Importance de la notion de faciès dans l'epidemiologie du paludisme

703 vues

Publié le

Importance de la notion de faciès dans l'epidemiologie du paludisme - Présentation de la 5e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - Claude GIRY - Biologiste - Centre Hospitalier - Mamoudzou, Mayotte - c.giry@chmayotte.fr

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
703
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
16
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Importance de la notion de faciès dans l'epidemiologie du paludisme

  1. 1. Atelier Paludisme 2007Importance de la notion defaciès dans l’épidémiologiedu paludismeClaude GIRYCentre Hospitalier de MayotteEVALUATIONpar les FACILITATEURS
  2. 2. Atelier Paludisme 2007ProblématiqueIdentifier dans une région donnée lesfondamentaux de l’endémie palustreMettre en place une stratégie de luttereposant sur des moyens adaptésBut: réduire la morbidité / mortalité associéeau paludisme dans une population ou ungroupe cible
  3. 3. Atelier Paludisme 2007Faciès épidémiologiques (1)En fonction de l’incidence de la maladie, la présencedu parasite et de sa transmissionNotion de FaciFacièèss«Ensemble de lieux dans lesquels les conditions de transmission, lastabilité de la maladie, la prévalence parasitaire et l’incidence des cascliniques sont similaires »équatorialtropicalsahéliensubdésertiqueaustralmontagnard6 faciès
  4. 4. Atelier Paludisme 2007Faciès épidémiologiques (2)En fonction d’indicesD’après T.E.T. Spencer (1963). « The Classification of MalarialEndemicity ». WHO/Mal/406
  5. 5. Atelier Paludisme 2007Faciès épidémiologiques (3)En fonction du risque de transmissionStabletransmission intenseforme grave chez les enfants non prémunisIntermédiaireTransmission saisonnière, courtePrémunition d’acquisition tardiveInstabletransmission faible et épisodiquePrémunition faible ou inexistanteRisqueépidémique
  6. 6. Atelier Paludisme 2007Modulateurs secondairesEnvironnementAménagementCours d’eau, salinitéCyclonesAnthropismeDéforestationUrbanisationGuerre, déplacementde population
  7. 7. Atelier Paludisme 2007L’exemple de MadagascarAn. gambiae ssAn. funestusAn. arabiensisFaciès tropicalSavaneshumidesTransmissionSaisonnière longue6 à 54 piqûresinfect./anMorbidité:80 % des fièvresSaison des pluiesFaciès équatorialForêts et savanesforestièresTransmissionpérenne100 à 240 piqûresinfect./anMorbidité: 30à 50 % des fièvresFacièsmontagnardReliefs>1000 m(Madagascar)Transmissiontrès courtePrémunition faibleRisqueépidémiqueFacièssubdésertiqueDésertsSteppesTransmissioncourtePrémunition faibleRisqueépidémique
  8. 8. Atelier Paludisme 2007Les moyens de lutteLutte antivectorielleAntilarvaireDrainageTraitement desGîtes larvairesHygiènepéridomestiqueLutte biologiqueImagocidePulvérisationsextradomiciliairesAspersionsintradomiciliairesProtection individuelleMoustiquaires imprégnées Rideaux imprégnés RépulsifsPrise en charge thérapeutique correcte
  9. 9. Atelier Paludisme 2007Schéma d’actionZone à paludisme stablePrise en charge du maladeProtection individuelleZone à paludisme instableRenforcement de la prise en charge en cas derisque épidémiqueLutte antivectorielle
  10. 10. Atelier Paludisme 2007Projet soumis au Global Fund Round 4 pourMadagascar : 2005-2009 (41.5 M USD)Constat: 1 275 000 cas présumés en 200369% enfants < 5 ans2 cibles: femmes enceintes et enfants < 5 ansActions:femmes enceintes: moustiquaire + TPIenfants < 5 ans: moustiquaire + TIDObjectifs:60 % sous moustiquaire en 200785 % en 2009But: réduire la mortalité de 30% chez les enfants < 5 ansZone d’intervention: « Treatment and preventionactivities will be conducted on a nationalnational levellevel. Endemiczones in coastal areas will be initially prioritized. AllMalagasy at risk of malaria will benefit from the project »
  11. 11. Atelier Paludisme 2007ConclusionsLes faciès: permettre une évaluation durisque palustreLimite: notion figée dans le temps et l’espaceNécessité de réévaluer régulièrement lesmodalités de transmission
  12. 12. Atelier Paludisme 2007RéférencesPAGES, F. et al. (2007). « Vecteurs du paludisme : biologie, diversité, contrôle et protectionindividuelle ». doi: 10.1016/j.medmal.2006.10.009.MOUCHET, J. et al. « Stratification épidémiologique du paludisme à Madagascar ».http//www.pasteur.mg/strat.pdf. Consulté le 12/03/07MOUCHET, J. et al. (1993). « Typologie du paludisme en Afrique ». Cahiers Santé. 3 : 220-238RAKOTOMANANA, F. et al. (2006). « Determining areas that require indoor insecticidespraying using Multi Criteria Evaluation, a decision-support tool for malaria vector controlprogrammes in the Central Highlands of Madagascar ». International Journal of HealthGeographics, 6(2): 1-11SAHONDRA HARISOA, L.J. et al. (2001). « Système de surveillance épidémiologique etd’alerte du paludisme sur les Hautes Terres Centrales de Madagascar : résultats 1999 –2000 ». Arch Inst Pasteur Madagascar; 67 (1&2) : 21-26ROMI, R. et al. (2002). « Impact of the Malaria Control Campaign (1993-1998) in theHighlands of Madagascar : Parasitological and Entomological Data ». Am. J. Med. Hyg., 2-6RAKOTOMANANA, F. et al. (2001). « Approche géographique dans la lutte contre lepaludisme dans la région des Hautes Terres Centrales à Madagascar ». Arch Inst PasteurMadagascar : 67 (1&2) : 27-30CURTIS, C.F. (2002). « Restoration of Malaria Control in the Madagascar Highlands byDDT spraying ». Am. J. Med. Hyg., 66(1), 1SPENCER, E.T. (1963). « The Classification of Malaria Endemicity ». WHO/Mal/406, 1-25The Global Fund to Fight AIDS, Tuberculosis and Malaria. Fourth Round Malaria Proposal –Madagascar (2004).

×