Don Juan aux Enfers                       Charles Baudelaire              Les Fleurs du Mal - Texte XV (1857)             ...
Quand Don Juan descendit vers londe souterraine     strophe narrative qui situe                            Et lorsquil eut...
Les épisodes évoqués Strophe 1,               Acte III, scène 2     La scène du pauvre vers 3 & 4Strophe 1I,              ...
Comment ce personnage de comédie         peut-il devenir un symbole romantique ?Dimension tragique dupersonnage de Dom Jua...
Vision de l’enferÉléments du paysage                                                 Actions    onde souterraine          ...
Désignation des péchés commis par Don Juan :        un sombre mendiant                              blasphèmefemmes Montra...
Place de Don JuanDans l’espace décrit :à l’arrière du bateau                      place en retrait,                       ...
Première partie : Un poème qui fait suite à la pièce de Molière.1- Récapitulation des fautes de Don Juan. . On identifie : ...
Conclusion Pièce XV dans les trois éditions du vivant de Baudelaire, "Don Juan auxEnfers" a eu pour premier titre "L’impén...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Baudelaire : Don juan aux enfers

21 517 vues

Publié le

Analyse d'une poème de Baudelaire extrait des Fleurs du Mal (en prolongement de l'étude de la pièce de Molière)

Publié dans : Formation, Voyages, Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
21 517
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
16
Actions
Partages
0
Téléchargements
44
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Baudelaire : Don juan aux enfers

  1. 1. Don Juan aux Enfers Charles Baudelaire Les Fleurs du Mal - Texte XV (1857) poème composé en 1846Problématique : comment le héros de la pièce de Molière devient dans ce poème un héros baudelairien, révolté et solitaire par-delà la mort. © Caroline REYS
  2. 2. Quand Don Juan descendit vers londe souterraine strophe narrative qui situe Et lorsquil eut donné son obole à Charon, le poème dans la continuité du dénouement Un sombre mendiant, lœil fier comme Antisthène, de la pièce Dun bras vengeur et fort saisit chaque aviron. (cf passé simple) Montrant leurs seins pendants et leurs robes ouvertes, strophe descriptive qui Des femmes se tordaient sous le noir firmament, met en place l’hypotypose comparaison Et, comme un grand troupeau de victimes offertes, (cf imparfait et élémentsrappel des rites païens Derrière lui traînaient un long mugissement. picturaux) Sganarelle en riant lui réclamait ses gages, poursuite de l’hypotypose opposition pluriel Tandis que Don Luis avec un doigt tremblant personnage dans leurs (témoins) Montrait à tous les morts errant sur les rivages rôles respectifset singulier (+ diérèse) Le fils audacieux qui railla son front blanc. allitération en /s/ Frissonnant sous son deuil, la chaste et maigre Elvire, antithèses allitération en /f/ Près de lépoux perfide et qui fut son amant, Semblait lui réclamer un suprême sourire subjonctif Où brillât la douceur de son premier serment. périphrases mélioratives mode de l’incertain, du doute Tout droit dans son armure, un grand homme de pierre Se tenait à la barre et coupait le flot noir ; Mais le calme héros, courbé sur sa rapière, Regardait le sillage et ne daignait rien voir © Caroline REYS
  3. 3. Les épisodes évoqués Strophe 1, Acte III, scène 2 La scène du pauvre vers 3 & 4Strophe 1I, L’éloge de Acte I, scène 2vers 5 à 8 l’inconstanceStrophe 111, Acte V, scène 6 La fin matérialiste vers 9Strophe 111, Le mépris de l’autorité Acte IV, scène 4vers 10 à 12 paternelle La tirade duStrophe 1V Acte IV, scène 6 renoncement La confrontation Strophe V Acte V, scène 6 arrogante © Caroline REYS
  4. 4. Comment ce personnage de comédie peut-il devenir un symbole romantique ?Dimension tragique dupersonnage de Dom Juan : toute son attitude est un perpétuel défi lancé contre le CielDans son adaptation du mythe, Baudelaire transpose cette scène de «Jugementdernier» en une version plus païenne (cf référence à Charon au vers 2).Don Juan y apparaît comme une figure orgueilleuse, ce qui cause à la fois saperte et sa force, capable de défier le Divin, tout comme l’ont fait Oreste,Orphée, Oedipe ou Lucifer.En transposant son histoire dans l’au-delà, Baudelaire donne un senstranscendant au personnage, (comme l’a fait Jouvet dans sa mise en scène).En défiant le divin, il libère les hommes qui ne croiront plus naïvement auxDieux.Fonction de la poésie, telle qu’elle est développée à partir des romantiques :dévoiler la vérité, privée et lyrique, philosophique et prophétique. © Caroline REYS
  5. 5. Vision de l’enferÉléments du paysage Actions onde souterraine obole à Charon noir firmament D’un bras vengeur et fort saisit chaque aviron,morts errant sur les rivages Se tenait à la barre et coupait le flot noir, flot noir Personnages entourant le héros Charon un sombre mendiant Antisthène femmes Montrant leurs seins pendants et leurs robes ouvertes Sganarelle Don Louis avec un doigt tremblant la chaste maigre Elvire un grand homme de pierre constitution d’un choeur/jury à la fois chrétien et païen © Caroline REYS
  6. 6. Désignation des péchés commis par Don Juan : un sombre mendiant blasphèmefemmes Montrant leurs seins pendants et leurs robes ouvertes adultère et trahisonDon Louis avec un doigt tremblant irrespect filial violation du sacrement du la chaste et maigre Elvire mariage meurtre et défi au caractère un grand homme de pierre sacré de la mortÀ ces actes d’accusation s’oppose l’indifférence de Don Juan.Tout comme Molière, Baudelaire laisse le lecteur livré àses questions et à sa propre perception du péché. © Caroline REYS
  7. 7. Place de Don JuanDans l’espace décrit :à l’arrière du bateau place en retrait, comme absent du monde Don Juan, un symboleDon Juan est devenu un personnage mythique• XVII ème siècle : «grand seigneur méchant homme»• XVIIIème siècle : un libertin qui affiche son cynisme, avide de goûter aux plaisirs• XIXème siècle : incarnation de la liberté absolue qui se place au dessus des conventions, mais aussi incarnation du désenchantement. © Caroline REYS
  8. 8. Première partie : Un poème qui fait suite à la pièce de Molière.1- Récapitulation des fautes de Don Juan. . On identifie : le pauvre de Dieu, les femmes séduites et abandonnées, le père Don Luis, Elvire, le Commandeur. Tous accusent Don Juan :répétition des verbes "montrer , réclamer ". Les défauts de Don Juan sont soulignés : la perfidie, l’audace.2- Une descente aux Enfers (catabase) qui fait suite au châtiment de Don Juan de l’acte V. Mais le décor, lugubre, est inspirépar les enfers antiques (Charon, l’obole, la barque, le Styx, les ombres), par exemple de la description du livre VI de L’Enéide de Virgile.3- Les strophes se présentent comme la description d’un tableau (prédominance de l’imparfait descriptif, attitudes figées despersonnages, mention du noir à deux reprises, pour le ciel et le flot) : c’est le procédé de l’ekphrasis. La poésie rivalise avec la peinture et fixepour l’éternité une certaine image de Don Juan.Deuxième partie :Un poème qui détourne le personnage de la pièce de Molière ?1- Une persistance du libertinage du personnage, qui dément le dénouement traditionnel du châtiment de Don Juan.Loin de se repentir dans l’au-delà, Don Juan revoit son passé de manière très sarcastique . Les personnages qu’il a rencontrés subissent unedéformation par rapport à ce qu’ils étaient dans la pièce de Molière. Par exemple Elvire est "maigre", ce n’est pas une religieuse mais unefemme en deuil, les femmes séduites sont lubriques "Montrant leurs seins pendants et leurs robes ouvertes" comme des "victimes offertes", lepauvre de Dieu est devenu un "sombre mendiant " qui cherche à se venger, ayant abandonné sa foi , comme l’indique la comparaison avecAntisthène … Le tableau décrit est peut-être ce qui est vu par Don Juan pensif pendant sa navigation souterraine, ce sont des souvenirs de savie terrestre, le jugement qu’il porte sur tous ces personnages . Seul Sganarelle paraît sympathique : il rit en réclamant ses gages, mais onpeut aussi voir là une figure de benêt, riant pour l’éternité, hors de propos.2- Des détails symboliques donnent sens au personnage :les deux derniers vers constituent une chute (à partir de "Mais") et donnent sens à l’ensemble. Ce sont "la rapière", l’épée que seuls portent lesnobles : Don Juan est toujours cet aristocrate hautain, qui est plein de dédain (Il "ne daignait rien voir"). La tête penchée ("courbé") signale lepenseur, l’intellectuel qui considère son passé , ("le sillage", ou la trace laissée derrière soi) .3- Valorisation de ce Don Juan toujours indifférent aux autres et seul contre tous :L’épithète "calme" qui qualifie "le héros" s’oppose aux clameurs qui montent contre lui ("Un long mugissement"), le verbe "regardait" estpositif : c’est le signe de sa méditation , de son orgueil ("et ne daignait rien voir"). Pour Baudelaire, Don Juan incarne la révolte contre l’ordreimposé par la morale religieuse et sociale. Les deux dernières parties des Fleurs du Mal s’intitulent d’ailleurs "Révolte" et "Mort".
  9. 9. Conclusion Pièce XV dans les trois éditions du vivant de Baudelaire, "Don Juan auxEnfers" a eu pour premier titre "L’impénitent", ce qui traduit bien la volontéde Baudelaire . Tout en faisant des allusions très précises à des scènes de lapièce de Molière, Baudelaire modifie l’éclairage sur les personnages queDon Juan y rencontre et valorise la figure de celui-ci. Il en fait un emblêmeinversé, un héros du mal. De même , dans la section "Révolte", parprovocation, par ennui ou par désespoir il glorifiera Caïn, Satan ou lereniement de Saint- Pierre. C’est un poème qui pose des questions sur unpersonnage récurrent dans l’art et la littérature et donc contribue à enrichirle mythe de Don Juan, qu’on apprécie ou qu’on rejette la pensée deBaudelaire. Dans un autre poème d’ailleurs Baudelaire évoque des héros deMolière  : Harpagon, Célimène et s’interroge sur leur devenir devantl’éternité. On peut dire que Baudelaire ne contredit pas Molière mais qu’ildonne de Don Juan sa propre interprétation, qu’il va plus loin que Molière.En admirant ce Don Juan impénitent, il le justifie tout en laissant le lecteurlibre de juger le personnage. © Caroline REYS

×