Université Hassan II _Mohammedia
Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Mohammedia
Département de Philosophie, So...
Margaret MEAD (1901-1978)
• Anthropologue américaine
• Représentante du courant culturaliste (Voir
diaporama de cours du m...
Apport de MEAD à l’anthropologie du genre
 1ère à déconstruire le déterminisme biologique.
 Démontre que le tempérament ...
Titre de l’ouvrage référence
• Titre original : Sex and Temperament in
Three Primitive Societies, 1935.
• Traduction franç...
Objet de Sex and Temperament
L’objectif de Mead n’est
- ni de vérifier s’il existe ou non « des différences réelles et uni...
Approche des sociétés autres et approche comparative
« Pourquoi étudier ce problème chez des sociétés primitives ? C’est p...
Principales différences observées entre les 3 sociétés primitives
• Types de société et cadre de vie
• Mode de subsistance...
Les trois sociétés étudiées
Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli
« doux
montagnards »
« féroces
cannibales »
« gracieux...
Types de société et cadre de vie
Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli
Société
d’horticulteurs
Société de cannibales,
ch...
Mode de subsistance et principales activités
Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli
Horticulture et
chasse au gibier =
pr...
Organisation du travail et répartition des tâches
Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli
Coopération entre hommes et
femm...
Type d’habitat
Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli
Communautaire Individuel Sexuellement divisé
Vivent dans des hameau...
Organisation sociale
Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli
Filiation patrilinéaire Filiation « de la corde » Filiation p...
Type de mariage
Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli
Mariage exogame.
Fiançailles précoces d’un
adolescent à peine nubi...
Rôles des hommes et des femmes
Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli
Les femmes ont un rôle de
reproduction.
Les hommes ...
Tempérament des deux sexes
Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli
Pas de différence entre le
tempérament des hommes et de...
Formation de l’individu dans les premières années de vie
Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli
L’homme participe aux soi...
Type d’initiation selon le sexe et accès des femmes aux secrets des hommes
Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli
Seuls l...
Rapport à la violence
Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli
Ne connaissent ni la guerre,
ni le viol
Le blessé doit payer...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mead Le concept de construction sociale des sexes

2 194 vues

Publié le

Diaporama de cours mis en ligne à l'attention des étudiants de la Filière de sociologie, 6ème semestre, Mohammedia, par Mme Souad Azizi.

Publié dans : Formation
0 commentaire
4 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 194
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
4
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mead Le concept de construction sociale des sexes

  1. 1. Université Hassan II _Mohammedia Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Mohammedia Département de Philosophie, Sociologie et Psychologie Filière de Sociologie U.E: Thèmes & textes choisis (Genre & Sociétés) Niveau: 6ème semestre Professeur : Mme Souad AZIZI LE CONCEPT DE CONSTRUCTION SOCIALE DES SEXES DE MARGARET MEAD
  2. 2. Margaret MEAD (1901-1978) • Anthropologue américaine • Représentante du courant culturaliste (Voir diaporama de cours du même nom) Filière de Sociologie de Mohammedia/Genre et société/6ème semestre/Professeur: Souad Azizi
  3. 3. Apport de MEAD à l’anthropologie du genre  1ère à déconstruire le déterminisme biologique.  Démontre que le tempérament des hommes et des femmes n’est pas déterminé par le sexe biologique mais construit par la société.  Contribue à la distinction du sexe social du sexe biologique.  Montre que le tempérament et les rôles sociaux attribués aux hommes et aux femmes sont variables d’une société à l’autre et n’ont pas de fondement biologique. Filière de Sociologie de Mohammedia/Genre et société/6ème semestre/Professeur: Souad Azizi
  4. 4. Titre de l’ouvrage référence • Titre original : Sex and Temperament in Three Primitive Societies, 1935. • Traduction française : Mœurs et sexualité en Océanie, 1963. • Remarque : La traduction française gomme totalement l’objet explicite de l’ouvrage. Filière de Sociologie de Mohammedia/Genre et société/6ème semestre/Professeur: Souad Azizi
  5. 5. Objet de Sex and Temperament L’objectif de Mead n’est - ni de vérifier s’il existe ou non « des différences réelles et universelles, qualitatives ou quantitatives » entre les sexes - ni d’établir « un traité sur le droit des femmes », - ni de faire « une enquête sur les fondements du féminisme ». Son intention clairement énoncée et explicitée est « d’exposer dans quelle mesure, chez trois populations primitives, les manifestations sociales du tempérament sont fonction des plus évidentes différences entre les deux sexes ». Ce qu’elle soumet donc à question ce sont les corrélations « naturelles » que l’on établit dans sa propre société (Nord-américaine) entre les attitudes tempéramentales et le sexe biologique des individus. Pourquoi ce détour par trois sociétés exotiques? Filière de Sociologie de Mohammedia/Genre et société/6ème semestre/Professeur: Souad Azizi
  6. 6. Approche des sociétés autres et approche comparative « Pourquoi étudier ce problème chez des sociétés primitives ? C’est parce que là, nous trouvons le drame de la civilisation écrit en petit, un microcosme social semblable en espèce, sinon en dimensions, aux structures sociales complexes de peuples qui, comme le nôtre, sont tributaires d’une tradition écrite, et de l’intégration d’un grand nombre de traditions historiques et contradictoires. Voilà donc ce que j’ai voulu étudier chez les doux montagnards Arapesh, les féroces cannibales Mundugumor, les gracieux chasseurs de tête Tchambuli. Comme toute société humaine, chacune de ces tribus avait donné à la différence entre les sexes une interprétation sociale particulière. En comparant ces interprétations, il est possible de discerner plus clairement la part des constructions de l’esprit par rapport à la réalité des faits biologiques sexuels. » (Mead, 1963 : p. VIII) Filière de Sociologie de Mohammedia/Genre et société/6ème semestre/Professeur: Souad Azizi
  7. 7. Principales différences observées entre les 3 sociétés primitives • Types de société et cadre de vie • Mode de subsistance et principale activités • Organisation du travail et répartition des tâches • Type d’habitat et mode de résidence du couple • Organisation sociale • Type de mariage • Rôle des hommes et des femmes • Tempérament des deux sexes • Formation de l’individu dans les 1ères années de vie • Type d’initiation selon le sexe, accès des femmes aux secrets des hommes Filière de Sociologie de Mohammedia/Genre et société/6ème semestre/Professeur: Souad Azizi
  8. 8. Les trois sociétés étudiées Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli « doux montagnards » « féroces cannibales » « gracieux chasseurs de têtes » Filière de Sociologie de Mohammedia/Genre et société/6ème semestre/Professeur: Souad Azizi
  9. 9. Types de société et cadre de vie Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli Société d’horticulteurs Société de cannibales, chasseurs de têtes Société de cannibales, chasseurs de têtes Territoire dans la plaine et dans la montagne près du bassin du fleuve Sépik Territoire sur les berges du Yuat, affluent du fleuve Sépik Territoire sur les berges d’un lac, 300km de l’embouchure du fleuve Sépik Filière de Sociologie de Mohammedia/Genre et société/6ème semestre/Professeur: Souad Azizi
  10. 10. Mode de subsistance et principales activités Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli Horticulture et chasse au gibier = principales activités nourricières Horticulture & pêche au poisson = principales activités nourricières Activités secondaires : La chasse aux têtes et le commerce Pêche et vannerie : activités principales Activités secondaires : La chasse aux têtes, la peinture, la sculpture et le commerce Filière de Sociologie de Mohammedia/Genre et société/6ème semestre/Professeur: Souad Azizi
  11. 11. Organisation du travail et répartition des tâches Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli Coopération entre hommes et femmes Le travail féminin = principale source de subsistance, source de richesse et de prestige pour les hommes Principale source de subsistance = le travail féminin Horticulture : Les hommes cultivent des jardins en terrasses (très escarpées), difficiles d’accès, difficiles à protéger des porcs domestiques et sauvages. Coopération entre hommes et femmes Coopération entre hommes pour la culture, la chasse et la construction des maisons Activités féminines : Jardinage, culture du tabac et pêche. Activités masculines : Echange des produits du travail des femmes (tabac, noix d’arec et de coco) contre les produits fabriqués par les tribus des marais. La chasse aux têtes et l’organisation de fêtes. Activités masculines irrégulières : culture d’ignames, fabrication du sagou. Activités féminines : pêche quotidienne, récolte de plantes aquatiques sucrées (canne à sucre, tiges de lotus) ; tressage de filets moustiquaires. Activités masculines : Echange de poisson fumé et de filets moustiquaires pour achat de sagou et de taro. Activités artistiques (peinture et sculpture) et organisation de fêtes. Activités masculines irrégulières : culture d’ignames et de taro Filière de Sociologie de Mohammedia/Genre et société/6ème semestre/Professeur: Souad Azizi
  12. 12. Type d’habitat Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli Communautaire Individuel Sexuellement divisé Vivent dans des hameaux dont les hommes sont unis par des relations de parenté. Chaque mari peut posséder jusqu’à trois cases pour sa famille. Case des hommes : Espace de réunion de tous les hommes du village. Espace des initiations et rituels masculins secrets Ni village, Ni case des hommes. Chaque mari a plusieurs cases entourées d’un enclos et cachées au milieu de la brousse. Hostilité et rivalité quotidienne entre hommes, entre femmes et entre membres d’une même famille Les cases des hommes (15) sont alignées le long de la rive du lac. Les cases des femmes se trouvent sur les flancs de la colline dans le prolongement des terrains de culture. Filière de Sociologie de Mohammedia/Genre et société/6ème semestre/Professeur: Souad Azizi
  13. 13. Organisation sociale Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli Filiation patrilinéaire Filiation « de la corde » Filiation patrilinéaire Transmission du nom et des biens en ligne patrilinéaire Pas de notion de propriété : « les hommes appartiennent à la terre » et non l’inverse. Société communautaire, pas d’individualisme prononcé. Société égalitaire, pas d’institution politique. Le rôle des chefs est surtout cérémoniel. Une corde comprend un homme, ses filles, les fils de ses filles, les filles des fils de ses filles ou bien une femme, ses fils, les filles de ses fils, les fils des filles de ses fils. Transmission des biens suivant l’ordre de filiation de la corde. (les filles héritent même des armes de leurs pères et les transmettent à leur fils). Autorité des mères sur les fils et autorité des pères sur les filles. Relations conflictuelles entre co-épouses, entre frères germains et entre demi-frères. Les hommes ayant un ancêtre mâle commun portent le même nom, forment un groupe distinct et possèdent en commun une terre et une case (indivision). Solidarité entre hommes d’une même case fragile (querelles fréquentes). Relations d’évitement entre un père et son fils aîné et le cadet immédiat, ses deux successeurs immédiats. L’oncle paternel = « petit papa », relations affectueuses avec ses neveux. Organisation clanique et duale. La société est divisée en deux « moitiés » exogames ; le « peuple du Soleil » et le peuple de la « Mère » ; chaque clan peut être divisé en deux « moitiés » Chaque homme appartient aussi à plusieurs autres groupes, « il est comme un acteur qui joue de nombreux rôles » (p. 224) Filière de Sociologie de Mohammedia/Genre et société/6ème semestre/Professeur: Souad Azizi
  14. 14. Type de mariage Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli Mariage exogame. Fiançailles précoces d’un adolescent à peine nubile à une petite fille de 5 à 6 ans. Résidence virilocale. La polygamie si elle existe n’est pas une source de prestige ou une démonstration de puissance virile. L’institution du lévirat impose à l’homme de prendre en charge la veuve de son frère et ses enfants Polygamie courante, considérée comme source de richesse et de prestige (6 à 9 femmes). Mariage exogame idéal : échange direct de sœurs. Droit de prééminence du frère sur sa sœur, en contradiction avec le fait qu’elle n’appartient pas à sa corde. Le père peut user de son autorité pour échanger sa fille contre une jeune épouse. Les sœurs = un motif de conflit entre frères, une source de conflit entre père et fils. La présence de rivales de la mère autre source de tensions entre père/fils et entre demi-frères. La rivalité fille/mère est aussi vivace que la rivalité fils/père Mariage endogame entre cousins croisés (la fille de l’un des demi- frères ou cousins de la mère. L’épouse est appelée « aiyai » comme la mère; le même nom est donné à toutes les petites filles du clan maternel. Filière de Sociologie de Mohammedia/Genre et société/6ème semestre/Professeur: Souad Azizi
  15. 15. Rôles des hommes et des femmes Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli Les femmes ont un rôle de reproduction. Les hommes ont un rôle d’entretien. Ils pourvoit à l’alimentation de leur femme, leurs enfants, leurs parents et autres proches consanguins. Fonction « maternelle » du père : rôle important dans les soins apportés aux enfants dans les premières années de vie. Les rôles des hommes et des femmes ne sont pas clairement distingués. Les femmes ont un rôle économique important. Le rôle des hommes est essentiellement cérémoniel et artistique. Filière de Sociologie de Mohammedia/Genre et société/6ème semestre/Professeur: Souad Azizi
  16. 16. Tempérament des deux sexes Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli Pas de différence entre le tempérament des hommes et des femmes. Les deux sont « maternels » selon le point de vue occidental. Idéal domestique chez les deux sexes. Rapports sexuels considérés comme dangereux : mise en contact du chaud (principe masculin) et du froid (principe féminin). Apprentissage dès l’enfance de règles et de tabous pour maitriser toute pulsion sexuelle nuisible à la croissance de leur propre corps au moment de la puberté, à celle de leur enfant pendant la grossesse et pendant ses premiers mois de vie, ou à la croissance des ignames ou à la qualité du gibier. Pas de différence entre le tempérament des hommes et des femmes. Tempérament agressif et violent chez les deux sexes. Les rapports sexuels violents et passionnés sont recherchés par les femmes comme par les hommes. L’abstinence imposée par les tabous relatifs à la croissance au moment de la puberté ou relatifs à la croissance du fœtus sont difficilement supportés par l’homme comme par la femme. En fait, ils sont rarement respectés. Tempéraments sexuellement différenciés et inversés par rapport aux autres sociétés patrilinéaires Les femmes sont flegmatiques et dominatrices et sont d’un tempérament sexuel entreprenant. Tandis que les hommes sont émotionnellement instables. Filière de Sociologie de Mohammedia/Genre et société/6ème semestre/Professeur: Souad Azizi
  17. 17. Formation de l’individu dans les premières années de vie Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli L’homme participe aux soins des enfants. L’homme comme la femme sont maternels, doux et attentionnés envers leurs enfants. On apprend aux enfants à considérer tous les adultes comme des parents affectueux ; pas de différence entre les différents membres de la famille. Les consanguins et les alliés sont également respectés et aimés. L’enfantement n’est désiré ni par l’homme, ni par la femme. La femme n’accepte pas son état qui la prive de satisfaction sexuelle et peut entrainer son mari vers la recherche d’une autre épouse. Beaucoup de discussions entre mari et femme pour savoir si on va ou non garder le premier enfant. Souvent le premier né n’est pas lavé, sauf si c’est une fille. La pratique de l’adoption est préférée à l’enfantement. L’enfant n’est pas désiré et il est traité durement dans les premiers mois de sa vie (174-175) ; la mère n’est pas du tout maternelle (tétée rapide, debout, enfant tout le temps suspendu dans un panier dur et sombre. Le sein n’est donné que pour nourrir, jamais pour consoler, apaiser ou jouer. Le sevrage est précoce et très rude (177). On apprend aux enfants à faire des distinctions entre les différents membres de la famille. Tout enfant doit mettre à mort un prisonnier qui va être mangé par le groupe (189). La mère et les autres femmes traitent les enfants avec indulgence et insouciance. Un homme chambouli est toujours sûr, à tout âge, de trouver du réconfort auprès du groupe des femmes, alors que ses relations avec les hommes sont toujours tendues (225). Les enfants sont sevrés tard, n’importe comment, et ils sont bourrés de friandises par leur maman Filière de Sociologie de Mohammedia/Genre et société/6ème semestre/Professeur: Souad Azizi
  18. 18. Type d’initiation selon le sexe et accès des femmes aux secrets des hommes Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli Seuls les enfants mâles sont initiés ; les femmes et les enfants des deux sexes sont tenus dans une ignorance totale et leur peur des êtres surnaturels est nourrie et maintenue. Les secrets de l’initiation sont connus des femmes qui peuvent se soumettre à l’épreuve si elles le souhaitent. Aucune relation entre l’initiation la fin de la croissance ou le droit de se marier. « Tout est organisée autour de l’idée d’exclusion, et du droit de ceux qui ont été initiés de mépriser et d’exclure ceux qui ne l’ont pas été. » (163) L’initiation ne sert pas non plus à réaffirmer face aux femmes la solidarité des hommes. Les femmes peuvent être initiées si elles le souhaitent mais elles ne sont pas incisées et doivent respecter des tabous alimentaires pendant un an. Les secrets des hommes sont pour les femmes des secrets de polichinelles que les petites filles découvrent avant les petits garçons, bien qu’elles ne soient pas initiées comme ces derniers. Les femmes font semblant d’ignorer tout « pour ne pas vexer les hommes ». Filière de Sociologie de Mohammedia/Genre et société/6ème semestre/Professeur: Souad Azizi
  19. 19. Rapport à la violence Les Arapesh Les Mundugumor Les Chambuli Ne connaissent ni la guerre, ni le viol Le blessé doit payer le prix du sang car « le sang vient de la mère ; il est par conséquent, la propriété du groupe maternel » (p24), voir rôles rituels du frère de la mère. Société violente envers les étrangers (cannibalisme). Mais la violence est aussi structurelle entre ses membres. Société violente avec les étrangers. Querelles fréquentes entre les hommes d’un même clan, mais les femmes sont source de réconfort et d’équilibre émotionnel. Filière de Sociologie de Mohammedia/Genre et société/6ème semestre/Professeur: Souad Azizi

×