SlideShare une entreprise Scribd logo
Préparé par Dr S.Bendjaballah
Maitre de conférence B en chirurgie cardio-vasculaire
Service de chirurgie cardiaque,
EHS Dr Djeghri Mokhtar Constantine /Algérie
Plan du cours
I. Définition
II. Intérêt de la Question
III. Anatomie de la valve aortique
IV. Etiologies
V. Anatomopathologie
VI. Physiopathologie
VII. Clinique
VIII. Paraclinique
IX. Formes cliniques
X. Evolution et complications
XI. Diagnostic différentiel
XII. Traitement
XIII. Résultats
XIV. Conclusion
Définition :
 Reflux de sang de l'aorte vers le VG pendant la diastole, par
défaut d'étanchéité des sigmoïdes aortiques.
Intérêt de la Question :
-Troisième valvulopathie en prévalence dans le monde
occidental (derrière la sténose aortique et l’insuffisance
mitrale) : environ 10 % des valvulopathies natives sont des
insuffisances aortiques pures.
- Prédominance masculine dans les IA pure.
- Son étiologie est dominée par le RAA dans notre pays.
- Son diagnostic est clinique et écho-cardiographique.
- Son traitement est chirurgical et repose sur le remplacement
valvulaire aortique.
- Son pronostic dépend du retentissement sur le VG.
Anatomie de la valve aortique :
- L’orifice aortique sépare la chambre de chasse du VG de l’aorte.
- Circonférence : 6,5 à 7 cm, Diamètre : d’environ 2 cm, Surface
: 3 à 4 cm².
- La valve aortique est normalement composée de 03
sigmoïdes « Cusps » et de sinus de valsalva.
- 02 antérieures en rapport avec les artères coronaires : sigmoïdes
coronaires droite et gauche.
- 01 postérieure : sigmoïde non coronaire.
- Cette valve est en continuité fibreuse avec le feuillet antérieur de la
valve mitrale et le septum membraneux.
.
Anatomie de la valve aortique :
Anatomie de la valve aortique :
Etiologies
Insuffisance aortique rhumatismale
 L’étiologie rhumatismale est fréquente dans les pays en voie de développement,
 L’insuffisance aortique est rarement une atteinte isolée,
Insuffisance aortique dystrophique (dégénérative)
 L’insuffisance aortique dystrophique est devenue l’étiologie la plus fréquente
dans les pays industrialisés ;
 Elle associe à des degrés divers une atteinte valvulaire et une atteinte de la
racine de l’aorte ;
Insuffisance aortique sur bicuspidie
 L’insuffisance aortique est liée aux contraintes mécaniques exercées sur le bord
libre des feuillets
Insuffisance aortique post endocardite infectieuse
 L’insuffisance aortique est due à des lésions mutilantes des sigmoïdes aortiques
(perforation, déchirure, abcès de l’anneau fistulisé dans le VG).
Etiologies
Insuffisance aortique associée aux cardiopathies congénitales
-Syndrome de Laubry-Pezzi: CIV + Ins A°, à un rétrécissement aortique
sous valvulaire.
Insuffisance aortique post aortite inflammatoire
-Autrefois, la cause principale était la syphilis tertiaire,
-Actuellement représentée par la spondylarthrite ankylosante, maladie de
Takayasu, PR, LED, maladie de Behçet .etc.
Insuffisance aortique post dissection
– Dissection d’une ou plusieurs sigmoïdes aortiques ;
– Dissection de l’aorte ascendante (type I ou II de De Bakey) : dilatation de
l’anneau aortique responsable de la fuite aortique.
Etiologies
Insuffisance aortique traumatique
-Liée à un traumatisme direct, responsable d’une IA aigue.
Insuffisance aortique postradique
-Survient plusieurs années après une radiothérapie médiastinale,
responsable d’un épaississement des sigmoïdes aortiques.
Insuffisance aortique aigue médicamenteuse
-Liée à des prises médicamenteuses au long cours responsables
d’épaississement valvulaire, sont incriminés les anorexigènes
(amphétamines) et les antimigraineux (dérivés d’ergot de seigle).
ANATOMIE PATHOLOGIE
Insuffisance aortique rhumatismale
 Fusion des commissures, épaississement et une rétraction des bords libres.
 Souvent, il existe des nodules de calcium des deux côtés des feuillets.
 la symptomatologie clinique se manifeste tardivement.
Insuffisance aortique dystrophique (dégénérative)
 La calcification est abondante sur les feuillets de la valve aortique, épargne leur bord
libre, mais peut parfois s’étendre à l’anneau mitral et au septum interventriculaire.
 Habituellement, il n’existe pas de fusion des commissures.
Insuffisance aortique sur bicuspidie
 Elle se caractérise par une calcification généralement massive de l’ensemble des
sigmoïdes aortiques, faite d’un dépôt calcaire irrégulier, souvent végétant et
friable, responsable d’une sténose serrée.
Insuffisance aortique post endocardite infectieuse
 L’insuffisance aortique est due à des lésions mutilantes des sigmoïdes aortiques
(perforation, déchirure, abcès de l’anneau fistulisé dans le VG).
Physiopathologie :
*La quantité de sang régurgitée dépend de 03 paramètres
principaux :
- Surface fonctionnelle de l'orifice aortique en diastole.
- Gradient de pression diastolique entre aorte et VG.
- Durée de la diastole.
Physiopathologie :
1. IAo chronique :
- La régurgitation lors de l'IAo provoque une surcharge diastolique
du VG entraînant :
- Une dilatation du VG.
- Une hypertrophie s'installe pour maintenir un débit systémique.
- Anomalie de la fonction diastolique : anomalie de la relaxation
avec rigidité myocardique.
- L'augmentation de la masse myocardique entraîne une de la
consommation myocardique en O2 source d'ischémie
myocardique surtout sous-endocardique, à l'effort.
- A un stade tardif, La compliance diminue progressivement ainsi
que la FE avec des PAPS.
Physiopathologie :
2. IAo aiguë :
- Dans ce cas le VG n'a pas le temps de s'adapter aux nouvelles
conditions hémodynamiques.
- 03 facteurs d'adaptation sont possibles mais rapidement
dépassés :
- Augmentation de la pré-charge.
- Baisse de la pression aortique diastolique.
- Tachycardie raccourcissant la diastole, diminuant donc la
quantité de sang régurgité.
Circonstances de découverte :
1-Insuffisance aortique aigue :
-Dyspnée brutale ou OAP.
2. Insuffisance aortique chronique :
- Découverte fortuite lors d’un examen symptomatique :
Cas le plus fréquent car l’insuffisance aortique reste
longtemps asymptomatique.
Signes fonctionnels :
Longue période asymptomatique, puis :
- Dyspnée d'effort puis de repos. (à stadifier selon la
classification de la New York Heart Association)
- Angor d’effort (50% des cas spontané, nocturne).
- Syncopes ou lipothymies.
- Palpitation.
Signes physiques :
1. Palpation :
- Choc de pointe en « Dôme de Bard », dévié en bas et à
gauche.
2. Auscultation :
- Souffle holo-diastolique, doux, aspiratif, au 2e EIC droit
irradiant vers la pointe et la xyphoïde.
- Souffle systolique éjectionnel « d'accompagnement » par
augmentation du VES.
Signes physiques :
- Click d'éjection proto-systolique, contemporain de
l'ouverture des sigmoïdes.
- Rarement « pistol shot » bruit méso-systolique : « signe de
Traube » bruit claquant perçu niveau de l’artère fémorale
- Roulement diastolique d'Austin Flint perçu à la pointe.
- Bruit de galop : B3-B4.
Signes périphériques :
- Baisse de PAD, élévation de PAS : élargissement de la
différentielle.
- Pouls ample et bondissant « pouls de Corrigan ».
- Hyper-pulsatilité carotide.
- Mouvement rythmé de la tête par les battements des
carotides « signe de Musset ».
- Pouls capillaire visible au lit unguéal ou de la pulpe des doigts
« signe de Quincke ».
- Double souffle crural intermittent de Duroziez, à
l'auscultation.
Radiographie pulmonaire :
- Cardiomégalie : débute aux dépens de l’arc inférieur gauche,
avec une pointe sous-diaphragmatique.
- Calcifications possibles au niveau de la valve aortique.
- Dilatation de la racine aortique : élargissement de l’arc
supérieur gauche, déroulement de la silhouette aortique, arc
moyen gauche concave.
- Signes d’insuffisance cardiaque : lignes B de Kerley,
redistribution vasculaire vers l’apex, opacités alvéolaires
périhilaires et hilifuges.
-Signe de "sonnette" à la radioscopie.
Radiographie pulmonaire :
ECG :
-Signes présents uniquement en cas d’insuffisance
aortique chronique importante, peu spécifiques et très
peu sensibles :
■ déviation axiale gauche (axe QRS entre 0 et – 30°) ;
■ surcharge volumétrique diastolique initialement :
augmentation de l’amplitude de l’onde R, onde Q dans les
dérivations latérales, ondes T positives ;
■ puis hypertrophie ventriculaire gauche systolique dans
les formes avancées, avec ondes T négativées et segment
ST sous-décalé en latéral.
ECG :
- Surcharge ventriculaire
gauche diastolique :
Augmentation des
indices de Sokolow,
Lewis et Cornell, avec
des ondes T positives,
amples, et pointues en
précordiales gauches
Echocardiographie doppler :
Examen clef, permet :
Diagnostic positif:
- Séparation diastolique des valves aortiques.
- Fluttering diastolique mitral.
-Visualisation de la régurgitation au doppler couleur.
Diagnostic étiologique :
- IAo dystrophique : prolapsus valvulaire, dilatation de
l’anneau.
- IAo rhumatismale : sigmoïdes épaissis, rétractés, diastasis
central.
- IAo endocarditique : végétations, mutilation, abcès.
- Bicuspidie.
Echocardiographie doppler :
- Quantification de la régurgitation :
- Diamètre du jet à l’origine, vena contracta > 6 mm.
- Temps de semi décroissance du gradient VG-Aorte (PHT < 350
ms).
- Vitesse télé-diastolique au niveau de l’isthme aortique >
20cm/s.
- Evaluation quantitative par l’analyse de la zone de convergence
(PISA).
- IAo sévère si : SOR > 30 mm², VR > 30ml, FR > 50 %.
- Retentissement sur le VG : - Dilatation (DTD, DTS),
hypertrophie (PP, SIV), fonction VG (FE, FR).
- Rechercher de lésions associées :
Echocardiographie doppler :
IAo rhumatismale
IAo sur bicuspidie
Echocardiographie transoesophagienne :
-Pour préciser au mieux le mécanisme et l’importance.
Incontournable dans l’insuffisance aortique aiguë
importante.
-Pour préciser l’extension d’une dissection aortique aiguë :
échographie transoesophagienne au bloc opératoire de
chirurgie cardiaque.
Défaut de coaptation central en
ETO
• Diastole Systole
IA sur bicuspidie en ETO
Cathétérisme et angiographie :
-Ont été supplantés par l’échocardiographie.
- Ne sont indiquées qu’en cas de discordance entre les données
cliniques et échocardiographiques.
Examens Paracliniques :
6. TDM/ IRM:
- Permettent une analyse plus précise de l’aorte ascendante
(dissection, anévrysme).
7. Epreuve d’effort :
- Permet une évaluation objective des symptômes et le
dépistage des faux asymptomatiques.
6. Coronarographie pré op :
- Age > 40 ans.
- Femmes ménopausées.
- Facteur de risque cardio-vasculaire.
Formes Cliniques :
1. IAo aiguë : est très mal tolérée avec OAP et l'IC précoce.
- Le souffle diastolique est bref et le cœur est peu ou pas
augmenté de volume
- A l’ETT : - VG peu non dilaté.
- Augmentation rapide de la P°TDdu VG.
- Fermeture prématurée de la valve mitrale.
- PHT < 200 ms et augmentation de la PAPS.
2. Forme avec régurgitation minime :
- Parfaitement tolérée pendant longtemps en absence de
complications (endocardite).
Formes Cliniques :
3. Forme avec régurgitation massive :
- Signes périphériques très marqués, PAD très basse, douleurs
angineuses fréquentes, dilatation VG importante, l'évolution
vers l'IC est rapide.
4. Forme associée:
- A un RAo réalisant la « maladie aortique ».
- A une atteinte mitrale réalisant les plus grosses
cardiomégalies globales.
Evolution / Complications :
- L’évolution dépend de l’étiologie, du volume régurgité, du
mode de début, du degré de tolérance hémodynamique et de
l’existence de lésions associées (coronariennes).
- L’IAo aiguë est rapidement mal tolérée par OAP et
insuffisance cardiaque.
- L’IAo chronique est longtemps bien tolérée, mais en l’absence
de trt elle évolue vers les complications.
Evolution / Complications :
A. Complications en fonction de l'étiologie :
- IAo dystrophique avec anévrisme de l’aorte ascendante :
risque de rupture et de dissection.
- Aortite : - coronarite ostiale (en cas de syphilis).
B. Complications communes :
- Endocardite infectieuse.
- IVG.
- Troubles du rythme ventriculaire.
- Mort subite.
Diagnostic Différentiel :
Souffle diastolique :
- Roulement diastolique d'un RM.
- Souffle continu d'une PCA.
- Insuffisance pulmonaire.
Traitement :
A. But : - Restaurer l’étanchéité de la valve aortique.
- Préserver la fonction VG.
- Eviter les complications.
B. Moyens :
1. Traitement Médical : en attente de la chirurgie.
- Traitement de l’IVG : mesures hygiéno-diététiques, digitalique,
diurétique, IEC.
- Les vasodilatateurs peuvent être utilisés en l’absence d’IC.
- Les Bêtabloquants peuvent être utilisés en cas de dilatation de
l'aorte ascendante, Marfan.
- Traitement et prévention de l'endocardite infectieuse
(Antibiothérapie adaptée).
2. Traitement chirurgical :
Traitement :
 Traitement chirurgical:
*Remplacement valvulaire simple par prothèse mécanique ou
biologique en cas d‘IAo valvulaire isolée.
*Remplacement valvulaire associé à un remplacement de l‘Ao
ascendante avec réimplantation des coronaires en cas d‘IAo
dystrophique.
TRT chirurgical de l’IA :
Modalités
• Remplacement valvulaire aortique
– Prothèse mécanique
– Bioprothèse
• Remplacement de l’aorte ascendante
– Avec remplacement de la valve aortique : Bentall
– Avec conservation de la valve aortique :
• Tyron David
• Yacoub
Indications :
- Tout patient symptomatique.
- Patient asymptomatique si : - ICT > 0,58.
- DTS > 55mm, DTD > 70 mm.
- FE < 50 %, FR < 25 %.
- VTS > 120 ml/m², VTD > 200
ml/m2.
- Patient asymptomatique + pathologie pariétale aortique
(diamètre de l'aorte ascendante > 55 mm ou > 50 mm si Marfan
ou Bicuspidie ou progression du diamètre au cours du suivi > 5
mm/ an).
- Patient asymptomatique associé à une autre valvulopathie ou
coronaropathie nécessitant un geste chirurgical.
- IAo aiguë si mauvaise tolérance hémodynamique et incapacité des
antibiotiques à contrôler le processus infectieux (endocardite).
Résultats :
-Mortalité opératoire : 3 -5 %.
-Résultat fonctionnel : L'amélioration est la règle chez les
patients qui avaient une fonction VG peu déprimée en
préopératoire avec disparition de la symptomatologie,
diminution du volume et de la masse du VG (volume : 1 - 2
ans, masse VG : plusieurs années).
- A distance : Survie : - 70 - 85 % à 5 ans.
- 60 - 70 % à 10 ans.
- 40 - 50 % à 15 ans.
Conclusion

Contenu connexe

Tendances

Auscultation cardiaque
Auscultation cardiaqueAuscultation cardiaque
Auscultation cardiaquekillua zoldyck
 
insuffisance mitrale ischémique
insuffisance mitrale ischémiqueinsuffisance mitrale ischémique
insuffisance mitrale ischémique
siham h.
 
Rhumatisme articulaire aigu
Rhumatisme articulaire aiguRhumatisme articulaire aigu
Rhumatisme articulaire aiguAmel Ammar
 
Dissection de l'aorte
Dissection de l'aorteDissection de l'aorte
Dissection de l'aorte
BayaAZIZA
 
AVC ischémique
AVC ischémiqueAVC ischémique
AVC ischémique
othmane elakadi
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
Claude EUGENE
 
Poly semiologie-cardiologique
Poly semiologie-cardiologiquePoly semiologie-cardiologique
Poly semiologie-cardiologique
Egn Njeba
 
Le retrecissement mitral
Le retrecissement mitralLe retrecissement mitral
Le retrecissement mitralMenhunter
 
Pr s latreche_ insuffisance aortique
Pr s latreche_ insuffisance aortiquePr s latreche_ insuffisance aortique
Pr s latreche_ insuffisance aortiquekillua zoldyck
 
mesures et surveillances hemodynamique le PICCO
mesures et surveillances hemodynamique le PICCOmesures et surveillances hemodynamique le PICCO
mesures et surveillances hemodynamique le PICCO
Patou Conrath
 
Syndrome de volkmann
Syndrome de volkmannSyndrome de volkmann
Syndrome de volkmannlaamlove
 
Exercice radio thorax
Exercice radio thorax Exercice radio thorax
Exercice radio thorax
Sandro Zorzi
 
Syndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptx
Syndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptxSyndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptx
Syndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptx
MohammedBachirREZGUI1
 
Oedème aigu du poumon
Oedème aigu du poumonOedème aigu du poumon
Oedème aigu du poumon
Université de kinshasa
 
Pneumopathies Interstitielles Diffuses - Pierre-Antoine Pioche
Pneumopathies Interstitielles Diffuses - Pierre-Antoine PiochePneumopathies Interstitielles Diffuses - Pierre-Antoine Pioche
Pneumopathies Interstitielles Diffuses - Pierre-Antoine PiochePierre-Antoine PIOCHE
 
Fracture de l'extrémité supérieur du femur
Fracture de l'extrémité supérieur du femurFracture de l'extrémité supérieur du femur
Fracture de l'extrémité supérieur du femurHamlaoui Saddek
 
Formation accélérée en ECG - 2ème session-
Formation accélérée en ECG - 2ème session- Formation accélérée en ECG - 2ème session-
Formation accélérée en ECG - 2ème session- mahfay
 
Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaireEmbolie pulmonaire
Embolie pulmonaire
soumaia bendjaballah
 
Sémiologie artério veineuse
Sémiologie artério veineuseSémiologie artério veineuse
Sémiologie artério veineusekillua zoldyck
 

Tendances (20)

Auscultation cardiaque
Auscultation cardiaqueAuscultation cardiaque
Auscultation cardiaque
 
insuffisance mitrale ischémique
insuffisance mitrale ischémiqueinsuffisance mitrale ischémique
insuffisance mitrale ischémique
 
Rhumatisme articulaire aigu
Rhumatisme articulaire aiguRhumatisme articulaire aigu
Rhumatisme articulaire aigu
 
Dissection de l'aorte
Dissection de l'aorteDissection de l'aorte
Dissection de l'aorte
 
AVC ischémique
AVC ischémiqueAVC ischémique
AVC ischémique
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
 
Poly semiologie-cardiologique
Poly semiologie-cardiologiquePoly semiologie-cardiologique
Poly semiologie-cardiologique
 
Le retrecissement mitral
Le retrecissement mitralLe retrecissement mitral
Le retrecissement mitral
 
Pr s latreche_ insuffisance aortique
Pr s latreche_ insuffisance aortiquePr s latreche_ insuffisance aortique
Pr s latreche_ insuffisance aortique
 
mesures et surveillances hemodynamique le PICCO
mesures et surveillances hemodynamique le PICCOmesures et surveillances hemodynamique le PICCO
mesures et surveillances hemodynamique le PICCO
 
Syndrome de volkmann
Syndrome de volkmannSyndrome de volkmann
Syndrome de volkmann
 
Exercice radio thorax
Exercice radio thorax Exercice radio thorax
Exercice radio thorax
 
Syndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptx
Syndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptxSyndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptx
Syndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptx
 
Oedème aigu du poumon
Oedème aigu du poumonOedème aigu du poumon
Oedème aigu du poumon
 
Anémié cat
Anémié catAnémié cat
Anémié cat
 
Pneumopathies Interstitielles Diffuses - Pierre-Antoine Pioche
Pneumopathies Interstitielles Diffuses - Pierre-Antoine PiochePneumopathies Interstitielles Diffuses - Pierre-Antoine Pioche
Pneumopathies Interstitielles Diffuses - Pierre-Antoine Pioche
 
Fracture de l'extrémité supérieur du femur
Fracture de l'extrémité supérieur du femurFracture de l'extrémité supérieur du femur
Fracture de l'extrémité supérieur du femur
 
Formation accélérée en ECG - 2ème session-
Formation accélérée en ECG - 2ème session- Formation accélérée en ECG - 2ème session-
Formation accélérée en ECG - 2ème session-
 
Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaireEmbolie pulmonaire
Embolie pulmonaire
 
Sémiologie artério veineuse
Sémiologie artério veineuseSémiologie artério veineuse
Sémiologie artério veineuse
 

Similaire à Insuffisance aortique

Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)Rose De Sable
 
Pcc
PccPcc
Cardiopathies par obstacle du cœur gauche
Cardiopathies par obstacle du cœur gaucheCardiopathies par obstacle du cœur gauche
Cardiopathies par obstacle du cœur gauche
imma-dr
 
Coarctation Aortique
Coarctation AortiqueCoarctation Aortique
Coarctation Aortique
Mede Space
 
Péricardites chroniques constrictives
Péricardites chroniques constrictivesPéricardites chroniques constrictives
Péricardites chroniques constrictives
soumaia bendjaballah
 
Pathologie cardio-vasculaire
Pathologie cardio-vasculairePathologie cardio-vasculaire
Pathologie cardio-vasculaire
drcusse
 
Tétralogie de fallot
Tétralogie de fallotTétralogie de fallot
Tétralogie de fallot
Sarah Hassam
 
Anomalies du retour veineux systémique
Anomalies du retour veineux systémiqueAnomalies du retour veineux systémique
Anomalies du retour veineux systémique
imma-dr
 
Anomalies du retour veineux systémique
Anomalies du retour veineux systémiqueAnomalies du retour veineux systémique
Anomalies du retour veineux systémique
imma-dr
 
Cardiopathies congenitales1
Cardiopathies congenitales1Cardiopathies congenitales1
Cardiopathies congenitales1Rose De Sable
 
Tamponade pericardique_pessinaba
 Tamponade pericardique_pessinaba Tamponade pericardique_pessinaba
Tamponade pericardique_pessinabasfa_angeiologie
 
274 Poly Pericardie Aigue
274 Poly Pericardie Aigue274 Poly Pericardie Aigue
274 Poly Pericardie AigueSalima Ali
 
troubles de conduction Dr Reghmit.pdf
troubles de conduction Dr Reghmit.pdftroubles de conduction Dr Reghmit.pdf
troubles de conduction Dr Reghmit.pdf
IdrissRG2
 
etats_de_choc pr bensfia.ppt
etats_de_choc pr bensfia.pptetats_de_choc pr bensfia.ppt
etats_de_choc pr bensfia.ppt
krimo4
 
Résumé cardio cathy
Résumé cardio cathyRésumé cardio cathy
Résumé cardio cathyJoseph_Gabel
 
Résumé cardio
Résumé cardioRésumé cardio
Résumé cardio
Joseph_Gabel
 
Bicuspidie aortique
Bicuspidie aortiqueBicuspidie aortique

Similaire à Insuffisance aortique (20)

Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)
 
Pcc
PccPcc
Pcc
 
Cardiopathies par obstacle du cœur gauche
Cardiopathies par obstacle du cœur gaucheCardiopathies par obstacle du cœur gauche
Cardiopathies par obstacle du cœur gauche
 
Coarctation Aortique
Coarctation AortiqueCoarctation Aortique
Coarctation Aortique
 
Péricardites chroniques constrictives
Péricardites chroniques constrictivesPéricardites chroniques constrictives
Péricardites chroniques constrictives
 
Pathologie cardio-vasculaire
Pathologie cardio-vasculairePathologie cardio-vasculaire
Pathologie cardio-vasculaire
 
Tétralogie de fallot
Tétralogie de fallotTétralogie de fallot
Tétralogie de fallot
 
Anomalies du retour veineux systémique
Anomalies du retour veineux systémiqueAnomalies du retour veineux systémique
Anomalies du retour veineux systémique
 
Anomalies du retour veineux systémique
Anomalies du retour veineux systémiqueAnomalies du retour veineux systémique
Anomalies du retour veineux systémique
 
Cardiopathies congenitales1
Cardiopathies congenitales1Cardiopathies congenitales1
Cardiopathies congenitales1
 
Tamponade pericardique_pessinaba
 Tamponade pericardique_pessinaba Tamponade pericardique_pessinaba
Tamponade pericardique_pessinaba
 
Im (pr. latreche)
Im (pr. latreche)Im (pr. latreche)
Im (pr. latreche)
 
274 Poly Pericardie Aigue
274 Poly Pericardie Aigue274 Poly Pericardie Aigue
274 Poly Pericardie Aigue
 
troubles de conduction Dr Reghmit.pdf
troubles de conduction Dr Reghmit.pdftroubles de conduction Dr Reghmit.pdf
troubles de conduction Dr Reghmit.pdf
 
etats_de_choc pr bensfia.ppt
etats_de_choc pr bensfia.pptetats_de_choc pr bensfia.ppt
etats_de_choc pr bensfia.ppt
 
Résumé cardio
Résumé cardio Résumé cardio
Résumé cardio
 
Résumé cardio cathy
Résumé cardio cathyRésumé cardio cathy
Résumé cardio cathy
 
Résumé cardio
Résumé cardioRésumé cardio
Résumé cardio
 
Résumé cardio
Résumé cardioRésumé cardio
Résumé cardio
 
Bicuspidie aortique
Bicuspidie aortiqueBicuspidie aortique
Bicuspidie aortique
 

Insuffisance aortique

  • 1. Préparé par Dr S.Bendjaballah Maitre de conférence B en chirurgie cardio-vasculaire Service de chirurgie cardiaque, EHS Dr Djeghri Mokhtar Constantine /Algérie
  • 2. Plan du cours I. Définition II. Intérêt de la Question III. Anatomie de la valve aortique IV. Etiologies V. Anatomopathologie VI. Physiopathologie VII. Clinique VIII. Paraclinique IX. Formes cliniques X. Evolution et complications XI. Diagnostic différentiel XII. Traitement XIII. Résultats XIV. Conclusion
  • 3. Définition :  Reflux de sang de l'aorte vers le VG pendant la diastole, par défaut d'étanchéité des sigmoïdes aortiques.
  • 4. Intérêt de la Question : -Troisième valvulopathie en prévalence dans le monde occidental (derrière la sténose aortique et l’insuffisance mitrale) : environ 10 % des valvulopathies natives sont des insuffisances aortiques pures. - Prédominance masculine dans les IA pure. - Son étiologie est dominée par le RAA dans notre pays. - Son diagnostic est clinique et écho-cardiographique. - Son traitement est chirurgical et repose sur le remplacement valvulaire aortique. - Son pronostic dépend du retentissement sur le VG.
  • 5. Anatomie de la valve aortique : - L’orifice aortique sépare la chambre de chasse du VG de l’aorte. - Circonférence : 6,5 à 7 cm, Diamètre : d’environ 2 cm, Surface : 3 à 4 cm². - La valve aortique est normalement composée de 03 sigmoïdes « Cusps » et de sinus de valsalva. - 02 antérieures en rapport avec les artères coronaires : sigmoïdes coronaires droite et gauche. - 01 postérieure : sigmoïde non coronaire. - Cette valve est en continuité fibreuse avec le feuillet antérieur de la valve mitrale et le septum membraneux. .
  • 6. Anatomie de la valve aortique :
  • 7. Anatomie de la valve aortique :
  • 8. Etiologies Insuffisance aortique rhumatismale  L’étiologie rhumatismale est fréquente dans les pays en voie de développement,  L’insuffisance aortique est rarement une atteinte isolée, Insuffisance aortique dystrophique (dégénérative)  L’insuffisance aortique dystrophique est devenue l’étiologie la plus fréquente dans les pays industrialisés ;  Elle associe à des degrés divers une atteinte valvulaire et une atteinte de la racine de l’aorte ; Insuffisance aortique sur bicuspidie  L’insuffisance aortique est liée aux contraintes mécaniques exercées sur le bord libre des feuillets Insuffisance aortique post endocardite infectieuse  L’insuffisance aortique est due à des lésions mutilantes des sigmoïdes aortiques (perforation, déchirure, abcès de l’anneau fistulisé dans le VG).
  • 9. Etiologies Insuffisance aortique associée aux cardiopathies congénitales -Syndrome de Laubry-Pezzi: CIV + Ins A°, à un rétrécissement aortique sous valvulaire. Insuffisance aortique post aortite inflammatoire -Autrefois, la cause principale était la syphilis tertiaire, -Actuellement représentée par la spondylarthrite ankylosante, maladie de Takayasu, PR, LED, maladie de Behçet .etc. Insuffisance aortique post dissection – Dissection d’une ou plusieurs sigmoïdes aortiques ; – Dissection de l’aorte ascendante (type I ou II de De Bakey) : dilatation de l’anneau aortique responsable de la fuite aortique.
  • 10. Etiologies Insuffisance aortique traumatique -Liée à un traumatisme direct, responsable d’une IA aigue. Insuffisance aortique postradique -Survient plusieurs années après une radiothérapie médiastinale, responsable d’un épaississement des sigmoïdes aortiques. Insuffisance aortique aigue médicamenteuse -Liée à des prises médicamenteuses au long cours responsables d’épaississement valvulaire, sont incriminés les anorexigènes (amphétamines) et les antimigraineux (dérivés d’ergot de seigle).
  • 12. Insuffisance aortique rhumatismale  Fusion des commissures, épaississement et une rétraction des bords libres.  Souvent, il existe des nodules de calcium des deux côtés des feuillets.  la symptomatologie clinique se manifeste tardivement.
  • 13. Insuffisance aortique dystrophique (dégénérative)  La calcification est abondante sur les feuillets de la valve aortique, épargne leur bord libre, mais peut parfois s’étendre à l’anneau mitral et au septum interventriculaire.  Habituellement, il n’existe pas de fusion des commissures.
  • 14. Insuffisance aortique sur bicuspidie  Elle se caractérise par une calcification généralement massive de l’ensemble des sigmoïdes aortiques, faite d’un dépôt calcaire irrégulier, souvent végétant et friable, responsable d’une sténose serrée.
  • 15. Insuffisance aortique post endocardite infectieuse  L’insuffisance aortique est due à des lésions mutilantes des sigmoïdes aortiques (perforation, déchirure, abcès de l’anneau fistulisé dans le VG).
  • 16. Physiopathologie : *La quantité de sang régurgitée dépend de 03 paramètres principaux : - Surface fonctionnelle de l'orifice aortique en diastole. - Gradient de pression diastolique entre aorte et VG. - Durée de la diastole.
  • 17. Physiopathologie : 1. IAo chronique : - La régurgitation lors de l'IAo provoque une surcharge diastolique du VG entraînant : - Une dilatation du VG. - Une hypertrophie s'installe pour maintenir un débit systémique. - Anomalie de la fonction diastolique : anomalie de la relaxation avec rigidité myocardique. - L'augmentation de la masse myocardique entraîne une de la consommation myocardique en O2 source d'ischémie myocardique surtout sous-endocardique, à l'effort. - A un stade tardif, La compliance diminue progressivement ainsi que la FE avec des PAPS.
  • 18. Physiopathologie : 2. IAo aiguë : - Dans ce cas le VG n'a pas le temps de s'adapter aux nouvelles conditions hémodynamiques. - 03 facteurs d'adaptation sont possibles mais rapidement dépassés : - Augmentation de la pré-charge. - Baisse de la pression aortique diastolique. - Tachycardie raccourcissant la diastole, diminuant donc la quantité de sang régurgité.
  • 19. Circonstances de découverte : 1-Insuffisance aortique aigue : -Dyspnée brutale ou OAP. 2. Insuffisance aortique chronique : - Découverte fortuite lors d’un examen symptomatique : Cas le plus fréquent car l’insuffisance aortique reste longtemps asymptomatique.
  • 20. Signes fonctionnels : Longue période asymptomatique, puis : - Dyspnée d'effort puis de repos. (à stadifier selon la classification de la New York Heart Association) - Angor d’effort (50% des cas spontané, nocturne). - Syncopes ou lipothymies. - Palpitation.
  • 21. Signes physiques : 1. Palpation : - Choc de pointe en « Dôme de Bard », dévié en bas et à gauche. 2. Auscultation : - Souffle holo-diastolique, doux, aspiratif, au 2e EIC droit irradiant vers la pointe et la xyphoïde. - Souffle systolique éjectionnel « d'accompagnement » par augmentation du VES.
  • 22. Signes physiques : - Click d'éjection proto-systolique, contemporain de l'ouverture des sigmoïdes. - Rarement « pistol shot » bruit méso-systolique : « signe de Traube » bruit claquant perçu niveau de l’artère fémorale - Roulement diastolique d'Austin Flint perçu à la pointe. - Bruit de galop : B3-B4.
  • 23. Signes périphériques : - Baisse de PAD, élévation de PAS : élargissement de la différentielle. - Pouls ample et bondissant « pouls de Corrigan ». - Hyper-pulsatilité carotide. - Mouvement rythmé de la tête par les battements des carotides « signe de Musset ». - Pouls capillaire visible au lit unguéal ou de la pulpe des doigts « signe de Quincke ». - Double souffle crural intermittent de Duroziez, à l'auscultation.
  • 24. Radiographie pulmonaire : - Cardiomégalie : débute aux dépens de l’arc inférieur gauche, avec une pointe sous-diaphragmatique. - Calcifications possibles au niveau de la valve aortique. - Dilatation de la racine aortique : élargissement de l’arc supérieur gauche, déroulement de la silhouette aortique, arc moyen gauche concave. - Signes d’insuffisance cardiaque : lignes B de Kerley, redistribution vasculaire vers l’apex, opacités alvéolaires périhilaires et hilifuges. -Signe de "sonnette" à la radioscopie.
  • 26. ECG : -Signes présents uniquement en cas d’insuffisance aortique chronique importante, peu spécifiques et très peu sensibles : ■ déviation axiale gauche (axe QRS entre 0 et – 30°) ; ■ surcharge volumétrique diastolique initialement : augmentation de l’amplitude de l’onde R, onde Q dans les dérivations latérales, ondes T positives ; ■ puis hypertrophie ventriculaire gauche systolique dans les formes avancées, avec ondes T négativées et segment ST sous-décalé en latéral.
  • 27. ECG : - Surcharge ventriculaire gauche diastolique : Augmentation des indices de Sokolow, Lewis et Cornell, avec des ondes T positives, amples, et pointues en précordiales gauches
  • 28. Echocardiographie doppler : Examen clef, permet : Diagnostic positif: - Séparation diastolique des valves aortiques. - Fluttering diastolique mitral. -Visualisation de la régurgitation au doppler couleur. Diagnostic étiologique : - IAo dystrophique : prolapsus valvulaire, dilatation de l’anneau. - IAo rhumatismale : sigmoïdes épaissis, rétractés, diastasis central. - IAo endocarditique : végétations, mutilation, abcès. - Bicuspidie.
  • 29. Echocardiographie doppler : - Quantification de la régurgitation : - Diamètre du jet à l’origine, vena contracta > 6 mm. - Temps de semi décroissance du gradient VG-Aorte (PHT < 350 ms). - Vitesse télé-diastolique au niveau de l’isthme aortique > 20cm/s. - Evaluation quantitative par l’analyse de la zone de convergence (PISA). - IAo sévère si : SOR > 30 mm², VR > 30ml, FR > 50 %. - Retentissement sur le VG : - Dilatation (DTD, DTS), hypertrophie (PP, SIV), fonction VG (FE, FR). - Rechercher de lésions associées :
  • 31.
  • 32.
  • 35. Echocardiographie transoesophagienne : -Pour préciser au mieux le mécanisme et l’importance. Incontournable dans l’insuffisance aortique aiguë importante. -Pour préciser l’extension d’une dissection aortique aiguë : échographie transoesophagienne au bloc opératoire de chirurgie cardiaque.
  • 36. Défaut de coaptation central en ETO • Diastole Systole
  • 38. Cathétérisme et angiographie : -Ont été supplantés par l’échocardiographie. - Ne sont indiquées qu’en cas de discordance entre les données cliniques et échocardiographiques.
  • 39. Examens Paracliniques : 6. TDM/ IRM: - Permettent une analyse plus précise de l’aorte ascendante (dissection, anévrysme). 7. Epreuve d’effort : - Permet une évaluation objective des symptômes et le dépistage des faux asymptomatiques. 6. Coronarographie pré op : - Age > 40 ans. - Femmes ménopausées. - Facteur de risque cardio-vasculaire.
  • 40. Formes Cliniques : 1. IAo aiguë : est très mal tolérée avec OAP et l'IC précoce. - Le souffle diastolique est bref et le cœur est peu ou pas augmenté de volume - A l’ETT : - VG peu non dilaté. - Augmentation rapide de la P°TDdu VG. - Fermeture prématurée de la valve mitrale. - PHT < 200 ms et augmentation de la PAPS. 2. Forme avec régurgitation minime : - Parfaitement tolérée pendant longtemps en absence de complications (endocardite).
  • 41. Formes Cliniques : 3. Forme avec régurgitation massive : - Signes périphériques très marqués, PAD très basse, douleurs angineuses fréquentes, dilatation VG importante, l'évolution vers l'IC est rapide. 4. Forme associée: - A un RAo réalisant la « maladie aortique ». - A une atteinte mitrale réalisant les plus grosses cardiomégalies globales.
  • 42. Evolution / Complications : - L’évolution dépend de l’étiologie, du volume régurgité, du mode de début, du degré de tolérance hémodynamique et de l’existence de lésions associées (coronariennes). - L’IAo aiguë est rapidement mal tolérée par OAP et insuffisance cardiaque. - L’IAo chronique est longtemps bien tolérée, mais en l’absence de trt elle évolue vers les complications.
  • 43. Evolution / Complications : A. Complications en fonction de l'étiologie : - IAo dystrophique avec anévrisme de l’aorte ascendante : risque de rupture et de dissection. - Aortite : - coronarite ostiale (en cas de syphilis). B. Complications communes : - Endocardite infectieuse. - IVG. - Troubles du rythme ventriculaire. - Mort subite.
  • 44. Diagnostic Différentiel : Souffle diastolique : - Roulement diastolique d'un RM. - Souffle continu d'une PCA. - Insuffisance pulmonaire.
  • 45. Traitement : A. But : - Restaurer l’étanchéité de la valve aortique. - Préserver la fonction VG. - Eviter les complications. B. Moyens : 1. Traitement Médical : en attente de la chirurgie. - Traitement de l’IVG : mesures hygiéno-diététiques, digitalique, diurétique, IEC. - Les vasodilatateurs peuvent être utilisés en l’absence d’IC. - Les Bêtabloquants peuvent être utilisés en cas de dilatation de l'aorte ascendante, Marfan. - Traitement et prévention de l'endocardite infectieuse (Antibiothérapie adaptée). 2. Traitement chirurgical :
  • 46. Traitement :  Traitement chirurgical: *Remplacement valvulaire simple par prothèse mécanique ou biologique en cas d‘IAo valvulaire isolée. *Remplacement valvulaire associé à un remplacement de l‘Ao ascendante avec réimplantation des coronaires en cas d‘IAo dystrophique.
  • 47. TRT chirurgical de l’IA : Modalités • Remplacement valvulaire aortique – Prothèse mécanique – Bioprothèse • Remplacement de l’aorte ascendante – Avec remplacement de la valve aortique : Bentall – Avec conservation de la valve aortique : • Tyron David • Yacoub
  • 48. Indications : - Tout patient symptomatique. - Patient asymptomatique si : - ICT > 0,58. - DTS > 55mm, DTD > 70 mm. - FE < 50 %, FR < 25 %. - VTS > 120 ml/m², VTD > 200 ml/m2. - Patient asymptomatique + pathologie pariétale aortique (diamètre de l'aorte ascendante > 55 mm ou > 50 mm si Marfan ou Bicuspidie ou progression du diamètre au cours du suivi > 5 mm/ an). - Patient asymptomatique associé à une autre valvulopathie ou coronaropathie nécessitant un geste chirurgical. - IAo aiguë si mauvaise tolérance hémodynamique et incapacité des antibiotiques à contrôler le processus infectieux (endocardite).
  • 49. Résultats : -Mortalité opératoire : 3 -5 %. -Résultat fonctionnel : L'amélioration est la règle chez les patients qui avaient une fonction VG peu déprimée en préopératoire avec disparition de la symptomatologie, diminution du volume et de la masse du VG (volume : 1 - 2 ans, masse VG : plusieurs années). - A distance : Survie : - 70 - 85 % à 5 ans. - 60 - 70 % à 10 ans. - 40 - 50 % à 15 ans.