SlideShare une entreprise Scribd logo
Cours de Math´ematiques
Compl´ements de calcul int´egral
Sommaire
Compl´ements de calcul int´egral
Sommaire
I Int´egrales doubles ou triples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
I.1 Int´egrales doubles : th´eor`emes de Fubini . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
I.2 Int´egrales doubles : Changement de variables . . . . . . . . . . . . . . 2
I.3 Formule de Grien-Riemann et applications . . . . . . . . . . . . . . . . 3
I.4 Int´egrales triples : Th´eor`emes de Fubini . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
I.5 Int´egrales triples : Changement de variables . . . . . . . . . . . . . . . 4
II Centres et moments d’inertie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
II.1 Cas d’une plaque plane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
II.2 Cas d’un solide en dimension 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
III Int´egrales curvilignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
III.1 Rappels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
III.2 D´efinition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
III.3 Cas des formes exactes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
IV Notions d’analyse vectorielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
IV.1 Champs de scalaires et champs de vecteurs . . . . . . . . . . . . . . . 10
IV.2 Circulation et gradient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
IV.3 Divergence et rotationnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
IV.4 Quelques formules d’analyse vectorielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
IV.5 Potentiels scalaires et potentiels vecteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
Page 1 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et priv´ee sont interdites.
Cours de Math´ematiques
Compl´ements de calcul int´egral
Partie I : Int´egrales doubles ou triples
I Int´egrales doubles ou triples
I.1 Int´egrales doubles : th´eor`emes de Fubini
Th´eor`eme
Soient u, v deux applications continues de [a, b] dans IR, avec u ≤ v.
Soit ∆ le compact du plan d´efini par : a ≤ x ≤ b et u(x) ≤ y ≤ v(x).
Soit f : ∆ → IR, continue.
On a l’´egalit´e :
∆
f(x, y) dx dy =
b
a
v(x)
u(x)
f(x, y) dy dx.
Th´eor`eme
Soient u, v deux applications continues de [c, d] dans IR, avec u ≤ v.
Soi ∆ le compact du plan d´efini par : c ≤ y ≤ d et u(y) ≤ x ≤ v(y).
Soit f : ∆ → IR, continue.
On a l’´egalit´e :
∆
f(x, y) dx dy =
d
c
v(y)
u(y)
f(x, y) dx dy.
Cas particuliers
– Soit ∆ le compact [a, b] × [c, d]. Soit f : ∆ → IR, continue.
On a l’´egalit´e :
∆
f(x, y) dx dy =
d
c
b
a
f(x, y) dx dy =
b
a
d
c
f(x, y) dy dx.
– Supposons notamment que f(x, y) ≡ ϕ(x)ψ(y), o`u ϕ et ψ sont continues.
Alors on a l’´egalit´e :
∆
f(x, y) dx dy =
b
a
ϕ(x) dx
d
c
ψ(y) dy.
I.2 Int´egrales doubles : Changement de variables
Proposition
Soit f une application continue sur le compact ∆, inclus dans l’ouvert V .
Soient D un compact inclus dans l’ouvert U et ϕ : U → V de classe C1
telle que ϕ(D) = ∆.
On suppose que ϕ est injective ou sinon que l’ensemble des points de ∆ qui ont plusieurs
ant´ec´edents a une aire nulle.
On note (u, v) → ϕ(u, v) = (x(u, v), y(u, v)) ce changement de variables.
Soit J(u, v) =
D(x, y)
D(u, v)
le jacobien de ϕ en un point quelconque de U.
Alors on a l’´egalit´e :
∆
f(x, y) dx dy =
D
f(x(u, v), y(u, v))
D(x, y)
D(u, v)
du dv
Page 2 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et priv´ee sont interdites.
Cours de Math´ematiques
Compl´ements de calcul int´egral
Partie I : Int´egrales doubles ou triples
Passage en coordonn´ees polaires
La formule s’´ecrit :
∆
f(x, y) dx dy =
D
f(ρ cos θ, ρ sin θ) ρ dρ dθ
I.3 Formule de Grien-Riemann et applications
Proposition
Soit ∆ un compact de IR2
, de fronti`ere δ. On suppose que δ est sans point double, et orient´ee
dans le sens positif : si on suit cette fronti`ere orient´ee, on laisse ∆ sur sa gauche.
Soit ω = P dx + Q dy une forme diff´erentielle de classe C1
sur un ouvert U contenant ∆.
Alors
δ
ω =
δ
P(x, y) dx + Q(x, y) dy =
∆
∂Q
∂x
−
∂P
∂y
dx dy.
Cons´equences
– Aires planes se ramenant `a des int´egrales curvilignes
Avec les notations ci-dessus, l’aire A(∆) de ∆ s’obtient par :
A(∆) =
δ
x dy = −
δ
y dx =
1
2 δ
(x dy − y dx)
– Calcul des aires de domaines d´efinis en coordonn´ees polaires
Soit ∆ le domaine du plan limit´e par les demi-droites issues de O d’angles polaires θ1 ≤ θ2,
et par la courbe d’´equation ρ = ρ(θ) ≥ 0.
Alors l’aire de ∆ s’´ecrit : A(∆) =
1
2
θ2
θ1
ρ2
(θ) dθ.
I.4 Int´egrales triples : Th´eor`emes de Fubini
Th´eor`eme
Soit D un compact de IR2
et u, v deux applications continues de D dans IR.
Soit ∆ le compact de IR3
d´efini par : (x, y) ∈ D, u(x, y) ≤ z ≤ v(x, y).
Soit f une application continue d´efinie sur ∆, `a valeurs r´eelles.
Alors on a l’´egalit´e :
∆
f(x, y, z) dx dy dz =
D u(x,y)
v(x, y)f(x, y, z) dz dx dy
Th´eor`eme
Soit ∆ un compact de IR3
limit´e inf´erieurement par z = a et sup´erieurement par z = b.
Pour tout z de [a, b] soit Dz = {(x, y) ∈ IR2
, (x, y, z) ∈ ∆}.
Soit f une application continue d´efinie sur ∆, `a valeurs r´eelles.
Alors on a l’´egalit´e :
∆
f(x, y, z) dx dy dz =
c
a Dz
f(x, y, z) dx dy dz
Page 3 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et priv´ee sont interdites.
Cours de Math´ematiques
Compl´ements de calcul int´egral
Partie I : Int´egrales doubles ou triples
Cas particuliers
– Soit ∆ le compact de IR3
d´efini par ∆ = [p, q] × [r, s] × [t, u].
Alors, par exemple :
∆
f(x, y, z) dx dy dz =
u
t
s
r
q
p
f(x, y, z) dx dy dz.
– En particulier, si f(x, y, z) ≡ ϕ(x)ψ(y)ξ(z), o`u ϕ, ψ, ξ sont continues :
∆
f(x, y, z) dx dy dz =
q
p
ϕ(x) dx
s
r
ψ(y) dy
u
t
ξ(z) dz.
I.5 Int´egrales triples : Changement de variables
Proposition
Soit f une application continue sur le compact ∆, inclus dans l’ouvert V .
Soient D un compact inclus dans l’ouvert U et ϕ : U → V de classe C1
, telle que ϕ(D) = ∆.
On suppose que ϕ est injective ou sinon que l’ensemble des points de ∆ qui ont plusieurs
ant´ec´edents a un volume nul.
On note (u, v, w) → ϕ(u, v, w) = (x(u, v, w), y(u, v, w), z(u, v, w)).
Soit J(u, v, w) =
D(x, y, z)
D(u, v, w)
le jacobien de ϕ en un point quelconque de U.
Alors on a l’´egalit´e :
∆
f(x, y, z) dx dy dz =
D
f(x(u, v, w), y(u, v, w), z(u, v, w))
D(x, y, z)
D(u, v, w)
du dv dw
Exemples
– Passage en coordonn´ees cylindriques
La formule s’´ecrit :
∆
f(x, y, z) dx dy dz =
D
f(ρ cos θ, ρ sin θ, z) ρ dρ dθ dz.
– Passage en coordonn´ees sph´eriques
Avec x = r cos θ sin ϕ, y = r sin θ sin ϕ, et z = r cos ϕ, o`u θ d´esigne la longitude et ϕ la
colatitude, et en notant g l’application d´efinie par g(r, θ, ϕ) = f(x, y, z), la formule devient :
∆
f(x, y, z) dx dy dz =
D
g(r, θ, ϕ) r2
sin ϕ dr dθ dϕ.
Page 4 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et priv´ee sont interdites.
Cours de Math´ematiques
Compl´ements de calcul int´egral
Partie II : Centres et moments d’inertie
II Centres et moments d’inertie
II.1 Cas d’une plaque plane
On d´efinit ici les ´el´ements d’inertie d’une plaque du plan Oxy limit´ee par un compact D, et
“recouverte” d’une densit´e surfacique µ(x, y) ≥ 0.
D´efinition
La masse d’une plaque plane est l’int´egrale de sa densit´e : m(D) = µ(x, y) dx dy.
Remarque
On suppose que la plaque est homog`ene, c’est-`a-dire recouverte d’une densit´e constante µ.
Alors m(D) = µA(D), o`u A(D) = dx dy est l’aire de D.
D´efinition
Le centre d’inertie G de la plaque D est d´efini par
−→
OG =
1
m(D) D
−→
0Mµ(x, y) dx dy, o`u
M = (x, y) est un point parcourant D et o`u m(D) est la masse de la plaque D.
Remarques
– Si D est homog`ene alors
−→
OG =
1
A(D) D
−→
0M dx dy o`u A(D) est l’aire de la plaque D.
– Les coordonn´ees de G s’obtiennent par projection :
xG =
1
m(D) D
xµ(x, y) dx dy, et yG =
1
m(D) D
yµ(x, y) dx dy.
Et dans le cas d’une plaque homog`ene :
xG =
1
A(D) D
x dx dy, et yG =
1
A(D) D
y dx dy.
– Des consid´erations de sym´etrie peuvent souvent faciliter le calcul des coordonn´ees de G.
D´efinition
Soit D un compact du plan. On d´esigne ici par Γ un point ou une droite du plan.
Le moment d’inertie de D par rapport `a Γ est IΓ =
D
d(M, Γ)2
µ(x, y) dx dy, o`u d(M, Γ)
est la distance du point courant M(x, y) de D `a Γ.
Remarques et exemples
– Les moments d’inertie sont homog`enes au produit d’une masse par le carr´e d’une distance.
– Le moment d’inertie de D par rapport `a l’axe Ox est I0x =
D
y2
µ(x, y) dx dy.
– Le moment d’inertie de D par rapport `a l’axe Oy est IOy =
D
x2
µ(x, y) dx dy.
– Le moment d’inertie de D par rapport `a O est IO =
D
(x2
+ y2
)µ(x, y) dx dy = I0x + I0y.
Page 5 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et priv´ee sont interdites.
Cours de Math´ematiques
Compl´ements de calcul int´egral
Partie II : Centres et moments d’inertie
II.2 Cas d’un solide en dimension 3
On d´efinit ici les ´el´ements d’inertie d’un solide de l’espace Oxy limit´e par un compact D, et
muni d’une densit´e volumique µ(x, y, z) ≥ 0.
D´efinition
La masse du solide D est l’int´egrale de sa densit´e : m(D) =
D
µ(x, y, z) dx dy dz.
Remarque
Supposons que le solide D soit homog`ene, c’est-`a-dire de densit´e constante µ.
Alors la masse de D est m(D) = µV (D), o`u V (D) =
D
dx dy dz est le volume de D.
D´efinition
Le centre d’inertie du solide D est le point G d´efini par :
−→
OG =
1
m(D) D
−→
0Mµ(x, y, z) dx dy dz.
Remarques
– Si D est homog`ene alors
−→
OG =
1
V (D) D
−→
0M dx dy dz o`u V (D) est le volume de D.
– Les coordonn´ees de G s’obtiennent par projection :
xG =
1
m(D) D
xµ(x, y, z) dx dy dz, yG =
1
m(D) D
yµ(x, y, z) dx dy dz
et zG =
1
m(D) D
zµ(x, y, z) dx dy dz.
– Dans le cas d’une plaque homog`ene :
xG =
1
A(D) D
x dx dy dz yG =
1
A(D) D
y dx dy dz
zG =
1
A(D) D
z dx dy dz
– Des consid´erations de sym´etries peuvent souvent faciliter le calcul des coordonn´ees de G.
D´efinition
On d´esigne ici par Γ un point, une droite ou un plan de l’espace.
Le moment d’inertie de D par rapport `a Γ est IΓ =
D
d(M, Γ)2
µ(x, y, z) dx dy dz, o`u
d(M, Γ) est la distance du point courant M(x, y, z) de D `a Γ.
Page 6 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et priv´ee sont interdites.
Cours de Math´ematiques
Compl´ements de calcul int´egral
Partie II : Centres et moments d’inertie
Remarques et exemples
– Les moments d’inertie sont homog`enes au produit d’une masse par le carr´e d’une distance.
– Le moment d’inertie de D par rapport au plan Oxy est I0xy =
D
z2
µ(x, y, z) dx dy dz.
– Le moment d’inertie par rapport au plan Oxz est I0xz =
D
y2
µ(x, y, z) dx dy dz.
– Le moment d’inertie par rapport au plan Oyz est I0yz =
D
x2
µ(x, y, z) dx dy dz.
– Le moment d’inertie par rapport `a l’axe Ox est I0x =
D
(y2
+ z2
)µ(x, y, z) dx dy dz.
On constate que IOx = IOxy + IOxz.
– Le moment d’inertie par rapport `a l’origine est I0 =
D
(x2
+ y2
+ z2
)µ(x, y, z) dx dy dz.
On constate que I0 = IOxy + IOxz + IOyz.
Page 7 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et priv´ee sont interdites.
Cours de Math´ematiques
Compl´ements de calcul int´egral
Partie III : Int´egrales curvilignes
III Int´egrales curvilignes
III.1 Rappels
– On consid`ere ici l’espace affine euclidien E3 de dimension 3, identifi´e `a IR3
par le choix d’un
rep`ere orthonorm´e. Un point M de E3 est identifi´e au triplet (x, y, z) de ses coordonn´ees.
– Un arc param´etr´e (I, ϕ) est la donn´ee d’un intervalle I et d’une application ϕ : I ⊂ IR → E3.
– L’image de t est not´ee M(t). C’est le “point de param`etre t”.
On notera x(t), y(t), z(t) les coordonn´ees de M(t).
– L’ensemble des points M(t), quand t parcourt l’intervalle I, est appel´e le support de l’arc.
– L’arc (I, ϕ) est dit continu (resp. de classe Ck
) si ϕ est continue (resp. de classe Ck
).
III.2 D´efinition
D´efinition
Soit γ = ([a, b], ϕ) un arc C1
de support contenu dans l’ouvert Ω.
Soit ω = P(x, y, z) dx + Q(x, y, z) dy + R(x, y, z) dz une forme diff´erentielle continue sur Ω.
Pour tout M de Ω la quantit´e ω(M) est donc une forme lin´eaire sur IR3
d´efinie par :
∀h = (α, β, γ) ∈ IR3
, ω(M)(h) = αP(M) + βQ(M) + γR(M).
On appelle int´egrale curviligne de ω le long de l’arc γ le r´eel not´e
γ
ω ´egal `a :
b
a
ω(M(t))M (t) dt =
b
a
(P(M(t)) x (t) + Q(M(t)) y (t) + R(M(t)) z (t)) dt.
Propri´et´es
– La quantit´e
γ
ω est lin´eaire par rapport `a ω.
– L’int´egrale curviligne de ω sur un arc ferm´e ne d´epend pas de l’origine choisie sur cet arc.
– On g´en´eralise facilement, par la relation de “Chasles”, la d´efinition de
γ
ω au cas d’un arc
γ = (I, ϕ) o`u ϕ est continue sur I et seulement C1
par morceaux.
III.3 Cas des formes exactes
Proposition
Soit ([a, b], ϕ) un arc C1
par morceaux de support contenu dans Ω ouvert.
Soient A = M(a) et B = M(b) l’origine et l’extr´emit´e de l’arc γ.
Soit ω = df une forme diff´erentielle exacte sur Ω, o`u f est une application de classe C1
.
Alors on a l’´egalit´e :
γ
ω = f(B) − f(A).
Page 8 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et priv´ee sont interdites.
Cours de Math´ematiques
Compl´ements de calcul int´egral
Partie III : Int´egrales curvilignes
Remarques
– L’int´egrale curviligne d’une forme diff´erentielle ω exacte sur un arc param´etr´e ne d´epend que
des extr´emit´es de l’arc et est ´egale `a l’accroissement d’une primitive quelconque de ω.
– En particulier, si γ est un arc ferm´e alors
γ
ω = 0.
Page 9 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et priv´ee sont interdites.
Cours de Math´ematiques
Compl´ements de calcul int´egral
Partie IV : Notions d’analyse vectorielle
IV Notions d’analyse vectorielle
Soit E3 l’espace affine euclidien orient´e de dimension 3, rapport´e `a un rep`ere orthonorm´e direct.
Un point M de E3 est identifi´e au triplet (x, y, z) de ses coordonn´ees.
On d´esigne par Ω un ouvert de E3.
IV.1 Champs de scalaires et champs de vecteurs
D´efinition
Un champ de scalaires sur l’ouvert Ω est une application f de Ω dans IR.
Remarques
– On dit que ce champ est continu (respectivement de classe Ck
) si l’application f qui au point
M(x, y, z) associe f(M) = f(x, y, z) est continue (respectivement de classe Ck
).
– Les surfaces d’´equations f(M) = λ sont appel´ees surfaces de niveau de f.
D´efinition
Un champ de vecteurs sur l’ouvert Ω est une application E de Ω dans IR3
.
Remarques
– Un champ de vecteurs E est d´etermin´e par trois champs de scalaires P, Q, R :
∀M(x, y, z) ∈ E3, E(M) = (P(M), Q(M), R(M)).
– Le champ E est continu (resp. de classe Ck
) ⇔ P, Q, R sont continus (resp. de classe Ck
).
– Les lignes de champ de E sont les arcs Γ tels qu’en tout point M de Γ, le vecteur E(M) soit
port´e par la tangente en M `a l’arc Γ.
IV.2 Circulation et gradient
D´efinition (Circulation d’un champ de vecteurs)
Au champ E = (P, Q, R) correspond la forme diff´erentielle ω = P dx + Q dy + R dz.
Soit γ = ([a, b], ϕ) un arc param´etr´e de support inclus dans Ω.
L’int´egrale curviligne de ω sur l’arc γ est appel´ee circulation du champ E le long de cet
arc.
Elle se note
γ
−−−→
E(M) ·
−−→
dM.
Par cons´equent :
γ
−−−→
E(M) ·
−−→
dM =
γ
ω =
b
a
(P(M) x (t) + Q(M) y (t) + R(M) z (t)) dt.
Page 10 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et priv´ee sont interdites.
Cours de Math´ematiques
Compl´ements de calcul int´egral
Partie IV : Notions d’analyse vectorielle
D´efinition (Gradient d’un champ de scalaires)
Soit f un champ de scalaires sur l’ouvert Ω de E3, de classe C1
.
On appelle gradient de f le champ de vecteurs, not´e grad(f), d´efini par :
∀M(x, y, z) ∈ Ω, grad(f)(M) =
∂f
∂x
(M),
∂f
∂y
(M),
∂f
∂z
(M)
D´efinition (Champs de gradients)
On dit qu’un champ de vecteurs E = (P, Q, R) est un champ de gradients sur Ω s’il existe
un champ f de classe C1
sur Ω tel que E = grad(f).
Remarques
– Le champ de vecteurs E = (P, Q, R) est un champ de gradients ⇔ la forme diff´erentielle
w = Pdx + Qdy + Rdz est exacte.
Plus pr´ecis´ement : E = grad(f) ⇔ ω = df.
– Si E = grad(f), on dit que f est un potentiel scalaire du champ E. Les lignes de champs de
E sont les trajectoires orthogonales des surfaces de niveau de f, appel´ees ici ´equipotentielles.
– Soit E = grad(f) un champ de gradients. La circulation de E le long de l’arc param´etr´e
γ = ([a, b], ϕ) est ´egale `a f(B) − f(A), c’est-`a-dire `a l’accroissement du potentiel scalaire f.
IV.3 Divergence et rotationnel
D´efinition (Divergence d’un champ de vecteurs)
Soit E = (P, Q, R) un champ de vecteurs, de classe C1
sur l’ouvert Ω de E3.
On appelle divergence de E, et on note div(E), le champ de scalaires d´efini sur Ω par :
∀M ∈ Ω, div(E)(M) =
∂P
∂x
(M) +
∂Q
∂y
(M) +
∂R
∂z
(M).
Interpr´etation
div(E) est le produit scalaire
−→
i ·
∂E
∂x
+
−→
j ·
∂E
∂y
+
−→
k ·
∂E
∂z
.
D´efinition (Rotationnel d’un champ de vecteurs)
Soit E = (P, Q, R) un champ de vecteurs, de classe C1
sur l’ouvert Ω de E3.
On appelle rotationnel de E, le champ de vecteurs d´efini sur Ω par :
∀M ∈ Ω, rot(E)(M) =
∂R
∂y
(M) −
∂Q
∂z
(M),
∂P
∂z
(M) −
∂R
∂x
(M),
∂Q
∂x
(M) −
∂P
∂y
(M)
Page 11 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et priv´ee sont interdites.
Cours de Math´ematiques
Compl´ements de calcul int´egral
Partie IV : Notions d’analyse vectorielle
Interpr´etation et notation
– rot(E) est le champ de vecteurs
−→
i ∧
−→
∂E
∂x
+
−→
j ∧
−→
∂E
∂y
+
−→
k ∧
−→
∂E
∂z
.
– Avec l’op´erateur “Nabla” :
=








∂
∂x
∂
∂y
∂
∂z








, rot(E) = ∧ E =







∂
∂x
∂
∂y
∂
∂z







∧





P
Q
R





=







∂R
∂y
−
∂Q
∂z
∂P
∂z
−
∂R
∂x
∂Q
∂x
−
∂P
∂y







.
D´efinition (Champs de rotationnels)
On dit qu’un champ de vecteurs E de classe C1
est un champ de rotationnels s’il existe un
champ de vecteurs continu F tel que, sur l’ouvert Ω, on ait E = rot(F).
On dit alors que E d´erive du potentiel vecteur F.
D´efinition (Laplacien d’un champ de scalaires)
Soit f un champ de scalaires, de classe C2
sur l’ouvert Ω de E3.
On appelle laplacien de f le champ de scalaires, not´e ∆f d´efini par :
∀M ∈ Ω, ∆f(M) =
∂2
f
∂x2
(M) +
∂2
f
∂y2
(M) +
∂2
f
∂z2
(M).
Remarques
– On remarque que le champ ∆f s’´ecrit ∆f = div(grad(f)).
– On dit que f est harmonique sur Ω si son laplacien ∆f est nul sur Ω.
IV.4 Quelques formules d’analyse vectorielle
– Soient f, g des champs scalaires de classe C1
sur Ω, et λ, µ ∈ IR.
Soient E, F des champs de vecteurs de classe C1
sur Ω.
On a les ´egalit´es suivantes :
grad(λf + µg) = λgrad(f) + µgrad(g)
grad(fg) = fgrad(g) + ggrad(f)
div(λE + λF) = λdiv(E) + µdiv(F)
rot(λE + µF) = λrot(E) + µrot(F)
div(fE) = fdiv(E)+ < grad(f), E >
rot(fE) = frot(E) + grad(f) ∧ E
div(E ∧ F) = < F, rot(E) > − < E, rot(F) >
– Soient f, g des champs scalaires de classe C2
sur Ω, et λ, µ ∈ IR.
Soient E, F des champs de vecteurs de classe C2
sur Ω.
On a les ´egalit´es suivantes :
Page 12 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et priv´ee sont interdites.
Cours de Math´ematiques
Compl´ements de calcul int´egral
Partie IV : Notions d’analyse vectorielle
∆(λf + µg) = λ∆(f) + µ∆(g)
∆(fg) = f∆(g) + g∆(f) + 2 < grad(f), grad(g) >
rot(grad(f)) = 0 et div(rot(E)) = 0
rot(fgrad(g)) = grad(f) ∧ grad(g)
IV.5 Potentiels scalaires et potentiels vecteurs
Les champs sont suppos´es d´efinis sur un ouvert Ω de E3.
Proposition
Si le champ E, de classe C1
, est un champ de rotationnels alors div(E) ≡ 0.
La r´eciproque est vraie si l’ouvert Ω est ´etoil´e. Les potentiels vecteurs de E sont alors les
champs F = F0 + grad(f), o`u F0 est un potentiel vecteur particulier et o`u f est un champ
scalaire quelconque de classe C1
.
Proposition
Si le champ E, de classe C1
, est un champ de gradients alors rot(E) ≡ 0.
Si Ω est ´etoil´e, la r´eciproque est vraie : les potentiels scalaires de E sont alors les champs
f = f0 +λ, o`u f0 est un potentiel scalaire particulier et o`u λ est un champ scalaire constant
quelconque.
Page 13 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et priv´ee sont interdites.

Contenu connexe

Tendances

Algébre+2+v definitive
Algébre+2+v definitiveAlgébre+2+v definitive
Algébre+2+v definitive
hassan1488
 
Algebre 1 (annales)
Algebre 1 (annales)Algebre 1 (annales)
Algebre 1 (annales)
Med Bijou
 
Fonctions trigonometriques h12
Fonctions trigonometriques h12Fonctions trigonometriques h12
Fonctions trigonometriques h12
Mehdi Charifi
 
Chap 1 espace vectoriel
Chap 1 espace vectorielChap 1 espace vectoriel
Chap 1 espace vectoriel
Alberto Landim
 
Conception d'algorithmes pour l'approximation de la "Cut-Norm" avec l'inégali...
Conception d'algorithmes pour l'approximation de la "Cut-Norm" avec l'inégali...Conception d'algorithmes pour l'approximation de la "Cut-Norm" avec l'inégali...
Conception d'algorithmes pour l'approximation de la "Cut-Norm" avec l'inégali...
ImadBerkani1
 
espace etudiant.licence 1er/2 anneé
espace etudiant.licence 1er/2 anneé espace etudiant.licence 1er/2 anneé
espace etudiant.licence 1er/2 anneé
saoula khereddine
 
Matrices 2
Matrices 2 Matrices 2
Matrices 2
Tanger Outlets
 
Note cours v0
Note cours v0Note cours v0
Note cours v0
staros11
 
Projet d'Analyse Numérique
Projet d'Analyse NumériqueProjet d'Analyse Numérique
Projet d'Analyse Numérique
YassineElaroui2
 
Meqaniquedupointmateriel
MeqaniquedupointmaterielMeqaniquedupointmateriel
Meqaniquedupointmateriel
bades12
 
Math BAC 2010_Correction
Math BAC 2010_CorrectionMath BAC 2010_Correction
Math BAC 2010_Correction
Achraf Frouja
 
Quasi Monte Carlo et ses applications financières ( pour une audience 'techni...
Quasi Monte Carlo et ses applications financières ( pour une audience 'techni...Quasi Monte Carlo et ses applications financières ( pour une audience 'techni...
Quasi Monte Carlo et ses applications financières ( pour une audience 'techni...
mohamed hanini
 
Math Bac 2009_Correction Session principale
Math Bac 2009_Correction Session principaleMath Bac 2009_Correction Session principale
Math Bac 2009_Correction Session principale
Achraf Frouja
 
Approximation Linéaire - Droite d ajustement au sens des moindres carrés
Approximation Linéaire  -  Droite d ajustement au sens des moindres carrésApproximation Linéaire  -  Droite d ajustement au sens des moindres carrés
Approximation Linéaire - Droite d ajustement au sens des moindres carrés
Cédric Mouats
 
Cours espace
Cours espaceCours espace
Cours espace
Yessin Abdelhedi
 
Cours gestion-actifs-r1-part-2b
Cours gestion-actifs-r1-part-2bCours gestion-actifs-r1-part-2b
Cours gestion-actifs-r1-part-2b
Arthur Charpentier
 

Tendances (19)

Algébre+2+v definitive
Algébre+2+v definitiveAlgébre+2+v definitive
Algébre+2+v definitive
 
Matrices 2
Matrices 2Matrices 2
Matrices 2
 
Algebre 1 (annales)
Algebre 1 (annales)Algebre 1 (annales)
Algebre 1 (annales)
 
Algebre
AlgebreAlgebre
Algebre
 
Fonctions trigonometriques h12
Fonctions trigonometriques h12Fonctions trigonometriques h12
Fonctions trigonometriques h12
 
Chap 1 espace vectoriel
Chap 1 espace vectorielChap 1 espace vectoriel
Chap 1 espace vectoriel
 
Conception d'algorithmes pour l'approximation de la "Cut-Norm" avec l'inégali...
Conception d'algorithmes pour l'approximation de la "Cut-Norm" avec l'inégali...Conception d'algorithmes pour l'approximation de la "Cut-Norm" avec l'inégali...
Conception d'algorithmes pour l'approximation de la "Cut-Norm" avec l'inégali...
 
espace etudiant.licence 1er/2 anneé
espace etudiant.licence 1er/2 anneé espace etudiant.licence 1er/2 anneé
espace etudiant.licence 1er/2 anneé
 
Matrices 2
Matrices 2 Matrices 2
Matrices 2
 
Note cours v0
Note cours v0Note cours v0
Note cours v0
 
Projet d'Analyse Numérique
Projet d'Analyse NumériqueProjet d'Analyse Numérique
Projet d'Analyse Numérique
 
Meqaniquedupointmateriel
MeqaniquedupointmaterielMeqaniquedupointmateriel
Meqaniquedupointmateriel
 
Math BAC 2010_Correction
Math BAC 2010_CorrectionMath BAC 2010_Correction
Math BAC 2010_Correction
 
Quasi Monte Carlo et ses applications financières ( pour une audience 'techni...
Quasi Monte Carlo et ses applications financières ( pour une audience 'techni...Quasi Monte Carlo et ses applications financières ( pour une audience 'techni...
Quasi Monte Carlo et ses applications financières ( pour une audience 'techni...
 
Math Bac 2009_Correction Session principale
Math Bac 2009_Correction Session principaleMath Bac 2009_Correction Session principale
Math Bac 2009_Correction Session principale
 
Approximation Linéaire - Droite d ajustement au sens des moindres carrés
Approximation Linéaire  -  Droite d ajustement au sens des moindres carrésApproximation Linéaire  -  Droite d ajustement au sens des moindres carrés
Approximation Linéaire - Droite d ajustement au sens des moindres carrés
 
Cours espace
Cours espaceCours espace
Cours espace
 
Cours gestion-actifs-r1-part-2b
Cours gestion-actifs-r1-part-2bCours gestion-actifs-r1-part-2b
Cours gestion-actifs-r1-part-2b
 
Formation traitement d_images
Formation traitement d_imagesFormation traitement d_images
Formation traitement d_images
 

En vedette

Formulaire de beton_arme
Formulaire de beton_armeFormulaire de beton_arme
Formulaire de beton_arme
Zahir Hadji
 
Metre etude de_prix_cours_2
Metre etude de_prix_cours_2Metre etude de_prix_cours_2
Metre etude de_prix_cours_2
m.a bensaaoud
 
Devis descriptif-duplex
Devis descriptif-duplexDevis descriptif-duplex
Devis descriptif-duplex
m.a bensaaoud
 
Cour i metre et dessin de batiment
Cour i metre et dessin de batimentCour i metre et dessin de batiment
Cour i metre et dessin de batiment
m.a bensaaoud
 
TA95
TA95TA95
Béton armé 04
Béton armé 04Béton armé 04
Béton armé 04
Sami Sahli
 
Calcul des differentes_surfaces
Calcul des differentes_surfacesCalcul des differentes_surfaces
Calcul des differentes_surfaces
Abdelfatteh Khanchouch
 
137021322 ch-4-les-ouvrages-de-soutenement
137021322 ch-4-les-ouvrages-de-soutenement137021322 ch-4-les-ouvrages-de-soutenement
137021322 ch-4-les-ouvrages-de-soutenement
riad taftaf
 
Rapport finale_ corrections R.Bodet
Rapport finale_ corrections R.BodetRapport finale_ corrections R.Bodet
Rapport finale_ corrections R.Bodet
Paul Daou
 
Présentation1
Présentation1Présentation1
Présentation1
Paul Daou
 
Objectif métré 2012
Objectif métré 2012Objectif métré 2012
Objectif métré 2012
Patrice GABIN
 
Rapport Dimensionnement BA
Rapport Dimensionnement BARapport Dimensionnement BA
Rapport Dimensionnement BA
Clément Lay
 
Ogc2 le metré
Ogc2   le metréOgc2   le metré
Ogc2 le metré
IRBarry
 
Terrassement - calcul de volume
Terrassement - calcul de volume Terrassement - calcul de volume
Terrassement - calcul de volume
Abdessadek ELASRI
 
Exercice corrigé en Bael - télécharger ici : http://goo.gl/6sYhUz
Exercice corrigé en Bael - télécharger ici : http://goo.gl/6sYhUzExercice corrigé en Bael - télécharger ici : http://goo.gl/6sYhUz
Exercice corrigé en Bael - télécharger ici : http://goo.gl/6sYhUz
Hani sami joga
 
Descente de charge - Calcul en excel - télécharger ici http://goo.gl/QlXzmc
Descente de charge - Calcul en excel - télécharger ici http://goo.gl/QlXzmcDescente de charge - Calcul en excel - télécharger ici http://goo.gl/QlXzmc
Descente de charge - Calcul en excel - télécharger ici http://goo.gl/QlXzmc
Hani sami joga
 
Catalogue formation Autodesk Robot Structural Analysis
Catalogue formation Autodesk Robot Structural AnalysisCatalogue formation Autodesk Robot Structural Analysis
Catalogue formation Autodesk Robot Structural Analysis
Francois PEDEBOSCQ
 

En vedette (20)

Formulaire de beton_arme
Formulaire de beton_armeFormulaire de beton_arme
Formulaire de beton_arme
 
Planchers 03
Planchers 03Planchers 03
Planchers 03
 
Metre etude de_prix_cours_2
Metre etude de_prix_cours_2Metre etude de_prix_cours_2
Metre etude de_prix_cours_2
 
Devis descriptif-duplex
Devis descriptif-duplexDevis descriptif-duplex
Devis descriptif-duplex
 
Cour i metre et dessin de batiment
Cour i metre et dessin de batimentCour i metre et dessin de batiment
Cour i metre et dessin de batiment
 
Convertions
ConvertionsConvertions
Convertions
 
TA95
TA95TA95
TA95
 
Béton armé 04
Béton armé 04Béton armé 04
Béton armé 04
 
Jeremie
JeremieJeremie
Jeremie
 
Calcul des differentes_surfaces
Calcul des differentes_surfacesCalcul des differentes_surfaces
Calcul des differentes_surfaces
 
137021322 ch-4-les-ouvrages-de-soutenement
137021322 ch-4-les-ouvrages-de-soutenement137021322 ch-4-les-ouvrages-de-soutenement
137021322 ch-4-les-ouvrages-de-soutenement
 
Rapport finale_ corrections R.Bodet
Rapport finale_ corrections R.BodetRapport finale_ corrections R.Bodet
Rapport finale_ corrections R.Bodet
 
Présentation1
Présentation1Présentation1
Présentation1
 
Objectif métré 2012
Objectif métré 2012Objectif métré 2012
Objectif métré 2012
 
Rapport Dimensionnement BA
Rapport Dimensionnement BARapport Dimensionnement BA
Rapport Dimensionnement BA
 
Ogc2 le metré
Ogc2   le metréOgc2   le metré
Ogc2 le metré
 
Terrassement - calcul de volume
Terrassement - calcul de volume Terrassement - calcul de volume
Terrassement - calcul de volume
 
Exercice corrigé en Bael - télécharger ici : http://goo.gl/6sYhUz
Exercice corrigé en Bael - télécharger ici : http://goo.gl/6sYhUzExercice corrigé en Bael - télécharger ici : http://goo.gl/6sYhUz
Exercice corrigé en Bael - télécharger ici : http://goo.gl/6sYhUz
 
Descente de charge - Calcul en excel - télécharger ici http://goo.gl/QlXzmc
Descente de charge - Calcul en excel - télécharger ici http://goo.gl/QlXzmcDescente de charge - Calcul en excel - télécharger ici http://goo.gl/QlXzmc
Descente de charge - Calcul en excel - télécharger ici http://goo.gl/QlXzmc
 
Catalogue formation Autodesk Robot Structural Analysis
Catalogue formation Autodesk Robot Structural AnalysisCatalogue formation Autodesk Robot Structural Analysis
Catalogue formation Autodesk Robot Structural Analysis
 

Similaire à Integrales doubles-ou-triples

Théorie des distributions
Théorie des distributionsThéorie des distributions
Théorie des distributions
Dodovrosky Francisco Medrano Rocha
 
Étude des fonctions à plusieurs variables (GEII MA32)
Étude des fonctions à plusieurs variables (GEII MA32)Étude des fonctions à plusieurs variables (GEII MA32)
Étude des fonctions à plusieurs variables (GEII MA32)
Frédéric Morain-Nicolier
 
fctusuelle-1.pdf
fctusuelle-1.pdffctusuelle-1.pdf
fctusuelle-1.pdf
TARIQBARKI3
 
Omp math nombres-complexes
Omp math nombres-complexesOmp math nombres-complexes
Omp math nombres-complexes
Ahmed Ali
 
intégrale triple
intégrale tripleintégrale triple
intégrale triple
Kum Visal
 
01_LES_TENSEURS.pdf
01_LES_TENSEURS.pdf01_LES_TENSEURS.pdf
01_LES_TENSEURS.pdf
NSANGOU1
 
Généralisation du théorème de weierstrass et application
Généralisation du théorème de weierstrass et applicationGénéralisation du théorème de weierstrass et application
Généralisation du théorème de weierstrass et application
Kamel Djeddi
 
Cours de maths sur optimisation 1 ère année d’école d’ingénieur
Cours de maths sur optimisation 1 ère année d’école d’ingénieurCours de maths sur optimisation 1 ère année d’école d’ingénieur
Cours de maths sur optimisation 1 ère année d’école d’ingénieur
SeiliOk
 
Electrostatique et Electrocinetique. Rappel de cours et exercices corriges de...
Electrostatique et Electrocinetique. Rappel de cours et exercices corriges de...Electrostatique et Electrocinetique. Rappel de cours et exercices corriges de...
Electrostatique et Electrocinetique. Rappel de cours et exercices corriges de...
ssuserf33fd0
 
Cours-maths3-2eme-Annee-ST.pdf
Cours-maths3-2eme-Annee-ST.pdfCours-maths3-2eme-Annee-ST.pdf
Cours-maths3-2eme-Annee-ST.pdf
ArsalanTlm
 
CAPES maths 2019 composition 1
CAPES maths 2019 composition 1CAPES maths 2019 composition 1
CAPES maths 2019 composition 1
Dany-Jack Mercier
 
polynomeEtendomorphismeAlgebre3Cyclepreparatoireintegree.pdf
polynomeEtendomorphismeAlgebre3Cyclepreparatoireintegree.pdfpolynomeEtendomorphismeAlgebre3Cyclepreparatoireintegree.pdf
polynomeEtendomorphismeAlgebre3Cyclepreparatoireintegree.pdf
ssuserda6d08
 
Résolution numérique de l'équation de Black Scholes en python
Résolution numérique de l'équation de Black Scholes en pythonRésolution numérique de l'équation de Black Scholes en python
Résolution numérique de l'équation de Black Scholes en python
Ali SIDIBE
 
Devoir Math Bac 2011_La Correction
Devoir Math Bac 2011_La CorrectionDevoir Math Bac 2011_La Correction
Devoir Math Bac 2011_La Correction
Achraf Frouja
 
Rappels math - www.coursdefsjes.com
Rappels math - www.coursdefsjes.comRappels math - www.coursdefsjes.com
Rappels math - www.coursdefsjes.com
cours fsjes
 
01 lois-à-densité
01 lois-à-densité01 lois-à-densité
01 lois-à-densité
Manar Sefiane
 
219146492 algebre-lineaire
219146492 algebre-lineaire219146492 algebre-lineaire
219146492 algebre-lineaire
mohamedchaouche
 

Similaire à Integrales doubles-ou-triples (20)

Théorie des distributions
Théorie des distributionsThéorie des distributions
Théorie des distributions
 
Étude des fonctions à plusieurs variables (GEII MA32)
Étude des fonctions à plusieurs variables (GEII MA32)Étude des fonctions à plusieurs variables (GEII MA32)
Étude des fonctions à plusieurs variables (GEII MA32)
 
An2 integ mul
An2 integ mulAn2 integ mul
An2 integ mul
 
fctusuelle-1.pdf
fctusuelle-1.pdffctusuelle-1.pdf
fctusuelle-1.pdf
 
Omp math nombres-complexes
Omp math nombres-complexesOmp math nombres-complexes
Omp math nombres-complexes
 
intégrale triple
intégrale tripleintégrale triple
intégrale triple
 
01_LES_TENSEURS.pdf
01_LES_TENSEURS.pdf01_LES_TENSEURS.pdf
01_LES_TENSEURS.pdf
 
Généralisation du théorème de weierstrass et application
Généralisation du théorème de weierstrass et applicationGénéralisation du théorème de weierstrass et application
Généralisation du théorème de weierstrass et application
 
Cours de maths sur optimisation 1 ère année d’école d’ingénieur
Cours de maths sur optimisation 1 ère année d’école d’ingénieurCours de maths sur optimisation 1 ère année d’école d’ingénieur
Cours de maths sur optimisation 1 ère année d’école d’ingénieur
 
Electrostatique et Electrocinetique. Rappel de cours et exercices corriges de...
Electrostatique et Electrocinetique. Rappel de cours et exercices corriges de...Electrostatique et Electrocinetique. Rappel de cours et exercices corriges de...
Electrostatique et Electrocinetique. Rappel de cours et exercices corriges de...
 
Cours-maths3-2eme-Annee-ST.pdf
Cours-maths3-2eme-Annee-ST.pdfCours-maths3-2eme-Annee-ST.pdf
Cours-maths3-2eme-Annee-ST.pdf
 
Startimes2
Startimes2Startimes2
Startimes2
 
CAPES maths 2019 composition 1
CAPES maths 2019 composition 1CAPES maths 2019 composition 1
CAPES maths 2019 composition 1
 
polynomeEtendomorphismeAlgebre3Cyclepreparatoireintegree.pdf
polynomeEtendomorphismeAlgebre3Cyclepreparatoireintegree.pdfpolynomeEtendomorphismeAlgebre3Cyclepreparatoireintegree.pdf
polynomeEtendomorphismeAlgebre3Cyclepreparatoireintegree.pdf
 
cours2.pdf
cours2.pdfcours2.pdf
cours2.pdf
 
Résolution numérique de l'équation de Black Scholes en python
Résolution numérique de l'équation de Black Scholes en pythonRésolution numérique de l'équation de Black Scholes en python
Résolution numérique de l'équation de Black Scholes en python
 
Devoir Math Bac 2011_La Correction
Devoir Math Bac 2011_La CorrectionDevoir Math Bac 2011_La Correction
Devoir Math Bac 2011_La Correction
 
Rappels math - www.coursdefsjes.com
Rappels math - www.coursdefsjes.comRappels math - www.coursdefsjes.com
Rappels math - www.coursdefsjes.com
 
01 lois-à-densité
01 lois-à-densité01 lois-à-densité
01 lois-à-densité
 
219146492 algebre-lineaire
219146492 algebre-lineaire219146492 algebre-lineaire
219146492 algebre-lineaire
 

Plus de m.a bensaaoud

08 fiche01 modes metre_terrassements v3
08 fiche01 modes metre_terrassements v308 fiche01 modes metre_terrassements v3
08 fiche01 modes metre_terrassements v3
m.a bensaaoud
 
02 terrassements-et-fondations
02 terrassements-et-fondations02 terrassements-et-fondations
02 terrassements-et-fondations
m.a bensaaoud
 
02 mesure-terrestre-et-mesure-celeste
02 mesure-terrestre-et-mesure-celeste02 mesure-terrestre-et-mesure-celeste
02 mesure-terrestre-et-mesure-celeste
m.a bensaaoud
 
Metrologie termilnal
Metrologie termilnalMetrologie termilnal
Metrologie termilnal
m.a bensaaoud
 
Exercices sur la méthode de déplacement
Exercices sur la méthode de déplacementExercices sur la méthode de déplacement
Exercices sur la méthode de déplacement
m.a bensaaoud
 
De la-dictaure-a-la-democratie-french
De la-dictaure-a-la-democratie-frenchDe la-dictaure-a-la-democratie-french
De la-dictaure-a-la-democratie-french
m.a bensaaoud
 
Cours deplacements simplifies
Cours deplacements simplifiesCours deplacements simplifies
Cours deplacements simplifies
m.a bensaaoud
 
Chapitre 1 introduction
Chapitre 1 introductionChapitre 1 introduction
Chapitre 1 introduction
m.a bensaaoud
 
10 secret-pour-etre-creatif
10 secret-pour-etre-creatif10 secret-pour-etre-creatif
10 secret-pour-etre-creatif
m.a bensaaoud
 
Rattrapage 2000 2001
Rattrapage 2000 2001Rattrapage 2000 2001
Rattrapage 2000 2001
m.a bensaaoud
 
Lmd st3 m.r. février2008
Lmd st3 m.r.  février2008Lmd st3 m.r.  février2008
Lmd st3 m.r. février2008
m.a bensaaoud
 
Calcul de-la-capacite-portantemin-situ
Calcul de-la-capacite-portantemin-situCalcul de-la-capacite-portantemin-situ
Calcul de-la-capacite-portantemin-situ
m.a bensaaoud
 
Etude des-couts-et-des-prix
Etude des-couts-et-des-prixEtude des-couts-et-des-prix
Etude des-couts-et-des-prix
m.a bensaaoud
 

Plus de m.a bensaaoud (20)

Bton précontrainte
Bton précontrainteBton précontrainte
Bton précontrainte
 
Assainissement
AssainissementAssainissement
Assainissement
 
08 fiche01 modes metre_terrassements v3
08 fiche01 modes metre_terrassements v308 fiche01 modes metre_terrassements v3
08 fiche01 modes metre_terrassements v3
 
02 terrassements-et-fondations
02 terrassements-et-fondations02 terrassements-et-fondations
02 terrassements-et-fondations
 
02 mesure-terrestre-et-mesure-celeste
02 mesure-terrestre-et-mesure-celeste02 mesure-terrestre-et-mesure-celeste
02 mesure-terrestre-et-mesure-celeste
 
Ciment
CimentCiment
Ciment
 
Metrologie termilnal
Metrologie termilnalMetrologie termilnal
Metrologie termilnal
 
Exercices sur la méthode de déplacement
Exercices sur la méthode de déplacementExercices sur la méthode de déplacement
Exercices sur la méthode de déplacement
 
De la-dictaure-a-la-democratie-french
De la-dictaure-a-la-democratie-frenchDe la-dictaure-a-la-democratie-french
De la-dictaure-a-la-democratie-french
 
Cours deplacements simplifies
Cours deplacements simplifiesCours deplacements simplifies
Cours deplacements simplifies
 
Chauxgrasse
ChauxgrasseChauxgrasse
Chauxgrasse
 
Chapitre 1 introduction
Chapitre 1 introductionChapitre 1 introduction
Chapitre 1 introduction
 
10 secret-pour-etre-creatif
10 secret-pour-etre-creatif10 secret-pour-etre-creatif
10 secret-pour-etre-creatif
 
Synthèse juin 2000
Synthèse  juin 2000Synthèse  juin 2000
Synthèse juin 2000
 
Rattrapage 2000 2001
Rattrapage 2000 2001Rattrapage 2000 2001
Rattrapage 2000 2001
 
Emd2 mai 2001
Emd2   mai 2001Emd2   mai 2001
Emd2 mai 2001
 
Emd1 2000 2001
Emd1    2000 2001Emd1    2000 2001
Emd1 2000 2001
 
Lmd st3 m.r. février2008
Lmd st3 m.r.  février2008Lmd st3 m.r.  février2008
Lmd st3 m.r. février2008
 
Calcul de-la-capacite-portantemin-situ
Calcul de-la-capacite-portantemin-situCalcul de-la-capacite-portantemin-situ
Calcul de-la-capacite-portantemin-situ
 
Etude des-couts-et-des-prix
Etude des-couts-et-des-prixEtude des-couts-et-des-prix
Etude des-couts-et-des-prix
 

Integrales doubles-ou-triples

  • 1. Cours de Math´ematiques Compl´ements de calcul int´egral Sommaire Compl´ements de calcul int´egral Sommaire I Int´egrales doubles ou triples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I.1 Int´egrales doubles : th´eor`emes de Fubini . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I.2 Int´egrales doubles : Changement de variables . . . . . . . . . . . . . . 2 I.3 Formule de Grien-Riemann et applications . . . . . . . . . . . . . . . . 3 I.4 Int´egrales triples : Th´eor`emes de Fubini . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 I.5 Int´egrales triples : Changement de variables . . . . . . . . . . . . . . . 4 II Centres et moments d’inertie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 II.1 Cas d’une plaque plane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 II.2 Cas d’un solide en dimension 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 III Int´egrales curvilignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 III.1 Rappels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 III.2 D´efinition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 III.3 Cas des formes exactes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 IV Notions d’analyse vectorielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 IV.1 Champs de scalaires et champs de vecteurs . . . . . . . . . . . . . . . 10 IV.2 Circulation et gradient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 IV.3 Divergence et rotationnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 IV.4 Quelques formules d’analyse vectorielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 IV.5 Potentiels scalaires et potentiels vecteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Page 1 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A. Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation individuelle et priv´ee sont interdites.
  • 2. Cours de Math´ematiques Compl´ements de calcul int´egral Partie I : Int´egrales doubles ou triples I Int´egrales doubles ou triples I.1 Int´egrales doubles : th´eor`emes de Fubini Th´eor`eme Soient u, v deux applications continues de [a, b] dans IR, avec u ≤ v. Soit ∆ le compact du plan d´efini par : a ≤ x ≤ b et u(x) ≤ y ≤ v(x). Soit f : ∆ → IR, continue. On a l’´egalit´e : ∆ f(x, y) dx dy = b a v(x) u(x) f(x, y) dy dx. Th´eor`eme Soient u, v deux applications continues de [c, d] dans IR, avec u ≤ v. Soi ∆ le compact du plan d´efini par : c ≤ y ≤ d et u(y) ≤ x ≤ v(y). Soit f : ∆ → IR, continue. On a l’´egalit´e : ∆ f(x, y) dx dy = d c v(y) u(y) f(x, y) dx dy. Cas particuliers – Soit ∆ le compact [a, b] × [c, d]. Soit f : ∆ → IR, continue. On a l’´egalit´e : ∆ f(x, y) dx dy = d c b a f(x, y) dx dy = b a d c f(x, y) dy dx. – Supposons notamment que f(x, y) ≡ ϕ(x)ψ(y), o`u ϕ et ψ sont continues. Alors on a l’´egalit´e : ∆ f(x, y) dx dy = b a ϕ(x) dx d c ψ(y) dy. I.2 Int´egrales doubles : Changement de variables Proposition Soit f une application continue sur le compact ∆, inclus dans l’ouvert V . Soient D un compact inclus dans l’ouvert U et ϕ : U → V de classe C1 telle que ϕ(D) = ∆. On suppose que ϕ est injective ou sinon que l’ensemble des points de ∆ qui ont plusieurs ant´ec´edents a une aire nulle. On note (u, v) → ϕ(u, v) = (x(u, v), y(u, v)) ce changement de variables. Soit J(u, v) = D(x, y) D(u, v) le jacobien de ϕ en un point quelconque de U. Alors on a l’´egalit´e : ∆ f(x, y) dx dy = D f(x(u, v), y(u, v)) D(x, y) D(u, v) du dv Page 2 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A. Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation individuelle et priv´ee sont interdites.
  • 3. Cours de Math´ematiques Compl´ements de calcul int´egral Partie I : Int´egrales doubles ou triples Passage en coordonn´ees polaires La formule s’´ecrit : ∆ f(x, y) dx dy = D f(ρ cos θ, ρ sin θ) ρ dρ dθ I.3 Formule de Grien-Riemann et applications Proposition Soit ∆ un compact de IR2 , de fronti`ere δ. On suppose que δ est sans point double, et orient´ee dans le sens positif : si on suit cette fronti`ere orient´ee, on laisse ∆ sur sa gauche. Soit ω = P dx + Q dy une forme diff´erentielle de classe C1 sur un ouvert U contenant ∆. Alors δ ω = δ P(x, y) dx + Q(x, y) dy = ∆ ∂Q ∂x − ∂P ∂y dx dy. Cons´equences – Aires planes se ramenant `a des int´egrales curvilignes Avec les notations ci-dessus, l’aire A(∆) de ∆ s’obtient par : A(∆) = δ x dy = − δ y dx = 1 2 δ (x dy − y dx) – Calcul des aires de domaines d´efinis en coordonn´ees polaires Soit ∆ le domaine du plan limit´e par les demi-droites issues de O d’angles polaires θ1 ≤ θ2, et par la courbe d’´equation ρ = ρ(θ) ≥ 0. Alors l’aire de ∆ s’´ecrit : A(∆) = 1 2 θ2 θ1 ρ2 (θ) dθ. I.4 Int´egrales triples : Th´eor`emes de Fubini Th´eor`eme Soit D un compact de IR2 et u, v deux applications continues de D dans IR. Soit ∆ le compact de IR3 d´efini par : (x, y) ∈ D, u(x, y) ≤ z ≤ v(x, y). Soit f une application continue d´efinie sur ∆, `a valeurs r´eelles. Alors on a l’´egalit´e : ∆ f(x, y, z) dx dy dz = D u(x,y) v(x, y)f(x, y, z) dz dx dy Th´eor`eme Soit ∆ un compact de IR3 limit´e inf´erieurement par z = a et sup´erieurement par z = b. Pour tout z de [a, b] soit Dz = {(x, y) ∈ IR2 , (x, y, z) ∈ ∆}. Soit f une application continue d´efinie sur ∆, `a valeurs r´eelles. Alors on a l’´egalit´e : ∆ f(x, y, z) dx dy dz = c a Dz f(x, y, z) dx dy dz Page 3 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A. Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation individuelle et priv´ee sont interdites.
  • 4. Cours de Math´ematiques Compl´ements de calcul int´egral Partie I : Int´egrales doubles ou triples Cas particuliers – Soit ∆ le compact de IR3 d´efini par ∆ = [p, q] × [r, s] × [t, u]. Alors, par exemple : ∆ f(x, y, z) dx dy dz = u t s r q p f(x, y, z) dx dy dz. – En particulier, si f(x, y, z) ≡ ϕ(x)ψ(y)ξ(z), o`u ϕ, ψ, ξ sont continues : ∆ f(x, y, z) dx dy dz = q p ϕ(x) dx s r ψ(y) dy u t ξ(z) dz. I.5 Int´egrales triples : Changement de variables Proposition Soit f une application continue sur le compact ∆, inclus dans l’ouvert V . Soient D un compact inclus dans l’ouvert U et ϕ : U → V de classe C1 , telle que ϕ(D) = ∆. On suppose que ϕ est injective ou sinon que l’ensemble des points de ∆ qui ont plusieurs ant´ec´edents a un volume nul. On note (u, v, w) → ϕ(u, v, w) = (x(u, v, w), y(u, v, w), z(u, v, w)). Soit J(u, v, w) = D(x, y, z) D(u, v, w) le jacobien de ϕ en un point quelconque de U. Alors on a l’´egalit´e : ∆ f(x, y, z) dx dy dz = D f(x(u, v, w), y(u, v, w), z(u, v, w)) D(x, y, z) D(u, v, w) du dv dw Exemples – Passage en coordonn´ees cylindriques La formule s’´ecrit : ∆ f(x, y, z) dx dy dz = D f(ρ cos θ, ρ sin θ, z) ρ dρ dθ dz. – Passage en coordonn´ees sph´eriques Avec x = r cos θ sin ϕ, y = r sin θ sin ϕ, et z = r cos ϕ, o`u θ d´esigne la longitude et ϕ la colatitude, et en notant g l’application d´efinie par g(r, θ, ϕ) = f(x, y, z), la formule devient : ∆ f(x, y, z) dx dy dz = D g(r, θ, ϕ) r2 sin ϕ dr dθ dϕ. Page 4 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A. Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation individuelle et priv´ee sont interdites.
  • 5. Cours de Math´ematiques Compl´ements de calcul int´egral Partie II : Centres et moments d’inertie II Centres et moments d’inertie II.1 Cas d’une plaque plane On d´efinit ici les ´el´ements d’inertie d’une plaque du plan Oxy limit´ee par un compact D, et “recouverte” d’une densit´e surfacique µ(x, y) ≥ 0. D´efinition La masse d’une plaque plane est l’int´egrale de sa densit´e : m(D) = µ(x, y) dx dy. Remarque On suppose que la plaque est homog`ene, c’est-`a-dire recouverte d’une densit´e constante µ. Alors m(D) = µA(D), o`u A(D) = dx dy est l’aire de D. D´efinition Le centre d’inertie G de la plaque D est d´efini par −→ OG = 1 m(D) D −→ 0Mµ(x, y) dx dy, o`u M = (x, y) est un point parcourant D et o`u m(D) est la masse de la plaque D. Remarques – Si D est homog`ene alors −→ OG = 1 A(D) D −→ 0M dx dy o`u A(D) est l’aire de la plaque D. – Les coordonn´ees de G s’obtiennent par projection : xG = 1 m(D) D xµ(x, y) dx dy, et yG = 1 m(D) D yµ(x, y) dx dy. Et dans le cas d’une plaque homog`ene : xG = 1 A(D) D x dx dy, et yG = 1 A(D) D y dx dy. – Des consid´erations de sym´etrie peuvent souvent faciliter le calcul des coordonn´ees de G. D´efinition Soit D un compact du plan. On d´esigne ici par Γ un point ou une droite du plan. Le moment d’inertie de D par rapport `a Γ est IΓ = D d(M, Γ)2 µ(x, y) dx dy, o`u d(M, Γ) est la distance du point courant M(x, y) de D `a Γ. Remarques et exemples – Les moments d’inertie sont homog`enes au produit d’une masse par le carr´e d’une distance. – Le moment d’inertie de D par rapport `a l’axe Ox est I0x = D y2 µ(x, y) dx dy. – Le moment d’inertie de D par rapport `a l’axe Oy est IOy = D x2 µ(x, y) dx dy. – Le moment d’inertie de D par rapport `a O est IO = D (x2 + y2 )µ(x, y) dx dy = I0x + I0y. Page 5 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A. Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation individuelle et priv´ee sont interdites.
  • 6. Cours de Math´ematiques Compl´ements de calcul int´egral Partie II : Centres et moments d’inertie II.2 Cas d’un solide en dimension 3 On d´efinit ici les ´el´ements d’inertie d’un solide de l’espace Oxy limit´e par un compact D, et muni d’une densit´e volumique µ(x, y, z) ≥ 0. D´efinition La masse du solide D est l’int´egrale de sa densit´e : m(D) = D µ(x, y, z) dx dy dz. Remarque Supposons que le solide D soit homog`ene, c’est-`a-dire de densit´e constante µ. Alors la masse de D est m(D) = µV (D), o`u V (D) = D dx dy dz est le volume de D. D´efinition Le centre d’inertie du solide D est le point G d´efini par : −→ OG = 1 m(D) D −→ 0Mµ(x, y, z) dx dy dz. Remarques – Si D est homog`ene alors −→ OG = 1 V (D) D −→ 0M dx dy dz o`u V (D) est le volume de D. – Les coordonn´ees de G s’obtiennent par projection : xG = 1 m(D) D xµ(x, y, z) dx dy dz, yG = 1 m(D) D yµ(x, y, z) dx dy dz et zG = 1 m(D) D zµ(x, y, z) dx dy dz. – Dans le cas d’une plaque homog`ene : xG = 1 A(D) D x dx dy dz yG = 1 A(D) D y dx dy dz zG = 1 A(D) D z dx dy dz – Des consid´erations de sym´etries peuvent souvent faciliter le calcul des coordonn´ees de G. D´efinition On d´esigne ici par Γ un point, une droite ou un plan de l’espace. Le moment d’inertie de D par rapport `a Γ est IΓ = D d(M, Γ)2 µ(x, y, z) dx dy dz, o`u d(M, Γ) est la distance du point courant M(x, y, z) de D `a Γ. Page 6 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A. Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation individuelle et priv´ee sont interdites.
  • 7. Cours de Math´ematiques Compl´ements de calcul int´egral Partie II : Centres et moments d’inertie Remarques et exemples – Les moments d’inertie sont homog`enes au produit d’une masse par le carr´e d’une distance. – Le moment d’inertie de D par rapport au plan Oxy est I0xy = D z2 µ(x, y, z) dx dy dz. – Le moment d’inertie par rapport au plan Oxz est I0xz = D y2 µ(x, y, z) dx dy dz. – Le moment d’inertie par rapport au plan Oyz est I0yz = D x2 µ(x, y, z) dx dy dz. – Le moment d’inertie par rapport `a l’axe Ox est I0x = D (y2 + z2 )µ(x, y, z) dx dy dz. On constate que IOx = IOxy + IOxz. – Le moment d’inertie par rapport `a l’origine est I0 = D (x2 + y2 + z2 )µ(x, y, z) dx dy dz. On constate que I0 = IOxy + IOxz + IOyz. Page 7 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A. Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation individuelle et priv´ee sont interdites.
  • 8. Cours de Math´ematiques Compl´ements de calcul int´egral Partie III : Int´egrales curvilignes III Int´egrales curvilignes III.1 Rappels – On consid`ere ici l’espace affine euclidien E3 de dimension 3, identifi´e `a IR3 par le choix d’un rep`ere orthonorm´e. Un point M de E3 est identifi´e au triplet (x, y, z) de ses coordonn´ees. – Un arc param´etr´e (I, ϕ) est la donn´ee d’un intervalle I et d’une application ϕ : I ⊂ IR → E3. – L’image de t est not´ee M(t). C’est le “point de param`etre t”. On notera x(t), y(t), z(t) les coordonn´ees de M(t). – L’ensemble des points M(t), quand t parcourt l’intervalle I, est appel´e le support de l’arc. – L’arc (I, ϕ) est dit continu (resp. de classe Ck ) si ϕ est continue (resp. de classe Ck ). III.2 D´efinition D´efinition Soit γ = ([a, b], ϕ) un arc C1 de support contenu dans l’ouvert Ω. Soit ω = P(x, y, z) dx + Q(x, y, z) dy + R(x, y, z) dz une forme diff´erentielle continue sur Ω. Pour tout M de Ω la quantit´e ω(M) est donc une forme lin´eaire sur IR3 d´efinie par : ∀h = (α, β, γ) ∈ IR3 , ω(M)(h) = αP(M) + βQ(M) + γR(M). On appelle int´egrale curviligne de ω le long de l’arc γ le r´eel not´e γ ω ´egal `a : b a ω(M(t))M (t) dt = b a (P(M(t)) x (t) + Q(M(t)) y (t) + R(M(t)) z (t)) dt. Propri´et´es – La quantit´e γ ω est lin´eaire par rapport `a ω. – L’int´egrale curviligne de ω sur un arc ferm´e ne d´epend pas de l’origine choisie sur cet arc. – On g´en´eralise facilement, par la relation de “Chasles”, la d´efinition de γ ω au cas d’un arc γ = (I, ϕ) o`u ϕ est continue sur I et seulement C1 par morceaux. III.3 Cas des formes exactes Proposition Soit ([a, b], ϕ) un arc C1 par morceaux de support contenu dans Ω ouvert. Soient A = M(a) et B = M(b) l’origine et l’extr´emit´e de l’arc γ. Soit ω = df une forme diff´erentielle exacte sur Ω, o`u f est une application de classe C1 . Alors on a l’´egalit´e : γ ω = f(B) − f(A). Page 8 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A. Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation individuelle et priv´ee sont interdites.
  • 9. Cours de Math´ematiques Compl´ements de calcul int´egral Partie III : Int´egrales curvilignes Remarques – L’int´egrale curviligne d’une forme diff´erentielle ω exacte sur un arc param´etr´e ne d´epend que des extr´emit´es de l’arc et est ´egale `a l’accroissement d’une primitive quelconque de ω. – En particulier, si γ est un arc ferm´e alors γ ω = 0. Page 9 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A. Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation individuelle et priv´ee sont interdites.
  • 10. Cours de Math´ematiques Compl´ements de calcul int´egral Partie IV : Notions d’analyse vectorielle IV Notions d’analyse vectorielle Soit E3 l’espace affine euclidien orient´e de dimension 3, rapport´e `a un rep`ere orthonorm´e direct. Un point M de E3 est identifi´e au triplet (x, y, z) de ses coordonn´ees. On d´esigne par Ω un ouvert de E3. IV.1 Champs de scalaires et champs de vecteurs D´efinition Un champ de scalaires sur l’ouvert Ω est une application f de Ω dans IR. Remarques – On dit que ce champ est continu (respectivement de classe Ck ) si l’application f qui au point M(x, y, z) associe f(M) = f(x, y, z) est continue (respectivement de classe Ck ). – Les surfaces d’´equations f(M) = λ sont appel´ees surfaces de niveau de f. D´efinition Un champ de vecteurs sur l’ouvert Ω est une application E de Ω dans IR3 . Remarques – Un champ de vecteurs E est d´etermin´e par trois champs de scalaires P, Q, R : ∀M(x, y, z) ∈ E3, E(M) = (P(M), Q(M), R(M)). – Le champ E est continu (resp. de classe Ck ) ⇔ P, Q, R sont continus (resp. de classe Ck ). – Les lignes de champ de E sont les arcs Γ tels qu’en tout point M de Γ, le vecteur E(M) soit port´e par la tangente en M `a l’arc Γ. IV.2 Circulation et gradient D´efinition (Circulation d’un champ de vecteurs) Au champ E = (P, Q, R) correspond la forme diff´erentielle ω = P dx + Q dy + R dz. Soit γ = ([a, b], ϕ) un arc param´etr´e de support inclus dans Ω. L’int´egrale curviligne de ω sur l’arc γ est appel´ee circulation du champ E le long de cet arc. Elle se note γ −−−→ E(M) · −−→ dM. Par cons´equent : γ −−−→ E(M) · −−→ dM = γ ω = b a (P(M) x (t) + Q(M) y (t) + R(M) z (t)) dt. Page 10 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A. Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation individuelle et priv´ee sont interdites.
  • 11. Cours de Math´ematiques Compl´ements de calcul int´egral Partie IV : Notions d’analyse vectorielle D´efinition (Gradient d’un champ de scalaires) Soit f un champ de scalaires sur l’ouvert Ω de E3, de classe C1 . On appelle gradient de f le champ de vecteurs, not´e grad(f), d´efini par : ∀M(x, y, z) ∈ Ω, grad(f)(M) = ∂f ∂x (M), ∂f ∂y (M), ∂f ∂z (M) D´efinition (Champs de gradients) On dit qu’un champ de vecteurs E = (P, Q, R) est un champ de gradients sur Ω s’il existe un champ f de classe C1 sur Ω tel que E = grad(f). Remarques – Le champ de vecteurs E = (P, Q, R) est un champ de gradients ⇔ la forme diff´erentielle w = Pdx + Qdy + Rdz est exacte. Plus pr´ecis´ement : E = grad(f) ⇔ ω = df. – Si E = grad(f), on dit que f est un potentiel scalaire du champ E. Les lignes de champs de E sont les trajectoires orthogonales des surfaces de niveau de f, appel´ees ici ´equipotentielles. – Soit E = grad(f) un champ de gradients. La circulation de E le long de l’arc param´etr´e γ = ([a, b], ϕ) est ´egale `a f(B) − f(A), c’est-`a-dire `a l’accroissement du potentiel scalaire f. IV.3 Divergence et rotationnel D´efinition (Divergence d’un champ de vecteurs) Soit E = (P, Q, R) un champ de vecteurs, de classe C1 sur l’ouvert Ω de E3. On appelle divergence de E, et on note div(E), le champ de scalaires d´efini sur Ω par : ∀M ∈ Ω, div(E)(M) = ∂P ∂x (M) + ∂Q ∂y (M) + ∂R ∂z (M). Interpr´etation div(E) est le produit scalaire −→ i · ∂E ∂x + −→ j · ∂E ∂y + −→ k · ∂E ∂z . D´efinition (Rotationnel d’un champ de vecteurs) Soit E = (P, Q, R) un champ de vecteurs, de classe C1 sur l’ouvert Ω de E3. On appelle rotationnel de E, le champ de vecteurs d´efini sur Ω par : ∀M ∈ Ω, rot(E)(M) = ∂R ∂y (M) − ∂Q ∂z (M), ∂P ∂z (M) − ∂R ∂x (M), ∂Q ∂x (M) − ∂P ∂y (M) Page 11 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A. Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation individuelle et priv´ee sont interdites.
  • 12. Cours de Math´ematiques Compl´ements de calcul int´egral Partie IV : Notions d’analyse vectorielle Interpr´etation et notation – rot(E) est le champ de vecteurs −→ i ∧ −→ ∂E ∂x + −→ j ∧ −→ ∂E ∂y + −→ k ∧ −→ ∂E ∂z . – Avec l’op´erateur “Nabla” : =         ∂ ∂x ∂ ∂y ∂ ∂z         , rot(E) = ∧ E =        ∂ ∂x ∂ ∂y ∂ ∂z        ∧      P Q R      =        ∂R ∂y − ∂Q ∂z ∂P ∂z − ∂R ∂x ∂Q ∂x − ∂P ∂y        . D´efinition (Champs de rotationnels) On dit qu’un champ de vecteurs E de classe C1 est un champ de rotationnels s’il existe un champ de vecteurs continu F tel que, sur l’ouvert Ω, on ait E = rot(F). On dit alors que E d´erive du potentiel vecteur F. D´efinition (Laplacien d’un champ de scalaires) Soit f un champ de scalaires, de classe C2 sur l’ouvert Ω de E3. On appelle laplacien de f le champ de scalaires, not´e ∆f d´efini par : ∀M ∈ Ω, ∆f(M) = ∂2 f ∂x2 (M) + ∂2 f ∂y2 (M) + ∂2 f ∂z2 (M). Remarques – On remarque que le champ ∆f s’´ecrit ∆f = div(grad(f)). – On dit que f est harmonique sur Ω si son laplacien ∆f est nul sur Ω. IV.4 Quelques formules d’analyse vectorielle – Soient f, g des champs scalaires de classe C1 sur Ω, et λ, µ ∈ IR. Soient E, F des champs de vecteurs de classe C1 sur Ω. On a les ´egalit´es suivantes : grad(λf + µg) = λgrad(f) + µgrad(g) grad(fg) = fgrad(g) + ggrad(f) div(λE + λF) = λdiv(E) + µdiv(F) rot(λE + µF) = λrot(E) + µrot(F) div(fE) = fdiv(E)+ < grad(f), E > rot(fE) = frot(E) + grad(f) ∧ E div(E ∧ F) = < F, rot(E) > − < E, rot(F) > – Soient f, g des champs scalaires de classe C2 sur Ω, et λ, µ ∈ IR. Soient E, F des champs de vecteurs de classe C2 sur Ω. On a les ´egalit´es suivantes : Page 12 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A. Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation individuelle et priv´ee sont interdites.
  • 13. Cours de Math´ematiques Compl´ements de calcul int´egral Partie IV : Notions d’analyse vectorielle ∆(λf + µg) = λ∆(f) + µ∆(g) ∆(fg) = f∆(g) + g∆(f) + 2 < grad(f), grad(g) > rot(grad(f)) = 0 et div(rot(E)) = 0 rot(fgrad(g)) = grad(f) ∧ grad(g) IV.5 Potentiels scalaires et potentiels vecteurs Les champs sont suppos´es d´efinis sur un ouvert Ω de E3. Proposition Si le champ E, de classe C1 , est un champ de rotationnels alors div(E) ≡ 0. La r´eciproque est vraie si l’ouvert Ω est ´etoil´e. Les potentiels vecteurs de E sont alors les champs F = F0 + grad(f), o`u F0 est un potentiel vecteur particulier et o`u f est un champ scalaire quelconque de classe C1 . Proposition Si le champ E, de classe C1 , est un champ de gradients alors rot(E) ≡ 0. Si Ω est ´etoil´e, la r´eciproque est vraie : les potentiels scalaires de E sont alors les champs f = f0 +λ, o`u f0 est un potentiel scalaire particulier et o`u λ est un champ scalaire constant quelconque. Page 13 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net c EduKlub S.A. Tous droits de l’auteur des œuvres r´eserv´es. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation individuelle et priv´ee sont interdites.