SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  73
Trombinoscopes "Chercheurs d’humanité"
Penseurs et acteurs
d’un changement sociétal
6 - de 1930 à 1939
É. G. -06.04.2021
Pierre Vidal-Naquet
(1930-2006), historien et philosophe français. Parents Résistants,
déportés et morts à Auschwitz. Licencié es lettres, agrégé d’histoire,
professeur aux universités d’Orléans, Caen, Lille, Lyon, directeur
d’étude à l‘’École pratique des hautes études’ (EPHE) puis à l‘’École des
hautes études en sciences sociales’ (EHESS).Spécialiste de l'histoire de
la Grèce ancienne.
Auteur de plusieurs ouvrages historiques ou politiques, coordonne
la rédaction de livres les plus divers (par ex. sur la conquista de
l’Amérique latine) et écrit de très nombreuses préfaces. Marxiste anti-
stalinien, militant actif contre la torture pendant la guerre d'Algérie,
contre la dictature des colonels grecs. Soutient les efforts de paix dans
le conflit israélo-arabe au Moyen-Orient, affirmant dès 1967 la nécessité
de créer un État palestinien aux côtés d'Israël. À partir de la fin des
années 1970, consacre une part de son activité intellectuelle à la lutte
contre la poussée du négationnisme.
Membre du Comité de parrainage de la « Coordination française pour
l’éducation à la non-violence’ et de l‘Observatoire des armements’. Un des
initiateurs de la pétition ‘Liberté pour l'histoire’ en décembre 2005.
« Je ne crois guère à la vérité absolue, mais je crois beaucoup à la
nécessité de débusquer l'imposture. »
Maria de Lurdes Pintasilgo
(1930-2004), femme politique portugaise. Ingénieure en chimie
industrielle, animatrice du Movimento Internacional dos Estudantes
Católicos.
Durant les années de dictature, milite pour la démocratie alors
que la hiérarchie était largement compromise avec les gouvernants de
l'Estado Novo.
Participe activement à la ‘Révolution des Œillets’ (1974).
Proche des socialistes, Premier ministre de transition pendant 6 mois
(rend la Sécurité sociale universelle, améliore les soins de santé,
l'éducation et la législation du travail) puis euro-députée.
Une des grandes pionnières des mouvements féministes
mondiaux.
« Les femmes (…) introduisent quelque chose de nouveau. C'est
ce qui découle de la façon d'être des femmes : le courage d'être soi-
même au risque de paraître parfois naïves, idéalistes, utopiques.
Risque inévitable chaque fois qu'au lieu de parler la langue de bois
des politiciens, les femmes essaient de parler la langue du réel, qui
rejoint les besoin des gens. »
Jaime Escalante
Jaime Alfonso Escalante Gutierrez (1930-2010), enseignant bolivien,
issu du peuple des Aymaras « qui, dit-il, connaissaient les mathéma-
tiques avant les Grecs et les Égyptiens». Formation à San Calixto,
prestigieuse école secondaire jésuite. Enseigne les mathématiques et la
physique pendant 12 ans, puis émigre aux États-Unis.
Y occupe de nombreux petits boulots, puis enseigne de 1974 à 1991
à la Garfield High School de East Los Angeles à des élèves hispaniques
de milieux pauvres, en difficulté dans une école délabrée réputée pour sa
violence et ses trafics de drogues. Au lieu d’adapter ses cours de
mathématiques à ses élèves les moins performants, choisit de croire en
eux et de les amener tous à l’excellence. Passionné, se dévoue sans
compter à ses étudiants.
En 1982, devient célèbre lorsque son groupe le plus important,
composé de 18 étudiants, passe et réussit le difficile examen AP
Calculus. On les accuse un temps d’avoir triché, mais ils repassent
l'examen et le réussissent.
En 1991, quitte Garfield, lassé des jalousies et du cynisme des
autres professeurs.
« Le futur, on n’y entre pas, on se le crée. Le futur s’invente en
bossant dur ! »
Henri Burin des Roziers
(1930-2017), dominicain français, avocat à Paris. En habit de
dominicain, défend devant la Justice les "Katangais", marginaux
accueillis à l'université durant les événements de 1968. Défend les
travailleurs immigrés maghrébins en Haute-Savoie.
En 1978, part pour le Brésil, se fait avocat des "sans-terre". En
2000, avocat de la Commission Pastorale de la Terre, obtient la
condamnation d’un fazendeiro, un grand propriétaire terrien
responsable de l'assassinat d'un leader syndical. Sa tête est mise à
prix.
Depuis 2005, après l’assassinat de la missionnaire américaine
Dorothy Stang (73 ans), il est de nouveau menacé de mort, comme
nombre de syndicalistes et de religieux défenseurs des droits des
plus pauvres, et protégé à ce titre par la police.
« Notre lutte pour la terre, pour l’eau et pour la vie des pauvres
est peut-être une goutte d’eau, mais c’est aussi une petite semence
qui s’enfouit dans la terre et qui un jour va porter ses fruits. »
Michel Rocard
(1930-2016), économiste et homme politique français. Science
Po, ENA. Secrétaire national du PSU, ministre, Premier ministre de
juin 1988 à mai 1991, premier secrétaire du Parti socialiste de 1993 à
1994, député européen puis sénateur. Initiateur du RMI et de la CSG,
et des accords de paix en Nouvelle Calédonie,
Crée en mars 2012 le Collectif Roosevelt 2012 avec Pierre
Larrouturou, Stéphane Hessel, Edgar Morin et de nombreux
intellectuels et personnalités publiques de la société civile et politique.
Ce collectif présente 15 propositions pour éviter un effondrement
économique, élaborer une nouvelle société et créer une Europe
démocratique.
« L’idée que le marché fournit ses meilleurs performances si
aucune intervention publique ou loi ne cherche à l’orienter ou contrôler
est radicalement nouvelle en économie, et même largement contraire
à la pensée de toujours du libéralisme et des libéraux. »
../..
Michel Rocard
« L’analyse par Marx de la survenance des crises demeure
d’une étonnante et profonde pertinence dans l’actualité présente. »
« Ces recherches et ces travaux (de Milton Friedman et de l’
"école de Chicago") respectaient trois axiomes centraux qui sont faux : les
ressources naturelles sont illimitées; la nature a un pouvoir réparateur et
reconstituant considérable; il n’y a pas de limite physique à la
croissance ».
« On ne peut sortir de l’euro sans une tempête monétaire
effrayante qui laisserait des nations dévastées et très affaiblies. (…) Il faut
approuver et appuyer la relance d’une unité européenne qui est déjà
protectrice, et continuer dans ce cadre le combat de doctrine pour
retrouver les fondements et les moyens d’un nouveau modèle de
développement, soutenable celui-là ».
Michel Serres
(1930-2019), philosophe et homme de lettres français,
professeur d’histoire des sciences à l’’Université Paris 1 Panthéon-
Sorbonne’ et à la Stanford University. Académicien.
Cherche les jonctions possibles entre les sciences exactes et les
sciences sociales. Met en parallèle les anges messagers des religions
monothéistes et les milliards de messages échangés chaque jour dans
un monde de communication et de réseaux.
Répète volontiers que Hiroshima reste le principal objet de sa
pensée, éthique et métaphysique.
« Mais cette messagerie universelle s'accompagne d'indicibles
injustices, d'une misère croissante, de famines et de guerres, d'une
révoltante inégalité. »
« (Les nantis sont) les faux dieux cruels et insensibles du
paganisme antique »
« La seule vraie désobéissance est celle qui permet
d'inventer ». ../..
Michel Serres
« Un philosophe doit faire trois voyages. Il doit voyager dans
la totalité du savoir, c’est-à-dire être encyclopédiste. Dans la
totalité du monde, c’est-à-dire dans les paysages qui permettent
de voir la planète. Et dans la totalité des hommes, à travers les
classes sociales et les cultures, pour rencontrer le plus de langues
et de religions possible ».
« Il est urgent que l’humanité passe un contrat avec la
planète Terre en inventant pour elle, à l’instar du contrat social, un
contrat naturel où justice sera faite à la nature, et que soit élaborée
une déclaration universelle de droits de la nature.
L’homme qui signera le contrat avec la nature est expert
dans les connaissances formelles ou expérimentales, préfère
l'action aux rapports, à la fois archaïque (préserver l'Histoire et les
traditions) et contemporain, traditionnel et futuriste, humaniste et
savant, audacieux et prudent, estimant la méconnaissance autant
que les sciences, les contes de bonne femme plus que les
concepts, les lois aussi bien que le non droit, moine et voyou,
errant mais stable, enfin et surtout brûlant d'amour envers la Terre
et l'humanité ». ../..
Michel Serres
N’a jamais cessé de « faire des ponts » entre les disciplines,
mais entre des espaces culturels, institutionnels et théoriques que tout
semblait séparer : entre sciences et philosophie, philosophie
et littérature, culture classique et culture populaire, tradition et invention,
espace universitaire et espace médiatique.
Dans L’art des ponts, développe avec son habituelle verve la
métaphore des ponts pour décrire le désir de rapprocher, de relier,
d'unifier, tant au plan matériel et physique qu'intellectuel et spirituel, des
domaines et des territoires différents. Tantôt amoureux transi, tantôt
amant passionné, déclare sa flamme aux ponts et nous entraîne sur
leurs tabliers, qu'ils soient de chair ou de métal, de pierre ou de paroles.
« Le dieu de ma jeunesse était Hermès. Dans le panthéon grec, il
était le dieu des messagers, des traducteurs, des commerçants, de ce
que l'on appelle le go between ou les intermédiaires. »
« Je n'ai jamais rêvé que de ponts, écrit que d'eux, pensé que sur
ou sous eux ; je n'ai jamais aimé qu'eux. Ce livre sur les ponts finit
comme le livre de tous mes livres. »
« Le pont est un symbole, le symbole est un pont. »
« Faire de la philosophie, c’est faire des ponts ! »
Photo : Pont de Shaharah (Yémen)
Jean Ferrat
Jean Tenenbaum (1930-2010), fils d’un Juif russe naturalisé
français et mort à Auschwitz. Auteur-compositeur-interprète français.
Auteur de chansons à texte, alterne chansons sentimentales, poétiques et
engagées et a souvent maille à partir avec la censure.
Reconnu pour son talent de mélodiste, met en musique et
popularise les poèmes de Louis Aragon. Fidèle à ses idéaux communis-
tes, conserve sa liberté de penser et se démarque du ‘Parti Communiste
Français’, notamment quand Georges Marchais évoque le « bilan
globalement positif » du communisme : « Mais quand j'entends parler de bilan
positif / Je ne peux m'empêcher de penser : à quel prix ? / Et ces millions de morts
qui forment le passif / C'est à eux qu'il faudrait demander leur avis. (…)
Un avenir naissant d'un peu moins de souffrance / Avec nos yeux ouverts en grand
sur le réel / Un avenir conduit par notre vigilance / Envers tous les pouvoirs de la
Terre et du Ciel. »
« Nous ne voulons plus de guerre / nous ne voulons plus de sang. / Halte
aux armes nucléaires / halte à la course au néant. / Devant tous les peuples frères /
qui s'en porteront garants / déclarons la paix sur terre / unilatéralement.
Parce qu'ils ont un jour atteint l'Universel / dans ce qu'ils ont écrit, cherché,
sculpté ou peint / La force de la France, c'est Cézanne et Ravel / c'est Voltaire et
Pasteur, c'est Verlaine et Rodin »
Daniel Ellsberg
Né en 1931, analyste états-unien, docteur en économie.
Pendant la guerre du Viêt Nam, fournit en 1971 au New York
Times et au Washington Post les Pentagon Papers, 7 000 pages de
documentation top-secrète appartenant au Pentagone. Ces documents
révèlent que le gouvernement avait connaissance, dès le début, que la
guerre pourrait pas être gagnée, et que la poursuite de la guerre serait
beaucoup plus meurtrière que ce qui était admis officiellement. Poursuivi
pour vol, conspiration et espionnage. Ne pas profite pas de la protection
des lanceurs d’alerte, en raison de la violation d’un secret d’État.
Le juge Byrne conclut par un non-lieu, car l'accusation s'est
procuré des preuves qu'elle espère convaincantes en volant le dossier
psychiatrique d'Ellsberg chez son médecin...
Prix Nobel alternatif en 2006.
Prend position contre la guerre en Irak et pour soutenir le site
Wikileaks. Favorable à une nouvelle enquête indépendante sur les
attentats du 11 septembre 2001.
Dorothy Stang
José Amaro Lopes de Sousa
D. S. (1931-2005), religieuse catholique états-unienne de la
‘Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de Namur’, naturalisée
brésilienne. En 1966, arrive au Brésil. En 1983, se fixe à Anapu, sur la
route Transamazonienne, à 700 km au sud de Belém, capitale du Pará.
Défend les paysans pauvres et illettrés face aux grands
propriétaires sans scrupule. Surnommée "l'Ange de la Transamazo-
nienne", milite à la ‘Commission Pastorale de la Terre’ (CPT),
partageant la vie des plus pauvres.
En 1984, est visée par un attentat lorsque des tueurs à gage
tirent sur le camion dans lequel elle se trouve avec des syndicalistes.
Le 12 février 2005, assassinée par deux pistoleiros (tueurs à gages),
d'une balle dans l'abdomen, une dans le dos, et 4 autres en pleine tête.
L’instigateur sera condamné à 30 ans de prison en oct. 2007.
José Amaro Lopes de Sousa, prêtre à Anapu au Brésil, ami
proche de D. Stang, est arrêté le 27 mars 2018 et incarcéré. Défenseur
des droits des Sans- terre, il est accusé d’invasions illégales de terres
et d’extorsion de fonds. Ces accusations sont jugées diffamatoires par
ses nombreux soutiens.
Bernard Lambert
Syndicaliste agricole, évincé du CA de la FNSEA, fonde en
1970 le mouvement des ‘Paysans-Travailleurs’, puis en 1981 la
‘Confédération nationale des syndicats de travailleurs-paysans’,
l'origine de la ‘Confédération paysanne’. Grande figure des luttes
paysannes dans l'Ouest de la France et au Larzac au cours des
années 1970.
Est aussi à l'origine de l'affaire du ‘veau aux hormones’ en 1980,
et, plus généralement, de la remise en cause du productivisme agricole
à outrance, de l’agriculture industrielle et chimique, de la politique
agricole française et européenne menée depuis 1945.
Décède dans un accident automobile.
(1931-1984), agriculteur et homme politique français. Fils de
métayers, responsable national de la ‘Jeunesse Agricole Chrétienne’
(JAC) puis du ‘Centre national des Jeunes agriculteurs’ (CNJA). Dans les
années 1957-1958, grâce à ses contacts personnels, joue un rôle
déterminant pour un rapprochement des syndicats ouvriers et paysans en
Loire-Atlantique. Se lance dans la production des poulets de chair,
Président de la SICA SAVA de Challans, coopérative d'aviculteurs. De
1958 à 1962, député au Mouvement Républicain Populaire (MRP). Milite
au PSU de 1966 à 1972, un des animateurs de mai 1968 à Nantes.
Toni Morrison
Chloe Ardelia Wofford Morrison (1931-2019), romancière,
essayiste, critique littéraire, dramaturge, professeure de littérature et
éditrice états-unienne. Petite-fille d’anciens esclaves. En se
convertissant au catholicisme, prend comme nom de baptême
Anthony, que ses amis abrègent en Toni. Thèse sur le thème du
suicide chez Faulkner et Virginia Woolf, professeure puis éditrice
spécialisée en littérature noire.
Évoque dans son œuvre la double et difficile condition de Noir
et de femme aux Etats-Unis. Tout au long de sa vie, se bat pour les
droits civiques des afro-américains comme pour la libération de la
parole de la femme. Prix Nobel de littérature 1993.
Laisse une œuvre immense, tout entière tendue par une
grande exigence poétique, morale et politique.
« Le langage de l’oppression représente bien plus que la
violence ; il est la violence elle-même ; il représente bien plus que les
limites de la connaissance ; il limite la connaissance elle-même. »
Maria Mies
Allemande née en 1931. Professeure de sociologie à l'Université
des Sciences Appliquées (Fachhochschule) de Cologne.
Travaille pendant de nombreuses années en Inde. En 1979, fonde
le programme "Femmes et développement" à l'Institut des études sociales
de La Haye (Pays-Bas). Active dans le mouvement des femmes et les
études sur les femmes depuis la fin des années 1960. Publie plusieurs
livres et de nombreux articles sur les questions féministes, écologiques et
du monde en développement.
Avec Vandana Shiva, présente une critique féministe fondamen-
tale du développement industriel moderne, ses effets sur les femmes et
les enfants, sur la nature et sur tous les aspects de l'environnement, avec
de nombreux exemples de la vie réelle dans le monde.
Affirme que pour protéger l'environnement et les femmes, nous
devons rejeter l'idée d'une croissance économique illimitée et d'un
consumérisme de masse.
Chico Whitacker
Francisco Whitacker, né en 1931. En 1957, dès l'obtention
de son diplôme d'architecte-urbaniste, collabore avec Louis-
Joseph Lebret. De 1962 à 1963, travaille sur la planification
urbaine et les projets de réforme agraire pour le gouvernement
brésilien. En 1966, s'exile en France, avec sa femme Stella et 4
enfants, durant la dictature militaire, à la suite de son action de
militant chrétien.
De retour au Brésil, organise des mouvements de solidarité
pour les chômeurs, fait réformer la constitution, lutte contre la
corruption.
Coorganisateur en 2001 à Porto Alegre du premier ‘Forum
Social Mondial’. Démissionne en 2006 du ‘Parti des Travailleurs’
englué dans les luttes de pouvoir pour se consacrer à un travail
dans la société civile. Membre du ‘Conseil pour l’avenir du monde’.
« L’espérance est dans la mise en réseaux de ceux qui, dans
leur pratique, privilégient l’humain à la course à l’argent et
combinent changement personnel et changement social ».
Augusto Boal
(1931-2009), écrivain, dramaturge, metteur en scène, homme de
théâtre brésilien. Doctorat de chimie.
Fonde en 1956 le Théâtre Arena de São Paulo, y développe
jusqu'en 1964, à côté de mises en scène classiques, un théâtre
populaire, de rue et contestataire dans lequel il développe le
personnage du spect-acteur.
Publie en 1971 Le ‘théâtre de l'opprimé’ (Teatro do Oprimido).
Arrêté, torturé et contraint à l'exil vers Paris. Pendant les années 1970,
voyage dans toute l'Amérique latine.
Après la fin de la junte militaire au Brésil, crée le Centro de Teatro
do Oprimido de Rio de Janeiro. Dès 1981, se penche sur le théâtre
thérapeutique. Élu à la chambre législative de Rio en 1992, crée le
théâtre législatif.
« Le théâtre doit être un moyen de transformer la société. Il peut
nous aider à construire notre avenir au lieu de simplement l’attendre».
Mikhaïl Gorbatchev
Né en 1931, homme d'État russe, dirige l'URSS entre 1985 et
1991.
Résolument réformateur, s'engage à l'extérieur vers la fin de la
guerre froide, et lance à l'intérieur la libéralisation économique,
culturelle et politique : glasnost (transparence) pour supprimer les
reliquats de stalinisme et perestroïka (restructuration) pour combattre
la stagnation économique.
En mai 1988, retire les troupes soviétiques d'Afghanistan.
Impuissant à maîtriser les évolutions qu'il a lui-même enclenchées.
Prix Nobel de la Paix en 1990.
Sa démission marque le point final de l'implosion de l'URSS,
précédée de deux ans par l'effondrement des démocraties populaires
en Europe de l'Est.
En 1989, en visite officielle en Chine, on sollicite son opinion à
propos de la muraille de Chine : "Très bel ouvrage, dit-il, mais il y a
déjà trop de murs entre les hommes" . À un journaliste qui lui
demande : "Voudriez-vous qu’on élimine celui de Berlin ?", Gorbatchev
répond très sérieusement : "Pourquoi pas ? "
Alain Ruellan
(1931-2012), ingénieur agricole français, diplômé en
géomorphologie, pédologue, docteur ès sciences naturelles.
Directeur général de l’’ORSTOM’, responsable du programme
environnement du ‘CNRS’. Ex-président du ‘CRID’ et de la ‘Cimade’,
cofondateur du ‘CRIDEV’ et de ‘Ritimo’.
Un de ceux qui ont changé le milieu de la solidarité
internationale, l’aidant à prendre en compte la dimension
environnementale des questions de développement, du local au
mondial.
« Les sols ne peuvent pas être gérés uniquement par des
propriétaires privés du sol, sans contrôle par la société. Au même
titre que l'eau et l'air, le sol fait partie du patrimoine commun. ».
CRID : ‘Centre de Recherche et d’Information pour le Développement’.
CIMADE : ‘Comité Inter-Mouvements Auprès Des Évacués’, service
œcuménique d’entraide. CRIDEV : ‘Centre rennais d'information pour le
développement et la solidarité internationale’. RITIMO : ‘Réseau des centres de
documentation pour le développement durable et la solidarité internationale’.
Paul Virilio
(1932-2018), urbaniste, philosophe, sociologue français, né
d’un père italien et d’une mère bretonne. Maître-verrier puis
professeur à ‘l’École Spéciale d’Architecture’.
Dénonce la tyrannie de l’instantanéité, de l’immédiateté, de
l’ubiquité rendue possible par les technologies de l’information et de
la communication. Étudie aussi les risques inhérents aux nouvelles
technologies et comment la technocratie tend à les cacher. Dans les
années 1980, s'engage aux côtés du père Patrick Giros en faveur
des sans-logis et des exclus.
Craint la « démocratie permanente » où l’élu est sous contrôle
constant de tous par les médias, par Internet.
Préconise la décélération de l’esprit, et pas seulement des
moteurs.
« La pollution audiovisuelle synchronise et standardise les
émotions. Si le temps, c’est de l’argent, la vitesse, c’est le pouvoir. Et
la vitesse absolue est le pouvoir absolu. Elle génère apathie
citoyenne, peur de la mort et tentation de surhumanité. Décélérer,
c’est ré-épouser la philosophie ».
Maurice Audin
(1932-1957), mathématicien français, assistant à l’université
d’Alger, membre du ‘Parti communiste algérien’ (PCA) et militant de
l'indépendance algérienne. En septembre 1956, organise, avec sa
sœur et son beau-frère l'exfiltration clandestine à l'étranger de Larbi
Bouhali, premier secrétaire du PCA.
Au cours de la bataille d'Alger, en 6 mois, 3 000 Algériens
disparaissent après leur arrestation. Après son arrestation le 11 juin
1957, disparaît et meurt à une date inconnue. Son corps n'a jamais
été retrouvé.
Pour ses proches ainsi que pour nombre de journalistes et
d'historiens, notamment Pierre Vidal-Naquet, est tué pendant son
interrogatoire par des parachutistes. Cette thèse a longtemps été
rejetée par l'armée et l'État français, qui affirmait qu'il s'était évadé,
jusqu'à ce que le général Paul Aussaresses (1918-2013) affirme avoir
donné l'ordre de le tuer au couteau pour faire croire à un meurtre par
des Algériens.
En septembre 2018, le président Emmanuel Macron
reconnaît officiellement les responsabilités de l'État français et de
l'armée française dans cet assassinat.
Miriam Makeba
(1932-2008), chanteuse d'ethno-jazz et activiste politique sud-
africaine opposée à l’apartheid. Exilée en 1959, naturalisée guinéenne
dans les années 1960, algérienne en 1972, puis citoyenne d'honneur
française en 1990. Chante contre le racisme, pour la tolérance et la
paix, en zoulou, en xhosa, en tswana, en swahili et en arabe.
Revient en Afrique du Sud en 1990 à la demande de Nelson
Mandela. Parfois surnommée Mama Afrika.
Rêve d'une grande Afrique unie. Pour son pays, exhorte ses frères
noirs au pardon.
Ambassadrice de bonne volonté de l’’Organisation des Nations
Unies pour l'alimentation et l'agriculture’ (FAO).
« Il faut nous laisser grandir. Les Noirs et les Blancs doivent
apprendre à se connaître, à vivre ensemble. »
Marie-Françoise Fuchs
Née en 1932, médecin et psychanalyste, psychologue clinicienne,
ex-membre du ‘laboratoire de Psychologie clinique’ de l’Université René
Descartes (Sorbonne).
Fondatrice en 1994 de l’’École des Grands Parents Européens’
pour « faciliter, optimiser et faire reconnaître le rôle essentiel des grands-
parents dans la famille et la société ».
Fondatrice en 2008 de l’association ‘Old Up’ ("Vieux debout !" ,
devise : Plus si jeunes, mais pas si vieux !, destinée aux personnes de 70
ans et plus) pour « - mener réflexion et actions dans les domaines de
l'accessibilité et de la santé, - tisser du lien intergénérationnel,-
promouvoir une contribution citoyenne utile dans l'évolution de la société
d'aujourd'hui. »
« Ce ne sont pas des séniors qui entrent dans l’âge de la
préretraite, mais ce ne sont pas non plus des vieillards en perte
d’autonomie. Cette génération des vieux debout, représente en France
près de 10 millions de personnes, dont les femmes sont majoritairement
présentes. (…) Nous souhaitons aussi mieux comprendre les enjeux et la
chance que représente pour nous la citoyenneté européenne.»
Vera Chirwa
Née Mlangazua en 1932, juriste malawite et militante des
droits de l'homme. Première femme avocate du Malawi. Fondatrice de
la ‘Ligue des femmes africaines au Nyassaland’ (devenu Malawi), et
avec son mari, Orton Chirwa, du ‘Parti du Congrès du Malawi’. Lutte
pour la démocratie multipartite.
Son mari et elle sont enlevés en déc. 1981 par la police
malawite, accusés de complot, jugés et condamnés à mort. Dans le
couloir de la mort pendant 3 ans. Suite à la pression internationale, leur
condamnation est transformée en 1984 en emprisonnement. Restent
détenus pendant 12 ans, privés de soins, sous-alimentés, enfermés au
secret dans leurs cellules, enchaînés la nuit, sans contact. Libérée en
janv. 1993, pour des raisons humanitaires, gagne Lusaka, en Zambie.
Crée l’ONG Malawi Carer pour proposer une aide juridique
gratuite et des programmes d’éducation pour les femmes. En 2000,
rapporteur sur les prisons et les conditions de détention en Afrique,
pour la ‘Commission africaine des droits de l'homme et des peuples’
(CADHP), un organisme de l’Union africaine. Lutte contre la peine de
mort.
Sa candidature aux élections présidentielles de 2004 est
refusée.
Päldèn Gyatso
Né en 1933, moine bouddhiste tibétain. Participe au soulèvement
tibétain de 1959 contre l’invasion chinoise.
Torturé, condamné à 7 ans de prison. S’évade, repris, condamné à 8
ans de prison et de mauvais traitements. Libéré en 1976, mais interné
dans un camp de travail forcé.
Alerte ses concitoyens sur les exactions perpétrées dans les prisons
par les Chinois. Réincarcéré et torturé par électrochocs. Passe au total 33
ans dans les prisons et des camps.
Après sa libération en 1992, quitte le Tibet pour Dharamsala, en Inde
du Nord, où siège l’administration tibétaine en exil.
« Au fond de moi je n'ai ni rancune ni haine envers les Chinois. Tout
ça est du passé. Je pardonne même à ceux qui m'ont torturé. La non-
violence est importante, la haine est le contraire de Bouddha. La haine ne
vous apporte rien, ni à vous, ni aux autres. Il est de mon devoir et du
devoir de tous les Tibétains de trouver le dialogue et une solution
pacifique. »
François de Closets
Né en 1933, journaliste français. Sciences Po. En 1988,
préside la commission ‘Efficacité de l'État’ dans le cadre du
‘Commissariat général au Plan’. Le rapport final, Le pari de la
responsabilité, inspirera la politique du gouvernement sur le renouveau
du service public
Traite en vulgarisateur de sujets divers tels que la science,
l'économie, la communication, la santé et la culture.
Dénonce les risques d’un progrès incontrôlé et les illusions du
progrès technique, le néo-corporatisme qui ronge la société française,
l’instrumentalisation des grandes valeurs par le système politique, le
gaspillage de l'argent public, etc.
« La technique ne donne et ne donnera jamais que des moyens.
Elle ne comporte aucune finalité. De moyens, l'homme est riche comme
il n'aurait jamais pensé l'être. (…) Mais il est toujours aussi démuni de
finalités. Aussi peut-il provoquer un suicide collectif, ravager la Terre,
déshumaniser le monde, aliéner l'individu, etc. Le dynamisme de la
condition humaine n'a pas de direction privilégiée. Surtout pas celle du
bonheur et de la sagesse. Il mêle le meilleur et le pire dans un chaos
indissociable ».
Jacques Julliard
Né en 1933, journaliste et essayiste français, ‘École Normale
Supérieure’, agrégé d’histoire, responsable syndical (‘UNEF’, ‘SGEN’).
Assistant d’histoire contemporaine à la Sorbonne, puis directeur
d’étude à l’EHESS. Directeur de la collection Politique aux ‘éditions du
Seuil’. Depuis 2010, éditorialiste de l'hebdomadaire Marianne, après 32
ans passés au Nouvel Observateur.
Analyse comment l’argent a dissous les 3 éthiques constitutives
de notre histoire européenne : l’éthique aristocratique de l’honneur,
l’éthique chrétienne de la charité, l’éthique ouvrière de la solidarité, qui
toutes les 3 posaient le primat de valeurs collectives sur les intérêts
purement individuels.
Présente la chute du mur de Berlin et des régimes communistes
d’Europe de l’Est en 1989 comme « cette irruption de la non-violence
dans l’Histoire ».
« D’emblée, les chefs des mouvements démocratiques dans les
pays de l’Est avaient choisi délibérément la non-violence. (…) Ainsi, ce
n’est pas la violence, mais bien la non-violence de masse qui a renversé
les momies stupides de l’autre côté de l’Europe. »
Françoise Héritier
(1933-2017), anthropologue et ethnologue française,
professeure au ‘Collège de France’.
Une des personnalités à l’origine de la chaîne de télévision
Arte, soutient les mouvements d’action et de recherche sur la non-
violence.
« Personne n'est obligé d'aimer tout le monde. C'est vrai pour
les individus que l'on côtoie, ce peut être vrai pour des cultures dans
leur ensemble où l'on se sent plus ou moins à l'aise, par manque de
familiarité et d'observation. Encore faut-il ne pas user de ces
émotions pour justifier la mise à l'écart, le mépris et la
disqualification des autres (…).
« Le goût des autres ne m'a jamais quitté. Pour le
transmettre, je crois qu'une éducation à la différence à l'école, au
collège et au lycée s'avère nécessaire ».
Françoise Héritier
« La violence n'est pas innée chez l'homme. Elle s'acquiert
par l'éducation et la pratique sociale. »
« La réussite de Non-Violence XXI viendra de sa capacité à
dissocier auprès du public, les notions de violence et de force. La
force, notamment celle du droit, peut s’exercer par la contrainte :
elle n’est pas pour autant une violence. La non-violence est un
concept qui reste souvent associé au pacifisme. C’est bien sûr un
contre-sens.
L’exemple de Gandhi a pu instaurer dans les esprits l’idée que la
non-violence est le propre d’une culture qui ne serait pas
occidentale. Il faut donc faire entrer la non-violence dans notre
culture. »
Gerard Endenburg
Né en 1933, ingénieur néerlandais en électrotechnique.
Scolarité dans une école alternative, fondée par Kees Boeke (1884-
1966), bénéficiant d'une pédagogie proche de Montessori et Freinet,
axée sur l'autonomisation des enfants et l'autorégulation dans la classe.
Après avoir travaillé chez Philips où il prouve ses grandes capacités
inventives, reprend en 1968 la direction de l'entreprise familiale
Endenburg Elektrotechniek.
En 1970, atterré par les batailles d'égos récurrentes au sein du
comité directeur de l'entreprise, se consacre à améliorer l'organisation
interne. À partir de son éducation et de sa culture quaker, de ses
connaissances en cybernétique (théories des systèmes de contrôle/
commande) et des travaux d’Ilya Prigogine (1917-2003), invente
progressivement la méthode sociocratique moderne.
La sociocratie* est un mode de gouvernance partagée qui permet
à une organisation, - quelle que soit sa taille, d'une famille à un pays -,
de fonctionner efficacement selon un mode auto-organisé caractérisé par
des prises de décision distribuées sur l'ensemble de la structure. Elle
s'appuie sur la liberté et la co-responsabilisation des acteurs et met
l'intelligence collective au service du succès d'objectifs communs. ../..
* littéralement : "pouvoir du groupe", mot créé par le philosophe français Auguste Comte
Gerard Endenburg et la sociocratie
Les 4 piliers de la sociocratie sont :
- Prise de décision par consentement, après avoir écouté tous les
avis;
- Cercles de décision qui réalisent la mission de l'unité de travail, et
s’appuient sur la structure hiérarchique; chaque cercle définit sa
vision, sa mission, ses objectifs ;
- Double lien : le responsable de l'unité opérationnelle est choisi par le
cercle de niveau supérieur. Une deuxième personne, distincte de la
précédente, est choisie par le cercle pour participer au cercle de
niveau supérieur et donner ou non son consentement aux décisions
qui y sont prises. Ces deux personnes sont membres à part entière
des deux cercles;
- Élection, sans candidats déclarés, des personnes à des postes à
pourvoir.
Globalement, les organisations qui adoptent la sociocratie constatent un
réel gain d'efficacité : la règle du consentement assure qu'une décision prise
est mise en œuvre sans délai et sans résistance. Elles font état d'une meilleure
flexibilité, d'une amélioration de la créativité et d'une baisse de l'absentéisme.
Les membres de l'organisation déclarent un plus grand sentiment d'apparte-
nance, une meilleure image de soi et une amélioration des relations.
Jean Ziegler
Né en 1934, Suisse, professeur de sociologie.
Rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l'alimentation de 2000 à
2008, membre du Conseil des droits de l'homme de l' ONU de 2008 à
2012.
Membre de l’ONG Business Control qui vise la criminalité en col
blanc. Dénonce notamment les agrocarburants et le secret bancaire
suisse.
« Les ressources de la planète peuvent nourrir 12 milliards
d’humains, mais la spéculation sur les marchés alimentaires et la
mainmise des multinationales sur les matières premières créent une
pénurie. Chaque être humain qui meurt de faim est assassiné.
Ces mécanismes, faits de main d’homme, peuvent être changés
par les hommes. Si nous arrivions à faire la jonction, à créer un front de
solidarité entre ceux qui luttent à l’intérieur du cerveau de ces monstres
froids et ceux qui souffrent à la périphérie, alors l’ordre cannibale du
monde serait abattu. ».
Jean Cot
Né en 1934, militaire français, général d'armée dans le cadre de
réserve. Saint-Cyr, commande deux compagnies en Algérie, directeur
de cabinet du Secrétaire général de la Défense nationale (SGDN),
commande la FORPRONU en ex-Yougoslavie en 1993-94.
« La guerre n’est pas une fatalité mais un mode aberrant de
résolution des tensions inévitables, voire nécessaires. Elle ne résulte
pas de réactions en chaîne incontrôlables mais, le plus souvent, de la
volonté délibérée de "fauteurs de guerres" qu’il faut identifier,
dénoncer, condamner. (…)
Ces nouveaux types de conflits appellent une réforme profonde
des institutions chargées de faire régner la paix dans le monde,
Organisation des Nations Unies en tête, un changement radical de la
politique extérieure des États-Unis, et un plus grand rayonnement
politique de l’Europe. Je veux dire enfin l’espérance que suscite la
cohorte toujours plus nombreuse des hommes et des femmes qui
cultivent et transmettent une véritable culture de paix. »
Dominique Schnapper
Née Aron en 1934, sociologue et politologue française. Études
en histoire et en sciences politiques à ‘Sciences Po’, doctorat en
sociologie à la Sorbonne. Depuis les années 1980, directrice d'études à
l‘’École des hautes études en sciences sociales’ (EHESS). Travaille sur la
sociologie historique, les minorités, le chômage, le travail et la sociologie
urbaine, le concept de nation et la citoyenneté. Membre du ‘Conseil
constitutionnel’ de 2001 à 2010.
Nommée en 2017 à la présidence du ‘Conseil des sages de la
laïcité’ à l’Éducation nationale, chargé de préciser la position de l’institu-
tion scolaire en matière de laïcité et de fait religieux. Incarne une fermeté
républicaine, tout en se tenant à l’écart des passions idéologiques qui
agitent le sujet.
« L'universel c'est l'idée de l'humanité commune en fonction de
laquelle les différentes cultures peuvent entrer en relation. »
« L'identité nationale n'est pas en définitive un état de chose
biologique, mais culturel : on est Français par le fait qu'on s'exprime dans
une certaine langue, qu'on intériorise une certaine culture, et qu'on
participe à une vie politique et économique. »
Federico Mayor Zaragoza
Né en 1934. Scientifique et homme politique espagnol.
Directeur Général de l'UNESCO de 1987 à 1999, y développe le
programme Culture de la paix : éducation à la paix, aux droits de l'homme
et à la démocratie, lutte contre l'isolement et la pauvreté, défense de la
diversité culturelle, dialogue interculturel, prévention des conflits.
Fonde en mars 2000 la Fundacion Cultura de Paz.
« Le XXIème siècle doit mettre en oeuvre un contrat mondial à 4 volets :
- un contrat social pour éradiquer la misère et l’exclusion, donner aux
femmes leur place dans la société;
- un contrat naturel pour réconcilier l’homme et la nature, préserver
l’environnement ;
- un contrat culturel pour faire de l’éducation un enjeu majeur ;
- un contrat éthique pour développer une culture de paix, approfondir la
démocratie, promouvoir une éthique du futur. »
« Signer des traités de paix n’aura plus grand sens quand toutes les
terres émergées seront désertiques et les océans stériles. »
Élisabeth de Fontenay
Philosophe et essayiste française née en 1934 de mère juive, ex-
maître de conférence à l’université de Paris 1.
S'interroge sur les rapports entre les hommes et les animaux
dans l'histoire, dénonce la maltraitance des animaux, notamment dans
les installations d’élevage "industriel".
« La différence humaine, c’est le langage articulé et c’est la
responsabilité. »
« Les pratiques d'élevage et de mise à mort industrielles des
bêtes peuvent rappeler les camps de concentration et même
d'extermination. »
« Les animaux connaissant autant que nous, voire plus, stress et
angoisse. (…) Nous devenons de plus en plus conscients d’une
communauté des vivants, d’une communauté de destin entre l’homme
et l’animal. (…) Ce que je trouve bouleversant, ce sont toutes les mises
en relation d'animaux avec des enfants autistes, ou des pensionnaires
de maison de retraite, ou des détenus. C'est ce que j'appelle
l'intersubjectivité homme-animal. Nous n'en savons pas encore grand-
chose. Ce qu'il nous reste à découvrir encore est prodigieux. »
Louis Joinet
(1934-2019), juriste français. Éducateur de rue pendant 7 ans,
instituteur puis magistrat. Accueille les toxicomanes avec sa femme
Germaine.
Fonde le ‘Syndicat de la magistrature’ en 1968. Un des
rédacteurs de la loi ‟Informatique et libertés” et premier directeur
juridique de la ‘Commission nationale de l'informatique et des libertés’
(CNIL).
Conseiller pour les droits de l’homme à Matignon puis à
l’Élysée de 1981 à 1993. Tricote un imbroglio pour compliquer au
maximum l’expulsion des paysans du Larzac et dénoue le problème
foncier après 1981. Anime la table ovale pour préparer le projet de loi sur
l’objection de conscience.
Expert indépendant auprès du ‘Comité des droits de l’homme’
de l’ONU pendant 33 ans, donne son nom aux ‟principes Joinet” contre
l’impunité en cas de violation des droits de l’homme. Guitariste.
«L’amour du droit donne une imagination incroyable. (…)
L’application stricte de la loi est un épouvantable facteur d’immobilisme,
voire de régression. La loi, c’est comme l’amour, ça va, ça vient. S’il
pressent que la loi évoluera, le juge doit œuvrer pour la légalité future.»
Ralph Nader
Né en 1934, avocat et homme politique états-unien
d'origine libanaise.
Diplômé d'Harvard et de Princeton, devient célèbre par
ses campagnes en faveur des droits des consommateurs dès les
années 1960 avec l'association Public Citizen. En 1971, victorieux
d’un procès retentissant contre General Motors, qu’il accusait de
produire des voitures dangereuses.
Fonde d'autres associations (Knowledge Ecology
International, etc.), toutes engagées dans la défense de l'intérêt
public (public interest law) : agriculture biologique, protection de
l’environnement face au tout-économique.
Opposé en son temps à la guerre du Vietnam, à la peine
de mort. Appelle à la sortie du nucléaire et des énergies fossiles,
veut interdire le brevetage du vivant.
« Il est urgent de démocratiser les lois du commerce
international, d’exiger la présence aux négociations de l’OMC des
défenseurs de l’environnement, des travailleurs et des
consommateurs. »
Guy Bedos
(1934-2020), Français d'ascendance espagnole, né en Algérie.
Humoriste, artiste de music-hall, acteur et scénariste tendre et généreux,
mais à l’humour grinçant.
Engagé dans les associations ‘Réseau Éducation sans
frontières’(RESF), ‘Ligue des droits de l’homme’, ‘Droit au logement’
(DAL), ‘Collectif Roosevelt’ .
«Résister par l’insolence et par le rire».
« La réduction du temps de travail, pour les chômeurs, c’est déjà
fait ! »
« Depuis que toutes les chaînes se livrent cette bataille pour
l'audimat, parler de l'intelligence à la télévision, c'est comme si l'on
distribuait des guides gastronomiques au Sahel. »
« Mon Dieu, si vous existez, délivrez-nous des religions ! »
« Je crois beaucoup aux associations. Elles jouent dans la société
un rôle beaucoup plus important que les partis. (…) J’ai besoin de voir la
force de la nature, la puissance des arbres. Cela me nourrit plus que
bien des lectures. »
Serge et Beate Klarsfeld
S.K., né en 1935, diplômé d'études supérieures en Histoire à la
Sorbonne, de l'Institut d'études politiques de Paris, docteur ès Lettres,
avocat au barreau de Paris.
En 1963, épouse Beate Künzel née en 1939 à Berlin. Ensemble,
ils mènent une action militante pour la reconnaissance de la Shoah, de
la responsabilité des hommes et des États dans sa mise en œuvre, des
droits des survivants et de leurs descendants.
À l’initiative des poursuites ou campagnes contre Kurt Lischka,
Kurt Waldheim, Aloïs Brunner, Klaus Barbie, René Bousquet, Jean
Leguay, Maurice Papon, Paul Touvier, etc.
Crée en 1979 l'association ‘Fils et filles de déportés juifs de
France’ (FFDJF). En 1978, publie Le Mémorial de la déportation des
Juifs de France rédigé à partir de la liste des déportés (76 000), classés
par convois. Vice-président de la ‘Fondation pour la mémoire de la
Shoah’.
Edward Saïd
(1935-2003), théoricien littéraire, critique, intellectuel et
pianiste états-unien d’origine palestinienne. Professeur de littérature
anglaise et de littérature comparée à la Columbia University de New
York.
Analyse le colonialisme et l'histoire du discours colonial sur les
populations orientales placées sous domination européenne.
Plaide pour la légitimité politique et l'authenticité philosophique
des revendications sionistes des droits à une patrie juive, mais aussi
du droit inhérent à l'autodétermination nationale du peuple palestinien.
Cofondateur avec Daniel Barenboïm du West-Eastern Divan
Orchestra, orchestre israélo-palestinien.
Jose Mujica
Uruguayen né en 1935, ex-guérillero des Tupamaros en 1960-70,
fondateur du Mouvement de participation populaire, député, ministre,
puis Président de la République de 2010 à 2015.
Délaissant le palais présidentiel, habite la petite ferme de son
épouse, "au bout d'un chemin de terre" en dehors de Montevideo.
Continue à y cultiver des fleurs à des fins commerciales avec son
épouse, et donne environ 90 % de son salaire de Président à des
organisations caritatives ou pour aider des petits entrepreneurs,
conservant pour lui-même l'équivalent du salaire moyen (environ 900 €
par mois). Demande à son chauffeur de respecter les feux rouges.
Le patrimoine du couple présidentiel, provenant pour la majeure
partie de madame (Mujica n'ayant comme seul bien qu'une VW
Coccinelle de 23 ans), est évalué en 2012 à environ 170 000 euros.
Lors de la vague de froid de juin 2012, inscrit la résidence
présidentielle sur la liste des refuges pour les sans-abris.
Jean-Claude Casadesus
Né en 1935, percussionniste et chef d'orchestre français.
Après 1976, directeur de l‘’Orchestre national de Lille’.
S'attache à populariser la musique et à la faire découvrir aussi
bien aux détenus d'une maison d'arrêt qu'à des malades hospitalisés,
sur les quais de Boulogne-sur-Mer, dans l'usine Renault de Douai, sous
un chapiteau à Dunkerque.
« La musique est le plus court chemin d'un coeur à un autre.
Partout, quels que soient les lieux et les conditions de vie, battent des
coeurs qu'elle peut éveiller à la beauté, embraser, voire consoler, fût-ce
un moment, de la détresse ou de la solitude. »
« Sur scène, les enfants voient les musiciens confrontés à la
même nécessité de recommencer, comme à l’école. La pédagogie de
l’erreur est la même. Mais là, ça prend un autre sens. Ils comprennent
que la volupté passe par une discipline. »
Jacques Salomé
Né en 1935, français, diplômé de l’EHESS, éducateur puis
formateur en relations humaines.
Auteur de 64 livres, conférencier, formateur. Fondateur du
Centre de formation aux relations humaines ‘Le regard fertile’.
Créé la méthode ESPERE (‘Énergie spécifique pour une
écologie relationnelle essentielle’). Propose des règles d’hygiène
relationnelle (ex. : message "je" et non message "tu", "le Tu tue"), des
outils favorisateurs (ex. : bâton de parole, écharpe relationnelle, etc.),
des concepts structurants (ex.: différencier besoin et désir).
« Écouter signifie être capable de recevoir / recueillir ce que
l'autre veut nous dire, dans différents registres : tant au niveau des
faits, que celui du ressenti ou du retentissement. C'est aussi tenter de
mieux percevoir ce qui relève de la réalité extérieure à sa personne,
de son vécu ou de son imaginaire. »
André Brink
(1935-2015), né en Afrique du Sud, descendant de colons
hollandais, grandit dans le milieu des Afrikaners.
Sa prise de conscience du racisme et de la nécessité de la lutte
contre l'apartheid lui vient en 1960 quand il étudie à Paris, à la
Sorbonne.
De retour en Afrique du Sud, il rompt avec son père, magistrat,
et son milieu, devient professeur à l'Université. Ne cesse d'évoquer
dans ses 80 livres la quête de justice, la fierté des peuples, la lutte
contre le racisme et pour la liberté des femmes, la tolérance et
l’amour de la littérature.
« Je parle l’afrikaans bien sûr, l'anglais, le français, le
néerlandais, l'allemand, un peu d'italien, d'espagnol, de portugais.
C'est une façon de me dire, chaque fois que je vais dans un pays,
qu'il me faut auparavant apprendre la langue pour me préparer à la
rencontre d'un nouvel espace, d'un peuple, d'une société. »
Simon Leys
Né en 1935, de son vrai nom Pierre Ryckmans, écrivain, essayiste,
critique littéraire, traducteur et sinologue belge, de langue française et
anglaise. Études de langue, littérature et art chinois à Taïwan, Singapour
et Hong Kong, épouse une Chinoise.
Dénonce en 1971 les crimes de la ‘Révolution culturelle’ chinoise et
du régime maoïste, les monstrueux dégâts provoqués par le ‘Grand bond
en avant’ (la famine a causé 40 millions de morts).
En 1974, critique les ouvrages apologétiques sur la Chine de Mao
et l’attitudes de divers Occidentaux à l’égard du ‘Grand Timonier’.
Est aussi l’auteur de livres érudits, voire laudateurs et passionnés, à
propos de la culture chinoise traditionnelle.
L’objet de l’université est « la recherche désintéressée de la vérité,
quelles qu’en puissent être les conséquences, l’extension et la
communication du savoir pour lui-même, sans aucune considération
utilitaire ».
Scott Peck
(1936-2005), psychiatre états-unien. Ne fait pas de distinction
entre le psychologique et le spirituel.
Pour faire face aux difficultés de la vie et à la souffrance,
préconise l’autodiscipline, de se sentir responsable de sa vie sans
rechercher des boucs-émissaires, d’être capable remettre en question
sa vision du monde, d’accepter la perspective de la mort.
Définit l’amour moins comme un sentiment que comme une
action, qui suppose humilité, attention à l’autre et volonté de grandir
avec lui.
« Le mal n’est pas un manque de conscience, mais le refus
d’accorder à la conscience le rôle qui lui est dû. Il ne provient pas de
l’absence de culpabilité, mais de l’effort fait pour l’éviter . (…)
La psychothérapie est une lutte contre le mensonge ».
Ismaïl Kadaré
Né en 1936, écrivain albanais. Étudie les lettres à l'université de
Tirana et à ‘l'Institut de littérature Maxime-Gorki’ de Moscou. Rejetant les
canons du réalisme socialiste, s'engage intérieurement à faire le contraire
de ce que les dogmatiques enseignent en matière de "bonne" littérature.
En 1960, en rupture avec l'Union soviétique, doit revenir en Albanie
où il entame une carrière de journaliste. En 1963, la parution de son premier
roman Le Général de l'armée morte lui apporte la renommée, d'abord en
Albanie et ensuite à l'étranger. N'a pas le droit de parler de ce texte, interdit
en Albanie, et qui ne paraîtra sous forme de livre que fin de 1990.
En 1967, l'Albanie lance sa ‘Révolution culturelle’ : passe 2 années à
Bérat, dans les montagnes du Sud, continue sa lutte constante contre le
totalitarisme. Après la parution du poème Les Pachas Rouges en 1975,
accusé d'incitation à la rébellion, doit se soumettre à une période de travail
manuel, sorte de stage de rééducation à la chinoise, au fin fond des
campagnes. En 1981, Le Palais des rêves est sévèrement critiqué et
interdit. Kadaré est qualifié d‘ "ennemi" lors du Plénum des écrivains en
1982.
Se sentant menacé, il émigre en France où il obtient l'asile en
octobre 1990. Aujourd'hui, partage sa vie entre la France et l'Albanie. Voix
universelle contre le totalitarisme.
Jim Henson
James Maury Henson (1936-1990), marionnettiste états-unien, cinéaste, animateur et
producteur de télévision et de films. En 1954, pendant ses études, travaille dans la création
de marionnettes pour une émission pour enfants le samedi matin. L'année suivante, crée
Sam and Friends, émission de 5 minutes pour WRC-TV, alors qu'il vient d'intégrer
l'université du Maryland.
En 1963, avec sa femme Jane, également marionnettiste, déménage à New York, où
ils fondent 'Muppets Inc’. Conçoit Rowlf the dog, un chien-pianiste anthropomorphique.
Après 2 projets inaboutis (un spectacle à Broadway et une série télévisée),
trouve un appui en la personne du producteur britannique Lew Grade,
s'installe à Londres avec toute son équipe pour créer en 1976 l'émission The
Muppet Show. Mettant en vedette Miss Piggy, elle devient l'émission la plus
suivie dans le monde, attirant quelque 235 millions de téléspectateurs dans
une centaine de pays. Innovateur, étend les potentialités de la marionnette
en la combinant aux techniques de pointe.
Les personnalités de ses marionnettes, avec leur humour anarchique et
leurs messages de tolérance dans des dizaines de langues sont attention-
nées, exubérantes et drôles. Leurs personnalités nuancées reflètent la
gamme des qualités humaines qui leur donnent davantage de profondeur et
de charme.
Marek Halter
Né en 1936, écrivain français, juif d'origine polonaise. Mime,
peintre, puis écrivain.
Milite pour le respect des droits de l'homme (URSS,
Argentine), contre le racisme et l'antisémitisme et pour la paix au
Proche-Orient.
En 1968, fonde avec sa femme Clara la revue Éléments à
laquelle collaborent à la fois des Israéliens, des Palestiniens et des
Arabes. Cofondateur de SOS Racisme.
En 1992, participe à l’organisation de rencontres secrètes
entre Israéliens et Palestiniens à Paris puis à Oslo.
« Au même titre qu'existent en nous des pulsions du mal, il y
a également des pulsions du bien qui travaillent en nous. Dès lors, il
y a quelque chose à faire contre des idéologies qui prônent
l'intolérance. L'idéal est de parler à chaque individu séparément, car
à l'inverse du groupe, l'individu a une conscience. Le mal est
contagieux, le bien l'est aussi ".
René Schaerer,
Christiane Jomain et autres
Né en 1936, cancérologue au CHU de Grenoble. Cofondateur
en 1983, à Grenoble, avec Janine Pillot, Christiane Jomain et Patricia
Floriet, de l’association ‘Jusqu’à la mort, accompagner la vie’ (JALMALV),
pour ouvrir la voie des soins palliatifs en France et améliorer la prise en
charge des malades et des familles, tout en faisant évoluer les mentalités
“pour que la mort ne soit plus un tabou ”.
Elle a donné naissance à une fédération qui regroupe 80
associations en France.
« Un autre regard est possible : il reconnaît à travers celui ou
celle qu'atteignent la maladie mortelle ou la grande vieillesse, un être
humain à part entière. Il ne voit aucune valeur propre à la souffrance,
mais il reconnaît pleinement la vie humaine et sa dignité dans la traversée
de la souffrance ainsi que dans les solidarités qu'elle suscite pour la
soulager. »
« Nous agissons au plan local et au plan national afin que le
mourant soit reconnu comme un vivant jusqu'à son dernier souffle. »
Julos Beaucarne
Belge né en 1936, conteur, poète, comédien, écrivain, chanteur,
sculpteur.
Traduit de multiples façons la révolte, la tendresse, l'humour et le
quotidien.
À la suite du meurtre de sa compagne Loulou (Louise-Hélène
France) par un déséquilibré, en 1975, son style devient encore plus
profondément humaniste. Écrit cette nuit-là une lettre ouverte, analysant la
culpabilité de la société malade.
À la mort du roi Baudouin, est choisi comme symbole du peuple
belge pour chanter un hommage au roi défunt. Infatigable apôtre de
l'écologie, de l'amour entre les hommes, vélorutionnaire.
« Amis bien aimés, Ma Loulou est partie pour le pays de l'envers du
décor, un homme lui a donné neuf coups de poignard dans sa peau douce.
C'est la société qui est malade, il nous faut la remettre d'aplomb et
d'équerre, par l'amour et la persuasion.(…) Le monde est une triste
boutique, les cœurs purs doivent se mettre ensemble pour l'embellir, il faut
reboiser l'âme humaine. (…) Je pense de toutes mes forces, qu'il faut
s'aimer à tort et à travers. »
Claude Érignac
(1937-1998) haut fonctionnaire français, préfet. Homme de
dialogue et de négociation.
Ses valeurs : courage, fermeté quant au respect des bonnes
lois, tolérance et respect de l’autre, solidarité et humanisme.
Assassiné à Ajaccio par des indépendantistes corses.
« Face aux difficultés, aux menaces, à la peur, à l’angoisse, il
n’est de salut que dans la solidarité. L’autre, l’étranger, le proscrit, ne
saurait être l’ennemi. C’est une leçon qui est toujours d’actualité très
concrète, très quotidienne. (…)
Le deuxième sens, c’est un hommage rendu au courage, mais
surtout à la lucidité. Au courage contre la passivité, la docilité et
l’obéissance aveugle. Dans l’histoire des hommes et des nations, de
tous les hommes et de toutes les nations, nous savons bien que des
monstres existent. Mais nous savons aussi qu’ils sont trop peu
nombreux pour être véritablement dangereux, et que le danger vient
../..
Claude Érignac
en réalité des hommes et des femmes ordinaires, de chacun de
nous, prêts à croire et à obéir sans discuter. Nous devons donc
nous méfier de ceux qui cherchent à nous convaincre autrement
que par la raison. Et puisqu’il est difficile de distinguer les vrais
et les faux prophètes, ne suivons pas les prophètes. (…)
Il me semble aussi que c’est une réponse à la question
que se posent, ou que doivent se poser, ou que devraient se
poser tous ceux qui, comme moi, ont des responsabilités dans
l’État. Qu’aurions nous fait, que ferions-nous, que ferons-nous si
des évènements comparables venaient à se reproduire ? »
Discours prononcé par Claude Érignac, préfet de Meurthe-et-Moselle, le
23 juin 1991, lors de la remise de la médaille des Justes à Charles Bouy,
policier de Nancy ayant désobéi aux ordres du régime de Vichy pour
protéger des Juifs.
Jaime Lerner
Né en 1937 au Brésil d’une famille d’origine polonaise.
Architecte, crée l’’Institut de recherche et de planification
urbaine’, qui prône la préservation du secteur historique et le contrôle
de la circulation.
Maire à 3 reprises de Curitiba pendant 12 ans. S’entoure de gens
créatifs et innovateurs, propose des idées qui s’attirent l’appui de la
population.
Favorise le développement de la ville sans négliger les facteurs
environnementaux et sociaux. Crée un efficace système de transport
en commun, un ingénieux système de tri des déchets, des espaces
verts, des zones piétonnières, 360 crèches, 120 hôpitaux, 50
bibliothèques de rue.
« Avec une forte volonté politique, beaucoup de créativité et un
bon sens de la communication, on peut faire des miracles. Nos petits
budgets nous poussent à être inventifs »
John Mueller
Né en 1937, politologue états-unien. Professeur de science
politique et de danse à la Ohio State University. Spécialiste des relations
internationales et de l'histoire de la danse.
Analyse depuis 1989 la quasi-disparition des guerres internatio-
nales et prévoit leur disparition progressive : la guerre entre grandes
puissances (major war) est devenue repoussante (elle a perdu son
prestigieux attrait de courage et de vertu, elle apporte mort et destruction)
et futile (les objectifs internationaux des chefs d’État ne sont plus
l’acquisition de territoires, la démonstration de force, la promotion d’une
idéologie ou d’une religion, mais la prospérité économique, objectif que la
guerre ne peut que freiner). Les deux guerres mondiales n’ont fait que
renforcer ce rejet de la guerre.
Son livre Atomic Obsession montre que les armes nucléaires ont
peu d'importance historique, que leur pouvoir destructeur est exagéré,
que la prolifération nucléaire a été plus lente et plus limitée que les
prévisions dominantes, et que ces armes sont pratiquement inutiles.
« C’est le souvenir de la Seconde Guerre mondiale, et non l’arme
nucléaire, qui a été la vraie force de dissuasion durant les cinquante
dernières années du 20e siècle ».
Xavier Emmanuelli
Né en 1938, médecin et homme politique français. Né de parents
corses, Résistants, Justes parmi les nations. Militant communiste,
anticolonialiste, médecin généraliste, médecin chef à la prison de Fleury-
Mérogis (découvre las ravages du SIDA et de la toxicomanie), puis
urgentiste.
Cofondateur de ‘Médecins sans frontières’ en 1971. Fonde en
1993 le ‘SAMU social de la Ville de Paris’, service d'urgence qui va à la
rencontre des exclus. En 1995, nommé par Jacques Chirac secrétaire
d’État à l’action humanitaire d’urgence. Après1997, redevient praticien
hospitalier et responsable du réseau national ‘Souffrance psychique et
précarité’. Président du ‘Haut comité pour le logement des personnes
défavorisées’ de 1997 à 2015.
Fonde en 1998 le ‘Samusocial International’ afin d’aller à la
rencontre de la grande exclusion dans les grandes villes du monde. Crée
en 2005 un corps de réserve de professionnels retraités facilement
mobilisables, ‘Les Transmetteurs’. Préside le comité de suivi de la mise
en œuvre du droit au logement opposable. Lance en juin 2018 à Rome le
manifeste du mouvement euro-méditerranéen ‘Solidarité, dignité et
humanité avec les personnes en situation d’exil’.
« La mort, on n'y échappera pas. Mais il faut lutter contre la
maladie, la douleur, la fatalité. »
Gary Chapman
États-unien né en 1938, pasteur, conseiller conjugal, auteur et
conférencier spécialiste du mariage et de la famille.
Dans ses livres, prodigue des conseils pour réussir son mariage,
sa vie de couple, l’éducation des enfant, etc. Distingue 5 types de
langage :
- les paroles valorisantes,
- les moments de qualité,
- les cadeaux,
- les services rendus,
- le toucher physique.
« Chaque personne s’exprime dans une langue amoureuse
maternelle unique, les autres langages étant des acquisitions tardives.
(…) Si l’on peut être réceptif à plusieurs langages, il y a généralement
un langage qui prédomine et pour éviter toute incompréhension, il vaut
mieux, au plus vite, comprendre quel langage est privilégié par l’autre. »
Cabu
Jean Cabut, dit Cabu (1938-2014) caricaturiste français,
dessinateur de presse et auteur de bande dessinée.
Développe une conscience politique décisive en étant confronté à
la violence qu'il découvre pendant son service militaire de 27 mois en
Algérie.
Créateur des personnages du Grand Duduche, potache paresseux
et irrévérencieux, et du Beauf, stéréotype de personne vulgaire, inculte et
bornée. Participe aux équipes de journaux satiriques comme Hara-Kiri,
Charlie Hebdo ou Le Canard enchaîné.
En 1972, participe avec Pierre Fournier à la création du mensuel
écologiste militant La Gueule ouverte, qui fusionne en juin 1977 avec
l'hebdomadaire Combat non violent.
Mort assassiné le 7 janvier 2015, à Paris, lors de l'attentat contre
Charlie Hebdo.
« L’humour est un langage que j’ai toujours aimé. Notre ressort est
de dénoncer la bêtise en faisant rire. »
« Parfois le rire s'étrangle, mais c'est notre seule arme, l'humour. »
Mario Luis Rodríguez Cobos, dit Silo
(1938-2010), penseur et écrivain argentin : littérature,
philosophie, psychologie, politique et spiritualité.
En mai 1969, son premier discours public, interdit par le
gouvernement militaire, a lieu dans la cordillère des Andes, près du
mont Aconcagua, à Punta de Vacas, en présence de quelques
centaines de personnes, encerclées par les militaires.
Fondateur du ‘Mouvement Humaniste’ qui, à travers ses
branches (‘Parti humaniste’, ‘Convergence des cultures’,
‘Communauté pour le développement humain’, ‘Mondes sans guerres
et sans violences’, ‘Centre d'études humanistes’), agit sur les cinq
continents dans les champs politique, social et culturel.
Inspirateur de la ‘Marche mondiale pour la paix et la non-
violence’ (2 octobre 2009 au 2 janvier 2010),
coordonnée dans une centaine de pays
sur 5 continents par son collaborateur
espagnol Rafael de la Rubia.
Cynthia Enloe
Née en 1938, professeure états-unienne, docteur en science
politique de l’université de Berkeley, écrivain, théoricienne du féminisme
et du militarisme.
À l'Université Clark de Worcester (Massachusetts), présidente
du département de science politique et directrice des études sur les
femmes.
Ses livres couvrent un large éventail de questions englobant la
discrimination fondée sur le sexe ainsi que les identités raciales,
ethniques et nationales.
Rédactrice en chef des revues Signes et Feminist International
Journal of Politics.
« Pour suivre les phénomènes de mondialisation de la
militarisation, il faudra développer une curiosité féministe qui s'exercera
sur les mécanismes des alliances, des organisations humanitaires, des
agences internationales, des médias internationaux, du commerce
international, des mouvements internationaux de déplacement des
populations migrantes, des soldates, des réfugiées ou des diplomates. »
Miguel Abensour
Français né en 1939, spécialiste de philosophie politique,
professeur d’université.
Ancien président du ‘Collège international de Philosophie’.
Cherche à concilier l’idée de démocratie, conçue comme
"démocratie contre l’État", avec l’idée d’utopie.
« L’utopie a d’abord pour fonction de soulever la pesanteur
du réel ou ce qui se donne comme tel. Et pour s’y soustraire,
l’utopie le déplace, le fait bouger, le fait sortir de ses gonds pour
entrevoir, au-delà de la chape de plomb, une altérité, un être
autrement. Il ne s’agit donc pas pour l’utopie de produire des
images positives, mais d’ouvrir des brèches. »
Ariane Mnouchkine
Née en 1939, metteur en scène de théâtre, également
scénariste et réalisatrice de films.
Animatrice de la troupe qu'elle a fondée en 1964, le ‘Théâtre du
Soleil’, installé à La Cartoucherie de Vincennes en 1970. Même salaire
pour tous, maquillage en public, soupe servie aux spectateurs...
Membre du comité de soutien de l‘’Association Primo Levi’, qui
gère à Paris un centre de soins destiné à des personnes ayant été
victimes de la torture et de la violence politique dans leur pays
d’origine. Dénonce l’oppression chinoise au Tibet.
« Ouvrons des laboratoires, ou rejoignons ceux, innombrables
déjà, où, à tant de questions et de problèmes, des femmes et des
hommes trouvent des réponses, imaginent et proposent des solutions
qui ne demandent qu’à être expérimentées et mises en pratique, avec
audace et prudence, avec confiance et exigence. (…)
Expérimentons, nous-mêmes, humblement, joyeusement et
sans arrogance. (…) Surtout, disons à nos enfants qu’ils arrivent sur
terre quasiment au début d’une histoire.»
Bernard Kouchner
Né en 1939, fils d’un médecin athée d'origine juive lettone.
Médecin gastro-entérologue et homme politique français.
Étudiant communiste, découvre la politique dans la lutte contre la
guerre d'Algérie.
Cofondateur en 1971 de ‘Médecins sans frontières’, puis en 1980
de ‘Médecins du monde’, ministre de différents gouvernements de
gauche et de droite.
Après 1981, mène campagne dans les institutions internationales
pour la reconnaissance du droit et du devoir d'ingérence, notion apparue
en juin 1979 sous la plume de Jean-François Revel dans un article de
L’Express, et conceptualisée au plan juridique par Mario Bettati.
Crée en 1993 la ‘Fondation pour l’action humanitaire’ qui s'investit
notamment dans la lutte contre le SIDA et l'installation de boutiques
d'accueil pour les Sans domicile fixe (SDF).
« Aider un homme est une entreprise solitaire, à chacun
particulière, chaque fois irremplaçable. »
Jose Antonio Abreu
Né en 1939, éducateur et économiste vénézuélien, pianiste et chef
d’orchestre.
En 1975, fonde El Sistema, un programme social d’éducation
musicale qui consiste à former collectivement les enfants des quartiers
défavorisés à la discipline de l’orchestre symphonique.
Aujourd’hui, plus de 500 000 jeunes vénézuéliens - de la petite
enfance à l’âge adulte - ont trouvé un nouvel environnement de vie et un
cadre d’apprentissage dans l’un des 370 centres El Sistema du pays.
Plus de 90 pays à travers le monde (dont la France) développent à
ce jour chez eux un programme El Sistema.
Ex-ministre de la Culture, prix Nobel Alternatif en 2002.
« Pour les enfants avec lesquels nous travaillons, la musique est
pratiquement le seul moyen permettant d’obtenir un avenir social digne.
La pauvreté signifie la solitude, la tristesse, l’anonymat. Un orchestre est
synonyme de joie, motivation, travail en équipe, ambition.(…) La
participation au mouvement d'orchestre a rendu possible pour eux la mise
en place de nouveaux objectifs, plans, projets et rêves.»
Tzvetan Todorov
Né en 1939, fuit la Bulgarie communiste à l’âge de 24 ans.
Essayiste, philosophe et historien naturalisé français en 1973. Docteur
ès Lettres, directeur de recherche au CNRS (1968-2005).
Travaille sur le rapport à l’autre dans des cadres historiques divers :
conquête du Mexique, camps de concentration, sauvetage des Juifs bulgares,
totalitarisme, etc.
Professeur invité dans plusieurs grandes universités américaines.
« L’extrémisme religieux, la théocratie, comme par ailleurs l’idéologie
totalitaire, sont des ennemis "externes" de la démocratie, ils la combattent
ouvertement. Les ennemis intimes adoptent des attitudes qui se réclament de
la démocratie, mais en réalité la trahissent, à force de rendre leurs choix
absolus et d’ignorer la limitation mutuelle qui doit s’établir entre les différents
principes démocratiques.
Ainsi du néo-libéralisme, qui ne laisse pas de place pour la volonté collective,
ou du néo-conservatisme qui veut imposer le bien aux autres à coups de
missiles ou d’occupation terrestre de leur pays. »
Ruth Sando Perry
Née en 1939, libérienne, professeure d’école primaire, élue
sénatrice après la mort de son mari.
Présidente du Conseil d'État du Libéria de septembre 1996 à
août 1997, après la 1ère guerre civile libérienne, chargée de mettre en
place les conditions nécessaires à un déroulement correct d’élections.
Parcourt le pays, informant les gens sur leurs droits et incitant les jeunes
à remettre leurs armes.
« Nous arrivions dans les villages avec des camions de
victuailles et des brouettes de cadeaux et nous commencions à danser.
Les femmes sortaient de leurs maisons et dansaient, les hommes les
suivaient peu à peu. On s’assoit et nous expliquons l’intérêt que nous
avons tous ce cesser de nous battre. Au bout de quelques temps, les
hommes apportent leurs armes, que nous embarquons dans nos
brouettes. Neuf mois plus tard, le temps d’une gestation, les élections
ont pu se dérouler dans le calme. »
Depuis 2006, le Liberia a une autre femme à sa tête, Ellen
Johnson Sirleaf, première femme africaine élue démocratiquement,
faisant ainsi du Liberia le seul pays du continent ayant eu deux femmes
dirigeantes au cours de son histoire.
Giovanni Falcone et Paolo Borsellino
G.F (1939-1992), juge italien engagé dans la lutte antimafia.
D’abord juge d’instruction. En 1979, après l'assassinat du juge Cesare
Terranova (1921-1979, photo du milieu), qui a mené sans succès un
procès contre certains dirigeants mafieux dans lequel tous ont été
acquittés, entre au sein de la cellule antimafia du Parquet de Palerme,
créée par le juge Rocco Chinnici (1925-1983, photo du bas), lui-même
assassiné en juillet 1983 en plein centre de Palerme.
Sur la base du témoignage d’un repenti, ouvre en 1986 avec
son ami le juge Paolo Borsellino (1940-1992) le maxi-procès de
Palerme : 474 accusés, 360 condamnations, 2 665 années de prison
cumulées par les condamnés. En mars 1991, nommé directeur des
Affaires pénales du ministère de la Justice, à Rome, où il centralise la
lutte antimafia.
Assassiné en mai 1992 sur ordre de Toto Riina, chef du clan des
Corleonesi, eux-mêmes faisant partie de Cosa nostra. Paolo Borsellino
est assassiné quelques semaines plus tard.
De plus en plus nombreux, les Palermitains envisagent alors de
briser la loi du silence qui protège la mafia.
Stanislav Petrov
Stanislav Ievgrafovitch Petrov, né en 1939, lieutenant-colonel de la
Voyska PVO, la force de défense anti-aérienne de l'Armée soviétique.
Officier de garde le 26 septembre 1983 au sein de la base Serpukhov-15,
centre de contrôle et de commandement, voit sur ses écrans de contrôle
radar cinq points représentant des missiles nucléaires intercontinentaux de
type Minuteman en provenance de la base états-unienne Malmström. Son
rôle est crucial dans la chaîne de commandement : c’est son information
qui va influer sur l’autorité finale, le premier Secrétaire du Parti communiste
Youri Andropov.
Malgré les informations en provenance d’un satellite de détection
de tir, estime qu’il s’agit d’une fausse alarme. Inconcevable pour lui que les
États-uniens attaquent à cette date, et surtout avec un si petit nombre de
missiles. Son raisonnement est conforme à la réalité : le lancement de
missile imaginaire a été provoqué par le logiciel qui équipait les satellites
de détection. Celui-ci a interprété la réflexion des rayons du soleil sur des
nuages comme une source de chaleur émanant des moteurs de missiles…
. L’affaire est révélée en 1998. Distingué par l’Association of World
Citizens, lauréat du Dresden-Preis 2013, décerné annuellement aux
personnes qui ont réussi à prévenir un conflit militaire.
Paul H. Ray et Sherry Ruth Anderson
P. H. R. (né en 1939), sociologue états-unien à l’université du
Michigan, et son épouse S. R. A., psychologue à l’université
de Toronto. Avec une équipe, mènent pendant 15 ans une
enquête auprès de plus de 100 000 personnes sur les “acteurs
de changement de société” : les ‟Cultural Creatives”
(créateurs de culture ou créatifs culturels) sont un vaste groupe
socio-culturel qui représente près de 25 % de la population du
pays. Une 2ème vague d’études en Europe sous le parrainage
du ‘Club de Budapest’ parvient à des conclusions proches.
Les C. C. intègrent et mettent en pratique 4 pôles de valeurs :
1) ouverture aux valeurs féminines,
2) intégration des valeurs du développement durable,
3) implication individuelle et solidaire dans la société,
4) développement personnel avec une dimension spirituelle.
Ce groupe n’a pas suffisamment conscience de sa propre existence.
Jacques Inrep
Né en 1939, psychanalyste. Appelé du contingent pendant la guerre
d’Algérie, refuse l’ordre d’un capitaine de faire parler des Algériens en utili-
sant la "gégène"*. Découvrant en 1961 des documents officiels de l’armée
préconisant l'emploi de la torture, les photographie et les diffuse. De retour
en France, alors qu'il travaille à l'usine, est sollicité pour s'occuper d'un
ouvrier, ancien d'Algérie, qui délire et demande à ne parler qu’à lui. Prend
en charge ce collègue puis d’autres anciens d’Algérie. On lui propose un
poste d'infirmier psychiatrique. Suit des études de psychologie clinique,
devient thérapeute.
En 2001 à Lyon, à l’occasion de la présentation d’une émission sur
la guerre d’Algérie pour Arte, fait la connaissance du psychanalyste
Bernard Sigg. Ils constatent que ni le ministère de la Défense, ni celui de la
Santé ne possèdent de statistiques sur le nombre d’ex-appelés souffrant
de troubles psychiques suite à leur participation à la guerre en Algérie.
Demande une prise en charge publique de ces personnes.
« Nous arrivâmes, à la louche, à un chiffre de 250 à 300 000
hommes souffrant de troubles psychiques, parfois sans s’en douter. Ce
chiffre fut confirmé plus tard par un article paru dans Le Monde. »
* en argot militaire, génératrice, dynamo électrique manuelle qui alimente les téléphones de
campagne. Des électrodes étaient appliquées sur deux parties du corps, la plupart du temps une sur
l’oreille et l’autre sur le sexe.
Rupert Neudeck
Né en 1939, journaliste et militant humanitaire allemand. Réfugié
pendant son enfance, étudie le droit et la théologie catholique, devient
journaliste, notamment pour Deutschlandfunk.
En 1979, en partie pour échapper à la honte collective allemande,
lance avec sa femme Christel et un groupe d'amis l’opération Ein Schiff für
Vietnam ("Un bateau pour le Vietnam"), affrète le cargo Cap Anamur (qui
devient le nom de l’association de solidarité internationale créée pour cela)
et sauve 10 375 boat people.
Fonde en 2003 l’association Grünhelme ("Casques verts") tournée
vers les projets concrets de reconstruction dans les pays en guerre en
Asie ou en Afrique : accueil de réfugiés et migrants, reconstruction des
écoles, des villages, soins de santé (Afghanistan, Palestine, Syrie,
Mauritanie, etc.).
En août 2005, au sein d’une délégation européenne, affirme qu’une
intervention internationale plus déterminée doit viser à exiger des comptes
d’Israël et à lui imposer le respect du droit international
■

Contenu connexe

Tendances

Fr novopress info_135643_lideologie_du_genre_une_anthropologie de mort
Fr novopress info_135643_lideologie_du_genre_une_anthropologie de mortFr novopress info_135643_lideologie_du_genre_une_anthropologie de mort
Fr novopress info_135643_lideologie_du_genre_une_anthropologie de mort
gerarementvussa
 
Amaudruz gaston armand - nous autres racistes clan9 bibliothèque dissidence n...
Amaudruz gaston armand - nous autres racistes clan9 bibliothèque dissidence n...Amaudruz gaston armand - nous autres racistes clan9 bibliothèque dissidence n...
Amaudruz gaston armand - nous autres racistes clan9 bibliothèque dissidence n...
freemens
 
(Tapez bibliothèque identitaire) faye guillaume extraits archeofuturisme 1998...
(Tapez bibliothèque identitaire) faye guillaume extraits archeofuturisme 1998...(Tapez bibliothèque identitaire) faye guillaume extraits archeofuturisme 1998...
(Tapez bibliothèque identitaire) faye guillaume extraits archeofuturisme 1998...
freemens
 

Tendances (14)

L'humanité sort-elle de la violence ?
L'humanité sort-elle de la violence ?L'humanité sort-elle de la violence ?
L'humanité sort-elle de la violence ?
 
Des idéologies d'exclusion aux génocides : les étapes d’un processus
Des idéologies d'exclusion aux génocides : les étapes d’un processusDes idéologies d'exclusion aux génocides : les étapes d’un processus
Des idéologies d'exclusion aux génocides : les étapes d’un processus
 
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 02. De 1850 à 1884
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 02. De 1850 à 1884Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 02. De 1850 à 1884
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 02. De 1850 à 1884
 
Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915
Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915
Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915
 
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 07. De 1940 à 1949
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 07. De 1940 à 1949Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 07. De 1940 à 1949
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 07. De 1940 à 1949
 
Quelques éléments de réflexion par le Professeur Gilles Freyer
Quelques éléments de réflexion par le Professeur Gilles FreyerQuelques éléments de réflexion par le Professeur Gilles Freyer
Quelques éléments de réflexion par le Professeur Gilles Freyer
 
Fr novopress info_135643_lideologie_du_genre_une_anthropologie de mort
Fr novopress info_135643_lideologie_du_genre_une_anthropologie de mortFr novopress info_135643_lideologie_du_genre_une_anthropologie de mort
Fr novopress info_135643_lideologie_du_genre_une_anthropologie de mort
 
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 09. De 1960 à 1969
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 09. De 1960 à 1969Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 09. De 1960 à 1969
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 09. De 1960 à 1969
 
Penseurs et acteurs de l’écologie et de l’altercroissance. — 07. Depuis 1980
Penseurs et acteurs de l’écologie et de l’altercroissance. — 07. Depuis 1980Penseurs et acteurs de l’écologie et de l’altercroissance. — 07. Depuis 1980
Penseurs et acteurs de l’écologie et de l’altercroissance. — 07. Depuis 1980
 
Amaudruz gaston armand - nous autres racistes clan9 bibliothèque dissidence n...
Amaudruz gaston armand - nous autres racistes clan9 bibliothèque dissidence n...Amaudruz gaston armand - nous autres racistes clan9 bibliothèque dissidence n...
Amaudruz gaston armand - nous autres racistes clan9 bibliothèque dissidence n...
 
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 10. De 1970 à 1979
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 10. De 1970 à 1979 Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 10. De 1970 à 1979
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 10. De 1970 à 1979
 
DOSSIER Hôpital et Démocratie : sujet ou objet ?
DOSSIER Hôpital et Démocratie : sujet ou objet ?DOSSIER Hôpital et Démocratie : sujet ou objet ?
DOSSIER Hôpital et Démocratie : sujet ou objet ?
 
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 08. De 1945 à 1955
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 08. De 1945 à 1955Chercheurs de connaissance, science et technique. — 08. De 1945 à 1955
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 08. De 1945 à 1955
 
(Tapez bibliothèque identitaire) faye guillaume extraits archeofuturisme 1998...
(Tapez bibliothèque identitaire) faye guillaume extraits archeofuturisme 1998...(Tapez bibliothèque identitaire) faye guillaume extraits archeofuturisme 1998...
(Tapez bibliothèque identitaire) faye guillaume extraits archeofuturisme 1998...
 

Similaire à Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 06. De 1930 à 1939

Similaire à Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 06. De 1930 à 1939 (20)

Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915
Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915
Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915
 
Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949
Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949
Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949
 
Chercheurs de sens. — 10. De 1888 à 1900
Chercheurs de sens. — 10. De 1888 à 1900Chercheurs de sens. — 10. De 1888 à 1900
Chercheurs de sens. — 10. De 1888 à 1900
 
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 03. De 1885 à 1899
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 03. De 1885 à 1899Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 03. De 1885 à 1899
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 03. De 1885 à 1899
 
Emmanuel Todd : actualité, vision du monde.
Emmanuel Todd :  actualité, vision du monde.Emmanuel Todd :  actualité, vision du monde.
Emmanuel Todd : actualité, vision du monde.
 
Histoire et figures de la non-violence. — 05. De 1930 à 1938
Histoire et figures de la non-violence. — 05. De 1930 à 1938Histoire et figures de la non-violence. — 05. De 1930 à 1938
Histoire et figures de la non-violence. — 05. De 1930 à 1938
 
Jaures - Jaures
Jaures - Jaures Jaures - Jaures
Jaures - Jaures
 
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 01. De 1200 à 1849
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 01. De 1200 à 1849Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 01. De 1200 à 1849
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 01. De 1200 à 1849
 
Chercheurs de sens. — 15. De 1930 à 1934
Chercheurs de sens. — 15. De 1930 à 1934Chercheurs de sens. — 15. De 1930 à 1934
Chercheurs de sens. — 15. De 1930 à 1934
 
Mon intime conviction
Mon intime convictionMon intime conviction
Mon intime conviction
 
Les médecins militaires juifs Military Jewish Physicians
Les médecins militaires juifs Military Jewish PhysiciansLes médecins militaires juifs Military Jewish Physicians
Les médecins militaires juifs Military Jewish Physicians
 
L'Europe des Lumières
L'Europe des LumièresL'Europe des Lumières
L'Europe des Lumières
 
Chercheurs de sens. — 17. De 1941 à 1945
Chercheurs de sens. — 17. De 1941 à 1945Chercheurs de sens. — 17. De 1941 à 1945
Chercheurs de sens. — 17. De 1941 à 1945
 
Chercheurs de sens. — 09. De 1876 à 1887
Chercheurs de sens. — 09. De 1876 à 1887Chercheurs de sens. — 09. De 1876 à 1887
Chercheurs de sens. — 09. De 1876 à 1887
 
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 04. De 1900 à 1915
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 04. De 1900 à 1915Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 04. De 1900 à 1915
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 04. De 1900 à 1915
 
Pour une Union Occidentale
Pour une Union OccidentalePour une Union Occidentale
Pour une Union Occidentale
 
le lumieres.pptx
le lumieres.pptxle lumieres.pptx
le lumieres.pptx
 
La semaine des Outremers 2013 de Sciences Po
La semaine des Outremers 2013 de Sciences Po   La semaine des Outremers 2013 de Sciences Po
La semaine des Outremers 2013 de Sciences Po
 
Histoire et figures de la non-violence. — 06. De 1939 à 1949
Histoire et figures de la non-violence. — 06. De 1939 à 1949Histoire et figures de la non-violence. — 06. De 1939 à 1949
Histoire et figures de la non-violence. — 06. De 1939 à 1949
 
Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929
Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929
Chercheurs de sens. — 14. De 1924 à 1929
 

Plus de Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits

Plus de Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits (20)

Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12z. Mémoire des guerres : Mu...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12z. Mémoire des guerres : Mu...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12z. Mémoire des guerres : Mu...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12z. Mémoire des guerres : Mu...
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12g. La guerre franco-alleman...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12g. La guerre franco-alleman...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12g. La guerre franco-alleman...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12g. La guerre franco-alleman...
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h-2. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h-2. Mémoire des guerres : ...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h-2. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h-2. Mémoire des guerres : ...
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...
 
Armes nucléaires. — 11. Tous ces États qui refusent les armes nucléaires
Armes nucléaires. — 11. Tous ces États qui refusent les armes nucléairesArmes nucléaires. — 11. Tous ces États qui refusent les armes nucléaires
Armes nucléaires. — 11. Tous ces États qui refusent les armes nucléaires
 
Préparer la défense civile non-violente. — 01. Une alternative à la défense a...
Préparer la défense civile non-violente. — 01. Une alternative à la défense a...Préparer la défense civile non-violente. — 01. Une alternative à la défense a...
Préparer la défense civile non-violente. — 01. Une alternative à la défense a...
 
Armes nucléaires. — 11. Les États refusant les armes nucléaires
Armes nucléaires. — 11. Les États refusant les armes nucléairesArmes nucléaires. — 11. Les États refusant les armes nucléaires
Armes nucléaires. — 11. Les États refusant les armes nucléaires
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h. Mémoire des guerres : Mu...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h. Mémoire des guerres : Mu...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h. Mémoire des guerres : Mu...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h. Mémoire des guerres : Mu...
 
Chercheurs de sens. — 102. Figures du protestantisme de Luther à nos jours
Chercheurs de sens. — 102. Figures du protestantisme de Luther à nos joursChercheurs de sens. — 102. Figures du protestantisme de Luther à nos jours
Chercheurs de sens. — 102. Figures du protestantisme de Luther à nos jours
 
Chercheurs de sens. — 03. Jésus de Nazareth
Chercheurs de sens. — 03. Jésus de NazarethChercheurs de sens. — 03. Jésus de Nazareth
Chercheurs de sens. — 03. Jésus de Nazareth
 
Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ? P...
Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ? P...Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ? P...
Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ? P...
 
Chercheurs de sens. — 101. Figures de l’hindouïsme et du bouddhisme de l’Anti...
Chercheurs de sens. — 101. Figures de l’hindouïsme et du bouddhisme de l’Anti...Chercheurs de sens. — 101. Figures de l’hindouïsme et du bouddhisme de l’Anti...
Chercheurs de sens. — 101. Figures de l’hindouïsme et du bouddhisme de l’Anti...
 
Chercheurs de sens. — 100. Figures de l’islam de Mahomet à nos jours
Chercheurs de sens. — 100. Figures de l’islam de Mahomet  à nos joursChercheurs de sens. — 100. Figures de l’islam de Mahomet  à nos jours
Chercheurs de sens. — 100. Figures de l’islam de Mahomet à nos jours
 
Chercheurs de sens. — 99. Figures du judaïsme de l'Antiquité à nos jours
Chercheurs de sens. — 99. Figures du judaïsme de l'Antiquité à nos joursChercheurs de sens. — 99. Figures du judaïsme de l'Antiquité à nos jours
Chercheurs de sens. — 99. Figures du judaïsme de l'Antiquité à nos jours
 
Chercheurs de sens. — 100. Figures de l'islam du 6<sup>e</sup> siècle à nos j...
Chercheurs de sens. — 100. Figures de l'islam du 6<sup>e</sup> siècle à nos j...Chercheurs de sens. — 100. Figures de l'islam du 6<sup>e</sup> siècle à nos j...
Chercheurs de sens. — 100. Figures de l'islam du 6<sup>e</sup> siècle à nos j...
 
Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969
Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969
Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969
 
Histoire et figures de la non-violence. — 09b. Alexeï Navalny et les dissiden...
Histoire et figures de la non-violence. — 09b. Alexeï Navalny et les dissiden...Histoire et figures de la non-violence. — 09b. Alexeï Navalny et les dissiden...
Histoire et figures de la non-violence. — 09b. Alexeï Navalny et les dissiden...
 
Histoire et figures de la non-violence. — 09. Depuis 1970
Histoire et figures de la non-violence. — 09. Depuis 1970Histoire et figures de la non-violence. — 09. Depuis 1970
Histoire et figures de la non-violence. — 09. Depuis 1970
 
Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...
 
Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...
 

Dernier

Dernier (11)

rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfrapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
 
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptxGHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
 
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
 
Àma Gloria.pptx Un film tourné au Cap Vert et en France
Àma Gloria.pptx   Un film tourné au Cap Vert et en FranceÀma Gloria.pptx   Un film tourné au Cap Vert et en France
Àma Gloria.pptx Un film tourné au Cap Vert et en France
 
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigéesTexte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter        la             nuit.   pptxQuitter        la             nuit.   pptx
Quitter la nuit. pptx
 
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptxGHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
 
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
 
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre françaiseNathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
 
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciation
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciationFiche de vocabulaire pour faire une appréciation
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciation
 
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbainesUn petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbaines
 

Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 06. De 1930 à 1939

  • 1. Trombinoscopes "Chercheurs d’humanité" Penseurs et acteurs d’un changement sociétal 6 - de 1930 à 1939 É. G. -06.04.2021
  • 2. Pierre Vidal-Naquet (1930-2006), historien et philosophe français. Parents Résistants, déportés et morts à Auschwitz. Licencié es lettres, agrégé d’histoire, professeur aux universités d’Orléans, Caen, Lille, Lyon, directeur d’étude à l‘’École pratique des hautes études’ (EPHE) puis à l‘’École des hautes études en sciences sociales’ (EHESS).Spécialiste de l'histoire de la Grèce ancienne. Auteur de plusieurs ouvrages historiques ou politiques, coordonne la rédaction de livres les plus divers (par ex. sur la conquista de l’Amérique latine) et écrit de très nombreuses préfaces. Marxiste anti- stalinien, militant actif contre la torture pendant la guerre d'Algérie, contre la dictature des colonels grecs. Soutient les efforts de paix dans le conflit israélo-arabe au Moyen-Orient, affirmant dès 1967 la nécessité de créer un État palestinien aux côtés d'Israël. À partir de la fin des années 1970, consacre une part de son activité intellectuelle à la lutte contre la poussée du négationnisme. Membre du Comité de parrainage de la « Coordination française pour l’éducation à la non-violence’ et de l‘Observatoire des armements’. Un des initiateurs de la pétition ‘Liberté pour l'histoire’ en décembre 2005. « Je ne crois guère à la vérité absolue, mais je crois beaucoup à la nécessité de débusquer l'imposture. »
  • 3. Maria de Lurdes Pintasilgo (1930-2004), femme politique portugaise. Ingénieure en chimie industrielle, animatrice du Movimento Internacional dos Estudantes Católicos. Durant les années de dictature, milite pour la démocratie alors que la hiérarchie était largement compromise avec les gouvernants de l'Estado Novo. Participe activement à la ‘Révolution des Œillets’ (1974). Proche des socialistes, Premier ministre de transition pendant 6 mois (rend la Sécurité sociale universelle, améliore les soins de santé, l'éducation et la législation du travail) puis euro-députée. Une des grandes pionnières des mouvements féministes mondiaux. « Les femmes (…) introduisent quelque chose de nouveau. C'est ce qui découle de la façon d'être des femmes : le courage d'être soi- même au risque de paraître parfois naïves, idéalistes, utopiques. Risque inévitable chaque fois qu'au lieu de parler la langue de bois des politiciens, les femmes essaient de parler la langue du réel, qui rejoint les besoin des gens. »
  • 4. Jaime Escalante Jaime Alfonso Escalante Gutierrez (1930-2010), enseignant bolivien, issu du peuple des Aymaras « qui, dit-il, connaissaient les mathéma- tiques avant les Grecs et les Égyptiens». Formation à San Calixto, prestigieuse école secondaire jésuite. Enseigne les mathématiques et la physique pendant 12 ans, puis émigre aux États-Unis. Y occupe de nombreux petits boulots, puis enseigne de 1974 à 1991 à la Garfield High School de East Los Angeles à des élèves hispaniques de milieux pauvres, en difficulté dans une école délabrée réputée pour sa violence et ses trafics de drogues. Au lieu d’adapter ses cours de mathématiques à ses élèves les moins performants, choisit de croire en eux et de les amener tous à l’excellence. Passionné, se dévoue sans compter à ses étudiants. En 1982, devient célèbre lorsque son groupe le plus important, composé de 18 étudiants, passe et réussit le difficile examen AP Calculus. On les accuse un temps d’avoir triché, mais ils repassent l'examen et le réussissent. En 1991, quitte Garfield, lassé des jalousies et du cynisme des autres professeurs. « Le futur, on n’y entre pas, on se le crée. Le futur s’invente en bossant dur ! »
  • 5. Henri Burin des Roziers (1930-2017), dominicain français, avocat à Paris. En habit de dominicain, défend devant la Justice les "Katangais", marginaux accueillis à l'université durant les événements de 1968. Défend les travailleurs immigrés maghrébins en Haute-Savoie. En 1978, part pour le Brésil, se fait avocat des "sans-terre". En 2000, avocat de la Commission Pastorale de la Terre, obtient la condamnation d’un fazendeiro, un grand propriétaire terrien responsable de l'assassinat d'un leader syndical. Sa tête est mise à prix. Depuis 2005, après l’assassinat de la missionnaire américaine Dorothy Stang (73 ans), il est de nouveau menacé de mort, comme nombre de syndicalistes et de religieux défenseurs des droits des plus pauvres, et protégé à ce titre par la police. « Notre lutte pour la terre, pour l’eau et pour la vie des pauvres est peut-être une goutte d’eau, mais c’est aussi une petite semence qui s’enfouit dans la terre et qui un jour va porter ses fruits. »
  • 6. Michel Rocard (1930-2016), économiste et homme politique français. Science Po, ENA. Secrétaire national du PSU, ministre, Premier ministre de juin 1988 à mai 1991, premier secrétaire du Parti socialiste de 1993 à 1994, député européen puis sénateur. Initiateur du RMI et de la CSG, et des accords de paix en Nouvelle Calédonie, Crée en mars 2012 le Collectif Roosevelt 2012 avec Pierre Larrouturou, Stéphane Hessel, Edgar Morin et de nombreux intellectuels et personnalités publiques de la société civile et politique. Ce collectif présente 15 propositions pour éviter un effondrement économique, élaborer une nouvelle société et créer une Europe démocratique. « L’idée que le marché fournit ses meilleurs performances si aucune intervention publique ou loi ne cherche à l’orienter ou contrôler est radicalement nouvelle en économie, et même largement contraire à la pensée de toujours du libéralisme et des libéraux. » ../..
  • 7. Michel Rocard « L’analyse par Marx de la survenance des crises demeure d’une étonnante et profonde pertinence dans l’actualité présente. » « Ces recherches et ces travaux (de Milton Friedman et de l’ "école de Chicago") respectaient trois axiomes centraux qui sont faux : les ressources naturelles sont illimitées; la nature a un pouvoir réparateur et reconstituant considérable; il n’y a pas de limite physique à la croissance ». « On ne peut sortir de l’euro sans une tempête monétaire effrayante qui laisserait des nations dévastées et très affaiblies. (…) Il faut approuver et appuyer la relance d’une unité européenne qui est déjà protectrice, et continuer dans ce cadre le combat de doctrine pour retrouver les fondements et les moyens d’un nouveau modèle de développement, soutenable celui-là ».
  • 8. Michel Serres (1930-2019), philosophe et homme de lettres français, professeur d’histoire des sciences à l’’Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne’ et à la Stanford University. Académicien. Cherche les jonctions possibles entre les sciences exactes et les sciences sociales. Met en parallèle les anges messagers des religions monothéistes et les milliards de messages échangés chaque jour dans un monde de communication et de réseaux. Répète volontiers que Hiroshima reste le principal objet de sa pensée, éthique et métaphysique. « Mais cette messagerie universelle s'accompagne d'indicibles injustices, d'une misère croissante, de famines et de guerres, d'une révoltante inégalité. » « (Les nantis sont) les faux dieux cruels et insensibles du paganisme antique » « La seule vraie désobéissance est celle qui permet d'inventer ». ../..
  • 9. Michel Serres « Un philosophe doit faire trois voyages. Il doit voyager dans la totalité du savoir, c’est-à-dire être encyclopédiste. Dans la totalité du monde, c’est-à-dire dans les paysages qui permettent de voir la planète. Et dans la totalité des hommes, à travers les classes sociales et les cultures, pour rencontrer le plus de langues et de religions possible ». « Il est urgent que l’humanité passe un contrat avec la planète Terre en inventant pour elle, à l’instar du contrat social, un contrat naturel où justice sera faite à la nature, et que soit élaborée une déclaration universelle de droits de la nature. L’homme qui signera le contrat avec la nature est expert dans les connaissances formelles ou expérimentales, préfère l'action aux rapports, à la fois archaïque (préserver l'Histoire et les traditions) et contemporain, traditionnel et futuriste, humaniste et savant, audacieux et prudent, estimant la méconnaissance autant que les sciences, les contes de bonne femme plus que les concepts, les lois aussi bien que le non droit, moine et voyou, errant mais stable, enfin et surtout brûlant d'amour envers la Terre et l'humanité ». ../..
  • 10. Michel Serres N’a jamais cessé de « faire des ponts » entre les disciplines, mais entre des espaces culturels, institutionnels et théoriques que tout semblait séparer : entre sciences et philosophie, philosophie et littérature, culture classique et culture populaire, tradition et invention, espace universitaire et espace médiatique. Dans L’art des ponts, développe avec son habituelle verve la métaphore des ponts pour décrire le désir de rapprocher, de relier, d'unifier, tant au plan matériel et physique qu'intellectuel et spirituel, des domaines et des territoires différents. Tantôt amoureux transi, tantôt amant passionné, déclare sa flamme aux ponts et nous entraîne sur leurs tabliers, qu'ils soient de chair ou de métal, de pierre ou de paroles. « Le dieu de ma jeunesse était Hermès. Dans le panthéon grec, il était le dieu des messagers, des traducteurs, des commerçants, de ce que l'on appelle le go between ou les intermédiaires. » « Je n'ai jamais rêvé que de ponts, écrit que d'eux, pensé que sur ou sous eux ; je n'ai jamais aimé qu'eux. Ce livre sur les ponts finit comme le livre de tous mes livres. » « Le pont est un symbole, le symbole est un pont. » « Faire de la philosophie, c’est faire des ponts ! » Photo : Pont de Shaharah (Yémen)
  • 11. Jean Ferrat Jean Tenenbaum (1930-2010), fils d’un Juif russe naturalisé français et mort à Auschwitz. Auteur-compositeur-interprète français. Auteur de chansons à texte, alterne chansons sentimentales, poétiques et engagées et a souvent maille à partir avec la censure. Reconnu pour son talent de mélodiste, met en musique et popularise les poèmes de Louis Aragon. Fidèle à ses idéaux communis- tes, conserve sa liberté de penser et se démarque du ‘Parti Communiste Français’, notamment quand Georges Marchais évoque le « bilan globalement positif » du communisme : « Mais quand j'entends parler de bilan positif / Je ne peux m'empêcher de penser : à quel prix ? / Et ces millions de morts qui forment le passif / C'est à eux qu'il faudrait demander leur avis. (…) Un avenir naissant d'un peu moins de souffrance / Avec nos yeux ouverts en grand sur le réel / Un avenir conduit par notre vigilance / Envers tous les pouvoirs de la Terre et du Ciel. » « Nous ne voulons plus de guerre / nous ne voulons plus de sang. / Halte aux armes nucléaires / halte à la course au néant. / Devant tous les peuples frères / qui s'en porteront garants / déclarons la paix sur terre / unilatéralement. Parce qu'ils ont un jour atteint l'Universel / dans ce qu'ils ont écrit, cherché, sculpté ou peint / La force de la France, c'est Cézanne et Ravel / c'est Voltaire et Pasteur, c'est Verlaine et Rodin »
  • 12. Daniel Ellsberg Né en 1931, analyste états-unien, docteur en économie. Pendant la guerre du Viêt Nam, fournit en 1971 au New York Times et au Washington Post les Pentagon Papers, 7 000 pages de documentation top-secrète appartenant au Pentagone. Ces documents révèlent que le gouvernement avait connaissance, dès le début, que la guerre pourrait pas être gagnée, et que la poursuite de la guerre serait beaucoup plus meurtrière que ce qui était admis officiellement. Poursuivi pour vol, conspiration et espionnage. Ne pas profite pas de la protection des lanceurs d’alerte, en raison de la violation d’un secret d’État. Le juge Byrne conclut par un non-lieu, car l'accusation s'est procuré des preuves qu'elle espère convaincantes en volant le dossier psychiatrique d'Ellsberg chez son médecin... Prix Nobel alternatif en 2006. Prend position contre la guerre en Irak et pour soutenir le site Wikileaks. Favorable à une nouvelle enquête indépendante sur les attentats du 11 septembre 2001.
  • 13. Dorothy Stang José Amaro Lopes de Sousa D. S. (1931-2005), religieuse catholique états-unienne de la ‘Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de Namur’, naturalisée brésilienne. En 1966, arrive au Brésil. En 1983, se fixe à Anapu, sur la route Transamazonienne, à 700 km au sud de Belém, capitale du Pará. Défend les paysans pauvres et illettrés face aux grands propriétaires sans scrupule. Surnommée "l'Ange de la Transamazo- nienne", milite à la ‘Commission Pastorale de la Terre’ (CPT), partageant la vie des plus pauvres. En 1984, est visée par un attentat lorsque des tueurs à gage tirent sur le camion dans lequel elle se trouve avec des syndicalistes. Le 12 février 2005, assassinée par deux pistoleiros (tueurs à gages), d'une balle dans l'abdomen, une dans le dos, et 4 autres en pleine tête. L’instigateur sera condamné à 30 ans de prison en oct. 2007. José Amaro Lopes de Sousa, prêtre à Anapu au Brésil, ami proche de D. Stang, est arrêté le 27 mars 2018 et incarcéré. Défenseur des droits des Sans- terre, il est accusé d’invasions illégales de terres et d’extorsion de fonds. Ces accusations sont jugées diffamatoires par ses nombreux soutiens.
  • 14. Bernard Lambert Syndicaliste agricole, évincé du CA de la FNSEA, fonde en 1970 le mouvement des ‘Paysans-Travailleurs’, puis en 1981 la ‘Confédération nationale des syndicats de travailleurs-paysans’, l'origine de la ‘Confédération paysanne’. Grande figure des luttes paysannes dans l'Ouest de la France et au Larzac au cours des années 1970. Est aussi à l'origine de l'affaire du ‘veau aux hormones’ en 1980, et, plus généralement, de la remise en cause du productivisme agricole à outrance, de l’agriculture industrielle et chimique, de la politique agricole française et européenne menée depuis 1945. Décède dans un accident automobile. (1931-1984), agriculteur et homme politique français. Fils de métayers, responsable national de la ‘Jeunesse Agricole Chrétienne’ (JAC) puis du ‘Centre national des Jeunes agriculteurs’ (CNJA). Dans les années 1957-1958, grâce à ses contacts personnels, joue un rôle déterminant pour un rapprochement des syndicats ouvriers et paysans en Loire-Atlantique. Se lance dans la production des poulets de chair, Président de la SICA SAVA de Challans, coopérative d'aviculteurs. De 1958 à 1962, député au Mouvement Républicain Populaire (MRP). Milite au PSU de 1966 à 1972, un des animateurs de mai 1968 à Nantes.
  • 15. Toni Morrison Chloe Ardelia Wofford Morrison (1931-2019), romancière, essayiste, critique littéraire, dramaturge, professeure de littérature et éditrice états-unienne. Petite-fille d’anciens esclaves. En se convertissant au catholicisme, prend comme nom de baptême Anthony, que ses amis abrègent en Toni. Thèse sur le thème du suicide chez Faulkner et Virginia Woolf, professeure puis éditrice spécialisée en littérature noire. Évoque dans son œuvre la double et difficile condition de Noir et de femme aux Etats-Unis. Tout au long de sa vie, se bat pour les droits civiques des afro-américains comme pour la libération de la parole de la femme. Prix Nobel de littérature 1993. Laisse une œuvre immense, tout entière tendue par une grande exigence poétique, morale et politique. « Le langage de l’oppression représente bien plus que la violence ; il est la violence elle-même ; il représente bien plus que les limites de la connaissance ; il limite la connaissance elle-même. »
  • 16. Maria Mies Allemande née en 1931. Professeure de sociologie à l'Université des Sciences Appliquées (Fachhochschule) de Cologne. Travaille pendant de nombreuses années en Inde. En 1979, fonde le programme "Femmes et développement" à l'Institut des études sociales de La Haye (Pays-Bas). Active dans le mouvement des femmes et les études sur les femmes depuis la fin des années 1960. Publie plusieurs livres et de nombreux articles sur les questions féministes, écologiques et du monde en développement. Avec Vandana Shiva, présente une critique féministe fondamen- tale du développement industriel moderne, ses effets sur les femmes et les enfants, sur la nature et sur tous les aspects de l'environnement, avec de nombreux exemples de la vie réelle dans le monde. Affirme que pour protéger l'environnement et les femmes, nous devons rejeter l'idée d'une croissance économique illimitée et d'un consumérisme de masse.
  • 17. Chico Whitacker Francisco Whitacker, né en 1931. En 1957, dès l'obtention de son diplôme d'architecte-urbaniste, collabore avec Louis- Joseph Lebret. De 1962 à 1963, travaille sur la planification urbaine et les projets de réforme agraire pour le gouvernement brésilien. En 1966, s'exile en France, avec sa femme Stella et 4 enfants, durant la dictature militaire, à la suite de son action de militant chrétien. De retour au Brésil, organise des mouvements de solidarité pour les chômeurs, fait réformer la constitution, lutte contre la corruption. Coorganisateur en 2001 à Porto Alegre du premier ‘Forum Social Mondial’. Démissionne en 2006 du ‘Parti des Travailleurs’ englué dans les luttes de pouvoir pour se consacrer à un travail dans la société civile. Membre du ‘Conseil pour l’avenir du monde’. « L’espérance est dans la mise en réseaux de ceux qui, dans leur pratique, privilégient l’humain à la course à l’argent et combinent changement personnel et changement social ».
  • 18. Augusto Boal (1931-2009), écrivain, dramaturge, metteur en scène, homme de théâtre brésilien. Doctorat de chimie. Fonde en 1956 le Théâtre Arena de São Paulo, y développe jusqu'en 1964, à côté de mises en scène classiques, un théâtre populaire, de rue et contestataire dans lequel il développe le personnage du spect-acteur. Publie en 1971 Le ‘théâtre de l'opprimé’ (Teatro do Oprimido). Arrêté, torturé et contraint à l'exil vers Paris. Pendant les années 1970, voyage dans toute l'Amérique latine. Après la fin de la junte militaire au Brésil, crée le Centro de Teatro do Oprimido de Rio de Janeiro. Dès 1981, se penche sur le théâtre thérapeutique. Élu à la chambre législative de Rio en 1992, crée le théâtre législatif. « Le théâtre doit être un moyen de transformer la société. Il peut nous aider à construire notre avenir au lieu de simplement l’attendre».
  • 19. Mikhaïl Gorbatchev Né en 1931, homme d'État russe, dirige l'URSS entre 1985 et 1991. Résolument réformateur, s'engage à l'extérieur vers la fin de la guerre froide, et lance à l'intérieur la libéralisation économique, culturelle et politique : glasnost (transparence) pour supprimer les reliquats de stalinisme et perestroïka (restructuration) pour combattre la stagnation économique. En mai 1988, retire les troupes soviétiques d'Afghanistan. Impuissant à maîtriser les évolutions qu'il a lui-même enclenchées. Prix Nobel de la Paix en 1990. Sa démission marque le point final de l'implosion de l'URSS, précédée de deux ans par l'effondrement des démocraties populaires en Europe de l'Est. En 1989, en visite officielle en Chine, on sollicite son opinion à propos de la muraille de Chine : "Très bel ouvrage, dit-il, mais il y a déjà trop de murs entre les hommes" . À un journaliste qui lui demande : "Voudriez-vous qu’on élimine celui de Berlin ?", Gorbatchev répond très sérieusement : "Pourquoi pas ? "
  • 20. Alain Ruellan (1931-2012), ingénieur agricole français, diplômé en géomorphologie, pédologue, docteur ès sciences naturelles. Directeur général de l’’ORSTOM’, responsable du programme environnement du ‘CNRS’. Ex-président du ‘CRID’ et de la ‘Cimade’, cofondateur du ‘CRIDEV’ et de ‘Ritimo’. Un de ceux qui ont changé le milieu de la solidarité internationale, l’aidant à prendre en compte la dimension environnementale des questions de développement, du local au mondial. « Les sols ne peuvent pas être gérés uniquement par des propriétaires privés du sol, sans contrôle par la société. Au même titre que l'eau et l'air, le sol fait partie du patrimoine commun. ». CRID : ‘Centre de Recherche et d’Information pour le Développement’. CIMADE : ‘Comité Inter-Mouvements Auprès Des Évacués’, service œcuménique d’entraide. CRIDEV : ‘Centre rennais d'information pour le développement et la solidarité internationale’. RITIMO : ‘Réseau des centres de documentation pour le développement durable et la solidarité internationale’.
  • 21. Paul Virilio (1932-2018), urbaniste, philosophe, sociologue français, né d’un père italien et d’une mère bretonne. Maître-verrier puis professeur à ‘l’École Spéciale d’Architecture’. Dénonce la tyrannie de l’instantanéité, de l’immédiateté, de l’ubiquité rendue possible par les technologies de l’information et de la communication. Étudie aussi les risques inhérents aux nouvelles technologies et comment la technocratie tend à les cacher. Dans les années 1980, s'engage aux côtés du père Patrick Giros en faveur des sans-logis et des exclus. Craint la « démocratie permanente » où l’élu est sous contrôle constant de tous par les médias, par Internet. Préconise la décélération de l’esprit, et pas seulement des moteurs. « La pollution audiovisuelle synchronise et standardise les émotions. Si le temps, c’est de l’argent, la vitesse, c’est le pouvoir. Et la vitesse absolue est le pouvoir absolu. Elle génère apathie citoyenne, peur de la mort et tentation de surhumanité. Décélérer, c’est ré-épouser la philosophie ».
  • 22. Maurice Audin (1932-1957), mathématicien français, assistant à l’université d’Alger, membre du ‘Parti communiste algérien’ (PCA) et militant de l'indépendance algérienne. En septembre 1956, organise, avec sa sœur et son beau-frère l'exfiltration clandestine à l'étranger de Larbi Bouhali, premier secrétaire du PCA. Au cours de la bataille d'Alger, en 6 mois, 3 000 Algériens disparaissent après leur arrestation. Après son arrestation le 11 juin 1957, disparaît et meurt à une date inconnue. Son corps n'a jamais été retrouvé. Pour ses proches ainsi que pour nombre de journalistes et d'historiens, notamment Pierre Vidal-Naquet, est tué pendant son interrogatoire par des parachutistes. Cette thèse a longtemps été rejetée par l'armée et l'État français, qui affirmait qu'il s'était évadé, jusqu'à ce que le général Paul Aussaresses (1918-2013) affirme avoir donné l'ordre de le tuer au couteau pour faire croire à un meurtre par des Algériens. En septembre 2018, le président Emmanuel Macron reconnaît officiellement les responsabilités de l'État français et de l'armée française dans cet assassinat.
  • 23. Miriam Makeba (1932-2008), chanteuse d'ethno-jazz et activiste politique sud- africaine opposée à l’apartheid. Exilée en 1959, naturalisée guinéenne dans les années 1960, algérienne en 1972, puis citoyenne d'honneur française en 1990. Chante contre le racisme, pour la tolérance et la paix, en zoulou, en xhosa, en tswana, en swahili et en arabe. Revient en Afrique du Sud en 1990 à la demande de Nelson Mandela. Parfois surnommée Mama Afrika. Rêve d'une grande Afrique unie. Pour son pays, exhorte ses frères noirs au pardon. Ambassadrice de bonne volonté de l’’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture’ (FAO). « Il faut nous laisser grandir. Les Noirs et les Blancs doivent apprendre à se connaître, à vivre ensemble. »
  • 24. Marie-Françoise Fuchs Née en 1932, médecin et psychanalyste, psychologue clinicienne, ex-membre du ‘laboratoire de Psychologie clinique’ de l’Université René Descartes (Sorbonne). Fondatrice en 1994 de l’’École des Grands Parents Européens’ pour « faciliter, optimiser et faire reconnaître le rôle essentiel des grands- parents dans la famille et la société ». Fondatrice en 2008 de l’association ‘Old Up’ ("Vieux debout !" , devise : Plus si jeunes, mais pas si vieux !, destinée aux personnes de 70 ans et plus) pour « - mener réflexion et actions dans les domaines de l'accessibilité et de la santé, - tisser du lien intergénérationnel,- promouvoir une contribution citoyenne utile dans l'évolution de la société d'aujourd'hui. » « Ce ne sont pas des séniors qui entrent dans l’âge de la préretraite, mais ce ne sont pas non plus des vieillards en perte d’autonomie. Cette génération des vieux debout, représente en France près de 10 millions de personnes, dont les femmes sont majoritairement présentes. (…) Nous souhaitons aussi mieux comprendre les enjeux et la chance que représente pour nous la citoyenneté européenne.»
  • 25. Vera Chirwa Née Mlangazua en 1932, juriste malawite et militante des droits de l'homme. Première femme avocate du Malawi. Fondatrice de la ‘Ligue des femmes africaines au Nyassaland’ (devenu Malawi), et avec son mari, Orton Chirwa, du ‘Parti du Congrès du Malawi’. Lutte pour la démocratie multipartite. Son mari et elle sont enlevés en déc. 1981 par la police malawite, accusés de complot, jugés et condamnés à mort. Dans le couloir de la mort pendant 3 ans. Suite à la pression internationale, leur condamnation est transformée en 1984 en emprisonnement. Restent détenus pendant 12 ans, privés de soins, sous-alimentés, enfermés au secret dans leurs cellules, enchaînés la nuit, sans contact. Libérée en janv. 1993, pour des raisons humanitaires, gagne Lusaka, en Zambie. Crée l’ONG Malawi Carer pour proposer une aide juridique gratuite et des programmes d’éducation pour les femmes. En 2000, rapporteur sur les prisons et les conditions de détention en Afrique, pour la ‘Commission africaine des droits de l'homme et des peuples’ (CADHP), un organisme de l’Union africaine. Lutte contre la peine de mort. Sa candidature aux élections présidentielles de 2004 est refusée.
  • 26. Päldèn Gyatso Né en 1933, moine bouddhiste tibétain. Participe au soulèvement tibétain de 1959 contre l’invasion chinoise. Torturé, condamné à 7 ans de prison. S’évade, repris, condamné à 8 ans de prison et de mauvais traitements. Libéré en 1976, mais interné dans un camp de travail forcé. Alerte ses concitoyens sur les exactions perpétrées dans les prisons par les Chinois. Réincarcéré et torturé par électrochocs. Passe au total 33 ans dans les prisons et des camps. Après sa libération en 1992, quitte le Tibet pour Dharamsala, en Inde du Nord, où siège l’administration tibétaine en exil. « Au fond de moi je n'ai ni rancune ni haine envers les Chinois. Tout ça est du passé. Je pardonne même à ceux qui m'ont torturé. La non- violence est importante, la haine est le contraire de Bouddha. La haine ne vous apporte rien, ni à vous, ni aux autres. Il est de mon devoir et du devoir de tous les Tibétains de trouver le dialogue et une solution pacifique. »
  • 27. François de Closets Né en 1933, journaliste français. Sciences Po. En 1988, préside la commission ‘Efficacité de l'État’ dans le cadre du ‘Commissariat général au Plan’. Le rapport final, Le pari de la responsabilité, inspirera la politique du gouvernement sur le renouveau du service public Traite en vulgarisateur de sujets divers tels que la science, l'économie, la communication, la santé et la culture. Dénonce les risques d’un progrès incontrôlé et les illusions du progrès technique, le néo-corporatisme qui ronge la société française, l’instrumentalisation des grandes valeurs par le système politique, le gaspillage de l'argent public, etc. « La technique ne donne et ne donnera jamais que des moyens. Elle ne comporte aucune finalité. De moyens, l'homme est riche comme il n'aurait jamais pensé l'être. (…) Mais il est toujours aussi démuni de finalités. Aussi peut-il provoquer un suicide collectif, ravager la Terre, déshumaniser le monde, aliéner l'individu, etc. Le dynamisme de la condition humaine n'a pas de direction privilégiée. Surtout pas celle du bonheur et de la sagesse. Il mêle le meilleur et le pire dans un chaos indissociable ».
  • 28. Jacques Julliard Né en 1933, journaliste et essayiste français, ‘École Normale Supérieure’, agrégé d’histoire, responsable syndical (‘UNEF’, ‘SGEN’). Assistant d’histoire contemporaine à la Sorbonne, puis directeur d’étude à l’EHESS. Directeur de la collection Politique aux ‘éditions du Seuil’. Depuis 2010, éditorialiste de l'hebdomadaire Marianne, après 32 ans passés au Nouvel Observateur. Analyse comment l’argent a dissous les 3 éthiques constitutives de notre histoire européenne : l’éthique aristocratique de l’honneur, l’éthique chrétienne de la charité, l’éthique ouvrière de la solidarité, qui toutes les 3 posaient le primat de valeurs collectives sur les intérêts purement individuels. Présente la chute du mur de Berlin et des régimes communistes d’Europe de l’Est en 1989 comme « cette irruption de la non-violence dans l’Histoire ». « D’emblée, les chefs des mouvements démocratiques dans les pays de l’Est avaient choisi délibérément la non-violence. (…) Ainsi, ce n’est pas la violence, mais bien la non-violence de masse qui a renversé les momies stupides de l’autre côté de l’Europe. »
  • 29. Françoise Héritier (1933-2017), anthropologue et ethnologue française, professeure au ‘Collège de France’. Une des personnalités à l’origine de la chaîne de télévision Arte, soutient les mouvements d’action et de recherche sur la non- violence. « Personne n'est obligé d'aimer tout le monde. C'est vrai pour les individus que l'on côtoie, ce peut être vrai pour des cultures dans leur ensemble où l'on se sent plus ou moins à l'aise, par manque de familiarité et d'observation. Encore faut-il ne pas user de ces émotions pour justifier la mise à l'écart, le mépris et la disqualification des autres (…). « Le goût des autres ne m'a jamais quitté. Pour le transmettre, je crois qu'une éducation à la différence à l'école, au collège et au lycée s'avère nécessaire ».
  • 30. Françoise Héritier « La violence n'est pas innée chez l'homme. Elle s'acquiert par l'éducation et la pratique sociale. » « La réussite de Non-Violence XXI viendra de sa capacité à dissocier auprès du public, les notions de violence et de force. La force, notamment celle du droit, peut s’exercer par la contrainte : elle n’est pas pour autant une violence. La non-violence est un concept qui reste souvent associé au pacifisme. C’est bien sûr un contre-sens. L’exemple de Gandhi a pu instaurer dans les esprits l’idée que la non-violence est le propre d’une culture qui ne serait pas occidentale. Il faut donc faire entrer la non-violence dans notre culture. »
  • 31. Gerard Endenburg Né en 1933, ingénieur néerlandais en électrotechnique. Scolarité dans une école alternative, fondée par Kees Boeke (1884- 1966), bénéficiant d'une pédagogie proche de Montessori et Freinet, axée sur l'autonomisation des enfants et l'autorégulation dans la classe. Après avoir travaillé chez Philips où il prouve ses grandes capacités inventives, reprend en 1968 la direction de l'entreprise familiale Endenburg Elektrotechniek. En 1970, atterré par les batailles d'égos récurrentes au sein du comité directeur de l'entreprise, se consacre à améliorer l'organisation interne. À partir de son éducation et de sa culture quaker, de ses connaissances en cybernétique (théories des systèmes de contrôle/ commande) et des travaux d’Ilya Prigogine (1917-2003), invente progressivement la méthode sociocratique moderne. La sociocratie* est un mode de gouvernance partagée qui permet à une organisation, - quelle que soit sa taille, d'une famille à un pays -, de fonctionner efficacement selon un mode auto-organisé caractérisé par des prises de décision distribuées sur l'ensemble de la structure. Elle s'appuie sur la liberté et la co-responsabilisation des acteurs et met l'intelligence collective au service du succès d'objectifs communs. ../.. * littéralement : "pouvoir du groupe", mot créé par le philosophe français Auguste Comte
  • 32. Gerard Endenburg et la sociocratie Les 4 piliers de la sociocratie sont : - Prise de décision par consentement, après avoir écouté tous les avis; - Cercles de décision qui réalisent la mission de l'unité de travail, et s’appuient sur la structure hiérarchique; chaque cercle définit sa vision, sa mission, ses objectifs ; - Double lien : le responsable de l'unité opérationnelle est choisi par le cercle de niveau supérieur. Une deuxième personne, distincte de la précédente, est choisie par le cercle pour participer au cercle de niveau supérieur et donner ou non son consentement aux décisions qui y sont prises. Ces deux personnes sont membres à part entière des deux cercles; - Élection, sans candidats déclarés, des personnes à des postes à pourvoir. Globalement, les organisations qui adoptent la sociocratie constatent un réel gain d'efficacité : la règle du consentement assure qu'une décision prise est mise en œuvre sans délai et sans résistance. Elles font état d'une meilleure flexibilité, d'une amélioration de la créativité et d'une baisse de l'absentéisme. Les membres de l'organisation déclarent un plus grand sentiment d'apparte- nance, une meilleure image de soi et une amélioration des relations.
  • 33. Jean Ziegler Né en 1934, Suisse, professeur de sociologie. Rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l'alimentation de 2000 à 2008, membre du Conseil des droits de l'homme de l' ONU de 2008 à 2012. Membre de l’ONG Business Control qui vise la criminalité en col blanc. Dénonce notamment les agrocarburants et le secret bancaire suisse. « Les ressources de la planète peuvent nourrir 12 milliards d’humains, mais la spéculation sur les marchés alimentaires et la mainmise des multinationales sur les matières premières créent une pénurie. Chaque être humain qui meurt de faim est assassiné. Ces mécanismes, faits de main d’homme, peuvent être changés par les hommes. Si nous arrivions à faire la jonction, à créer un front de solidarité entre ceux qui luttent à l’intérieur du cerveau de ces monstres froids et ceux qui souffrent à la périphérie, alors l’ordre cannibale du monde serait abattu. ».
  • 34. Jean Cot Né en 1934, militaire français, général d'armée dans le cadre de réserve. Saint-Cyr, commande deux compagnies en Algérie, directeur de cabinet du Secrétaire général de la Défense nationale (SGDN), commande la FORPRONU en ex-Yougoslavie en 1993-94. « La guerre n’est pas une fatalité mais un mode aberrant de résolution des tensions inévitables, voire nécessaires. Elle ne résulte pas de réactions en chaîne incontrôlables mais, le plus souvent, de la volonté délibérée de "fauteurs de guerres" qu’il faut identifier, dénoncer, condamner. (…) Ces nouveaux types de conflits appellent une réforme profonde des institutions chargées de faire régner la paix dans le monde, Organisation des Nations Unies en tête, un changement radical de la politique extérieure des États-Unis, et un plus grand rayonnement politique de l’Europe. Je veux dire enfin l’espérance que suscite la cohorte toujours plus nombreuse des hommes et des femmes qui cultivent et transmettent une véritable culture de paix. »
  • 35. Dominique Schnapper Née Aron en 1934, sociologue et politologue française. Études en histoire et en sciences politiques à ‘Sciences Po’, doctorat en sociologie à la Sorbonne. Depuis les années 1980, directrice d'études à l‘’École des hautes études en sciences sociales’ (EHESS). Travaille sur la sociologie historique, les minorités, le chômage, le travail et la sociologie urbaine, le concept de nation et la citoyenneté. Membre du ‘Conseil constitutionnel’ de 2001 à 2010. Nommée en 2017 à la présidence du ‘Conseil des sages de la laïcité’ à l’Éducation nationale, chargé de préciser la position de l’institu- tion scolaire en matière de laïcité et de fait religieux. Incarne une fermeté républicaine, tout en se tenant à l’écart des passions idéologiques qui agitent le sujet. « L'universel c'est l'idée de l'humanité commune en fonction de laquelle les différentes cultures peuvent entrer en relation. » « L'identité nationale n'est pas en définitive un état de chose biologique, mais culturel : on est Français par le fait qu'on s'exprime dans une certaine langue, qu'on intériorise une certaine culture, et qu'on participe à une vie politique et économique. »
  • 36. Federico Mayor Zaragoza Né en 1934. Scientifique et homme politique espagnol. Directeur Général de l'UNESCO de 1987 à 1999, y développe le programme Culture de la paix : éducation à la paix, aux droits de l'homme et à la démocratie, lutte contre l'isolement et la pauvreté, défense de la diversité culturelle, dialogue interculturel, prévention des conflits. Fonde en mars 2000 la Fundacion Cultura de Paz. « Le XXIème siècle doit mettre en oeuvre un contrat mondial à 4 volets : - un contrat social pour éradiquer la misère et l’exclusion, donner aux femmes leur place dans la société; - un contrat naturel pour réconcilier l’homme et la nature, préserver l’environnement ; - un contrat culturel pour faire de l’éducation un enjeu majeur ; - un contrat éthique pour développer une culture de paix, approfondir la démocratie, promouvoir une éthique du futur. » « Signer des traités de paix n’aura plus grand sens quand toutes les terres émergées seront désertiques et les océans stériles. »
  • 37. Élisabeth de Fontenay Philosophe et essayiste française née en 1934 de mère juive, ex- maître de conférence à l’université de Paris 1. S'interroge sur les rapports entre les hommes et les animaux dans l'histoire, dénonce la maltraitance des animaux, notamment dans les installations d’élevage "industriel". « La différence humaine, c’est le langage articulé et c’est la responsabilité. » « Les pratiques d'élevage et de mise à mort industrielles des bêtes peuvent rappeler les camps de concentration et même d'extermination. » « Les animaux connaissant autant que nous, voire plus, stress et angoisse. (…) Nous devenons de plus en plus conscients d’une communauté des vivants, d’une communauté de destin entre l’homme et l’animal. (…) Ce que je trouve bouleversant, ce sont toutes les mises en relation d'animaux avec des enfants autistes, ou des pensionnaires de maison de retraite, ou des détenus. C'est ce que j'appelle l'intersubjectivité homme-animal. Nous n'en savons pas encore grand- chose. Ce qu'il nous reste à découvrir encore est prodigieux. »
  • 38. Louis Joinet (1934-2019), juriste français. Éducateur de rue pendant 7 ans, instituteur puis magistrat. Accueille les toxicomanes avec sa femme Germaine. Fonde le ‘Syndicat de la magistrature’ en 1968. Un des rédacteurs de la loi ‟Informatique et libertés” et premier directeur juridique de la ‘Commission nationale de l'informatique et des libertés’ (CNIL). Conseiller pour les droits de l’homme à Matignon puis à l’Élysée de 1981 à 1993. Tricote un imbroglio pour compliquer au maximum l’expulsion des paysans du Larzac et dénoue le problème foncier après 1981. Anime la table ovale pour préparer le projet de loi sur l’objection de conscience. Expert indépendant auprès du ‘Comité des droits de l’homme’ de l’ONU pendant 33 ans, donne son nom aux ‟principes Joinet” contre l’impunité en cas de violation des droits de l’homme. Guitariste. «L’amour du droit donne une imagination incroyable. (…) L’application stricte de la loi est un épouvantable facteur d’immobilisme, voire de régression. La loi, c’est comme l’amour, ça va, ça vient. S’il pressent que la loi évoluera, le juge doit œuvrer pour la légalité future.»
  • 39. Ralph Nader Né en 1934, avocat et homme politique états-unien d'origine libanaise. Diplômé d'Harvard et de Princeton, devient célèbre par ses campagnes en faveur des droits des consommateurs dès les années 1960 avec l'association Public Citizen. En 1971, victorieux d’un procès retentissant contre General Motors, qu’il accusait de produire des voitures dangereuses. Fonde d'autres associations (Knowledge Ecology International, etc.), toutes engagées dans la défense de l'intérêt public (public interest law) : agriculture biologique, protection de l’environnement face au tout-économique. Opposé en son temps à la guerre du Vietnam, à la peine de mort. Appelle à la sortie du nucléaire et des énergies fossiles, veut interdire le brevetage du vivant. « Il est urgent de démocratiser les lois du commerce international, d’exiger la présence aux négociations de l’OMC des défenseurs de l’environnement, des travailleurs et des consommateurs. »
  • 40. Guy Bedos (1934-2020), Français d'ascendance espagnole, né en Algérie. Humoriste, artiste de music-hall, acteur et scénariste tendre et généreux, mais à l’humour grinçant. Engagé dans les associations ‘Réseau Éducation sans frontières’(RESF), ‘Ligue des droits de l’homme’, ‘Droit au logement’ (DAL), ‘Collectif Roosevelt’ . «Résister par l’insolence et par le rire». « La réduction du temps de travail, pour les chômeurs, c’est déjà fait ! » « Depuis que toutes les chaînes se livrent cette bataille pour l'audimat, parler de l'intelligence à la télévision, c'est comme si l'on distribuait des guides gastronomiques au Sahel. » « Mon Dieu, si vous existez, délivrez-nous des religions ! » « Je crois beaucoup aux associations. Elles jouent dans la société un rôle beaucoup plus important que les partis. (…) J’ai besoin de voir la force de la nature, la puissance des arbres. Cela me nourrit plus que bien des lectures. »
  • 41. Serge et Beate Klarsfeld S.K., né en 1935, diplômé d'études supérieures en Histoire à la Sorbonne, de l'Institut d'études politiques de Paris, docteur ès Lettres, avocat au barreau de Paris. En 1963, épouse Beate Künzel née en 1939 à Berlin. Ensemble, ils mènent une action militante pour la reconnaissance de la Shoah, de la responsabilité des hommes et des États dans sa mise en œuvre, des droits des survivants et de leurs descendants. À l’initiative des poursuites ou campagnes contre Kurt Lischka, Kurt Waldheim, Aloïs Brunner, Klaus Barbie, René Bousquet, Jean Leguay, Maurice Papon, Paul Touvier, etc. Crée en 1979 l'association ‘Fils et filles de déportés juifs de France’ (FFDJF). En 1978, publie Le Mémorial de la déportation des Juifs de France rédigé à partir de la liste des déportés (76 000), classés par convois. Vice-président de la ‘Fondation pour la mémoire de la Shoah’.
  • 42. Edward Saïd (1935-2003), théoricien littéraire, critique, intellectuel et pianiste états-unien d’origine palestinienne. Professeur de littérature anglaise et de littérature comparée à la Columbia University de New York. Analyse le colonialisme et l'histoire du discours colonial sur les populations orientales placées sous domination européenne. Plaide pour la légitimité politique et l'authenticité philosophique des revendications sionistes des droits à une patrie juive, mais aussi du droit inhérent à l'autodétermination nationale du peuple palestinien. Cofondateur avec Daniel Barenboïm du West-Eastern Divan Orchestra, orchestre israélo-palestinien.
  • 43. Jose Mujica Uruguayen né en 1935, ex-guérillero des Tupamaros en 1960-70, fondateur du Mouvement de participation populaire, député, ministre, puis Président de la République de 2010 à 2015. Délaissant le palais présidentiel, habite la petite ferme de son épouse, "au bout d'un chemin de terre" en dehors de Montevideo. Continue à y cultiver des fleurs à des fins commerciales avec son épouse, et donne environ 90 % de son salaire de Président à des organisations caritatives ou pour aider des petits entrepreneurs, conservant pour lui-même l'équivalent du salaire moyen (environ 900 € par mois). Demande à son chauffeur de respecter les feux rouges. Le patrimoine du couple présidentiel, provenant pour la majeure partie de madame (Mujica n'ayant comme seul bien qu'une VW Coccinelle de 23 ans), est évalué en 2012 à environ 170 000 euros. Lors de la vague de froid de juin 2012, inscrit la résidence présidentielle sur la liste des refuges pour les sans-abris.
  • 44. Jean-Claude Casadesus Né en 1935, percussionniste et chef d'orchestre français. Après 1976, directeur de l‘’Orchestre national de Lille’. S'attache à populariser la musique et à la faire découvrir aussi bien aux détenus d'une maison d'arrêt qu'à des malades hospitalisés, sur les quais de Boulogne-sur-Mer, dans l'usine Renault de Douai, sous un chapiteau à Dunkerque. « La musique est le plus court chemin d'un coeur à un autre. Partout, quels que soient les lieux et les conditions de vie, battent des coeurs qu'elle peut éveiller à la beauté, embraser, voire consoler, fût-ce un moment, de la détresse ou de la solitude. » « Sur scène, les enfants voient les musiciens confrontés à la même nécessité de recommencer, comme à l’école. La pédagogie de l’erreur est la même. Mais là, ça prend un autre sens. Ils comprennent que la volupté passe par une discipline. »
  • 45. Jacques Salomé Né en 1935, français, diplômé de l’EHESS, éducateur puis formateur en relations humaines. Auteur de 64 livres, conférencier, formateur. Fondateur du Centre de formation aux relations humaines ‘Le regard fertile’. Créé la méthode ESPERE (‘Énergie spécifique pour une écologie relationnelle essentielle’). Propose des règles d’hygiène relationnelle (ex. : message "je" et non message "tu", "le Tu tue"), des outils favorisateurs (ex. : bâton de parole, écharpe relationnelle, etc.), des concepts structurants (ex.: différencier besoin et désir). « Écouter signifie être capable de recevoir / recueillir ce que l'autre veut nous dire, dans différents registres : tant au niveau des faits, que celui du ressenti ou du retentissement. C'est aussi tenter de mieux percevoir ce qui relève de la réalité extérieure à sa personne, de son vécu ou de son imaginaire. »
  • 46. André Brink (1935-2015), né en Afrique du Sud, descendant de colons hollandais, grandit dans le milieu des Afrikaners. Sa prise de conscience du racisme et de la nécessité de la lutte contre l'apartheid lui vient en 1960 quand il étudie à Paris, à la Sorbonne. De retour en Afrique du Sud, il rompt avec son père, magistrat, et son milieu, devient professeur à l'Université. Ne cesse d'évoquer dans ses 80 livres la quête de justice, la fierté des peuples, la lutte contre le racisme et pour la liberté des femmes, la tolérance et l’amour de la littérature. « Je parle l’afrikaans bien sûr, l'anglais, le français, le néerlandais, l'allemand, un peu d'italien, d'espagnol, de portugais. C'est une façon de me dire, chaque fois que je vais dans un pays, qu'il me faut auparavant apprendre la langue pour me préparer à la rencontre d'un nouvel espace, d'un peuple, d'une société. »
  • 47. Simon Leys Né en 1935, de son vrai nom Pierre Ryckmans, écrivain, essayiste, critique littéraire, traducteur et sinologue belge, de langue française et anglaise. Études de langue, littérature et art chinois à Taïwan, Singapour et Hong Kong, épouse une Chinoise. Dénonce en 1971 les crimes de la ‘Révolution culturelle’ chinoise et du régime maoïste, les monstrueux dégâts provoqués par le ‘Grand bond en avant’ (la famine a causé 40 millions de morts). En 1974, critique les ouvrages apologétiques sur la Chine de Mao et l’attitudes de divers Occidentaux à l’égard du ‘Grand Timonier’. Est aussi l’auteur de livres érudits, voire laudateurs et passionnés, à propos de la culture chinoise traditionnelle. L’objet de l’université est « la recherche désintéressée de la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences, l’extension et la communication du savoir pour lui-même, sans aucune considération utilitaire ».
  • 48. Scott Peck (1936-2005), psychiatre états-unien. Ne fait pas de distinction entre le psychologique et le spirituel. Pour faire face aux difficultés de la vie et à la souffrance, préconise l’autodiscipline, de se sentir responsable de sa vie sans rechercher des boucs-émissaires, d’être capable remettre en question sa vision du monde, d’accepter la perspective de la mort. Définit l’amour moins comme un sentiment que comme une action, qui suppose humilité, attention à l’autre et volonté de grandir avec lui. « Le mal n’est pas un manque de conscience, mais le refus d’accorder à la conscience le rôle qui lui est dû. Il ne provient pas de l’absence de culpabilité, mais de l’effort fait pour l’éviter . (…) La psychothérapie est une lutte contre le mensonge ».
  • 49. Ismaïl Kadaré Né en 1936, écrivain albanais. Étudie les lettres à l'université de Tirana et à ‘l'Institut de littérature Maxime-Gorki’ de Moscou. Rejetant les canons du réalisme socialiste, s'engage intérieurement à faire le contraire de ce que les dogmatiques enseignent en matière de "bonne" littérature. En 1960, en rupture avec l'Union soviétique, doit revenir en Albanie où il entame une carrière de journaliste. En 1963, la parution de son premier roman Le Général de l'armée morte lui apporte la renommée, d'abord en Albanie et ensuite à l'étranger. N'a pas le droit de parler de ce texte, interdit en Albanie, et qui ne paraîtra sous forme de livre que fin de 1990. En 1967, l'Albanie lance sa ‘Révolution culturelle’ : passe 2 années à Bérat, dans les montagnes du Sud, continue sa lutte constante contre le totalitarisme. Après la parution du poème Les Pachas Rouges en 1975, accusé d'incitation à la rébellion, doit se soumettre à une période de travail manuel, sorte de stage de rééducation à la chinoise, au fin fond des campagnes. En 1981, Le Palais des rêves est sévèrement critiqué et interdit. Kadaré est qualifié d‘ "ennemi" lors du Plénum des écrivains en 1982. Se sentant menacé, il émigre en France où il obtient l'asile en octobre 1990. Aujourd'hui, partage sa vie entre la France et l'Albanie. Voix universelle contre le totalitarisme.
  • 50. Jim Henson James Maury Henson (1936-1990), marionnettiste états-unien, cinéaste, animateur et producteur de télévision et de films. En 1954, pendant ses études, travaille dans la création de marionnettes pour une émission pour enfants le samedi matin. L'année suivante, crée Sam and Friends, émission de 5 minutes pour WRC-TV, alors qu'il vient d'intégrer l'université du Maryland. En 1963, avec sa femme Jane, également marionnettiste, déménage à New York, où ils fondent 'Muppets Inc’. Conçoit Rowlf the dog, un chien-pianiste anthropomorphique. Après 2 projets inaboutis (un spectacle à Broadway et une série télévisée), trouve un appui en la personne du producteur britannique Lew Grade, s'installe à Londres avec toute son équipe pour créer en 1976 l'émission The Muppet Show. Mettant en vedette Miss Piggy, elle devient l'émission la plus suivie dans le monde, attirant quelque 235 millions de téléspectateurs dans une centaine de pays. Innovateur, étend les potentialités de la marionnette en la combinant aux techniques de pointe. Les personnalités de ses marionnettes, avec leur humour anarchique et leurs messages de tolérance dans des dizaines de langues sont attention- nées, exubérantes et drôles. Leurs personnalités nuancées reflètent la gamme des qualités humaines qui leur donnent davantage de profondeur et de charme.
  • 51. Marek Halter Né en 1936, écrivain français, juif d'origine polonaise. Mime, peintre, puis écrivain. Milite pour le respect des droits de l'homme (URSS, Argentine), contre le racisme et l'antisémitisme et pour la paix au Proche-Orient. En 1968, fonde avec sa femme Clara la revue Éléments à laquelle collaborent à la fois des Israéliens, des Palestiniens et des Arabes. Cofondateur de SOS Racisme. En 1992, participe à l’organisation de rencontres secrètes entre Israéliens et Palestiniens à Paris puis à Oslo. « Au même titre qu'existent en nous des pulsions du mal, il y a également des pulsions du bien qui travaillent en nous. Dès lors, il y a quelque chose à faire contre des idéologies qui prônent l'intolérance. L'idéal est de parler à chaque individu séparément, car à l'inverse du groupe, l'individu a une conscience. Le mal est contagieux, le bien l'est aussi ".
  • 52. René Schaerer, Christiane Jomain et autres Né en 1936, cancérologue au CHU de Grenoble. Cofondateur en 1983, à Grenoble, avec Janine Pillot, Christiane Jomain et Patricia Floriet, de l’association ‘Jusqu’à la mort, accompagner la vie’ (JALMALV), pour ouvrir la voie des soins palliatifs en France et améliorer la prise en charge des malades et des familles, tout en faisant évoluer les mentalités “pour que la mort ne soit plus un tabou ”. Elle a donné naissance à une fédération qui regroupe 80 associations en France. « Un autre regard est possible : il reconnaît à travers celui ou celle qu'atteignent la maladie mortelle ou la grande vieillesse, un être humain à part entière. Il ne voit aucune valeur propre à la souffrance, mais il reconnaît pleinement la vie humaine et sa dignité dans la traversée de la souffrance ainsi que dans les solidarités qu'elle suscite pour la soulager. » « Nous agissons au plan local et au plan national afin que le mourant soit reconnu comme un vivant jusqu'à son dernier souffle. »
  • 53. Julos Beaucarne Belge né en 1936, conteur, poète, comédien, écrivain, chanteur, sculpteur. Traduit de multiples façons la révolte, la tendresse, l'humour et le quotidien. À la suite du meurtre de sa compagne Loulou (Louise-Hélène France) par un déséquilibré, en 1975, son style devient encore plus profondément humaniste. Écrit cette nuit-là une lettre ouverte, analysant la culpabilité de la société malade. À la mort du roi Baudouin, est choisi comme symbole du peuple belge pour chanter un hommage au roi défunt. Infatigable apôtre de l'écologie, de l'amour entre les hommes, vélorutionnaire. « Amis bien aimés, Ma Loulou est partie pour le pays de l'envers du décor, un homme lui a donné neuf coups de poignard dans sa peau douce. C'est la société qui est malade, il nous faut la remettre d'aplomb et d'équerre, par l'amour et la persuasion.(…) Le monde est une triste boutique, les cœurs purs doivent se mettre ensemble pour l'embellir, il faut reboiser l'âme humaine. (…) Je pense de toutes mes forces, qu'il faut s'aimer à tort et à travers. »
  • 54. Claude Érignac (1937-1998) haut fonctionnaire français, préfet. Homme de dialogue et de négociation. Ses valeurs : courage, fermeté quant au respect des bonnes lois, tolérance et respect de l’autre, solidarité et humanisme. Assassiné à Ajaccio par des indépendantistes corses. « Face aux difficultés, aux menaces, à la peur, à l’angoisse, il n’est de salut que dans la solidarité. L’autre, l’étranger, le proscrit, ne saurait être l’ennemi. C’est une leçon qui est toujours d’actualité très concrète, très quotidienne. (…) Le deuxième sens, c’est un hommage rendu au courage, mais surtout à la lucidité. Au courage contre la passivité, la docilité et l’obéissance aveugle. Dans l’histoire des hommes et des nations, de tous les hommes et de toutes les nations, nous savons bien que des monstres existent. Mais nous savons aussi qu’ils sont trop peu nombreux pour être véritablement dangereux, et que le danger vient ../..
  • 55. Claude Érignac en réalité des hommes et des femmes ordinaires, de chacun de nous, prêts à croire et à obéir sans discuter. Nous devons donc nous méfier de ceux qui cherchent à nous convaincre autrement que par la raison. Et puisqu’il est difficile de distinguer les vrais et les faux prophètes, ne suivons pas les prophètes. (…) Il me semble aussi que c’est une réponse à la question que se posent, ou que doivent se poser, ou que devraient se poser tous ceux qui, comme moi, ont des responsabilités dans l’État. Qu’aurions nous fait, que ferions-nous, que ferons-nous si des évènements comparables venaient à se reproduire ? » Discours prononcé par Claude Érignac, préfet de Meurthe-et-Moselle, le 23 juin 1991, lors de la remise de la médaille des Justes à Charles Bouy, policier de Nancy ayant désobéi aux ordres du régime de Vichy pour protéger des Juifs.
  • 56. Jaime Lerner Né en 1937 au Brésil d’une famille d’origine polonaise. Architecte, crée l’’Institut de recherche et de planification urbaine’, qui prône la préservation du secteur historique et le contrôle de la circulation. Maire à 3 reprises de Curitiba pendant 12 ans. S’entoure de gens créatifs et innovateurs, propose des idées qui s’attirent l’appui de la population. Favorise le développement de la ville sans négliger les facteurs environnementaux et sociaux. Crée un efficace système de transport en commun, un ingénieux système de tri des déchets, des espaces verts, des zones piétonnières, 360 crèches, 120 hôpitaux, 50 bibliothèques de rue. « Avec une forte volonté politique, beaucoup de créativité et un bon sens de la communication, on peut faire des miracles. Nos petits budgets nous poussent à être inventifs »
  • 57. John Mueller Né en 1937, politologue états-unien. Professeur de science politique et de danse à la Ohio State University. Spécialiste des relations internationales et de l'histoire de la danse. Analyse depuis 1989 la quasi-disparition des guerres internatio- nales et prévoit leur disparition progressive : la guerre entre grandes puissances (major war) est devenue repoussante (elle a perdu son prestigieux attrait de courage et de vertu, elle apporte mort et destruction) et futile (les objectifs internationaux des chefs d’État ne sont plus l’acquisition de territoires, la démonstration de force, la promotion d’une idéologie ou d’une religion, mais la prospérité économique, objectif que la guerre ne peut que freiner). Les deux guerres mondiales n’ont fait que renforcer ce rejet de la guerre. Son livre Atomic Obsession montre que les armes nucléaires ont peu d'importance historique, que leur pouvoir destructeur est exagéré, que la prolifération nucléaire a été plus lente et plus limitée que les prévisions dominantes, et que ces armes sont pratiquement inutiles. « C’est le souvenir de la Seconde Guerre mondiale, et non l’arme nucléaire, qui a été la vraie force de dissuasion durant les cinquante dernières années du 20e siècle ».
  • 58. Xavier Emmanuelli Né en 1938, médecin et homme politique français. Né de parents corses, Résistants, Justes parmi les nations. Militant communiste, anticolonialiste, médecin généraliste, médecin chef à la prison de Fleury- Mérogis (découvre las ravages du SIDA et de la toxicomanie), puis urgentiste. Cofondateur de ‘Médecins sans frontières’ en 1971. Fonde en 1993 le ‘SAMU social de la Ville de Paris’, service d'urgence qui va à la rencontre des exclus. En 1995, nommé par Jacques Chirac secrétaire d’État à l’action humanitaire d’urgence. Après1997, redevient praticien hospitalier et responsable du réseau national ‘Souffrance psychique et précarité’. Président du ‘Haut comité pour le logement des personnes défavorisées’ de 1997 à 2015. Fonde en 1998 le ‘Samusocial International’ afin d’aller à la rencontre de la grande exclusion dans les grandes villes du monde. Crée en 2005 un corps de réserve de professionnels retraités facilement mobilisables, ‘Les Transmetteurs’. Préside le comité de suivi de la mise en œuvre du droit au logement opposable. Lance en juin 2018 à Rome le manifeste du mouvement euro-méditerranéen ‘Solidarité, dignité et humanité avec les personnes en situation d’exil’. « La mort, on n'y échappera pas. Mais il faut lutter contre la maladie, la douleur, la fatalité. »
  • 59. Gary Chapman États-unien né en 1938, pasteur, conseiller conjugal, auteur et conférencier spécialiste du mariage et de la famille. Dans ses livres, prodigue des conseils pour réussir son mariage, sa vie de couple, l’éducation des enfant, etc. Distingue 5 types de langage : - les paroles valorisantes, - les moments de qualité, - les cadeaux, - les services rendus, - le toucher physique. « Chaque personne s’exprime dans une langue amoureuse maternelle unique, les autres langages étant des acquisitions tardives. (…) Si l’on peut être réceptif à plusieurs langages, il y a généralement un langage qui prédomine et pour éviter toute incompréhension, il vaut mieux, au plus vite, comprendre quel langage est privilégié par l’autre. »
  • 60. Cabu Jean Cabut, dit Cabu (1938-2014) caricaturiste français, dessinateur de presse et auteur de bande dessinée. Développe une conscience politique décisive en étant confronté à la violence qu'il découvre pendant son service militaire de 27 mois en Algérie. Créateur des personnages du Grand Duduche, potache paresseux et irrévérencieux, et du Beauf, stéréotype de personne vulgaire, inculte et bornée. Participe aux équipes de journaux satiriques comme Hara-Kiri, Charlie Hebdo ou Le Canard enchaîné. En 1972, participe avec Pierre Fournier à la création du mensuel écologiste militant La Gueule ouverte, qui fusionne en juin 1977 avec l'hebdomadaire Combat non violent. Mort assassiné le 7 janvier 2015, à Paris, lors de l'attentat contre Charlie Hebdo. « L’humour est un langage que j’ai toujours aimé. Notre ressort est de dénoncer la bêtise en faisant rire. » « Parfois le rire s'étrangle, mais c'est notre seule arme, l'humour. »
  • 61. Mario Luis Rodríguez Cobos, dit Silo (1938-2010), penseur et écrivain argentin : littérature, philosophie, psychologie, politique et spiritualité. En mai 1969, son premier discours public, interdit par le gouvernement militaire, a lieu dans la cordillère des Andes, près du mont Aconcagua, à Punta de Vacas, en présence de quelques centaines de personnes, encerclées par les militaires. Fondateur du ‘Mouvement Humaniste’ qui, à travers ses branches (‘Parti humaniste’, ‘Convergence des cultures’, ‘Communauté pour le développement humain’, ‘Mondes sans guerres et sans violences’, ‘Centre d'études humanistes’), agit sur les cinq continents dans les champs politique, social et culturel. Inspirateur de la ‘Marche mondiale pour la paix et la non- violence’ (2 octobre 2009 au 2 janvier 2010), coordonnée dans une centaine de pays sur 5 continents par son collaborateur espagnol Rafael de la Rubia.
  • 62. Cynthia Enloe Née en 1938, professeure états-unienne, docteur en science politique de l’université de Berkeley, écrivain, théoricienne du féminisme et du militarisme. À l'Université Clark de Worcester (Massachusetts), présidente du département de science politique et directrice des études sur les femmes. Ses livres couvrent un large éventail de questions englobant la discrimination fondée sur le sexe ainsi que les identités raciales, ethniques et nationales. Rédactrice en chef des revues Signes et Feminist International Journal of Politics. « Pour suivre les phénomènes de mondialisation de la militarisation, il faudra développer une curiosité féministe qui s'exercera sur les mécanismes des alliances, des organisations humanitaires, des agences internationales, des médias internationaux, du commerce international, des mouvements internationaux de déplacement des populations migrantes, des soldates, des réfugiées ou des diplomates. »
  • 63. Miguel Abensour Français né en 1939, spécialiste de philosophie politique, professeur d’université. Ancien président du ‘Collège international de Philosophie’. Cherche à concilier l’idée de démocratie, conçue comme "démocratie contre l’État", avec l’idée d’utopie. « L’utopie a d’abord pour fonction de soulever la pesanteur du réel ou ce qui se donne comme tel. Et pour s’y soustraire, l’utopie le déplace, le fait bouger, le fait sortir de ses gonds pour entrevoir, au-delà de la chape de plomb, une altérité, un être autrement. Il ne s’agit donc pas pour l’utopie de produire des images positives, mais d’ouvrir des brèches. »
  • 64. Ariane Mnouchkine Née en 1939, metteur en scène de théâtre, également scénariste et réalisatrice de films. Animatrice de la troupe qu'elle a fondée en 1964, le ‘Théâtre du Soleil’, installé à La Cartoucherie de Vincennes en 1970. Même salaire pour tous, maquillage en public, soupe servie aux spectateurs... Membre du comité de soutien de l‘’Association Primo Levi’, qui gère à Paris un centre de soins destiné à des personnes ayant été victimes de la torture et de la violence politique dans leur pays d’origine. Dénonce l’oppression chinoise au Tibet. « Ouvrons des laboratoires, ou rejoignons ceux, innombrables déjà, où, à tant de questions et de problèmes, des femmes et des hommes trouvent des réponses, imaginent et proposent des solutions qui ne demandent qu’à être expérimentées et mises en pratique, avec audace et prudence, avec confiance et exigence. (…) Expérimentons, nous-mêmes, humblement, joyeusement et sans arrogance. (…) Surtout, disons à nos enfants qu’ils arrivent sur terre quasiment au début d’une histoire.»
  • 65. Bernard Kouchner Né en 1939, fils d’un médecin athée d'origine juive lettone. Médecin gastro-entérologue et homme politique français. Étudiant communiste, découvre la politique dans la lutte contre la guerre d'Algérie. Cofondateur en 1971 de ‘Médecins sans frontières’, puis en 1980 de ‘Médecins du monde’, ministre de différents gouvernements de gauche et de droite. Après 1981, mène campagne dans les institutions internationales pour la reconnaissance du droit et du devoir d'ingérence, notion apparue en juin 1979 sous la plume de Jean-François Revel dans un article de L’Express, et conceptualisée au plan juridique par Mario Bettati. Crée en 1993 la ‘Fondation pour l’action humanitaire’ qui s'investit notamment dans la lutte contre le SIDA et l'installation de boutiques d'accueil pour les Sans domicile fixe (SDF). « Aider un homme est une entreprise solitaire, à chacun particulière, chaque fois irremplaçable. »
  • 66. Jose Antonio Abreu Né en 1939, éducateur et économiste vénézuélien, pianiste et chef d’orchestre. En 1975, fonde El Sistema, un programme social d’éducation musicale qui consiste à former collectivement les enfants des quartiers défavorisés à la discipline de l’orchestre symphonique. Aujourd’hui, plus de 500 000 jeunes vénézuéliens - de la petite enfance à l’âge adulte - ont trouvé un nouvel environnement de vie et un cadre d’apprentissage dans l’un des 370 centres El Sistema du pays. Plus de 90 pays à travers le monde (dont la France) développent à ce jour chez eux un programme El Sistema. Ex-ministre de la Culture, prix Nobel Alternatif en 2002. « Pour les enfants avec lesquels nous travaillons, la musique est pratiquement le seul moyen permettant d’obtenir un avenir social digne. La pauvreté signifie la solitude, la tristesse, l’anonymat. Un orchestre est synonyme de joie, motivation, travail en équipe, ambition.(…) La participation au mouvement d'orchestre a rendu possible pour eux la mise en place de nouveaux objectifs, plans, projets et rêves.»
  • 67. Tzvetan Todorov Né en 1939, fuit la Bulgarie communiste à l’âge de 24 ans. Essayiste, philosophe et historien naturalisé français en 1973. Docteur ès Lettres, directeur de recherche au CNRS (1968-2005). Travaille sur le rapport à l’autre dans des cadres historiques divers : conquête du Mexique, camps de concentration, sauvetage des Juifs bulgares, totalitarisme, etc. Professeur invité dans plusieurs grandes universités américaines. « L’extrémisme religieux, la théocratie, comme par ailleurs l’idéologie totalitaire, sont des ennemis "externes" de la démocratie, ils la combattent ouvertement. Les ennemis intimes adoptent des attitudes qui se réclament de la démocratie, mais en réalité la trahissent, à force de rendre leurs choix absolus et d’ignorer la limitation mutuelle qui doit s’établir entre les différents principes démocratiques. Ainsi du néo-libéralisme, qui ne laisse pas de place pour la volonté collective, ou du néo-conservatisme qui veut imposer le bien aux autres à coups de missiles ou d’occupation terrestre de leur pays. »
  • 68. Ruth Sando Perry Née en 1939, libérienne, professeure d’école primaire, élue sénatrice après la mort de son mari. Présidente du Conseil d'État du Libéria de septembre 1996 à août 1997, après la 1ère guerre civile libérienne, chargée de mettre en place les conditions nécessaires à un déroulement correct d’élections. Parcourt le pays, informant les gens sur leurs droits et incitant les jeunes à remettre leurs armes. « Nous arrivions dans les villages avec des camions de victuailles et des brouettes de cadeaux et nous commencions à danser. Les femmes sortaient de leurs maisons et dansaient, les hommes les suivaient peu à peu. On s’assoit et nous expliquons l’intérêt que nous avons tous ce cesser de nous battre. Au bout de quelques temps, les hommes apportent leurs armes, que nous embarquons dans nos brouettes. Neuf mois plus tard, le temps d’une gestation, les élections ont pu se dérouler dans le calme. » Depuis 2006, le Liberia a une autre femme à sa tête, Ellen Johnson Sirleaf, première femme africaine élue démocratiquement, faisant ainsi du Liberia le seul pays du continent ayant eu deux femmes dirigeantes au cours de son histoire.
  • 69. Giovanni Falcone et Paolo Borsellino G.F (1939-1992), juge italien engagé dans la lutte antimafia. D’abord juge d’instruction. En 1979, après l'assassinat du juge Cesare Terranova (1921-1979, photo du milieu), qui a mené sans succès un procès contre certains dirigeants mafieux dans lequel tous ont été acquittés, entre au sein de la cellule antimafia du Parquet de Palerme, créée par le juge Rocco Chinnici (1925-1983, photo du bas), lui-même assassiné en juillet 1983 en plein centre de Palerme. Sur la base du témoignage d’un repenti, ouvre en 1986 avec son ami le juge Paolo Borsellino (1940-1992) le maxi-procès de Palerme : 474 accusés, 360 condamnations, 2 665 années de prison cumulées par les condamnés. En mars 1991, nommé directeur des Affaires pénales du ministère de la Justice, à Rome, où il centralise la lutte antimafia. Assassiné en mai 1992 sur ordre de Toto Riina, chef du clan des Corleonesi, eux-mêmes faisant partie de Cosa nostra. Paolo Borsellino est assassiné quelques semaines plus tard. De plus en plus nombreux, les Palermitains envisagent alors de briser la loi du silence qui protège la mafia.
  • 70. Stanislav Petrov Stanislav Ievgrafovitch Petrov, né en 1939, lieutenant-colonel de la Voyska PVO, la force de défense anti-aérienne de l'Armée soviétique. Officier de garde le 26 septembre 1983 au sein de la base Serpukhov-15, centre de contrôle et de commandement, voit sur ses écrans de contrôle radar cinq points représentant des missiles nucléaires intercontinentaux de type Minuteman en provenance de la base états-unienne Malmström. Son rôle est crucial dans la chaîne de commandement : c’est son information qui va influer sur l’autorité finale, le premier Secrétaire du Parti communiste Youri Andropov. Malgré les informations en provenance d’un satellite de détection de tir, estime qu’il s’agit d’une fausse alarme. Inconcevable pour lui que les États-uniens attaquent à cette date, et surtout avec un si petit nombre de missiles. Son raisonnement est conforme à la réalité : le lancement de missile imaginaire a été provoqué par le logiciel qui équipait les satellites de détection. Celui-ci a interprété la réflexion des rayons du soleil sur des nuages comme une source de chaleur émanant des moteurs de missiles… . L’affaire est révélée en 1998. Distingué par l’Association of World Citizens, lauréat du Dresden-Preis 2013, décerné annuellement aux personnes qui ont réussi à prévenir un conflit militaire.
  • 71. Paul H. Ray et Sherry Ruth Anderson P. H. R. (né en 1939), sociologue états-unien à l’université du Michigan, et son épouse S. R. A., psychologue à l’université de Toronto. Avec une équipe, mènent pendant 15 ans une enquête auprès de plus de 100 000 personnes sur les “acteurs de changement de société” : les ‟Cultural Creatives” (créateurs de culture ou créatifs culturels) sont un vaste groupe socio-culturel qui représente près de 25 % de la population du pays. Une 2ème vague d’études en Europe sous le parrainage du ‘Club de Budapest’ parvient à des conclusions proches. Les C. C. intègrent et mettent en pratique 4 pôles de valeurs : 1) ouverture aux valeurs féminines, 2) intégration des valeurs du développement durable, 3) implication individuelle et solidaire dans la société, 4) développement personnel avec une dimension spirituelle. Ce groupe n’a pas suffisamment conscience de sa propre existence.
  • 72. Jacques Inrep Né en 1939, psychanalyste. Appelé du contingent pendant la guerre d’Algérie, refuse l’ordre d’un capitaine de faire parler des Algériens en utili- sant la "gégène"*. Découvrant en 1961 des documents officiels de l’armée préconisant l'emploi de la torture, les photographie et les diffuse. De retour en France, alors qu'il travaille à l'usine, est sollicité pour s'occuper d'un ouvrier, ancien d'Algérie, qui délire et demande à ne parler qu’à lui. Prend en charge ce collègue puis d’autres anciens d’Algérie. On lui propose un poste d'infirmier psychiatrique. Suit des études de psychologie clinique, devient thérapeute. En 2001 à Lyon, à l’occasion de la présentation d’une émission sur la guerre d’Algérie pour Arte, fait la connaissance du psychanalyste Bernard Sigg. Ils constatent que ni le ministère de la Défense, ni celui de la Santé ne possèdent de statistiques sur le nombre d’ex-appelés souffrant de troubles psychiques suite à leur participation à la guerre en Algérie. Demande une prise en charge publique de ces personnes. « Nous arrivâmes, à la louche, à un chiffre de 250 à 300 000 hommes souffrant de troubles psychiques, parfois sans s’en douter. Ce chiffre fut confirmé plus tard par un article paru dans Le Monde. » * en argot militaire, génératrice, dynamo électrique manuelle qui alimente les téléphones de campagne. Des électrodes étaient appliquées sur deux parties du corps, la plupart du temps une sur l’oreille et l’autre sur le sexe.
  • 73. Rupert Neudeck Né en 1939, journaliste et militant humanitaire allemand. Réfugié pendant son enfance, étudie le droit et la théologie catholique, devient journaliste, notamment pour Deutschlandfunk. En 1979, en partie pour échapper à la honte collective allemande, lance avec sa femme Christel et un groupe d'amis l’opération Ein Schiff für Vietnam ("Un bateau pour le Vietnam"), affrète le cargo Cap Anamur (qui devient le nom de l’association de solidarité internationale créée pour cela) et sauve 10 375 boat people. Fonde en 2003 l’association Grünhelme ("Casques verts") tournée vers les projets concrets de reconstruction dans les pays en guerre en Asie ou en Afrique : accueil de réfugiés et migrants, reconstruction des écoles, des villages, soins de santé (Afghanistan, Palestine, Syrie, Mauritanie, etc.). En août 2005, au sein d’une délégation européenne, affirme qu’une intervention internationale plus déterminée doit viser à exiger des comptes d’Israël et à lui imposer le respect du droit international ■