Effet de l’étirement du Quadriceps dans le
Syndrome douloureux Femoro Patellaire
F. Graziani (1) J.M. Coudreuse (2) S. Mes...
Un test à essayer
Un accroupissement
révélateur Un étirement spécifique
Un résultat à évaluer
Ce qui est validé
prise de force = amélioration fonctionnelle
• De Broucker et Gougeon [8] ont
effectué une étude sur 81 p...
L’évaluation isocinétique : l’accident de courbe
En 2009 Edouard et al. [13]
effectue une revue de la
littérature sur l’in...
Étirement et efficacité ?
Les raideurs importantes
incitent a la prise en charge par
des étirements
L’étirement du quadric...
Méthodologie
• Objectif : évaluer l’effet de
l’étirement du quadriceps chez des
patients atteints d’un Syndrome
femoro-pat...
Quel étirement? Pour quel muscle ?
1er temps de l’étirement :
Mise en allongement maximal du
quadriceps.
Contraction stati...
Le protocole
• Cet étirement est répété
trois fois 20 secondes avec
20 secondes de repos entre
chaque.
• Ce protocole sera...
La spécificité
Un étirement ciblé sur le Rectus Femoris
par abaissement primaire de la hanche
et flexion secondaire du gen...
Le Rectus Femoris
• C’est un muscle tri penné
avec des aponévroses très
longues, un angle de
pénation de 5°à 15°, une
CSA ...
Un petit secret !
Gain de force non significatif
+ ou – 8%
Position de départ hanche en
flexion
Ce qui change la donne !
Position de départ
hanche en extension ..
Une élévation du pic de couple
+ 29,6%
une augmentation...
Les statistiques
Évaluation de la force avant/après étirement
1,75
2,25
2,75
3,25
3,75
GS GL GLE GS GSE
S
S
SCSFP
Pic de C...
Un rattrapage de force
Comparaison genou gauche lésé
avant /après étirement :
PDC + 32.4 %
Comparaison genou gauche lésé
a...
Pourquoi une modification de la force
après étirement ?
Cet étirement entraine, au cours d’une même action, deux
modulatio...
Le groupe contrôle / pas de changement significatif
Un groupe de sujets témoins SC
(sujets contrôles) composé de 12
sujets...
Quand ça ne marche pas !
Basketteur pro : ulcération cartilage grade 4
de la joue trochléenne latérale : 71% déficit
droit...
Évaluation de la douleur avant/après étirement
Diminution de la douleur de 38% pour le
groupe lésé (p<0,017) .
50,96 32,67...
Pourquoi une baisse de la douleur ?
• 1er temps de l’étirement, La contraction musculaire
statique du Rectus Femoris activ...
Baisse de la douleur /élévation de la
force
EVA vs. Différence de Puissance entre avant et après
étirements (SR)
Corrélati...
Un résultat inattendu!
• Etirement = baisse de force !
Mc Hugh (25) montre une
baisse de force de 8% pour
des étirements d...
Un effet durable ?
• Decrements in Stiffness are Restored within 10 min
• T. Mizuno1, M. Matsumoto1, Y. Umemura1
• 11 homm...
Prescrivez des auto étirements passifs !
Guissard (14) : 30 session d’étirements statiques de 10 minutes des gastrocnemien...
D’autres données à exploiter
Le décalage de l’angle de pic
de couple
L’augmentation de l’aire sous la
courbe
Le renforcement musculaire ne fait pas
tout !
Améliorer la visco élasticité par les
étirements peut accroitre la faculté d...
Les trois mousquetaires !
Bibliographie
• 1 Bennet JG, Stauber WT. Evaluation and treatment of anterior knee pain using eccentric exercise, Med Sci ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Effet de l’étirement du quadriceps dans le syndrome douloureux Femoro Patellaire - F. Graziani (1) J.M. Coudreuse (2) S. Mesure (3) IFMK 2014

2 619 vues

Publié le

La 10ème journée de Rééducation Marseillaise en Kinésithérapie - samedi 17 mai 2014 - Thématique de la journée « LE GENOU, APRES 10 ANS, QUOI DE NEUF ? »

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 619
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
200
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Effet de l’étirement du quadriceps dans le syndrome douloureux Femoro Patellaire - F. Graziani (1) J.M. Coudreuse (2) S. Mesure (3) IFMK 2014

  1. 1. Effet de l’étirement du Quadriceps dans le Syndrome douloureux Femoro Patellaire F. Graziani (1) J.M. Coudreuse (2) S. Mesure (3) • 1- Centre de kinésithérapie du sport 33, boulevard du cabot 13009 Marseille • 2- Pôle de médecine physique et de réadaptation- médecine du sport APHM Marseille • 3- CNRS Aix Marseille Université, Institut des Sciences du Mouvement UMR 7287 Luminy 13009 Marseille
  2. 2. Un test à essayer Un accroupissement révélateur Un étirement spécifique Un résultat à évaluer
  3. 3. Ce qui est validé prise de force = amélioration fonctionnelle • De Broucker et Gougeon [8] ont effectué une étude sur 81 patients atteints de SDFR rééduqués en mode isocinétique. • forte corrélation statistique entre le gain de force du quadriceps (+35% à 90°/s) et des ischio jambiers (+36% à 90°/s) et l’élévation du score fonctionnel. • 58 genoux sur les 81 ont été améliorés sur ces deux paramètres. L'amélioration des scores fonctionnels est statistiquement liée à l'effet de la rééducation. Cependant il subsiste 23% d’échec avéré soit ¼ des patients qui restent en souffrance thérapeutique
  4. 4. L’évaluation isocinétique : l’accident de courbe En 2009 Edouard et al. [13] effectue une revue de la littérature sur l’intérêt du travail musculaire excentrique du quadriceps dans le traitement des syndromes douloureux fémoro-patellaires. Il en résulte que, de nombreux auteurs [1, 3, 12, 23, 27, 33, 34], mettent en évidence, en mode isocinétique, une perte de force du quadriceps en contraction excentrique lors de l’extension terminale du genou (de 30% à 40% entre 35° et 60° de flexion [1]).
  5. 5. Étirement et efficacité ? Les raideurs importantes incitent a la prise en charge par des étirements L’étirement du quadriceps a-t-il un retentissement sur les phénomènes douloureux et sur la force musculaire des sujets ?
  6. 6. Méthodologie • Objectif : évaluer l’effet de l’étirement du quadriceps chez des patients atteints d’un Syndrome femoro-patellaire. • Matériel et méthode : Evaluation isocinétique de la force du quadriceps avant et après étirement du genou lésé et du genou sain, pour 27 sujets atteints de syndrome fémoro-patellaire. • Même protocole pour 12 sujets contrôle • L’évaluation s’effectue à 60°/s concentrique, 120°/s concentrique et 30°/s excentrique par dynamomètre isocinétique associée à une évaluation de la douleur par test EVA.
  7. 7. Quel étirement? Pour quel muscle ? 1er temps de l’étirement : Mise en allongement maximal du quadriceps. Contraction statique du rectus femoris dans sa fonction de fléchisseur de hanche. 2ème temps de l’étirement : le praticien fléchit très lentement le genou du patient en poussant avec son tibia contre celui du patient qui résiste doucement . le Rectus Femoris est mis en tension active dans sa fonction de fléchisseur de hanche, puis, pendant cette tension active, le quadriceps est étiré en excentrique dans sa fonction d’extenseur de genou. Le Rectus femoris et les Vastes
  8. 8. Le protocole • Cet étirement est répété trois fois 20 secondes avec 20 secondes de repos entre chaque. • Ce protocole sera effectué de la même façon sur chaque patient du groupe pathologique et du groupe contrôle • Une fois l’étirement effectué, le patient retourne se positionner sur le dynamomètre isocinétique et effectue de nouveau le test de force identique à la procédure déjà décrite suivant le même protocole.
  9. 9. La spécificité Un étirement ciblé sur le Rectus Femoris par abaissement primaire de la hanche et flexion secondaire du genou
  10. 10. Le Rectus Femoris • C’est un muscle tri penné avec des aponévroses très longues, un angle de pénation de 5°à 15°, une CSA de 43cm2. • il a une possibilité de travail en force sans raccourcissement important . • il permet l’extension de la jambe mais son rôle semble plus important comme frein dynamique a la flexion de jambe sous cuisse.
  11. 11. Un petit secret ! Gain de force non significatif + ou – 8% Position de départ hanche en flexion
  12. 12. Ce qui change la donne ! Position de départ hanche en extension .. Une élévation du pic de couple + 29,6% une augmentation de l’aire sous la courbe + 43,9%
  13. 13. Les statistiques Évaluation de la force avant/après étirement 1,75 2,25 2,75 3,25 3,75 GS GL GLE GS GSE S S SCSFP Pic de Couple en Flex/Kg • Augmentation du pic de couple de 17,22% pour le groupe pathologique (en bleu) versus 8,22% pour le groupe témoin ( en rouge)(p<0,05) Représentation graphique des résultats obtenus en pic de couple de Flexion par kilos de poids de corps pour le groupe SFP (Syndrome fémoro-patellaire) et le groupe SC (sujets contrôles). Pour les situations Genou Sain (GS), Genou Lésé GL), Genou Lésé Etiré (GLE) ou Genou Sain Etiré (GSE) (S= Significatif).
  14. 14. Un rattrapage de force Comparaison genou gauche lésé avant /après étirement : PDC + 32.4 % Comparaison genou gauche lésé après étirement / droit sain PDC + 0.4%
  15. 15. Pourquoi une modification de la force après étirement ? Cet étirement entraine, au cours d’une même action, deux modulations de tension musculaire : • une tension isotonique pour inhiber les messages douloureux = baisse de la douleur = favorise le retour de la force • une tension excentrique sous maximale pour permettre un allongement maximal musculaire = augmentation de la force . • Maintenu pendant 20 secondes et répété trois fois de suite, cet étirement favorise logiquement l’amélioration de la force excentrique du Quadriceps. • L’Étirement excentrique sous maximal à vitesse lente = un renforcement musculaire Middleton( 28 )
  16. 16. Le groupe contrôle / pas de changement significatif Un groupe de sujets témoins SC (sujets contrôles) composé de 12 sujets (5 hommes et 7 femmes, appariés en âge : 28 +/- 5,4 ans ; taille : 1,70 +/- 0,05 m ; poids : 62,54 +/- 5,98 Kg). Ces sujets sont exempts de toute pathologie sur les deux genoux ainsi que de toute chirurgie antérieure des deux membres inférieurs. Un léger effet d’apprentissage (+ ou - 9%)
  17. 17. Quand ça ne marche pas ! Basketteur pro : ulcération cartilage grade 4 de la joue trochléenne latérale : 71% déficit droit/gauche entre 50°et 80° Après étirement pas de modification de force mais élévation du travail moyen + 33%
  18. 18. Évaluation de la douleur avant/après étirement Diminution de la douleur de 38% pour le groupe lésé (p<0,017) . 50,96 32,67 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 Avt. Etirements Apr. Etirements S EVA Groupe SFP Représentation graphique de l’amélioration de la sensation de douleur par l’Echelle Visuelle Analogique pour les patients SFP en situation 30°/s en mode de contraction excentrique entre avant et après étirements (S= Significatif).
  19. 19. Pourquoi une baisse de la douleur ? • 1er temps de l’étirement, La contraction musculaire statique du Rectus Femoris active en premier les récepteurs sensitifs que sont les organes tendineux de Golgi. . • Il y a mise en jeu du reflexe inhibiteur 1b ce qui diminue l’activation des motoneurones alpha et facilite les muscles antagonistes (ici les ischio s jambiers) • Plus la contraction musculaire est forte, plus l’activation du reflexe est intense [18, 19]. Plus les ischio sont activés pour protéger le Rectus Femoris de tension excessive . • 2em temps de l’étirement : la contraction excentrique sous maximale a vitesse lente des vastes : le contrôle de la douleur est facilitée dans ce mode grâce à la meilleure synchronisation des UM améliorés par la mise en place d’inhibitions centrales sur le circuit de Renshaw (12/15)
  20. 20. Baisse de la douleur /élévation de la force EVA vs. Différence de Puissance entre avant et après étirements (SR) Corrélation: r = ,44445 (p<0,002) -10 0 10 20 30 40 50 60 EVA -10 0 10 20 30 40 50 60 95% de confiance
  21. 21. Un résultat inattendu! • Etirement = baisse de force ! Mc Hugh (25) montre une baisse de force de 8% pour des étirements de 2 à 8 mn. • Mais étirement excentrique sous maximal a vitesse lente = gain de force : +17.22% et baisse de douleur – 38%
  22. 22. Un effet durable ? • Decrements in Stiffness are Restored within 10 min • T. Mizuno1, M. Matsumoto1, Y. Umemura1 • 11 hommes participants, mesure de l’allongement de la jonction myotendineuse des gastronecmiens par ultrasonographie pendant la dorsiflexion passive de la cheville à 1°/s jusqu’à la fin de l’amplitude du mouvement . • La force passive , représentant la force à vaincre pour étirer, était mesurer par dynamomètre isocinétique. Sur 4 jours différents les tests de dorsiflexions passives furent réalisés avant et immédiatement après étirements puis à ,5,10,15,mn. • Les effets de changement de raideur sont significatifs jusqu’à 10 mn . • Après 10mn il ‘y a restauration de la raideur initiale (P<0.05).
  23. 23. Prescrivez des auto étirements passifs ! Guissard (14) : 30 session d’étirements statiques de 10 minutes des gastrocnemiens a raison de 5xsem durant 6 semaines : - 33% de raideur passive au même angle .+30% de dorsiflexion Guissard (13) : -7% de raideur passive après 3 étirements de 30 secondes
  24. 24. D’autres données à exploiter Le décalage de l’angle de pic de couple L’augmentation de l’aire sous la courbe
  25. 25. Le renforcement musculaire ne fait pas tout ! Améliorer la visco élasticité par les étirements peut accroitre la faculté de récupération
  26. 26. Les trois mousquetaires !
  27. 27. Bibliographie • 1 Bennet JG, Stauber WT. Evaluation and treatment of anterior knee pain using eccentric exercise, Med Sci Sports Exerc 1986; 526- 30. • 3 Callangh MJ, Odham JA. The role of quadriceps exercise in the treatment of patello-femoral pain syndrome, Sports Med 1996 21:384-91. • 5 Clarck D, Downing N, Mitchell J, Coulson L, Syzpryt E, Doherty M. Physiotherapy for anterior knee pain: a randomized controlled trial. Ann Rheum Dis 2000; 59: 700-4. • 9 De Broucker M.J, Gougeon F. Rééducation isocinetique excentrique des syndromes rotuliens ;Masson ,Paris ;1996 :252-255 • 12 Dvir Z, HalperinN, Shaklar A, Robinson D. Quadriceps functions and patello-femoral pain syndrome. Part 2: The break phenomen during eccentric activity. Isokinetics and Exercise Science; 1991;1:31-5. • 13 Edouard P, Degache F, Calmels P. Intérêt du travail musculaire excentrique dans le traitement des syndromes douloureux fémoro- patellaires ; Exercice musculaire excentrique, Masson (Ed) Paris, 2009 :113-119. • 13 Guissard N, Duchateau J, Hainaut K. Muscle stretching and motoneuron excitability. Eur J Appl Physiol. 1988, 58.47-52 • 14 Guissard N, Duchateau J. Effect of static stretch training on neural and mechanical properties of human plantar–flexor muscles. Muscle and nerve. 2004, 29:248-255. • 25 Mc Hugh and al : to stretch or not to stretch : the rôle of stretching in injury prevention and performance .Scand Jmed Sci Sport .2010.20:169-181 • 16 Gabriel D, Kamen G, Frost G. Neural adaptations to resistive exercise : mechanisms and recommendations for training practices. Sports Med 2006 ;36(2) :133-49. • 23 Kannus P, Niitymaki S. Witch factor predict outcome in the non operative treatment of patello-femoral pain syndrome? Med Sci Sporst Exerc 1994 ; 26:289-96 • 27 Kvist J, Calberg C, Gerdle B, Gilquist J: Sagittal plane knee translation and electromyographic activity during closed and opened kinetic chain exercises in anterior cruciate ligament- deficient patients and control subjects .Am J Sport Med 2001; 29:72-82 • 28 Middleton P. Notre expérience du travail excentrique comme technique de gain d’amplitude: indications et résultats . ANMSR 1995; 4-9. • 29 Paillard T. Neuromuscular effects of superimposed and combined transcutaneous electrical stimulation with voluntary activity: a review. Ann Readapt Med Phys 2005; 48(3):126-37 • 30 Pocholle M, Codine P. Rééducation des ligamentoplasties. Choix d’un protocole isocinétique. Ann Kinésithér 1991 ;18 :363-368 • 32 Sacco Ide C, Konno GK, Rojas GB. Functional and EMG responses to a physical therapy treatment in patellofemoral syndrome patients, J Electromyogr Kinesiol 2006;16:167-74 • 33 Tang SF, Chen CK, Hsu R, Chou SW, Hong WH, Lew HL:Vastus medialis obliqus and Vastus lateralis activity in open and closed kinetic chain exercises in patients with patellofemoral pain syndrome: Arch Phys Med Rehabil 2001;82:1441-5. • 34 Thommee R, Augustsson J, Karlsson J. Patello-femoral pain syndrome : a review of current issues, Sports Med 1999;28:245-62

×