MoveOn.org (2/2)

417 vues

Publié le

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
417
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
70
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

MoveOn.org (2/2)

  1. 1. N°251 - du 15 au 21 février 2011 MoveOn.org : impossible en France ? (2/2)
  2. 2. MoveOn.org : impossible en France ? A ce jour, en France, au- cune structure n’est l’é- quivalent de MoveOn.org. 9 barrières pratiques font obstacle à la naissance puis au fonctionnement d’une association de ce type en France actuelle- ment. 1) La logique des cam- pagnes dites «open source» n’est pas en- core née en France. La logique des campagnes dites «open source» date du début des années 2000. Joe Trippi, ancien manager de la campagne Internet d’Howard Dean, a introduit une nouvelle distinction entre les cam- pagnes «open source» par opposition aux cam- pagnes traditionnelles or- ganisées selon les modes hiérarchiques classiques. Une confusion va parfois apparaître entre la logi- que de Trippi et la place nouvelle accordée à Inter- net. En réalité, la campa- gne dite «open source» est celle qui laisse libre cours à la créativité et à la liberté des utilisateurs. Internet va amplifier cette logique. Mais cette logi- que n’est pas exclusive- ment liée à Internet. Le modèle politique fran- çais demeure très hiérar- chisé, très structuré, très imprégné de la culture de la parole officielle qui évolue du haut vers le bas. 2) La primauté du pair sur l’institution n’est pas encore établie en France. Pour que la campagne «open source» fonctionne bien, elle suppose la pri- mauté du pair sur l’insti- tution. Par pair, il s’agit de comprendre : l’autre citoyen, celui qui me res- semble. Tant que la parole de l’institution garde l’ascen- dant, l’open source est en difficulté. Dès que la défiance de l’institution est installée, une nouvelle logique prend alors corps. 3) La culture du vote pour soi ne prend pas encore le dessus sur le vote pour des convic- tions plus générales. La «nouvelle génération» des électeurs a une ap- proche citoyenne voisine de celle de la consomma- tion courante. Il s’agit de détecter les mesures qui permettront d’améliorer son sort individuel. Là aussi, dès que cette culture est née, elle per- met d’agréger des situa- tions individuelles en de- hors des structures trop générales. La culture américaine s’y prête. Ce n’est pas le cas de la culture politique française 2
  3. 3. MoveOn.org : impossible en France ? 3 La forte mobilisation est-elle encore possi- ble en France ? L’enquête Louis Harris réalisée à mi-février 2011 sur le thème de la révolte pour l’Humanité Dimanche laisse apparaître une opinion déchirée par des appréciations contraires. C’est une des raisons de la démobilisation actuelle que l’émergence de sentiments paradoxaux alliant des contraires (cf page 08 de no- tre lettre).
  4. 4. très marquée par des dé- bats globaux. 4) L’émergence d’In- ternet et des réseaux sociaux n’a pas encore pris l’ascendant en France. Internet et les réseaux sociaux amplifient les possibilités de la liberté et de la créativité locales. Là encore, l’un des meil- leurs théoriciens a été Joe Trippi. Il a résumé l’ap- port d’Internet par sept nouvelles qualités en ma- tière de communication. - Il s’agit d’intégrer Inter- net comme un outil de communication à part en- tière au même titre que les journaux, la radio, la télévision. - Dans ce bouquet global, Internet est une source d’information avec une double vocation : savoir et comprendre. Ce der- nier volet (comprendre) a beaucoup quitté les média traditionnels qui montrent mais qui expliquent de moins en moins. Par conséquent, sur Internet, il importe de privilégier le volet pédagogique qui a beaucoup quitté les sup- ports classiques. - Internet a vocation à être un support de syn- thèse inégalable. Il conju- gue l’écrit, l’image, l’ima- ge activée et le son. Il importe de capitaliser au mieux tous les volets techniques ouverts par Internet. - Parce qu’Internet a vo- cation à être une source alternative d’informa- tions, le ton et les anima- tions doivent conserver des caractéristiques pro- pres à ce support sans se fondre dans les coutu- mes des autres m é - dias. - Un site Internet ou un blog se dénaturent dès l’instant qu’ils devien- draient de façon exclusi- ve une agrégation de contenus disponibles par ailleurs. - Le facteur clef d’Internet tient à l’actualisation ac- célérée des contenus. La logique «live» doit être assumée à fond. - Comme pour tout nou- veau support d’infor- mation, l’un des pre- miers enjeux réside dans la collecte des fichiers pour franchir des seuils techniques rapides de destinataires segmentés. Cette présentation résu- me particulièrement bien les enjeux montrant com- bien Internet reste un instrument et non pas une fin de réussite. Face à un tel ce proces- sus, deux étapes notam- ment rencontrent des dif- ficultés techniques impor- tantes en France. MoveOn.org : impossible en France ? 4 L’affirmation de l’information en ligne est intervenue dans des délais faibles et elle progresse de façon très forte Source : enquête Ifop décembre 2009 : tableaux pages 6-7-8 et ci-dessous
  5. 5. La première est celle de l’élargissement de l’au- dience par des envois en nombre grâce à des fi- chiers segmentés. La pro- cédure française est très contraignante en la ma- tière et limite considéra- blement les prospections par ce canal donc les franchissements accélérés de seuils d’audiences. La seconde difficulté est celle de la rotation accélé- rée des informations. En dehors de temps forts électoraux ou évènemen- tiels, la matière première est souvent rare pour fai- re vivre Internet avec cet- te culture du «live» qui suppose une succession accélérée d’informations. 5) MoveOn.org est d’a- bord un militantisme de causes avant d’être un outil électoral. Il est très difficile d’identi- fier une cause en France qui ait suscité dernière- ment une forte mobilisa- tion des citoyens. Il faut probablement re- monter à 2005 avec le re- ferendum sur l’Europe pour constater une forte mobilisation des citoyens à l’époque d’ailleurs contre un mot d’ordre lar- gement répandu dans la classe politique avec une position unique des for- mations politiques dites de gouvernement. Les autres débats sem- blent monopolisés par des représentants politiques perçus imperméables aux remarques de l’opinion dans l’attente du prochain rendez-vous électoral qui devient alors le grand dé- fouloir. 6) Le poids des idéolo- gies reste très fort en France. L’opinion française reste très structurée par les idéologies classiques. Au- cune idéologie n’est cer- tes mobilisatrice, voire même majoritaire dans l’opinion. Mais les clivages idéologiques anciens or- ganisent toujours l’opi- nion. Pour preuve, dès qu’un candidat s’émancipe de tels repères, il lui est diffi- cile que son offre devien- ne lisible par l’opinion. A cette lisibilité, il lui faut alors ajouter d’autres qualités. C’est là que l’i- dentification à des causes trouve sa justification. L’enjeu est double : • créer de la différen- ce, • que cette différence soit perçue comme une valeur ajoutée pour les causes qui mobilisent son élec- torat. Cette étape est suscepti- ble d’être franchie de fa- Howard Dean : le véri- table initiateur dès 2003 Le marketing politique amé- ricain passe pour être large- ment en avance sur tous les autres. Aussi, en 2003, lors- qu’un modeste Gouverneur de l’Etat du Vermont a lancé sa campagne via Internet, tous les spécialistes ont été interrogés sur les chances de cet «audacieux». Les réponses ont été quasi unanimes : «there isn’t a single vote to be had on the Internet» (aucune voix n’est à récupérer sur Internet). Quelques semaines avant les premières primaires si- gnificatives, la surprise fut alors considérable de voir émerger le «modeste Gou- verneur»… Howard Dean a incarné pen- dant plusieurs semaines une vraie campagne novatrice insurrectionnelle face aux techniques classiques de dé- signation d’un candidat comme d’élaboration d’un programme. Son problème fut de devenir prisonnier de cette techni- que comme moyen de com- munication et surtout com- me contenu. Il a collecté via Internet ses fonds électoraux. Toujours via Internet, il a monté son réseau à travers les Etats. Enfin, il a préparé ses priori- tés en fonction des retours via Internet. Il avait trop privilégié Internet alors naissant. Mais il avait été le véritable initiateur des «nouvelles campagnes». MoveOn.org : impossible en France ? 5
  6. 6. çon très différente selon qu’il s’agit de tenants du pouvoir ou de préten- dants au pouvoir futur. Cette étape est très déli- cate pour les premiers ancrés dans la réalité et dans le test de compéten- ce qu’elle dégage. Pour les seconds, l’imagi- nation et la création d’es- pérance sont significative- ment plus aisées. En période de crise, cet écart entre les tenants du pouvoir et les prétendants s’accroît considérable- ment. Les tenants du pouvoir exploitent deux armes : • les mesures enga- gées seraient les seules possibles, • les opposants ne « f e r a i e n t p a s mieux». Il y a là deux facteurs ef- ficaces de démobilisation. 7) La place des témoi- gnages reste faible comme si l’engage- ment public était dan- gereux. Le témoignage, c’est l’en- gagement prouvé. Pour qu’un témoignage soit efficace, il faut : • des personnalités connues ou manifes- tement associées à un engagement pré- cis • un apolitisme de dé- part, • l’association à des actions très concrè- tes. L’engagement civique est passé de mode en France à l’exception de quelques causes très consensuel- les. 8) Le terrain de la fail- lite des élites est un préalable important. Or les élites restent enco- re une référence en France. De la vigilance vis-à-vis des gouvernants, l’opinion est parfois passée à la critique systématique considérant que l’écart entre l’élite et l’opinion MoveOn.org : impossible en France ? 6
  7. 7. devenait trop grand. Mais toute la vie publique fran- çaise repose sur des élites en petit nombre qui cumulent les domaines d’interventions tout parti- culièrement en matière d’information. 9) La naissance d’une opinion paradoxale qui est donc paralysée. Ces derniers jours, est in- tervenue une très intéres- sante enquête Harris pour l'Humanité Dimanche sur le thème de la révolte. C'est un exemple de plus sur les actuels blocages de l'opinion française. Cette enquête montre en effet que l'opinion françai- se estime que la révolte est souhaitable (58 %) mais en même temps qu'elle n'est pas possible (50 %). Ce qui est également in- téressant, ce sont les thè- mes légitimes de révolte : - emploi, - coût de la santé, - pouvoir d'achat, -perspectives d'avenir des enfants. Les affaires arrivent en queue de position juste avant les libertés publi- ques. Cette enquête est très instructive sur une opi- nion désormais paradoxa- le en permanence à l'exemple des réponses suivantes : - l'avenir inquiète collecti- vement mais chacun pen- se s'en sortir individuelle- ment, - les appréciations globa- les sur les collectivités lo- cales sont positives mais la vie de quartier se dété- riore, - la révolte est souhaita- ble mais elle est impossi- ble. MoveOn.org : impossible en France ? 7
  8. 8. pas de création, pas de mobilisation. S’indigner est une étape nécessaire mais elle n’est pas suffisante. L’indignation reste un énervement ponctuel, voire même une révolte passagère. Tous ces facteurs expli- quent que la France n’ac- cueille pas encore à ce jour une initiative compa- rable à MoveOn.org. Sur la quasi-totalité des enquêtes actuelles, l'opi- nion française est déchi- rée entre des attirances contraires. D'où une for- me nouvelle de paralysie. Ce qui est également in- téressant, c'est que les motifs de révolte sont peu abordés par les partis de gouvernement et en au- cune manière sur des propositions précises. Si la révolte n'est pas possible c'est que l'opi- nion ne voit plus sur ces thèmes là ce qui pourrait réellement changer ; d'où son défaitisme. Là est la barrière actuelle pour toute mobilisation. L’opinion française est en manque de transfert d’es- poir. Elle traverse une décep- tion généralisée. Dans cette ambiance, la mode est alors aux Robin- son Crusoë. 66 millions de Robinson Crusoë qui vivent un sauve qui peut individuel généralisé. Avec cette culture, même les technologies les plus modernes et interactives ne peuvent pas créer de véritables réseaux collec- tifs. Ces réseaux sont des lieux d’indignations mais Editeur : Newday www.exprimeo.fr MoveOn.org : impossible en France ? 8
  9. 9. Législatives 2012 : une nouvelle génération ? 9 En novembre 2008, le Parti Républicain américain a donné naissance à une toute nouvelle génération politique. Cette di- versité est largement apparue lors de la récente édition de la CPAC la semaine dernière. La vie politique française dis- pose-t-elle d’un tel vivier tou- tes formations politiques confondues ? Et si oui, quels sont les profils à suivre qui pourraient incarner la généra- tion de juin 2012 ? Parution le : 22 février 2011.

×