentèse > 5L (ascite dû à cirrhose ou néoplasie)
Syndrome néphrotique / hépato-rénal
Plasmaphérèse

Bénéfices non-démontrés:
–
–
–
–
–

Hypotension: non supérieur à cristalloides
Hypoalbuminémie
Brûlures
Chirurgie cardiaque
Hyperalimentation intraveineuse
Cochrane Inj Group; Wilkes et al.
Question #7: Lequel des énoncés
est vrai?
A) La réaction transfusionnelle immédiate la plus
à craindre est la réaction allergique
B) La contamination bactérienne est plus
fréquente que la transmission virale
C) En cas de TRALI (transfusion-related acute
lung injury), la première intervention auprès du
patient est l’administration d’oxygène
D) Les transfusions massives peuvent entraîner
une hypocalcémie, hypomagnésémie et
hypokaliémie
Question #7: Lequel des énoncés
est vrai?
A) La réaction transfusionnelle immédiate la plus
à craindre est la réaction allergique
B) La contamination bactérienne est plus
fréquente que la transmission virale
C) En cas de TRALI (transfusion-related acute
lung injury), la première intervention auprès du
patient est l’administration d’oxygène
D) Les transfusions massives peuvent entraîner
une hypocalcémie, hypomagnésémie et
hypokaliémie
Réactions transfusionnelles
Réactions immédiates:
–
–
–
–
–
–
–

Réaction hémolytique
Réaction fébrile non-hémolytique
Contamination bactérienne
Réaction allergique et anaphylactique
Réaction hypotensive
TRALI
Surcharge circulatoire

Retardées

– Réaction de greffon vs hôte
– Purpura post-transfusionnel
– Alloimmunisation

Complications des transfusions massives
Transmission virale
Réaction hémolytique
Due à incompatibilité ABO ou autres allo-Ac
Le plus souvent due à erreur d’identification ou
de laboratoire
Une cause importante de morbidité et mortalité
(10%) post-transfusionnelle
Incidence: 1:20 000 culots globulaires
Clinique: Sx rapide
– fièvre, frissons, douleur lombaire et/ou thoracique,
hémoglobinurie, hypoTA, dyspnée, IRA, CIVD

Tx: cesser transfusion, tx support, vérifier
identité produit/patient, aviser banque de sang
Réaliser qu’un autre patient peut être à risque!!
Fébrile non-hémolytique
Étiologie:

– facteurs (cytokines) présents dans le plasma des
produits
– Ac du receveurs réagissent avec les Ag sur cellules
produit

Incidence: 1:200 à 300 (plaquettes > culots)
Clinique: Sx peuvent être tardifs
– Fièvre, frissons, no/vo: souvent bénin

Tx: acétaminophène
Prévention: leuco-réduction
Attention! Il faut cesser la transfusion et s’assurer
qu’il ne s’agit d’un autre type de réaction
transfusionnelle
Contamination bactérienne
Contamination due à:
– Flore cutanée du donneur
– Bactériémie asymptomatique chez donneur
– Manipulation du produit / sac défectueux

Bactéries
– Gram-négatif: Klebsiella, Serratia, Pseudomonas, Yersinia
– Gram-positif: Staph aureus, Staph epi, Bacillus

Incidence: culot (1:100 000); plaquettes (1:37 000 pool)
Clinique: fièvre, frissons, hypoTA, CIVD…SEPSIS
Tx: cesser transfusion, Tx support, ATB, aviser banque de
sang, renvoyer le sac à la banque de sang
Prévention: désinfection peau, sac de diversion lors du
prélèvement, détection bactérienne, éviter manipulations
Réaction allergique/anaphylactique
Plusieurs étiologies: déficit IgA avec anti-Iga, Ac
anti-protéines plasmatiques, allergène du
donneur, transfert d’IgE
Types de réaction
– Mineure: urticaire (1:100 produits avec plasma)
– Majeure: anaphylaxie (1:1200 pool plaquettes)
Sx rapide: dyspnée, stridor, hypoTA, sx GI, décès (3%)

Tx: cesser transfusion, Tx support
– Urticaire: Bénadryl, reprendre transfusion si bénin et
isolé
– Anaphylaxie: stéroides, épinéphrine, volume, amines
Hypotension isolée
Due à génération de bradykinine
– Polymorphisme génétique résultant en une
diminution de la dégradation de bradykinine
– Rx: inhibiteur de l’ enzyme de conversion de
l’angiotensine

Incidence: inconnue (rare); plus fréquent
avec plaquettes
Clinique: hypotension souvent isolée
Tx: cesser transfusion, volume, Tx support
Transfused-related acute lung
injury (TRALI)
Ac anti-HLA/HNA du donneur réagit avec Ag du receveur
Incidence 1:5000-10 000; produits contenant plasma
Détresse respiratoire (ARDS) survenant <6h après début
transfusion
–
–
–
–

Besoin oxygène 100%
Ventilation mécanique 72%
Mortalité 6%
Résolution rapide: 24-72h

Tx: cesser transfusion, oxygène, TX support, aviser
banque de sang pour retirer autres produits du même
donneur
Surcharge circulatoire: TACO
Due à rapidité excessive de transfusion et/ou
dysfonction cardiaque
Incidence: 1:3 000
– Surtout personnes âgées, nourrissons, anémie
chronique sévère (Hb<50)

Clinique: dyspnée, orthopnée, tachycardie, HTA
Tx: cesser transfusion, oxygène, diurétiques
Prévention: transfuser lentement, prévoir
diurétiques si patient à risque, ne pas transfuser
sans indication (don autologue)
Conduite en cas de réaction
Arrêter transfusion immédiatement
Mettre soluté NaCl 0,9 à TVO
Prendre les signes vitaux et saturation
Vérifier concordance patient/transfusion
Surveiller et demeurer au chevet
Traitement de support au besoin
Remplir un RIAT et faire prélèvements nécessaires
Aviser banque de sang immédiatement si réaction
importante
Toujours renvoyer à la banque de sang le sac et la
tubulure, fermés stérilement
Transmission d’infections
HIV: 1:12 million
Hépatite C: 1:4.5 million
Hépatite B: 1: 1.1 million
Autres:
– CMV, HHV, parvovirus B19, VNO,Malaria,
Chagas, toxoplasmose, Creutzfeld-Jacob,
infections en émergence (?)
Complications de transfusions
massives…à venir
Métabolique
– toxicité au citrate: hypoCa, hypoMg, alcalose
– Hyperkaliémie
– Acidose métabolique (rare)

Thermorégulatoire
– hypothermie

Hémostatique
– Coagulopathie de dilution
Références suggérées
Sang difficulté 2: Transfusions sanguines,
alternatives et réactions transfusionnelles; JL
Callum & PH Pinkerton; Centre des Sciences de
la santé des femmes et Collège Synnybrook, 2e
édition, 2005, 127 pages
Handbook of Pediatric Transfusion Medicine; C.
Hillyer, R. Strauss, N. Luban; Elsevier Inc., 2004,
394 pages.

Contenu connexe

Tendances

Syndrome coronarien aigu tizi
Syndrome coronarien aigu tiziSyndrome coronarien aigu tizi
Syndrome coronarien aigu tizi
killua zoldyck
 
2012 plan-blanc
2012 plan-blanc2012 plan-blanc
2012 plan-blanc
APRHOC
 
cour residents FESF 2022 (2).pptx
cour residents  FESF 2022 (2).pptxcour residents  FESF 2022 (2).pptx
cour residents FESF 2022 (2).pptx
ZeynebBoutouchent
 
Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2
killua zoldyck
 
Etat de choc
Etat de chocEtat de choc
Etat de choc
Sandro Zorzi
 
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
Nouhoum L Traore
 
Les hepatites virales
Les hepatites viralesLes hepatites virales
Les hepatites virales
Dr Taoufik Djerboua
 
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Nouhoum L Traore
 
Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontanePneumothorax spontane
Pneumothorax spontane
hind henzazi
 
Les infections génitales chez la femme
Les infections génitales chez la femmeLes infections génitales chez la femme
Les infections génitales chez la femme
S/Abdessemed
 
Cat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive hauteCat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive haute
Nisrine Bouji
 
Role de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.pptRole de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.ppt
Sandro Zorzi
 
Cat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestiveCat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestive
Hamlaoui Saddek
 
Ictere les bons réflexes 2016
Ictere les bons réflexes 2016Ictere les bons réflexes 2016
Ictere les bons réflexes 2016
Claude EUGENE
 
Les prélèvements de sang
Les prélèvements de sang   Les prélèvements de sang
Les prélèvements de sang
S/Abdessemed
 
Maladie de hirschprung
Maladie de  hirschprungMaladie de  hirschprung
Maladie de hirschprung
Hana Hanouna
 
Le lymphome de Burkitt chez l'enfant mali
Le lymphome de Burkitt chez l'enfant  mali Le lymphome de Burkitt chez l'enfant  mali
Le lymphome de Burkitt chez l'enfant mali
Nouhoum L Traore
 
Bonnes pratiques d'anesthésie
Bonnes  pratiques d'anesthésieBonnes  pratiques d'anesthésie
Bonnes pratiques d'anesthésie
Sandro Zorzi
 

Tendances (20)

Syndrome coronarien aigu tizi
Syndrome coronarien aigu tiziSyndrome coronarien aigu tizi
Syndrome coronarien aigu tizi
 
2012 plan-blanc
2012 plan-blanc2012 plan-blanc
2012 plan-blanc
 
cour residents FESF 2022 (2).pptx
cour residents  FESF 2022 (2).pptxcour residents  FESF 2022 (2).pptx
cour residents FESF 2022 (2).pptx
 
Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2
 
Etat de choc
Etat de chocEtat de choc
Etat de choc
 
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
 
Les hepatites virales
Les hepatites viralesLes hepatites virales
Les hepatites virales
 
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
 
Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontanePneumothorax spontane
Pneumothorax spontane
 
Les infections génitales chez la femme
Les infections génitales chez la femmeLes infections génitales chez la femme
Les infections génitales chez la femme
 
Cat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive hauteCat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive haute
 
Role de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.pptRole de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.ppt
 
Cat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestiveCat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestive
 
Ictere les bons réflexes 2016
Ictere les bons réflexes 2016Ictere les bons réflexes 2016
Ictere les bons réflexes 2016
 
Les prélèvements de sang
Les prélèvements de sang   Les prélèvements de sang
Les prélèvements de sang
 
Polio cours (1)
Polio cours (1)Polio cours (1)
Polio cours (1)
 
Anesthesie
AnesthesieAnesthesie
Anesthesie
 
Maladie de hirschprung
Maladie de  hirschprungMaladie de  hirschprung
Maladie de hirschprung
 
Le lymphome de Burkitt chez l'enfant mali
Le lymphome de Burkitt chez l'enfant  mali Le lymphome de Burkitt chez l'enfant  mali
Le lymphome de Burkitt chez l'enfant mali
 
Bonnes pratiques d'anesthésie
Bonnes  pratiques d'anesthésieBonnes  pratiques d'anesthésie
Bonnes pratiques d'anesthésie
 

En vedette

Alte Une revue du Dr. Christiane Gagnon
Alte Une revue du Dr. Christiane GagnonAlte Une revue du Dr. Christiane Gagnon
Alte Une revue du Dr. Christiane Gagnon
Urgencehsj
 
Interpretation ECG Urgence Dr. Anne Fournier 2016
Interpretation ECG Urgence Dr. Anne Fournier 2016Interpretation ECG Urgence Dr. Anne Fournier 2016
Interpretation ECG Urgence Dr. Anne Fournier 2016
Urgencehsj
 
Perles pédiatrie Dr. Michel Roy
Perles pédiatrie Dr. Michel RoyPerles pédiatrie Dr. Michel Roy
Perles pédiatrie Dr. Michel Roy
Urgencehsj
 
Bronchospasme, bronchiolite et laryngite
Bronchospasme, bronchiolite et laryngiteBronchospasme, bronchiolite et laryngite
Bronchospasme, bronchiolite et laryngite
Urgencehsj
 
Lacération en pédiatrie (Français)
Lacération en pédiatrie (Français)Lacération en pédiatrie (Français)
Lacération en pédiatrie (Français)
Urgencehsj
 
La migraine
La migraineLa migraine
La migraine
Urgencehsj
 

En vedette (6)

Alte Une revue du Dr. Christiane Gagnon
Alte Une revue du Dr. Christiane GagnonAlte Une revue du Dr. Christiane Gagnon
Alte Une revue du Dr. Christiane Gagnon
 
Interpretation ECG Urgence Dr. Anne Fournier 2016
Interpretation ECG Urgence Dr. Anne Fournier 2016Interpretation ECG Urgence Dr. Anne Fournier 2016
Interpretation ECG Urgence Dr. Anne Fournier 2016
 
Perles pédiatrie Dr. Michel Roy
Perles pédiatrie Dr. Michel RoyPerles pédiatrie Dr. Michel Roy
Perles pédiatrie Dr. Michel Roy
 
Bronchospasme, bronchiolite et laryngite
Bronchospasme, bronchiolite et laryngiteBronchospasme, bronchiolite et laryngite
Bronchospasme, bronchiolite et laryngite
 
Lacération en pédiatrie (Français)
Lacération en pédiatrie (Français)Lacération en pédiatrie (Français)
Lacération en pédiatrie (Français)
 
La migraine
La migraineLa migraine
La migraine
 

Similaire à Transfusions à l'Urgence

correction-ST2S-chimie-BPH .pdf
correction-ST2S-chimie-BPH .pdfcorrection-ST2S-chimie-BPH .pdf
correction-ST2S-chimie-BPH .pdf
LETUDIANT1
 
Plasma Exchange
Plasma ExchangePlasma Exchange
Plasma Exchange
Khalfaoui Mohamed Amine
 
Cellules animales
Cellules animalesCellules animales
Cellules animales
Nouri Abdelmounaim
 
Particularité de transfusion au niveau du service d'oncologie -HUDERF
Particularité de transfusion au niveau du service d'oncologie -HUDERFParticularité de transfusion au niveau du service d'oncologie -HUDERF
Particularité de transfusion au niveau du service d'oncologie -HUDERF
Mohammed Lotfi
 
CULTURE DE VIRUS
CULTURE DE VIRUSCULTURE DE VIRUS
CULTURE DE VIRUS
sarah Benmerzouk
 
PEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERRE
PEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERREPEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERRE
PEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERRE
Centre Hepato-Biliaire / AP-HP Hopital Paul Brousse
 
TRAVAIL PRATIQUE_TRANSFUSION SANGUINE_unikol.pdf
TRAVAIL PRATIQUE_TRANSFUSION SANGUINE_unikol.pdfTRAVAIL PRATIQUE_TRANSFUSION SANGUINE_unikol.pdf
TRAVAIL PRATIQUE_TRANSFUSION SANGUINE_unikol.pdf
Université de Kolwezi
 
Physiopathologie et perspectives thérapeutiques dans la polykystose rénale
Physiopathologie et perspectives thérapeutiques dans la polykystose rénalePhysiopathologie et perspectives thérapeutiques dans la polykystose rénale
Physiopathologie et perspectives thérapeutiques dans la polykystose rénale
kyste
 
La cytologie urinaire
La cytologie urinaire La cytologie urinaire
La cytologie urinaire
S/Abdessemed
 
Péritonite spontanée bactérienne (diagnostic, traitement)
Péritonite spontanée bactérienne (diagnostic, traitement)Péritonite spontanée bactérienne (diagnostic, traitement)
Péritonite spontanée bactérienne (diagnostic, traitement)
Claude EUGENE
 
Module_microbiologie_ et qualité de_l_eau.pdf
Module_microbiologie_ et qualité de_l_eau.pdfModule_microbiologie_ et qualité de_l_eau.pdf
Module_microbiologie_ et qualité de_l_eau.pdf
AbdoulSalamOuermi
 
CBP 2019
CBP 2019CBP 2019
CBP 2019
Claude EUGENE
 
Choléra cours Dr Odio. Ppt université de Kinshasa
Choléra cours Dr Odio. Ppt université de KinshasaCholéra cours Dr Odio. Ppt université de Kinshasa
Choléra cours Dr Odio. Ppt université de Kinshasa
nuriel683
 
La réponse immunitaire cellulaire et les mesures in vitro
La réponse immunitaire cellulaire et les mesures in vitroLa réponse immunitaire cellulaire et les mesures in vitro
La réponse immunitaire cellulaire et les mesures in vitro
Institut Pasteur de Madagascar
 
Chimioembolisatiomn Hépatique pour le Cancer du Foie
Chimioembolisatiomn Hépatique pour le Cancer du FoieChimioembolisatiomn Hépatique pour le Cancer du Foie
Chimioembolisatiomn Hépatique pour le Cancer du Foie
Dr Sameh AWAD
 
QCM - Cholécystite aigue lithiasique
QCM - Cholécystite aigue lithiasiqueQCM - Cholécystite aigue lithiasique
QCM - Cholécystite aigue lithiasique
Dr. Abdellah Benrahou
 
Cat colite grave
Cat colite graveCat colite grave
Cat colite grave
Vincent Di Martino
 
clostridium difficile
clostridium difficile clostridium difficile
clostridium difficile
Patou Conrath
 
L'interprétation de l'E.C.B.U. - Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLE
L'interprétation de l'E.C.B.U. - Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLEL'interprétation de l'E.C.B.U. - Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLE
L'interprétation de l'E.C.B.U. - Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLE
biolille
 
Présentation.pptx
Présentation.pptxPrésentation.pptx
Présentation.pptx
TomioKaGiYuu8
 

Similaire à Transfusions à l'Urgence (20)

correction-ST2S-chimie-BPH .pdf
correction-ST2S-chimie-BPH .pdfcorrection-ST2S-chimie-BPH .pdf
correction-ST2S-chimie-BPH .pdf
 
Plasma Exchange
Plasma ExchangePlasma Exchange
Plasma Exchange
 
Cellules animales
Cellules animalesCellules animales
Cellules animales
 
Particularité de transfusion au niveau du service d'oncologie -HUDERF
Particularité de transfusion au niveau du service d'oncologie -HUDERFParticularité de transfusion au niveau du service d'oncologie -HUDERF
Particularité de transfusion au niveau du service d'oncologie -HUDERF
 
CULTURE DE VIRUS
CULTURE DE VIRUSCULTURE DE VIRUS
CULTURE DE VIRUS
 
PEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERRE
PEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERREPEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERRE
PEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERRE
 
TRAVAIL PRATIQUE_TRANSFUSION SANGUINE_unikol.pdf
TRAVAIL PRATIQUE_TRANSFUSION SANGUINE_unikol.pdfTRAVAIL PRATIQUE_TRANSFUSION SANGUINE_unikol.pdf
TRAVAIL PRATIQUE_TRANSFUSION SANGUINE_unikol.pdf
 
Physiopathologie et perspectives thérapeutiques dans la polykystose rénale
Physiopathologie et perspectives thérapeutiques dans la polykystose rénalePhysiopathologie et perspectives thérapeutiques dans la polykystose rénale
Physiopathologie et perspectives thérapeutiques dans la polykystose rénale
 
La cytologie urinaire
La cytologie urinaire La cytologie urinaire
La cytologie urinaire
 
Péritonite spontanée bactérienne (diagnostic, traitement)
Péritonite spontanée bactérienne (diagnostic, traitement)Péritonite spontanée bactérienne (diagnostic, traitement)
Péritonite spontanée bactérienne (diagnostic, traitement)
 
Module_microbiologie_ et qualité de_l_eau.pdf
Module_microbiologie_ et qualité de_l_eau.pdfModule_microbiologie_ et qualité de_l_eau.pdf
Module_microbiologie_ et qualité de_l_eau.pdf
 
CBP 2019
CBP 2019CBP 2019
CBP 2019
 
Choléra cours Dr Odio. Ppt université de Kinshasa
Choléra cours Dr Odio. Ppt université de KinshasaCholéra cours Dr Odio. Ppt université de Kinshasa
Choléra cours Dr Odio. Ppt université de Kinshasa
 
La réponse immunitaire cellulaire et les mesures in vitro
La réponse immunitaire cellulaire et les mesures in vitroLa réponse immunitaire cellulaire et les mesures in vitro
La réponse immunitaire cellulaire et les mesures in vitro
 
Chimioembolisatiomn Hépatique pour le Cancer du Foie
Chimioembolisatiomn Hépatique pour le Cancer du FoieChimioembolisatiomn Hépatique pour le Cancer du Foie
Chimioembolisatiomn Hépatique pour le Cancer du Foie
 
QCM - Cholécystite aigue lithiasique
QCM - Cholécystite aigue lithiasiqueQCM - Cholécystite aigue lithiasique
QCM - Cholécystite aigue lithiasique
 
Cat colite grave
Cat colite graveCat colite grave
Cat colite grave
 
clostridium difficile
clostridium difficile clostridium difficile
clostridium difficile
 
L'interprétation de l'E.C.B.U. - Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLE
L'interprétation de l'E.C.B.U. - Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLEL'interprétation de l'E.C.B.U. - Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLE
L'interprétation de l'E.C.B.U. - Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLE
 
Présentation.pptx
Présentation.pptxPrésentation.pptx
Présentation.pptx
 

Plus de Urgencehsj

Ponction Lombaire 4 - 6 semaines de vie
Ponction Lombaire 4 - 6 semaines de viePonction Lombaire 4 - 6 semaines de vie
Ponction Lombaire 4 - 6 semaines de vie
Urgencehsj
 
Traumatoped drm roy
Traumatoped drm royTraumatoped drm roy
Traumatoped drm roy
Urgencehsj
 
Status epilepticus
Status epilepticusStatus epilepticus
Status epilepticus
Urgencehsj
 
Maltraitance site urgencehsj
Maltraitance site urgencehsjMaltraitance site urgencehsj
Maltraitance site urgencehsj
Urgencehsj
 
Eau n'aie pas peur, ça ne fera pas mal 20170517 envoi
Eau n'aie pas peur, ça ne fera pas mal 20170517 envoiEau n'aie pas peur, ça ne fera pas mal 20170517 envoi
Eau n'aie pas peur, ça ne fera pas mal 20170517 envoi
Urgencehsj
 
10 raisons pour lesquelles il ne faut jamais sous estimer une entorse de la c...
10 raisons pour lesquelles il ne faut jamais sous estimer une entorse de la c...10 raisons pour lesquelles il ne faut jamais sous estimer une entorse de la c...
10 raisons pour lesquelles il ne faut jamais sous estimer une entorse de la c...
Urgencehsj
 
Miami j collar
Miami j collarMiami j collar
Miami j collar
Urgencehsj
 
Lacerations
Lacerations Lacerations
Lacerations
Urgencehsj
 
Perle clinique 17
Perle clinique 17Perle clinique 17
Perle clinique 17
Urgencehsj
 
Présentation trauma Abdominale
Présentation trauma AbdominalePrésentation trauma Abdominale
Présentation trauma Abdominale
Urgencehsj
 
16. perles clinique abd automne
16. perles clinique abd automne16. perles clinique abd automne
16. perles clinique abd automne
Urgencehsj
 
Ventilation non invasive soins intensifs ped
Ventilation non invasive soins intensifs pedVentilation non invasive soins intensifs ped
Ventilation non invasive soins intensifs ped
Urgencehsj
 
Ow! that hurts nov 2014
Ow! that hurts nov 2014Ow! that hurts nov 2014
Ow! that hurts nov 2014
Urgencehsj
 
Cas à ne pas manquer No 14
Cas à ne pas manquer No 14Cas à ne pas manquer No 14
Cas à ne pas manquer No 14
Urgencehsj
 
Un trauma abdominal intéressant
Un trauma abdominal intéressantUn trauma abdominal intéressant
Un trauma abdominal intéressant
Urgencehsj
 
Lyme présentation 12 juin 2014
Lyme présentation 12 juin 2014Lyme présentation 12 juin 2014
Lyme présentation 12 juin 2014
Urgencehsj
 
Cas à ne pas manquer 13
Cas à ne pas manquer 13Cas à ne pas manquer 13
Cas à ne pas manquer 13
Urgencehsj
 
Station Intra osseuse pals 2014
Station Intra osseuse pals 2014Station Intra osseuse pals 2014
Station Intra osseuse pals 2014
Urgencehsj
 
Entorses chevilles 2014
Entorses chevilles 2014Entorses chevilles 2014
Entorses chevilles 2014
Urgencehsj
 
Cas à ne pas manquer 12
Cas à ne pas manquer 12Cas à ne pas manquer 12
Cas à ne pas manquer 12
Urgencehsj
 

Plus de Urgencehsj (20)

Ponction Lombaire 4 - 6 semaines de vie
Ponction Lombaire 4 - 6 semaines de viePonction Lombaire 4 - 6 semaines de vie
Ponction Lombaire 4 - 6 semaines de vie
 
Traumatoped drm roy
Traumatoped drm royTraumatoped drm roy
Traumatoped drm roy
 
Status epilepticus
Status epilepticusStatus epilepticus
Status epilepticus
 
Maltraitance site urgencehsj
Maltraitance site urgencehsjMaltraitance site urgencehsj
Maltraitance site urgencehsj
 
Eau n'aie pas peur, ça ne fera pas mal 20170517 envoi
Eau n'aie pas peur, ça ne fera pas mal 20170517 envoiEau n'aie pas peur, ça ne fera pas mal 20170517 envoi
Eau n'aie pas peur, ça ne fera pas mal 20170517 envoi
 
10 raisons pour lesquelles il ne faut jamais sous estimer une entorse de la c...
10 raisons pour lesquelles il ne faut jamais sous estimer une entorse de la c...10 raisons pour lesquelles il ne faut jamais sous estimer une entorse de la c...
10 raisons pour lesquelles il ne faut jamais sous estimer une entorse de la c...
 
Miami j collar
Miami j collarMiami j collar
Miami j collar
 
Lacerations
Lacerations Lacerations
Lacerations
 
Perle clinique 17
Perle clinique 17Perle clinique 17
Perle clinique 17
 
Présentation trauma Abdominale
Présentation trauma AbdominalePrésentation trauma Abdominale
Présentation trauma Abdominale
 
16. perles clinique abd automne
16. perles clinique abd automne16. perles clinique abd automne
16. perles clinique abd automne
 
Ventilation non invasive soins intensifs ped
Ventilation non invasive soins intensifs pedVentilation non invasive soins intensifs ped
Ventilation non invasive soins intensifs ped
 
Ow! that hurts nov 2014
Ow! that hurts nov 2014Ow! that hurts nov 2014
Ow! that hurts nov 2014
 
Cas à ne pas manquer No 14
Cas à ne pas manquer No 14Cas à ne pas manquer No 14
Cas à ne pas manquer No 14
 
Un trauma abdominal intéressant
Un trauma abdominal intéressantUn trauma abdominal intéressant
Un trauma abdominal intéressant
 
Lyme présentation 12 juin 2014
Lyme présentation 12 juin 2014Lyme présentation 12 juin 2014
Lyme présentation 12 juin 2014
 
Cas à ne pas manquer 13
Cas à ne pas manquer 13Cas à ne pas manquer 13
Cas à ne pas manquer 13
 
Station Intra osseuse pals 2014
Station Intra osseuse pals 2014Station Intra osseuse pals 2014
Station Intra osseuse pals 2014
 
Entorses chevilles 2014
Entorses chevilles 2014Entorses chevilles 2014
Entorses chevilles 2014
 
Cas à ne pas manquer 12
Cas à ne pas manquer 12Cas à ne pas manquer 12
Cas à ne pas manquer 12
 

Transfusions à l'Urgence

  • 1. Transfusions sanguines à l’urgence France Gauvin, Nancy Robitaille CHU Ste-Justine 2010
  • 2. Objectifs Connaître les types de produits sanguins disponibles Connaître les modes de préparation et de conservation des produits sanguins Connaître les pratiques d’administration des transfusions sanguines Connaître les indications des transfusions sanguines Connaître les principales complications des transfusions sanguines
  • 3. Question #1: Lequel des énoncés est vrai? A) La solution de conservation d’un culot globulaire contient du dextrose, du citrate, du NaCl et du potassium B) Les plaquettes d’aphérèse sont moins sécuritaires car elles contiennent plus de leucocytes et sont plus sujettes à la contamination bactérienne C) Le plasma transformé permet de fabriquer l’albumine, les immunoglobulines intraveineuses et les concentrés de facteurs de coagulation D) Une unité de cryoprécipité provient de plusieurs donneurs
  • 4. Question #1: Lequel des énoncés est vrai? A) La solution de conservation d’un culot globulaire contient du dextrose, du citrate, du NaCl et du potassium B) Les plaquettes d’aphérèse sont moins sécuritaires car elles contiennent plus de leucocytes et sont plus sujettes à la contamination bactérienne C) Le plasma transformé permet de fabriquer l’albumine, les immunoglobulines intraveineuses et les concentrés de facteurs de coagulation D) Une unité de cryoprécipité provient de plusieurs donneurs
  • 5. Dons: processus Collecte d’environ 450 ml de sang complet Sang divisé en différents produits: – – – – Culots globulaires Plaquettes Plasma congelé Cryoprécipité Conservation dans milieu contrôlé
  • 6. Composantes du sang Produits du sang faits par séparation physique des composantes du sang total – – – – Concentré de globules rouges (culot globulaire) Plaquettes Plasma congelé Cryoprécipité Produits d’aphérèse – prélève un élément sanguin et retourne les autres éléments au donneur – – – – Plasma Plaquettes Granulocytes Globules rouges Produits dérivés du plasma de multiples donneurs (produits de fractionnement) – Albumine – Immunoglobulines – facteurs de coagulation
  • 7. Culots globulaires AS-3: – Solution saline nutritive Dextrose pour préservation de cellules Adénine pour améliorer viabilité des GR NaCl Citrate (anticoagulation): très peu car peu de plasma présent – Ht: 0,50 à 0,60 – Volume: ≈320 ml Le potassium est libéré par les érythrocytes durant l’entreposage. La concentration augmente avec la durée d’entreposage mais ne produit habituellement pas de problème chez le receveur sauf lors de transfusions massives et rapides (surtout chez le jeune bébé)
  • 8. Plaquettes: types Concentrés de plaquettes – dérivé de sang complet – appellé aussi «whole-blood derived platelets» ou PRP (platelet rich plasma) Plaquettes d’aphérèse – dérivé d’un seul donneur volontaire – appellé aussi «single-donor platelets»
  • 9. Concentré de plaquettes Chaque unité vient d’un donneur – Volume = 50 ml – Volume résiduel = plasma + anticoagulant Adultes: 5 concentrés sont mis ensemble avant transfusion = « pool » – Volume total 250 ml – Quantité = 3-6 x 1011 plaquettes – Exposition à cinq donneurs
  • 10. Plaquettes d’aphérèse Préparé à partir d’un seul donneur – Procédure = 1-2 heures – Quantité = 3-6 x 1011 plaquettes – Volume = 200 ml Avantages – Peut être matché (HLA) pour patients avec alloimmunisation – Exposition à moins de donneurs Désavantages: – Risque d’hémolyse due à incompatibilité plasmatique ABO augmentée – Doit être divisé lorsque destiné à receveur de petit poids donc risque de gaspillage Disponibilité: 80-85% des plaquettes viennent d’aphérèse
  • 11. Plasma: types Plasma congelé: le plus utilisé – – – Fait à partir de sang complet d’un seul donneur Volume = 250 ml Congelé en-dedans de 24h après le don Single-donor plasma – Obtenu par plasmaphérèse d’un seul donneur – Volume = 500 ml Plasma transformé: produit de fractionnement – – – – Albumine Immunoglobuline intraveineuse (IVIg) Concentrés de facteurs de coagulation Colle de fibrine
  • 12. Albumine Fait à partir de pool de plasma ≈ 10 000 donneurs Inactivation virale Contenu: NaCl: 145 mEq/L; Kcl 2 mEq/ Entreposage: bouteille à température de la pièce Compatibilité: aucune Solutés compatibles: tous Dose: 1g/kg/jour – 5%: 10cc/kg – 25%: 1-2cc/kg Effets secondaires/réactions – Surcharge circulatoire – Anaphylaxie: rare – Aucun rapport de transmission virale à date…
  • 13. Immunoglobulines: description Fait à partir de plasma et constitué surtout d’IgG Administration intraveineuse, sous-cutanée ou intramusculaire selon produit Types: – – – Immunoglobulines humaines standard pour usage général Immunoglobulines spéciales avec Ac spécifique à une maladie Antitoxine et sérum d’origine animale Conservé à t° ambiante ou réfrigéré; ne pas congeler Inactivation virale Compatibilité: non nécessaire
  • 14. Immunoglobulines I.V. Préparé à partir de plasma humain Indications: – Déficit immunitaire primaire, HIV pédiatrique, PTI, Maladie de Kawasaki, ADEM, Guillain-Barré Dose: 400-1000 mg/kg/jour Vitesse: lentement – Solution 10%: 0,01-0,02ml/kg/min durant 30 minutes puis augmentation ad 0,08ml/kg/min Effets néfastes: – 10%: flushing, anxiété, céphalée, No/Vo Amélioré avec acétaminophène, Benadryl et/ou hydrocortisone donné avant – Réaction allergique mineure à sévère – IRA, ACV, méningite aseptique (rare) – Transmission virale: Hépatite C Ø HIV, Ø Creutzfeld-Jakob rapporté
  • 15. Cryoprécipités: description Produit à partir de plasma congelé – 1 unité de cryoprécipité provient d’1 unité de plasma congelé = 1 donneur – Décongélation à 1-6° C et collection des protéines précipitées – Resuspendu dans plasma et recongelé à -18°C – Volume: 5 à 15 ml par unité de PFC – Une unité contient un minimum de 150 mg de fibrinogène – Une unité contient un minimum de 80 unités de FVIII – Autres facteurs: vWF, FXIII
  • 16. Question #2: Lequel des énoncés est vrai? A) La durée de vie d’un culot globulaire est de 54 jours B) Les plaquettes sont conservées à température de la pièce C) Le plasma congelé peut être entreposé jusqu’à trois ans D) Le cryoprécipité peut être recongelé s’il est retourné à la banque de sang endedans de 30 minutes après son émission
  • 17. Question #2: Lequel des énoncés est vrai? A) La durée de vie d’un culot globulaire est de 54 jours B) Les plaquettes sont conservées à température de la pièce C) Le plasma frais congelé peut être entreposé jusqu’à trois ans D) Le cryoprécipité peut être recongelé s’il est retourné à la banque de sang endedans de 30 minutes après son émission
  • 19. Plaquettes: conservation Agitation constante – Éviter agrégation – Retarde développement d’acidose causée par les sous-produits métabolisés par plaquettes – Maintenir pH adéquat est le facteur le plus important pour viabilité des plaquettes Environnement stable: 22°C±2°C – Évite activation et destruction des plaquettes Il faut éviter de laisser traîner inutilement les unités de plaquettes pour éviter la dégradation
  • 20. Plaquettes: conservation Viabilité: 5 jours (à partir d’Héma-Québec) – Risque plus élevé de contamination bactérienne avec entreposage prolongé Banque de sang: – Réserves souvent limitées (durée de vie ~ 48h) Expiration: – Lorsque les concentrés plaquettes sont «poolées» pour donner une dose adéquate, elles doivent être utilisées en-dedans de 4 heures, sinon on doit les jeter
  • 21. Plasma: conservation Congelé en-dedans de 24h à -18°C jusqu’à 1 an Temps demi-vie des facteurs une fois transfusés sont différents: Facteur VII = 3-6 heures Facteur VIII = 8-12 heures Facteur II et IX = 2-3 jours Facteur XIII = 150-300 heures Décongélation en 20-30 minutes Ne peut être recongelé – doit être utilisé en 24 heures si conservé entre 1-6°C – doit être utilisé en 4 heures si conservé à température de la pièce
  • 22. Cryoprécipités: conservation Conservé congelé ad 1 an Décongélation en 5-10 minutes Préparation: 20 minutes Ne doit pas être recongelé Doit être transfusé en-dedans de 4 heures
  • 23. Question #3: Lequel de ces énoncés est vrai A) La leucoréduction, au Canada, est faite en post-storage, grâce à un filtre B) Tous les produits sanguins doivent être CMVnégatifs C) L’irradiation peut provoquer une élévation du potassium dans un culot globulaire D) Un culot globulaire « lavé » a la même durée de péremption qu’un culot globulaire standard
  • 24. Question #3: Lequel de ces énoncés est vrai A) La leucoréduction, au Canada, est faite en post-storage, grâce à un filtre B) Tous les produits sanguins doivent être CMVnégatifs C) L’irradiation peut provoquer une élévation du potassium dans un culot globulaire D) Un culot globulaire « lavé » a la même durée de péremption qu’un culot globulaire standard
  • 25. Leucoréduction Objectif: réduction leucocytes < 5 x 106 /poche Filtration = méthode plus efficace Types filtration – Pré-storage: immédiatement après la cueillette (plus efficace et sécuritaire) – Au moment de la transfusion: filtre au chevet Utilisation en pré-storage au Canada pour tous les composants sanguins (inclut plasma et cryoprécités)
  • 26. Leucoréduction: indications Prévenir réactions fébriles nonhémolytiques Prévenir transmission de CMV chez patients à risque Prévenir ou retarder alloimmunisation ? Diminuer immunomodulation et par conséquent susceptibilité aux infections bactériennes (hypothèse encore à prouver)
  • 27. Produits CMV-négatifs Objectif: éviter transmission CMV via leucocytes de donneur + Utilisation de donneurs négatifs (sans Ac anti-CMV détectables) Disponibles pour culot, plaquettes et granulocytes Réserves limitées car >50% de la population est CMV + Transmission – 0-3% avec produits CMV – – 13-37% avec produits standards – 1-2% avec produits leucoréduits Leucoréduction pré-storage est probablement équivalente à l’utilisation de produits CMV négatifs
  • 28. Produits CMV-négatifs: indications Classification du risque – – – – – – Greffe moelle osseuse (donneur/receveur CMV-) Fœtus Femme enceinte CMVTransplantation organe solide (donneur/receveur CMV-) HIV ou SIDA Nouveau-nés de petit poids de naissance (<1250 g) Utiliser des produits leucoréduits et CMV séronégatifs pour les patients dans la catégorie de risque élevé. Ceci est probablement indiqué pour les patient dans la catégorie de risque modéré. Risque faible et autres: leucoréduction
  • 29. Irradiation Objectif: prévention GVH GVH = Maladie du greffon contre l’hôte – Transfusion de lymphocytes allogéniques immunocompétents, non rejetés par receveur – Ces lymphocytes se greffent, se multiplient et provoquent une réaction immunitaire contre receveur – Atteinte moelle, peau, foie, GI; souvent fatal (≥ 90%) Irradiation: altère l’ADN dans les leucocytes, ce qui les empêche de se greffer au receveur Dose: rayon gamma de 25 Gy Disponible pour culots, plaquettes, granulocytes Conséquence: élévation de potassium dans culot – Durée de vie: 28 jours après irradiation
  • 30. Irradiation: indications Indications – Transfusion intra-utérine – Immunodéficience congénitale – Patients avec greffe de moelle osseuse ou cellules souches – Patients avec greffe d’organe solide – Patient avec néoplasie – Dons dirigés par un membre de la famille – Produits sanguins HLA compatibles – Transfusions de granulocytes – Transfusions d’échange néonatales – Prématurés de moins de 1200g
  • 31. Produits lavés Objectif: éviter récurrence de réaction allergique sévère induite par protéine plasmatique Méthode: Lavage dans 1-2 litres de salin Disponible pour culot et plaquettes Désavantages: – Temps de préparation additionnel: – Perte de 10-20% des éléments cellulaires – Durée de vie produit diminué L’administration de produits lavés doit se faire avec l’accord du directeur médical de la banque de sang
  • 32. Question #4: Lequel des énoncés est vrai? A) La compatibilité Rh est importante pour le plasma congelé B) Le groupe sanguin le plus fréquent dans la population est le groupe B C) Les patients Rh-négatif doivent recevoir immunoglobuline anti-D s’ils ont reçu des plaquettes Rh-positif D) Un test de compatibilité complet prend 15 minutes en moyenne
  • 33. Question #4: Lequel des énoncés est vrai? A) La compatibilité Rh est importante pour le plasma congelé B) Le groupe sanguin le plus fréquent dans la population est le groupe B C) Les patients Rh-négatif doivent recevoir immunoglobuline anti-D s’ils ont reçu des plaquettes Rh-positif D) Un test de compatibilité complet prend 15 minutes en moyenne
  • 34. Groupe ABO ± présence d’Ag A et B sur globules rouges du receveur ± présence Ac (isohémagglutines) dans le plasma Fréquence groupes sanguins ABO O A B AB Caucasiens 45% 41% 10% 5% Noirs 50% 25% 20% 5%
  • 35. Groupe Rh Plus de 40 antigènes dans le groupe Rh mais l’Ag D est le plus immunogénique et significatif Présence d’Ag D sur GR de patient = Rh+ – 85% chez caucasiens 80% des patients Rh- qui sont exposés à produits Rh+ développeront Ac anti-Rh(D) qui persisteront toute leur vie Ces Ac peuvent provoquer une réaction hémolytique ou traverser le placenta (maladie hémolytique nouveau-né)
  • 37. Compatibilité: culot globulaires Compatibilité ABO et Rh sont importantes – Administration de produit incompatible peut provoquer une réaction hémolytique grave Les réactions hémolytiques sont plus souvent dues à des erreurs d’identification de patient qu’à des erreurs de tests de laboratoire: – Double vérification en vigueur
  • 38. Tests compatibilité 1) Détermination groupe sanguin ("type") – ABO – Rh Présence d’Ag A et B présent sur les GR du receveur Présence d’anticorps anti A et B dans le sérum receveur Présence d’Ag sur les GR receveur 2) Recherche d’anticorps irréguliers – RAI ("screen") – Présence d’alloanticorps irréguliers dans le plasma du receveur (ex: anti-K, anti-Fya, anti-Jka) – Formation d’Ac suite à exposition à des GR étrangers (transfusion antérieure, grossesse antérieure) 3) Épreuve de compatibilité («crossmatch» ) – Mettre en contact le sérum du patient avec les GR du culot à transfuser
  • 39. Tests de routine effectués à la banque de sang TEST Vérification requête et centrifugation Groupe ABO et Rh TEMPS Justification (min) 10 - 15 5 RAI 45 Compatibilité IS 5 Compatibilité 37°C 45 Recherche d’anticorps érythrocytaires Vérifie seulement la compatibilité ABO Obligatoire si Ac présent
  • 40. Prescription à la banque de sang Code 50: – si besoin de sang est possible mais ± probable Tous les tests seront faits et les produits sanguins seront disponibles rapidement au besoin Inclut Groupe ABO et Rh, recherche d’Ac irréguliers (RAI) et épreuve de compatibilité (crossmatch) seulement si RAI+ Une prescription de "crossmatch" n’est donc pas adéquate….mais sera comprise par le technicien comme un "code 50" Produits en réserve: – si besoin de sang est très probable Tous les tests sont faits incluant les épreuves de compatibilité et les produits sanguins sont prêts pour le patients Spécifier le produit et le nombre d’unités pour chacun à mettre en réserve (culots, plasma, plaquettes) Les plaquettes sont gardées en réserve seulement 24h puis sont utilisées pour d’autres patients
  • 41. Compatibilité: culots globulaires Situation urgente: – groupe O Rh négatif (donneur universel) Situation non-urgente: – Épreuve de compatibilité complète: 45-60 minutes sauf si Ac irréguliers Administration de culot incompatible: – Ex: anémie hémolytique auto-immune (décision de l’hématologiste) – Surveillance étroite pour Sx réaction hémolytique
  • 42. Compatibilité: plasma Plasma congelé: – Contient isohémaglutinines (anti-A ou anti-B) – Doit être ABO compatible avec receveur – Pas d’autre test de compatibilité nécessaire – Si groupe receveur non connu ⇒ plasma AB – Alloimmunisation Rh n’est pas significative car très peu de GR dans plasma et ils sont détruits
  • 43. Compatibilité: plaquettes Compatibilité ABO: – Pour les transfusions de plaquettes, la compatibilité plasmatique est de mise – Plaquettes non-compatibles peuvent être utilisées au besoin selon la disponibilité Compatibilité Rh – Contamination par les globules rouges qui peuvent sensibiliser le receveur négatif – Le receveur produit Ac anti-D, ce qui peut compliquer les prochaines transfusions ou une grossesse future – Les patients Rh-négatif doivent recevoir immunoglobuline anti-D s’ils ont reçu des plaquettes Rh-positif
  • 44. Question #5: Lequel des énoncés est vrai? A) Un consentement n’est pas nécessaire pour permettre l’administration d’un produit sanguin B) Aucun filtre n’est nécessaire pour l’administration d’une unité de plaquettes C) Les produits sanguins sont compatibles avec le NaCl 0,9 et le Lactate Ringer D) On peut retourner un culot à la banque de sang s’il n’a pas été administré en-dedans de 30 minutes après son émission
  • 45. Question #5: Lequel des énoncés est vrai? A) Un consentement n’est pas nécessaire pour permettre l’administration d’un produit sanguin B) Aucun filtre n’est nécessaire pour l’administration d’une unité de plaquettes C) Les produits sanguins sont compatibles avec le NaCl 0,9 et le Lactate Ringer D) On peut retourner un culot à la banque de sang s’il n’a pas été administré en-dedans de 30 minutes après son émission
  • 46. Consentement éclairé Consentement éclairé maintenant obligatoire et implique information donnée – Le consentement du patient (ou son parent si mineur ou non apte) doit être obtenu avant une première transfusion de produit sanguin – Le consentement ne doit pas être répété à chaque transfusion mais doit être refait à chaque hospitalisation – Un consentement pour une durée de 1 an est possible pour les patients avec transfusions sur une base chronique (ex. anémie falciforme) – Des informations sur l’indication, les bénéfices et les risques des transfusions doivent être donnés. Les alternatives (s’il y a lieu) doivent aussi être expliqués. – Le consentement n’est pas nécessaire si la transfusion est urgente – En cas de refus déraisonnable de la part du patient ou sa famille, celui-ci doit signer la case à cet effet; vous devez appeler l’avocat de l’hôpital si vous juger que cette transfusion est nécessaire et nécessite un ordre de la Cour.
  • 49. Administration Prescription médicale complète – Type de produit, quantité, durée de perfusion (ou vitesse d’administration), directives particulières (CMV, irradié…) Vérifier l’identification produit/patient Équipement au chevet – Cathéter le plus gros possible pour éviter hémolyse – Filtre: standard (80-170 microns) pour éviter débris et agrégats – Réchauffe-sang pour patients recevant multiples transfusions, transfusion d’échange ou présence d’agglutinines froides; t°> 42° ⇒ hémolyse
  • 50. Administration Solutions compatibles: NaCl 0,9% – Pas de médicaments, Lactate Ringer, dextrose – Éviter produits sanguins concomitants si possible Débuter transfusion au plus tard 30 minutes après la sortie du réfrigérateur sinon retourner à la banque de sang Vitesse: selon besoin produit; maximum en 3 heures – Vitesse plus lente les 15 premières minutes (re surveillance hémolyse) – Culot globulaire: 3h – Plaquettes: 1h – Plasma: 1-2h – Cryoprécipité: 30 minutes Surveillance patients + signes vitaux au début, durant les 15 premières minutes, à la fin, puis jusqu’à 1 hres posttransfusion
  • 51. Administration: doses Culot globulaire: 15 ml/kg (↑ Hb de 20g/L) – Administrer une unité à la fois – Pédipack chez les bébés Plaquettes: – Adultes: 5 unités « random donor » ou 1 unité plaquettes d’aphérèse – Enfants: 1 unité par 10 kg – Nouveau- né: 10 ml/kg Plasma: (↑20-30% des protéines de coagulation) – Adulte: 3 à 4 unités – Enfants: 15 à 20 ml/kg Cryoprécipités: (chaque dose ↑ fibrinogène de 0,5 g/L) – Adulte: 8 à 12 unités – Enfants: 1 unité par 10 kg poids
  • 52. Question #6: Lequel des énoncés est vrai? A) Il existe des recommandations claires en pédiatrie sur le seuil d’Hb en-dessous duquel il faut transfuser un culot globulaire B) Le seuil de transfusion de plaquettes suggéré est de < 100 000 en cas de traumatisme crânien C) Le plasma est un bon choix pour l’expansion volémique D) Les cryoprécipités sont indiqués en premier choix pour la maladie de Von Willebrand
  • 53. Question #6: Lequel des énoncés est vrai? A) Il existe des recommandations claires en pédiatrie sur le seuil d’Hb en-dessous duquel il faut transfuser un culot globulaire B) Le seuil de transfusion de plaquettes suggéré est de < 100 000 en cas de traumatisme crânien C) Le plasma est un bon choix pour l’expansion volémique D) Les cryoprécipités sont indiqués en premier choix pour la maladie de Von Willebrand
  • 54. Culots globulaires: indications Améliorer le transport en oxygène DO2 = CaO2 x DC CaO2 = 1,34 x Hb x SaO2 + (0,003xPaO2) – Patients avec Hb basse (anémie) – Patients dont les compensations physiologiques pour la baisse d’Hb sont inadéquates Pas de seuil clair…
  • 56. Plaquettes: indications Patient avec déficit en nombre/fonction de plaquettes – Prophylaxie contre saignement avant procédure – Traitement des saignements
  • 58. Plaquettes: contre-indications Délétère dans certaines conditions: – thrombocytopénie induite par l’héparine – PTT – SHU Inefficace dans certaines situations – Séquestration – PTI – ± CIVD
  • 59. Plasma: indications Saignement associé à une coagulopathie par déficit de multiples facteurs – – – – Insuffisance hépatique Transfusions massives CIVD Renversement Coumadin urgent (+ Vit K:5-10 mg I.V.) Plasmaphérèse: PTT Déficit congénital en facteurs de coagulation (sauf si facteur spécifique disponible) Prophylaxie avant procédure – PT ou PTT > 1,5 x témoin Autres: brûlures, méningococcémie, MODS…
  • 60. Cryoprécipités: indications Hypofibrinogénémie < 0,8 à 1,0 g/L et saignement – Forme acquise (CIVD, maladie hépatique): cryoprécipités – Forme congénitale: remplacement par facteurs spécifiques plutôt que par cryoprécipités; consultation hématologie Maladie Von Willebrand – Si concentré facteur non disponible et DDAVP non efficace Hémophilie A – Si concentré facteur non disponible et DDAVP non efficace
  • 61. Albumine: indications Bénéfices démontrés: – – – Paracentèse > 5L (ascite dû à cirrhose ou néoplasie) Syndrome néphrotique / hépato-rénal Plasmaphérèse Bénéfices non-démontrés: – – – – – Hypotension: non supérieur à cristalloides Hypoalbuminémie Brûlures Chirurgie cardiaque Hyperalimentation intraveineuse Cochrane Inj Group; Wilkes et al.
  • 62. Question #7: Lequel des énoncés est vrai? A) La réaction transfusionnelle immédiate la plus à craindre est la réaction allergique B) La contamination bactérienne est plus fréquente que la transmission virale C) En cas de TRALI (transfusion-related acute lung injury), la première intervention auprès du patient est l’administration d’oxygène D) Les transfusions massives peuvent entraîner une hypocalcémie, hypomagnésémie et hypokaliémie
  • 63. Question #7: Lequel des énoncés est vrai? A) La réaction transfusionnelle immédiate la plus à craindre est la réaction allergique B) La contamination bactérienne est plus fréquente que la transmission virale C) En cas de TRALI (transfusion-related acute lung injury), la première intervention auprès du patient est l’administration d’oxygène D) Les transfusions massives peuvent entraîner une hypocalcémie, hypomagnésémie et hypokaliémie
  • 64. Réactions transfusionnelles Réactions immédiates: – – – – – – – Réaction hémolytique Réaction fébrile non-hémolytique Contamination bactérienne Réaction allergique et anaphylactique Réaction hypotensive TRALI Surcharge circulatoire Retardées – Réaction de greffon vs hôte – Purpura post-transfusionnel – Alloimmunisation Complications des transfusions massives Transmission virale
  • 65. Réaction hémolytique Due à incompatibilité ABO ou autres allo-Ac Le plus souvent due à erreur d’identification ou de laboratoire Une cause importante de morbidité et mortalité (10%) post-transfusionnelle Incidence: 1:20 000 culots globulaires Clinique: Sx rapide – fièvre, frissons, douleur lombaire et/ou thoracique, hémoglobinurie, hypoTA, dyspnée, IRA, CIVD Tx: cesser transfusion, tx support, vérifier identité produit/patient, aviser banque de sang Réaliser qu’un autre patient peut être à risque!!
  • 66. Fébrile non-hémolytique Étiologie: – facteurs (cytokines) présents dans le plasma des produits – Ac du receveurs réagissent avec les Ag sur cellules produit Incidence: 1:200 à 300 (plaquettes > culots) Clinique: Sx peuvent être tardifs – Fièvre, frissons, no/vo: souvent bénin Tx: acétaminophène Prévention: leuco-réduction Attention! Il faut cesser la transfusion et s’assurer qu’il ne s’agit d’un autre type de réaction transfusionnelle
  • 67. Contamination bactérienne Contamination due à: – Flore cutanée du donneur – Bactériémie asymptomatique chez donneur – Manipulation du produit / sac défectueux Bactéries – Gram-négatif: Klebsiella, Serratia, Pseudomonas, Yersinia – Gram-positif: Staph aureus, Staph epi, Bacillus Incidence: culot (1:100 000); plaquettes (1:37 000 pool) Clinique: fièvre, frissons, hypoTA, CIVD…SEPSIS Tx: cesser transfusion, Tx support, ATB, aviser banque de sang, renvoyer le sac à la banque de sang Prévention: désinfection peau, sac de diversion lors du prélèvement, détection bactérienne, éviter manipulations
  • 68. Réaction allergique/anaphylactique Plusieurs étiologies: déficit IgA avec anti-Iga, Ac anti-protéines plasmatiques, allergène du donneur, transfert d’IgE Types de réaction – Mineure: urticaire (1:100 produits avec plasma) – Majeure: anaphylaxie (1:1200 pool plaquettes) Sx rapide: dyspnée, stridor, hypoTA, sx GI, décès (3%) Tx: cesser transfusion, Tx support – Urticaire: Bénadryl, reprendre transfusion si bénin et isolé – Anaphylaxie: stéroides, épinéphrine, volume, amines
  • 69. Hypotension isolée Due à génération de bradykinine – Polymorphisme génétique résultant en une diminution de la dégradation de bradykinine – Rx: inhibiteur de l’ enzyme de conversion de l’angiotensine Incidence: inconnue (rare); plus fréquent avec plaquettes Clinique: hypotension souvent isolée Tx: cesser transfusion, volume, Tx support
  • 70. Transfused-related acute lung injury (TRALI) Ac anti-HLA/HNA du donneur réagit avec Ag du receveur Incidence 1:5000-10 000; produits contenant plasma Détresse respiratoire (ARDS) survenant <6h après début transfusion – – – – Besoin oxygène 100% Ventilation mécanique 72% Mortalité 6% Résolution rapide: 24-72h Tx: cesser transfusion, oxygène, TX support, aviser banque de sang pour retirer autres produits du même donneur
  • 71. Surcharge circulatoire: TACO Due à rapidité excessive de transfusion et/ou dysfonction cardiaque Incidence: 1:3 000 – Surtout personnes âgées, nourrissons, anémie chronique sévère (Hb<50) Clinique: dyspnée, orthopnée, tachycardie, HTA Tx: cesser transfusion, oxygène, diurétiques Prévention: transfuser lentement, prévoir diurétiques si patient à risque, ne pas transfuser sans indication (don autologue)
  • 72. Conduite en cas de réaction Arrêter transfusion immédiatement Mettre soluté NaCl 0,9 à TVO Prendre les signes vitaux et saturation Vérifier concordance patient/transfusion Surveiller et demeurer au chevet Traitement de support au besoin Remplir un RIAT et faire prélèvements nécessaires Aviser banque de sang immédiatement si réaction importante Toujours renvoyer à la banque de sang le sac et la tubulure, fermés stérilement
  • 73. Transmission d’infections HIV: 1:12 million Hépatite C: 1:4.5 million Hépatite B: 1: 1.1 million Autres: – CMV, HHV, parvovirus B19, VNO,Malaria, Chagas, toxoplasmose, Creutzfeld-Jacob, infections en émergence (?)
  • 74. Complications de transfusions massives…à venir Métabolique – toxicité au citrate: hypoCa, hypoMg, alcalose – Hyperkaliémie – Acidose métabolique (rare) Thermorégulatoire – hypothermie Hémostatique – Coagulopathie de dilution
  • 75. Références suggérées Sang difficulté 2: Transfusions sanguines, alternatives et réactions transfusionnelles; JL Callum & PH Pinkerton; Centre des Sciences de la santé des femmes et Collège Synnybrook, 2e édition, 2005, 127 pages Handbook of Pediatric Transfusion Medicine; C. Hillyer, R. Strauss, N. Luban; Elsevier Inc., 2004, 394 pages.