La nouvelle réglementation Bâle III
implique-t-elle un changement des
business models bancaires ?
Conférence Arrow Institu...
Animateur : Gildas Pendezec
• Directeur Organisation, Cost Manager et Procédures dans un petit
établissement bancaire :
 ...
1. Optimisation des ratios : Les marges de manœuvre
2. Guerre des dépôts : L’épargne des particuliers au cœur des
préoccup...
Rappels : La réglementation Bâloise, dans sa version Bâle III, implique :
• Un ratio de solvabilité plus élevé
• La créati...
Le ratio de solvabilité
Rappel : Ratio CET 1 + Tier 1 + Tier 2 = 10,5 %
Les marges de manœuvre possibles sont les suivante...
Le ratio de levier
Rappel : 3% en 2018
• Les banques européennes, et notamment françaises présentent des tailles
de bilan ...
Le ratio de levier
Rappel : 3% en 2018
• Compte tenu de l’absence de pondération par les risques de ce ratio
(dénominateur...
Rappel : LCR > 60% en 2015 et 100% en 2019
Le gap se devant d’être comblé par les Banques pour atteindre un LCR de 100 %
(...
• HQLA de niveau 1 dans leur seconde composante (titres d’emprunt d’Etat ou
dettes privée très bien notée), technique esse...
• Mais, de façon générale, la clé la plus viable pour maîtriser le LCR :
Diversifier les sources de financement afin de ré...
NSFR : Net Stable Funding Ratio
Rappel : 100% en 2018
Les pistes pouvant être explorées sont les suivantes :
• Diversifier...
1. Optimisation des ratios : Les marges de manœuvre
2. Guerre des dépôts : L’épargne des particuliers au cœur des
préoccup...
Un contexte incitatif
• La crise de liquidité qui a frappé les banques et les états de la zone euro a
montré une nouvelle ...
• A court terme, les banques peuvent optimiser les ressources existantes en
incitant leurs clients à arbitrer entre les pr...
Impacts de politique commerciale
Cet objectif affiché de la profession de pérenniser ses ressources par une
augmentation d...
Impacts de politique commerciale
Bilan des 5 plus grandes banques françaises
Impacts de politique commerciale
 On constate ainsi une forte concurrence entre les établissements qui
cherchent à attire...
Impacts de politique commerciale
Rebâtir un lien de proximité avec le client, interagir autrement et de
manière différenci...
Impacts internes
2. De nouvelles interactions et remontées d’information sont à établir
entre les directions commerciales ...
Impacts internes
Afin d’intégrer ces nouvelles problématiques, les directions financières
travaillent sur la structuration...
Impacts processus
3. Enfin, la collecte se traduit par une revalorisation de la
connaissance du client mais en revêtant un...
1. Optimisation des ratios : Les marges de manœuvre
2. Guerre des dépôts : L’épargne des particuliers au cœur des
préoccup...
Impacts sur les métiers bancaires
• La nouvelle définition des fonds propres, l’augmentation de la pondération des
risques...
Leviers d’adaptation
• Pour les banques européennes, les leviers d’adaptation à ce nouvel
environnement sont limités
 Rép...
Leviers d’adaptation
• La captation de l’épargne posera un réel dilemme pour les banques :
 D’un côté, l’épargne devient ...
Leviers d’adaptation
• Globalement, les banques ont opté pour une réduction de leur bilan, le
développement de méthodes de...
BFI : Distribution de crédit
• Au lieu d’assurer la création du crédit et son suivi, les banques initient les crédits
aupr...
BFI : Financement de l’économie
• Certaines activités de la BFI vont disparaitre pour laisser place à de nouveaux
modes d’...
BFI : Financement de l’économie
• Concernant le financement des collectivités locales, les banques, même
avant Bâle III, n...
BFI : Activités de marché
• Le ratio de fonds propres imposé par Bâle III conduit les banques à limiter très
fortement cer...
BFI : Effectifs
• De façon générale, on constate un redéploiement des fonctions :
 Chargés d’affaires et Back-Offices : L...
BFI : Synthèse
Banque de détail : Aspects généraux
• Avec Bâle III, les banques de détail se doivent de :
 innover avec des produits d’é...
Banque de détail : Distribution de crédit
• Les banques opèrent avec une plus grande sélectivité dans les
catégories de pr...
Banque de détail : Effectifs
• L’impact concret pour les employés de banque de détail apparaît à ce
stade très limité :
 ...
Banque de détail : Synthèse
Banque Privée
• La gestion de patrimoine « consomme » peu de fonds propres puisque
d’une part, les engagements portent sur...
Banque Privée: Effectifs
• L’impact concret pour les employés de banque privée est assez limité :
 Conseillers en gestion...
1. Optimisation des ratios : Les marges de manœuvre
2. Guerre des dépôts : L’épargne des particuliers au cœur des
préoccup...
Stress Tests : Aspects généraux
• Les Stress Tests ont porté sur 124 banques européennes, représentant
82% du total des ac...
Stress Tests : Aspects généraux
• Méthode utilisée :
 AQR (Asset Quality Review) : Revue des bilans bancaires (audit) axé...
Stress Tests : Résultats
• 25 banques ont échoué à l’examen, mais seules 13 d’entre elles ont été
recalées, les douze autr...
Stress Tests : Conclusions
• Un secteur bancaire européen qui fait état d’une certaine fragilité (136
milliards d’euros de...
Conclusion
• Bâle 2 a été pour les acteurs bancaires un projet de mise en conformité
rapprochant la vision réglementaire d...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La nouvelle réglementation Bâle III implique-t-elle un changement des business models bancaires?

775 vues

Publié le

2014 gildas pendezec
Conférences Arrow institute par conferences institute
http://conferences-institute.eu/

0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
775
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
23
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Liquidity Coverage Ratio : Quantité minimale d’actifs liquides (de haute qualité = HQLA) dont les banques doivent disposer pour faire face à des sorties de trésorerie (net cash outflows) provoquées par une crise de liquidité s’étendant sur 30 jours
    Net Stable Funding Ratio : impose l’adossement de ressources stables aux emplois bancaires à plus d’un an
  • Liquidity Coverage Ratio : Quantité minimale d’actifs liquides (de haute qualité = HQLA) dont les banques doivent disposer pour faire face à des sorties de trésorerie (net cash outflows) provoquées par une crise de liquidité s’étendant sur 30 jours
    Net Stable Funding Ratio : impose l’adossement de ressources stables aux emplois bancaires à plus d’un an
  • Ratio issu de la culture financière américaine (expositions sont brutes et non pas pondérées par les risques)
    Ratio de levier : fonds propres / engagements bilan et HB bruts, ie non pondérés par les risques (c’est ce que font les américains) ratio simple, transparent, non pondéré par le risque, jouant le rôle de mesure complémentaire aux exigences de capital directement liées aux risques
    Exposition bilan nettes + produits dérivés en valeur de marché + autres éléments hors bilan
    A pour but d’éviter un levier excessif chez les banques qui respectent le ratio de solvabilité réglementaire. Réduire l’effet de levier
    Eviter que les banques ne distribue sans limite du crédit, l’idée est de capper cette capacité par un certain niveau de fonds propres
    Or le système bancaire, qui avait accumulé un effet de levier important au bilan et hors bilan, a vu la rentabilité de ses actifs diminuer fortement au moment de la crise financière de 2008. Afin de pouvoir faire face à leurs échéances de remboursement, les banques ont été amenées à céder leurs actifs non rentables, ce qui a accentué les pressions baissières sur les prix des actifs amplifiant ainsi la spirale des pertes, l'érosion de leurs fonds propres et la contraction de l'offre de crédit. Le Comité de Bâle a donc décidé de limiter l'effet de levier dans le secteur bancaire afin d'atténuer le risque que son inversion fait peser sur la stabilité du système financier
  • Ratio issu de la culture financière américaine (expositions sont brutes et non pas pondérées par les risques)
    Ratio de levier : fonds propres / engagements bilan et HB bruts, ie non pondérés par les risques (c’est ce que font les américains) ratio simple, transparent, non pondéré par le risque, jouant le rôle de mesure complémentaire aux exigences de capital directement liées aux risques
    Exposition bilan nettes + produits dérivés en valeur de marché + autres éléments hors bilan
    A pour but d’éviter un levier excessif chez les banques qui respectent le ratio de solvabilité réglementaire. Réduire l’effet de levier
    Eviter que les banques ne distribuent sans limite du crédit, l’idée est de capper cette capacité par un certain niveau de fonds propres
    Or le système bancaire, qui avait accumulé un effet de levier important au bilan et hors bilan, a vu la rentabilité de ses actifs diminuer fortement au moment de la crise financière de 2008. Afin de pouvoir faire face à leurs échéances de remboursement, les banques ont été amenées à céder leurs actifs non rentables, ce qui a accentué les pressions baissières sur les prix des actifs amplifiant ainsi la spirale des pertes, l'érosion de leurs fonds propres et la contraction de l'offre de crédit. Le Comité de Bâle a donc décidé de limiter l'effet de levier dans le secteur bancaire afin d'atténuer le risque que son inversion fait peser sur la stabilité du système financier
  • Objectif : Dépendance réduite vis-à-vis des marchés financiers + Plus grande maturité et plus grande stabilité du passif
    MAIS :
    - Diminution de la rentabilité du portefeuille d’actifs et augmentation des prix des dépôts réduit le ROE des banques
    - Concurrence exacerbée pour des dépôts stables au prix plus élevé
  • Objectif : Promouvoir auprès des banques une gestion de moyen à long terme de leur besoin en liquidité
    NSFR des 5 plus grandes banques françaises : 72%
    Le NSFR oblige les banques à disposer de ressources longues alors que leur métier traditionnel s'exerce justement à travers leur rôle de transformation (les banques accordent essentiellement des prêts à moyen long terme mais elles se financent à court terme via les dépôts, la collecte d'épargne liquide ou le recours au marché monétaire)
  • Objectif : Promouvoir auprès des banques une gestion de moyen à long terme de leur besoin en liquidité
    Ex : Jean Criton, directeur général de Banque Populaire Rives de Paris, vendredi 13 avril en marge de la présentation des résultats de cet établissement régional. Concrètement, certains produits d'épargne sur lesquels les clients sont libres de retirer de l'argent pourraient à l'avenir comporter des pénalités en cas de retraits les premières années ou une durée de préavis minimum avant un rertait. L'objectif est que l'épargne puisse rentrer dans la catégorie des "ressources stables qui permettent de financer des crédits longs".
  • les Français ont un taux d'épargne très élevé (autour de 17%) mais la moitié est captée par l'immobilier et pour la part restante, l'assurance vie tient encore une très large part. Trop large selon les banquiers, qui cherchent par tous les moyens à faire basculer cette épargne de l'assurance vie, qui est comptabilisée hors du bilan bancaire, vers des produits qui eux, figurent dans le bilan de la banque.
    Aujourd’hui 55% des encours d’assurance-vie en France sont détenus par des acteurs de bancassurance. Sur un encours global d’environ €1300 milliards, cela représente un encours de €715 milliards  auprès des acteurs de bancassurance.
    Le rapatriement des encours d’assurance-vie dans le bilan de ces banques feraient progresser le ratio NSFR de plus de 20 points (72% -> 92%)
  • Aujourd’hui 55% des encours d’assurance-vie en France sont détenus par des acteurs de bancassurance. Sur un encours global d’environ €1300 milliards, cela représente un encours de €715 milliards  auprès des acteurs de bancassurance.
    Le rapatriement des encours d’assurance-vie dans le bilan de ces banques feraient progresser le ratio NSFR de plus de 20 points (72% -> 92%)
    Hypothèse pas complètement farfelue : La génération des papy-boomers, très consommatrice de produits d’assurance-vie, devrait enclencher progressivement un rachat de leurs contrats. A cela s’ajoute un constat : plus de 60% des contrats d’assurance-vie ont atteint les huit années (seuil au-delà duquel l’avantage fiscal reste identique dans le temps).
  • les Français ont un taux d'épargne très élevé (autour de 17%) mais la moitié est captée par l'immobilier et pour la part restante, l'assurance vie tient encore une très large part. Trop large selon les banquiers, qui cherchent par tous les moyens à faire basculer cette épargne de l'assurance vie, qui est comptabilisée hors du bilan bancaire, vers des produits qui eux, figurent dans le bilan de la banque.
    Aujourd’hui 55% des encours d’assurance-vie en France sont détenus par des acteurs de bancassurance. Sur un encours global d’environ €1300 milliards, cela représente un encours de €715 milliards  auprès des acteurs de bancassurance.
    Le rapatriement des encours d’assurance-vie dans le bilan de ces banques feraient progresser le ratio NSFR de plus de 20 points (72% -> 92%)
  • fidélisation (à coup de bonus de rendement, de promotions et de réductions) au plus grand profit de leurs clients les plus anciens
    -> Monabanq : livret évolutif dont la rémunération progresse au fur et à mesure du temps, afin d’attribuer une prime à la fidélité de la clientèle
    -> Comptes courant rémunérés (plus rares)
    -> Cadeaux de bienvenue (parainnages)
  • Il se préfigure une évolution assez importante au niveau de cette activité avec un
    environnement reconfiguré et un business model « réinitialisé ». Les banques vont en effet
    passer d’un modèle de rentabilité pérenne (actuellement, lorsqu’un crédit est réalisé, les
    intérêts permettent de générer un revenu récurrent et assuré aux banques de façon
    annuelle) à un modèle dans lequel le PNB sera remis en cause tous les ans. Les banques
    ne seront plus porteuses du crédit et ne percevront donc plus des intérêts réguliers mais
    uniquement des commissions.
    Les banques souhaitent-elles « sous-traiter » une partie des crédits qu’elles
    octroient aux entreprises ? Plusieurs projets ont déjà été financés selon ce nouveau type de
    montage (tel que Bonduelle financé auprès de Predica et de la CACIB, Crédit du Nord).
    Parmi les entreprises demandant un financement, seulement 10% du portefeuille des
    banques pourrait être éligible à un financement en partie distribué. Or, ces 10% représentent
    les entreprises les plus rentables et les moins risquées pour la banque. Se séparer
    partiellement de ces clients constitue un manque à gagner non négligeable et dégrade la
    qualité du portefeuille de la banque. C’est en partie pour cette raison que les banques
    commencent timidement le déploiement de ce nouveau mode opératoire
    Cette évolution ne sera pas sans impact pour les clients. En effet, ces derniers réussissaient
    à obtenir une certaine flexibilité avec leur banquier dans le cadre de crédits comprenant des
    covenants (règles à respecter). Demain, ils devront conjuguer avec un investisseur qui sera
    sans doute plus exigeant et rigide que ne l’était leur banquier.
  • Le récent rapport de la BRI (Banque des règlements internationaux) confirme que le financement de long terme et particulièrement les activités de projet sont en réduction substantielle en Europe.
  • la vente de produits à des institutionnels est une nouvelle façon de procéder et va nécessiter des compétences complémentaires pour
    les chargés d’affaires
  • la vente de produits à des institutionnels est une nouvelle façon de procéder et va nécessiter des compétences complémentaires pour
    les chargés d’affaires
  • Même si le crédit immobilier est à un taux très bas, on peut penser que l’évolution générera
    plutôt un renchérissement du coût (le prêt ne pouvant plus être considéré comme un produit
    d’appel mais devenant une opération devant être bénéficiaire) et surtout un
    raccourcissement de la durée du crédit. De fait, les banques ont déjà tendance à prêter sur
    des périodes plus courtes.
  • Même si le crédit immobilier est à un taux très bas, on peut penser que l’évolution générera
    plutôt un renchérissement du coût (le prêt ne pouvant plus être considéré comme un produit
    d’appel mais devenant une opération devant être bénéficiaire) et surtout un
    raccourcissement de la durée du crédit. De fait, les banques ont déjà tendance à prêter sur
    des périodes plus courtes.
  • Même si le crédit immobilier est à un taux très bas, on peut penser que l’évolution générera
    plutôt un renchérissement du coût (le prêt ne pouvant plus être considéré comme un produit
    d’appel mais devenant une opération devant être bénéficiaire) et surtout un
    raccourcissement de la durée du crédit. De fait, les banques ont déjà tendance à prêter sur
    des périodes plus courtes.
  • Même si le crédit immobilier est à un taux très bas, on peut penser que l’évolution générera
    plutôt un renchérissement du coût (le prêt ne pouvant plus être considéré comme un produit
    d’appel mais devenant une opération devant être bénéficiaire) et surtout un
    raccourcissement de la durée du crédit. De fait, les banques ont déjà tendance à prêter sur
    des périodes plus courtes.
  • Même si le crédit immobilier est à un taux très bas, on peut penser que l’évolution générera
    plutôt un renchérissement du coût (le prêt ne pouvant plus être considéré comme un produit
    d’appel mais devenant une opération devant être bénéficiaire) et surtout un
    raccourcissement de la durée du crédit. De fait, les banques ont déjà tendance à prêter sur
    des périodes plus courtes.
  • Même si le crédit immobilier est à un taux très bas, on peut penser que l’évolution générera
    plutôt un renchérissement du coût (le prêt ne pouvant plus être considéré comme un produit
    d’appel mais devenant une opération devant être bénéficiaire) et surtout un
    raccourcissement de la durée du crédit. De fait, les banques ont déjà tendance à prêter sur
    des périodes plus courtes.
  • Même si le crédit immobilier est à un taux très bas, on peut penser que l’évolution générera
    plutôt un renchérissement du coût (le prêt ne pouvant plus être considéré comme un produit
    d’appel mais devenant une opération devant être bénéficiaire) et surtout un
    raccourcissement de la durée du crédit. De fait, les banques ont déjà tendance à prêter sur
    des périodes plus courtes.
  • Même si le crédit immobilier est à un taux très bas, on peut penser que l’évolution générera
    plutôt un renchérissement du coût (le prêt ne pouvant plus être considéré comme un produit
    d’appel mais devenant une opération devant être bénéficiaire) et surtout un
    raccourcissement de la durée du crédit. De fait, les banques ont déjà tendance à prêter sur
    des périodes plus courtes.
  • Même si le crédit immobilier est à un taux très bas, on peut penser que l’évolution générera
    plutôt un renchérissement du coût (le prêt ne pouvant plus être considéré comme un produit
    d’appel mais devenant une opération devant être bénéficiaire) et surtout un
    raccourcissement de la durée du crédit. De fait, les banques ont déjà tendance à prêter sur
    des périodes plus courtes.
  • La nouvelle réglementation Bâle III implique-t-elle un changement des business models bancaires?

    1. 1. La nouvelle réglementation Bâle III implique-t-elle un changement des business models bancaires ? Conférence Arrow Institute 20 novembre 2014
    2. 2. Animateur : Gildas Pendezec • Directeur Organisation, Cost Manager et Procédures dans un petit établissement bancaire :  Background : Audit financier, Expertise Comptable, Risques, Conseil en organisation et stratégie  Sponsoring et Direction des projets de la Banque  Membre du Comité de Direction, du Comité des Risques, du Comité Risques Opérationnels et du Comité Fraudes  Référent sur les problématiques Risques
    3. 3. 1. Optimisation des ratios : Les marges de manœuvre 2. Guerre des dépôts : L’épargne des particuliers au cœur des préoccupations 3. Impacts sur les métiers bancaires 4. Focus sur les Stress Tests : Des résultats globalement satisfaisants Sommaire
    4. 4. Rappels : La réglementation Bâloise, dans sa version Bâle III, implique : • Un ratio de solvabilité plus élevé • La création d’un ratio de levier • L’augmentation de la pondération du risque de contrepartie sur certaines classes d’actifs • La création d’un ratio de liquidité à 30 jours (LCR) et d’un ratio de liquidité à long terme (NSFR), afin de rendre le système bancaire moins dépendant de la BCE en temps de crise Face à ces contraintes supplémentaires, les établissements financiers disposent d’un certain nombre de leviers pour se conformer à ces différents éléments Optimisation des ratios : Les marges de manœuvre
    5. 5. Le ratio de solvabilité Rappel : Ratio CET 1 + Tier 1 + Tier 2 = 10,5 % Les marges de manœuvre possibles sont les suivantes : • Rétention des bénéfices (réinvestissement) • Distribution limitée de dividendes • Augmentation de capital • Emission d’instruments convertibles en actions et conversion de ces instruments dès que le ratio de fonds propres tombe en-dessous d’un seuil prédéfini • Réduction de la taille du bilan (ex : titres de participation minoritaires) • Assainissement du capital (cession progressive des titres hybrides) Pour se conformer à Bâle III, les banques universelles ont généralement un besoin en capital plus élevé, leurs niveaux de fonds propres étant plus faible. A contrario, les banques d’investissement bénéficient généralement d’un haut niveau de ratio de solvabilité
    6. 6. Le ratio de levier Rappel : 3% en 2018 • Les banques européennes, et notamment françaises présentent des tailles de bilan plus importantes que dans d’autres pays, en raison notamment du traitement plus strict des produits dérivés en normes internationales (marked to market). • Les établissements bancaires français sont actuellement en cours de restructuration de leurs activités, afin de baisser leur effet de levier, un coût important difficile à assumer. • La limitation de l’effet de levier incite les banques à réduire leur taille de bilan, notamment en : – diminuant le montant de leurs crédits clientèle / prêts interbancaires – diminuant les dérivés de crédit
    7. 7. Le ratio de levier Rappel : 3% en 2018 • Compte tenu de l’absence de pondération par les risques de ce ratio (dénominateur) : – Les actifs risqués sont encouragés, pour compenser la perte de rentabilité due à la diminution des actifs. Ainsi, les actifs de très haute qualité et très risqués sont privilégiés. – Les actifs à faible risque (ex : crédit immobilier) ne sont pas encouragés • Points d’attention :  Probabilité de devoir maintenir un niveau de ratio supérieur au seuil défini par les régulateurs sous la pression du marché et des agences de notation  Discussions en cours pour porter ce ratio à 4 voire 5%
    8. 8. Rappel : LCR > 60% en 2015 et 100% en 2019 Le gap se devant d’être comblé par les Banques pour atteindre un LCR de 100 % (2019) est relativement limité : Les banques commerciales sont celles dont le ratio est le plus faible, reflétant la maturité moyenne de leur portefeuille de prêts. Selon les études menées par l’EBA, l’ajustement s’est, jusqu’à présent, concentré largement sur le renforcement des actifs liquides plutôt que sur la baisse des flux nets de trésorerie. •HQLA de niveau 1 dans leur première composante (cash et réserves excédentaires en banque centrale) -> Cette part représente environ 50% des HQLA à fin 2013 (toutes banques) LCR : Liquidity Coverage Ratio
    9. 9. • HQLA de niveau 1 dans leur seconde composante (titres d’emprunt d’Etat ou dettes privée très bien notée), technique essentiellement utilisée en Europe du Sud : • La baisse du dénominateur du ratio se heurte à 3 contraintes :  Diminution des maturités des prêts  L’allongement de la maturité des dépôts ou des emprunts à l’égard de la clientèle non financière  Difficulté à réduire les dettes interbancaires (en blanc) à très court terme (outflows) sans réduire les prêts de même nature (inflows) LCR : Liquidity Coverage Ratio
    10. 10. • Mais, de façon générale, la clé la plus viable pour maîtriser le LCR : Diversifier les sources de financement afin de réduire toute dépendance à un type de ressources Cette contrainte est d’autant plus « inconfortable » pour les banques françaises qui ont tendance à réaliser des opérations « hors bilan », non prises en compte comme une liquidité détenue (notamment l’assurance vie, i.e. placement préféré des français et des banquiers). D’autre part, la fermeture du marché interbancaire a contribué à générer la crise récente et ne facilitera pas les accès à la liquidité à l’avenir LCR : Liquidity Coverage Ratio
    11. 11. NSFR : Net Stable Funding Ratio Rappel : 100% en 2018 Les pistes pouvant être explorées sont les suivantes : • Diversifier des sources de financement, comme pour le LCR, afin de réduire toute dépendance à un type particulier de ressources (ex : dépôts à vue -> mais forte concurrence et contrainte d’existence d’un réseau) • Détenir un montant élevé de ressources à moyen terme (d’une maturité supérieure à un an). Ex : Emission de financements à long terme plutôt qu’à court terme -> mais implique de payer le Term Premium • Augmenter les dépôts en privilégiant la Banque de Détail, et diminuer les actifs -> peut s’avérer coûteux en termes de rentabilité et de part de marché • Favoriser les actifs à haut degré de stabilité estimé a l’horizon d’un an La combinaison subtile à trouver dépend des spécificités individuelles de chaque banque et des conditions de marché
    12. 12. 1. Optimisation des ratios : Les marges de manœuvre 2. Guerre des dépôts : L’épargne des particuliers au cœur des préoccupations 3. Impacts sur les métiers bancaires 4. Focus sur les Stress Tests : Des résultats globalement satisfaisants Sommaire
    13. 13. Un contexte incitatif • La crise de liquidité qui a frappé les banques et les états de la zone euro a montré une nouvelle fois la volatilité des ressources issues des marchés financiers :  Les fonds monétaires américains ont massivement réduit leurs expositions à la dette bancaire européenne  Aujourd’hui la crise de confiance reste intacte, obligeant la BCE à intervenir régulièrement  Le marché souhaite que les nouvelles mesures réglementaires Bâle III soient appliquées au plus tôt Tout cela incite les banques a se tourner vers des ressources plus stables (cf NSFR) comme l’épargne des particuliers
    14. 14. • A court terme, les banques peuvent optimiser les ressources existantes en incitant leurs clients à arbitrer entre les produits, par exemple :  Transformation des OPCVM monétaires en comptes à terme  Transformation de l’assurance vie en épargne réglementée ou en proposant de nouveaux/anciens produits (ex : nantissement de dépôt, avances sur titres) • Les banques peuvent également revoir le modèle de leurs produits d’épargne classique afin de les faire rentrer dans la catégorie des ressources stables • A plus long terme, les banques devront partir à la conquête de l’épargne soit en créant de nouvelles relations soit en maximisant leur part de portefeuille des relations existantes (fidélisation) En synthèse, ce nouveau contexte pousse les acteurs plus que jamais à devenir la première banque de leurs clients Une épargne recherchée
    15. 15. Impacts de politique commerciale Cet objectif affiché de la profession de pérenniser ses ressources par une augmentation des dépôts de sa clientèle nécessite 3 profonds changements : 1. Une réaffectation de l’épargne clientèle hors-bilan vers des produits pourvoyeurs de liquidité  A titre d’exemple, même si l’assurance-vie constitue un marché très rentable, les banques ont tout intérêt à réorienter l’épargne de leurs clients vers les livrets. En effet, cette liquidité reste au bilan des banques qui en dispose comme elle le souhaite pour offrir des crédits.
    16. 16. Impacts de politique commerciale Bilan des 5 plus grandes banques françaises
    17. 17. Impacts de politique commerciale  On constate ainsi une forte concurrence entre les établissements qui cherchent à attirer dans leurs réseaux de l’épargne avec :  Multiplication des livrets à taux boosté (avec des conditions de provenance externe des liquidités)  Développement de la distribution d’émissions obligataires (habituellement réservé aux opérateurs de marché).  Développement de l’épargne à terme  Sur l’épargne à terme : Les moyens d’action diffèrent selon la maturité des CAT :  CAT arrivant à échéance avant 2015 -> demande de renouvellement assortie d’un nouveau contrat contenant des clauses restrictives et dissuasives conformes aux exigences de Bâle III.  CAT arrivant à échéance après 2015 -> actions commerciales spécifiques afin de transformer leur CAT actuel en CAT « Bâle III conforme » pour ne pas qu’il grève le niveau du ratio lors de sa date de mise en application Dans les deux cas, la mise en conformité des CAT en vie pourrait se traduire par une hausse des taux offerts afin de compenser l’instauration de clauses plus rigides vis-à-vis des clients.
    18. 18. Impacts de politique commerciale Rebâtir un lien de proximité avec le client, interagir autrement et de manière différenciée pour fonder une relation qui ne soit pas « uniquement construite » sur l’octroi de crédits. Au niveau des forces de vente, ces réformes ont un impact sur un ensemble de processus : Modalités de vente Méthodologie de valorisation des commerciaux Modes de rémunération. Cela dit, ces différents chantiers restent encore peu matures.
    19. 19. Impacts internes 2. De nouvelles interactions et remontées d’information sont à établir entre les directions commerciales et les directions financières La collecte d’épargne nécessite d’être mieux suivie et modélisée, afin d’être en mesure d’en prévoir les évolutions. Au regard de Bâle III, la prédictibilité et la stabilité des ressources sont liées à ces effets prévisionnels. En effet, l’épargne bénéficie d’un coût en termes de liquidité qui est dépendant de plusieurs facteurs : 1. La nature des produits d’épargne : Par exemple les dépôts à terme ne permettant pas aux clients de se retirer facilement coûtent moins cher en liquidité 2. La relation avec le client : Bien évidemment une relation établie entre le déposant et son banquier assure une plus grande stabilité des dépôts 3. La typologie de compte : Les clients ont plus de mal à retirer leurs liquidités en cas d’utilisation courante du compte.
    20. 20. Impacts internes Afin d’intégrer ces nouvelles problématiques, les directions financières travaillent sur la structuration de nouveaux produits d’épargne Si ces transformations sont aujourd’hui nécessaires à un pilotage fin de la collecte clientèle, elles présentent encore un niveau d’avancement faible chez les différents acteurs.
    21. 21. Impacts processus 3. Enfin, la collecte se traduit par une revalorisation de la connaissance du client mais en revêtant une nouvelle dimension :  Processus KYC (nature et provenance des fonds)  Obligations en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LAB/FT)  Détection de fraude fiscale  Devoir de conseil • Cette « quête de bonne liquidité », s’intègre dans une réflexion de fond, de pérennisation de la collecte des particuliers et des entreprises, au-delà des facilités ponctuelles que peuvent offrir les marchés ou la BCE (ex : TLTRO) • Ces liquidités font également l’objet de toute l’attention des pouvoirs publics qui songent au lancement de nouveaux produits d’épargne réglementée, permettant de distribuer aux particuliers des obligations assimilables du trésor (la dette publique Française). • L’épargne en France représentant environ 800 milliards d’Euros, les acteurs bancaires cherchent à en absorber le maximum aux dépens des gestionnaires de fonds et des assureurs qui bénéficient encore d’une position relativement confortable jusqu’à aujourd’hui (même si leur modèle se doit d’évoluer)
    22. 22. 1. Optimisation des ratios : Les marges de manœuvre 2. Guerre des dépôts : L’épargne des particuliers au cœur des préoccupations 3. Impacts sur les métiers bancaires 4. Focus sur les Stress Tests : Des résultats globalement satisfaisants Sommaire
    23. 23. Impacts sur les métiers bancaires • La nouvelle définition des fonds propres, l’augmentation de la pondération des risques et l’élévation du ratio minimal de solvabilité entraînent un déficit en capital pour les établissements bancaires. Les exigences mises en place par le régulateur auront un effet financier direct sur les Banques avec une érosion progressive de leur rentabilité d’ici 2019 :  D’un côté, l’augmentation des exigences de fonds propres (de 8% à 10,5%) et la surpondération par le risque de certaines classes d’actifs (e.g. institutions financières) augmentera le coût du capital  De l’autre, les exigences sur la liquidité à court et long terme augmenteront le coût de financement
    24. 24. Leviers d’adaptation • Pour les banques européennes, les leviers d’adaptation à ce nouvel environnement sont limités  Répercuter l’augmentation des coûts sur les clients : l’augmentation du coût du crédit absorbe une partie des coûts complémentaires mais diminue forcément la production  Revoir le business model / portefeuille produits dans certaines lignes métier. Les impacts de Bâle III seront répartis différemment par classe d'actifs et ligne métier et conduira les banques à ajuster leurs stratégies : • Le ratio de liquidité NSFR oblige les banques à conserver une part importante de leur liquidité pour la clientèle Retail et PME • Les banques devront étudier la viabilité de certaines activités déjà sous pression en matière de rentabilité (exemple : les établissements spécialisés en crédit fortement touchés par l’augmentation du coût de financement) • Le portefeuille de produits devra être ajusté pour favoriser les produits à faible consommation de fonds propres (exemple : favoriser l’immobilier résidentiel au détriment du locatif)  Transférer le risque : les banques pourraient s’orienter vers la titrisation (cash) de leur actifs et à un allégement du bilan. Reste néanmoins à voir si l’appétit du marché pour le risque continuera à exister  Réduire les objectifs de ROE (cf ratio de solvabilité)
    25. 25. Leviers d’adaptation • La captation de l’épargne posera un réel dilemme pour les banques :  D’un côté, l’épargne devient nécessaire pour mitiger le coût de liquidité  De l’autre, les banques qui se sont longtemps appuyées sur le crédit comme produit d’appel pour attirer l’épargne verront ce levier disparaître compte tenu de l’augmentation significative du coût du crédit • L’augmentation du ratio de fonds propres sera calculée par portefeuille d’actifs. Ainsi, la surpondération des actifs à risques dans ce ratio pénalisera les activités de marché par rapport à d’autres activités moins risquées
    26. 26. Leviers d’adaptation • Globalement, les banques ont opté pour une réduction de leur bilan, le développement de méthodes de calcul de valorisation d’actifs, et travaillent aux scénarios possibles pour transférer leurs risques à d’autres acteurs • Les banques de détail et la Banque privée semblent à première vue « profiter » de la réglementation de Bâle III (rôle plus central dans la stratégie globale des banques universelles au niveau de la collecte de liquidité). • Quant à la BFI, la très forte contrainte sur l’activité peut constituer un moteur pour redéfinir leur avantage concurrentiel : les banques sont en effet amenées à revoir leur propre modèle de pondération de leurs engagements via des méthodes avancées (validées par l’Autorité de Contrôle Prudentiel) et qui permettent de pondérer chacun des emplois de manière propre à chaque banque
    27. 27. BFI : Distribution de crédit • Au lieu d’assurer la création du crédit et son suivi, les banques initient les crédits auprès de leurs clients puis les cédent à des acteurs non bancaires non soumis à Bâle III. • Le système bancaire reste donc concepteur du crédit mais devient distributeur au lieu de conserver son rôle de prêteur. C’est une manière de contourner la problématique du ratio de fonds propres et d’engagement, la banque ne portant plus les risques. Système « originate to distribute » : La banque octroie un crédit (originate) puis le « place » auprès d’institutions non bancaires telles que des investisseurs institutionnels (distribute) avec une cible de placement d’environ 80% des crédits générés. • Par exemple, des accords ont été passés par la Société Générale ou le Crédit Agricole pour les crédits aux PME avec Axa. Cette dernière a ainsi créé un fonds de 400 millions € pour répondre à cette demande.
    28. 28. BFI : Financement de l’économie • Certaines activités de la BFI vont disparaitre pour laisser place à de nouveaux modes d’action et méthodes : Activités consommatrices de liquidité telles que le factoring ou le leasing se réduisent. • On constate aussi une réduction du financement de projets tels que l’avioning, le shipping…. • Le retrait partiel des banques dans le financement direct des entreprises résulte également d’autres facteurs. Ainsi, la BPI (Banque Publique d’Investissement) draine des flux de financement de PME et d’entreprises de taille intermédiaire (ETI). Ces opérations constituent des « opportunités » manquées pour les banques • Enfin, on constate un phénomène de déplacement d’activités trop consommatrices de liquidité vers des zones géographiques non ou peu soumises aux contraintes de la réglementation : acteurs asiatiques Recentrage sur des clients stratégiques clés et cession d’actifs
    29. 29. BFI : Financement de l’économie • Concernant le financement des collectivités locales, les banques, même avant Bâle III, ne se présentent pas comme spécialistes et ne disposent pas d’outils pour évaluer les projets en termes de valeur ajoutée, sur des durées très longues. • Dans le cadre d’une nécessaire optimisation de la rentabilité face à des contraintes accrues de liquidité et de fonds propres, une question se pose : dans quelle mesure les banques vont-elles souhaiter et réussir à se positionner en financeurs d’institutions publiques ? • La dérive et le démantèlement de Dexia viennent d’ailleurs renforcer le manque d’appétence des investisseurs pour les collectivités locales.
    30. 30. BFI : Activités de marché • Le ratio de fonds propres imposé par Bâle III conduit les banques à limiter très fortement certaines activités de marché voire à en arrêter, telles que les opérations en compte propre (surpondération de certaines classes d’actifs comme les instruments de marché, les produits de dérivé de taux de change…) • Ces activités contraignent les banques à disposer davantage de fonds propres disponibles donc à subir une baisse de rentabilité. Ainsi, les grandes banques françaises ont déjà annoncé une forte réduction des activités de marché. Exemple : Crédit Agricole a transféré le risque de ses activités de corrélation de crédit au hedge fund américain Blue Montain.
    31. 31. BFI : Effectifs • De façon générale, on constate un redéploiement des fonctions :  Chargés d’affaires et Back-Offices : La maîtrise du processus de financement du début (originate) jusqu’à la fin (distribute), amène les banques à augmenter leurs effectifs car la « chaîne de gestion » est plus longue et complexe  Fonctions support : Pas de recrutement. Néanmoins, la fonction de gestion du risque se développe pour faire face aux demandes de Bâle III. Ainsi, les métiers de contrôle (périodique et permanent) se renforcent. Les banques souhaitent que ces métiers élargissent leur champ de vision en adoptant un rôle prospectif afin de sensibiliser les forces de ventes aux risques potentiels.
    32. 32. BFI : Synthèse
    33. 33. Banque de détail : Aspects généraux • Avec Bâle III, les banques de détail se doivent de :  innover avec des produits d’épargne longue pour obtenir des fonds à moyen et long termes. De nouvelles formules de rémunération de l’épargne (plan épargne fidélité proposé par certaines banques…) en fonction du temps de placement émergent  proposer en priorité des produits d’épargne comptabilisés au bilan des banques (et pouvant donc être comptabilisés en tant que liquidité disponible - contrairement au hors bilan)  continuer à proposer les produits d’épargne classiques tels que les comptes sur livrets, les comptes à termes, les PEL, CEL…Cependant, l’augmentation des plafonds sur le livret A et le LDD limite cette alternative car seulement 25% des liquidités récoltées restent au sein des banques (le reste étant comptabilisé au sein de la Caisse des Dépôts)
    34. 34. Banque de détail : Distribution de crédit • Les banques opèrent avec une plus grande sélectivité dans les catégories de prêts comme le crédit à la consommation ou les prêts immobiliers qui voient leur pondération alourdie (actifs pondérés dans le cadre du ratio de fonds propres). Face à la réduction des possibilités de crédit et aux coûts conséquents de maintien de leur réseau, les banques cherchent à optimiser leur rentabilité en s’appuyant notamment sur :  les services et nouveaux canaux de distribution tels que le e-banking. Par exemple, les banques développent le M-Banking (money banking, paiement)  le développement de produits non bancaires comme nouveaux relais de croissance tels que les prestations de déménagement, l’activité de téléphonie mobile, le voyage ou la prévoyance.
    35. 35. Banque de détail : Effectifs • L’impact concret pour les employés de banque de détail apparaît à ce stade très limité :  Chargés d’accueil / Guichet : La pression de rentabilité induite notamment par Bâle III oblige à une rationalisation des coûts. Afin d’optimiser les ressources dans les réseaux, un métier avec des fonctions plus polyvalentes semble se développer avec non seulement une capacité d’accueil mais également les compétences pour effectuer des ventes  Chargés d’affaires : Système à deux vitesses avec des conseillers «interface client» et des conseillers experts. Face à la complexification des contraintes règlementaires, certaines banques envisagent de scinder le conseil au client en deux catégories : des conseillers proches du client entretenant la relation client et des conseillers experts sur certaines activités qui pourront intervenir selon le besoin client  Fonctions support : L’activité de contrôle et de surveillance (contrôle permanent) se développe
    36. 36. Banque de détail : Synthèse
    37. 37. Banque Privée • La gestion de patrimoine « consomme » peu de fonds propres puisque d’une part, les engagements portent sur une clientèle peu risquée, et elle est par ailleurs pourvoyeuse de liquidité. Cette activité est vraiment amenée à se développer et ne devrait pas être touchée négativement par Bâle III • Notons cependant qu’une augmentation de la pondération des OPCVM (en tant qu’actif sur le ratio des fonds propres) vient en réduire la rentabilité, une diminution sur ce type de placement est vraisemblablement à anticiper
    38. 38. Banque Privée: Effectifs • L’impact concret pour les employés de banque privée est assez limité :  Conseillers en gestion de patrimoine : voient leur offre technique se complexifier et innover pour développer fortement la clientèle. Par ailleurs, le conseiller en patrimoine va devoir répondre à une nécessaire évolution de ses compétences en matière juridique et fiscale.  Juristes/Fiscalistes : se doivent d’être vigilants de façon permanente sur les réglementations fiscales et juridiques. Ils jouent un rôle de soutien au réseau et participent aux rendez-vous clients. Ils sont également le point de liaison avec les experts du client (notaires, conseillers financiers…)
    39. 39. 1. Optimisation des ratios : Les marges de manœuvre 2. Guerre des dépôts : L’épargne des particuliers au cœur des préoccupations 3. Impacts sur les métiers bancaires 4. Focus sur les Stress Tests : Des résultats globalement satisfaisants Sommaire
    40. 40. Stress Tests : Aspects généraux • Les Stress Tests ont porté sur 124 banques européennes, représentant 82% du total des actifs bancaires européens. • Objectif : Rassurer les investisseurs sur la solidité du secteur bancaire européen, et ainsi encourager le retour des capitaux vers l’UE • Période : Novembre 2013 -> Octobre 2014 • Base d’analyse : Bilans au 31 décembre 2013
    41. 41. Stress Tests : Aspects généraux • Méthode utilisée :  AQR (Asset Quality Review) : Revue des bilans bancaires (audit) axée sur le risque de crédit, via la communication de données bilantielles et de réponses ts à une série de questions qualitatives posées par l’EBA (phase 3)  Adverse Scenario : Capacités des établissements à résister à 4 types de scénariis. Exemples :  Détérioration importantes de plusieurs variables macro-économiques :  Chute des prix de l’immobilier de 21 % en moyenne (fortes disparités entre pays)  Récession en 2014 (0,7%) et 2015 (1,5%)  Chômage de 13%  Perte de valeurs de certaines monnaies de 15 à 25%  Baisse du marché Actions de l’ordre de 22%  Hausse des taux d’intérêt à long terme de 150 bp en 2014 et 110 bp en 2015- 2016  Série de chocs souverains conduisant à des baisses du prix des obligations d’Etat Pour réussir les Stress Test, les établissement doivent afficher un ratio de 5,5% (post- impact des scénariis)
    42. 42. Stress Tests : Résultats • 25 banques ont échoué à l’examen, mais seules 13 d’entre elles ont été recalées, les douze autres ayant depuis revu leur copie et renforcé leurs fonds propres (car l’exercice reposait sur les comptes au 31 décembre 2013) 25 milliards d’euros sont à lever par les mauvais élèves • 3 solutions :  Faire appel au marché pour lever des fonds (augmentation de capitale) -> voie majoritairement utilisée  Conserver les bénéfices en capitaux propres (réserves) -> voie choisie par des banques slovènes, par exemple  En dernier recours, une fusion avec un autre établissement peut être envisagée (Monte Paschi)
    43. 43. Stress Tests : Conclusions • Un secteur bancaire européen qui fait état d’une certaine fragilité (136 milliards d’euros de créances ont été requalifiées comme douteuses par la BCE) • Les tests ont été menés sur des exigences en capital bien inférieures à Bâle III Les fonds à lever d’ici son application sont très conséquents:  Allemagne : 16 milliards d’euros  Espagne : 25 milliards d’euros  Italie : 16 milliards d’euros Ces Stress Tests sont surtout une invitation faite aux banques à poursuivre leur redressement et leur consolidation
    44. 44. Conclusion • Bâle 2 a été pour les acteurs bancaires un projet de mise en conformité rapprochant la vision réglementaire de la vision économique. Les projets étaient avant tout l’affaire des Directions Financières / Risques, qui devaient mettre à niveau les référentiels et les systèmes de synthèse. Les impacts métier du projet et sa déclinaison opérationnelle ont été limités à la filière Crédits et aux activités de marché. • Avec Bâle 3, le Projet devient un réel projet d’entreprise avec une dimension stratégique. Le périmètre des activités concernées s’élargit et les impacts sont significatifs, parfois imprévus et susceptibles de changer certaines activités en profondeur (ex : stratégie commerciale dans la banque de détail) • Dans ce contexte, les banques doivent parallèlement à la conduite de leurs projets (aménagement des systèmes de risque et de synthèse) identifier et analyser les impacts métiers et les intégrer dans la vision stratégique de leurs activités.

    ×