Personnalité                      Borderline ou Etat-Limite                                          Armand Shneor        ...
Mise au Point            Létat limite, ou borderline, est une entité clinique se            situant à la croisée des chemi...
Détour par le Moi.            Le Moi est une instance psychique placé entre linconscient et            "lextérieur". Cest ...
Mécanisme de Défense            Toutes ces pulsions ne sont pas acceptables et le Moi va            devoir sen protéger. P...
Autres Mécanismes de Défense    Le trouble psychotique serait une pathologie narcissique. Le Moi est défectueux et il nest...
Qu’est ce qui caractérise le                                Borderline ?            Le borderline se singularise par l’usa...
Le borderline est une personnalité                     pathologique.            Une personnalité se définie comme un mode ...
Quelques grands traits de la maladie :            La personnalité borderline (ou limite) associe des traits de            ...
Eléments Cliniques            Le borderline se manifeste par :            Une instabilité comportementale et émotionnelle ...
Lorsque l’état se complique.            On observe :            Des passages à lacte résultants de limpulsivité. Parfois h...
 Un clivage et un déni avec par exemple une vision dichotomiques              des personnes qui seront à la fois proches,...
Quoi Faire ?        Les thérapeutiques médicamenteuses peuvent aider sur certains         aspects du trouble tels que :Le...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Border line ou etat limite par armandshneor.info

3 615 vues

Publié le

Caractéristiques pathologiques d'un border line, ou d'une personne état limite. Son trouble des conduites, jusqu'au peut-il aller, le mode chronique de cette pathologie, une incidence dans le milieu de l'entreprise.

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 615
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
791
Actions
Partages
0
Téléchargements
35
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Border line ou etat limite par armandshneor.info

  1. 1. Personnalité Borderline ou Etat-Limite Armand Shneor Psychothérapeute Clinicien – Psychanalyste Jungien. www.armandshneor.infoArmand Shneor - Protégé contre la copie 1 28/01/2013
  2. 2. Mise au Point Létat limite, ou borderline, est une entité clinique se situant à la croisée des chemins entre névrose et psychose. La dualité névrose psychose est elle même source de débats, il est aisé de comprendre la diversité des approches et les polémiques que peuvent susciter un diagnostic de borderline. Le borderline peut être une entité clinique sans validité théorique mais en pratique, il désigne des situations cliniques assez vastes relativement fréquentes.Armand Shneor - Protégé contre la copie 2 28/01/2013
  3. 3. Détour par le Moi. Le Moi est une instance psychique placé entre linconscient et "lextérieur". Cest une sorte de peau. Une de ses fonctions consiste à maîtriser les pulsions refoulées (fantasme, destruction, violence ...). Cette maitrise des pulsions souvent énergivores incarne une lutte, dans laquelle le moi use de mécanismes de défenses. Certains de ces mécanismes sont le refoulement et la sublimation, on les observe tant chez un sujet ‘’normal’’ que chez un névrosé. Dautres mécanismes de défense tels que : le déni de lidéalisation, la projection et lidentification se révèleront davantage pathologiques et sobserveront chez le psychotique.Armand Shneor - Protégé contre la copie 3 28/01/2013
  4. 4. Mécanisme de Défense Toutes ces pulsions ne sont pas acceptables et le Moi va devoir sen protéger. Pour cela, il fait appel aux mécanismes de défense suivants :  le refoulement : la pulsion ne traverse pas le Moi, elle reste inconsciente.  la sublimation : le Moi détourne la pulsion jugée "inacceptable" de son objet initial vers un objet socialement mieux valorisé et acceptable par le MoiArmand Shneor - Protégé contre la copie 4 28/01/2013
  5. 5. Autres Mécanismes de Défense Le trouble psychotique serait une pathologie narcissique. Le Moi est défectueux et il nest plus capable de se protéger efficacement des pulsions "archaïques" issues de linconscient. Létat limite (borderline) est une situation intermédiaire, dans laquelle, une partie du Moi est saine tandis que l’autre est défaillante et se défend mal. Le clivage serait la caractéristique psychopathologique du borderline. Sa fonction consiste à isoler la partie saine du Moi de la partie défectueuse afin de la protéger dun envahissement psychotique. La contrepartie de cela est la perte de lunité du Moi. Le déni en est la conséquence. Si lobjet dune pulsion inacceptable est en regard de la partie saine du Moi, celle-ci pourra être refoulée par contre la partie défaillante du Moi la laissera passer. Dans ce dernier cas le Moi utilisera des mécanismes de défenses psychotiques tels que : projection, idéalisation, identification. La projection : consiste à projeter sur lextérieur, sur autrui notamment, les pulsions inacceptables. Si par exemple le Moi ressent une pulsion violente et destructrice, il aura tendance à en rendre les autres responsables. Lidéalisation : A pour but de protéger un objet des pulsions les plus destructrices, le Moi idéalise lobjet réel (parents, ami, conjoint, etc.) en fabricant un objet virtuel plus éloigné et distant des pulsions destructrices. En idéalisant un parent ou un ami, on se protège contre le fait de prononcer une critique acerbe , ou encore contre un sentiment de jalousie. Lidentification e : est proche de la projection. Elle consiste à sidentifier à lobjet afin de le protéger.Armand Shneor - Protégé contre la copie 5 28/01/2013
  6. 6. Qu’est ce qui caractérise le Borderline ? Le borderline se singularise par l’usage de mécanisme de défenses psychotiques - déni, idéalisation, projection, identification. ‘’Le normal’’ voudrait en revanche, qu’on use de mécanismes de défenses normaux (névrotiques) tels que le refoulement et la sublimation-.Armand Shneor - Protégé contre la copie 6 28/01/2013
  7. 7. Le borderline est une personnalité pathologique. Une personnalité se définie comme un mode durable de comportement et un mode durable de lexpérience vécue. Si ce mode des conduites est trop stable, trop rigide, peu susceptible dadaptation, cela va occasionner un trouble avec lentourage difficilement gérable. La personnalité est diagnostiquée pathologique.Armand Shneor - Protégé contre la copie 7 28/01/2013
  8. 8. Quelques grands traits de la maladie : La personnalité borderline (ou limite) associe des traits de personnalité évoquant la personnalité psychopathique avec une instabilité affective et relationnelle, une irritabilité, des réactions agressives et coléreuses, des comportements auto et hétéro- agressifs, des traits proches dun tableau dépressif chronique avec un sentiment de vide et dabandon, une dépendance avec un besoin détayage, une passivité. Ainsi dans ces approches, les traits de personnalité du Borderline peuvent être la source dune souffrance pour le sujet ou son entourage (personnalité pathologique). Ils peuvent être considéré comme la résultante dun terrain héréditaire (origine génétique) ou une certaine organisation psychique (psychopathologie). Cette personnalité engendre des complications psychiatriques de la lignée névrotique, anxieuse, dépressive ou des complications de la lignée psychotique.Armand Shneor - Protégé contre la copie 8 28/01/2013
  9. 9. Eléments Cliniques Le borderline se manifeste par : Une instabilité comportementale et émotionnelle et relationnelle avec des changements dhumeur brutaux et fréquents. Le borderline est à la fois dépendant des autres, compte tenu dune passivité et dune intolérance à la solitude et à labandon, mais dans le même temps ses relations sont houleuses, à la fois fortes et conflictuelles. Les ruptures sont fréquentes. Un sentiment de vide. Le sentiment dêtre seul et abandonné avec une insatisfaction globale de lexistence. Les rencontres sont souvent brèves, la sexualité volontiers chaotique, les acceptations dinconnu au domicile fréquentes.Armand Shneor - Protégé contre la copie 9 28/01/2013
  10. 10. Lorsque l’état se complique. On observe : Des passages à lacte résultants de limpulsivité. Parfois hétéro-agressifs (bagarres, coups, bris dobjets) mais ils sont le plus souvent auto-agressifs : tentatives de suicides à répétition, automutilations, toxicomanies, boulimie, conduite automobile dangereuse, etc. Les passages à lactes sont souvent secondaires à des moments de frustration, dangoisse et de séparation.  Les syndromes dépressifs sont fréquents.  Les manifestations anxieuses aiguës sont volontiers bruyantes (violence, passage à lacte)  Des épisodes psychotiques brefs peuvent sobserver avec hallucinations ou des thématiques persécutives. Ils sont rapidement réversibles et critiqués.Armand Shneor - Protégé contre la copie 10 28/01/2013
  11. 11.  Un clivage et un déni avec par exemple une vision dichotomiques des personnes qui seront à la fois proches, attachantes et détestables, méprisables selon les moments. Une incapacité à pouvoir décrire les motifs, les sentiments pouvant expliquer un passage à lacte violent récent (perte de lunité du moi).  Une idéalisation de certaines personnes proches décrites comme parfaites, sans défaut, etc.  Une identification à lautre : "il est comme moi, on est pareil, etc.«  Une projection sur lenvironnement et lentourage des affects violents et agressifs : "ne vous mettez pas en colère" alors que tel nest pas le cas.Armand Shneor - Protégé contre la copie 11 28/01/2013
  12. 12. Quoi Faire ?  Les thérapeutiques médicamenteuses peuvent aider sur certains aspects du trouble tels que :Les anxiolytiques contre lanxiété. Les antidépresseurs pour des épisodes dépressifs, les neuroleptiques pour diminuer limpulsivité.  Les médicaments peuvent également aggraver le tableau : surconsommation, désinhibition, aggravation de la dépendance et de la passivité, etc.  Des hospitalisations plus ou moins longues sont parfois recommandées. Elles permettent de contrôler limpulsivité ; elles aident à poser des limites dans les comportements auto et hétéro agressifs ; elles protègent lorsque lenvironnement social du sujet lui semble néfaste ou trop précaire.  Enfin une psychothérapie reste vivement conseillée pour aider le sujet analyser ses mécanismes de défenses et à la recadrer.Armand Shneor - Protégé contre la copie 12 28/01/2013

×