2011 10-27 nos clients des besoins sur deux pattes - montréal

687 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
687
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

2011 10-27 nos clients des besoins sur deux pattes - montréal

  1. 1. 2011-10-27 Qu’est-ce qu’un besoin ?  Sensation de manque ou de privation qui incite un individu à agir pour la faire disparaître et qui est à l'origine du processus de décision. Louis Cournoyer, Ph.D. c.o. Professeur (counseling de carrière)  Sensation de manque qui pousse un individu ou une collectivité à désirer des biens matériels ou sociaux liés au niveau de développement d'un type donné de société et dont la satisfaction est indispensable à son bien-être. Journée Repères  Besoin de surmonter des obstacles, d'exercer sa force, d'accomplir quelque chose de difficile, aussi bien et aussi vite que possible. Montréal 27 octobre 2011 Et selon vous ? L’arbre est dans ses feuilles … TYPOLOGIES DES BESOINS MASLOW INTÉRÊTS GLASSER YOUNG HABILETÉS Physiologiques Sécurité Amour/Appartenance Autonomie Appartenance Pouvoir Liberté Estime VALEURS Survie Sécurité Liberté Relations Accomplissement Pouvoir Autocontrôle MASLOW … Actualisation  BESOINS   GLASSER … Satisfaction YOUNG … Adaptation 1
  2. 2. 2011-10-27 Typologie des besoins Typologie des besoins MASLOW ABRAHAM MASLOW BESOINS FONDAMENTAUX  Besoins physiologiques : survie physique, faim, soif, sexualité.  Besoins de sécurité : protection contre les dangers et les menaces, conservation.  Besoins d’appartenance :acceptation par les groupes de vie (travail, études, loisirs).  Besoins d’estime : reconnaissance au sein des groupes d’appartenance.  Besoins d’accomplissement : aspirations et épanouissement, antagonisme aux besoins physiologiques. Typologie des besoins GLASSER Thérapie de la réalité William GLASSER BESOINS FONDAMENTAUX  SURVIE : survivre et se reproduire, s’abriter, s’alimenter, sexualité.  AMOUR ET APPARTENANCE : donner et recevoir de l’amour, attachement, acceptation des autres, acceptation de soi.  POUVOIR : sens d’accomplissement, de succès, de reconnaissance, de respect et d’écoute par autrui; sens de la victoire, de l’accomplissement, la reconnaissance de sa propre valeur.  LIBERTÉ : expression des idées, des choix et la capacité d’être constructivement créatif, être indépendant, maintenir un espace de vie personnelle, autonomie.  PLAISIR : récompense lié à l’apprentissage; rire et apprendre sont les fondations d’une relation de succès à long terme, joie. 2
  3. 3. 2011-10-27 Thérapie de la réalité GLASSER  PRINCIPES DE L’INTERVENTION  Problème = Incapacité à satisfaire ses besoins.  Caractéristique commune aux clients : Ils refusent tous la réalité du monde qui les entoure.     Thérapie de la réalité GLASSER Comportement répressif Croyances erronées Peurs et anxiété Évitement  Intervention efficace = Faire abandonner l’attitude négative face au monde qui les entoure et faire reconnaître non seulement que la réalité existe, mais que la satisfaction des besoins ne peut se faire qu’au sein de ces limites.  Chacun essaie constamment, souvent par des stratégies dysfonctionnelles, à satisfaire ses besoins.  Les bons conseils sont futiles sans engagements comportementaux. Thérapie de la réalité GLASSER Sept (7) habitudes bienveillantes Sept (7) habitudes nocives Supporter • Présence et écoute active : avoir confiance, s’engager, relation authentique. • Présent orienté vers le futur : le passé que pour appuyer le présent orienté vers le futur (on ne règle pas le passé). • Comportement global : mobilisation multidimensionnelle de la personne (actions, pensées, sentiments, sensations) et significative. • Éviter le piège des excuses et des justifications : au final, la situation reste la situation !  RESPONSABILITÉ ET ENGAGEMENT : sans changer son comportement – lié à la satisfaction de son besoin – la personne s’engagera dans l’évitement et la souffrance. Est-ce que ton comportement actuel te donne ce que tu veux maintenant et va te permettre d’aller dans la direction que tu veux ? Approche centrée sur les schémas d’adaptation Jeffrey YOUNG Critiquer Encourager Blâmer Écouter Se plaindre de Accepter Harceler Faire confiance Menacer Respecter Punir Négocier nos différences Soudoyer ou récompenser pour contrôler 3
  4. 4. 2011-10-27 Approche centrée sur les schémas d’adaptation Approche centrée sur les schémas d’adaptation YOUNG Des besoins affectifs fondamentaux • • • • • Sécurité liée à l’attachement aux autres L’autonomie, la compétence, le sens de l’identité. La liberté d’exprimer ses besoins et ses émotions. La spontanéité et le jeu. Les limites et l’autocontrôle. Plus ou moins comblés par des événements de vie • • • • Frustration des besoins. Traumatisassions ou victimisation. Excès de satisfaction des besoins. Internalisation ou identification sélective avec des personnes importantes. YOUNG • • Excès de satisfaction des besoins : expériences répétées de surprotection où tout a été fait et mis en place pour lui éviter le manque et le recours à l’effort, peut en arriver à ne pas avoir développé le sentiment d’autonomie nécessaire pour assumer par elle-même ses actions de changement. • Émotif <> A réactif Traumatisassions ou victimisation : méfiance et crainte rencontrée suite d’un événement spécifique ou lors d’expériences de maltraitance par autrui où le client fut abusé. • Interaction des dimensions tempérament/biologiques Frustration des besoins : carences personnelles à partir des réponses des autres ou l’environnement à notre endroit, plus précisément en matière de stabilité, de compréhension ou d’amour. Internalisation ou identification sélective : développement croyances, d’émotions et de comportements fondés sur l’observation et le modelage excessifs. Dysthymique <> Optimiste Anxieux <> Calme Obsessionnel <> Distractif Passif<> Agressif Irritable <> Jovial Timide <> Social Approche centrée sur les schémas d’adaptation Approche centrée sur les schémas d’adaptation YOUNG Sécurité Autonomie Liberté • • • Relations • interpersonnelles Autocontrôle • YOUNG BESOINS FONDAMENTAUX Stratégies d’adaptation dysfonctionnelles Attachement aux autres, stabilité, sécurité, attention à soi, acceptation, tolérance, calme, paix, disponibilité, respect, présence, raison, équilibre, connaissance. Efficacité, pouvoir, savoir, puissance, force, vigueur, ascendance, supériorité, adaptation, intelligence, sens, lucidité, compétence. Désinvolture, choix, témérité, franchise, indépendance, affranchissement, spontanéité, jeu, créativité, émotivité, expression de soi. Intimité, sociabilité, amour, empathie, affection, partage, sensibilité, aide, communication, relation, confidence. Organisation, planification, contrôle, prévention, discipline, maîtrise, encadrement, confiance, détermination, patience. 1. Pensées automatiques (distorsions cognitives) : situations – pensées. 2. Présomptions (scénarios de vie) : « Si … alors … »; « Il faut que je … » 3. Croyances de fond (schéma d’adaptation) : « Je suis sans valeur … », « Les autres sont dangereux … »; « Chaque fois que je suis anxieux, c’est la preuve que je suis faible et fragile … »  Les croyances absolues (présomptions et croyances de fond) sont difficiles à modifier, car elles sont de généralisations de soi et du monde. Source : Greenberger, D. et Padesky, C. (2004). Dépression et anxiété: comprendre et surmonter par l’approche cognitive. Un guide pratique. Montréal: Descarie Éditeurs. 4
  5. 5. 2011-10-27 Approche centrée sur les schémas d’adaptation Approche centrée sur les schémas d’adaptation YOUNG YOUNG Distorsions et présomptions Distorsions et présomptions Les jugements globaux • • • • Le « tout ou rien » ou la pensée dichotomique. La surgénéralisation ou la généralisation à outrance. L’étiquetage. Le raisonnement émotif. Le filtre • • Le filtre ou l’abstraction sélective. Le rejet du positif. L’exagération et la minimisation • • La pensée catastrophique, la dramatisation. La minimisation. Le lien causal • S’attribuer des émotions / cognitions personnelles par l’action d’autrui « Il me rend triste » … TOUJOURS ? • Les conclusions • hâtives • • • • Croire deviner l’autre : pensées et sentiments. « Il ne m’aime pas » … Comment le sais-tu ? La lecture de pensée ou l’interprétation indue. La prévision de l’avenir. La personnalisation. SCHÉMAS D’ADAPTATION DYSFONCTIONNELS Besoins affectifs fondamentaux Croyances et schémas d’adaptation Sécurité Attachement • Croyances que leurs besoins de stabilité, de sécurité, d’attention, d’amour et d’appartenance ne seront jamais comblés : instabilité (abandon), méfiance (abus), froideur (manque affectif), rejet (imperfection, honte), retrait (isolement social). Autonomie Compétence • Croyances en soi et dans le monde à l’effet qu’ils ne possèdent pas les capacités suffisantes pour survivre psychologiquement, à agir indépendamment, à atteindre la réussite personnelle et à forger une identité propre : irresponsabilité (dépendance, incompétence), détresse (peur du danger ou de la maladie), attachement excessif (fusionnement, perso. atrophiée), inaptitude, infériorité, ignorance (échec). Croyances de fond (schéma d’adaptation) SCHÉMAS D’ADAPTATION DYSFONCTIONNELS Besoins affectifs fondamentaux Croyances et schémas d’adaptation Limites Autocontrôle • Croyances que leurs droits et leurs désirs ont préséance ou ne sauraient être limités ou contrôler par la prise en compte de ceux d’autrui : supériorité et dominance (droits personnels exagérés, grandeur), incapacité d’autocontrôle et refus de frustration (contrôle de soi, autodiscipline insuffisante). Expression de soi • Croyances que les émotions et les envies personnelles des ont préséance sur les leurs … s’ils veulent établir des liens affectifs, obtenir l’approbation, sinon éviter les représailles et le mépris : soumission excessive des besoins ou des émotions (assujettissement), culpabilité avec hypersensibilité (abnégation), valorisation objets (recherche d’approbation et de reconnaissance). Croyances de fond (schéma d’adaptation) 5
  6. 6. 2011-10-27 SCHÉMAS D’ADAPTATION DYSFONCTIONNELS Besoins affectifs fondamentaux 5. Modification comportementale (+ obstacles et stratégies) 4. Confrontation: Preuves à l’appui des croyances / Preuves à l’encontre = Perspective plus ajustée. Humeurs Réactions physiques  MILIEU : changements, événements, stress, histoire familiale, relations sociales …  COMPORTEMENT: soumission, reproduction, évitement, compensation …  PENSÉE : perceptions, représentations, images, souvenirs, émergences …  SENSATION (physiques) : sensations corporelles, douleurs, cœur, estomac, … Source : Greenberger, D. et Padesky, C. (2004). Dépression et anxiété: comprendre et surmonter par l’approche cognitive. Un guide pratique. Montréal: Descarie Éditeurs. INTERVENIR SUR LES BESOINS Évaluation (situation insatisfaisante / DIRECTION) MILIEU Comportements  ÉMOTION : tristesse, honte, culpabilité, colère, nervosité, … Croyances de fond (schéma d’adaptation) 1. Pensées Croyances et schémas d’adaptation • Croyances que tout dans la vie pourrait se désagréger et que l’hypervigilance et la prévention du risque sont nécessaires au maintien du fonctionnement psychologique en société : focus centrée sur les dangers et attentes exagérées à l’égard des contextes de vie (négativisme, pessimisme), inhibition des émotions, contrôle des impulsions positives, survalorisation de la raison (sur contrôle émotionnel), perfectionnisme, rigidité, efficience exagérée (idéaux exigeants, critique excessive), intolérance, accusation, condamnation (punition). Spontanéité Jeu INTERVENIR SUR LES BESOINS INTERVENIR SUR LES BESOINS 1. 2. : Exploration : pensées (CROYANCES), émotions, sensations, comportements 3. Spécification : Est-ce que ton comportement actuel te donne ce que tu veux et te permet d’aller dans la direction que tu veux ? Je n’arrive pas à faire un choix pour le 1er mars ! 5. Modification : Consulter un c.o. pour m’aider à me structurer, faire place à du temps dans mon horaire pour mon orientation. 4. Confrontation: je ne sais pas ce que j’aime, juste ce que je n’aime pas ! / je n’ai pas vraiment mené de démarches structurées et constantes pour m’aider = en m’appuyant sur ce que je ne veux pas, je peux déceler ce que je veux, mais il me faut structurer mes actions. 2. : Exploration : estime de soi, panique physique et psychologique, estomac nouée, procrastination, … Seuls les « loosers » sont normalement mêlés comme moi ! 3. Spécification : Mes comportements ne m’aident pas à résoudre mon problème et encore moins en arriver là où je veux aller … faire au moins un choix pour le cégep ! 6

×