SlideShare une entreprise Scribd logo
Le vaccin conjugué
contre le méningocoque
de sérogroupe B
Adrian Stefanescu
Médecin assistant
Département de MédecineDépartement de Médecine
Le 5 octobre 2016
Un petit rappel…
 Le méningocoque ou la Neisseria meningitidis:
-un diplocoque aérobie encapsulé, gram négatif.
-donne une forme de méningite bactérienne mortelle en 50% des cas si elledo e u e o e de é g te bacté e e o te e e 50% des cas s e e
n'est pas traitée et qui peut causer des graves lésions cérébrales.
-10 à 20% des gens sont porteurs sains au niveau du nasopharynx de façon10 à 20% des gens sont porteurs sains au niveau du nasopharynx de façon
asymptomatique, taux plus élevé en cas d’épidémie.
-classé en au moins 12 sérogroupes différents selon la réactivitéclassé en au moins 12 sérogroupes différents selon la réactivité
immunologique du polysaccharide capsulaire dont six sérogroupes (A, B,
C W-135 X et Y) sont souvent associés à la maladie invasive [1]C, W-135, X et Y) sont souvent associés à la maladie invasive [1].
1. Nancy E. Rosenstein et all. Meningococcal Disease, N Engl J Med 2001;
Les méningocoques – distribution géographique
 Distribution géographique: Distribution géographique:
- les sérogroupes B et C sont responsable de la majorité des cas en
Europe et en Amérique.
- les sérogroupes A et C prédominent en Asie et Afrique.
- le sérogroupe Y prend toutefois de l’importance dans certaines régions
des Etats-Unis.
l é W 135 f it d fl bé é idé i d l i t- le sérogroupe W-135 fait des flambées épidémique dans la « ceinture
africaine de la méningite » ainsi qu’en Arabie Saoudite.
Les méningocoques – distribution géographique
Ad té lAdapté selon:
Global Meningococcal Serogroup Distribution National Advisory Committee on Immunization and Centers for Disease Control and Prevention 2013
Les méningocoques – épidémiologie suisse
 Problème de santé publique:
- non résolu car les infections à méningocoque du sérogroupe B représentent
55% des infections invasives méningococciques en Suisse.% g q
- sérogroupe C: vaccination recommandée par le vaccin conjugué monovalent (MCV-
C) prise en charge par l’assurance obligatoire des soins depuis 2006.
è d 70 d l di à é i t dé l é h é- près de 70 cas de maladies à méningocoques sont déclarées chaque année.
- toutes les tranches d’âge sont intéressées, surtout nourrissons et enfants < 9 ans.
Adapté selon: « Mise à jour des recommandations de vaccination contre les méningocoques: 
introduction d’un vaccin quadrivalent conjugué », OFSP août 2011.
Les méningocoques - vaccins disponibles
 Vaccins polysaccharidiques:
di ibl d i l d 30 f bi t i t t l t- disponibles depuis plus de 30 ans, sous formes mono, bi, tri ou tetravalentes
(Mencevax® pour les sérogroupes A, C, Y et W-135).
faible immunogénicité le vaccin monovalent C est inefficace chez l’enfant < 2 ans- faible immunogénicité, le vaccin monovalent C est inefficace chez l enfant < 2 ans.
- ne sont plus utilisés en première ligne.
Phénomène de l’hyporéponse induit par les vaccins polysaccharidiques:
- soit la diminution d’efficacité lors de l’application répétée.
les titres hSBA (activité bactéricide du sérum en utilisant le complément humain)- les titres hSBA (activité bactéricide du sérum en utilisant le complément humain)
sont plus bas après un rappel qu’après la première vaccination, ce phénomène
s’accentuant de plus en plus à chaque rappel supplémentaire [2]s accentuant de plus en plus à chaque rappel supplémentaire [2].
2. Borrow R, Richmond P, Kaczmarski EB, et al. Meningococcal serogroup C-specific IgG antibody responses and serum
bactericidal titres in children following vaccination with a meningococcal A/C polysaccharide vaccine. Fems Immunol Med Microbiol 2000
Les méningocoques - vaccins disponibles
 Vaccins conjugués:
- disponibles depuis 1999, largement utilisés contre le sérogroupe C (Menjugate®,
Neisvac-C®), conjugués avec la toxine diphtérique ou la toxine tétanique.Neisvac C®), conjugués avec la toxine diphtérique ou la toxine tétanique.
- disponible depuis 2005, vaccins tétravalents contre les sérogroupes A, C, Y et
W135 (Menveo®).
- sécurité et immunogénicité supérieures par comparaison aux vaccins
polysaccharidiques, induisent une immunité mémoire (utilisés en première ligne).
ils peuvent réduire efficacement la prévalence du portage [3]- ils peuvent réduire efficacement la prévalence du portage [3].
- dans les dernières années, l'incidence de l'infection due au sérogroupe C a
fortement diminué, en raison de l'introduction du vaccin conjugué contre le
méningocoque de ce sérogroupe dans les programmes d'immunisation systématique.
3. Maiden MCJ, Stuart JM. Carriage of serogroup C meningococci 1 year after meningococcal C conjugate polysaccharide vaccination. Lancet. 2002
Recommandations de vaccination en Suisse
 Personnes à risque accru de maladies invasives à méningocoques:
Adapté selon les recommandations de vaccination contre les méningocoques pour les personnes à risque accru d’infection invasive etAdapté selon les recommandations de vaccination contre les méningocoques pour les personnes à risque accru d infection invasive et 
d’exposition : utilisation d’un vaccin quadrivalent conjugué également lors de rappels Office fédéral de la santé publique (OFSP) et 
Commission fédérale pour les vaccinations. Etat mars 2015 
Recommandations de vaccination en Suisse
 Personnes à risque accru d’exposition aux méningocoques:
Adapté selon les recommandations de vaccination contre les méningocoques pour les personnes à risque accru d’infection invasive et 
d’exposition : utilisation d’un vaccin quadrivalent conjugué également lors de rappels Office fédéral de la santé publique (OFSP) et 
Commission fédérale pour les vaccinations. Etat mars 2015 
« Ceinture africaine de la méningite »
La méningococcie frappe le plus lourdement une zone de l’Afriqueg pp p q
subsaharienne connue pour être la «ceinture de la méningite» qui s’étend du
Sénégal à l’ouest jusqu’à l’Éthiopie, à l’est (26 pays).
« Ceinture africaine de la méningite »
Vaccin antiméningococcique Ag q
 Avant 2010:
le méningocoque du sérogroupe A était responsable d’environ 80 à 85% des cas de- le méningocoque du sérogroupe A était responsable d environ 80 à 85% des cas de
méningite dans la ceinture de la méningite (épidémies tous les 7 à 14 ans).
 Depuis décembre 2010: Depuis décembre 2010:
- campagnes de vaccination préventive de masse avec le vaccin antiméningococcique A
conjugué MenAfriVac®.
- impact immédiat et spectaculaire pour briser le cycle des épidémies de méningite Aimpact immédiat et spectaculaire pour briser le cycle des épidémies de méningite A.
- plus de 217 millions de personnes dans 15 pays ont reçu le vaccin.
 Avantages par rapport aux vaccins polysaccharidiques existants: Avantages par rapport aux vaccins polysaccharidiques existants:
- réponse immunitaire plus forte et plus durable.
- efficace pour protéger les enfants < 2 ans chez lesquels les vaccins
polysaccharidiques classiques ne provoquent aucune réponsepolysaccharidiques classiques ne provoquent aucune réponse.
- réduit le portage de la bactérie dans la gorge et donc sa transmission.
- protection de l’entourage qui auraient sinon été exposées à la méningite.
- son coût est par ailleurs plus faible- son coût est par ailleurs plus faible.
Vaccins contre le sérogroupe B
 Concernant le sérogroupe B:
- pas possible de préparer des vaccins polysaccharidiques car homotypie antigénique avec les
polysaccharidiques présents dans les tissus nerveux humains donc risque d’induire unepolysaccharidiques présents dans les tissus nerveux humains donc risque d induire une
auto-immunité.
- vaccins comprenant des OMV (vésicules de membranes externes) et contenant un seul
antigène réalisés lors d’une situation d'éclosion de méningocoque du sérogroupe B et parfoisantigène réalisés lors d une situation d éclosion de méningocoque du sérogroupe B et parfois
combinés à un vaccin polysaccharidique contre le méningocoque offrent uniquement une
protection contre la souche à l'origine de l’épidémie pour laquelle ils ont été élaborés [3].
 Vaccins monovalents existants:
- le vaccin « Cubain » couvre la souche épidémique B:4:P1.15 (Cuba 1987).
l i N é i (MENBVAC) l h é idé i B 1 P1 16 (N è- le vaccin « Norvégien » (MENBVAC) couvre la souche épidémique B:15:P1.7,16 (Norvège
1987), immunogénicité jusqu’à 87% selon le nombre de doses (2 ou 3 respectivement) [4].
- le vaccin « Nouvelle-Zélande » (MENZB) couvre la souche épidémique B:4:P1.4 (Nouvelle
Zél d 2004) i é i i é j ’à 84% l l h d'â l b d d lZélande 2004), immunogénicité jusqu’à 84%, selon la cohorte d'âges, le nombre de doses, les
méthodes de modélisation et le temps passé depuis la vaccination.
3. Sadarangani, Manish et al. Serogroup B meningococcal vaccines—an unfinished story, The Lancet Infectious Diseases , Volume 10
4. Aaberge IS, Oster P, Helland OS, et al. Combined Administration of Meningococcal Serogroup B Outer Membrane Vesicle Vaccine and Conjugated
Serogroup C Vaccine Indicated for Prevention of Meningococcal Disease Is Safe and Immunogenic. Clinical and Diagnostic Laboratory Immunology. 2005
Vaccins contre le sérogroupe B
 Bexsero® (4CMenB, Novartis Vaccines)
- premier vaccin à prévenir les maladies invasives dues au Neisseria meningitidis du groupe B
composé de quatre protéines mis sur le marché en 2013composé de quatre protéines, mis sur le marché en 2013.
- la Commission européenne a délivré une autorisation de mise sur le marché valide dans toute
l’Union Européenne pour Bexsero, le 14 janvier 2013.
Etude d’immunogénicité principale [5]:
- 2627 enfants âgés de deux mois au début de l'étude,
3 d d B à 2 i d'i t ll i ti d' t i ti d ti- 3 doses de Bexsero à 2 mois d'intervalle en association avec d'autres vaccinations de routine
chez le nourrisson vs administration des vaccinations de routine seules.
- étude élargie pour rechercher les effets induits par l'administration d'une dose de rappel de
B à l'â d 12 i l à d f t t déjà B d t l titBexsero à l'âge de 12 mois ou plus à des enfants ayant déjà reçu Bexsero pendant la petite
enfance vs administration de deux doses «de rattrapage» à des enfants qui n'avaient pas encore
reçu Bexsero.
é lt t b i é i ité h l i t l f t â é d 12 i- résultats: bonne immunogénicité chez les nourrissons et les enfants âgés de 12 mois sans
interférence avec les vaccinations de routine, même une meilleure immunogénicité lorsqu'il est
administré de façon concomitante.
5. Timo Vesikari et all., Immunogenicity and safety of an investigational multicomponent, recombinant, meningococcal serogroup B vaccine 
(4CMenB) administered concomitantly with routine infant and child vaccinations: results of two randomised trials ,Lancet 2013.
Vaccins contre le sérogroupe B
 Bexsero® (Novartis Vaccines)
- créé par le processus de vaccinologie inverse: on défini les antigènes au moyen du
séquençage du génome du méningocoque du sérogroupe Bséquençage du génome du méningocoque du sérogroupe B.
- antigènes inclus: adhésine A de Neisseria (NadA), la protéine de liaison au facteur H (fHbp),
l'antigène de liaison à l'héparine de Neisseria (NHBA), protéine PorA P1.4 (OMV).
Adapté selon [5]: Representation of the antigenic components of 4CMenB. 4CMenB contains three recombinant antigens, fHbp, NadA, and NHBA, combined
with OMV from MenB strain NZ 98/254. fHbp factor H‐binding protein, NadA Neisserial adhesin A, NHBA Neisseria heparin‐binding antigen, OMV outer
membrane vesicles, PorA‐OMV NZ Porin A
[5]: Miguel O’Ryan et all., A Multi‐Component Meningococcal Serogroup B Vaccine (4CMenB): The Clinical Development Program Drugs, 2014 Jan
Vaccins contre le sérogroupe B
 Bexsero® - schéma vaccinal:
Adapté selon « Rapport européen public d'évaluation (EPAR) relatif à Bexsero » European Medicines Agency (EMA).
Vaccins contre le sérogroupe B
 Quelle serait l’efficacité du Bexsero® (4CMenB) pendant une épidémie à
Méningocoque de sérogroupe B?g q g p
- les vaccins développés pour lutter contre les épidémies de sérogroupe B locales avec des
vésicules de membrane externe (OMV) contenant l’antigène PorA ne conviennent que pour
d h h l t t f i l t tides souches homologues et ne peuvent pas fournir une large protection.
- Bexsero protège uniquement contre les souches qui expriment les antigènes contenus
dans le vaccin (la plupart des souches du sérogroupe B).
The Meningococcal Antigen Typing System (MATS) [6]:
- panel épidemiologique de référence en utilisant 528 souches de Neisseria meningitidis
sérotype B.
- validée et standardisée par Novartis pour être utilisé par les laboratoires nationaux de
référence autour de la globe pour estimer la couverture prédictive de Bexseroréférence autour de la globe pour estimer la couverture prédictive de Bexsero.
- peut prédire la couverture de la souche de méningocoque par Bexsero, en fonction de la
quantité et de la réactivité croisée des réponses immunitaires contre les 4 antigènes.
6. A. Biolchi et all., Novartis Vaccines & Diagnostics, Health Protection Agency, Manchester Royal Infirmary, Manchester, UK

Contenu connexe

Tendances

Rea infectiologie suite num 3
Rea infectiologie suite num 3Rea infectiologie suite num 3
Rea infectiologie suite num 3
Patou Conrath
 
Fiche d'information du virus Zika
Fiche d'information du virus Zika Fiche d'information du virus Zika
Fiche d'information du virus Zika
Communication_HT
 
Lecture 1 Quiz Introduction to Dental & Oral immunology
Lecture 1 Quiz  Introduction to Dental & Oral immunologyLecture 1 Quiz  Introduction to Dental & Oral immunology
Lecture 1 Quiz Introduction to Dental & Oral immunology
Clinical Immunology Laboratory, HMRUO, Oran.
 
Immunité anti-maladie versus antiparasite: quel rôle du niveau de transmissio...
Immunité anti-maladie versus antiparasite: quel rôle du niveau de transmissio...Immunité anti-maladie versus antiparasite: quel rôle du niveau de transmissio...
Immunité anti-maladie versus antiparasite: quel rôle du niveau de transmissio...
Institut Pasteur de Madagascar
 
Vaccin antipaludique: mythe ou réalité?
Vaccin antipaludique: mythe ou réalité?Vaccin antipaludique: mythe ou réalité?
Vaccin antipaludique: mythe ou réalité?
Institut Pasteur de Madagascar
 
Infection multiple et immunité acquise contre Plasmodium sp
Infection multiple et immunité acquise contre Plasmodium spInfection multiple et immunité acquise contre Plasmodium sp
Infection multiple et immunité acquise contre Plasmodium sp
Institut Pasteur de Madagascar
 
Prevention infection compile 2
Prevention infection compile 2Prevention infection compile 2
Prevention infection compile 2
Patou Conrath
 
Epidemie du CHIKUNGUNYA
Epidemie du CHIKUNGUNYAEpidemie du CHIKUNGUNYA
Epidemie du CHIKUNGUNYA
Jhon Evenst Douyon
 
Vaccin contre le paludisme: pour une recherche de " vaccin anti-maladie"
Vaccin contre le paludisme: pour une recherche de " vaccin anti-maladie"Vaccin contre le paludisme: pour une recherche de " vaccin anti-maladie"
Vaccin contre le paludisme: pour une recherche de " vaccin anti-maladie"
Institut Pasteur de Madagascar
 
Les recommandations du CSMI
Les recommandations du CSMILes recommandations du CSMI
Les recommandations du CSMI
Paperjam_redaction
 
Les 12 app 2016 avec solution
Les 12 app 2016 avec solution Les 12 app 2016 avec solution
Les 12 app 2016 avec solution
Clinical Immunology Laboratory, HMRUO, Oran.
 
Programme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la RageProgramme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la Rage
Mehdi Razzok
 
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentésFamille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Dr Taoufik Djerboua
 
Rea infectiologie bis
Rea infectiologie bis Rea infectiologie bis
Rea infectiologie bis
Patou Conrath
 
Vaccination
Vaccination Vaccination
Vaccination
Joris FAGBEMIRO
 
Gaudelus:degos vaccination-1
Gaudelus:degos vaccination-1Gaudelus:degos vaccination-1
Gaudelus:degos vaccination-1
odeckmyn
 
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculoseProgramme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Mehdi Razzok
 

Tendances (20)

Rea infectiologie suite num 3
Rea infectiologie suite num 3Rea infectiologie suite num 3
Rea infectiologie suite num 3
 
Fiche d'information du virus Zika
Fiche d'information du virus Zika Fiche d'information du virus Zika
Fiche d'information du virus Zika
 
Polio cours (1)
Polio cours (1)Polio cours (1)
Polio cours (1)
 
Lecture 1 Quiz Introduction to Dental & Oral immunology
Lecture 1 Quiz  Introduction to Dental & Oral immunologyLecture 1 Quiz  Introduction to Dental & Oral immunology
Lecture 1 Quiz Introduction to Dental & Oral immunology
 
Immunité anti-maladie versus antiparasite: quel rôle du niveau de transmissio...
Immunité anti-maladie versus antiparasite: quel rôle du niveau de transmissio...Immunité anti-maladie versus antiparasite: quel rôle du niveau de transmissio...
Immunité anti-maladie versus antiparasite: quel rôle du niveau de transmissio...
 
Vaccin antipaludique: mythe ou réalité?
Vaccin antipaludique: mythe ou réalité?Vaccin antipaludique: mythe ou réalité?
Vaccin antipaludique: mythe ou réalité?
 
Infection multiple et immunité acquise contre Plasmodium sp
Infection multiple et immunité acquise contre Plasmodium spInfection multiple et immunité acquise contre Plasmodium sp
Infection multiple et immunité acquise contre Plasmodium sp
 
La coqueluche
La coquelucheLa coqueluche
La coqueluche
 
Prevention infection compile 2
Prevention infection compile 2Prevention infection compile 2
Prevention infection compile 2
 
Epidemie du CHIKUNGUNYA
Epidemie du CHIKUNGUNYAEpidemie du CHIKUNGUNYA
Epidemie du CHIKUNGUNYA
 
Vaccin contre le paludisme: pour une recherche de " vaccin anti-maladie"
Vaccin contre le paludisme: pour une recherche de " vaccin anti-maladie"Vaccin contre le paludisme: pour une recherche de " vaccin anti-maladie"
Vaccin contre le paludisme: pour une recherche de " vaccin anti-maladie"
 
Les recommandations du CSMI
Les recommandations du CSMILes recommandations du CSMI
Les recommandations du CSMI
 
Les 12 app 2016 avec solution
Les 12 app 2016 avec solution Les 12 app 2016 avec solution
Les 12 app 2016 avec solution
 
Programme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la RageProgramme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la Rage
 
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentésFamille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
 
Herpes virus
Herpes virusHerpes virus
Herpes virus
 
Rea infectiologie bis
Rea infectiologie bis Rea infectiologie bis
Rea infectiologie bis
 
Vaccination
Vaccination Vaccination
Vaccination
 
Gaudelus:degos vaccination-1
Gaudelus:degos vaccination-1Gaudelus:degos vaccination-1
Gaudelus:degos vaccination-1
 
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculoseProgramme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
 

Similaire à Vaccin méningocoque de sérogroupe B

la méningite bactérienne aiguë et sa prise en charge.pptx
la méningite bactérienne aiguë et sa prise en charge.pptxla méningite bactérienne aiguë et sa prise en charge.pptx
la méningite bactérienne aiguë et sa prise en charge.pptx
abdelhabibadamou
 
Hépatite B la vaccination.ppt
Hépatite B  la vaccination.pptHépatite B  la vaccination.ppt
Hépatite B la vaccination.ppt
odeckmyn
 
Gaudelus hepb du2015
Gaudelus  hepb du2015Gaudelus  hepb du2015
Gaudelus hepb du2015
odeckmyn
 
Degos Du Poynard 2009
Degos Du Poynard 2009Degos Du Poynard 2009
Degos Du Poynard 2009
odeckmyn
 
Courspni 160321150924
Courspni 160321150924Courspni 160321150924
Courspni 160321150924
Jalal Chafiq
 
who-surveillancevaccinepreventable-05-hib-french-r1.pdf
who-surveillancevaccinepreventable-05-hib-french-r1.pdfwho-surveillancevaccinepreventable-05-hib-french-r1.pdf
who-surveillancevaccinepreventable-05-hib-french-r1.pdf
MaNoLo440315
 
human immunodeficiency virus
human immunodeficiency virushuman immunodeficiency virus
human immunodeficiency virus
Dr Taoufik Djerboua
 
Degos Vaccination
Degos VaccinationDegos Vaccination
Degos Vaccination
odeckmyn
 
Brochure "Infections virales et bactériennes, mieux les connaître pour les p...
 Brochure "Infections virales et bactériennes, mieux les connaître pour les p... Brochure "Infections virales et bactériennes, mieux les connaître pour les p...
Brochure "Infections virales et bactériennes, mieux les connaître pour les p...
soshepatites
 
Quels sont les vaccins envisageables dans la lutte contre le paludisme?
Quels sont les vaccins envisageables dans la lutte contre le paludisme?Quels sont les vaccins envisageables dans la lutte contre le paludisme?
Quels sont les vaccins envisageables dans la lutte contre le paludisme?
Institut Pasteur de Madagascar
 
Gaudelus j hepb 2014
Gaudelus j  hepb 2014Gaudelus j  hepb 2014
Gaudelus j hepb 2014
odeckmyn
 
Étude Clinique - Vaccin contre l'influenza (GRIPPE)
Étude Clinique - Vaccin contre l'influenza (GRIPPE)Étude Clinique - Vaccin contre l'influenza (GRIPPE)
Étude Clinique - Vaccin contre l'influenza (GRIPPE)
LMC Manna Recherche Mirabel
 
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTIONDIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
Dr Taoufik Djerboua
 
A la recherche du vaccin contre le paludisme
A la recherche du vaccin contre le paludismeA la recherche du vaccin contre le paludisme
A la recherche du vaccin contre le paludisme
Institut Pasteur de Madagascar
 
Candidats vaccins, leurs anticorps et la protection contre le paludisme
Candidats vaccins, leurs anticorps et la protection contre le paludismeCandidats vaccins, leurs anticorps et la protection contre le paludisme
Candidats vaccins, leurs anticorps et la protection contre le paludisme
Institut Pasteur de Madagascar
 
rougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptxrougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptx
alex422284
 
Objectifs visés et méthodes de mesure de la protection par un vaccin
Objectifs visés et méthodes de mesure de la protection par un vaccinObjectifs visés et méthodes de mesure de la protection par un vaccin
Objectifs visés et méthodes de mesure de la protection par un vaccin
Institut Pasteur de Madagascar
 
Approches vaccinologiques
Approches vaccinologiquesApproches vaccinologiques
Approches vaccinologiques
Institut Pasteur de Madagascar
 
Vaccination de l'enfant et de l'adolescent
Vaccination de l'enfant et de l'adolescentVaccination de l'enfant et de l'adolescent
Vaccination de l'enfant et de l'adolescent
Joris Fagbemiro
 
Découvrez le vaccin contre le paludisme
Découvrez le vaccin contre le paludismeDécouvrez le vaccin contre le paludisme
Découvrez le vaccin contre le paludisme
Xplore Health
 

Similaire à Vaccin méningocoque de sérogroupe B (20)

la méningite bactérienne aiguë et sa prise en charge.pptx
la méningite bactérienne aiguë et sa prise en charge.pptxla méningite bactérienne aiguë et sa prise en charge.pptx
la méningite bactérienne aiguë et sa prise en charge.pptx
 
Hépatite B la vaccination.ppt
Hépatite B  la vaccination.pptHépatite B  la vaccination.ppt
Hépatite B la vaccination.ppt
 
Gaudelus hepb du2015
Gaudelus  hepb du2015Gaudelus  hepb du2015
Gaudelus hepb du2015
 
Degos Du Poynard 2009
Degos Du Poynard 2009Degos Du Poynard 2009
Degos Du Poynard 2009
 
Courspni 160321150924
Courspni 160321150924Courspni 160321150924
Courspni 160321150924
 
who-surveillancevaccinepreventable-05-hib-french-r1.pdf
who-surveillancevaccinepreventable-05-hib-french-r1.pdfwho-surveillancevaccinepreventable-05-hib-french-r1.pdf
who-surveillancevaccinepreventable-05-hib-french-r1.pdf
 
human immunodeficiency virus
human immunodeficiency virushuman immunodeficiency virus
human immunodeficiency virus
 
Degos Vaccination
Degos VaccinationDegos Vaccination
Degos Vaccination
 
Brochure "Infections virales et bactériennes, mieux les connaître pour les p...
 Brochure "Infections virales et bactériennes, mieux les connaître pour les p... Brochure "Infections virales et bactériennes, mieux les connaître pour les p...
Brochure "Infections virales et bactériennes, mieux les connaître pour les p...
 
Quels sont les vaccins envisageables dans la lutte contre le paludisme?
Quels sont les vaccins envisageables dans la lutte contre le paludisme?Quels sont les vaccins envisageables dans la lutte contre le paludisme?
Quels sont les vaccins envisageables dans la lutte contre le paludisme?
 
Gaudelus j hepb 2014
Gaudelus j  hepb 2014Gaudelus j  hepb 2014
Gaudelus j hepb 2014
 
Étude Clinique - Vaccin contre l'influenza (GRIPPE)
Étude Clinique - Vaccin contre l'influenza (GRIPPE)Étude Clinique - Vaccin contre l'influenza (GRIPPE)
Étude Clinique - Vaccin contre l'influenza (GRIPPE)
 
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTIONDIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
 
A la recherche du vaccin contre le paludisme
A la recherche du vaccin contre le paludismeA la recherche du vaccin contre le paludisme
A la recherche du vaccin contre le paludisme
 
Candidats vaccins, leurs anticorps et la protection contre le paludisme
Candidats vaccins, leurs anticorps et la protection contre le paludismeCandidats vaccins, leurs anticorps et la protection contre le paludisme
Candidats vaccins, leurs anticorps et la protection contre le paludisme
 
rougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptxrougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptx
 
Objectifs visés et méthodes de mesure de la protection par un vaccin
Objectifs visés et méthodes de mesure de la protection par un vaccinObjectifs visés et méthodes de mesure de la protection par un vaccin
Objectifs visés et méthodes de mesure de la protection par un vaccin
 
Approches vaccinologiques
Approches vaccinologiquesApproches vaccinologiques
Approches vaccinologiques
 
Vaccination de l'enfant et de l'adolescent
Vaccination de l'enfant et de l'adolescentVaccination de l'enfant et de l'adolescent
Vaccination de l'enfant et de l'adolescent
 
Découvrez le vaccin contre le paludisme
Découvrez le vaccin contre le paludismeDécouvrez le vaccin contre le paludisme
Découvrez le vaccin contre le paludisme
 

Vaccin méningocoque de sérogroupe B

  • 1. Le vaccin conjugué contre le méningocoque de sérogroupe B Adrian Stefanescu Médecin assistant Département de MédecineDépartement de Médecine Le 5 octobre 2016
  • 2. Un petit rappel…  Le méningocoque ou la Neisseria meningitidis: -un diplocoque aérobie encapsulé, gram négatif. -donne une forme de méningite bactérienne mortelle en 50% des cas si elledo e u e o e de é g te bacté e e o te e e 50% des cas s e e n'est pas traitée et qui peut causer des graves lésions cérébrales. -10 à 20% des gens sont porteurs sains au niveau du nasopharynx de façon10 à 20% des gens sont porteurs sains au niveau du nasopharynx de façon asymptomatique, taux plus élevé en cas d’épidémie. -classé en au moins 12 sérogroupes différents selon la réactivitéclassé en au moins 12 sérogroupes différents selon la réactivité immunologique du polysaccharide capsulaire dont six sérogroupes (A, B, C W-135 X et Y) sont souvent associés à la maladie invasive [1]C, W-135, X et Y) sont souvent associés à la maladie invasive [1]. 1. Nancy E. Rosenstein et all. Meningococcal Disease, N Engl J Med 2001;
  • 3. Les méningocoques – distribution géographique  Distribution géographique: Distribution géographique: - les sérogroupes B et C sont responsable de la majorité des cas en Europe et en Amérique. - les sérogroupes A et C prédominent en Asie et Afrique. - le sérogroupe Y prend toutefois de l’importance dans certaines régions des Etats-Unis. l é W 135 f it d fl bé é idé i d l i t- le sérogroupe W-135 fait des flambées épidémique dans la « ceinture africaine de la méningite » ainsi qu’en Arabie Saoudite.
  • 4. Les méningocoques – distribution géographique Ad té lAdapté selon: Global Meningococcal Serogroup Distribution National Advisory Committee on Immunization and Centers for Disease Control and Prevention 2013
  • 5. Les méningocoques – épidémiologie suisse  Problème de santé publique: - non résolu car les infections à méningocoque du sérogroupe B représentent 55% des infections invasives méningococciques en Suisse.% g q - sérogroupe C: vaccination recommandée par le vaccin conjugué monovalent (MCV- C) prise en charge par l’assurance obligatoire des soins depuis 2006. è d 70 d l di à é i t dé l é h é- près de 70 cas de maladies à méningocoques sont déclarées chaque année. - toutes les tranches d’âge sont intéressées, surtout nourrissons et enfants < 9 ans. Adapté selon: « Mise à jour des recommandations de vaccination contre les méningocoques:  introduction d’un vaccin quadrivalent conjugué », OFSP août 2011.
  • 6. Les méningocoques - vaccins disponibles  Vaccins polysaccharidiques: di ibl d i l d 30 f bi t i t t l t- disponibles depuis plus de 30 ans, sous formes mono, bi, tri ou tetravalentes (Mencevax® pour les sérogroupes A, C, Y et W-135). faible immunogénicité le vaccin monovalent C est inefficace chez l’enfant < 2 ans- faible immunogénicité, le vaccin monovalent C est inefficace chez l enfant < 2 ans. - ne sont plus utilisés en première ligne. Phénomène de l’hyporéponse induit par les vaccins polysaccharidiques: - soit la diminution d’efficacité lors de l’application répétée. les titres hSBA (activité bactéricide du sérum en utilisant le complément humain)- les titres hSBA (activité bactéricide du sérum en utilisant le complément humain) sont plus bas après un rappel qu’après la première vaccination, ce phénomène s’accentuant de plus en plus à chaque rappel supplémentaire [2]s accentuant de plus en plus à chaque rappel supplémentaire [2]. 2. Borrow R, Richmond P, Kaczmarski EB, et al. Meningococcal serogroup C-specific IgG antibody responses and serum bactericidal titres in children following vaccination with a meningococcal A/C polysaccharide vaccine. Fems Immunol Med Microbiol 2000
  • 7. Les méningocoques - vaccins disponibles  Vaccins conjugués: - disponibles depuis 1999, largement utilisés contre le sérogroupe C (Menjugate®, Neisvac-C®), conjugués avec la toxine diphtérique ou la toxine tétanique.Neisvac C®), conjugués avec la toxine diphtérique ou la toxine tétanique. - disponible depuis 2005, vaccins tétravalents contre les sérogroupes A, C, Y et W135 (Menveo®). - sécurité et immunogénicité supérieures par comparaison aux vaccins polysaccharidiques, induisent une immunité mémoire (utilisés en première ligne). ils peuvent réduire efficacement la prévalence du portage [3]- ils peuvent réduire efficacement la prévalence du portage [3]. - dans les dernières années, l'incidence de l'infection due au sérogroupe C a fortement diminué, en raison de l'introduction du vaccin conjugué contre le méningocoque de ce sérogroupe dans les programmes d'immunisation systématique. 3. Maiden MCJ, Stuart JM. Carriage of serogroup C meningococci 1 year after meningococcal C conjugate polysaccharide vaccination. Lancet. 2002
  • 8. Recommandations de vaccination en Suisse  Personnes à risque accru de maladies invasives à méningocoques: Adapté selon les recommandations de vaccination contre les méningocoques pour les personnes à risque accru d’infection invasive etAdapté selon les recommandations de vaccination contre les méningocoques pour les personnes à risque accru d infection invasive et  d’exposition : utilisation d’un vaccin quadrivalent conjugué également lors de rappels Office fédéral de la santé publique (OFSP) et  Commission fédérale pour les vaccinations. Etat mars 2015 
  • 9. Recommandations de vaccination en Suisse  Personnes à risque accru d’exposition aux méningocoques: Adapté selon les recommandations de vaccination contre les méningocoques pour les personnes à risque accru d’infection invasive et  d’exposition : utilisation d’un vaccin quadrivalent conjugué également lors de rappels Office fédéral de la santé publique (OFSP) et  Commission fédérale pour les vaccinations. Etat mars 2015 
  • 10. « Ceinture africaine de la méningite » La méningococcie frappe le plus lourdement une zone de l’Afriqueg pp p q subsaharienne connue pour être la «ceinture de la méningite» qui s’étend du Sénégal à l’ouest jusqu’à l’Éthiopie, à l’est (26 pays).
  • 11. « Ceinture africaine de la méningite » Vaccin antiméningococcique Ag q  Avant 2010: le méningocoque du sérogroupe A était responsable d’environ 80 à 85% des cas de- le méningocoque du sérogroupe A était responsable d environ 80 à 85% des cas de méningite dans la ceinture de la méningite (épidémies tous les 7 à 14 ans).  Depuis décembre 2010: Depuis décembre 2010: - campagnes de vaccination préventive de masse avec le vaccin antiméningococcique A conjugué MenAfriVac®. - impact immédiat et spectaculaire pour briser le cycle des épidémies de méningite Aimpact immédiat et spectaculaire pour briser le cycle des épidémies de méningite A. - plus de 217 millions de personnes dans 15 pays ont reçu le vaccin.  Avantages par rapport aux vaccins polysaccharidiques existants: Avantages par rapport aux vaccins polysaccharidiques existants: - réponse immunitaire plus forte et plus durable. - efficace pour protéger les enfants < 2 ans chez lesquels les vaccins polysaccharidiques classiques ne provoquent aucune réponsepolysaccharidiques classiques ne provoquent aucune réponse. - réduit le portage de la bactérie dans la gorge et donc sa transmission. - protection de l’entourage qui auraient sinon été exposées à la méningite. - son coût est par ailleurs plus faible- son coût est par ailleurs plus faible.
  • 12. Vaccins contre le sérogroupe B  Concernant le sérogroupe B: - pas possible de préparer des vaccins polysaccharidiques car homotypie antigénique avec les polysaccharidiques présents dans les tissus nerveux humains donc risque d’induire unepolysaccharidiques présents dans les tissus nerveux humains donc risque d induire une auto-immunité. - vaccins comprenant des OMV (vésicules de membranes externes) et contenant un seul antigène réalisés lors d’une situation d'éclosion de méningocoque du sérogroupe B et parfoisantigène réalisés lors d une situation d éclosion de méningocoque du sérogroupe B et parfois combinés à un vaccin polysaccharidique contre le méningocoque offrent uniquement une protection contre la souche à l'origine de l’épidémie pour laquelle ils ont été élaborés [3].  Vaccins monovalents existants: - le vaccin « Cubain » couvre la souche épidémique B:4:P1.15 (Cuba 1987). l i N é i (MENBVAC) l h é idé i B 1 P1 16 (N è- le vaccin « Norvégien » (MENBVAC) couvre la souche épidémique B:15:P1.7,16 (Norvège 1987), immunogénicité jusqu’à 87% selon le nombre de doses (2 ou 3 respectivement) [4]. - le vaccin « Nouvelle-Zélande » (MENZB) couvre la souche épidémique B:4:P1.4 (Nouvelle Zél d 2004) i é i i é j ’à 84% l l h d'â l b d d lZélande 2004), immunogénicité jusqu’à 84%, selon la cohorte d'âges, le nombre de doses, les méthodes de modélisation et le temps passé depuis la vaccination. 3. Sadarangani, Manish et al. Serogroup B meningococcal vaccines—an unfinished story, The Lancet Infectious Diseases , Volume 10 4. Aaberge IS, Oster P, Helland OS, et al. Combined Administration of Meningococcal Serogroup B Outer Membrane Vesicle Vaccine and Conjugated Serogroup C Vaccine Indicated for Prevention of Meningococcal Disease Is Safe and Immunogenic. Clinical and Diagnostic Laboratory Immunology. 2005
  • 13. Vaccins contre le sérogroupe B  Bexsero® (4CMenB, Novartis Vaccines) - premier vaccin à prévenir les maladies invasives dues au Neisseria meningitidis du groupe B composé de quatre protéines mis sur le marché en 2013composé de quatre protéines, mis sur le marché en 2013. - la Commission européenne a délivré une autorisation de mise sur le marché valide dans toute l’Union Européenne pour Bexsero, le 14 janvier 2013. Etude d’immunogénicité principale [5]: - 2627 enfants âgés de deux mois au début de l'étude, 3 d d B à 2 i d'i t ll i ti d' t i ti d ti- 3 doses de Bexsero à 2 mois d'intervalle en association avec d'autres vaccinations de routine chez le nourrisson vs administration des vaccinations de routine seules. - étude élargie pour rechercher les effets induits par l'administration d'une dose de rappel de B à l'â d 12 i l à d f t t déjà B d t l titBexsero à l'âge de 12 mois ou plus à des enfants ayant déjà reçu Bexsero pendant la petite enfance vs administration de deux doses «de rattrapage» à des enfants qui n'avaient pas encore reçu Bexsero. é lt t b i é i ité h l i t l f t â é d 12 i- résultats: bonne immunogénicité chez les nourrissons et les enfants âgés de 12 mois sans interférence avec les vaccinations de routine, même une meilleure immunogénicité lorsqu'il est administré de façon concomitante. 5. Timo Vesikari et all., Immunogenicity and safety of an investigational multicomponent, recombinant, meningococcal serogroup B vaccine  (4CMenB) administered concomitantly with routine infant and child vaccinations: results of two randomised trials ,Lancet 2013.
  • 14. Vaccins contre le sérogroupe B  Bexsero® (Novartis Vaccines) - créé par le processus de vaccinologie inverse: on défini les antigènes au moyen du séquençage du génome du méningocoque du sérogroupe Bséquençage du génome du méningocoque du sérogroupe B. - antigènes inclus: adhésine A de Neisseria (NadA), la protéine de liaison au facteur H (fHbp), l'antigène de liaison à l'héparine de Neisseria (NHBA), protéine PorA P1.4 (OMV). Adapté selon [5]: Representation of the antigenic components of 4CMenB. 4CMenB contains three recombinant antigens, fHbp, NadA, and NHBA, combined with OMV from MenB strain NZ 98/254. fHbp factor H‐binding protein, NadA Neisserial adhesin A, NHBA Neisseria heparin‐binding antigen, OMV outer membrane vesicles, PorA‐OMV NZ Porin A [5]: Miguel O’Ryan et all., A Multi‐Component Meningococcal Serogroup B Vaccine (4CMenB): The Clinical Development Program Drugs, 2014 Jan
  • 15. Vaccins contre le sérogroupe B  Bexsero® - schéma vaccinal: Adapté selon « Rapport européen public d'évaluation (EPAR) relatif à Bexsero » European Medicines Agency (EMA).
  • 16. Vaccins contre le sérogroupe B  Quelle serait l’efficacité du Bexsero® (4CMenB) pendant une épidémie à Méningocoque de sérogroupe B?g q g p - les vaccins développés pour lutter contre les épidémies de sérogroupe B locales avec des vésicules de membrane externe (OMV) contenant l’antigène PorA ne conviennent que pour d h h l t t f i l t tides souches homologues et ne peuvent pas fournir une large protection. - Bexsero protège uniquement contre les souches qui expriment les antigènes contenus dans le vaccin (la plupart des souches du sérogroupe B). The Meningococcal Antigen Typing System (MATS) [6]: - panel épidemiologique de référence en utilisant 528 souches de Neisseria meningitidis sérotype B. - validée et standardisée par Novartis pour être utilisé par les laboratoires nationaux de référence autour de la globe pour estimer la couverture prédictive de Bexseroréférence autour de la globe pour estimer la couverture prédictive de Bexsero. - peut prédire la couverture de la souche de méningocoque par Bexsero, en fonction de la quantité et de la réactivité croisée des réponses immunitaires contre les 4 antigènes. 6. A. Biolchi et all., Novartis Vaccines & Diagnostics, Health Protection Agency, Manchester Royal Infirmary, Manchester, UK