Cellulite

12 115 vues

Publié le

La cellulite cervico-faciale est une infection polymicrobienne du tissu cellulo-adipeux ayant une tendance extensive.

Publié dans : Santé & Médecine
2 commentaires
9 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Download Full Ebook :
    http://downloadyfiles.com/howtogetridofcellulitenaturally.html
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici



  • <b>[Comment posted from</b> http://www.medespace.znsoft.fr/readarticle.php?article_id=236]
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
12 115
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
471
Actions
Partages
0
Téléchargements
373
Commentaires
2
J’aime
9
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cellulite

  1. 1. http://www.MedeSpace.net Share what you know, learn what you don’t
  2. 2. Introduction <ul><li>La cellulite cervico-faciale est une infection polymicrobienne du tissu cellulo-adipeux ayant une tendance extensive. </li></ul><ul><li>le risque lié à la négligence d’une carie dentaire, </li></ul>
  3. 3. L’anatomie de la dent <ul><li>La dent est composée de trois </li></ul><ul><li>couches distinctes couche externe, l’émail, </li></ul><ul><li>Sous l’émail, </li></ul><ul><li>il y a la dentine. Sous la dentine, </li></ul><ul><li>au centre de la dent, se trouve la </li></ul><ul><li>chambre pulpaire. Cette dernière </li></ul><ul><li>contient des vaisseaux sanguins </li></ul><ul><li>et des nerfs Les racines </li></ul><ul><li>des dents sont placées dans des alvéoles et s’attachent à l’os </li></ul><ul><li>environnant par le ligament </li></ul><ul><li>parodontal. </li></ul>
  4. 4. Les étiologies des cellulites <ul><li>Facteurs déclenchants: </li></ul><ul><li>mortification de la pulpe dentaire </li></ul><ul><li>infection parodontales (infection a rétro) </li></ul><ul><li>Les péricoronarite(accidents d’erruption de la dent de sagesse) </li></ul><ul><li>Facteur favorisants: </li></ul><ul><li>L’age </li></ul><ul><li>La grossesse </li></ul><ul><li>Le diabète </li></ul><ul><li>Sida </li></ul><ul><li>les traitements immunosuppresseurs. </li></ul><ul><li>Antibiothérapie mal adaptée </li></ul><ul><li>Iatrogènes : </li></ul><ul><li>Chirurgie parodontale </li></ul><ul><li>Traitement endodontique mal conduit (obturation canalaire par excès ou par manque) </li></ul><ul><li>Traction orthodontique non contrôlée </li></ul><ul><li>Certains geste d’implantologie </li></ul>
  5. 5. L’évolution de la carie <ul><li>On peut les résumer d'une façon chronologique : </li></ul><ul><li>  </li></ul><ul><li>formation de la plaque dentaire sur l’email. </li></ul><ul><li>- dentinite : attaque de la dentine par les germes. Cette dentinite se traduit cliniquement par le des algies peu intense, spontanées ou provoquées, intermittentes. </li></ul><ul><li>  </li></ul><ul><li>  </li></ul>
  6. 6. <ul><li>pulpite (inflammation de la pulpe ) </li></ul><ul><li>par présence des cannaux accessoires, la carie de la dentine diffuse rapidement à la pulpe, </li></ul><ul><li>Entraînant la pulpite aigue algies très vives, provoquées par le froid, le chaud et la mastication, avec irradiation, qui rebelle aux antalgique. </li></ul><ul><li>  </li></ul><ul><li>- pulpite chronique : Cliniquement, on observe des douleurs modérées intermittentes. </li></ul><ul><li>  </li></ul>
  7. 7. <ul><li>desmodontite : </li></ul><ul><li>l'infection peut gagner l'espace ligamentaire. </li></ul><ul><li>cliniquement </li></ul><ul><li>algies intenses, lancinantes, permanentes, irradiant peu, avec une impression de dent longue radiologiquemen t on note un élargissement de l'espace desmodontal </li></ul><ul><li>  </li></ul><ul><li>Cette desmodontite peut évoluer pour son propre compte vers : </li></ul><ul><li>  </li></ul><ul><li>- un abcès parodontal:   </li></ul><ul><li>gangrène pulpaire : nécrose aseptique y’a plus de signes fonctionnels. La coloration de la couronne dentaire (grise ou brune). Al’ouverture de la cavité une fetide. </li></ul><ul><li>  </li></ul><ul><li>nécrose septique (de la pulpe)  : </li></ul><ul><li>douleur au chaud, calmées par le froid. </li></ul><ul><li>  </li></ul><ul><li>- granulome apical :. On note radiologiquement par une petite image radio-claire hémisphérique à bords nets, appendue à l'apex d'une racine. </li></ul><ul><li>  </li></ul>
  8. 8. Classification des cellulites selon le mode évolutif <ul><li>Cellulite aigue : </li></ul><ul><li>Cellulite séreuse : </li></ul><ul><li>C’est le stade initial, la forme débutante qui commence à être visible . </li></ul><ul><li>Aspect clinique on observe : une tuméfaction du visage arrondie avec des limites imprécises effaçant les méplats et comblant les sillons ; un visage déformé ; une peau tendue et érythémateuse ,luisante. - palpation la tuméfaction a une consistance élastique, chaude et douloureuse ,ne prend pas le godet </li></ul><ul><li>- examen endo-buccal une tuméfaction dure, saillante, comblant le vestibule (en regard de la dent causale) la percussion de la dent causale est très douloureuse </li></ul><ul><li>signes fonctionnels il y a une gêne dans les mouvements (langue, mimique...) la douleur est spontanée, lancinante et pulsatile </li></ul><ul><li>Un debut detrismus </li></ul><ul><li>- signes généraux sont en rapport avec l’intensité de la </li></ul><ul><li>douleur </li></ul>
  9. 9. Cellulite suppurée <ul><li>Signes fonctionnels : </li></ul><ul><li>douleurs lancinante,pulsatile,continue,irradiante,nocturne </li></ul><ul><li>une halitose </li></ul><ul><li>hypersialorhée </li></ul><ul><li>un trismus d’autant plus serré que la dent est posterieur. </li></ul>
  10. 10. <ul><li>Signes généraux : </li></ul><ul><li>pâleur </li></ul><ul><li>dysphagie </li></ul><ul><li>asthénie </li></ul><ul><li>hyperthermie </li></ul><ul><li>signes physiques : </li></ul><ul><li>Tuméfaction bien limités </li></ul><ul><li>Tissus de recouvrement tendue,parfois rouge </li></ul><ul><li>douleur a la palpation et le plus souvent le signe de godet est positif. </li></ul><ul><li>La gencive est soulevée,avec existance ou non d’une poche purulente en regard de la dent causale avec un comblement de vestibule. </li></ul>
  11. 11. <ul><li>- Guérison . Elle est conditionnée par un traitement chirurgical (un drainage suffisant)et médicamenteux adapté. </li></ul><ul><li>- Fistulisation. Si aucun traitement n’est effectué il peut y avoir fistulisation , c’est-à-dire formation d’un canal d’évacuation naturel du pus.. Le patient est soulagé mais il existe de nombreux risques : cellulite chronique avec des signes moins marqués, cellulite diffusée dans une autre loge celluleuse, complications osseuses ,musculaires, articulaires . </li></ul>L’évolution :
  12. 12. Cellulite gangréneuse ou cellulite diffusée: <ul><li>Diffusion de la tuméfaction cervicale. </li></ul><ul><li>Il y a destruction tissulaire par nécrose et écoulement de pus brunâtre et nauséabond. Il y a présence de gaz et de crépitations à la palpation. Aspect clinique - signes physiques locaux ce sont les mêmes que ceux de la cellulite suppurée on retrouve en plus des bruits aériques (crépitations) à la palpation - signes généraux ils sont moins importants que ceux de la cellulite suppurée </li></ul>
  13. 13. Cellulite subaigue et chronique: <ul><li>Collection subaigue sous cutanée </li></ul><ul><li>etiologie : Il y 2 étiologies possibles : - il y a des germes persistants à faible virulence, anaérobies à Gram négatif </li></ul><ul><li>drainage incomplet </li></ul><ul><li>persistance du foyer dentaire causal </li></ul><ul><li>le traitement est insuffisant (effectué suite à la cellulite aiguë suppurée) </li></ul><ul><li>antibiothérapie mal adaptée </li></ul>
  14. 14. Fistule chronique granulome apicale responsable <ul><li>Aspect clinique </li></ul><ul><li>- signes physiques on observe un nodule sous-cutané avec un relief irrégulier (arrondi ou ovalaire) ; il est plus ou moins adhérent et plus ou moins dur </li></ul><ul><li>la palpation est indolore, il y a absence de chaleur - signes généraux et fonctionnels inexistants </li></ul><ul><li>Evolution </li></ul><ul><li>Il peut y avoir extension vers les espaces cellulaires voisins. Il peut y avoir réchauffement lors d’un traumatisme local ou lors du réveil du foyer dentaire ou péri-dentaire causal ( = phase aiguë). Il peut y avoir fistulisation. </li></ul>
  15. 15. Forme spécifique <ul><li>Cellulite actinomycosique : </li></ul><ul><li>on réalise une ponction on obtient un pus contenant des grains jaunes. Lors d’une mise en culture l’espèce la plus typique retrouvée est l’Actinomyces israeli . </li></ul><ul><li>C’est une bactérie saprophyte de la cavité buccale qui est une anaérobie stricte à Gram négatif. </li></ul><ul><li>Aspect clinique </li></ul><ul><li>On observe des tuméfactions sous-cutanées qui ressemblent à des mamelons avec des fistules et du pus. </li></ul><ul><li>La localisation est la plus souvent cervico-faciale (angle mandibulaire). </li></ul><ul><li> </li></ul>
  16. 16. A suivre………….. <ul><li>Le traitement doit être précoce. Le pronostic est généralement bon, mais l’affection peut être fatale en cas de négligence ou de traitement insuffisant par extension rapide vers le médiastin le cerveau. </li></ul>L’utilisation isolée d’anti-inflammatoire semble être un facteur favorisant la prolifération et la virulence des germes.
  17. 17. Bibliographie <ul><li>Les EMC (odontologie stomatologie) </li></ul><ul><li>Traité et simiologie et clinique odonto stomatologie </li></ul><ul><li>Chirurgie maxillo-faciale et stomatologie. </li></ul><ul><li>Site de la sociuété francophone de medecine buccale et chirurgie buccale </li></ul><ul><li>www.med.univ-rennes1.fr </li></ul>

×