Les
bibliothèques
françaises
après Charlie
# BIBENACTION
Raphaëlle Bats,
Enssib, Centre Gabriel Naudé / LCSP, Paris 7
raph...
POINT DE DÉPART
 Lecture et traduction d’un article de David Lankes.
 Réflexion sur la notion de devoir ou de pouvoir faire
 Crainte de...
 Diffusion de la traduction le 11 janvier,
 Lancement le même jour par Nathalie Clot et Raphaëlle Bats,
d’une collecte d...
 Pouvoir s’inspirer de ce qui est fait : versant professionnels en
activité
 Garder trace : mémoire et histoire des bibl...
MÉTHODE
 Appel à témoignage via Twitter et blogs et l’utilisation d’un
hashtag #bibenaction.
 La recherche #bibenaction permet d...
RÉSULTATS
 La recension compte ainsi aujourd’hui plus de 150 actions.
 Non exhaustif
 Une large diffusion sur le web des actions ...
 Structures :
 Bibliothèques municipales,
 Bibliothèques universitaires,
 Bibliothèques nationales,
 Bibliothèques d’...
 1er temps de diffusion de messages, plutôt nouveau pour
les bibliothèques,
 2nd temps d’actions très bibliothéconomique...
 Dans les 5 jours qui ont suivi les attentats principalement
 Où ?
 sur le site Web,
 sur leurs portes d’entrées,
 su...
©Romane Volle. médiathèque de Saint-Médard-en-Jalles et du Carré-Les Colonnes
 tout le mois de janvier : hyper réactivité des bibliothécaires
 Des sélections d’ouvrages / chansons / ressources : tab...
BM Saint-Aubin-du-Pavail (35)
BM Hérouville Saint Clair, Calvados.
BM Clermont-Ferrand
BU Droit - Besançon
 Depuis février-mars
 La continuité des premières actions :
 affichage du message « je suis charlie »,
 prolongation d...
Médiathèque Départementale – Pierres-Vives
 Les tensions :
 vitrines brisées, livres déchirés…
 constatées, rapportées parfois, mais affichées nulle part or sans ...
Médiathèque Départementale – Pierres-Vives
QUESTIONS
 Les actions menées par les bibliothèques après les événements de
janvier 2015 ont été quasi immédiates, nombreuses et se...
 Que représente l’affichage du message « Je suis Charlie » ?
 une action politique, un engagement public ? Prendre posit...
 L’action comme prise de position / neutralité
 Faut-il penser que ces messages sont considérés comme neutre, de
par leu...
ENGAGEMENT
 Devient-on encore bibliothécaire, bénévole ou professionnel, par
engagement ?
 Silence sur d’autres engageme...
PISTES
 Promouvoir la bibliothèque comme le lieu d’exercice d’une
citoyenneté active : à voir du côté du collaboratif et du
part...
MERCI !
Contact : Raphaëlle Bats
Enssib, Centre Gabriel Naudé
Laboratoire des Changements Sociaux et
Politiques, Paris 7
r...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les bibliothèques après les attentats de janvier 2015

5 031 vues

Publié le

Conférence donnée à l'occasion d'une journée d'étude ABF à Colmar

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 031
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2 297
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les bibliothèques après les attentats de janvier 2015

  1. 1. Les bibliothèques françaises après Charlie # BIBENACTION Raphaëlle Bats, Enssib, Centre Gabriel Naudé / LCSP, Paris 7 raphaelle.bats@enssib.fr
  2. 2. POINT DE DÉPART
  3. 3.  Lecture et traduction d’un article de David Lankes.  Réflexion sur la notion de devoir ou de pouvoir faire  Crainte de voir un impératif d’agir se mettre en place au lieu d’une réflexion sur l’action politique des bibliothèques  Réflexion sur le rôle de la bibliothèque dans la cohésion sociale en temps de crise  Crainte de voir la liberté d’expression prendre le dessus sur une réflexion générale sur le vivre-ensemble.  Liberté d’expression,  bibliothèques garantes  condition d’existence des bibliothèques,  Vivre en commun - vivre ensemble  Socle de la politique  Convoqué par les bibliothèques via leur rôle culturel et social POINT DE DÉPART
  4. 4.  Diffusion de la traduction le 11 janvier,  Lancement le même jour par Nathalie Clot et Raphaëlle Bats, d’une collecte d’actions,  via le hashtag « #bibenaction » permettant aux bibliothécaires de marquer les actions menées en réponse aux attentats par leurs ou par des bibliothèques. POINT DE DÉPART
  5. 5.  Pouvoir s’inspirer de ce qui est fait : versant professionnels en activité  Garder trace : mémoire et histoire des bibliothèques : versant bibliothécaire/archiviste  Comprendre les actions menées, pour éclairer le rôle des bibliothèques : versant recherche avec deux axes :  Analyser le rôle des bibliothèques dans les situations de crise  Définir le rôle des bibliothèques dans une société démocratique en mutation. OBJECTIFS DE #BIBENACTION
  6. 6. MÉTHODE
  7. 7.  Appel à témoignage via Twitter et blogs et l’utilisation d’un hashtag #bibenaction.  La recherche #bibenaction permet de retrouver tout ce qui a été ainsi « hashtagué » : https://twitter.com/hashtag/bibenaction  Collecte complétée par un travail de recherche sur le Web : sites Web, pages Facebook, comptes Twitter des bibliothèques, ou par des témoignages oraux et écrits.  Puis complétée par la collecte lancée en février par Dominique Lahary et Philippe Charrier et le blog « Les bibliothèques après Charlie » https://bibcharlie.wordpress.com/  Collecte toujours ouverte COLLECTE #BIBENACTION
  8. 8. RÉSULTATS
  9. 9.  La recension compte ainsi aujourd’hui plus de 150 actions.  Non exhaustif  Une large diffusion sur le web des actions menées par les bibliothèques après les événements de janvier 2015  Manifestation d’une volonté d’assumer face au monde ces actions ?  Habitude acquise de la communication en ligne ?  Ou est-ce lié à l’événement lui-même très relayé en ligne ?  Le hashtag #jesuischarlie a dépassé toutes les niveaux d’usage de hashtag connus à ce jour.  Une zone d’ombre : toutes les bibliothèques n’ont pas mené d’actions et on ne sait pas si l’absence d’action est liée à un choix ou à une non visibilité sur le net. RÉSULTATS
  10. 10.  Structures :  Bibliothèques municipales,  Bibliothèques universitaires,  Bibliothèques nationales,  Bibliothèques d’écoles d’enseignement supérieur,  Bibliothèques départementales et  Médiathèques françaises à l’étranger via l’Institut français  Taille :  Des très grands établissements : BnF  De grandes structures : BM Lyon ou de Bordeaux, SCD Lyon 1 ou de Lille  Des structures moyennes : BM Hérouville, SCD Chambéry  De petites structures : BM de villes de moins de 1000 habitants ou bibliothèques d’écoles de moins de 500 étudiants et enseignants.  Géographie  Métropole  Territoires d’Outre-Mer  Etranger TYPOLOGIE :
  11. 11.  1er temps de diffusion de messages, plutôt nouveau pour les bibliothèques,  2nd temps d’actions très bibliothéconomiques  3ème temps plus éloigné de la pratique quotidienne et de l’événement lui-même. ACTIONS
  12. 12.  Dans les 5 jours qui ont suivi les attentats principalement  Où ?  sur le site Web,  sur leurs portes d’entrées,  sur leurs pages Facebook,  ou sur leur fil twitter  Quoi ? des messages de condoléances, de peine, de soutien, d’effarement, un affichage du panneau « Je suis Charlie ».  Signés par la direction, par la tutelle, relayés par des associations ou encore portés par toute l’équipe, voir même par le public : murs d’expression. 1ER TEMPS : DES MESSAGES
  13. 13. ©Romane Volle. médiathèque de Saint-Médard-en-Jalles et du Carré-Les Colonnes
  14. 14.  tout le mois de janvier : hyper réactivité des bibliothécaires  Des sélections d’ouvrages / chansons / ressources : tables de présentation, liste sur le site Web ou dans le catalogue lui-même.  Des expositions : dans la bibliothèque, ou via Pinterest, albums Facebook. : des couvertures de Charlie Hebdo, des caricatures, notamment toutes celles qui ont afflué à travers le monde de caricaturistes de presse, d’ouvrages des victimes.  Des acquisitions : annonce de l’abonnement à Charlie Hebdo, de l’achat et de la mise à disposition du numéro du 14 janvier, dont sa mise à disposition en audio- description.  Musique de fermeture de la bibliothèque modifiée pour passer une chanson écrite pour l’occasion,  Des actions qui s’appuient sur des partenariats, preuve que des partenariats solides sont capables de monter des projets et des actions dans un temps à la fois limité et intense. 2ÈME TEMPS : DES ACTIONS BIBLIOTHÉCONOMIQUES
  15. 15. BM Saint-Aubin-du-Pavail (35) BM Hérouville Saint Clair, Calvados. BM Clermont-Ferrand BU Droit - Besançon
  16. 16.  Depuis février-mars  La continuité des premières actions :  affichage du message « je suis charlie »,  prolongation des tables de présentations  expositions de longue durée.  De nouvelles actions / nouveaux programmes  La BM de Dunkerque et les notes de lecture nominatives.  La médiathèque départementale de Pierres-Vives qui a vidé ses rayonnages et ouvert quasi-vide.  La BM Nancy qui travaille avec le Grand Troyes pour des projets pédagogie et citoyenneté.  La BML et son projet Démocratie  Des temps de réflexion et de formation:  Le BBF « Liberté chérie »,  la journée d’étude nationale de l’ABF consacrée à l’après Charlie,  la table-ronde organisée au congrès 2015 ABF  Journée des promus DCB 15 sur la liberté d’expression  Les champs-libres et leurs formations internes 3ÈME TEMPS : L’APRÈS CHARLIE ?
  17. 17. Médiathèque Départementale – Pierres-Vives
  18. 18.  Les tensions :  vitrines brisées, livres déchirés…  constatées, rapportées parfois, mais affichées nulle part or sans trace de ces tensions, il sera difficile de comprendre ce qui les a créé et les éviter à l’avenir.  Echecs ?  Murs d’expression blancs ?  Peu de visites ?  Rendez-vous manqués ?  Succès ?  du vivre ensemble ?  De la liberté d’expression ?  De la perception du rôle des bibliothèques ? 2ÈME ZONE D’OMBRE : LES PUBLICS
  19. 19. Médiathèque Départementale – Pierres-Vives
  20. 20. QUESTIONS
  21. 21.  Les actions menées par les bibliothèques après les événements de janvier 2015 ont été quasi immédiates, nombreuses et se sont inscrites dans un temps qui dépasse celui de l’événement lui-même. Elles ont par ailleurs été portées par des bibliothèques très différentes, de manière identique, ou du moins avec la même force.  Relèvent-elles du rôle normal du bibliothécaire dans ce genre de situation ?  Et que nous apprennent-elles du rôle des bibliothèques en temps de crise ou en temps de réflexion sur ce qu’est le vivre-ensemble dans nos démocraties ?  Ou  Sont-elles la manifestation bibliothéconomique de la stupeur et de l’émoi des français ?  Et que nous apprennent-elles de l’articulation : fonctionnaire/citoyen ? PROBLEMATIQUE
  22. 22.  Que représente l’affichage du message « Je suis Charlie » ?  une action politique, un engagement public ? Prendre position  Une réponse à une fragilisation du socle social ? Faire corps  Que représente le message ?  Voix de la société française : politique comme cohésion (et comme émotion ?)  Voix de la bibliothèque : politique comme institution  Voix des élus : politique comme élection  On voit se dessiner les difficultés :  Cohésion de quoi ? Quid des non-charlie ? Quid des invisibles ?  Institution et son rôle dans la démocratie ? Acteur ou passeur ?  Election et la crise de la représentation ? LE BIBLIOTHÉCAIRE EST-IL UN CITOYEN COMME UN AUTRE ?
  23. 23.  L’action comme prise de position / neutralité  Faut-il penser que ces messages sont considérés comme neutre, de par leur portée nationale ? Masse ? Message de l’Etat ?  Faut-il penser que la neutralité n’est plus de mise devant l’émoi ?  Ou tout simplement que la neutralité n’est que peu entamée par un simple logo, ou un message de condoléances ?  « Ici, on ne fait pas de politique ! ».  Neutralité des institutions et neutralité du bibliothécaire ? NEUTRALITÉ
  24. 24. ENGAGEMENT  Devient-on encore bibliothécaire, bénévole ou professionnel, par engagement ?  Silence sur d’autres engagements possibles : la loi sur le renseignement, le droit d’auteur, etc….  Engagement sur le social (en temps de crise) plutôt que sur le politique  Renouer avec une vocation politique du bibliothécaire, qui se reconnait comme acteur dans la construction de la démocratie ? Et comment ?
  25. 25. PISTES
  26. 26.  Promouvoir la bibliothèque comme le lieu d’exercice d’une citoyenneté active : à voir du côté du collaboratif et du participatif.  Avec le peuple, plutôt qu’au service du public.  Devenir des institutions insurgentes (Abensour)  Reconnaitre que la démocratie est toujours en construction.  Travailler la culture politique des fonctionnaires  Développer les formations aux questions politiques : pluralisme, neutralité, représentation, etc.  Etudier la bibliothéconomie avec un angle plus critique : Critical LIS. DES PISTES ?
  27. 27. MERCI ! Contact : Raphaëlle Bats Enssib, Centre Gabriel Naudé Laboratoire des Changements Sociaux et Politiques, Paris 7 rbats.pro@gmail.com

×