SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  45
Chapitre 2 : La production dans
l’entreprise
Comment produire ?
Exercices sur la maximisation du
profit
Définitions
Résultat (Profit ou perte)= différence entre recette totale et coût total
Coût total= ensemble des dépenses réalisées par une entreprise. Il est
égal à la somme des coûts fixes (qu’il faut dépenser à production nulle)
et des coûts variables (qui varient en fonction des quantités produites) .
Le coût moyen = coût total/quantités produites
Le coût marginal =coût supplémentaire engendré par la dernière unité
produite.
Recette totale =quantités vendues *prix de vente moyen, c’est le chiffre
d’affaires.
Recette moyenne = recette totale/ quantités vendues, c’est le prix
moyen de vente.
Recette marginale = recette supplémentaire engendrée par la vente
d’une unité supplémentaire.
Exemples de calculs sur les coûts
Avec Coût Total (q)= 300 +20 q
Dans cet exemple, le coût marginal est constant, toujours égal à 20.
Quantités Coûts fixes
(300)
Coûts variables
(20*q)
Coût total
300+20*q
Coût Moyen
(Coût total /q)
Coût marginal de la nième unité
(CT (n)-CT(n-1))
1 300 20 320 320
2 300 40 340 170 340-320=20
3 300 60 360 120 360-340=20
Exemple de calculs sur les recettes
Avec Recette Totale (p ,q)= p*q où p est le prix moyen et q les quantités vendues)
Recette Moyenne= (p*q)/q= p, càd que la recette moyenne est le prix moyen.
Pour connaître la recette marginale, il faut connaître la relation entre le prix de vente moyen et les
quantités vendues, qui représente la demande pour le bien vendu.
Exemple: q= 100 – 2p.
Quantités
vendues
(q=100-2p)
Prix de
vente
Recette
Totale
(p*q)
Recette moyenne
(p*q)/q
Recette marginale nième unité
RT (n)- RT(n-1)=
0 50 0 !
1 49,5 49,5 49,5/1=49,5 49,5-0=49,5
2 49 98 98/2=49 98-49,5=48,5
3 48,5 145,5 145,5/3=48,5 145,5-98= 47,5
98 1 98 98/98=1 !
99 0,5 44,5 44,5/99=0,5 44,5-98= -53,5
100 0 0 0 0-44,5= - 44,5
Exercice 1 : La maximisation du profit avec rendements
croissants et recette marginale constante
On ne suppose qu’une entreprise à des coûts fixes de
300 € et un coût variable unitaire de 3 €.
Elle parvient toujours à vendre son produit à 5€.
A) Maximisation du profit et rendements croissants
1) Maximisation du profit et rendements croissants AVEC recette marginale
constante.
Unités vendues 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200
Recettes
totales
500 550 600 650 700 750 800 850 900 950 1000
Recette
moyenne
5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5
Coûts variables 300 330 360 390 420 450 480 510 540 570 600
Coûts fixes 300 300 300 300 300 300 300 300 300 300 300
Coût moyen 6 5.72 5.5 5.3 5.14 5 4.87 4.76 4.66 4.57 4.5
Coût total 600 630 660 690 720 750 780 810 840 870 900
Résultat net
(ou profit)
-100 -80 -60 -40 -20 0 +20 +40 +60 +80 +100
2) Ecrivez la fonction de coût total de cette entreprise. En déduire la
fonction du coût moyen. Pourquoi peut-on parler de rendements
croissants ?
Le coût total évolue en fonction des quantités de la façon suivante:
CT(q)= 300+3q.
On sait que CM(q) le coût moyen en fonction des quantités est
égal à
= CT(q)/q
On en déduit que CM (q)= (300+3q)/q= (300/q)+3
Quand q tend vers + l’infini, le coût moyen tend vers 3!
On peut parler de rendements croissants car plus on produit, plus
le coût moyen est faible!
Coût total
Recette Totale
Résultat (profit ou perte)
3) Indiquez quelles sont les courbes qui représentent le coût total, la
recette totale et le profit total sur le graphique ci-dessous
Point mort ou
seuil de
rentabilité
Zone de perte
Zone de profits
Recette
Totale,
Coût total
et profit
total en €
Quantités
Recette Moyenne et Recette Marginale
Coût marginal
Coût moyen
Zone de
perte
Zone de profit
Recette
Moyenne, et
marginale, Coût
Moyen et coût
marginal en €
Quantités
Si recette marginale > coût marginal produire une unité de plus
augmente mon profit.
Dans cet exercice, c’est toujours le cas !!!
7) L’hypothèse de recette marginale constante vous paraît-elle
réaliste?
5) Que nous apprend l’observation comparée de la recette moyenne et
du coût moyen? Qu’en déduit-on dans le cas de l’exercice ?
Si recette moyenne > à Coût moyen profit, sinon perte
Dans cet exercice, il existe un point mort à 150 unités à partir
duquel Recette moyenne>Coût moyen
6) Que nous apprend l’observation comparée de la recette marginale et
du coût marginal. Qu’en déduit-on dans le cas de l’exercice ?
Non, en général, plus on veut vendre, plus il faut un prix bas pour que
les consommateurs ayant un revenu faible ou ayant déjà beaucoup
consommé et dont les besoins sont saturés achètent toujours plus.
Exercice 2 : Maximisation du profit et recette marginale décroissante
On suppose une entreprise en monopole qui est en mesure de fixer son prix.
Toutefois, les consommateurs rationnels vont demander moins souvent le
produit à mesure que le prix sera plus élevé.
Pour un prix de 200 €, la demande est nulle et chaque fois que le prix baisse de
1€, la demande augmente d’une unité. On peut modéliser la fonction de la
demande de la façon suivante :
q (demandées) = 200 – p, ou encore p= 200- q
La fonction de coût de l’entreprise est la suivante :
Coût total (q) = 2200 + 50q
Les coûts fixes sont de 2200 € et le coût variable unitaire est constant et égal à
50 €.
2) Maximisation du profit et rendements croissants AVEC recette marginale
décroissante.
1) Exprimez la recette totale en fonction de q et de p puis seulement en fonction de
q en utilisant l’équation de la demande.
2) En déduire le profit en fonction de q
On sait que Recette Totale (p,q) = p*q, or q= 200-p d’où p=200-q donc:
q2 + 200q
Recette Totale (q)= (200-q)*q= -q2 + 200q
Profit Total (q) = Recette Totale (q) –Coût total en fonction de q=
= - q2 + 200q – (2200+50q)
= - q2 + 150q -2200
Coût total
Recette Totale
Résultat (profit ou perte)
3) Indiquez quelles sont les courbes qui représentent le coût total, la recette totale et le profit
total sur le graphique ci-dessous.
Recette
Totale,
Coût total
et profit
total en €
Quantités
Coût total
Recette Totale
Résultat (profit ou perte)
Recette
Totale,
Coût total
et profit
total en €
Quantités
4) Déterminez graphiquement les deux valeurs de q telles que la recette totale est nulle
Recette = 0 avec q=0 Recette = 0 avec q=200 (et donc p=0)
Coût total
Recette Totale
Résultat (profit ou perte)
5) Déterminez graphiquement les deux valeurs de q telles que le profit total est nul.
Recette
Totale,
Coût total
et profit
total en €
Quantités
Le profit est nul pour q= 16 et q =134
Coût total
Recette Totale
Résultat (profit ou perte)
6) Déterminez graphiquement LA valeur de q telle que le profit est maximum. En déduire LA
valeur du prix qui permet à l’entreprise de maximiser son profit.
Recette
Totale,
Coût total
et profit
total en €
Quantités
Le profit est maximum pour q=75
On en déduit
que l’entreprise
va fixer son prix
à 125 € car:
p=200-q.
C’est le prix qu’il
faut fixer pour
vendre
exactement 75
unités
Coût total
Recette Totale
Résultat (profit ou perte)
7) Quelles sont les relations entre la recette totale, le coût total et le profit total ?
Recette
Totale,
Coût total
et profit
total en €
Quantités
Zone de profits Zone de pertesZone de pertes
Quand la
recette totale
est
supérieure au
coût total,
l’entreprise
fait des
profits
Coût
moyen
Recette moyenne (prix)
Coût marginal
Recette marginale
Quantités
Recette
Moyenne,
recette
marginale,
Coût
Moyen et
coût
marginal
en €
8) Indiquez quelles sont les courbes qui représentent le coût marginal, le coût
moyen, la recette marginale et la recette moyenne sur le graphique ci-dessous
Coût marginal
Recette moyenne (prix)
Recette marginale
Coût
moyen
Entre q=16 et q=134, l’entreprise
fait des profits parce que la Recette
Moyenne est supérieure au Coût
moyen
Quantités
Recette
Moyenne,
recette
marginale,
Coût
Moyen et
coût
marginal
en €
9) Quels liens observez entre recette moyenne, coût moyen et profit ?
Tant que la
recette
moyenne
est
supérieure
au coût
moyen,
l’entreprise
fait des
profits.
Coût
moyen
Recette moyenne (prix)
Coût marginal
Recette marginale
Zone dans laquelle chaque unité
produite rapporte plus que ce qu’elle
coûte:
Recette marginale>Coût marginal
Le profit augmente jusqu’à 75 unités!
Zone dans laquelle chaque unité produite
rapporte moins que ce qu’elle coûte:
Recette marginale<Coût marginal
Le profit baisse à partir 75 unités!
Le profit est
maximum
pour 75 unités
produites
Quantités
Recette
Moyenne,
recette
marginale,
Coût
Moyen et
coût
marginal
en €
10) Quels liens observez-vous entre recette marginale, coût marginal et profit ?
P=125
Le profit
maximal
est atteint
avec un
prix de
125€
B) Maximisation du profit et rendements décroissants
1) Loi des rendements décroissants dans l’agriculture:
Dans l’agriculture, les paysans commencent à cultiver les terres les plus fertiles,
puis, s’ils veulent augmenter leur production, ils vont mettre en culture des
terres moins fertiles.
Plus la production augmente, plus la productivité horaire du travail sera faible,
plus le coût moyen unitaire de la production agricole va augmenter!
Rendements décroissants: Plus la production augmente, moins elle
est efficace et plus le coût unitaire de production augmente
Doc 2 page 53 : la loi des rendements décroissants.
Source Pierre-René Bauquis, Total Professeurs Associés, 2008
2) De la même façon, on exploite en premier les nappes de pétrole les plus
faciles à atteindre, puis quand on veut augmenter la production, on exploite
des nappes plus difficiles d’accès, le coût moyen du baril augmente avec la
production.
Nombre de
clients pour une
coupe à 65€
Nombre
de salariés
Coût Total Coût moyen
10 h-18h 50 2 1000+2*1000=3000 60 €
6h-22h 50+20=70 4 1000+4*1000=5000 71,42 €
24h sur 24h 70+10=80 6 1000+6*1000=7000 87,5 €
Loyer du salon avec 2 fauteuils= 1000 €/mois
1 salarié pendant 8h/jour=1000€
2) (Suite )De la même façon, dans un salon de coiffure avec deux fauteuils, on ouvre
d’abord le magasin dans les périodes de forte affluence (entre 10h et 18h), puis si on
veut augmenter la production, il faut l’ouvrir à des périodes où il y a moins de clients
Si le prix que les clients sont prêts à payer est 65€, alors pour maximiser son profit, le salon
ne devrait ouvrir qu’entre 10h et 18h!
Exercice 3: Maximisation du profit et rendements décroissants.
On suppose qu’une entreprise à la fonction de coût suivante:
CT(q)= 500 +1/5 *q2.
On suppose (pour simplifier) qu’elle parvient toujours à vendre son produit à un prix constant de 40 €.
1) Exprimer le coût moyen CM (q) en fonction de q et montrer que pour des niveaux élevés de production, les
rendements sont décroissants.
CM (q) = CT(q)/q= [500 +1/5 *q2.]/q
CM (q) = 500/q + 1/5q
Quand q tend vers l’infini, CM(q) tend aussi vers l’infini donc à l’infini les rendements sont
décroissants: plus on produit, moins on est efficaces pour produire et plus le coût moyen est élevé!
d’où CM’ (q)<0 si
-500 /q2 + 1/5 <0
1/5<500/q2
q2 < 2500
q < √(2500)
q < 50
Remarque: en fait dans ce cas, les rendements sont croissants dans un premier temps, puis décroissants.
En effet, pour q compris entre [0 ;50], le coût moyen baisse quand les quantités produites augmentent ,
puis entre [50; +∞]; les rendements sont décroissants. En effet, au début, l’augmentation des quantités
permet de répartir les coûts fixes sur une plus grande quantité produite, donc de faire baisser le coût
moyen (500/q) baisse quand q augmente… ensuite, cet effet s’estompe et l’augmentation de 1/5q fait
augmenter le coût moyen.
Si la dérivée est négative, la fonction est décroissante
Calculs: CM’(q)= -500/ q2 + 1/5
Coût total
Recette totale
Résultat (profit ou perte)
2) Indiquer sur le graphique les courbes de la recette totale, du coût total et du
profit total.
Recette
Totale,
Coût total
et profit
total en €
Quantités
Zone de profits entre 12 et 188 unités produites
Calculer le Coût marginal pour la 99ième, 100ième et 101ième unités produite.
En déduire quelle est le niveau de la production qui permet de maximiser le profit.
On a vu que Cm(q)= (2/5q)-1/5.
Cm (99)= 2/5*99-1/5= 39,4 €
Cm (100)= 2/5*100-1/5= 39,8 €
Cm (101)= 2/5*101-1/5= 40,2 €
On constate que Cm (101)> p avec p=40
On en déduit que l’entreprise va limiter sa production à 100 unités car produire la
101ème lui coûte plus que la recette que la 101ième lui rapporte.
3) On admet que Cm (q) qui représente le coût marginal engendré par la production
d’une qième unité est égal à CT(q)-CT(q-1).
Cm (q) = CT(q)- CT(q-1)
Cm (q) = [500 +1/5 *q2 ]- [500+1/5*(q-1) 2 ]
Cm(q)= 500 + 1/5 *q2 – 500 -1/5 *(q-1) 2
Comme (a- b)2= a2-2ab + b2,on peut écrire:
Cm(q)= 500 +1/5 *q2 -500 -1/5*(q 2-2q+1)
Cm(q)= 1/5 *q2 - 1/5 *q2 + (2/5q)-1/5
Cm(q)= 1/5 *q2 - 1/5 *q2 + (2/5q)-1/5
Cm(q)= (2/5q)-1/5
Coût marginal
Recette moyenne et
(recette marginale)
Coût moyen
Entre q=13 et q=186, l’entreprise fait des
profits parce que la Recette Moyenne est
supérieure au Coût moyen
4) Indiquez sur le graphique ci-dessous quelles sont les courbes qui représentent la recette
moyenne et marginale, le coût moyen et le coût marginal. Que remarquez-vous?
Quantités
Recette
Moyenne,
recette
marginale,
Coût
Moyen et
coût
marginal
en €
Recette
Moyenne,
recette
marginale,
Coût
Moyen et
coût
marginal
en €
Quantités
Coût moyen
Coût marginal
Recette moyenne et
(recette marginale)
Zone dans laquelle les rendements sont
croissants, car le CM baisse jusqu’à q=50
Zone dans laquelle les rendements sont décroissants, car le CM
augmente à partir de q=50
Coût marginal
Recette moyenne et
(recette marginale)
Coût moyen
Le profit est maximum
pour 100 unités
produites
Zone dans laquelle chaque unité produite rapporte
plus que ce qu’elle coûte: Recette marginale>Coût
marginal. Le profit augmente jusqu’à 100 unités!
Zone dans laquelle chaque unité produite rapporte
moins que ce qu’elle coûte: Recette marginale <
Coût marginal. Le profit baisse à partir de 100
unités!
Quantités
Recette
Moyenne,
recette
marginale,
Coût
Moyen et
coût
marginal
en €
Conclusion du A) et du B) :
Pour maximiser son profit, une entreprise ne doit pas toujours chercher à produire
plus et à vendre plus.
Mais tout cela n’est vrai que toutes choses égales par ailleurs, càd par exemple à
qualité du produit égale et à technologie égale.
Dans la réalité, les entreprises cherchent à améliorer leurs produits pour pouvoir les
vendre plus cher… et elles cherchent à réduire leurs coûts de production en
exploitant les possibilités nouvelles (progrès technique, délocalisations…)
C) Quelle combinaison productive choisir (pour réduire ses coûts de production) ? Rappels seconde
1) Des facteurs de production substituables ou complémentaires?
Facteur travail :
L’activité humaine des salariés de l’entreprise (mesurée souvent en nombre de salariés ou en heures de travail)
Facteur capital :
Le stock de biens durables que l’entreprise utilise pour produire (bâtiments, usines, machines…) (mesurée souvent
en unités de capital ou en valeur monétaire du capital)
Production d’une voiture
identique de 10 000 €
Avec
beaucoup
de facteur
travail et
peu de
capital
Avec
beaucoup
de facteur
capital et
peu de
facteur
travail
OU
Si les facteurs de production sont substituables, il existe plusieurs
combinaisons de productions possibles pour produire la même chose.
Rappel: à la différence des Consommations
intermédiaires, les facteurs de production ne
sont pas détruits
Il y a donc un choix à
faire entre les
différentes
combinaisons de
production
Production d’une valeur de
1000 €
(transport d’enfants jusqu’à
l’école)
Si les facteurs de production sont complémentaires, il n’existe pas plusieurs
combinaisons de productions possibles pour produire la même chose, il n’en existe
qu’une seule!
Avec
beaucoup
de facteur
travail et
peu de
capital
Avec
beaucoup
de facteur
capital et
peu de
facteur
travail
Il n’y a donc pas choix à faire entre les différentes combinaisons de production
2) La mesure de l’efficacité des facteurs de production:
Ex: Production = 16 voitures par jour avec 4
salariés et une chaine de montage à 1 million d’€
= 4 voitures par jour/ travailleur
Productivité d’un facteur = (Production)/quantité de facteur utilisé pour obtenir ce résultat
Productivité par travailleur=16 voitures par jour/4 travailleurs
La hausse de la productivité du facteur n’est pas toujours
synonyme d’une augmentation de la production!
Ex: Production = 16 voitures par jour avec 2 salariés et une
chaine de montage à 2 million d’€
Productivité par travailleur=16 voitures par jour/2 travailleurs
= 8 voitures par jour/ travailleur
La productivité par tête a doublé par rapport à la situation précédente et pourtant la
production totale reste la même!
En effet, les travailleurs sont deux fois plus efficaces avec ces machines, mais ils sont
deux fois moins nombreux qu’avant!
1) Le rapport productivité/prix de chacun des
facteurs va déterminer le choix de
combinaison
2) La productivité du facteur travail dépend de :
 Le niveau de qualification des travailleurs, leur
motivation/implication (qui peut dépendre aussi
du niveau de salaire), la qualité de l’organisation
du travail… MAIS aussi de la qualité des machines
La productivité du facteur capital dépend de :
 Des progrès technologiques (100 000€ de
capital permettent de produire plus grâce au PT) …
MAIS aussi de la qualité du facteur travail
3)Si le prix d’un facteur augmente, toutes choses étant égales par ailleurs, l’entreprise va en
acheter moins pour sa combinaison de production.
Ex: Hausse du SM incitation à remplacer du travail par du capital (exemple : distributeur de
guichets automatiques plus nombreux en France qu’en Hongrie, car le travail coûte plus cher
en France alors que le capital coûte le même prix partout !)
4) Certains emplois semblent mieux protéger que d’autres par le PT, (coiffeurs, professeurs …
mais rien n’est sûr…)Les effets macroéconomiques des décisions de substitution du travail
par le capital sont incertains (prezi destruction créatrice ?)
Page 50
Quantité de
capital (en
unités)
Coût
mensuel/unité
de capital en €
Quantité de
travail (en
nombre de
salariés)
Coût mensuel
par salarié en €
Productivité du
travail par tête
(vélo par
salarié)
Coût total
mensuel de la
combinaison
de production
Site A 20 2000 200 1300 25 300 000
Site B 17 1750 320 850 15.625 301 750
Site C 12 1150 480 590 10.42 297 000
Site D 17 1750 320 888 15.625 313 910
3) Comparer des combinaisons productives
Exo page 51 : (Pour 5000 unités produites par mois)
Une entreprise de fabrication de cycles en pleine croissance décide de produire une
nouvelle série de vélos de route bon marché. Elle compte produire 5 000 vélos par
mois. Elle a le choix entre les quatre sites d’implantation ci-dessous, chacun
disposant d’une combinaison productive différente pour une production mensuelle
de 5000 unités.
1) Quel site à priori pouvez-vous sans doute exclure en l’état? Expliquez.
On élimine le site D, identique au site B mais dont les salaires mensuels sont
plus élevés.
2) Complétez le tableau et 3) Déterminez le site qu’elle va choisir
4) Sur le site B, le travail enregistre des gains de productivité de 5 %. À production
inchangée, le choix de combinaison productive précédent demeure-t-il le plus
pertinent? Réalisez les calculs nécessaires pour répondre à la question.
La productivité par tête augmente de 5% et passe de 15.625 à 16.40625 vélos/salariés. Il ne faut plus
que « 305 salariés pour produire 5000 vélos, donc le nouveau coût total est de 289 000 €. Le site B
devient le plus rentable !
Quantité de
capital (en
unités)
Coût
mensuel/unité
de capital en €
Quantité de
travail (en
nombre de
salariés)
Coût
mensuel par
salarié en €
Productivité du
travail par tête
(vélo par salarié)
Coût total de la
combinaison de
production
Site A 20 2000 200 1300 25 300 000
Site B 17 1750 320305 850 15.625 16,41 301 750289 000
Site C 12 1150 480 590 10.42 297 000
Site D 17 1750 320 888 15.625 313 910
5) Les sites C et D connaissent les mêmes gains de productivité que le site B
(+ 5 %). Cette évolution entraîne des hausses du coût du travail sur les sites
B et C, respectivement 6 % et 7 %, suite à des revendications salariales (sur
le site D, les salaires restent inchangés). Effectuez les calculs en tenant
compte de ces changements et déterminez l’implantation la plus favorable.
Quantité de
capital (en
unités)
Coût
mensuel/unit
é de capital
en €
Quantité de
travail (en
nombre de
salariés)
Coût mensuel
par salarié en €
Productivité du
travail par tête
(vélo par salarié)
Coût total de la
combinaison de
production
Site A 20 2000 200 1300 25 300 000
Site B 17 1750 305 850  901 16.41 289 000  304 555
Site C 12 1150 480  458 590  631.3 10.4210.9375 297 000 302 394
Site D 17 1750 320 305 888 15,625 16.41 313 910300 317
D) Comment évaluer la performance d’une entreprise?
Pour les clients, les
fournisseurs... il est
important de savoir s'il est
raisonnable de passer des
contrats avec l'entreprise.
Il faut utiliser les mêmes
règles pour toutes les
entreprises de façon à ce
que la compréhension des
informations relatives à
l’entreprise soit possible
par tous.
Les actionnaires peuvent avoir peur de se
faire avoir par les dirigeants, qui sont parfois
de simples salariés de l'entreprise.
Les investisseurs potentiels
et les banques veulent savoir
comment l'entreprise fait
des bénéfices, pour savoir si
elle pourra en refaire dans le
futur.
L'Etat veut savoir
quels sont les
revenus de
l'entreprise pour
pouvoir l'imposer
correctement.
Les salariés
veulent savoir dans
quelle situation
l'entreprise se
trouve de façon à
exiger la juste part
de la VA qui leur
revient.
Qui s’intéresse à la performance d’une entreprise?
1) Le compte de résultats : le film, de l’année d’activité d’une entreprise
Charges = coûts ... =
appauvrissement
Produits = Revenus ... =
enrichissement
Par construction, le total des charges est toujours égal au total des produits.
Ex:
Remarque: On considère, par convention, que l’appauvrissement d’une entreprise qui achète à l’année 2000 une
machine d’une durée de vie de 5 ans pour 5 000 € n’est pas de 5000 € en 2000, mais de 1000€ en 2000, 1000€ en
2001,... et 1000€ en 2004. Cet appauvrissement qui correspond à l’usure du capital est appelé l’amortissement.
Doc3 page 55
b) Le bilan : la photo de la situation patrimoniale de l’entreprise
Le bilan se fixe pour objectif de déterminer à un moment donné ce que l’entreprise possède (Actif) et l’origine de
ses ressources (Passif). Les ressources peuvent être des ressources propres à l’entreprise (capitaux propres,
apportés par les actionnaires ou accumulés sous forme d’épargne brute,) ou bien endettement auprès d’agents
extérieurs.
C’est comme pour équilibre Ressources/emplois : tout ce qui est possédé a été financé, d’une façon ou d’une
autre, donc l’actif et toujours égal au passif.
Si on fait par différence ce que possède une entreprise moins ce qu’elle doit on obtient ce qu’elle vaut à un
moment donné.
Actif Net= Actif- Dettes= Valeur Comptable de l’entreprise.
La valeur comptable de l’entreprise ne correspond toujours pas à la valeur « réelle » de l’entreprise car il n’est pas
sûr que l’actif puisse être vendu (liquidé) à sa valeur comptable de bilan…
De plus, ce qui fait véritablement la valeur d’une entreprise, c’es sa capacité à générer des bénéfices dans le
futur, or celle-ci ne se lit pas toujours bien dans un compte de résultat.
.
Doc 2 page 54
Bilan au 31/12/2010 de l’entreprise Ceruza
Actif Passif
Machines 6000 Capitaux propres : 10000
Terrain 1 8000
Terrain 2 2000
Stocks 2000 Dettes 10000
Banque 2000
Total Actif 20000 Total Passif 20000
Compte de résultat de l’année 2011 de l’entreprise Ceruza (du 01/01/2011au 31/12/2011)
Charges Produits
CI 4000 Produit de la vente de stylos 7000
Dotations aux amortissements 1000
Salaires 3000
Total charges d’exploitation 8000 Total Produits d’exploitation 7000
Valeur comptable du terrain n°2 2000 Produit de la vente du terrain n°2 5000
Total charges exceptionnelles 2000 Total produits exceptionnels 5000
Bénéfice 2000
Total charges 12000 Total produits 12000
Bilan au 31/12/2011 de l’entreprise Ceruza
Actif Passif
Machines 5000 Capitaux propres 12000
Terrain 1 8000
Stocks 2000 Dettes 10000
Banque 70001
Total Actif 22000 Total Passif 22000
Exercice 4 : Les liens entre
bilans et compte de résultats
Sachant que les bénéfices sont placés à la banque, écrivons le bilan au 31/12/2011
(1) : Solde à la banque= 2000 - dépenses réelles + recettes réelles= (2000) – (4000 +3000) + (12000) = 7000
En effet, ni la dotation aux amortissements, ni la prise en compte de la cession du terrain ne sont de dépenses, même si ce
sont des « appauvrissements en chose ou en nature » pour l’entreprise.
Question Unique mais
fascinante :
« Sachant qu’il existe 1000
actions de cette entreprise
Ceruza, pensez-vous que
vous devriez acheter
l’action au prix de 10 €. »
(Pensez à utiliser la
méthode de l’actif net et
aussi de la capacité à
générer des dividendes
dans le futur)
1) Approche par la valeur comptable de l’entreprise au 31/12/2011:
L’entreprise possède des actifs dont la valeur de bilan est évaluée à 22 000€, ses dettes ont
une valeur de 10 000 € donc la valeur comptable de l’entreprise est de : 22 000€ – 10 000€=
12 000 €.
Acheter 1/1000ème d’une entreprise qui vaut 12 000 € à 10 € peut donc sembler un bon prix,
la valeur théorique d’une action devrait plutôt être de 12 €…
MAIS
Rien ne garantit que les actifs au bilan pourraient être vendus à leur valeur comptable et
qu’après avoir « liquidé le bilan » et rembourser les dettes, il resterait 10 000 € aux
propriétaires
2) Approche par la projection à faire des bénéfices dans le futur à partir des résultats
2011:
Certes l’entreprise a fait 2000€ de bénéfices, soit 2 € par action, pour un prix de 10 € c’est une
rentabilité énorme de 20 %... Mais :
L’entreprise a un résultat d’exploitation négatif, c’est très inquiétant! Cela signifie que dans des
conditions normales de production, l’entreprise fait des pertes de 1000 € par an, la valeur de sa
production est inférieure à ses coûts normaux.
Le bénéfice 2011 ne s’explique que par une plus-value exceptionnelle qui n’a pas de raison de se reproduire
régulièrement, ne serait-ce que parce que l’entreprise ne possède plus qu’un terrain.
De plus, la valeur à la revente de machines qui ne permettent pas de bénéfices s’avèrera difficile sans doute
difficile… et peut-être qu’elles ne trouveront pas d’acheteurs au prix de leur valeur comptable

Contenu connexe

Tendances

Le marketing et le developpement durable
Le marketing et le developpement durable Le marketing et le developpement durable
Le marketing et le developpement durable ange BOSSON
 
Controle de gestion
Controle de gestionControle de gestion
Controle de gestionMa Ac
 
Annales corrigees de marketing et communication 2017 2018.
Annales  corrigees de marketing et communication 2017 2018.Annales  corrigees de marketing et communication 2017 2018.
Annales corrigees de marketing et communication 2017 2018.BONAVENTURE GUILLAUM NGORAN
 
L'évolution du marketing
L'évolution du marketingL'évolution du marketing
L'évolution du marketingFethi Ferhane
 
Microeconomie cours complet
Microeconomie cours completMicroeconomie cours complet
Microeconomie cours completamineelmetioui
 
Cours marketing de base s3
Cours marketing de base s3 Cours marketing de base s3
Cours marketing de base s3 Jamal Yasser
 
Marketing écologique
Marketing écologiqueMarketing écologique
Marketing écologiqueAwatef Groun
 
N'y-a-t-il que les bébés mouillés qui aiment le changement ?
N'y-a-t-il que les bébés mouillés qui aiment le changement ?N'y-a-t-il que les bébés mouillés qui aiment le changement ?
N'y-a-t-il que les bébés mouillés qui aiment le changement ?Arnaud Liegeois
 
Facteurs et limites de la croissance économique
Facteurs et limites de la croissance économiqueFacteurs et limites de la croissance économique
Facteurs et limites de la croissance économiquePhilippe Peret
 
La communication et le developpement durable | Marketing Vert - Greenwashing
La communication et le developpement durable | Marketing Vert - GreenwashingLa communication et le developpement durable | Marketing Vert - Greenwashing
La communication et le developpement durable | Marketing Vert - GreenwashingBadr Bouanani
 
Exposé communication responsable 20120112 v2
Exposé communication responsable  20120112 v2Exposé communication responsable  20120112 v2
Exposé communication responsable 20120112 v2Philippe Guelpa-Bonaro
 
Introduction aux sciences economiques et à la gestion partie i
Introduction aux sciences economiques et à la gestion partie iIntroduction aux sciences economiques et à la gestion partie i
Introduction aux sciences economiques et à la gestion partie iAziz MOKHLES
 
04 analiza kosto vëllim-fitim (cvp) ppt(2)
04 analiza kosto vëllim-fitim (cvp) ppt(2)04 analiza kosto vëllim-fitim (cvp) ppt(2)
04 analiza kosto vëllim-fitim (cvp) ppt(2)coupletea
 
Droit des contrats
Droit des contratsDroit des contrats
Droit des contratsAnas Mansour
 
Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02
Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02
Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02Abdellatif Jim
 
Examen microéconomie 2 se forme du qcm très importante pour s2
Examen microéconomie 2 se forme du qcm très importante pour s2Examen microéconomie 2 se forme du qcm très importante pour s2
Examen microéconomie 2 se forme du qcm très importante pour s2Jamal Yasser
 
Mémoire de fin d’études : Le Marketing Ecologique : Effet Vert ou …
Mémoire de fin d’études : Le Marketing Ecologique : Effet Vert ou …Mémoire de fin d’études : Le Marketing Ecologique : Effet Vert ou …
Mémoire de fin d’études : Le Marketing Ecologique : Effet Vert ou …Jenny Miralles
 

Tendances (20)

Le marketing et le developpement durable
Le marketing et le developpement durable Le marketing et le developpement durable
Le marketing et le developpement durable
 
Controle de gestion
Controle de gestionControle de gestion
Controle de gestion
 
marketing relationnel
marketing relationnel marketing relationnel
marketing relationnel
 
Annales corrigees de marketing et communication 2017 2018.
Annales  corrigees de marketing et communication 2017 2018.Annales  corrigees de marketing et communication 2017 2018.
Annales corrigees de marketing et communication 2017 2018.
 
L'évolution du marketing
L'évolution du marketingL'évolution du marketing
L'évolution du marketing
 
Microeconomie cours complet
Microeconomie cours completMicroeconomie cours complet
Microeconomie cours complet
 
Cours marketing de base s3
Cours marketing de base s3 Cours marketing de base s3
Cours marketing de base s3
 
Marketing Vert
Marketing VertMarketing Vert
Marketing Vert
 
Marketing écologique
Marketing écologiqueMarketing écologique
Marketing écologique
 
N'y-a-t-il que les bébés mouillés qui aiment le changement ?
N'y-a-t-il que les bébés mouillés qui aiment le changement ?N'y-a-t-il que les bébés mouillés qui aiment le changement ?
N'y-a-t-il que les bébés mouillés qui aiment le changement ?
 
Facteurs et limites de la croissance économique
Facteurs et limites de la croissance économiqueFacteurs et limites de la croissance économique
Facteurs et limites de la croissance économique
 
La communication et le developpement durable | Marketing Vert - Greenwashing
La communication et le developpement durable | Marketing Vert - GreenwashingLa communication et le developpement durable | Marketing Vert - Greenwashing
La communication et le developpement durable | Marketing Vert - Greenwashing
 
Exposé communication responsable 20120112 v2
Exposé communication responsable  20120112 v2Exposé communication responsable  20120112 v2
Exposé communication responsable 20120112 v2
 
Introduction aux sciences economiques et à la gestion partie i
Introduction aux sciences economiques et à la gestion partie iIntroduction aux sciences economiques et à la gestion partie i
Introduction aux sciences economiques et à la gestion partie i
 
04 analiza kosto vëllim-fitim (cvp) ppt(2)
04 analiza kosto vëllim-fitim (cvp) ppt(2)04 analiza kosto vëllim-fitim (cvp) ppt(2)
04 analiza kosto vëllim-fitim (cvp) ppt(2)
 
Droit des contrats
Droit des contratsDroit des contrats
Droit des contrats
 
Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02
Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02
Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02
 
Mikroekonomi kurbat
Mikroekonomi kurbatMikroekonomi kurbat
Mikroekonomi kurbat
 
Examen microéconomie 2 se forme du qcm très importante pour s2
Examen microéconomie 2 se forme du qcm très importante pour s2Examen microéconomie 2 se forme du qcm très importante pour s2
Examen microéconomie 2 se forme du qcm très importante pour s2
 
Mémoire de fin d’études : Le Marketing Ecologique : Effet Vert ou …
Mémoire de fin d’études : Le Marketing Ecologique : Effet Vert ou …Mémoire de fin d’études : Le Marketing Ecologique : Effet Vert ou …
Mémoire de fin d’études : Le Marketing Ecologique : Effet Vert ou …
 

Similaire à Cours chapitre 2 comment l'entreprise produit 2017 (4)

Cours chapitre 2 comment l'entreprise produit 2017
Cours chapitre 2 comment l'entreprise produit 2017Cours chapitre 2 comment l'entreprise produit 2017
Cours chapitre 2 comment l'entreprise produit 2017Lycée Français de Budapest
 
Coût marginal-comptabilité analytique
Coût marginal-comptabilité analytique Coût marginal-comptabilité analytique
Coût marginal-comptabilité analytique manalsiy
 
Microéconomie II - Pr. Oubrahim Abderrahim - TD.pdf
Microéconomie II - Pr. Oubrahim Abderrahim - TD.pdfMicroéconomie II - Pr. Oubrahim Abderrahim - TD.pdf
Microéconomie II - Pr. Oubrahim Abderrahim - TD.pdfAsmaeELAAZOUZI
 
Le controle budgétaire
Le controle budgétaireLe controle budgétaire
Le controle budgétaireJamal Yasser
 
446564.pptYUGUHFHGYUGUBBNJKNBJHVHVBJBVJHCVHJBVGHCGVHJNK
446564.pptYUGUHFHGYUGUBBNJKNBJHVHVBJBVJHCVHJBVGHCGVHJNK446564.pptYUGUHFHGYUGUBBNJKNBJHVHVBJBVJHCVHJBVGHCGVHJNK
446564.pptYUGUHFHGYUGUBBNJKNBJHVHVBJBVJHCVHJBVGHCGVHJNKRabieMachloukh
 
Les-Methodes-de-Couts-Partiels.ppt
Les-Methodes-de-Couts-Partiels.pptLes-Methodes-de-Couts-Partiels.ppt
Les-Methodes-de-Couts-Partiels.pptYaya554574
 
Séance6 la théorie des couts
Séance6 la théorie des coutsSéance6 la théorie des couts
Séance6 la théorie des coutsPaul Angles
 
Producteur plaquette
Producteur plaquetteProducteur plaquette
Producteur plaquetteCrinon
 
Présentation I MO AD 2022 2023.pdf
Présentation I MO AD  2022 2023.pdfPrésentation I MO AD  2022 2023.pdf
Présentation I MO AD 2022 2023.pdfjridetteemna
 
La gestion budgétaire de la production
La gestion budgétaire de la production La gestion budgétaire de la production
La gestion budgétaire de la production Hajar EL GUERI
 
Calcul du coût de revient textile
Calcul du coût de revient textileCalcul du coût de revient textile
Calcul du coût de revient textileYoussef Bensafi
 
choix investissement
choix investissementchoix investissement
choix investissementMejdoubi Amal
 
Le seuil de rentabilité
Le seuil de rentabilité Le seuil de rentabilité
Le seuil de rentabilité Serge Potiron
 
Gestion de commande
Gestion de commandeGestion de commande
Gestion de commandeHouda AJ
 
Présentation 7. Procès de la production capitaliste pris dans l’ensemble 1. S...
Présentation 7. Procès de la production capitaliste pris dans l’ensemble 1. S...Présentation 7. Procès de la production capitaliste pris dans l’ensemble 1. S...
Présentation 7. Procès de la production capitaliste pris dans l’ensemble 1. S...Moscow State University
 
Cours Algorithmique (Echange de valeurs, Expressions, structure de choix et s...
Cours Algorithmique (Echange de valeurs, Expressions, structure de choix et s...Cours Algorithmique (Echange de valeurs, Expressions, structure de choix et s...
Cours Algorithmique (Echange de valeurs, Expressions, structure de choix et s...Fatima Zahra Fagroud
 
PR3 Calcul du point mort ou seuil de rentabilité ou break-even
PR3 Calcul du point mort ou seuil de rentabilité ou break-evenPR3 Calcul du point mort ou seuil de rentabilité ou break-even
PR3 Calcul du point mort ou seuil de rentabilité ou break-evenCaladris
 

Similaire à Cours chapitre 2 comment l'entreprise produit 2017 (4) (20)

Cours chapitre 2 comment l'entreprise produit 2017
Cours chapitre 2 comment l'entreprise produit 2017Cours chapitre 2 comment l'entreprise produit 2017
Cours chapitre 2 comment l'entreprise produit 2017
 
Coût marginal-comptabilité analytique
Coût marginal-comptabilité analytique Coût marginal-comptabilité analytique
Coût marginal-comptabilité analytique
 
Microéconomie II - Pr. Oubrahim Abderrahim - TD.pdf
Microéconomie II - Pr. Oubrahim Abderrahim - TD.pdfMicroéconomie II - Pr. Oubrahim Abderrahim - TD.pdf
Microéconomie II - Pr. Oubrahim Abderrahim - TD.pdf
 
Le controle budgétaire
Le controle budgétaireLe controle budgétaire
Le controle budgétaire
 
446564.pptYUGUHFHGYUGUBBNJKNBJHVHVBJBVJHCVHJBVGHCGVHJNK
446564.pptYUGUHFHGYUGUBBNJKNBJHVHVBJBVJHCVHJBVGHCGVHJNK446564.pptYUGUHFHGYUGUBBNJKNBJHVHVBJBVJHCVHJBVGHCGVHJNK
446564.pptYUGUHFHGYUGUBBNJKNBJHVHVBJBVJHCVHJBVGHCGVHJNK
 
Les-Methodes-de-Couts-Partiels.ppt
Les-Methodes-de-Couts-Partiels.pptLes-Methodes-de-Couts-Partiels.ppt
Les-Methodes-de-Couts-Partiels.ppt
 
Séance6 la théorie des couts
Séance6 la théorie des coutsSéance6 la théorie des couts
Séance6 la théorie des couts
 
Producteur plaquette
Producteur plaquetteProducteur plaquette
Producteur plaquette
 
Présentation I MO AD 2022 2023.pdf
Présentation I MO AD  2022 2023.pdfPrésentation I MO AD  2022 2023.pdf
Présentation I MO AD 2022 2023.pdf
 
La gestion budgétaire de la production
La gestion budgétaire de la production La gestion budgétaire de la production
La gestion budgétaire de la production
 
Calcul du coût de revient textile
Calcul du coût de revient textileCalcul du coût de revient textile
Calcul du coût de revient textile
 
choix investissement
choix investissementchoix investissement
choix investissement
 
Le seuil de rentabilité
Le seuil de rentabilité Le seuil de rentabilité
Le seuil de rentabilité
 
Gestion de commande
Gestion de commandeGestion de commande
Gestion de commande
 
Présentation 7. Procès de la production capitaliste pris dans l’ensemble 1. S...
Présentation 7. Procès de la production capitaliste pris dans l’ensemble 1. S...Présentation 7. Procès de la production capitaliste pris dans l’ensemble 1. S...
Présentation 7. Procès de la production capitaliste pris dans l’ensemble 1. S...
 
ma vie [Autosaved]
ma vie [Autosaved]ma vie [Autosaved]
ma vie [Autosaved]
 
Les stratégies de prix
Les stratégies de prixLes stratégies de prix
Les stratégies de prix
 
Cours Algorithmique (Echange de valeurs, Expressions, structure de choix et s...
Cours Algorithmique (Echange de valeurs, Expressions, structure de choix et s...Cours Algorithmique (Echange de valeurs, Expressions, structure de choix et s...
Cours Algorithmique (Echange de valeurs, Expressions, structure de choix et s...
 
PR3 Calcul du point mort ou seuil de rentabilité ou break-even
PR3 Calcul du point mort ou seuil de rentabilité ou break-evenPR3 Calcul du point mort ou seuil de rentabilité ou break-even
PR3 Calcul du point mort ou seuil de rentabilité ou break-even
 
Fichiers telecharger2013
Fichiers telecharger2013Fichiers telecharger2013
Fichiers telecharger2013
 

Plus de Lycée Français de Budapest

Chapitre 1 comment les revenus et les prix influencent ils le choix des conso...
Chapitre 1 comment les revenus et les prix influencent ils le choix des conso...Chapitre 1 comment les revenus et les prix influencent ils le choix des conso...
Chapitre 1 comment les revenus et les prix influencent ils le choix des conso...Lycée Français de Budapest
 
Chapitre 4 cultures politiques et socialisation politique 2018
Chapitre 4 cultures politiques et socialisation politique 2018Chapitre 4 cultures politiques et socialisation politique 2018
Chapitre 4 cultures politiques et socialisation politique 2018Lycée Français de Budapest
 
Structure sociale inégalités 2018 deuxième partie final
Structure sociale inégalités 2018 deuxième partie finalStructure sociale inégalités 2018 deuxième partie final
Structure sociale inégalités 2018 deuxième partie finalLycée Français de Budapest
 
Structure sociale inégalités 2018 deuxième partie
Structure sociale inégalités 2018 deuxième partieStructure sociale inégalités 2018 deuxième partie
Structure sociale inégalités 2018 deuxième partieLycée Français de Budapest
 
Chapitre 4 cultures politiques et socialisation politique 2017-2018
Chapitre 4 cultures politiques et socialisation politique 2017-2018Chapitre 4 cultures politiques et socialisation politique 2017-2018
Chapitre 4 cultures politiques et socialisation politique 2017-2018Lycée Français de Budapest
 

Plus de Lycée Français de Budapest (20)

Chapitre 1 comment les revenus et les prix influencent ils le choix des conso...
Chapitre 1 comment les revenus et les prix influencent ils le choix des conso...Chapitre 1 comment les revenus et les prix influencent ils le choix des conso...
Chapitre 1 comment les revenus et les prix influencent ils le choix des conso...
 
Chapitre 1 les sources de la croissance 1819
Chapitre 1 les sources de la croissance 1819Chapitre 1 les sources de la croissance 1819
Chapitre 1 les sources de la croissance 1819
 
A propos de la dissertation 2018
A propos de la dissertation 2018A propos de la dissertation 2018
A propos de la dissertation 2018
 
Chapitre 7 cours ue 2018 raccourci
Chapitre 7 cours ue 2018 raccourciChapitre 7 cours ue 2018 raccourci
Chapitre 7 cours ue 2018 raccourci
 
Justice sociale 2018 final 1
Justice sociale 2018 final 1Justice sociale 2018 final 1
Justice sociale 2018 final 1
 
Justice sociale 2018
Justice sociale 2018Justice sociale 2018
Justice sociale 2018
 
Cours conflits sociaux 2018
Cours conflits sociaux 2018Cours conflits sociaux 2018
Cours conflits sociaux 2018
 
Chapitre 8 groupes sociaux 2018
Chapitre 8 groupes sociaux 2018Chapitre 8 groupes sociaux 2018
Chapitre 8 groupes sociaux 2018
 
Chapitre 7 socialisation
Chapitre 7 socialisationChapitre 7 socialisation
Chapitre 7 socialisation
 
Chapitre 6 action des pp
Chapitre 6 action des ppChapitre 6 action des pp
Chapitre 6 action des pp
 
Cours chapitre 8 lien social 2018
Cours chapitre 8 lien social 2018Cours chapitre 8 lien social 2018
Cours chapitre 8 lien social 2018
 
Chapitre 3 qui produit des richesses 2018
Chapitre 3 qui produit des richesses 2018Chapitre 3 qui produit des richesses 2018
Chapitre 3 qui produit des richesses 2018
 
Monnaie et financement 2018
Monnaie et financement 2018Monnaie et financement 2018
Monnaie et financement 2018
 
Mobilité sociale 2018
Mobilité sociale 2018Mobilité sociale 2018
Mobilité sociale 2018
 
Chapitre 4 cultures politiques et socialisation politique 2018
Chapitre 4 cultures politiques et socialisation politique 2018Chapitre 4 cultures politiques et socialisation politique 2018
Chapitre 4 cultures politiques et socialisation politique 2018
 
Structure sociale inégalités 2018 deuxième partie final
Structure sociale inégalités 2018 deuxième partie finalStructure sociale inégalités 2018 deuxième partie final
Structure sociale inégalités 2018 deuxième partie final
 
Structure sociale inégalités 2018 1ère partie
Structure sociale inégalités 2018 1ère partieStructure sociale inégalités 2018 1ère partie
Structure sociale inégalités 2018 1ère partie
 
Structure sociale inégalités 2018 deuxième partie
Structure sociale inégalités 2018 deuxième partieStructure sociale inégalités 2018 deuxième partie
Structure sociale inégalités 2018 deuxième partie
 
Chapitre 4 cultures politiques et socialisation politique 2017-2018
Chapitre 4 cultures politiques et socialisation politique 2017-2018Chapitre 4 cultures politiques et socialisation politique 2017-2018
Chapitre 4 cultures politiques et socialisation politique 2017-2018
 
Chapitre 3 partis politiques et sco
Chapitre 3 partis politiques et sco Chapitre 3 partis politiques et sco
Chapitre 3 partis politiques et sco
 

Cours chapitre 2 comment l'entreprise produit 2017 (4)

  • 1. Chapitre 2 : La production dans l’entreprise Comment produire ? Exercices sur la maximisation du profit
  • 2. Définitions Résultat (Profit ou perte)= différence entre recette totale et coût total Coût total= ensemble des dépenses réalisées par une entreprise. Il est égal à la somme des coûts fixes (qu’il faut dépenser à production nulle) et des coûts variables (qui varient en fonction des quantités produites) . Le coût moyen = coût total/quantités produites Le coût marginal =coût supplémentaire engendré par la dernière unité produite. Recette totale =quantités vendues *prix de vente moyen, c’est le chiffre d’affaires. Recette moyenne = recette totale/ quantités vendues, c’est le prix moyen de vente. Recette marginale = recette supplémentaire engendrée par la vente d’une unité supplémentaire.
  • 3. Exemples de calculs sur les coûts Avec Coût Total (q)= 300 +20 q Dans cet exemple, le coût marginal est constant, toujours égal à 20. Quantités Coûts fixes (300) Coûts variables (20*q) Coût total 300+20*q Coût Moyen (Coût total /q) Coût marginal de la nième unité (CT (n)-CT(n-1)) 1 300 20 320 320 2 300 40 340 170 340-320=20 3 300 60 360 120 360-340=20
  • 4. Exemple de calculs sur les recettes Avec Recette Totale (p ,q)= p*q où p est le prix moyen et q les quantités vendues) Recette Moyenne= (p*q)/q= p, càd que la recette moyenne est le prix moyen. Pour connaître la recette marginale, il faut connaître la relation entre le prix de vente moyen et les quantités vendues, qui représente la demande pour le bien vendu. Exemple: q= 100 – 2p. Quantités vendues (q=100-2p) Prix de vente Recette Totale (p*q) Recette moyenne (p*q)/q Recette marginale nième unité RT (n)- RT(n-1)= 0 50 0 ! 1 49,5 49,5 49,5/1=49,5 49,5-0=49,5 2 49 98 98/2=49 98-49,5=48,5 3 48,5 145,5 145,5/3=48,5 145,5-98= 47,5 98 1 98 98/98=1 ! 99 0,5 44,5 44,5/99=0,5 44,5-98= -53,5 100 0 0 0 0-44,5= - 44,5
  • 5. Exercice 1 : La maximisation du profit avec rendements croissants et recette marginale constante On ne suppose qu’une entreprise à des coûts fixes de 300 € et un coût variable unitaire de 3 €. Elle parvient toujours à vendre son produit à 5€. A) Maximisation du profit et rendements croissants 1) Maximisation du profit et rendements croissants AVEC recette marginale constante.
  • 6. Unités vendues 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 Recettes totales 500 550 600 650 700 750 800 850 900 950 1000 Recette moyenne 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 Coûts variables 300 330 360 390 420 450 480 510 540 570 600 Coûts fixes 300 300 300 300 300 300 300 300 300 300 300 Coût moyen 6 5.72 5.5 5.3 5.14 5 4.87 4.76 4.66 4.57 4.5 Coût total 600 630 660 690 720 750 780 810 840 870 900 Résultat net (ou profit) -100 -80 -60 -40 -20 0 +20 +40 +60 +80 +100
  • 7. 2) Ecrivez la fonction de coût total de cette entreprise. En déduire la fonction du coût moyen. Pourquoi peut-on parler de rendements croissants ? Le coût total évolue en fonction des quantités de la façon suivante: CT(q)= 300+3q. On sait que CM(q) le coût moyen en fonction des quantités est égal à = CT(q)/q On en déduit que CM (q)= (300+3q)/q= (300/q)+3 Quand q tend vers + l’infini, le coût moyen tend vers 3! On peut parler de rendements croissants car plus on produit, plus le coût moyen est faible!
  • 8. Coût total Recette Totale Résultat (profit ou perte) 3) Indiquez quelles sont les courbes qui représentent le coût total, la recette totale et le profit total sur le graphique ci-dessous Point mort ou seuil de rentabilité Zone de perte Zone de profits Recette Totale, Coût total et profit total en € Quantités
  • 9. Recette Moyenne et Recette Marginale Coût marginal Coût moyen Zone de perte Zone de profit Recette Moyenne, et marginale, Coût Moyen et coût marginal en € Quantités
  • 10. Si recette marginale > coût marginal produire une unité de plus augmente mon profit. Dans cet exercice, c’est toujours le cas !!! 7) L’hypothèse de recette marginale constante vous paraît-elle réaliste? 5) Que nous apprend l’observation comparée de la recette moyenne et du coût moyen? Qu’en déduit-on dans le cas de l’exercice ? Si recette moyenne > à Coût moyen profit, sinon perte Dans cet exercice, il existe un point mort à 150 unités à partir duquel Recette moyenne>Coût moyen 6) Que nous apprend l’observation comparée de la recette marginale et du coût marginal. Qu’en déduit-on dans le cas de l’exercice ? Non, en général, plus on veut vendre, plus il faut un prix bas pour que les consommateurs ayant un revenu faible ou ayant déjà beaucoup consommé et dont les besoins sont saturés achètent toujours plus.
  • 11. Exercice 2 : Maximisation du profit et recette marginale décroissante On suppose une entreprise en monopole qui est en mesure de fixer son prix. Toutefois, les consommateurs rationnels vont demander moins souvent le produit à mesure que le prix sera plus élevé. Pour un prix de 200 €, la demande est nulle et chaque fois que le prix baisse de 1€, la demande augmente d’une unité. On peut modéliser la fonction de la demande de la façon suivante : q (demandées) = 200 – p, ou encore p= 200- q La fonction de coût de l’entreprise est la suivante : Coût total (q) = 2200 + 50q Les coûts fixes sont de 2200 € et le coût variable unitaire est constant et égal à 50 €. 2) Maximisation du profit et rendements croissants AVEC recette marginale décroissante.
  • 12. 1) Exprimez la recette totale en fonction de q et de p puis seulement en fonction de q en utilisant l’équation de la demande. 2) En déduire le profit en fonction de q On sait que Recette Totale (p,q) = p*q, or q= 200-p d’où p=200-q donc: q2 + 200q Recette Totale (q)= (200-q)*q= -q2 + 200q Profit Total (q) = Recette Totale (q) –Coût total en fonction de q= = - q2 + 200q – (2200+50q) = - q2 + 150q -2200
  • 13. Coût total Recette Totale Résultat (profit ou perte) 3) Indiquez quelles sont les courbes qui représentent le coût total, la recette totale et le profit total sur le graphique ci-dessous. Recette Totale, Coût total et profit total en € Quantités
  • 14. Coût total Recette Totale Résultat (profit ou perte) Recette Totale, Coût total et profit total en € Quantités 4) Déterminez graphiquement les deux valeurs de q telles que la recette totale est nulle Recette = 0 avec q=0 Recette = 0 avec q=200 (et donc p=0)
  • 15. Coût total Recette Totale Résultat (profit ou perte) 5) Déterminez graphiquement les deux valeurs de q telles que le profit total est nul. Recette Totale, Coût total et profit total en € Quantités Le profit est nul pour q= 16 et q =134
  • 16. Coût total Recette Totale Résultat (profit ou perte) 6) Déterminez graphiquement LA valeur de q telle que le profit est maximum. En déduire LA valeur du prix qui permet à l’entreprise de maximiser son profit. Recette Totale, Coût total et profit total en € Quantités Le profit est maximum pour q=75 On en déduit que l’entreprise va fixer son prix à 125 € car: p=200-q. C’est le prix qu’il faut fixer pour vendre exactement 75 unités
  • 17. Coût total Recette Totale Résultat (profit ou perte) 7) Quelles sont les relations entre la recette totale, le coût total et le profit total ? Recette Totale, Coût total et profit total en € Quantités Zone de profits Zone de pertesZone de pertes Quand la recette totale est supérieure au coût total, l’entreprise fait des profits
  • 18. Coût moyen Recette moyenne (prix) Coût marginal Recette marginale Quantités Recette Moyenne, recette marginale, Coût Moyen et coût marginal en € 8) Indiquez quelles sont les courbes qui représentent le coût marginal, le coût moyen, la recette marginale et la recette moyenne sur le graphique ci-dessous
  • 19. Coût marginal Recette moyenne (prix) Recette marginale Coût moyen Entre q=16 et q=134, l’entreprise fait des profits parce que la Recette Moyenne est supérieure au Coût moyen Quantités Recette Moyenne, recette marginale, Coût Moyen et coût marginal en € 9) Quels liens observez entre recette moyenne, coût moyen et profit ? Tant que la recette moyenne est supérieure au coût moyen, l’entreprise fait des profits.
  • 20. Coût moyen Recette moyenne (prix) Coût marginal Recette marginale Zone dans laquelle chaque unité produite rapporte plus que ce qu’elle coûte: Recette marginale>Coût marginal Le profit augmente jusqu’à 75 unités! Zone dans laquelle chaque unité produite rapporte moins que ce qu’elle coûte: Recette marginale<Coût marginal Le profit baisse à partir 75 unités! Le profit est maximum pour 75 unités produites Quantités Recette Moyenne, recette marginale, Coût Moyen et coût marginal en € 10) Quels liens observez-vous entre recette marginale, coût marginal et profit ? P=125 Le profit maximal est atteint avec un prix de 125€
  • 21. B) Maximisation du profit et rendements décroissants 1) Loi des rendements décroissants dans l’agriculture: Dans l’agriculture, les paysans commencent à cultiver les terres les plus fertiles, puis, s’ils veulent augmenter leur production, ils vont mettre en culture des terres moins fertiles. Plus la production augmente, plus la productivité horaire du travail sera faible, plus le coût moyen unitaire de la production agricole va augmenter! Rendements décroissants: Plus la production augmente, moins elle est efficace et plus le coût unitaire de production augmente Doc 2 page 53 : la loi des rendements décroissants.
  • 22.
  • 23. Source Pierre-René Bauquis, Total Professeurs Associés, 2008 2) De la même façon, on exploite en premier les nappes de pétrole les plus faciles à atteindre, puis quand on veut augmenter la production, on exploite des nappes plus difficiles d’accès, le coût moyen du baril augmente avec la production.
  • 24. Nombre de clients pour une coupe à 65€ Nombre de salariés Coût Total Coût moyen 10 h-18h 50 2 1000+2*1000=3000 60 € 6h-22h 50+20=70 4 1000+4*1000=5000 71,42 € 24h sur 24h 70+10=80 6 1000+6*1000=7000 87,5 € Loyer du salon avec 2 fauteuils= 1000 €/mois 1 salarié pendant 8h/jour=1000€ 2) (Suite )De la même façon, dans un salon de coiffure avec deux fauteuils, on ouvre d’abord le magasin dans les périodes de forte affluence (entre 10h et 18h), puis si on veut augmenter la production, il faut l’ouvrir à des périodes où il y a moins de clients Si le prix que les clients sont prêts à payer est 65€, alors pour maximiser son profit, le salon ne devrait ouvrir qu’entre 10h et 18h!
  • 25.
  • 26. Exercice 3: Maximisation du profit et rendements décroissants. On suppose qu’une entreprise à la fonction de coût suivante: CT(q)= 500 +1/5 *q2. On suppose (pour simplifier) qu’elle parvient toujours à vendre son produit à un prix constant de 40 €. 1) Exprimer le coût moyen CM (q) en fonction de q et montrer que pour des niveaux élevés de production, les rendements sont décroissants. CM (q) = CT(q)/q= [500 +1/5 *q2.]/q CM (q) = 500/q + 1/5q Quand q tend vers l’infini, CM(q) tend aussi vers l’infini donc à l’infini les rendements sont décroissants: plus on produit, moins on est efficaces pour produire et plus le coût moyen est élevé! d’où CM’ (q)<0 si -500 /q2 + 1/5 <0 1/5<500/q2 q2 < 2500 q < √(2500) q < 50 Remarque: en fait dans ce cas, les rendements sont croissants dans un premier temps, puis décroissants. En effet, pour q compris entre [0 ;50], le coût moyen baisse quand les quantités produites augmentent , puis entre [50; +∞]; les rendements sont décroissants. En effet, au début, l’augmentation des quantités permet de répartir les coûts fixes sur une plus grande quantité produite, donc de faire baisser le coût moyen (500/q) baisse quand q augmente… ensuite, cet effet s’estompe et l’augmentation de 1/5q fait augmenter le coût moyen. Si la dérivée est négative, la fonction est décroissante Calculs: CM’(q)= -500/ q2 + 1/5
  • 27. Coût total Recette totale Résultat (profit ou perte) 2) Indiquer sur le graphique les courbes de la recette totale, du coût total et du profit total. Recette Totale, Coût total et profit total en € Quantités Zone de profits entre 12 et 188 unités produites
  • 28. Calculer le Coût marginal pour la 99ième, 100ième et 101ième unités produite. En déduire quelle est le niveau de la production qui permet de maximiser le profit. On a vu que Cm(q)= (2/5q)-1/5. Cm (99)= 2/5*99-1/5= 39,4 € Cm (100)= 2/5*100-1/5= 39,8 € Cm (101)= 2/5*101-1/5= 40,2 € On constate que Cm (101)> p avec p=40 On en déduit que l’entreprise va limiter sa production à 100 unités car produire la 101ème lui coûte plus que la recette que la 101ième lui rapporte. 3) On admet que Cm (q) qui représente le coût marginal engendré par la production d’une qième unité est égal à CT(q)-CT(q-1). Cm (q) = CT(q)- CT(q-1) Cm (q) = [500 +1/5 *q2 ]- [500+1/5*(q-1) 2 ] Cm(q)= 500 + 1/5 *q2 – 500 -1/5 *(q-1) 2 Comme (a- b)2= a2-2ab + b2,on peut écrire: Cm(q)= 500 +1/5 *q2 -500 -1/5*(q 2-2q+1) Cm(q)= 1/5 *q2 - 1/5 *q2 + (2/5q)-1/5 Cm(q)= 1/5 *q2 - 1/5 *q2 + (2/5q)-1/5 Cm(q)= (2/5q)-1/5
  • 29. Coût marginal Recette moyenne et (recette marginale) Coût moyen Entre q=13 et q=186, l’entreprise fait des profits parce que la Recette Moyenne est supérieure au Coût moyen 4) Indiquez sur le graphique ci-dessous quelles sont les courbes qui représentent la recette moyenne et marginale, le coût moyen et le coût marginal. Que remarquez-vous? Quantités Recette Moyenne, recette marginale, Coût Moyen et coût marginal en €
  • 30. Recette Moyenne, recette marginale, Coût Moyen et coût marginal en € Quantités Coût moyen Coût marginal Recette moyenne et (recette marginale) Zone dans laquelle les rendements sont croissants, car le CM baisse jusqu’à q=50 Zone dans laquelle les rendements sont décroissants, car le CM augmente à partir de q=50
  • 31. Coût marginal Recette moyenne et (recette marginale) Coût moyen Le profit est maximum pour 100 unités produites Zone dans laquelle chaque unité produite rapporte plus que ce qu’elle coûte: Recette marginale>Coût marginal. Le profit augmente jusqu’à 100 unités! Zone dans laquelle chaque unité produite rapporte moins que ce qu’elle coûte: Recette marginale < Coût marginal. Le profit baisse à partir de 100 unités! Quantités Recette Moyenne, recette marginale, Coût Moyen et coût marginal en €
  • 32. Conclusion du A) et du B) : Pour maximiser son profit, une entreprise ne doit pas toujours chercher à produire plus et à vendre plus. Mais tout cela n’est vrai que toutes choses égales par ailleurs, càd par exemple à qualité du produit égale et à technologie égale. Dans la réalité, les entreprises cherchent à améliorer leurs produits pour pouvoir les vendre plus cher… et elles cherchent à réduire leurs coûts de production en exploitant les possibilités nouvelles (progrès technique, délocalisations…)
  • 33. C) Quelle combinaison productive choisir (pour réduire ses coûts de production) ? Rappels seconde 1) Des facteurs de production substituables ou complémentaires? Facteur travail : L’activité humaine des salariés de l’entreprise (mesurée souvent en nombre de salariés ou en heures de travail) Facteur capital : Le stock de biens durables que l’entreprise utilise pour produire (bâtiments, usines, machines…) (mesurée souvent en unités de capital ou en valeur monétaire du capital) Production d’une voiture identique de 10 000 € Avec beaucoup de facteur travail et peu de capital Avec beaucoup de facteur capital et peu de facteur travail OU Si les facteurs de production sont substituables, il existe plusieurs combinaisons de productions possibles pour produire la même chose. Rappel: à la différence des Consommations intermédiaires, les facteurs de production ne sont pas détruits Il y a donc un choix à faire entre les différentes combinaisons de production
  • 34. Production d’une valeur de 1000 € (transport d’enfants jusqu’à l’école) Si les facteurs de production sont complémentaires, il n’existe pas plusieurs combinaisons de productions possibles pour produire la même chose, il n’en existe qu’une seule! Avec beaucoup de facteur travail et peu de capital Avec beaucoup de facteur capital et peu de facteur travail Il n’y a donc pas choix à faire entre les différentes combinaisons de production
  • 35. 2) La mesure de l’efficacité des facteurs de production: Ex: Production = 16 voitures par jour avec 4 salariés et une chaine de montage à 1 million d’€ = 4 voitures par jour/ travailleur Productivité d’un facteur = (Production)/quantité de facteur utilisé pour obtenir ce résultat Productivité par travailleur=16 voitures par jour/4 travailleurs
  • 36. La hausse de la productivité du facteur n’est pas toujours synonyme d’une augmentation de la production! Ex: Production = 16 voitures par jour avec 2 salariés et une chaine de montage à 2 million d’€ Productivité par travailleur=16 voitures par jour/2 travailleurs = 8 voitures par jour/ travailleur La productivité par tête a doublé par rapport à la situation précédente et pourtant la production totale reste la même! En effet, les travailleurs sont deux fois plus efficaces avec ces machines, mais ils sont deux fois moins nombreux qu’avant!
  • 37. 1) Le rapport productivité/prix de chacun des facteurs va déterminer le choix de combinaison 2) La productivité du facteur travail dépend de :  Le niveau de qualification des travailleurs, leur motivation/implication (qui peut dépendre aussi du niveau de salaire), la qualité de l’organisation du travail… MAIS aussi de la qualité des machines La productivité du facteur capital dépend de :  Des progrès technologiques (100 000€ de capital permettent de produire plus grâce au PT) … MAIS aussi de la qualité du facteur travail 3)Si le prix d’un facteur augmente, toutes choses étant égales par ailleurs, l’entreprise va en acheter moins pour sa combinaison de production. Ex: Hausse du SM incitation à remplacer du travail par du capital (exemple : distributeur de guichets automatiques plus nombreux en France qu’en Hongrie, car le travail coûte plus cher en France alors que le capital coûte le même prix partout !) 4) Certains emplois semblent mieux protéger que d’autres par le PT, (coiffeurs, professeurs … mais rien n’est sûr…)Les effets macroéconomiques des décisions de substitution du travail par le capital sont incertains (prezi destruction créatrice ?) Page 50
  • 38. Quantité de capital (en unités) Coût mensuel/unité de capital en € Quantité de travail (en nombre de salariés) Coût mensuel par salarié en € Productivité du travail par tête (vélo par salarié) Coût total mensuel de la combinaison de production Site A 20 2000 200 1300 25 300 000 Site B 17 1750 320 850 15.625 301 750 Site C 12 1150 480 590 10.42 297 000 Site D 17 1750 320 888 15.625 313 910 3) Comparer des combinaisons productives Exo page 51 : (Pour 5000 unités produites par mois) Une entreprise de fabrication de cycles en pleine croissance décide de produire une nouvelle série de vélos de route bon marché. Elle compte produire 5 000 vélos par mois. Elle a le choix entre les quatre sites d’implantation ci-dessous, chacun disposant d’une combinaison productive différente pour une production mensuelle de 5000 unités. 1) Quel site à priori pouvez-vous sans doute exclure en l’état? Expliquez. On élimine le site D, identique au site B mais dont les salaires mensuels sont plus élevés. 2) Complétez le tableau et 3) Déterminez le site qu’elle va choisir
  • 39. 4) Sur le site B, le travail enregistre des gains de productivité de 5 %. À production inchangée, le choix de combinaison productive précédent demeure-t-il le plus pertinent? Réalisez les calculs nécessaires pour répondre à la question. La productivité par tête augmente de 5% et passe de 15.625 à 16.40625 vélos/salariés. Il ne faut plus que « 305 salariés pour produire 5000 vélos, donc le nouveau coût total est de 289 000 €. Le site B devient le plus rentable ! Quantité de capital (en unités) Coût mensuel/unité de capital en € Quantité de travail (en nombre de salariés) Coût mensuel par salarié en € Productivité du travail par tête (vélo par salarié) Coût total de la combinaison de production Site A 20 2000 200 1300 25 300 000 Site B 17 1750 320305 850 15.625 16,41 301 750289 000 Site C 12 1150 480 590 10.42 297 000 Site D 17 1750 320 888 15.625 313 910
  • 40. 5) Les sites C et D connaissent les mêmes gains de productivité que le site B (+ 5 %). Cette évolution entraîne des hausses du coût du travail sur les sites B et C, respectivement 6 % et 7 %, suite à des revendications salariales (sur le site D, les salaires restent inchangés). Effectuez les calculs en tenant compte de ces changements et déterminez l’implantation la plus favorable. Quantité de capital (en unités) Coût mensuel/unit é de capital en € Quantité de travail (en nombre de salariés) Coût mensuel par salarié en € Productivité du travail par tête (vélo par salarié) Coût total de la combinaison de production Site A 20 2000 200 1300 25 300 000 Site B 17 1750 305 850  901 16.41 289 000  304 555 Site C 12 1150 480  458 590  631.3 10.4210.9375 297 000 302 394 Site D 17 1750 320 305 888 15,625 16.41 313 910300 317
  • 41. D) Comment évaluer la performance d’une entreprise? Pour les clients, les fournisseurs... il est important de savoir s'il est raisonnable de passer des contrats avec l'entreprise. Il faut utiliser les mêmes règles pour toutes les entreprises de façon à ce que la compréhension des informations relatives à l’entreprise soit possible par tous. Les actionnaires peuvent avoir peur de se faire avoir par les dirigeants, qui sont parfois de simples salariés de l'entreprise. Les investisseurs potentiels et les banques veulent savoir comment l'entreprise fait des bénéfices, pour savoir si elle pourra en refaire dans le futur. L'Etat veut savoir quels sont les revenus de l'entreprise pour pouvoir l'imposer correctement. Les salariés veulent savoir dans quelle situation l'entreprise se trouve de façon à exiger la juste part de la VA qui leur revient. Qui s’intéresse à la performance d’une entreprise?
  • 42. 1) Le compte de résultats : le film, de l’année d’activité d’une entreprise Charges = coûts ... = appauvrissement Produits = Revenus ... = enrichissement Par construction, le total des charges est toujours égal au total des produits. Ex: Remarque: On considère, par convention, que l’appauvrissement d’une entreprise qui achète à l’année 2000 une machine d’une durée de vie de 5 ans pour 5 000 € n’est pas de 5000 € en 2000, mais de 1000€ en 2000, 1000€ en 2001,... et 1000€ en 2004. Cet appauvrissement qui correspond à l’usure du capital est appelé l’amortissement. Doc3 page 55
  • 43. b) Le bilan : la photo de la situation patrimoniale de l’entreprise Le bilan se fixe pour objectif de déterminer à un moment donné ce que l’entreprise possède (Actif) et l’origine de ses ressources (Passif). Les ressources peuvent être des ressources propres à l’entreprise (capitaux propres, apportés par les actionnaires ou accumulés sous forme d’épargne brute,) ou bien endettement auprès d’agents extérieurs. C’est comme pour équilibre Ressources/emplois : tout ce qui est possédé a été financé, d’une façon ou d’une autre, donc l’actif et toujours égal au passif. Si on fait par différence ce que possède une entreprise moins ce qu’elle doit on obtient ce qu’elle vaut à un moment donné. Actif Net= Actif- Dettes= Valeur Comptable de l’entreprise. La valeur comptable de l’entreprise ne correspond toujours pas à la valeur « réelle » de l’entreprise car il n’est pas sûr que l’actif puisse être vendu (liquidé) à sa valeur comptable de bilan… De plus, ce qui fait véritablement la valeur d’une entreprise, c’es sa capacité à générer des bénéfices dans le futur, or celle-ci ne se lit pas toujours bien dans un compte de résultat. . Doc 2 page 54
  • 44. Bilan au 31/12/2010 de l’entreprise Ceruza Actif Passif Machines 6000 Capitaux propres : 10000 Terrain 1 8000 Terrain 2 2000 Stocks 2000 Dettes 10000 Banque 2000 Total Actif 20000 Total Passif 20000 Compte de résultat de l’année 2011 de l’entreprise Ceruza (du 01/01/2011au 31/12/2011) Charges Produits CI 4000 Produit de la vente de stylos 7000 Dotations aux amortissements 1000 Salaires 3000 Total charges d’exploitation 8000 Total Produits d’exploitation 7000 Valeur comptable du terrain n°2 2000 Produit de la vente du terrain n°2 5000 Total charges exceptionnelles 2000 Total produits exceptionnels 5000 Bénéfice 2000 Total charges 12000 Total produits 12000 Bilan au 31/12/2011 de l’entreprise Ceruza Actif Passif Machines 5000 Capitaux propres 12000 Terrain 1 8000 Stocks 2000 Dettes 10000 Banque 70001 Total Actif 22000 Total Passif 22000 Exercice 4 : Les liens entre bilans et compte de résultats Sachant que les bénéfices sont placés à la banque, écrivons le bilan au 31/12/2011 (1) : Solde à la banque= 2000 - dépenses réelles + recettes réelles= (2000) – (4000 +3000) + (12000) = 7000 En effet, ni la dotation aux amortissements, ni la prise en compte de la cession du terrain ne sont de dépenses, même si ce sont des « appauvrissements en chose ou en nature » pour l’entreprise. Question Unique mais fascinante : « Sachant qu’il existe 1000 actions de cette entreprise Ceruza, pensez-vous que vous devriez acheter l’action au prix de 10 €. » (Pensez à utiliser la méthode de l’actif net et aussi de la capacité à générer des dividendes dans le futur)
  • 45. 1) Approche par la valeur comptable de l’entreprise au 31/12/2011: L’entreprise possède des actifs dont la valeur de bilan est évaluée à 22 000€, ses dettes ont une valeur de 10 000 € donc la valeur comptable de l’entreprise est de : 22 000€ – 10 000€= 12 000 €. Acheter 1/1000ème d’une entreprise qui vaut 12 000 € à 10 € peut donc sembler un bon prix, la valeur théorique d’une action devrait plutôt être de 12 €… MAIS Rien ne garantit que les actifs au bilan pourraient être vendus à leur valeur comptable et qu’après avoir « liquidé le bilan » et rembourser les dettes, il resterait 10 000 € aux propriétaires 2) Approche par la projection à faire des bénéfices dans le futur à partir des résultats 2011: Certes l’entreprise a fait 2000€ de bénéfices, soit 2 € par action, pour un prix de 10 € c’est une rentabilité énorme de 20 %... Mais : L’entreprise a un résultat d’exploitation négatif, c’est très inquiétant! Cela signifie que dans des conditions normales de production, l’entreprise fait des pertes de 1000 € par an, la valeur de sa production est inférieure à ses coûts normaux. Le bénéfice 2011 ne s’explique que par une plus-value exceptionnelle qui n’a pas de raison de se reproduire régulièrement, ne serait-ce que parce que l’entreprise ne possède plus qu’un terrain. De plus, la valeur à la revente de machines qui ne permettent pas de bénéfices s’avèrera difficile sans doute difficile… et peut-être qu’elles ne trouveront pas d’acheteurs au prix de leur valeur comptable