SlideShare une entreprise Scribd logo

23- BRUCELLA ,Pasteurella,Francisella.pptx

brucellose

1  sur  52
Télécharger pour lire hors ligne
Brucella
Dr N FERRAD, EPH de Kouba
I - Introduction :
 C’est D. Bruce médecin britannique, qui a isolé à Malte en 1887
la bactérie responsable de la fièvre méditerranéenne dite fièvre
de Malte ou fièvre ondulante.
 La brucellose est une anthropozoonose.
La brucellose est une maladie à déclaration obligatoire reconnue
comme maladie professionnelle pour les individus au contact
de ruminants infectés ainsi que pour le personnel de laboratoire.
II -Caractères :
 Genre Brucella, petits coccobacilles à Gram négatif,
immobiles, asporulés, dépourvus de capsule, aérobies
stricts, catalase, et oxydase positives, (uréase variable),
cultivant mal sur milieux ordinaires, leur croissance est
souvent améliorée par le CO2.
Leur culture est délicate et nécessite des milieux enrichis
ainsi qu'une atmosphère contenant 10% de CO2
 Bactéries à multiplication intra- cellulaire facultative, elles
peuvent infecter les animaux ou l’homme en provoquant
une maladie, la brucellose, d’abord aiguë, puis chronique
III-Classification :
Le genre Brucella comprend 6éspèces sur la base des
caractères de culture, métaboliques et antigéniques. Quatre
sont pathogènes pour l'homme (il s'agit de Brucella
melitensis, abortus, suis et canis) et sont aujourd'hui
considérées comme n'étant que des sérovars d'une seule et
même espèce.
-Brucella melitensis : trouvée chez la chèvre et le mouton.
-Brucella abortus : agent de l’avortement des bovins
-Brucella suis : trouvée chez le porc et le lièvre
Trois autres espèces, beaucoup plus rares, sont : B. ovis,
B.canis et B.neotomae.
IV-EPIDEMIOLOGIE :
La Brucellose est particulièrement fréquente sur le pourtour
du bassin méditerranéen. Brucella est rencontrée
fréquemment au niveau du tractus génito-urinaire de
nombreux animaux, sauvages et domestiques (caribous,
cerfs, coyotes, élans, moutons, chèvre, vache, cochon,
chien, etc ...). L'infection se transmet à l'homme par
contact direct au niveau d'une lésion cutanée ou bien d'une
muqueuse, par ingestion de produits contaminés et enfin
par inhalation de poussières (aérosolisation).
Espèce Brucella Avortement Orchi-
épididymite
Arthrite,
bursite
Bovins B. abortus +++ + +
Ovins-
Caprins
B. melitensis +++ + +
Porcins B. suis +++ + ++
Ovins B. ovis ± +++ -
Chien B. canis +++ + ++
Cheval B. abortus ± ± +++
Lièvre B. suis - + -
HOMME B. melitensis - + +++
A- Le réservoir de germe
Hôtes préférentiels et symptomatologie associée aux différentes Brucella

Recommandé

Sérodiagnostic de wright
Sérodiagnostic de wrightSérodiagnostic de wright
Sérodiagnostic de wrightS/Abdessemed
 
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...Dr Taoufik Djerboua
 
Liste des 200 qcm hygiene hospitaliere
Liste des  200 qcm hygiene hospitaliereListe des  200 qcm hygiene hospitaliere
Liste des 200 qcm hygiene hospitaliereAminaDaoudi4
 
La cellule de malassez
La cellule de malassezLa cellule de malassez
La cellule de malassezS/Abdessemed
 
Hygiène et sécurité au Laboratoire
Hygiène et sécurité au LaboratoireHygiène et sécurité au Laboratoire
Hygiène et sécurité au LaboratoireS/Abdessemed
 
Maladies bacteriennes transmises par les aliments
Maladies bacteriennes transmises par les alimentsMaladies bacteriennes transmises par les aliments
Maladies bacteriennes transmises par les alimentssallmama
 
Les milieux de culture en Bactériologie
 Les milieux de culture en Bactériologie Les milieux de culture en Bactériologie
Les milieux de culture en BactériologieS/Abdessemed
 

Contenu connexe

Tendances

Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumanniiPseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumanniiDr Taoufik Djerboua
 
Microsoft office power point presentation جديد ‫‬
Microsoft office power point presentation جديد ‫‬Microsoft office power point presentation جديد ‫‬
Microsoft office power point presentation جديد ‫‬Miraj Microbio
 
La famille des Enterobacteriaceae
La famille des EnterobacteriaceaeLa famille des Enterobacteriaceae
La famille des EnterobacteriaceaeDr Taoufik Djerboua
 
Les maladies transmissibles ip
Les maladies transmissibles ipLes maladies transmissibles ip
Les maladies transmissibles ipRabiaa El Khantach
 
Identification des bactéries "Galerie biohimique "API"
Identification  des bactéries "Galerie biohimique "API"Identification  des bactéries "Galerie biohimique "API"
Identification des bactéries "Galerie biohimique "API"S/Abdessemed
 
Les streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
Les streptocoques / Streptococcus / EnterococcusLes streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
Les streptocoques / Streptococcus / EnterococcusDr Taoufik Djerboua
 
Les anticoagulants
Les anticoagulantsLes anticoagulants
Les anticoagulantsS/Abdessemed
 
La reproduction des champignons
La reproduction des champignonsLa reproduction des champignons
La reproduction des champignonsmicro bio
 
La partique au laboratoire de microbiologie
La partique au laboratoire de microbiologieLa partique au laboratoire de microbiologie
La partique au laboratoire de microbiologieDr Taoufik Djerboua
 
Les maladies transmissibles liées a l'eau.pptx [enregistrement automatique] d...
Les maladies transmissibles liées a l'eau.pptx [enregistrement automatique] d...Les maladies transmissibles liées a l'eau.pptx [enregistrement automatique] d...
Les maladies transmissibles liées a l'eau.pptx [enregistrement automatique] d...maamrifateh
 
Plal (leishmaniose)
Plal (leishmaniose)Plal (leishmaniose)
Plal (leishmaniose)Mehdi Razzok
 
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalentsExam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalentsMehdi Razzok
 

Tendances (20)

Bilharziose
BilharzioseBilharziose
Bilharziose
 
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumanniiPseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
 
Microsoft office power point presentation جديد ‫‬
Microsoft office power point presentation جديد ‫‬Microsoft office power point presentation جديد ‫‬
Microsoft office power point presentation جديد ‫‬
 
La famille des Enterobacteriaceae
La famille des EnterobacteriaceaeLa famille des Enterobacteriaceae
La famille des Enterobacteriaceae
 
La Bactériologie
La BactériologieLa Bactériologie
La Bactériologie
 
Les maladies transmissibles ip
Les maladies transmissibles ipLes maladies transmissibles ip
Les maladies transmissibles ip
 
VDRL - TPHA
VDRL - TPHAVDRL - TPHA
VDRL - TPHA
 
Identification des bactéries "Galerie biohimique "API"
Identification  des bactéries "Galerie biohimique "API"Identification  des bactéries "Galerie biohimique "API"
Identification des bactéries "Galerie biohimique "API"
 
Les streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
Les streptocoques / Streptococcus / EnterococcusLes streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
Les streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
 
Filariose
FilarioseFilariose
Filariose
 
Les anticoagulants
Les anticoagulantsLes anticoagulants
Les anticoagulants
 
La reproduction des champignons
La reproduction des champignonsLa reproduction des champignons
La reproduction des champignons
 
L'incubateur
L'incubateurL'incubateur
L'incubateur
 
Topo3
Topo3Topo3
Topo3
 
Les antibiotiques (2)
Les antibiotiques (2)Les antibiotiques (2)
Les antibiotiques (2)
 
La partique au laboratoire de microbiologie
La partique au laboratoire de microbiologieLa partique au laboratoire de microbiologie
La partique au laboratoire de microbiologie
 
Les maladies transmissibles liées a l'eau.pptx [enregistrement automatique] d...
Les maladies transmissibles liées a l'eau.pptx [enregistrement automatique] d...Les maladies transmissibles liées a l'eau.pptx [enregistrement automatique] d...
Les maladies transmissibles liées a l'eau.pptx [enregistrement automatique] d...
 
Plal (leishmaniose)
Plal (leishmaniose)Plal (leishmaniose)
Plal (leishmaniose)
 
Physiologie bactérienne
Physiologie bactériennePhysiologie bactérienne
Physiologie bactérienne
 
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalentsExam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
 

Similaire à 23- BRUCELLA ,Pasteurella,Francisella.pptx

Brucellose
BrucelloseBrucellose
Brucelloseadel41
 
Fiche brucella
Fiche brucellaFiche brucella
Fiche brucellagoogle
 
Les Anthropozoonoses Vr 12 05 09
Les Anthropozoonoses Vr 12 05 09Les Anthropozoonoses Vr 12 05 09
Les Anthropozoonoses Vr 12 05 09raymondteyrouz
 
Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)Mehdi Razzok
 
Plabbilharziose 160319201040
Plabbilharziose 160319201040Plabbilharziose 160319201040
Plabbilharziose 160319201040Jalal Chafiq
 
Fiche tuberculose
Fiche tuberculoseFiche tuberculose
Fiche tuberculoseusbeck
 
Identification des Arthropodes vecteurs et caractérisation des pathogènes tra...
Identification des Arthropodes vecteurs et caractérisation des pathogènes tra...Identification des Arthropodes vecteurs et caractérisation des pathogènes tra...
Identification des Arthropodes vecteurs et caractérisation des pathogènes tra...Pasteur_Tunis
 
Leishmaniose
LeishmanioseLeishmaniose
LeishmanioseJagd0748
 
Eclairage sur la variole du singe : mode de transmission, symptômes et prise ...
Eclairage sur la variole du singe : mode de transmission, symptômes et prise ...Eclairage sur la variole du singe : mode de transmission, symptômes et prise ...
Eclairage sur la variole du singe : mode de transmission, symptômes et prise ...Khadija Moussayer
 
Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Dr. Kerfah Soumia
 
residennt_hepatite__virus_A_et_E.pptx
residennt_hepatite__virus_A_et_E.pptxresidennt_hepatite__virus_A_et_E.pptx
residennt_hepatite__virus_A_et_E.pptxImeneFl
 
Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Dr. Kerfah Soumia
 
La peste / The plague
La peste / The plague La peste / The plague
La peste / The plague JuliaButorina
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]benkourdel mohamed
 
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...Dr Taoufik Djerboua
 
Cestodes à l'état larvaire.pptx
Cestodes à l'état larvaire.pptxCestodes à l'état larvaire.pptx
Cestodes à l'état larvaire.pptxMohamedHatraf1
 

Similaire à 23- BRUCELLA ,Pasteurella,Francisella.pptx (20)

Brucellose
BrucelloseBrucellose
Brucellose
 
Fiche brucella
Fiche brucellaFiche brucella
Fiche brucella
 
Brucella
BrucellaBrucella
Brucella
 
Les Anthropozoonoses Vr 12 05 09
Les Anthropozoonoses Vr 12 05 09Les Anthropozoonoses Vr 12 05 09
Les Anthropozoonoses Vr 12 05 09
 
Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)
 
Plabbilharziose 160319201040
Plabbilharziose 160319201040Plabbilharziose 160319201040
Plabbilharziose 160319201040
 
Fiche tuberculose
Fiche tuberculoseFiche tuberculose
Fiche tuberculose
 
Mieloidose, zoonose tropicale négligée
Mieloidose, zoonose tropicale négligéeMieloidose, zoonose tropicale négligée
Mieloidose, zoonose tropicale négligée
 
Présentation1.pptx
Présentation1.pptxPrésentation1.pptx
Présentation1.pptx
 
Corynébactéries
CorynébactériesCorynébactéries
Corynébactéries
 
Identification des Arthropodes vecteurs et caractérisation des pathogènes tra...
Identification des Arthropodes vecteurs et caractérisation des pathogènes tra...Identification des Arthropodes vecteurs et caractérisation des pathogènes tra...
Identification des Arthropodes vecteurs et caractérisation des pathogènes tra...
 
Leishmaniose
LeishmanioseLeishmaniose
Leishmaniose
 
Eclairage sur la variole du singe : mode de transmission, symptômes et prise ...
Eclairage sur la variole du singe : mode de transmission, symptômes et prise ...Eclairage sur la variole du singe : mode de transmission, symptômes et prise ...
Eclairage sur la variole du singe : mode de transmission, symptômes et prise ...
 
Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune
 
residennt_hepatite__virus_A_et_E.pptx
residennt_hepatite__virus_A_et_E.pptxresidennt_hepatite__virus_A_et_E.pptx
residennt_hepatite__virus_A_et_E.pptx
 
Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires
 
La peste / The plague
La peste / The plague La peste / The plague
La peste / The plague
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
 
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
 
Cestodes à l'état larvaire.pptx
Cestodes à l'état larvaire.pptxCestodes à l'état larvaire.pptx
Cestodes à l'état larvaire.pptx
 

Dernier

2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx
2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx
2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptxSidoShinn
 
3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx
3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx
3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptxSidoShinn
 
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptxSidoShinn
 
La coloration au bleu de prusse (coloration de perls).pptx
La coloration au bleu de prusse  (coloration de perls).pptxLa coloration au bleu de prusse  (coloration de perls).pptx
La coloration au bleu de prusse (coloration de perls).pptxS/Abdessemed
 
Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdf
Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdfLes atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdf
Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdfStellaDiMare3
 
L’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIRE
L’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIREL’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIRE
L’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIREsoshepatites
 

Dernier (6)

2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx
2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx
2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx
 
3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx
3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx
3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx
 
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
 
La coloration au bleu de prusse (coloration de perls).pptx
La coloration au bleu de prusse  (coloration de perls).pptxLa coloration au bleu de prusse  (coloration de perls).pptx
La coloration au bleu de prusse (coloration de perls).pptx
 
Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdf
Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdfLes atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdf
Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdf
 
L’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIRE
L’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIREL’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIRE
L’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIRE
 

23- BRUCELLA ,Pasteurella,Francisella.pptx

  • 1. Brucella Dr N FERRAD, EPH de Kouba
  • 2. I - Introduction :  C’est D. Bruce médecin britannique, qui a isolé à Malte en 1887 la bactérie responsable de la fièvre méditerranéenne dite fièvre de Malte ou fièvre ondulante.  La brucellose est une anthropozoonose. La brucellose est une maladie à déclaration obligatoire reconnue comme maladie professionnelle pour les individus au contact de ruminants infectés ainsi que pour le personnel de laboratoire.
  • 3. II -Caractères :  Genre Brucella, petits coccobacilles à Gram négatif, immobiles, asporulés, dépourvus de capsule, aérobies stricts, catalase, et oxydase positives, (uréase variable), cultivant mal sur milieux ordinaires, leur croissance est souvent améliorée par le CO2. Leur culture est délicate et nécessite des milieux enrichis ainsi qu'une atmosphère contenant 10% de CO2  Bactéries à multiplication intra- cellulaire facultative, elles peuvent infecter les animaux ou l’homme en provoquant une maladie, la brucellose, d’abord aiguë, puis chronique
  • 4. III-Classification : Le genre Brucella comprend 6éspèces sur la base des caractères de culture, métaboliques et antigéniques. Quatre sont pathogènes pour l'homme (il s'agit de Brucella melitensis, abortus, suis et canis) et sont aujourd'hui considérées comme n'étant que des sérovars d'une seule et même espèce. -Brucella melitensis : trouvée chez la chèvre et le mouton. -Brucella abortus : agent de l’avortement des bovins -Brucella suis : trouvée chez le porc et le lièvre Trois autres espèces, beaucoup plus rares, sont : B. ovis, B.canis et B.neotomae.
  • 5. IV-EPIDEMIOLOGIE : La Brucellose est particulièrement fréquente sur le pourtour du bassin méditerranéen. Brucella est rencontrée fréquemment au niveau du tractus génito-urinaire de nombreux animaux, sauvages et domestiques (caribous, cerfs, coyotes, élans, moutons, chèvre, vache, cochon, chien, etc ...). L'infection se transmet à l'homme par contact direct au niveau d'une lésion cutanée ou bien d'une muqueuse, par ingestion de produits contaminés et enfin par inhalation de poussières (aérosolisation).
  • 6. Espèce Brucella Avortement Orchi- épididymite Arthrite, bursite Bovins B. abortus +++ + + Ovins- Caprins B. melitensis +++ + + Porcins B. suis +++ + ++ Ovins B. ovis ± +++ - Chien B. canis +++ + ++ Cheval B. abortus ± ± +++ Lièvre B. suis - + - HOMME B. melitensis - + +++ A- Le réservoir de germe Hôtes préférentiels et symptomatologie associée aux différentes Brucella
  • 7. Il est constitué par les animaux d’élevage : classiquement caprins et ovins pour B. melitensis, bovins pour B abortus et porcins pour B .suis. En fait, ce ne sont que des hôtes de prédilection car la spécificité d’espèce n’est pas rigoureuse. La maladie animale est souvent inapparente et se présente la plupart du temps comme une maladie de la reproduction (avortement spontané) qui pose un problème économique important. Chez la femelle gravide, elle se manifeste par des avortements. Les sécrétions vaginales des animaux malades disséminent la bactérie dans leur environnement (litières, fumier), l’atteinte de la glande mammaire entraine l’excrétion de Brucella dans le lait. Un meilleur contrôle de la brucellose animale entraîne une diminution du nombre de cas chez l’homme.
  • 8. B -La contamination humaine : Elle est directe dans la majorité des cas (70%) : L’homme se contamine principalement par contact direct avec le bétail, en général par voie cutanéo-muqueuse (peau saine ou lésée, conjonctive, tractus respiratoire). Les brucella pénètrent dans l’organisme à la faveur d’une excoriation cutanée même minime. Elles peuvent même traverser la peau saine. Une contamination conjonctivale est possible. La brucellose est une maladie professionnelle qui atteint surtout les ruraux (vétérinaires, bergers, marchands de bestiaux, etc ….). La fréquence des contaminations des personnels de laboratoires est à souligner mais est devenue rare. La contamination indirecte, digestive est plus rare : Elle est l’origine de la maladie chez des vacanciers ou des citadins. Elle se fait par ingestion de lait cru (de chèvre ou de brebis) ou par consommation de fromage frais de fabrication artisanale ou bien de crème non pasteurisée. Le contact avec des animaux ou du fumier est suspecté dans des cas n’appartenant pas à une profession à risque. Le rôle de produits potagers familiaux peut être évoqué. A noter la contamination de patients avec des cosmétiques à base de suspensions cellulaires d’origine bovine (cure de rajeunissement).
  • 9. V-PHYSIOPATHOLOGIE : La brucellose est une septicémie d’origine lymphatique La période d’invasion est en général muette, elle dure environ 2 semaines. Les germes introduits dans la peau ou par voie digestive migrent par voie lymphatique jusqu’au ganglion le plus proche, provoquant une adénopathie satellite. À partir du ganglion où les bactéries se sont multipliées (foyer primaire), il y a dissémination du germe par voie sanguine (phase septicémique) et localisation ultérieure dans le système réticuloendothélial (ganglions, rate, foie, moelle osseuse), constituant des foyers infectieux intracellulaires associés à une importante réaction inflammatoire lymphocytaire. En effet les Brucella échappent aux défenses de l’organisme, en se développant à l’intérieur des cellules de l’organisme infecté, et persistent des années dans l’organisme, ce qui entraîne une réaction immune de type hypersensibilité retardée.
  • 10. La répétition des décharges bactériennes se traduit par une fièvre ondulante. Des localisations ostéo –articulaires, glandulaire, hépato- spléniques ou neuroméningées peuvent survenir et continuer à évoluer pendant la phase subaiguë.
  • 11. VI-Pouvoir pathogène : L’expression clinique majeure est la fièvre, constituée classiquement d’ondes fébriles durant 10 à 15 jours séparées par des périodes de quasi-apyrexie de 5 à10 j cet état fébrile est accompagné d’une asthénie, de maux de tête, d’une sudation nocturne abondante, de frissons, et de douleurs musculaires et articulaire mobiles et fugaces. C’est la fièvre ondulante sudoro-algique. Cependant, les formes de brucellose aiguë asymptomatiques sont majoritaires estimées à prés de 90% Les formes localisées (ostéoarticulaires, neuro- méningées, etc.) peuvent apparaître au décours des formes septicémiques ou être d’emblée isolées.
  • 12. Les formes mineures inapparentes, caractérisées par l’absence de localisation, aboutissant à la brucellose chronique invalidante sont fréquentes. En milieu rural il faut considérer comme brucellose possible tout syndrome fébrile inexpliqué. . Ce tableau peut être confondu avec d'autres maladies d'origine infectieuse ou non, et souvent le diagnostic est long à établir. De plus, assez fréquemment, l'infection passe inaperçue.
  • 13. En fait, on peut distinguer trois types d'affections : - la brucellose aigüe septicémique (maladie fébrile durant 2 à 4 mois en l'absence de traitement) - la brucellose localisée (subaigüe) qui correspond à la formation de foyers secondaires (principalement articulaire, génitaux, viscéraux, méningés...) suite à la phase septicémique - la brucellose chronique. C'est la "patraquerie brucellienne" donnant lieu à des céphalées, des malaises, une asthénie d'allure psychosomatique. Les hémocultures et le sérodiagnostic sont négatifs mais l'intradermo-réaction à la mélitine est positive et témoigne de l'étiologie brucellienne des troubles.
  • 14. VII-Le diagnostic biologique : Il est indispensable face à la faible spécificité de la clinique. Sur le plan hématologique, la numération montre une absence de leucocytose, voire une neutropénie et parfois une thrombopénie. La protéine C réactive (CRP) est augmentée et une élévation modérée des transaminases peut être notée. Pour le diagnostic biologique spécifique, le choix de la technique à privilégier, directe ou indirecte, est fonction de la phase de la maladie. VIII-DIAQNOSTIC BACTERIOLOGIQUE : L’isolement des Brucella en culture est la technique de référence pour établir un diagnostic certain de brucellose. Toute suspicion doit être signalée au laboratoire réalisant la mise en culture des prélèvements, en raison du risque élevé de contamination du personnel technique. Les cultures doivent être réalisées en laboratoire de sécurité biologique de niveau 3 (P3).
  • 15. A. L’HEMOCULTURE : Au cours de la brucellose, elle est : -Constamment positive pendant la phase aiguë -Fréquemment positive pendant la phase subaiguë focalisée. - Exceptionnellement positive pendant la phase chronique. La bactérie est le plus souvent isolée à partir du sang par hémoculture. Il est indispensable que le clinicien précise l’orientation clinique, afin que les flacons insérés dans des systèmes automatisés puissent être incubés plus longtemps, et que les flacons soient conservés classiquement 6 semaines à 37°C car les colonies de Brucella sont parfois très lentes à se développer en primo- cultures.
  • 16. B-Autres produits pathologiques : La recherche de Brucella peut aussi se faire à partir de ganglions lymphatiques , moelle osseuse, liquide de ponction articulaire, liquide céphalo-rachidien, pus divers. Les liquides sont ensemencés comme le sang, en flacon….. Les tissus sont broyés dans un mortier avec du sable stérile en prenant des précautions et ensemencés sur des milieux solides adéquats, additionnés de 5% de sang de mouton ( Brucella agar, gélose trypticase soja…..) Incubés à 37°C en atmosphère de 10% de CO2. La culture est possible sur gélose au sang frais de mouton et gélose chocolat.
  • 17. C-Caractérisation du genre Brucella 1-La lenteur de croissance à l’isolement est caractéristique. Il faut toujours plus de 48h et même parfois plusieurs semaines pour obtenir de colonies à partir d’un produit pathologique. Les colonies sont petites lisses translucides, non hémolytiques, à bords réguliers, et sont faites de petits coccobacilles à Gram négatif.
  • 18. 2-Les caractères suivants sont positifs Aérobiose stricte. Catalase Oxydase Nitrate réductase. Uréase (immédiate pour B. suis, négative pour B . ovis) avec une suspension dense en milieu à l’urée de christensen 3-Les autres caractères métaboliques sont négatifs. Elles n'utilisent pas le citrate et ne produisent pas d'indole ni acétyl-méthyl-carbinol (réaction de Voges-Proskauer négative). L'utilisation des sucres est lente et n'est pas décelée sur les milieux usuels car l'acidification est masquée par la production d'ammoniaque. A noter que la manipulation des souches doit se faire au laboratoire dans les plus grandes conditions de sécurité.
  • 19. D-Caractérisation de l’espèce Exigence en CO2 : La plupart des souches de B abortus exigent une atmosphère de 10% de C02 pour leur croissance. B. melitensis et B. suis ne le sont jamais. C’est un bon critère d’orientation . Production d’H2S : B.melitensis n’en produit pas, alors que les souches de B. abortus et B.suis en produisent en 24h……………. Action bactériostatique des colorants : La fuchsine basique et la thionine à certaines concentrations ont une action bactériostatique. La thionine inhibe B.abortus et la fuchsine inhibe B .suis
  • 20. E-Structure Antigénique : Les Brucella possèdent des antigènes de structure lipopolycaccharidique appelés A et M inégalement répartis selon les espèces. Antigènes de surface des Brucella : -Bactéries en phase S (smooth) : Toutes les espèces suivantes possèdent deux antigènes de surface A et M qui sont agglutinogènes : B.melitensis, B.abortus, B.suis , et B. Neotomae. La quantité de ces antigènes diffère selon les espèces. M et prédominant chez B.melitensis, A est prédominant chez B.abortus et les deux existe en proportion intermédiaire et égale chez suis. L’agglutination se fait par des sérums monospécifiques, antiAbortus(A), anti-Melitensis(M). Les anticorps anti Brucella coagglutinent (ce sont des réactions croisées) avec Yersinia enterocolitica O:9, Francisella tularensis, Vibrio cholerae et plus rarement Escherichia coli O:157 et certaines Salmonella.
  • 21. -Bactéries en phase R(rough) Les spécificités A et M sont remplacés par un antigène R commun à toutes les brucella, y compris B.ovis et B. canis qui n’ont ni A ni M . F-Sensibilité aux bactériophages Elle est utilisée pour l'identification au niveau de l'espèce. Le phage Tbilissi (Tb) est actif sur B.abortus, phage Weybridge (Wb) est actif sur B.melitensis G-Sensibilite aux antibiotiques -La réalisation de l'antibiogramme est discutée. En effet, la méthode reste non standardisée. - Les souches sont toujours sensibles à la Tetracycline et la Rifampicine. - Les fluoroquinolones et les aminosides sont également actifs.
  • 22. H- Diagnostic moléculaire : La PCR est une technique sensible et spécifique réalisée à partir du sang ou du sérum à la phase aiguë bactériémique et à partir de biopsies tissulaires ou de suppurations au cours des formes focalisées de brucellose. Les principales cibles utilisées sont le gène bcsp31, codant pour une protéine de 31 kDa, et la séquence d’insertion IS711, dont plusieurs copies sont présentes dans le génome. La plupart des techniques sont spécifiques de genre et ne permettent pas de déterminer l’espèce en cause. Leur intérêt réside principalement dans le diagnostic aigu en cas d’antibiothérapie empirique négativant la culture et en cas de formes focalisées de brucellose, la sensibilité de la PCR se révélant supérieure à celle de la culture.
  • 23. I-Diagnostic indirect : Les réactions sérologiques utilisées dans le diagnostic de la brucellose sont nombreuses, mais il existe une parenté antigénique avec d’autres germes (Francisella tularensis, Yersinia enterocolitica O : 9, Vibrio cholerae) à l’origine de fausses réactions positives. Les IgM apparaissent les premières et sont décelées à partir du 10è jour après le début clinique de la maladie. Les IgG sont décelables ensuite, et les titres des deux classes (IgM et IgG) s’élèvent ensemble pendant la phase aiguë de la maladie. Le taux d’IgG devient alors prépondérant, surtout dans les phases tardives de l’infection aiguë. Dans la phase chronique, les IgM disparaissent tandis que les IgG persistent. Il est important toutefois de préciser qu’on ne peut pas différencier par la nature des anticorps la phase d’évolution de la maladie, car la cinétique des différentes classes d’anticorps n’est pas absolue et varie d’un individu à l’autre.
  • 24. — Séroagglutination de Wright (SAW) C’est la méthode de référence de l’OMS. C’est une technique d’agglutination lente en tube ou en microplaque, détectant et titrant les anticorps anti- Brucella spp On utilise comme antigène, des suspensions de brucella abortus tuées par la chaleur et le phénol, que l’on met en contact avec des dilutions croissantes du sérum du malade et en présence d’un témoin positif étalon à 37°C. La lecture se fait après 24h d’incubation à 37°C, le titre est fonction de la dilution agglutinante limite Le titre correspond à la dernière dilution où une agglutination est observée Cette réaction met en évidence les IgM et IgG. Elle est la plus précocement positive au cours de la maladie environ 10à15j après le début et se négative rapidement, car elle détecte essentiellement les IgM. Le titre des anticorps décroît en 4 à 8 mois.
  • 25. Le test est parfois négatif dans la brucellose subaiguë, et presque toujours dans les brucelloses chroniques et chez les anciens brucellisés. De ce fait, il n’est utilisable ni pour les enquêtes épidémiologiques, ni pour les diagnostics de brucellose chronique. Un titre supérieur ou égal à 1/80 (soit 120 UI/ml) est significatif. Cependant, des titres faibles (1/20 à 1/40) peuvent correspondre à un début de brucellose ou à une trace sérologique, et justifient un second prélèvement à 15 jours ou 3 semaines de distance. L’interprétation du SAW doit tenir compte du risque de faux positifs et de faux négatifs. Les faux négatifs sont observés en présence d’anticorps bloquants ou par excès d’anticorps responsables d’un phénomène de zone.
  • 26. Devant un sérodiagnostic négatif, la recherche d’anticorps bloquants doit être réalisée en systématique. Ces derniers apparaissent dans le sérum de quelques malades, surtout à la phase de brucellose chronique. Ce sont IgA ou des IgG qui bloquent les sites antigéniques à la surface des bactéries utilisées pour le test et responsables d’une absence d’agglutination. Le sérodiagnostic de Wright apparait comme négatif chez ces malades.
  • 27. Leur mise en évidence repose sur l’adjonction d’un sérum positif dans les tubes négatifs. L’absence d’agglutination, après incubation, traduit la présence d’anticorps bloquants dans le sérum testé. Afin d’éviter les faux négatifs liés à un phénomène de zone, une séroagglutination avec toutes les dilutions de sérums sera réalisée d’emblée. Des réactions croisées dues aux parentés antigéniques entre Brucella et Francisella tularensis, Yersinia enterocolitica sérotype O : 9 et Vibrio cholerae sont à l’origine de faux positifs. Cela explique la nécessité de pratiquer une Sérologie Yersinia devant tout sérodiagnostic de Wright positif.
  • 28. — Réaction à l’antigène au rose Bengale, ou l’épreuve à l’antigène tamponné. C’est une réaction d’agglutination rapide sur lame, sensible et spécifique. Elle est réalisée au moyen d’une suspension bactérienne colorée au rose Bengale en milieu acide tamponné. Elle permet le dépistage de pratiquement tous les cas de brucellose. Bien qu’elle ne mette en évidence que les IgG, elle ne se positive guère plus tardivement que le sérodiagnostic de Wright. Elle est donc très utile dans la phase aiguë. De plus, elle reste positive très longtemps et demeure ainsi souvent utilisable dans la phase chronique. Ce n’est pas une réaction quantitative et, en cas de positivité, les sérums doivent être titrés par SAW. Cette réaction, de par sa simplicité, sa rapidité, sa sensibilité et sa spécificité, est devenue la technique de base du sérodiagnostic de brucellose, utilisée aussi bien pour le diagnostic et la surveillance de la brucellose-maladie que pour le dépistage et les enquêtes épidémiologiques
  • 29. -Réaction de fixation du complément : Elle détecte des immunoglobulines de type IgG. Elle se positive plus tardivement que la séroagglutination de Wright mais persiste plus longtemps et est donc utile dans le diagnostic des localisations viscérales focalisées. Le titre est maximal au 3è mois et se négative 12 mois après la guérison clinique. — Réaction d’immunofluorescence indirecte Elle se positive un peu plus tardivement que la séroagglutination deWright C’est une réaction très sensible et plus spécifique que les techniques d’agglutination. Elle permet la détection et le titrage des IgG et des IgM. On complète le suivi sérologique des cas de Brucellose sous traitement par cette technique.
  • 30. Elle est très utile dans les brucelloses chroniques, car elle décèle encore la présence d’anticorps alors que les autres réactions sont devenues négatives. En effet les anticorps ainsi mis en évidence apparaissent à peine quelques jours plus tard que les agglutinines, mais persistent plus longtemps au-delà de 18 mois. La relative complexité de la réaction lui font préférer pour les enquêtes épidémiologiques l’épreuve à l’antigène tamponné, beaucoup plus simple. Elle est utile pour confirmer le cas où Wright et Rose Bengale sont dissociés Stade de la maladie Hémoculture AIGU +++ SUBAIGU + CHRONIQUE -
  • 32. -Intradermoréaction à la mélitine Elle met en évidence l’hypersensibilité retardée d’un individu à l’antigène brucellien. La lecture s’effectue 24 à 48 heures après l’injection intradermique. Au cours de la maladie, elle se positive environ 4 semaines après le début des signes cliniques et demeure positive de nombreuses années. Son intérêt se situe essentiellement dans le diagnostic de la brucellose chronique, mais il sera souvent difficile de distinguer une vraie brucellose chronique d’une brucellose guérie. Ce test n’est cependant plus réalisable en raison de l’arrêt de la fabrication de l’antigène spécifique.
  • 33. IX -EVOLUTION : Les formes de brucellose aiguë asymptomatiques sont majoritaires,estimées à près de 90 %. L’endocardite brucellienne est une complication rare mais gravissime survenant sur un terrain débilité (alcoolisme, diabète, cardiopathie) . Des formes focalisées peuvent succéder à une brucellose aiguë ou survenir plusieurs mois, voire plusieurs années après une brucellose aiguë ignorée ou mal traitée. Les localisations ostéoarticulaires, principalement à type de spondylodiscite, sont les plus fréquentes (75 %), mais il existe également des localisations viscérales (hépatique, génitale et urinaire).
  • 34. Les neurobrucelloses sont des manifestations secondaires rares, conséquences d’une infestation méningée à la phase aiguë. En l’absence de traitement antibiotique, la guérison sous l’influence des mécanismes immunitaires n’est souvent qu’apparente, car les bactéries vont persister dans les cellules réticulaires de l’organisme, créant ainsi un équilibre fragile souvent à l’origine de manifestations récidivantes : c’est la brucellose chronique afocale, dont la symptomatologie est dominée par l’asthénie physique et psychique.
  • 35. X-TRAITEMENT : Les règles du traitement - Il faut utiliser des antibiotiques actifs en intracellulaire - l'association d'antibiotiques la plus bactéricide: Rifampicine + Cycline -Durée de traitement devrait être prolongée de 6 à 8 semaines Les Brucella sont des bactéries à développement intracellulaire facultatif ; il convient donc d'associer un antibiotique actif sur les Brucella et pénétrant dans les cellules. Les cyclines, la rifampicine, le cotrimoxazole et les phénicolés répondent à ces deux critères. On utilise souvent une association doxycycline et rifampicine ou encore le cotrimoxazole.
  • 36. Le traitement doit être prolongé durant plusieurs semaines pour éviter les rechutes. Le traitement de la brucellose aiguë repose sur une biantibiothérapie doxycycline (200 m/j) + rifampicine (600 à 900 mg/j) pendant 6 semaines ou d’une association fluoroquinolone + rifampicine, à l’efficacité comparable. Les formes focalisées justifient de ces mêmes associations administrées de 6 semaines à 3 mois en fonction de l’importance du foyer. En cas de localisation ostéoarticulaire, l’association doxycycline gentamicine (5 mg/kg/j en une injection, de 7 à 10 jours) a montré la meilleure efficacité. La brucellose chronique afocale ne retire aucun bénéfice d’une antibiothérapie
  • 37. X-Prévention : La prévention de la maladie chez l’homme repose essentiellement sur la mise en place de mesures d’hygiène alimentaire, de mesures d’hygiène individuelle (port de gants, masque) pour les professions exposées et sur la vaccination des bovins, des ovins et des caprins. Il n’existe pas à ce jour de vaccin efficace et bien toléré chez l’homme.
  • 39. PASTEURELLA La notion de réservoir animal doit prédominer ainsi que la découverte par Pasteur de la vaccination par germes atténués dans la maladie aviaire : Choléra des poules. L’espèce prédominante est p.multocida. Les carnivores sont des porteurs sains au niveau du rhinopharynx, donc transmission (directe ou indirecte) par la salive. I-CARACTÉRISTIQUES : Pasteurella spp sont des coccobacilles ou des bâtonnets à Gram négatif, après plusieurs passages dans une culture tissulaire, ils peuvent être pléo-morphiques. Ils sont disposés en paires ou en courtes chaînes. Ils sont asporulés et immobiles. P. multocida se divise en trois sous-especes (multocida, septica, gallicida), et 5 séro- groupes (de A à E) selon l’antigène capsulaire. Les espèces du genre Pasteurella sont considérées comme spécifiques de l’hôte
  • 40. II- HABITAT : Les pasteurella sont des parasites obligatoires des muqueuses des cavités naturelles des vertébrés. Elles sont retrouvées avec une grande fréquence dans la cavité buccale et dans la salive d’un grand nombre d’espèces animales : chiens, chats , chevaux, porcs etc …… incapables de survivre longtemps dans le milieu extérieur, les pasteurella sont généralement transmises à l’homme par un animal. III-ÉPIDÉMIOLOGIE : Distribution dans le monde entier. P. multocida fait partie de la flore buccale des chats et des chiens. Les personnes qui ont des contacts intensifs avec des animaux (vétérinaires, gardiens d’animaux, agriculteurs, éleveurs, propriétaires d’animaux de compagnie, employés d’abattoirs) courent un plus grand risque d’infection et 3 à 5 % d’entre eux peuvent être colonisés. Les nourrissons et les sujets immunodéprimés sont plus à risque que la population générale GAMME D'HÔTES : Les animaux et les oiseaux sont des hôtes habituels, mais P. multocida, P. dagmatis, P. stomatis et P. canis peuvent aussi se transmettre aux humains. Les tiques, les poux et les mouches peuvent héberger Pasteurella multocida, mais on ne considère pas qu’ils agissent comme vecteurs. Les blattes peuvent également contenir des espèces du genre Pasteurella. Des cas de transmission verticale et de transmission interhumaine ont été signalés de même que des cas de transmission par du sang contaminé.
  • 41. DOSE INFECTIEUSE : Inconnue. -MODE DE TRANSMISSION : La transmission se fait principalement par des morsures ou griffures d’animaux infectés, le léchage d’une plaie par des animaux, des gouttelettes respiratoires et de la viande. Les blattes peuvent propager la pasteurellose si elles viennent en contact avec des aliments. -PÉRIODE D'INCUBATION : Moins de 24heures. -TRANSMISSIBILITÉ : Pasteurella spp peuvent être transmises durant la colonisation. La transmissibilité interhumaine est soupçonnée, mais non confirmée. -RÉSERVOIR : Les animaux et les oiseaux peuvent propager la pasteurellose. -ZOONOSE : Possible. Tous les animaux peuvent propager la maladie aux humains, mais habituellement elle se transmet par les animaux domestiques. -VECTEURS : Les blattes sont des vecteurs indirects potentiels et peuvent propager Pasteurella dans les aliments. IV-POUVOIR PATHOGENE : A-pour l’homme 1-La pasteurellose d’inoculation : La plus fréquente, elle est généralement consécutive à une morsure ou à une griffade d’un chien ou d’un chat ; toutes les morsures ne sont pas le point de départ d’une pasteurellose d’inoculation, mais les inoculations au niveau de la main semblent plus graves Stade aigu : après une inoculation brève, de 3à 6 heures, des douleurs très violentes apparaissent aux points d’inoculation qui deviennent très inflammatoires. L’inflammation s’étend aux articulations de voisinage, la fièvre est inconstante. Une adénopathie satellite est rarement observée. En l’absence de traitement, la douleur et l’inflammation diminuent spontanément, mais l’impotence fonctionnelle persiste
  • 42. Stade chronique : Quatre à six semaines après l’inoculation, les lésions cutanée sont guéries, mais un syndrome algo-dystrophique rebelle à toute thérapeutique persiste et constitue une véritable infirmité. Il n’y a pas d’adénopathie satellite contrairement à la lymphoréticulose d’inoculation. La pasteurellose peut être fatale, le taux général de mortalité s’élevant à 30 % chez les cas signalés. 2- AUTRES FORMES DE PASTEURELLOSE Elles surviennent surtout chez des individus qui ont une maladie sous jacente. On peut observer des septicémies, endocardites et méningites. P.multocida peut être isolée de pus divers : otite, sinusite, péritonite, adénite .Des infections pleuro-pulmonaires ont été signalées, notamment chez des éleveurs de porcs. B-POUR L’ANIMAL : P. multocida est responsable de septicémies chez la volaille, de pneumopathies chez les lapins et les ruminants, de rhinite atrophique du porc où P.multocida est souvent associée à Bordetella bronchiseptica. IV-physiopathologie A Partir de souches responsables de rhinite atrophique chez le porc, il à été possible de mettre en évidence une toxine ayant un pouvoir dermonécrotique et ostéolytique. Cette toxine peptidique localisée dans le cytoplasme est codée par le gène tox A qui a été cloné. Injectée à des porcs, elle reproduit les signes de la rhinite atrophique.
  • 43.  Cette toxine n’a été que rarement retrouvée chez des souches responsables d’infections pleuro-pulmonaires chez l’homme, chez des sujets en contacts avec des élevages de porc.  V- caractères Bactériologiques de P. MULTOCIDA  A-Morphologie  Ce sont des coccobacilles à Gram négatif avec habituellement une coloration bipolaire  A l’état frais, les bactéries sont immobiles, l’encre de chine permet de voir une capsule  .  B-Caractères culturaux  La température de croissance est comprise entre 22°et 44°C avec un optimum à 37°C.  Ce sont des bactéries aéro anaérobies avec en gélose profonde une petite inhibition à la surface et un renforcement de la croissance en microaérophilie.  Sur milieux riches (gélose au sérum, gélose au sang) après 24h d’inoculation à 37 °C, les colonies sont petites rondes grisâtres en gouttes de rosée, parfois l’importance de la capsule leur donne un aspect muqueux. En bouillon, un trouble homogène est obtenu en 24hAucune croissance sur les milieux suivants MacConkey, milieu de Drigalski, milieu au citrate de simmons.  C-caractères biochimiques  L’oxydase est variable.  La catalase, la nitrate-réductase, l’ODC et l’indole sont constamment positives.  Les caractères suivants sont négatifs : gélatinase, LDC, ADH, uréase et H2S.  Toutes les souches sont sensibles au composé vibriostatique 0 /129.  La fermentation du glucose se fait toujours sans production de gaz.  Les glucides suivants sont régulièrement attaqués : mannitol, galactose, fructose, mannose, saccharose.  Par contre, sont régulièrement négatifs : sorbose, rhamnose, inositol, adonitol.  L’étude de la fermentation du sorbitol et du dulcitol permet chez P.multocida de reconnaitre les trois sous- espèces indiquées ci- dessous :  Sous –espèces sorbitol dulcitol  Multocida + -  Septica - -  Gallicida + + 
  • 44.  D-Caractères antigéniques :  Les polyosides constituant la capsule permettent, en fonction de leur composition, de distinguer 4 types capsulaires : A, B, D, et E. Le type F a été décrit pour des souches isolées chez la dinde.  Les lipopolyosides de paroi, possédant les caractères des endotoxines des bacilles à Gram négatif, permettent de classer les souches en 12 sérotypes. Une sérotypie capsulaire et somatique existe donc, mais elle n’est pas utilisée en pratique courante en raison de la complexité de cette détermination.
  • 45.  VI -POUVOIR PARTHOGENE  Les deux espèces P. canis et dagmatis ont un pouvoir pathogène pour l’homme voisin de celui de p.multocida  P. bettyae peut être isolée lors d’infection génito- urinaire (en particulier chez la femme), néonatales et cutanées.  VII-DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE :  Isolement de P .MULTOCIDA :  IL se fait le plus souvent à partir de sérosité recueillies profondément dans les lésions de morsures  IL ya une autostérilisation rapide des lésions ; il est cependant souvent possible de retrouver P mutocida dans les morsures après plusieurs jours.  Dans les autres produits pathologiques l’isolement de P .mutocida est souvent fortuit (sécrétions bronchiques, un milieu sélectif contenant 2mg/L d’AMIKACINE et 4mg/L de vancomycine peut être utile pour les prélèvements plurimicrobiens.
  • 46.  VIII-DIAGNOSTIC INDIRECT :  La recherche d’anticorps sériques à peu d’intérêt en pratique en raison d’une faible sensibilité.  Une réaction allergique d’hypersensibilité retardée apparait 10 à 20j après l’inoculation de P .multocida. Cette hypersensibilité était recherchée à l’aide de l’intradermoréaction à la pasteurelline de Reilley 0,5ml avec lecture précoce dés la 6è heure est actuellement délaissée.
  • 47.  XI-TRAITEMENT :  -Amoxicilline de première intention, ou cyclines ou fluoroquinolones. Drainage chirurgical si nécessaire.  -La pénicilline est le traitement de choix des pasteurelloses humaines.  -Les souches de P.multocida isolées d’infections humaines sont encore rarement productrices d’une bêta-lactamase, mais la plus grande fréquence des souches productrices de béta-lactamase doit rendre cette recherche systématique sur tous les isolats. Ces souches sont sensibles aux céphalosporines de troisième génération.  -Lors de pasteurellose après morsure, l’associationamoxicilline-acide clavulanique est l’antibiotique de choix, en raison de la présence simultanée fréquente d’espèces productrices de bêta-lactamases et/ ou d’espèces anaérobies.  -Les aminosides et les macrolides sont peu actifs sur P.multocida.  - En cas d’allergie aux bêta-lactamines un traitement bactéricide peut être obtenu par une fluoroquinolone.  Prévention vaccinale :  Pas de vaccin disponible  Caractéristiques de l'immunité :  Immunité naturelle : Non immunisante 
  • 48.  FRANCISELLA TULARENSIS  I-INTRODUCTION :  Francisella tularensis a été isolée après la survenue d’une maladie nouvelle, la pseudo- peste de l’écureuil, observée dans le comté de tularae en californie en 1911. Francis reconnait le premier cas humain après contamination de laboratoire.  II-CARACTERES GENERAUX  IL S’agit d’un bacille de petite taille polymorphe, Gram négatif à coloration bipolaire et immobile.  Cette bactérie intracellulaire, est entourée d’une capsule pour les formes virulentes.  Sa disparition entraine la perte de virulence chez l'homme.  Aérobie stict, sa culture est lente sur milieux spéciaux enrichis.  Il est catalase positive, oxydase négative, produit de l’H2S et acidifie certains sucres sans production de gaz.  Le genre Francisella, séparé des pasteurella, comporte une espèce principale  F. tularensis  IL existe 3 biovars de F. tularensis :  1-F. tularensis biovar tularensis (neartca) typeA:  Trés virulente, Amérique du nord  2-F. tularensis biovar paleartica (holortica) typeB : moins virulente, Europe, Asie, moins fréquente en Amérique du nord.  3-F .tularensis biovar novicida.
  • 49.  III-Habitat et épidémiologie :  La tularamie est une anthropozoonose, maladie animale occasionnellement transmise à l’homme.  F.tularensis a été isolée chez plus d’une centaine d’animaux sauvages et dans l’eau des zones où vivent ces animaux.  Tous les mammifères, sauf l’homme, font une septicémie et les bactéries se retrouvent partout au niveau du cadavre.  La contamination se fait par voie cutanée la taille de la bactérie lui permet de traverser la peau saine ou la muqueuse, oculaire ou digestive (pharyngée)  La contamination peut survenir plus rarement après piqûres d’insectes, de tiques, inhalation, morsure (chien…) griffure de chat, immersion en eau douce.  F. TULARENSIS est détruit par chauffage 10minutes à 56°C mais la congélation conserve la bactérie d’où la contamination possible des cuisiniers.  La contamination interhumaine est rare mais a été observée.  Les facteurs de risques sont pour les adultes essentiellement l’exposition professionnelle (chasseurs, employés de laboratoires, bouchers)
  • 50.  RÉSERVOIR :  plus de cent espèces d'animaux sauvages, particulièrement les lapins, les lièvres, les rats-musqués, les castors et certains animaux domestiques; diverses tiques, moustique et oiseaux.  VECTEURS : tiques, puces, moustiques  GAMME D'HÔTES :  animaux sauvages (lapins) et oiseaux; certains animaux domestiques; l'humain  DOSE INFECTIEUSE :  5-10 organismes par voie respiratoire; 106 - 108 par ingestion  MODE DE TRANSMISSION :  contamination de la peau, du sac conjonctival ou de la muqueuse oropharyngée avec du sang ou des tissus au cours de la manipulation d'animaux infectés ou encore, contamination par les fluides provenant de mouches, de tiques ou d'autres animaux infectés; morsure d'arthropodes (taon, moustique) et de tiques; ingestion d'aliments ou d'eau contaminés, inhalation de poussière contaminée; peut pénétrer la peau non lésée; dans de rares cas, par morsure d'animale.  IV-PATHOGÉNICITÉ :  la tularémie humaine se manifeste par un ulcère indolore au foyer d'infection, accompagné d'enflure des ganglions lymphatiques locaux (ulcéroganglionnaire); apparition soudaine de douleur et d'une fièvre qui dure habituellement 3-6 semaines en l'absence de traitement; l'inhalation de l'organisme peut déterminer une pneumopathie ou une forme typhoïde primaire de la maladie; les souches du type B entraînent un taux de létalité de 5-15 %; la mortalité est d'environ 35 % dans la forme pulmonaire causée par des souches de type A  V-Diagnostic :  ATTENTION: AGENT DE LA CLASSE BIOLOGIQUE 3  -  Plusieurs caractéristiques doivent être prises en compte sur l'éventuelle survenue de cette maladie:  1/ Toute l'année mais avec deux pics (automme et hiver) mais aussi en été après randonnée, promenade en forêt ou travaux des champs. 2/ Patient consultant souvent pour une adénopathie douloureuse fistulisée d'un membre supérieur ou inférieur dans un contexte fébrile ou encore syndrome pseudo-grippal. 3/ Noter aussi la notion de chasse officielle ou non, de manipulation de viande, dépeçage de gibier, y compris congelée. 4/ Plus rarement, contact direct ou indirect avec un petit rongeur ou leurs excréta ou leurs parasites externes......... 5/ Piqûre par un insecte piqueur/suceur hématophage (tique, moustique.......) 6/ Contact avec des sangliers, renards, écureuils, carnivores domestiques à la campagne.   
  • 51.  * Prélèvements à effectuer: 1/ Sérosité au point d'inoculation (+++) 2/ Ponction d'une adénopathie, la plus précoce possible, la culture se négativant vers le 10 ème jour 3/ Exsudats dans les formes conjonctivales ou pharyngées 4/ Hémocultures devant un tableau de fièvre ou de septicémie 5/ Rincage oro-pharyngé dans les formes angineuses  Examen microscopique: Il est rarement positif à partir de la ponction ganglionnaire. Il peut s'agir d'une ou plusieurs hémocultures positives, au mieux au deuxième ou troisième jour d'incubation en aérobiose.  * Culture : Elle est lente (48 h à 5 jours au moins) et difficile à 37°C en aérobiose (quelques souches poussent en présence de 5-7 % de CO2).  Il convient d'utiliser des milieux enrichis, en particulier en cystéine tels la gélose chocolat enrichie (Polyvitex®), au sérum, glucosée ou encore au jaune d'oeuf ou flacons pour hémoculture ou encore le milieu BCYE (sans antibiotique). La croissance est faible et lente (3-6 jours) sur la gélose au sang frais, aucune hémolyse n'est observable. Sur milieu solide (gélose chocolat), on obtient de petites colonies présentant un aspect nacré assez caractéristique (glaireux).  Enfin il convient de connaitre la nécessité de conserver les flacons d'hémoculture, au moins 21 jours.  L'amplification génique (PCR) est possible  Le diagnostic sérologique est la méthode la plus utilisée et la plus fréquemment positive faisant appel à la réaction classique de macroagglutination en tube soit encore à une réaction d'immunofluorescence indirecte (IFI) ou ELISA. Ces réactions ont une spécificité médiocre, en particulier à la phase initiale. 
  • 52.  Sensibilité aux antibiotiques – Traitement  . In vitro, cette bactérie est sensible à de nombreux antibiotiques tels aminosides (streptomycine, gentamicine), tétracyclines (doxyxycline, minocycline), macrolides (érythromycine), synergistines (pristinamycine), phénicolés (chloramphénicol) et fluoroquinolones (ofloxacine, ciprofloxacine).  En pratique, l'antibiogramme sera réalisé sur une gélose de Mueller-Hinton au sang cuit enrichie en Polyvitex® incubée à 37°C durant 48 h. Un E-test pourra être effectué pour préciser la CMI d'un antibiotique lors de doute.  . La résistance naturelle s'observe en particulier vis-à-vis des ß-lactamines dont les pénicillines à large spectre et les céphalosporines (céfalotine, céfuroxime, céfoxitine), l'imipénème reste très actif. Donc un coccobacille à Gram-négatif, oxydase - catalase + faible et résistant aux C3G ..........  . Une synergie est obtenue entre l'amoxicilline ou la ticarcilline et l'acide clavulanique  Pour l'érythromycine, on retiendra la résistance du biotype II de F. tularensis subsp. holarctica.  . La résistance acquise n'apparait guère conséquente actuellement. D'ailleurs cette absence liée à une standardisation insuffisante de l'antibiogramme ne justifie pas réellement sa mise en oeuvre, si ce n'est à cause de son intérêt taxonomique.  . Le traitement classique qui devra être le plus précose possible s'appuiera sur les antibiotiques suivants: streptomycine à la dose de 30 mg/kg en IM pendant 10-14 j ou la gentamicine à la dose de 5 mg/kg/j par la voie IV pendant 10 j, l'alternative classique était la doxycycline (200 mg/j per os pendant 14-21 jours).  Plus récemment, les fluoroquinolones ont montré leur efficacité dont la ciprofloxacine (1g/24 h en 2 prises orales) ou l'ofloxacine (800mg/24 h en 2 prises orales).  * Une association d'antibiotiques est recommandée à la phase précoce jusqu'à la régression de l'adénopathie.  Un drainage ganglionnaire peut être nécessaire avec une durée de traitement de 3 semaines