Traduction Formation Emploi Hammamet

8 026 vues

Publié le

Version longue en PDF de la présentation sur l'employabilité des traducteurs et sur la transition réussie entre formation et profession : explication des diapos et plus de 400 liens actifs vers des ressources de qualité !

Publié dans : Formation
0 commentaire
4 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
8 026
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 357
Actions
Partages
0
Téléchargements
195
Commentaires
0
J’aime
4
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Traduction Formation Emploi Hammamet

  1. 1. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 1Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 PRÉSENTATION SUR L’EMPLOYABILITÉ DES TRADUCTEURS Colloque International – Hammamet, 28-29 novembre 2008   ISLAIN – Institut Supérieur des Langues Appliquées et d’Informatique de Nabeul   CNT – Centre National de la Traduction   LES ENJEUX DE LA TRADUCTION : DE LA FORMATION À LA PROFESSION
  2. 2. Diapo 1 Parler d’employabilité du traducteur, cela signifie avoir conscience de ce que je vaux et de ce que valent mes services. Or le plus souvent, l’étudiant/e qui arrive sur le marché de la traduction professionnelle avec pour seul bagage son diplôme (universitaire, master, DESS, etc.) doit surmonter l’obstacle du manque d’expérience et n’a aucun élément de réponse à cette problématique. C’est alors un cercle vicieux qui s’enclenche : je manque d’expérience, donc personne ne me fait travailler. Mais si je ne travaille pas, comment acquérir l’expérience nécessaire ? Une situation cornélienne, insoluble en apparence. La présente intervention se propose de répondre à ces questions et d’illustrer comment utiliser, dans la pratique, le Web et les mille ressources qu’il met à notre disposition, presque toutes gratuites, pour se créer une expérience « vendable » sur le marché, que ce soit en ligne ou hors ligne. Donc pour démarrer il convient que l’aspirant/e souhaitant faire de la traduction son métier se pose les bonnes questions. Des questions auxquelles les formations reçues n’apportent généralement pas de réponses, puisqu’elles se concentrent essentiellement sur les aspects technico-linguistiques de la traduction : on traite les langues sources et cibles, en approfondissant peu ou prou quelques domaines et quelques outils utiles aux traducteurs, mais ça s’arrête là. Or la réalité du métier reste entièrement à découvrir, et la plupart du temps, face à ce saut dans l’inconnu, chaque traductrice, chaque traducteur, se retrouve seul/e. Ses professeurs ne sont plus là pour l’accompagner dans la transition entre école (publique ou privée) et marché du travail, et les collègues expérimentés ne sont pas encore là. 1
  3. 3. 2 Un entre-deux où les premiers pas s’avéreront décisifs pour la suite d’une carrière dans la traduction … ou pas ! Une étape cruciale donc, qu’il faut aborder avec méthode et organisation. Ainsi, nous allons voir comment affronter les premiers mois de transition, et surtout quelle attitude adopter pour pouvoir mettre toutes les chances de son côté, en partant d’une analyse SWOT ciblée, découpée en facteurs internes et facteurs externes. Les facteurs internes se traduisent par un bilan de compétences, tandis que les facteurs externes se concrétisent par une étude de marché, dont la nature sera fortement orientée par les résultats du bilan. Autrement dit, chacun/e doit apprendre à mener sa propre étude, totalement personnalisée : à l’instar des personnes qui font ce métier, il n’y en a pas deux pareilles ! Puis pour déterminer la meilleure manière de procéder, nous allons faire une analyse carré par carré, et voir ensuite comment répondre aux interrogations identifiées, et comment utiliser la puissance d’Internet pour suppléer aux carences du manque d’expérience. En clair, nous allons découvrir ensemble quelques recettes utiles pour se bâtir seul/e sa propre expérience, sans attendre qu’elle nous vienne des autres. Les autres peuvent aider, c’est sûr, mais c’est d’abord et surtout en soi-même qu’il convient de fouiller pour trouver les bons ressorts, ceux qui nous permettront de nous lancer confiants dans ce merveilleux métier qu’est la traduction. Pour peu qu’on se donne les moyens, dès le départ, de faire les bons choix. En commençant par se poser les bonnes questions. Voyons lesquelles…
  4. 4. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 2Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 Comment utiliser Internet pour une transition réussie ? LA TRADUCTION : DE LA FORMATION À L’EMPLOI Présentation réalisée avec l’implication d’Élodie Lopez, qui a bien voulu participer à l’analyse SWOT, ce dont je la remercie vivement.
  5. 5. Diapo 2 Jean-Marie Le Ray http://www.translation2.com http://www.adscriptor.com Élodie Lopez http://www.proz.com/profile/886604 Cette présentation est la suite « pratique » d'un discours prononcé lors du Colloque « Traduction et francophonie(s) ; traduire en francophonie », organisé dans le cadre des « Formations en traduction et métiers connexes », proposées à l'automne 2003 par l'université de Rennes 2, sous la direction de M. Daniel Gouadec. L’essai, intitulé Pour une nouvelle pratique contrastive de la traduction technique professionnelle, abordait la partie « théorique » et se concluait ainsi : « À chacun(e) revient la responsabilité de prendre en main son avenir professionnel, même s’il faudrait vraisemblablement repenser - voire réinventer - la (les) fonction(s) du traducteur. Pour autant, les traducteurs ne sauraient être les seuls acteurs d’une telle remise à plat, puisque les parties prenantes sont aussi bien les pouvoirs publics que les clients, les universités et les instances formatives que les grandes organisations internationales, les bureaux de traduction que les traducteurs eux-mêmes. En attendant, il y a du pain sur la planche : - revoir la largeur et la profondeur de leur métier en étoffant leurs compétences : traducteurs d’abord, certes, mais aussi adaptateurs / rédacteurs techniques / auditeurs linguistiques / médiateurs culturels, etc. ; 3
  6. 6. 4 - étendre et qualifier davantage leurs offres de services, notamment sur Internet, où leur présence est désormais incontournable et où une coopération serait la bienvenue avec d’autres figures professionnelles consolidées : concepteurs de sites, infographistes, référenceurs, publicitaires, etc. ; - travailler sur la « relation-client » et la fidélisation de leur clientèle, directe ou bureaux de traduction - quand bien même il s’agit d’un concept extrêmement évanescent (…) -, avec une double orientation : * garantir la qualité dans le cadre d’un rapport qualité / prix satisfaisant, * fournir autant que possible conseil, disponibilité, professionnalisme et sympathie (ce qui ne gâche rien), autant de signes émis vers leurs interlocuteurs ; - bâtir un véritable parcours-client autour du produit-traduction, ce qui signifie expliquer et expliquer encore ; - assurer une veille constante pour ne jamais perdre de vue les évolutions technologiques et les tendances du marché. Voilà. Le marché est immense, inépuisable disions-nous, et il ne demande qu’à être conquis. Le chemin est tracé, les pistes sont balisées, il n’y a plus qu’à les suivre… » http://www.colloque.net/archives/2003/volume_1/leray.pdf
  7. 7. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 3Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 TRANSITION DE LA FORMATION À L'EMPLOI  PASSAGE DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE - se poser les bonnes questions pour faire les bons choix 2. Apprendre à se connaître soi-même 1. Avoir la bonne attitude 3. Analyse SWOT - conviction / volonté / persévérance - bilan de compétences - étude du marché - visibilité / invisibilité
  8. 8. Diapo 3 Avant de voir ce qu’Internet peut faire pour nous, il convient de définir la traduction et d’analyser en profondeur sa situation personnelle / professionnelle dans cette optique (les deux sphères étant étroitement liées), en menant soi-même une analyse SWOT. En clair, cela consiste à analyser les 4 carrés ci-dessus de son propre point de vue, en identifiant les atouts et les entraves (internes et externes) que chacun/e voit à son niveau. Le listage se décompose en deux parties : 1. Bilan de compétences : Mes forces - mes faiblesses 2. Étude de marché : Les opportunités - les menaces En apparence, ce n'est pas très compliqué, mais ce n’est qu'en prenant un papier et un stylo pour répondre à ces questions que l’on peut s’en rendre compte, d’autant que, de fil en aiguille, les premières réponses appellent d'autres questions et ainsi de suite. L'idéal est de fournir un inventaire du pour et du contre pour chaque carré. En gros, c'est un double travail, d'introspection et de projection ; il est toujours intéressant de mentionner à côté des listes dressées les difficultés rencontrées lors de l’analyse, les doutes, les idées, etc. Une fois les différents critères identifiés, la tâche consiste à mettre en avant les aspects positifs, en combattant les entraves par les atouts : les forces répondent aux menaces, tandis que les faiblesses sont compensées par les opportunités. 5
  9. 9. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 4Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 DÉFINITION DE LA TRADUCTION 1. Communication ciblée 2. Transfert linguistique/adaptation culturelle 3. Interaction de divers processus-métier 4. Mobilisation conjointe de connaissances / ressources. Communication ciblée produite par transfert linguistique/adaptation culturelle, qui résulte de l’interaction de divers processus-métier intégrant la mobilisation conjointe de connaissances et de ressources. Les quatre points cardinaux de la traduction : TRADUCTION = COMMUNICATION
  10. 10. Diapo 4 Sans oublier la dimension sociale de la traduction : Le travail de traducteur n’est pas uniquement individuel, mais aussi social, bien que nombreuses et nombreux soient les réfractaires à une mise en réseau des compétences, des expériences, des ressources… Des ressources disséminées à travers le Web qui gagneraient certainement à être catégorisées et centralisées derrière un nombre restreint de points d’accès, c’est-à-dire à l’opposé de la situation actuelle, où l’éparpillement règne et rend leur détection difficile. Car dans l’océan planétaire d’Internet, les mots – ou les termes, si vous préférez – sont les données non structurées par excellence, de par la multiplicité des domaines, des langues, des formats de documents, des publics destinataires et ainsi de suite. Donc regrouper tout cela sous l’appellation générique de traduction, voire de localisation, ne rend pas justice à la diversité des situations, des contextes, des nécessités, etc. Sans compter ce que nous appellerons le Web terminologique invisible, notamment les disques durs des traducteurs et des clients qui regorgent de trésors terminologiques enfouis, ne demandant qu’à être découverts. Naturellement, la confidentialité vis-à-vis de ses données et de ses clients est une chose sérieuse, déontologie oblige, mais tout n’est pas confidentiel, tout n’est pas secret. Et à force de ne jamais vouloir rien révéler de son travail, on en finit par cacher aussi ce qui pourrait être partagé ! C’est ainsi que le moteur translation 2.0 est né d’une collection de favoris : près de 5 000 ressources riches en terminologie multilingue, accumulées depuis plus d’une décennie de recherches sur le Web. Autant en faire profiter d’autres plutôt que de tout conserver stérilement sur mon PC ! 6
  11. 11. 7 Pour citer un autre exemple connu, il suffit de penser aux très riches glossaires multilingues de Microsoft, qui aurait fort bien pu les considérer comme un actif propriétaire et tout garder au seul bénéfice de ses employés. Au contraire, en les mettant gratuitement à la disposition de tous, ce sont plus de 12000 termes anglais traduits dans près de 60 langues en libre accès ! Donc, pour en revenir à cette fameuse dimension sociale, elle est indispensable à tous les aspects professionnels du métier : chacun/e devant impérativement faire du networking pour se former, s’informer, se mettre à jour, s’entraider, demander conseil, travailler en mode croisé – traducteur + relecteur –, voire organiser des équipes sur les projets complexes, trouver les bonnes ressources, techniques ou terminologiques, échanger des dictionnaires, de la documentation de référence, ou, surtout, pour celles et ceux qui vivent à l’étranger, rester en contact avec leur langue et les implications socioculturelles qu’elle véhicule… Concluons en disant que la traduction ne concerne pas que les traducteurs de métier, mais plus largement celles et ceux qui s’intéressent aux langues et à leur dimension sociale : comment apprendre à se comprendre au-delà des barrières linguistiques, pour mieux communiquer et partager. Autrement dit, les internautes de tous pays et de toutes cultures !
  12. 12. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 5Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 LE CIRCUIT COMMUNICATIONNEL DE LA TRADUCTION
  13. 13. Diapo 5 En mixant plusieurs modèles de communication, nous avons : 1. une source d'information (qui) 2. un message à transmettre sous forme de signal (dit quoi) 3. un émetteur qui va coder le signal (comment) 4. un canal de transmission qui va véhiculer le signal (par quel canal) 5. un récepteur qui va décoder le signal pour recomposer le message et restituer l'information qu'il contient (à qui) 6. un feedback, ou rétroaction (avec quel effet en retour) Or lorsqu'on parle de communication interpersonnelle, on donne généralement pour acquis qu'il y a compréhension entre émetteur et récepteur parce qu'ils parlent la même langue. Un postulat faussé dès le départ lorsqu'ils parlent deux langues et que l'un ne comprend pas celle de l'autre. Soit le lot quotidien d'environ 7 milliards de terriens dans une infinité de lieux et de circonstances ! Donc si l'on met de côté les aspects techniques pour nous concentrer sur le cheminement entre l'émission d'un message en langue A par son auteur et sa réception en langue B par son destinataire - ce qui est une définition de la traduction -, nous obtenons les correspondances suivantes en termes de communication : 1. une source d'information (qui) (auteur) 2. un message à transmettre sous forme de signal (dit quoi) (message en langue A) 3. un émetteur qui va coder le signal (comment) (codage en message source) 4. un canal de transmission qui va véhiculer le signal (par quel canal) (traduction) 5. un récepteur qui va décoder le signal pour recomposer le message et restituer l'information qu'il contient (à qui) (destinataire du message cible décodé en langue B) 6. un feedback, ou rétroaction (avec quel effet en retour) (y a-t-il perte - ou gain - d'information, satisfaction ou insatisfaction sur la qualité du message traduit) 8
  14. 14. 9 Première observation : d'aucuns pourraient s'étonner que je place la langue entre l'auteur et le message source, ou entre le message cible et le destinataire. L'explication est simple : pour le créateur, ou pour le traducteur, il n'y a jamais UNE SEULE façon de coder son message, puisque chaque langue autorise de nombreuses variantes de codage, ce qu'on appelle le registre de la langue. Entre "veuillez partir s'il vous plaît" et "casse-toi", le message est le même mais la formulation diffère quelque peu... Le codage du message source - et cible - change donc en fonction des buts de la communication, des destinataires, des lieux, des circonstances, etc. Les critères sont multiples. Interviennent aussi le bruit (ce que j'appelle le parasitage linguistique, comme par exemple une mauvaise maîtrise de la langue, du style, de la syntaxe, de la grammaire, de l'orthographe, etc.) et les filtres (culturels, religieux, familiaux, sociaux, etc.), susceptibles de modifier ou perturber la clarté de l'information. Ainsi, chaque message est influencé par une infinité de variables, conscientes ou non. Il n'est pas rare qu'un ingénieur, un avocat, un médecin, etc. - tout expert dans son domaine -, ne sache pas s'exprimer correctement dans sa langue. Un traducteur qui exerce le métier depuis longtemps a sans aucun doute des centaines d'exemples à sa disposition, où il finit par produire un texte d'arrivée nettement plus intelligible que le document de départ. Quant au processus de TRADUCTION proprement dit, qui se base sur les compétences intrinsèques du traducteur ET sur les aspects techniques que représentent la localisation et/ou la traduction assistée par ordinateur (ça peut aller de la traduction automatique sur les moteurs aux environnements d'aide à la traduction, de la gestion terminologique à l'exploitation des mémoires de traduction, du bitexte ou du corpus multilingue au glossaire en ligne et au moteur spécialisé, etc.), c'est le canal qui va permettre de véhiculer le message d'une langue à l'autre. Dans une opération de mise en équivalence du message - et non pas des termes, ou des mots (distinguo d'une importance cruciale que j'ai détaillé dans une analyse de la traduction technique professionnelle) -, qui consiste pour les traducteurs à augmenter « l'élasticité de la langue », à former « des ponts entre les peuples », dixit Victor Hugo... Vous remarquerez enfin sur mon graphique les deux coupures qui peuvent éventuellement interrompre le message, soit en amont si l'intégrité de l'information ne passe pas entre message source et message cible pour cause d'incompréhension, de mauvaise traduction, etc., soit en aval dès lors que le destinataire du message n'est pas capable de juger l'adéquation entre source et cible, ou qu'il s'en fout complètement, ce qui n'est pas rare non plus. :-) Ceci étant, sur le curseur qui va de la satisfaction à l'insatisfaction, il peut y avoir mille situations selon la compétence / l'incompétence des uns et des autres...
  15. 15. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 6Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 Le bilan de compétences est censé estimer le degré de présence / absence des aptitudes ci-dessus, pour voir comment améliorer les présentes et acquérir les manquantes. LES COMPÉTENCES DU TRADUCTEUR • linguistique • culturelle • sectorielle, thématique • textuelle (typographie, mise en page, etc.) • terminologique • documentaire (recherche, moteurs, etc.) • technique / informatique (logiciels, TAO, etc.) • traductionnelle • communicationnelle • etc. Multicompétence et polyvalence :
  16. 16. Diapo 6 Pour les traducteurs exerçant en indépendant, il faut en ajouter d’autres, notamment commerciales : - du démarchage au suivi de clientèle, de la comptabilité aux relances de paiement, du codage HTML au référencement, etc. 10
  17. 17. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 7Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 Analyse SWOT
  18. 18. Diapo 7 Tant parmi les forces et les faiblesses que les opportunités et les menaces, il y a celles dont nous sommes conscients, et celles que nous ignorons mais qui n’en sont pas moins présentes. 11
  19. 19. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 8Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 Jeune diplômée cherche désespérément un emploi ÉLODIE - AVANT SWOT - 1 Je viens de terminer mon Master 2 en Traduction (pas de spécialisation). Après avoir effectué mes stages obligatoires pendant la dernière année, j'ai décidé de chercher un emploi dans une agence car le portage salarial ne me tente pas trop encore, j'ai l'impression d'être trop jeune et pas du tout prête. J'ai déjà passé quelques tests qui ne se révèlent pas plus probants les uns que les autres. La raison de tous ces refus est bien simple : je n'ai pas assez d'expérience en traduction. Mais, sans paraître désobligeante, si personne ne me donne ma chance, comment vais-je pouvoir gagner de l'expérience ??? Faire 5 ans d'études et ne rien avoir au bout, la pilule passe mal parfois. Moi, je veux simplement qu'on me permette de faire mes preuves dans ce métier. … j'attends que le travail tape à ma porte.
  20. 20. Diapo 8 « Moi, je veux simplement qu'on me permette de faire mes preuves dans ce métier. » Erreur de perspective : se créer sa propre expérience ne dépend pas des autres, mais surtout de soi- même. Ou mieux, ça dépend aussi des autres, mais d’abord de soi-même. L’attitude passive : - Qu’on me permette ? On ? L’attitude active - C’est à moi, et à moi seul/e, de faire mes preuves dans ce métier Donc la bonne démarche, c’est : « Moi, je vais faire mes preuves dans ce métier. » « Moi, je veux faire mes preuves dans ce métier. » Je n’attends pas après les autres, mais je prends ma situation en main, je décide d’investir du temps et de l’argent dans mon avenir, à la fois personnel et professionnel, je fais ce qu’il faut pour me créer ma propre expérience. En partant de rien ? Non ! Nous ne partons jamais de rien : forces + opportunités 12
  21. 21. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 9Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 du fil de discussion au profil réponse : profil pratiquement vide ! moitié pleine moitié vide ? Bouteille à la mer ÉLODIE - AVANT SWOT - 2
  22. 22. Diapo 9 Face au verre (la bouteille) à moitié plein ou à moitié vide, c’est juste une question d’attitude, une affaire de conviction : - si vous le voyez à moitié plein, vous vous donnez toutes les chances de réussir ; - si vous le voyez à moitié vide, vous vous donnez toutes les excuses pour abandonner, ou pire, vivoter. Il en va du premier impact comme dans la vie de tous les jours : la première impression est souvent déterminante ! Ne jamais se présenter sous des atours de perdant, mais au contraire comme un gagnant, comme quelqu’un qui en veut, qui ne se fait pas abattre dans l’adversité, ni ne se laisse aller au découragement. L’identité numérique joue également un rôle important. Mieux vaut se présenter sous son véritable nom qu’utiliser un pseudonyme et afficher sa photo plutôt qu’un avatar. Ou alors un logo commercial associé à son nom ou au nom de son entreprise individuelle. 13
  23. 23. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 10 • Master 2 en traduction : Bac + 5 (études longues) • Connaissance des outils d'aide à la traduction (Trados, Similis, SDLX) • Connaissance de l'informatique assez étendue (différents logiciels) • Stage en agence de traduction à l'étranger en 2007 • Stages en télétravail dans des domaines précis (jeux vidéo, flamenco, aéronautique) • Aucun problème pour travailler avec de courts délais • Le travail en équipe ne me dérange pas • Déménager n'est pas un problème pour moi (même à l'étranger) • Connaissances basiques de trois langues en plus de l'anglais et de l'espagnol • Connaissance des jeux vidéo assez étendue Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 ÉLODIE - SWOT - 1
  24. 24. Diapo 10 Une série d’atouts précieux, qui ne sont mis en avant nulle part ! 14
  25. 25. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 11Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 ÉLODIE - SWOT - 2 • Peu d'expérience • Pas envie de travailler en freelance pour l'instant donc réduction des opportunités de travail • Pas de domaine de traduction spécifique (master généraliste) • Je ne suis généralement pas sur place quand je postule à une annonce donc réduction des offres d'entretien en face à face • Mes connaissances basiques dans trois langues supplémentaires ne me permettent pas pour autant de les traduire vers le français
  26. 26. Diapo 11 À noter que la connaissance basique de trois langues supplémentaires, initialement présentée comme un atout, est annulée ici en avouant un niveau insuffisant pour pouvoir l’exploiter au plan professionnel. Indication : voir laquelle de ces trois langues peut s’avérer professionnellement plus porteuse que les autres et en approfondir la compréhension et la maîtrise. 15
  27. 27. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 12 • Possibilité de traduire dans le domaine du jeu vidéo • Jeune et créative ! • Opportunité de faire mes armes dans les grandes agences de localisation Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 ÉLODIE - SWOT - 3
  28. 28. Diapo 12 Approfondir le point 3 : la localisation : un secteur promis à un bel avenir ! (cf. diapo 21) Liens sur la traduction de jeux vidéo : http://terminus.romhack.net/index.php http://www.morphdown.wb.st/ http://traf.romhack.org/ http://www.bessab.com/ Conseil : à chacune des étapes de l’analyse SWOT, identifier toutes les ressources pertinentes sur le Web (vis-à-vis des pour et des contre observés) et en dresser la liste. 16
  29. 29. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 13 • À force de réponses négatives, le découragement pointe le bout de son nez... • Devoir trouver un emploi pour survivre qui n'est certainement pas du tout en rapport avec les études que j'ai fait • Perte des capacités en traduction au fil du temps (même si j'essaye de traduire le plus souvent possible) • Peu de demandes de traducteurs dans les agences de traduction • Méconnaissance de certains domaines Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 ÉLODIE - SWOT - 4
  30. 30. Diapo 13 Un tableau plutôt noir, qui conduit inéluctablement à la question suivante : mon avenir professionnel sera-t-il dans la traduction ou non ? En fait, la réponse à cette question est fondamentale. Si elle est négative, inutile que je perde mon temps, mes énergies et mon argent en parcourant une voie sans débouchés. Quelle est l’alternative ? Quels sont les pour et les contre ? Qu’est-ce qui pèse davantage sur le plateau de la balance ? Si ce cheminement me conduit vers une réponse positive, alors je change complètement mon fusil d’épaule : Fini les découragements, plus question de se laisser abattre Je prends mon avenir en main et je m’arme de patience, de bonne volonté, de courage La traduction est une affaire de pratique, d’entraînement, d’entêtement, même : donc j’investis toutes les ressources nécessaires – énergies, temps, argent – pour faire de la traduction mon métier, et je réussirai ! 17
  31. 31. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 14 • Vous aviez raison, ce n'est pas une simple liste que l'on fait comme lorsqu'on fait ses courses. J'y ai passé plus de temps que je ne le pensais. J'ai eu quelques difficultés à remplir le carré des opportunités car je n'avais pas réellement compris ce que cela représentait exactement mais après quelques recherches sur Internet, j'ai trouvé quelques exemples concrets et j'ai pu répondre. • J'ai pensé, afin d'ajouter une corde de plus à mon arc, peut-être reprendre mes études pour faire un Master 2 plus spécialisé que celui que j'ai fait cette année, je ne savais pas où mettre cette idée dans mes listes alors je vous la donne ici. • En ce qui concerne mes recherches, elles sont toujours très actives, tous les jours je me rends sur des sites comme l'anpe, option carrière (careerjet pour le royaume-uni) pour voir toutes les annonces qui peuvent correspondre à mon profil et ainsi postuler le plus rapidement possible et mettre toutes les chances de mon côté. Mais, parfois, je me sens un peu découragée de voir que même en faisant tout mon possible pour rendre des tests concluants, on me répond que mon test présente "quelques maladresses rédactionnelles" ou que "ça ne correspond pas aux exigences de l'entreprise" et que ma candidature à ce poste est rejetée. Le pire, c'est que certaines entreprises ne prennent même pas la peine de répondre même de façon négative (même si je sais bien qu'ils ont beaucoup d'autres choses à faire à côté). • Cela dit, je me suis tout de même inscrite sur des listings de traducteurs pour aider dans la traduction de Mozilla et de Google mais pour l'instant aucune demande de traduction. J'ai aussi un de mes anciens maîtres de stage qui "me garde sous la main" en cas de gros projet de traduction qu'il ne pourrait pas prendre en charge seul ainsi qu'un autre contact qui peut m'envoyer des traductions à faire de temps à autre (rémunéré), mais c'est aussi au point mort de ce côté-là en ce moment. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 ÉLODIE - SWOT - 5 Commentaires annexes
  32. 32. Diapo 14 La reprise des études pour un deuxième Master peut être une opportunité, mais le jeu en vaut-il la chandelle ? En sachant qu’au terme de ce Master spécialisé, je me retrouverai peu ou prou dans la situation qui est la mienne aujourd’hui ! Donc quel est l’avantage ? Car à moins d’explorer à fond un domaine très pointu où les débouchés sont prometteurs (traduction financière ou médicale, par exemple), et si possible dans des couples de langues où la pression concurrentielle est moindre, mieux vaut affronter la situation maintenant que de repousser de deux ans ou plus et perdre ainsi un temps précieux. Par ailleurs, ne jamais s’étonner de ne pas recevoir de réponses, même négatives. Il faut bien se dire que, le plus souvent, répondre n’est qu’une perte de temps pour les agences. Et donc d’argent : time is money ! 18
  33. 33. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 15 • CONVICTION – VOLONTÉ – PERSÉVÉRANCE - attitude active vs. passive, dans la durée - fort investissement personnel : énergie, temps, argent • CHOISIR FORME D’EXERCICE DE LA PROFESSION - salarié – portage – indépendant – entreprise – volontariat • CHOISIR MÉTIER + SECTEUR(S) - traduction… – localisation – interprétation • BÂTIR SEUL/E SA PROPRE EXPÉRIENCE - langues, domaines, bureautique, TAO, terminologie • BÂTIR SEUL/E SA PROPRE PRÉSENCE WEB - mettre en avant ses atouts, internes et externes - identifier les entraves, travailler les aspects négatifs en se fixant des objectifs, des délais • TRANSFORMER PROGRESSIVEMENT CETTE PRÉSENCE EN VISIBILITÉ, EN POSITIVITÉ • FORMATION CONTINUE, TOUT AU LONG DE LA VIE - tout traducteur est un apprenant perpétuel… Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 ANALYSE SWOT – 1 / Forces
  34. 34. Diapo 15 Le chemin est long et difficile : conviction et persévérance sont les deux mamelles de la réussite ! 19
  35. 35. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 16 • PRATIQUER : TRADUCTION + TERMINOLOGIE - seule façon d’apprendre à se connaître : combien de mots/jour suis-je capable d’assurer, avec quel niveau de qualité, dans quels couples de langues, quels domaines ? • APPRENDRE À TENIR LES DÉLAIS - idem, mais en y ajoutant le facteur temps : pressé par l’urgence, puis-je assurer le même niveau de qualité pour un nombre supérieur de mots/jour, combien exactement, dans quels couples de langues (±), quels domaines (±)? • FAIRE DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES - de combien d’argent ai-je besoin par mois pour vivre ? 2 000 € ? = 100 pages de traduction à 20 € par page / 133 pages de traduction à 15 € par page / 200 pages de traduction à 10 € par page ? Combien de pages/jour ? Combien de jours/semaine ? Etc. • SAVOIR ÉVALUER UN TRAVAIL, FAIRE UN DEVIS - proposer une offre est un moment critique ! Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 ANALYSE SWOT – 2 / Faiblesses SAVOIR MESURER SES PERFORMANCES DANS LA PRATIQUE ET DANS L’URGENCE
  36. 36. Diapo 16 Lors des stages ou des premiers contacts avec les agences Tests de traduction : premiers problèmes Domaines inconnus, difficultés inattendues, etc. Constat : manque cruel d’expérience ! Ni les clients directs ni les agences ne sont des philanthropes Pas de temps à perdre, ce qui est d’ailleurs compréhensible Facteur différentiel : le temps (quadrature du triangle) (cf. diapo 18) 20
  37. 37. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 17Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 ANALYSE SWOT – 3 / Opportunités Les marchés – et les volumes – de la traduction augmentent d’année en année • la production de contenu écrit dans les entreprises et sur Internet augmente de façon exponentielle (+ 50% par an, soit une croissance de 15 à 20% par an en volumes de traductions supplémentaires, selon Renato Beninatto, Common Sense Advisory) • pour y faire face, il faudrait chaque année l’arrivée de milliers de bons traducteurs sur le marché, une utopie vu le nombre d’années nécessaires pour former un bon traducteur ! • selon Renato, ce « gap » va conduire les LSP à augmenter la productivité (il cite jusqu’à 10 000 mots/jour par personne), soit via la post-édition de textes traduits en automatique soit via l’utilisation de mémoires de traduction avancées • la situation varie considérablement selon couples de langues et domaines considérés • Internet est un gisement quasi inépuisable de ressources et d’opportunités…
  38. 38. Diapo 17 Source : http://www.dillonslattery.com/2008/10/220.html 5 Qs with Renato Beninatto, Common Sense Advisory http://www.commonsenseadvisory.com/ Naked Translator: You’ve worked in localisation for many years, and in many different roles. How do you see the role of the translator changing within the industry? What kinds of new tasks or jobs are they taking on? Renato: The role of the translator is the pillar of an important production chain. Nothing happens without the translator. Good translators do not grow in trees. Good translators are scarce and becoming scarcer. Research from storage companies shows that content grows at a rate of more than 50% per year. If you assume – like we at Common Sense Advisory do – that the demand for translation grows at a lower rate of 15% to 20% per year, you would need tens of thousands of translators to come into the market every year, which is not the case. That brings me to what is changing within the industry. Productivity. LSPs are searching for ways to deal with the dearth of good translators, and therefore investing in technology. Translators will have to find ways to produce 10 thousand words a day, even if that requires them to work with more advanced translation memories and machine translation. Notice that I always say “good” translators. You can compare translators to wine: There are thousands of varieties of wine, but only a few of them are really good, mostly those that age well and get better as time goes by. As to what tasks they are taking on, my answer would be that it is irrelevant. Translators are in the service business and they should provide the tasks that their clients request. The mistake is to accept to do tasks for free. If the task or job that you take on reduces your productivity, charge for it. If it increases your productivity, celebrate it. As for the new jobs in the translation business, I would say that telephone interpreting and post-editing of machine translation are up and coming requirements. However, I would avoid asking good translators to do post-editing. That’s something that can be done by non-linguists more efficiently and with less frustration. 21
  39. 39. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 18 • Concurrence mondiale • Plusieurs marchés de la traduction, à plusieurs vitesses • Dumping sur les tarifs - prix : premier critère retenu par près de 80% des clients - qualité : deuxième critère - rapidité de livraison : troisième critère • Quadrature du triangle Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 ANALYSE SWOT – 4 / Menaces
  40. 40. Diapo 18 Imaginez un triangle équilatéral avec aux trois côtés les légendes - DÉLAIS - COÛTS - QUALITÉ - et au centre le terme RESSOURCES : - où la « ressource Traducteur » (seule composante « humaine » des ressources, matérielles, logicielles, etc.) est broyée dans l’engrenage irréalisable de faire cadrer des nécessités incompatibles, liées à la triple exigence des coûts, des délais et de la qualité (cités par ordre d’importance selon les clients) - où les délais de remise de la traduction (c’est pour hier, comme on dit en italien) sont inversement proportionnels aux délais de paiement (à la fronde, et le plus tard possible) - où le niveau des prix reconnus au traducteur (tarifs plus bas possibles) est inversement proportionnel au niveau de qualité requis (toujours être ultra-spécialisé et omni-polyvalent) (la « multicompétence » selon Gouadec). En fait, dans cette impossible équation de la quadrature du triangle, le concept est très simple : entre DÉLAIS, COÛTS et QUALITÉ, prenez-en deux et oubliez le troisième… 22
  41. 41. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 19Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 ANALYSE SWOT – 5 / Synthèse Au terme de l’analyse SWOT, nous devrions savoir comment déjouer les entraves grâce aux atouts : 1. en mettant nos forces en avant pour réagir aux menaces, 2. en compensant nos faiblesses par les opportunités. Pour ce faire nous allons mobiliser toutes les ressources disponibles sur le Web, libres et gratuites !
  42. 42. Diapo 19 Internet est un gisement inépuisable de ressources et d’opportunités, nous l’avons dit. La plupart sont gratuites, d’autres accessibles à un prix modique. aucun obstacle matériel donc, puisqu’un investissement minimum en argent doit toujours être pris en compte. Mais encore faut-il savoir lesquelles chercher sous peine de s’éparpiller, ou pire, de s’y perdre ! Internet va maintenant nous servir à transformer notre présence en visibilité : 1. en faisant ressortir les aspects positifs, 2. en identifiant les ressources nécessaires pour combler les lacunes et suppléer aux aspects négatifs 23
  43. 43. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 20Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 INTERNET ET LES TRADUCTEURS I. Aider à la prise de décision, à tous les niveaux II. Créer son propre réseau socioprofessionnel III. Se former et s’informer IV. Apprendre la veille et la recherche V. Pratiquer la traduction et la terminologie VI. Bâtir sa présence sur le Web VII. Transformer cette présence en visibilité entre autres … 1 000 milliards d’URL ! Un gisement inépuisable pour :
  44. 44. Diapo 20 Mille milliards d’URL et plus, c’est le chiffre faramineux de pages que Google annonce avoir « cartographié » : « Ce graphe de 1000 milliards d'URL est semblable à une cartographie qui aurait 1000 milliards de nœuds. » « Google downloads the web continuously, collecting updated page information and re-processing the entire web-link graph several times per day. This graph of one trillion URLs is similar to a map made up of one trillion intersections. So multiple times every day, we do the computational equivalent of fully exploring every intersection of every road in the United States. Except it'd be a map about 50,000 times as big as the U.S., with 50,000 times as many roads and intersections. » http://googleblog.blogspot.com/2008/07/we-knew-web-was-big.html http://adscriptum.blogspot.com/2008/07/lindex-de-google-1000-milliards-de.html Les diapositives qui suivent répondent également en partie à la 2 ème problématique du présent colloque, Traduction et TIC, en fournissant de nombreux liens d’approfondissement sur les trois volets considérés : - La traduction sur Internet (Translation websites) - Logiciels de traduction (Translation software) - Bases de données terminologiques (Terminology bases) Tous les liens que vous trouverez dans les notes des diapos suivantes renvoient soit directement vers la ressource pertinente, soit vers une page dressant un inventaire de ressources pertinentes. Le panorama est loin d’être exhaustif, c’est juste un échantillon, mais en gros près de 400 liens de qualité sont cités, et entre cinq et dix fois plus si vous les suivez pour cliquer sur les liens de deuxième et troisième niveaux… L’échantillon est donc largement représentatif. 24
  45. 45. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 21Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 I. Aider à la prise de décision à tous les niveaux / Ressources du Web (1) Quel métier, quel statut, quel marché ? - Traduction vs. localisation - En salariat, en portage, en indépendant, en bénévolat, etc. © www.translationautomation.com Il n’y a pas UN marché de la traduction, mais DES marchés !  Quelles langues ? Quels secteurs ?
  46. 46. Diapo 21 « Four distinctive phases in the evolution of the translation industry. The transition to the localization phase (from ‘cost’ to ‘opportunity’) happened in the eighties, stirring rapid growth in volume and activities. The transition to the globalization phase in the late nineties turned translation into a more strategic issue for many organizations, causing friction and insurmountable challenges in terms of content volume, languages and applications. TAUS has labeled the next phase of the evolution of the translation industry: ‘transmutation’. The change scenarios that we work on in the TAUS community will contribute to a resolution of the friction that the industry suffers from at the moment. Through automation and innovation we will be able to transition from ‘strategy’ to ‘utility’: translation embedded in every application. » Source: http://www.translationautomation.com/taus/annual-plan.html Bouleversements en cours : changement d’échelle, gratuité, productivité, automatisation… MAIS http://www.dillonslattery.com/2008/10/220.html (cf. diapo 17) Quality is NOT a given (SHOULD BE, but…) Translation is NOT a commodity http://www.atanet.org/docs/translation_buying_guide.pdf Le marché de la traduction : il n’y a pas UN marché de la traduction mais DES marchés. Donc devenir traducteur, c’est d’abord se positionner face à cette réalité : quel est MON marché ? Et par conséquent répondre à ces questions : - Qu’est-ce que je veux faire ? Comment ? - Qu’est-ce que je sais faire ? Dans quelles langues ? quels secteurs ? Des questions auxquelles personne ne peut répondre à votre place. Une fois que vous y aurez répondu, c’est à vous ensuite, et seulement à vous, de vous donner les moyens d’y arriver. Le marché de la traduction est à 2, 3, 4, …, n vitesses… 25
  47. 47. 26 Exercice du métier Stages d’entreprises – CDI - CDD Traducteur indépendant Portage salarial Agence pour l’emploi Bénévolat (cf. diapo 28) http://www.auto-entrepreneur.fr/ Réseaux professionnels http://www.viadeo.com/ http://www.linkedin.com/ http://www.xing.com/ Tous ces sujets sont traités en long, en large et en travers dans les forums des places de marché, tout au moins sur Proz.com et TranslatorsCafé.com Exemple : chercher « portage » sur le forum français pour avoir une idée @ http://www.proz.com/?sp=bb/new&action=SearchForum&advanced=y Quelques définitions : Globalisation (G11N) : concerne tous les aspects de l'entreprise liés à la mondialisation de sa présence, sa marque, son image, ses produits/services, etc., et par conséquent l'intégration de tous les facteurs exogènes (externes à l'entreprise : économie, politique, technologies, social, etc.) et endogènes (internes à l'entreprise : processus métiers, marketing, ventes, SAV, suivi clients, etc.) au niveau planétaire. Internationalisation (I18N) : conception technique native d’un produit/service en vue de sa localisation, de sorte qu'on puisse lui appliquer les différentes conventions linguistiques et culturelles propres aux pays cibles sans devoir à chaque fois tout reprendre à zéro. Attention toutefois à la polysémie du terme, puisqu'il ne s'agit pas de la même chose selon la nature du produit/ service, logiciel, site Web, etc. Localisation (L10N) : modification finale des produits/services pour prendre en compte les spécificités inhérentes aux marchés cibles ; touche tous les aspects de la commercialisation : conditionnement, documentation, promotion, etc. La localisation s'oppose à la standardisation, où seul change le message, forcément traduit/adapté. Traduction : après des millénaires de bons et loyaux services (quoiqu'en pensent les adeptes du traduttore = traditore ), le terme et les réalités qu'il cache restent à définir ! Something which really get me puzzled ... En attendant, voici ma définition : « Communication ciblée produite par transfert linguistique/adaptation culturelle, qui résulte de l’interaction de divers processus-métier intégrant la mobilisation conjointe de connaissances et de ressources. » (cf. diapo 4).
  48. 48. 27 Traduction http://www.profession-traducteur.net/traduction/traduction.htm http://en.wikipedia.org/wiki/Translation http://www.gouadec.net/publications.html Traduction, secteur stratégique US National Virtual Translation Center : http://www.nvtc.gov/ Canada : http://www.bureaudelatraduction.gc.ca/index.php?lang=francais&cont=001 DGT UE : http://ec.europa.eu/dgs/translation/index_fr.htm http://workinglanguages.blogspot.com/2008/11/non-native-translation-at-commission.html Localisation / Globalisation http://www.gala-global.org/ http://www.i18nguy.com/ http://www.i18ngurus.com/ http://www.lisa.org/ http://www.translationautomation.com/best-practices/community-localization- inside-second-life.html http://www.oasis-open.org/committees/tc_home.php?wg_abbrev=xliff http://www.w3c.org/ http://www.jonckers.com/en/knowledge-centre/white_papers.php Études de marché, tarifs Étude SFT : http://www.sft.fr/clients/sft/telechargements/file_front/491bbacf78221.pdf (2008) Traduction : faire les bons choix : http://www.sft.fr/clients/sft/telechargements/file_front/48c7de0f3b7bb.pdf Translation: getting it right. http://www.atanet.org/publications/getting_it_right.php http://www.tariffometro.it/ http://www.eizie.org/fr/Tresnak/Tarifak http://www.fit-ift.org/download/en/fit_survey_report-2005-07.pdf http://www.ic.gc.ca/epic/site/lain-inla.nsf/fr/h_qs00009f.html (2007) http://www.ic.gc.ca/epic/site/lain-inla.nsf/en/h_qs00009e.html (2007) http://www.aufc.ca/enjeux_interventions/RA-traduction_et_interpretariat.pdf (2006) http://www.uottawa.ca/associations/csict/princi-e.htm (1999) http://www.uottawa.ca/associations/csict/princi-f.htm (1999) Liste des professions en demande actuellement Région métropolitaine de Montréal Été 2007 5125 Traducteurs/traductrices, terminologues et interprètes L’augmentation des échanges internationaux nécessite davantage de services en traduction et crée ainsi un besoin de traductrices et de traducteurs . Bien que les activités de l’industrie canadienne de la traduction tournent principalement autour des deux langues officielles, une demande accrue pour les langues asiatiques, de même que pour la langue espagnole, est observée. De plus, il existe une demande pour des traductions plus techniques et spécialisées, dans des domaines comme l’aérospatiale, le transport, la médecine, la comptabilité, l’informatique, le juridique et la pharmacologie.
  49. 49. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 22Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 Langues PME/PMI : Bleu : besoins actuels Rouge : il y a trois ans I. Aider à la prise de décision à tous les niveaux / Ressources du Web (2) Les secteurs plus porteurs en traduction : 1. Technologie 2. Médical 3. Marketing – Publicité 4. Industrie 5. Finance 6. Marchés publics 7. Droit 8. etc. Quelles langues, quels secteurs ?
  50. 50. Diapo 22 Source des statistiques Langues : http://adscriptum.blogspot.com/2007/06/enjeux-et-nature-dune-communication.html http://www.astti.ch/joomla/images/stories/news/%20%20%20%20%20communiqu%E9presselyc2007_f r.pdf Pour les sites localisés des multinationales, les cinq langues plus fréquentes sont : Anglais (presque 100%) Espagnol Français Chinois Allemand Voir également cette étude : http://www.studio92.net/Localisation_fr.pdf Secteurs : http://www.commonsenseadvisory.com/ On peut évidemment avoir un découpage sectoriel plus précis : - défense, aérospatial - transports, automobile - alimentation, boissons, tabac - chimie - informatique (matériels, logiciels) - services aux entreprises, et ainsi de suite... 28
  51. 51. 29 Langues http://www.ethnologue.com/info.asp http://www.omniglot.com/language/ml.htm http://www.lexilogos.com/langues.htm http://www.mla.org/ http://www.otherlanguages.org/ http://www.langsites.com/ Champ d’investigation trop vaste et généraliste (toutes les langues, tous les secteurs…), apprendre à cibler ses objectifs via le binôme veille + recherche (point IV, diapo n° 27) Exemple de ressources linguistiques / sectorielles ciblées (approfondir chaque ressource et suivre les liens) : Langue arabe http://www.un.org/News/fr-press/docs/2008/PI1863.doc.htm : http://unic.un.org/ http://www1.ccls.columbia.edu/~cadim/ArabicNLPResources.ppt http://www.bibalex.org/isis/UploadedFiles/Publications/Building%20an%20Intl%20corpus%20of%20arab ic.pdf http://search.about.com/fullsearch.htm?terms=arabic http://www.arabicdictionaries.com/quran1.asp http://www.bisharat.net/Trans/ http://www.unsystem.org/interpretation/ Médecine http://cancerweb.ncl.ac.uk/omd/ http://home.ncia.com/~slarsson/medlinks.html http://medizin.li/medical-translation/ http://ocw.mit.edu/OcwWeb/web/courses/courses/index.htm http://users.ugent.be/~rvdstich/eugloss/welcome.html http://www.emedicine.com/pmr/index.shtml http://www.freebooks4doctors.com/index.htm http://www.goldenhour.co.il/virtual_books.html http://www.hon.ch/HONmedia/ http://www.interfold.com/translator/index.htm http://www.martindalecenter.com/HSGuide.html http://www.medilexicon.com/ http://www.mic.ki.se/MEDIMAGES.html http://www.mritutor.org/mriteach/index.html http://www.nap.edu/topics.php?browse=1 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/sites/entrez?db=mesh http://www.nlm.nih.gov/medlineplus/encyclopedia.html http://www.nlm.nih.gov/medlineplus/mplusdictionary.html http://www.rad.washington.edu/academics/academic-sections/msk http://www.tremedica.org/ http://www.tripdatabase.com/index.html?categoryid=7 http://www.umm.edu/ency/index/eng_index.htm http://terminologiecismef.chu-rouen.fr/ http://www.google.com/coop/cse?cx=015430007758165987576:acndbovpvdg http://www.atoute.org/ Etc.
  52. 52. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 23Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 7 axes principaux : • Réseau • Accompagnement • Terminologie • Participation • Visibilité • Travail • Extension du virtuel au réel À chacun/e de prioriser selon ses exigences du moment La place de marché idéale : à quoi sert-elle ? II. Créer son propre réseau socioprofessionnel / Ressources du Web (3)
  53. 53. Diapo 23 Réseau 1. se connecter au réseau mondial de la traduction (macro-réseau), qui englobe par définition des centaines de milliers de collègues traductrices et traducteurs de toutes langues et cultures ; 2. se créer son propre réseau, c'est-à-dire identifier au fur et à mesure qu'on fréquente le site les collègues - et les agences - avec qui on a des affinités réciproques, tant personnelles que professionnelles ; ce réseau « sur mesure » (micro-réseau) se limitera probablement à quelques dizaines de personnes avec qui des relations privilégiées s’établiront. Accompagnement Une véritable place de marché doit être en mesure de vous guider tout au long de votre parcours professionnel. D’une manière générale, dans les forums et les archives du site, tous les sujets ont déjà été abordés, et la plupart des questions que se posent les moins expérimenté(e)s déjà traitées de façon plus ou moins exhaustive par leurs aîné(e)s (qui ont tous été débutants à un moment ou un autre…). C’est ainsi qu’on peut « découvrir le marché » sous tous les aspects qui intéressent davantage les gens du métier grâce aux conseils avisés des collègues : comment faire un CV, quels sont les tarifs pratiqués, quelles sont les conditions de travail, les tests de traduction sont-ils justifiés, quelles qualifications, quelles formations, qui est sérieux ou pas, etc. Terminologie Trouver « le bon mot » et la « bonne ressource » (glossaires, lexiques, mémoires, etc.) est le pain quotidien et l’incessante quête des traducteurs : la double entraide terminologique, linguistique et sectorielle, trouve tout son sens sur une place de marché. Seules les listes de discussion thématiques peuvent mieux faire ! Participation S’inscrire sur une place de marché veut dire contribuer, s’impliquer activement, participer à la conversation générale : c’est en participant qu’on se fait connaître, et c’est en se faisant connaître que des relations se nouent. Cette participation peut procurer amitiés et inimitiés, mais au bout du compte ça 30
  54. 54. 31 permet de faire le tri pour voir avec qui cela "colle" vraiment et trouver des partenariats, des collaborations. Ne jamais craindre de poser des questions ni de se tromper, que celles et ceux qui ne sont jamais trompés jettent la première pierre. ☺ Visibilité Pour travailler un traducteur doit être visible ! Autant par ses contributions à la vie du site que par son profil. Une véritable place de marché doit offrir à chacun/e une page personnelle où mettre en évidence ses formations, qualifications, compétences, expériences, connaissances, etc. Une page CV accessible à la fois aux collègues, aux agences, aux clients potentiels, et (bien) référencée dans les moteurs de recherche ! Travail Sur une place de marché, le « travail » se décline en plusieurs volets : - les offres de travail : en les consultant régulièrement, chaque traductrice/traducteur se fait une idée de la traduction en situation « réelle » et des exigences connexes, comme la difficulté, l’urgence, les tarifs, les outils de TAO, les secteurs plus demandés, etc. - la façon dont les agences ou les clients travaillent : au fur et à mesure des « missions » on peut se familiariser avec la manière dont telle ou telle agence traite ses collaborateurs (conditions de travail, de paiement, etc.) ; l’avis des autres traducteurs s’avère précieux pour déterminer celles qui sont sérieuses et celles qui le sont moins. Idem pour les clients utilisateurs de la place de marché - trouver directement des traductions, soit en répondant aux offres, soit en étant contacté par les clients ou les agences sur la base du profil ou du niveau de participation au site. Au final, les places de marché ne sont jamais la seule source de travail, même si elles peuvent permettre de générer, directement ou indirectement, une part plus ou moins importante du C.A. de chacun/e. À voir au cas par cas, aucune règle générale en la matière. Extension du virtuel au réel Lorsqu’une place de marché se fait réseau social, on passe de la socialisation en ligne aux contacts dans la vie réelle, que ce soit à l’occasion de conférences ou de rencontres régionales/locales. Cela permet d'approfondir ses relations en vis-à-vis, et rien de tel que de faire connaissance autour d’une bonne table, d’un verre pris chez l’un ou chez l’autre, d’une soirée ou d’une journée passés ensemble. On apprend, et on s’amuse en même temps !
  55. 55. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 24Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 20 places de marché dédiées à la traduction II. Créer son propre réseau socioprofessionnel / Ressources du Web (4)
  56. 56. Diapo 24 Les dix suivantes (par ordre alphabétique, trafic non disponible) : 1. Aquarius 2. LinguistFinder 3. Traduc.org 4. Trally 5. TranslationStaffFinder 6. TranslationZone 7. Translator Planet 8. Translator.search-in.net 9. TranslatorPub 10. Transref Source et liens : http://adscriptum.blogspot.com/2008/11/top-20-main-translation-workplaces.html ProZ.com est le leader du marché, probablement suivi par Translator’s Café. Cependant, la meilleure chose à faire reste de les tester pour voir celle(s) où l’on se trouve le mieux. Cucumis.org et Traduc.org sont des plateformes bénévoles, utiles pour pratiquer la traduction. De plus des sites de ce genre se créent tous les jours (GLTJobs ou TranslatorFinder, par exemple), il faudra attendre de voir leur valeur à l’usage. J’ai enlevé TranslationDirectory de la liste car le site est jugé malveillant par Google ! Quel est l'état actuel du site Web translationdirectory.com ? Ce site est considéré comme suspect et vous risquez d'endommager votre ordinateur si vous le visitez. Une partie de ce site a été répertoriée 1 fois comme générant une activité suspecte au cours des 90 derniers jours. Que s'est-il passé lorsque Google a visité ce site ? Sur les 19 pages testées sur ce site au cours des 90 derniers jours, 7 page(s) a (ont) généré le téléchargement et l'installation de programmes malveillants sans l'autorisation de l'internaute. Google a visité ce site pour la dernière fois le 2008-11-12 et un contenu suspect a été détecté sur ce site pour la dernière fois le 2008-11-12. Parmi les programmes malveillants figuraient 12 exploit(s). En moyenne, l'infection a généré 3 nouveaux processus sur l'ordinateur cible. 32
  57. 57. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 25Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 II. Créer son propre réseau socioprofessionnel / Ressources du Web (5) Le centre de traduction de GOOGLE ! La 21ème place de marché, ou la place de marché du XXIe siècle ?
  58. 58. Diapo 25 Google, très actif dans ce domaine, met d’ores et déjà de nombreux outils de traduction automatique gratuitement à la disposition de tous, notamment la possibilité de traduire des pages Web, des flux, des textes, des requêtes et des résultats de recherche, de consulter des dictionnaires, des définitions, etc. C’est ici : http://translate.google.com/ Par contre, ce nouveau centre de traduction se place directement en concurrence avec les places de marché traditionnelles, puisqu’il sera possible de mettre en relation directe donneurs d’ordre et traducteurs, gratuits ou payant. Pour l’instant, il n’est disponible qu’aux bêta-testeurs @ https://www.google.com/accounts/ServiceLogin?service=gtrans http://blogoscoped.com/archive/2008-08-04-n48.html Il s’agit d’un véritable environnement d'aide à la traduction qui combine en ligne un poste de travail multifonctions, une plateforme de mise en contact et, probablement, de paiements, etc. Mais le plus important, pour Google, c'est que si l'initiative est adoptée à grande échelle, ce qui est à prévoir, ils pourront capitaliser sur ce qui deviendra rapidement la plus grande mémoire de traduction du monde et l'améliorer au fur et à mesure. Constituée non plus uniquement de façon automatique, mais grâce à tous les internautes passionnés de langues, qu'il s'agisse de traducteurs professionnels ou pas. Il est même probable que le gros du travail sera fait par des amateurs plutôt que par des professionnels. Ceci dit, je pense qu'il serait judicieux pour les professionnels d'occuper le terrain dès le début, car si Google prévoit de donner une visibilité quelconque aux traducteurs participants, c'est clairement une occasion à saisir, et si vous ne le faites pas, d'autres le feront. Donc autant être parmi les premiers... Mais voyons de plus près quelle est la "philosophie Google" derrière son Google Translation Center. 1. Ouvrir un nouveau projet : 33
  59. 59. 34 Vous souhaitez publier vos documents dans une autre langue ? Le centre de traduction de Google est la solution plus rapide pour traduire votre contenu : chargez votre document, choisissez votre langue cible et un prestataire parmi notre liste de traducteurs professionnels et bénévoles. Si quelqu'un accepte, vous devriez recevoir votre contenu traduit dès que la traduction sera prête. 2. Trouver une demande de traduction/révision : Traduire dans votre langue vous passionne ? Cherchez dans notre centre de traduction les demandes ouvertes dans votre langue. Acceptez les demandes correspondantes et utilisez les outils de traduction de Google pour livrer rapidement des traductions de haute qualité. 3. Pour traduire et réviser, utilisez gratuitement nos outils de traduction conviviaux : Les traducteurs professionnels et bénévoles traduisent vite et bien grâce aux technologies Google - traduction automatique, dictionnaires et autres outils linguistiques. Mieux encore, nos fonctionnalités de recherche des traductions antérieures comparent la vôtre avec des textes précédemment traduits pour que vous n'ayez plus besoin de traduire encore et encore les mêmes choses ! En tant que traducteur de métier, ce que je retiens d'abord de ceci est l'expression "traducteurs professionnels et bénévoles", qui seront ainsi mis en concurrence. Or la gratuité est un critère difficile à battre, si ce n'est par la qualité. Les pros de la traduction le savent bien, qui luttent constamment contre une baisse des prix permanente avec les seules armes qui leur restent : la qualité et la spécialisation. Google, qui dispose déjà de la plus grande mémoire de traduction du monde, s'apprête à en démultiplier la portée et la qualité. En mettant "gratuitement" ses outils ultra-performants à disposition des traducteurs contre la possibilité d'exploiter LA mémoire de traduction universelle ainsi créée, c'est évidemment un deal gagnant-gagnant pour Google et ceux qui feront traduire leurs contenus. Avec au milieu les traducteurs, comme toujours, mais c'est dans leur DNA, puisque de tout temps les traducteurs sont des intermédiaires, des ponts disait Hugo... Google donne davantage de précisions dans ses conditions de service (ne les cherchez pas, elles ne sont plus en ligne pour l'instant), où il se dégage de toute responsabilité éventuelle : le rôle du centre de traduction de Google, c'est de fournir une plateforme de traduction via laquelle des transactions pourront avoir lieu entre demandeurs (y compris Google, le cas échéant) et prestataires, ces derniers dégageant Google de ses responsabilités dans le cadre de leurs accords, contre paiement ou pas, avec des tiers. De même, dans sa FAQ, Google nous dit que son centre de traduction s'inscrit dans l'effort déployé pour rendre l'information universellement accessible grâce à la traduction (Google Translation Center is part of our effort to make information universally accessible through translation). C'est librement à la disposition de tous les traducteurs (We provide Google Translation Center tools to all translators), bénévoles et professionnels, ce qui supposer bien sûr un paiement, dans ce dernier cas (via Google Checkout ?). Selon Google, son service devrait d'emblée être disponible en 40 langues, couvrant 98% des internautes (Google Translation Center supports translations into 40 languages, covering 98% of the world's Internet users). En conclusion, il est encore bien trop tôt pour comprendre l'impact de ce nouveau service, mais ce qui est sûr, c'est qu'il s'agit là d'une nouvelle révolution destinée à bouleverser l'univers de la traduction, et, donc, des traducteurs professionnels, qui n'en avaient déjà pas besoin... * * * Pour mieux comprendre le binôme Google – Traduction et les innombrables ressources qu’offre Google : http://adscriptum.blogspot.com/2008/08/le-centre-de-traduction-google-ou-la.html http://adscriptum.blogspot.com/2008/08/google-et-la-traduction.html http://adscriptum.blogspot.com/2007/11/traduction-et-google-lapprenti.html http://adscriptum.blogspot.com/2008/09/google-and-universal-translation-memory.html http://adscriptum.blogspot.com/2007/10/google-traducteur-automatique.html http://adscriptum.blogspot.com/2006/04/google-et-la-traduction-automatique.html http://adscriptum.blogspot.com/2006/07/google-rs2-traducteur-automatique-de.html http://adscriptum.blogspot.com/2008/11/large-scale-translation-memories-google.html http://scholar.google.com/ http://www.google.com/patents (cf. diapo 29 sur Google)
  60. 60. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 26Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 III. Se former et s’informer / Ressources du Web (6) Mode de travail 2.0 : passage du Desktop, offline et connecté par intermittence, au Webtop, online et always on - Formation / Information / Enseignement - Blogs / sites de collègues - Forums - Groupes et listes de diffusion - Partage de favoris (liens utiles) - Associations / Annuaires / Répertoires - Journaux en ligne / Fils d’infos Le Web comme boîte à outils ! En plus des places de marché… http://loic.hay.free.fr/FreeMind/BoiteOutilsInnov/mindmaps.html Apprendre à utiliser les formidables ressources du Web, gratuites, pour se former, s’informer, communiquer, partager, collaborer…
  61. 61. Diapo 26 Aujourd’hui, le web est l’OS, ou système d’exploitation, mais comme sur les OS classiques, on n’utilise que 10% de ses potentialités, et encore… http://www.grazr.com/read/loichay/BOITE_A_OUTILS_DES_INNOVENTEURS Sélection de plus de 450 services 2.0 organisés en 20 familles : BLOGS ET DÉRIVÉS BUREAUX VIRTUELS BUREAUTIQUE CAPSULES CARTOGRAPHIE COLLABORATION COLLECTE ET AVIS COMMUNICATION MICRO-OUTILS MONDES VIRTUELS MULTIMÉDIA PARTAGE PRODUCTIVITÉ RECHERCHE RÉSEAUX SOCIAUX SITES AGRÉGATEURS SITES COMMUNAUTAIRES SITES WEB VEILLE WIKIS OUTRE LES PLACES DE MARCHÉ… Formation / Information / Enseignement 35
  62. 62. 36 Université DESS – école de traduction – master, etc. ISIT (école privée, donc payante) / ESIT (institut public) http://www.onisep.fr/onisep-portail/portal/media- type/html/group/gp/page/interieur.espace.guide.metiers.detail/js_peid/InitGuideResultatDetail/js_peid/G uideResultatMetiersDetail?typeRecherche=metierParNom&ficheIdeo=10301&critere(parFicheMetier)=&cri tere(parFicheEtablissement)=&critere(parFicheFormation)=&critere(parFicheConcours)=&critere(avantBa c)= http://www.studya.com/formations_metiers/communication/traducteur.htm http://www.sft.fr/page.php?P=fo/public/menu/gestion_front/index&id=313 http://www.cia-france.com/ http://www.asetrad.org/cdb/traduweb.htm http://www.efnil.org/ http://www.uhb.fr/ http://www.auf.org/ http://www.porphyre.org/toth/ http://users.swing.be/aped/documents/d0043univsenligne.html http://www.cned.fr Blogs / sites de collègues http://www.nakedtranslations.com/fr/blog.php http://www.globalbydesign.com/ http://www.globalwatchtower.com/ http://cyber-terminologie.blogspot.com/ http://termexplore.wordpress.com/ http://www.1-for-all.com/l10n_blog/blogger.html http://translatorpower.wordpress.com/ http://www.anyword.fr/ http://www.portail-traduction.fr/blog/ http://languagelog.ldc.upenn.edu/nll/ http://web.ticino.com/multilingual/ http://www.jrdias.com/ + Blogrolls… Forums http://help.berberber.com/ http://forum.wordreference.com/ http://www.ndet.org/foro/ http://www.achyra.org/francais/index.php Groupes et listes de diffusion Plus de 1000 groupes “Translation & Interpretation” http://tech.dir.groups.yahoo.com/dir/Science/Social_Sciences/Linguistics_and_Human_Languages/Transl ation_and_Interpretation Exemples de groupes Yahoo! http://fr.groups.yahoo.com/group/eureka/ http://tech.groups.yahoo.com/group/TranslatorFinder/ http://finance.groups.yahoo.com/group/tr_jobs/ http://groups.yahoo.com/group/TCR/ - Translator Client Review Discussion List http://www.zompist.com/langfaq.html http://www.linguistlist.org/ Partage de favoris – liens utiles http://www.lai.com http://www.aaeisit.com/index.php?cadre=anciens&dev=31 http://w3.umh.ac.be/Bibli/liensbl.htm http://flrc.mitre.org/References/Organizations/prof.pl http://www.bib.umontreal.ca/sa/dict.htm http://portal.unesco.org/culture/en/ev.php- URL_ID=1523&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html http://www.sintra.org.br/site/index.php?p=c&id=33&codcat=19 http://www3.uva.es/docutradso/ http://unic.un.org/aroundworld/unics/en/multilingualism/index.asp?callPage=home&category=1
  63. 63. 37 http://alis.isoc.org/francophonie/ http://www.translationbureau.gc.ca/ http://home8.inet.tele.dk/p-spitz/ http://library.concordia.ca/research/subjects/etudesfrancais/traduction.html http://member.melbpc.org.au/~tmajlath/referenc.html http://www.octante.net/arquetipo/ http://www.trad.uji.es/d/es/enlaces/enlaces.html http://www.upf.edu/bibtic/traduc/cercador.html http://www.answers.com/ http://www.delicious.com/ http://www.stumbleupon.com/ http://www.reddit.com/ http://www.funduc.com/ Annuaires / répertoires / Associations http://www.bizeurope.com/translators/1.html http://www.annuairedestraducteurs.com/ Le TOP 25 des LSPs : http://www.scribd.com/doc/3265996/080528-QT-2008-top-25-lsps http://www.nettranslation.co.uk/Resources_T&I%20ORGANISATION_final.pdf http://www.foreignword.com/fr/Translators/assoc/associations.htm http://translation.trusted-directory.com/ http://www.intellitec.net/servicetraduction/ Journaux en ligne / Flux d’information http://accurapid.com/journal/ http://translationjournal.net/journal/ http://inttranews.inttra.net/ http://traduccion.rediris.es/ http://www.clientsidenews.com/ http://www.multilingual.com/ Translatio (FIT) : http://www.fit-ift.org/fr/translatio.php Capital Translator : http://www.ncata.org/ Pharmaterm : http://www.groupetraduction.ca/pharmaterm.htm Caduceus : http://www.ata-divisions.org/MD/ http://www.medtrad.org/panacea.html http://www.asetrad.org/cdb/cdb_1.htm http://www.literarytranslators.org/tr.html http://www.terminometro.info/ Flux d’information http://inttranews.inttra.net/rss/rss.php?version=en&nbart=8&categ=All http://emm.jrc.it/NewsBrief/clusteredition/en/latest.html http://medusa.jrc.it/medisys/homeedition/all/home.html http://press.jrc.it/NewsExplorer/home/en/latest.html http://www.newropeans-magazine.org/index2.php?option=com_rss&feed=RSS2.0&no_html=1 http://www.translations-news.com/
  64. 64. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 27Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 IV. Apprendre la veille et la recherche / Ressources du Web (7) Veille & Recherche : les deux pôles ! Syntaxe moteur GMail (listes) + Google Reader Alertes et flux de résultats ! TS + TC / filetype: / site: / inurl: allinurl: intitle: allintitle: / intext: allintext: / Mix RSS + + opérateurs define: / (translate / traduire)
  65. 65. Diapo 27 - Autant de veilles que de compétences et d’intérêts (cf. diapo 6) - Toujours chercher avant de demander : chercher et chercher encore, ne demander qu’en dernière ressource, lorsqu’on a épuisé toutes les voies de recherche - Chercher est l’attitude active, demander l’attitude passive - Sur le Web, chaque lien est une piste à suivre… Autres ressources Veille & Recherche : http://www.grazr.com/read/loichay/BOITE_A_OUTILS_DES_INNOVENTEURS http://www.outilsfroids.net/news/pratiquer-la-veille-multilingue-en-4-etapes-et-15-outils-linguistiques http://www.demainlaveille.fr/wp-content/uploads/2008/11/cartographie-des-outils-de-veille.pdf Syntaxe moteur cf. FAQ @ http://www.translations2.com/FAQ-fr.html#syntaxe TS + TC Principal type de requête combinant un terme en langue source (TS) et un terme en langue cible (TC). À noter qu'en ajoutant des guillemets aux termes, cela permet de rechercher une expression précise ("medical term" / "terme médical") ou l'orthographe exacte. Exemple : médical sans guillemets renvoie medical et/ou médical ; "médical" retourne uniquement médical. Très pratique pour toutes les langues avec caractères accentués. Filetype: Commande servant à filtrer les résultats en ne retournant que le type de fichiers choisis, dont les principales extensions sont: .PDF, .DOC, .XLS, .PPT, .PPS, .RTF, .TXT, etc. En mettant - devant vous excluez tous les fichiers voulus (-filetype:pdf exclut tous les .PDF des résultats). En ajoutant cette syntaxe à la précédente requête, ça restreint le nombre, et augmente probablement aussi la pertinence des résultats. 38
  66. 66. 39 Site: Commande qui permet de ne rechercher que dans le type d'extensions voulu : très pratique pour limiter la recherche à un pays. Il est également possible de limiter la recherche par langue en utilisant l'opérateur language restrict (lang_en, lang_fr, etc.). Opérateur language restrict : cf. http://code.google.com/apis/soapsearch/reference.html#2_2 Inurl: / Allinurl: Inurl: ne recherche dans les URL que le premier mot saisi, tandis qu'Allinurl: va trouver les URL contenant tous les termes de la requête. Intitle: / Allintitle: Mêmes caractéristiques que pour la commande ci-dessus en recherchant le ou les terme(s) choisi(s) uniquement dans les titres des documents retournés. Intext: / Allintext: Idem : recherche le ou les terme(s) choisi(s) uniquement dans le corps du texte des documents retournés. Mix Vous pouvez aisément combiner les commandes précédentes dans une même requête, autant pour limiter le nombre de résultats renvoyés par le moteur que pour en augmenter la pertinence. N.B. Dans les requêtes combinées, utiliser uniquement la commande intext: et non pas allintext.
  67. 67. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 28Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 V. Pratiquer la traduction et la terminologie / Ressources du Web (8) - Un terminologue n’est pas forcément traducteur - Un traducteur est forcément terminologue  Le traducteur est son propre terminologue Traducteur = traduction + terminologie - Welcome in the World Century - Welcome in the Word Century - Crowdsourcing = foule-traitance - Montrer son expertise sur le Web - Ouvrir un blog traduction : langue(s) source(s) + secteur(s) de spécialité  Partager en langue cible les textes traduits
  68. 68. Diapo 28 S’il est vrai que le manque d’expérience est le principal obstacle du débutant, alors rien ne vaut la pratique. Or pratiquer la traduction sur Internet, c’est possible. Et qui dit pratiquer la traduction dit également pratiquer la terminologie. Attention cependant ! Ce n’est pas parce qu’on traduit volontairement qu’il faut s’absoudre des contraintes. Au contraire. Même en bénévolat, la traduction facile, ça n’existe pas ! (ou lorsque ça existe, c’est l’exception, jamais la règle…) Donc abordez les traductions « bénévoles » avec le sérieux et les mêmes compétences que s’il s’agissait de traductions payées. “The coming century will not be the American Century, it will be the World Century.” Michael Eisner, CEO, The Disney Company, 1998 Voici quelques ressources. Pratiquer la traduction http://www.lacoccinelle.net/index.html http://www.cucumis.org http://www.traduc.org/ L'association Traduc.org (association loi 1901) a pour objectif d'assurer le développement, la promotion et la diffusion de documentations et d'interfaces en français et en version française pour les systèmes d'exploitations, les logiciels et les standards libres : L'association se donne pour objectif d'assurer le développement, la promotion et la diffusion de documentations et d'interfaces en français et en version française pour les systèmes d'exploitation, les logiciels et les standards libres. Annuaire des projets de traduction francophones 40
  69. 69. 41 Les projets d'adaptation française autour des logiciels libres. Ces projets sont souvent à la recherche de traducteurs. N'hésitez pas à aller leur donner un coup de main ! http://sourceforge.net/projects/foreigndesk/ http://fr.wikipedia.org/wiki/Projet:Traduction La Bible et le Coran, qui sont parmi les livres plus traduits au monde, ont toujours besoin de traducteurs volontaires : http://www.yabiladi.com/coran/ http://www.theholyquran.org/ http://www.bible.org/page.php?page_id=1871 Autres associations de traducteurs bénévoles ou faisant appel à des traducteurs bénévoles : http://www.babels.org/ http://web.tiscali.it/traduttoriperlapace/ http://www.studiperlapace.it/ http://www.attac.org/ http://www.onlinevolunteering.org/fr/index.html http://www.africania.org/ http://www.tsf-twb.org/ Etc. etc., il suffit de chercher « traductions bénévoles » dans Google ! http://www.google.com/search?q=traductions+bénévoles http://www.humains-associes.org/blog/2006/03/31/equipe-de-traduction-collaborative-et-benevole-des- humains-associes/ Crowdsourcing Eric Schmidt définit ainsi le crowdsourcing dans Wikinomics (Don Tapscott, 2007) : « Peer production is about more than sitting down and having a nice conversation... It's about harnessing a new mode of production to take innovation and wealth creation to new levels. » http://www.wikinomics.com/book/IntroAndOne.pdf http://adscriptum.blogspot.com/2008/01/facebook-translations-crowdsourcing.html A8: Localization at Facebook Host: Kathleen Bostick Speaker: Ghassan Haddad (Facebook) Format: Praxis Synopsis: Facebook has over 90,000,000 active members worldwide, and the site is available in over 20 languages with almost 70 languages in progress. The translation has been primarily done by an active user community. Facebook's astronomical international growth since the launch of the translations is a testimony to the need for language translations, as well as to the speed and quality of the community, technology and process behind the activity over the last six months. This presentation discusses some of the aspects of technology and behind-the-scenes process that contribute to the success of our crowd- sourcing approach and describes some of the challenges that lie ahead. Specific topic will include: - Motivation behind crowd-sourcing and an overview of results achieved so far - Description of the process and technology - Community involvement: motivation drivers and trends - Quality control Crowdsourcing in Translation: How the Power of the Crowd Is Accelerating the Process of Globalization Speaker: Jeff Howe Synopsis: If there is one industry where crowdsourcing can turn things upside down, it is the translation industry. The global population of professionally trained translators is not larger than a few hundred thousand. This is a fraction of the supply who is needed to keep up with the ever-increasing demand for translation, but there are a billion people ready to step up. They may not be linguistically trained, but they know enough of a second language to help out. Their lack of knowledge of syntax is over- compensated with expertise in every area of specialization. They often know the terminology and the technology better than the translators. Many companies have already started engaging users in their translation and support activities. Jeff Howe, author of the book Crowdsourcing: Why the Power of the Crowd Is Driving the Future of Business, is coming back to Localization World to discuss this exciting opportunity for groundbreaking innovation in the localization industry. « Google Translate is a cooperation between a company and the crowds. The large audience of google ensures the critical mass of a “crowd” (quite some crowdsourcing initiatives have no crowd whatsoever).
  70. 70. 42 The motivation of people is not money but a contribution to a collective goal that benefits the users themselves as well. » http://www.crowdsourcingdirectory.com/?p=81 N.B. L’idée d’une approche « wiki » serait également intéressante. C’est ce qu’a fait ProZ.com avec http://www.wikiwords.org/ Ouvrir un blog de traduction Rien de tel que d’ouvrir un blog « métier » sur lequel partager avec vos lecteurs des textes qu’ils ne pourraient pas lire sans vous ! En choisissant la ou les langues sources et le ou les secteurs de spécialité que vous maîtrisez le mieux, vous tenez là l’un des meilleurs moyens de faire connaître votre expertise à des clients potentiels… C’est ainsi qu’Adscriptor est né en mars 2005 : http://adscriptum.blogspot.com/2005/03/writing-ads- and-marketing-in-french.html Pour consulter une liste succincte de blogs de traductrices et de traducteurs, voyez les notes de la diapo 26. Pour consulter une liste d’outils, de conseils et de plateformes de blogs, voyez les notes de la diapo suivante, n° 29. Pratiquer la terminologie http://iate.europa.eu/ http://www.granddictionnaire.com/ http://home8.inet.tele.dk/p-spitz/index.html http://www.termiumplus.gc.ca/ http://www.oqlf.gouv.qc.ca/ http://pages.globetrotter.net/mverge/eureka/demoFrameset.html http://www.getty.edu/research/conducting_research/vocabularies/ http://www.lexilogos.com/ http://www.intratext.com/ http://rali.iro.umontreal.ca/ http://portal.unesco.org/culture/fr/ev.php- URL_ID=22214&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html http://157.150.197.21/dgaacs/unterm.nsf/ http://linux.termnet.org/ http://franceterme.culture.fr/ http://www.objectgraph.com/ Recherche et outils terminologiques : http://www.microsoft.com/language/fr/fr/default.mspx http://www.google.com/patents http://scholar.google.com/ http://www.translations2.com/ http://www.archive.org/search.php?query=subject%3A"French language" (exemple de ce qu’on peut trouver sur http://www.archive.org/ …) http://www.inspiro.net/Tools/Tools.aspx http://oami.europa.eu/euroace/euroaceservlet?action=search&langid=en http://www.apsic.com/en/products_xbench.html Navigateurs / CMS http://www.intelliwebsearch.com/ http://www.anwiki.com/ Wapiti : http://wapiti.net.googlepages.com/download_wapiti_split_browsers http://cyber-terminologie.blogspot.com/2008/11/un-poste-de-travail-pour-le-traducteur.html Concordanciers / Mémoires en ligne http://linearb.co.uk/ http://www.ttn.ch/TSM.ASP?WCI=TSM_Main&WCE=frmOK&WCU http://www.term-minator.it/en_diz.html http://www.webcorp.org.uk/ http://evrokorpus.gov.si/k2/index.php?jezik=angl http://2lingual.com/ http://www.windi7.com/index.php http://www.bultreebank.org/french/login.html http://dev.sslmit.unibo.it/corpora/corpora.php http://wacky.sslmit.unibo.it/doku.php?id=corpora
  71. 71. 43 http://icall-group.computing.dcu.ie/esprit/concord.php http://www.wordfast.net/index.php?whichpage=jobs&lang=engb http://www.tmmarketplace.com/ Outils de TAO http://www.i18nguy.com/TranslationTools.html http://en.wikipedia.org/wiki/Computer-assisted_translation http://www.dmoz.org/Computers/Software/Globalization/Computer_Aided_Translation// http://www.translatum.gr/dics/translation-memory.htm Dictionnaires http://dico1.com/ http://www.lexicool.com/ http://www.online-dictionary.biz/ http://lingvozone.com/ http://langtolang.com/ http://dictionnaire.tv5.org/dictionnaires.asp http://www.yourdictionary.com/ http://www.wiktionary.org/ http://en.bab.la/ Quelques (listes de) glossaires notoires http://ftp.mozilla.org/pub/mozilla.org/mozilla/l10n/glossaries/ http://www.microsoft.com/globaldev/tools/MILSGlossary.mspx http://developer.novell.com/wiki/index.php/SUSE_Linux_Localization http://www.lingualizer.net/tools/files/750dd40075f9cd9311a0e9e5bcd52998-28.html http://www.foreignword.com/fr/technology/other/other.htm http://www-rocq.inria.fr/qui/Philippe.Deschamp/divers/metalexis.html http://www.glossaire.be/ http://www.ispitznagel.de/glossare.htm http://web.letras.up.pt/traducao/index_files/Page1780.htm http://www.transedit.se/dictionary_links.htm http://linguistlist.org/sp/Dict.html http://www.liensutiles.org/dico.htm http://bubl.ac.uk/link/t/translatingdictionaries.htm http://www.topblogarea.com/rss/Dictionary.htm Outils de traduction automatique gratuite http://www.traducteur.fr/articles/article-5.html http://c.asselin.free.fr/french/traduction.htm http://www.liensutiles.org/traducteur.htm Tell it in many languages ! http://www.elite.net/~runner/jennifers/
  72. 72. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 29Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 VI. Bâtir sa présence sur le Web / Ressources du Web (9) - Web 3.0 : Web non structuré, profusion de données, de services, traduction = utility - Démarchage clientèle : démarcher seulement lorsqu’on est prêt, sous peine d’obtenir le contraire de l’effet voulu ! - Email – signatures hyperliens / mailings  Occasion unique, à ne pas gaspiller, c’est la première impression qui compte (IRL)… Web 1.0 vs. Web 2.0 vs. Web 3.0 vs. the Cloud ! - Web 1.0 : site plaquette / statique - Web 2.0 : participatif / dynamique - Blogs, réseaux sociaux, pages Twitter, YouTube, Flickr, Google Earth, profil Google, Knol, partage de documents, widgets, etc.
  73. 73. Diapo 29 Enjeux et défis du Web comme plateforme sociale (Social OS) Nous l’avons déjà dit, le web est l’OS, ou système d’exploitation, mais comme sur les OS classiques, on n’utilise que 10% de ses potentialités, et encore… Or aujourd’hui, la dimension « sociale » du Web est primordiale, et plus encore pour les traducteurs, vu la dimension fortement sociale de la traduction (Cf. note de la diapo n° 4). Il faut donc passer d’une logique Web 1.0 (je développe un seul site, statique) à une approche Web 2.0 : à présent, je crée mon interface sociale ! http://adscriptum.blogspot.com/2007/12/interface-sociale-tableau-de-bord-web.html http://adscriptum.blogspot.com/2006/08/les-trois-composantes-de-notre-prsence.html http://adscriptum.blogspot.com/2008/04/lhomme-est-un-animal-social.html Donc comment bâtir cette « présence sociale » ? Créer un site Site traditionnel, en HTML, wikis Comprendre l'HTML : http://actuel.fr.selfhtml.org/index.htm Wikis : http://www.inrp.fr/vst/Dossiers/Wikipedia/sitographie.htm Pour héberger le site : http://www.proz.com/ (hébergement compris dans l’adhésion annuelle) http://www.synthasite.com/ http://www.webjam.com/ http://members.freewebs.com/ http://www.weebly.com/ Pour les inconditionnels de Microsoft : http://www.officelive.com/ 44
  74. 74. 45 Pour les inconditionnels de Google : http://www.google.com/apps/intl/en/business/collaboration.html (50$/an) Google mérite une place à part, vu le nombre de services qu’il offre (par ex. Knol peut être un excellent vecteur de visibilité…), la plupart gratuits. Voici quelques ressources qui vous diront tout sur Google : http://www.google.com/options/ http://fr.wikipedia.org/wiki/Google http://www.simply-google.com/ http://www.webrankinfo.com/google/produits.php http://www.zorgloob.com/ http://blogoscoped.com/ http://googlesystem.blogspot.com/ http://www.googlewatchblog.de/ http://googlified.com/ http://googlexxl.blogspot.com/ Etc. Wiki + blog = http://www.netcipia.com/ Créer un blog / réseau http://www.blogger.com/home http://fr.wordpress.com/ http://www.ning.com/ http://grou.ps/ Créer sa page sur les réseaux sociaux Choisir son réseau : http://www.oxyweb.co.uk/blog/socialnetworkmapoftheworld.php Attention : pages Facebook, LinkedIn, etc. non indexables… Optimiser Twitter : http://www.chrisbrogan.com/50-ideas-on-using-twitter-for-business/ Utiliser Flickr : http://www.ed-productions.com/leszed/index.php?facebook-et-flickr Broadcast Yourself : http://fr.youtube.com/ Ma chaîne sur http://dailymotion.alice.it/fr Aujourd'hui sur MySpace : http://fr.myspace.com/ Mettre liens externes sur http://fr.wikipedia.org/ ou écrire sur http://knol.google.com/ Mettre en ligne des documents sur des sites de partage documentaire : - http://www.scribd.com/ - http://www.docstoc.com/ - http://www.slideshare.net/ Trouver les meilleures ressources sur http://delicious.com/ (cf. exemple diapo suivante) Promouvoir ses articles / billets de blog sur http://www.scoopeo.com/ http://digg.com/ etc. Promouvoir son blog sur Technorati : http://bababillgates.free.fr/index.php/comment-augmenter-votre- autorite-technorati/ Sites et blogs utiles (Conseils d’écriture, rédaction technique, sources d’infos) http://ecrireweb.over-blog.com/pages/Quelques_ressources_documentaires-560405.html http://plumeinteractive.canalblog.com/ http://www.redaction.be/ http://www.academyxl.com/index.php http://www.outilsfroids.net/ http://money.cnn.com/magazines/business2/storysupplement/worldinternet/index.htm http://www.commentcamarche.net/forum/affich-840440-sites-pour-stockage-gratuit-de-documents (stockage des données) http://www.zoho.com/ http://www.webdeux.info/top10-de-mes-services-web-20-les-incontournables + liste des 450 services 2.0 organisés en 20 familles : http://www.grazr.com/read/loichay/BOITE_A_OUTILS_DES_INNOVENTEURS (cf. diapo 26) Sur le Web 3.0 et le “Cloud” http://www.emantics.com/index.php/2006/03/31/2-web-20-vs-web-30 http://adscriptum.blogspot.com/2007/08/web-20-vs-web-30-et-la-suite.html http://adscriptum.blogspot.com/2008/05/le-web-dans-les-nuages.html
  75. 75. 46 Définition du Web 3.0 par Nicholas Carr : « Le Web 3.0, c’est la désintégration des données numériques et des logiciels dans des composants modulaires qui, grâce à l'utilisation d’outils simples, peuvent être réintégrés à la volée dans de nouvelles applications ou fonctions, autant par les machines que par les personnes. » Et lorsque l’on dit de la traduction qu’elle pourrait devenir à terme une « utility » (cf. diapo n° 21), cela s’inscrit pleinement dans cette définition. Quant aux implications du « Cloud » pour la traduction, le concept de mémoire universelle, ou very large scale translation memory selon Google, en est l’illustration parfaite. http://adscriptum.blogspot.com/2008/11/large-scale-translation-memories-google.html Cloud Tous les services annoncés ci-dessus permettent d’avoir des « clients » (desktop) légers pour transférer le tout en ligne (webtop, webmail, etc.), et disposer ainsi de « services Web » toujours réactualisés, accessibles de partout…
  76. 76. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 30Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 VII. Transformer cette présence en visibilité / Ressources du Web (10) Être présent sans être visible = être absent ! Théorie du nœud papillon Se positionner au cœur du réseau  de votre réseau 1 terme clé = 1 page clé 2008 1 000 milliards d’URL dans les nuages ! x 5k
  77. 77. Diapo 30 La précédente diapo parle de présence. Or ce n’est pas le tout d’être présent, il faut également être visible. Sur Internet la visibilité s’obtient grâce à l’hypertextualité, qui est le propre du Web. L’importance des liens a été mise en exergue dans une recherche menée en 2000 par Altavista, Compaq et IBM, d’où il résulte que les sites peuvent être classifiés de la façon suivante: • le cœur du réseau : environ 30% des sites les plus interconnectés qui se partagent et où convergent un maximum de liens et de trafic ; • les sites d’origine : environ 20% des sites d’où les internautes sont dirigés vers le cœur du réseau, avec très peu de liens qui pointent en sens inverse ; • les sites de destination : environ 20% de pages accessibles depuis le cœur mais n’y renvoyant que très peu ; • les sites déconnectés : environ 30% d’îlots épars n’ayant que peu de liens et générant peu de trafic. La topographie d’Internet qui s’en dégage a été dénommée la Théorie du nœud papillon ! http://www9.org/w9cdrom/160/160.html http://adscriptum.blogspot.com/2008/01/le-web-en-2008.html http://adscriptum.blogspot.com/2006/01/importance-dune-stratgie-de-liens.html Cette stratégie de liens doit tendre à devenir bidirectionnelle avec vous au centre. C’est-à-dire que votre présence, développée à l’aide des outils que nous venons de voir, doit devenir un pôle centralisé à partir duquel irradier sur le Web. Positionnez ce pôle au cœur du réseau que vous allez tisser. Avec comme objectif devenir visible. Les liens que vous obtiendrez en retour seront un signe de reconnaissance : d’abord être présent/e, puis visible, ensuite connu/e, et enfin reconnu/e. 47
  78. 78. 48 Le concept de visibilité sur Internet implique donc différentes notions connexes : Visibilité = « trouvabilité », référencement, positionnement Être visible, c’est être trouvable. Et trouvé ! Mots clés termes clés (1 terme peut contenir plusieurs mots) Phrases clés, pages clés, etc. Un seul mot clé : optimiser, optimiser, optimiser… SEO : Search Engine Optimization, SEM : Search Engine Marketing http://adscriptum.blogspot.com/2006/08/optimisation-pour-les-mdias-sociaux.html http://adscriptum.blogspot.com/2006/04/optimisation-du-positionnement-dans.html http://adscriptum.blogspot.com/2006/10/booster-son-blog-mots-cles-et.html http://adscriptum.blogspot.com/2006/08/optimiser-son-blog-comment-pourquoi-et.html Visibilité = participation, occuper le terrain « Bâtir une présence pérenne et la rendre visible demande du temps, de la réflexion, de l’implication, de l’énergie et de la constance. C’est un travail assidu qui s’élabore au jour le jour, dans le sillage de fortes lignes directrices et d’objectifs progressifs très clairement fixés dès le début, sous peine de s’éparpiller en partant dans tous les sens. Mieux les contours des sphères personnelle et socio- professionnelle seront initialement définis, mieux il sera possible de jeter le socle d’une présence robuste pour une visibilité durable. D’où l’impérative nécessité de mener une analyse SWOT sérieuse (cf. diapos de 7 à 19) : avant d’entreprendre quelque initiative que ce soit sur le Web, accordez donc à cette analyse tout le temps, la réflexion, l’implication, l’énergie et la constance indispensables. » Visibilité = réputation, identité numérique Sur l’identité numérique, une réflexion préalable s’impose : quel identifiant utiliser sur les différents services et pour les différents comptes ? OpenID : http://fr.wikipedia.org/wiki/OpenID http://adscriptum.blogspot.com/2006/11/identity-20-is-inevitable.html http://adscriptum.blogspot.com/2006/12/digital-life-la-mutation-numrique.html http://adscriptum.blogspot.com/2008/06/media.html Personal branding : construire sa marque ! http://delicious.com/search?p=personal+branding&u=&chk=&context=&fr=del_icio_us&lc=0 http://www.chrisbrogan.com/100-personal-branding-tactics-using-social-media/ http://www.webdeux.info/personal-branding-creation-de-contenus http://www.mybranding.fr/ http://adscriptum.blogspot.com/2008/09/personal-branding-how-to-brand-you.html Pour conclure, la visibilité est probablement la raison pour laquelle je suis aujourd’hui devant vous ! Merci.
  79. 79. Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc (c) 2008 31Jean-Marie Le Ray / Studio 92 Snc © 2008 « Cette présentation se propose d’être une lucarne sur le Web, véritable caverne d’Ali Baba débordant de trésors. Je vous ai ouvert la porte, maintenant c’est à vous d’y pénétrer et de l’explorer pour y découvrir les perles rares qui n’attendent que vous. Merci. » Q & R Jean-Marie Le Ray
  80. 80. Diapo 31 Jean-Marie Le Ray Studio 92 Snc Via della Segale, 10 00040 – Ardea (Roma) Italie Tél. +39069147281 jmleray@studio92.net http://www.adscriptor.com http://www.translation2.com http://www.xbrl.name http://www.studio92.eu 49

×