SlideShare une entreprise Scribd logo
Trombinoscope "Chercheurs d’humanité"
Penseurs et acteurs
d’un changement sociétal
5 - de 1916 à 1929
É. G. 02.09.2021
Yehudi Menuhin
(1916-1999), violoniste états-unien d’origine juive, puis citoyen
suisse.
Premier violon de l’orchestre philharmonique Lamoureux à Paris
à l’âge de 10 ans.
Joue pour les réfugiés palestiniens et prend position en faveur
d'un État unique laïc israélo-palestinien, indisposant par là-même
Israël.
Indésirable en URSS pour ses positions contre le régime
soviétique.
En 1981, chef d'orchestre du Royal Philharmonic Orchestra de
Londres. Poursuit ses concerts jusqu'à un âge très avancé pour
soutenir des initiatives humanitaires, contribuant à rapprocher les
musiciens entre eux.
« Du silence naît tout ce qui vit et dure ; car c'est le silence qui
nous relie à l'univers, à l'infini, il est la racine de l'existence et par là
l'équilibre de la vie. »
René Macaire
(1916-1993), psychologue, cofondateur du Mouvement pour
une Alternative Non-violente, initiateur en 1973 des Réseaux,
devenus Réseaux Espérance après fusion en 1979 avec les Groupes
Espérance initiés par Roger Garaudy.
Initiateur du concept de mutance, dont les valeurs sont :
1 - dimension communautaire,
2 - coresponsabilité,
3 - non-violence,
4 - écologie des modes de vie,
5 - attention portée au plus démuni,
6 - ouverture à une transcendance.
« La militance qui n'est pas la mutance, c'est-à-dire qui ne
mène pas à la résistance à l’agression publicitaire, à la création d'éco-
entreprises en matière de production et de commerce, à un autre type
d'alimentation et de santé, etc., est toujours en danger d'être une
école d'oppression. Certes, il faut lutter contre l'injustice et la misère,
mais si cette lutte ne transforme pas en mutants ceux qui la mènent,
elle en fait les outils inconscients d'un monde où l'injustice est
remplacée par la contrainte ».
Joseph Wresinski
(1917-1988), prêtre français né d’un père polonais. Ayant subi la
pauvreté extrême et l’exclusion sociale pendant son enfance, rejoint,
adulte, des familles vivant dans une cité d’urgence près de Paris.
Fonde en 1957 une association qui deviendra le mouvement
international ATD Quart-Monde (initialement Aide à Toute Détresse,
renommé ensuite Agir Tous pour la Dignité). Refuse la charité qui
« enfonce les pauvres dans l’indignité ».
Principales affirmations :
- L’extrême pauvreté, la misère et l’exclusion abîment les individus et les
familles, détruisent l’humanité de l’homme.
- La misère doit être détruite par les plus pauvres eux-mêmes, mais ils
sont trop écrasés par leur situation pour pouvoir s’en sortir sans l’aide
d’alliés.
- Il faut aller chercher les plus pauvres et les plus exclus, leur donner la
parole. Ils ont aussi droit à la culture et à la beauté. ../..
Joseph Wresinski
- Les personnes réduites à vivre dans la misère la plus complète
ne cessent jamais de penser à leur situation et de lui résister.
C’est pourquoi elles ont une compréhension unique à la fois de
la pauvreté et des circonstance qui la leur ont imposée. Elles
ont un besoin vital de partenaires pour se libérer des conditions
qui les oppriment. Élaborer un savoir autonome, selon leur
propre chemin et leurs objectifs, est une part essentielle de
cette libération.
« Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les
droits de l'homme sont violés. S'unir pour les faire respecter est un
devoir sacré. »
« La misère n’est pas fatale. Elle est l’œuvre des hommes, seuls
les hommes peuvent la détruire » s’ils prennent les plus pauvres
comme partenaires et guides.
../..
Joseph Wresinski
- Construire un savoir autonome, puis le mettre en dialogue avec
des personnes instruites sont deux étapes nécessaires pour la
libération des personnes les plus touchées par la misère.
« Les universitaires (devraient être) dans la rue pour se faire
enseigner, se faire corriger, prêts à remettre en question non
seulement leur savoir, mais aussi les fondements, la méthode, la
signification du savoir. Les gens instruits dans la rue, prêts à
remettre en cause l’usage fait de leur instruction. (…) C’est cela le
renversement que je vous propose. ».
C’est pourquoi l’Institut de recherche ATD Quart Monde a développé
une méthode de recherche dénommée le Croisement des savoirs, qui est une
approche participative de la recherche et de la formation, mise en pratique
avec des personnes en situation d’extrême pauvreté et des universitaires, des
responsables politiques, et des professionnels dans le domaine de la santé,
du travail social et de l’éducation.
Michel Serres parle de Joseph Wresinski
« Comme tout le monde, quand on est très loin de ces choses, on attend un
discours presque convenu, ce discours que dans les journaux on appelle "caritatif" et
je m'attendais, comme tout le monde, à ce genre de discours. Eh bien, pas du tout.
J’ai trouvé dans ces textes une pensée qui interrogeait avec une vivacité surprenante
et une vigueur extraordinaire – ce justement dont j'avais besoin – qui interrogeait
réellement l'histoire, les sciences humaines, la sociologie, l'ethnologie même,
l'économie, la politique, la culture, l'apprentissage, la pédagogie, et qui les
interrogeait de telle façon que je conseille désormais à mes étudiants de lire les
écrits du père Joseph. »
« Toutes les institutions humaines ont toujours oublié comment elles ont
commencé : toutes furent fondées pour lutter contre l’adversité. Toutes. Elles furent
fondées pour lutter contre la faim et la famine, contre la soif, contre la souffrance,
contre l’injustice, contre la violence, contre l’ignorance et contre la misère. »
« Nous n’avons jamais vécu en démocratie dès le moment où nous laissons
vivre à côté de nous des hommes détruits par la plus grande pauvreté. »
Michel Serres
Photo : Message vidéo de Michel Serres le 17 octobre 2017, à l’occasion des 60 ans d’ATD Quart
Monde, et du 17 octobre, ‘Journée mondiale du refus de la misère’ qui marque ses 30 ans.
Heinrich Böll
(1917-1985 ), écrivain allemand. A 15 ans lorsque les nazis
prennent le pouvoir à Cologne. Lycéen, se refuse à entrer dans les rangs
des ‘Jeunesses hitlériennes’. Après le baccalauréat, apprenti chez un
libraire. Les hasards de la guerre le conduisent sur tous les fronts
(Pologne, France, Russie, Hongrie), fait prisonnier par les Américains.
Devient écrivain dans l'atmosphère d'irrémédiable gâchis de
l'immédiat après-guerre. Dénonce la guerre vue comme une peste qui
afflige l'humanité. Prend ouvertement position pour le parti social-
démocrate SPD, soutient le combat des écrivains des pays de l'Est pour la
liberté d'expression, mène une polémique féroce contre le groupe de
presse conservateur d’Axel Springer. Son livre L'honneur perdu de
Katharina Blum dénonce la politique des médias, les dangers de la
conformité sociale et appelle à davantage d'individualisme et de pensée
critique. Affirme l’urgence de la démocratie, considère la liberté, avant tout,
comme liberté de l'esprit et de la pensée.
Prix Nobel de littérature en 1972.
La ‘Fondation Heinrich-Böll’ (Heinrich-Böll Stiftung France) est un centre de
réflexion dont les travaux et projets portent sur l'écologie, la durabilité, la démocra-tie,
les droits humains et la lutte contre toutes les formes de discrimination.
« La seule manière de rester en contact avec la réalité, c’est de
s’engager »
Stéphane Hessel
(1917-2013), diplomate et militant politique français, né allemand,
grand-père Juif polonais.
Normalien, Résistant, déporté à Buchenwald, secrétaire de la
commission qui rédige la Déclaration universelle des droits de l’homme,
animée par René Cassin.
Travaille sur le développement, la coopération, l’immigration.
Membre de la Fondation Un monde par tous, soutien de Non-violence
XXI, Cofondateur du collectif Roosevelt 2012.
Dans petit livre Indignez-vous ! publié en 2010, explique que la
situation de 3 millions de Palestiniens chassés de leur terre par Israël et
privés de leurs droits les plus élémentaires est son principal sujet
d’indignation aujourd’hui dans le monde.
« Je suis convaincu que l’avenir appartient à la non-violence, à la
conciliation des cultures différentes. C’est par cette voie-là que
l’humanité devra franchir sa prochaine étape ».
Thomas Gordon
(1918-2002). Psychologue, pédagogue, écrivain et
formateur états-unien.
Conjugue la relation de reconnaissance, la recherche de
compréhension de l’autre et l’affirmation de soi pour une
résolution des conflits sans perdant ou gagnant-gagnant (win-
win).
Les outils de cette méthode sont principalement la
démarche de résolution de problèmes, le message « je »
d’affirmation de soi et l’écoute active fondée sur l’empathie.
Les formations Gordon sont destinées aux parents, aux
enseignants et éducateurs, aux cadres et dirigeants.
« Décider et passer à l’action sont les clés qui vous donnent
les forces pour agir. »
Nelson Mandela
(1918-2013), Sud-africain né dans une famille royale de
l’éthnie Xhosa.
Opposé à l’apartheid, exclus de l’université, où il étudie le
droit, pour "agitation politique.“
Adhère en 1944 à l’African National Congress (ANC). Entre
dans la clandestinité après le massacre de Sharpeville en 1960 et
dirige la branche armée de l’ANC, Umkomtho we Siswe.
Condamné à la prison à vie et déporté au pénitencier de
Robben Island qu’il transforme en lieu de culture et de formation.
Libéré en 1990 par Frederik de Klerc après 27 ans de
prison.
Président de la République de 1994 à 1999, intègre les
Blancs et les Zoulous dans le gouvernement, encourage la
réconciliation.
Père de l’Afrique du Sud multiraciale et démocratique.
../..
Nelson Mandela
« Toute ma vie je me suis consacré à la lutte pour le
peuple africain. J'ai combattu contre la domination blanche et j'ai
combattu contre la domination noire. J'ai chéri l'idéal d'une
société libre et démocratique dans laquelle toutes les personnes
vivraient ensemble en harmonie et avec les mêmes
opportunités. C'est un idéal pour lequel j'espère vivre et agir.
Mais, si besoin est, c'est un idéal pour lequel je suis prêt à
mourir. »
« Je savais parfaitement que l'oppresseur doit être libéré
tout comme l'opprimé. Un homme qui prive un autre homme de
sa liberté est prisonnier de sa haine, il est enfermé derrière les
barreaux de ses préjugés et de l'étroitesse d'esprit. (…) Quand
j'ai franchi les portes de la prison, telle était ma mission : libérer
à la fois l'opprimé et l'oppresseur. »
Photo : Carrière de Robben Island où Nelson Mandela cassait les cailloux
Primo Levi
(1919-1987), Italien d’origine juive, docteur en chimie, un des
plus célèbres survivants de la Shoah.
Emprisonné en 1944 dans le camp de concentration et
d’extermination d’Auschwitz III-Monowitz, libéré par l’Armée Rouge.
Devient écrivain afin de transmettre et expliciter son
expérience, notamment l’horreur de la déshumanisation.
Décrit les Sonderkommandos (équipes spéciales) de
prisonniers chargés de gérer les fours crématoires. Explique le rôle
des kapos, prisonniers sélectionnés pour leur violence, les
hiérarchies à l'intérieur du camp, le « système » de promotion
interne.
Lutte farouchement auprès du public, et surtout de la
jeunesse, contre toute tentative de banalisation des camps ou de
révisionnisme de l’histoire.
../..
Primo Levi
Vous qui vivez en toute quiétude, bien au chaud dans
vos maisons, vous qui trouvez le soir en rentrant la table mise et
des visages amis,
Considérez si c' est un homme, celui qui peine dans la boue, qui
ne connaît pas de repos, qui se bat pour un quignon de pain,
qui meurt pour un oui pour un non.
Considérez si c'est une femme, celle qui a perdu son nom et
ses cheveux et jusqu'à la force de se souvenir, les yeux vides et
le sein froid comme une grenouille en hiver.
N'oubliez pas que cela fut. Non, ne l'oubliez pas : Gravez ces
mots dans votre cœur. Pensez-y chez vous, dans la rue, en
vous couchant, en vous levant ; Répétez-les à vos enfants ! »
../..
Photos : - Le four crématoire d’Auschwitz I.
- Les baraquements et les latrines à Auschwitz II - Birkenau.
Primo Levi
« Dans les camps, il n’y avait pas que les victimes et les
persécuteurs, il y avait la zone grise, occupée par les prisonniers qui,
dans une mesure quelconque, parfois en vue du bien, ont collaboré
avec les autorités. Elle revêt une importance fondamentale pour le
psychologue, le sociologue, l’historien. »
« C’est arrivé en Europe. Il est arrivé, fait incroyable, que tout
un peuple civilisé, qui venait de sortir de la floraison culturelle de
Weimar, suive un histrion (…). Et cependant, Adolf Hitler a été obéi et
encensé jusqu’à la catastrophe. C’est arrivé, cela peut donc arriver de
nouveau : tel est le noyau de ce que nous avons à dire. »
« L’apocalypse nucléaire serait bilatérale, instantanée,
définitive. L’horreur serait plus grande, différente, extraordinaire et
nouvelle. »
Jean-Marie Bressand
(1919-2011), militant associatif français. Résistant pendant la
2è GM au sein des services spéciaux, arrêté et torturé, s’évade.
Conseiller municipal socialiste de Dijon.
Fonde en 1951 ‘Monde Bilingue’ afin de prolonger l’esprit de
la Résistance et promouvoir « un monde où l’on s’entend ».
Fonde en 1957 à Aix-les-Bains la ‘Fédération mondiale des
villes jumelées’ ou United Towns Organisation. Dès son origine,
l’association joue un rôle important dans le développement du
jumelage entre cités, conçu comme moyen de progresser vers des
relations internationales apaisées. La FMVJ, qui compte en 1984 plus
de 5.000 jumelages, obtient de l'ONU le statut d'organisation non
gouvernementale.*
Sa dernière initiative publique est un colloque ‘La paix par les
langues’ en 2002, à Tlemcen en Algérie.
* À la fin des années 1980, la ‘Fédération mondiale des cités unies et
villes jumelées’ devient la ‘Fédération mondiale des cités unies’ (FMCU). En mai
2004, lors d'un congrès international à Paris, la FMCU fusionne avec
l’International Union of Local Authorities (IULA) et Metropolis, pour devenir ‘Cités
et gouvernements locaux unis’ (United Cities and Local Governments).
Jacques Robin
(1919-2007), médecin français, directeur général du laboratoire
Clin-Midy, sociologue.
Consacre sa vie, à travers le ‘Groupe des Dix’, le ‘CESTA’, le
‘GRIT’, ‘VECAM’ ou la revue Transversales Sciences/Culture, le
‘Collegium international éthique, politique et scientifique’, à tenter de
relier les savoirs disciplinaires.
Désireux de rapprocher intellectuels, politiques et scientifiques
pour élaborer une réflexion dynamique sur la société, propose des
actions aux décideurs politiques et économiques.
« La transition que nous vivons est comparable au passage du
paléolithique au néolithique. »
« À la triade actuelle "croissance - compétitivité - emploi", nous
devons substituer la triade “développement - coopération - activité”. »
«Les citoyens, si on leur tient un discours de vérité, feront
avancer les idées neuves que les partis et syndicats ne savent pas ou
n’osent pas proposer.»
Lino Ventura
Angiolino Ventura (1919-1987), acteur italien d’expression
française. Fils d'immigrés italiens, travaille dès l'âge de 8 ans : portier,
livreur mécanicien, représentant de commerce et employé de bureau.
Catcheur professionnel avant de devenir par hasard acteur de cinéma
aux côtés de Jean Gabin dans Touchez pas au grisbi !
Sa carrure, sa "gueule" et son exceptionnel naturel de comédien
font de lui l'interprète idéal du film noir, de truand et de policier dur à
cuire au grand cœur. Devient une vedette dès la fin des années 1950.
Acteur dans 75 films.
Père de 4 enfants dont une fille handicapée, fondateur avec sa
femme Odette Lecomte en 1966 de l'association ‘Perce-Neige’,
destinée à venir en aide aux personnes handicapées mentales.
L’année 1975 marque la première victoire de l’association avec la loi
d'orientation en faveur des personnes handicapées. ‘Perce-Neige’ a
participé à la création de près de 40 établissements en France.
Photo du haut : L.V. dans L’armée des ombres, film de Jean-Pierre Melville (1969)
Pete Seeger
(1919-2014), chanteur, compositeur, pionnier du folk song
américain.
Rencontre le bluesman Leadbelly, puis en 1940 le grand baladin,
poète et chanteur Woody Guthrie, icône de la chanson protestataire,
avec qui ils fonde les Almanac Singers.
Cofondateur du Festival de folk de Newport (Rhode Island). Ses
chansons ont été reprises par Bob Dylan, Joan Baez, Peter, Paul and
Mary. La musique n’est pas pour lui une fin, mais un moyen de toucher
les consciences, de s’adresser à l’intelligence.
Grande figure des amis de Martin Luther King, s’inspire d’un
gospel pour créer le chant We shall overcome, hymne du mouvement
pour les droits civiques.
Inscrit sur son banjo : « Cet instrument ceinture la haine et la
force à se rendre. »
« Ne vous laissez pas coca-coloniser en Europe, emparez-vous
de vos propres racines ! »
Mehdi Ben Barka
(1920-1965), homme politique marocain. Études de mathématiques à
Alger. Professeur de mathématiques au Collège royal, soutient la création
de ‘l'Istiqlal’, le parti indépendantiste. Arrêté en 1944 pour avoir signé le
‘Manifeste de l'indépendance’, passe plus d'un an en prison.
De 1956 à 1959, président de l'Assemblée consultative du Maroc,
veut promouvoir l’alphabétisation et la réforme agraire en faveur des petits
paysans. Un des principaux opposants socialistes au roi Hassan II et le chef
de file du mouvement tiers-mondiste et panafricaniste. Tente de fédérer les
mouvements révolutionnaires du tiers-monde en vue de la ‘Conférence
tricontinentale’ prévue en janvier 1966 à La Havane.
Son caractère, sa rapidité, ses visions d'avenir, sa conscience de
l'indispensable solidarité internationale lui valent le surnom de "Monsieur
Dynamo".
Est enlevé et torturé le 29 octobre 1965, alors qu’il se rend à un
rendez-vous à la brasserie Lipp à Paris. Son corps ne sera jamais retrouvé.
La responsabilité du général Oufkir, ministre de l'Intérieur marocain, de ses
sbires, de certains membres des services secrets français (SDECE) et du
‘Mossad’ israélien, sont aujourd'hui avérés.
« Pendant 40 longues années, le protectorat a été pour mon pays et
pour mon peuple une agression spirituelle par une politique de
dépersonnalisation et de lutte systématique contre notre langue et nos
valeurs séculaires. »
Boris Vian
(1920-1959), écrivain français, ingénieur de l‘’École centrale’,
poète, parolier, chanteur, critique, trompettiste de jazz, scénariste,
traducteur (anglo-américain), conférencier, acteur et peintre.
Grand travailleur, pessimiste, hanté par la mort, adore l’absurde,
le jeu et la fête. Inventeur de machines imaginaires et de mots
devenus courants de nos jours. Dénonce très tôt la société de
surconsommation.
Dans son roman J’irai cracher sur vos tombes, dénonce le racisme
anti-Noirs aux Etats-Unis. Dans sa chanson Le déserteur, composée en
1954, s’insurge contre la guerre d’Indochine.
Sa chanson La Java des bombes atomiques, composée en 1955,
dénonce les armes nucléaires en pleine guerre froide entre les États-
Unis et l’Union soviétique. Sa chanson La complainte du progrès est une
satire de la société de consommation.
« Le jour où personne ne reviendra d’une guerre, c’est qu’elle aura
enfin été bien faite. »
« Le ridicule ne tue plus, nulle part, mais aux USA il enrichit
drôlement ! »
Albert Barillé
(1920-2009), réalisateur, auteur, scénariste et producteur français.
Autodidacte, emplois précaires, produit et distribue des longs-métrages
en Amérique latine, fonde la société de production ‘Procidis’.
En 1969, crée Colargol, série d’animation destinée aux enfants.
En 1978, crée la première série animée d’une longue saga future, Il était
une fois... l‘homme, qui connaît un grand succès. 7 séries constituent la
saga : l’homme, l’espace, la vie, les Amériques, les découvreurs, les
explorateurs, la Terre. Chacune contient 26 épisodes. L'accent est
toujours mis sur la qualité, la non-violence, l'amitié et l'humanisme, avec
toujours la connaissance en arrière-plan. Son souhait est de réunir la
famille autour d'un programme drôle et passionnant.
« Donner à nos enfants le désir de savoir, éveiller leur curiosité.
Les traiter aussi en personnes à part entière, qui comprennent bien plus
que ne le croient les adultes. Vous les fortifierez ainsi et ils vous en
sauront gré. » « Vous, les jeunes, êtes et serez les acteurs
incontournables d'un développement durable. Par chacun de vos gestes,
vous agissez directement sur la planète, les hommes et le
développement. Vous êtes les “héritiers de la Planète”. »
Melina Mercouri
(1920-1994), actrice, chanteuse et femme politique grecque.
Carrière artistique entre Athènes et Paris.
Privée de ses droits civiques à la suite du coup d'État fomenté en
Grèce par les colonels en 1967, s'exile en France. Dans des tournées
internationales, elle se fait le chantre de la résistance grecque à la
dictature.
Dès la chute de la dictature, en 1974, rentre en Grèce, entame
une carrière politique qui l'amène à progressivement arrêter le cinéma.
Députée du ‘Mouvement socialiste panhellénique’, puis ministre de la
Culture.
Dans le cadre du Conseil européen, crée en 1985 le concept
des ‘capitales européennes de la culture’. Conçue pour « contribuer
au rapprochement des peuples européens », son idée est de
désigner deux villes par an pour accueillir le théâtre de manifesta-
tions artistiques et mettre à l'honneur leur patrimoine historique et
culturel.
Geneviève de Gaulle-Anthonioz
(1920-2002), Française, Résistante, multiplie les actions de
renseignement et d’information, déportée en 1944 au camp de
concentration de Ravensbrück.
Militante des droits de l'homme. Alliée au mouvement ATD Quart
Monde, puis volontaire permanente, elle en est présidente de 1964 à
2001.
Nommée en 1988 au Conseil économique et social, se bat
pendant dix ans pour l’adoption d’une loi d’orientation contre la
grande pauvreté.
Fait exceptionnel, présente elle-même le projet de loi à
l’Assemblée nationale le 15 avril 1997. La loi est votée en 1998.
« Je ne crois pas qu'il faille chercher à avoir une grande vie ou
un grand destin. Il faut essayer d'être juste. »
Garry Davis
Né en 1921 aux États-Unis. Marqué par les conséquences
des bombardements alors qu’il est pilote d’avion pendant la 2ème
guerre mondiale.
En mai 1848, installé en France, rend son passeport à
l’ambassade américaine et se proclame "citoyen du monde".
En novembre 1948, en lien avec Albert Camus, interrompt
une séance de l’Assemblée générale de l’ONU au Palais de
Chaillot pour demander la création d’une autorité mondiale (“a
world governement”).
Parmi ses soutiens le plus célèbres, Albert Einstein, André
Gide, Albert Camus, Jean-Paul Sartre, André Breton, l’abbé Pierre.
Le premier à s’être présenté comme citoyen du monde est le philosophe
ascète Diogène de Sinope (- 413 à - 327)
Edgar Morin
Edgar Nahoum, né en 1921, descendant d'un père
commerçant juif de Thessalonique mais agnostique. Résistant.
Philosophe et sociologue français, directeur de recherche émérite
au CNRS.
Conçoit les fondements de la pensée complexe ("ce qui est
tissé ensemble, enchevêtré") et de la transdisciplinarité.
Pour lui, une conscience planétaire et une "politique de
civilisation" sont nécessaires pour sortir de la préhistoire de
l’esprit humain.
Appelle à promouvoir le bien-vivre au lieu du plus-avoir, à
réanimer les solidarités, à régénérer l’éducation, à résoudre les
conflits par la non-violence.
Rappelle que l’improbable peut arriver dans les situations
très critiques.
../..
Edgar Morin
Avance 7 principes guides pour une pensée qui relie, complémen-
taires et interdépendants :
Principe systémique ou organisationnel.
Principe hologrammatique.
Principe de boucle rétroactive.
Principe de boucle récursive.
Principe d'autonomie / dépendance (auto - éco - organisation)
Principe dialogique.
Principe de réintroduction du connaissant dans toute connaissance.
« La révolution scientifique n’entraîne pourtant aucun
progrès humain bien que toute avance scientifique soit un
progrès : elle peut davantage consolider les pouvoirs que
favoriser les émancipations. La révolution scientifique est débile
dans sa radicalité... Elle réussit à dominer le monde, mais du
même coup risque de l’anéantir et de s’anéantir elle-même. »
Peter Benenson
(1921-2005), avocat anglais issu d’une famille juive. S’engage dès
16 ans contre le franquisme, lance un mouvement de soutien des Juifs
ayant fui l’Allemagne nazie. Avocat, membre du Labour Party. Dans les
années 1950, défend des syndicalistes (Hongrie, Chypre, Espagne).
En 1960, est choqué par un article de journal qui relate l'arresta-
tion de 2 étudiants portugais condamnés à 7 ans de prison pour avoir
porté un toast à la liberté pendant la dictature de Salazar. Lance dans le
journal The Observer un appel en faveur des "prisonniers d’opinion".
Reçoit des milliers de lettres de soutien.
L'appel, repris dans les journaux du monde entier, demande aux
lecteurs d'écrire des lettres pour protester contre l'arrestation des 2
jeunes hommes. Fonde en juillet 1961 l'organisation Amnesty
International, avec l'aide, entre autres, de Seán MacBride et d'Eric
Baker. En guise de symbole de l’organisation, opte pour une bougie,
s’inspirant d’un ancien proverbe chinois : « Il vaut mieux allumer une
bougie que de maudire l'obscurité ».
« Cette bougie ne brûle pas pour nous, mais pour tous ceux que
nous n’avons pas pu faire sortir de prison, tous ceux qui ont été abattus
avant d’être incarcérés, tous ceux qui ont été torturés, enlevés ou
victimes d’une “disparition”.»
Henri Alleg
Harry Salem (1921-2013), journaliste français. Né à Londres de
parents juifs russo-polonais, vit à Paris, s'installe en Algérie en 1939, et
milite au sein du Parti communiste algérien. En 1946, épouse Gilberte
Serfaty qui deviendra comme lui une ardente militante communiste. En
1951, devient directeur du quotidien Alger républicain.
Arrêté en juin 1957 par les parachutistes de la 10e DP, au domicile
de son ami Maurice Audin (arrêté la veille et qui sera torturé à mort).
Séquestré un mois à El-Biar, torturé lors de plusieurs séances, subit un
interrogatoire mené après une injection de penthotal, utilisé comme
sérum de vérité.
Dans son livre La Question écrit en prison et censuré, dénonce la
torture pendant la guerre d'Algérie. La diffusion clandestine s'élève à
150 000 exemplaires. Trois ans après son arrestation, inculpé d‘ "atteinte
à la sûreté extérieure de l'État" et de "reconstitution de ligue dissoute" et
condamné à 10 ans de prison. Transféré en France, incarcéré à la prison
de Rennes. Profitant d'un séjour dans un hôpital, s'évade, rejoint la
Tchécoslovaquie. Revient en France après les accords d’Évian.
Membre du PCF. Cosigne, en 2000, l'Appel des douze "pour la
reconnaissance par l’État français de la torture".
Michel Crozier
Sociologue français, né en 1922. HEC, docteur en droit et en
lettres. Mène une enquête sur les syndicats aux États-Unis.
Fonde en 1962 au CNRS le ‘Centre de Sociologie des
Organisations’.
Concepteur de l'analyse stratégique des organisations qui
étudie les intérêts, le rôle, les jeux de pouvoir des différents acteurs
directs ou indirects dans une organisation, un projet collectif, un
conflit, etc.
Cherche à faire coïncider son activité de recherche avec son
engagement pour la réforme de la société et de l'État.
« La bureaucratie est une organisation qui n'arrive pas à se
corriger en fonction de ses erreurs".
« Permettre aux intéressés de mieux comprendre la situation
dans laquelle ils se trouvent et donc, d'être mieux à même de la
changer. »
Jacques Stephen Alexis
(1922-1961), médecin neurologue, écrivain, et homme politique
haïtien. Études à Paris puis à Port-au-Prince. Communiste, s’illustre par
sa résistance à la dictature de François Duvalier. Fonde en 1959 le
‘Parti d'Entente Populaire’ et se campe en véritable leader de
l'opposition. Auteur d’un œuvre romanesque, définit de façon novatrice
un réalisme merveilleux propre à la littérature de la Caraïbe. Son œuvre
littéraire très riche nous aide à mieux appréhender le quotidien de la vie.
Débarqué clandestinement en avril 1961 sur la côte nord-ouest
d'Haïti pour renverser Duvalier, trahi, attendu par quelques miliciens,
vraisemblablement exécuté et enseveli sur place avec 4 de ses
compagnons.
Humaniste fervent, résistant et militant fortement engagé dans le
débat social, esthétique, politique et anticolonial de son époque.
« Du détour d'une seule journée survient inattendument un petit
événement, le certain petit hasard pourtant objectivement prévisible, la
chiquenaude qui tout à coup accélère la vie. »
Julius Nyerere
(1922-1999), homme politique tanzanien, surnommé le mwalimu
(le lettré). Termine ses études à Édimbourg. Instituteur, puis professeur
d’histoire.
Transforme la Tanganyka African Association, organisation
d’intellectuels, en Tanganyika African National Union (TANU), parti
politique qui prône l’indépendance et la non-violence.
Premier ministre du Tanganika de 1960 à 1961, puis président
de la Tanzanie (Tanganyika + Zanzibar) de 1964 à 1985.
En 1967, dans la ‘déclaration d'Arusha’, préconise une société
égalitaire, juste, solidaire, qui trouve dans ses propres ressources les
moyens de son autosuffisance. Donne priorité à l’éducation.
Appelées Ujamaas, ("cofraternité"), 800 communautés villageoises
organisées autoritairement sur des principes trop collectivistes sont un
échec.
Se retire de la politique en 1985. A posé les bases d’un État
démocratique pluriethnique.
Joseph Ki-Zerbo
(1922-2006), historien et homme politique burkinabé, agrégé
d’histoire à la Sorbonne, un des plus grands penseurs de l’Afrique
contemporaine.
Inventeur du slogan "Si on se couche, on est mort" .
Membre éminent du Conseil exécutif de l’UNESCO.
Prix Nobel alternatif pour ses recherches sur les modèles
originaux de développement.
« L’invocation par nous du passé seul ne prouve rien pour le
présent et l’avenir, alors que l’invocation d’un présent médiocre ou
calamiteux comme témoin à charge contre nous peut mettre en
doute notre passé et mettre en cause notre avenir.
C’est pourquoi chaque Africaine, chaque Africain doit être, ici
et maintenant, une valeur ajoutée. Chaque génération à des
pyramides à bâtir ».
Howard Zinn
(1922-2010), historien et politologue états-unien, fils d’une
famille juive immigrée d’Autriche-Hongrie.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, s'engage dans l'armée
de l’air. Effectue des bombardements sur Berlin, la Tchécoslovaquie, la
Hongrie, sur Royan. Dans ses livres The politics of history et The Zinn
reader, décrit comment le bombardement de Royan au napalm fut
décidé par la hiérarchie militaire pour des raisons qui tenaient plus à
des considérations carriéristes qu'à des objectifs militaires légitimes.
Par la suite, sa réflexion politique élève la désobéissance civile
au rang de devoir.
Professeur au département de science politique de l'université
de Boston durant 24 ans (1964-1988).
Acteur de premier plan du mouvement des droits civiques et du
mouvement de paix aux États-Unis.
Auteur de vingt livres dont les thèmes (monde ouvrier, désobéis-
sance civile et ‟guerre juste” notamment) sont à la croisée de ses
travaux de chercheur et de son engagement politique.
Martin Gray
Mieczysław Grayewski, (1922-2016), né à Varsovie
(Pologne) dans une famille juive. S’enfuit du camp de
Treblinka. Perd 110 membres de sa famille dans les camps d’extermina-
tion nazis. Marche sur Berlin comme officier dans l’Armée rouge.
S'installe aux Étas-Unis, puis en France avec son épouse, Dina
Cult. Devient exploitant agricole dans le Var, à Tanneron.
En octobre 1970, lors d’un incendie de forêt, perd son épouse et
ses 4 enfants. Au bord du suicide, décide de lutter pour devenir un témoin
et trouver encore une fois la force de survivre, l'écriture devenant alors
pour lui une thérapie.
Crée la ‘Fondation Dina Gray’ à vocation écologique, chargée de
lutter contre les incendies de forêts et pour la protection de l’homme à
travers son cadre de vie. S’installe ensuite en Belgique.
« L'homme peut être seul au milieu des autres. Mais celui qui est
ouvert au monde, celui qui sait demeurer fraternel, celui qui est solidaire
des autres, celui-là, même solitaire, n'est jamais seul. »
Cheikh Anta Diop
(1923-1986) Historien, anthropologue et homme politique
sénégalais, docteur en sciences sociales et spécialiste en chimie
nucléaire formé à Paris.
Met l’accent sur l’apport de l’Afrique, et en particulier de
l’Afrique noire, dans les origines de la civilisation.
Participe à l’élaboration d’une conscience africaine libérée
de tout complexe face à la vision européenne du monde en
montrant que l’Égypte ancienne était une civilisation africaine.
Si beaucoup de ses arguments scientifiques sont
aujourd’hui considérés comme faux, a eu un rôle de visionnaire
concernant la place de l’Afrique dans l’histoire.
« La facilité avec laquelle nous renonçons, souvent, à
notre culture ne s’explique que par notre ignorance de celle-ci, et
non par une attitude progressiste adoptée en connaissance de
cause. »
Priscilla Sitienei
Née en 1923, Kenyane, surnommée affectueusement "Gogo"
(‘grand-mère’ dans le dialecte local). Sage femme pendant 65
ans, arrière-grand-mère.
À 94 ans, s’inscrit à l’école de Ndalat, au Kenya, pour
apprendre à lire et à écrire, notamment afin de pouvoir lire la Bible et
transmettre ses connaissances médicales. Veut aussi inciter les filles de
son pays à suivre des études et lancer un message aux enfants du
monde entier. Assiste à tous les cours, des mathématiques à l’anglais,
en passant par l’éducation physique, la danse, le chant et le théâtre.
Dans la même classe, ses six arrière-petits-enfants suivent les cours
avec leur aïeule. Selon la BCC, elle est probablement l’élève de primaire
la plus âgée au monde. Pour le directeur de l'école de Ndalat, David
Kinyanjui, avoir Gogo comme élève est « une bénédiction ». « Elle
motive tous les élèves ici, nous sommes très fiers d’elle. »
Le film documentaire Gogo (2021) de Pascal Plisson lui est
consacré.
« Je vois des enfants qui vivent sans espoir, des enfants
perdus. Je veux qu’ils me voient à l’école, je veux les inspirer. (…) Allez
vers la connaissance. Étudier sera votre richesse ! »
Bernard Clavel
(1923-2010), écrivain français auteur de romans, essais, poèmes et
contes pour la jeunesse.
Montre une constante attention aux humbles et défend des valeurs
humanistes en contant des destins individuels et collectifs, souvent
confrontés au malheur.
Son sens de la nature et de l'humain, sa mise en question de la
violence et de la guerre et son souci de réalisme lui ont obtenu de
nombreux prix, dont le prix Goncourt.
« Nous avons besoin de bonté autant que de beauté. »
Le texte du MAN "Une non-violence politique" « répond tout à fait à
ce que pouvaient attendre des gens attirés par la non-violence et avides
d’une plus grande connaissance », mais doit être complété par « un autre
travail urgent (…), un travail dont le seul but sera de chasser des esprits
l’idée que la non-violence est une fantaisie de poètes chevelus ; (…) elle
est l’arme noble, la seule arme absolue, la seule qui ait encore une
chance de sauver l’homme de la folie et de la mort. Et sachez que je suis
absolument avec vous. De tout cœur. »
Lorenzo Milani
(1923-1967), prêtre catholique et éducateur italien, d’origine juive.
Dans les bourgs déshérités de Calenzano, puis celui de Barbiana
(Toscane), organise des cours du soir pour les paysans et ouvriers illettrés,
des séances de lecture critique des journaux, des ateliers de travail du bois
et du fer, l’apprentissage des langues, des cours de natation, invite des
orateurs pour vaincre « l’ignorance, le conformisme, la résignation ».
La Scuola di Barbiana (École de Barbiana) est un lieu d’éducation à
l’altruisme, à la responsabilité et à l’engagement.
En réponse à une déclaration d’aumôniers militaires italiens, écrit le
texte L’obéissance n’est plus une vertu sur l’objection de conscience qui lui
vaut d’être cité en Justice.
La Lettre à une maîtresse d’école a été écrite par 8 élèves de l’École
de Barbiana à leur ancienne maîtresse.
« Vous dites que vous avez recalé les crétins et les paresseux. C’est
donc que vous prétendez que Dieu fait naitre les crétins et les paresseux
chez les pauvres... »
Uri Avnery
Helmut Ostermann (1923-2018), Juif allemand. Sa famille fuyant
le nazisme, arrive en Palestine en 1933.
Fonde en 1946 le mouvement Eretz Yisrael Hatz'ira (Jeune Pays
d'Israël). Participe comme soldat dans l'armée israélienne à la guerre
israélo-arabe de 1948.
Éditorialiste au quotidien Haaretz puis à l'hebdomadaire Haolam
Hazeh. Député à la Knesset de 1965 à 1973 et de 1979 à 1981 dans le
parti Haolam Hazeh (Ce monde).
Crée en 1993 le mouvement Gush Shalom (Le bloc de la paix),
qui milite pour le retour aux frontières de 1967, la partition de Jérusa-
lem et la création d'un État palestinien sous le slogan de « Deux
peuples, deux États ».
« Notre rôle n'est qu'un petit rôle dans une lutte mondiale pour la
paix, la justice et l'égalité entre les êtres humains et entre les nations,
pour la préservation de notre planète. Tout cela peut se résumer en un
mot, qui à la fois en hébreu et en arabe signifie pas seulement la paix,
mais aussi l'intégrité, sécurité et bien-être : Shalom, Salam. »
Danielle Mitterrand
(1924-2011), née Gouze, Française, Résistante, épouse de
François Mitterrand.
Crée en1986 la ‘Fondation France-Libertés’ pour « construire
un monde plus juste et plus solidaire dans lequel chacun puisse
exercer sa liberté dans le respect de l’autre (…) défendre les droits
de l’homme, le droit d'accès à l'eau pour tous et le droit à
l'autodétermination des minorités ethniques ».
Soutient les opprimés du Kurdistan, d’Afrique, d’Amérique
latine, du Tibet, rencontre les chefs d’État et les "sans voix".
« Mais les tapis rouges des voyages présidentiels ne m'ont pas
égarée, pas plus que les lustres ne m'ont éblouie. Ils m'ont surtout
permis de côtoyer des populations de tous les continents,
d'entendre les témoignages d'hommes et de femmes oubliés du
bonheur de vivre et accablés par la misère. »
Jean-François Lyotard
(1924-1998), philosophe et sociologue français. Communiste anti-
autoritaire dans les années 1950, milite ensuite contre la guerre d'Algérie.
Enseigne à la Sorbonne puis à l'université Paris VIII. Cofondateur
du ‘Collège international de philosophie’ avec Jacques Derrida, François
Châtelet, et Gilles Deleuze.
Constate l’éclatement de la notion de modernité et la fin des grands
récits narratifs du progrès qui lui sont associés : celui les Lumières
(émancipation du sujet rationnel), et celui de Hegel (l'histoire de l'Esprit
universel).
Après Auschwitz, mais aussi en raison de l'informatisation de la
société et du passage à une société postindustrielle, le savoir scientifique
perd ses légitimations. lI est réduit à une simple marchandise information-
nelle.
« Dans un univers où le succès est de gagner du temps, penser n'a
qu'un défaut, mais incorrigible : d'en faire perdre. »
« C’est l’enjeu d’une littérature, d’une philosophie et peut-être d’une
politique de témoigner des différends en leur trouvant des langages. »
Henryane de Chaponay
Née en 1924, marquise française issue de familles royales.
Résistante au nazisme à l’âge de 19 ans. Au Maroc, soutient les acteurs
de l’indépendance et se lie d’amitié avec Medhi Ben Barka. S’engage au
Brésil et dans les pays d’Amérique latine auprès de ceux qui luttent
contre les dictatures, surnommée "la comtesse rouge" par les services
secrets brésiliens. Dès les années 1960 son appartement parisien
devient une terre d’asile pour de nombreux exilés politiques. Proche du
CCFD, fondatrice avec Paulo Freire du ‘Centre d’étude du développe-
ment en Amérique latine’ (CEDAL) et de la ‘Fondation Beijaflor’.
Participe dès l'origine au ‘Forum Social Mondial’ et à ‘Dialogues en
humanité’. Associée à une démarche pour créer un ‘Mouvement
International de Réciprocité et Réseaux de Savoirs’. Agnostique.
« Nous sommes dans une période de transition extrêmement
difficile qui peut déboucher sur le meilleur ou le pire, tout est à repenser.
De grands dangers menacent notre espèce et la planète, dus à la folie
humaine et à l’argent roi. Mais il y a beaucoup d'initiatives, partout.
(…) Ce que j'appelle les germes d'avenir, toute cette capacité cachée
des êtres humains à se lancer dans des expériences, des rencontres,
des recherches pour pouvoir vivre ensemble. »
Majid Rahnema
(1924-2015), Franco-iranien né à Téhéran, diplomate et
ancien ministre.
Travaille sur les questions de pauvreté et les processus de
production de la misère par l’économie de marché.
Principales affirmations:
- Du fait de la mondialisation économique ultralibérale, la
misère (impossibilité d’accéder à des moyens de subsistance)
chasse la pauvreté (mode de vie basé sur la sobriété).
- Le soi-disant « développement » a été en fait une
politique de suppression des anciens savoirs et réseaux de
subsistance.
- Le principe de suffisance – assez, mais jamais trop – doit
prendre la relève de l’idéologie du toujours plus.
Charles Aznavour
Né Chahnourh Varinag Aznavourian (1924-2018), auteur-
compositeur-interprète, acteur, et écrivain franco-arménien.
Compose plus de 1000 chansons, chanté dans 6 langues
différentes, joue dans plus de 60 films. Ambassadeur de l’Arménie
auprès de l'ONU.
Ses chansons font référence à l’amour, à l’art, à la famille, et au
temps qui passe, mais aussi à l’Arménie et notamment au génocide
de 1915-1916 et au séisme de 1988.
« Ils sont tombés sans trop savoir pourquoi / Hommes, femmes
et enfants qui ne voulaient que vivre / Avec des gestes lourds comme
des hommes ivres / Mutilés, massacrés, les yeux ouverts d´effroi.
(…) Moi je suis de ce peuple qui dort sans sépulture / Qu´a choisi de
mourir sans abdiquer sa foi / Qui n´a jamais baissé la tête sous
l´injure / Qui survit malgré tout et qui ne se plaint pas.(…) La mort les
a frappés sans demander leur âge / Puisqu´ils étaient fautifs d´être
enfants d´Arménie. »
Frantz Fanon
(1925-1961), médecin-psychiatre et essayiste français d’origine
martiniquaise. Résistant, blessé dans les Vosges.
En 1953, médecin-chef d'une division de l'hôpital psychiatrique
de Blida en Algérie. Dès le début de la guerre d'Algérie, en 1954,
s'engage auprès de la résistance nationaliste, rejoint le ‘Front de
Libération nationale’ (FLN).
Fortement impliqué ensuite dans un combat international
dressant une solidarité entre "frères" opprimés. Un des fondateurs du
courant de pensée tiers-mondiste. Durant toute sa vie, cherche à
analyser les conséquences psychologiques de la colonisation à la fois
sur le colon et sur le colonisé.
Son livre Les Damnés de la terre, publié quelques jours avant sa
mort, est un manifeste pour la lutte anticolonialiste, y compris par la
violence, et l'émancipation du tiers-monde. Atteint d'une leucémie,
meurt à l'âge de 36 ans. Inhumé en Algérie.
« Le régime colonial est un régime instauré par la violence. C’est
contre la volonté des peuples que d’autres peuples plus avancés dans
les techniques de destruction ou numériquement plus puissants se sont
imposés. Violence dans le comportement quotidien, violence à l’égard
du passé qui est vidé de toute substance, violence vis-vis de l’avenir. »
../..
Frantz Fanon
Pour F. Fanon, il n’y a pas d’autre choix que la lutte armée.
La possibilité d’une lutte non-violente est pure illusion. Mais l’auteur
ne cite même pas le nom de Gandhi, alors que la résistance non-
violente du libérateur de l’Inde précède de longtemps celle des
résistants algériens contre le colonialisme français.
On ne trouve pas davantage chez Fanon une réflexion
stratégique visant à comparer ces deux types de luttes de libération.
S’il fait une brève allusion à la non-violence, c’est pour la ridiculiser
en affirmant qu’elle prêche la réconciliation entre colonisateurs et
colonisés. Mais Gandhi n’a jamais écrit cela.
Quant à Jean-Paul Sartre (photo du bas) qui préface le livre, il ne
se grandit pas par sa présentation péjorative de la non-violence et
son soutien sans réserves à la lutte armée légitimant l’assassinat des
colons. Il n’hésite pas à écrire : « Il faut tuer : abattre un Européen
c'est faire d'une pierre deux coups, supprimer en même temps un
oppresseur et un opprimé : restent un homme mort et un homme
libre ».
Alain Touraine
Français né en 1925, normalien, agrégé d’histoire,
Directeur d’étude à l’EHESS, sociologue de l'action sociale et des
nouveaux mouvements sociaux.
Suite à la crise de mai 68, diagnostique la transition d'une
pure domination économique vers une domination culturelle : à
l'opposition entre prolétaires et bourgeois se substitue l'opposition
entre ceux qui ont des savoir-faire et ceux dont la position dans le
système médiatique assure une large influence.
« Que peut-on construire pour résister à ce tsunami
financier ? Sur quelles forces non sociales peut-on compter ? J'en
vois deux : l'écologie et l'individu.(…)
L'homme de Tian'anmen allongé devant un tank, qui restera
un des grands symboles de ce siècle passé, c'est la conscience
nue face à la force nue. Ce n'est pas un groupe, il est là, lui tout
seul, même s'il s'inscrit dans une action collective. »
Pierre Simon
(1925-2008), médecin gynécologue et homme politique
français, cofondateur du ‘Planning familial’, cofondateur en 1980, avec
l’écrivain Michel Lee Landa, de l’’Association pour le Droit à mourir
dans la Dignité’ (ADMD).
L’ADMD milite pour que chaque personne puisse choisir les
conditions de sa propre fin de vie, conformément à ses conceptions
personnelles de dignité et de liberté, entend obtenir qu’une loi visant à
légaliser l’administration d’un moyen létal à une personne à sa
demande expresse et le suicide assisté, et à assurer un accès
universel aux soins palliatifs.
« Le droit de mourir dignement dans la lucidité, la tendresse, sans
autres affres que celles inhérentes à la séparation et au glissement
hors de cette forme de vie, ce droit devient un impératif évident, dès
lors que la vie peut être prolongée jusqu’au dernier délabrement - et
même au-delà. »
Un jour, une telle liberté sera reconnue comme une exigence
morale imprescriptible et aussi impérieuse que la liberté de parler et de
s’informer. »
Albert Jacquard
(1925-2013), biologiste français, généticien, philosophe, militant
(‘Droit au logement’, décroissance conviviale, désarmement nucléaire,
altermondialisme, espéranto, etc.)
Affirme que l’émulation et la coopération doivent remplacer la
compétition, notamment dans le sport, l’éducation, l’économie.
Dénonce l’escroquerie sémantique du concept de propriété
intellectuelle, soutient la préservation des biens communs cognitifs.
« Mon objectif, ce n'est pas de construire la société de demain,
c'est de montrer qu'elle ne doit pas ressembler à celle d'aujourd'hui. »
« Ce qui donne sens à la vie est la cause que l’on s’efforce de
défendre, le chemin qu’on tente de défricher. L’exigence de rigueur fait
partie des attitudes qui valorisent ce cheminement. »
« Exprimer une idée est une activité difficile à laquelle il faut
s'exercer ; la télé supprime cet exercice ; nous risquons de devenir un
peuple de muets, frustrés de leur parole, et qui se défouleront par la
violence. »
Jacques Delors
Né en 1925, homme politique français. Chargé de mission de
Jacques Chaban-Delmas, invente des contrats de progrès, est
l’inspirateur de la loi de 1971 sur la formation permanente.
Ministre de l'Économie, des Finances et du Budget de 1981 à
1984, maire de Clichy-la-Garenne en 1983-1984.
Président de la Commission européenne de 1985 à 1994,
fondateur du groupe de réflexion ‘Notre Europe’ dans le but de "penser
l’idée européenne" et notamment de créer une ‘Communauté europé-
enne de l’énergie’.
Le sens de la formation permanente est « que chacun puisse
mieux se connaître et par conséquent être mieux à même de faire face
aux situations déstabilisantes qui peuvent se produire dans la vie
privée comme dans la vie professionnelle ».
Míkis Theodorákis
(1925-2021), compositeur, penseur et homme politique grec. Études
musicales à Paris. Créateur de mélodies, musique symphonique, de
chambre, de films, cantates et oratorios, hymnes, ballets, opéras. Directeur
des orchestres et des chœurs de la Radio Grecque ERT (1993-1995).
Fonde en 1963 le mouvement ‘Jeunesse Démocratique Lambrakis’.
Emprisonné en 1967-68, exilé en France, porte-parole contre la dictature
des colonels grecs (1967-1974).
Pendant la courte période où il est au gouvernement, se bat contre
la drogue et le terrorisme, ainsi que pour la culture et de meilleures
relations entre la Grèce et la Turquie.
Face aux dettes des banques, appelle en 2011 à un soulèvement
pacifique.
« Si les États ne s'imposent pas sur les marchés, ces derniers les
engloutiront, en même temps que la démocratie et tous les acquis de la
civilisation européenne. Il ne faut pas autoriser aujourd'hui les banques à
détruire la démocratie européenne, à extorquer les sommes gigantesques
qu'elles ont elle-même générées sous forme de dettes. »
Michel Foucault
(1926-1984), philosophe français, normalien, psychologue,
professeur au Collège de France, fondateur du ‘Groupe d’Information
sur les Prisons’ (GIP).
Son œuvre est une critique des normes et des mécanismes
aveugles de pouvoir qui s'exercent au travers d'institutions en
apparence neutres (la médecine, le marché, la psychiatrie, l'art, etc.).
Élabore une immense histoire des limites tracées à l'intérieur de
la société, et qui définissent les seuils à partir duquel on est fou,
malade, criminel, déviant.
Pour lui, la fonction de l'intellectuel n’est pas d’être garant de
certaines valeurs, mais d’être préoccupé de voir et dire, suivant un
modèle intuitif de réaction à "l'intolérable".
Mstislav Rostropovitch
(1927-2007), Russe, appelé familièrement Slava, le plus grand
violoncelliste du 20ème siècle. Soliste, professeur au conservatoire de
Léningrad puis de Moscou, concerts à l’international après 1963.
Promeut l'art sans frontière, la liberté d'expression et les valeurs
démocratiques.
Ami de Soljenitsyne, l’accueille dans sa datcha des environs
de Moscou. Soutient Sakharov et les dissidents du régime. Est déchu
de sa citoyenneté soviétique en 1978 par Leonid Brejnev, exclu du
Bolchoï, interdit à Moscou et Léningrad, boycotté par la presse, mis
en quarantaine par ses pairs.
Conduit de Paris à Berlin dans l’avion d’Antoine Riboud, joue
J.-S. Bach le 11 novembre 1989 face aux télévisions internationales
devant le mur de Berlin juste tombé. Réhabilité en 1990 par
Gorbatchev.
En 1998, devient ‘Ambassadeur de bonne volonté’ pour
l'UNESCO, soutient des projets éducatifs et culturels. Avec sa femme
Galina, créé la ‘Fondation Vishnevskaïa-Rostropovitch’ dont le but
est de stimuler des activités et des projets sociaux.
Gabriel García Márquez
(1927-2014), écrivain colombien, romancier, nouvelliste, mais
également journaliste.
Affectueusement connu sous le surnom de "Gabo" en Amérique
latine, populaire pour la bonne humeur de son style, ses récits
pittoresques et originaux et sa langue enjouée. La plupart de ses livres
abordent le thème de la solitude. Prix Nobel de littérature en 1982.
En 1958, décrit le rôle joué par l'Église du Venezuela dans la lutte
contre le dictateur Marcos Pérez Jiménez. Admire les actions menées
par Fidel Castro et Che Guevara, défiant les États-Unis.
Joue le rôle de médiateur entre le gouvernement colombien et la
guérilla. Membre du ‘Second Tribunal Russell’ qui enquête sur des
crimes de guerre internationaux.
« Il était encore trop jeune pour savoir que la mémoire du cœur
efface les mauvais souvenirs et embellit les bons, et que c'est grâce à
cet artifice que l'on parvient à accepter le passé. »
Pierre et Raymond Jaccard
Nés respectivement en 1927 et 1931, frères de sang, tous deux
prêtres de l’Église catholique. Leur père dirige une usine de fabrication
horlogère, leur mère Simone est devenue très jeune infirme d’une jambe.
Pierre partage la vie des plus pauvres en Afrique et en Europe et
rejoint en 1971 Raymond, aumônier de la léproserie de Douala
(Cameroun). Raymond se forme à la chirurgie d’exérèse * par un ami
chirurgien. Pierre se forme à la fabrication de prothèses.
Leur ingéniosité et leur habileté leur permettent d’innover et de
fabriquer des appareillages bon marché et efficaces : fabriqués dans des
matières premières trouvées sur place, évolutifs. Après avoir formé une
équipe capable de les remplacer dans leur travail auprès des lépreux et
des petits enfants polios, sont envoyés par leur évêque à travers le
monde, là où l’on a besoin de leurs services. En 40 années missionnai-
res, font 183 missions. Forment en Thaïlande au début des années 1980
le docteur Jean-Baptiste Richardier, qui fondera l’ONG Handicap
International. S’attaquent à la prostitution en Colombie par des ateliers
d’apprentissage de métiers manuels destinées aux femmes.
* Exérèse : intervention chirurgicale consistant à retirer un élément nuisible à
l’organisme, en l’occurrence amputation d’un membre ou d’une partie de membre
pourrie.
Lawrence Kohlberg
(1927-1987), psychologue états-unien, professeur à l'université
de Chicago et à Harvard.
Mène ses recherches dans le domaine de l'éducation, du
raisonnement et du développement.
Établit une échelle du développement moral en 6 stades :
1 : punition et obéissance à l'autorité; loi du plus fort;
2 : relativisme instrumental; chacun pour soi; satisfaire ses propres
besoins;
3 : bonne concordance interpersonnelle; chercher l'approbation et à
plaire;
4 : obéissance aux lois établies; la loi et l'ordre;
5 : le bien commun; le contact social;
6 : principes généraux déterminant le bien et le mal; éthique
universelle.
Ignacy Sachs
Né en 1927 en Pologne, grandit au Brésil et en Inde.
Professeur français de socio-économie à l’’École des Hautes
Études en Sciences Sociales’ où il fonde en 1973 le ‘Centre
international de recherche sur l’environnement et le développe-
ment’ (CIRED).
Pionnier dans le champ de l’écodéveloppement, croissance
économique au service du développement social et respectueuse
de la nature.
Son approche rompt avec l’économicisme et propose une
économie anthropologique avec une hiérarchisation des objectifs :
le social, ensuite l’environnement, ensuite la viabilité économique
sans laquelle rien n’est possible.
« Il faut miser sur la capacité des populations locales à agir
en harmonie avec leur environnement, une fois levés les obstacles
qui les empêchent d’avoir des vues à long terme sur la gestion de
leurs ressources.»
Simone Veil
(1927-2017), née Jacob en 1927 dans une famille juive, femme
politique française. Déportée à Auschwitz, rescapée de la Shoah.
Entre dans la magistrature comme haut fonctionnaire. Ministre de la
Santé dans le gouvernement Chirac, en mai 1974. Pour éviter les drames
causés par les avortements clandestins, fait notamment adopter la ‘loi
Veil’, qui dépénalise le recours par une femme à l'interruption volontaire de
grossesse.
De 1979 à 1982, première présidente du Parlement européen,
nouvellement élu au suffrage universel. Ministre des Affaires sociales, de
la Santé et de la Ville dans le gouvernement Balladur, puis siège au
Conseil constitutionnel de 1998 à 2007. Élue à l'Académie française.
« Je suis favorable à toutes les mesures de discrimination positive
susceptibles de réduire les inégalités de chances, les inégalités sociales,
les inégalités de rémunération, les inégalités de promotion dont souffrent
encore les femmes. Avec l'âge, je suis devenue de plus en plus militante
de leur cause. »
Sur son épée d’Académicienne, fait graver son numéro de matricule à Auschwitz,
78651, tatoué sur son bras gauche et qu’elle n'a jamais caché, la devise de la France,
"Liberté, Egalité, Fraternité" et celle de l’Union Européenne, "Unie dans la diversité".
« Madame, nous vous aimons ! » (Jean d’Ormesson à la cérémonie d’intronisation)
René Lenoir
(1927-2017), haut fonctionnaire et homme politique français.
Ancien élève de l'ENA, commence sa carrière au Maroc, dans le
contrôle civil, où il sensibilise les milieux politiques aux problèmes des
exclus de la société.
En 1974, dans son ouvrage Les exclus : un Français sur dix,
évoque la vie de 2 millions de handicapés physiques et mentaux et de
3 à 4 millions d’inadaptés sociaux. Secrétaire d’État à l’Action sociale,
est en 1975 à l'origine de la loi d’orientation en faveur des personnes
handicapées et de la loi sur les institutions sociales et médico-
sociales.
Entre 1988 et 1992, directeur de l'ENA, puis intervient comme
conseiller dans la création de onze ENA dans le monde. Dans les
années 1990, il préside divers organismes d'action sociale et continue
de lutter contre la stigmatisation des chômeurs et le surendettement
des ménages. Ne croit pas à un Dieu, mais croit en l’homme.
« La pesanteur du monde, ils l’ont sentie. Mais dans le même
moment la beauté du monde les a soulevés jusqu’au chant du
monde (…) Le chant d'Orphée à la lisière des forêts n'est-il pas la plus
haute prière ?».
Noam Chomsky
Né en 1928, linguiste et philosophe états-unien né d’un père
juif d’origine russe.
Postule l’existence d’une « grammaire universelle » inscrite
dans les tissus cérébraux.
Mène une intense activité militante depuis les années 1960
où il prend position contre la guerre du ViêtNam, soutient les
déserteurs et « fait appel à la résistance contre toute forme
d’autorité illégitime ».
Dénonce les méfaits de l’empire américain et son soutien à la
politique d’Israël face à la Palestine.
Montre que les principaux médias participent au maintien de
l’ordre établi.
Critiqué pour avoir défendu la liberté d’expression du négationniste Robert
Faurisson et posé des questions sur les attentats du 11 septembre 2001.
Jean-François Deniau
(1928-2007), Français, énarque, rédacteur du préambule du
traité de Rome (mars 1957) fondant la ‘Communauté Économique
Européenne’, dans lequel il glisse les mot peuples, liberté, paix,
emploi, et idéal.
Commissaire européen chargé des négociations avec les
pays d'Afrique qui aboutiront aux ‘Accords de Lomé’.
Ambassadeur, ministre, député, président du Conseil général
du Cher. Essayiste et romancier.
En 1982, crée à Strasbourg le ‘prix Sakharov pour la liberté de
l'esprit’. Combat partout dans le monde pour les droits de l'homme et
pour les peuples victimes de dictature ou d'occupation étrangère :
missions clandestines en Afghanistan, sauvetage de boat-people en
Mer de Chine, etc.
Après un triple pontage, âgé de 67 ans, effectue une
traversée de l'Atlantique à la voile. ../..
Jean-François Deniau
« Dans une vie d’aventures de toutes sortes, je n’ai pas
cessé d’avoir peur. La seule question qui se pose est : Comment la
faire attendre ? Comment lui ordonner de prendre son tour, et
qu’elle reconnaisse qu’avant elle, il y a plus urgent et prioritaire ?
Un but, une mission, quelque chose qui vous dépasse, qui ne soit
pas vous-même, un objectif à atteindre, un message à faire passer,
des camarades à sauver. Indispensables pour dire à la peur : « À
plus tard, la peur ! »
« Le XXIème siècle sera celui du doute. (…) La qualité
majeure, permanente, essentielle – et pour chacun d’entre nous,
personnellement – sera le courage. Dire oui ou non. Choisir.
Refuser. Croire et oser. Dire ce qu’on croit, et faire ce qu’on dit.»
Robert Badinter
Né en 1928, avocat, universitaire, essayiste et homme
politique français.
Garde des Sceaux, obtient l'abolition de la peine de mort en
France en octobre 1981. Président du Conseil constitutionnel (1986-
1995).
La peine capitale en 2013 est supprimée en toutes
circonstances dans 101 pays.
Elle subsiste dans 58 pays, notamment Chine, Iran, Arabie
saoudite, Irak, États-Unis, Yémen, Corée du Nord.
« Parce qu’aucun homme n’est totalement responsable, parce
qu’aucune justice ne peut être absolument infaillible, la peine de mort
est moralement inacceptable. (…)
Demain, grâce à vous, la justice française ne sera plus une
justice qui tue. Demain, grâce à vous, il n'y aura plus pour notre
honte commune, des exécutions furtives, à l'aube, sous le dais noir,
dans les prisons françaises. Demain, les pages sanglantes de notre
justice seront tournées ».
Sayd Bahodine Majrouh
(1928-1988), écrivain, poète, philosophe, folkloriste, politicien et
militant afghan d'ethnie pashtoune.
Docteur en philosophie de l'Université de Montpellier, doyen de la
Faculté des lettres de Kaboul, puis gouverneur de la province de
Kâpîssâ.
Dans son œuvre Ego Monstre, à tonalité soufie, plaide pour l'amour,
la liberté et la beauté, contre la cruauté, la mégalomanie, l'égoïsme et le
nihilisme, par le truchement de paraboles, d'archétypes et de
personnages symboliques.
Fonde en 1981et dirige jusqu'à sa mort l’Afghan Information Centre
qu'il établit au Pakistan à Peshawar, son lieu d'exil après l’invasion
soviétique.
Assassiné par le KGB ou le KHAD, ou par des fanatiques
afghans.
« Sans illusion quant à une vie future, certaine que tout amour ici-
bas est inéluctablement voué à l'échec et à la mort, la femme pashtoune
se hausse par ses chants au rang d'une héroïne de tragédie. Son destin
s'inscrit dans un espace immense mais que la loi des hommes a tissé
d'interdits. »
Friedensreich Hundertwasser
Friedrich Stowasser (1928-2000), pseudonymes de Fritz ou de
Friedensreich Hundertwasser Regentag Dunkelbunt ("le Royaume de la
paix aux cent eaux - Jour de pluie multicolore sombre"), peintre et
architecte autrichien issu d’une famille juive très pauvre. Nombreux voyages
entre 1949 et 1956. S’installe en Normandie, au Japon, puis en Nouvelle-
Zélande. Auteur de nombreuses réalisations (Autriche, Allemagne, Japon,
Israël, Suisse, Nouvelle-Zélande, etc.).
Recherchant une harmonie entre la nature et l’homme, conjugue
l’art, l’écologie et l’architecture, laquelle avance un environnement joyeux.
Sa théorie plastique, le "transautomatisme", dérivée du surréalisme, se
base sur la lutte contre l’automatisme généré par la ligne droite et l’angle
droit, et privilégie la spirale qui « signifie la vie et la mort dans
toutes les dimensions ».
« Certains disent que les maisons sont faites de murs. Je dis
qu'elles sont faites de fenêtres. »
« Le véritable analphabétisme n'est pas dans l'incapacité de
lire et d'écrire, mais dans l'inaptitude à créer. »
« Si quelqu'un rêve seul, ce n'est qu'un rêve. Si plusieurs
personnes rêvent ensemble, c'est le début d'une nouvelle
réalité ! »
Photo : Village thermal de Blumau (Styrie, Land autrichien)
Charles Piaget
Né en 1928, syndicaliste français. Salarié de l'entreprise d'horloge-
rie ‘Lip’ depuis 1946, se syndique en 1949 à la CFTC, qui devient en 1964
la CFDT. Affronte à plusieurs reprises le patron de l'entreprise, Fred Lip.
Après le dépôt de bilan de ‘Lip’ en 1973 et la menace de fermeture de
l'usine de Palente à Besançon, les ouvriers grévistes travaillent à leur
propre compte et produisent des montres qu’ils écoulent lors de "ventes
sauvages". Assemblée générale quotidienne, 20 commissions, écoute,
réflexion et participation de tous. La lutte dure jusqu'au milieu de l'année
1976 et mobilise des dizaines de milliers de personnes à travers la France
et l'Europe entière, notamment lors de la grande marche Lip du 29
septembre 1973 qui réunit dans la ville morte de Besançon plus de
100 000 manifestants.
La ‘Compagnie européenne d’horlogerie’ (dirigée par Claude
Neuschwander, envoyé par Michel Rocard), reprend les activités
horlogères de ‘Lip’, 830 ouvriers étant progressivement réintégrés à partir
de mars 1974.
« La réussite (d'un mouvement syndical) c'est de ne plus avoir
besoin de leader… ou tout au moins, leur voix ne compte que pour un ».
« Je me souviens d’une délégation japonaise de cheminots qui
voulait savoir comment on luttait. 101 conflits inspirés par les idées de Lip
ont été recensés. »
Figure emblématique du mouvement autogestionnaire français.
Édouard Glissant
(1928-2011) français originaire de la Martinique. Autonomiste,
interdit de séjour dans son île de 1959 à 1965. Distinguished professor
en littérature française à l’Université de la Ville de New York (CUNY).
Fondateur des concepts d’ ‟antillanité”, et de ‟créolisation”. De 1982
à 1988, directeur du Courrier de l'Unesco.
Défend le concept de "mondialité, la face humaine de la mondiali-
sation et celui d’ "identité-relation contre l'affirmation des identités-
racines qui génèrent d'innombrables conflits à travers le monde".
Prend position contre la création d'un ministère de l'Immigration et
de l'Identité nationale et condamne la politique d'immigration menée
après l'élection du président Nicolas Sarkozy.
« Nous devons construire une personnalité instable, mouvante,
créatrice, fragile, au carrefour de soi et des autres. Une identité-relation.
C'est une expérience très intéressante, car on se croit généralement
autorisé à parler à l'autre du point de vue d'une identité fixe. Bien définie.
Pure. Atavique. Maintenant, c'est impossible. »
Alvin et Heidi Toffler
Né en 1928, écrivain, sociologue, prospectiviste (ou futurologue),
conférencier et consultant états-unien. Ouvrier en usine, journaliste,
enseignant à l’Université Cornell.
Écrit ses livres avec sa femme Heidi, également futurologue.
Affirmations principales dans Le choc du futur :
Les changements qui nous dépassent sont de trois types :
1) la brièveté des choses, des endroits, des relations, de l'information.
2) la nouveauté des sciences, des relations sociales,
3) la diversité des choix, des cultures, des modes de vie.
Chaque nouvelle vague pousse l'ancienne société et établit la
nouvelle. La société post industrielle est caractérisée par l'information,
la technologie et la très grande diversité des sous-cultures. La clé de
la prospérité sera la connaissance et non plus l'argent.
Jürgen Habermas
Né en 1929, théoricien allemand en philosophie et en sciences
sociales.
Cofondateur du Collegium international éthique, politique et
scientifique. S'intéresse aux différents intérêts de connaissances qui
animent la recherche scientifique.
A influencé l’évolution de la philosophie morale et sociale, en
développant une théorie de la discussion en morale et en droit.
Pour lui, l'espace public permet une revitalisation de l'État de droit
par la délibération constante et publique des individus, la démocratie
délibérative.
« Au lieu d’imposer à tous les autres une maxime dont je veux
qu’elle soit une loi universelle*, je dois soumettre ma maxime à tous les
autres afin d’examiner par la discussion sa prétention à l’universalité. »
* J. H. fait ici référence à Emmanuel Kant
Joanna Macy
Née Rogers en 1929, militante environnementale états-unienne,
auteure, formatrice et conférencière. Docteur en étude des religions à
l’université de Syracuse et en systémique. Rencontre le bouddhisme en
1965 alors qu’elle travaille avec des réfugiés tibétains dans le nord de
l’Inde. Travaille avec John Seed, Arne Naess, Ervin Laszlo et Gregory
Bateson.
Pionnière dans le cadre du nouveau paradigme de transforma-
tion personnelle et sociale, propose une méthodologie (active hope :
"l’espérance active") sous la forme d’ateliers d’ "écopsychologie
pratique". Son travail aide les personnes à transformer le désespoir et
l'apathie, face à l'énormité de la crise écologique et sociale, en action
constructive et collaborative. Ce travail révèle une nouvelle vision du
monde, comme d'un immense corps vivant dont nous faisons partie,
nous libérant ainsi des préjugés et des attitudes qui menacent la
continuité de la vie sur Terre.
Porte-parole des causes anti-nucléaires, de la paix, de la justice
et de la défense de l’environnement. Veuve depuis 2009 de son mari,
Francis Underhill Macy, vit à Berkeley, en Californie, près de ses enfants
et petits-enfants.
Samuel Pisar
Né en 1929 en Pologne, parle le polonais,
le yiddish, le russe et le français.
Déporté comme Juif à 13 ans au camp d'extermi-
nation de Majdanek, à Auschwitz puis à Dachau, libéré à
16 ans, un des plus jeunes survivants de la Shoah.
S'installe en France, en Australie, puis aux États-Unis et à nouveau
en France, obtient deux doctorats des universités de Harvard et de la
Sorbonne, un diplôme d'avocat de l'université de Melbourne.
Devient citoyen américain en 1961 pour avoir joué un rôle important
dans l'équipe du président John F. Kennedy.
A trouvé Paris l'amuse comme anagramme de son nom…
« Aujourd'hui, survivant des survivants, je ressens une obligation de
transmettre les quelques vérités que j'ai apprises lors de mon passage
dans les bas-fonds de la condition humaine, puis sur quelques-uns de ses
sommets. Personne ne peut vivre ce que j'ai vécu sans ressentir le besoin
d'alerter les nouvelles générations sur les dangers qui peuvent détruire
leur univers, comme ils ont jadis détruit le mien ». ■

Contenu connexe

Tendances

Chercheurs de sens. — 07. De 1750 à 1849
Chercheurs de sens. — 07. De 1750 à 1849Chercheurs de sens. — 07. De 1750 à 1849
Chercheurs de sens. — 07. De 1750 à 1849
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949
Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949
Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 17. De 1941 à 1945
Chercheurs de sens. — 17. De 1941 à 1945Chercheurs de sens. — 17. De 1941 à 1945
Chercheurs de sens. — 17. De 1941 à 1945
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 13. De 1916 à 1923
Chercheurs de sens. — 13. De 1916 à 1923Chercheurs de sens. — 13. De 1916 à 1923
Chercheurs de sens. — 13. De 1916 à 1923
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929
Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929
Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969
Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969
Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 08. De 1950 à 1959
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 08. De 1950 à 1959Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 08. De 1950 à 1959
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 08. De 1950 à 1959
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 08. De 1850 à 1875
Chercheurs de sens. — 08. De 1850 à 1875Chercheurs de sens. — 08. De 1850 à 1875
Chercheurs de sens. — 08. De 1850 à 1875
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 02. De 1200 à 1600
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 02. De 1200 à 1600Chercheurs de connaissance, science et technique. — 02. De 1200 à 1600
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 02. De 1200 à 1600
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 

Tendances (10)

Chercheurs de sens. — 07. De 1750 à 1849
Chercheurs de sens. — 07. De 1750 à 1849Chercheurs de sens. — 07. De 1750 à 1849
Chercheurs de sens. — 07. De 1750 à 1849
 
Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949
Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949
Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949
 
Chercheurs de sens. — 17. De 1941 à 1945
Chercheurs de sens. — 17. De 1941 à 1945Chercheurs de sens. — 17. De 1941 à 1945
Chercheurs de sens. — 17. De 1941 à 1945
 
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944
 
Chercheurs de sens. — 13. De 1916 à 1923
Chercheurs de sens. — 13. De 1916 à 1923Chercheurs de sens. — 13. De 1916 à 1923
Chercheurs de sens. — 13. De 1916 à 1923
 
Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929
Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929
Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929
 
Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969
Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969
Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969
 
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 08. De 1950 à 1959
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 08. De 1950 à 1959Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 08. De 1950 à 1959
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 08. De 1950 à 1959
 
Chercheurs de sens. — 08. De 1850 à 1875
Chercheurs de sens. — 08. De 1850 à 1875Chercheurs de sens. — 08. De 1850 à 1875
Chercheurs de sens. — 08. De 1850 à 1875
 
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 02. De 1200 à 1600
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 02. De 1200 à 1600Chercheurs de connaissance, science et technique. — 02. De 1200 à 1600
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 02. De 1200 à 1600
 

Similaire à Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 05. De 1916 à 1929

Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915
Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915
Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 06. De 1930 à 1939
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 06. De 1930 à 1939Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 06. De 1930 à 1939
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 06. De 1930 à 1939
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Le conflit Israël-Palestine. — 04. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 04. Figures de la résistance à l'occupation is...Le conflit Israël-Palestine. — 04. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 04. Figures de la résistance à l'occupation is...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
La Presse Nouvelle Magazine N°311 décembre 2013
La Presse Nouvelle Magazine N°311  décembre 2013La Presse Nouvelle Magazine N°311  décembre 2013
La Presse Nouvelle Magazine N°311 décembre 2013
Tikoun38
 
Histoire et figures de la non-violence. — 06. De 1939 à 1949
Histoire et figures de la non-violence. — 06. De 1939 à 1949Histoire et figures de la non-violence. — 06. De 1939 à 1949
Histoire et figures de la non-violence. — 06. De 1939 à 1949
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Histoire et figures de la non-violence. — 05. De 1930 à 1938
Histoire et figures de la non-violence. — 05. De 1930 à 1938Histoire et figures de la non-violence. — 05. De 1930 à 1938
Histoire et figures de la non-violence. — 05. De 1930 à 1938
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
La Presse Nouvelle Magazine 309 octobre 2013
La Presse Nouvelle Magazine 309  octobre 2013La Presse Nouvelle Magazine 309  octobre 2013
La Presse Nouvelle Magazine 309 octobre 2013
Tikoun38
 
Histoire et figures de la non-violence. — 07. De 1950 à 1959
Histoire et figures de la non-violence. — 07. De 1950 à 1959Histoire et figures de la non-violence. — 07. De 1950 à 1959
Histoire et figures de la non-violence. — 07. De 1950 à 1959
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 04. De 1900 à 1915
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 04. De 1900 à 1915Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 04. De 1900 à 1915
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 04. De 1900 à 1915
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 19. De 1950 à 1953
Chercheurs de sens. — 19. De 1950 à 1953Chercheurs de sens. — 19. De 1950 à 1953
Chercheurs de sens. — 19. De 1950 à 1953
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929
Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929
Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Le conflit Israël-Palestine. — 03. Figures depuis 1950
 Le conflit Israël-Palestine. — 03. Figures depuis 1950 Le conflit Israël-Palestine. — 03. Figures depuis 1950
Le conflit Israël-Palestine. — 03. Figures depuis 1950
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 09. De 1876 à 1887
Chercheurs de sens. — 09. De 1876 à 1887Chercheurs de sens. — 09. De 1876 à 1887
Chercheurs de sens. — 09. De 1876 à 1887
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Histoire et figures de la non-violence. — 04. De 1910 à 1929
Histoire et figures de la non-violence. — 04. De 1910 à 1929Histoire et figures de la non-violence. — 04. De 1910 à 1929
Histoire et figures de la non-violence. — 04. De 1910 à 1929
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
La Presse Nouvelle Magazine 253 fevrier mars 2008
La Presse Nouvelle Magazine 253 fevrier mars 2008La Presse Nouvelle Magazine 253 fevrier mars 2008
La Presse Nouvelle Magazine 253 fevrier mars 2008
Tikoun38
 
La Presse Nouvelle Magazine N°292 janvier 2012
La Presse Nouvelle Magazine N°292  janvier 2012La Presse Nouvelle Magazine N°292  janvier 2012
La Presse Nouvelle Magazine N°292 janvier 2012
Tikoun38
 
Presse Nouvelle Magazine 216 avril mai 2004
Presse Nouvelle Magazine 216 avril mai 2004Presse Nouvelle Magazine 216 avril mai 2004
Presse Nouvelle Magazine 216 avril mai 2004
Tikoun38
 
Histoire et figures de la non-violence. — 08. Depuis 1960
Histoire et figures de la non-violence. — 08. Depuis 1960Histoire et figures de la non-violence. — 08. Depuis 1960
Histoire et figures de la non-violence. — 08. Depuis 1960
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 

Similaire à Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 05. De 1916 à 1929 (20)

Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915
Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915
Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915
 
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 06. De 1930 à 1939
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 06. De 1930 à 1939Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 06. De 1930 à 1939
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 06. De 1930 à 1939
 
Le conflit Israël-Palestine. — 04. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 04. Figures de la résistance à l'occupation is...Le conflit Israël-Palestine. — 04. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 04. Figures de la résistance à l'occupation is...
 
Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...
 
La Presse Nouvelle Magazine N°311 décembre 2013
La Presse Nouvelle Magazine N°311  décembre 2013La Presse Nouvelle Magazine N°311  décembre 2013
La Presse Nouvelle Magazine N°311 décembre 2013
 
Histoire et figures de la non-violence. — 06. De 1939 à 1949
Histoire et figures de la non-violence. — 06. De 1939 à 1949Histoire et figures de la non-violence. — 06. De 1939 à 1949
Histoire et figures de la non-violence. — 06. De 1939 à 1949
 
Histoire et figures de la non-violence. — 05. De 1930 à 1938
Histoire et figures de la non-violence. — 05. De 1930 à 1938Histoire et figures de la non-violence. — 05. De 1930 à 1938
Histoire et figures de la non-violence. — 05. De 1930 à 1938
 
La Presse Nouvelle Magazine 309 octobre 2013
La Presse Nouvelle Magazine 309  octobre 2013La Presse Nouvelle Magazine 309  octobre 2013
La Presse Nouvelle Magazine 309 octobre 2013
 
Histoire et figures de la non-violence. — 07. De 1950 à 1959
Histoire et figures de la non-violence. — 07. De 1950 à 1959Histoire et figures de la non-violence. — 07. De 1950 à 1959
Histoire et figures de la non-violence. — 07. De 1950 à 1959
 
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 04. De 1900 à 1915
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 04. De 1900 à 1915Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 04. De 1900 à 1915
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 04. De 1900 à 1915
 
Chercheurs de sens. — 19. De 1950 à 1953
Chercheurs de sens. — 19. De 1950 à 1953Chercheurs de sens. — 19. De 1950 à 1953
Chercheurs de sens. — 19. De 1950 à 1953
 
Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929
Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929
Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929
 
Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...
 
Le conflit Israël-Palestine. — 03. Figures depuis 1950
 Le conflit Israël-Palestine. — 03. Figures depuis 1950 Le conflit Israël-Palestine. — 03. Figures depuis 1950
Le conflit Israël-Palestine. — 03. Figures depuis 1950
 
Chercheurs de sens. — 09. De 1876 à 1887
Chercheurs de sens. — 09. De 1876 à 1887Chercheurs de sens. — 09. De 1876 à 1887
Chercheurs de sens. — 09. De 1876 à 1887
 
Histoire et figures de la non-violence. — 04. De 1910 à 1929
Histoire et figures de la non-violence. — 04. De 1910 à 1929Histoire et figures de la non-violence. — 04. De 1910 à 1929
Histoire et figures de la non-violence. — 04. De 1910 à 1929
 
La Presse Nouvelle Magazine 253 fevrier mars 2008
La Presse Nouvelle Magazine 253 fevrier mars 2008La Presse Nouvelle Magazine 253 fevrier mars 2008
La Presse Nouvelle Magazine 253 fevrier mars 2008
 
La Presse Nouvelle Magazine N°292 janvier 2012
La Presse Nouvelle Magazine N°292  janvier 2012La Presse Nouvelle Magazine N°292  janvier 2012
La Presse Nouvelle Magazine N°292 janvier 2012
 
Presse Nouvelle Magazine 216 avril mai 2004
Presse Nouvelle Magazine 216 avril mai 2004Presse Nouvelle Magazine 216 avril mai 2004
Presse Nouvelle Magazine 216 avril mai 2004
 
Histoire et figures de la non-violence. — 08. Depuis 1960
Histoire et figures de la non-violence. — 08. Depuis 1960Histoire et figures de la non-violence. — 08. Depuis 1960
Histoire et figures de la non-violence. — 08. Depuis 1960
 

Plus de Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits

Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-2. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-2. Mémoire des guerres : ...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-2. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-2. Mémoire des guerres : ...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Armes nucléaires. — 07. La position de l’Église catholique et des Églises chr...
Armes nucléaires. — 07. La position de l’Église catholique et des Églises chr...Armes nucléaires. — 07. La position de l’Église catholique et des Églises chr...
Armes nucléaires. — 07. La position de l’Église catholique et des Églises chr...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 016t. 1935, Bernard Besret
Chercheurs de sens. — 016t. 1935, Bernard BesretChercheurs de sens. — 016t. 1935, Bernard Besret
Chercheurs de sens. — 016t. 1935, Bernard Besret
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 016. De 1935 à 1940
Chercheurs de sens. — 016. De 1935 à 1940Chercheurs de sens. — 016. De 1935 à 1940
Chercheurs de sens. — 016. De 1935 à 1940
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12z. Mémoire des guerres : Mu...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12z. Mémoire des guerres : Mu...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12z. Mémoire des guerres : Mu...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12z. Mémoire des guerres : Mu...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12g. La guerre franco-alleman...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12g. La guerre franco-alleman...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12g. La guerre franco-alleman...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12g. La guerre franco-alleman...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h-2. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h-2. Mémoire des guerres : ...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h-2. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h-2. Mémoire des guerres : ...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Armes nucléaires. — 11. Tous ces États qui refusent les armes nucléaires
Armes nucléaires. — 11. Tous ces États qui refusent les armes nucléairesArmes nucléaires. — 11. Tous ces États qui refusent les armes nucléaires
Armes nucléaires. — 11. Tous ces États qui refusent les armes nucléaires
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Préparer la défense civile non-violente. — 01. Une alternative à la défense a...
Préparer la défense civile non-violente. — 01. Une alternative à la défense a...Préparer la défense civile non-violente. — 01. Une alternative à la défense a...
Préparer la défense civile non-violente. — 01. Une alternative à la défense a...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Armes nucléaires. — 11. Les États refusant les armes nucléaires
Armes nucléaires. — 11. Les États refusant les armes nucléairesArmes nucléaires. — 11. Les États refusant les armes nucléaires
Armes nucléaires. — 11. Les États refusant les armes nucléaires
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h. Mémoire des guerres : Mu...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h. Mémoire des guerres : Mu...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h. Mémoire des guerres : Mu...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h. Mémoire des guerres : Mu...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 102. Figures du protestantisme de Luther à nos jours
Chercheurs de sens. — 102. Figures du protestantisme de Luther à nos joursChercheurs de sens. — 102. Figures du protestantisme de Luther à nos jours
Chercheurs de sens. — 102. Figures du protestantisme de Luther à nos jours
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 03. Jésus de Nazareth
Chercheurs de sens. — 03. Jésus de NazarethChercheurs de sens. — 03. Jésus de Nazareth
Chercheurs de sens. — 03. Jésus de Nazareth
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ? P...
Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ? P...Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ? P...
Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ? P...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 101. Figures de l’hindouïsme et du bouddhisme de l’Anti...
Chercheurs de sens. — 101. Figures de l’hindouïsme et du bouddhisme de l’Anti...Chercheurs de sens. — 101. Figures de l’hindouïsme et du bouddhisme de l’Anti...
Chercheurs de sens. — 101. Figures de l’hindouïsme et du bouddhisme de l’Anti...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 100. Figures de l’islam de Mahomet à nos jours
Chercheurs de sens. — 100. Figures de l’islam de Mahomet  à nos joursChercheurs de sens. — 100. Figures de l’islam de Mahomet  à nos jours
Chercheurs de sens. — 100. Figures de l’islam de Mahomet à nos jours
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 99. Figures du judaïsme de l'Antiquité à nos jours
Chercheurs de sens. — 99. Figures du judaïsme de l'Antiquité à nos joursChercheurs de sens. — 99. Figures du judaïsme de l'Antiquité à nos jours
Chercheurs de sens. — 99. Figures du judaïsme de l'Antiquité à nos jours
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 

Plus de Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits (20)

Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-2. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-2. Mémoire des guerres : ...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-2. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-2. Mémoire des guerres : ...
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...
 
Armes nucléaires. — 07. La position de l’Église catholique et des Églises chr...
Armes nucléaires. — 07. La position de l’Église catholique et des Églises chr...Armes nucléaires. — 07. La position de l’Église catholique et des Églises chr...
Armes nucléaires. — 07. La position de l’Église catholique et des Églises chr...
 
Chercheurs de sens. — 016t. 1935, Bernard Besret
Chercheurs de sens. — 016t. 1935, Bernard BesretChercheurs de sens. — 016t. 1935, Bernard Besret
Chercheurs de sens. — 016t. 1935, Bernard Besret
 
Chercheurs de sens. — 016. De 1935 à 1940
Chercheurs de sens. — 016. De 1935 à 1940Chercheurs de sens. — 016. De 1935 à 1940
Chercheurs de sens. — 016. De 1935 à 1940
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12z. Mémoire des guerres : Mu...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12z. Mémoire des guerres : Mu...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12z. Mémoire des guerres : Mu...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12z. Mémoire des guerres : Mu...
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12g. La guerre franco-alleman...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12g. La guerre franco-alleman...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12g. La guerre franco-alleman...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12g. La guerre franco-alleman...
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h-2. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h-2. Mémoire des guerres : ...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h-2. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h-2. Mémoire des guerres : ...
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...
 
Armes nucléaires. — 11. Tous ces États qui refusent les armes nucléaires
Armes nucléaires. — 11. Tous ces États qui refusent les armes nucléairesArmes nucléaires. — 11. Tous ces États qui refusent les armes nucléaires
Armes nucléaires. — 11. Tous ces États qui refusent les armes nucléaires
 
Préparer la défense civile non-violente. — 01. Une alternative à la défense a...
Préparer la défense civile non-violente. — 01. Une alternative à la défense a...Préparer la défense civile non-violente. — 01. Une alternative à la défense a...
Préparer la défense civile non-violente. — 01. Une alternative à la défense a...
 
Armes nucléaires. — 11. Les États refusant les armes nucléaires
Armes nucléaires. — 11. Les États refusant les armes nucléairesArmes nucléaires. — 11. Les États refusant les armes nucléaires
Armes nucléaires. — 11. Les États refusant les armes nucléaires
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h. Mémoire des guerres : Mu...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h. Mémoire des guerres : Mu...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h. Mémoire des guerres : Mu...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h. Mémoire des guerres : Mu...
 
Chercheurs de sens. — 102. Figures du protestantisme de Luther à nos jours
Chercheurs de sens. — 102. Figures du protestantisme de Luther à nos joursChercheurs de sens. — 102. Figures du protestantisme de Luther à nos jours
Chercheurs de sens. — 102. Figures du protestantisme de Luther à nos jours
 
Chercheurs de sens. — 03. Jésus de Nazareth
Chercheurs de sens. — 03. Jésus de NazarethChercheurs de sens. — 03. Jésus de Nazareth
Chercheurs de sens. — 03. Jésus de Nazareth
 
Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ? P...
Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ? P...Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ? P...
Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ? P...
 
Chercheurs de sens. — 101. Figures de l’hindouïsme et du bouddhisme de l’Anti...
Chercheurs de sens. — 101. Figures de l’hindouïsme et du bouddhisme de l’Anti...Chercheurs de sens. — 101. Figures de l’hindouïsme et du bouddhisme de l’Anti...
Chercheurs de sens. — 101. Figures de l’hindouïsme et du bouddhisme de l’Anti...
 
Chercheurs de sens. — 100. Figures de l’islam de Mahomet à nos jours
Chercheurs de sens. — 100. Figures de l’islam de Mahomet  à nos joursChercheurs de sens. — 100. Figures de l’islam de Mahomet  à nos jours
Chercheurs de sens. — 100. Figures de l’islam de Mahomet à nos jours
 
Chercheurs de sens. — 99. Figures du judaïsme de l'Antiquité à nos jours
Chercheurs de sens. — 99. Figures du judaïsme de l'Antiquité à nos joursChercheurs de sens. — 99. Figures du judaïsme de l'Antiquité à nos jours
Chercheurs de sens. — 99. Figures du judaïsme de l'Antiquité à nos jours
 

Dernier

Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union
 
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdfVeille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
frizzole
 
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en FranceBATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
Txaruka
 
cours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptx
cours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptxcours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptx
cours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptx
AbdessamadAmimi1
 
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de pazProyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Morzadec Cécile
 
Iris van Herpen. pptx
Iris         van        Herpen.      pptxIris         van        Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
Txaruka
 
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdfTextes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Michel Bruley
 

Dernier (7)

Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
 
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdfVeille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
 
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en FranceBATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
 
cours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptx
cours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptxcours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptx
cours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptx
 
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de pazProyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
 
Iris van Herpen. pptx
Iris         van        Herpen.      pptxIris         van        Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
 
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdfTextes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
 

Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 05. De 1916 à 1929

  • 1. Trombinoscope "Chercheurs d’humanité" Penseurs et acteurs d’un changement sociétal 5 - de 1916 à 1929 É. G. 02.09.2021
  • 2. Yehudi Menuhin (1916-1999), violoniste états-unien d’origine juive, puis citoyen suisse. Premier violon de l’orchestre philharmonique Lamoureux à Paris à l’âge de 10 ans. Joue pour les réfugiés palestiniens et prend position en faveur d'un État unique laïc israélo-palestinien, indisposant par là-même Israël. Indésirable en URSS pour ses positions contre le régime soviétique. En 1981, chef d'orchestre du Royal Philharmonic Orchestra de Londres. Poursuit ses concerts jusqu'à un âge très avancé pour soutenir des initiatives humanitaires, contribuant à rapprocher les musiciens entre eux. « Du silence naît tout ce qui vit et dure ; car c'est le silence qui nous relie à l'univers, à l'infini, il est la racine de l'existence et par là l'équilibre de la vie. »
  • 3. René Macaire (1916-1993), psychologue, cofondateur du Mouvement pour une Alternative Non-violente, initiateur en 1973 des Réseaux, devenus Réseaux Espérance après fusion en 1979 avec les Groupes Espérance initiés par Roger Garaudy. Initiateur du concept de mutance, dont les valeurs sont : 1 - dimension communautaire, 2 - coresponsabilité, 3 - non-violence, 4 - écologie des modes de vie, 5 - attention portée au plus démuni, 6 - ouverture à une transcendance. « La militance qui n'est pas la mutance, c'est-à-dire qui ne mène pas à la résistance à l’agression publicitaire, à la création d'éco- entreprises en matière de production et de commerce, à un autre type d'alimentation et de santé, etc., est toujours en danger d'être une école d'oppression. Certes, il faut lutter contre l'injustice et la misère, mais si cette lutte ne transforme pas en mutants ceux qui la mènent, elle en fait les outils inconscients d'un monde où l'injustice est remplacée par la contrainte ».
  • 4. Joseph Wresinski (1917-1988), prêtre français né d’un père polonais. Ayant subi la pauvreté extrême et l’exclusion sociale pendant son enfance, rejoint, adulte, des familles vivant dans une cité d’urgence près de Paris. Fonde en 1957 une association qui deviendra le mouvement international ATD Quart-Monde (initialement Aide à Toute Détresse, renommé ensuite Agir Tous pour la Dignité). Refuse la charité qui « enfonce les pauvres dans l’indignité ». Principales affirmations : - L’extrême pauvreté, la misère et l’exclusion abîment les individus et les familles, détruisent l’humanité de l’homme. - La misère doit être détruite par les plus pauvres eux-mêmes, mais ils sont trop écrasés par leur situation pour pouvoir s’en sortir sans l’aide d’alliés. - Il faut aller chercher les plus pauvres et les plus exclus, leur donner la parole. Ils ont aussi droit à la culture et à la beauté. ../..
  • 5. Joseph Wresinski - Les personnes réduites à vivre dans la misère la plus complète ne cessent jamais de penser à leur situation et de lui résister. C’est pourquoi elles ont une compréhension unique à la fois de la pauvreté et des circonstance qui la leur ont imposée. Elles ont un besoin vital de partenaires pour se libérer des conditions qui les oppriment. Élaborer un savoir autonome, selon leur propre chemin et leurs objectifs, est une part essentielle de cette libération. « Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l'homme sont violés. S'unir pour les faire respecter est un devoir sacré. » « La misère n’est pas fatale. Elle est l’œuvre des hommes, seuls les hommes peuvent la détruire » s’ils prennent les plus pauvres comme partenaires et guides. ../..
  • 6. Joseph Wresinski - Construire un savoir autonome, puis le mettre en dialogue avec des personnes instruites sont deux étapes nécessaires pour la libération des personnes les plus touchées par la misère. « Les universitaires (devraient être) dans la rue pour se faire enseigner, se faire corriger, prêts à remettre en question non seulement leur savoir, mais aussi les fondements, la méthode, la signification du savoir. Les gens instruits dans la rue, prêts à remettre en cause l’usage fait de leur instruction. (…) C’est cela le renversement que je vous propose. ». C’est pourquoi l’Institut de recherche ATD Quart Monde a développé une méthode de recherche dénommée le Croisement des savoirs, qui est une approche participative de la recherche et de la formation, mise en pratique avec des personnes en situation d’extrême pauvreté et des universitaires, des responsables politiques, et des professionnels dans le domaine de la santé, du travail social et de l’éducation.
  • 7. Michel Serres parle de Joseph Wresinski « Comme tout le monde, quand on est très loin de ces choses, on attend un discours presque convenu, ce discours que dans les journaux on appelle "caritatif" et je m'attendais, comme tout le monde, à ce genre de discours. Eh bien, pas du tout. J’ai trouvé dans ces textes une pensée qui interrogeait avec une vivacité surprenante et une vigueur extraordinaire – ce justement dont j'avais besoin – qui interrogeait réellement l'histoire, les sciences humaines, la sociologie, l'ethnologie même, l'économie, la politique, la culture, l'apprentissage, la pédagogie, et qui les interrogeait de telle façon que je conseille désormais à mes étudiants de lire les écrits du père Joseph. » « Toutes les institutions humaines ont toujours oublié comment elles ont commencé : toutes furent fondées pour lutter contre l’adversité. Toutes. Elles furent fondées pour lutter contre la faim et la famine, contre la soif, contre la souffrance, contre l’injustice, contre la violence, contre l’ignorance et contre la misère. » « Nous n’avons jamais vécu en démocratie dès le moment où nous laissons vivre à côté de nous des hommes détruits par la plus grande pauvreté. » Michel Serres Photo : Message vidéo de Michel Serres le 17 octobre 2017, à l’occasion des 60 ans d’ATD Quart Monde, et du 17 octobre, ‘Journée mondiale du refus de la misère’ qui marque ses 30 ans.
  • 8. Heinrich Böll (1917-1985 ), écrivain allemand. A 15 ans lorsque les nazis prennent le pouvoir à Cologne. Lycéen, se refuse à entrer dans les rangs des ‘Jeunesses hitlériennes’. Après le baccalauréat, apprenti chez un libraire. Les hasards de la guerre le conduisent sur tous les fronts (Pologne, France, Russie, Hongrie), fait prisonnier par les Américains. Devient écrivain dans l'atmosphère d'irrémédiable gâchis de l'immédiat après-guerre. Dénonce la guerre vue comme une peste qui afflige l'humanité. Prend ouvertement position pour le parti social- démocrate SPD, soutient le combat des écrivains des pays de l'Est pour la liberté d'expression, mène une polémique féroce contre le groupe de presse conservateur d’Axel Springer. Son livre L'honneur perdu de Katharina Blum dénonce la politique des médias, les dangers de la conformité sociale et appelle à davantage d'individualisme et de pensée critique. Affirme l’urgence de la démocratie, considère la liberté, avant tout, comme liberté de l'esprit et de la pensée. Prix Nobel de littérature en 1972. La ‘Fondation Heinrich-Böll’ (Heinrich-Böll Stiftung France) est un centre de réflexion dont les travaux et projets portent sur l'écologie, la durabilité, la démocra-tie, les droits humains et la lutte contre toutes les formes de discrimination. « La seule manière de rester en contact avec la réalité, c’est de s’engager »
  • 9. Stéphane Hessel (1917-2013), diplomate et militant politique français, né allemand, grand-père Juif polonais. Normalien, Résistant, déporté à Buchenwald, secrétaire de la commission qui rédige la Déclaration universelle des droits de l’homme, animée par René Cassin. Travaille sur le développement, la coopération, l’immigration. Membre de la Fondation Un monde par tous, soutien de Non-violence XXI, Cofondateur du collectif Roosevelt 2012. Dans petit livre Indignez-vous ! publié en 2010, explique que la situation de 3 millions de Palestiniens chassés de leur terre par Israël et privés de leurs droits les plus élémentaires est son principal sujet d’indignation aujourd’hui dans le monde. « Je suis convaincu que l’avenir appartient à la non-violence, à la conciliation des cultures différentes. C’est par cette voie-là que l’humanité devra franchir sa prochaine étape ».
  • 10. Thomas Gordon (1918-2002). Psychologue, pédagogue, écrivain et formateur états-unien. Conjugue la relation de reconnaissance, la recherche de compréhension de l’autre et l’affirmation de soi pour une résolution des conflits sans perdant ou gagnant-gagnant (win- win). Les outils de cette méthode sont principalement la démarche de résolution de problèmes, le message « je » d’affirmation de soi et l’écoute active fondée sur l’empathie. Les formations Gordon sont destinées aux parents, aux enseignants et éducateurs, aux cadres et dirigeants. « Décider et passer à l’action sont les clés qui vous donnent les forces pour agir. »
  • 11. Nelson Mandela (1918-2013), Sud-africain né dans une famille royale de l’éthnie Xhosa. Opposé à l’apartheid, exclus de l’université, où il étudie le droit, pour "agitation politique.“ Adhère en 1944 à l’African National Congress (ANC). Entre dans la clandestinité après le massacre de Sharpeville en 1960 et dirige la branche armée de l’ANC, Umkomtho we Siswe. Condamné à la prison à vie et déporté au pénitencier de Robben Island qu’il transforme en lieu de culture et de formation. Libéré en 1990 par Frederik de Klerc après 27 ans de prison. Président de la République de 1994 à 1999, intègre les Blancs et les Zoulous dans le gouvernement, encourage la réconciliation. Père de l’Afrique du Sud multiraciale et démocratique. ../..
  • 12. Nelson Mandela « Toute ma vie je me suis consacré à la lutte pour le peuple africain. J'ai combattu contre la domination blanche et j'ai combattu contre la domination noire. J'ai chéri l'idéal d'une société libre et démocratique dans laquelle toutes les personnes vivraient ensemble en harmonie et avec les mêmes opportunités. C'est un idéal pour lequel j'espère vivre et agir. Mais, si besoin est, c'est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir. » « Je savais parfaitement que l'oppresseur doit être libéré tout comme l'opprimé. Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de sa haine, il est enfermé derrière les barreaux de ses préjugés et de l'étroitesse d'esprit. (…) Quand j'ai franchi les portes de la prison, telle était ma mission : libérer à la fois l'opprimé et l'oppresseur. » Photo : Carrière de Robben Island où Nelson Mandela cassait les cailloux
  • 13. Primo Levi (1919-1987), Italien d’origine juive, docteur en chimie, un des plus célèbres survivants de la Shoah. Emprisonné en 1944 dans le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz III-Monowitz, libéré par l’Armée Rouge. Devient écrivain afin de transmettre et expliciter son expérience, notamment l’horreur de la déshumanisation. Décrit les Sonderkommandos (équipes spéciales) de prisonniers chargés de gérer les fours crématoires. Explique le rôle des kapos, prisonniers sélectionnés pour leur violence, les hiérarchies à l'intérieur du camp, le « système » de promotion interne. Lutte farouchement auprès du public, et surtout de la jeunesse, contre toute tentative de banalisation des camps ou de révisionnisme de l’histoire. ../..
  • 14. Primo Levi Vous qui vivez en toute quiétude, bien au chaud dans vos maisons, vous qui trouvez le soir en rentrant la table mise et des visages amis, Considérez si c' est un homme, celui qui peine dans la boue, qui ne connaît pas de repos, qui se bat pour un quignon de pain, qui meurt pour un oui pour un non. Considérez si c'est une femme, celle qui a perdu son nom et ses cheveux et jusqu'à la force de se souvenir, les yeux vides et le sein froid comme une grenouille en hiver. N'oubliez pas que cela fut. Non, ne l'oubliez pas : Gravez ces mots dans votre cœur. Pensez-y chez vous, dans la rue, en vous couchant, en vous levant ; Répétez-les à vos enfants ! » ../.. Photos : - Le four crématoire d’Auschwitz I. - Les baraquements et les latrines à Auschwitz II - Birkenau.
  • 15. Primo Levi « Dans les camps, il n’y avait pas que les victimes et les persécuteurs, il y avait la zone grise, occupée par les prisonniers qui, dans une mesure quelconque, parfois en vue du bien, ont collaboré avec les autorités. Elle revêt une importance fondamentale pour le psychologue, le sociologue, l’historien. » « C’est arrivé en Europe. Il est arrivé, fait incroyable, que tout un peuple civilisé, qui venait de sortir de la floraison culturelle de Weimar, suive un histrion (…). Et cependant, Adolf Hitler a été obéi et encensé jusqu’à la catastrophe. C’est arrivé, cela peut donc arriver de nouveau : tel est le noyau de ce que nous avons à dire. » « L’apocalypse nucléaire serait bilatérale, instantanée, définitive. L’horreur serait plus grande, différente, extraordinaire et nouvelle. »
  • 16. Jean-Marie Bressand (1919-2011), militant associatif français. Résistant pendant la 2è GM au sein des services spéciaux, arrêté et torturé, s’évade. Conseiller municipal socialiste de Dijon. Fonde en 1951 ‘Monde Bilingue’ afin de prolonger l’esprit de la Résistance et promouvoir « un monde où l’on s’entend ». Fonde en 1957 à Aix-les-Bains la ‘Fédération mondiale des villes jumelées’ ou United Towns Organisation. Dès son origine, l’association joue un rôle important dans le développement du jumelage entre cités, conçu comme moyen de progresser vers des relations internationales apaisées. La FMVJ, qui compte en 1984 plus de 5.000 jumelages, obtient de l'ONU le statut d'organisation non gouvernementale.* Sa dernière initiative publique est un colloque ‘La paix par les langues’ en 2002, à Tlemcen en Algérie. * À la fin des années 1980, la ‘Fédération mondiale des cités unies et villes jumelées’ devient la ‘Fédération mondiale des cités unies’ (FMCU). En mai 2004, lors d'un congrès international à Paris, la FMCU fusionne avec l’International Union of Local Authorities (IULA) et Metropolis, pour devenir ‘Cités et gouvernements locaux unis’ (United Cities and Local Governments).
  • 17. Jacques Robin (1919-2007), médecin français, directeur général du laboratoire Clin-Midy, sociologue. Consacre sa vie, à travers le ‘Groupe des Dix’, le ‘CESTA’, le ‘GRIT’, ‘VECAM’ ou la revue Transversales Sciences/Culture, le ‘Collegium international éthique, politique et scientifique’, à tenter de relier les savoirs disciplinaires. Désireux de rapprocher intellectuels, politiques et scientifiques pour élaborer une réflexion dynamique sur la société, propose des actions aux décideurs politiques et économiques. « La transition que nous vivons est comparable au passage du paléolithique au néolithique. » « À la triade actuelle "croissance - compétitivité - emploi", nous devons substituer la triade “développement - coopération - activité”. » «Les citoyens, si on leur tient un discours de vérité, feront avancer les idées neuves que les partis et syndicats ne savent pas ou n’osent pas proposer.»
  • 18. Lino Ventura Angiolino Ventura (1919-1987), acteur italien d’expression française. Fils d'immigrés italiens, travaille dès l'âge de 8 ans : portier, livreur mécanicien, représentant de commerce et employé de bureau. Catcheur professionnel avant de devenir par hasard acteur de cinéma aux côtés de Jean Gabin dans Touchez pas au grisbi ! Sa carrure, sa "gueule" et son exceptionnel naturel de comédien font de lui l'interprète idéal du film noir, de truand et de policier dur à cuire au grand cœur. Devient une vedette dès la fin des années 1950. Acteur dans 75 films. Père de 4 enfants dont une fille handicapée, fondateur avec sa femme Odette Lecomte en 1966 de l'association ‘Perce-Neige’, destinée à venir en aide aux personnes handicapées mentales. L’année 1975 marque la première victoire de l’association avec la loi d'orientation en faveur des personnes handicapées. ‘Perce-Neige’ a participé à la création de près de 40 établissements en France. Photo du haut : L.V. dans L’armée des ombres, film de Jean-Pierre Melville (1969)
  • 19. Pete Seeger (1919-2014), chanteur, compositeur, pionnier du folk song américain. Rencontre le bluesman Leadbelly, puis en 1940 le grand baladin, poète et chanteur Woody Guthrie, icône de la chanson protestataire, avec qui ils fonde les Almanac Singers. Cofondateur du Festival de folk de Newport (Rhode Island). Ses chansons ont été reprises par Bob Dylan, Joan Baez, Peter, Paul and Mary. La musique n’est pas pour lui une fin, mais un moyen de toucher les consciences, de s’adresser à l’intelligence. Grande figure des amis de Martin Luther King, s’inspire d’un gospel pour créer le chant We shall overcome, hymne du mouvement pour les droits civiques. Inscrit sur son banjo : « Cet instrument ceinture la haine et la force à se rendre. » « Ne vous laissez pas coca-coloniser en Europe, emparez-vous de vos propres racines ! »
  • 20. Mehdi Ben Barka (1920-1965), homme politique marocain. Études de mathématiques à Alger. Professeur de mathématiques au Collège royal, soutient la création de ‘l'Istiqlal’, le parti indépendantiste. Arrêté en 1944 pour avoir signé le ‘Manifeste de l'indépendance’, passe plus d'un an en prison. De 1956 à 1959, président de l'Assemblée consultative du Maroc, veut promouvoir l’alphabétisation et la réforme agraire en faveur des petits paysans. Un des principaux opposants socialistes au roi Hassan II et le chef de file du mouvement tiers-mondiste et panafricaniste. Tente de fédérer les mouvements révolutionnaires du tiers-monde en vue de la ‘Conférence tricontinentale’ prévue en janvier 1966 à La Havane. Son caractère, sa rapidité, ses visions d'avenir, sa conscience de l'indispensable solidarité internationale lui valent le surnom de "Monsieur Dynamo". Est enlevé et torturé le 29 octobre 1965, alors qu’il se rend à un rendez-vous à la brasserie Lipp à Paris. Son corps ne sera jamais retrouvé. La responsabilité du général Oufkir, ministre de l'Intérieur marocain, de ses sbires, de certains membres des services secrets français (SDECE) et du ‘Mossad’ israélien, sont aujourd'hui avérés. « Pendant 40 longues années, le protectorat a été pour mon pays et pour mon peuple une agression spirituelle par une politique de dépersonnalisation et de lutte systématique contre notre langue et nos valeurs séculaires. »
  • 21. Boris Vian (1920-1959), écrivain français, ingénieur de l‘’École centrale’, poète, parolier, chanteur, critique, trompettiste de jazz, scénariste, traducteur (anglo-américain), conférencier, acteur et peintre. Grand travailleur, pessimiste, hanté par la mort, adore l’absurde, le jeu et la fête. Inventeur de machines imaginaires et de mots devenus courants de nos jours. Dénonce très tôt la société de surconsommation. Dans son roman J’irai cracher sur vos tombes, dénonce le racisme anti-Noirs aux Etats-Unis. Dans sa chanson Le déserteur, composée en 1954, s’insurge contre la guerre d’Indochine. Sa chanson La Java des bombes atomiques, composée en 1955, dénonce les armes nucléaires en pleine guerre froide entre les États- Unis et l’Union soviétique. Sa chanson La complainte du progrès est une satire de la société de consommation. « Le jour où personne ne reviendra d’une guerre, c’est qu’elle aura enfin été bien faite. » « Le ridicule ne tue plus, nulle part, mais aux USA il enrichit drôlement ! »
  • 22. Albert Barillé (1920-2009), réalisateur, auteur, scénariste et producteur français. Autodidacte, emplois précaires, produit et distribue des longs-métrages en Amérique latine, fonde la société de production ‘Procidis’. En 1969, crée Colargol, série d’animation destinée aux enfants. En 1978, crée la première série animée d’une longue saga future, Il était une fois... l‘homme, qui connaît un grand succès. 7 séries constituent la saga : l’homme, l’espace, la vie, les Amériques, les découvreurs, les explorateurs, la Terre. Chacune contient 26 épisodes. L'accent est toujours mis sur la qualité, la non-violence, l'amitié et l'humanisme, avec toujours la connaissance en arrière-plan. Son souhait est de réunir la famille autour d'un programme drôle et passionnant. « Donner à nos enfants le désir de savoir, éveiller leur curiosité. Les traiter aussi en personnes à part entière, qui comprennent bien plus que ne le croient les adultes. Vous les fortifierez ainsi et ils vous en sauront gré. » « Vous, les jeunes, êtes et serez les acteurs incontournables d'un développement durable. Par chacun de vos gestes, vous agissez directement sur la planète, les hommes et le développement. Vous êtes les “héritiers de la Planète”. »
  • 23. Melina Mercouri (1920-1994), actrice, chanteuse et femme politique grecque. Carrière artistique entre Athènes et Paris. Privée de ses droits civiques à la suite du coup d'État fomenté en Grèce par les colonels en 1967, s'exile en France. Dans des tournées internationales, elle se fait le chantre de la résistance grecque à la dictature. Dès la chute de la dictature, en 1974, rentre en Grèce, entame une carrière politique qui l'amène à progressivement arrêter le cinéma. Députée du ‘Mouvement socialiste panhellénique’, puis ministre de la Culture. Dans le cadre du Conseil européen, crée en 1985 le concept des ‘capitales européennes de la culture’. Conçue pour « contribuer au rapprochement des peuples européens », son idée est de désigner deux villes par an pour accueillir le théâtre de manifesta- tions artistiques et mettre à l'honneur leur patrimoine historique et culturel.
  • 24. Geneviève de Gaulle-Anthonioz (1920-2002), Française, Résistante, multiplie les actions de renseignement et d’information, déportée en 1944 au camp de concentration de Ravensbrück. Militante des droits de l'homme. Alliée au mouvement ATD Quart Monde, puis volontaire permanente, elle en est présidente de 1964 à 2001. Nommée en 1988 au Conseil économique et social, se bat pendant dix ans pour l’adoption d’une loi d’orientation contre la grande pauvreté. Fait exceptionnel, présente elle-même le projet de loi à l’Assemblée nationale le 15 avril 1997. La loi est votée en 1998. « Je ne crois pas qu'il faille chercher à avoir une grande vie ou un grand destin. Il faut essayer d'être juste. »
  • 25. Garry Davis Né en 1921 aux États-Unis. Marqué par les conséquences des bombardements alors qu’il est pilote d’avion pendant la 2ème guerre mondiale. En mai 1848, installé en France, rend son passeport à l’ambassade américaine et se proclame "citoyen du monde". En novembre 1948, en lien avec Albert Camus, interrompt une séance de l’Assemblée générale de l’ONU au Palais de Chaillot pour demander la création d’une autorité mondiale (“a world governement”). Parmi ses soutiens le plus célèbres, Albert Einstein, André Gide, Albert Camus, Jean-Paul Sartre, André Breton, l’abbé Pierre. Le premier à s’être présenté comme citoyen du monde est le philosophe ascète Diogène de Sinope (- 413 à - 327)
  • 26. Edgar Morin Edgar Nahoum, né en 1921, descendant d'un père commerçant juif de Thessalonique mais agnostique. Résistant. Philosophe et sociologue français, directeur de recherche émérite au CNRS. Conçoit les fondements de la pensée complexe ("ce qui est tissé ensemble, enchevêtré") et de la transdisciplinarité. Pour lui, une conscience planétaire et une "politique de civilisation" sont nécessaires pour sortir de la préhistoire de l’esprit humain. Appelle à promouvoir le bien-vivre au lieu du plus-avoir, à réanimer les solidarités, à régénérer l’éducation, à résoudre les conflits par la non-violence. Rappelle que l’improbable peut arriver dans les situations très critiques. ../..
  • 27. Edgar Morin Avance 7 principes guides pour une pensée qui relie, complémen- taires et interdépendants : Principe systémique ou organisationnel. Principe hologrammatique. Principe de boucle rétroactive. Principe de boucle récursive. Principe d'autonomie / dépendance (auto - éco - organisation) Principe dialogique. Principe de réintroduction du connaissant dans toute connaissance. « La révolution scientifique n’entraîne pourtant aucun progrès humain bien que toute avance scientifique soit un progrès : elle peut davantage consolider les pouvoirs que favoriser les émancipations. La révolution scientifique est débile dans sa radicalité... Elle réussit à dominer le monde, mais du même coup risque de l’anéantir et de s’anéantir elle-même. »
  • 28. Peter Benenson (1921-2005), avocat anglais issu d’une famille juive. S’engage dès 16 ans contre le franquisme, lance un mouvement de soutien des Juifs ayant fui l’Allemagne nazie. Avocat, membre du Labour Party. Dans les années 1950, défend des syndicalistes (Hongrie, Chypre, Espagne). En 1960, est choqué par un article de journal qui relate l'arresta- tion de 2 étudiants portugais condamnés à 7 ans de prison pour avoir porté un toast à la liberté pendant la dictature de Salazar. Lance dans le journal The Observer un appel en faveur des "prisonniers d’opinion". Reçoit des milliers de lettres de soutien. L'appel, repris dans les journaux du monde entier, demande aux lecteurs d'écrire des lettres pour protester contre l'arrestation des 2 jeunes hommes. Fonde en juillet 1961 l'organisation Amnesty International, avec l'aide, entre autres, de Seán MacBride et d'Eric Baker. En guise de symbole de l’organisation, opte pour une bougie, s’inspirant d’un ancien proverbe chinois : « Il vaut mieux allumer une bougie que de maudire l'obscurité ». « Cette bougie ne brûle pas pour nous, mais pour tous ceux que nous n’avons pas pu faire sortir de prison, tous ceux qui ont été abattus avant d’être incarcérés, tous ceux qui ont été torturés, enlevés ou victimes d’une “disparition”.»
  • 29. Henri Alleg Harry Salem (1921-2013), journaliste français. Né à Londres de parents juifs russo-polonais, vit à Paris, s'installe en Algérie en 1939, et milite au sein du Parti communiste algérien. En 1946, épouse Gilberte Serfaty qui deviendra comme lui une ardente militante communiste. En 1951, devient directeur du quotidien Alger républicain. Arrêté en juin 1957 par les parachutistes de la 10e DP, au domicile de son ami Maurice Audin (arrêté la veille et qui sera torturé à mort). Séquestré un mois à El-Biar, torturé lors de plusieurs séances, subit un interrogatoire mené après une injection de penthotal, utilisé comme sérum de vérité. Dans son livre La Question écrit en prison et censuré, dénonce la torture pendant la guerre d'Algérie. La diffusion clandestine s'élève à 150 000 exemplaires. Trois ans après son arrestation, inculpé d‘ "atteinte à la sûreté extérieure de l'État" et de "reconstitution de ligue dissoute" et condamné à 10 ans de prison. Transféré en France, incarcéré à la prison de Rennes. Profitant d'un séjour dans un hôpital, s'évade, rejoint la Tchécoslovaquie. Revient en France après les accords d’Évian. Membre du PCF. Cosigne, en 2000, l'Appel des douze "pour la reconnaissance par l’État français de la torture".
  • 30. Michel Crozier Sociologue français, né en 1922. HEC, docteur en droit et en lettres. Mène une enquête sur les syndicats aux États-Unis. Fonde en 1962 au CNRS le ‘Centre de Sociologie des Organisations’. Concepteur de l'analyse stratégique des organisations qui étudie les intérêts, le rôle, les jeux de pouvoir des différents acteurs directs ou indirects dans une organisation, un projet collectif, un conflit, etc. Cherche à faire coïncider son activité de recherche avec son engagement pour la réforme de la société et de l'État. « La bureaucratie est une organisation qui n'arrive pas à se corriger en fonction de ses erreurs". « Permettre aux intéressés de mieux comprendre la situation dans laquelle ils se trouvent et donc, d'être mieux à même de la changer. »
  • 31. Jacques Stephen Alexis (1922-1961), médecin neurologue, écrivain, et homme politique haïtien. Études à Paris puis à Port-au-Prince. Communiste, s’illustre par sa résistance à la dictature de François Duvalier. Fonde en 1959 le ‘Parti d'Entente Populaire’ et se campe en véritable leader de l'opposition. Auteur d’un œuvre romanesque, définit de façon novatrice un réalisme merveilleux propre à la littérature de la Caraïbe. Son œuvre littéraire très riche nous aide à mieux appréhender le quotidien de la vie. Débarqué clandestinement en avril 1961 sur la côte nord-ouest d'Haïti pour renverser Duvalier, trahi, attendu par quelques miliciens, vraisemblablement exécuté et enseveli sur place avec 4 de ses compagnons. Humaniste fervent, résistant et militant fortement engagé dans le débat social, esthétique, politique et anticolonial de son époque. « Du détour d'une seule journée survient inattendument un petit événement, le certain petit hasard pourtant objectivement prévisible, la chiquenaude qui tout à coup accélère la vie. »
  • 32. Julius Nyerere (1922-1999), homme politique tanzanien, surnommé le mwalimu (le lettré). Termine ses études à Édimbourg. Instituteur, puis professeur d’histoire. Transforme la Tanganyka African Association, organisation d’intellectuels, en Tanganyika African National Union (TANU), parti politique qui prône l’indépendance et la non-violence. Premier ministre du Tanganika de 1960 à 1961, puis président de la Tanzanie (Tanganyika + Zanzibar) de 1964 à 1985. En 1967, dans la ‘déclaration d'Arusha’, préconise une société égalitaire, juste, solidaire, qui trouve dans ses propres ressources les moyens de son autosuffisance. Donne priorité à l’éducation. Appelées Ujamaas, ("cofraternité"), 800 communautés villageoises organisées autoritairement sur des principes trop collectivistes sont un échec. Se retire de la politique en 1985. A posé les bases d’un État démocratique pluriethnique.
  • 33. Joseph Ki-Zerbo (1922-2006), historien et homme politique burkinabé, agrégé d’histoire à la Sorbonne, un des plus grands penseurs de l’Afrique contemporaine. Inventeur du slogan "Si on se couche, on est mort" . Membre éminent du Conseil exécutif de l’UNESCO. Prix Nobel alternatif pour ses recherches sur les modèles originaux de développement. « L’invocation par nous du passé seul ne prouve rien pour le présent et l’avenir, alors que l’invocation d’un présent médiocre ou calamiteux comme témoin à charge contre nous peut mettre en doute notre passé et mettre en cause notre avenir. C’est pourquoi chaque Africaine, chaque Africain doit être, ici et maintenant, une valeur ajoutée. Chaque génération à des pyramides à bâtir ».
  • 34. Howard Zinn (1922-2010), historien et politologue états-unien, fils d’une famille juive immigrée d’Autriche-Hongrie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, s'engage dans l'armée de l’air. Effectue des bombardements sur Berlin, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, sur Royan. Dans ses livres The politics of history et The Zinn reader, décrit comment le bombardement de Royan au napalm fut décidé par la hiérarchie militaire pour des raisons qui tenaient plus à des considérations carriéristes qu'à des objectifs militaires légitimes. Par la suite, sa réflexion politique élève la désobéissance civile au rang de devoir. Professeur au département de science politique de l'université de Boston durant 24 ans (1964-1988). Acteur de premier plan du mouvement des droits civiques et du mouvement de paix aux États-Unis. Auteur de vingt livres dont les thèmes (monde ouvrier, désobéis- sance civile et ‟guerre juste” notamment) sont à la croisée de ses travaux de chercheur et de son engagement politique.
  • 35. Martin Gray Mieczysław Grayewski, (1922-2016), né à Varsovie (Pologne) dans une famille juive. S’enfuit du camp de Treblinka. Perd 110 membres de sa famille dans les camps d’extermina- tion nazis. Marche sur Berlin comme officier dans l’Armée rouge. S'installe aux Étas-Unis, puis en France avec son épouse, Dina Cult. Devient exploitant agricole dans le Var, à Tanneron. En octobre 1970, lors d’un incendie de forêt, perd son épouse et ses 4 enfants. Au bord du suicide, décide de lutter pour devenir un témoin et trouver encore une fois la force de survivre, l'écriture devenant alors pour lui une thérapie. Crée la ‘Fondation Dina Gray’ à vocation écologique, chargée de lutter contre les incendies de forêts et pour la protection de l’homme à travers son cadre de vie. S’installe ensuite en Belgique. « L'homme peut être seul au milieu des autres. Mais celui qui est ouvert au monde, celui qui sait demeurer fraternel, celui qui est solidaire des autres, celui-là, même solitaire, n'est jamais seul. »
  • 36. Cheikh Anta Diop (1923-1986) Historien, anthropologue et homme politique sénégalais, docteur en sciences sociales et spécialiste en chimie nucléaire formé à Paris. Met l’accent sur l’apport de l’Afrique, et en particulier de l’Afrique noire, dans les origines de la civilisation. Participe à l’élaboration d’une conscience africaine libérée de tout complexe face à la vision européenne du monde en montrant que l’Égypte ancienne était une civilisation africaine. Si beaucoup de ses arguments scientifiques sont aujourd’hui considérés comme faux, a eu un rôle de visionnaire concernant la place de l’Afrique dans l’histoire. « La facilité avec laquelle nous renonçons, souvent, à notre culture ne s’explique que par notre ignorance de celle-ci, et non par une attitude progressiste adoptée en connaissance de cause. »
  • 37. Priscilla Sitienei Née en 1923, Kenyane, surnommée affectueusement "Gogo" (‘grand-mère’ dans le dialecte local). Sage femme pendant 65 ans, arrière-grand-mère. À 94 ans, s’inscrit à l’école de Ndalat, au Kenya, pour apprendre à lire et à écrire, notamment afin de pouvoir lire la Bible et transmettre ses connaissances médicales. Veut aussi inciter les filles de son pays à suivre des études et lancer un message aux enfants du monde entier. Assiste à tous les cours, des mathématiques à l’anglais, en passant par l’éducation physique, la danse, le chant et le théâtre. Dans la même classe, ses six arrière-petits-enfants suivent les cours avec leur aïeule. Selon la BCC, elle est probablement l’élève de primaire la plus âgée au monde. Pour le directeur de l'école de Ndalat, David Kinyanjui, avoir Gogo comme élève est « une bénédiction ». « Elle motive tous les élèves ici, nous sommes très fiers d’elle. » Le film documentaire Gogo (2021) de Pascal Plisson lui est consacré. « Je vois des enfants qui vivent sans espoir, des enfants perdus. Je veux qu’ils me voient à l’école, je veux les inspirer. (…) Allez vers la connaissance. Étudier sera votre richesse ! »
  • 38. Bernard Clavel (1923-2010), écrivain français auteur de romans, essais, poèmes et contes pour la jeunesse. Montre une constante attention aux humbles et défend des valeurs humanistes en contant des destins individuels et collectifs, souvent confrontés au malheur. Son sens de la nature et de l'humain, sa mise en question de la violence et de la guerre et son souci de réalisme lui ont obtenu de nombreux prix, dont le prix Goncourt. « Nous avons besoin de bonté autant que de beauté. » Le texte du MAN "Une non-violence politique" « répond tout à fait à ce que pouvaient attendre des gens attirés par la non-violence et avides d’une plus grande connaissance », mais doit être complété par « un autre travail urgent (…), un travail dont le seul but sera de chasser des esprits l’idée que la non-violence est une fantaisie de poètes chevelus ; (…) elle est l’arme noble, la seule arme absolue, la seule qui ait encore une chance de sauver l’homme de la folie et de la mort. Et sachez que je suis absolument avec vous. De tout cœur. »
  • 39. Lorenzo Milani (1923-1967), prêtre catholique et éducateur italien, d’origine juive. Dans les bourgs déshérités de Calenzano, puis celui de Barbiana (Toscane), organise des cours du soir pour les paysans et ouvriers illettrés, des séances de lecture critique des journaux, des ateliers de travail du bois et du fer, l’apprentissage des langues, des cours de natation, invite des orateurs pour vaincre « l’ignorance, le conformisme, la résignation ». La Scuola di Barbiana (École de Barbiana) est un lieu d’éducation à l’altruisme, à la responsabilité et à l’engagement. En réponse à une déclaration d’aumôniers militaires italiens, écrit le texte L’obéissance n’est plus une vertu sur l’objection de conscience qui lui vaut d’être cité en Justice. La Lettre à une maîtresse d’école a été écrite par 8 élèves de l’École de Barbiana à leur ancienne maîtresse. « Vous dites que vous avez recalé les crétins et les paresseux. C’est donc que vous prétendez que Dieu fait naitre les crétins et les paresseux chez les pauvres... »
  • 40. Uri Avnery Helmut Ostermann (1923-2018), Juif allemand. Sa famille fuyant le nazisme, arrive en Palestine en 1933. Fonde en 1946 le mouvement Eretz Yisrael Hatz'ira (Jeune Pays d'Israël). Participe comme soldat dans l'armée israélienne à la guerre israélo-arabe de 1948. Éditorialiste au quotidien Haaretz puis à l'hebdomadaire Haolam Hazeh. Député à la Knesset de 1965 à 1973 et de 1979 à 1981 dans le parti Haolam Hazeh (Ce monde). Crée en 1993 le mouvement Gush Shalom (Le bloc de la paix), qui milite pour le retour aux frontières de 1967, la partition de Jérusa- lem et la création d'un État palestinien sous le slogan de « Deux peuples, deux États ». « Notre rôle n'est qu'un petit rôle dans une lutte mondiale pour la paix, la justice et l'égalité entre les êtres humains et entre les nations, pour la préservation de notre planète. Tout cela peut se résumer en un mot, qui à la fois en hébreu et en arabe signifie pas seulement la paix, mais aussi l'intégrité, sécurité et bien-être : Shalom, Salam. »
  • 41. Danielle Mitterrand (1924-2011), née Gouze, Française, Résistante, épouse de François Mitterrand. Crée en1986 la ‘Fondation France-Libertés’ pour « construire un monde plus juste et plus solidaire dans lequel chacun puisse exercer sa liberté dans le respect de l’autre (…) défendre les droits de l’homme, le droit d'accès à l'eau pour tous et le droit à l'autodétermination des minorités ethniques ». Soutient les opprimés du Kurdistan, d’Afrique, d’Amérique latine, du Tibet, rencontre les chefs d’État et les "sans voix". « Mais les tapis rouges des voyages présidentiels ne m'ont pas égarée, pas plus que les lustres ne m'ont éblouie. Ils m'ont surtout permis de côtoyer des populations de tous les continents, d'entendre les témoignages d'hommes et de femmes oubliés du bonheur de vivre et accablés par la misère. »
  • 42. Jean-François Lyotard (1924-1998), philosophe et sociologue français. Communiste anti- autoritaire dans les années 1950, milite ensuite contre la guerre d'Algérie. Enseigne à la Sorbonne puis à l'université Paris VIII. Cofondateur du ‘Collège international de philosophie’ avec Jacques Derrida, François Châtelet, et Gilles Deleuze. Constate l’éclatement de la notion de modernité et la fin des grands récits narratifs du progrès qui lui sont associés : celui les Lumières (émancipation du sujet rationnel), et celui de Hegel (l'histoire de l'Esprit universel). Après Auschwitz, mais aussi en raison de l'informatisation de la société et du passage à une société postindustrielle, le savoir scientifique perd ses légitimations. lI est réduit à une simple marchandise information- nelle. « Dans un univers où le succès est de gagner du temps, penser n'a qu'un défaut, mais incorrigible : d'en faire perdre. » « C’est l’enjeu d’une littérature, d’une philosophie et peut-être d’une politique de témoigner des différends en leur trouvant des langages. »
  • 43. Henryane de Chaponay Née en 1924, marquise française issue de familles royales. Résistante au nazisme à l’âge de 19 ans. Au Maroc, soutient les acteurs de l’indépendance et se lie d’amitié avec Medhi Ben Barka. S’engage au Brésil et dans les pays d’Amérique latine auprès de ceux qui luttent contre les dictatures, surnommée "la comtesse rouge" par les services secrets brésiliens. Dès les années 1960 son appartement parisien devient une terre d’asile pour de nombreux exilés politiques. Proche du CCFD, fondatrice avec Paulo Freire du ‘Centre d’étude du développe- ment en Amérique latine’ (CEDAL) et de la ‘Fondation Beijaflor’. Participe dès l'origine au ‘Forum Social Mondial’ et à ‘Dialogues en humanité’. Associée à une démarche pour créer un ‘Mouvement International de Réciprocité et Réseaux de Savoirs’. Agnostique. « Nous sommes dans une période de transition extrêmement difficile qui peut déboucher sur le meilleur ou le pire, tout est à repenser. De grands dangers menacent notre espèce et la planète, dus à la folie humaine et à l’argent roi. Mais il y a beaucoup d'initiatives, partout. (…) Ce que j'appelle les germes d'avenir, toute cette capacité cachée des êtres humains à se lancer dans des expériences, des rencontres, des recherches pour pouvoir vivre ensemble. »
  • 44. Majid Rahnema (1924-2015), Franco-iranien né à Téhéran, diplomate et ancien ministre. Travaille sur les questions de pauvreté et les processus de production de la misère par l’économie de marché. Principales affirmations: - Du fait de la mondialisation économique ultralibérale, la misère (impossibilité d’accéder à des moyens de subsistance) chasse la pauvreté (mode de vie basé sur la sobriété). - Le soi-disant « développement » a été en fait une politique de suppression des anciens savoirs et réseaux de subsistance. - Le principe de suffisance – assez, mais jamais trop – doit prendre la relève de l’idéologie du toujours plus.
  • 45. Charles Aznavour Né Chahnourh Varinag Aznavourian (1924-2018), auteur- compositeur-interprète, acteur, et écrivain franco-arménien. Compose plus de 1000 chansons, chanté dans 6 langues différentes, joue dans plus de 60 films. Ambassadeur de l’Arménie auprès de l'ONU. Ses chansons font référence à l’amour, à l’art, à la famille, et au temps qui passe, mais aussi à l’Arménie et notamment au génocide de 1915-1916 et au séisme de 1988. « Ils sont tombés sans trop savoir pourquoi / Hommes, femmes et enfants qui ne voulaient que vivre / Avec des gestes lourds comme des hommes ivres / Mutilés, massacrés, les yeux ouverts d´effroi. (…) Moi je suis de ce peuple qui dort sans sépulture / Qu´a choisi de mourir sans abdiquer sa foi / Qui n´a jamais baissé la tête sous l´injure / Qui survit malgré tout et qui ne se plaint pas.(…) La mort les a frappés sans demander leur âge / Puisqu´ils étaient fautifs d´être enfants d´Arménie. »
  • 46. Frantz Fanon (1925-1961), médecin-psychiatre et essayiste français d’origine martiniquaise. Résistant, blessé dans les Vosges. En 1953, médecin-chef d'une division de l'hôpital psychiatrique de Blida en Algérie. Dès le début de la guerre d'Algérie, en 1954, s'engage auprès de la résistance nationaliste, rejoint le ‘Front de Libération nationale’ (FLN). Fortement impliqué ensuite dans un combat international dressant une solidarité entre "frères" opprimés. Un des fondateurs du courant de pensée tiers-mondiste. Durant toute sa vie, cherche à analyser les conséquences psychologiques de la colonisation à la fois sur le colon et sur le colonisé. Son livre Les Damnés de la terre, publié quelques jours avant sa mort, est un manifeste pour la lutte anticolonialiste, y compris par la violence, et l'émancipation du tiers-monde. Atteint d'une leucémie, meurt à l'âge de 36 ans. Inhumé en Algérie. « Le régime colonial est un régime instauré par la violence. C’est contre la volonté des peuples que d’autres peuples plus avancés dans les techniques de destruction ou numériquement plus puissants se sont imposés. Violence dans le comportement quotidien, violence à l’égard du passé qui est vidé de toute substance, violence vis-vis de l’avenir. » ../..
  • 47. Frantz Fanon Pour F. Fanon, il n’y a pas d’autre choix que la lutte armée. La possibilité d’une lutte non-violente est pure illusion. Mais l’auteur ne cite même pas le nom de Gandhi, alors que la résistance non- violente du libérateur de l’Inde précède de longtemps celle des résistants algériens contre le colonialisme français. On ne trouve pas davantage chez Fanon une réflexion stratégique visant à comparer ces deux types de luttes de libération. S’il fait une brève allusion à la non-violence, c’est pour la ridiculiser en affirmant qu’elle prêche la réconciliation entre colonisateurs et colonisés. Mais Gandhi n’a jamais écrit cela. Quant à Jean-Paul Sartre (photo du bas) qui préface le livre, il ne se grandit pas par sa présentation péjorative de la non-violence et son soutien sans réserves à la lutte armée légitimant l’assassinat des colons. Il n’hésite pas à écrire : « Il faut tuer : abattre un Européen c'est faire d'une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé : restent un homme mort et un homme libre ».
  • 48. Alain Touraine Français né en 1925, normalien, agrégé d’histoire, Directeur d’étude à l’EHESS, sociologue de l'action sociale et des nouveaux mouvements sociaux. Suite à la crise de mai 68, diagnostique la transition d'une pure domination économique vers une domination culturelle : à l'opposition entre prolétaires et bourgeois se substitue l'opposition entre ceux qui ont des savoir-faire et ceux dont la position dans le système médiatique assure une large influence. « Que peut-on construire pour résister à ce tsunami financier ? Sur quelles forces non sociales peut-on compter ? J'en vois deux : l'écologie et l'individu.(…) L'homme de Tian'anmen allongé devant un tank, qui restera un des grands symboles de ce siècle passé, c'est la conscience nue face à la force nue. Ce n'est pas un groupe, il est là, lui tout seul, même s'il s'inscrit dans une action collective. »
  • 49. Pierre Simon (1925-2008), médecin gynécologue et homme politique français, cofondateur du ‘Planning familial’, cofondateur en 1980, avec l’écrivain Michel Lee Landa, de l’’Association pour le Droit à mourir dans la Dignité’ (ADMD). L’ADMD milite pour que chaque personne puisse choisir les conditions de sa propre fin de vie, conformément à ses conceptions personnelles de dignité et de liberté, entend obtenir qu’une loi visant à légaliser l’administration d’un moyen létal à une personne à sa demande expresse et le suicide assisté, et à assurer un accès universel aux soins palliatifs. « Le droit de mourir dignement dans la lucidité, la tendresse, sans autres affres que celles inhérentes à la séparation et au glissement hors de cette forme de vie, ce droit devient un impératif évident, dès lors que la vie peut être prolongée jusqu’au dernier délabrement - et même au-delà. » Un jour, une telle liberté sera reconnue comme une exigence morale imprescriptible et aussi impérieuse que la liberté de parler et de s’informer. »
  • 50. Albert Jacquard (1925-2013), biologiste français, généticien, philosophe, militant (‘Droit au logement’, décroissance conviviale, désarmement nucléaire, altermondialisme, espéranto, etc.) Affirme que l’émulation et la coopération doivent remplacer la compétition, notamment dans le sport, l’éducation, l’économie. Dénonce l’escroquerie sémantique du concept de propriété intellectuelle, soutient la préservation des biens communs cognitifs. « Mon objectif, ce n'est pas de construire la société de demain, c'est de montrer qu'elle ne doit pas ressembler à celle d'aujourd'hui. » « Ce qui donne sens à la vie est la cause que l’on s’efforce de défendre, le chemin qu’on tente de défricher. L’exigence de rigueur fait partie des attitudes qui valorisent ce cheminement. » « Exprimer une idée est une activité difficile à laquelle il faut s'exercer ; la télé supprime cet exercice ; nous risquons de devenir un peuple de muets, frustrés de leur parole, et qui se défouleront par la violence. »
  • 51. Jacques Delors Né en 1925, homme politique français. Chargé de mission de Jacques Chaban-Delmas, invente des contrats de progrès, est l’inspirateur de la loi de 1971 sur la formation permanente. Ministre de l'Économie, des Finances et du Budget de 1981 à 1984, maire de Clichy-la-Garenne en 1983-1984. Président de la Commission européenne de 1985 à 1994, fondateur du groupe de réflexion ‘Notre Europe’ dans le but de "penser l’idée européenne" et notamment de créer une ‘Communauté europé- enne de l’énergie’. Le sens de la formation permanente est « que chacun puisse mieux se connaître et par conséquent être mieux à même de faire face aux situations déstabilisantes qui peuvent se produire dans la vie privée comme dans la vie professionnelle ».
  • 52. Míkis Theodorákis (1925-2021), compositeur, penseur et homme politique grec. Études musicales à Paris. Créateur de mélodies, musique symphonique, de chambre, de films, cantates et oratorios, hymnes, ballets, opéras. Directeur des orchestres et des chœurs de la Radio Grecque ERT (1993-1995). Fonde en 1963 le mouvement ‘Jeunesse Démocratique Lambrakis’. Emprisonné en 1967-68, exilé en France, porte-parole contre la dictature des colonels grecs (1967-1974). Pendant la courte période où il est au gouvernement, se bat contre la drogue et le terrorisme, ainsi que pour la culture et de meilleures relations entre la Grèce et la Turquie. Face aux dettes des banques, appelle en 2011 à un soulèvement pacifique. « Si les États ne s'imposent pas sur les marchés, ces derniers les engloutiront, en même temps que la démocratie et tous les acquis de la civilisation européenne. Il ne faut pas autoriser aujourd'hui les banques à détruire la démocratie européenne, à extorquer les sommes gigantesques qu'elles ont elle-même générées sous forme de dettes. »
  • 53. Michel Foucault (1926-1984), philosophe français, normalien, psychologue, professeur au Collège de France, fondateur du ‘Groupe d’Information sur les Prisons’ (GIP). Son œuvre est une critique des normes et des mécanismes aveugles de pouvoir qui s'exercent au travers d'institutions en apparence neutres (la médecine, le marché, la psychiatrie, l'art, etc.). Élabore une immense histoire des limites tracées à l'intérieur de la société, et qui définissent les seuils à partir duquel on est fou, malade, criminel, déviant. Pour lui, la fonction de l'intellectuel n’est pas d’être garant de certaines valeurs, mais d’être préoccupé de voir et dire, suivant un modèle intuitif de réaction à "l'intolérable".
  • 54. Mstislav Rostropovitch (1927-2007), Russe, appelé familièrement Slava, le plus grand violoncelliste du 20ème siècle. Soliste, professeur au conservatoire de Léningrad puis de Moscou, concerts à l’international après 1963. Promeut l'art sans frontière, la liberté d'expression et les valeurs démocratiques. Ami de Soljenitsyne, l’accueille dans sa datcha des environs de Moscou. Soutient Sakharov et les dissidents du régime. Est déchu de sa citoyenneté soviétique en 1978 par Leonid Brejnev, exclu du Bolchoï, interdit à Moscou et Léningrad, boycotté par la presse, mis en quarantaine par ses pairs. Conduit de Paris à Berlin dans l’avion d’Antoine Riboud, joue J.-S. Bach le 11 novembre 1989 face aux télévisions internationales devant le mur de Berlin juste tombé. Réhabilité en 1990 par Gorbatchev. En 1998, devient ‘Ambassadeur de bonne volonté’ pour l'UNESCO, soutient des projets éducatifs et culturels. Avec sa femme Galina, créé la ‘Fondation Vishnevskaïa-Rostropovitch’ dont le but est de stimuler des activités et des projets sociaux.
  • 55. Gabriel García Márquez (1927-2014), écrivain colombien, romancier, nouvelliste, mais également journaliste. Affectueusement connu sous le surnom de "Gabo" en Amérique latine, populaire pour la bonne humeur de son style, ses récits pittoresques et originaux et sa langue enjouée. La plupart de ses livres abordent le thème de la solitude. Prix Nobel de littérature en 1982. En 1958, décrit le rôle joué par l'Église du Venezuela dans la lutte contre le dictateur Marcos Pérez Jiménez. Admire les actions menées par Fidel Castro et Che Guevara, défiant les États-Unis. Joue le rôle de médiateur entre le gouvernement colombien et la guérilla. Membre du ‘Second Tribunal Russell’ qui enquête sur des crimes de guerre internationaux. « Il était encore trop jeune pour savoir que la mémoire du cœur efface les mauvais souvenirs et embellit les bons, et que c'est grâce à cet artifice que l'on parvient à accepter le passé. »
  • 56. Pierre et Raymond Jaccard Nés respectivement en 1927 et 1931, frères de sang, tous deux prêtres de l’Église catholique. Leur père dirige une usine de fabrication horlogère, leur mère Simone est devenue très jeune infirme d’une jambe. Pierre partage la vie des plus pauvres en Afrique et en Europe et rejoint en 1971 Raymond, aumônier de la léproserie de Douala (Cameroun). Raymond se forme à la chirurgie d’exérèse * par un ami chirurgien. Pierre se forme à la fabrication de prothèses. Leur ingéniosité et leur habileté leur permettent d’innover et de fabriquer des appareillages bon marché et efficaces : fabriqués dans des matières premières trouvées sur place, évolutifs. Après avoir formé une équipe capable de les remplacer dans leur travail auprès des lépreux et des petits enfants polios, sont envoyés par leur évêque à travers le monde, là où l’on a besoin de leurs services. En 40 années missionnai- res, font 183 missions. Forment en Thaïlande au début des années 1980 le docteur Jean-Baptiste Richardier, qui fondera l’ONG Handicap International. S’attaquent à la prostitution en Colombie par des ateliers d’apprentissage de métiers manuels destinées aux femmes. * Exérèse : intervention chirurgicale consistant à retirer un élément nuisible à l’organisme, en l’occurrence amputation d’un membre ou d’une partie de membre pourrie.
  • 57. Lawrence Kohlberg (1927-1987), psychologue états-unien, professeur à l'université de Chicago et à Harvard. Mène ses recherches dans le domaine de l'éducation, du raisonnement et du développement. Établit une échelle du développement moral en 6 stades : 1 : punition et obéissance à l'autorité; loi du plus fort; 2 : relativisme instrumental; chacun pour soi; satisfaire ses propres besoins; 3 : bonne concordance interpersonnelle; chercher l'approbation et à plaire; 4 : obéissance aux lois établies; la loi et l'ordre; 5 : le bien commun; le contact social; 6 : principes généraux déterminant le bien et le mal; éthique universelle.
  • 58. Ignacy Sachs Né en 1927 en Pologne, grandit au Brésil et en Inde. Professeur français de socio-économie à l’’École des Hautes Études en Sciences Sociales’ où il fonde en 1973 le ‘Centre international de recherche sur l’environnement et le développe- ment’ (CIRED). Pionnier dans le champ de l’écodéveloppement, croissance économique au service du développement social et respectueuse de la nature. Son approche rompt avec l’économicisme et propose une économie anthropologique avec une hiérarchisation des objectifs : le social, ensuite l’environnement, ensuite la viabilité économique sans laquelle rien n’est possible. « Il faut miser sur la capacité des populations locales à agir en harmonie avec leur environnement, une fois levés les obstacles qui les empêchent d’avoir des vues à long terme sur la gestion de leurs ressources.»
  • 59. Simone Veil (1927-2017), née Jacob en 1927 dans une famille juive, femme politique française. Déportée à Auschwitz, rescapée de la Shoah. Entre dans la magistrature comme haut fonctionnaire. Ministre de la Santé dans le gouvernement Chirac, en mai 1974. Pour éviter les drames causés par les avortements clandestins, fait notamment adopter la ‘loi Veil’, qui dépénalise le recours par une femme à l'interruption volontaire de grossesse. De 1979 à 1982, première présidente du Parlement européen, nouvellement élu au suffrage universel. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville dans le gouvernement Balladur, puis siège au Conseil constitutionnel de 1998 à 2007. Élue à l'Académie française. « Je suis favorable à toutes les mesures de discrimination positive susceptibles de réduire les inégalités de chances, les inégalités sociales, les inégalités de rémunération, les inégalités de promotion dont souffrent encore les femmes. Avec l'âge, je suis devenue de plus en plus militante de leur cause. » Sur son épée d’Académicienne, fait graver son numéro de matricule à Auschwitz, 78651, tatoué sur son bras gauche et qu’elle n'a jamais caché, la devise de la France, "Liberté, Egalité, Fraternité" et celle de l’Union Européenne, "Unie dans la diversité". « Madame, nous vous aimons ! » (Jean d’Ormesson à la cérémonie d’intronisation)
  • 60. René Lenoir (1927-2017), haut fonctionnaire et homme politique français. Ancien élève de l'ENA, commence sa carrière au Maroc, dans le contrôle civil, où il sensibilise les milieux politiques aux problèmes des exclus de la société. En 1974, dans son ouvrage Les exclus : un Français sur dix, évoque la vie de 2 millions de handicapés physiques et mentaux et de 3 à 4 millions d’inadaptés sociaux. Secrétaire d’État à l’Action sociale, est en 1975 à l'origine de la loi d’orientation en faveur des personnes handicapées et de la loi sur les institutions sociales et médico- sociales. Entre 1988 et 1992, directeur de l'ENA, puis intervient comme conseiller dans la création de onze ENA dans le monde. Dans les années 1990, il préside divers organismes d'action sociale et continue de lutter contre la stigmatisation des chômeurs et le surendettement des ménages. Ne croit pas à un Dieu, mais croit en l’homme. « La pesanteur du monde, ils l’ont sentie. Mais dans le même moment la beauté du monde les a soulevés jusqu’au chant du monde (…) Le chant d'Orphée à la lisière des forêts n'est-il pas la plus haute prière ?».
  • 61. Noam Chomsky Né en 1928, linguiste et philosophe états-unien né d’un père juif d’origine russe. Postule l’existence d’une « grammaire universelle » inscrite dans les tissus cérébraux. Mène une intense activité militante depuis les années 1960 où il prend position contre la guerre du ViêtNam, soutient les déserteurs et « fait appel à la résistance contre toute forme d’autorité illégitime ». Dénonce les méfaits de l’empire américain et son soutien à la politique d’Israël face à la Palestine. Montre que les principaux médias participent au maintien de l’ordre établi. Critiqué pour avoir défendu la liberté d’expression du négationniste Robert Faurisson et posé des questions sur les attentats du 11 septembre 2001.
  • 62. Jean-François Deniau (1928-2007), Français, énarque, rédacteur du préambule du traité de Rome (mars 1957) fondant la ‘Communauté Économique Européenne’, dans lequel il glisse les mot peuples, liberté, paix, emploi, et idéal. Commissaire européen chargé des négociations avec les pays d'Afrique qui aboutiront aux ‘Accords de Lomé’. Ambassadeur, ministre, député, président du Conseil général du Cher. Essayiste et romancier. En 1982, crée à Strasbourg le ‘prix Sakharov pour la liberté de l'esprit’. Combat partout dans le monde pour les droits de l'homme et pour les peuples victimes de dictature ou d'occupation étrangère : missions clandestines en Afghanistan, sauvetage de boat-people en Mer de Chine, etc. Après un triple pontage, âgé de 67 ans, effectue une traversée de l'Atlantique à la voile. ../..
  • 63. Jean-François Deniau « Dans une vie d’aventures de toutes sortes, je n’ai pas cessé d’avoir peur. La seule question qui se pose est : Comment la faire attendre ? Comment lui ordonner de prendre son tour, et qu’elle reconnaisse qu’avant elle, il y a plus urgent et prioritaire ? Un but, une mission, quelque chose qui vous dépasse, qui ne soit pas vous-même, un objectif à atteindre, un message à faire passer, des camarades à sauver. Indispensables pour dire à la peur : « À plus tard, la peur ! » « Le XXIème siècle sera celui du doute. (…) La qualité majeure, permanente, essentielle – et pour chacun d’entre nous, personnellement – sera le courage. Dire oui ou non. Choisir. Refuser. Croire et oser. Dire ce qu’on croit, et faire ce qu’on dit.»
  • 64. Robert Badinter Né en 1928, avocat, universitaire, essayiste et homme politique français. Garde des Sceaux, obtient l'abolition de la peine de mort en France en octobre 1981. Président du Conseil constitutionnel (1986- 1995). La peine capitale en 2013 est supprimée en toutes circonstances dans 101 pays. Elle subsiste dans 58 pays, notamment Chine, Iran, Arabie saoudite, Irak, États-Unis, Yémen, Corée du Nord. « Parce qu’aucun homme n’est totalement responsable, parce qu’aucune justice ne peut être absolument infaillible, la peine de mort est moralement inacceptable. (…) Demain, grâce à vous, la justice française ne sera plus une justice qui tue. Demain, grâce à vous, il n'y aura plus pour notre honte commune, des exécutions furtives, à l'aube, sous le dais noir, dans les prisons françaises. Demain, les pages sanglantes de notre justice seront tournées ».
  • 65. Sayd Bahodine Majrouh (1928-1988), écrivain, poète, philosophe, folkloriste, politicien et militant afghan d'ethnie pashtoune. Docteur en philosophie de l'Université de Montpellier, doyen de la Faculté des lettres de Kaboul, puis gouverneur de la province de Kâpîssâ. Dans son œuvre Ego Monstre, à tonalité soufie, plaide pour l'amour, la liberté et la beauté, contre la cruauté, la mégalomanie, l'égoïsme et le nihilisme, par le truchement de paraboles, d'archétypes et de personnages symboliques. Fonde en 1981et dirige jusqu'à sa mort l’Afghan Information Centre qu'il établit au Pakistan à Peshawar, son lieu d'exil après l’invasion soviétique. Assassiné par le KGB ou le KHAD, ou par des fanatiques afghans. « Sans illusion quant à une vie future, certaine que tout amour ici- bas est inéluctablement voué à l'échec et à la mort, la femme pashtoune se hausse par ses chants au rang d'une héroïne de tragédie. Son destin s'inscrit dans un espace immense mais que la loi des hommes a tissé d'interdits. »
  • 66. Friedensreich Hundertwasser Friedrich Stowasser (1928-2000), pseudonymes de Fritz ou de Friedensreich Hundertwasser Regentag Dunkelbunt ("le Royaume de la paix aux cent eaux - Jour de pluie multicolore sombre"), peintre et architecte autrichien issu d’une famille juive très pauvre. Nombreux voyages entre 1949 et 1956. S’installe en Normandie, au Japon, puis en Nouvelle- Zélande. Auteur de nombreuses réalisations (Autriche, Allemagne, Japon, Israël, Suisse, Nouvelle-Zélande, etc.). Recherchant une harmonie entre la nature et l’homme, conjugue l’art, l’écologie et l’architecture, laquelle avance un environnement joyeux. Sa théorie plastique, le "transautomatisme", dérivée du surréalisme, se base sur la lutte contre l’automatisme généré par la ligne droite et l’angle droit, et privilégie la spirale qui « signifie la vie et la mort dans toutes les dimensions ». « Certains disent que les maisons sont faites de murs. Je dis qu'elles sont faites de fenêtres. » « Le véritable analphabétisme n'est pas dans l'incapacité de lire et d'écrire, mais dans l'inaptitude à créer. » « Si quelqu'un rêve seul, ce n'est qu'un rêve. Si plusieurs personnes rêvent ensemble, c'est le début d'une nouvelle réalité ! » Photo : Village thermal de Blumau (Styrie, Land autrichien)
  • 67. Charles Piaget Né en 1928, syndicaliste français. Salarié de l'entreprise d'horloge- rie ‘Lip’ depuis 1946, se syndique en 1949 à la CFTC, qui devient en 1964 la CFDT. Affronte à plusieurs reprises le patron de l'entreprise, Fred Lip. Après le dépôt de bilan de ‘Lip’ en 1973 et la menace de fermeture de l'usine de Palente à Besançon, les ouvriers grévistes travaillent à leur propre compte et produisent des montres qu’ils écoulent lors de "ventes sauvages". Assemblée générale quotidienne, 20 commissions, écoute, réflexion et participation de tous. La lutte dure jusqu'au milieu de l'année 1976 et mobilise des dizaines de milliers de personnes à travers la France et l'Europe entière, notamment lors de la grande marche Lip du 29 septembre 1973 qui réunit dans la ville morte de Besançon plus de 100 000 manifestants. La ‘Compagnie européenne d’horlogerie’ (dirigée par Claude Neuschwander, envoyé par Michel Rocard), reprend les activités horlogères de ‘Lip’, 830 ouvriers étant progressivement réintégrés à partir de mars 1974. « La réussite (d'un mouvement syndical) c'est de ne plus avoir besoin de leader… ou tout au moins, leur voix ne compte que pour un ». « Je me souviens d’une délégation japonaise de cheminots qui voulait savoir comment on luttait. 101 conflits inspirés par les idées de Lip ont été recensés. » Figure emblématique du mouvement autogestionnaire français.
  • 68. Édouard Glissant (1928-2011) français originaire de la Martinique. Autonomiste, interdit de séjour dans son île de 1959 à 1965. Distinguished professor en littérature française à l’Université de la Ville de New York (CUNY). Fondateur des concepts d’ ‟antillanité”, et de ‟créolisation”. De 1982 à 1988, directeur du Courrier de l'Unesco. Défend le concept de "mondialité, la face humaine de la mondiali- sation et celui d’ "identité-relation contre l'affirmation des identités- racines qui génèrent d'innombrables conflits à travers le monde". Prend position contre la création d'un ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale et condamne la politique d'immigration menée après l'élection du président Nicolas Sarkozy. « Nous devons construire une personnalité instable, mouvante, créatrice, fragile, au carrefour de soi et des autres. Une identité-relation. C'est une expérience très intéressante, car on se croit généralement autorisé à parler à l'autre du point de vue d'une identité fixe. Bien définie. Pure. Atavique. Maintenant, c'est impossible. »
  • 69. Alvin et Heidi Toffler Né en 1928, écrivain, sociologue, prospectiviste (ou futurologue), conférencier et consultant états-unien. Ouvrier en usine, journaliste, enseignant à l’Université Cornell. Écrit ses livres avec sa femme Heidi, également futurologue. Affirmations principales dans Le choc du futur : Les changements qui nous dépassent sont de trois types : 1) la brièveté des choses, des endroits, des relations, de l'information. 2) la nouveauté des sciences, des relations sociales, 3) la diversité des choix, des cultures, des modes de vie. Chaque nouvelle vague pousse l'ancienne société et établit la nouvelle. La société post industrielle est caractérisée par l'information, la technologie et la très grande diversité des sous-cultures. La clé de la prospérité sera la connaissance et non plus l'argent.
  • 70. Jürgen Habermas Né en 1929, théoricien allemand en philosophie et en sciences sociales. Cofondateur du Collegium international éthique, politique et scientifique. S'intéresse aux différents intérêts de connaissances qui animent la recherche scientifique. A influencé l’évolution de la philosophie morale et sociale, en développant une théorie de la discussion en morale et en droit. Pour lui, l'espace public permet une revitalisation de l'État de droit par la délibération constante et publique des individus, la démocratie délibérative. « Au lieu d’imposer à tous les autres une maxime dont je veux qu’elle soit une loi universelle*, je dois soumettre ma maxime à tous les autres afin d’examiner par la discussion sa prétention à l’universalité. » * J. H. fait ici référence à Emmanuel Kant
  • 71. Joanna Macy Née Rogers en 1929, militante environnementale états-unienne, auteure, formatrice et conférencière. Docteur en étude des religions à l’université de Syracuse et en systémique. Rencontre le bouddhisme en 1965 alors qu’elle travaille avec des réfugiés tibétains dans le nord de l’Inde. Travaille avec John Seed, Arne Naess, Ervin Laszlo et Gregory Bateson. Pionnière dans le cadre du nouveau paradigme de transforma- tion personnelle et sociale, propose une méthodologie (active hope : "l’espérance active") sous la forme d’ateliers d’ "écopsychologie pratique". Son travail aide les personnes à transformer le désespoir et l'apathie, face à l'énormité de la crise écologique et sociale, en action constructive et collaborative. Ce travail révèle une nouvelle vision du monde, comme d'un immense corps vivant dont nous faisons partie, nous libérant ainsi des préjugés et des attitudes qui menacent la continuité de la vie sur Terre. Porte-parole des causes anti-nucléaires, de la paix, de la justice et de la défense de l’environnement. Veuve depuis 2009 de son mari, Francis Underhill Macy, vit à Berkeley, en Californie, près de ses enfants et petits-enfants.
  • 72. Samuel Pisar Né en 1929 en Pologne, parle le polonais, le yiddish, le russe et le français. Déporté comme Juif à 13 ans au camp d'extermi- nation de Majdanek, à Auschwitz puis à Dachau, libéré à 16 ans, un des plus jeunes survivants de la Shoah. S'installe en France, en Australie, puis aux États-Unis et à nouveau en France, obtient deux doctorats des universités de Harvard et de la Sorbonne, un diplôme d'avocat de l'université de Melbourne. Devient citoyen américain en 1961 pour avoir joué un rôle important dans l'équipe du président John F. Kennedy. A trouvé Paris l'amuse comme anagramme de son nom… « Aujourd'hui, survivant des survivants, je ressens une obligation de transmettre les quelques vérités que j'ai apprises lors de mon passage dans les bas-fonds de la condition humaine, puis sur quelques-uns de ses sommets. Personne ne peut vivre ce que j'ai vécu sans ressentir le besoin d'alerter les nouvelles générations sur les dangers qui peuvent détruire leur univers, comme ils ont jadis détruit le mien ». ■