SlideShare une entreprise Scribd logo
Agents Transmissibles Non Conventionnels
PRIONS
Résidanat 2010 - 2011
 Découverte des prions a value le Prix Nobel de
Médecine en 1997 à Stanley Prusiner
 Agents Transmissibles Non Conventionnels(ATNC),
appelés prions : agents responsables des
Encéphalopathies Spongiformes Subaiguës
Transmissibles(ESST), maladies constamment
mortelles, caractérisées par l’association:
- Vacuolisation neuronale (spongiose)
- Perte neuronale
- Gliose (prolifération pathologique de la névroglie,
équivalent de la fibrose)
 Prions : particules transmissibles, dépourvues
d’acide nucléique (ADN, ARN), composées
seulement d’une protéine modifiée.
 La protéine normale appelée protéine cellulaire
(PrPC ) est convertie en protéine résistante (PrPres
ou PrPsc ) par un processus post-traductionnel.
Cette PrPres s’accumule et provoque les lésions
observées au niveau du SNC.
c: cellulaire
res: résistante
sc: scarpie
PRION Protéine normale (Prpc)
 La protéine (Prpc) est
impliquée dans le
fonctionnement normal de
la cellule, dans le
développement du système
nerveux chez l'embryon et
chez l'adulte, elle est
exprimée essentiellement
dans le cerveau et la moelle
épinière. Elle joue aussi un
rôle dans les processus de
différenciation et
d’adhésion des cellules
Sensibilité
 Sensible à l’urée
 Sensible à l’hypochloride de sodium à 6°
(eau de javel du commerce diluée au 1/8 )
Sensible à la soude normale pendant
1 heure
 Résistant aux radiations (UV, RX)
 Résistant T° qui dénaturent les agents conventionnels;
détruit par la chaleur humide (autoclavage:134°C/18 mn)
 Résistant au formol et aldéhydes (rôle de fixateur et
conserve l’infectiosité) et résistant à la β-propiolactone
 Insoluble dans les détergents et les dénaturants alors
que la protéine normale est soluble
 Non visible au microscope optique
Agent pathogène qui
n’induit ni réponse
immunitaire, ni réponse
inflammatoire
 Dans sa forme normale la PrPC est présente à la
surface de la membrane des cellules nerveuses.
Elle est codée par le gène PrP
 PrPC subit soit des modifications spontanées ou
bien à la suite de mutation de gènes, entrainant
une modification de la conformation de cette
protéine qui provoque une augmentation des
feuillets β et une diminution des feuillets α
(inverse dans la protéine normale), sans
changement dans les séquences primaires des
acides aminés.
 Cette modification se traduit par:
 Accumulation de la PrPres : résistance à la
protéinase K
 Visible au ME s/f de plaques amyloïdes: Les
fragments de PrPres s’accumulent dans les
cellules et s'agrègent en donnant des dépôts
extracellulaires similaires aux dépôts
amyloïdes
Les dépôts formés par les prions pathogènes
dans le cerveau des souris transgéniques.
 PrPres réagit avec la PrPC donnant 2 PrPres
responsable de l’extension des lésions au
niveau de SNC; la PrPC est indispensable pour
l’extension de la maladie permet l’invasion
du Système Nerveux Central par PrPres
Rate
Ganglions
Formations lymphatiques
Lymphocytes B
Plaques de Payers
Système réticulo endothélial
Intestins
Infections dégénératives Mécanisme de pathogenèse
- MCJ iatrogène
-MCJ familiale
-MCJ sporadique
-Variant MCJ
-Infection par HGH contaminée par
prions, greffe de dure-mère….
-Mutation (héréditaire) du gène PrP
de lignée germinale
-Origine indéterminée : Mutation
(non héréditaire) somatique ou
conversion spontanée de PrPC en
PRPSC
-Infection par prions bovins?
Insomnie fatale familiale -Mutation du gène PrP de lignée
germinale (D178N et M129)
Syndrome de Gerstmann-
Sträussler-Scheinker
-Mutation du gène PrP de lignée
germinale
Kürü Infection par Canibalisme rituel
Infections dégénératives Mécanisme pathogène
Tremblante du mouton Infection de moutons
génétiquement susceptibles
Encéphalopathie
spongiforme bovine
(ESB) (maladie de la vache
folle)
Infection par les farines
contaminés par des
prions(Meat and Bone Meal :
MBM)
Encéphalopathie
spongiforme du vison
Infection par des prions
ovins ou bovins
 Décrite par Creutzfeld et Jakob en 1920-1921
 Elle se présente sous 3 formes: MCJ sporadique,
iatrogène et familiale.
 Répartition mondiale, incidence 1/1 million, jamais
identifiée en Afrique.
 Age de survenue 60 - 65 ans
 10-15% de formes familiales
 Transmise expérimentalement au chimpanzé
 CLINIQUE:
• Signes cliniques: démence, troubles neurologiques ou
prédominent les myoclonies
• Evolution fatale en 5 -14 mois
Spontané : 86% des cas
Mutation : 12% des cas possibilité de transmission
héréditaire
Transmission par voie orale probable par
consommation de viande contaminée
(expérimentalement possible)
Transmission accidentelle :
Contamination directe du SNC: incubation relativement
courte 15 à 28 mois:
o Acte neurochirurgical EEG (électrodes profondes
intracérébrales),
o Greffe de cornée 5,5 ans en moyenne [1,5 à 12 ans],
o Greffe de dure mère ,
o Mauvaise stérilisation du matériel chirurgical
(134°C/20 mn)
Contaminations périphériques: hormones de croissance
d’origine humaine et toutes les hormones d’origine
hypophysaire, l’incubation est plus longue 12 ans [5 à
30 ans]
Transmission sanguine???
 Dans les formes habituelles de MCJ :
Diagnostic clinique : signes neurologiques non
spécifiques, orienté par la recherche de la
protéine 14-3-3 et la NSE (neuron specific
enolase) dans le LCR .
La protéine 14-3-3 et la NSE :signent la mort
neuronale; elles sont très augmentées en cas
d’encéphalite infectieuse ou d’infarctus
cérébral récent, ne sont pas retrouvées dans
la maladie d’Alzheimer et la démence du
corps de Lewy
Chez les sujets infectés, le prion est retrouvé au
niveau du foie, rate, poumon, ganglions
lymphatiques, le sang et en grande quantité au
niveau des cellules dendritiques
 Histologie:
◦ Lésions spongiformes avec dépôts de plaques amyloïdes
◦ Astrocytoses
◦ Dégénérescence neuronale
• Diagnostic de certitude: post-mortem, examen du
cerveau montrant la triade caractéristique à
l’histopathologie : spongiose, gliose de type
astrocytaire et perte neuronale
• Immuno-histochimie : plus sensible++ détection de la
PrPres
 ELISA et Western blot
 Inoculation à la souris: évolution lente une année
 Caractéristiques cliniques:
Age très précoce 30 ans avec une moyenne de 12 – 74 ans
Manifestations psychiatriques : dépression
Manifestations neurologiques : syndrome cérébelleux et en
fin d’évolution survient la démence et les myoclonies
 Caractéristiques épidémiologiques: individualisée
dans les pays ou sévit l’ESB : Angleterre
 Caractéristiques génétiques: pas de mutation
au niveau du gène , pas de transmission
héréditaire
fréquence élevée d’origine exogène
probablement alimentaire?
 Caractéristiques histologiques: dépôt de la
protéine modifiée PrPres dans toutes les zones
de la matière grise essentiellement cervelet.
Les plaques amyloïdes sont entourées de
lésions spongiformes caractéristiques
appelées « plaques florides »
 Papouasie nouvelle guinée: chez les gens
qui consomment les cerveaux de parents
décédés
 Incubation 3 ans
 Signes cliniques: 1er signe ataxie
cérébelleuse ,puis les signes oculaires
paralysie puis démence (identiques aux
signes cliniques de la MCJ)
 Evolution fatale en moins d’une année
 Histologie: même type de lésions que la
MCJ avec des plaques amyloïdes
caractéristiques, composées de PrPres
 Transmission au chimpanzé par injection
intra-cérbrale sur une période de 14 à 82
mois
 Caractéristiques
 Marche ébrieuse
 Cliniquement: troubles moteurs (ataxie, paralysie)
 Evolution fatale en 6 – 12 mois
 Survient chez les ovins: contamination par voie orale
suite à la consommation d’herbe infectée
Maladie non transmise à l’homme (risque potentiel) ,
il existe une barrière d’espèce; la contamination
des bovins est possible
 Test PMCA (Protein Misfolding Cyclic
Amplification) sur liquides biologiques (salive,
suc gastrique)
 Individualisée la 1ere fois en 1986 en Grande
Bretagne, de cause exogène du à la modification
physico-chimique interne dans la fabrication de
farine animale à partir de viande et d’os (MBM:
Meat and Bone Meal); diminution de la T°, de la
durée du TRT, mauvaise extraction des graisses
par les solvants
Contamination orale possible (graisse+++)
• Incubation 5 ans
• Signes cliniques: troubles locomoteurs, perte de
l’équilibre
• Transmise expérimentalement aux souris et
chèvres
• Tissus infectés: cerveau, moelle épinière,
rétine, iléon distal, tissus lymphoïdes,
placenta
• Pas de risque de transmission par le lait, le
sérum ou le sang
• Diagnostic: post-mortem
 Chez l’homme:
• Interdire la consommation de produits alimentaires
à risques d’origine bovine et caprine (SNC, o.
lymphoïdes, intestins)
• Tests de dépistage systématiques à l’abattoir: les
animaux infectés
• Eviction des produits à risque dans la fabrication
des cosmétiques et des médicaments.
• Respecter les bonnes pratiques de laboratoire
• Suivre scrupuleusement les procédures nouvelles
de désinfection
 Chez l’animal: arrêt de l’incorporation de
produits dérivés de ruminants dans
l’alimentation destinée principalement
aux bovins et autres ruminants

Contenu connexe

Tendances

observation medicale en psychiatrie corr lien videos.docx
observation medicale en psychiatrie corr lien videos.docxobservation medicale en psychiatrie corr lien videos.docx
observation medicale en psychiatrie corr lien videos.docx
Mohamed Tem
 
Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë
CHU Tlemcen
 
Lupus érythémateux disséminé1
Lupus érythémateux disséminé1Lupus érythémateux disséminé1
Lupus érythémateux disséminé1Med Achraf Hadj Ali
 
Anatomie du Médiastin
Anatomie du Médiastin Anatomie du Médiastin
Anatomie du Médiastin
Rachid Marouf
 
anomalies_chromosomiques_generalites
 anomalies_chromosomiques_generalites anomalies_chromosomiques_generalites
anomalies_chromosomiques_generalitesnoraeah med
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
Claude EUGENE
 
Fracture extreminte inferieure_radius
Fracture extreminte inferieure_radiusFracture extreminte inferieure_radius
Fracture extreminte inferieure_radiusHamlaoui Saddek
 
Cat devant un polytraumatisme
Cat devant un polytraumatismeCat devant un polytraumatisme
Cat devant un polytraumatisme
Idris Ahmed
 
Lupus Erythémateux Disséminé1
Lupus Erythémateux Disséminé1Lupus Erythémateux Disséminé1
Lupus Erythémateux Disséminé1Mede Space
 
Td 1 schémas cinématique
Td 1 schémas cinématiqueTd 1 schémas cinématique
Td 1 schémas cinématique
Ahmed Guerine
 
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- pptCour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- pptkillua zoldyck
 
Syndrome médiastinal
Syndrome médiastinalSyndrome médiastinal
Syndrome médiastinal
imma-dr
 
L’hemorragie meningee spontanee
L’hemorragie  meningee spontaneeL’hemorragie  meningee spontanee
L’hemorragie meningee spontaneeAhmad AlFourati
 
Cours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicalesCours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicalesHana Hanouna
 
Diagnostic des tumeurs médiastinales
Diagnostic des  tumeurs  médiastinalesDiagnostic des  tumeurs  médiastinales
Diagnostic des tumeurs médiastinaleshind henzazi
 
Maladie de hirschprung
Maladie de  hirschprungMaladie de  hirschprung
Maladie de hirschprungHana Hanouna
 
sténose.pptx
sténose.pptxsténose.pptx
sténose.pptx
AbdillahiMahad2
 
11 avant -bras - fractures
11  avant -bras - fractures11  avant -bras - fractures
11 avant -bras - fractures
fteiti wadhah
 
La tuberculose urogénitale difficultés diagnostiques
La tuberculose urogénitale difficultés diagnostiquesLa tuberculose urogénitale difficultés diagnostiques
La tuberculose urogénitale difficultés diagnostiques
Mede Space
 

Tendances (20)

observation medicale en psychiatrie corr lien videos.docx
observation medicale en psychiatrie corr lien videos.docxobservation medicale en psychiatrie corr lien videos.docx
observation medicale en psychiatrie corr lien videos.docx
 
Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë
 
Lupus érythémateux disséminé1
Lupus érythémateux disséminé1Lupus érythémateux disséminé1
Lupus érythémateux disséminé1
 
Anatomie du Médiastin
Anatomie du Médiastin Anatomie du Médiastin
Anatomie du Médiastin
 
anomalies_chromosomiques_generalites
 anomalies_chromosomiques_generalites anomalies_chromosomiques_generalites
anomalies_chromosomiques_generalites
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
 
Rgo
RgoRgo
Rgo
 
Fracture extreminte inferieure_radius
Fracture extreminte inferieure_radiusFracture extreminte inferieure_radius
Fracture extreminte inferieure_radius
 
Cat devant un polytraumatisme
Cat devant un polytraumatismeCat devant un polytraumatisme
Cat devant un polytraumatisme
 
Lupus Erythémateux Disséminé1
Lupus Erythémateux Disséminé1Lupus Erythémateux Disséminé1
Lupus Erythémateux Disséminé1
 
Td 1 schémas cinématique
Td 1 schémas cinématiqueTd 1 schémas cinématique
Td 1 schémas cinématique
 
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- pptCour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
 
Syndrome médiastinal
Syndrome médiastinalSyndrome médiastinal
Syndrome médiastinal
 
L’hemorragie meningee spontanee
L’hemorragie  meningee spontaneeL’hemorragie  meningee spontanee
L’hemorragie meningee spontanee
 
Cours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicalesCours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicales
 
Diagnostic des tumeurs médiastinales
Diagnostic des  tumeurs  médiastinalesDiagnostic des  tumeurs  médiastinales
Diagnostic des tumeurs médiastinales
 
Maladie de hirschprung
Maladie de  hirschprungMaladie de  hirschprung
Maladie de hirschprung
 
sténose.pptx
sténose.pptxsténose.pptx
sténose.pptx
 
11 avant -bras - fractures
11  avant -bras - fractures11  avant -bras - fractures
11 avant -bras - fractures
 
La tuberculose urogénitale difficultés diagnostiques
La tuberculose urogénitale difficultés diagnostiquesLa tuberculose urogénitale difficultés diagnostiques
La tuberculose urogénitale difficultés diagnostiques
 

Similaire à Agents transmissibles non conventionnels Prions Alger.ppsx

Article sur le sélection génétique de la résistance à la tremblante du mouton
Article sur le sélection génétique de la résistance à la tremblante du moutonArticle sur le sélection génétique de la résistance à la tremblante du mouton
Article sur le sélection génétique de la résistance à la tremblante du mouton
Alice Mukakanamugire
 
Données actuelles sur la physiopathologie du paludisme à Plasmodium falciparum
Données actuelles sur la physiopathologie du paludisme à Plasmodium falciparumDonnées actuelles sur la physiopathologie du paludisme à Plasmodium falciparum
Données actuelles sur la physiopathologie du paludisme à Plasmodium falciparum
Institut Pasteur de Madagascar
 
Oncogene & oncogenese
Oncogene & oncogeneseOncogene & oncogenese
Oncogene & oncogenese
hind henzazi
 
Pkd News Mai 2009
Pkd News Mai 2009Pkd News Mai 2009
Pkd News Mai 2009kyste
 
Les maladies pédiatriques que les hépatologues doivent connaître - Emmanuel G...
Les maladies pédiatriques que les hépatologues doivent connaître - Emmanuel G...Les maladies pédiatriques que les hépatologues doivent connaître - Emmanuel G...
Les maladies pédiatriques que les hépatologues doivent connaître - Emmanuel G...
Centre Hepato-Biliaire / AP-HP Hopital Paul Brousse
 
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
ssuser402aa2
 
Signalisation cellulaire
Signalisation cellulaireSignalisation cellulaire
Signalisation cellulaire
ARICHI Bouchra
 
Carcinogenèse hépatique d'origine virale.ppt
Carcinogenèse hépatique d'origine virale.pptCarcinogenèse hépatique d'origine virale.ppt
Carcinogenèse hépatique d'origine virale.ppt
odeckmyn
 
Focal segmental glomerulosclerosis and transplantation
Focal segmental glomerulosclerosis and transplantationFocal segmental glomerulosclerosis and transplantation
Focal segmental glomerulosclerosis and transplantation
International clinic Hannibal Tunis Tunisia
 
La leptospirose
La leptospirose La leptospirose
La leptospirose
MBOUSSOU Yoan
 
Appréciation moléculaire du risque lié à la présence d’E. coli O26:H11 dans l...
Appréciation moléculaire du risque lié à la présence d’E. coli O26:H11 dans l...Appréciation moléculaire du risque lié à la présence d’E. coli O26:H11 dans l...
Appréciation moléculaire du risque lié à la présence d’E. coli O26:H11 dans l...pmasson02
 
Conference OGM Mounier
Conference OGM MounierConference OGM Mounier
Conference OGM Mouniervguili
 
Lessentiel En Maladies InféCtieuses
Lessentiel En Maladies InféCtieusesLessentiel En Maladies InféCtieuses
Lessentiel En Maladies InféCtieuses
Mede Space
 
Diagnostic biologique de la toxoplasmose
Diagnostic biologique de la toxoplasmoseDiagnostic biologique de la toxoplasmose
Diagnostic biologique de la toxoplasmose
Hind FQ
 
Un adénome hypophysaire atypique
Un adénome hypophysaire atypiqueUn adénome hypophysaire atypique
Un adénome hypophysaire atypique
all-in-web
 
Maladie de Wilson rodolphe Sobesky.pdf
Maladie de Wilson rodolphe Sobesky.pdfMaladie de Wilson rodolphe Sobesky.pdf
Maladie de Wilson rodolphe Sobesky.pdf
Centre Hepato-Biliaire / AP-HP Hopital Paul Brousse
 
Les études moléculaires de la cascade apoptotique
Les études moléculaires de la cascade apoptotiqueLes études moléculaires de la cascade apoptotique
Les études moléculaires de la cascade apoptotique
Ahmed Dellaa
 
Données actuelles sur la physiopathologie du paludisme à Plasmodium falciparum
Données actuelles sur la physiopathologie du paludisme à Plasmodium falciparumDonnées actuelles sur la physiopathologie du paludisme à Plasmodium falciparum
Données actuelles sur la physiopathologie du paludisme à Plasmodium falciparum
Institut Pasteur de Madagascar
 
Protozoaires opportunistes au cours du sida
Protozoaires opportunistes au cours du sidaProtozoaires opportunistes au cours du sida
Protozoaires opportunistes au cours du sida
karimabdk
 
Place de la génétique ...
Place de la génétique ...Place de la génétique ...
Place de la génétique ...
Vincent Di Martino
 

Similaire à Agents transmissibles non conventionnels Prions Alger.ppsx (20)

Article sur le sélection génétique de la résistance à la tremblante du mouton
Article sur le sélection génétique de la résistance à la tremblante du moutonArticle sur le sélection génétique de la résistance à la tremblante du mouton
Article sur le sélection génétique de la résistance à la tremblante du mouton
 
Données actuelles sur la physiopathologie du paludisme à Plasmodium falciparum
Données actuelles sur la physiopathologie du paludisme à Plasmodium falciparumDonnées actuelles sur la physiopathologie du paludisme à Plasmodium falciparum
Données actuelles sur la physiopathologie du paludisme à Plasmodium falciparum
 
Oncogene & oncogenese
Oncogene & oncogeneseOncogene & oncogenese
Oncogene & oncogenese
 
Pkd News Mai 2009
Pkd News Mai 2009Pkd News Mai 2009
Pkd News Mai 2009
 
Les maladies pédiatriques que les hépatologues doivent connaître - Emmanuel G...
Les maladies pédiatriques que les hépatologues doivent connaître - Emmanuel G...Les maladies pédiatriques que les hépatologues doivent connaître - Emmanuel G...
Les maladies pédiatriques que les hépatologues doivent connaître - Emmanuel G...
 
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
 
Signalisation cellulaire
Signalisation cellulaireSignalisation cellulaire
Signalisation cellulaire
 
Carcinogenèse hépatique d'origine virale.ppt
Carcinogenèse hépatique d'origine virale.pptCarcinogenèse hépatique d'origine virale.ppt
Carcinogenèse hépatique d'origine virale.ppt
 
Focal segmental glomerulosclerosis and transplantation
Focal segmental glomerulosclerosis and transplantationFocal segmental glomerulosclerosis and transplantation
Focal segmental glomerulosclerosis and transplantation
 
La leptospirose
La leptospirose La leptospirose
La leptospirose
 
Appréciation moléculaire du risque lié à la présence d’E. coli O26:H11 dans l...
Appréciation moléculaire du risque lié à la présence d’E. coli O26:H11 dans l...Appréciation moléculaire du risque lié à la présence d’E. coli O26:H11 dans l...
Appréciation moléculaire du risque lié à la présence d’E. coli O26:H11 dans l...
 
Conference OGM Mounier
Conference OGM MounierConference OGM Mounier
Conference OGM Mounier
 
Lessentiel En Maladies InféCtieuses
Lessentiel En Maladies InféCtieusesLessentiel En Maladies InféCtieuses
Lessentiel En Maladies InféCtieuses
 
Diagnostic biologique de la toxoplasmose
Diagnostic biologique de la toxoplasmoseDiagnostic biologique de la toxoplasmose
Diagnostic biologique de la toxoplasmose
 
Un adénome hypophysaire atypique
Un adénome hypophysaire atypiqueUn adénome hypophysaire atypique
Un adénome hypophysaire atypique
 
Maladie de Wilson rodolphe Sobesky.pdf
Maladie de Wilson rodolphe Sobesky.pdfMaladie de Wilson rodolphe Sobesky.pdf
Maladie de Wilson rodolphe Sobesky.pdf
 
Les études moléculaires de la cascade apoptotique
Les études moléculaires de la cascade apoptotiqueLes études moléculaires de la cascade apoptotique
Les études moléculaires de la cascade apoptotique
 
Données actuelles sur la physiopathologie du paludisme à Plasmodium falciparum
Données actuelles sur la physiopathologie du paludisme à Plasmodium falciparumDonnées actuelles sur la physiopathologie du paludisme à Plasmodium falciparum
Données actuelles sur la physiopathologie du paludisme à Plasmodium falciparum
 
Protozoaires opportunistes au cours du sida
Protozoaires opportunistes au cours du sidaProtozoaires opportunistes au cours du sida
Protozoaires opportunistes au cours du sida
 
Place de la génétique ...
Place de la génétique ...Place de la génétique ...
Place de la génétique ...
 

Agents transmissibles non conventionnels Prions Alger.ppsx

  • 1. Agents Transmissibles Non Conventionnels PRIONS Résidanat 2010 - 2011
  • 2.  Découverte des prions a value le Prix Nobel de Médecine en 1997 à Stanley Prusiner  Agents Transmissibles Non Conventionnels(ATNC), appelés prions : agents responsables des Encéphalopathies Spongiformes Subaiguës Transmissibles(ESST), maladies constamment mortelles, caractérisées par l’association: - Vacuolisation neuronale (spongiose) - Perte neuronale - Gliose (prolifération pathologique de la névroglie, équivalent de la fibrose)
  • 3.  Prions : particules transmissibles, dépourvues d’acide nucléique (ADN, ARN), composées seulement d’une protéine modifiée.  La protéine normale appelée protéine cellulaire (PrPC ) est convertie en protéine résistante (PrPres ou PrPsc ) par un processus post-traductionnel. Cette PrPres s’accumule et provoque les lésions observées au niveau du SNC. c: cellulaire res: résistante sc: scarpie
  • 4. PRION Protéine normale (Prpc)  La protéine (Prpc) est impliquée dans le fonctionnement normal de la cellule, dans le développement du système nerveux chez l'embryon et chez l'adulte, elle est exprimée essentiellement dans le cerveau et la moelle épinière. Elle joue aussi un rôle dans les processus de différenciation et d’adhésion des cellules
  • 5. Sensibilité  Sensible à l’urée  Sensible à l’hypochloride de sodium à 6° (eau de javel du commerce diluée au 1/8 ) Sensible à la soude normale pendant 1 heure
  • 6.  Résistant aux radiations (UV, RX)  Résistant T° qui dénaturent les agents conventionnels; détruit par la chaleur humide (autoclavage:134°C/18 mn)  Résistant au formol et aldéhydes (rôle de fixateur et conserve l’infectiosité) et résistant à la β-propiolactone  Insoluble dans les détergents et les dénaturants alors que la protéine normale est soluble  Non visible au microscope optique
  • 7. Agent pathogène qui n’induit ni réponse immunitaire, ni réponse inflammatoire
  • 8.  Dans sa forme normale la PrPC est présente à la surface de la membrane des cellules nerveuses. Elle est codée par le gène PrP  PrPC subit soit des modifications spontanées ou bien à la suite de mutation de gènes, entrainant une modification de la conformation de cette protéine qui provoque une augmentation des feuillets β et une diminution des feuillets α (inverse dans la protéine normale), sans changement dans les séquences primaires des acides aminés.
  • 9.  Cette modification se traduit par:  Accumulation de la PrPres : résistance à la protéinase K  Visible au ME s/f de plaques amyloïdes: Les fragments de PrPres s’accumulent dans les cellules et s'agrègent en donnant des dépôts extracellulaires similaires aux dépôts amyloïdes
  • 10. Les dépôts formés par les prions pathogènes dans le cerveau des souris transgéniques.
  • 11.  PrPres réagit avec la PrPC donnant 2 PrPres responsable de l’extension des lésions au niveau de SNC; la PrPC est indispensable pour l’extension de la maladie permet l’invasion du Système Nerveux Central par PrPres
  • 12. Rate Ganglions Formations lymphatiques Lymphocytes B Plaques de Payers Système réticulo endothélial Intestins
  • 13. Infections dégénératives Mécanisme de pathogenèse - MCJ iatrogène -MCJ familiale -MCJ sporadique -Variant MCJ -Infection par HGH contaminée par prions, greffe de dure-mère…. -Mutation (héréditaire) du gène PrP de lignée germinale -Origine indéterminée : Mutation (non héréditaire) somatique ou conversion spontanée de PrPC en PRPSC -Infection par prions bovins? Insomnie fatale familiale -Mutation du gène PrP de lignée germinale (D178N et M129) Syndrome de Gerstmann- Sträussler-Scheinker -Mutation du gène PrP de lignée germinale Kürü Infection par Canibalisme rituel
  • 14. Infections dégénératives Mécanisme pathogène Tremblante du mouton Infection de moutons génétiquement susceptibles Encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) (maladie de la vache folle) Infection par les farines contaminés par des prions(Meat and Bone Meal : MBM) Encéphalopathie spongiforme du vison Infection par des prions ovins ou bovins
  • 15.  Décrite par Creutzfeld et Jakob en 1920-1921  Elle se présente sous 3 formes: MCJ sporadique, iatrogène et familiale.  Répartition mondiale, incidence 1/1 million, jamais identifiée en Afrique.  Age de survenue 60 - 65 ans  10-15% de formes familiales  Transmise expérimentalement au chimpanzé
  • 16.  CLINIQUE: • Signes cliniques: démence, troubles neurologiques ou prédominent les myoclonies • Evolution fatale en 5 -14 mois
  • 17. Spontané : 86% des cas Mutation : 12% des cas possibilité de transmission héréditaire Transmission par voie orale probable par consommation de viande contaminée (expérimentalement possible)
  • 18. Transmission accidentelle : Contamination directe du SNC: incubation relativement courte 15 à 28 mois: o Acte neurochirurgical EEG (électrodes profondes intracérébrales), o Greffe de cornée 5,5 ans en moyenne [1,5 à 12 ans], o Greffe de dure mère , o Mauvaise stérilisation du matériel chirurgical (134°C/20 mn) Contaminations périphériques: hormones de croissance d’origine humaine et toutes les hormones d’origine hypophysaire, l’incubation est plus longue 12 ans [5 à 30 ans] Transmission sanguine???
  • 19.  Dans les formes habituelles de MCJ : Diagnostic clinique : signes neurologiques non spécifiques, orienté par la recherche de la protéine 14-3-3 et la NSE (neuron specific enolase) dans le LCR . La protéine 14-3-3 et la NSE :signent la mort neuronale; elles sont très augmentées en cas d’encéphalite infectieuse ou d’infarctus cérébral récent, ne sont pas retrouvées dans la maladie d’Alzheimer et la démence du corps de Lewy
  • 20. Chez les sujets infectés, le prion est retrouvé au niveau du foie, rate, poumon, ganglions lymphatiques, le sang et en grande quantité au niveau des cellules dendritiques  Histologie: ◦ Lésions spongiformes avec dépôts de plaques amyloïdes ◦ Astrocytoses ◦ Dégénérescence neuronale
  • 21. • Diagnostic de certitude: post-mortem, examen du cerveau montrant la triade caractéristique à l’histopathologie : spongiose, gliose de type astrocytaire et perte neuronale • Immuno-histochimie : plus sensible++ détection de la PrPres  ELISA et Western blot  Inoculation à la souris: évolution lente une année
  • 22.  Caractéristiques cliniques: Age très précoce 30 ans avec une moyenne de 12 – 74 ans Manifestations psychiatriques : dépression Manifestations neurologiques : syndrome cérébelleux et en fin d’évolution survient la démence et les myoclonies  Caractéristiques épidémiologiques: individualisée dans les pays ou sévit l’ESB : Angleterre
  • 23.  Caractéristiques génétiques: pas de mutation au niveau du gène , pas de transmission héréditaire fréquence élevée d’origine exogène probablement alimentaire?
  • 24.  Caractéristiques histologiques: dépôt de la protéine modifiée PrPres dans toutes les zones de la matière grise essentiellement cervelet. Les plaques amyloïdes sont entourées de lésions spongiformes caractéristiques appelées « plaques florides »
  • 25.  Papouasie nouvelle guinée: chez les gens qui consomment les cerveaux de parents décédés  Incubation 3 ans  Signes cliniques: 1er signe ataxie cérébelleuse ,puis les signes oculaires paralysie puis démence (identiques aux signes cliniques de la MCJ)  Evolution fatale en moins d’une année
  • 26.  Histologie: même type de lésions que la MCJ avec des plaques amyloïdes caractéristiques, composées de PrPres  Transmission au chimpanzé par injection intra-cérbrale sur une période de 14 à 82 mois
  • 27.  Caractéristiques  Marche ébrieuse  Cliniquement: troubles moteurs (ataxie, paralysie)  Evolution fatale en 6 – 12 mois  Survient chez les ovins: contamination par voie orale suite à la consommation d’herbe infectée
  • 28. Maladie non transmise à l’homme (risque potentiel) , il existe une barrière d’espèce; la contamination des bovins est possible  Test PMCA (Protein Misfolding Cyclic Amplification) sur liquides biologiques (salive, suc gastrique)
  • 29.  Individualisée la 1ere fois en 1986 en Grande Bretagne, de cause exogène du à la modification physico-chimique interne dans la fabrication de farine animale à partir de viande et d’os (MBM: Meat and Bone Meal); diminution de la T°, de la durée du TRT, mauvaise extraction des graisses par les solvants Contamination orale possible (graisse+++)
  • 30. • Incubation 5 ans • Signes cliniques: troubles locomoteurs, perte de l’équilibre • Transmise expérimentalement aux souris et chèvres
  • 31. • Tissus infectés: cerveau, moelle épinière, rétine, iléon distal, tissus lymphoïdes, placenta • Pas de risque de transmission par le lait, le sérum ou le sang • Diagnostic: post-mortem
  • 32.  Chez l’homme: • Interdire la consommation de produits alimentaires à risques d’origine bovine et caprine (SNC, o. lymphoïdes, intestins) • Tests de dépistage systématiques à l’abattoir: les animaux infectés • Eviction des produits à risque dans la fabrication des cosmétiques et des médicaments. • Respecter les bonnes pratiques de laboratoire • Suivre scrupuleusement les procédures nouvelles de désinfection
  • 33.  Chez l’animal: arrêt de l’incorporation de produits dérivés de ruminants dans l’alimentation destinée principalement aux bovins et autres ruminants

Notes de l'éditeur

  1. Gliose: prolifération pathologique de la névroglie, équivalent de la fibrose