TECHNIQUES D’EVALUATION   DE  LA FORCE  DES MUSCLES  RESPIRATOIRES Pr Jean-William Fitting Service de Pneumologie CHUV Lau...
Pourquoi tester les muscles respiratoires? <ul><li>La faiblesse musculaire respiratoire peut induire une dyspnée en l’abse...
Chez qui faut-il tester les muscles respiratoires ? <ul><li>Affection neuromusculaire confirmée ou suspectée </li></ul><ul...
Symptômes de la faiblesse musculaire respiratoire <ul><li>Muscles inspiratoires: </li></ul><ul><li>Dyspnée </li></ul><ul><...
Signes cliniques <ul><li>Respiration rapide et superficielle </li></ul><ul><li>Paradoxe abdominal (creusement inspiratoire...
Volumes pulmonaires <ul><li>Capacité vitale   </li></ul><ul><li>∆  assis-couché :    5-10 % = normal   > 25 % = paralys...
Volumes pulmonaires CV VR CRF CPT Normal Faiblesse musculaire
Vincken et al. Am J Med 1987; 83:673-80 Volume Exp. Débit Insp. Normal Faiblesse musculaire
Pressions respiratoires maximales <ul><li>Equipement :   enregistreur de pression  embout buccal </li></ul><ul><li>Volume ...
Pression inspiratoire maximale (PI,max) Pression expiratoire maximale (PE,max)
100 0 Volume (% CV) -100   0 100  Pression (cm H2O) CRF PI,max PE,max Pression de relâchement PI,mus PE,mus
Pressions respiratoires maximales <ul><li>Limitations : </li></ul><ul><li>Effort pénible </li></ul><ul><li>Recrutement mus...
Pression transdiaphragmatique sniff <ul><li>Equipement : sonde oesophagienne et gastrique enregistreur de pression </li></...
Pression transdiaphragmatique (Pdi)
Pression nasale sniff Sniff Nasal Inspiratory Pressure (SNIP) <ul><li>Equipement : tampon nasal + cathéter enregistreur de...
Pression nasale sniff Sniff Nasal Inspiratory Pressure (SNIP)
SNIP : valeurs normales <ul><li>Valeurs excluant une faiblesse significative : </li></ul><ul><li>Femmes: SNIP > 60 cm H2O ...
Stimulation des nerfs phréniques <ul><li>Technique : </li></ul><ul><li>-  stimulation magnétique cervicale </li></ul><ul><...
Stimulation magnétique  des nerfs phréniques Pression de secousse Valeurs normales (twitch pressure) Pression transdiaphra...
Pression gastrique à la toux Cough gastric pressure (Pga,co) valeurs normales   toux efficace     Femmes :  Pga,co > 100 c...
Débit de pointe à la toux (DPT)  Peak Cough Flow (PCF) <ul><li>Equipement : débitmètre de pointe  ou pneumotachographe </l...
Débit de pointe à la toux (DPT)  Peak Cough Flow (PCF) <ul><li>360-1000 L/min:   normal </li></ul><ul><li>< 270 L/min: ris...
Traitement de la défaillance musculaire respiratoire Défaillance des muscles inspiratoires Défaillance des muscles expirat...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Atelier JFK 2009 Fitting

1 466 vues

Publié le

Atelier JFK 2009 Fitting
Pour en savoir plus, allez sur le site de la SFP:
http://sfk.kinemedia.fr/Pages/JFK2009.html

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 466
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
50
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Atelier JFK 2009 Fitting

  1. 1. TECHNIQUES D’EVALUATION DE LA FORCE DES MUSCLES RESPIRATOIRES Pr Jean-William Fitting Service de Pneumologie CHUV Lausanne
  2. 2. Pourquoi tester les muscles respiratoires? <ul><li>La faiblesse musculaire respiratoire peut induire une dyspnée en l’absence de toute affection pulmonaire </li></ul><ul><li>En présence d’une affection pulmonaire, la faiblesse musculaire respiratoire aggrave la dyspnée et l’insuffisance respiratoire </li></ul><ul><li>La faiblesse musculaire respiratoire peut entraîner des complications aiguës fatales </li></ul>
  3. 3. Chez qui faut-il tester les muscles respiratoires ? <ul><li>Affection neuromusculaire confirmée ou suspectée </li></ul><ul><li>Dyspnée inexpliquée ou disproportionnée </li></ul><ul><li>Myopathie cortisonique </li></ul><ul><li>Myopathies inflammatoires </li></ul><ul><li>Maladie de système avec atteinte respiratoire </li></ul><ul><li>Hyper- ou hypothyroïdie sévère </li></ul><ul><li>Dénutrition sévère </li></ul>
  4. 4. Symptômes de la faiblesse musculaire respiratoire <ul><li>Muscles inspiratoires: </li></ul><ul><li>Dyspnée </li></ul><ul><li>Orthopnée </li></ul><ul><li>Céphalées matinales </li></ul><ul><li>Somnolence diurne </li></ul><ul><li>Muscles expiratoires : </li></ul><ul><li>Toux faible </li></ul><ul><li>Encombrement bronchique </li></ul><ul><li>Infections respiratoires </li></ul>
  5. 5. Signes cliniques <ul><li>Respiration rapide et superficielle </li></ul><ul><li>Paradoxe abdominal (creusement inspiratoire) </li></ul><ul><li>Recrutement des muscles accessoires </li></ul><ul><li>Contraction faible ou nulle des abdominaux </li></ul><ul><li>Amyotrophie, faiblesse, fasciculations </li></ul>
  6. 6. Volumes pulmonaires <ul><li>Capacité vitale  </li></ul><ul><li>∆ assis-couché :  5-10 % = normal  > 25 % = paralysie diaphragmatique </li></ul><ul><li>Volume résiduel normal ou  </li></ul><ul><li>Capacité pulmonaire totale  </li></ul>
  7. 7. Volumes pulmonaires CV VR CRF CPT Normal Faiblesse musculaire
  8. 8. Vincken et al. Am J Med 1987; 83:673-80 Volume Exp. Débit Insp. Normal Faiblesse musculaire
  9. 9. Pressions respiratoires maximales <ul><li>Equipement : enregistreur de pression embout buccal </li></ul><ul><li>Volume pulmonaire : PI,max : VR ou CRF PE,max : CPT ou CRF </li></ul><ul><li>Manoeuvre : effort maximal contre une occlusion subtotale </li></ul><ul><li>Enregistrement : pression maintenue 1 seconde </li></ul><ul><li>Résultat : meilleur de 3 essais </li></ul>
  10. 10. Pression inspiratoire maximale (PI,max) Pression expiratoire maximale (PE,max)
  11. 11. 100 0 Volume (% CV) -100 0 100 Pression (cm H2O) CRF PI,max PE,max Pression de relâchement PI,mus PE,mus
  12. 12. Pressions respiratoires maximales <ul><li>Limitations : </li></ul><ul><li>Effort pénible </li></ul><ul><li>Recrutement musculaire non contrôlé </li></ul><ul><li>Fuites d’air en cas de faiblesse buccofaciale </li></ul><ul><li>Large intervalle de valeurs normales </li></ul><ul><li>Interprétation : </li></ul><ul><li>Valeurs excluant une faiblesse significative : </li></ul><ul><li>Femmes : PI,max et PE,max > 70 cm H2O </li></ul><ul><li>Hommes : PI,max et PE,max > 80 cm H2O </li></ul>
  13. 13. Pression transdiaphragmatique sniff <ul><li>Equipement : sonde oesophagienne et gastrique enregistreur de pression </li></ul><ul><li>Volume pulmonaire: CRF </li></ul><ul><li>Manoeuvre : reniflement brusque et maximal </li></ul><ul><li>Enregistrement : pression pic </li></ul><ul><li>Résultat : meilleur de 10 essais </li></ul><ul><li>Interprétation : </li></ul><ul><li>Valeurs excluant une faiblesse significative : </li></ul><ul><li>Femmes : Pdi,sn > 80 cm H2O </li></ul><ul><li>Hommes : Pdi,sn > 100 cm H2O </li></ul>
  14. 14. Pression transdiaphragmatique (Pdi)
  15. 15. Pression nasale sniff Sniff Nasal Inspiratory Pressure (SNIP) <ul><li>Equipement : tampon nasal + cathéter enregistreur de pression </li></ul><ul><li>Volume pulmonaire : CRF </li></ul><ul><li>Manoeuvre : reniflement brusque par la narine ouverte </li></ul><ul><li>Enregistrement : pression pic </li></ul><ul><li>Résultat : meilleur de 10 essais </li></ul><ul><li> Héritier et al. AJRCCM 1994; 150:1678-83 </li></ul>
  16. 16. Pression nasale sniff Sniff Nasal Inspiratory Pressure (SNIP)
  17. 17. SNIP : valeurs normales <ul><li>Valeurs excluant une faiblesse significative : </li></ul><ul><li>Femmes: SNIP > 60 cm H2O </li></ul><ul><li>Hommes: SNIP > 70 cm H2O </li></ul><ul><li>(âge: 6 – 80 ans) </li></ul><ul><li> Uldry & Fitting, Thorax 1995; 50:371-5 </li></ul><ul><li> Stefanutti & Fitting, AJRCCM 1999; 159:107-11 </li></ul>
  18. 18. Stimulation des nerfs phréniques <ul><li>Technique : </li></ul><ul><li>- stimulation magnétique cervicale </li></ul><ul><li>Avantages : </li></ul><ul><li>- indolore </li></ul><ul><li>- indépendante de la collaboration </li></ul><ul><li>Mesures : </li></ul><ul><li>- pression transdiaphragmatique </li></ul><ul><li>- pression buccale </li></ul><ul><li> </li></ul><ul><li> Similowski et al. J Appl Physiol 1989; 67:1311-18 </li></ul>
  19. 19. Stimulation magnétique des nerfs phréniques Pression de secousse Valeurs normales (twitch pressure) Pression transdiaphragmatique > 25 cm H2O (Pdi,tw) Pression buccale > 10 cm H2O (Pm,tw)
  20. 20. Pression gastrique à la toux Cough gastric pressure (Pga,co) valeurs normales toux efficace Femmes : Pga,co > 100 cm H2O > 50 cm H2O Hommes : Pga,co > 130 cm H2O > 50 cm H2O Polkey, AJRCCM 1998; 158: 734-41 Man, AJRCCM 2003; 168: 714-17
  21. 21. Débit de pointe à la toux (DPT) Peak Cough Flow (PCF) <ul><li>Equipement : débitmètre de pointe ou pneumotachographe </li></ul><ul><li>Volume pulmonaire : inspiration complète ou stockage d’air maximal </li></ul><ul><li>Manoeuvre : toux maximale (sans ou avec assistance manuelle) </li></ul><ul><li>Enregistrement : débit de pointe pendant la toux </li></ul><ul><li>Résultat : meilleur de 4-7 essais </li></ul>
  22. 22. Débit de pointe à la toux (DPT) Peak Cough Flow (PCF) <ul><li>360-1000 L/min: normal </li></ul><ul><li>< 270 L/min: risque d’insuffisance respiratoire aiguë en cas d’infection  toux assistée préventive </li></ul><ul><li>< 160 L/min: incapacité à dégager les voies aériennes  toux assistée indispensable </li></ul><ul><li> </li></ul><ul><li> Tzeng & Bach, Chest 2000; 118:1390-6 </li></ul>
  23. 23. Traitement de la défaillance musculaire respiratoire Défaillance des muscles inspiratoires Défaillance des muscles expiratoires Hypoventilation Toux inefficace Techniques de ventilation assistée Techniques de toux assistée

×