SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  105
Histoire de la Médecine
Arabo-musulmane
Pr Jamal MEHSSANI
Faculté de Médecine et
de Pharmacie / RABAT
Introduction :
n Moyen âge : du VIème au milieu du XVIème siècle :
dix siècles .
n Il a débuté avec la chute de l’Empire romain en 467
n Fin du moyen âge : prise de Constantinople en 1453
par les Turcs .
n L'Islam : tournant dans l'histoire mondiale, entre
l'Antiquité et le Moyen Age .
n Les Arabes : héritiers de la science de l'Occident gréco-
romain .
n L'Europe n'a pas reçu le savoir gréco-romain
directement, mais indirectement, par l’ intermédiaire
des savants musulmans (syriens, perses et arabes).
Origines et racines
n L'école Jondichapour appelée actuellement Chah
Ahad, centre médical rayonnant de La Perse
Sassanide (IVe)
n Carrefour dépositaire de la médecine égyptienne,
hindoue et persane et lieu d'affluence des savants
grecs, persans, indous , chrétiens, et païens
n Jondichapour sera conquise par les musulmans en
638 .
n L’héritage gréco-romain .
n Et surtout la civilisation Islamique : un immense
empire qui s’étendait de l’Espagne à l’Inde.
n La période Anté-Islamique : AI-Jahylyah , oeuvre
littéraire, mais médecine primitive.
n L'avènement de l'Islam : Prophète Sidna Mohammed
ouvert à la médecine avec son contemporain Al Harith
Ibn Kaladah, poète et médecin formé à l'école de
Jondichapour .
n Durant les 23 années au contact de son créateur . Le
prophète n’a jamais cessé de prodiguer des conseils d’
hygiène et de thérapeutique que ses disciples publièrent
sous le titre de "Médecine du Prophète »
Place de la science dans l’Islam
:
n Le mot Science est cité dans plus de 160 versets
du Coran
n Un verset indique le degré que Dieu attribue aux
savants : " Dieu placera sur des degrés élevés ceux
d’entre vous qui croient et qui auront reçu la
science " Sourate 58, verset 11.
n Hadith : " L'encre du savant et plus valeureux que
le sang du martyr »
n « Si Dieu a prévu la maladie, il a prévu aussi son
remède »
Les civilisations antérieures
n Egypte ancienne : Une quinzaine de papyrus
médicaux , étude des momies .
n La Mésopotamie : la 1ere civilisation ,
L’écriture ( 3300 av JC ) , tablettes de Nippur
comportant des prescriptions pharmacologiques ;
XVIIIème siècle av JC : Code de Hammourabi
Hépatoscopie
Grèce antique : Hippocrate ,
le Père de la Médecine .
n Il libère la médecine de la religion : il excluait toute
intervention divine ou magique sur la santé « Les maladies
ont une cause naturelle et non surnaturelle , cause que l’ont
peut étudier et comprendre »
n Développe sa théorie des Humeurs
n Il observe des symptômes (Hippocratisme digital)
n Il impose les fondements de la déontologie.
n une soixantaine de traités : le corpuscum Hippocraticum
dont les Aphorismes ont été appris par cœur par des
générations de médecins jusqu’au XVIIe S .
Dioscoride , De materia medica.
n Le médecin (militaire) grec (env. 40 - 80 apr. J.-C.)
n Une encyclopédie pharmacologique en grec : De materia
medica.
n Dioscoride y traite les épices, les onguents et les huiles, les
animaux et leurs produits, les plantes (dont les céréales et
les légumes), les vins et les minéraux.
n Les descriptions des plantes (plus de 500) sont brèves et ne
permettent pas toujours leur identification.
n Le plus grand pharmacologue de l’Antiquité .
GALIEN
n Conception organiciste : « chaque trouble
provient de la lésion d'un organe »
n Galien a laissé une vaste oeuvre médicale
comportant plus de 100 traités écrits en
grec.
n Pharmacie galénique .
La médecine galénique
n Galien avance une double explication des maladies:
• déséquilibre des humeurs (explication
hippocratique) ,
• dysfonctionnement de tel ou tel organe, par
suite d’une lésion ou d’une altération (explication
anatomopathologique).
GALIEN ET L’ANATOMIE
n Une partie des connaissances sur l’anatomie humaine de
Galien est certainement due à son activité comme médecin
des gladiateurs, notamment ses connaissances sur la
musculature et les articulations des extrémités.
n Galien a fait de nombreuses dissections, mais des
dissections d’animaux (!), surtout de singes, de porcs et de
chiens.
n Recourant à un raisonnement par analogie, il a transposé à
l’Homme les connaissances acquises sur des animaux .
n Hypothèses fictives : ex. les pores du septum cardiaque !
GALIEN ET LA PHYSIOLOGIE
n Galien a fait de nombreuses expériences physiologiques
chez l’animal:
n En coupant le nerf laryngé récurrent , qui innerve les
muscles du larynx, Galien provoque la disparition de la
voix, montrant ainsi le rôle de ce nerf.
n Trois grands appareils auxquels sont associées trois
fonctions:
n 1) le foie, les veines et la nutrition,
2) le coeur, les poumons, les artères et la respiration,
3) l’encéphale, les nerfs, les muscles et le domaine sensori-
moteur.
LA PREMIERE PHASE DE LA MEDECINE ARABE :
LA FIEVRE DES TRADUCTIONS.
n Du VIIe au début du VIIIe siècle,
n Hunayn ibn Ishāq (vers 808-873) : le plus important
transmetteur de la science des anciens Grecs aux Arabes
et par delà̀ à l’ humanité́ tout entière.
n Il traduisit à lui seul une centaine d’ écrits de Galien, en
arabe, en syriaque ou dans les deux langues .
n RISALA : Fi Dikr Ma Turjima min Gallinouss .
n Il traduisit, en outre, des ouvrages médicaux
d’Hippocrate, de Dioscoride, d’Oribase et de Paul
d’ Égine.
n Yuhanna Ibn Moussawayh ou Mésué : fin VIIIe ,
fils d’un préparateur en pharmacie de l’hôpital de
Jundishapour ,
n Traducteur mais aussi auteur des premiers ouvrages :
n kitab Al Madkhal fi ttib : le livre à l’introduction de la
médecine.
n kitab al masa-il fi titb : des questions sur la médecine .
n Succès prodigieux et usage pendant des siècles .
n L'achat massif de manuscrits précieux grecs ou en d'autres
langues par les premiers Califes Abbassides : Al Mamoun
créé en 832 à Bagdad la bibliothèque royale ou Baït Al
hikma.
n Le Calife El Mansour (745-775) proscrit l’usage du papyrus
au profit du papier et son fils Haroun El Rachid construira à
Bagdad en 794, le 1er moulin à papier , développé avec
l’aide de Jaber Ben Hayan .
n Un astronome indien (Kankah) présente un livre dans lequel
les calculs sont faits avec les chiffres indiens : Le livre est
aussitôt traduit en arabe
n El Khaouarezmi est chargé de le simplifier : Algabar wa
lmoukabala
DEUXIEME PHASE DE LA MEDECINE
ARABE : PHASE CREATRICE
n Débute vers la deuxième moitié du VIIIe siècle et
s'achève vers le XIIIe siècle : son apogée sous les
Abbassides entre le IXe et le Xe siècle.
n Sciences : les mathématiques, la chimie et la physique,
la philosophie, l'astronomie et la médecine.
n L'introduction des méthodes expérimentales s'appuyant
sur l'observation, le raisonnement et l'appréciation des
phénomènes.
n Les traductions avec leurs commentaires tout en
confrontant ces acquisitions à leurs propres expériences,
Les principaux représentants
de la médecine arabe
Ar-Razi 865 – 925 , Rey Al Hawi ,
Ali ibn abbass al
Majussi
925 – 994 , Perse Kitab Al Malaki ,
Zahraoui 936 – 1013 , Cordoue Attassrif
Ibn Sina 980 – 1037 , Boukhara Al Qanoun , Achifaa
Ibn Zohr 1092 – 1162 , Séville Attayssir
Ibn Rochd 1126 –1198 , Cordoue AL Koulliyat
Maimonide 1135 –1204 , Cordoue Kitab Al Foussoul
Ibn Nafiss 1211 – 1288 , Le Caire Sharh Tashrih Al
Qanoun
Ibn Al Jazzar 898 – 980 , Quirouan Zad Al Moussafir
Abou Bakr Mohammad Ben
Zakaria Ar-Razi,
n Né en 850 JC à Rey : le plus éminent des maitres de la
médecine arabo- musulmane.
n Désigné par le calife EL MANSOUR : il dirigea le nouvel
hôpital central de Bagdad dont il choisit lui même
l'emplacement et l’ architecture.
n Médecin chef de cet hôpital, il y dispensait un
enseignement réputé et assurait régulièrement le service
entouré de ses élèves.
n Auteur de 113 grands ouvrages, parmi les plus
remarquables est Kitab Al-Hawi : le "Continent » .
KITAB AL HAWI
ou LE CONTINENS
n Paru en 910 : 24 volumes .
n Composée par des disciples à titre posthume , sur l’ordre de
Rukn dawla à partir des notes rédigées par RAZI tout au
long de sa vie .
n Introduit en Occident après sa traduction de l'arabe au latin
en 1250 par le juif Faraj Ben Salem à la demande de
Charles d'Anjou, roi de Naple et de Sicile.
n Un abrégé de dix volumes : AL KITAB AL MANSOURI
ou LE LIBER AL MANSORIS, traitant divers sujets ,
anatomie , l’alimentation , les médicaments simples et
composés , la chirurgie et le traitement des plaies , fut
l’ouvrage d'enseignement dans les écoles de médecine
d'Orient et d'Europe.
n DE PESTILENTIA, une monographie sur la peste,
imprimé à Venise en 1498.
n TRAITE DE LA VARIOLE ET DE LA
ROUGEOLE, traduit en latin à Londres en 1766 par
Channing et en français par Le Clerc et Le Noir en 1866.
Dans cet écrit, Ar-Razi posa le diagnostic différenciel
entre la variole, la varicelle et la rougeole.
n écrits sur les ICTERES PAR RETENTION .
n LA PIERRE DE LA VESSIE ET DES REINS, une
monographie sur la lithiase rénale intitulée publiée en
français par P. De Koning en 1896 à Leyde.
n On doit à ERRAZI des écrits pertinents sur les ictères par
rétention, les pyuries fébriles et la lithiase rénale.
n Il fut aussi le premier à décrire le rhume allergique et la
relation avec l’odeur des roses .
n Et le premier à décrire le ver de Médine.
n ERRAZI serait parmi les premiers à utiliser les sutures au
Catgut, la première pommade à base de mercure et les
compresses humides et tièdes pour couvrir les intestins au
cours des interventions chirurgicales sur l'abdomen.
n Ar-Razi s'est intéressé aux affections
psychiatriques .
n Philosophe, mathématicien, astronome, il a
posé le postulat de l’existence du Vide en
qualité de physicien et la composition de
l’acide sulfurique en tant que chimiste.
n Sous le règne de Louis XI (1226-1270), dans la
bibliothèque de la faculté de médecine de Paris, le seul
ouvrage autorisé à être consulté par les médecins
personnels du roi était celui d’Al Razi.
n Pour l’ acquérir, le roi a du déposer une caution de douze
livres d'argent et cent écus d'or.
n Une stèle est érigée à son honneur dans l'auditorium
maximum de l‘ école de médecine de Paris pour son apport
en médecine.
‫المجوسي‬ ‫عباس‬ ‫بن‬ ‫علي‬
Ali Ibn Abbass Al Majoussi
Haly Abbass
n Naissance : début du Xe siècle à Lahwaz en Iran à
proximité de Jondichapour, décès : 994
n Œuvre : AL KITAB AL MALAKI ou KAMIL
ASSINAAT, LIVRE ROYAL ou LIBER REGIUS,
n Traité complet de médecine rédigé en 970 et traduit en
latin vers 1070 sous le titre de PANTEGNE par
Constantin l'Africain.
n Ouvrage ordonné, comprend vingt discours subdivisés en
chapitres dont les dix premiers développent la théorie de
la médecine et les dix autres la pratique.
n Le premier discours expose les tempéraments et les
humeurs.
n Les deuxième et troisième discours axés sur l'anatomie.
n Le quatrième discours concerne la pratique des sports,
l'utilité des bains, le choix des aliments, les bienfaits de
l'air pur .
n Les six discours suivants concernent les descriptions
cliniques et les analyses étiologiques des maladies .
n Du onzième au dix-huitième discours : inventaire des
médicaments et des méthodes thérapeutiques .
n Le dix-neuvième et le vingtième discours : études sur la
chirurgie et la pharmacie .
n Il adopte une méthode simple et ordonnée pour
décrire une maladie.
n Pour la pleurésie par exemple :définition , son
étiologie, symptômes cardinaux constants marqués
par la toux, la douleur, la dyspnée et l'expectoration
et aboutit au pronostic suivi du traitement.
n Ali Ibn Abbass consacra des descriptions
remarquables aux mouvements respiratoires et
circulatoires (des mouvements opposés de
contraction ou lnkibath ou d'expansion lnbissath ,
systole et diastole) .
Abou Ali Al Hosseïn Ibn Abdallah
Ibn Sina
n Surnommé le Prince de la médecine, le Second Maître après
Aristote, le Maître et le chef, Echaïkh Arraïss ,
n Né en septembre 980 près de Boukhara dans le Turkestan,
n A dix ans il apprit le Coran en entier et s'initia à la littérature.
n A dix sept ans : sommité de l'époque et réussit à guérir l’Emir
Nouh Ibn Mansour qui lui permit d'accéder à sa riche
bibliothèque .
n Il mourut à Hamadan au Turkestan en l'an 1037 âgé seulement
de cinquante sept ans .
n Son œuvre est estimée à deux cent soixante seize ouvrages ,
clôturée en philosophie par KITAB ECCHIFA .
Le Canon
Le CANON est divisé
en cinq Livres ou Founoune.
n Le premier Livre : KOULLYAT AL KANOUN , traité
d'anatomie-physiologie exposant les théories générales, les
définitions des tempéraments, la nature des constitutions et des
organes et comporte au troisième chapitre un exposé sous la
dénomination de la présentation de la santé, hygiène et
prophylaxie.
n Le second Livre recense sept cent soixante médicaments connus
à l'époque.
n Le troisième Livre traite de la pathologie. Chaque maladie est
présentée selon son processus anatomique, physiologique,
clinique et pronostic avec une analyse minutieuse et méthodique
de l'organe affecté. Y sont exposés les maladies intestinales, les
vénériennes, les empyèmes et la pleurésie.
n Le quatrième Livre concerne la petite chirurgie, les maladies éruptives
comme la rougeole et la variole, la traumatologie comportant luxations et
fractures et enfin les maladies expansives telles que les fièvres et leurs
variétés.
n Le cinquième Livre décrit les médicaments composés, fournit leurs
indications et contre-indications, précise la posologie et avise sur les effets
secondaires. Il restera sept siècles après, l'ouvrage classique de la
pharmacie .
n Le COMPLEMENT DU CANON, ou OURJOUZA, cantique médicale en
mille trois cent vers se présente en deux parties distinctes : l'une théorique
et l'autre pratique.
n Sa définition de la médecine valable même actuellement : « La médecine
est l'art de conserver la santé et éventuellement de guérir la maladie
survenue dans le corps ».
Le CANON de la Médecine
n LE CANON fût traduit en latin et imprimé pour la
première fois à Naples en 1491 puis à Venise en
1544 et à Rome en 1593.
n L'enseignement médical puisé dans le CANON est
prodigué en Europe durant toute la fin du Moyen
Age, à la renaissance particulièrement à Montpellier
au XVIIe siècle.
n Jusqu’en 1909, un cours magistral sur la médecine
d'Avicenne était donné à la faculté de Bruxelles .
La Conception de la maladie
n La maladie d'après la conception d'Avicenne évolue en
quatre étapes : un début, un accroissement, l'acmé et
enfin le déclin.
n Les pathologies se répartissent en trois groupes :
Le premier concerne les affections inhérentes aux
déséquilibres du tempérament que l'on exprime actuellement
par médecine interne.
Le deuxième concerne désordres de configuration,
telles que les tumeurs et les malformations.
Enfin les maladies par solution de continuité
correspondantes à celles relevant du champ de la chirurgie.
L'apport médical d'IBN SINA
- Le premier à distinguer entre pleurésie, médiastinite et
abcès sous phrénique.
- Description des deux formes de paralysies faciales
centrales et périphérique.
- Symptomatologie du diabète.
- Diagnostic de la sténose de pylore et d’ ulcère d'estomac.
- Différentes variétés d’ ictères.
- La description de la cataracte, de la méningite, etc.
- Rôle des rats dans la propagation de la peste.
- La transmission de centaines d’ infections par voie
placentaire.
- Le premier à préconiser les vessies de glaces et les
lavements rectaux.
n Il se servait de semence de colchique dans des
préparations pour guérir la goutte.
n Il recommandait aux rhumatisants des méthodes
d'allongement vertébral et prescrivait aux
tuberculeux pulmonaires la cure en montagne.
n En matière d 'hygiène générale et de médecine
préventive, Ali Ibn Sina s'avère un précurseur
dans ces deux domaines conseillant d'éviter les
excès, de veiller sur l'élimination des déchets, de
combattre la constipation, d'équilibrer la
nourriture et la boisson en éliminant les
incompatibilités alimentaires.
LA MEDECINE ARABE EN
ESPAGNE ANDALOUSE
n L'apogée de la médecine arabe ne se situe
pas uniquement en Orient mais apparaît
également en Occident notamment en
Espagne Andalouse et au Maghreb aux
alentours du XIe et XIIIe siècle
n Abou Al Kassim, Ibn Zohr et Ibn Rochd , et
Moshé Ben Meimoun ou Maïmonide.
‫القاسم‬ ‫أبو‬‫الزهراوي‬
Abou Al Kassim Abbes Ibn Khalef
Ezzahraoui
n Natif près de Cordoue vers 913, décédé en
1013 et contemporain de Ali Ibn Sina .
n Vaste savoir théorique et pratique en anatomie :
un grand maître en chirurgie.
n Ouvrage gigantesque ATTASRIF LIMAN
AZAJA ÂN ATTAALIF «La PRATIQUE »
n Il s'agit du meilleur ouvrage chirurgical illustré
en 30 volumes datant de l'an 1000 après J.C.
Le Père de la Chirurgie
n Pratiquait brillamment le traitement des fistules, des
hernies, les amputations, voir les trépanations,
n Il pratiquait la chirurgie du goitre et la résection des
anévrismes des membres.
n Le premier à utiliser les boyaux des chats en chirurgie
abdominale, les sutures avec un fil et 2 aiguilles, enfin les
sutures sous dermiques qui ne laissent après elles aucune
cicatrice.
n Il connaissait aussi la méthode de réduction des luxations
de l’ épaule qu'on appelle aujourd'hui la manœuvre de
KOCHER.
n Sur la rotule il réalisa les patellectomies , presque mille ans
avant Ralph BROOKE.
n Le premier à avoir pratiquer les ligatures artérielles .
n Il utilisait dans les opérations du petit basin, la classique
position Trendelenburg, attribuée plus tard au chirurgien
allemand Fréderic Trendelenburg.
n Il décrivait et soignait par la chirurgie les ostéo-arthrites
tuberculeuses notamment vertébrales sept siècles avant
POTT.
n En obstétrique, il conseillait plusieurs manœuvres
d'accouchement dans les présentations dystociques :épaule,
face.... Il parle de la position actuellement connue sous le
nom de position de WALCHER et d'instruments nécessaires
pour extirper les fœtus macérés in utero.
n Il décrit sa technique originale d'excision des varices,
appliquée aujourd'hui avec quelques petites modifications .
n L'influence d'EZZAHRAOUI s'exerça longtemps grâce aux
traductions de ses œuvres sur l'enseignement de la
chirurgie en Europe .
‫زهر‬ ‫ابن‬
Abou Marwane Ibn Abdelmalik
Ibn Zohr dit Avenzoar.
n Né à Séville en l’an 1101, décédé en 1161,
n Le maître d'Ibn Rochd et le plus grand clinicien après
Ar-Razi .
n Fils d’Abou Aala Ibn Zohr, grand praticien.
n voyagea fréquemment au Maghreb notamment au
Maroc, avait des démêlés avec le Sultan almoravide
Youssef Ben Tachfine, il a connut la gloire sous le règne
du Sultan Almohade Abdelmoumen.
n IL se différencie des autres médecins par l'importance
qu'il donne à l’ expérience qui d’ après lui est la
meilleure base et le véritable guide à la pratique
médicale.
TEYSSIR FI AL MOUDAWANAT WA
ATTADBIR ou COMPENDIUM
n Son œuvre principal : ATTAYSSIR , qui existe en
manuscrit à la bibliothèque d'Oxford, à la
bibliothèque nationale à Paris et à celle de Florence.
n IBN ZOHR traite de manière pertinente et décrit pour
la première fois les épanchements péricardiques, les
abcès du péricarde, les paralysies du pharynx et la
gale .
Ibn Zohr : ses Oeuvres
n KITAB AZZINA ou LE LIVRE D'EMBELLISSEMENT, dit en latin
LIBER ORNAMENTE, sorte de traité de cosmétique .
n KITAB AL AGHDIA WA AL ADOWIA, ou LIVRE DES
ALIMENTS ET TRAITEMENTS
n KITAB FI ISSLAH ANNOUFOUSS WA AL AJSSAD traduit sous
le titre LE LIVRE DE LA NECESSITE OU LA CONFORTATION
DES AMES ET DES CORPS. Ce dernier ouvrage rédigé vers 1122,
reparti en deux volumes, livre de vulgarisation de diététique et de
règles thérapeutiques.
n ALMAKALA FI ILAL AL KULA ou TRAITE DES MALADIES
DES REINS
n KITAB ATTADKHIRA exposant les principes thérapeutiques.
n Il fut aussi le premier à parler des tumeurs du médiastin et à
pratiquer la trachéotomie en observant les effets
expérimentaux sur une chèvre.
n Diététicien et aussi thérapeute, il conseillait chez les grands
dénutris de recourir à l'alimentation par sonde
œsophagienne.
n IBN ZOHR nous lègue enfin de nombreux écrits sur les
maladies du cerveau et du névraxe en particulier sur les
comas, les convulsions, les tremblements, la migraine, l’
hémiplégie, l’ hydrocéphalie, voir les états démentiels et la
catatonie.
‫رشد‬ ‫ابن‬
Abou Al Walid Mohamed Ibn Ahmed Ibn Rochd
, Averroès
n Disciple et contemporain d'Ibn Zohr,
n Né en 1126 à Cordoue,
n Ami de Maïmonide, il fut plus connu comme
philosophe que comme médecin .
n Ecrits philosophiques en particulier ses commentaires
sur Al Ghazali et Aristote .
n Sa vie fut jalonnée de gloires et de vicissitudes.
n Il fut attaché en particulier au Sultan Yacoub Al
Mansour qu'il eut l'honneur de connaître à Marrakech.
n Son œuvre médicale KOLLIYAT , LE COLLIGET
ou COMPENDIUM.
n Répartie en sept volumes où parmi les originalités
relevées figurent cette constatation épidémiologique
remarquable concernant le caractère non récidiviste
de la variole et l'étude magistrale du rôle de la rétine
dans la vision.
n Imprimé à Venise en 1482.
n Jacob Montinus médecin juif, traduit en latin en 1552
la totalité de l'œuvre médicale d'Ibn Rochd formée de
onze volumes et constituant une synthèse de
l'anatomie de Galien, de la pathologie de Ar-Razi et
de Ali Ibn Sina complétée d'une polypharmacie.
n Kitab Attashrih ( anatomie )
n Kitab Al Marad ( livre de la santé )
n Kitab Al Âlamat ( livre des symptômes )
n Kitab Al Adwiya wa Al Aghdiya (drogues
et aliments )
n Kitab Hifd Assiha ( l’ hygiène )
n Kitab Shifaa Al Amrad (la thérapeutique)
n A l'âge de soixante douze ans soit le 10
décembre 1198 s'acheva à Marrakech, le
destin de Ibn Rochd, après son transfert
mortuaire à Cordoue, légua à la postérité
une partie non détruite de son œuvre où
miroite son génie de savant.
n Le cinéma lui rend hommage dans un film
de Youssef Chahine : le destin .
‫ميمون‬ ‫بن‬ ‫موسى‬ ‫الطبيب‬
Abou Omrane Moussa Ben
Meïmoune AI Kortobi.
n Né à Cordoue en 1135 issu d'une noble famille juive et fut
orienté, sous l'autorité de son père Meïmoune Ben Joseph
d'une grande culture, vers les sciences mathématiques,
astronomiques, bibliques et talmudiques.
n Philosophe, théologien, apôtre du judaïsme du Moyen
Age et surtout brillant médecin.
n En 1158 à l'âge de vingt trois ans Moshé Ben Meimon
s'est établi à Fès avec sa famille et connut Abou Bakr Ibn
Zohr.
n Les circonstances l'amenèrent par la suite à résider au
Fostat, vieux quartier du Caire en Egypte.
n Il exerça la médecine à la cour du Calife
Fatimide Al Adid et vers 1198 l'Emir Al Afdale
fils aîné de Saladin le désigna comme médecin
particulier, consécration de sa célébrité
médicale.
n Son œuvre médicale féconde et diversifiée
entièrement rédigée en Arabe en Egypte,
comporte neuf ouvrages de médecine traduits
en Hébreu et en latin.
n LES COMMENTAIRES AUX APHORISMES
D'HIPPOCRATE traduits en Hébreu par Moïse
Ben Samuel Ben Tibbon et en Allemand par
Steïnschneïder.
n LES MOKHTASSARATES ou COMPENDIUMS
OU EXTRAITS reflétant les œuvres de Galien.
n FOUSSOUL MOUSSA ou LES APHORISMES
DE MOISE, se divise en vingt cinq chapitres (de
l’anatomie physiologie , la semeiologie , la
pathologie et les différentes thérapeutiques y
compris la chirurgie )
n FIL JIMAA : une étude sur l'hygiène des rapports
sexuels et de la mise en évidence de l'abstinence
avec ses inconvénients et ses aspects positifs et y
expose les aphrodisiaques.
n FIL BAWASSIR : se référant à Ar-Razi et Ibn Sina
se présente en sept chapitres englobant la digestion
normale, les aliments à consommer ou à éviter.
Il traite des remèdes d'application locale combinant
bain de siège, huiles composées et fumigations et parle
de remèdes simples ou composés pour usage interne.
n MAKALA FI RABOW ou de DE L'ASTHME où il
vanta les bienfaits du climat sec en prenant comme
exemple celui de l'Egypte et déconseilla aux
asthmatiques le recours excessif aux médicaments. Il
exposa le régime alimentaire susceptible de mieux
convenir aux asthmatiques.
n Le traité des POISONS ET PRESERVATIFS
CONTRE LES REMEDES MORTELS en s'inspirant
du LIVRE DES POISONS composé vers 760 par le
grand alchimiste arabe Jabir Ibn Hayane. Ce livre précis
et minutieux étudie les poisons venimeux.
n FI TATHIR ASSIHATI ou SUR LE REGIME DE
L A SANTE , traite d'une manière générale de
l'hygiène et comporte au début une description des
symptômes de la mélancolie .
n Vers 1200 Maïmonide souffrant, acheva son œuvre
médicale par la composition du MAKALA FI
BAYANE AL AARADE , sorte de confirmation
des prescriptions médicales d'ordre hygiénique et
diététique contre l'hypocondrie et la mélancolie.
n Ce grand homme symbole du
rapprochement humain et de la synthèse des
cultures, fut rappelé à Dieu à l'âge de
soixante neuf ans en 1204.
n Son œuvre incarne la symbiose des cultures
arabo- judaïque admirablement exprimée en
Arabe.
Prière de Maimonide
n Les médecins arabes étaient passés maîtres
dans leur art de la médecine, et leur
réputation était telle que, au XIe siècle,
Alphonse VI, roi chrétien de Castille,
choisit de se faire soigner à Cordoue, chez
ses propres ennemis, alors qu’il guerroyait
contre eux en vue d’annexer l’Andalousie,
territoire musulman à l’époque .
‫الجزار‬ ‫ابن‬
Ibn Al Jazzar (Abu Jaafar Ahmed ibn Ibrahim
Ibn Abi Khalid al-Jazzar al-Kaïraouani )
n vers 898- vers 980
n s'initie à la médecine au contact de son père, de son
oncle et aussi d'Isaac Ibn Soleiman Al Israïli (Isaac
Judeus).
n Il enseigna à "Dar El Hikma" ou "Maison de la
Sagesse" édifiée sur le modèle de celle de Bagdad, où
l'on enseignait la médecine, la philosophie, les
mathématiques et l'astronomie, et dont les assises
avaient été fondées par Ishaq Ibn Omrane, l'illustre
auteur du traité de la mélancolie (...)
n Ainsi, les consultations d'Ibn Et Jazzar
étaient gratuites pour les pauvres et les
médications délivrées gracieusement par
son aide Rachik officiant dans le vestibule
de la demeure du maître transformé pour la
circonstance en pharmacie.
n Préfiguration de la séparation des fonctions
du médecin et du pharmacien.
n Zad al-mussafir wa koute Al Hader (Viatique du
Voyageur ou Provision du Voyageur et Nourritures du
Sédentaire).
n Le Viaticum a été imprimé en 1510 à Lyon
n Traduit une deuxième fois en 1515 dans les œuvres de
Isaac Ibn Soleiman AI Israëli
n La troisième édition sera imprimée à Bâle en 1516 sous le
titre de Viaticum Perigrinantis.
n La quatrième édition à Lyon en 1536 sous le titre de De
Morborum Cognitione et curatione.
n La cinquième sera édité à Bâle encore dans les œuvres de
Constantin l'Africain (Opera Constantini Africani) .
n L'ouvrage traite longuement des maladies du
cerveau, migraine, apoplexie, confusion mentale,
délire aigu, de l'épilepsie, des tremblements et du
mal d'amour.
n Des versions se trouvent en grand nombre à Paris
à la Bibliothèque nationale notamment une copie
sous le N°2239 remontant au XVIe siècle et qui
fut en possession de Colbert (Ministre de Louis
XIV) puis de Napoléon Bonaparte.
n Kitab al-Litimade : Le Livre des Médicaments Simples).
n Il a été écrit à l'adresse du Prince Fatimide Et Kaïm bi
Amr llah (933/955) .
n Le Livre des Simples traite plusieurs formules
pharmaceutiques nouvelles qui demeureront en usage de
nos jours : des tablettes sublinguales !
n Ce livre a été traduit en latin à deux reprises, la première
par Constantin l'Africain sous le nom de Liber de
Gradibus Simpleium sans mention du nom de l'auteur
n Le Livre des Propriétés :
C'est un 3ème ouvrage d'Ibn El Jazzar traduit en
latin sous le titre de Proprietatibus : le manuscrit
se trouve à Montpellier et il en existe une autre
version hébraïque.
n Kitab Al Nissian wa Toroq Taqwiati Adhakira
:Le Livre de l'Amnésie et des Moyens de fortifier
la Mémoire .
n Le Livre de l'estomac, de ses maladies et leurs
traitements : Liber de Stomacho publié dans les œuvres de
Constantin l’Africain en 1536 à Bâle (...)
n Maqala fi al joudilem :Traité de la Lèpre ,
n Tibb al Fouqara wal Massakine : LE LIVRE DES
PAUVRES ET NECESSIEUX , traité original, traduit en
hébreu , une sorte de memento pratique d'une centaine de
pages remplies de prescriptions simples et composées de
toutes sortes, sans médicaments chers, mais néanmoins
efficaces et qui restent à la portée du plus grand nombre.
‫النفيس‬ ‫ابن‬ ‫الطبيب‬
IBN NAFIS (Alaa Eddine Ali
Ibn Abi al Hazm al Qurashi)
n 1213-1288 ( Damas , Caire )
n Il a d’abord enseigné la médecine, et supervisé un pavillon
de l'hôpital al-Nouri .
n Il se rendit au Caire, en Egypte, à l'âge de 25 ans environ, à
la demande du Sultan, où il passa le reste de sa vie.
n Médecin-Chef de l'hôpital al-Nassiri, il transmis son savoir
à de nombreux spécialistes parmi lesquels le chirurgien Ibn
al-Quff al-Masihi. Il enseigna également à l'école de
l'hôpital El Mansouri au Caire.
n « Pour décrire l’usage d’un organe, nous
nous basons sur une observation
scrupuleuse et une étude honnête, sans
nous demander si elles correspondent ou
non aux théories de nos prédécesseurs.»
Ibn Nafis
n Sharh Tashrih al-Qanun : dans lequel il critique quelques assertions
d'Avicenne et donne sa propre contribution à l'anatomie, la pathologie
et à la pharmacologie.
n Al-Kitab Al-Shamel fil Tibb : dont le manuscrit est à Damas.
n Al-Madh-hab Fil Kohl :Traité d'Ophtalmologie),
n Mujaz al-Qanun : résumé du Canon d'Ibn Sina, écrit en cinq parties.
n al-Mukhtar fil-Aghdhiya :livre sur les effets du régime sur la santé,
n Shareh Fusul Abrikrate : commentaires sur les Aphorismes
d'Hippocrate,
n Shareh epidemia Boukrat : commentaires sur les Epidémies
d'Hippocrate,
Sharh Al Qanoun
n Par malheur son œuvre méconnue de ses contemporains et
n'eut aucun écho car elle ne fut révélée en Europe que 260
ans après sa mort.
Son "Commentaires du Canon d'Ibn Sina" a été
tardivement traduit en latin et publié à Venise, en 1527, par
Andrea Alpago de Belluno, médecin du Consulat de
Venise à Damas.
n Cet ouvrage a été trouvé en 1924, par un médecin
égyptien, le Dr M. al-Tarawy qui s'intéressait à l'histoire de
la médecine arabe, dans la librairie nationale de Berlin.
Max Meyerhof la fit connaître en 1933.
«‫كا‬ ‫وان‬ ،‫جالينوس‬ ‫فان‬ ،‫السمع‬ ‫من‬ ‫دليال‬ ‫أقوى‬ ‫والحس‬‫ن‬
‫يباشر‬ ‫فيما‬ ‫والتحفظ‬ ‫التحري‬ ‫من‬ ‫العليا‬ ‫الدرجة‬ ‫في‬‫ه‬‫ويحكيه‬
‫منه‬ ‫أصدق‬ ‫الحس‬ ‫فان‬»‫مثال‬ ‫لذلك‬ ‫وضرب‬«‫الفك‬ ‫عظم‬
‫جالينوس‬ ‫فان‬ ،‫األسفل‬‫انه‬ ‫عنه‬ ‫قال‬‫واح‬ ‫بمفصل‬ ‫عظمان‬،‫د‬
‫كثيرة‬ ‫جماجم‬ ‫في‬ ‫اعتبرناه‬ ،‫أصال‬ ‫مفصل‬ ‫فيه‬ ‫وليس‬‫عن‬ ‫تزيد‬
‫ما‬ ‫ورأى‬ ،‫وجه‬ ‫كل‬ ‫من‬ ‫واحدا‬ ‫عظما‬ ‫اال‬ ‫نجده‬ ‫فلم‬ ‫األلفين‬
‫ش‬ ‫ما‬ ‫على‬ ‫يزيدوا‬ ‫فلم‬ ‫األطباء‬ ‫من‬ ‫متفرقة‬ ‫جماعة‬ ‫رأيناه‬‫اهدوه‬
‫منه‬‫وحكيناه‬»
anatomie des canaux biliaires
n Galien dit : « … Tu verras (au moment de la dissection) le canal qui court de la
vésicule biliaire jusqu’au début du duodénum, un petit peu en-dessous du
pylore. Tu verras dans certains animaux le point où l’extrémité de l’intestin
grêle s’hypertrophie autour du pylore… et en même temps tu verras un petit
canal qui va vers le bas avec la veine qui va vers le duodénum en se dirigeant
vers le bas… ».
n Avicenne répète la même erreur : « … Ce canal (le canal biliaire) se relie par
plusieurs branches avec le duodénum, parfois quelques unes de ces branches
vont à la partie inferieure de l’estomac, parfois c’est le contraire, celles-ci sont
plus importantes que celles attachées par le duodénum ».
n En examinant les dessins anatomiques de Léonard de Vinci (1452-1519) :
même erreur.
n Erreur répété aussi par le plus grand anatomiste de la Renaissance Andréa
Vésale (1514-1564)
n Dans son célèbre livre « Humani Corpori Fabrica ». On y trouve sous le
titre « Ici il faut examiner les organes existant dans la partie creuse du foie »
ceci : « Et quand tu auras distingué ceux-ci( les vaisseaux sanguins) de la
veine-porte qui va vers les intestins grêles, et la vésicule biliaire, à ce moment-
là appui dessus avec ton pouce de telle façon que les canaux gonflés par la
bile apparaissent d’une façon plus évidente. Et lorsque tu remarques Après
que c’est canaux s’étendent de la vésicule biliaire jusqu’à l’estomac et si tu
fais c’est la, tu verras, après l’avoir incisé gentiment, que ce canal va à
l’estomac de telle façon que la bile courante peut prouver ton gentil examen
pour ce canal-là ».
n Ibn An-Nafis dément cette idée et dit : «de la bile passe par un autre
canal qu’il va vers les intestins, ceci est impossible et faux. Nous avons
vu la vésicule biliaire plusieurs fois, nous n’avons pas trouvé ce qui
passe à l’estomac ni aux intestins ». ceci est vrai, donc Ibn An-Nafis a
corrigé l’erreur de Galien avant les anatomistes européens par
plusieurs siècles.
n Il dit qu’il a vu (la bile et la vésicule biliaire) plusieurs fois, ceci
prouve il l’a vu de ses propres yeux et sur l’homme, parce que Galian
dit « tu verra dans certains animaux » de là son erreur, et parce que
Ibn An-Nafis a disséqué le corps humain qu’il a pu corriger cette
erreur.
n C’est une autre découverte il faut ajouter sur la liste des découvertes d ‘Ibn
An-Nafis, parce que la vésicule biliaire a un canal qui s’anastomose avec le
canal hépatique, des deux nait le canal cholédoque, celui-ci s’ouvre dans le
duodénum, dans ce que l’on appelle actuellement l’ampoule de Water avec le
canal de wirsung qui parvient du pancréas. Donc la vésicule biliaire n’a plus
le canal ni de voie qu’il va directement à l’estomac ou aux intestin .
n Avicenne dit à propos de l’anatomie de l’œsophage : « … une fois que
l’œsophage à traversé la dixième vertèbre dorsale vers la onzième et la
douzième, il s’élargit après avoir pénétré à travers le diaphragme, oui il
s’aplatit en s’élargissant ». C’est-à-dire que l’œsophage se termine dans
l’estomac au niveau de la 12e vertèbre dorsale.
n Ibn An-Nafis commente : « ce qui est reconnu entre les médecins que
l’œsophage se termine au niveau de la 12e vertèbre dorsale, et que de
là il pénètre à travers le diaphragme et s’élargit pour constitué le
cardia, ceci est mensonge et faux car cette vertèbre est la dernière et
s’articule avec les vertèbres lombaires et avec qui s’articule la côte la
plus courte des côtés de la poitrine et qui est par conséquent la
dernière ».
n En effet l’œsophage se termine au nouveau de la dixième dorsale, non
il n’est pas possible qu’ Ibn An-Nafis affirme cette vérité avec cette
force, cette violence et cette clarté, après avoir disséqué le mouton ou
le veau. Cette précision et ces déments prouvent, à notre avis, qu’il a
disséqué le corps humain ».
n Il a également compris le rôle des artères
coronaires dans l'irrigation du muscle cardiaque:
"En outre, le postulat [d'Avicenne] qui voudrait
que le sang du côté droit serve à nourrir le coeur
n'est absolument pas vrai, en effet la nutrition du
coeur provient du sang circulant dans les
vaisseaux qui pénètrent le corps du coeur".
Les fondateurs de la medecine
Nas E.Boutammina
Les fondateurs de la medecine
Nas E.Boutammina
Les fondateurs de la medecine
Nas E.Boutammina
LA TROISIEME PHASE : PHASE DE TRANSMISSION
DES OEUVRES MEDICALES A L'OCCIDENT
n XIe et XIIe siècles par deux brillantes
écoles, l'Ecole de Salerne en Italie et l'Ecole
de Tolède en Espagne .
L'Ecole de Salerne
n Rayonnera sur les premières universités de médecine en
Italie du Nord et dans le Sud de la France à Montpellier.
n Une grande figure : Constantin l'Africain né à Carthage
en 1020 et décédé vers 1087. Il s'établit à Salerne en
1065 .
n Il réalisa la traduction de :AL MALAKI de Ali Ibn
Abbass sous le titre PANTEGNI.
n LE TRAITE DE LA MELANCOLIE de Maïmonide.
n LES APHORISMES, LES PRONOSTICS et
L'INTRODUCTION A LA THERIAQUE d'Hippocrate.
n LA GRANDE et PETITE THERIAQUE de Galien.
L'Ecole de Tolède
n doit son prestige et son apogée à l'influence arabe sur l'Espagne
devenue entre le Xe et XIIIe siècle un important centre
intellectuel où affluent les étudiants et les grands maîtres de
toutes provenances.
n Une grande figure, Gerard De Crémone, attiré par les richesses
du savoir arabe se rendit au XIIe siècle à Tolède.
n Il y apprit l'arabe, se consacra aux traductions des meilleurs
livres. Il traduisit soixante et onze ouvrages dont vingt et un de
médecine.
n Cette Ecole de Tolède rayonna elle aussi sur Montpellier et sur
Paris et joua un rôle prédominant dans l'évolution de la
médecine française et européenne.
n Les deux Ecoles de Salerne et de Tolède, en
recueillant par l'intermédiaire des traductions le
patrimoine de la médecine arabe et en le
retransmettant aux célèbres universités de
Montpellier et de Paris, ont puissamment
contribué à l'évolution et à l'épanouissement de la
médecine en Occident.
n Destin : Notre Médecine a terminé comme elle a
débuté , les traductions !!!
CONCLUSION
n De l’ Égypte ancienne, de Mésopotamie et de bien d’autres à la
civilisation grecque, de la Chine, de la vallées de l’Indus et de
l’Empire sassanide, naissent et se développent les sciences,
d’abord à Bagdad, puis dans d’autres centres de rayonnement
intellectuel tels que Le Caire, Kairouan, Cordoue, Fez, Séville,
Grenade..., dans des conditions exceptionnelles où les savants
jouissent du respect et de la protection des califes et de
nombreux mécènes, de la mobilité́ sans contraintes et de la
liberté́ d’expression.
n L’histoire des sciences arabes est une histoire de dialogue entre
diverses cultures, entre savants et traducteurs de différentes
origines linguistiques, ethniques et religieuses.
Conclusion
« l'histoire de la médecine n'est pas
seulement histoire, elle est aussi
médecine »
Marcel Florkin, professeur à l'Université de Liège .

Contenu connexe

Tendances

La colique nephretique
La  colique  nephretiqueLa  colique  nephretique
La colique nephretiquekillua zoldyck
 
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalentsExam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalentsMehdi Razzok
 
principe de l'approche servicielle par DR Karim Zouhri
principe de l'approche servicielle par DR Karim Zouhriprincipe de l'approche servicielle par DR Karim Zouhri
principe de l'approche servicielle par DR Karim ZouhriKarim Zouhri
 
Labyrinthe membraneux
Labyrinthe membraneuxLabyrinthe membraneux
Labyrinthe membraneuxSamir Houalef
 
Tests cutanés allergologiques
Tests cutanés allergologiques Tests cutanés allergologiques
Tests cutanés allergologiques Dr. Kerfah Soumia
 
Risques au bloc opératoire
Risques au bloc opératoireRisques au bloc opératoire
Risques au bloc opératoireNassim Amine
 
Manuel du sres document livrable 7.01.2017 2
Manuel du sres document livrable 7.01.2017 2Manuel du sres document livrable 7.01.2017 2
Manuel du sres document livrable 7.01.2017 2ayoub lansi
 
Iup etu pathol_avort4e_os
Iup etu pathol_avort4e_osIup etu pathol_avort4e_os
Iup etu pathol_avort4e_osmai13
 
Analyse des risques et maîtrise des points critiques diapo
Analyse des risques et maîtrise des points critiques diapoAnalyse des risques et maîtrise des points critiques diapo
Analyse des risques et maîtrise des points critiques diapoChantalDelh
 
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculoseProgramme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculoseMehdi Razzok
 
Role de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.pptRole de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.pptSandro Zorzi
 
Cours histoire des sciences 1
Cours histoire des sciences 1Cours histoire des sciences 1
Cours histoire des sciences 1SenouciKhadidja
 
observation medicale en psychiatrie corr lien videos.docx
observation medicale en psychiatrie corr lien videos.docxobservation medicale en psychiatrie corr lien videos.docx
observation medicale en psychiatrie corr lien videos.docxMohamed Tem
 
SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITAL
SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITALSECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITAL
SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITALYOUAN BI BENIET MARIUS
 
Soins infirmiers de famille intégrés aux soins de santé de 1ère ligne
Soins infirmiers de famille intégrés aux soins de santé de 1ère ligneSoins infirmiers de famille intégrés aux soins de santé de 1ère ligne
Soins infirmiers de famille intégrés aux soins de santé de 1ère ligneThanh Liem Vo
 

Tendances (20)

La colique nephretique
La  colique  nephretiqueLa  colique  nephretique
La colique nephretique
 
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalentsExam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
 
principe de l'approche servicielle par DR Karim Zouhri
principe de l'approche servicielle par DR Karim Zouhriprincipe de l'approche servicielle par DR Karim Zouhri
principe de l'approche servicielle par DR Karim Zouhri
 
Labyrinthe membraneux
Labyrinthe membraneuxLabyrinthe membraneux
Labyrinthe membraneux
 
Les etats de choc
Les etats de chocLes etats de choc
Les etats de choc
 
Tests cutanés allergologiques
Tests cutanés allergologiques Tests cutanés allergologiques
Tests cutanés allergologiques
 
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdfPoly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
 
Risques au bloc opératoire
Risques au bloc opératoireRisques au bloc opératoire
Risques au bloc opératoire
 
Manuel du sres document livrable 7.01.2017 2
Manuel du sres document livrable 7.01.2017 2Manuel du sres document livrable 7.01.2017 2
Manuel du sres document livrable 7.01.2017 2
 
Iup etu pathol_avort4e_os
Iup etu pathol_avort4e_osIup etu pathol_avort4e_os
Iup etu pathol_avort4e_os
 
Analyse des risques et maîtrise des points critiques diapo
Analyse des risques et maîtrise des points critiques diapoAnalyse des risques et maîtrise des points critiques diapo
Analyse des risques et maîtrise des points critiques diapo
 
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculoseProgramme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
 
Role de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.pptRole de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.ppt
 
Mici
MiciMici
Mici
 
Quizz Hypersensibilité de type II
Quizz Hypersensibilité de  type IIQuizz Hypersensibilité de  type II
Quizz Hypersensibilité de type II
 
Cours histoire des sciences 1
Cours histoire des sciences 1Cours histoire des sciences 1
Cours histoire des sciences 1
 
observation medicale en psychiatrie corr lien videos.docx
observation medicale en psychiatrie corr lien videos.docxobservation medicale en psychiatrie corr lien videos.docx
observation medicale en psychiatrie corr lien videos.docx
 
Diagnostic de grossesse au 1er trimestre
Diagnostic de grossesse au 1er trimestreDiagnostic de grossesse au 1er trimestre
Diagnostic de grossesse au 1er trimestre
 
SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITAL
SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITALSECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITAL
SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITAL
 
Soins infirmiers de famille intégrés aux soins de santé de 1ère ligne
Soins infirmiers de famille intégrés aux soins de santé de 1ère ligneSoins infirmiers de famille intégrés aux soins de santé de 1ère ligne
Soins infirmiers de famille intégrés aux soins de santé de 1ère ligne
 

Similaire à Histoire de la médecine arabo musulmane

Cours 5 l'epoque moderne
Cours 5 l'epoque moderneCours 5 l'epoque moderne
Cours 5 l'epoque moderneSenouciKhadidja
 
La traumatologie appliquee dans la grece antique (2)
La traumatologie appliquee dans la grece antique (2)La traumatologie appliquee dans la grece antique (2)
La traumatologie appliquee dans la grece antique (2)christosnow
 
La traumatologie appliquee dans la grece antique (2)
La traumatologie appliquee dans la grece antique (2)La traumatologie appliquee dans la grece antique (2)
La traumatologie appliquee dans la grece antique (2)christosnow
 
Histoire des femmes médecins dans le monde arabo-musulman
Histoire des femmes médecins dans le monde arabo-musulmanHistoire des femmes médecins dans le monde arabo-musulman
Histoire des femmes médecins dans le monde arabo-musulmanCherif Driss
 
L'humaniste Rabelais
L'humaniste RabelaisL'humaniste Rabelais
L'humaniste Rabelaisi-voix
 
La santé
La santéLa santé
La santéCarmen
 
JEANNE DE MATEL, in DENYS L'AREOPAGITE, in Abbé MAISTRE Les hommes illustres ...
JEANNE DE MATEL, in DENYS L'AREOPAGITE, in Abbé MAISTRE Les hommes illustres ...JEANNE DE MATEL, in DENYS L'AREOPAGITE, in Abbé MAISTRE Les hommes illustres ...
JEANNE DE MATEL, in DENYS L'AREOPAGITE, in Abbé MAISTRE Les hommes illustres ...Francis Batt
 
03 l'europe des lumières
03 l'europe des lumières03 l'europe des lumières
03 l'europe des lumièresSalle 212
 
Raimondo Villano - Études, traitement et utilisation des ‘simples’ au début d...
Raimondo Villano - Études, traitement et utilisation des ‘simples’ au début d...Raimondo Villano - Études, traitement et utilisation des ‘simples’ au début d...
Raimondo Villano - Études, traitement et utilisation des ‘simples’ au début d...Raimondo Villano
 
Les origines de la syphilis et l'épidémie de 1492
Les origines de la syphilis et l'épidémie de 1492Les origines de la syphilis et l'épidémie de 1492
Les origines de la syphilis et l'épidémie de 1492Nathalie Brown, PhD
 
Hydrothérapie - Soigner, guérir et fortifier le corps par l'eau
Hydrothérapie - Soigner, guérir et fortifier le corps par l'eauHydrothérapie - Soigner, guérir et fortifier le corps par l'eau
Hydrothérapie - Soigner, guérir et fortifier le corps par l'eauGuillaume Michigan
 
Livret Repères chronologiques pour les 3e
Livret Repères chronologiques pour les 3eLivret Repères chronologiques pour les 3e
Livret Repères chronologiques pour les 3eChristine FIASSON
 
Diaporama renaissance-humanisme
Diaporama renaissance-humanismeDiaporama renaissance-humanisme
Diaporama renaissance-humanismeDuretC
 

Similaire à Histoire de la médecine arabo musulmane (20)

Chercheurs de connaissance, science et technique en santé physique et psychiq...
Chercheurs de connaissance, science et technique en santé physique et psychiq...Chercheurs de connaissance, science et technique en santé physique et psychiq...
Chercheurs de connaissance, science et technique en santé physique et psychiq...
 
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 02. De 1200 à 1600
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 02. De 1200 à 1600Chercheurs de connaissance, science et technique. — 02. De 1200 à 1600
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 02. De 1200 à 1600
 
Cours 5 l'epoque moderne
Cours 5 l'epoque moderneCours 5 l'epoque moderne
Cours 5 l'epoque moderne
 
La traumatologie appliquee dans la grece antique (2)
La traumatologie appliquee dans la grece antique (2)La traumatologie appliquee dans la grece antique (2)
La traumatologie appliquee dans la grece antique (2)
 
La traumatologie appliquee dans la grece antique (2)
La traumatologie appliquee dans la grece antique (2)La traumatologie appliquee dans la grece antique (2)
La traumatologie appliquee dans la grece antique (2)
 
Histoire des femmes médecins dans le monde arabo-musulman
Histoire des femmes médecins dans le monde arabo-musulmanHistoire des femmes médecins dans le monde arabo-musulman
Histoire des femmes médecins dans le monde arabo-musulman
 
9 mouthon
9   mouthon9   mouthon
9 mouthon
 
L'humaniste Rabelais
L'humaniste RabelaisL'humaniste Rabelais
L'humaniste Rabelais
 
La santé
La santéLa santé
La santé
 
JEANNE DE MATEL, in DENYS L'AREOPAGITE, in Abbé MAISTRE Les hommes illustres ...
JEANNE DE MATEL, in DENYS L'AREOPAGITE, in Abbé MAISTRE Les hommes illustres ...JEANNE DE MATEL, in DENYS L'AREOPAGITE, in Abbé MAISTRE Les hommes illustres ...
JEANNE DE MATEL, in DENYS L'AREOPAGITE, in Abbé MAISTRE Les hommes illustres ...
 
03 l'europe des lumières
03 l'europe des lumières03 l'europe des lumières
03 l'europe des lumières
 
Voyage en cartographie
Voyage en cartographieVoyage en cartographie
Voyage en cartographie
 
Chercheurs de sens. — 06. De 1600 à 1749
Chercheurs de sens. — 06. De 1600 à 1749Chercheurs de sens. — 06. De 1600 à 1749
Chercheurs de sens. — 06. De 1600 à 1749
 
Raimondo Villano - Études, traitement et utilisation des ‘simples’ au début d...
Raimondo Villano - Études, traitement et utilisation des ‘simples’ au début d...Raimondo Villano - Études, traitement et utilisation des ‘simples’ au début d...
Raimondo Villano - Études, traitement et utilisation des ‘simples’ au début d...
 
Les origines de la syphilis et l'épidémie de 1492
Les origines de la syphilis et l'épidémie de 1492Les origines de la syphilis et l'épidémie de 1492
Les origines de la syphilis et l'épidémie de 1492
 
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 03. De 1601 à 1849
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 03. De 1601 à 1849Chercheurs de connaissance, science et technique. — 03. De 1601 à 1849
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 03. De 1601 à 1849
 
Hydrothérapie - Soigner, guérir et fortifier le corps par l'eau
Hydrothérapie - Soigner, guérir et fortifier le corps par l'eauHydrothérapie - Soigner, guérir et fortifier le corps par l'eau
Hydrothérapie - Soigner, guérir et fortifier le corps par l'eau
 
Livret Repères chronologiques pour les 3e
Livret Repères chronologiques pour les 3eLivret Repères chronologiques pour les 3e
Livret Repères chronologiques pour les 3e
 
Diaporama renaissance-humanisme
Diaporama renaissance-humanismeDiaporama renaissance-humanisme
Diaporama renaissance-humanisme
 
12 raynaud
12  raynaud12  raynaud
12 raynaud
 

Plus de SMMI2015

Traitement des infections urinaires de l'adulte SMMI 2018
Traitement des infections urinaires de l'adulte SMMI 2018Traitement des infections urinaires de l'adulte SMMI 2018
Traitement des infections urinaires de l'adulte SMMI 2018SMMI2015
 
Treat to target in inflammatory diseases SMMI 2018
Treat to target in inflammatory diseases SMMI 2018Treat to target in inflammatory diseases SMMI 2018
Treat to target in inflammatory diseases SMMI 2018SMMI2015
 
SPA non radiologiques SMMI maroc 2018
SPA non radiologiques SMMI maroc 2018SPA non radiologiques SMMI maroc 2018
SPA non radiologiques SMMI maroc 2018SMMI2015
 
Revlimide SMMI 2018
Revlimide SMMI 2018Revlimide SMMI 2018
Revlimide SMMI 2018SMMI2015
 
Maladies auto inflammatoires SMMI 2018
Maladies auto inflammatoires SMMI 2018Maladies auto inflammatoires SMMI 2018
Maladies auto inflammatoires SMMI 2018SMMI2015
 
Les maladies rares "Plan de santé 2025" SMMI 2018
Les maladies rares "Plan de santé 2025" SMMI 2018Les maladies rares "Plan de santé 2025" SMMI 2018
Les maladies rares "Plan de santé 2025" SMMI 2018SMMI2015
 
Diabete type 2 smmi 2018
Diabete type 2 smmi 2018Diabete type 2 smmi 2018
Diabete type 2 smmi 2018SMMI2015
 
Deficits immunitaires primitifs et auto immunite
Deficits immunitaires primitifs et auto immuniteDeficits immunitaires primitifs et auto immunite
Deficits immunitaires primitifs et auto immuniteSMMI2015
 
Bactériologie des infections urinaires congres de médecine interne marrakech...
Bactériologie des  infections urinaires congres de médecine interne marrakech...Bactériologie des  infections urinaires congres de médecine interne marrakech...
Bactériologie des infections urinaires congres de médecine interne marrakech...SMMI2015
 
Gestion des anticoagulants oraux chez le sujet âgé smmi kech2018
Gestion des anticoagulants oraux chez le sujet âgé smmi kech2018Gestion des anticoagulants oraux chez le sujet âgé smmi kech2018
Gestion des anticoagulants oraux chez le sujet âgé smmi kech2018SMMI2015
 
Maladie de gaucher Jérôme Stirnemann SMMI _21_9_2018_
Maladie de gaucher Jérôme Stirnemann  SMMI _21_9_2018_Maladie de gaucher Jérôme Stirnemann  SMMI _21_9_2018_
Maladie de gaucher Jérôme Stirnemann SMMI _21_9_2018_SMMI2015
 
Syndrome myélodysplasique olivier saint jean
Syndrome myélodysplasique  olivier saint jeanSyndrome myélodysplasique  olivier saint jean
Syndrome myélodysplasique olivier saint jeanSMMI2015
 
PR et tocilizumab en monotherapie H. El Kabli
PR et tocilizumab en monotherapie H. El Kabli PR et tocilizumab en monotherapie H. El Kabli
PR et tocilizumab en monotherapie H. El Kabli SMMI2015
 
Polyarthrite rhumatoïde qualité de vie
Polyarthrite rhumatoïde qualité de viePolyarthrite rhumatoïde qualité de vie
Polyarthrite rhumatoïde qualité de vieSMMI2015
 
Les anémies hémolytiques du sujet agé
Les anémies hémolytiques du sujet agéLes anémies hémolytiques du sujet agé
Les anémies hémolytiques du sujet agéSMMI2015
 
Les anémies du sujet âgé M. Maamar
Les anémies du sujet âgé M. MaamarLes anémies du sujet âgé M. Maamar
Les anémies du sujet âgé M. MaamarSMMI2015
 
Carence martiale du sujet agé Z. Tazi 2017 smmi
Carence martiale du sujet agé Z. Tazi 2017 smmiCarence martiale du sujet agé Z. Tazi 2017 smmi
Carence martiale du sujet agé Z. Tazi 2017 smmiSMMI2015
 
Les maladies lysosomales
Les maladies lysosomalesLes maladies lysosomales
Les maladies lysosomalesSMMI2015
 
Porphyries A. Bourgarit
Porphyries A. BourgaritPorphyries A. Bourgarit
Porphyries A. BourgaritSMMI2015
 
LES MALADIES LYSOSOMALES Pr Noel
LES MALADIES LYSOSOMALES   Pr NoelLES MALADIES LYSOSOMALES   Pr Noel
LES MALADIES LYSOSOMALES Pr NoelSMMI2015
 

Plus de SMMI2015 (20)

Traitement des infections urinaires de l'adulte SMMI 2018
Traitement des infections urinaires de l'adulte SMMI 2018Traitement des infections urinaires de l'adulte SMMI 2018
Traitement des infections urinaires de l'adulte SMMI 2018
 
Treat to target in inflammatory diseases SMMI 2018
Treat to target in inflammatory diseases SMMI 2018Treat to target in inflammatory diseases SMMI 2018
Treat to target in inflammatory diseases SMMI 2018
 
SPA non radiologiques SMMI maroc 2018
SPA non radiologiques SMMI maroc 2018SPA non radiologiques SMMI maroc 2018
SPA non radiologiques SMMI maroc 2018
 
Revlimide SMMI 2018
Revlimide SMMI 2018Revlimide SMMI 2018
Revlimide SMMI 2018
 
Maladies auto inflammatoires SMMI 2018
Maladies auto inflammatoires SMMI 2018Maladies auto inflammatoires SMMI 2018
Maladies auto inflammatoires SMMI 2018
 
Les maladies rares "Plan de santé 2025" SMMI 2018
Les maladies rares "Plan de santé 2025" SMMI 2018Les maladies rares "Plan de santé 2025" SMMI 2018
Les maladies rares "Plan de santé 2025" SMMI 2018
 
Diabete type 2 smmi 2018
Diabete type 2 smmi 2018Diabete type 2 smmi 2018
Diabete type 2 smmi 2018
 
Deficits immunitaires primitifs et auto immunite
Deficits immunitaires primitifs et auto immuniteDeficits immunitaires primitifs et auto immunite
Deficits immunitaires primitifs et auto immunite
 
Bactériologie des infections urinaires congres de médecine interne marrakech...
Bactériologie des  infections urinaires congres de médecine interne marrakech...Bactériologie des  infections urinaires congres de médecine interne marrakech...
Bactériologie des infections urinaires congres de médecine interne marrakech...
 
Gestion des anticoagulants oraux chez le sujet âgé smmi kech2018
Gestion des anticoagulants oraux chez le sujet âgé smmi kech2018Gestion des anticoagulants oraux chez le sujet âgé smmi kech2018
Gestion des anticoagulants oraux chez le sujet âgé smmi kech2018
 
Maladie de gaucher Jérôme Stirnemann SMMI _21_9_2018_
Maladie de gaucher Jérôme Stirnemann  SMMI _21_9_2018_Maladie de gaucher Jérôme Stirnemann  SMMI _21_9_2018_
Maladie de gaucher Jérôme Stirnemann SMMI _21_9_2018_
 
Syndrome myélodysplasique olivier saint jean
Syndrome myélodysplasique  olivier saint jeanSyndrome myélodysplasique  olivier saint jean
Syndrome myélodysplasique olivier saint jean
 
PR et tocilizumab en monotherapie H. El Kabli
PR et tocilizumab en monotherapie H. El Kabli PR et tocilizumab en monotherapie H. El Kabli
PR et tocilizumab en monotherapie H. El Kabli
 
Polyarthrite rhumatoïde qualité de vie
Polyarthrite rhumatoïde qualité de viePolyarthrite rhumatoïde qualité de vie
Polyarthrite rhumatoïde qualité de vie
 
Les anémies hémolytiques du sujet agé
Les anémies hémolytiques du sujet agéLes anémies hémolytiques du sujet agé
Les anémies hémolytiques du sujet agé
 
Les anémies du sujet âgé M. Maamar
Les anémies du sujet âgé M. MaamarLes anémies du sujet âgé M. Maamar
Les anémies du sujet âgé M. Maamar
 
Carence martiale du sujet agé Z. Tazi 2017 smmi
Carence martiale du sujet agé Z. Tazi 2017 smmiCarence martiale du sujet agé Z. Tazi 2017 smmi
Carence martiale du sujet agé Z. Tazi 2017 smmi
 
Les maladies lysosomales
Les maladies lysosomalesLes maladies lysosomales
Les maladies lysosomales
 
Porphyries A. Bourgarit
Porphyries A. BourgaritPorphyries A. Bourgarit
Porphyries A. Bourgarit
 
LES MALADIES LYSOSOMALES Pr Noel
LES MALADIES LYSOSOMALES   Pr NoelLES MALADIES LYSOSOMALES   Pr Noel
LES MALADIES LYSOSOMALES Pr Noel
 

Dernier

CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptxCHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptxKawTar253413
 
Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024
Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024
Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024benj_2
 
Module 10 Causerie educative en planification familiale.pptx
Module 10 Causerie educative en planification familiale.pptxModule 10 Causerie educative en planification familiale.pptx
Module 10 Causerie educative en planification familiale.pptxOuedraogoSoumaila3
 
Anatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdf
Anatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdfAnatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdf
Anatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdfssuser4a70ad1
 
《购买维多利亚大学学历本科学位证书》
《购买维多利亚大学学历本科学位证书》《购买维多利亚大学学历本科学位证书》
《购买维多利亚大学学历本科学位证书》rnrncn29
 
Syndrome de Di George : symptomes diagnostic et traitement
Syndrome de Di George : symptomes diagnostic et traitementSyndrome de Di George : symptomes diagnostic et traitement
Syndrome de Di George : symptomes diagnostic et traitementKhadija Moussayer
 
Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...
Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...
Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...Aymen Masri
 

Dernier (7)

CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptxCHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx
 
Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024
Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024
Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024
 
Module 10 Causerie educative en planification familiale.pptx
Module 10 Causerie educative en planification familiale.pptxModule 10 Causerie educative en planification familiale.pptx
Module 10 Causerie educative en planification familiale.pptx
 
Anatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdf
Anatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdfAnatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdf
Anatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdf
 
《购买维多利亚大学学历本科学位证书》
《购买维多利亚大学学历本科学位证书》《购买维多利亚大学学历本科学位证书》
《购买维多利亚大学学历本科学位证书》
 
Syndrome de Di George : symptomes diagnostic et traitement
Syndrome de Di George : symptomes diagnostic et traitementSyndrome de Di George : symptomes diagnostic et traitement
Syndrome de Di George : symptomes diagnostic et traitement
 
Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...
Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...
Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...
 

Histoire de la médecine arabo musulmane

  • 1. Histoire de la Médecine Arabo-musulmane Pr Jamal MEHSSANI Faculté de Médecine et de Pharmacie / RABAT
  • 2. Introduction : n Moyen âge : du VIème au milieu du XVIème siècle : dix siècles . n Il a débuté avec la chute de l’Empire romain en 467 n Fin du moyen âge : prise de Constantinople en 1453 par les Turcs . n L'Islam : tournant dans l'histoire mondiale, entre l'Antiquité et le Moyen Age . n Les Arabes : héritiers de la science de l'Occident gréco- romain . n L'Europe n'a pas reçu le savoir gréco-romain directement, mais indirectement, par l’ intermédiaire des savants musulmans (syriens, perses et arabes).
  • 3. Origines et racines n L'école Jondichapour appelée actuellement Chah Ahad, centre médical rayonnant de La Perse Sassanide (IVe) n Carrefour dépositaire de la médecine égyptienne, hindoue et persane et lieu d'affluence des savants grecs, persans, indous , chrétiens, et païens n Jondichapour sera conquise par les musulmans en 638 . n L’héritage gréco-romain . n Et surtout la civilisation Islamique : un immense empire qui s’étendait de l’Espagne à l’Inde.
  • 4.
  • 5. n La période Anté-Islamique : AI-Jahylyah , oeuvre littéraire, mais médecine primitive. n L'avènement de l'Islam : Prophète Sidna Mohammed ouvert à la médecine avec son contemporain Al Harith Ibn Kaladah, poète et médecin formé à l'école de Jondichapour . n Durant les 23 années au contact de son créateur . Le prophète n’a jamais cessé de prodiguer des conseils d’ hygiène et de thérapeutique que ses disciples publièrent sous le titre de "Médecine du Prophète »
  • 6. Place de la science dans l’Islam : n Le mot Science est cité dans plus de 160 versets du Coran n Un verset indique le degré que Dieu attribue aux savants : " Dieu placera sur des degrés élevés ceux d’entre vous qui croient et qui auront reçu la science " Sourate 58, verset 11. n Hadith : " L'encre du savant et plus valeureux que le sang du martyr » n « Si Dieu a prévu la maladie, il a prévu aussi son remède »
  • 7. Les civilisations antérieures n Egypte ancienne : Une quinzaine de papyrus médicaux , étude des momies . n La Mésopotamie : la 1ere civilisation , L’écriture ( 3300 av JC ) , tablettes de Nippur comportant des prescriptions pharmacologiques ; XVIIIème siècle av JC : Code de Hammourabi Hépatoscopie
  • 8. Grèce antique : Hippocrate , le Père de la Médecine . n Il libère la médecine de la religion : il excluait toute intervention divine ou magique sur la santé « Les maladies ont une cause naturelle et non surnaturelle , cause que l’ont peut étudier et comprendre » n Développe sa théorie des Humeurs n Il observe des symptômes (Hippocratisme digital) n Il impose les fondements de la déontologie. n une soixantaine de traités : le corpuscum Hippocraticum dont les Aphorismes ont été appris par cœur par des générations de médecins jusqu’au XVIIe S .
  • 9. Dioscoride , De materia medica. n Le médecin (militaire) grec (env. 40 - 80 apr. J.-C.) n Une encyclopédie pharmacologique en grec : De materia medica. n Dioscoride y traite les épices, les onguents et les huiles, les animaux et leurs produits, les plantes (dont les céréales et les légumes), les vins et les minéraux. n Les descriptions des plantes (plus de 500) sont brèves et ne permettent pas toujours leur identification. n Le plus grand pharmacologue de l’Antiquité .
  • 10.
  • 11. GALIEN n Conception organiciste : « chaque trouble provient de la lésion d'un organe » n Galien a laissé une vaste oeuvre médicale comportant plus de 100 traités écrits en grec. n Pharmacie galénique .
  • 12. La médecine galénique n Galien avance une double explication des maladies: • déséquilibre des humeurs (explication hippocratique) , • dysfonctionnement de tel ou tel organe, par suite d’une lésion ou d’une altération (explication anatomopathologique).
  • 13. GALIEN ET L’ANATOMIE n Une partie des connaissances sur l’anatomie humaine de Galien est certainement due à son activité comme médecin des gladiateurs, notamment ses connaissances sur la musculature et les articulations des extrémités. n Galien a fait de nombreuses dissections, mais des dissections d’animaux (!), surtout de singes, de porcs et de chiens. n Recourant à un raisonnement par analogie, il a transposé à l’Homme les connaissances acquises sur des animaux . n Hypothèses fictives : ex. les pores du septum cardiaque !
  • 14. GALIEN ET LA PHYSIOLOGIE n Galien a fait de nombreuses expériences physiologiques chez l’animal: n En coupant le nerf laryngé récurrent , qui innerve les muscles du larynx, Galien provoque la disparition de la voix, montrant ainsi le rôle de ce nerf. n Trois grands appareils auxquels sont associées trois fonctions: n 1) le foie, les veines et la nutrition, 2) le coeur, les poumons, les artères et la respiration, 3) l’encéphale, les nerfs, les muscles et le domaine sensori- moteur.
  • 15. LA PREMIERE PHASE DE LA MEDECINE ARABE : LA FIEVRE DES TRADUCTIONS. n Du VIIe au début du VIIIe siècle, n Hunayn ibn Ishāq (vers 808-873) : le plus important transmetteur de la science des anciens Grecs aux Arabes et par delà̀ à l’ humanité́ tout entière. n Il traduisit à lui seul une centaine d’ écrits de Galien, en arabe, en syriaque ou dans les deux langues . n RISALA : Fi Dikr Ma Turjima min Gallinouss . n Il traduisit, en outre, des ouvrages médicaux d’Hippocrate, de Dioscoride, d’Oribase et de Paul d’ Égine.
  • 16. n Yuhanna Ibn Moussawayh ou Mésué : fin VIIIe , fils d’un préparateur en pharmacie de l’hôpital de Jundishapour , n Traducteur mais aussi auteur des premiers ouvrages : n kitab Al Madkhal fi ttib : le livre à l’introduction de la médecine. n kitab al masa-il fi titb : des questions sur la médecine . n Succès prodigieux et usage pendant des siècles .
  • 17. n L'achat massif de manuscrits précieux grecs ou en d'autres langues par les premiers Califes Abbassides : Al Mamoun créé en 832 à Bagdad la bibliothèque royale ou Baït Al hikma. n Le Calife El Mansour (745-775) proscrit l’usage du papyrus au profit du papier et son fils Haroun El Rachid construira à Bagdad en 794, le 1er moulin à papier , développé avec l’aide de Jaber Ben Hayan . n Un astronome indien (Kankah) présente un livre dans lequel les calculs sont faits avec les chiffres indiens : Le livre est aussitôt traduit en arabe n El Khaouarezmi est chargé de le simplifier : Algabar wa lmoukabala
  • 18. DEUXIEME PHASE DE LA MEDECINE ARABE : PHASE CREATRICE n Débute vers la deuxième moitié du VIIIe siècle et s'achève vers le XIIIe siècle : son apogée sous les Abbassides entre le IXe et le Xe siècle. n Sciences : les mathématiques, la chimie et la physique, la philosophie, l'astronomie et la médecine. n L'introduction des méthodes expérimentales s'appuyant sur l'observation, le raisonnement et l'appréciation des phénomènes. n Les traductions avec leurs commentaires tout en confrontant ces acquisitions à leurs propres expériences,
  • 19. Les principaux représentants de la médecine arabe Ar-Razi 865 – 925 , Rey Al Hawi , Ali ibn abbass al Majussi 925 – 994 , Perse Kitab Al Malaki , Zahraoui 936 – 1013 , Cordoue Attassrif Ibn Sina 980 – 1037 , Boukhara Al Qanoun , Achifaa Ibn Zohr 1092 – 1162 , Séville Attayssir Ibn Rochd 1126 –1198 , Cordoue AL Koulliyat Maimonide 1135 –1204 , Cordoue Kitab Al Foussoul Ibn Nafiss 1211 – 1288 , Le Caire Sharh Tashrih Al Qanoun Ibn Al Jazzar 898 – 980 , Quirouan Zad Al Moussafir
  • 20.
  • 21. Abou Bakr Mohammad Ben Zakaria Ar-Razi, n Né en 850 JC à Rey : le plus éminent des maitres de la médecine arabo- musulmane. n Désigné par le calife EL MANSOUR : il dirigea le nouvel hôpital central de Bagdad dont il choisit lui même l'emplacement et l’ architecture. n Médecin chef de cet hôpital, il y dispensait un enseignement réputé et assurait régulièrement le service entouré de ses élèves. n Auteur de 113 grands ouvrages, parmi les plus remarquables est Kitab Al-Hawi : le "Continent » .
  • 22. KITAB AL HAWI ou LE CONTINENS n Paru en 910 : 24 volumes . n Composée par des disciples à titre posthume , sur l’ordre de Rukn dawla à partir des notes rédigées par RAZI tout au long de sa vie . n Introduit en Occident après sa traduction de l'arabe au latin en 1250 par le juif Faraj Ben Salem à la demande de Charles d'Anjou, roi de Naple et de Sicile. n Un abrégé de dix volumes : AL KITAB AL MANSOURI ou LE LIBER AL MANSORIS, traitant divers sujets , anatomie , l’alimentation , les médicaments simples et composés , la chirurgie et le traitement des plaies , fut l’ouvrage d'enseignement dans les écoles de médecine d'Orient et d'Europe.
  • 23. n DE PESTILENTIA, une monographie sur la peste, imprimé à Venise en 1498. n TRAITE DE LA VARIOLE ET DE LA ROUGEOLE, traduit en latin à Londres en 1766 par Channing et en français par Le Clerc et Le Noir en 1866. Dans cet écrit, Ar-Razi posa le diagnostic différenciel entre la variole, la varicelle et la rougeole. n écrits sur les ICTERES PAR RETENTION . n LA PIERRE DE LA VESSIE ET DES REINS, une monographie sur la lithiase rénale intitulée publiée en français par P. De Koning en 1896 à Leyde.
  • 24. n On doit à ERRAZI des écrits pertinents sur les ictères par rétention, les pyuries fébriles et la lithiase rénale. n Il fut aussi le premier à décrire le rhume allergique et la relation avec l’odeur des roses . n Et le premier à décrire le ver de Médine. n ERRAZI serait parmi les premiers à utiliser les sutures au Catgut, la première pommade à base de mercure et les compresses humides et tièdes pour couvrir les intestins au cours des interventions chirurgicales sur l'abdomen.
  • 25. n Ar-Razi s'est intéressé aux affections psychiatriques . n Philosophe, mathématicien, astronome, il a posé le postulat de l’existence du Vide en qualité de physicien et la composition de l’acide sulfurique en tant que chimiste.
  • 26. n Sous le règne de Louis XI (1226-1270), dans la bibliothèque de la faculté de médecine de Paris, le seul ouvrage autorisé à être consulté par les médecins personnels du roi était celui d’Al Razi. n Pour l’ acquérir, le roi a du déposer une caution de douze livres d'argent et cent écus d'or. n Une stèle est érigée à son honneur dans l'auditorium maximum de l‘ école de médecine de Paris pour son apport en médecine.
  • 27.
  • 29. Ali Ibn Abbass Al Majoussi Haly Abbass n Naissance : début du Xe siècle à Lahwaz en Iran à proximité de Jondichapour, décès : 994 n Œuvre : AL KITAB AL MALAKI ou KAMIL ASSINAAT, LIVRE ROYAL ou LIBER REGIUS, n Traité complet de médecine rédigé en 970 et traduit en latin vers 1070 sous le titre de PANTEGNE par Constantin l'Africain. n Ouvrage ordonné, comprend vingt discours subdivisés en chapitres dont les dix premiers développent la théorie de la médecine et les dix autres la pratique.
  • 30. n Le premier discours expose les tempéraments et les humeurs. n Les deuxième et troisième discours axés sur l'anatomie. n Le quatrième discours concerne la pratique des sports, l'utilité des bains, le choix des aliments, les bienfaits de l'air pur . n Les six discours suivants concernent les descriptions cliniques et les analyses étiologiques des maladies . n Du onzième au dix-huitième discours : inventaire des médicaments et des méthodes thérapeutiques . n Le dix-neuvième et le vingtième discours : études sur la chirurgie et la pharmacie .
  • 31. n Il adopte une méthode simple et ordonnée pour décrire une maladie. n Pour la pleurésie par exemple :définition , son étiologie, symptômes cardinaux constants marqués par la toux, la douleur, la dyspnée et l'expectoration et aboutit au pronostic suivi du traitement. n Ali Ibn Abbass consacra des descriptions remarquables aux mouvements respiratoires et circulatoires (des mouvements opposés de contraction ou lnkibath ou d'expansion lnbissath , systole et diastole) .
  • 32.
  • 33. Abou Ali Al Hosseïn Ibn Abdallah Ibn Sina n Surnommé le Prince de la médecine, le Second Maître après Aristote, le Maître et le chef, Echaïkh Arraïss , n Né en septembre 980 près de Boukhara dans le Turkestan, n A dix ans il apprit le Coran en entier et s'initia à la littérature. n A dix sept ans : sommité de l'époque et réussit à guérir l’Emir Nouh Ibn Mansour qui lui permit d'accéder à sa riche bibliothèque . n Il mourut à Hamadan au Turkestan en l'an 1037 âgé seulement de cinquante sept ans . n Son œuvre est estimée à deux cent soixante seize ouvrages , clôturée en philosophie par KITAB ECCHIFA .
  • 35. Le CANON est divisé en cinq Livres ou Founoune. n Le premier Livre : KOULLYAT AL KANOUN , traité d'anatomie-physiologie exposant les théories générales, les définitions des tempéraments, la nature des constitutions et des organes et comporte au troisième chapitre un exposé sous la dénomination de la présentation de la santé, hygiène et prophylaxie. n Le second Livre recense sept cent soixante médicaments connus à l'époque. n Le troisième Livre traite de la pathologie. Chaque maladie est présentée selon son processus anatomique, physiologique, clinique et pronostic avec une analyse minutieuse et méthodique de l'organe affecté. Y sont exposés les maladies intestinales, les vénériennes, les empyèmes et la pleurésie.
  • 36. n Le quatrième Livre concerne la petite chirurgie, les maladies éruptives comme la rougeole et la variole, la traumatologie comportant luxations et fractures et enfin les maladies expansives telles que les fièvres et leurs variétés. n Le cinquième Livre décrit les médicaments composés, fournit leurs indications et contre-indications, précise la posologie et avise sur les effets secondaires. Il restera sept siècles après, l'ouvrage classique de la pharmacie . n Le COMPLEMENT DU CANON, ou OURJOUZA, cantique médicale en mille trois cent vers se présente en deux parties distinctes : l'une théorique et l'autre pratique. n Sa définition de la médecine valable même actuellement : « La médecine est l'art de conserver la santé et éventuellement de guérir la maladie survenue dans le corps ».
  • 37. Le CANON de la Médecine n LE CANON fût traduit en latin et imprimé pour la première fois à Naples en 1491 puis à Venise en 1544 et à Rome en 1593. n L'enseignement médical puisé dans le CANON est prodigué en Europe durant toute la fin du Moyen Age, à la renaissance particulièrement à Montpellier au XVIIe siècle. n Jusqu’en 1909, un cours magistral sur la médecine d'Avicenne était donné à la faculté de Bruxelles .
  • 38. La Conception de la maladie n La maladie d'après la conception d'Avicenne évolue en quatre étapes : un début, un accroissement, l'acmé et enfin le déclin. n Les pathologies se répartissent en trois groupes : Le premier concerne les affections inhérentes aux déséquilibres du tempérament que l'on exprime actuellement par médecine interne. Le deuxième concerne désordres de configuration, telles que les tumeurs et les malformations. Enfin les maladies par solution de continuité correspondantes à celles relevant du champ de la chirurgie.
  • 39. L'apport médical d'IBN SINA - Le premier à distinguer entre pleurésie, médiastinite et abcès sous phrénique. - Description des deux formes de paralysies faciales centrales et périphérique. - Symptomatologie du diabète. - Diagnostic de la sténose de pylore et d’ ulcère d'estomac. - Différentes variétés d’ ictères. - La description de la cataracte, de la méningite, etc. - Rôle des rats dans la propagation de la peste. - La transmission de centaines d’ infections par voie placentaire. - Le premier à préconiser les vessies de glaces et les lavements rectaux.
  • 40. n Il se servait de semence de colchique dans des préparations pour guérir la goutte. n Il recommandait aux rhumatisants des méthodes d'allongement vertébral et prescrivait aux tuberculeux pulmonaires la cure en montagne. n En matière d 'hygiène générale et de médecine préventive, Ali Ibn Sina s'avère un précurseur dans ces deux domaines conseillant d'éviter les excès, de veiller sur l'élimination des déchets, de combattre la constipation, d'équilibrer la nourriture et la boisson en éliminant les incompatibilités alimentaires.
  • 41. LA MEDECINE ARABE EN ESPAGNE ANDALOUSE n L'apogée de la médecine arabe ne se situe pas uniquement en Orient mais apparaît également en Occident notamment en Espagne Andalouse et au Maghreb aux alentours du XIe et XIIIe siècle n Abou Al Kassim, Ibn Zohr et Ibn Rochd , et Moshé Ben Meimoun ou Maïmonide.
  • 43. Abou Al Kassim Abbes Ibn Khalef Ezzahraoui n Natif près de Cordoue vers 913, décédé en 1013 et contemporain de Ali Ibn Sina . n Vaste savoir théorique et pratique en anatomie : un grand maître en chirurgie. n Ouvrage gigantesque ATTASRIF LIMAN AZAJA ÂN ATTAALIF «La PRATIQUE » n Il s'agit du meilleur ouvrage chirurgical illustré en 30 volumes datant de l'an 1000 après J.C.
  • 44. Le Père de la Chirurgie n Pratiquait brillamment le traitement des fistules, des hernies, les amputations, voir les trépanations, n Il pratiquait la chirurgie du goitre et la résection des anévrismes des membres. n Le premier à utiliser les boyaux des chats en chirurgie abdominale, les sutures avec un fil et 2 aiguilles, enfin les sutures sous dermiques qui ne laissent après elles aucune cicatrice. n Il connaissait aussi la méthode de réduction des luxations de l’ épaule qu'on appelle aujourd'hui la manœuvre de KOCHER. n Sur la rotule il réalisa les patellectomies , presque mille ans avant Ralph BROOKE. n Le premier à avoir pratiquer les ligatures artérielles .
  • 45. n Il utilisait dans les opérations du petit basin, la classique position Trendelenburg, attribuée plus tard au chirurgien allemand Fréderic Trendelenburg. n Il décrivait et soignait par la chirurgie les ostéo-arthrites tuberculeuses notamment vertébrales sept siècles avant POTT. n En obstétrique, il conseillait plusieurs manœuvres d'accouchement dans les présentations dystociques :épaule, face.... Il parle de la position actuellement connue sous le nom de position de WALCHER et d'instruments nécessaires pour extirper les fœtus macérés in utero. n Il décrit sa technique originale d'excision des varices, appliquée aujourd'hui avec quelques petites modifications . n L'influence d'EZZAHRAOUI s'exerça longtemps grâce aux traductions de ses œuvres sur l'enseignement de la chirurgie en Europe .
  • 46.
  • 47.
  • 48.
  • 49.
  • 50.
  • 52. Abou Marwane Ibn Abdelmalik Ibn Zohr dit Avenzoar. n Né à Séville en l’an 1101, décédé en 1161, n Le maître d'Ibn Rochd et le plus grand clinicien après Ar-Razi . n Fils d’Abou Aala Ibn Zohr, grand praticien. n voyagea fréquemment au Maghreb notamment au Maroc, avait des démêlés avec le Sultan almoravide Youssef Ben Tachfine, il a connut la gloire sous le règne du Sultan Almohade Abdelmoumen. n IL se différencie des autres médecins par l'importance qu'il donne à l’ expérience qui d’ après lui est la meilleure base et le véritable guide à la pratique médicale.
  • 53. TEYSSIR FI AL MOUDAWANAT WA ATTADBIR ou COMPENDIUM n Son œuvre principal : ATTAYSSIR , qui existe en manuscrit à la bibliothèque d'Oxford, à la bibliothèque nationale à Paris et à celle de Florence. n IBN ZOHR traite de manière pertinente et décrit pour la première fois les épanchements péricardiques, les abcès du péricarde, les paralysies du pharynx et la gale .
  • 54.
  • 55.
  • 56. Ibn Zohr : ses Oeuvres n KITAB AZZINA ou LE LIVRE D'EMBELLISSEMENT, dit en latin LIBER ORNAMENTE, sorte de traité de cosmétique . n KITAB AL AGHDIA WA AL ADOWIA, ou LIVRE DES ALIMENTS ET TRAITEMENTS n KITAB FI ISSLAH ANNOUFOUSS WA AL AJSSAD traduit sous le titre LE LIVRE DE LA NECESSITE OU LA CONFORTATION DES AMES ET DES CORPS. Ce dernier ouvrage rédigé vers 1122, reparti en deux volumes, livre de vulgarisation de diététique et de règles thérapeutiques. n ALMAKALA FI ILAL AL KULA ou TRAITE DES MALADIES DES REINS n KITAB ATTADKHIRA exposant les principes thérapeutiques.
  • 57. n Il fut aussi le premier à parler des tumeurs du médiastin et à pratiquer la trachéotomie en observant les effets expérimentaux sur une chèvre. n Diététicien et aussi thérapeute, il conseillait chez les grands dénutris de recourir à l'alimentation par sonde œsophagienne. n IBN ZOHR nous lègue enfin de nombreux écrits sur les maladies du cerveau et du névraxe en particulier sur les comas, les convulsions, les tremblements, la migraine, l’ hémiplégie, l’ hydrocéphalie, voir les états démentiels et la catatonie.
  • 58.
  • 59.
  • 61. Abou Al Walid Mohamed Ibn Ahmed Ibn Rochd , Averroès n Disciple et contemporain d'Ibn Zohr, n Né en 1126 à Cordoue, n Ami de Maïmonide, il fut plus connu comme philosophe que comme médecin . n Ecrits philosophiques en particulier ses commentaires sur Al Ghazali et Aristote . n Sa vie fut jalonnée de gloires et de vicissitudes. n Il fut attaché en particulier au Sultan Yacoub Al Mansour qu'il eut l'honneur de connaître à Marrakech.
  • 62. n Son œuvre médicale KOLLIYAT , LE COLLIGET ou COMPENDIUM. n Répartie en sept volumes où parmi les originalités relevées figurent cette constatation épidémiologique remarquable concernant le caractère non récidiviste de la variole et l'étude magistrale du rôle de la rétine dans la vision. n Imprimé à Venise en 1482. n Jacob Montinus médecin juif, traduit en latin en 1552 la totalité de l'œuvre médicale d'Ibn Rochd formée de onze volumes et constituant une synthèse de l'anatomie de Galien, de la pathologie de Ar-Razi et de Ali Ibn Sina complétée d'une polypharmacie.
  • 63. n Kitab Attashrih ( anatomie ) n Kitab Al Marad ( livre de la santé ) n Kitab Al Âlamat ( livre des symptômes ) n Kitab Al Adwiya wa Al Aghdiya (drogues et aliments ) n Kitab Hifd Assiha ( l’ hygiène ) n Kitab Shifaa Al Amrad (la thérapeutique)
  • 64.
  • 65. n A l'âge de soixante douze ans soit le 10 décembre 1198 s'acheva à Marrakech, le destin de Ibn Rochd, après son transfert mortuaire à Cordoue, légua à la postérité une partie non détruite de son œuvre où miroite son génie de savant. n Le cinéma lui rend hommage dans un film de Youssef Chahine : le destin .
  • 67. Abou Omrane Moussa Ben Meïmoune AI Kortobi. n Né à Cordoue en 1135 issu d'une noble famille juive et fut orienté, sous l'autorité de son père Meïmoune Ben Joseph d'une grande culture, vers les sciences mathématiques, astronomiques, bibliques et talmudiques. n Philosophe, théologien, apôtre du judaïsme du Moyen Age et surtout brillant médecin. n En 1158 à l'âge de vingt trois ans Moshé Ben Meimon s'est établi à Fès avec sa famille et connut Abou Bakr Ibn Zohr. n Les circonstances l'amenèrent par la suite à résider au Fostat, vieux quartier du Caire en Egypte.
  • 68. n Il exerça la médecine à la cour du Calife Fatimide Al Adid et vers 1198 l'Emir Al Afdale fils aîné de Saladin le désigna comme médecin particulier, consécration de sa célébrité médicale. n Son œuvre médicale féconde et diversifiée entièrement rédigée en Arabe en Egypte, comporte neuf ouvrages de médecine traduits en Hébreu et en latin.
  • 69. n LES COMMENTAIRES AUX APHORISMES D'HIPPOCRATE traduits en Hébreu par Moïse Ben Samuel Ben Tibbon et en Allemand par Steïnschneïder. n LES MOKHTASSARATES ou COMPENDIUMS OU EXTRAITS reflétant les œuvres de Galien. n FOUSSOUL MOUSSA ou LES APHORISMES DE MOISE, se divise en vingt cinq chapitres (de l’anatomie physiologie , la semeiologie , la pathologie et les différentes thérapeutiques y compris la chirurgie )
  • 70. n FIL JIMAA : une étude sur l'hygiène des rapports sexuels et de la mise en évidence de l'abstinence avec ses inconvénients et ses aspects positifs et y expose les aphrodisiaques. n FIL BAWASSIR : se référant à Ar-Razi et Ibn Sina se présente en sept chapitres englobant la digestion normale, les aliments à consommer ou à éviter. Il traite des remèdes d'application locale combinant bain de siège, huiles composées et fumigations et parle de remèdes simples ou composés pour usage interne.
  • 71. n MAKALA FI RABOW ou de DE L'ASTHME où il vanta les bienfaits du climat sec en prenant comme exemple celui de l'Egypte et déconseilla aux asthmatiques le recours excessif aux médicaments. Il exposa le régime alimentaire susceptible de mieux convenir aux asthmatiques. n Le traité des POISONS ET PRESERVATIFS CONTRE LES REMEDES MORTELS en s'inspirant du LIVRE DES POISONS composé vers 760 par le grand alchimiste arabe Jabir Ibn Hayane. Ce livre précis et minutieux étudie les poisons venimeux.
  • 72. n FI TATHIR ASSIHATI ou SUR LE REGIME DE L A SANTE , traite d'une manière générale de l'hygiène et comporte au début une description des symptômes de la mélancolie . n Vers 1200 Maïmonide souffrant, acheva son œuvre médicale par la composition du MAKALA FI BAYANE AL AARADE , sorte de confirmation des prescriptions médicales d'ordre hygiénique et diététique contre l'hypocondrie et la mélancolie.
  • 73. n Ce grand homme symbole du rapprochement humain et de la synthèse des cultures, fut rappelé à Dieu à l'âge de soixante neuf ans en 1204. n Son œuvre incarne la symbiose des cultures arabo- judaïque admirablement exprimée en Arabe.
  • 75. n Les médecins arabes étaient passés maîtres dans leur art de la médecine, et leur réputation était telle que, au XIe siècle, Alphonse VI, roi chrétien de Castille, choisit de se faire soigner à Cordoue, chez ses propres ennemis, alors qu’il guerroyait contre eux en vue d’annexer l’Andalousie, territoire musulman à l’époque .
  • 77. Ibn Al Jazzar (Abu Jaafar Ahmed ibn Ibrahim Ibn Abi Khalid al-Jazzar al-Kaïraouani ) n vers 898- vers 980 n s'initie à la médecine au contact de son père, de son oncle et aussi d'Isaac Ibn Soleiman Al Israïli (Isaac Judeus). n Il enseigna à "Dar El Hikma" ou "Maison de la Sagesse" édifiée sur le modèle de celle de Bagdad, où l'on enseignait la médecine, la philosophie, les mathématiques et l'astronomie, et dont les assises avaient été fondées par Ishaq Ibn Omrane, l'illustre auteur du traité de la mélancolie (...)
  • 78. n Ainsi, les consultations d'Ibn Et Jazzar étaient gratuites pour les pauvres et les médications délivrées gracieusement par son aide Rachik officiant dans le vestibule de la demeure du maître transformé pour la circonstance en pharmacie. n Préfiguration de la séparation des fonctions du médecin et du pharmacien.
  • 79. n Zad al-mussafir wa koute Al Hader (Viatique du Voyageur ou Provision du Voyageur et Nourritures du Sédentaire). n Le Viaticum a été imprimé en 1510 à Lyon n Traduit une deuxième fois en 1515 dans les œuvres de Isaac Ibn Soleiman AI Israëli n La troisième édition sera imprimée à Bâle en 1516 sous le titre de Viaticum Perigrinantis. n La quatrième édition à Lyon en 1536 sous le titre de De Morborum Cognitione et curatione. n La cinquième sera édité à Bâle encore dans les œuvres de Constantin l'Africain (Opera Constantini Africani) .
  • 80. n L'ouvrage traite longuement des maladies du cerveau, migraine, apoplexie, confusion mentale, délire aigu, de l'épilepsie, des tremblements et du mal d'amour. n Des versions se trouvent en grand nombre à Paris à la Bibliothèque nationale notamment une copie sous le N°2239 remontant au XVIe siècle et qui fut en possession de Colbert (Ministre de Louis XIV) puis de Napoléon Bonaparte.
  • 81. n Kitab al-Litimade : Le Livre des Médicaments Simples). n Il a été écrit à l'adresse du Prince Fatimide Et Kaïm bi Amr llah (933/955) . n Le Livre des Simples traite plusieurs formules pharmaceutiques nouvelles qui demeureront en usage de nos jours : des tablettes sublinguales ! n Ce livre a été traduit en latin à deux reprises, la première par Constantin l'Africain sous le nom de Liber de Gradibus Simpleium sans mention du nom de l'auteur
  • 82. n Le Livre des Propriétés : C'est un 3ème ouvrage d'Ibn El Jazzar traduit en latin sous le titre de Proprietatibus : le manuscrit se trouve à Montpellier et il en existe une autre version hébraïque. n Kitab Al Nissian wa Toroq Taqwiati Adhakira :Le Livre de l'Amnésie et des Moyens de fortifier la Mémoire .
  • 83. n Le Livre de l'estomac, de ses maladies et leurs traitements : Liber de Stomacho publié dans les œuvres de Constantin l’Africain en 1536 à Bâle (...) n Maqala fi al joudilem :Traité de la Lèpre , n Tibb al Fouqara wal Massakine : LE LIVRE DES PAUVRES ET NECESSIEUX , traité original, traduit en hébreu , une sorte de memento pratique d'une centaine de pages remplies de prescriptions simples et composées de toutes sortes, sans médicaments chers, mais néanmoins efficaces et qui restent à la portée du plus grand nombre.
  • 85. IBN NAFIS (Alaa Eddine Ali Ibn Abi al Hazm al Qurashi) n 1213-1288 ( Damas , Caire ) n Il a d’abord enseigné la médecine, et supervisé un pavillon de l'hôpital al-Nouri . n Il se rendit au Caire, en Egypte, à l'âge de 25 ans environ, à la demande du Sultan, où il passa le reste de sa vie. n Médecin-Chef de l'hôpital al-Nassiri, il transmis son savoir à de nombreux spécialistes parmi lesquels le chirurgien Ibn al-Quff al-Masihi. Il enseigna également à l'école de l'hôpital El Mansouri au Caire.
  • 86. n « Pour décrire l’usage d’un organe, nous nous basons sur une observation scrupuleuse et une étude honnête, sans nous demander si elles correspondent ou non aux théories de nos prédécesseurs.» Ibn Nafis
  • 87. n Sharh Tashrih al-Qanun : dans lequel il critique quelques assertions d'Avicenne et donne sa propre contribution à l'anatomie, la pathologie et à la pharmacologie. n Al-Kitab Al-Shamel fil Tibb : dont le manuscrit est à Damas. n Al-Madh-hab Fil Kohl :Traité d'Ophtalmologie), n Mujaz al-Qanun : résumé du Canon d'Ibn Sina, écrit en cinq parties. n al-Mukhtar fil-Aghdhiya :livre sur les effets du régime sur la santé, n Shareh Fusul Abrikrate : commentaires sur les Aphorismes d'Hippocrate, n Shareh epidemia Boukrat : commentaires sur les Epidémies d'Hippocrate,
  • 89. n Par malheur son œuvre méconnue de ses contemporains et n'eut aucun écho car elle ne fut révélée en Europe que 260 ans après sa mort. Son "Commentaires du Canon d'Ibn Sina" a été tardivement traduit en latin et publié à Venise, en 1527, par Andrea Alpago de Belluno, médecin du Consulat de Venise à Damas. n Cet ouvrage a été trouvé en 1924, par un médecin égyptien, le Dr M. al-Tarawy qui s'intéressait à l'histoire de la médecine arabe, dans la librairie nationale de Berlin. Max Meyerhof la fit connaître en 1933.
  • 90. «‫كا‬ ‫وان‬ ،‫جالينوس‬ ‫فان‬ ،‫السمع‬ ‫من‬ ‫دليال‬ ‫أقوى‬ ‫والحس‬‫ن‬ ‫يباشر‬ ‫فيما‬ ‫والتحفظ‬ ‫التحري‬ ‫من‬ ‫العليا‬ ‫الدرجة‬ ‫في‬‫ه‬‫ويحكيه‬ ‫منه‬ ‫أصدق‬ ‫الحس‬ ‫فان‬»‫مثال‬ ‫لذلك‬ ‫وضرب‬«‫الفك‬ ‫عظم‬ ‫جالينوس‬ ‫فان‬ ،‫األسفل‬‫انه‬ ‫عنه‬ ‫قال‬‫واح‬ ‫بمفصل‬ ‫عظمان‬،‫د‬ ‫كثيرة‬ ‫جماجم‬ ‫في‬ ‫اعتبرناه‬ ،‫أصال‬ ‫مفصل‬ ‫فيه‬ ‫وليس‬‫عن‬ ‫تزيد‬ ‫ما‬ ‫ورأى‬ ،‫وجه‬ ‫كل‬ ‫من‬ ‫واحدا‬ ‫عظما‬ ‫اال‬ ‫نجده‬ ‫فلم‬ ‫األلفين‬ ‫ش‬ ‫ما‬ ‫على‬ ‫يزيدوا‬ ‫فلم‬ ‫األطباء‬ ‫من‬ ‫متفرقة‬ ‫جماعة‬ ‫رأيناه‬‫اهدوه‬ ‫منه‬‫وحكيناه‬»
  • 91. anatomie des canaux biliaires n Galien dit : « … Tu verras (au moment de la dissection) le canal qui court de la vésicule biliaire jusqu’au début du duodénum, un petit peu en-dessous du pylore. Tu verras dans certains animaux le point où l’extrémité de l’intestin grêle s’hypertrophie autour du pylore… et en même temps tu verras un petit canal qui va vers le bas avec la veine qui va vers le duodénum en se dirigeant vers le bas… ». n Avicenne répète la même erreur : « … Ce canal (le canal biliaire) se relie par plusieurs branches avec le duodénum, parfois quelques unes de ces branches vont à la partie inferieure de l’estomac, parfois c’est le contraire, celles-ci sont plus importantes que celles attachées par le duodénum ». n En examinant les dessins anatomiques de Léonard de Vinci (1452-1519) : même erreur.
  • 92. n Erreur répété aussi par le plus grand anatomiste de la Renaissance Andréa Vésale (1514-1564) n Dans son célèbre livre « Humani Corpori Fabrica ». On y trouve sous le titre « Ici il faut examiner les organes existant dans la partie creuse du foie » ceci : « Et quand tu auras distingué ceux-ci( les vaisseaux sanguins) de la veine-porte qui va vers les intestins grêles, et la vésicule biliaire, à ce moment- là appui dessus avec ton pouce de telle façon que les canaux gonflés par la bile apparaissent d’une façon plus évidente. Et lorsque tu remarques Après que c’est canaux s’étendent de la vésicule biliaire jusqu’à l’estomac et si tu fais c’est la, tu verras, après l’avoir incisé gentiment, que ce canal va à l’estomac de telle façon que la bile courante peut prouver ton gentil examen pour ce canal-là ».
  • 93. n Ibn An-Nafis dément cette idée et dit : «de la bile passe par un autre canal qu’il va vers les intestins, ceci est impossible et faux. Nous avons vu la vésicule biliaire plusieurs fois, nous n’avons pas trouvé ce qui passe à l’estomac ni aux intestins ». ceci est vrai, donc Ibn An-Nafis a corrigé l’erreur de Galien avant les anatomistes européens par plusieurs siècles. n Il dit qu’il a vu (la bile et la vésicule biliaire) plusieurs fois, ceci prouve il l’a vu de ses propres yeux et sur l’homme, parce que Galian dit « tu verra dans certains animaux » de là son erreur, et parce que Ibn An-Nafis a disséqué le corps humain qu’il a pu corriger cette erreur.
  • 94. n C’est une autre découverte il faut ajouter sur la liste des découvertes d ‘Ibn An-Nafis, parce que la vésicule biliaire a un canal qui s’anastomose avec le canal hépatique, des deux nait le canal cholédoque, celui-ci s’ouvre dans le duodénum, dans ce que l’on appelle actuellement l’ampoule de Water avec le canal de wirsung qui parvient du pancréas. Donc la vésicule biliaire n’a plus le canal ni de voie qu’il va directement à l’estomac ou aux intestin . n Avicenne dit à propos de l’anatomie de l’œsophage : « … une fois que l’œsophage à traversé la dixième vertèbre dorsale vers la onzième et la douzième, il s’élargit après avoir pénétré à travers le diaphragme, oui il s’aplatit en s’élargissant ». C’est-à-dire que l’œsophage se termine dans l’estomac au niveau de la 12e vertèbre dorsale.
  • 95. n Ibn An-Nafis commente : « ce qui est reconnu entre les médecins que l’œsophage se termine au niveau de la 12e vertèbre dorsale, et que de là il pénètre à travers le diaphragme et s’élargit pour constitué le cardia, ceci est mensonge et faux car cette vertèbre est la dernière et s’articule avec les vertèbres lombaires et avec qui s’articule la côte la plus courte des côtés de la poitrine et qui est par conséquent la dernière ». n En effet l’œsophage se termine au nouveau de la dixième dorsale, non il n’est pas possible qu’ Ibn An-Nafis affirme cette vérité avec cette force, cette violence et cette clarté, après avoir disséqué le mouton ou le veau. Cette précision et ces déments prouvent, à notre avis, qu’il a disséqué le corps humain ».
  • 96. n Il a également compris le rôle des artères coronaires dans l'irrigation du muscle cardiaque: "En outre, le postulat [d'Avicenne] qui voudrait que le sang du côté droit serve à nourrir le coeur n'est absolument pas vrai, en effet la nutrition du coeur provient du sang circulant dans les vaisseaux qui pénètrent le corps du coeur".
  • 97. Les fondateurs de la medecine Nas E.Boutammina
  • 98. Les fondateurs de la medecine Nas E.Boutammina
  • 99. Les fondateurs de la medecine Nas E.Boutammina
  • 100. LA TROISIEME PHASE : PHASE DE TRANSMISSION DES OEUVRES MEDICALES A L'OCCIDENT n XIe et XIIe siècles par deux brillantes écoles, l'Ecole de Salerne en Italie et l'Ecole de Tolède en Espagne .
  • 101. L'Ecole de Salerne n Rayonnera sur les premières universités de médecine en Italie du Nord et dans le Sud de la France à Montpellier. n Une grande figure : Constantin l'Africain né à Carthage en 1020 et décédé vers 1087. Il s'établit à Salerne en 1065 . n Il réalisa la traduction de :AL MALAKI de Ali Ibn Abbass sous le titre PANTEGNI. n LE TRAITE DE LA MELANCOLIE de Maïmonide. n LES APHORISMES, LES PRONOSTICS et L'INTRODUCTION A LA THERIAQUE d'Hippocrate. n LA GRANDE et PETITE THERIAQUE de Galien.
  • 102. L'Ecole de Tolède n doit son prestige et son apogée à l'influence arabe sur l'Espagne devenue entre le Xe et XIIIe siècle un important centre intellectuel où affluent les étudiants et les grands maîtres de toutes provenances. n Une grande figure, Gerard De Crémone, attiré par les richesses du savoir arabe se rendit au XIIe siècle à Tolède. n Il y apprit l'arabe, se consacra aux traductions des meilleurs livres. Il traduisit soixante et onze ouvrages dont vingt et un de médecine. n Cette Ecole de Tolède rayonna elle aussi sur Montpellier et sur Paris et joua un rôle prédominant dans l'évolution de la médecine française et européenne.
  • 103. n Les deux Ecoles de Salerne et de Tolède, en recueillant par l'intermédiaire des traductions le patrimoine de la médecine arabe et en le retransmettant aux célèbres universités de Montpellier et de Paris, ont puissamment contribué à l'évolution et à l'épanouissement de la médecine en Occident. n Destin : Notre Médecine a terminé comme elle a débuté , les traductions !!!
  • 104. CONCLUSION n De l’ Égypte ancienne, de Mésopotamie et de bien d’autres à la civilisation grecque, de la Chine, de la vallées de l’Indus et de l’Empire sassanide, naissent et se développent les sciences, d’abord à Bagdad, puis dans d’autres centres de rayonnement intellectuel tels que Le Caire, Kairouan, Cordoue, Fez, Séville, Grenade..., dans des conditions exceptionnelles où les savants jouissent du respect et de la protection des califes et de nombreux mécènes, de la mobilité́ sans contraintes et de la liberté́ d’expression. n L’histoire des sciences arabes est une histoire de dialogue entre diverses cultures, entre savants et traducteurs de différentes origines linguistiques, ethniques et religieuses.
  • 105. Conclusion « l'histoire de la médecine n'est pas seulement histoire, elle est aussi médecine » Marcel Florkin, professeur à l'Université de Liège .