SlideShare une entreprise Scribd logo
Préparé par Dr S.Bendjaballah
Maitre de conférence B en chirurgie cardio-vasculaire
Service de chirurgie cardiaque,
EHS Dr Djeghri Mokhtar Constantine /Algérie
Plan du cours
I. Définition
II. Intérêt de la question
III. Anatomie de la valve aortique
IV. Etiologies
V. Anatomopathologie
VI. Physiopathologie
VII. Clinique
VIII. Paraclinique
IX. Formes cliniques
X. Diagnostic différentiel
XI. Evolution et complications
XII. Pronostic
XIII. Traitement
XIV. Résultats
XV. Conclusion
Définition :
Réduction de la surface de l’orifice aortique réalisant un
obstacle fixe à l'éjection systolique du VG.
Intérêt de la Question :
 La plus fréquente des valvulopathies : 25 à 30% des
valvulopathies de l’adulte.
 Prédominance masculine.
 Etiologie est dominée par le RAA dans notre pays.
 Son diagnostic est écho-cardiographique et aisé.
 Traitement est chirurgical et repose sur le remplacement
valvulaire aortique.
 Regain d’intérêt pour cette valvulopathie depuis l’avènement
du TAVI (Transcathéter Aortic Valve Implantation).
Anatomie de la valve aortique :
 L’ostium aortique est occupé par la valve aortique, séparant la
partie terminale de la chambre de chasse du ventricule
gauche et l’aorte ascendante.
 La valve aortique se situe en avant, à droite de la valve mitrale
et en arrière de la valve pulmonaire, regarde en haut, à droite
et en arrière.
 Orifice 2 cm de diamètre, 6,5 à 7 cm de circonférence et 3,2
cm2 de surface en moyenne.
 La valve aortique se compose de trois cuspides dites
sigmoïdes, semi-lunaires, en nid de pigeon, à concavité
supérieure, de taille normalement égale ou très proche
donnant ainsi en diastole un aspect en Mercedes.
Anatomie de la valve aortique :
 Représentation de la valve
aortique .
 Ao : aorte ascendante. VG :
ventricule gauche. VMA :
valve mitrale antérieure.
PMA : pilier mitral
 antérieur. PMP : pilier
mitral postérieur. SCD :
valvule sigmoïde coronaire
droite. SCG : valvule
 sigmoïde coronaire
gauche. SNC : valvule
sigmoïde non coronaire
Anatomie de la valve aortique :
Etiologies :
Trois principales étiologies du RA :
*RA dégénératif (Maladie de Monckeberg) :
-Cause la plus fréquente
-Maladie du sujet âgé
-Dépôts de calcium
*RA sur bicuspidie calcifiée :
-Malformation congénitale la plus fréquente
-1ère étiologie si âge est inférieur à 70 ans
-2 sigmoïdes valvulaires au lieu de 3
-Association fréquente à une dilatation de l'aorte ascendante
-Physiopathologie associe :
+des contraintes hémodynamiques liées à l'existence de deux feuillets
+des processus proches de ceux rencontrés dans le RA dégénératif (dépôts
calcaires)
Etiologies :
*RA rhumatismal :
-Prévalence : Rhumatisme Articulaire Aigu.
-Sujet jeune ou d'âge moyen.
-Feuillets épaissis, rigides, rétractés, parfois calcifiés.
-Lésion caractéristique : Fusion commissurale.
4. Autres étiologies :
- Congénitale.
- Maladie de Paget.
- IRC.
- Rao post-radiothérapie.
- Xanthomatose tendineuse
-Hypercholestérolémique familiale.
Anatomopathologie
LÉSIONS VALVULAIRES:
- Rétrécissement aortique dégénératif:
-Valves épaissies, rigidité, sans véritable sténose, calcifications :
risque embolies, troubles de conduction.
- Bicuspidie congénitale:
-Fusion de la cuspide post et de la cuspide ant.
- RAA:
-Fusion d’une, deux ou plus souvent trois commissures +
épaississement + rétraction des sigmoïdes+/- calcifications
LÉSIONS EXTRAVALVULAIRES:
-Dilatation asymétrique de l’aorte ascendante .
-Hypertrophie concentrique du VG (SIV, PP).
Etiologies / Anatomopathologie:
Etiologies / Anatomopathologie:
 Bicuspidie aortique
Physiopathologie :
 Obstacle fixe à l’éjection du ventricule gauche. Il apparaît un
gradient de pression entre le VG à pression élevée et l’Ao
ascendante à pression normale ou basse.
 Les conséquences anatomiques sont l’hypertrophie
concentrique du ventricule gauche avec masse myocardique
augmentée débit cardiaque au repos est conservé, en
particulier pendant toute la phase compensée
 A la phase décompensée, le débit cardiaque au repos est
diminué, et apparaissent alors la dyspnée d’effort puis la
dyspnée de repos
 Les signes fonctionnels sont la conséquence directe de
l’obstruction : syncope et angor d’effort
Physiopathologie :
Dans le ventricule gauche :
Au début : le RA induit :
*Une élévation de la post-charge .
*Une hypertrophie concentrique du ventricule gauche .
*Fonction systolique conservée (contraction normale) .
*Fonction diastolique précocement altérée (trouble du remplissage)
À terme :
*Equilibre rompu .
*Patients symptomatiques .
Au stade avancé :
Dilatation du ventricule gauche .
Altération de la fonction contractile du myocarde .
Clinique :
A. Circonstances de découverte :
- Examen systématique ou surveillance de RAA.
- Symptomatologie évocatrice.
- Complications.
Clinique :
B. Signes fonctionnels :
* Après une longue période de latence, les signes fonctionnels
apparaissent quand le RAo devient serré (SAo≤ 0.75 à 1 cm² ).
*Triade sémiologique d'effort :
- Dyspnée d'effort :c’est le signe le plus fréquent.
- Angor d'effort: 2/3 des cas.
- Syncope d'efforts ± lipothymie par hypo-perfusion
cérébrale.
- La syncope de repos peut-être due à un trouble du rythme
ou de conduction.
Clinique :
B. Examen clinique :
1)Palpation:
- Choc de pointe déplacé en bas et à gauche.
- Thrill systolique au foyer aortique.
2)Auscultation:
- Souffle systolique éjectionnel à maximum méso systolique, rude,
râpeux, au 2e EIC droit irradiant vers les vaisseaux du cou.
- B2 atténué ou aboli dans les RAo calcifiées.
- Clic proto-systolique témoignant de la persistance d’une certaine
mobilité valvulaire.
- Pouls petit et ralenti.
- Baisse de la pression artérielle avec pincement de la différentielle.
Radiographie pulmonaire :
Reste longtemps normal.
- Aspect globuleux du cœur.
- Saillie de l’arc inférieur gauche.
- Saillie à droite de la partie initiale de l'aorte ascendante
(dilatation post-sténotique).
- Parfois calcifications valvulaires aortiques.
- Signe de surcharge pulmonaire tardive.
Aspect de rétrécissement aortique avec saillie de l'arc inférieur gauche. Il
traduit l'hypertrophie du ventriculaire gauche et saillie de l'arc superieur droit
traduisant la dilatation de l'aorte ascendante.
ECG :
Peut être strictement normal.
- HVG systolique (Sokolow > 35 mm avec onde T négative et
asymetrique en V5, V6).
- Troubles de la relaxation (sous décalage du segment ST en
V5, V6)
- HAG dans les formes sévères.
- Trouble de rythme auriculaire, ventriculaire (ACFA/ESV).
- Trouble de conduction (BBG, BAV).
ECG du RAO
Électrocardiogramme 12 dérivations montrant une hypertrophie ventriculaire gauche
systolique (Sokolow SV1 + RV6 = 45 mm , ondes T négatives non spécifiques associées dans les
dérivations latérales V5-V6 et DI aVL) et un bloc auriculoventriculaire du 1er degré : PR à 0,24 seconde
(DII). Déviation de l’axe du QRS à gauche à - 15°.
HVG systolique
Echocardiographie :
Examen clef, permet :
Diagnostic positif : Ouverture est diminuée.
-Calcule de l’espace inter-sigmoïdien.
-Calcule de la surface valvulaire aortique (anatomique et
fonctionnelle).
-Calcule du gradient trans-valvulaire.
Echocardiographie :
- L’inventaire des lésions valvulaires et d’orientée le diagnostic
étiologique :
- Fusion commissurale,
- Valve bicuspide.
- Epaississement, calcification des sigmoïdes.
- Appréciation du retentissement de la valvulopathie :
- Hypertrophie du VG (SIV, PP), dilatation.
- Dilatation OG, cavités droites et de l’aorte ascendante.
- Mesure des PAPs.
- Appréciation de la sévérité du Rao :
- EIS < 8 mm, SVAo ≤ 0,75 cm2 ou < 0,5 cm2/m2.
- Gradient moyen > 50 mm hg, pic de vélocité tardif.
- Indice de perméabilité = V max sous Ao / V max Ao < 0,25.
- Epaisseur pariétale (SIV, PP) > 12 mm.
- Recherche de lésions associées: valvulopathie associée et/ ou une
pathologie de l’aorte ascendante.
Echocardiographie :
Flux de rétrécissement aortique enregistré au Doppler continu
Flux de rétrécissement aortique enregistré au Doppler continu. Le flux de RAC, systolique, est négatif par voie apicale (à
gauche) et positif par voie para sternale droite (à droite) et rapide (vélocité max. > 4m/sec), ce qui traduit un RAC serré.
Echocardiographie :
Echocardiographie transœsophagienne :
 Peu utilisée dans le rétrécissement aortique:
– Pour préciser une planimétrie difficile, pour mieux évaluer
l’anneau aortique ;
– Pour évaluer d’autres valvulopathies associées ;
– En cas de suspicion d’endocardite infectieuse.
Imagerie par scanner thoracique ou résonance magnétique
d’usage exceptionnellement utile en pratique courante :
– Pour préciser une dilatation aortique mal quantifiée par
échographie ;
– Pour préciser la topographie et l’étendue des calcifications de
la paroi aortique en cas de doute sur les images
radiographiques (dépistage de l’aorte porcelaine) ;
– Pour aider à la planimétrie aortique (en évaluation, rarement
utile).
Cathétérismes :
N’est pas indispensable au diagnostic, il est indiqué en cas :
- Discordance entre données cliniques et échographiques.
- Difficultés d’évaluer le Rao.
- Valvulopathies associées : IM, IAo ……. .
Coronarographie préopératoire :
- Age > 40 ans.
- Femmes ménopausées.
- Facteurs de risque cardio-vasculaire.
Formes cliniques :
1. Formes sans HVG :
- Se voit surtout chez la femme.
- Caractérisé par l’absence de signes électriques et écho
cardiographiques d’HVG.
2. Formes avec dysfonction VG sévère et bat gradient
trans-valvulaire :
- Diagnostic pas toujours évident.
- Tableau clinique : - Tableau d’insuffisance cardiaque
gauche avec souffle éjectionnel de faible intensité.
- Gradient moyen ≤ 40mm hg et FE ≤ 35 %.
Formes cliniques :
3. Formes avec hypertrophie septale asymétrique :
- Relève rarement d’une cardiomyopathie primitive et est
souvent secondaire au RAC.
- La distinction entre les deux peut parfois être difficile.
4. Formes avec maladie coronaire :
- Fréquente chez le sujet âgé, détectée par coronarographie,
le risque opératoire est augmenté.
Critères de gravité d’un RAO
*Signes fonctionnels
*Souffle systolique à maximum télé systolique
*Abolition du B2 aortique
*Les signes d’IVG et de bas débit
*HVG de type surcharge systolique
*SAo < 1 cm2 ou 0.6 cm2 /m2
*Gradient moyen VG –Ao >50mmHg.
*Index de perméabilité < 25%
Diagnostic différentiel :
- Cardiomyopathie hypertrophique.
- Rao sous valvulaire.
- Rao supra valvulaire.
-Sténose pulmonaire.
Intérêt de l’écho-doppler cardiaque:
Le diagnostic différentiel est toujours redressé par
l’échocardiographie.
Evolution / Complications :
Longtemps bien toléré, mais en l’absence de traitement
L’évolution se fait vers la majoration de la sténose puis vers les
complications :
-Endocardite infectieuse : peu fréquente.
- Embolie calcaire.
- Troubles de la conduction : BAV.
- Troubles du rythme (FA, TV).
- Insuffisance cardiaque.
- Mort subite: 25% des cas.
Pronostic :
*La survie moyenne après l’ apparition des premiers signes :
* Dyspnée d'effort: 5 ans .
* Angor d'effort: 3 – 5 ans .
* Syncope d'effort: 2 – 3 ans .
* IVG: 1 an.
* IC globale: < 6 mois .
Traitement :
I. But :
- Lever de l'obstacle valvulaire.
- Préserver la fonction VG.
- Eviter les complications.
II. Moyens :
A. Traitement Médical :
- N’a pas de place dans le Rao sauf en cas d’insuffisance
ventriculaire gauche : les diurétiques, les dérivés nitrés et les
digitaliques.
- Prophylaxie de l’endocardite infectieuse.
Traitement :
B. Traitement Instrumental :
1. La valvuloplastie aortique percutanée : Dilatation de la
valve à l’aide d’un ballonnet.
- Abandonnée par la plus part des équipes
- Elle est réservée uniquement aux :
* Patients instables sur le plan hémodynamique et à haut
risque chirurgical .
* Patients avec RA sévère symptomatique devant subir
une intervention chirurgicale urgente non cardiaque .
2. TAVI (Transcatheter Aortic Valve Implantation) :
- Implantation par voie percutanée d’une valve aortique chez
les patients atteints de RAO jugés inopérables.
Percutaneous transcatheter aortic valve
implantation:
Traitement :
C. Traitement chirurgical : Remplacement Valvulaire
Aortique :
-Le seul traitement efficace et obligatoire
D. Indications : Tout patient porteur d’un RAo doit être
candidat à la chirurgie .
Traitement :
Résultats :
* Mortalité opératoire : 3 -5 %
* Résultat fonctionnel : Disparition de la symptomatologie.
* A distance : Survie a
- 70 - 85 % à 5 ans.
- 60 - 70 % à 10 ans.
- 40 - 50 % à 15 ans.
Conclusion
 Rétrécissement aortique est le plus souvent rencontré chez
l'adulte
 Diagnostic clinique simple et sa quantification est effectuée
d’après l’échographie-doppler cardiaque.
 Chirurgie doit être programmée au plus tôt pour éviter le
risque de mort subite, toujours dès l’apparition des premiers
symptômes et bien avant la survenue des complications.

Contenu connexe

Tendances

Endocardite infectieuse
Endocardite infectieuseEndocardite infectieuse
Endocardite infectieuse
soumaia bendjaballah
 
Syndromes mediastinaux
Syndromes mediastinauxSyndromes mediastinaux
Syndromes mediastinaux
hind henzazi
 
Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë
CHU Tlemcen
 
Insuffisance aortique
Insuffisance aortiqueInsuffisance aortique
Insuffisance aortique
soumaia bendjaballah
 
Le syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaireLe syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaire
hind henzazi
 
Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaireEmbolie pulmonaire
Embolie pulmonaire
soumaia bendjaballah
 
Cirrhose 2017
Cirrhose 2017Cirrhose 2017
Cirrhose 2017
Claude EUGENE
 
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Nouhoum L Traore
 
Transaminases
TransaminasesTransaminases
Transaminases
Claude EUGENE
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
benkourdel mohamed
 
Etat de choc
Etat de chocEtat de choc
Etat de choc
Sandro Zorzi
 
AVC ischémique
AVC ischémiqueAVC ischémique
AVC ischémique
othmane elakadi
 
Syndrome coronarien aigue 2016 slideshare
Syndrome coronarien aigue 2016 slideshareSyndrome coronarien aigue 2016 slideshare
Syndrome coronarien aigue 2016 slideshare
Islem Soualhi
 
AUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIR
AUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIRAUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIR
AUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIR
Claude EUGENE
 
Le retrecissement mitral
Le retrecissement mitralLe retrecissement mitral
Le retrecissement mitralMenhunter
 
Exercice radio thorax
Exercice radio thorax Exercice radio thorax
Exercice radio thorax
Sandro Zorzi
 
Les cardiopathies cyanogènes et non cyanogènes(corrigee)
Les cardiopathies cyanogènes et non cyanogènes(corrigee)Les cardiopathies cyanogènes et non cyanogènes(corrigee)
Les cardiopathies cyanogènes et non cyanogènes(corrigee)
Vensie
 
Les etats de choc
Les etats de chocLes etats de choc
Les etats de choc
Salah Eddine
 
Angle pontocérébelleux
Angle pontocérébelleuxAngle pontocérébelleux
Angle pontocérébelleuxSamir Houalef
 

Tendances (20)

Endocardite infectieuse
Endocardite infectieuseEndocardite infectieuse
Endocardite infectieuse
 
Syndromes mediastinaux
Syndromes mediastinauxSyndromes mediastinaux
Syndromes mediastinaux
 
Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë
 
Insuffisance aortique
Insuffisance aortiqueInsuffisance aortique
Insuffisance aortique
 
Le syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaireLe syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaire
 
Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaireEmbolie pulmonaire
Embolie pulmonaire
 
Cirrhose 2017
Cirrhose 2017Cirrhose 2017
Cirrhose 2017
 
Rm (pr. latreche)
Rm (pr. latreche)Rm (pr. latreche)
Rm (pr. latreche)
 
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
 
Transaminases
TransaminasesTransaminases
Transaminases
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
 
Etat de choc
Etat de chocEtat de choc
Etat de choc
 
AVC ischémique
AVC ischémiqueAVC ischémique
AVC ischémique
 
Syndrome coronarien aigue 2016 slideshare
Syndrome coronarien aigue 2016 slideshareSyndrome coronarien aigue 2016 slideshare
Syndrome coronarien aigue 2016 slideshare
 
AUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIR
AUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIRAUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIR
AUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIR
 
Le retrecissement mitral
Le retrecissement mitralLe retrecissement mitral
Le retrecissement mitral
 
Exercice radio thorax
Exercice radio thorax Exercice radio thorax
Exercice radio thorax
 
Les cardiopathies cyanogènes et non cyanogènes(corrigee)
Les cardiopathies cyanogènes et non cyanogènes(corrigee)Les cardiopathies cyanogènes et non cyanogènes(corrigee)
Les cardiopathies cyanogènes et non cyanogènes(corrigee)
 
Les etats de choc
Les etats de chocLes etats de choc
Les etats de choc
 
Angle pontocérébelleux
Angle pontocérébelleuxAngle pontocérébelleux
Angle pontocérébelleux
 

Similaire à Rao

Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)Rose De Sable
 
Bicuspidie aortique
Bicuspidie aortiqueBicuspidie aortique
Pr s latreche_ insuffisance aortique
Pr s latreche_ insuffisance aortiquePr s latreche_ insuffisance aortique
Pr s latreche_ insuffisance aortiquekillua zoldyck
 
Pcc
PccPcc
Valvulopathies aortiques
Valvulopathies aortiquesValvulopathies aortiques
Valvulopathies aortiquessomia hind
 
Péricardites chroniques constrictives
Péricardites chroniques constrictivesPéricardites chroniques constrictives
Péricardites chroniques constrictives
soumaia bendjaballah
 
Maladies vasculaires du foie
Maladies vasculaires du foieMaladies vasculaires du foie
Maladies vasculaires du foie
Claude EUGENE
 
Résumé cardio cathy
Résumé cardio cathyRésumé cardio cathy
Résumé cardio cathyJoseph_Gabel
 
Résumé cardio
Résumé cardioRésumé cardio
Résumé cardio
Joseph_Gabel
 
Tétralogie de fallot
Tétralogie de fallotTétralogie de fallot
Tétralogie de fallot
Sarah Hassam
 
AVC accident vasculaire cérébrale .pptx
AVC  accident vasculaire cérébrale .pptxAVC  accident vasculaire cérébrale .pptx
AVC accident vasculaire cérébrale .pptx
IMANE EL MAHDAOUI
 
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
SidoShinn
 
L’hemorragie meningee spontanee
L’hemorragie  meningee spontaneeL’hemorragie  meningee spontanee
L’hemorragie meningee spontaneeAhmad AlFourati
 

Similaire à Rao (20)

Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)
 
R ao (pr. latreche)
R ao (pr. latreche)R ao (pr. latreche)
R ao (pr. latreche)
 
Bicuspidie aortique
Bicuspidie aortiqueBicuspidie aortique
Bicuspidie aortique
 
Pr s latreche_ insuffisance aortique
Pr s latreche_ insuffisance aortiquePr s latreche_ insuffisance aortique
Pr s latreche_ insuffisance aortique
 
Pcc
PccPcc
Pcc
 
Valvulopathies aortiques
Valvulopathies aortiquesValvulopathies aortiques
Valvulopathies aortiques
 
Im (pr. latreche)
Im (pr. latreche)Im (pr. latreche)
Im (pr. latreche)
 
Péricardites chroniques constrictives
Péricardites chroniques constrictivesPéricardites chroniques constrictives
Péricardites chroniques constrictives
 
Maladies vasculaires du foie
Maladies vasculaires du foieMaladies vasculaires du foie
Maladies vasculaires du foie
 
Résumé cardio
Résumé cardio Résumé cardio
Résumé cardio
 
Résumé cardio cathy
Résumé cardio cathyRésumé cardio cathy
Résumé cardio cathy
 
Résumé cardio
Résumé cardioRésumé cardio
Résumé cardio
 
Résumé cardio
Résumé cardioRésumé cardio
Résumé cardio
 
Sca bis
Sca bisSca bis
Sca bis
 
Tétralogie de fallot
Tétralogie de fallotTétralogie de fallot
Tétralogie de fallot
 
AVC accident vasculaire cérébrale .pptx
AVC  accident vasculaire cérébrale .pptxAVC  accident vasculaire cérébrale .pptx
AVC accident vasculaire cérébrale .pptx
 
R ao (pr. latreche)
R ao (pr. latreche)R ao (pr. latreche)
R ao (pr. latreche)
 
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
 
L’hemorragie meningee spontanee
L’hemorragie  meningee spontaneeL’hemorragie  meningee spontanee
L’hemorragie meningee spontanee
 
00 quizz ecg desar 2014
00 quizz ecg desar 201400 quizz ecg desar 2014
00 quizz ecg desar 2014
 

Rao

  • 1. Préparé par Dr S.Bendjaballah Maitre de conférence B en chirurgie cardio-vasculaire Service de chirurgie cardiaque, EHS Dr Djeghri Mokhtar Constantine /Algérie
  • 2. Plan du cours I. Définition II. Intérêt de la question III. Anatomie de la valve aortique IV. Etiologies V. Anatomopathologie VI. Physiopathologie VII. Clinique VIII. Paraclinique IX. Formes cliniques X. Diagnostic différentiel XI. Evolution et complications XII. Pronostic XIII. Traitement XIV. Résultats XV. Conclusion
  • 3. Définition : Réduction de la surface de l’orifice aortique réalisant un obstacle fixe à l'éjection systolique du VG.
  • 4. Intérêt de la Question :  La plus fréquente des valvulopathies : 25 à 30% des valvulopathies de l’adulte.  Prédominance masculine.  Etiologie est dominée par le RAA dans notre pays.  Son diagnostic est écho-cardiographique et aisé.  Traitement est chirurgical et repose sur le remplacement valvulaire aortique.  Regain d’intérêt pour cette valvulopathie depuis l’avènement du TAVI (Transcathéter Aortic Valve Implantation).
  • 5. Anatomie de la valve aortique :  L’ostium aortique est occupé par la valve aortique, séparant la partie terminale de la chambre de chasse du ventricule gauche et l’aorte ascendante.  La valve aortique se situe en avant, à droite de la valve mitrale et en arrière de la valve pulmonaire, regarde en haut, à droite et en arrière.  Orifice 2 cm de diamètre, 6,5 à 7 cm de circonférence et 3,2 cm2 de surface en moyenne.  La valve aortique se compose de trois cuspides dites sigmoïdes, semi-lunaires, en nid de pigeon, à concavité supérieure, de taille normalement égale ou très proche donnant ainsi en diastole un aspect en Mercedes.
  • 6. Anatomie de la valve aortique :  Représentation de la valve aortique .  Ao : aorte ascendante. VG : ventricule gauche. VMA : valve mitrale antérieure. PMA : pilier mitral  antérieur. PMP : pilier mitral postérieur. SCD : valvule sigmoïde coronaire droite. SCG : valvule  sigmoïde coronaire gauche. SNC : valvule sigmoïde non coronaire
  • 7. Anatomie de la valve aortique :
  • 8. Etiologies : Trois principales étiologies du RA : *RA dégénératif (Maladie de Monckeberg) : -Cause la plus fréquente -Maladie du sujet âgé -Dépôts de calcium *RA sur bicuspidie calcifiée : -Malformation congénitale la plus fréquente -1ère étiologie si âge est inférieur à 70 ans -2 sigmoïdes valvulaires au lieu de 3 -Association fréquente à une dilatation de l'aorte ascendante -Physiopathologie associe : +des contraintes hémodynamiques liées à l'existence de deux feuillets +des processus proches de ceux rencontrés dans le RA dégénératif (dépôts calcaires)
  • 9. Etiologies : *RA rhumatismal : -Prévalence : Rhumatisme Articulaire Aigu. -Sujet jeune ou d'âge moyen. -Feuillets épaissis, rigides, rétractés, parfois calcifiés. -Lésion caractéristique : Fusion commissurale. 4. Autres étiologies : - Congénitale. - Maladie de Paget. - IRC. - Rao post-radiothérapie. - Xanthomatose tendineuse -Hypercholestérolémique familiale.
  • 10. Anatomopathologie LÉSIONS VALVULAIRES: - Rétrécissement aortique dégénératif: -Valves épaissies, rigidité, sans véritable sténose, calcifications : risque embolies, troubles de conduction. - Bicuspidie congénitale: -Fusion de la cuspide post et de la cuspide ant. - RAA: -Fusion d’une, deux ou plus souvent trois commissures + épaississement + rétraction des sigmoïdes+/- calcifications LÉSIONS EXTRAVALVULAIRES: -Dilatation asymétrique de l’aorte ascendante . -Hypertrophie concentrique du VG (SIV, PP).
  • 12. Etiologies / Anatomopathologie:  Bicuspidie aortique
  • 13. Physiopathologie :  Obstacle fixe à l’éjection du ventricule gauche. Il apparaît un gradient de pression entre le VG à pression élevée et l’Ao ascendante à pression normale ou basse.  Les conséquences anatomiques sont l’hypertrophie concentrique du ventricule gauche avec masse myocardique augmentée débit cardiaque au repos est conservé, en particulier pendant toute la phase compensée  A la phase décompensée, le débit cardiaque au repos est diminué, et apparaissent alors la dyspnée d’effort puis la dyspnée de repos  Les signes fonctionnels sont la conséquence directe de l’obstruction : syncope et angor d’effort
  • 14. Physiopathologie : Dans le ventricule gauche : Au début : le RA induit : *Une élévation de la post-charge . *Une hypertrophie concentrique du ventricule gauche . *Fonction systolique conservée (contraction normale) . *Fonction diastolique précocement altérée (trouble du remplissage) À terme : *Equilibre rompu . *Patients symptomatiques . Au stade avancé : Dilatation du ventricule gauche . Altération de la fonction contractile du myocarde .
  • 15. Clinique : A. Circonstances de découverte : - Examen systématique ou surveillance de RAA. - Symptomatologie évocatrice. - Complications.
  • 16. Clinique : B. Signes fonctionnels : * Après une longue période de latence, les signes fonctionnels apparaissent quand le RAo devient serré (SAo≤ 0.75 à 1 cm² ). *Triade sémiologique d'effort : - Dyspnée d'effort :c’est le signe le plus fréquent. - Angor d'effort: 2/3 des cas. - Syncope d'efforts ± lipothymie par hypo-perfusion cérébrale. - La syncope de repos peut-être due à un trouble du rythme ou de conduction.
  • 17. Clinique : B. Examen clinique : 1)Palpation: - Choc de pointe déplacé en bas et à gauche. - Thrill systolique au foyer aortique. 2)Auscultation: - Souffle systolique éjectionnel à maximum méso systolique, rude, râpeux, au 2e EIC droit irradiant vers les vaisseaux du cou. - B2 atténué ou aboli dans les RAo calcifiées. - Clic proto-systolique témoignant de la persistance d’une certaine mobilité valvulaire. - Pouls petit et ralenti. - Baisse de la pression artérielle avec pincement de la différentielle.
  • 18. Radiographie pulmonaire : Reste longtemps normal. - Aspect globuleux du cœur. - Saillie de l’arc inférieur gauche. - Saillie à droite de la partie initiale de l'aorte ascendante (dilatation post-sténotique). - Parfois calcifications valvulaires aortiques. - Signe de surcharge pulmonaire tardive.
  • 19. Aspect de rétrécissement aortique avec saillie de l'arc inférieur gauche. Il traduit l'hypertrophie du ventriculaire gauche et saillie de l'arc superieur droit traduisant la dilatation de l'aorte ascendante.
  • 20. ECG : Peut être strictement normal. - HVG systolique (Sokolow > 35 mm avec onde T négative et asymetrique en V5, V6). - Troubles de la relaxation (sous décalage du segment ST en V5, V6) - HAG dans les formes sévères. - Trouble de rythme auriculaire, ventriculaire (ACFA/ESV). - Trouble de conduction (BBG, BAV).
  • 21. ECG du RAO Électrocardiogramme 12 dérivations montrant une hypertrophie ventriculaire gauche systolique (Sokolow SV1 + RV6 = 45 mm , ondes T négatives non spécifiques associées dans les dérivations latérales V5-V6 et DI aVL) et un bloc auriculoventriculaire du 1er degré : PR à 0,24 seconde (DII). Déviation de l’axe du QRS à gauche à - 15°.
  • 23. Echocardiographie : Examen clef, permet : Diagnostic positif : Ouverture est diminuée. -Calcule de l’espace inter-sigmoïdien. -Calcule de la surface valvulaire aortique (anatomique et fonctionnelle). -Calcule du gradient trans-valvulaire.
  • 24. Echocardiographie : - L’inventaire des lésions valvulaires et d’orientée le diagnostic étiologique : - Fusion commissurale, - Valve bicuspide. - Epaississement, calcification des sigmoïdes. - Appréciation du retentissement de la valvulopathie : - Hypertrophie du VG (SIV, PP), dilatation. - Dilatation OG, cavités droites et de l’aorte ascendante. - Mesure des PAPs. - Appréciation de la sévérité du Rao : - EIS < 8 mm, SVAo ≤ 0,75 cm2 ou < 0,5 cm2/m2. - Gradient moyen > 50 mm hg, pic de vélocité tardif. - Indice de perméabilité = V max sous Ao / V max Ao < 0,25. - Epaisseur pariétale (SIV, PP) > 12 mm. - Recherche de lésions associées: valvulopathie associée et/ ou une pathologie de l’aorte ascendante.
  • 26. Flux de rétrécissement aortique enregistré au Doppler continu Flux de rétrécissement aortique enregistré au Doppler continu. Le flux de RAC, systolique, est négatif par voie apicale (à gauche) et positif par voie para sternale droite (à droite) et rapide (vélocité max. > 4m/sec), ce qui traduit un RAC serré. Echocardiographie :
  • 27. Echocardiographie transœsophagienne :  Peu utilisée dans le rétrécissement aortique: – Pour préciser une planimétrie difficile, pour mieux évaluer l’anneau aortique ; – Pour évaluer d’autres valvulopathies associées ; – En cas de suspicion d’endocardite infectieuse.
  • 28. Imagerie par scanner thoracique ou résonance magnétique d’usage exceptionnellement utile en pratique courante : – Pour préciser une dilatation aortique mal quantifiée par échographie ; – Pour préciser la topographie et l’étendue des calcifications de la paroi aortique en cas de doute sur les images radiographiques (dépistage de l’aorte porcelaine) ; – Pour aider à la planimétrie aortique (en évaluation, rarement utile).
  • 29. Cathétérismes : N’est pas indispensable au diagnostic, il est indiqué en cas : - Discordance entre données cliniques et échographiques. - Difficultés d’évaluer le Rao. - Valvulopathies associées : IM, IAo ……. .
  • 30. Coronarographie préopératoire : - Age > 40 ans. - Femmes ménopausées. - Facteurs de risque cardio-vasculaire.
  • 31. Formes cliniques : 1. Formes sans HVG : - Se voit surtout chez la femme. - Caractérisé par l’absence de signes électriques et écho cardiographiques d’HVG. 2. Formes avec dysfonction VG sévère et bat gradient trans-valvulaire : - Diagnostic pas toujours évident. - Tableau clinique : - Tableau d’insuffisance cardiaque gauche avec souffle éjectionnel de faible intensité. - Gradient moyen ≤ 40mm hg et FE ≤ 35 %.
  • 32. Formes cliniques : 3. Formes avec hypertrophie septale asymétrique : - Relève rarement d’une cardiomyopathie primitive et est souvent secondaire au RAC. - La distinction entre les deux peut parfois être difficile. 4. Formes avec maladie coronaire : - Fréquente chez le sujet âgé, détectée par coronarographie, le risque opératoire est augmenté.
  • 33. Critères de gravité d’un RAO *Signes fonctionnels *Souffle systolique à maximum télé systolique *Abolition du B2 aortique *Les signes d’IVG et de bas débit *HVG de type surcharge systolique *SAo < 1 cm2 ou 0.6 cm2 /m2 *Gradient moyen VG –Ao >50mmHg. *Index de perméabilité < 25%
  • 34. Diagnostic différentiel : - Cardiomyopathie hypertrophique. - Rao sous valvulaire. - Rao supra valvulaire. -Sténose pulmonaire. Intérêt de l’écho-doppler cardiaque: Le diagnostic différentiel est toujours redressé par l’échocardiographie.
  • 35. Evolution / Complications : Longtemps bien toléré, mais en l’absence de traitement L’évolution se fait vers la majoration de la sténose puis vers les complications : -Endocardite infectieuse : peu fréquente. - Embolie calcaire. - Troubles de la conduction : BAV. - Troubles du rythme (FA, TV). - Insuffisance cardiaque. - Mort subite: 25% des cas.
  • 36. Pronostic : *La survie moyenne après l’ apparition des premiers signes : * Dyspnée d'effort: 5 ans . * Angor d'effort: 3 – 5 ans . * Syncope d'effort: 2 – 3 ans . * IVG: 1 an. * IC globale: < 6 mois .
  • 37. Traitement : I. But : - Lever de l'obstacle valvulaire. - Préserver la fonction VG. - Eviter les complications. II. Moyens : A. Traitement Médical : - N’a pas de place dans le Rao sauf en cas d’insuffisance ventriculaire gauche : les diurétiques, les dérivés nitrés et les digitaliques. - Prophylaxie de l’endocardite infectieuse.
  • 38. Traitement : B. Traitement Instrumental : 1. La valvuloplastie aortique percutanée : Dilatation de la valve à l’aide d’un ballonnet. - Abandonnée par la plus part des équipes - Elle est réservée uniquement aux : * Patients instables sur le plan hémodynamique et à haut risque chirurgical . * Patients avec RA sévère symptomatique devant subir une intervention chirurgicale urgente non cardiaque . 2. TAVI (Transcatheter Aortic Valve Implantation) : - Implantation par voie percutanée d’une valve aortique chez les patients atteints de RAO jugés inopérables.
  • 39. Percutaneous transcatheter aortic valve implantation:
  • 40. Traitement : C. Traitement chirurgical : Remplacement Valvulaire Aortique : -Le seul traitement efficace et obligatoire D. Indications : Tout patient porteur d’un RAo doit être candidat à la chirurgie .
  • 42. Résultats : * Mortalité opératoire : 3 -5 % * Résultat fonctionnel : Disparition de la symptomatologie. * A distance : Survie a - 70 - 85 % à 5 ans. - 60 - 70 % à 10 ans. - 40 - 50 % à 15 ans.
  • 43. Conclusion  Rétrécissement aortique est le plus souvent rencontré chez l'adulte  Diagnostic clinique simple et sa quantification est effectuée d’après l’échographie-doppler cardiaque.  Chirurgie doit être programmée au plus tôt pour éviter le risque de mort subite, toujours dès l’apparition des premiers symptômes et bien avant la survenue des complications.