SlideShare une entreprise Scribd logo
Les communautés d’apprentissage
Repères théoriques et globaux, issus principalement de
«les communautés d’apprentissage» de Denis Cristol,
paru au ESF edition.
Rémi Poupinet Synlab 20161
Avant tout :
2
POURQUOI CE DOCUMENT ?
• définir les besoins et le contexte de la communauté propre à son projet,
• connaitre le rythme nécessaire pour accompagner une communauté,
• déployer les outils adéquats,
• s’adapter à leur évolution,
• d’estimer leurs potentiels évolutions.
À QUELLE OCCASION ?
• Au démarrage d’un projet qui engage la création d’une communauté
d’apprentissage : Il cible des individus qui cherchent à se fédérer et
demande accompagnement ou se sentent dépassés dans un contexte
professionnel.
• potentiel critère
d’évaluation
• questions ouvertes
points
importants
légende
Avant tout :
l’angle de vue est celle de la communauté et non directement celui d’un
métier ou d’un contexte professionnel.
3
Contexte
organisationnelCommunauté de
pratique
Autres groupesCommunauté de pratique avec ses
propres besoins, règles et structure.
CONTEXTE
COMMUNAUTAIRE
Chacun est sur son terrain professionnel,
dans le cadre d’une organisation.
CONTEXTE
PROFESSIONNEL
(et souvent organisationnel)
• Le contexte professionnel est seulement considérer support d’apprentissage
dont les connaissances développées seront matières à interations avec les autres
membres de la CP. Ses interactions satisfont les besoins de la communautés et peuvent
avoir comme objectif de répondre aux besoins professionnels.
Concept-map synthétique
de ce document
4
le membership
définition
entretenu par comportements prosociaux
entretenu par cycle de dons
les compétences de collaboration
situés dans les contextes
contextualisés dans le processus
selon les périmètres de collaboration
les besoins de la communauté
2 modèles de communauté
les phases de développement théorique
les étapes de création
réguler la pratique par les rôles
Comment une communauté se définit tout en évoluant ? les mécanismes
d’évolution (interne/externe)
accompagner une instution à la création d’une com.
Constitution d’un référentiel commun
les outils d’une pratique collective
la pratique dans l’apprentissage
faire par engagement
faire pour faire sens
Pratiquer : agir par engagement pour faire sens
Processus individuel/collectif d’apprentissage
Les compétences liées à l’agentivité (individuelle)
Définition
Les parcours d’apprentissage (individuel)
Apprendre à l’ère numérique
Le rapport individuel et collectif au savoir
développer de la connaissance selon les internes et externes
la pratique communautaire
l’engagement individuel dans les pratiques collectives
Apprendre ensemble en communauté
P.44
P.35
P.26
P.21
P.06
5
QU’EST CE QU’UNE COMMUNAUTÉ?
D’APPRENTISSAGE ?
PROFESSIONNEL ?
Développer la communauté par …
LE FONCTIONNEMENT
DE LA COMMUNAUTÉ
PAR LES PRATIQUES LIÉS À
L’APPRENTISSAGE
LA COLLABORATION
COMPORTEMENT ET POSTURE
PAR L’ENGAGEMENT MUTUEL
Pourquoi se fédérer ?
Une «communauté» parmi d’autres
Parmi les groupes socioprofessionnels
différents types de communauté de pratique
Communauté par mission ou par essence ?
Communauté ouverte ou fermée ?
Quel niveau d’homogénéité ?
Appliqué à l’apprentissage
les communautés d’apprentissage
Cartographie des CA et de CPro
La communauté d’apprentissage professionnel
Appliqué à l’Éducation
Évolution de l’apprentissage
l’enseignement éducatif, un contexte propice à l’émergence de
communauté de pratique
SOMMAIRE
6
Pourquoi se fédérer ?
Qu’est ce que les CP ?
Résoudre des
problèmes
Mutualiser des
ressources
rares
jouir de
relations
humaines
Faire évoluer les pratiques
(promouvoir et découvrir)
Ne pas s’épuiser à acculturer les collègues un à un.
Développer des
connaissances
stratégiques
Découvrir de
nouveaux
territoires
Développer des
compétences
professionnelles
Identifier des
profils pro-actifs
Quelle origine ?
• Méthode datant du XXs centré sur la connaissance
scientifique.
• En 1990, des chercheurs se sont intéressés à de
nouvelles valeurs et qualités de vie au travail.
Optimiser le savoir
• L’apprentissage n’est pas que des
processus mentaux. Il se pratique dans
des dimensions sociale et identitaire.
Il devient alors un intérêt partagé.
Une «communauté» parmi d’autres
Qu’est ce que les CP ?
7
Les communautés
d’apprentissage
Les communautés
de valeurs
Les communautés
d’intérêts
Les communautés
de pratique
Groupe de
travail
Équipe de projet
Réseaux
informels
LES COMMUNAUTÉS LES GROUPES
SOCIOPROFESSIONNELS
8
Parmi les groupes socioprofessionnels
Ces différents groupes peuvent être complémentaires,
offrir de nouvelles opportunités.
• But fédérateur.
• des participants divers et volontaires.
• un engagement authentique et
restaurateur.
• une gouvernance partagée.
• But imposé.
• des groupes prédéfinis.
• une mobilisation centrée sur leurs
compétences professionnelles.
• une gouvernance hiérarchique.
9
Différents types de communauté de pratique
Communauté par mission ou par essence ?
La CP parmi les communautés
10
• lié par un patrimoine commun
dissociable de soi
• lié par un patrimoine commun
indissociable de soi
OU
LES DEUX
• (la maison,
l’usine,
l’entreprise, le
village, le pays,
les ressources
naturelles, etc.)
• (liens familiaux,
langue, identité
religieuse,
connaissances ou
savoirs-faire partagés,
etc.)
http://www.mutinerie.org/les-communautes-3-communautes-dinteret-communautes-valeur/
Communauté ouverte ou fermée ?
Quoi vouloir renouveler, quoi vouloir conserver ?
11
Stratégie de recrutement : face à des nombreux membres éphémères,
la stabilité est garder par quelques profils à haut potentiel qui sont
responsables des postes clés.
• Dans un environnement instable
et complexe
• Dans un environnement stable et
compétitif
http://www.mutinerie.org/comprendre-les-communautes-1communautes-ouvertes-communautes-fermees/#.WASmRluY7pU
Quel niveau d’homogénéité ?
Quoi faire converger, quoi faire diversifier ?
12
• Comme une armée, «faire face comme
un seul homme».
L’action de «Converger» est adaptée pour l’apprentissage des
acquis existants, construction et défense de bases communes,
organisation d’expériences communes
L’action de «Diversifier» est adaptée pour la favoriser
la liberté individuelle, autodétermination, innovation,
autonomie des membres.
• Dans un environnement instable riche
et complexe
http://www.mutinerie.org/les-communautes-2-communautes-homogenes-communautes-heterogenes/analyser_une_communaute2-01/#.WASok1uY7pV
Les CP centré apprentissage et
développement professionnel
13
La communauté d’apprentissage
professionnelle
14
LES COMMUNAUTÉS
D’APPRENTISSAGE
Qui se définit comme un dispositif qui vise …
DIMENSION COGNITIVE
• Développement de la pratique pédagogique
• l’acquisition d’un savoir individuel et collectif
• la quête de sens
DIMENSION AFFECTIVE
• encouragement au partage de savoir
• soutien entre collèguesDIMENSION IDÉOLOGIQUE
• émancipation des enseignants
• créer une cohésion et une vision
commune dans l’école.
DIMENSION
PROFESSIONNELLE
INVESTI POUR UNE CAUSE
PROFESSIONNELLE : LA RÉUSSITE
DES ÉLÈVES.
• d’une maitrise de compétences
• de l’éducation globale
L’APPLICATION DES
CONNAISSANCES COLLECTIVES SUR
LES TERRAINS PROFESSIONNELS.
• mise à disposition
• adaptation
• conception
CONTEXTE PROFESSIONNEL
COMPLEXE : INTÉGRER D’AUTRES
ACTEURS ÉDUCATIFS.
• entre enseignants
• de différentes disciplines
• avec d’autres acteurs éducatifs
=
+
Vivre une CAP : appréciations de participants sur les retombées
professionnelles perçues Martine PETERS et Lorraine SAVOIE-ZAJC, Université
du Québec en Outaouais, Québec, Canada
La communauté d’apprentissage
professionnel
15
L’apprentissage en formation et entre
professionnel converge vers des
dynamiques de communauté.
16
Évolution de l’apprentissage
Contexte (lié à la formation)
EXEMPLES PROCESSUSFORMAT
RAPPORT AU
SAVOIR
sentiment d’émancipation dans
un apprentissage autonome. Il a
un projet d’apprendre.
solo-formation ?
* sociodidacte (Hermelin
2001,2009) apprenant jouit de
lier son apprentissage à celui des
autres
• sociodidacte*
L’enseignement éducatif, un contexte propice
à l’émergence de communauté de pratique
Contexte actuel
17
LES CONSÉQUENCES :
• Apparition d’une agentivité
collective (on l’évoque plus tard).
• Renouvellement des
marchés et services et des
conditions de créations.
• Renouvellement des
institutions
[1] les membres dirigent l’apprentissage collective en
agençant les conditions optimales pour apprendre par
soi-même et par l’interaction aux autres.
CONTRAINTE :
• Le contexte actuel
hérite de traditions
fortes et d’organisations
stables. Mais on remarque
l’épuisement des institutions.
• L’individu ne se suffit plus,
il cherche à s’affilier à des
communautés
émotionnelles ou affectives.
Les repères identitaires du
métier de l’enseignement
insatisfaisants.
prise en compte des besoins sociaux : from
«ego-system à éco-system» (Ulab, Otto
Scharmer 2012)
LEVIER :
• Depuis quelques années,
ce champ a été bousculé par
différents facteurs (dont l’outil
numérique) qui ont apporté
des espaces de liberté et où
les interactions sont moins
structurées (réseaux sociaux).
• Parmi tout ce qu’interrogent
les acteurs de ce contexte
émergents, la plus enrichissant
sont les relations de pouvoir.
Les communautés de pratique
explorent un rapport horizontal à
l’apprentissage.
18
les communautés de pratique
Les communautés de pratique sont des groupes d’individus
partageant le même intérêt, le même ensemble de
préoccupations (problèmes ou passions) autour d’un thème
spécifique et qui approfondissent leur connaissance et leur
expertise en interagissant régulièrement.»
Etienne Wenger (1998)
19
3 caractéristiques essentielles
Selon Wenger (1998)
Engagement mutuel pour
un domaine de savoir
(mutual engagement)
• Un objet commun vers lequel les membres satisfont
leurs attentes et leurs besoins (illustré par une question
authentique). Cet intérêt mutuel et volontaire est source
de cohésion : cela se base sur la complémentarité
des compétences et la capacité à lier efficacement les
connaissances à mobilisés.
• Recouvre les actions collectives qui contribuent à
l’orientation vers un objectif commun (la gouvernance,
l’animation, la collaboration).
• PAS que définir un objectif commun.
• Des ressources mobilisables (des règles) pour la
négociation des signification lors des interactions.
• Résultats des apprentissages, ce répertoire assure la
cohérence du fonctionnement.
• PAS qu’une plateforme de consensus collectif
Le fonctionnement d’une
entreprise commun
(joint entreprise)
Capacité à produire de la
pratique
(shared repertoire)
3 caractéristiques qui fait que la pratique constitue la
source de cohérence d’un groupe.
20
Engagement mutuel pour un domaine
de savoir
Définition
Les parcours d’apprentissage (individuel)
Apprendre à l’ère numérique
Le rapport individuel et collectif au savoir
Développer de la connaissance
21
Un engagement mutuel pour un domaine de
savoir
l’approche connectiviste de
l’apprentissage (Siemens 2005) p.62
• les organisations et les individus sont des organismes
apprenants.
• le connectivisme privilégie les liens et relations entre les
individus, et se fonde sur la diversité des opinions, stimulant
curiosité et motivation.
• Il situe l’apprentissage dans un environnement, où s‘inscrivent
les actions concrètes des apprenants, liés à des nœuds
spécialisés.
• apprentissage médiatisé par des appareils (qui accèlère les
interactions) et facilite l’apprentissage continu et mise à jour.
• Cela développe la capacité de voir les liens entre les domaines,
les idées et les concepts. la prise de décision devient alors un
apprentissage en soi.
Un intérêt équivalent ...
Pour que la communauté progresse dans ses connaissances,
chacun des aspects d’une question doivent être compris par
l’ensemble des participants. L’obligation de consensus impose
un approfondissement de la compréhension des idées ou des
principes clés impliqués dans le processus d’apprentissage.
... et des contributions différentes.
Selon ses propres connaissances et habiletés, chaque participant
sera occasionnellement au centre, en agissant comme ressource,
et, occasionnellement, en périphérie, en observateur. Ce
déplacement offre l’occasion à chacun d’estimer sa contribution et
brise le canal de pouvoir orienté vers l’enseignant.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%A9_d%27apprentissage#Les_7_jalons_vers_une_dynamique_
de_communaut.C3.A9_d.E2.80.99apprentissage
Défini par un intérêt/question
authentique
Elle émerge pendant la première phase de
développement de communauté «potentiel».
Exemple :
La notion de communauté dans la CAP gravite autour de
l’engagement volontaire des participants à soutenir la
réussite scolaire des élèves par la collaboration, la
collégialité, l’analyse des pratiques et le développement
de pratiques plus efficaces
(Furman, 1998; Hord, 1997; Stoll et Seashore Louis, 2007).
Vivre une CAP : appréciations de participants sur les retombées professionnelles perçues Martine
PETERS et Lorraine SAVOIE-ZAJC, Université du Québec en Outaouais, Québec, Canada
les parcours d’apprentissage (individuel)
22
• L’apprentissage se contextualise dans des parcours variés,
composés de formations, d’ateliers, de projets collaboratifs, etc.
• En combinant différents parcours, l’apprenant fait émerger du
savoir.
• l’engagement mutuel dans l’apprentissage permet non seulement de partager les
connaissances entre pairs, mais aussi de les négocier et de les fructifier.
FORMATION X
PROJET COLLABORATIF Z
ATELIER Y
1
1
2
1 2
23
Compétence sociale
• apprendre à adresser des signaux de
reconnaissances, de reformulation,
d’interaction,
• accepter l’apport d’un autre
• écouter l’autre
• Apprendre à donner et à recevoir
• faire preuve d’éthique (respect des droits)
En choisissant son projet d’apprentissage, l’apprenant réévalue ses schèmes et
se transforme. Cela est amplifié par la dimension sociale de l’apprentissage : la
construction de l’identité est désormais contextualisé au sein de la communauté.
Apprendre à l’ère numérique, ensemble
s’engager mutuellement Socle de compétences
• À quelle étape du processus
d’apprentissage ces compétences sont-
elles mobilisées ?
• quel projet de développement de
compétences à opérer ? Cristol p. 50
Compétence d’autonomie
• Définir son projet
• S’automotiver (se sentir compétent,
socialement affilié, capable de donner aux
autres)
• S’organiser
• diriger son attention
• réguler son apprentissage (faire régulièrement
des choix, et à les mener à bien)
• identifier les personnes et situations
favorables à l’apprentissage
Compétence informationnelle
• s’exprimer
• créer du contenu
• critiquer et qualifier les infos
• faire une veille
• documenter
Environnement d’apprentissage et évolution de l’individu dans sa quête, Cristol «Les communautés d’apprentissage», ESF editeur 2015 p.47
APPRENTISSAGE
dans le contexte de
24
Le rapport individuel et collectif au savoir
Un intérêt commun pour un domaine de savoir
• Mettre le savoir en débat permet de mieux se
l’approprier.
Le savoir se débat avec ceux qui hybride la culture avec d’autres
Le savoir se débat avec ceux qui veulent faire perdurer la culture dans la durée
Le savoir se débat avec les partisans de l’objectif de la CP
• Le savoir émerge par la combinaison de différents
parcours d’apprentissage et par la négociation avec
des pairs.
• Préserver les façons de faire (rituels et habitudes)
• Cadrer ce qu’il est bon de faire (lieu d’acculturation)
• Échanger sur les façons de faire (espace d’échange et
de partage)
• Faire face à l’adversité (protection, réconfort)
• Mener collectivement de l’action (perpétuer les
valeurs par des projets)
LES MEMBRES
APPRENNENT ET
NÉGOCIENT LE SAVOIR
LA COMMUNAUTÉ
CONSTRUIT DES SAVOIRS
PARTAGÉS
P.107
Développer de la connaissance
À l’écoute des éléments internes et externes à la communauté
25
transfert vers
terrain pro
ouverture vers
réseaux
soutien de
l’institution
pratique de marge
régénératrice
se repositionner,
mieux se définir,
fortifier la position
de la communauté
Le rôle de l’institution
• L’institution, structure stable, peut apporter un premier soutien
logistique à l’émergence de la communauté (lieux, ressources
matériels, etc.)
• Un cadre officiel n’empêche pas la création d’un milieu
peu hiérarchisé. Le pilotage et l’animation peuvent-être
indépendant de l’institution.
• Aussi, être reconnu par une institution donne de la légitimité
à certains acteurs de la CP et permet de fluidifier les
apprentissages de la CP vers le contexte organisationnel.
Les réseaux
• Chaque membre est une ouverture vers un autre réseau, la
communauté peut développer des temps pour croiser et évoluer
selon les opportunités remarquées.
Le potentiel d’une communauté est
de développer de la connaissance :
En restant à l’écoute des éléments
internes, elle se cultive par les bonnes
pratiques (issues de sa marge) ; des
éléments externes qui invite à de
potentiels repositionnements.
Connaissance de possibilité
«Face à cette situation professionnelle, je sais désormais qu’il est
possible de faire autrement».
Parfois en contradiction avec le contexte organisationnel (sa
culture, ses habitudes, son fonctionnement), cela demande donc
de l’autonomie et de la responsabilité face à ce détournement.
ÉLÉMENTS INTERNES
les connaissances sont le fruit :
• de négociation d’informations entre les membres (dans des temps
formels ou informels),
• de combinaisons de parcours d’apprentissage ou d’expériences
réalisées.
ÉLÉMENTS EXTERNES
COMMUNAUTÉORGANISATION
26
Capacité à créer de la pratique :
Constitution d’un référentiel commun
les outils d’une pratique collective
la pratique dans l’apprentissage
faire par engagement
faire pour faire sens
Pratiquer : agir par engagement pour faire sens
Processus individuel/collectif d’apprentissage
Les compétences liées à l’agentivité (individuelle)
pratique communautaire
l’engagement individuel dans les pratiques collectives
Apprendre ensemble en communauté
27
Constitution d’un référentiel commun
Capacité à produire de la pratique : échelle individuelle
Les routines
Boire un café, aller au restaurant, serrer la main, …
Les artefacts
Leçons d’apprentissage, les carnets de bords (par des
CR, un blog), les temps d’échange, les outils (techniques
et conceptuels), les dispositifs de formation, etc.
Le langage propre
La maîtrise du langage (expert et communautaire)
et des règles implicites s’acquiert par les multiples
interactions. L’expertise dans le domaine de savoir
n’est pas suffisant pour être familier au langage
communautaire.
L’interprétation partagée et
négociée
Des évènements, des expériences individuelles.
Pratiquer ces actions référentielles
demande un environnement neutre (en
confiance), centrale (habituel et qui fasse
repère), identifiable.
Ces pratiques collectives doivent aussi
laisser place aux interactions plus privées,
entre individus.
28
Outils conceptuels (CEFRIO, 2005)
• Des conseils aux coordinateurs
• Des idées d’activités pour discuter des problématiques
professionnelles, favorisant le questionnement et
l’argumentation.
Outils communautaire
• insertion d’un membre : un parrain, kit d’intégration
• suivre le rythme de la communauté : de chuchoteur
• les rôles communautaires
Ce sont des objets-frontières (Star et Griesemer)
qui véhiculent des infrastructures
• Objets d’interactions avec la connaissance
• Médiation dans les processus de coordination d’experts et de non-experts
• Et une flexibilité d’interprétation.
Et des modèles de connaissance
• Dispositif d’intégration des savoirs
• Transporte un ensemble de normes indexées à une communauté de pratiques :
ces objets catégorisent, classifient, standardisent, …
Outils techniques (Devauchelle & Jarraud, 2006)
• Écriture collaborative (Wikis, glossaires, etc.),
• Communication (forums et liste de discussion synchrone),
• Les répertoires de ressources partagées,
• Un agenda commun,
• Un gestionnaire de tâches, etc.
Les outils d’une pratique collective
Capacité à produire de la pratique : échelle du groupe
• en fonction du besoin et du contexte, quels outils mettre en
place ? (partage d’expérience ? partager des projets ?)
• Qu’est ce qui pré-requis à l’utilisation de l’outil ?
les outils sont des véhicules
de communication et de
reconnaissance. Ils augmentent
la visibilité des contributions des
membres dans lesquels s’incarnent
les valeurs de la communauté.
29
Faire par engagement (agentivité)
Se sentir agent dans l’apprentissage
• Choisir et se fixer un but,
s’engager et persévérer dans un
ensemble d’actions requises pour
atteindre ce but.
• Établir des stratégies
d’apprentissages (Cosnefroy, 2010)
• Capacité à réguler soi-même
ses actions en mobilisant
des ressources cognitives,
émotionnelles, biologiques et
environnementales.
• Persister dans l’effort.
Agentivité * «se sentir agent» : le sentiment d’efficacité personnelle à exercer un contrôle sur ses conduites et à les
mener à bien, cela en interaction avec l’environnement et en fonction des résultats souhaités (Bandura, 2003).
Faire pour faire sens (formaliser)
Se sentir agent dans l’apprentissage
30
• Pour développer l’apprentissage
collectif et la structure
communautaire, il faut que l’action
soit relayé par la négociation
partagée du sens de l’action
par la formalisation. Mais il y a un
équilibre à respecter.
• S’il y a trop de participation,
il y a un manque de formalisation,
il y a plus assez de matières pour
négocier le sens.
• S’il y a trop de réification, il
n’y a plus d’action concrète pour
régénérer les significations.
• la place de l’autre dans l’apprentissage
individuel
• Quelle est la courbe (de Flow) de mon
activité ? veiller à équilibrer l’activité en
participation et en formalisation.
Pratiquer : agir par engagement pour faire sens
Rémi31
ENGAGEMENT ACTION /
PARTICIPATION
FORMALISER POUR
FAIRE SENS
INDIVIDUELLE
• la place de l’autre dans l’apprentissage
individuel
COLLECTIVE ?PROCESSUS D’APPRENTISSAGE
l’engagement individuel dans les
pratiques collectives
Capacité à produire de la pratique : échelle du groupe
33
Au sein d’une communauté,
l’expérience individuelle
doit être
excitante
pour rester
intéressé
familière
pour se sentir
confiant
conviviale
pour prendre
plaisir
utile pour
produire
conversations orientées
vers les erreurs,
imperfections,
conversations vers
dons, générosités,
entraide
vers un futur désirable
vers les problèmes courts
termes Créer des étapes, des
évènements, des activités,
pour donner un rythme à la
vie de la communauté.
Apprendre ensemble en communauté
L’intelligence collective dans l’apprentissage se révèle par un haut niveau
dans cinq registres (inter-reliés et déployés simultanément)
34
1 • la création de
représentations communes
• pourquoi le faire ? avant le comment et le
quoi faire
• se mettre en mouvement par un but
partagé.
(sensemaking de Weick 1995, qui pose les
individus au cœur des organisations)
2 • les émotions et
énergies collectives
• teambuilding «on y était tous,
on l’a tous fait» : les différentes
sensibilités sont mobilisés
(intelligence multiple).
• pré-disposent à un engagement
ultérieur
3 • le dialogue de haute
qualité relationnelle
• discernement collective réalisé par le
dialogue ≠ de la conversation
4 • action collective
• 1 co-conception de l’intention : un projet dessiné
par tous facilite l’appropriation de tous.
• 2 réalisation : la formation-action créer un espace
commun ou se lie action, solidarité et envie.
• 3 capitalisation du projet : leçon à retenir, retour
d’expérience.
5 • création de savoirs partagés
• ou tirer des interactions humaines le potentiel des
apprentissages
• capter les savoirs (Knowledge managt).
• associer des objets partagés d’apprentissage à des
participants.
• l’apprentissage comme pratique d’intégration
carte des connaissances
inconnues (Johnson, 2009)
• rentrer rapidement et
sincèrement en dialogue.
• critère
• le savoir-dire individuel
et collectif témoigne
de la transférabilité des
apprentissages réalisés.
• cartographie num. ou
réseaux humains des savoirs
et pratiques appropriés
qu’il est possible d’enrichir
et de puiser.
APPRENDRE
COLLECTIVEMENT
COMBINE CINQ
REGISTRES
cf slides des compétences d’apprentissage
Le fonctionnement d’une CP
les repères de fonctionnement
• les besoins de la communauté
• 2 modèles de communauté
• animation et maturité d’une comunauté
• les rôles essentiels au fonctionnement
• cycle de vie théorique d’une CP
Au démarrage
• les étapes de création
• Comment une communauté se définit tout en évoluant ? les
mécanismes d’évolution (interne/externe)
• accompagner une instution à la création d’une com.
35
Les besoins pour le bien-être CP
Pyramide des besoins de Maslow
36
Perdurer, se renouveler et ne plus dépendre de certains membres
Accroître sa résilience, s’adapter aux circonstances internes et
externes.
Stimuler l’efficacité, les actions du noyau dur sont assurés par une
masse critique.
Renforcer l’identité de la communauté, vision collective,
Les besoins nécessaires assurer la structure, les
membres, le but, les limites
Pour persister (long terme)
Pour survivre
Pour agir (court terme)
Pour être et espérer
Pour exister
2 modèles de communauté
Selon la qualité des interactions entre les membres
Communauté dîte
(motivations, vision
et responsabilités)
37
• recherche de leader dominants pour conduire la
collectivité dans «la bonne direction».
• Des groupes spécialisés s’organisent pour
optimiser la solution à chaque problème.
• Les liens peuvent se transformer en clientélisme.
• Orienté le problème
• communityship
• incitation à s’engager et a prendre des
responsabilités au service du collectif : soigne
l’individu et la communauté.
Maturité d’une communauté
Les CAP se développent pour répondre à des différents besoins. Mais satisfaire ces besoins
dépend de la manière d’animer.
3 manières d’animer
38
résoudre des problèmes
répondre aux difficultés de chacun, faire face à des
perturbations externes, réactif à participer à un évènement.
échelle de pro-activité de la communauté
saisir des opportunités
initier des projets, assurer les besoins élevés
de la communauté, maintien et gestion de la
connaissance, diffusion de pratiques exemplaires
COMMUNAUTÉ D’AIDE
ET D’ASSISTANCE
COMMUNAUTÉ
D’INNOVATION
Management de la
communauté
La dynamique collective est au service
d’une performance, c’est le community
management (volonté de mesure et
d’efficacité). Animateur proactif peut nuire
au libre apprentissage. But favoriser de
nouvelles interactions en les démultipliant.
la révolution numérique à fait émerger toute une littérature
pour une animation de communauté au service d’une
dynamique marketing. Cela étouffe l’idée de ‘lanimation
de dialogue et d’espace d’échange pour raconter le récit du
futur.
Stigmergie :
l’autorisation d’agir est a
priori donné. L’initiative
s’appuie sur un idée
motivante mené par un
groupe impliqué.
Vitalisation de la
communauté
Construire une vitalité collective :
repères propres à la communauté plutôt
qu’une institution, c’est l’agentivité
collective. valorisation de la fonction
sociale : dons, générosité, détachement aux
récompenses.
Gouvernance partagé
Partager le pouvoir d’agir :
reconnaissance d’un modèle d’échange
de tous vers tous, favorisé par les outils
en lignes. Et si chaque membre participe
à l’animation de la communauté selon,
ses besoins et ses projets, ses envies
? stigmergie, les actes de leadership
demande reconnaissances.
39
réguler la pratique communautaire
les rôles sociaux selon M. Belbin*
* Les rôles en équipe, groupe Eyrolles, 2006 : http://www.eyrolles.com/Chapitres/9782708134744/
chap3_Belbin.pdf
40
Réguler la pratique communautaire
Les rôles communautaires : rôles internes liés au pilotage et à l’animation.
DANS UN PREMIER TEMPS :
INTÉRÉSSEUR-COORDONATEUR
• identifie et regroupe les profils
d’apprenants similaires. Il pose le premier
cadre d’interaction.
INSTIGATEUR DU PARTAGE DE
CONNAISSANCE
• initie le partage des apprentissages et
inclut les autres.
• il accompagne les différentes prises
d’initiative.
Ces rôles permettent plusieurs niveaux de participation à la
communauté, et sous différentes formes.
Chacun des participants, novices ou initiés, trouvent ainsi
son rythme, sa place selon les objectifs de la communauté.
PUIS :
MÉDIATEUR RELATIONNEL
• apporte un autre point de vue sur les
évènements et provoque de l’aide.
CHERCHEUR DE RESSOURCES
• cherche et met à disposition des
compétences, du contenus et garde en
mémoire les travaux.
COORDONNATEUR
• est le référent du cadre de
fonctionnement et sensibilise sur les
limites de la CP.
Phase de développement de CP
Le cycle de vie théorique selon Wenger
41
Définition d’un besoin de
se rassembler autour d’une
pratique commune.
1 / CRÉER LES CONDITIONS
FAVORABLES
• passage de l’ignorance de l’idée
de l’autre à écoute de l’autre
(s’enseigner mutuellement,
dévoiler ses faiblesses)
• conversations orienté futur
• temps d’échange d’arguments
• par des rencontre où la parole de
délie progressivement
Les membres développent
leur identité commune,
perçoivent les premiers
fruits.
2 / PARTIR DE LA QUESTION
AUTHENTIQUE
• avec les acteurs en présence
• se réunir dans des lieux tiers
• aboutir à une question à haute valeur
• ex : le développement de l’expertise
au sein de l’école, ou la réussite des
élèves.
Évolution des limites de la
communauté : son objets
ses effectifs, domaine
d’intérêt, …
3 / MOMENT MARQUANT :
ÉVÈNEMENT CULTUREL
• pour affirmer l’intelligence
collective initiée, basé sur la
question authentique.
• sentiment de se dépasser et
d’aider les autres à accroître leurs
pouvoirs d’exprimer et d’agir.
Soutenir le rythme dans les
changements naturels de
pratique, avec la technologie
et l’organisation.
4 / SE MOUVOIR EN
COMMUNAUTÉ
• habitudes = ciment.
• moment civilisationnel = avec des
règles formelles/informelles, ses
modes de régulations, de dialogue
= sa culture.
«Rien est acquis», toujours resté
vigilant à une transformation
décisive : s’institutionnaliser,
être seulement transitoire, ou se
diviser ?
Source : CEFRIO, 2005, Travailler, apprendre et collaborer en réseau. Guide de mise en place et d’animation
des communautés de pratique intentionnelles, p. 23 http://www.cefrio.qc.ca/média/uploader/2_travailler_
apprendre_collaborer.pdf
les étapes de création de communauté
d’apprentissage
les outils et méthodes p.172
42
DES OUTILS /MÉTHODES ?
• développer des comportements pro-
sociaux, d’entraide à la participation
• des techniques de communication
individuelle favorisant l’écoute active ou
la compréhension mutuelle.
• des techniques d’échange intra-groupe
: world café, histoire apprenante
(dialogue de haute qualité relationnelle)
LES CONDITIONS DE SUCCÈS
• répondre à des enjeux communs aux
membres
• retirer un bénéfice rapide
• se centrer sur des objectifs
opérationnels
• améliorer la performance au
quotidien
http://www.cefrio.qc.ca/media/uploader/2_travailler_
apprendre_collaborer.pdf
accompagner une institution à développer
une CA
selon le CEFRIO (centre facilitant la recherche et l’innovation dans les
organisations) Cristol p.184
43
PRÉPARATION
6 mois
PRÉEXISTANT ACCOMPAGNEMENT
12-18 mois
• créer des liens dans
l’organisation
• choisir la technologie
• former les animateurs
• créer un comité
fondateur
• mener des
expérimentations
• équilibrer temps
d’échange
• sous groupe de
questions d’intérêts
communs
• variété d’activités
• temps d’échanges
présentiels/distanciels
• Profiter de l’énergie d’un
groupe existant : formation
initiale, cycle d’ateliers,
moocs.
• accompagné par une
animation en ligne, stimulé
par un noyau dur de
personnalité ouvertes à la
collaboration
DÉVELOPPER LA COLLABORATION
le membership
definition
entretenu par comportements prosociaux
entretenu par cycle de dons
les compétences de collaboration
situées dans des contextes
contextualisées dans le processus
selon les périmètres de collaboration
44
Pour réaliser un but commun, la communauté permet à ses membres
d’interagir et de développer des compétences de collaboration. Or,
elles sont mobilisées différemment selon 4 critères : les contextes, le
processus,le périmètre, la nature des liens.
Le membership
Se sentir membre, c’est ... (p.105)
45
Agir de pair
• Pendant les activités, varier les temps de
réflexions individuelles et collectives.
• Partager de résultat et de convivialité.
• Privilégier la confiance interpersonnelle
pour assurer la confiance dans les
décisions partagés.
• en l’autre : «il peut
ACCEPTER ce que je
propose»,
• en soi : «JE peux être utile
aux autres»,
• en la société : «la
collaboration est le mode
naturelle de l’homme,
le chacun pour soi est
une exception».
Au delà du sentiment d’appartenance
Qui est à l’origine de posture identitaire ou individualiste.
ADHÉRER AUX BUTS
PARTAGÉS
Se réaliser
• Mon rôle dans la CP fait sens, je
me construit de nouveaux repères
identitaires, avec une dimension
collective (Castro Gonçalves, 2005).
• Développement l’estime de soi et être
gratifié.
• Se situer (mes actions et moi) dans
un tout.
Pour la communauté
• Une communauté centré sur les
membres, plutôt que sur des leaders.
• C’est les considérer égaux (au sens
politique) les uns les autres tous
en valorisant leurs différences
(culturelle et sociale).
la coopération/collaboration, c’est le désir de faire avec la différence
qui nous entoure. Elle est favorisé par la confiance en ...
le membership
entretenu par des comportement pro-sociaux
46
implication dans l’apprendre ensemble, comportement pro-sociaux
p.178
entretenu par les cycles de dons
Donner au sein d’une communauté en qui ont a confiance, c’est espérer
recevoir une aide en temps voulu.
47
l’outil numérique permet à chacun d’être
émetteur et récepteur : les individus
peuvent se connecter et d’engager le cycle
du don.
accéléré
• échange d’objets dans des
contextes plus pertinents, dont
la valeur est celle du temps et de
l’attention accordé par le donateur.
Il s’acompagne aussi de complicité.
• vers le noyau.
démarré
• échange progessive de service,
d’information. Selon la chaîne
demander - donner - recevoir -
rendre
• en périphérie.
Pollué
• cycle de dons peu
engagé ou pollué. L’autre
est considéré comme
une présence intrusive
ou publicitée.
SACRIFICE
je donne plus ce que ça ne me coûte.
INITIATIVE
je donne (j’investis) dans ce qui m’importe.
53
L’ACTION DE
COLLABORATION ET
SES COMPÉTENCES
DÉPENDENT DE …
contexte
état du processus
l’échelle de
colaboration
CONCEPTION
APPRENTISSAGE
GOUVERNANCE
A • PRÉALABLE B • PROCESSUS C • RÉSULTAT
• les conditions qui favorisent la
collaboration, la prise d’initiative.
• les éléments qui constituent
l’action collaborative.
• Englobe les facteurs centrés
sur le fruit de la collaboration.
Les compétences de collaboration
Selon le contexte
48
CONCEPTION
APPRENTISSAGE
https://prezi.com/zfw1u8jrd7ax/la-cooperation-en-28-
mots-cles/
les compétences collaboratives inscrites dans le contexteles contextes de
GOUVERNANCE
• Quels sont les indices pour évaluer les
compétences collaboratives mobilisées
dans le processus de gouvernance ?
• Quelles sont les compétences
collaboratives mobilisées dans les autres
contextes (conception, apprentissage ) ?
le processus de collaboration
LES CONTEXTES
ESSENTIELS DE
COLLABORATION
LE PROCESSUS
(SÉQUENTIELLE)
LES COMPÉTENCES
MOBILISÉES
Elzbieta Sanojca, Jérôme Eneau. Ambiguïtés de la notion de «compétences collaboratives» en formation d’adultes :
le cas du dispositif Animacoop, Jun 2015, Paris, France. 2015
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01198689v2/
49
CONCEPTION
APPRENTISSAGE
GOUVERNANCE
A • PRÉALABLE B • PROCESSUS C • RÉSULTAT
• les conditions qui favorisent la
collaboration, la prise d’initiative.
• les éléments qui constituent
l’action collaborative.
• Englobe les facteurs centrés
sur le fruit de la collaboration.
cf slide compétences d’apprentissage
les périmètres de collaboration
SELON LE PÉRIMÈTRE
DE COLLABORATION
SELON LA NATURE DES
LIENS DES GROUPES
COLLABORATIFS
Blomqvist & Levy
50
micro, contexte interpersonnel
• la volonté de collaborer (dépend de la maturité, de l’éducation et des
expériences antécédentes de la personne).
• La confiance mutuelle pour situer les rôles et compétences de chacun.
• Le respect exige que les membres reconnaissent et comprennent la
complémentarité de leurs rôles.
• La communication favorise l’émergence d’autres facteurs
interpersonnels.
• centré sur le capital relationnel : confiance, engagement et
satisfaction.
meso, contexte organisationnel
• Structure organisationnelle horizontale (leadership partagé,
gestion de ressource).
• Philosophie bienveillante (liberté, interdépendance, équité, etc).
• Mécanismes de coordination et de communication.
• compétences collectives de résolution de problème.
• opportunité de partenariat
• vision long terme
macro, externe aux organisations
• Le système social (origine des membres)
• Le système culturel (valeurs ancrés dans l’esprit)
• Le système professionnel (système basé sur le pouvoir, autorité,
etc).
interpersonnel
les relations mettent en valeurs
la confiance, l’engagement, et la
satisfaction.
Dyade
Partenariat, vision à long terme,
capacité à coopérer et capital
relationnel.
équipe
Compétences collectives de
résolutions de problèmes
Organisations
Intégration de la coopération,
travail en réseau, alliances.
Elzbieta Sanojca, J ́eroˆme Eneau. Ambigu ̈ıt ́es de la notion de ”comp ́etences collaboratives” en formation d’adultes: le cas du dispositif Animacoop. Biennale
internationale de l’ ́education, de la formation et des pratiques professionnelles ”Coopérer ?”, Jun 2015, Paris, France. 2015. <hal-01198689v2>
Chaque niveau est dépendant des autres : les
causes d’un problème issu d’un niveau peuvent
être déjouées à un autre niveau en stimulant un
facteur différent.
les notions clés de a collaboration
les facteurs de collaboration contextualisées selon le périmètre de collaboration
52
https://prezi.com/zfw1u8jrd7ax/la-cooperation-en-28-mots-cles

Contenu connexe

Tendances

Les courants de la pensée stratégique
Les courants de la pensée stratégiqueLes courants de la pensée stratégique
Les courants de la pensée stratégique
Ikram CHOKRI
 
Schema etude-de-projet
Schema etude-de-projetSchema etude-de-projet
Schema etude-de-projet
Fatima Abboud
 
Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement
Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement
Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement
philip61
 
Andragogie et technopédagogie
Andragogie et technopédagogieAndragogie et technopédagogie
Andragogie et technopédagogieJean-Luc Trussart
 
Rapport de stage (promoteur immobilier )
Rapport de stage (promoteur immobilier )Rapport de stage (promoteur immobilier )
Rapport de stage (promoteur immobilier )
Aicha OUALLA
 
Management des equipes projet et leadership
Management des equipes projet et leadership Management des equipes projet et leadership
Management des equipes projet et leadership
Aymen Foudhaili
 
Cours de Gestion des risques
Cours de Gestion des risquesCours de Gestion des risques
Cours de Gestion des risques
Rémi Bachelet
 
Powerpoint management thème i icemba 2016
Powerpoint management thème i icemba  2016Powerpoint management thème i icemba  2016
Powerpoint management thème i icemba 2016
sciafrique
 
Manager dans la complexité, réflexion à l'usage des dirigeants. Dominique Gen...
Manager dans la complexité, réflexion à l'usage des dirigeants. Dominique Gen...Manager dans la complexité, réflexion à l'usage des dirigeants. Dominique Gen...
Manager dans la complexité, réflexion à l'usage des dirigeants. Dominique Gen...
shapers.xyz
 
Chap1 systéme d'information
Chap1 systéme d'informationChap1 systéme d'information
Chap1 systéme d'informationGhita Benabdellah
 
Gestion du personnel
Gestion du personnelGestion du personnel
Gestion du personnel
KITEGI Mawunyo Simon pierre
 
PFE Audit-social
PFE Audit-socialPFE Audit-social
PFE Audit-social
OtmanDosOtman
 
Rapport de stage achat
Rapport de stage achatRapport de stage achat
Rapport de stage achat
Loubna Guelfani
 
L’ANDRAGOGIE Présentation 1.ppt
L’ANDRAGOGIE Présentation 1.pptL’ANDRAGOGIE Présentation 1.ppt
L’ANDRAGOGIE Présentation 1.ppt
mohcine chekkour
 
Le tableau de bord de pilotage
Le tableau de bord de pilotageLe tableau de bord de pilotage
Le tableau de bord de pilotage
Verbinnen Dominique
 
Rapport l’impact des erp sur la performance des multinationales - cas de l’...
Rapport   l’impact des erp sur la performance des multinationales - cas de l’...Rapport   l’impact des erp sur la performance des multinationales - cas de l’...
Rapport l’impact des erp sur la performance des multinationales - cas de l’...Hajar EL GUERI
 
Leadership (Francais)
Leadership  (Francais)   Leadership  (Francais)
Leadership et Développement Personnel
Leadership et Développement PersonnelLeadership et Développement Personnel
Leadership et Développement Personnel
wallace04
 
Conduite du changement : Etude de Cas IBM
Conduite du changement : Etude de Cas IBMConduite du changement : Etude de Cas IBM
Conduite du changement : Etude de Cas IBM
HELENE FRIEH
 

Tendances (20)

Les courants de la pensée stratégique
Les courants de la pensée stratégiqueLes courants de la pensée stratégique
Les courants de la pensée stratégique
 
Schema etude-de-projet
Schema etude-de-projetSchema etude-de-projet
Schema etude-de-projet
 
Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement
Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement
Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement
 
Andragogie et technopédagogie
Andragogie et technopédagogieAndragogie et technopédagogie
Andragogie et technopédagogie
 
Rapport de stage (promoteur immobilier )
Rapport de stage (promoteur immobilier )Rapport de stage (promoteur immobilier )
Rapport de stage (promoteur immobilier )
 
Management des equipes projet et leadership
Management des equipes projet et leadership Management des equipes projet et leadership
Management des equipes projet et leadership
 
Cours de Gestion des risques
Cours de Gestion des risquesCours de Gestion des risques
Cours de Gestion des risques
 
Powerpoint management thème i icemba 2016
Powerpoint management thème i icemba  2016Powerpoint management thème i icemba  2016
Powerpoint management thème i icemba 2016
 
Conduire le changement
Conduire le changementConduire le changement
Conduire le changement
 
Manager dans la complexité, réflexion à l'usage des dirigeants. Dominique Gen...
Manager dans la complexité, réflexion à l'usage des dirigeants. Dominique Gen...Manager dans la complexité, réflexion à l'usage des dirigeants. Dominique Gen...
Manager dans la complexité, réflexion à l'usage des dirigeants. Dominique Gen...
 
Chap1 systéme d'information
Chap1 systéme d'informationChap1 systéme d'information
Chap1 systéme d'information
 
Gestion du personnel
Gestion du personnelGestion du personnel
Gestion du personnel
 
PFE Audit-social
PFE Audit-socialPFE Audit-social
PFE Audit-social
 
Rapport de stage achat
Rapport de stage achatRapport de stage achat
Rapport de stage achat
 
L’ANDRAGOGIE Présentation 1.ppt
L’ANDRAGOGIE Présentation 1.pptL’ANDRAGOGIE Présentation 1.ppt
L’ANDRAGOGIE Présentation 1.ppt
 
Le tableau de bord de pilotage
Le tableau de bord de pilotageLe tableau de bord de pilotage
Le tableau de bord de pilotage
 
Rapport l’impact des erp sur la performance des multinationales - cas de l’...
Rapport   l’impact des erp sur la performance des multinationales - cas de l’...Rapport   l’impact des erp sur la performance des multinationales - cas de l’...
Rapport l’impact des erp sur la performance des multinationales - cas de l’...
 
Leadership (Francais)
Leadership  (Francais)   Leadership  (Francais)
Leadership (Francais)
 
Leadership et Développement Personnel
Leadership et Développement PersonnelLeadership et Développement Personnel
Leadership et Développement Personnel
 
Conduite du changement : Etude de Cas IBM
Conduite du changement : Etude de Cas IBMConduite du changement : Etude de Cas IBM
Conduite du changement : Etude de Cas IBM
 

En vedette

Cambios En Mallorca
Cambios En MallorcaCambios En Mallorca
Cambios En Mallorca
guest5b4777
 
Blog
BlogBlog
Espais naturals protegits
Espais naturals protegitsEspais naturals protegits
Espais naturals protegits
mianbenco
 
Algo molesta 1
Algo molesta 1Algo molesta 1
Fotosquehicieronhistoria
FotosquehicieronhistoriaFotosquehicieronhistoria
Fotosquehicieronhistoria
SYS UNIÓN MULTICOMERCIAL
 
Professional powerpoint templates(1)_gayathri.s_ppt
Professional powerpoint templates(1)_gayathri.s_pptProfessional powerpoint templates(1)_gayathri.s_ppt
Professional powerpoint templates(1)_gayathri.s_ppt
S.Gayathri lakshitha ammu
 
Introduccion xaira
Introduccion xairaIntroduccion xaira
Introduccion xaira
Bpareja
 
Plain English Explanations
Plain English ExplanationsPlain English Explanations
Plain English Explanations
Susan Boggs
 
Proyecto De Marketing
Proyecto De MarketingProyecto De Marketing
Proyecto De Marketing
cltc06
 
Articulo de las elecciones presidenciales
Articulo de las elecciones presidencialesArticulo de las elecciones presidenciales
Articulo de las elecciones presidenciales
StevenDuk
 
11 normas ensayo
11 normas ensayo11 normas ensayo
Modulo iii
Modulo iiiModulo iii
· Principio del vacío ·
· Principio del vacío ·· Principio del vacío ·
· Principio del vacío ·
SYS UNIÓN MULTICOMERCIAL
 
Respondabilidad y Acción Social
Respondabilidad y Acción Social Respondabilidad y Acción Social
Respondabilidad y Acción Social
Universidad Dr. Rafael Belloso Chacín
 

En vedette (14)

Cambios En Mallorca
Cambios En MallorcaCambios En Mallorca
Cambios En Mallorca
 
Blog
BlogBlog
Blog
 
Espais naturals protegits
Espais naturals protegitsEspais naturals protegits
Espais naturals protegits
 
Algo molesta 1
Algo molesta 1Algo molesta 1
Algo molesta 1
 
Fotosquehicieronhistoria
FotosquehicieronhistoriaFotosquehicieronhistoria
Fotosquehicieronhistoria
 
Professional powerpoint templates(1)_gayathri.s_ppt
Professional powerpoint templates(1)_gayathri.s_pptProfessional powerpoint templates(1)_gayathri.s_ppt
Professional powerpoint templates(1)_gayathri.s_ppt
 
Introduccion xaira
Introduccion xairaIntroduccion xaira
Introduccion xaira
 
Plain English Explanations
Plain English ExplanationsPlain English Explanations
Plain English Explanations
 
Proyecto De Marketing
Proyecto De MarketingProyecto De Marketing
Proyecto De Marketing
 
Articulo de las elecciones presidenciales
Articulo de las elecciones presidencialesArticulo de las elecciones presidenciales
Articulo de las elecciones presidenciales
 
11 normas ensayo
11 normas ensayo11 normas ensayo
11 normas ensayo
 
Modulo iii
Modulo iiiModulo iii
Modulo iii
 
· Principio del vacío ·
· Principio del vacío ·· Principio del vacío ·
· Principio del vacío ·
 
Respondabilidad y Acción Social
Respondabilidad y Acción Social Respondabilidad y Acción Social
Respondabilidad y Acción Social
 

Similaire à les communautés d'apprentissage

Dans quel monde allons-nous vivre ? Transitions … changements, bouleversement...
Dans quel monde allons-nous vivre ? Transitions … changements, bouleversement...Dans quel monde allons-nous vivre ? Transitions … changements, bouleversement...
Dans quel monde allons-nous vivre ? Transitions … changements, bouleversement...
Marcel Lebrun
 
Les communs et les savoirs en partage : que faut-il enseigner ?
Les communs et les savoirs en partage : que faut-il enseigner ?Les communs et les savoirs en partage : que faut-il enseigner ?
Les communs et les savoirs en partage : que faut-il enseigner ?
Hélène MULOT
 
La culture des réseaux
La culture des réseauxLa culture des réseaux
La culture des réseaux
Mario tout de go Inc.
 
Des communautés de pratique pour le e-learning
Des communautés de pratique pour le e-learningDes communautés de pratique pour le e-learning
Des communautés de pratique pour le e-learning
Amaury Daele
 
Diapositives du cours #11 (hiver 2012)
Diapositives du cours #11 (hiver 2012)Diapositives du cours #11 (hiver 2012)
Diapositives du cours #11 (hiver 2012)
Mario tout de go Inc.
 
Entreprise Collaborative - Ecollab - Une Introduction Au Social Learning
Entreprise Collaborative - Ecollab - Une Introduction Au Social LearningEntreprise Collaborative - Ecollab - Une Introduction Au Social Learning
Entreprise Collaborative - Ecollab - Une Introduction Au Social Learning
PREDA
 
L'école de l'après ... ?
L'école de l'après ... ?L'école de l'après ... ?
L'école de l'après ... ?
Marcel Lebrun
 
JDCHE 20-21 - Mieux soutenir l'autonomie et le pouvoir d'agir des jeunes de l...
JDCHE 20-21 - Mieux soutenir l'autonomie et le pouvoir d'agir des jeunes de l...JDCHE 20-21 - Mieux soutenir l'autonomie et le pouvoir d'agir des jeunes de l...
JDCHE 20-21 - Mieux soutenir l'autonomie et le pouvoir d'agir des jeunes de l...
Synhera
 
La force du collectif, un véritable levier d'action
La force du collectif, un véritable levier d'actionLa force du collectif, un véritable levier d'action
La force du collectif, un véritable levier d'action
LIEGE CREATIVE
 
De "LA" classe inversée aux Classes Inversées : Vers un principe de variété p...
De "LA" classe inversée aux Classes Inversées : Vers un principe de variété p...De "LA" classe inversée aux Classes Inversées : Vers un principe de variété p...
De "LA" classe inversée aux Classes Inversées : Vers un principe de variété p...
Marcel Lebrun
 
Formation II : Interactions dans les MOOC
Formation II : Interactions dans les MOOCFormation II : Interactions dans les MOOC
Formation II : Interactions dans les MOOC
Marcel Lebrun
 
M1 2019 - devenir enseigt - s2- enseigner avec les autres
M1 2019 - devenir enseigt - s2- enseigner avec les autresM1 2019 - devenir enseigt - s2- enseigner avec les autres
M1 2019 - devenir enseigt - s2- enseigner avec les autres
Philippe Watrelot
 
Ph w ess-l'esper-cresca-reims juin-2015
Ph w ess-l'esper-cresca-reims juin-2015Ph w ess-l'esper-cresca-reims juin-2015
Ph w ess-l'esper-cresca-reims juin-2015Philippe Watrelot
 
Placedela palabre 2013_7_école
Placedela palabre 2013_7_écolePlacedela palabre 2013_7_école
Placedela palabre 2013_7_école
boprat
 
Institut jean jacques rousseau
Institut jean jacques rousseauInstitut jean jacques rousseau
Institut jean jacques rousseau
Otilia Cancino
 
La force du collectif, un véritable levier d'action
La force du collectif, un véritable levier d'actionLa force du collectif, un véritable levier d'action
La force du collectif, un véritable levier d'action
LIEGE CREATIVE
 
Présentation de l'Ecole - version longue
Présentation de l'Ecole - version longuePrésentation de l'Ecole - version longue
Présentation de l'Ecole - version longue
"l'Ecole"
 
l'Ecole : 1 école & 1 tiers-lieu
l'Ecole : 1 école & 1 tiers-lieul'Ecole : 1 école & 1 tiers-lieu
l'Ecole : 1 école & 1 tiers-lieu
"l'Ecole"
 
Intégration stratégique des REL dans l’enseignement supérieur
Intégration stratégique des REL dans l’enseignement supérieurIntégration stratégique des REL dans l’enseignement supérieur
Intégration stratégique des REL dans l’enseignement supérieur
Mokhtar Ben Henda
 

Similaire à les communautés d'apprentissage (20)

Dans quel monde allons-nous vivre ? Transitions … changements, bouleversement...
Dans quel monde allons-nous vivre ? Transitions … changements, bouleversement...Dans quel monde allons-nous vivre ? Transitions … changements, bouleversement...
Dans quel monde allons-nous vivre ? Transitions … changements, bouleversement...
 
Les communs et les savoirs en partage : que faut-il enseigner ?
Les communs et les savoirs en partage : que faut-il enseigner ?Les communs et les savoirs en partage : que faut-il enseigner ?
Les communs et les savoirs en partage : que faut-il enseigner ?
 
La culture des réseaux
La culture des réseauxLa culture des réseaux
La culture des réseaux
 
Des communautés de pratique pour le e-learning
Des communautés de pratique pour le e-learningDes communautés de pratique pour le e-learning
Des communautés de pratique pour le e-learning
 
Diapositives du cours #11 (hiver 2012)
Diapositives du cours #11 (hiver 2012)Diapositives du cours #11 (hiver 2012)
Diapositives du cours #11 (hiver 2012)
 
Entreprise Collaborative - Ecollab - Une Introduction Au Social Learning
Entreprise Collaborative - Ecollab - Une Introduction Au Social LearningEntreprise Collaborative - Ecollab - Une Introduction Au Social Learning
Entreprise Collaborative - Ecollab - Une Introduction Au Social Learning
 
L'école de l'après ... ?
L'école de l'après ... ?L'école de l'après ... ?
L'école de l'après ... ?
 
JDCHE 20-21 - Mieux soutenir l'autonomie et le pouvoir d'agir des jeunes de l...
JDCHE 20-21 - Mieux soutenir l'autonomie et le pouvoir d'agir des jeunes de l...JDCHE 20-21 - Mieux soutenir l'autonomie et le pouvoir d'agir des jeunes de l...
JDCHE 20-21 - Mieux soutenir l'autonomie et le pouvoir d'agir des jeunes de l...
 
La force du collectif, un véritable levier d'action
La force du collectif, un véritable levier d'actionLa force du collectif, un véritable levier d'action
La force du collectif, un véritable levier d'action
 
De "LA" classe inversée aux Classes Inversées : Vers un principe de variété p...
De "LA" classe inversée aux Classes Inversées : Vers un principe de variété p...De "LA" classe inversée aux Classes Inversées : Vers un principe de variété p...
De "LA" classe inversée aux Classes Inversées : Vers un principe de variété p...
 
Formation II : Interactions dans les MOOC
Formation II : Interactions dans les MOOCFormation II : Interactions dans les MOOC
Formation II : Interactions dans les MOOC
 
M1 2019 - devenir enseigt - s2- enseigner avec les autres
M1 2019 - devenir enseigt - s2- enseigner avec les autresM1 2019 - devenir enseigt - s2- enseigner avec les autres
M1 2019 - devenir enseigt - s2- enseigner avec les autres
 
Ph w ess-l'esper-cresca-reims juin-2015
Ph w ess-l'esper-cresca-reims juin-2015Ph w ess-l'esper-cresca-reims juin-2015
Ph w ess-l'esper-cresca-reims juin-2015
 
Placedela palabre 2013_7_école
Placedela palabre 2013_7_écolePlacedela palabre 2013_7_école
Placedela palabre 2013_7_école
 
Institut jean jacques rousseau
Institut jean jacques rousseauInstitut jean jacques rousseau
Institut jean jacques rousseau
 
La force du collectif, un véritable levier d'action
La force du collectif, un véritable levier d'actionLa force du collectif, un véritable levier d'action
La force du collectif, un véritable levier d'action
 
Présentation de l'Ecole - version longue
Présentation de l'Ecole - version longuePrésentation de l'Ecole - version longue
Présentation de l'Ecole - version longue
 
l'Ecole : 1 école & 1 tiers-lieu
l'Ecole : 1 école & 1 tiers-lieul'Ecole : 1 école & 1 tiers-lieu
l'Ecole : 1 école & 1 tiers-lieu
 
Intégration stratégique des REL dans l’enseignement supérieur
Intégration stratégique des REL dans l’enseignement supérieurIntégration stratégique des REL dans l’enseignement supérieur
Intégration stratégique des REL dans l’enseignement supérieur
 
Klein
KleinKlein
Klein
 

Dernier

Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
cristionobedi
 
Mémoire de licence en finance comptabilité et audit
Mémoire de licence en finance comptabilité et auditMémoire de licence en finance comptabilité et audit
Mémoire de licence en finance comptabilité et audit
MelDjobo
 
Système de gestion des fichiers de amine
Système de gestion des fichiers de amineSystème de gestion des fichiers de amine
Système de gestion des fichiers de amine
sewawillis
 
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La JeunesseConseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Oscar Smith
 
Cours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupe
Cours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupeCours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupe
Cours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupe
Yuma91
 
SYLLABUS DU COURS MARKETING DTS 1-2.pdf
SYLLABUS DU COURS  MARKETING DTS 1-2.pdfSYLLABUS DU COURS  MARKETING DTS 1-2.pdf
SYLLABUS DU COURS MARKETING DTS 1-2.pdf
Moukagni Evrard
 
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdfCalendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
frizzole
 
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
mrelmejri
 
Exame DELF - A2 Francês pout tout public
Exame DELF - A2  Francês pout tout publicExame DELF - A2  Francês pout tout public
Exame DELF - A2 Francês pout tout public
GiselaAlves15
 
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdfEdito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
WarlockeTamagafk
 
Contrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinéeContrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinée
bangalykaba146
 
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
IES Turina/Rodrigo/Itaca/Palomeras
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
BenotGeorges3
 
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Formation
 
Iris et les hommes.pptx
Iris      et         les      hommes.pptxIris      et         les      hommes.pptx
Iris et les hommes.pptx
Txaruka
 

Dernier (15)

Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
 
Mémoire de licence en finance comptabilité et audit
Mémoire de licence en finance comptabilité et auditMémoire de licence en finance comptabilité et audit
Mémoire de licence en finance comptabilité et audit
 
Système de gestion des fichiers de amine
Système de gestion des fichiers de amineSystème de gestion des fichiers de amine
Système de gestion des fichiers de amine
 
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La JeunesseConseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
 
Cours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupe
Cours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupeCours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupe
Cours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupe
 
SYLLABUS DU COURS MARKETING DTS 1-2.pdf
SYLLABUS DU COURS  MARKETING DTS 1-2.pdfSYLLABUS DU COURS  MARKETING DTS 1-2.pdf
SYLLABUS DU COURS MARKETING DTS 1-2.pdf
 
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdfCalendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
 
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
 
Exame DELF - A2 Francês pout tout public
Exame DELF - A2  Francês pout tout publicExame DELF - A2  Francês pout tout public
Exame DELF - A2 Francês pout tout public
 
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdfEdito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
 
Contrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinéeContrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinée
 
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
 
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
 
Iris et les hommes.pptx
Iris      et         les      hommes.pptxIris      et         les      hommes.pptx
Iris et les hommes.pptx
 

les communautés d'apprentissage

  • 1. Les communautés d’apprentissage Repères théoriques et globaux, issus principalement de «les communautés d’apprentissage» de Denis Cristol, paru au ESF edition. Rémi Poupinet Synlab 20161
  • 2. Avant tout : 2 POURQUOI CE DOCUMENT ? • définir les besoins et le contexte de la communauté propre à son projet, • connaitre le rythme nécessaire pour accompagner une communauté, • déployer les outils adéquats, • s’adapter à leur évolution, • d’estimer leurs potentiels évolutions. À QUELLE OCCASION ? • Au démarrage d’un projet qui engage la création d’une communauté d’apprentissage : Il cible des individus qui cherchent à se fédérer et demande accompagnement ou se sentent dépassés dans un contexte professionnel. • potentiel critère d’évaluation • questions ouvertes points importants légende
  • 3. Avant tout : l’angle de vue est celle de la communauté et non directement celui d’un métier ou d’un contexte professionnel. 3 Contexte organisationnelCommunauté de pratique Autres groupesCommunauté de pratique avec ses propres besoins, règles et structure. CONTEXTE COMMUNAUTAIRE Chacun est sur son terrain professionnel, dans le cadre d’une organisation. CONTEXTE PROFESSIONNEL (et souvent organisationnel) • Le contexte professionnel est seulement considérer support d’apprentissage dont les connaissances développées seront matières à interations avec les autres membres de la CP. Ses interactions satisfont les besoins de la communautés et peuvent avoir comme objectif de répondre aux besoins professionnels.
  • 5. le membership définition entretenu par comportements prosociaux entretenu par cycle de dons les compétences de collaboration situés dans les contextes contextualisés dans le processus selon les périmètres de collaboration les besoins de la communauté 2 modèles de communauté les phases de développement théorique les étapes de création réguler la pratique par les rôles Comment une communauté se définit tout en évoluant ? les mécanismes d’évolution (interne/externe) accompagner une instution à la création d’une com. Constitution d’un référentiel commun les outils d’une pratique collective la pratique dans l’apprentissage faire par engagement faire pour faire sens Pratiquer : agir par engagement pour faire sens Processus individuel/collectif d’apprentissage Les compétences liées à l’agentivité (individuelle) Définition Les parcours d’apprentissage (individuel) Apprendre à l’ère numérique Le rapport individuel et collectif au savoir développer de la connaissance selon les internes et externes la pratique communautaire l’engagement individuel dans les pratiques collectives Apprendre ensemble en communauté P.44 P.35 P.26 P.21 P.06 5 QU’EST CE QU’UNE COMMUNAUTÉ? D’APPRENTISSAGE ? PROFESSIONNEL ? Développer la communauté par … LE FONCTIONNEMENT DE LA COMMUNAUTÉ PAR LES PRATIQUES LIÉS À L’APPRENTISSAGE LA COLLABORATION COMPORTEMENT ET POSTURE PAR L’ENGAGEMENT MUTUEL Pourquoi se fédérer ? Une «communauté» parmi d’autres Parmi les groupes socioprofessionnels différents types de communauté de pratique Communauté par mission ou par essence ? Communauté ouverte ou fermée ? Quel niveau d’homogénéité ? Appliqué à l’apprentissage les communautés d’apprentissage Cartographie des CA et de CPro La communauté d’apprentissage professionnel Appliqué à l’Éducation Évolution de l’apprentissage l’enseignement éducatif, un contexte propice à l’émergence de communauté de pratique SOMMAIRE
  • 6. 6 Pourquoi se fédérer ? Qu’est ce que les CP ? Résoudre des problèmes Mutualiser des ressources rares jouir de relations humaines Faire évoluer les pratiques (promouvoir et découvrir) Ne pas s’épuiser à acculturer les collègues un à un. Développer des connaissances stratégiques Découvrir de nouveaux territoires Développer des compétences professionnelles Identifier des profils pro-actifs Quelle origine ? • Méthode datant du XXs centré sur la connaissance scientifique. • En 1990, des chercheurs se sont intéressés à de nouvelles valeurs et qualités de vie au travail. Optimiser le savoir • L’apprentissage n’est pas que des processus mentaux. Il se pratique dans des dimensions sociale et identitaire. Il devient alors un intérêt partagé.
  • 7. Une «communauté» parmi d’autres Qu’est ce que les CP ? 7 Les communautés d’apprentissage Les communautés de valeurs Les communautés d’intérêts Les communautés de pratique Groupe de travail Équipe de projet Réseaux informels LES COMMUNAUTÉS LES GROUPES SOCIOPROFESSIONNELS
  • 8. 8 Parmi les groupes socioprofessionnels Ces différents groupes peuvent être complémentaires, offrir de nouvelles opportunités. • But fédérateur. • des participants divers et volontaires. • un engagement authentique et restaurateur. • une gouvernance partagée. • But imposé. • des groupes prédéfinis. • une mobilisation centrée sur leurs compétences professionnelles. • une gouvernance hiérarchique.
  • 9. 9 Différents types de communauté de pratique
  • 10. Communauté par mission ou par essence ? La CP parmi les communautés 10 • lié par un patrimoine commun dissociable de soi • lié par un patrimoine commun indissociable de soi OU LES DEUX • (la maison, l’usine, l’entreprise, le village, le pays, les ressources naturelles, etc.) • (liens familiaux, langue, identité religieuse, connaissances ou savoirs-faire partagés, etc.) http://www.mutinerie.org/les-communautes-3-communautes-dinteret-communautes-valeur/
  • 11. Communauté ouverte ou fermée ? Quoi vouloir renouveler, quoi vouloir conserver ? 11 Stratégie de recrutement : face à des nombreux membres éphémères, la stabilité est garder par quelques profils à haut potentiel qui sont responsables des postes clés. • Dans un environnement instable et complexe • Dans un environnement stable et compétitif http://www.mutinerie.org/comprendre-les-communautes-1communautes-ouvertes-communautes-fermees/#.WASmRluY7pU
  • 12. Quel niveau d’homogénéité ? Quoi faire converger, quoi faire diversifier ? 12 • Comme une armée, «faire face comme un seul homme». L’action de «Converger» est adaptée pour l’apprentissage des acquis existants, construction et défense de bases communes, organisation d’expériences communes L’action de «Diversifier» est adaptée pour la favoriser la liberté individuelle, autodétermination, innovation, autonomie des membres. • Dans un environnement instable riche et complexe http://www.mutinerie.org/les-communautes-2-communautes-homogenes-communautes-heterogenes/analyser_une_communaute2-01/#.WASok1uY7pV
  • 13. Les CP centré apprentissage et développement professionnel 13
  • 14. La communauté d’apprentissage professionnelle 14 LES COMMUNAUTÉS D’APPRENTISSAGE Qui se définit comme un dispositif qui vise … DIMENSION COGNITIVE • Développement de la pratique pédagogique • l’acquisition d’un savoir individuel et collectif • la quête de sens DIMENSION AFFECTIVE • encouragement au partage de savoir • soutien entre collèguesDIMENSION IDÉOLOGIQUE • émancipation des enseignants • créer une cohésion et une vision commune dans l’école. DIMENSION PROFESSIONNELLE INVESTI POUR UNE CAUSE PROFESSIONNELLE : LA RÉUSSITE DES ÉLÈVES. • d’une maitrise de compétences • de l’éducation globale L’APPLICATION DES CONNAISSANCES COLLECTIVES SUR LES TERRAINS PROFESSIONNELS. • mise à disposition • adaptation • conception CONTEXTE PROFESSIONNEL COMPLEXE : INTÉGRER D’AUTRES ACTEURS ÉDUCATIFS. • entre enseignants • de différentes disciplines • avec d’autres acteurs éducatifs = + Vivre une CAP : appréciations de participants sur les retombées professionnelles perçues Martine PETERS et Lorraine SAVOIE-ZAJC, Université du Québec en Outaouais, Québec, Canada
  • 16. L’apprentissage en formation et entre professionnel converge vers des dynamiques de communauté. 16 Évolution de l’apprentissage Contexte (lié à la formation) EXEMPLES PROCESSUSFORMAT RAPPORT AU SAVOIR sentiment d’émancipation dans un apprentissage autonome. Il a un projet d’apprendre. solo-formation ? * sociodidacte (Hermelin 2001,2009) apprenant jouit de lier son apprentissage à celui des autres • sociodidacte*
  • 17. L’enseignement éducatif, un contexte propice à l’émergence de communauté de pratique Contexte actuel 17 LES CONSÉQUENCES : • Apparition d’une agentivité collective (on l’évoque plus tard). • Renouvellement des marchés et services et des conditions de créations. • Renouvellement des institutions [1] les membres dirigent l’apprentissage collective en agençant les conditions optimales pour apprendre par soi-même et par l’interaction aux autres. CONTRAINTE : • Le contexte actuel hérite de traditions fortes et d’organisations stables. Mais on remarque l’épuisement des institutions. • L’individu ne se suffit plus, il cherche à s’affilier à des communautés émotionnelles ou affectives. Les repères identitaires du métier de l’enseignement insatisfaisants. prise en compte des besoins sociaux : from «ego-system à éco-system» (Ulab, Otto Scharmer 2012) LEVIER : • Depuis quelques années, ce champ a été bousculé par différents facteurs (dont l’outil numérique) qui ont apporté des espaces de liberté et où les interactions sont moins structurées (réseaux sociaux). • Parmi tout ce qu’interrogent les acteurs de ce contexte émergents, la plus enrichissant sont les relations de pouvoir. Les communautés de pratique explorent un rapport horizontal à l’apprentissage.
  • 18. 18 les communautés de pratique Les communautés de pratique sont des groupes d’individus partageant le même intérêt, le même ensemble de préoccupations (problèmes ou passions) autour d’un thème spécifique et qui approfondissent leur connaissance et leur expertise en interagissant régulièrement.» Etienne Wenger (1998)
  • 19. 19 3 caractéristiques essentielles Selon Wenger (1998) Engagement mutuel pour un domaine de savoir (mutual engagement) • Un objet commun vers lequel les membres satisfont leurs attentes et leurs besoins (illustré par une question authentique). Cet intérêt mutuel et volontaire est source de cohésion : cela se base sur la complémentarité des compétences et la capacité à lier efficacement les connaissances à mobilisés. • Recouvre les actions collectives qui contribuent à l’orientation vers un objectif commun (la gouvernance, l’animation, la collaboration). • PAS que définir un objectif commun. • Des ressources mobilisables (des règles) pour la négociation des signification lors des interactions. • Résultats des apprentissages, ce répertoire assure la cohérence du fonctionnement. • PAS qu’une plateforme de consensus collectif Le fonctionnement d’une entreprise commun (joint entreprise) Capacité à produire de la pratique (shared repertoire) 3 caractéristiques qui fait que la pratique constitue la source de cohérence d’un groupe.
  • 20. 20 Engagement mutuel pour un domaine de savoir Définition Les parcours d’apprentissage (individuel) Apprendre à l’ère numérique Le rapport individuel et collectif au savoir Développer de la connaissance
  • 21. 21 Un engagement mutuel pour un domaine de savoir l’approche connectiviste de l’apprentissage (Siemens 2005) p.62 • les organisations et les individus sont des organismes apprenants. • le connectivisme privilégie les liens et relations entre les individus, et se fonde sur la diversité des opinions, stimulant curiosité et motivation. • Il situe l’apprentissage dans un environnement, où s‘inscrivent les actions concrètes des apprenants, liés à des nœuds spécialisés. • apprentissage médiatisé par des appareils (qui accèlère les interactions) et facilite l’apprentissage continu et mise à jour. • Cela développe la capacité de voir les liens entre les domaines, les idées et les concepts. la prise de décision devient alors un apprentissage en soi. Un intérêt équivalent ... Pour que la communauté progresse dans ses connaissances, chacun des aspects d’une question doivent être compris par l’ensemble des participants. L’obligation de consensus impose un approfondissement de la compréhension des idées ou des principes clés impliqués dans le processus d’apprentissage. ... et des contributions différentes. Selon ses propres connaissances et habiletés, chaque participant sera occasionnellement au centre, en agissant comme ressource, et, occasionnellement, en périphérie, en observateur. Ce déplacement offre l’occasion à chacun d’estimer sa contribution et brise le canal de pouvoir orienté vers l’enseignant. https://fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%A9_d%27apprentissage#Les_7_jalons_vers_une_dynamique_ de_communaut.C3.A9_d.E2.80.99apprentissage Défini par un intérêt/question authentique Elle émerge pendant la première phase de développement de communauté «potentiel». Exemple : La notion de communauté dans la CAP gravite autour de l’engagement volontaire des participants à soutenir la réussite scolaire des élèves par la collaboration, la collégialité, l’analyse des pratiques et le développement de pratiques plus efficaces (Furman, 1998; Hord, 1997; Stoll et Seashore Louis, 2007). Vivre une CAP : appréciations de participants sur les retombées professionnelles perçues Martine PETERS et Lorraine SAVOIE-ZAJC, Université du Québec en Outaouais, Québec, Canada
  • 22. les parcours d’apprentissage (individuel) 22 • L’apprentissage se contextualise dans des parcours variés, composés de formations, d’ateliers, de projets collaboratifs, etc. • En combinant différents parcours, l’apprenant fait émerger du savoir. • l’engagement mutuel dans l’apprentissage permet non seulement de partager les connaissances entre pairs, mais aussi de les négocier et de les fructifier. FORMATION X PROJET COLLABORATIF Z ATELIER Y 1 1 2 1 2
  • 23. 23 Compétence sociale • apprendre à adresser des signaux de reconnaissances, de reformulation, d’interaction, • accepter l’apport d’un autre • écouter l’autre • Apprendre à donner et à recevoir • faire preuve d’éthique (respect des droits) En choisissant son projet d’apprentissage, l’apprenant réévalue ses schèmes et se transforme. Cela est amplifié par la dimension sociale de l’apprentissage : la construction de l’identité est désormais contextualisé au sein de la communauté. Apprendre à l’ère numérique, ensemble s’engager mutuellement Socle de compétences • À quelle étape du processus d’apprentissage ces compétences sont- elles mobilisées ? • quel projet de développement de compétences à opérer ? Cristol p. 50 Compétence d’autonomie • Définir son projet • S’automotiver (se sentir compétent, socialement affilié, capable de donner aux autres) • S’organiser • diriger son attention • réguler son apprentissage (faire régulièrement des choix, et à les mener à bien) • identifier les personnes et situations favorables à l’apprentissage Compétence informationnelle • s’exprimer • créer du contenu • critiquer et qualifier les infos • faire une veille • documenter Environnement d’apprentissage et évolution de l’individu dans sa quête, Cristol «Les communautés d’apprentissage», ESF editeur 2015 p.47 APPRENTISSAGE dans le contexte de
  • 24. 24 Le rapport individuel et collectif au savoir Un intérêt commun pour un domaine de savoir • Mettre le savoir en débat permet de mieux se l’approprier. Le savoir se débat avec ceux qui hybride la culture avec d’autres Le savoir se débat avec ceux qui veulent faire perdurer la culture dans la durée Le savoir se débat avec les partisans de l’objectif de la CP • Le savoir émerge par la combinaison de différents parcours d’apprentissage et par la négociation avec des pairs. • Préserver les façons de faire (rituels et habitudes) • Cadrer ce qu’il est bon de faire (lieu d’acculturation) • Échanger sur les façons de faire (espace d’échange et de partage) • Faire face à l’adversité (protection, réconfort) • Mener collectivement de l’action (perpétuer les valeurs par des projets) LES MEMBRES APPRENNENT ET NÉGOCIENT LE SAVOIR LA COMMUNAUTÉ CONSTRUIT DES SAVOIRS PARTAGÉS P.107
  • 25. Développer de la connaissance À l’écoute des éléments internes et externes à la communauté 25 transfert vers terrain pro ouverture vers réseaux soutien de l’institution pratique de marge régénératrice se repositionner, mieux se définir, fortifier la position de la communauté Le rôle de l’institution • L’institution, structure stable, peut apporter un premier soutien logistique à l’émergence de la communauté (lieux, ressources matériels, etc.) • Un cadre officiel n’empêche pas la création d’un milieu peu hiérarchisé. Le pilotage et l’animation peuvent-être indépendant de l’institution. • Aussi, être reconnu par une institution donne de la légitimité à certains acteurs de la CP et permet de fluidifier les apprentissages de la CP vers le contexte organisationnel. Les réseaux • Chaque membre est une ouverture vers un autre réseau, la communauté peut développer des temps pour croiser et évoluer selon les opportunités remarquées. Le potentiel d’une communauté est de développer de la connaissance : En restant à l’écoute des éléments internes, elle se cultive par les bonnes pratiques (issues de sa marge) ; des éléments externes qui invite à de potentiels repositionnements. Connaissance de possibilité «Face à cette situation professionnelle, je sais désormais qu’il est possible de faire autrement». Parfois en contradiction avec le contexte organisationnel (sa culture, ses habitudes, son fonctionnement), cela demande donc de l’autonomie et de la responsabilité face à ce détournement. ÉLÉMENTS INTERNES les connaissances sont le fruit : • de négociation d’informations entre les membres (dans des temps formels ou informels), • de combinaisons de parcours d’apprentissage ou d’expériences réalisées. ÉLÉMENTS EXTERNES COMMUNAUTÉORGANISATION
  • 26. 26 Capacité à créer de la pratique : Constitution d’un référentiel commun les outils d’une pratique collective la pratique dans l’apprentissage faire par engagement faire pour faire sens Pratiquer : agir par engagement pour faire sens Processus individuel/collectif d’apprentissage Les compétences liées à l’agentivité (individuelle) pratique communautaire l’engagement individuel dans les pratiques collectives Apprendre ensemble en communauté
  • 27. 27 Constitution d’un référentiel commun Capacité à produire de la pratique : échelle individuelle Les routines Boire un café, aller au restaurant, serrer la main, … Les artefacts Leçons d’apprentissage, les carnets de bords (par des CR, un blog), les temps d’échange, les outils (techniques et conceptuels), les dispositifs de formation, etc. Le langage propre La maîtrise du langage (expert et communautaire) et des règles implicites s’acquiert par les multiples interactions. L’expertise dans le domaine de savoir n’est pas suffisant pour être familier au langage communautaire. L’interprétation partagée et négociée Des évènements, des expériences individuelles. Pratiquer ces actions référentielles demande un environnement neutre (en confiance), centrale (habituel et qui fasse repère), identifiable. Ces pratiques collectives doivent aussi laisser place aux interactions plus privées, entre individus.
  • 28. 28 Outils conceptuels (CEFRIO, 2005) • Des conseils aux coordinateurs • Des idées d’activités pour discuter des problématiques professionnelles, favorisant le questionnement et l’argumentation. Outils communautaire • insertion d’un membre : un parrain, kit d’intégration • suivre le rythme de la communauté : de chuchoteur • les rôles communautaires Ce sont des objets-frontières (Star et Griesemer) qui véhiculent des infrastructures • Objets d’interactions avec la connaissance • Médiation dans les processus de coordination d’experts et de non-experts • Et une flexibilité d’interprétation. Et des modèles de connaissance • Dispositif d’intégration des savoirs • Transporte un ensemble de normes indexées à une communauté de pratiques : ces objets catégorisent, classifient, standardisent, … Outils techniques (Devauchelle & Jarraud, 2006) • Écriture collaborative (Wikis, glossaires, etc.), • Communication (forums et liste de discussion synchrone), • Les répertoires de ressources partagées, • Un agenda commun, • Un gestionnaire de tâches, etc. Les outils d’une pratique collective Capacité à produire de la pratique : échelle du groupe • en fonction du besoin et du contexte, quels outils mettre en place ? (partage d’expérience ? partager des projets ?) • Qu’est ce qui pré-requis à l’utilisation de l’outil ? les outils sont des véhicules de communication et de reconnaissance. Ils augmentent la visibilité des contributions des membres dans lesquels s’incarnent les valeurs de la communauté.
  • 29. 29 Faire par engagement (agentivité) Se sentir agent dans l’apprentissage • Choisir et se fixer un but, s’engager et persévérer dans un ensemble d’actions requises pour atteindre ce but. • Établir des stratégies d’apprentissages (Cosnefroy, 2010) • Capacité à réguler soi-même ses actions en mobilisant des ressources cognitives, émotionnelles, biologiques et environnementales. • Persister dans l’effort. Agentivité * «se sentir agent» : le sentiment d’efficacité personnelle à exercer un contrôle sur ses conduites et à les mener à bien, cela en interaction avec l’environnement et en fonction des résultats souhaités (Bandura, 2003).
  • 30. Faire pour faire sens (formaliser) Se sentir agent dans l’apprentissage 30 • Pour développer l’apprentissage collectif et la structure communautaire, il faut que l’action soit relayé par la négociation partagée du sens de l’action par la formalisation. Mais il y a un équilibre à respecter. • S’il y a trop de participation, il y a un manque de formalisation, il y a plus assez de matières pour négocier le sens. • S’il y a trop de réification, il n’y a plus d’action concrète pour régénérer les significations. • la place de l’autre dans l’apprentissage individuel • Quelle est la courbe (de Flow) de mon activité ? veiller à équilibrer l’activité en participation et en formalisation.
  • 31. Pratiquer : agir par engagement pour faire sens Rémi31 ENGAGEMENT ACTION / PARTICIPATION FORMALISER POUR FAIRE SENS INDIVIDUELLE • la place de l’autre dans l’apprentissage individuel COLLECTIVE ?PROCESSUS D’APPRENTISSAGE
  • 32. l’engagement individuel dans les pratiques collectives Capacité à produire de la pratique : échelle du groupe 33 Au sein d’une communauté, l’expérience individuelle doit être excitante pour rester intéressé familière pour se sentir confiant conviviale pour prendre plaisir utile pour produire conversations orientées vers les erreurs, imperfections, conversations vers dons, générosités, entraide vers un futur désirable vers les problèmes courts termes Créer des étapes, des évènements, des activités, pour donner un rythme à la vie de la communauté.
  • 33. Apprendre ensemble en communauté L’intelligence collective dans l’apprentissage se révèle par un haut niveau dans cinq registres (inter-reliés et déployés simultanément) 34 1 • la création de représentations communes • pourquoi le faire ? avant le comment et le quoi faire • se mettre en mouvement par un but partagé. (sensemaking de Weick 1995, qui pose les individus au cœur des organisations) 2 • les émotions et énergies collectives • teambuilding «on y était tous, on l’a tous fait» : les différentes sensibilités sont mobilisés (intelligence multiple). • pré-disposent à un engagement ultérieur 3 • le dialogue de haute qualité relationnelle • discernement collective réalisé par le dialogue ≠ de la conversation 4 • action collective • 1 co-conception de l’intention : un projet dessiné par tous facilite l’appropriation de tous. • 2 réalisation : la formation-action créer un espace commun ou se lie action, solidarité et envie. • 3 capitalisation du projet : leçon à retenir, retour d’expérience. 5 • création de savoirs partagés • ou tirer des interactions humaines le potentiel des apprentissages • capter les savoirs (Knowledge managt). • associer des objets partagés d’apprentissage à des participants. • l’apprentissage comme pratique d’intégration carte des connaissances inconnues (Johnson, 2009) • rentrer rapidement et sincèrement en dialogue. • critère • le savoir-dire individuel et collectif témoigne de la transférabilité des apprentissages réalisés. • cartographie num. ou réseaux humains des savoirs et pratiques appropriés qu’il est possible d’enrichir et de puiser. APPRENDRE COLLECTIVEMENT COMBINE CINQ REGISTRES cf slides des compétences d’apprentissage
  • 34. Le fonctionnement d’une CP les repères de fonctionnement • les besoins de la communauté • 2 modèles de communauté • animation et maturité d’une comunauté • les rôles essentiels au fonctionnement • cycle de vie théorique d’une CP Au démarrage • les étapes de création • Comment une communauté se définit tout en évoluant ? les mécanismes d’évolution (interne/externe) • accompagner une instution à la création d’une com. 35
  • 35. Les besoins pour le bien-être CP Pyramide des besoins de Maslow 36 Perdurer, se renouveler et ne plus dépendre de certains membres Accroître sa résilience, s’adapter aux circonstances internes et externes. Stimuler l’efficacité, les actions du noyau dur sont assurés par une masse critique. Renforcer l’identité de la communauté, vision collective, Les besoins nécessaires assurer la structure, les membres, le but, les limites Pour persister (long terme) Pour survivre Pour agir (court terme) Pour être et espérer Pour exister
  • 36. 2 modèles de communauté Selon la qualité des interactions entre les membres Communauté dîte (motivations, vision et responsabilités) 37 • recherche de leader dominants pour conduire la collectivité dans «la bonne direction». • Des groupes spécialisés s’organisent pour optimiser la solution à chaque problème. • Les liens peuvent se transformer en clientélisme. • Orienté le problème • communityship • incitation à s’engager et a prendre des responsabilités au service du collectif : soigne l’individu et la communauté.
  • 37. Maturité d’une communauté Les CAP se développent pour répondre à des différents besoins. Mais satisfaire ces besoins dépend de la manière d’animer. 3 manières d’animer 38 résoudre des problèmes répondre aux difficultés de chacun, faire face à des perturbations externes, réactif à participer à un évènement. échelle de pro-activité de la communauté saisir des opportunités initier des projets, assurer les besoins élevés de la communauté, maintien et gestion de la connaissance, diffusion de pratiques exemplaires COMMUNAUTÉ D’AIDE ET D’ASSISTANCE COMMUNAUTÉ D’INNOVATION Management de la communauté La dynamique collective est au service d’une performance, c’est le community management (volonté de mesure et d’efficacité). Animateur proactif peut nuire au libre apprentissage. But favoriser de nouvelles interactions en les démultipliant. la révolution numérique à fait émerger toute une littérature pour une animation de communauté au service d’une dynamique marketing. Cela étouffe l’idée de ‘lanimation de dialogue et d’espace d’échange pour raconter le récit du futur. Stigmergie : l’autorisation d’agir est a priori donné. L’initiative s’appuie sur un idée motivante mené par un groupe impliqué. Vitalisation de la communauté Construire une vitalité collective : repères propres à la communauté plutôt qu’une institution, c’est l’agentivité collective. valorisation de la fonction sociale : dons, générosité, détachement aux récompenses. Gouvernance partagé Partager le pouvoir d’agir : reconnaissance d’un modèle d’échange de tous vers tous, favorisé par les outils en lignes. Et si chaque membre participe à l’animation de la communauté selon, ses besoins et ses projets, ses envies ? stigmergie, les actes de leadership demande reconnaissances.
  • 38. 39 réguler la pratique communautaire les rôles sociaux selon M. Belbin* * Les rôles en équipe, groupe Eyrolles, 2006 : http://www.eyrolles.com/Chapitres/9782708134744/ chap3_Belbin.pdf
  • 39. 40 Réguler la pratique communautaire Les rôles communautaires : rôles internes liés au pilotage et à l’animation. DANS UN PREMIER TEMPS : INTÉRÉSSEUR-COORDONATEUR • identifie et regroupe les profils d’apprenants similaires. Il pose le premier cadre d’interaction. INSTIGATEUR DU PARTAGE DE CONNAISSANCE • initie le partage des apprentissages et inclut les autres. • il accompagne les différentes prises d’initiative. Ces rôles permettent plusieurs niveaux de participation à la communauté, et sous différentes formes. Chacun des participants, novices ou initiés, trouvent ainsi son rythme, sa place selon les objectifs de la communauté. PUIS : MÉDIATEUR RELATIONNEL • apporte un autre point de vue sur les évènements et provoque de l’aide. CHERCHEUR DE RESSOURCES • cherche et met à disposition des compétences, du contenus et garde en mémoire les travaux. COORDONNATEUR • est le référent du cadre de fonctionnement et sensibilise sur les limites de la CP.
  • 40. Phase de développement de CP Le cycle de vie théorique selon Wenger 41 Définition d’un besoin de se rassembler autour d’une pratique commune. 1 / CRÉER LES CONDITIONS FAVORABLES • passage de l’ignorance de l’idée de l’autre à écoute de l’autre (s’enseigner mutuellement, dévoiler ses faiblesses) • conversations orienté futur • temps d’échange d’arguments • par des rencontre où la parole de délie progressivement Les membres développent leur identité commune, perçoivent les premiers fruits. 2 / PARTIR DE LA QUESTION AUTHENTIQUE • avec les acteurs en présence • se réunir dans des lieux tiers • aboutir à une question à haute valeur • ex : le développement de l’expertise au sein de l’école, ou la réussite des élèves. Évolution des limites de la communauté : son objets ses effectifs, domaine d’intérêt, … 3 / MOMENT MARQUANT : ÉVÈNEMENT CULTUREL • pour affirmer l’intelligence collective initiée, basé sur la question authentique. • sentiment de se dépasser et d’aider les autres à accroître leurs pouvoirs d’exprimer et d’agir. Soutenir le rythme dans les changements naturels de pratique, avec la technologie et l’organisation. 4 / SE MOUVOIR EN COMMUNAUTÉ • habitudes = ciment. • moment civilisationnel = avec des règles formelles/informelles, ses modes de régulations, de dialogue = sa culture. «Rien est acquis», toujours resté vigilant à une transformation décisive : s’institutionnaliser, être seulement transitoire, ou se diviser ? Source : CEFRIO, 2005, Travailler, apprendre et collaborer en réseau. Guide de mise en place et d’animation des communautés de pratique intentionnelles, p. 23 http://www.cefrio.qc.ca/média/uploader/2_travailler_ apprendre_collaborer.pdf
  • 41. les étapes de création de communauté d’apprentissage les outils et méthodes p.172 42 DES OUTILS /MÉTHODES ? • développer des comportements pro- sociaux, d’entraide à la participation • des techniques de communication individuelle favorisant l’écoute active ou la compréhension mutuelle. • des techniques d’échange intra-groupe : world café, histoire apprenante (dialogue de haute qualité relationnelle) LES CONDITIONS DE SUCCÈS • répondre à des enjeux communs aux membres • retirer un bénéfice rapide • se centrer sur des objectifs opérationnels • améliorer la performance au quotidien http://www.cefrio.qc.ca/media/uploader/2_travailler_ apprendre_collaborer.pdf
  • 42. accompagner une institution à développer une CA selon le CEFRIO (centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations) Cristol p.184 43 PRÉPARATION 6 mois PRÉEXISTANT ACCOMPAGNEMENT 12-18 mois • créer des liens dans l’organisation • choisir la technologie • former les animateurs • créer un comité fondateur • mener des expérimentations • équilibrer temps d’échange • sous groupe de questions d’intérêts communs • variété d’activités • temps d’échanges présentiels/distanciels • Profiter de l’énergie d’un groupe existant : formation initiale, cycle d’ateliers, moocs. • accompagné par une animation en ligne, stimulé par un noyau dur de personnalité ouvertes à la collaboration
  • 43. DÉVELOPPER LA COLLABORATION le membership definition entretenu par comportements prosociaux entretenu par cycle de dons les compétences de collaboration situées dans des contextes contextualisées dans le processus selon les périmètres de collaboration 44 Pour réaliser un but commun, la communauté permet à ses membres d’interagir et de développer des compétences de collaboration. Or, elles sont mobilisées différemment selon 4 critères : les contextes, le processus,le périmètre, la nature des liens.
  • 44. Le membership Se sentir membre, c’est ... (p.105) 45 Agir de pair • Pendant les activités, varier les temps de réflexions individuelles et collectives. • Partager de résultat et de convivialité. • Privilégier la confiance interpersonnelle pour assurer la confiance dans les décisions partagés. • en l’autre : «il peut ACCEPTER ce que je propose», • en soi : «JE peux être utile aux autres», • en la société : «la collaboration est le mode naturelle de l’homme, le chacun pour soi est une exception». Au delà du sentiment d’appartenance Qui est à l’origine de posture identitaire ou individualiste. ADHÉRER AUX BUTS PARTAGÉS Se réaliser • Mon rôle dans la CP fait sens, je me construit de nouveaux repères identitaires, avec une dimension collective (Castro Gonçalves, 2005). • Développement l’estime de soi et être gratifié. • Se situer (mes actions et moi) dans un tout. Pour la communauté • Une communauté centré sur les membres, plutôt que sur des leaders. • C’est les considérer égaux (au sens politique) les uns les autres tous en valorisant leurs différences (culturelle et sociale). la coopération/collaboration, c’est le désir de faire avec la différence qui nous entoure. Elle est favorisé par la confiance en ...
  • 45. le membership entretenu par des comportement pro-sociaux 46 implication dans l’apprendre ensemble, comportement pro-sociaux p.178
  • 46. entretenu par les cycles de dons Donner au sein d’une communauté en qui ont a confiance, c’est espérer recevoir une aide en temps voulu. 47 l’outil numérique permet à chacun d’être émetteur et récepteur : les individus peuvent se connecter et d’engager le cycle du don. accéléré • échange d’objets dans des contextes plus pertinents, dont la valeur est celle du temps et de l’attention accordé par le donateur. Il s’acompagne aussi de complicité. • vers le noyau. démarré • échange progessive de service, d’information. Selon la chaîne demander - donner - recevoir - rendre • en périphérie. Pollué • cycle de dons peu engagé ou pollué. L’autre est considéré comme une présence intrusive ou publicitée. SACRIFICE je donne plus ce que ça ne me coûte. INITIATIVE je donne (j’investis) dans ce qui m’importe.
  • 47. 53 L’ACTION DE COLLABORATION ET SES COMPÉTENCES DÉPENDENT DE … contexte état du processus l’échelle de colaboration CONCEPTION APPRENTISSAGE GOUVERNANCE A • PRÉALABLE B • PROCESSUS C • RÉSULTAT • les conditions qui favorisent la collaboration, la prise d’initiative. • les éléments qui constituent l’action collaborative. • Englobe les facteurs centrés sur le fruit de la collaboration.
  • 48. Les compétences de collaboration Selon le contexte 48 CONCEPTION APPRENTISSAGE https://prezi.com/zfw1u8jrd7ax/la-cooperation-en-28- mots-cles/ les compétences collaboratives inscrites dans le contexteles contextes de GOUVERNANCE • Quels sont les indices pour évaluer les compétences collaboratives mobilisées dans le processus de gouvernance ? • Quelles sont les compétences collaboratives mobilisées dans les autres contextes (conception, apprentissage ) ?
  • 49. le processus de collaboration LES CONTEXTES ESSENTIELS DE COLLABORATION LE PROCESSUS (SÉQUENTIELLE) LES COMPÉTENCES MOBILISÉES Elzbieta Sanojca, Jérôme Eneau. Ambiguïtés de la notion de «compétences collaboratives» en formation d’adultes : le cas du dispositif Animacoop, Jun 2015, Paris, France. 2015 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01198689v2/ 49 CONCEPTION APPRENTISSAGE GOUVERNANCE A • PRÉALABLE B • PROCESSUS C • RÉSULTAT • les conditions qui favorisent la collaboration, la prise d’initiative. • les éléments qui constituent l’action collaborative. • Englobe les facteurs centrés sur le fruit de la collaboration. cf slide compétences d’apprentissage
  • 50. les périmètres de collaboration SELON LE PÉRIMÈTRE DE COLLABORATION SELON LA NATURE DES LIENS DES GROUPES COLLABORATIFS Blomqvist & Levy 50 micro, contexte interpersonnel • la volonté de collaborer (dépend de la maturité, de l’éducation et des expériences antécédentes de la personne). • La confiance mutuelle pour situer les rôles et compétences de chacun. • Le respect exige que les membres reconnaissent et comprennent la complémentarité de leurs rôles. • La communication favorise l’émergence d’autres facteurs interpersonnels. • centré sur le capital relationnel : confiance, engagement et satisfaction. meso, contexte organisationnel • Structure organisationnelle horizontale (leadership partagé, gestion de ressource). • Philosophie bienveillante (liberté, interdépendance, équité, etc). • Mécanismes de coordination et de communication. • compétences collectives de résolution de problème. • opportunité de partenariat • vision long terme macro, externe aux organisations • Le système social (origine des membres) • Le système culturel (valeurs ancrés dans l’esprit) • Le système professionnel (système basé sur le pouvoir, autorité, etc). interpersonnel les relations mettent en valeurs la confiance, l’engagement, et la satisfaction. Dyade Partenariat, vision à long terme, capacité à coopérer et capital relationnel. équipe Compétences collectives de résolutions de problèmes Organisations Intégration de la coopération, travail en réseau, alliances. Elzbieta Sanojca, J ́eroˆme Eneau. Ambigu ̈ıt ́es de la notion de ”comp ́etences collaboratives” en formation d’adultes: le cas du dispositif Animacoop. Biennale internationale de l’ ́education, de la formation et des pratiques professionnelles ”Coopérer ?”, Jun 2015, Paris, France. 2015. <hal-01198689v2> Chaque niveau est dépendant des autres : les causes d’un problème issu d’un niveau peuvent être déjouées à un autre niveau en stimulant un facteur différent.
  • 51. les notions clés de a collaboration les facteurs de collaboration contextualisées selon le périmètre de collaboration 52 https://prezi.com/zfw1u8jrd7ax/la-cooperation-en-28-mots-cles