SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  78
Télécharger pour lire hors ligne
Kit de survie pour un urgentiste
confronté à une suspicion
d’Ebola !
dans la jungle normande!
(ailleurs qu’au CHU …)
LM JOLY,
Urgences,
CHU Rouen
Principales causes de consultation au retour
de voyage sont :	
  
1 – Infections respiratoires
2 - Dermatoses
3 - Troubles digestifs
4 - Fièvre
5 - Asthénie
Principales causes de consultation au retour
de voyage sont :	
  
1 – Infections respiratoires
2 - Dermatoses
3 - Troubles digestifs
4 - Fièvre
5 - Asthénie
Fièvre	
  au	
  retour	
  de	
  voyage	
  	
  
52%	
  Infec6ons	
  tropicales	
  (85%	
  paludisme)	
  	
  
21%	
  Infec6ons	
  cosmopolites	
  	
  
27%	
  E6ologies	
  inconnues	
  	
  
Associa6ons	
  significa6ves	
  	
  
•Femmes	
  et	
  infec6ons	
  urinaires	
  (p<0,001)	
  	
  
•Paludisme	
  et	
  Afrique	
  (p<0,001)	
  	
  
•Dengue	
  et	
  Asie	
  (p=0,012)	
  	
  
O	
  ’Brien	
  et	
  al,	
  Clin	
  Inf	
  Dis	
  2001;33:603-­‐609	
  	
  
POINT DE VUE Rouennais
139 patients vus en MIT au CHU de Rouen (Mars 2005)
et ayant voyagé dans les 3 mois précédant
Nombres de diagnostics % patients fébriles
1 Helminthiases 19 50%
2 Paludisme 18 100%
3 Diarrhée 18 50%
4 Infections virales 18 100%
5 Dermatoses 14 35%
6 Infections respiratoires
basses
11 100%
7 Infections urinaires 7 100%
8 Infections a VIH 6 40%
9 ZOONOSE bacterienne
10 Infections hépato
biliaires
11Autres
6
5
2
75%
100%
100%
Un	
  pa6ent	
  qui	
  se	
  présente	
  pour	
  fièvre	
  5	
  jours	
  après	
  son	
  
retour	
  des	
  tropiques	
  peut	
  présenter	
  :	
  
1	
  -­‐	
  Paludisme	
  
2	
  -­‐	
  Amibiase	
  
3	
  -­‐	
  Bilharziose	
  
4	
  -­‐	
  Chikungunya	
  
5	
  -­‐	
  Dengue	
  
Un	
  pa6ent	
  qui	
  se	
  présente	
  pour	
  fièvre	
  5	
  jours	
  après	
  son	
  
retour	
  des	
  tropiques	
  peut	
  présenter	
  :	
  
1	
  –	
  Paludisme	
  
2	
  -­‐	
  Amibiase	
  
3	
  -­‐	
  Bilharziose	
  
4	
  -­‐	
  Chikungunya	
  
5	
  -­‐	
  Dengue	
  
A	
  vrai	
  dire,	
  il	
  est	
  difficile	
  de	
  répondre	
  à	
  
la	
  quesIon	
  qui	
  n’est	
  pas	
  celle	
  qui	
  doit	
  
être	
  posée	
  ….	
  
Il	
  faut	
  connaître	
  certes	
  la	
  date	
  de	
  
retour,	
  mais	
  aussi	
  la	
  date	
  de	
  départ	
  …	
  	
  
Et	
  confronter	
  ces	
  informaIons	
  à	
  la	
  
durée	
  d’incubaIon	
  connue	
  des	
  
pathologies	
  fébriles	
  
retour	
  départ	
   SU	
  
T°	
  
Donc	
  on	
  recommence	
  :	
  
Quelles	
  pathologies	
  ont	
  une	
  durée	
  d'incuba6on	
  	
  
<	
  7	
  jours	
  ?	
  
1	
  -­‐	
  Paludisme	
  
2	
  -­‐	
  Amibiase	
  
3	
  -­‐	
  Bilharziose	
  
4	
  -­‐	
  Chikungunya	
  
5	
  -­‐	
  Dengue	
  
Donc	
  on	
  recommence	
  :	
  
Quelles	
  pathologies	
  ont	
  une	
  durée	
  d'incuba6on	
  	
  
<	
  7	
  jours	
  ?	
  
1	
  -­‐	
  Paludisme	
  
2	
  -­‐	
  Amibiase	
  
3	
  -­‐	
  Bilharziose	
  
4	
  -­‐	
  Chikungunya	
  
5	
  -­‐	
  Dengue	
  
 IncubaIon	
  <	
  7	
  jours	
  	
   	
  IncubaIon	
  >	
  7	
  jours	
  	
  
Shigelloses Paludisme
Falciparum (7J – 2M)
Vivax, Ovale (15J - +s M)
Salmonellose mineure Amibiase (qq S)
Choléra Bilharziose (2 – 6S)
Peste Trypanosomose
Arbovirose Typhoïde (1 – 3S)
Chikungunya (2-10J) Leishmaniose
Rickettsiose Leptospirose (1 – 2S)
Dengue (2 - 7 =J) VIH (3 - 6S)
Grippe (qq J)
Fièvre	
  <	
  7	
  j	
  après	
  un	
  retour	
  n’est	
  pas	
  un	
  paludisme	
  FAUX	
  
Fièvre	
  >	
  15	
  jours	
  après	
  un	
  retour	
  n’est	
  pas	
  une	
  dengue	
  VRAI	
  
Parmi	
  ces	
  diagnos6cs,	
  lesquels	
  donnent	
  des	
  fièvres	
  
hémorragiques	
  ?	
  
1	
  -­‐	
  Fièvre	
  de	
  la	
  vallée	
  du	
  Ri[	
  
2	
  -­‐	
  West	
  Nile	
  
3	
  -­‐	
  Chikungunya	
  
4	
  -­‐	
  Dengue	
  
5	
  -­‐	
  Paludisme	
  
Parmi	
  ces	
  diagnos6cs,	
  lesquels	
  donnent	
  des	
  fièvres	
  
hémorragiques	
  ?	
  
1	
  -­‐	
  Fièvre	
  de	
  la	
  vallée	
  du	
  Ri[	
  
2	
  -­‐	
  West	
  Nile	
  
3	
  -­‐	
  Chikungunya	
  
4	
  -­‐	
  Dengue	
  
5	
  -­‐	
  Paludisme	
  
Afrique,	
  virus,	
  bétail,	
  AEG	
  Sd	
  grippal,	
  voire	
  
hémorragies,	
  hépaIte,	
  encéphalite,	
  réInite	
  
Afrique,	
  USA,	
  Europe,	
  virus,	
  AEG	
  Sd	
  grippal,	
  encéphalite	
  
Afrique,	
  Asie,	
  océan	
  Indien,	
  AnIlles,	
  Guyane,	
  arbovirus,	
  	
  
AEG	
  Sd	
  grippal,	
  arthralgies	
  très	
  douloureuses	
  
Monde,	
  arbovirus,	
  	
  AEG	
  Sd	
  grippal,	
  céphalées,	
  arthralgies,	
  
hémorragies,	
  fuite	
  plasmaIque	
  (séreusite,	
  choc	
  hypovol.)	
  
Quels	
  diagnos6cs	
  doit-­‐on	
  évoquer	
  devant	
  un	
  syndrome	
  
hémorragique	
  au	
  retour	
  des	
  tropiques	
  ?	
  
1	
  -­‐	
  Leptospirose	
  
2	
  –	
  Fièvre	
  jaune	
  
3	
  –	
  HépaIte	
  A	
  fulminante	
  
4	
  -­‐	
  Trypanosomiase	
  
5	
  -­‐	
  Méningococcémie	
  
Quels	
  diagnos6cs	
  doit-­‐on	
  évoquer	
  devant	
  un	
  syndrome	
  
hémorragique	
  au	
  retour	
  des	
  tropiques	
  ?	
  
1	
  -­‐	
  Leptospirose	
  
2	
  –	
  Fièvre	
  jaune	
  
3	
  –	
  HépaIte	
  A	
  fulminante	
  
4	
  -­‐	
  Trypanosomiase	
  
5	
  -­‐	
  Méningococcémie	
  
Toute	
  fièvre	
  «	
  hémorragique	
  »	
  n’est	
  
donc	
  pas	
  une	
  arbovirose	
  …	
  
	
  
Fièvre	
  jaune	
  :	
  possible,	
  rare	
  pour	
  
les	
  touristes	
  car	
  vaccin	
  obligatoire	
  
mais	
  fréquente	
  pour	
  les	
  locaux	
  
(mortalité	
  25%)	
  
Fièvre	
  au	
  retour	
  de	
  voyage	
  :	
  	
  
Examens	
  biologiques	
  systéma6ques	
  	
  (SPILF)	
  
	
  
•Numéra6on	
  formule	
  sanguine	
  	
  
•Numéra6on	
  des	
  plaquefes	
  	
  
•Frogs	
  sang,	
  goufe	
  épaisse	
  +/-­‐	
  Ag	
  	
  
•Hémocultures	
  	
  
•Transaminases	
  	
  
•CRP	
  	
  
•+/-­‐	
  sérologies	
  (adaptées	
  au	
  pays	
  et	
  à	
  la	
  clinique)	
  
H, 24 ans, travailleur humanitaire,
retour du Liberia depuis 10 jours
Motif : fièvre 39,7°C et myalgies	
  
Si	
  vous	
  n'aviez	
  qu'un	
  examen	
  à	
  pouvoir	
  faire,	
  que	
  
feriez-­‐vous	
  ?	
  
1	
  -­‐	
  NFS	
  
2	
  -­‐	
  Hémocultures	
  
3	
  -­‐	
  Froks	
  sanguin	
  goule	
  épaisse	
  
4	
  -­‐	
  ECBU	
  
5	
  -­‐	
  PCR	
  (et	
  laquelle	
  ?)	
  
Game over
Arboviroses	
  et	
  	
  
fièvre	
  hémorragiques	
  	
  
au	
  retour	
  des	
  tropiques	
  
1	
  –	
  Les	
  arbovirus	
  donnent	
  des	
  fièvres	
  hémorragiques	
  
2	
  –	
  Les	
  fièvres	
  hémorragiques	
  sont	
  liées	
  à	
  des	
  arbovirus	
  
3	
  –	
  Les	
  arbovirus	
  se	
  trouvent	
  essenIellement	
  en	
  forêt	
  tropicale	
  
4	
  –	
  Les	
  arboviroses	
  ne	
  se	
  transmelent	
  pas	
  d'homme	
  à	
  homme	
  
5	
  –	
  Arbovirus	
  signifie	
  "Air-­‐Born"	
  Virus	
  car	
  ils	
  sont	
  transmis	
  par	
  des	
  	
  
insectes	
  volants	
  
A	
  propos	
  des	
  arbovirus	
  :	
  
6	
  –	
  Il	
  n'existe	
  aucun	
  traitement	
  curaIf	
  une	
  fois	
  la	
  maladie	
  contractée	
  
1	
  –	
  Les	
  arbovirus	
  donnent	
  des	
  fièvres	
  hémorragiques	
  
2	
  –	
  Les	
  fièvres	
  hémorragiques	
  sont	
  liées	
  à	
  des	
  arbovirus	
  
3	
  –	
  Les	
  arbovirus	
  se	
  trouvent	
  essenIellement	
  en	
  forêt	
  tropicale	
  
4	
  –	
  Les	
  arboviroses	
  ne	
  se	
  transmelent	
  pas	
  d'homme	
  à	
  homme	
  
5	
  –	
  Arbovirus	
  signifie	
  "Air-­‐Borne"	
  Virus	
  car	
  ils	
  sont	
  transmis	
  par	
  des	
  	
  
insectes	
  volants	
  
A	
  propos	
  des	
  arbovirus	
  :	
  
Pas	
  que	
  …!	
  
Pas	
  que	
  …!	
  
6	
  –	
  Il	
  n'existe	
  aucun	
  traitement	
  curaIf	
  	
  
une	
  fois	
  la	
  maladie	
  contractée	
  
Arboviroses	
  /	
  fièvres	
  hémorragiques	
  à	
  
virus	
  (FHV)	
  
•  Syndrome	
  
–  Dues	
  à	
  des	
  virus	
  
–  Hémorragies	
  externes	
  et	
  internes	
  
–  État	
  de	
  choc	
  
•  Différents	
  types	
  
–  Arboviroses	
  (mousIques,	
  Iques)	
  
•  Fièvre	
  jaune	
  
•  Dengue	
  
•  Vallée	
  du	
  ri[/	
  Crimée	
  Congo	
  
–  Transmises	
  par	
  les	
  rongeurs	
  
•  Hantavirus	
  à	
  FH	
  et	
  syndrome	
  rénal	
  
•  Arénavirus	
  fièvres	
  de	
  Lassa	
  
–  Cycle	
  mal	
  connu	
  :	
  filovirus	
  
•  Marburg	
  
•  Ebola	
  
=>	
  Arthropod-­‐Borne	
  Virus	
  
VolonIers	
  tropicales	
  …	
  
ManifestaIons	
  cliniques	
  des	
  FHV	
  
Arboviroses:	
  clinique	
  
Incuba3on	
  <	
  10	
  jrs	
  
début	
  brutal	
  
Sd	
  pseudogrippal	
  
Méningo	
  encéphalite	
  
	
  
-­‐	
  Encéphalite	
  saisonnière	
  
européenne	
  à	
  6que	
  
-­‐	
  West	
  Nile	
  	
  	
  
-­‐	
  Encéph.	
  Japonaise	
  .	
  	
  	
  
Forme	
  algo-­‐érup6ve	
  
	
  
-­‐	
  Dengue	
  
-­‐	
  Chikungunya	
  
	
  
Hémorragies	
  
	
  
-­‐	
  Fièvre	
  jaune	
  
-­‐	
  F	
  Hémorr	
  Crimée-­‐
Congo	
  
-­‐ 	
  F	
  Vallée	
  du	
  Rit	
  
	
  
En	
  fait,	
  chacune	
  de	
  ces	
  maladies	
  peut	
  associer	
  	
  un	
  peu	
  de	
  chaque	
  forme	
  (ex:	
  dengue	
  	
  
Hémorragique)	
  
Pas toujours sous (tous) les tropiques !
Voire assez peu tropicales !	
  
Hantavirus	
  
Marbrug	
  
Très	
  proche	
  d'Ebola	
  :	
  
Clinique	
  idem	
  
Même	
  famille	
  de	
  virus	
  
Ancienne	
  classificaIon	
  de	
  la	
  dengue	
  
	
  
Nouvelle	
  classificaIon	
  :	
  	
  	
  	
  Dengue	
  classique,	
  parfois	
  hémorragique	
  
	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  Dengue	
  sévère	
  avec	
  fuite	
  capillaire	
  massive	
  et	
  choc,	
  hémorragie	
  	
  
	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  grave	
  ou	
  défaillance	
  d’organe	
  
Traitement	
  curaIf	
  
•  Traitement	
  symptomaIque	
  :	
  réhydrataIon	
  +++++++++	
  
	
  
•  Traitement	
  curaIf	
  =	
  ribavirine	
  (hantavirus,	
  Lassa,	
  Machupo)	
  
–  	
  IV	
  :	
   	
  30	
  mg/kg,	
  dose	
  de	
  charge	
  en	
  15	
  –	
  20’	
  
	
   	
   	
  puis	
  15	
  mg/kg/6heures	
  pendant	
  4	
  jours	
  
	
   	
   	
  puis	
  7,5	
  mg/kg/8heures	
  pendant	
  6	
  jours	
  
À	
  débuter	
  dans	
  les	
  6	
  premiers	
  jours	
  sinon	
  inefficace	
  
Société	
  de	
  pathologie	
  infec1euses	
  de	
  langues	
  française,	
  2001	
  
EBOLA	
  
QCM : les pays concernés par l’actuelle épidé-
mie EBOLA sont :
A – Guinée Bissau
B – Nigeria
C – Liberia
D – Congo-
Kinshasa
E – Guinée
Conakry
QCM : les pays concernés par l’actuelle épidé-
mie sont :
A – Guinée Bissau
B – Nigeria
C – Liberia
D – Congo
E – Guinée
Conakry
Guinée	
  
Liberia	
  Sierra	
  Léone	
  
RéparIIon	
  des	
  filovirus	
  
Ebola	
  
Marbrug	
  
QCM : A ce jour, l’épidémie
A – a fait un peu plus de 50000 morts
B – la létalité en Afrique est proche de 60%
C – n’a pas vu de nouveaux cas au Liberia depuis 2
mois
D – essaime lentement vers le sahel
E – tous les cas hors Afrique ont été importés
QCM : A ce jour, l’épidémie
A – a fait > 50000 morts
B – létalité proche de 60%
C – pas de nx cas au Liberia
D – essaime vers le sahel
E – tous les cas hors Afrique
ont été importés
Infographie	
  :	
  Dr	
  Jan-­‐Cedric	
  Hansen	
  
Fig	
  3.	
  Ciné6que	
  des	
  cas	
  Ebola	
  
28/12/2014	
  
0	
  
1	
  000	
  
2	
  000	
  
3	
  000	
  
4	
  000	
  
5	
  000	
  
6	
  000	
  
7	
  000	
  
8	
  000	
  
9	
  000	
  
10	
  000	
  
22-­‐mars	
   22-­‐avr.	
   22-­‐mai	
   22-­‐juin	
   22-­‐juil.	
   22-­‐août	
   22-­‐sept.	
   22-­‐oct.	
   22-­‐nov.	
   22-­‐déc.	
  
number	
  of	
  cases	
  
cas	
  Guinée	
  
cas	
  Libéria	
  
cas	
  Sierra-­‐Leone	
  
Ce qui se passe en Afrique de l’Ouest
Importés	
  
Contaminés	
  
localement	
  
foyer	
  
QCM : Le virus EBOLA est hautement
contagieux
A – car il est présent dans les sécrétions (selles, sueur, salive …)
B – car il résiste aux désinfectants classiques
C – car il persiste longtemps sur une surface inerte (table …)
D – car il est rejeté à haute concentration lors de la toux
E – car il traverse la peau saine
F – car il est sécrété durant la phase silencieuse d’incubation
G – car il est transporté par n’importe quel moustique
QCM : Le virus EBOLA est hautement
contagieux
A – car il est présent dans les sécrétions (selles, sueur, salive …)
B – car il résiste aux désinfectants classiques
C – car il persiste longtemps sur une surface inerte (table …)
D – car il est rejeté à haute concentration lors de la toux
E – car il traverse la peau saine
F – car il est sécrété durant la phase silencieuse d’incubation
G – car il est transporté par n’importe quel moustique
QCM : la phase d’incubation
A – est remarquablement stable d’un sujet à l’autre
B – est en moyenne de 11 jours
C – doit être mise à profit pour vacciner l’entourage
D – est asymptomatique dans 50% des cas
E – peut mimer une grippe
QCM : la phase d’incubation
A – est remarquablement stable d’un sujet à l’autre
Non, 3 à 21 J
B – est en moyenne de 11 jours
C – doit être mise à profit pour vacciner l’entourage
D – est asymptomatique dans 50% des cas
Non, complètement asymptomatique PAR DEFINITION
E – peut mimer une grippe
QCM : Ce qui tue les patients EBOLA c’est
A – Un coma avec signes méningés
B – Des hémorragies cérébrales
C – Un choc hypovolémique
D – Des hémorragies digestives
E – Une détresse respiratoire
QCM : Ce qui tue les patients EBOLA c’est
A – Un coma avec signes méningés
B – Des hémorragies cérébrales
C – Un choc hypovolémique
D – Des hémorragies digestives
E – Une détresse respiratoire
QCM : les présentations cliniques suivantes sont
compatibles avec un cas Ebola (en retour de zone
épidémique depuis 15 jours)
A – Toux quinteuse fébrile apparue brutalement
B – AEG, céphalées fébriles
C – Fièvre isolée depuis 24h
D – AEG, nausées, diarrhée
E – Crise convulsive fébrile
QCM : les présentations cliniques suivantes sont
compatibles avec un cas Ebola (en retour de zone
épidémique depuis 15 jours)
A – Toux quinteuse fébrile apparue brutalement
Non, ne survient qu’après une phase digestive très bruyante
B – AEG, céphalées fébriles
C – Fièvre isolée depuis 24h
D – AEG, nausées, diarrhée
E – Crise convulsive fébrile
QCM : les cas Ebola (en retour de zone épidé-
mique depuis 15 jours) peuvent se présenter sous
forme de :
A – suspicion de grippe
B – suspicion de méningite
C – suspicion de paludisme
D – suspicion de gastroentérite
E – suspicion de typhoïde
QCM : les cas Ebola (en retour de zone épidé-
mique depuis 15 jours) peuvent se présenter sous
forme de :
A – suspicion de grippe
B – suspicion de méningite
C – suspicion de paludisme
D – suspicion de gastroentérite
E – suspicion de typhoïde
Symptômes : après 3 à 21 j d’incubation (11j
en moyenne)
=> fièvre + AEG, céphalées, myalgies durant
1-3J
=> puis tableau digestif : nausées,
vomissements, diarrhée MASSIVE durant qq
J
=> puis toux-hémoptysie, saignements
généralisés
11j	
  
(3-­‐21j
)	
  
incuba6on	
  
J1-­‐J3	
  
Invasion	
  :	
  non	
  spécifique	
  
J4-­‐J7	
  
Phase	
  aiguë	
  
J7-­‐J10	
  
«	
  Virage	
  »	
  
>J11	
  
DC/	
  guérison	
  
IncubaIon	
  11J	
  
(3-­‐21)	
  
DC	
  	
  J11	
  
Contamina6on	
  
«	
  grippe	
  »	
  
DC	
  
guérison	
  
Tableau	
  	
  
Dig.	
  
DMV	
  	
  
hémorr.	
  
IncubaIon	
  11J	
  
(3-­‐21)	
  
DC	
  	
  J11	
  
Contamina6on	
  
«	
  grippe	
  »	
  
DC	
  
guérison	
  
Tableau	
  	
  
Dig.	
  
DMV	
  	
  
hémorr.	
  
Risque	
  de	
  se	
  présenter	
  
aux	
  urgences	
  
Quels sont les risques en Europe ?
1/ Accueil d’un cas unique (ou d’un faible nombre de cas) :
- personnes contaminées dans la zone où sévit l’épidémie* ;
-  rentrées en France alors qu’elles n’avaient pas de symptômes ;
-  qui développent de la fièvre dans les 21 J qui suivent leur
retour
2/ Qq cas secondaires dans l’entourage d’un cas à domicile
3/ 1 cas secondaire parmi les soignants (expériences
Espagne / USA)
-  quand le risque n’est pas identifié et que les procédures
d’hygiène ne sont pas mises en œuvre (Texas)
-  quand l’établissement n’est pas préparé (Espagne)
-  En cas d’AEV (« erreur » dans le respect des
précautions) (Espagne)
QCM : les cas Ebola sont classés :
A – cas possible = fièvre + retour zone endémie > 21 J
B – cas suspect = cas possible + exposition compatible
C – cas suspect = cas possible + Sd grippal
D – cas suspect = cas possible + signes de gravité + exposi-
tion incertaine
E – cas exclu = cas possible, sans exposition ni signes évo-
cateur
QCM : les cas Ebola sont classés :
A – cas possible = fièvre + retour zone endémie > 21 J
B – cas suspect = cas possible + exposition compatible
C – cas suspect = cas possible + Sd grippal
D – cas suspect = cas possible + signes de gravité + exposi-
tion incertaine
E – cas exclu = cas possible, sans exposition ni signes évo-
cateur
QCM : vous pourrez avoir à vous occuper
A – de cas suspects
B – de cas possibles
C – de cas probables
D – de cas douteux
E – de cas exclus
A – de cas suspects
B – de cas possibles
C – de cas probables
D – de cas certains
E – de cas confirmés
Au	
  SU	
   En	
  SMUR	
  
QCM : vous pourrez avoir à vous occuper
A – de cas suspects
B – de cas possibles
C – de cas probables
D – de cas douteux
E – de cas exclus
A – de cas suspects
B – de cas possibles
C – de cas probables
D – de cas certains
E – de cas confirmés
Au	
  SU	
   En	
  SMUR	
  
Cas	
  suspect	
  :	
  	
  personne	
  présentant,	
  
dans	
  un	
  délai	
  de	
  21	
  J	
  après	
  son	
  retour	
  
de	
  la	
  zone	
  à	
  risque,	
  une	
  T°	
  >	
  38°C	
  
Cas	
  possible:	
  	
  cas	
  suspect	
  et	
  	
  
1)  Pour	
  laquelle	
  une	
  exposiIon	
  à	
  risque	
  a	
  pu	
  être	
  établie	
  dans	
  un	
  délai	
  de	
  21	
  J	
  avant	
  le	
  
début	
  des	
  symptômes	
  :	
  	
  
-­‐  Contact	
  avec	
  le	
  sang	
  ou	
  un	
  autre	
  fluide	
  corporel	
  d’un	
  paIent	
  infecté,	
  ou	
  une	
  personne	
  
suspectée	
  d’être	
  infectée	
  par	
  le	
  virus	
  Ebola,	
  à	
  Itre	
  personnel	
  ou	
  professionnel	
  	
  
-­‐  Prise	
  en	
  charge	
  pour	
  une	
  autre	
  pathologie	
  ou	
  visite	
  dans	
  un	
  hôpital	
  ayant	
  reçu	
  des	
  
paIents	
  infectés	
  par	
  le	
  virus	
  Ebola	
  	
  
-­‐  Contact	
  direct	
  avec	
  une	
  personne	
  présentant	
  un	
  syndrome	
  hémorragique	
  ou	
  avec	
  le	
  
corps	
  d’un	
  défunt,	
  dans	
  la	
  zone	
  à	
  risque	
  
-­‐  ManipulaIon	
  ou	
  consommaIon	
  de	
  viande	
  issue	
  de	
  la	
  chasse,	
  crue	
  ou	
  peu	
  cuite,	
  dans	
  la	
  
zone	
  à	
  risque	
  
-­‐  Travail	
  dans	
  un	
  laboratoire	
  qui	
  déIent	
  des	
  souches	
  de	
  virus	
  Ebola	
  ou	
  des	
  échanIllons	
  
contenant	
  le	
  virus	
  Ebola	
  
-­‐  Travail	
  dans	
  un	
  laboratoire	
  qui	
  déIent	
  des	
  chauves-­‐souris,	
  des	
  rongeurs	
  ou	
  des	
  primates	
  
non	
  humains	
  originaires	
  d’une	
  zone	
  d’épidémie	
  d’Ebola	
  
-­‐  Contact	
  direct	
  avec	
  une	
  chauve-­‐souris,	
  des	
  rongeurs,	
  des	
  primates	
  non	
  humains	
  ou	
  
d’autres	
  animaux	
  sauvages	
  dans	
  la	
  zone	
  à	
  risque*,	
  ou	
  en	
  provenance	
  de	
  la	
  zone	
  à	
  risque	
  
-­‐  Rapports	
  sexuels	
  avec	
  une	
  personne	
  ayant	
  développé	
  une	
  infecIon	
  à	
  virus	
  Ebola,	
  dans	
  les	
  
10	
  semaines	
  suivant	
  le	
  début	
  des	
  symptômes	
  du	
  cas	
  
-­‐  Soins	
  reçus	
  d’un	
  tradi-­‐praIcien	
  
	
  
2)	
  Pour	
  laquelle	
  il	
  est	
  impossible	
  d’évaluer	
  l’existence	
  d’exposiIons	
  à	
  risque	
  (paIent	
  non	
  
interrogeable	
  quelle	
  qu’en	
  soit	
  la	
  raison,	
  ou	
  opposant	
  aux	
  quesIons	
  par	
  exemple).	
  
Cas	
  confirmé	
  :	
  	
  preuve	
  biologique	
  (=>	
  
labo	
  spécialisé)	
  
Cas	
  exclu	
  :	
  
-­‐ 	
  Absence	
  des	
  critères	
  de	
  cas	
  suspect	
  (ex	
  :	
  pas	
  de	
  fièvre)	
  
-­‐ 	
  Cas	
  suspect	
  sans	
  aucun	
  des	
  critères	
  de	
  cas	
  possible	
  
-­‐ 	
  Cas	
  possible	
  avec	
  test	
  d'infecIon	
  EBOLA	
  négaIf	
  
Fièvre	
  +	
  retour	
  zone	
  endémie	
  <	
  21J	
  
=	
  Cas	
  suspect	
  
=>	
  isolement,	
  interrogatoire,	
  habillage	
  
Cas	
  possible	
  
Appel	
  SAMU	
  
Conférence	
  téléphonique	
  /	
  ARS	
  /	
  InVs	
  
Cas	
  exclu	
  
Transport	
  SMUR	
  	
  
MIT	
  -­‐	
  CHU	
  
Labo	
  
Cas	
  confirmé	
  
1/ patient à domicile / en cabinet de MG / en ville / sur un bateau…
Isolé (pièce seule) + appel 15
Classement par téléphone (cas exclu ou possible) (1h)
Si cas possible : orientation SAMU vers établissement « habilité »
Diagnostic virologique en 6 à 12h (envoi Bichat ou Bégin et Lyon)
Dispenser soins essentiels dans l’intervalle
2/ patient aux urgences, ou en consultation
IDEM !
3/ patient déjà hospitalisé
IDEM ! (d’ou l’intérêt du respect en routine des précautions
d’hygiène)
Comment est organisée la prise en charge
1/ Ce que nous aurons à faire
- Cas suspects : SAMU/INVS/infectiologie pour des => urgentiste
- Cas possible : transport au CHU => SMUR
2/ Ce que nous ne devrions pas trop faire => urgentiste =>
infectiologues
- gérer un cas possible pendant qq h (6 à 12h) en attendant le Dg
virologique
Il s’agira en fait d’une grippe, d’un palu… ou de toute autre cause de
fièvre
- mais pendant 6 à 12h, il faudra faire « comme si »
3/ Ce que nous ne ferons pas => les infectiologues du CHU
- gérer un cas confirmé pendant quelques jours à semaines …
Comment est organisée la prise en charge
Du 23 mars au 21 décembre 2014,
690 signalements ont été reçus dans les ARS et classés
par l’InVS
•  666 cas (96,5%) ont été exclus d’emblée
•  22 (3,2%) ont été classés comme cas possibles ; tous
ont été testés et infirmés.
•  2 (0,3%) cas confirmés, diagnostiqués au Liberia et au
Sierra Leone ont été rapatriés en France et confirmés
par le CNR.
Dans les faits …
QCM : Un patient arrive aux urgences avec
toux et rhinite :
A – vous lui faite réaliser son admission administrative
B – vous lui mettez un masque
C – vous lui donnez un thermomètre
D – vous l'isolez en chambre seul
E – pendant ce temps vous appelez le SAMU
QCM : Un patient arrive aux urgences avec
toux et rhinite :
A – vous lui faite réaliser son admission administrative
B – vous lui mettez un masque
C – vous lui donnez un thermomètre
D – vous l'isolez en chambre seul
Oui, mais pas de panique si il habite à Lisieux …
E – pendant ce temps vous appelez le SAMU
Attendez quand même de savoir si il a de la fièvre et si il
vient d'une zone EBOLA
QCM : Pas de chance !!! Il vient de Conakry où il
était il y a 15 jours et il a 39,2°C :
A – Vous êtes foutu (l'IOA aussi …)
B – Vous faites voir ce cas intéressant à l'externe
C – Vous appelez l'ARS pour "classer le cas"
D – Vous préparez le transport SAMU vers le CHU
E – Il va falloir vous habiller
A – Vous êtes foutu (l'IOA aussi …)
B – Vous faites voir ce cas intéressant à l'externe
C – Vous appelez l'ARS pour "classer le cas"
Non, le SAMU
D – Vous préparez le transport SAMU vers le CHU
E – Il va falloir vous habiller …
QCM : Pas de chance !!! Il vient de Conakry où il
était il y a 15 jours et il a 39,2°C :
QCM : Ouf ! Ce cas possible vient de partir en
MIT …
La femme, les enfants arrivent !
A – Vous les isolez en pièce "seule"
B – Vous vous re-habillez
C – Vous les interrogez et prenez leur température
D – Vous les passez au SHA, large dose
E – Vous les signalez au SAMU comme cas contacts
QCM : Ouf ! Ce cas possible vient de partir en
MIT …
La femme, les enfants arrivent !
A – Vous les isolez en pièce "seule"
B – Vous vous re-habillez
Faut voir, oui si fièvre ou symptômes
C – Vous les interrogez et prenez leur température
D – Vous les passez au SHA, large dose
E – Vous les signalez au SAMU comme cas contacts
Un	
  sujet	
  contact	
  :	
  toute	
  personne	
  n’ayant	
  pas	
  de	
  
symptômes	
  mais	
  qui	
  a	
  été	
  en	
  contact	
  physique	
  avec	
  un	
  
cas	
  ou	
  avec	
  les	
  liquides	
  physiologiques	
  d’un	
  cas	
  	
  
au	
  cours	
  des	
  trois	
  dernières	
  semaines	
  :	
  
	
  
-­‐ 	
  a	
  partagé	
  la	
  même	
  chambre	
  ou	
  le	
  même	
  lit	
  
-­‐ 	
  a	
  soigné	
  le	
  malade	
  
-­‐ 	
  a	
  touché	
  ses	
  liquides	
  physiologiques	
  
-­‐ 	
  a	
  parIcipé	
  de	
  manière	
  rapprochée	
  à	
  l’enterrement	
  en	
  
touchant	
  le	
  corps.	
  	
  
CONDUITE	
  A	
  TENIR	
  DEVANT	
  UN	
  CAS	
  CONTACT	
  	
  
	
  
1.  Appliquer	
  les	
  mesures	
  d'hygiène	
  immédiates	
  (lavage	
  des	
  mains	
  au	
  savon,	
  
désinfecIon	
  des	
  mains	
  avec	
  une	
  soluIon	
  hydro-­‐alcoolique	
  si	
  possible…)	
  
2.  Remplir	
  systémaIquement	
  la	
  fiche	
  de	
  suivi	
  des	
  sujets	
  contacts	
  
3.  Prendre	
  l'alache	
  urgente	
  du	
  district	
  le	
  plus	
  proche	
  pour	
  une	
  transmission	
  de	
  
la	
  fiche	
  de	
  suivi	
  =>	
  SAMU	
  ???	
  
4.  Si	
  le	
  contact	
  n'habite	
  pas	
  le	
  district,	
  la	
  fiche	
  sera	
  transmise	
  en	
  urgence	
  à	
  la	
  
Région	
  Médicale	
  
5.  Si	
  le	
  contact	
  n'habite	
  pas	
  la	
  région,	
  la	
  fiche	
  sera	
  transmise	
  en	
  urgence	
  à	
  la	
  DP	
  
6.  La	
  DP	
  transmelra	
  en	
  urgence	
  les	
  fiches	
  de	
  suivi	
  reçues	
  des	
  régions	
  vers	
  
celles	
  concernées	
  
7.  Le	
  district	
  créera	
  une	
  (ou	
  des)	
  équipe	
  (s)	
  de	
  suivi	
  des	
  sujets	
  contacts	
  
8.  Le	
  suivi	
  de	
  fera	
  jusqu'à	
  22	
  jours	
  après	
  le	
  dernier	
  contact	
  suspect	
  
9.  Tout	
  sujet	
  contact	
  présentant	
  un	
  ou	
  plusieurs	
  signes	
  parmi	
  ceux	
  qui	
  sont	
  
énumérés	
  sur	
  la	
  fiche	
  de	
  suivi	
  est	
  considéré	
  comme	
  "cas	
  suspect"	
  
Atelier Ebola 2015

Contenu connexe

Tendances

Le processus de_cancerisation_
Le processus de_cancerisation_Le processus de_cancerisation_
Le processus de_cancerisation_Karol Aguilar
 
Réaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiques
Réaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiquesRéaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiques
Réaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiquesAsmae LGUENSAT
 
Les examens biologiques qui permettent de faire le diagnostic de l’infection ...
Les examens biologiques qui permettent de faire le diagnostic de l’infection ...Les examens biologiques qui permettent de faire le diagnostic de l’infection ...
Les examens biologiques qui permettent de faire le diagnostic de l’infection ...S/Abdessemed
 
Unité 5. les maladies infectieuses (4)
Unité 5. les maladies infectieuses (4)Unité 5. les maladies infectieuses (4)
Unité 5. les maladies infectieuses (4)jlealleon
 
Arbovirus (Microbiologie - Virologie)
Arbovirus (Microbiologie - Virologie)Arbovirus (Microbiologie - Virologie)
Arbovirus (Microbiologie - Virologie)Rita MERHY
 
Hygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demain
Hygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demainHygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demain
Hygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demainDr Taoufik Djerboua
 
Programme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la RageProgramme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la RageMehdi Razzok
 
Sérodiagnostic de la syphilis
Sérodiagnostic de la syphilisSérodiagnostic de la syphilis
Sérodiagnostic de la syphilisS/Abdessemed
 
Power point sida
Power point sidaPower point sida
Power point sidalara4567
 
Cycle biologique de Plasmodium: processus d'invasion du mérozoïte
Cycle biologique de Plasmodium: processus d'invasion du mérozoïteCycle biologique de Plasmodium: processus d'invasion du mérozoïte
Cycle biologique de Plasmodium: processus d'invasion du mérozoïteInstitut Pasteur de Madagascar
 
Cycle de developpement du Plasmodium: devenir des sporozoïtes
Cycle de developpement du Plasmodium: devenir des sporozoïtesCycle de developpement du Plasmodium: devenir des sporozoïtes
Cycle de developpement du Plasmodium: devenir des sporozoïtesInstitut Pasteur de Madagascar
 
Cycle biologique de Plasmodium: le parasite et l'anophèle
Cycle biologique de Plasmodium: le parasite et l'anophèleCycle biologique de Plasmodium: le parasite et l'anophèle
Cycle biologique de Plasmodium: le parasite et l'anophèleInstitut Pasteur de Madagascar
 
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculoseProgramme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculoseMehdi Razzok
 

Tendances (20)

Le processus de_cancerisation_
Le processus de_cancerisation_Le processus de_cancerisation_
Le processus de_cancerisation_
 
Paludisme grave chez l'adulte
Paludisme grave chez l'adultePaludisme grave chez l'adulte
Paludisme grave chez l'adulte
 
Réaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiques
Réaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiquesRéaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiques
Réaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiques
 
Les examens biologiques qui permettent de faire le diagnostic de l’infection ...
Les examens biologiques qui permettent de faire le diagnostic de l’infection ...Les examens biologiques qui permettent de faire le diagnostic de l’infection ...
Les examens biologiques qui permettent de faire le diagnostic de l’infection ...
 
Unité 5. les maladies infectieuses (4)
Unité 5. les maladies infectieuses (4)Unité 5. les maladies infectieuses (4)
Unité 5. les maladies infectieuses (4)
 
Arbovirus (Microbiologie - Virologie)
Arbovirus (Microbiologie - Virologie)Arbovirus (Microbiologie - Virologie)
Arbovirus (Microbiologie - Virologie)
 
Hygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demain
Hygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demainHygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demain
Hygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demain
 
Les traitements contre le paludisme
Les traitements contre le paludismeLes traitements contre le paludisme
Les traitements contre le paludisme
 
Programme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la RageProgramme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la Rage
 
human immunodeficiency virus
human immunodeficiency virushuman immunodeficiency virus
human immunodeficiency virus
 
Candidose
CandidoseCandidose
Candidose
 
Sérodiagnostic de la syphilis
Sérodiagnostic de la syphilisSérodiagnostic de la syphilis
Sérodiagnostic de la syphilis
 
Vih sida
Vih sidaVih sida
Vih sida
 
Power point sida
Power point sidaPower point sida
Power point sida
 
Cycle biologique de Plasmodium: processus d'invasion du mérozoïte
Cycle biologique de Plasmodium: processus d'invasion du mérozoïteCycle biologique de Plasmodium: processus d'invasion du mérozoïte
Cycle biologique de Plasmodium: processus d'invasion du mérozoïte
 
Cycle de developpement du Plasmodium: devenir des sporozoïtes
Cycle de developpement du Plasmodium: devenir des sporozoïtesCycle de developpement du Plasmodium: devenir des sporozoïtes
Cycle de developpement du Plasmodium: devenir des sporozoïtes
 
Pneumocystose
PneumocystosePneumocystose
Pneumocystose
 
Cycle biologique de Plasmodium: le parasite et l'anophèle
Cycle biologique de Plasmodium: le parasite et l'anophèleCycle biologique de Plasmodium: le parasite et l'anophèle
Cycle biologique de Plasmodium: le parasite et l'anophèle
 
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculoseProgramme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
 
Filariose
FilarioseFilariose
Filariose
 

En vedette

En vedette (20)

Conférence Ebola du 10 février 2015 à TBS
Conférence Ebola du 10 février 2015 à TBSConférence Ebola du 10 février 2015 à TBS
Conférence Ebola du 10 février 2015 à TBS
 
Ebola - présentation du CDC
Ebola - présentation du CDCEbola - présentation du CDC
Ebola - présentation du CDC
 
Le mème et ebola
Le mème et ebolaLe mème et ebola
Le mème et ebola
 
Tp routage
Tp routageTp routage
Tp routage
 
Presentación eje temático 6
Presentación eje temático 6Presentación eje temático 6
Presentación eje temático 6
 
.Fox Networks
.Fox Networks.Fox Networks
.Fox Networks
 
Italo
ItaloItalo
Italo
 
SepherSephiroth
SepherSephirothSepherSephiroth
SepherSephiroth
 
Victor4
Victor4Victor4
Victor4
 
PROTOCOLO Granadera y Ministros 2016 El Salvador
PROTOCOLO Granadera y Ministros 2016 El SalvadorPROTOCOLO Granadera y Ministros 2016 El Salvador
PROTOCOLO Granadera y Ministros 2016 El Salvador
 
Masterclass Innovation par OCTO Philippe Benmoussa
Masterclass Innovation par OCTO Philippe BenmoussaMasterclass Innovation par OCTO Philippe Benmoussa
Masterclass Innovation par OCTO Philippe Benmoussa
 
Novedades Dinamo 2016 - 2017
Novedades Dinamo 2016 - 2017Novedades Dinamo 2016 - 2017
Novedades Dinamo 2016 - 2017
 
Guía turística por londres
Guía turística por londresGuía turística por londres
Guía turística por londres
 
Estudio de transito grupo 1
Estudio de transito grupo 1Estudio de transito grupo 1
Estudio de transito grupo 1
 
Five Must Haves to Prevent Encryption Disasters
Five Must Haves to Prevent Encryption DisastersFive Must Haves to Prevent Encryption Disasters
Five Must Haves to Prevent Encryption Disasters
 
Proyecto final
Proyecto finalProyecto final
Proyecto final
 
Design of a standardized tool to integrate learning scenarios in mobile learn...
Design of a standardized tool to integrate learning scenarios in mobile learn...Design of a standardized tool to integrate learning scenarios in mobile learn...
Design of a standardized tool to integrate learning scenarios in mobile learn...
 
Residuos tecnológicos (punto verde)
Residuos tecnológicos (punto verde)Residuos tecnológicos (punto verde)
Residuos tecnológicos (punto verde)
 
NT TBC 2013
NT TBC 2013NT TBC 2013
NT TBC 2013
 
Secyt16 programa
Secyt16 programaSecyt16 programa
Secyt16 programa
 

Similaire à Atelier Ebola 2015

Paludisme (vue de l'Algérie)
Paludisme (vue de l'Algérie)Paludisme (vue de l'Algérie)
Paludisme (vue de l'Algérie)Elias Akhamouk
 
Accès graves de paludisme : espèces autres que P. falciparum
Accès graves de paludisme : espèces autres que P. falciparumAccès graves de paludisme : espèces autres que P. falciparum
Accès graves de paludisme : espèces autres que P. falciparumInstitut Pasteur de Madagascar
 
Accès graves de paludisme : espèces autres que P. falciparum
Accès graves de paludisme : espèces autres que P. falciparumAccès graves de paludisme : espèces autres que P. falciparum
Accès graves de paludisme : espèces autres que P. falciparumInstitut Pasteur de Madagascar
 
Cc tropical 2008
Cc tropical 2008Cc tropical 2008
Cc tropical 2008mai13
 
Famille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoV
Famille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoVFamille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoV
Famille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoVDr Taoufik Djerboua
 
presentation sur la maladie de la dengue .pptx
presentation sur la maladie de la dengue .pptxpresentation sur la maladie de la dengue .pptx
presentation sur la maladie de la dengue .pptxNYTombaye
 
Pneumonia (French) - The CRUDEM Foundation
Pneumonia (French) - The CRUDEM FoundationPneumonia (French) - The CRUDEM Foundation
Pneumonia (French) - The CRUDEM FoundationThe CRUDEM Foundation
 
rougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptxrougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptxalex422284
 
2298324.ppt
2298324.ppt2298324.ppt
2298324.pptMedAnes1
 
Peron vhavhe
Peron  vhavhePeron  vhavhe
Peron vhavheodeckmyn
 
Surveillance sentinelle des fièvres : Intérêt dans la surveillance du paludisme
Surveillance sentinelle des fièvres : Intérêt dans la surveillance du paludismeSurveillance sentinelle des fièvres : Intérêt dans la surveillance du paludisme
Surveillance sentinelle des fièvres : Intérêt dans la surveillance du paludismeInstitut Pasteur de Madagascar
 
Consultation du retour dc 08 03 16
Consultation du retour dc 08 03 16Consultation du retour dc 08 03 16
Consultation du retour dc 08 03 16raymondteyrouz
 
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La grippe
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La grippeFiche essentielle - CCMO Mutuelle - La grippe
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La grippeCCMO Mutuelle
 

Similaire à Atelier Ebola 2015 (20)

Paludisme (vue de l'Algérie)
Paludisme (vue de l'Algérie)Paludisme (vue de l'Algérie)
Paludisme (vue de l'Algérie)
 
Accès graves de paludisme : espèces autres que P. falciparum
Accès graves de paludisme : espèces autres que P. falciparumAccès graves de paludisme : espèces autres que P. falciparum
Accès graves de paludisme : espèces autres que P. falciparum
 
Accès graves de paludisme : espèces autres que P. falciparum
Accès graves de paludisme : espèces autres que P. falciparumAccès graves de paludisme : espèces autres que P. falciparum
Accès graves de paludisme : espèces autres que P. falciparum
 
Cc tropical 2008
Cc tropical 2008Cc tropical 2008
Cc tropical 2008
 
Famille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoV
Famille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoVFamille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoV
Famille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoV
 
Polio cours (1)
Polio cours (1)Polio cours (1)
Polio cours (1)
 
presentation sur la maladie de la dengue .pptx
presentation sur la maladie de la dengue .pptxpresentation sur la maladie de la dengue .pptx
presentation sur la maladie de la dengue .pptx
 
Pneumonia (French) - The CRUDEM Foundation
Pneumonia (French) - The CRUDEM FoundationPneumonia (French) - The CRUDEM Foundation
Pneumonia (French) - The CRUDEM Foundation
 
rougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptxrougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptx
 
2298324.ppt
2298324.ppt2298324.ppt
2298324.ppt
 
Peron vhavhe
Peron  vhavhePeron  vhavhe
Peron vhavhe
 
Les hepatites virales
Les hepatites viralesLes hepatites virales
Les hepatites virales
 
Surveillance sentinelle des fièvres : Intérêt dans la surveillance du paludisme
Surveillance sentinelle des fièvres : Intérêt dans la surveillance du paludismeSurveillance sentinelle des fièvres : Intérêt dans la surveillance du paludisme
Surveillance sentinelle des fièvres : Intérêt dans la surveillance du paludisme
 
Consultation du retour dc 08 03 16
Consultation du retour dc 08 03 16Consultation du retour dc 08 03 16
Consultation du retour dc 08 03 16
 
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La grippe
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La grippeFiche essentielle - CCMO Mutuelle - La grippe
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La grippe
 
Fievre aigue
Fievre aigueFievre aigue
Fievre aigue
 
Fievre aigue
Fievre aigueFievre aigue
Fievre aigue
 
Fievre aigue
Fievre aigueFievre aigue
Fievre aigue
 
Paludisme
PaludismePaludisme
Paludisme
 
Herpes virus
Herpes virusHerpes virus
Herpes virus
 

Plus de Nicolas Peschanski, MD, PhD

Webinaire Détresse respiratoire - spécificité COVID-19 Urgences Le Mensuel 2021
Webinaire Détresse respiratoire - spécificité COVID-19 Urgences Le Mensuel 2021Webinaire Détresse respiratoire - spécificité COVID-19 Urgences Le Mensuel 2021
Webinaire Détresse respiratoire - spécificité COVID-19 Urgences Le Mensuel 2021Nicolas Peschanski, MD, PhD
 
Georges Boussignac legacy - Forum Risk Management, Italy Dec 2020
Georges Boussignac legacy - Forum Risk Management, Italy Dec 2020Georges Boussignac legacy - Forum Risk Management, Italy Dec 2020
Georges Boussignac legacy - Forum Risk Management, Italy Dec 2020Nicolas Peschanski, MD, PhD
 
Georges boussignac, un destin hors du commun ESANUM 2020
Georges boussignac, un destin hors du commun ESANUM 2020Georges boussignac, un destin hors du commun ESANUM 2020
Georges boussignac, un destin hors du commun ESANUM 2020Nicolas Peschanski, MD, PhD
 
Dos and donts in the emergency pre hospital setting covid-19 eccc 2020
Dos and donts in the emergency pre hospital setting covid-19 eccc 2020Dos and donts in the emergency pre hospital setting covid-19 eccc 2020
Dos and donts in the emergency pre hospital setting covid-19 eccc 2020Nicolas Peschanski, MD, PhD
 
DU SAMU Filière et traitements du Syndrome Coronarien Aigu en 2019
DU SAMU Filière et traitements du Syndrome Coronarien Aigu en 2019DU SAMU Filière et traitements du Syndrome Coronarien Aigu en 2019
DU SAMU Filière et traitements du Syndrome Coronarien Aigu en 2019Nicolas Peschanski, MD, PhD
 
DU SAMU Diagnostic du Syndrome Coronarien Aigu 2019
DU SAMU Diagnostic du Syndrome Coronarien Aigu 2019DU SAMU Diagnostic du Syndrome Coronarien Aigu 2019
DU SAMU Diagnostic du Syndrome Coronarien Aigu 2019Nicolas Peschanski, MD, PhD
 
Controverse - Trauma Crânien Léger avec ou sans S100B ? COMUN 2019
Controverse - Trauma Crânien Léger avec ou sans S100B ? COMUN 2019Controverse - Trauma Crânien Léger avec ou sans S100B ? COMUN 2019
Controverse - Trauma Crânien Léger avec ou sans S100B ? COMUN 2019Nicolas Peschanski, MD, PhD
 
Troubles conscience du sujet jeune - Un nouveau regard COMUN 2019
Troubles conscience du sujet jeune - Un nouveau regard COMUN 2019Troubles conscience du sujet jeune - Un nouveau regard COMUN 2019
Troubles conscience du sujet jeune - Un nouveau regard COMUN 2019Nicolas Peschanski, MD, PhD
 
Escale Coeur & Diabète 2019 Atelier 3 - ECGs en situations critiques v3
Escale Coeur & Diabète 2019 Atelier 3 - ECGs en situations critiques v3Escale Coeur & Diabète 2019 Atelier 3 - ECGs en situations critiques v3
Escale Coeur & Diabète 2019 Atelier 3 - ECGs en situations critiques v3Nicolas Peschanski, MD, PhD
 
ST+ Mimics - Session Etat de l'Art - Le Syndrome de Takotsubo Congrès Urgence...
ST+ Mimics - Session Etat de l'Art - Le Syndrome de Takotsubo Congrès Urgence...ST+ Mimics - Session Etat de l'Art - Le Syndrome de Takotsubo Congrès Urgence...
ST+ Mimics - Session Etat de l'Art - Le Syndrome de Takotsubo Congrès Urgence...Nicolas Peschanski, MD, PhD
 
SCA non-ST+ de la personne âgée - D.U. MUPA 2018
SCA non-ST+ de la personne âgée - D.U. MUPA 2018SCA non-ST+ de la personne âgée - D.U. MUPA 2018
SCA non-ST+ de la personne âgée - D.U. MUPA 2018Nicolas Peschanski, MD, PhD
 
Syncope de la personne âgée : apport de l'ECG - Forum de l'urgence 2018
Syncope de la personne âgée : apport de l'ECG - Forum de l'urgence 2018Syncope de la personne âgée : apport de l'ECG - Forum de l'urgence 2018
Syncope de la personne âgée : apport de l'ECG - Forum de l'urgence 2018Nicolas Peschanski, MD, PhD
 
Oxygénation Nasale Humidifiée à Haut Débit - Optiflow aux urgences COMUN 2018
Oxygénation Nasale Humidifiée à Haut Débit - Optiflow aux urgences COMUN 2018Oxygénation Nasale Humidifiée à Haut Débit - Optiflow aux urgences COMUN 2018
Oxygénation Nasale Humidifiée à Haut Débit - Optiflow aux urgences COMUN 2018Nicolas Peschanski, MD, PhD
 
Décision diagnostique : apprendre de ses erreurs Journée Médecine d'Urgence N...
Décision diagnostique : apprendre de ses erreurs Journée Médecine d'Urgence N...Décision diagnostique : apprendre de ses erreurs Journée Médecine d'Urgence N...
Décision diagnostique : apprendre de ses erreurs Journée Médecine d'Urgence N...Nicolas Peschanski, MD, PhD
 
Nouveaux zombies - Nouvelles Drogues - Urgences 2018
Nouveaux zombies - Nouvelles Drogues - Urgences 2018Nouveaux zombies - Nouvelles Drogues - Urgences 2018
Nouveaux zombies - Nouvelles Drogues - Urgences 2018Nicolas Peschanski, MD, PhD
 

Plus de Nicolas Peschanski, MD, PhD (20)

Webinaire Détresse respiratoire - spécificité COVID-19 Urgences Le Mensuel 2021
Webinaire Détresse respiratoire - spécificité COVID-19 Urgences Le Mensuel 2021Webinaire Détresse respiratoire - spécificité COVID-19 Urgences Le Mensuel 2021
Webinaire Détresse respiratoire - spécificité COVID-19 Urgences Le Mensuel 2021
 
Georges boussignac legacy with commentaries
Georges boussignac legacy with commentariesGeorges boussignac legacy with commentaries
Georges boussignac legacy with commentaries
 
Georges Boussignac legacy - Forum Risk Management, Italy Dec 2020
Georges Boussignac legacy - Forum Risk Management, Italy Dec 2020Georges Boussignac legacy - Forum Risk Management, Italy Dec 2020
Georges Boussignac legacy - Forum Risk Management, Italy Dec 2020
 
Georges boussignac, un destin hors du commun ESANUM 2020
Georges boussignac, un destin hors du commun ESANUM 2020Georges boussignac, un destin hors du commun ESANUM 2020
Georges boussignac, un destin hors du commun ESANUM 2020
 
Dos and donts in the emergency pre hospital setting covid-19 eccc 2020
Dos and donts in the emergency pre hospital setting covid-19 eccc 2020Dos and donts in the emergency pre hospital setting covid-19 eccc 2020
Dos and donts in the emergency pre hospital setting covid-19 eccc 2020
 
DU SAMU Filière et traitements du Syndrome Coronarien Aigu en 2019
DU SAMU Filière et traitements du Syndrome Coronarien Aigu en 2019DU SAMU Filière et traitements du Syndrome Coronarien Aigu en 2019
DU SAMU Filière et traitements du Syndrome Coronarien Aigu en 2019
 
DU SAMU Diagnostic du Syndrome Coronarien Aigu 2019
DU SAMU Diagnostic du Syndrome Coronarien Aigu 2019DU SAMU Diagnostic du Syndrome Coronarien Aigu 2019
DU SAMU Diagnostic du Syndrome Coronarien Aigu 2019
 
Controverse - Trauma Crânien Léger avec ou sans S100B ? COMUN 2019
Controverse - Trauma Crânien Léger avec ou sans S100B ? COMUN 2019Controverse - Trauma Crânien Léger avec ou sans S100B ? COMUN 2019
Controverse - Trauma Crânien Léger avec ou sans S100B ? COMUN 2019
 
Troubles conscience du sujet jeune - Un nouveau regard COMUN 2019
Troubles conscience du sujet jeune - Un nouveau regard COMUN 2019Troubles conscience du sujet jeune - Un nouveau regard COMUN 2019
Troubles conscience du sujet jeune - Un nouveau regard COMUN 2019
 
Neuro news COMUN 2019
Neuro news COMUN 2019Neuro news COMUN 2019
Neuro news COMUN 2019
 
Escale Coeur & Diabète 2019 Atelier 3 - ECGs en situations critiques v3
Escale Coeur & Diabète 2019 Atelier 3 - ECGs en situations critiques v3Escale Coeur & Diabète 2019 Atelier 3 - ECGs en situations critiques v3
Escale Coeur & Diabète 2019 Atelier 3 - ECGs en situations critiques v3
 
Quiz ECG Syncope EMC2 2019
Quiz ECG Syncope EMC2 2019Quiz ECG Syncope EMC2 2019
Quiz ECG Syncope EMC2 2019
 
ST+ Mimics - Session Etat de l'Art - Le Syndrome de Takotsubo Congrès Urgence...
ST+ Mimics - Session Etat de l'Art - Le Syndrome de Takotsubo Congrès Urgence...ST+ Mimics - Session Etat de l'Art - Le Syndrome de Takotsubo Congrès Urgence...
ST+ Mimics - Session Etat de l'Art - Le Syndrome de Takotsubo Congrès Urgence...
 
ECG Quiz Atelier Pré-Congrès Urgences 2019
ECG Quiz Atelier Pré-Congrès Urgences 2019ECG Quiz Atelier Pré-Congrès Urgences 2019
ECG Quiz Atelier Pré-Congrès Urgences 2019
 
Diaporama DPC Urgences SFMU SCA ST+ 2019
Diaporama DPC Urgences SFMU SCA ST+ 2019Diaporama DPC Urgences SFMU SCA ST+ 2019
Diaporama DPC Urgences SFMU SCA ST+ 2019
 
SCA non-ST+ de la personne âgée - D.U. MUPA 2018
SCA non-ST+ de la personne âgée - D.U. MUPA 2018SCA non-ST+ de la personne âgée - D.U. MUPA 2018
SCA non-ST+ de la personne âgée - D.U. MUPA 2018
 
Syncope de la personne âgée : apport de l'ECG - Forum de l'urgence 2018
Syncope de la personne âgée : apport de l'ECG - Forum de l'urgence 2018Syncope de la personne âgée : apport de l'ECG - Forum de l'urgence 2018
Syncope de la personne âgée : apport de l'ECG - Forum de l'urgence 2018
 
Oxygénation Nasale Humidifiée à Haut Débit - Optiflow aux urgences COMUN 2018
Oxygénation Nasale Humidifiée à Haut Débit - Optiflow aux urgences COMUN 2018Oxygénation Nasale Humidifiée à Haut Débit - Optiflow aux urgences COMUN 2018
Oxygénation Nasale Humidifiée à Haut Débit - Optiflow aux urgences COMUN 2018
 
Décision diagnostique : apprendre de ses erreurs Journée Médecine d'Urgence N...
Décision diagnostique : apprendre de ses erreurs Journée Médecine d'Urgence N...Décision diagnostique : apprendre de ses erreurs Journée Médecine d'Urgence N...
Décision diagnostique : apprendre de ses erreurs Journée Médecine d'Urgence N...
 
Nouveaux zombies - Nouvelles Drogues - Urgences 2018
Nouveaux zombies - Nouvelles Drogues - Urgences 2018Nouveaux zombies - Nouvelles Drogues - Urgences 2018
Nouveaux zombies - Nouvelles Drogues - Urgences 2018
 

Atelier Ebola 2015

  • 1. Kit de survie pour un urgentiste confronté à une suspicion d’Ebola ! dans la jungle normande! (ailleurs qu’au CHU …) LM JOLY, Urgences, CHU Rouen
  • 2. Principales causes de consultation au retour de voyage sont :   1 – Infections respiratoires 2 - Dermatoses 3 - Troubles digestifs 4 - Fièvre 5 - Asthénie
  • 3. Principales causes de consultation au retour de voyage sont :   1 – Infections respiratoires 2 - Dermatoses 3 - Troubles digestifs 4 - Fièvre 5 - Asthénie
  • 4. Fièvre  au  retour  de  voyage     52%  Infec6ons  tropicales  (85%  paludisme)     21%  Infec6ons  cosmopolites     27%  E6ologies  inconnues     Associa6ons  significa6ves     •Femmes  et  infec6ons  urinaires  (p<0,001)     •Paludisme  et  Afrique  (p<0,001)     •Dengue  et  Asie  (p=0,012)     O  ’Brien  et  al,  Clin  Inf  Dis  2001;33:603-­‐609    
  • 5.
  • 6. POINT DE VUE Rouennais 139 patients vus en MIT au CHU de Rouen (Mars 2005) et ayant voyagé dans les 3 mois précédant Nombres de diagnostics % patients fébriles 1 Helminthiases 19 50% 2 Paludisme 18 100% 3 Diarrhée 18 50% 4 Infections virales 18 100% 5 Dermatoses 14 35% 6 Infections respiratoires basses 11 100% 7 Infections urinaires 7 100% 8 Infections a VIH 6 40% 9 ZOONOSE bacterienne 10 Infections hépato biliaires 11Autres 6 5 2 75% 100% 100%
  • 7. Un  pa6ent  qui  se  présente  pour  fièvre  5  jours  après  son   retour  des  tropiques  peut  présenter  :   1  -­‐  Paludisme   2  -­‐  Amibiase   3  -­‐  Bilharziose   4  -­‐  Chikungunya   5  -­‐  Dengue  
  • 8. Un  pa6ent  qui  se  présente  pour  fièvre  5  jours  après  son   retour  des  tropiques  peut  présenter  :   1  –  Paludisme   2  -­‐  Amibiase   3  -­‐  Bilharziose   4  -­‐  Chikungunya   5  -­‐  Dengue   A  vrai  dire,  il  est  difficile  de  répondre  à   la  quesIon  qui  n’est  pas  celle  qui  doit   être  posée  ….   Il  faut  connaître  certes  la  date  de   retour,  mais  aussi  la  date  de  départ  …     Et  confronter  ces  informaIons  à  la   durée  d’incubaIon  connue  des   pathologies  fébriles   retour  départ   SU   T°  
  • 9. Donc  on  recommence  :   Quelles  pathologies  ont  une  durée  d'incuba6on     <  7  jours  ?   1  -­‐  Paludisme   2  -­‐  Amibiase   3  -­‐  Bilharziose   4  -­‐  Chikungunya   5  -­‐  Dengue  
  • 10. Donc  on  recommence  :   Quelles  pathologies  ont  une  durée  d'incuba6on     <  7  jours  ?   1  -­‐  Paludisme   2  -­‐  Amibiase   3  -­‐  Bilharziose   4  -­‐  Chikungunya   5  -­‐  Dengue  
  • 11.  IncubaIon  <  7  jours      IncubaIon  >  7  jours     Shigelloses Paludisme Falciparum (7J – 2M) Vivax, Ovale (15J - +s M) Salmonellose mineure Amibiase (qq S) Choléra Bilharziose (2 – 6S) Peste Trypanosomose Arbovirose Typhoïde (1 – 3S) Chikungunya (2-10J) Leishmaniose Rickettsiose Leptospirose (1 – 2S) Dengue (2 - 7 =J) VIH (3 - 6S) Grippe (qq J) Fièvre  <  7  j  après  un  retour  n’est  pas  un  paludisme  FAUX   Fièvre  >  15  jours  après  un  retour  n’est  pas  une  dengue  VRAI  
  • 12.
  • 13. Parmi  ces  diagnos6cs,  lesquels  donnent  des  fièvres   hémorragiques  ?   1  -­‐  Fièvre  de  la  vallée  du  Ri[   2  -­‐  West  Nile   3  -­‐  Chikungunya   4  -­‐  Dengue   5  -­‐  Paludisme  
  • 14. Parmi  ces  diagnos6cs,  lesquels  donnent  des  fièvres   hémorragiques  ?   1  -­‐  Fièvre  de  la  vallée  du  Ri[   2  -­‐  West  Nile   3  -­‐  Chikungunya   4  -­‐  Dengue   5  -­‐  Paludisme   Afrique,  virus,  bétail,  AEG  Sd  grippal,  voire   hémorragies,  hépaIte,  encéphalite,  réInite   Afrique,  USA,  Europe,  virus,  AEG  Sd  grippal,  encéphalite   Afrique,  Asie,  océan  Indien,  AnIlles,  Guyane,  arbovirus,     AEG  Sd  grippal,  arthralgies  très  douloureuses   Monde,  arbovirus,    AEG  Sd  grippal,  céphalées,  arthralgies,   hémorragies,  fuite  plasmaIque  (séreusite,  choc  hypovol.)  
  • 15. Quels  diagnos6cs  doit-­‐on  évoquer  devant  un  syndrome   hémorragique  au  retour  des  tropiques  ?   1  -­‐  Leptospirose   2  –  Fièvre  jaune   3  –  HépaIte  A  fulminante   4  -­‐  Trypanosomiase   5  -­‐  Méningococcémie  
  • 16. Quels  diagnos6cs  doit-­‐on  évoquer  devant  un  syndrome   hémorragique  au  retour  des  tropiques  ?   1  -­‐  Leptospirose   2  –  Fièvre  jaune   3  –  HépaIte  A  fulminante   4  -­‐  Trypanosomiase   5  -­‐  Méningococcémie   Toute  fièvre  «  hémorragique  »  n’est   donc  pas  une  arbovirose  …     Fièvre  jaune  :  possible,  rare  pour   les  touristes  car  vaccin  obligatoire   mais  fréquente  pour  les  locaux   (mortalité  25%)  
  • 17. Fièvre  au  retour  de  voyage  :     Examens  biologiques  systéma6ques    (SPILF)     •Numéra6on  formule  sanguine     •Numéra6on  des  plaquefes     •Frogs  sang,  goufe  épaisse  +/-­‐  Ag     •Hémocultures     •Transaminases     •CRP     •+/-­‐  sérologies  (adaptées  au  pays  et  à  la  clinique)  
  • 18. H, 24 ans, travailleur humanitaire, retour du Liberia depuis 10 jours Motif : fièvre 39,7°C et myalgies   Si  vous  n'aviez  qu'un  examen  à  pouvoir  faire,  que   feriez-­‐vous  ?   1  -­‐  NFS   2  -­‐  Hémocultures   3  -­‐  Froks  sanguin  goule  épaisse   4  -­‐  ECBU   5  -­‐  PCR  (et  laquelle  ?)  
  • 19.
  • 21. Arboviroses  et     fièvre  hémorragiques     au  retour  des  tropiques  
  • 22. 1  –  Les  arbovirus  donnent  des  fièvres  hémorragiques   2  –  Les  fièvres  hémorragiques  sont  liées  à  des  arbovirus   3  –  Les  arbovirus  se  trouvent  essenIellement  en  forêt  tropicale   4  –  Les  arboviroses  ne  se  transmelent  pas  d'homme  à  homme   5  –  Arbovirus  signifie  "Air-­‐Born"  Virus  car  ils  sont  transmis  par  des     insectes  volants   A  propos  des  arbovirus  :   6  –  Il  n'existe  aucun  traitement  curaIf  une  fois  la  maladie  contractée  
  • 23. 1  –  Les  arbovirus  donnent  des  fièvres  hémorragiques   2  –  Les  fièvres  hémorragiques  sont  liées  à  des  arbovirus   3  –  Les  arbovirus  se  trouvent  essenIellement  en  forêt  tropicale   4  –  Les  arboviroses  ne  se  transmelent  pas  d'homme  à  homme   5  –  Arbovirus  signifie  "Air-­‐Borne"  Virus  car  ils  sont  transmis  par  des     insectes  volants   A  propos  des  arbovirus  :   Pas  que  …!   Pas  que  …!   6  –  Il  n'existe  aucun  traitement  curaIf     une  fois  la  maladie  contractée  
  • 24. Arboviroses  /  fièvres  hémorragiques  à   virus  (FHV)   •  Syndrome   –  Dues  à  des  virus   –  Hémorragies  externes  et  internes   –  État  de  choc   •  Différents  types   –  Arboviroses  (mousIques,  Iques)   •  Fièvre  jaune   •  Dengue   •  Vallée  du  ri[/  Crimée  Congo   –  Transmises  par  les  rongeurs   •  Hantavirus  à  FH  et  syndrome  rénal   •  Arénavirus  fièvres  de  Lassa   –  Cycle  mal  connu  :  filovirus   •  Marburg   •  Ebola   =>  Arthropod-­‐Borne  Virus   VolonIers  tropicales  …  
  • 26. Arboviroses:  clinique   Incuba3on  <  10  jrs   début  brutal   Sd  pseudogrippal   Méningo  encéphalite     -­‐  Encéphalite  saisonnière   européenne  à  6que   -­‐  West  Nile       -­‐  Encéph.  Japonaise  .       Forme  algo-­‐érup6ve     -­‐  Dengue   -­‐  Chikungunya     Hémorragies     -­‐  Fièvre  jaune   -­‐  F  Hémorr  Crimée-­‐ Congo   -­‐   F  Vallée  du  Rit     En  fait,  chacune  de  ces  maladies  peut  associer    un  peu  de  chaque  forme  (ex:  dengue     Hémorragique)  
  • 27. Pas toujours sous (tous) les tropiques !
  • 28. Voire assez peu tropicales !   Hantavirus  
  • 29. Marbrug   Très  proche  d'Ebola  :   Clinique  idem   Même  famille  de  virus  
  • 30.
  • 31.
  • 32.
  • 33.
  • 34. Ancienne  classificaIon  de  la  dengue     Nouvelle  classificaIon  :        Dengue  classique,  parfois  hémorragique                                                                                              Dengue  sévère  avec  fuite  capillaire  massive  et  choc,  hémorragie                                                                                                grave  ou  défaillance  d’organe  
  • 35. Traitement  curaIf   •  Traitement  symptomaIque  :  réhydrataIon  +++++++++     •  Traitement  curaIf  =  ribavirine  (hantavirus,  Lassa,  Machupo)   –   IV  :    30  mg/kg,  dose  de  charge  en  15  –  20’        puis  15  mg/kg/6heures  pendant  4  jours        puis  7,5  mg/kg/8heures  pendant  6  jours   À  débuter  dans  les  6  premiers  jours  sinon  inefficace   Société  de  pathologie  infec1euses  de  langues  française,  2001  
  • 37. QCM : les pays concernés par l’actuelle épidé- mie EBOLA sont : A – Guinée Bissau B – Nigeria C – Liberia D – Congo- Kinshasa E – Guinée Conakry
  • 38. QCM : les pays concernés par l’actuelle épidé- mie sont : A – Guinée Bissau B – Nigeria C – Liberia D – Congo E – Guinée Conakry
  • 40. RéparIIon  des  filovirus   Ebola   Marbrug  
  • 41. QCM : A ce jour, l’épidémie A – a fait un peu plus de 50000 morts B – la létalité en Afrique est proche de 60% C – n’a pas vu de nouveaux cas au Liberia depuis 2 mois D – essaime lentement vers le sahel E – tous les cas hors Afrique ont été importés
  • 42. QCM : A ce jour, l’épidémie A – a fait > 50000 morts B – létalité proche de 60% C – pas de nx cas au Liberia D – essaime vers le sahel E – tous les cas hors Afrique ont été importés
  • 43. Infographie  :  Dr  Jan-­‐Cedric  Hansen   Fig  3.  Ciné6que  des  cas  Ebola   28/12/2014   0   1  000   2  000   3  000   4  000   5  000   6  000   7  000   8  000   9  000   10  000   22-­‐mars   22-­‐avr.   22-­‐mai   22-­‐juin   22-­‐juil.   22-­‐août   22-­‐sept.   22-­‐oct.   22-­‐nov.   22-­‐déc.   number  of  cases   cas  Guinée   cas  Libéria   cas  Sierra-­‐Leone   Ce qui se passe en Afrique de l’Ouest
  • 45. QCM : Le virus EBOLA est hautement contagieux A – car il est présent dans les sécrétions (selles, sueur, salive …) B – car il résiste aux désinfectants classiques C – car il persiste longtemps sur une surface inerte (table …) D – car il est rejeté à haute concentration lors de la toux E – car il traverse la peau saine F – car il est sécrété durant la phase silencieuse d’incubation G – car il est transporté par n’importe quel moustique
  • 46. QCM : Le virus EBOLA est hautement contagieux A – car il est présent dans les sécrétions (selles, sueur, salive …) B – car il résiste aux désinfectants classiques C – car il persiste longtemps sur une surface inerte (table …) D – car il est rejeté à haute concentration lors de la toux E – car il traverse la peau saine F – car il est sécrété durant la phase silencieuse d’incubation G – car il est transporté par n’importe quel moustique
  • 47. QCM : la phase d’incubation A – est remarquablement stable d’un sujet à l’autre B – est en moyenne de 11 jours C – doit être mise à profit pour vacciner l’entourage D – est asymptomatique dans 50% des cas E – peut mimer une grippe
  • 48. QCM : la phase d’incubation A – est remarquablement stable d’un sujet à l’autre Non, 3 à 21 J B – est en moyenne de 11 jours C – doit être mise à profit pour vacciner l’entourage D – est asymptomatique dans 50% des cas Non, complètement asymptomatique PAR DEFINITION E – peut mimer une grippe
  • 49. QCM : Ce qui tue les patients EBOLA c’est A – Un coma avec signes méningés B – Des hémorragies cérébrales C – Un choc hypovolémique D – Des hémorragies digestives E – Une détresse respiratoire
  • 50. QCM : Ce qui tue les patients EBOLA c’est A – Un coma avec signes méningés B – Des hémorragies cérébrales C – Un choc hypovolémique D – Des hémorragies digestives E – Une détresse respiratoire
  • 51. QCM : les présentations cliniques suivantes sont compatibles avec un cas Ebola (en retour de zone épidémique depuis 15 jours) A – Toux quinteuse fébrile apparue brutalement B – AEG, céphalées fébriles C – Fièvre isolée depuis 24h D – AEG, nausées, diarrhée E – Crise convulsive fébrile
  • 52. QCM : les présentations cliniques suivantes sont compatibles avec un cas Ebola (en retour de zone épidémique depuis 15 jours) A – Toux quinteuse fébrile apparue brutalement Non, ne survient qu’après une phase digestive très bruyante B – AEG, céphalées fébriles C – Fièvre isolée depuis 24h D – AEG, nausées, diarrhée E – Crise convulsive fébrile
  • 53. QCM : les cas Ebola (en retour de zone épidé- mique depuis 15 jours) peuvent se présenter sous forme de : A – suspicion de grippe B – suspicion de méningite C – suspicion de paludisme D – suspicion de gastroentérite E – suspicion de typhoïde
  • 54. QCM : les cas Ebola (en retour de zone épidé- mique depuis 15 jours) peuvent se présenter sous forme de : A – suspicion de grippe B – suspicion de méningite C – suspicion de paludisme D – suspicion de gastroentérite E – suspicion de typhoïde
  • 55. Symptômes : après 3 à 21 j d’incubation (11j en moyenne) => fièvre + AEG, céphalées, myalgies durant 1-3J => puis tableau digestif : nausées, vomissements, diarrhée MASSIVE durant qq J => puis toux-hémoptysie, saignements généralisés 11j   (3-­‐21j )   incuba6on   J1-­‐J3   Invasion  :  non  spécifique   J4-­‐J7   Phase  aiguë   J7-­‐J10   «  Virage  »   >J11   DC/  guérison  
  • 56. IncubaIon  11J   (3-­‐21)   DC    J11   Contamina6on   «  grippe  »   DC   guérison   Tableau     Dig.   DMV     hémorr.  
  • 57. IncubaIon  11J   (3-­‐21)   DC    J11   Contamina6on   «  grippe  »   DC   guérison   Tableau     Dig.   DMV     hémorr.   Risque  de  se  présenter   aux  urgences  
  • 58. Quels sont les risques en Europe ? 1/ Accueil d’un cas unique (ou d’un faible nombre de cas) : - personnes contaminées dans la zone où sévit l’épidémie* ; -  rentrées en France alors qu’elles n’avaient pas de symptômes ; -  qui développent de la fièvre dans les 21 J qui suivent leur retour 2/ Qq cas secondaires dans l’entourage d’un cas à domicile 3/ 1 cas secondaire parmi les soignants (expériences Espagne / USA) -  quand le risque n’est pas identifié et que les procédures d’hygiène ne sont pas mises en œuvre (Texas) -  quand l’établissement n’est pas préparé (Espagne) -  En cas d’AEV (« erreur » dans le respect des précautions) (Espagne)
  • 59. QCM : les cas Ebola sont classés : A – cas possible = fièvre + retour zone endémie > 21 J B – cas suspect = cas possible + exposition compatible C – cas suspect = cas possible + Sd grippal D – cas suspect = cas possible + signes de gravité + exposi- tion incertaine E – cas exclu = cas possible, sans exposition ni signes évo- cateur
  • 60. QCM : les cas Ebola sont classés : A – cas possible = fièvre + retour zone endémie > 21 J B – cas suspect = cas possible + exposition compatible C – cas suspect = cas possible + Sd grippal D – cas suspect = cas possible + signes de gravité + exposi- tion incertaine E – cas exclu = cas possible, sans exposition ni signes évo- cateur
  • 61. QCM : vous pourrez avoir à vous occuper A – de cas suspects B – de cas possibles C – de cas probables D – de cas douteux E – de cas exclus A – de cas suspects B – de cas possibles C – de cas probables D – de cas certains E – de cas confirmés Au  SU   En  SMUR  
  • 62. QCM : vous pourrez avoir à vous occuper A – de cas suspects B – de cas possibles C – de cas probables D – de cas douteux E – de cas exclus A – de cas suspects B – de cas possibles C – de cas probables D – de cas certains E – de cas confirmés Au  SU   En  SMUR  
  • 63. Cas  suspect  :    personne  présentant,   dans  un  délai  de  21  J  après  son  retour   de  la  zone  à  risque,  une  T°  >  38°C  
  • 64. Cas  possible:    cas  suspect  et     1)  Pour  laquelle  une  exposiIon  à  risque  a  pu  être  établie  dans  un  délai  de  21  J  avant  le   début  des  symptômes  :     -­‐  Contact  avec  le  sang  ou  un  autre  fluide  corporel  d’un  paIent  infecté,  ou  une  personne   suspectée  d’être  infectée  par  le  virus  Ebola,  à  Itre  personnel  ou  professionnel     -­‐  Prise  en  charge  pour  une  autre  pathologie  ou  visite  dans  un  hôpital  ayant  reçu  des   paIents  infectés  par  le  virus  Ebola     -­‐  Contact  direct  avec  une  personne  présentant  un  syndrome  hémorragique  ou  avec  le   corps  d’un  défunt,  dans  la  zone  à  risque   -­‐  ManipulaIon  ou  consommaIon  de  viande  issue  de  la  chasse,  crue  ou  peu  cuite,  dans  la   zone  à  risque   -­‐  Travail  dans  un  laboratoire  qui  déIent  des  souches  de  virus  Ebola  ou  des  échanIllons   contenant  le  virus  Ebola   -­‐  Travail  dans  un  laboratoire  qui  déIent  des  chauves-­‐souris,  des  rongeurs  ou  des  primates   non  humains  originaires  d’une  zone  d’épidémie  d’Ebola   -­‐  Contact  direct  avec  une  chauve-­‐souris,  des  rongeurs,  des  primates  non  humains  ou   d’autres  animaux  sauvages  dans  la  zone  à  risque*,  ou  en  provenance  de  la  zone  à  risque   -­‐  Rapports  sexuels  avec  une  personne  ayant  développé  une  infecIon  à  virus  Ebola,  dans  les   10  semaines  suivant  le  début  des  symptômes  du  cas   -­‐  Soins  reçus  d’un  tradi-­‐praIcien     2)  Pour  laquelle  il  est  impossible  d’évaluer  l’existence  d’exposiIons  à  risque  (paIent  non   interrogeable  quelle  qu’en  soit  la  raison,  ou  opposant  aux  quesIons  par  exemple).  
  • 65. Cas  confirmé  :    preuve  biologique  (=>   labo  spécialisé)   Cas  exclu  :   -­‐   Absence  des  critères  de  cas  suspect  (ex  :  pas  de  fièvre)   -­‐   Cas  suspect  sans  aucun  des  critères  de  cas  possible   -­‐   Cas  possible  avec  test  d'infecIon  EBOLA  négaIf  
  • 66. Fièvre  +  retour  zone  endémie  <  21J   =  Cas  suspect   =>  isolement,  interrogatoire,  habillage   Cas  possible   Appel  SAMU   Conférence  téléphonique  /  ARS  /  InVs   Cas  exclu   Transport  SMUR     MIT  -­‐  CHU   Labo   Cas  confirmé  
  • 67. 1/ patient à domicile / en cabinet de MG / en ville / sur un bateau… Isolé (pièce seule) + appel 15 Classement par téléphone (cas exclu ou possible) (1h) Si cas possible : orientation SAMU vers établissement « habilité » Diagnostic virologique en 6 à 12h (envoi Bichat ou Bégin et Lyon) Dispenser soins essentiels dans l’intervalle 2/ patient aux urgences, ou en consultation IDEM ! 3/ patient déjà hospitalisé IDEM ! (d’ou l’intérêt du respect en routine des précautions d’hygiène) Comment est organisée la prise en charge
  • 68. 1/ Ce que nous aurons à faire - Cas suspects : SAMU/INVS/infectiologie pour des => urgentiste - Cas possible : transport au CHU => SMUR 2/ Ce que nous ne devrions pas trop faire => urgentiste => infectiologues - gérer un cas possible pendant qq h (6 à 12h) en attendant le Dg virologique Il s’agira en fait d’une grippe, d’un palu… ou de toute autre cause de fièvre - mais pendant 6 à 12h, il faudra faire « comme si » 3/ Ce que nous ne ferons pas => les infectiologues du CHU - gérer un cas confirmé pendant quelques jours à semaines … Comment est organisée la prise en charge
  • 69. Du 23 mars au 21 décembre 2014, 690 signalements ont été reçus dans les ARS et classés par l’InVS •  666 cas (96,5%) ont été exclus d’emblée •  22 (3,2%) ont été classés comme cas possibles ; tous ont été testés et infirmés. •  2 (0,3%) cas confirmés, diagnostiqués au Liberia et au Sierra Leone ont été rapatriés en France et confirmés par le CNR. Dans les faits …
  • 70. QCM : Un patient arrive aux urgences avec toux et rhinite : A – vous lui faite réaliser son admission administrative B – vous lui mettez un masque C – vous lui donnez un thermomètre D – vous l'isolez en chambre seul E – pendant ce temps vous appelez le SAMU
  • 71. QCM : Un patient arrive aux urgences avec toux et rhinite : A – vous lui faite réaliser son admission administrative B – vous lui mettez un masque C – vous lui donnez un thermomètre D – vous l'isolez en chambre seul Oui, mais pas de panique si il habite à Lisieux … E – pendant ce temps vous appelez le SAMU Attendez quand même de savoir si il a de la fièvre et si il vient d'une zone EBOLA
  • 72. QCM : Pas de chance !!! Il vient de Conakry où il était il y a 15 jours et il a 39,2°C : A – Vous êtes foutu (l'IOA aussi …) B – Vous faites voir ce cas intéressant à l'externe C – Vous appelez l'ARS pour "classer le cas" D – Vous préparez le transport SAMU vers le CHU E – Il va falloir vous habiller
  • 73. A – Vous êtes foutu (l'IOA aussi …) B – Vous faites voir ce cas intéressant à l'externe C – Vous appelez l'ARS pour "classer le cas" Non, le SAMU D – Vous préparez le transport SAMU vers le CHU E – Il va falloir vous habiller … QCM : Pas de chance !!! Il vient de Conakry où il était il y a 15 jours et il a 39,2°C :
  • 74. QCM : Ouf ! Ce cas possible vient de partir en MIT … La femme, les enfants arrivent ! A – Vous les isolez en pièce "seule" B – Vous vous re-habillez C – Vous les interrogez et prenez leur température D – Vous les passez au SHA, large dose E – Vous les signalez au SAMU comme cas contacts
  • 75. QCM : Ouf ! Ce cas possible vient de partir en MIT … La femme, les enfants arrivent ! A – Vous les isolez en pièce "seule" B – Vous vous re-habillez Faut voir, oui si fièvre ou symptômes C – Vous les interrogez et prenez leur température D – Vous les passez au SHA, large dose E – Vous les signalez au SAMU comme cas contacts
  • 76. Un  sujet  contact  :  toute  personne  n’ayant  pas  de   symptômes  mais  qui  a  été  en  contact  physique  avec  un   cas  ou  avec  les  liquides  physiologiques  d’un  cas     au  cours  des  trois  dernières  semaines  :     -­‐   a  partagé  la  même  chambre  ou  le  même  lit   -­‐   a  soigné  le  malade   -­‐   a  touché  ses  liquides  physiologiques   -­‐   a  parIcipé  de  manière  rapprochée  à  l’enterrement  en   touchant  le  corps.    
  • 77. CONDUITE  A  TENIR  DEVANT  UN  CAS  CONTACT       1.  Appliquer  les  mesures  d'hygiène  immédiates  (lavage  des  mains  au  savon,   désinfecIon  des  mains  avec  une  soluIon  hydro-­‐alcoolique  si  possible…)   2.  Remplir  systémaIquement  la  fiche  de  suivi  des  sujets  contacts   3.  Prendre  l'alache  urgente  du  district  le  plus  proche  pour  une  transmission  de   la  fiche  de  suivi  =>  SAMU  ???   4.  Si  le  contact  n'habite  pas  le  district,  la  fiche  sera  transmise  en  urgence  à  la   Région  Médicale   5.  Si  le  contact  n'habite  pas  la  région,  la  fiche  sera  transmise  en  urgence  à  la  DP   6.  La  DP  transmelra  en  urgence  les  fiches  de  suivi  reçues  des  régions  vers   celles  concernées   7.  Le  district  créera  une  (ou  des)  équipe  (s)  de  suivi  des  sujets  contacts   8.  Le  suivi  de  fera  jusqu'à  22  jours  après  le  dernier  contact  suspect   9.  Tout  sujet  contact  présentant  un  ou  plusieurs  signes  parmi  ceux  qui  sont   énumérés  sur  la  fiche  de  suivi  est  considéré  comme  "cas  suspect"