Des réseaux sociaux aux réseaux sociaux d’entreprise (2015)

3 491 vues

Publié le

Ce cours est une actualisation du cours fait en 2014 sur les réseaux sociaux et les réseaux sociaux d'entreprise. Il présente différents réseaux sociaux d'entreprise.

Publié dans : Marketing
0 commentaire
8 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 491
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 602
Actions
Partages
0
Téléchargements
56
Commentaires
0
J’aime
8
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Wearable tech / Tech portabl
  • L'équipe de KissKissBankBank procède à une première modération des projets qui lui sont présentés, et accepte en moyenne 1 projet sur 4. Selon Vincent Ricordeau, les projets refusés ne sont « pas assez créatifs » ou sont dans un état « embryonnaire »9. Une fois cette sélection passée, les projets sont publiés sur le site qui crée l'interface entre les créateurs du projet et leurs contributeurs. Les projets sont financés par les internautes, par l'intermédiaire de dons. L'internaute peut choisir une contrepartie de son choix correspondant au montant de son don, ou effectuer un don sans contrepartie. Les transactions sont effectuées par carte bancaire, et la société se rémunère en percevant 5% sur les collectes réussies (+3% de frais bancaires)10.

    Les projets sont décrits avec un budget chiffré, un temps imparti pour la collecte et des contreparties fixées par le créateur selon les montants engagés. L'objectif financier fixé peut être dépassé pendant la période de collecte, mais il doit atteindre 100% au moins à la date butoir pour que les contributions soient débitées ; si le montant minimum n'est pas atteint, les internautes ne sont pas prélevés.
  • nteraction included in the PTAT score are:

    - likes on the brand page
    - post liking, sharing and commenting (on brand page and fan newsfeeds)
    - Photo tagging
    - Checking or recommending a brand place
    - page mention
  • Des réseaux sociaux aux réseaux sociaux d’entreprise (2015)

    1. 1. Ou la transposition de concepts permettant la gestion de projet Des Réseaux sociaux aux réseaux sociaux d’entreprise (RSE) Gestion de projet Outils sociaux Concepts du digital
    2. 2. Agenda (Partie 1)  Les réseaux sociaux en 2015  Tout est social ET numérique en 2015  Financement de projet (crowdfunding)  Co-création (crowdsourcing)  Gestion des contenus (curation)  Le fonctionnement de Facebook et ce qu’il peut nous apprendre dans la gestion de projet  Comment les réseaux sociaux d’entreprise s’inspirent des réseaux sociaux ?  BlueKiwi  Yammer  Synthèse sur les enseignements de l’analyse des réseaux sociaux sur l’animation des communautés
    3. 3. Les tendances 2015 Facebook de plus en plus cher et de moins en moins diffuseur d’informations de ses utilisateurs / média plus que réseau Twitter se monétise et se professionnalise Instagram, 200 millions d’utilisateurs Google Plus pourrait disparaître LinkedIn, plus de 9 marketeurs sur 10 l’utilisent en BtoB
    4. 4. Deux films pour comprendre les réseaux sociaux en 2015  Les grands chiffres et tendances 2015 (Novius TV) : https://www.youtube.com/watch?v=m4cxg1z0c4c  Tendances social media 2015 (Kantar Media News Intelligence) : https://www.youtube.com/watch?v=VwkJmt9mTts
    5. 5. Le Social Media est partout…. Exemple, créer un nouveau produit ou lancer un projet grâce à une plate- forme sociale crowdfunding mymajorcompany Marketing participatif Crowdfundin g Crowdsourcin g Curation
    6. 6. Le Social Media est partout…. Exemple, créer un nouveau produit ou lancer un projet grâce à une plate- forme sociale crowdfunding
    7. 7. Quelques statistiques KissKissbankbank
    8. 8. Quelques statistiques KissKissbankbank
    9. 9. L’utilisation du crowdsourcing par les marques, l’exemple d’eYeka
    10. 10. http://www.digitalinformationworld.com/2014/09/the-definitive-guide-to-fundraising- sites-infographic.html
    11. 11. ROMI Return on marketing investment
    12. 12. Une compagnie de plus en plus asiatique Problème de rémunération des contributeurs Désintermédiation client –agences-
    13. 13. La curation, un apporteur de contenu pour nourrir un projet  La curation de contenu est une pratique qui consiste à sélectionner, éditer et partager les contenus les plus pertinents du Web pour une requête ou un sujet donné. (source Wikipédia) Sélection Editorialisation Partage Agrégation Contenu Création
    14. 14. Les outils / Pearltrees  Pearltrees est un service qui permet à ses utilisateurs d'organiser, d'explorer et de partager des pages web, des notes, des photos ou des fichiers.  Suivant la logique du curation de contenu (faire ressortir le meilleur contenu du web), Pearltrees fait à la fois office d'agrégateur de contenu mais aussi de moteur de recherche communautaire. (Source Wikipedia)
    15. 15. Organiser ses dossiers par thématiques Explorer les collections d’autres membres et les ajouter à sa collection Faire découvrir un domaine particulier à ses contacts en partageant des collections
    16. 16. Les outils/ Scoop-it !
    17. 17. Baladons nous sur les réseaux et découvrons les concepts du social  Facebook  Reach, engagement  Twitter  Hashtag – tag – mot clé  Google Plus  Affinité  Communautés  Interface utilisateur (Twitter=Facebook)  LinkedIn  Force des liens faibles  Centralité Web Analytics – ROI E-réputation (Klout..) Viralité, bouche à oreille, conversations Communication unifiée
    18. 18. Facebook  Le Graphe Facebook  Les principales métriques d’une page Facebook
    19. 19. Le graphe Facebook  Moteur de recherche sémantique qui relie les fans, les photos, les lieux, les centres d’intérêt, les statuts… Qui sont les influenceurs de mon réseau ? Qui communique avec qui ? Existe-t-il des sous-communautés au sein de ma communauté ? Quel contenu privilégier ? Auprès de qui ?
    20. 20. Les métriques d’une page Facebook  J’aime  Portée (reach, couverture)  Engagement
    21. 21. Le suivi des « J’aime » (1) Une incitation continuelle à faire de la publicité
    22. 22. Le suivi des j’aime (2) Une différence entre l’organique et le payé
    23. 23. Le suivi des « j’aime » (3)
    24. 24. Attention, il faut au moins 30 j’aime pour accéder aux stats !  Les statistiques sont généralement calculées sur 7 jours glissants  Engagement  Engagement : personnes qui ont aimé, commenté , cliqué ou partagé une publication  Facebook fournit ces statistiques par publication  On peut donc choisir de privilégier un type de publication qui génère le plus d’engagement.
    25. 25. Visualisation de l’engagement par publication Engagement sur 7 jours Engagement par publication Meilleure publication e-mailing et guide pratique des réseaux sociaux
    26. 26. Visualisation de la portée des publications Nombre de personnes ayant vu les publications
    27. 27. La portée des publications par type d’action
    28. 28. La portée totale des publications PORTEE = REACH=COUVERTURE
    29. 29. La portée par publication Quelle publication a été beaucoup vue ?
    30. 30. Quelle publication qui a fait l’objet d’un investissement publicitaire a été beaucoup vue ? Organique/payé
    31. 31. Visites de vos onglets Onglets d’Adidas Le plus important pour nous, Contact Tab
    32. 32. Les publications de tiers sur la page Un indicateur d’implication
    33. 33. Les sites référents
    34. 34. Publier quand mes fans sont en ligne Plutôt le vendredi et plutôt tard dans la soirée
    35. 35. Type de publication Plutôt du statut que du lien
    36. 36. Possibilité de surveiller les pages des autres et leurs publications les plus performantes
    37. 37. Les personnes qui aiment la page E-Marketing au Cnam sont…
    38. 38. Quelques indicateurs à suivre  Suivre son taux d’engagement (Engagement/Portée) x 100  Atteindre un grand nombre de ses fans ne sert à rien s’ ils ne réagissent pas à la publication  Regarder cet indicateur par publication et en général  Suivre le nombre de publications masquées
    39. 39. Publications masquées
    40. 40. Taux d’engagement Nombre de personnes qui ont cliqué sur la publication après l’avoir vue
    41. 41. Quelques règles pour animer sa page source : http://socialmediapro.fr/15-techniques-pour-avoir-plus-de-jaime-et- partages-sur-facebook/  Poster de façon régulière  Rester dans le contexte de sa page  Ne postez pas « compliqué », soyez simple  Soyez amusant  Chercher l’interaction (les likes, le partage)  Organiser un jeu concours  Utiliser une liste / 5 étapes pour…  Postez des actualités  Personnalisez, soyez authentique  Message court (100 à 150 caractères)  Toujours des images et/ou de la vidéo  Publication positive (j’aime), publication négative (commentaires) Attention ! Facebook commence à faire la chasse aux publications qu’on voit partout ou aux appels aux Like
    42. 42. La difficile gestion du Edge Rank L’algorithme de Facebook dit Edge Rank met en avant les publications susceptibles d’être les plus appréciées. En un sens, ces publications sont des recommandations que le réseau promeut en vue d’améliorer l’expérience utilisateur et la qualité des contenus Edge Rank = ∑ (affinité x poids x récence) -affinité : nombre d’interactions entre le lecteur et l’émetteur de la publication (commentaires, nombre de J’aime…) -poids : poids de la publication c’est-à-dire nombre de commentaires, de j’aime et de partages qu’elle génère -récence : fraîcheur de la publication
    43. 43. L’indicateur le plus délicat, l’affinité Source : http://blog.getpos trocket.com/2013 /04/infographic- facebook- edgerank-102- understanding- how-news-feed- stories-are- filtered/
    44. 44. Le Edge Rank Un algorithme très critiqué En moyenne, seuls 16 à 20% de vos « fans » vont vraiment voir les contenus que vous publiez sur Facebook apparaître dans leur fil d’actualité. Une seule solution : payez !! Story Bumping Mettre en haut du fil d’actualité des publications anciennes continuant à recevoir des interactions (j’aime, partages, commentaires) Photos désormais considérées comme contenu pauvre Informations pertinentes provenant de sites médias
    45. 45. Outils pour aller plus loin
    46. 46. Les réseaux sociaux inspirent les réseaux sociaux d’entreprise
    47. 47. L’utilisation de l’interface Facebook par les réseaux sociaux d’entreprise, quelques exemples http://www.journaldunet.com/solutions/reseau-social-d-entreprise/matrice-lecko- des-reseaux-sociaux-d-entreprise.shtml
    48. 48. L’intégration des fonctions métiers
    49. 49. Perception des RSE par les entreprises du CAC 40 (1)
    50. 50. Perception des RSE par les entreprises du CAC 40 (2)
    51. 51. Les RSE deviennent incontournables Source : Lecko
    52. 52. Mais la difficile construction de l’engagement
    53. 53. Les RSE pour les nuls https://www.youtube.com/watch?v=X6_BTBA4SZQ
    54. 54. BlueKiwi, fonctionnalités (1)
    55. 55. Bluekiwi, fonctionnalités (2)
    56. 56. La Plate-forme Facebook Bluekiwi https://www.youtube.com/watch?v=CdqMv- iIe7s
    57. 57. Interface Bluenove, j’innove, tu innoves, elle innove : parlons-en !
    58. 58. BlueKiwi et la Poste
    59. 59. BlueKiwi, an atos company et La Poste  Collaboration avec le département des innovations et des services (le Dides)  Challenge : faire travailler ensemble des collaborateurs d’autres divisions et zones géographiques  Echanger de l’information  Créer de l’intelligence collective  Utilisation du BlueNove system par près de 344 membres innovateurs du groupe  62506 visites  4300 notes  3800 commentaires
    60. 60. BlueKiwi et Lecko
    61. 61. Yammer  Lancé en 2008 et présenté comme un outil de micro- blogging à destination des entreprises (le Twitter des entreprises)  Idée : David O. Sacks, le fondateur du site de généalogie Geni, avait créé un logiciel interne pour favoriser la collaboration de ses collaborateurs et l'idée lui vint de le proposer aux entreprises.  Yammer fonctionne sur le principe du freemium: service de base gratuit puis des versions premium payantes sur la base de tarifs d'environ 5$ par utilisateur et par mois.  Le service Premium offre des contrôles administratifs, des outils de sécurité renforcée, l'export de données, le suivi des mots clés, l'intégration d'annuaire, l'analyse de réseau, l'intégration SharePoint, ...
    62. 62. Interface de Yammer = Interface de Facebook
    63. 63. Yammer et Microsoft (1)  Rachat par Microsoft en 2012 pour 1,2 milliard de dollars (960 millions d'euros)  Objectif : permettre au numéro un mondial des logiciels d'offrir des prestations de type Facebook à ses clients professionnels  Yammer, créé il y a quatre ans, revendiquait, dès 2012, cinq millions d'utilisateurs. L'entité est intégrée à la division "Office" de Microsoft.  L'offre de Microsoft, qui détient une petite partie du capital de Facebook, a valorisé chaque utilisateur de Yammer à 240 dollars.
    64. 64. Yammer et Microsoft (2)  Intégration à la suite Office de Microsoft  Traduction automatique de messages  Intégration des boutons Like et Follow  Intégration du flux d’actualités Yammer à Sharepoint Online
    65. 65. 4 idées transformées en brevets chez PSA Peugeot Citroën grâce à la plateforme collaborative Sharepoint  Challenge Interne 2012 : thème, les voitures connectées  Gamification  Points aux concepts les plus originaux  Idées ayant recueilli le plus de points évaluées par des experts internes  "Le premier challenge a donné lieu à 3 500 commentaires proposés par 1 300 participants et 85 idées sélectionnées par les experts dont une dizaine ont été reçues et 4 ont débouché sur des brevets", note Mathilde Parlier Blot, responsable de l'innovation collaborative et participative chez PSA Peugeot Citroën.  Challenge 2013 : thème, la réduction des coûts  Utilisation de Sharepoint.  Le deuxième challenge, qui portait sur le thème de la réduction des coûts, a remporté un succès encore plus grand (3 600 participants, 14 000 commentaires et 200 idées retenues).  Challenge 2014 : les collaborateurs chinois du groupe
    66. 66. Yammer et la détection des influenceurs Yammer a annoncé un partenariat avec le spécialiste de la mesure de l'infuence en ligne, Klout. "La coopération entre Klout et Yammer permet aux utilisateurs de publier leur score Klout et leur expertise directement sur leur profil Yammer.
    67. 67. Yammer et Crédit agricole https://www.youtube.com/watch?v=uDCKtliWlzc
    68. 68. Air France et Yammer
    69. 69. Air France et Yammer, pourquoi ?  Projet de réforme de la sécurité des vols  Mise à disposition d'iPad auprès de la population des pilotes - avec pour objectif de remplacer la documentation papier utilisée dans les cockpits  Etablir un management de proximité avec les pilotes pour créer du lien et répondre plus efficacement à leurs besoins en termes de partage de documents, de discussions, de formations, etc.  Réorganisation : DGA Air France / Managers Pilotes, créer du lien avec les pilotes  AIR France recherche alors un outil pour développer ce nouveau management de proximité.
    70. 70. Air France et Yammer, comment ?  Proposition : SharePoint 2010, repoussé par la direction  Yammer proposé en juin 2013 par la direction, accepté dans la foulée  Possibilités  Programmes de formation  Cours en e-learning  Thèmes d’instruction  Phase 1, Groupe de discussion Manager portant sur la stratégie économique d'Air France. Sans succès.  Phase 2, Création de groupes métiers pour aider les managers dans leurs tâches quotidiennes. Succès.  Phase 3, Ouverture de Yammer à l'ensemble de la population de pilotes, soit plus de 4 000 collaborateurs, ainsi qu'au personnel au sol (1 000 collaborateurs) d'ici l'été 2014.
    71. 71. Air France et Yammer, comment ? Groupes fermés, ouverts, bonnes pratiques  Inclure des liens vers les groupes Yammer dans les documents PDF envoyés aux pilotes en leur permettant d'y accéder via l'identifiant/mot de passe de leur compte Air France, et non pas via un système d'authentification forte .  Fonction SSO (La fonction SSO permet une authentification UNIQUE pour accéder aux applications disponibles pour un utilisateur, single sign on).  Des groupes ouverts ont été créés, par exemple Pilot Pad, un groupe dans lequel les pilotes partagent leurs avis sur l'usage des tablettes tactiles dans leur travail.  Coût
    72. 72. Jive, leader des fonctions sociales  https://www.youtube.com/watch?v=v-hvQzsHsZw
    73. 73. Liferay, leader des fonctions métier  https://www.youtube.com/watch?v=npM1MfoByog
    74. 74. Conclusion
    75. 75. Comprendre l’émergence des communautés en ligne : communautés de pratique et miccroblogging Enseignements 1 oPlus une communauté devient active, plus les degrés (liens entre ses membres) croissent. oIl doit exister une faible connectivité (réseau large et non resserré) pour que la communauté perdure. oUn nombre important d’agents doit jouer le rôle de ponts et avoir des compétences suffisamment larges pour qu’elles puissent se chevaucher. oAu-delà de 150 membres, désintérêt pour la communauté. oNécessité de développer les régions moyennes (groupes isolés destinés à devenir de grands composants). oIntégration au sein d’une communauté active, développement du besoin d’interaction de l’individu. L’ARS Analyse des réseaux sociaux
    76. 76. La viralité modélisée par l’ARS Enseignements 2 oLes internautes échappant à l’action du marketing viral ne sont pas forcément ceux qui présentent de faibles relations interindividuelles. oLes communautés en ligne décentralisées (membres tous reliés entre eux) seraient plus propices à la diffusion d’informations virales que les communautés centralisées (regroupées autour d’individus jouant un rôle central). oIl existe un lien confiance-amitié. L’amitié peut se modéliser par l’observation des liens forts. Ces liens forts sont : la similarité (profil commun), la connectivité (nombre d’amis en commun) ou la connectivité transactionnelle (nombre de messages sur un mur dans le cas de Facebook)
    77. 77. Leadership et ARS : le bruit de fond du leader Enseignements 3 oLes liens faibles jouent comme un effet d’amplification des signaux émis par les agents à forte centralité (bruit de fond du leader) oLe leadership ne peut être une position figée. L’ARS suit l’évolution de l’intensité des relations inter-individuelles oLorsque le réseau est fragmenté, les agents à fort charisme sont identifiables mais le nombre d’individus qu’ils influencent est assez restreint oLes trous structuraux peuvent bloquer la diffusion de l’innovation
    78. 78. La créativité au sein des communautés en ligne : une approche par l’ARS Enseignements 4 Quantifier la créativité d’un individu Modélisation des forums collaboratifs Participation réussie : passage d’individus périphériques à une posture centrale
    79. 79. La gestion de l’hostilité : une cartographie des conflits Enseignements 5 oCartographie sociale des conflits et des querelles dans le Wikipédia Francophone oGraphes d’accord et de désaccord oDésaccord : contributeurs marginaux faiblement connectés oContributeurs centraux : accord si chacun « gère son territoire » oCommunautés de marque : identifier les individus du désaccord, procéder à leur isolement
    80. 80. Les concepts des réseaux sociaux appliqués aux réseaux sociaux d’entreprise  Simplicité de l’interface  Tags  Communautés  Détection des influenceurs  Social Graph  Web Analytics  Force des liens faibles  ROI, RONI (Risk of non investment)  Loi de Metcalfe  Bouche à oreille  Affinité
    81. 81. Agenda (Partie 2)  Focus sur Twitter  Recherches sur un sujet  Recherches sur des influenceurs ou des utilisateurs
    82. 82. Twitter, audience (source GlobalWebIndex)  271 millions d’utilisateurs actifs mensuels  6 à 7 millions d’utilisateurs en France  59% des twittos utilisent Twitter chaque jour  38% l’utilisent plusieurs fois Résultats Twitter Octobre 2014 361 millions de dollars, en hausse de 114 % en un an, et un bénéfice net de 7 millions de dollars
    83. 83. Twitter et l’engagement  Se définit comme un acteur de la Native Advertising  Clic sur une bannière 0,1% versus Clic sur une publicité Twitter entre 3 et 4%  38% tweetent  31% regardent les tendances  31% utilisent le search (moteur interne)  40% publient du contenu Source : Twitter
    84. 84. Une croissance externe soutenue  Crashlytics (acquis en 2013, outil d’analyse de plantage d’une application mobile)  Mopub (acquis en 2013, système d'enchères permettant de placer automatiquement des publicités sur des applications pour smartphones)  Namo Media (acquis en 2014, intègre des publicités natives dans les applications mobiles)  Tap Commerce (acquis en 2014, incite à revenir sur une application ou à en télécharger une autre appartenant au même groupe)  Mitro Labs (acquis en 2014, spécialisée dans la protection, la gestion et le partage des mots de passe)  Gnip (acquis en 2014, permet l’analyse poussée des tweets publics)  Bluefin Labs ( acquis en 2013, spécialisé dans la mesure des commentaires des internautes sur les programmes de
    85. 85. Des solutions analytics innovantes  2 milliards de tweets en une semaine  Nom : Firehose, masse de données générées par Twitter (données accessibles moins de 1%)  Accès aux tweets (big data) : Certified Data Reseller Products  Twitter ID (suivre l’utilisateur quelque soit le Device) Les certifiés Topsy Datasift Gnip
    86. 86. Le Twitter Id, utilisation  Proposer ses publicités ciblées en tirant profit des informations publiques d’un compte (nom du compte, description) mais aussi de son email en fonction d’une base de données CRM que Twitter a construit , des données acquises sur Internet ou via des partenaires. Source WebLife
    87. 87. Source Journal du Net Autres outils de Web Analytics
    88. 88. Source : Journal du Net https://vimeo.com/72481768
    89. 89. Source : Journal du Net
    90. 90. Imaginez les fonctionnalités de votre réseau en vous fondant sur votre projet  Quelques idées…

    ×