SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  32
Marketing International
Mercatique Internationale
Séance Annexe 1 – La dimension Interculturelle du
Marketing International
Introduction
• Les acteurs sont souvent mal sensibilisés aux
différences interculturelles qui existent t à leurs
conséquences sur les affaires.
• La dimension interculturelle reste assez mal maitrisée :
apparition de dysfonctionnements .
• Nécessité cruciale de prendre en compte la culture :
– Lors de négociations commerciales internationales
– Lors de la définition des éléments du marketing mix
– Lors du management d’une structure implanté sur le marché
Introduction
• Qu’est ce qu’une culture ?
• En sociologie, la culture est définie comme "ce qui est
commun à un groupe d'individus" et comme "ce qui le soude".
Ainsi, pour une institution internationale comme l'UNESCO : «
Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd'hui être
considérée comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels
et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une
société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les
lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l'être
humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les
croyances. »1 Ce "réservoir commun" évolue dans le temps
par et dans les formes des échanges. Il se constitue en
manières distinctes d'être, de penser, d'agir et de
communiquer.
• La culture est acquise et non innée.
Introduction
• Comment se manifeste une culture ?
– L’environnement
– Les us et coutumes
– Les normes
– Les valeurs
– L’Histoire
– La langue et la cognition
– L’Art
– Les comportements productifs et commerciaux
1. Les différences
culturelles
• Prendre en compte les différences culturelles en
négociation commerciale internationnale
• 1er problème : La langue
• L’anglais, la langue commune => distance
relationnelle, méfiance réciproque.
• Le négociateur craint de ne pas avoir bien fait passer
ses idées ou de mal comprendre celles de son
interlocuteur.
1. Les Différences
Culturelles
Emetteur du Message
1. L’émetteur désire communiquer une idée
bien précise.
2. L’émetteur s’exprime dans une autre
langue que sa langue d’origine.
3. Ce que le récepteur entend.
4. Ce que le récepteur écoute.
5. Ce que le récepteur comprend du
message.
Récepteur du Message
Perte
D’informations
1. Les Différences
Culturelles
• Les individus de cultures différentes ne décodent pas les
messages avec le même référentiel.
1. Les Différences
Culturelles
• Dans une communication interculturelle, le récepteur doit
pouvoir aussi interpréter les nuances, sous entendus du
message verbal, mais aussi les gestes, comportements,
l’intonation de son interlocuteur…
• Les mêmes gestes peuvent avoir des significations
totalement différentes selon la culture.
1. Les Différences
Culturelles
• Le dialogue à distance physique réduite, pratiqué au
Moyen-Orient, peut-être considéré comme une quasi-
agression physique par les allemands et les anglo-
saxons.
• Dans certains pays d’Asie du Sud-Est
(Thailande, Malaisie), désigner quelqu’un du pied est un
manque de respect puisque c’est la partie la moins noble
du corp.
1. Les Différences
Culturelles
• L’importance du non verbal varie aussi en fonction du
contexte.
A. La relation au temps
• L’économicité du temps : le temps est-il précieux ou
pas ?
• Pour certaines cultures, le temps est une denrée
rare, avec une vision monétaire du temps qui passe et y
attacher une importance de premier ordre.
• Exemple : le monde anglo-saxon
A. La relation au temps
• D’autres cultures ont une vision plus élastique du temps
: l’important dans ces régions est de prendre son temps
pour prendre la bonne décision.
• Ma patience est une vertu très forte : les choses doivent
être faites, c’est cela qui compte et l’efficacité n’est pas
évaluée par la notion temporelle.
• Exemple : La Chine et les entreprises chinoises
demandent à instaurer une relation de confiance avant
d’entreprendre une démarche commerciale avec une
fournisseur étranger.
A. La relation au temps
Economie faible
Temps peu précieux : le temps est un
outil au service de l’événement
Economie Forte
Temps très précieux :
l’efficacité passe par
l’économie du temps.
A. La relation au temps
• Le monochromisme versus le multichromisme.
• Culture monochronique : le temps est linéaire et
conditionné. Les tâches sont traitées de façon
séquentielle.
• Culture polychronique : se caractérise pour une
souplesse d’activité et une gestion simultannée des
tâches.
B. L’établissement de la
confiance
• On distingue :
– Les cultures avec des systèmes d’établissement de la confiance
« à posteriori » : l’établissement de la confiance ne peut se faire
qu’après une relative interpénétration des vies privées. Chaque
protagoniste doit « se livrer » afin de gagner l’amitié de l’autre au
sens fort.
– Les cultures affichant une confiance « à priori » : les
interlocuteurs font confiance dès le départ. L’interpénétration est
inutile, voire considérée comme parasite.
B. L’établissement de la
confiance
• La crédibilité
• La crédibilité que l’on accorde est une notion subjective
et intimement culturelle.
• L’âge, le sexe, la taille, l’embonpoint peuvent être tour à
tour des avantages ou des inconvénients à priori.
B. L’établissement de la
confiance
• Les stéréotypes nationaux
• Les stéréotypes interfèrent dans le choix des partenaires
commerciaux lors de négociations ou de la gestion
d’implantations locales.
Image prise sur jayworld.com
B. L’établissement de la
confiance
• L’accord crédible : écrit ou oral ?
• Dans les cultures dites du nord, l’écrit est naturel, très
précis et indispensable. => L’accord est écrit et explicite.
• Dans les cultures dites du sud, l’écrit est considéré
comme secondaire et découlant des facteurs de
confiance plus informels. => L’accord est oral et
implicite.
B. L’établissement de la
confiance
• Conséquence sur la rédaction du contrat :
• Avec certaines cultures, il faut privilégier les facteurs
informels et laisser un relatif flou sur certaines clauses
pour éviter de pousser au non respect.
• Les cultures anglo-saxonnes par contre vont avoir
tendance à formaliser par l’écrit de manière exhaustive.
2. Les modes de
Management et Culture
• Il existe des différences dans les modes de management
des entreprises en fonction de a culture nationale, même
si chaque entreprise a sa propre culture, sa propre
histoire et ses systèmes de valeur.
• Travaux de Geert Hofstede et Philippe d’Iribarne
A. La distance
hiérarchique
• Selon G. Hofstede, la distance hiérarchique est définie
comme « la mesure dans laquelle les individus les moins
puissants des entreprises et des autres organismes
acceptent le fait que le pouvoir soit distribuée de façon
inégale ». En d'autres termes, les personnes dans les
cultures à forte distance hiérarchique acceptent
davantage les différences de statuts que les personnes
dans les cultures à faible distance hiérarchique.
A. La distance
hiérarchique
• Traduction dans les organisations
– Dans les entreprises à forte distance hiérarchique, on valorise
une poignée de leaders.
– Dans les entreprises à faible distance hiérarchique, on privilégie
une décentralisation des tâches et la recherche de consensus.
– Exemple de pays à faible distance hiérarchique : La Norvège, la
Finlande ou encore la Suède.
– Exemple de pays à forte distance hiérarchique : La France, La
Chine…
A. La distance
hiérarchique
• En terme de négociation, il faudra porter une attention
particulière à mettre en face à face des interlocuteurs de
niveau hiérarchique similaire.
• Exemple : en Malaisie, le fait d’envoyer un commercial
sans grand pouvoir décisionnel pour concrétiser un
accord commercial avec un directeur important sera très
mal perçu et peut entrainer un blocage.
B. L’individualisme
• L’index d’individualisme mesure à quel point les liens entre les
individus sont distendus, chacun ne pouvant compter que sur
soi ou sa famille très proche.
• Culture individualiste : elle favorise la prise de décision par
une seule personne. L’individu agit dans son propre intérêt, il
faudra le valoriser, différencier plus fortement les
salaires, développer la formation.
• Culture communautaire : elle valorise plus le groupe que
l’individu. Les décisions seront prises de manière concertée
par une pluralité d’acteurs. Le recrutement devra fortement
tenir compte du relationnel de l’individu, du groupe voire la
famille desquels il est issu et éviter autant que possible les
conflits.
C. L’aversion pour
l’incertitude
• L’index d’évitemment de l’incertitude mesure à quel point
les membres d’une culture sont effrayés par les
situations ambiguës ou inconnues.
C. L’aversion pour
l’incertitude
• Conséquence pour les relations commerciales : la
qualité de prudence peut être perçue par les
négociateurs des cultures de la prise de risque comme
un manque d’ambition dans les projets, voire un manque
de courage.
• => D’où l’importance de montrer un élan entrepreneurial
fort, une compréhension sans crainte de la prise de
risque.
D. La masculinité
• L’index de masculinité mesure à quel point les rôles
émotionnels sont distribués en fonction du sexe : les
hommes sont supposés être assertifs, durs et
concentrés sur le succès matériel, alors que les femmes
sont supposées être réservées, fragiles et concernées
par la qualité de la vie.
• Culture féminine : la modestie, mise en avant des
relations personnelles plus que l’argent, le souci de la
qualité de vie, l’entraide, la préservation.
• Culture masculine : la parade, recherche de pouvoir, de
reconnaissance, l’ambition.
3. Tentative de classement
par zones géographiques
• 6 mondes :
– Le monde anglo-saxon
– Le monde germanique
– Le monde latin
– Le monde arabe
– Le monde africain
– Le monde asiatique
Le monde
• L’entreprise est souvent perçue comme une
communauté : la légitimité doit être démocratique et
concertée.
• Pour convaincre, il faut obtenir l’adhésion du groupe plus
que di seul interlocuteur, à l’aide d’une préparation
méthodique et rigoureuse des rencontres avec un
maximum d’éléments formalisés par écrit, qui seront très
sérieusement étudiés et commentés avant la
confrontation.
• Forte présence des syndicats à la gestion de
l’entreprise.
Le monde
• L’entrepris e est une sorte de confrérie, de famille,
dominée par un homme : mythe du père fondateur =
management paternaliste.
• Décision prise par le leader historique de l’entreprise : il
est donc important de l’identifier et d’avoir un contact
direct avec lui.
• Les cadeaux et les distinctions honorifiques sont
fréquents et considérés comme faisant partie de la
relation d’affaire. Or les partenaires occidentaux auraient
tendance à considérer cela comme de la corruption ou
du favoritisme.
Le monde
• Le propriétaire de l’entreprise a un rôle central : l’équipe
dirigeante est souvent amenée à rendre de nombreux
comptes à ceux qui les nomment et possèdent
l’entreprise.
• L’entreprise comme un nœud de contrat : chaque
personne se sent véritablement liée à la structure
organisationnelle par un contrat.
Le monde
• La hiérarchie joue un rôle important. La légitimité est liée
à la grandeur, à l’honneur.
• La mise en valeur du rang dans l’organisation, de la
réussite sociale ou encore des diplômes obtenus
permettent de s’attirer la sympathie du décideur.
• Aspect affectif : être souvent « amis » avant d’être
collaborateurs, interprénétrations de la vie privée comme
professionnelle.

Contenu connexe

Tendances

Les stratégies marketing à l'international
Les stratégies marketing à l'internationalLes stratégies marketing à l'international
Les stratégies marketing à l'internationalMariem SELLAMI
 
Etude de-cas-cellule-de-veille
Etude de-cas-cellule-de-veilleEtude de-cas-cellule-de-veille
Etude de-cas-cellule-de-veilleMariem Chaaben
 
Séance annexe 8 la politique de présence à l’étranger
Séance annexe 8   la politique de présence à l’étrangerSéance annexe 8   la politique de présence à l’étranger
Séance annexe 8 la politique de présence à l’étrangerEsteban Giner
 
Le mix marketing international
Le mix marketing internationalLe mix marketing international
Le mix marketing internationalImàn El
 
Segmentation, ciblage et positionnement à l'international
Segmentation, ciblage et positionnement à l'internationalSegmentation, ciblage et positionnement à l'international
Segmentation, ciblage et positionnement à l'internationalPaul Angles
 
La politique de distribution à l'international
La politique de distribution à l'internationalLa politique de distribution à l'international
La politique de distribution à l'internationalAchrafELHILALI
 
Marketing international
Marketing internationalMarketing international
Marketing internationalsadmaximus
 
Les stratégies de distribution à l’international
Les stratégies de distribution à l’internationalLes stratégies de distribution à l’international
Les stratégies de distribution à l’internationalIlham Yachaoui
 
Séance annexe 5 segmentation, ciblage et positionnement à l'international
Séance annexe 5   segmentation, ciblage et positionnement à l'internationalSéance annexe 5   segmentation, ciblage et positionnement à l'international
Séance annexe 5 segmentation, ciblage et positionnement à l'internationalEsteban Giner
 
Annales corrigees de marketing et communication 2017 2018.
Annales  corrigees de marketing et communication 2017 2018.Annales  corrigees de marketing et communication 2017 2018.
Annales corrigees de marketing et communication 2017 2018.BONAVENTURE GUILLAUM NGORAN
 
La commercialisation a l'international
La commercialisation a l'internationalLa commercialisation a l'international
La commercialisation a l'internationalPaul Angles
 
Le marketing-mix-hotelier-et-touristique
Le marketing-mix-hotelier-et-touristiqueLe marketing-mix-hotelier-et-touristique
Le marketing-mix-hotelier-et-touristiqueMounir El Ourak
 
etude stratégique Ikea version-finale-2
etude stratégique Ikea version-finale-2etude stratégique Ikea version-finale-2
etude stratégique Ikea version-finale-2AmeniBoubaker2
 
Stratégie de standardisation
Stratégie de standardisationStratégie de standardisation
Stratégie de standardisationWalid SERIR
 
Segmentation 2007 ppt
Segmentation 2007 pptSegmentation 2007 ppt
Segmentation 2007 pptMarcel Rotari
 
Tableau de veille concurrentielle Power point
Tableau de veille concurrentielle Power pointTableau de veille concurrentielle Power point
Tableau de veille concurrentielle Power pointSantos Muriel
 
Décathlon : Stratégie de distribution et Merchandising de l'enseigne
Décathlon : Stratégie de distribution et Merchandising de l'enseigneDécathlon : Stratégie de distribution et Merchandising de l'enseigne
Décathlon : Stratégie de distribution et Merchandising de l'enseigneMarketing du Sport et des Loisirs
 
présentation Marketing du luxe
présentation Marketing du luxeprésentation Marketing du luxe
présentation Marketing du luxeceltine
 

Tendances (20)

Les stratégies marketing à l'international
Les stratégies marketing à l'internationalLes stratégies marketing à l'international
Les stratégies marketing à l'international
 
Etude de-cas-cellule-de-veille
Etude de-cas-cellule-de-veilleEtude de-cas-cellule-de-veille
Etude de-cas-cellule-de-veille
 
Séance annexe 8 la politique de présence à l’étranger
Séance annexe 8   la politique de présence à l’étrangerSéance annexe 8   la politique de présence à l’étranger
Séance annexe 8 la politique de présence à l’étranger
 
Le mix marketing international
Le mix marketing internationalLe mix marketing international
Le mix marketing international
 
Segmentation, ciblage et positionnement à l'international
Segmentation, ciblage et positionnement à l'internationalSegmentation, ciblage et positionnement à l'international
Segmentation, ciblage et positionnement à l'international
 
La politique de distribution à l'international
La politique de distribution à l'internationalLa politique de distribution à l'international
La politique de distribution à l'international
 
Marketing international
Marketing internationalMarketing international
Marketing international
 
Les stratégies de distribution à l’international
Les stratégies de distribution à l’internationalLes stratégies de distribution à l’international
Les stratégies de distribution à l’international
 
Séance annexe 5 segmentation, ciblage et positionnement à l'international
Séance annexe 5   segmentation, ciblage et positionnement à l'internationalSéance annexe 5   segmentation, ciblage et positionnement à l'international
Séance annexe 5 segmentation, ciblage et positionnement à l'international
 
Annales corrigees de marketing et communication 2017 2018.
Annales  corrigees de marketing et communication 2017 2018.Annales  corrigees de marketing et communication 2017 2018.
Annales corrigees de marketing et communication 2017 2018.
 
La commercialisation a l'international
La commercialisation a l'internationalLa commercialisation a l'international
La commercialisation a l'international
 
Le marketing-mix-hotelier-et-touristique
Le marketing-mix-hotelier-et-touristiqueLe marketing-mix-hotelier-et-touristique
Le marketing-mix-hotelier-et-touristique
 
etude stratégique Ikea version-finale-2
etude stratégique Ikea version-finale-2etude stratégique Ikea version-finale-2
etude stratégique Ikea version-finale-2
 
Stratégie de standardisation
Stratégie de standardisationStratégie de standardisation
Stratégie de standardisation
 
Bimo
BimoBimo
Bimo
 
Segmentation 2007 ppt
Segmentation 2007 pptSegmentation 2007 ppt
Segmentation 2007 ppt
 
Tableau de veille concurrentielle Power point
Tableau de veille concurrentielle Power pointTableau de veille concurrentielle Power point
Tableau de veille concurrentielle Power point
 
Marketing international
Marketing internationalMarketing international
Marketing international
 
Décathlon : Stratégie de distribution et Merchandising de l'enseigne
Décathlon : Stratégie de distribution et Merchandising de l'enseigneDécathlon : Stratégie de distribution et Merchandising de l'enseigne
Décathlon : Stratégie de distribution et Merchandising de l'enseigne
 
présentation Marketing du luxe
présentation Marketing du luxeprésentation Marketing du luxe
présentation Marketing du luxe
 

Similaire à Séance annexe 1 - la dimension interculturelle du marketing international

L'interculturel dans les projets
L'interculturel dans les projets L'interculturel dans les projets
L'interculturel dans les projets Robert de Quelen
 
La Diversité culturelle
La Diversité culturelleLa Diversité culturelle
La Diversité culturelleTudor Events
 
Module 2b(fr)
Module 2b(fr)Module 2b(fr)
Module 2b(fr)websule
 
Intelligence stratégique et culture d'entreprise
Intelligence stratégique et culture d'entrepriseIntelligence stratégique et culture d'entreprise
Intelligence stratégique et culture d'entrepriseProf. Jacques Folon (Ph.D)
 
Gestion d'équipes de projets Virtuelles
Gestion d'équipes de projets VirtuellesGestion d'équipes de projets Virtuelles
Gestion d'équipes de projets VirtuellesChristophe Delalande
 
Bulletin capîtal conseil hiver 2013
Bulletin capîtal conseil hiver 2013Bulletin capîtal conseil hiver 2013
Bulletin capîtal conseil hiver 2013Martin Roy
 
Les habiletés à développer pour devenir une bonne communicatrice ou un bon...
Les habiletés à développer pour devenir une bonne communicatrice ou un bon...Les habiletés à développer pour devenir une bonne communicatrice ou un bon...
Les habiletés à développer pour devenir une bonne communicatrice ou un bon...Schallum Pierre
 
Programme classe de la réussite - séance 5 - développer sa culture générale...
Programme   classe de la réussite - séance 5 - développer sa culture générale...Programme   classe de la réussite - séance 5 - développer sa culture générale...
Programme classe de la réussite - séance 5 - développer sa culture générale...ORIENTACTION
 
La france et l'australie, les affaires et le culture
La france et l'australie, les affaires et le cultureLa france et l'australie, les affaires et le culture
La france et l'australie, les affaires et le cultureSophia Arkinstall
 
PROJET 3 EME MANAGEMENT DE Diversité culturelle
PROJET 3 EME  MANAGEMENT DE Diversité culturelle PROJET 3 EME  MANAGEMENT DE Diversité culturelle
PROJET 3 EME MANAGEMENT DE Diversité culturelle Ben Nasr Rania
 
Cm6.04 part1 diversite_culturelle ing
Cm6.04 part1 diversite_culturelle ingCm6.04 part1 diversite_culturelle ing
Cm6.04 part1 diversite_culturelle ingidigroupe6
 
Cm6.04 part1 diversite_culturelle manag
Cm6.04 part1 diversite_culturelle managCm6.04 part1 diversite_culturelle manag
Cm6.04 part1 diversite_culturelle managidigroupe6
 
Management interculturel fons trompenaars
Management interculturel fons trompenaarsManagement interculturel fons trompenaars
Management interculturel fons trompenaarsElBachirSENE
 
Negociation internationale des projets commerciaux
Negociation internationale des projets commerciauxNegociation internationale des projets commerciaux
Negociation internationale des projets commerciauxMoovaxis
 
Comment naviguer L'interculturel
Comment naviguer L'interculturelComment naviguer L'interculturel
Comment naviguer L'interculturelPascale Vernetti
 

Similaire à Séance annexe 1 - la dimension interculturelle du marketing international (20)

L'interculturel dans les projets
L'interculturel dans les projets L'interculturel dans les projets
L'interculturel dans les projets
 
La Diversité culturelle
La Diversité culturelleLa Diversité culturelle
La Diversité culturelle
 
Module 2b(fr)
Module 2b(fr)Module 2b(fr)
Module 2b(fr)
 
Intelligence stratégique et culture d'entreprise
Intelligence stratégique et culture d'entrepriseIntelligence stratégique et culture d'entreprise
Intelligence stratégique et culture d'entreprise
 
Gestion d'équipes de projets Virtuelles
Gestion d'équipes de projets VirtuellesGestion d'équipes de projets Virtuelles
Gestion d'équipes de projets Virtuelles
 
Bulletin capîtal conseil hiver 2013
Bulletin capîtal conseil hiver 2013Bulletin capîtal conseil hiver 2013
Bulletin capîtal conseil hiver 2013
 
Bulletin capîtal conseil hiver 2013
Bulletin capîtal conseil hiver 2013Bulletin capîtal conseil hiver 2013
Bulletin capîtal conseil hiver 2013
 
Culture mgi
Culture mgiCulture mgi
Culture mgi
 
Les habiletés à développer pour devenir une bonne communicatrice ou un bon...
Les habiletés à développer pour devenir une bonne communicatrice ou un bon...Les habiletés à développer pour devenir une bonne communicatrice ou un bon...
Les habiletés à développer pour devenir une bonne communicatrice ou un bon...
 
Programme classe de la réussite - séance 5 - développer sa culture générale...
Programme   classe de la réussite - séance 5 - développer sa culture générale...Programme   classe de la réussite - séance 5 - développer sa culture générale...
Programme classe de la réussite - séance 5 - développer sa culture générale...
 
Synthèse des ateliers des ET14
Synthèse des  ateliers des ET14Synthèse des  ateliers des ET14
Synthèse des ateliers des ET14
 
Alice au pays des projets
Alice au pays des projetsAlice au pays des projets
Alice au pays des projets
 
La france et l'australie, les affaires et le culture
La france et l'australie, les affaires et le cultureLa france et l'australie, les affaires et le culture
La france et l'australie, les affaires et le culture
 
PROJET 3 EME MANAGEMENT DE Diversité culturelle
PROJET 3 EME  MANAGEMENT DE Diversité culturelle PROJET 3 EME  MANAGEMENT DE Diversité culturelle
PROJET 3 EME MANAGEMENT DE Diversité culturelle
 
Cm6.04 part1 diversite_culturelle ing
Cm6.04 part1 diversite_culturelle ingCm6.04 part1 diversite_culturelle ing
Cm6.04 part1 diversite_culturelle ing
 
Cm6.04 part1 diversite_culturelle manag
Cm6.04 part1 diversite_culturelle managCm6.04 part1 diversite_culturelle manag
Cm6.04 part1 diversite_culturelle manag
 
Management interculturel fons trompenaars
Management interculturel fons trompenaarsManagement interculturel fons trompenaars
Management interculturel fons trompenaars
 
Management interculturel
Management interculturelManagement interculturel
Management interculturel
 
Negociation internationale des projets commerciaux
Negociation internationale des projets commerciauxNegociation internationale des projets commerciaux
Negociation internationale des projets commerciaux
 
Comment naviguer L'interculturel
Comment naviguer L'interculturelComment naviguer L'interculturel
Comment naviguer L'interculturel
 

Plus de Esteban Giner

Formation en ligne, nouvelles pratiques pédagogiques &Moocs
Formation en ligne, nouvelles pratiques pédagogiques &MoocsFormation en ligne, nouvelles pratiques pédagogiques &Moocs
Formation en ligne, nouvelles pratiques pédagogiques &MoocsEsteban Giner
 
2015. cv esteban giner - ingénieur pédagogique
2015. cv esteban giner - ingénieur pédagogique2015. cv esteban giner - ingénieur pédagogique
2015. cv esteban giner - ingénieur pédagogiqueEsteban Giner
 
Le système boursier 7 - Les agences de notation et Euronext
Le système boursier 7 - Les agences de notation et EuronextLe système boursier 7 - Les agences de notation et Euronext
Le système boursier 7 - Les agences de notation et EuronextEsteban Giner
 
Le système boursier 6 - Les Dividendes
Le système boursier 6 - Les DividendesLe système boursier 6 - Les Dividendes
Le système boursier 6 - Les DividendesEsteban Giner
 
Le système boursier 5 - Les offres publiques
Le système boursier 5 - Les offres publiquesLe système boursier 5 - Les offres publiques
Le système boursier 5 - Les offres publiquesEsteban Giner
 
Le système boursier 4 - Les opérations sur titres
Le système boursier 4 - Les opérations sur titresLe système boursier 4 - Les opérations sur titres
Le système boursier 4 - Les opérations sur titresEsteban Giner
 
Le système boursier 3 - Les indices boursiers
Le système boursier 3 - Les indices boursiersLe système boursier 3 - Les indices boursiers
Le système boursier 3 - Les indices boursiersEsteban Giner
 
Le système boursier 2 - La structure du marché français
Le système boursier 2 - La structure du marché françaisLe système boursier 2 - La structure du marché français
Le système boursier 2 - La structure du marché françaisEsteban Giner
 
Le système boursier 1 - Les bases de son fonctionnement
Le système boursier 1 - Les bases de son fonctionnementLe système boursier 1 - Les bases de son fonctionnement
Le système boursier 1 - Les bases de son fonctionnementEsteban Giner
 
Macroéconomie - chapitre 1 - Offre Globale, Demande Globale
Macroéconomie - chapitre 1 - Offre Globale, Demande GlobaleMacroéconomie - chapitre 1 - Offre Globale, Demande Globale
Macroéconomie - chapitre 1 - Offre Globale, Demande GlobaleEsteban Giner
 
Macroéconomie - les petites théories super cools à connaitre pour mieux compr...
Macroéconomie - les petites théories super cools à connaitre pour mieux compr...Macroéconomie - les petites théories super cools à connaitre pour mieux compr...
Macroéconomie - les petites théories super cools à connaitre pour mieux compr...Esteban Giner
 
méthodologie de la méthode hypothético-déductive
méthodologie de la méthode hypothético-déductiveméthodologie de la méthode hypothético-déductive
méthodologie de la méthode hypothético-déductiveEsteban Giner
 
Compte rendu de la plateforme eskola au 4 décembre 2014
Compte rendu de la plateforme eskola au 4 décembre 2014Compte rendu de la plateforme eskola au 4 décembre 2014
Compte rendu de la plateforme eskola au 4 décembre 2014Esteban Giner
 
Les fondements de la politique monétaire
Les fondements de la politique monétaireLes fondements de la politique monétaire
Les fondements de la politique monétaireEsteban Giner
 
Le design, l'art, le management & le marketing
Le design, l'art, le management & le marketing Le design, l'art, le management & le marketing
Le design, l'art, le management & le marketing Esteban Giner
 
Séance 5 - les fondements théoriques du libéralisme
Séance 5 - les fondements théoriques du libéralismeSéance 5 - les fondements théoriques du libéralisme
Séance 5 - les fondements théoriques du libéralismeEsteban Giner
 
Séance 4 - les fondements de la politique monétaire
Séance 4 - les fondements de la politique monétaireSéance 4 - les fondements de la politique monétaire
Séance 4 - les fondements de la politique monétaireEsteban Giner
 
Doit on négocier avec des terroristes et autres principes de négociation
Doit on négocier avec des terroristes et autres principes de négociationDoit on négocier avec des terroristes et autres principes de négociation
Doit on négocier avec des terroristes et autres principes de négociationEsteban Giner
 
Séance bonus - les publicités qu'il ne faut plus jamais voir
Séance bonus - les publicités qu'il ne faut plus jamais voirSéance bonus - les publicités qu'il ne faut plus jamais voir
Séance bonus - les publicités qu'il ne faut plus jamais voirEsteban Giner
 
2013 powerpoint nouveaux média
2013 powerpoint nouveaux média2013 powerpoint nouveaux média
2013 powerpoint nouveaux médiaEsteban Giner
 

Plus de Esteban Giner (20)

Formation en ligne, nouvelles pratiques pédagogiques &Moocs
Formation en ligne, nouvelles pratiques pédagogiques &MoocsFormation en ligne, nouvelles pratiques pédagogiques &Moocs
Formation en ligne, nouvelles pratiques pédagogiques &Moocs
 
2015. cv esteban giner - ingénieur pédagogique
2015. cv esteban giner - ingénieur pédagogique2015. cv esteban giner - ingénieur pédagogique
2015. cv esteban giner - ingénieur pédagogique
 
Le système boursier 7 - Les agences de notation et Euronext
Le système boursier 7 - Les agences de notation et EuronextLe système boursier 7 - Les agences de notation et Euronext
Le système boursier 7 - Les agences de notation et Euronext
 
Le système boursier 6 - Les Dividendes
Le système boursier 6 - Les DividendesLe système boursier 6 - Les Dividendes
Le système boursier 6 - Les Dividendes
 
Le système boursier 5 - Les offres publiques
Le système boursier 5 - Les offres publiquesLe système boursier 5 - Les offres publiques
Le système boursier 5 - Les offres publiques
 
Le système boursier 4 - Les opérations sur titres
Le système boursier 4 - Les opérations sur titresLe système boursier 4 - Les opérations sur titres
Le système boursier 4 - Les opérations sur titres
 
Le système boursier 3 - Les indices boursiers
Le système boursier 3 - Les indices boursiersLe système boursier 3 - Les indices boursiers
Le système boursier 3 - Les indices boursiers
 
Le système boursier 2 - La structure du marché français
Le système boursier 2 - La structure du marché françaisLe système boursier 2 - La structure du marché français
Le système boursier 2 - La structure du marché français
 
Le système boursier 1 - Les bases de son fonctionnement
Le système boursier 1 - Les bases de son fonctionnementLe système boursier 1 - Les bases de son fonctionnement
Le système boursier 1 - Les bases de son fonctionnement
 
Macroéconomie - chapitre 1 - Offre Globale, Demande Globale
Macroéconomie - chapitre 1 - Offre Globale, Demande GlobaleMacroéconomie - chapitre 1 - Offre Globale, Demande Globale
Macroéconomie - chapitre 1 - Offre Globale, Demande Globale
 
Macroéconomie - les petites théories super cools à connaitre pour mieux compr...
Macroéconomie - les petites théories super cools à connaitre pour mieux compr...Macroéconomie - les petites théories super cools à connaitre pour mieux compr...
Macroéconomie - les petites théories super cools à connaitre pour mieux compr...
 
méthodologie de la méthode hypothético-déductive
méthodologie de la méthode hypothético-déductiveméthodologie de la méthode hypothético-déductive
méthodologie de la méthode hypothético-déductive
 
Compte rendu de la plateforme eskola au 4 décembre 2014
Compte rendu de la plateforme eskola au 4 décembre 2014Compte rendu de la plateforme eskola au 4 décembre 2014
Compte rendu de la plateforme eskola au 4 décembre 2014
 
Les fondements de la politique monétaire
Les fondements de la politique monétaireLes fondements de la politique monétaire
Les fondements de la politique monétaire
 
Le design, l'art, le management & le marketing
Le design, l'art, le management & le marketing Le design, l'art, le management & le marketing
Le design, l'art, le management & le marketing
 
Séance 5 - les fondements théoriques du libéralisme
Séance 5 - les fondements théoriques du libéralismeSéance 5 - les fondements théoriques du libéralisme
Séance 5 - les fondements théoriques du libéralisme
 
Séance 4 - les fondements de la politique monétaire
Séance 4 - les fondements de la politique monétaireSéance 4 - les fondements de la politique monétaire
Séance 4 - les fondements de la politique monétaire
 
Doit on négocier avec des terroristes et autres principes de négociation
Doit on négocier avec des terroristes et autres principes de négociationDoit on négocier avec des terroristes et autres principes de négociation
Doit on négocier avec des terroristes et autres principes de négociation
 
Séance bonus - les publicités qu'il ne faut plus jamais voir
Séance bonus - les publicités qu'il ne faut plus jamais voirSéance bonus - les publicités qu'il ne faut plus jamais voir
Séance bonus - les publicités qu'il ne faut plus jamais voir
 
2013 powerpoint nouveaux média
2013 powerpoint nouveaux média2013 powerpoint nouveaux média
2013 powerpoint nouveaux média
 

Dernier

PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024frizzole
 
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Pedago Lu
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter          la        nuit.    pptxQuitter          la        nuit.    pptx
Quitter la nuit. pptxTxaruka
 
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...Technologia Formation
 
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"ArchivesdeLyon
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter        la             nuit.   pptxQuitter        la             nuit.   pptx
Quitter la nuit. pptxTxaruka
 
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctionsWebinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctionsTechnologia Formation
 
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"tachakourtzineb
 
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfPowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfDafWafia
 
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.pptFormation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.pptBOULANORICHRAF
 
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfrapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfOssamaLachheb
 

Dernier (12)

PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
 
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
 
Traitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptx
Traitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptxTraitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptx
Traitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptx
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter          la        nuit.    pptxQuitter          la        nuit.    pptx
Quitter la nuit. pptx
 
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
 
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter        la             nuit.   pptxQuitter        la             nuit.   pptx
Quitter la nuit. pptx
 
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctionsWebinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
 
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
 
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfPowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
 
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.pptFormation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
 
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfrapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
 

Séance annexe 1 - la dimension interculturelle du marketing international

  • 1. Marketing International Mercatique Internationale Séance Annexe 1 – La dimension Interculturelle du Marketing International
  • 2. Introduction • Les acteurs sont souvent mal sensibilisés aux différences interculturelles qui existent t à leurs conséquences sur les affaires. • La dimension interculturelle reste assez mal maitrisée : apparition de dysfonctionnements . • Nécessité cruciale de prendre en compte la culture : – Lors de négociations commerciales internationales – Lors de la définition des éléments du marketing mix – Lors du management d’une structure implanté sur le marché
  • 3. Introduction • Qu’est ce qu’une culture ? • En sociologie, la culture est définie comme "ce qui est commun à un groupe d'individus" et comme "ce qui le soude". Ainsi, pour une institution internationale comme l'UNESCO : « Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd'hui être considérée comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l'être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. »1 Ce "réservoir commun" évolue dans le temps par et dans les formes des échanges. Il se constitue en manières distinctes d'être, de penser, d'agir et de communiquer. • La culture est acquise et non innée.
  • 4. Introduction • Comment se manifeste une culture ? – L’environnement – Les us et coutumes – Les normes – Les valeurs – L’Histoire – La langue et la cognition – L’Art – Les comportements productifs et commerciaux
  • 5. 1. Les différences culturelles • Prendre en compte les différences culturelles en négociation commerciale internationnale • 1er problème : La langue • L’anglais, la langue commune => distance relationnelle, méfiance réciproque. • Le négociateur craint de ne pas avoir bien fait passer ses idées ou de mal comprendre celles de son interlocuteur.
  • 6. 1. Les Différences Culturelles Emetteur du Message 1. L’émetteur désire communiquer une idée bien précise. 2. L’émetteur s’exprime dans une autre langue que sa langue d’origine. 3. Ce que le récepteur entend. 4. Ce que le récepteur écoute. 5. Ce que le récepteur comprend du message. Récepteur du Message Perte D’informations
  • 7. 1. Les Différences Culturelles • Les individus de cultures différentes ne décodent pas les messages avec le même référentiel.
  • 8. 1. Les Différences Culturelles • Dans une communication interculturelle, le récepteur doit pouvoir aussi interpréter les nuances, sous entendus du message verbal, mais aussi les gestes, comportements, l’intonation de son interlocuteur… • Les mêmes gestes peuvent avoir des significations totalement différentes selon la culture.
  • 9. 1. Les Différences Culturelles • Le dialogue à distance physique réduite, pratiqué au Moyen-Orient, peut-être considéré comme une quasi- agression physique par les allemands et les anglo- saxons. • Dans certains pays d’Asie du Sud-Est (Thailande, Malaisie), désigner quelqu’un du pied est un manque de respect puisque c’est la partie la moins noble du corp.
  • 10. 1. Les Différences Culturelles • L’importance du non verbal varie aussi en fonction du contexte.
  • 11. A. La relation au temps • L’économicité du temps : le temps est-il précieux ou pas ? • Pour certaines cultures, le temps est une denrée rare, avec une vision monétaire du temps qui passe et y attacher une importance de premier ordre. • Exemple : le monde anglo-saxon
  • 12. A. La relation au temps • D’autres cultures ont une vision plus élastique du temps : l’important dans ces régions est de prendre son temps pour prendre la bonne décision. • Ma patience est une vertu très forte : les choses doivent être faites, c’est cela qui compte et l’efficacité n’est pas évaluée par la notion temporelle. • Exemple : La Chine et les entreprises chinoises demandent à instaurer une relation de confiance avant d’entreprendre une démarche commerciale avec une fournisseur étranger.
  • 13. A. La relation au temps Economie faible Temps peu précieux : le temps est un outil au service de l’événement Economie Forte Temps très précieux : l’efficacité passe par l’économie du temps.
  • 14. A. La relation au temps • Le monochromisme versus le multichromisme. • Culture monochronique : le temps est linéaire et conditionné. Les tâches sont traitées de façon séquentielle. • Culture polychronique : se caractérise pour une souplesse d’activité et une gestion simultannée des tâches.
  • 15. B. L’établissement de la confiance • On distingue : – Les cultures avec des systèmes d’établissement de la confiance « à posteriori » : l’établissement de la confiance ne peut se faire qu’après une relative interpénétration des vies privées. Chaque protagoniste doit « se livrer » afin de gagner l’amitié de l’autre au sens fort. – Les cultures affichant une confiance « à priori » : les interlocuteurs font confiance dès le départ. L’interpénétration est inutile, voire considérée comme parasite.
  • 16. B. L’établissement de la confiance • La crédibilité • La crédibilité que l’on accorde est une notion subjective et intimement culturelle. • L’âge, le sexe, la taille, l’embonpoint peuvent être tour à tour des avantages ou des inconvénients à priori.
  • 17. B. L’établissement de la confiance • Les stéréotypes nationaux • Les stéréotypes interfèrent dans le choix des partenaires commerciaux lors de négociations ou de la gestion d’implantations locales. Image prise sur jayworld.com
  • 18. B. L’établissement de la confiance • L’accord crédible : écrit ou oral ? • Dans les cultures dites du nord, l’écrit est naturel, très précis et indispensable. => L’accord est écrit et explicite. • Dans les cultures dites du sud, l’écrit est considéré comme secondaire et découlant des facteurs de confiance plus informels. => L’accord est oral et implicite.
  • 19. B. L’établissement de la confiance • Conséquence sur la rédaction du contrat : • Avec certaines cultures, il faut privilégier les facteurs informels et laisser un relatif flou sur certaines clauses pour éviter de pousser au non respect. • Les cultures anglo-saxonnes par contre vont avoir tendance à formaliser par l’écrit de manière exhaustive.
  • 20. 2. Les modes de Management et Culture • Il existe des différences dans les modes de management des entreprises en fonction de a culture nationale, même si chaque entreprise a sa propre culture, sa propre histoire et ses systèmes de valeur. • Travaux de Geert Hofstede et Philippe d’Iribarne
  • 21. A. La distance hiérarchique • Selon G. Hofstede, la distance hiérarchique est définie comme « la mesure dans laquelle les individus les moins puissants des entreprises et des autres organismes acceptent le fait que le pouvoir soit distribuée de façon inégale ». En d'autres termes, les personnes dans les cultures à forte distance hiérarchique acceptent davantage les différences de statuts que les personnes dans les cultures à faible distance hiérarchique.
  • 22. A. La distance hiérarchique • Traduction dans les organisations – Dans les entreprises à forte distance hiérarchique, on valorise une poignée de leaders. – Dans les entreprises à faible distance hiérarchique, on privilégie une décentralisation des tâches et la recherche de consensus. – Exemple de pays à faible distance hiérarchique : La Norvège, la Finlande ou encore la Suède. – Exemple de pays à forte distance hiérarchique : La France, La Chine…
  • 23. A. La distance hiérarchique • En terme de négociation, il faudra porter une attention particulière à mettre en face à face des interlocuteurs de niveau hiérarchique similaire. • Exemple : en Malaisie, le fait d’envoyer un commercial sans grand pouvoir décisionnel pour concrétiser un accord commercial avec un directeur important sera très mal perçu et peut entrainer un blocage.
  • 24. B. L’individualisme • L’index d’individualisme mesure à quel point les liens entre les individus sont distendus, chacun ne pouvant compter que sur soi ou sa famille très proche. • Culture individualiste : elle favorise la prise de décision par une seule personne. L’individu agit dans son propre intérêt, il faudra le valoriser, différencier plus fortement les salaires, développer la formation. • Culture communautaire : elle valorise plus le groupe que l’individu. Les décisions seront prises de manière concertée par une pluralité d’acteurs. Le recrutement devra fortement tenir compte du relationnel de l’individu, du groupe voire la famille desquels il est issu et éviter autant que possible les conflits.
  • 25. C. L’aversion pour l’incertitude • L’index d’évitemment de l’incertitude mesure à quel point les membres d’une culture sont effrayés par les situations ambiguës ou inconnues.
  • 26. C. L’aversion pour l’incertitude • Conséquence pour les relations commerciales : la qualité de prudence peut être perçue par les négociateurs des cultures de la prise de risque comme un manque d’ambition dans les projets, voire un manque de courage. • => D’où l’importance de montrer un élan entrepreneurial fort, une compréhension sans crainte de la prise de risque.
  • 27. D. La masculinité • L’index de masculinité mesure à quel point les rôles émotionnels sont distribués en fonction du sexe : les hommes sont supposés être assertifs, durs et concentrés sur le succès matériel, alors que les femmes sont supposées être réservées, fragiles et concernées par la qualité de la vie. • Culture féminine : la modestie, mise en avant des relations personnelles plus que l’argent, le souci de la qualité de vie, l’entraide, la préservation. • Culture masculine : la parade, recherche de pouvoir, de reconnaissance, l’ambition.
  • 28. 3. Tentative de classement par zones géographiques • 6 mondes : – Le monde anglo-saxon – Le monde germanique – Le monde latin – Le monde arabe – Le monde africain – Le monde asiatique
  • 29. Le monde • L’entreprise est souvent perçue comme une communauté : la légitimité doit être démocratique et concertée. • Pour convaincre, il faut obtenir l’adhésion du groupe plus que di seul interlocuteur, à l’aide d’une préparation méthodique et rigoureuse des rencontres avec un maximum d’éléments formalisés par écrit, qui seront très sérieusement étudiés et commentés avant la confrontation. • Forte présence des syndicats à la gestion de l’entreprise.
  • 30. Le monde • L’entrepris e est une sorte de confrérie, de famille, dominée par un homme : mythe du père fondateur = management paternaliste. • Décision prise par le leader historique de l’entreprise : il est donc important de l’identifier et d’avoir un contact direct avec lui. • Les cadeaux et les distinctions honorifiques sont fréquents et considérés comme faisant partie de la relation d’affaire. Or les partenaires occidentaux auraient tendance à considérer cela comme de la corruption ou du favoritisme.
  • 31. Le monde • Le propriétaire de l’entreprise a un rôle central : l’équipe dirigeante est souvent amenée à rendre de nombreux comptes à ceux qui les nomment et possèdent l’entreprise. • L’entreprise comme un nœud de contrat : chaque personne se sent véritablement liée à la structure organisationnelle par un contrat.
  • 32. Le monde • La hiérarchie joue un rôle important. La légitimité est liée à la grandeur, à l’honneur. • La mise en valeur du rang dans l’organisation, de la réussite sociale ou encore des diplômes obtenus permettent de s’attirer la sympathie du décideur. • Aspect affectif : être souvent « amis » avant d’être collaborateurs, interprénétrations de la vie privée comme professionnelle.