SlideShare une entreprise Scribd logo
Dr BouchaibDr Bouchaib
Service des maladies infectieusesService des maladies infectieuses
DEFINITIONDEFINITION  
 Maladie virale aigue, contagieuse, épidémique duMaladie virale aigue, contagieuse, épidémique du
sujet jeune,sujet jeune, dont l’agent responsable est ledont l’agent responsable est le
poliovirus.poliovirus.
 le virus a une affinité pour la corne antérieure dele virus a une affinité pour la corne antérieure de
la moelle épinière.la moelle épinière.
 Une personne infectée sur 200 est paralysée.Une personne infectée sur 200 est paralysée.
 Sa fréquence a diminué grâce à la vaccination.Sa fréquence a diminué grâce à la vaccination.
 Maladie à déclaration obligatoire.Maladie à déclaration obligatoire.
DEFINITIONDEFINITION
Poliovirus de type 1
 Atteinte inflammatoire (-ite) de la
substance grise (polio) de la moelle épinière
(myelos)
TRAITEMENT
VACCINVACCIN
VIROLOGIEVIROLOGIE  
 POLIOVIRUSPOLIOVIRUS  : ent: entéérovirusrovirus
 RRéésistant dans le milieu extsistant dans le milieu extéérieur et auxrieur et aux
antiseptiques.antiseptiques.
 mais sensible aux R.UV, dmais sensible aux R.UV, déésinfectants iodsinfectants iodééss
et chloret chloréés.s.
 Famille desFamille des PICORNAVIRIDAEPICORNAVIRIDAE
 Genre desGenre des EnterovirusEnterovirus
 Espèce entérovirus humain CEspèce entérovirus humain C
 3 sérotypes (1, 2, 3)3 sérotypes (1, 2, 3)
 VirusVirus
 ARN mono caténaire linéaireARN mono caténaire linéaire
 NuNu  résistantrésistant
 Capside de symétrie icosaédriqueCapside de symétrie icosaédrique
CARACTERISTIQUES VIRALESCARACTERISTIQUES VIRALES
Left: Picture of poliovirus.
The poliovirus is extremely
small, about 50 nm
(nanometer = one-billionth
of a meter) Courtesy of
David Belnap and James
Hogle
Right: Cross-section of the poliovirus
showing the RNA, capsid, and nerve cell
receptors Illustration courtesy of Link Studio
EPIDEMIOLOGIEEPIDEMIOLOGIE  
 FrFrééquencequence  : exceptionnelle dans les pays d: exceptionnelle dans les pays dééveloppveloppééss
par la gpar la géénnééralisation de la vaccination, elle resteralisation de la vaccination, elle reste
endendéémomo éépidpidéémique dans les pays s/dmique dans les pays s/dééveloppveloppééss
((350 000 cas/an surtout <3ans).350 000 cas/an surtout <3ans).
 maladie strictementmaladie strictement humaine.humaine.
 ÂgeÂge:: jeune enfant. Le nourrisson est protjeune enfant. Le nourrisson est protééggéé par lespar les
Ac maternels les 1ers mois.Ac maternels les 1ers mois.
 TransmissionTransmission  : par le rhinopharynx au d: par le rhinopharynx au déébut puis parbut puis par
les selles durant plusieurs mois, (est contagieuxles selles durant plusieurs mois, (est contagieux  : le: le
malade et le porteur sain). La transmission peut êtremalade et le porteur sain). La transmission peut être
directe ou indirecte pardirecte ou indirecte par  : eau et aliments souill: eau et aliments souilléés.s.
 ImmunitImmunitéé  :: solide et durable.solide et durable.
INCIDENCE DE LA POLIOMYELITE
ANNEES 1981 - 2001
SOURCE : INSP
81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 00 01
ANNEES
0
0,1
0,2
0,3
0,4
0,5
0,6
0,7
TAUX/100.000 HBTS
PATHOGENIEPATHOGENIE  
 Virus pVirus péénnèètre par voie rhinopharyngtre par voie rhinopharyngéée oue ou
digestive-digestive-aucune symptomatologie avecaucune symptomatologie avec
formation dformation d’’Ac.Ac.
 Plus rarement, le virus franchit la barriPlus rarement, le virus franchit la barrièèrere
digestive--digestive--virviréémie-mie-manifestations gmanifestations géénnééralesrales
attattéénunuéées.es.
 Il peut se fixer dans la corne antIl peut se fixer dans la corne antéérieure de larieure de la
M.E--M.E--destruction+/- compldestruction+/- complèète des neuroneste des neurones
moteurs pmoteurs péériphriphéériques--riques--paralysie.paralysie.
PATHOGENESE DE LAPATHOGENESE DE LA
POLIOMYELITEPOLIOMYELITE
Ingestion du virusInfection
Phase lymphatique
Phase alimentaire
Phase virémique
Phase neurologique
SANG
Muqueuse oropharyngéeMuqueuse oropharyngée Muqueuse intestinaleMuqueuse intestinale
Ganglions cervicauxGanglions cervicaux Ganglions mésentériquesGanglions mésentériques
Excrétion
dans les selles
SNCSNC
PlaquesPlaques
dede
PeyerPeyer
Ganglions nerveuxGanglions nerveux
régionauxrégionaux
Moelle épinièreMoelle épinière
CLINIQUECLINIQUE  
 Forme paralytiqueForme paralytique  communecommune:1:1 àà 2% cas.2% cas.
1 forme paralytiqque /1000 formes inapparentes1 forme paralytiqque /1000 formes inapparentes
 Forme spinaleForme spinale  ::
 IncubationIncubation  : de qqs jours: de qqs jours àà 1 mois (10j en1 mois (10j en
moyenne), silencieuse.moyenne), silencieuse.
 InvasionInvasion  :: dure 3dure 3 àà 6 jours, T° banale,6 jours, T° banale,
pharyngite, troubles digestifs, myalgie,pharyngite, troubles digestifs, myalgie,
rachialgie, signes mrachialgie, signes mééningningéés cliniques ets cliniques et
biologiques (LCR clair avec cytologie modbiologiques (LCR clair avec cytologie modéérrééee
et protet protééinorachie normale ou modinorachie normale ou modéérréémentment
augmentaugmentéée)e)
EtatEtat  : installation brutale d: installation brutale d’’une paralysie en 48h,une paralysie en 48h,
flasque+ hypotonie musculaire, abolition desflasque+ hypotonie musculaire, abolition des
ROT, RCP en flexion, sensibilitROT, RCP en flexion, sensibilitéé conservconservéée.e.
 Cette paralysie est massive mais limitCette paralysie est massive mais limitéée, souvent parae, souvent para
ou monoplou monopléégie, asymgie, asyméétrique.trique.
 Surtout le deltoSurtout le deltoïïde, quadriceps, loge antde, quadriceps, loge antééro-externero-externe
de la jambe.de la jambe.
 LL’’amyotrophie est importante et pramyotrophie est importante et préécoce.coce.
 La T° et myalgies persistent qqs j, les signes mLa T° et myalgies persistent qqs j, les signes mééningningééss
rréégressent progressivement. Au 15eme jgressent progressivement. Au 15eme j  : cellularit: cellularitéé
diminue et proteinorachie sdiminue et proteinorachie s’é’éllèève(LCR).ve(LCR).
 EvolutionEvolution  : r: réégression des paralysiesgression des paralysies àà partir departir de
2-3 semaines et dure plusieurs mois.2-3 semaines et dure plusieurs mois.
 SSééquellesquelles  : troubles trophiques et de croissance.: troubles trophiques et de croissance.
Polio cours (1)
 22)) Forme paralytique bulbaireForme paralytique bulbaire  : troubles: troubles
respiratoires, vasomoteurs et circulatoires.respiratoires, vasomoteurs et circulatoires.
 33)) Forme encForme encééphalytiquephalytique  : syndrome: syndrome
extrapyramidal (mvts anormaux, ataxieextrapyramidal (mvts anormaux, ataxie
ccéérréébelleuse) de bon pronostic.belleuse) de bon pronostic.
 Forme abortiveForme abortive  :T°, angine, c:T°, angine, cééphalphaléée, anorexie,e, anorexie,
nausnauséée, vomissement, douleurs abdominales,e, vomissement, douleurs abdominales,
constipation. Guconstipation. Guéérison en quelques jours.rison en quelques jours.
 Forme mForme mééningningééee  : c: cééphalphaléée, hyperesthe, hyperesthéésie, T°,sie, T°,
LCRLCR  : hypercytose: hypercytose àà Pnn avecPnn avec
hyperproteinorachie, puishyperproteinorachie, puis àà lymphocyte.lymphocyte.
CLINIQUECLINIQUE
Prom Lin, 8 ans, l’une des dernières
victimes de la polio au Cambodge
90%90% 10%10%
Formes asymptomatiques
Bonne immunité naturelle
Début brutal, fièvre, maux de tête,
malaise, raideur du cou, douleur de dos
STOPSTOP
1/2001/200
Formes paralytiques
 Destruction des neurones moteurs
Décès/paralysies desDécès/paralysies des
muscles respiratoiresmuscles respiratoires
5 à 10%5 à 10%
Méningite
aseptique
DIAGNOSTICDIAGNOSTIC  ::
 EpidEpidéémiologiquemiologique  : notion de contage, absence: notion de contage, absence
de vaccinationde vaccination
 CliniqueClinique  : devant toute paralysie flasque, on doit: devant toute paralysie flasque, on doit
penserpenser àà la PAA.la PAA.
 BiologiqueBiologique  ::
**recherche du virusrecherche du virus (gorge au d(gorge au déébut, sellesbut, selles
pendant 2pendant 2 àà 3 mois)3 mois)
**sséérologierologie  :: Ac fixant le complAc fixant le compléément quiment qui
disparaissent aprdisparaissent aprèès la phase aigue.s la phase aigue.
 Ac neutralisantAc neutralisant apparaissent vers leapparaissent vers le
10eme jour, persistent plus longtemps10eme jour, persistent plus longtemps
DIAGNOSTIC DIFFERENTIELDIAGNOSTIC DIFFERENTIEL  
 Guillain BarrGuillain Barréé,,
 nnéévralgie amyotrophique de lvralgie amyotrophique de l’é’épaule, autrespaule, autres
virus (coxsackievirus (coxsackie…….),.),
 mmééningiteningite àà liquide clair.liquide clair.
TRAITEMENTTRAITEMENT  
 symptomatiquesymptomatique : repos strict: repos strict, r, rééanimation,animation,
nursing, surveillance.nursing, surveillance.
 Concernant les sConcernant les sééquellesquelles  : appareillage,: appareillage,
chirurgie orthopchirurgie orthopéédique.dique.
PREVENTIONPREVENTION  ::
 MaladieMaladie àà ddééclaration obligatoireclaration obligatoire
 VaccinationVaccination  :: Obligatoire dObligatoire déés ls l’’âge de 3 mois.âge de 3 mois.
 VaccinVaccin àà virus tuvirus tuéé  : injectable 0,5 ml (3 inj: injectable 0,5 ml (3 inj àà 1 mois1 mois
dd’’intervalle, rappelintervalle, rappel àà 1 an, puis tous les 5 ans puis tous1 an, puis tous les 5 ans puis tous
les 10 ans aprles 10 ans aprèès ls l’’âge de 20 ans. Il est bien tolâge de 20 ans. Il est bien toléérréé, il, il
nn’’y a pas de contre indications.y a pas de contre indications.
 VaccinVaccin àà virus attvirus attéénunuéé  : per os 1 ml (même sch: per os 1 ml (même schéémama
que prque prééccéédemment),demment),
PROPHYLAXIE VACCINALEPROPHYLAXIE VACCINALE
VirusVirus INACTIVE (SALK)INACTIVE (SALK)
VIVANT ATTENUEVIVANT ATTENUE
(SABIN)(SABIN)
AdministrationAdministration
Voie SC ou IMVoie SC ou IM
3 injections à 1 mois3 injections à 1 mois
d’intervalle, rappel 1 and’intervalle, rappel 1 an
après et à 6, 11, 16 ans puisaprès et à 6, 11, 16 ans puis
tous les 10 anstous les 10 ans
Voie OraleVoie Orale
3 prises à 1 mois3 prises à 1 mois
d’intervalle, rappel 1 and’intervalle, rappel 1 an
aprèsaprès
AvantagesAvantages Sécurité, efficacitéSécurité, efficacité
Facilité d’administration,Facilité d’administration,
efficacité, coût assez faible,efficacité, coût assez faible,
formation d’IgA, immunitéformation d’IgA, immunité
individuelle et de « masse »individuelle et de « masse »
InconvénientsInconvénients
Problèmes/administrationProblèmes/administration
en masse, coût élevé,en masse, coût élevé,
rappel tous les 5 ans,rappel tous les 5 ans,
excrétion non éliminéeexcrétion non éliminée
Réversions possiblesRéversions possibles,,
disséminationdissémination des virusdes virus
vaccinaux, chaîne du froidvaccinaux, chaîne du froid
indispensableindispensable
Polio cours (1)
Polio cours (1)
 Effets secondairesEffets secondaires  exceptionnelsexceptionnels  : atteinte neurologique: atteinte neurologique
(mort ou s(mort ou sééquelles) en particulier si dquelles) en particulier si dééficit immunitaire.ficit immunitaire.
 Contre indicationsContre indications  : grossesse, immunod: grossesse, immunodéépression,pression,
chez un membre dchez un membre d’’une même famille ou sune même famille ou sééjourne unjourne un
immunodimmunodééprimpriméé..
 Autres mesuresAutres mesures  : contrôle des eaux,: contrôle des eaux, éévacuationvacuation
correcte des excrcorrecte des excréétas, hygitas, hygièène des mains.ne des mains.
 LancementLancement
 19881988
 Quarante et UnièmeQuarante et Unième
Assemblée mondiale deAssemblée mondiale de
la Santéla Santé
 166 États Membres166 États Membres
 ÉvolutionÉvolution
 19881988 : > 350 000 cas, 125 pays: > 350 000 cas, 125 pays
 2002*2002* : 1919 cas, 7 pays: 1919 cas, 7 pays
*(au 16 avril 2003)
↓ de 99%
Certification des régions exemptes de PoliomyéliteCertification des régions exemptes de Poliomyélite
1994 : Région OMS des Amériques (36 pays)
2000 : Région OMS du Pacifique occidental (37 pays)
2002 : Région Européenne (51 pays)
INITIATIVE POUR L’ÉRADICATIONINITIATIVE POUR L’ÉRADICATION
MONDIALE DE LA POLIOMYELITEMONDIALE DE LA POLIOMYELITE
(1)(1)
 LA POLIOMYELITE EST UNE MALADIE ENLA POLIOMYELITE EST UNE MALADIE EN
VOIE D ’ERADICATIONVOIE D ’ERADICATION
 AUCUN CAS N’A ETE ENREGISTRE DEPUISAUCUN CAS N’A ETE ENREGISTRE DEPUIS
CINQ ANSCINQ ANS
 MAINTIENT DES EFFORTS DANS LE CADREMAINTIENT DES EFFORTS DANS LE CADRE
DU PROGRAMME D’ERADICATION DE LADU PROGRAMME D’ERADICATION DE LA
POLIOMYELITE AFIN D’OBTENIR LEPOLIOMYELITE AFIN D’OBTENIR LE
CERTIFICAT D ’ERADICATIONCERTIFICAT D ’ERADICATION

Contenu connexe

Tendances

Le syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaireLe syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaire
hind henzazi
 
La méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuseLa méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuse
Dr. Kerfah Soumia
 
SyndromeNephrotique.ppt
SyndromeNephrotique.pptSyndromeNephrotique.ppt
SyndromeNephrotique.ppt
KossayZaoui1
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
drchamadi
 
Paludisme (vue de l'Algérie)
Paludisme (vue de l'Algérie)Paludisme (vue de l'Algérie)
Paludisme (vue de l'Algérie)
Elias Akhamouk
 
Syndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaireSyndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaire
Mehdy Wayzani
 
Prise en charge de la crise drepanocytaire
Prise en charge de la crise drepanocytairePrise en charge de la crise drepanocytaire
Prise en charge de la crise drepanocytaire
laamlove
 
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleuraleSyndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
hind henzazi
 
Tuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaireTuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaire
Dr. Kerfah Soumia
 
CAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueCAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigue
othmaneBenrokhrokh
 
Les dermatoses chez l’enfant
Les dermatoses chez l’enfantLes dermatoses chez l’enfant
Les dermatoses chez l’enfant
killua zoldyck
 
Ictère néonatal Par Haja Parany Rabearisoa hpjcw
Ictère néonatal Par Haja Parany Rabearisoa hpjcwIctère néonatal Par Haja Parany Rabearisoa hpjcw
Ictère néonatal Par Haja Parany Rabearisoa hpjcw
ParanyHajaRabearisoa
 
Programme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la RageProgramme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la Rage
Mehdi Razzok
 

Tendances (20)

Leishmanioses
LeishmaniosesLeishmanioses
Leishmanioses
 
Le syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaireLe syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaire
 
La méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuseLa méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuse
 
SyndromeNephrotique.ppt
SyndromeNephrotique.pptSyndromeNephrotique.ppt
SyndromeNephrotique.ppt
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
 
Paludisme (vue de l'Algérie)
Paludisme (vue de l'Algérie)Paludisme (vue de l'Algérie)
Paludisme (vue de l'Algérie)
 
Le kyste hydatique du poumon
Le kyste hydatique du poumonLe kyste hydatique du poumon
Le kyste hydatique du poumon
 
Syndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaireSyndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaire
 
Prise en charge de la crise drepanocytaire
Prise en charge de la crise drepanocytairePrise en charge de la crise drepanocytaire
Prise en charge de la crise drepanocytaire
 
Pneumocystose
PneumocystosePneumocystose
Pneumocystose
 
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleuraleSyndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
 
Toxoplasmose
ToxoplasmoseToxoplasmose
Toxoplasmose
 
Tuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaireTuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaire
 
CAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueCAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigue
 
Hepatomegalies
HepatomegaliesHepatomegalies
Hepatomegalies
 
Les hépatomégalies 2012
Les hépatomégalies 2012Les hépatomégalies 2012
Les hépatomégalies 2012
 
Les dermatoses chez l’enfant
Les dermatoses chez l’enfantLes dermatoses chez l’enfant
Les dermatoses chez l’enfant
 
Sarcoidose
SarcoidoseSarcoidose
Sarcoidose
 
Ictère néonatal Par Haja Parany Rabearisoa hpjcw
Ictère néonatal Par Haja Parany Rabearisoa hpjcwIctère néonatal Par Haja Parany Rabearisoa hpjcw
Ictère néonatal Par Haja Parany Rabearisoa hpjcw
 
Programme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la RageProgramme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la Rage
 

En vedette

VACCIN ANTIPOLIO INACTIVE VPI/MAROC
VACCIN ANTIPOLIO INACTIVE VPI/MAROCVACCIN ANTIPOLIO INACTIVE VPI/MAROC
VACCIN ANTIPOLIO INACTIVE VPI/MAROC
El Mostafa Makani
 
La diphterie
La diphterieLa diphterie
La diphterie
belaibzino
 
Tétanos, N.S.
Tétanos, N.S.Tétanos, N.S.
Tétanos, N.S.
naturaleza eiris
 
Programme de surveillance de la grossesse accouchement
Programme de surveillance de la grossesse accouchement Programme de surveillance de la grossesse accouchement
Programme de surveillance de la grossesse accouchement
Mehdi Razzok
 
Coqueluche
CoquelucheCoqueluche
Coqueluche
Pedro Duran
 
Intensive pulse polio immunisation
Intensive pulse polio immunisationIntensive pulse polio immunisation
Intensive pulse polio immunisation
Abino David
 
Coqueluche
Coqueluche  Coqueluche
Coqueluche
blogped1
 
Tetanos
TetanosTetanos
Stratégie 2012 2016
Stratégie 2012 2016 Stratégie 2012 2016
Stratégie 2012 2016
moha coursante
 
Tetanos
TetanosTetanos
Le Syndrome Post Polio
Le Syndrome Post PolioLe Syndrome Post Polio
Le Syndrome Post Polio
Sandrine Boult
 
Le Tetanos (French) - The CRUDEM Foundation
Le Tetanos (French) - The CRUDEM FoundationLe Tetanos (French) - The CRUDEM Foundation
Le Tetanos (French) - The CRUDEM Foundation
The CRUDEM Foundation
 

En vedette (14)

VACCIN ANTIPOLIO INACTIVE VPI/MAROC
VACCIN ANTIPOLIO INACTIVE VPI/MAROCVACCIN ANTIPOLIO INACTIVE VPI/MAROC
VACCIN ANTIPOLIO INACTIVE VPI/MAROC
 
La diphterie
La diphterieLa diphterie
La diphterie
 
Le tetanos
Le tetanosLe tetanos
Le tetanos
 
La coqueluche
La coquelucheLa coqueluche
La coqueluche
 
Tétanos, N.S.
Tétanos, N.S.Tétanos, N.S.
Tétanos, N.S.
 
Programme de surveillance de la grossesse accouchement
Programme de surveillance de la grossesse accouchement Programme de surveillance de la grossesse accouchement
Programme de surveillance de la grossesse accouchement
 
Coqueluche
CoquelucheCoqueluche
Coqueluche
 
Intensive pulse polio immunisation
Intensive pulse polio immunisationIntensive pulse polio immunisation
Intensive pulse polio immunisation
 
Coqueluche
Coqueluche  Coqueluche
Coqueluche
 
Tetanos
TetanosTetanos
Tetanos
 
Stratégie 2012 2016
Stratégie 2012 2016 Stratégie 2012 2016
Stratégie 2012 2016
 
Tetanos
TetanosTetanos
Tetanos
 
Le Syndrome Post Polio
Le Syndrome Post PolioLe Syndrome Post Polio
Le Syndrome Post Polio
 
Le Tetanos (French) - The CRUDEM Foundation
Le Tetanos (French) - The CRUDEM FoundationLe Tetanos (French) - The CRUDEM Foundation
Le Tetanos (French) - The CRUDEM Foundation
 

Similaire à Polio cours (1)

Le paludisme chez le jeune enfant: épidemiologie et prévention
Le paludisme chez le jeune enfant: épidemiologie et préventionLe paludisme chez le jeune enfant: épidemiologie et prévention
Le paludisme chez le jeune enfant: épidemiologie et prévention
Institut Pasteur de Madagascar
 
Vaccination de l'enfant et de l'adolescent
Vaccination de l'enfant et de l'adolescentVaccination de l'enfant et de l'adolescent
Vaccination de l'enfant et de l'adolescent
Joris Fagbemiro
 
Vaccination
Vaccination Vaccination
Vaccination
Joris FAGBEMIRO
 
Infections aigues des parties molles
Infections aigues des parties mollesInfections aigues des parties molles
Infections aigues des parties molles
Amar AOULMI
 
rougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptxrougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptx
alex422284
 
FC-Cours Arbovirus .pptx ---> ARBOVIRUS
FC-Cours Arbovirus .pptx  ---> ARBOVIRUSFC-Cours Arbovirus .pptx  ---> ARBOVIRUS
FC-Cours Arbovirus .pptx ---> ARBOVIRUS
ZouaouiKOUIDRI1
 
Les kératites chroniques du chat - CAZALOT - AFVAC 2011
Les kératites chroniques du chat - CAZALOT - AFVAC 2011Les kératites chroniques du chat - CAZALOT - AFVAC 2011
Les kératites chroniques du chat - CAZALOT - AFVAC 2011
Clinique vétérinaire d'Ophtalmologie spécialisée
 
Maladie de hirschprung
Maladie de  hirschprungMaladie de  hirschprung
Maladie de hirschprung
Hana Hanouna
 
Généralités en maladie infectieuses
Généralités en maladie infectieusesGénéralités en maladie infectieuses
Généralités en maladie infectieuses
Mede Space
 
Les mécanismes immuno-physiopathologiques du neuro-paludisme
Les mécanismes immuno-physiopathologiques du neuro-paludismeLes mécanismes immuno-physiopathologiques du neuro-paludisme
Les mécanismes immuno-physiopathologiques du neuro-paludisme
Institut Pasteur de Madagascar
 
infectiologie
infectiologie infectiologie
infectiologie
Patou Conrath
 
Atelier Ebola 2015
Atelier Ebola 2015Atelier Ebola 2015
Atelier Ebola 2015
Nicolas Peschanski, MD, PhD
 
Virus de la rage
Virus de la rageVirus de la rage
Virus de la rage
Dr Taoufik Djerboua
 
Pnlr 160321145532
Pnlr 160321145532Pnlr 160321145532
Pnlr 160321145532
Jalal Chafiq
 
Immunosuppression et infection virales
Immunosuppression et infection viralesImmunosuppression et infection virales
Immunosuppression et infection virales
ARICHI Bouchra
 
Le paludisme du jeune enfant. Épidémiologie et prévention
Le paludisme du jeune enfant. Épidémiologie et préventionLe paludisme du jeune enfant. Épidémiologie et prévention
Le paludisme du jeune enfant. Épidémiologie et prévention
Institut Pasteur de Madagascar
 
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentésFamille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Dr Taoufik Djerboua
 
Mini projet sur " Le virus des oreillons "
Mini projet sur " Le virus des oreillons "Mini projet sur " Le virus des oreillons "
Mini projet sur " Le virus des oreillons "
hibahbaieb
 
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptxDiagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
KHETTABDJOUHER
 

Similaire à Polio cours (1) (20)

Le paludisme chez le jeune enfant: épidemiologie et prévention
Le paludisme chez le jeune enfant: épidemiologie et préventionLe paludisme chez le jeune enfant: épidemiologie et prévention
Le paludisme chez le jeune enfant: épidemiologie et prévention
 
Vaccination de l'enfant et de l'adolescent
Vaccination de l'enfant et de l'adolescentVaccination de l'enfant et de l'adolescent
Vaccination de l'enfant et de l'adolescent
 
Vaccination
Vaccination Vaccination
Vaccination
 
Infections aigues des parties molles
Infections aigues des parties mollesInfections aigues des parties molles
Infections aigues des parties molles
 
rougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptxrougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptx
 
FC-Cours Arbovirus .pptx ---> ARBOVIRUS
FC-Cours Arbovirus .pptx  ---> ARBOVIRUSFC-Cours Arbovirus .pptx  ---> ARBOVIRUS
FC-Cours Arbovirus .pptx ---> ARBOVIRUS
 
Les kératites chroniques du chat - CAZALOT - AFVAC 2011
Les kératites chroniques du chat - CAZALOT - AFVAC 2011Les kératites chroniques du chat - CAZALOT - AFVAC 2011
Les kératites chroniques du chat - CAZALOT - AFVAC 2011
 
Maladie de hirschprung
Maladie de  hirschprungMaladie de  hirschprung
Maladie de hirschprung
 
Généralités en maladie infectieuses
Généralités en maladie infectieusesGénéralités en maladie infectieuses
Généralités en maladie infectieuses
 
Les mécanismes immuno-physiopathologiques du neuro-paludisme
Les mécanismes immuno-physiopathologiques du neuro-paludismeLes mécanismes immuno-physiopathologiques du neuro-paludisme
Les mécanismes immuno-physiopathologiques du neuro-paludisme
 
infectiologie
infectiologie infectiologie
infectiologie
 
Atelier Ebola 2015
Atelier Ebola 2015Atelier Ebola 2015
Atelier Ebola 2015
 
Virus de la rage
Virus de la rageVirus de la rage
Virus de la rage
 
Pnlr 160321145532
Pnlr 160321145532Pnlr 160321145532
Pnlr 160321145532
 
Immunosuppression et infection virales
Immunosuppression et infection viralesImmunosuppression et infection virales
Immunosuppression et infection virales
 
Herpes virus
Herpes virusHerpes virus
Herpes virus
 
Le paludisme du jeune enfant. Épidémiologie et prévention
Le paludisme du jeune enfant. Épidémiologie et préventionLe paludisme du jeune enfant. Épidémiologie et prévention
Le paludisme du jeune enfant. Épidémiologie et prévention
 
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentésFamille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
 
Mini projet sur " Le virus des oreillons "
Mini projet sur " Le virus des oreillons "Mini projet sur " Le virus des oreillons "
Mini projet sur " Le virus des oreillons "
 
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptxDiagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
 

Plus de Rose De Sable

Les posologies a connaitre
Les posologies a connaitreLes posologies a connaitre
Les posologies a connaitre
Rose De Sable
 
Guide medico chirurgicale a lintention de linterne de garde
Guide medico chirurgicale a lintention de linterne de garde Guide medico chirurgicale a lintention de linterne de garde
Guide medico chirurgicale a lintention de linterne de garde
Rose De Sable
 
Méningo encéphalite herpétique
Méningo encéphalite herpétiqueMéningo encéphalite herpétique
Méningo encéphalite herpétique
Rose De Sable
 
Cardiopathies congenitales1
Cardiopathies congenitales1Cardiopathies congenitales1
Cardiopathies congenitales1
Rose De Sable
 
Péricardites aigues (1)
Péricardites aigues (1)Péricardites aigues (1)
Péricardites aigues (1)
Rose De Sable
 
Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)
Rose De Sable
 
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'oesophageCancer de l'oesophage
Cancer de l'oesophage
Rose De Sable
 
Cancer de l oesophage (1)
Cancer de l oesophage (1)Cancer de l oesophage (1)
Cancer de l oesophage (1)
Rose De Sable
 
Cœur pulmonaire chronique dr henin
Cœur pulmonaire chronique dr heninCœur pulmonaire chronique dr henin
Cœur pulmonaire chronique dr henin
Rose De Sable
 
Syndrome coronarien aigu new (1)
Syndrome coronarien aigu new (1)Syndrome coronarien aigu new (1)
Syndrome coronarien aigu new (1)
Rose De Sable
 
Ecg pathologiquetizi hav
Ecg pathologiquetizi havEcg pathologiquetizi hav
Ecg pathologiquetizi hav
Rose De Sable
 
L'ecg quoi comment et pourquoi
L'ecg quoi comment et pourquoiL'ecg quoi comment et pourquoi
L'ecg quoi comment et pourquoi
Rose De Sable
 
Tumeurs primitives du foie
Tumeurs primitives du foieTumeurs primitives du foie
Tumeurs primitives du foie
Rose De Sable
 
Occlusion intestinale
Occlusion intestinaleOcclusion intestinale
Occlusion intestinale
Rose De Sable
 
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptxLes ulceres gastro duodenaux. irep pptx
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx
Rose De Sable
 

Plus de Rose De Sable (20)

Icono imagerie ecn
Icono imagerie ecnIcono imagerie ecn
Icono imagerie ecn
 
Les posologies a connaitre
Les posologies a connaitreLes posologies a connaitre
Les posologies a connaitre
 
Guide medico chirurgicale a lintention de linterne de garde
Guide medico chirurgicale a lintention de linterne de garde Guide medico chirurgicale a lintention de linterne de garde
Guide medico chirurgicale a lintention de linterne de garde
 
Méningo encéphalite herpétique
Méningo encéphalite herpétiqueMéningo encéphalite herpétique
Méningo encéphalite herpétique
 
Cardiopathies congenitales1
Cardiopathies congenitales1Cardiopathies congenitales1
Cardiopathies congenitales1
 
Péricardites aigues (1)
Péricardites aigues (1)Péricardites aigues (1)
Péricardites aigues (1)
 
Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)
 
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'oesophageCancer de l'oesophage
Cancer de l'oesophage
 
Doc1
Doc1Doc1
Doc1
 
Cancer de l oesophage (1)
Cancer de l oesophage (1)Cancer de l oesophage (1)
Cancer de l oesophage (1)
 
Cœur pulmonaire chronique dr henin
Cœur pulmonaire chronique dr heninCœur pulmonaire chronique dr henin
Cœur pulmonaire chronique dr henin
 
Syndrome coronarien aigu new (1)
Syndrome coronarien aigu new (1)Syndrome coronarien aigu new (1)
Syndrome coronarien aigu new (1)
 
Ecg pathologiquetizi hav
Ecg pathologiquetizi havEcg pathologiquetizi hav
Ecg pathologiquetizi hav
 
Ecg normal tizi
Ecg normal tiziEcg normal tizi
Ecg normal tizi
 
Ecg
EcgEcg
Ecg
 
L'ecg quoi comment et pourquoi
L'ecg quoi comment et pourquoiL'ecg quoi comment et pourquoi
L'ecg quoi comment et pourquoi
 
Tumeurs primitives du foie
Tumeurs primitives du foieTumeurs primitives du foie
Tumeurs primitives du foie
 
Occlusion intestinale
Occlusion intestinaleOcclusion intestinale
Occlusion intestinale
 
Ascites
AscitesAscites
Ascites
 
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptxLes ulceres gastro duodenaux. irep pptx
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx
 

Polio cours (1)

  • 1. Dr BouchaibDr Bouchaib Service des maladies infectieusesService des maladies infectieuses
  • 2. DEFINITIONDEFINITION    Maladie virale aigue, contagieuse, épidémique duMaladie virale aigue, contagieuse, épidémique du sujet jeune,sujet jeune, dont l’agent responsable est ledont l’agent responsable est le poliovirus.poliovirus.  le virus a une affinité pour la corne antérieure dele virus a une affinité pour la corne antérieure de la moelle épinière.la moelle épinière.  Une personne infectée sur 200 est paralysée.Une personne infectée sur 200 est paralysée.  Sa fréquence a diminué grâce à la vaccination.Sa fréquence a diminué grâce à la vaccination.  Maladie à déclaration obligatoire.Maladie à déclaration obligatoire.
  • 3. DEFINITIONDEFINITION Poliovirus de type 1  Atteinte inflammatoire (-ite) de la substance grise (polio) de la moelle épinière (myelos) TRAITEMENT VACCINVACCIN
  • 4. VIROLOGIEVIROLOGIE    POLIOVIRUSPOLIOVIRUS  : ent: entéérovirusrovirus  RRéésistant dans le milieu extsistant dans le milieu extéérieur et auxrieur et aux antiseptiques.antiseptiques.  mais sensible aux R.UV, dmais sensible aux R.UV, déésinfectants iodsinfectants iodééss et chloret chloréés.s.
  • 5.  Famille desFamille des PICORNAVIRIDAEPICORNAVIRIDAE  Genre desGenre des EnterovirusEnterovirus  Espèce entérovirus humain CEspèce entérovirus humain C  3 sérotypes (1, 2, 3)3 sérotypes (1, 2, 3)  VirusVirus  ARN mono caténaire linéaireARN mono caténaire linéaire  NuNu  résistantrésistant  Capside de symétrie icosaédriqueCapside de symétrie icosaédrique CARACTERISTIQUES VIRALESCARACTERISTIQUES VIRALES
  • 6. Left: Picture of poliovirus. The poliovirus is extremely small, about 50 nm (nanometer = one-billionth of a meter) Courtesy of David Belnap and James Hogle Right: Cross-section of the poliovirus showing the RNA, capsid, and nerve cell receptors Illustration courtesy of Link Studio
  • 7. EPIDEMIOLOGIEEPIDEMIOLOGIE    FrFrééquencequence  : exceptionnelle dans les pays d: exceptionnelle dans les pays dééveloppveloppééss par la gpar la géénnééralisation de la vaccination, elle resteralisation de la vaccination, elle reste endendéémomo éépidpidéémique dans les pays s/dmique dans les pays s/dééveloppveloppééss ((350 000 cas/an surtout <3ans).350 000 cas/an surtout <3ans).  maladie strictementmaladie strictement humaine.humaine.  ÂgeÂge:: jeune enfant. Le nourrisson est protjeune enfant. Le nourrisson est protééggéé par lespar les Ac maternels les 1ers mois.Ac maternels les 1ers mois.  TransmissionTransmission  : par le rhinopharynx au d: par le rhinopharynx au déébut puis parbut puis par les selles durant plusieurs mois, (est contagieuxles selles durant plusieurs mois, (est contagieux  : le: le malade et le porteur sain). La transmission peut êtremalade et le porteur sain). La transmission peut être directe ou indirecte pardirecte ou indirecte par  : eau et aliments souill: eau et aliments souilléés.s.  ImmunitImmunitéé  :: solide et durable.solide et durable.
  • 8. INCIDENCE DE LA POLIOMYELITE ANNEES 1981 - 2001 SOURCE : INSP 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 00 01 ANNEES 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 TAUX/100.000 HBTS
  • 9. PATHOGENIEPATHOGENIE    Virus pVirus péénnèètre par voie rhinopharyngtre par voie rhinopharyngéée oue ou digestive-digestive-aucune symptomatologie avecaucune symptomatologie avec formation dformation d’’Ac.Ac.  Plus rarement, le virus franchit la barriPlus rarement, le virus franchit la barrièèrere digestive--digestive--virviréémie-mie-manifestations gmanifestations géénnééralesrales attattéénunuéées.es.  Il peut se fixer dans la corne antIl peut se fixer dans la corne antéérieure de larieure de la M.E--M.E--destruction+/- compldestruction+/- complèète des neuroneste des neurones moteurs pmoteurs péériphriphéériques--riques--paralysie.paralysie.
  • 10. PATHOGENESE DE LAPATHOGENESE DE LA POLIOMYELITEPOLIOMYELITE Ingestion du virusInfection Phase lymphatique Phase alimentaire Phase virémique Phase neurologique SANG Muqueuse oropharyngéeMuqueuse oropharyngée Muqueuse intestinaleMuqueuse intestinale Ganglions cervicauxGanglions cervicaux Ganglions mésentériquesGanglions mésentériques Excrétion dans les selles SNCSNC PlaquesPlaques dede PeyerPeyer Ganglions nerveuxGanglions nerveux régionauxrégionaux Moelle épinièreMoelle épinière
  • 11. CLINIQUECLINIQUE    Forme paralytiqueForme paralytique  communecommune:1:1 àà 2% cas.2% cas. 1 forme paralytiqque /1000 formes inapparentes1 forme paralytiqque /1000 formes inapparentes  Forme spinaleForme spinale  ::  IncubationIncubation  : de qqs jours: de qqs jours àà 1 mois (10j en1 mois (10j en moyenne), silencieuse.moyenne), silencieuse.  InvasionInvasion  :: dure 3dure 3 àà 6 jours, T° banale,6 jours, T° banale, pharyngite, troubles digestifs, myalgie,pharyngite, troubles digestifs, myalgie, rachialgie, signes mrachialgie, signes mééningningéés cliniques ets cliniques et biologiques (LCR clair avec cytologie modbiologiques (LCR clair avec cytologie modéérrééee et protet protééinorachie normale ou modinorachie normale ou modéérréémentment augmentaugmentéée)e)
  • 12. EtatEtat  : installation brutale d: installation brutale d’’une paralysie en 48h,une paralysie en 48h, flasque+ hypotonie musculaire, abolition desflasque+ hypotonie musculaire, abolition des ROT, RCP en flexion, sensibilitROT, RCP en flexion, sensibilitéé conservconservéée.e.  Cette paralysie est massive mais limitCette paralysie est massive mais limitéée, souvent parae, souvent para ou monoplou monopléégie, asymgie, asyméétrique.trique.  Surtout le deltoSurtout le deltoïïde, quadriceps, loge antde, quadriceps, loge antééro-externero-externe de la jambe.de la jambe.  LL’’amyotrophie est importante et pramyotrophie est importante et préécoce.coce.  La T° et myalgies persistent qqs j, les signes mLa T° et myalgies persistent qqs j, les signes mééningningééss rréégressent progressivement. Au 15eme jgressent progressivement. Au 15eme j  : cellularit: cellularitéé diminue et proteinorachie sdiminue et proteinorachie s’é’éllèève(LCR).ve(LCR).
  • 13.  EvolutionEvolution  : r: réégression des paralysiesgression des paralysies àà partir departir de 2-3 semaines et dure plusieurs mois.2-3 semaines et dure plusieurs mois.  SSééquellesquelles  : troubles trophiques et de croissance.: troubles trophiques et de croissance.
  • 15.  22)) Forme paralytique bulbaireForme paralytique bulbaire  : troubles: troubles respiratoires, vasomoteurs et circulatoires.respiratoires, vasomoteurs et circulatoires.  33)) Forme encForme encééphalytiquephalytique  : syndrome: syndrome extrapyramidal (mvts anormaux, ataxieextrapyramidal (mvts anormaux, ataxie ccéérréébelleuse) de bon pronostic.belleuse) de bon pronostic.  Forme abortiveForme abortive  :T°, angine, c:T°, angine, cééphalphaléée, anorexie,e, anorexie, nausnauséée, vomissement, douleurs abdominales,e, vomissement, douleurs abdominales, constipation. Guconstipation. Guéérison en quelques jours.rison en quelques jours.  Forme mForme mééningningééee  : c: cééphalphaléée, hyperesthe, hyperesthéésie, T°,sie, T°, LCRLCR  : hypercytose: hypercytose àà Pnn avecPnn avec hyperproteinorachie, puishyperproteinorachie, puis àà lymphocyte.lymphocyte.
  • 16. CLINIQUECLINIQUE Prom Lin, 8 ans, l’une des dernières victimes de la polio au Cambodge 90%90% 10%10% Formes asymptomatiques Bonne immunité naturelle Début brutal, fièvre, maux de tête, malaise, raideur du cou, douleur de dos STOPSTOP 1/2001/200 Formes paralytiques  Destruction des neurones moteurs Décès/paralysies desDécès/paralysies des muscles respiratoiresmuscles respiratoires 5 à 10%5 à 10% Méningite aseptique
  • 17. DIAGNOSTICDIAGNOSTIC  ::  EpidEpidéémiologiquemiologique  : notion de contage, absence: notion de contage, absence de vaccinationde vaccination  CliniqueClinique  : devant toute paralysie flasque, on doit: devant toute paralysie flasque, on doit penserpenser àà la PAA.la PAA.  BiologiqueBiologique  :: **recherche du virusrecherche du virus (gorge au d(gorge au déébut, sellesbut, selles pendant 2pendant 2 àà 3 mois)3 mois) **sséérologierologie  :: Ac fixant le complAc fixant le compléément quiment qui disparaissent aprdisparaissent aprèès la phase aigue.s la phase aigue.  Ac neutralisantAc neutralisant apparaissent vers leapparaissent vers le 10eme jour, persistent plus longtemps10eme jour, persistent plus longtemps
  • 18. DIAGNOSTIC DIFFERENTIELDIAGNOSTIC DIFFERENTIEL    Guillain BarrGuillain Barréé,,  nnéévralgie amyotrophique de lvralgie amyotrophique de l’é’épaule, autrespaule, autres virus (coxsackievirus (coxsackie…….),.),  mmééningiteningite àà liquide clair.liquide clair.
  • 19. TRAITEMENTTRAITEMENT    symptomatiquesymptomatique : repos strict: repos strict, r, rééanimation,animation, nursing, surveillance.nursing, surveillance.  Concernant les sConcernant les sééquellesquelles  : appareillage,: appareillage, chirurgie orthopchirurgie orthopéédique.dique.
  • 20. PREVENTIONPREVENTION  ::  MaladieMaladie àà ddééclaration obligatoireclaration obligatoire  VaccinationVaccination  :: Obligatoire dObligatoire déés ls l’’âge de 3 mois.âge de 3 mois.  VaccinVaccin àà virus tuvirus tuéé  : injectable 0,5 ml (3 inj: injectable 0,5 ml (3 inj àà 1 mois1 mois dd’’intervalle, rappelintervalle, rappel àà 1 an, puis tous les 5 ans puis tous1 an, puis tous les 5 ans puis tous les 10 ans aprles 10 ans aprèès ls l’’âge de 20 ans. Il est bien tolâge de 20 ans. Il est bien toléérréé, il, il nn’’y a pas de contre indications.y a pas de contre indications.  VaccinVaccin àà virus attvirus attéénunuéé  : per os 1 ml (même sch: per os 1 ml (même schéémama que prque prééccéédemment),demment),
  • 21. PROPHYLAXIE VACCINALEPROPHYLAXIE VACCINALE VirusVirus INACTIVE (SALK)INACTIVE (SALK) VIVANT ATTENUEVIVANT ATTENUE (SABIN)(SABIN) AdministrationAdministration Voie SC ou IMVoie SC ou IM 3 injections à 1 mois3 injections à 1 mois d’intervalle, rappel 1 and’intervalle, rappel 1 an après et à 6, 11, 16 ans puisaprès et à 6, 11, 16 ans puis tous les 10 anstous les 10 ans Voie OraleVoie Orale 3 prises à 1 mois3 prises à 1 mois d’intervalle, rappel 1 and’intervalle, rappel 1 an aprèsaprès AvantagesAvantages Sécurité, efficacitéSécurité, efficacité Facilité d’administration,Facilité d’administration, efficacité, coût assez faible,efficacité, coût assez faible, formation d’IgA, immunitéformation d’IgA, immunité individuelle et de « masse »individuelle et de « masse » InconvénientsInconvénients Problèmes/administrationProblèmes/administration en masse, coût élevé,en masse, coût élevé, rappel tous les 5 ans,rappel tous les 5 ans, excrétion non éliminéeexcrétion non éliminée Réversions possiblesRéversions possibles,, disséminationdissémination des virusdes virus vaccinaux, chaîne du froidvaccinaux, chaîne du froid indispensableindispensable
  • 24.  Effets secondairesEffets secondaires  exceptionnelsexceptionnels  : atteinte neurologique: atteinte neurologique (mort ou s(mort ou sééquelles) en particulier si dquelles) en particulier si dééficit immunitaire.ficit immunitaire.  Contre indicationsContre indications  : grossesse, immunod: grossesse, immunodéépression,pression, chez un membre dchez un membre d’’une même famille ou sune même famille ou sééjourne unjourne un immunodimmunodééprimpriméé..  Autres mesuresAutres mesures  : contrôle des eaux,: contrôle des eaux, éévacuationvacuation correcte des excrcorrecte des excréétas, hygitas, hygièène des mains.ne des mains.
  • 25.  LancementLancement  19881988  Quarante et UnièmeQuarante et Unième Assemblée mondiale deAssemblée mondiale de la Santéla Santé  166 États Membres166 États Membres  ÉvolutionÉvolution  19881988 : > 350 000 cas, 125 pays: > 350 000 cas, 125 pays  2002*2002* : 1919 cas, 7 pays: 1919 cas, 7 pays *(au 16 avril 2003) ↓ de 99% Certification des régions exemptes de PoliomyéliteCertification des régions exemptes de Poliomyélite 1994 : Région OMS des Amériques (36 pays) 2000 : Région OMS du Pacifique occidental (37 pays) 2002 : Région Européenne (51 pays) INITIATIVE POUR L’ÉRADICATIONINITIATIVE POUR L’ÉRADICATION MONDIALE DE LA POLIOMYELITEMONDIALE DE LA POLIOMYELITE (1)(1)
  • 26.  LA POLIOMYELITE EST UNE MALADIE ENLA POLIOMYELITE EST UNE MALADIE EN VOIE D ’ERADICATIONVOIE D ’ERADICATION  AUCUN CAS N’A ETE ENREGISTRE DEPUISAUCUN CAS N’A ETE ENREGISTRE DEPUIS CINQ ANSCINQ ANS  MAINTIENT DES EFFORTS DANS LE CADREMAINTIENT DES EFFORTS DANS LE CADRE DU PROGRAMME D’ERADICATION DE LADU PROGRAMME D’ERADICATION DE LA POLIOMYELITE AFIN D’OBTENIR LEPOLIOMYELITE AFIN D’OBTENIR LE CERTIFICAT D ’ERADICATIONCERTIFICAT D ’ERADICATION

Notes de l'éditeur

  1. L’infection peut également se faire par des postillons émis lors de toux ou d’éternuements La présence du virus persiste dans la gorge pendant une semaine et dans les excréments pendants 3 à 6 semaines voire plus Organes cibles : SNC, moelle épinière
  2. Myopéricardite, toux, hypersécrétions bronchiques, Méningites aseptiques en été Paralysie flasque : hypotonie, abolition des réflexes ostéo-tendineux Période d’incubation : 15 jours (quelques jours à 1 mois)
  3. Les deux vaccins sont trivalents Immunodéprimés : porteurs à long terme Réversions possibles : 1/8 à 10 millions à vérifier??????????????