Presse territoriale :
L’heure du lecteur
5E RENCONTRES NATIONALES
CRÉER
LES CONDITIONS FAVORABLES
À LA LECTURE
5E RENCONTRES NATIONALES
Capitaliser sur les thématiques
à plus forte légitimité
(politiques publiques, grands projets
de ...
5E RENCONTRES NATIONALES
Certes, cela rassure le lecteur
quant à l’implication et la proximité des élus
dans ses problémat...
5E RENCONTRES NATIONALES
Mais…
Ces sujets ne donnent pas toujours
de visuels suffisamment forts
pour faire la Une
5E RENCONTRES NATIONALES
OR, LA UNE
RESTE LA PORTE D’ENTRÉE
D’UN MAGAZINE
ALORS COMMENT RENDRE
ATTRACTIF
UN SUJET PEU VISU...
5E RENCONTRES NATIONALES
En s’appuyant sur la force des mots quand l’image est trop faible
5E RENCONTRES NATIONALES
En conceptualisant l’angle éditorial
5E RENCONTRES NATIONALES
Si l’actualité est forte façon “news” premier plan fort et humain
5E RENCONTRES NATIONALES
Et le portrait “people” ?
5E RENCONTRES NATIONALES
Si la personne est impliquée pour la cible
5E RENCONTRES NATIONALES
LES
3 ENJEUX FONDAMENTAUX
D’UN MAGAZINE
5E RENCONTRES NATIONALES
I
La prise en main > L’impact de la Une
II
Le confort de lecture > Le découpage éditorial et
l’éq...
5E RENCONTRES NATIONALES
I
L’IMPACT DE LA UNE
5E RENCONTRES NATIONALES
La Une est une affiche,
une vitrine.
Elle doit pouvoir être vue de loin.
Elle doit donner envie d...
5E RENCONTRES NATIONALES
Bel exemple d’une couverture affiche primée cette année
5E RENCONTRES NATIONALES
Le message doit être simple,
l’image épurée,
pour permettre une lecture immédiate.
La Une n’a pas...
5E RENCONTRES NATIONALES
Bel exemple d’une couverture accrocheuse, au message immédiat
5E RENCONTRES NATIONALES
L’IMPACT DE LA UNE
C’EST LE NERF DE LA GUERRE
UN ÉQUILIBRE FAIT DE
CONTRASTES
ENTRE
TÊTIÈRE, IMAG...
5E RENCONTRES NATIONALES
LA TÊTIÈRE
5E RENCONTRES NATIONALES
Un nom court
5E RENCONTRES NATIONALES
Une typo-image > logo-titre
5E RENCONTRES NATIONALES
Un nom long implique un impact moyen
et donc un titre majeur fort
5E RENCONTRES NATIONALES
Court ou long > un marquage fort
64 / LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES / w...
5E RENCONTRES NATIONALES
L’IMAGE
5E RENCONTRES NATIONALES
Une photo vivante > un regard, un plan serré
5E RENCONTRES NATIONALES
Une photo nature morte > cadrage et couleurs
5E RENCONTRES NATIONALES
Une image concept > dessin ou photo
5E RENCONTRES NATIONALES
Plus l’image est simple,
meilleure sera sa lisibilité et celle des titres
5E RENCONTRES NATIONALES
Une image complexe demandera de calmer le jeu des couleurs
5E RENCONTRES NATIONALES
LES TITRES
5E RENCONTRES NATIONALES
Un titre majeur,
percutant, court, incitatif, qui interpelle
5E RENCONTRES NATIONALES
Deux ou trois appels ou un véritable sommaire
5E RENCONTRES NATIONALES
L’équilibre,
le contraste entre les corps et les graisses, les CAP et les bdc
5E RENCONTRES NATIONALES
L’IMPACT DE LA UNE
C’EST AUSSI
LA COULEUR
!
5E RENCONTRES NATIONALES
Dominantes : rouge, blanc, noir…
5E RENCONTRES NATIONALES
ou jaune, blanc, noir…
5E RENCONTRES NATIONALES
ou plus agressif rouge, jaune, blanc, noir…
5E RENCONTRES NATIONALES
L’IMPACT DE LA UNE
PEUT AUSSI TENIR À
SA STRUCTURE
5E RENCONTRES NATIONALES
Une structure mobile > effet teaser
5E RENCONTRES NATIONALES
Une structure récurrente > une identité forte
5E RENCONTRES NATIONALES
II
LE DECOUPAGE ÉDITORIAL
ET
L’ÉQUILIBRE
TEXTE_IMAGE_BLANC
5E RENCONTRES NATIONALES
Les habitudes de lecture
évoluent à la vitesse de la révolution numérique
Nous avons,
moins de te...
5E RENCONTRES NATIONALES
Le texte
se doit de proposer,
un contrat de lecture clair et confortable,
une palette de gris lar...
5E RENCONTRES NATIONALES
Un repérage immédiat de ce qui peut nous intéresser à lire
11
28
printemps-été 2013 – n° 58
ENTRE...
5E RENCONTRES NATIONALES
Des niveaux de lecture bien répartis…
QUESTIONS
Y a-t-il un
cheval caché
à Gouy ?
DANS SA GROTTE
...
5E RENCONTRES NATIONALES
TGV magazine 84
P A R Q U E T C O U R T S
Un an après Stoned and Starving, leur premier album, le...
5E RENCONTRES NATIONALES
TGV magazine 54
I N T E R V I E W
P I E R R E S O U L A G E S
SA CARRIÈRE
EN QUELQUES DATES
1919....
5E RENCONTRES NATIONALES
L’IMAGE, C’EST
UNE INFORMATION EN SOI
5E RENCONTRES NATIONALES
L’image donne
un autre éclairage que le texte
Elle doit pouvoir se lire
sans long discours
Ou viv...
5E RENCONTRES NATIONALES
L’image peut être
Photo reportage, photo portrait,
photo mise en scène
Dessin d’humour, dessin il...
5E RENCONTRES NATIONALES
En ouverture privilégier une bonne grande image…
TGV magazine 38 TGV magazine 39
L’île de Nantes....
5E RENCONTRES NATIONALES
Le salon de l'agriculture
à l’heure seinomarine
reportage > LA VACHE NORMANDE, STAR DU 50E
SALON ...
5E RENCONTRES NATIONALES
D O S S I E R
20 entreprendre # 58
De Dinamarca
a África…
El diseñador
de mobiliario
venido del f...
5E RENCONTRES NATIONALES
Le rôle pédagogique de l’infographie…
5E RENCONTRES NATIONALES
R E C E T T E S
1,733 MILLIARD D’EUROS
11%
› MOUV. NEUTRES
D’ORDRE BUDGÉTAIRE
192MILLIONS €
4%
› ...
5E RENCONTRES NATIONALES
…ou de la dataviz
5E RENCONTRES NATIONALES
Le moment de respiration du dessin d’humour
T I M E O F F
L E S
I N D É G I V R A B L E S
PAR XAV...
5E RENCONTRES NATIONALES
Les bienfaits poétiques du dessin d’illustration
TGV magazine 47TGV magazine 46
Il y a peu, Marie...
5E RENCONTRES NATIONALES
La force étonnante d’une image typo
5E RENCONTRES NATIONALES
LE BLANC,
UN ALLIÉ PRÉCIEUX
5E RENCONTRES NATIONALES
TGV magazine 65
L E M U R D E L A
M A I S O N R O U G E
« L’idée de cette exposition est née en o...
5E RENCONTRES NATIONALES
Permet une mise en lecture rapide de beaucoup de petits sujets
»FÉVRIER
mSITES ET
MUSÉES
DÉPARTEM...
5E RENCONTRES NATIONALES
TGV magazine 14
Deuxvilles,deuxidéesdedépart:àvousdechoisir!
N I C E R O U E N
ON AIME…
Une soiré...
5E RENCONTRES NATIONALES
III
LE TON, C’EST…
LA PROXIMITÉ
DE LA VOIX
5E RENCONTRES NATIONALES
C’est…
la ligne éditoriale d’un magazine,
son positionnement,
son dynamisme
!
5E RENCONTRES NATIONALES
Interpellant
Le mode interrogatif
5E RENCONTRES NATIONALES
Connivant
Le nous ou le vous
5E RENCONTRES NATIONALES
Humoristique
Une certaine distance avec son sujet
5E RENCONTRES NATIONALES
Percutant
Un mot
5E RENCONTRES NATIONALES
Provocateur
L’identité de la ligne éditoriale
5E RENCONTRES NATIONALES
Factuel
A réserver au Palmarès uniquement:)
5E RENCONTRES NATIONALES
Inoubliable
La force de la suggestion minimaliste
5E RENCONTRES NATIONALES
Merci
J
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Créer les conditions favorables à la lecture - Conférence inaugurale RPT14

1 857 vues

Publié le

En début de mandat et dans un contexte d'évolution des lignes éditoriales vers des magazines plus institutionnels, faisant une meilleure place aux politiques publiques et au rôle de l'institution, les maquettes vont évoluer. Quelles formes privilégier pour réintroduire une dimension plus politique dans la presse territoriale ? Compte tenu des standards de la presse, des habitudes de lecture mais aussi de la complexité des sujets traités par les magazines institutionnels, comment concevoir sa maquette pour susciter l'envie de lire ?
• Bénédicte Genet, directrice de création de l’agence Textuel La Mine

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 857
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
700
Actions
Partages
0
Téléchargements
32
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Créer les conditions favorables à la lecture - Conférence inaugurale RPT14

  1. 1. Presse territoriale : L’heure du lecteur 5E RENCONTRES NATIONALES CRÉER LES CONDITIONS FAVORABLES À LA LECTURE
  2. 2. 5E RENCONTRES NATIONALES Capitaliser sur les thématiques à plus forte légitimité (politiques publiques, grands projets de développement, d’urbanisme, de transport, prospective et innovation, rôle des institutions, fonctionnement politique et administratif,…) Étude 2013
  3. 3. 5E RENCONTRES NATIONALES Certes, cela rassure le lecteur quant à l’implication et la proximité des élus dans ses problématiques quotidiennes
  4. 4. 5E RENCONTRES NATIONALES Mais… Ces sujets ne donnent pas toujours de visuels suffisamment forts pour faire la Une
  5. 5. 5E RENCONTRES NATIONALES OR, LA UNE RESTE LA PORTE D’ENTRÉE D’UN MAGAZINE ALORS COMMENT RENDRE ATTRACTIF UN SUJET PEU VISUEL ?
  6. 6. 5E RENCONTRES NATIONALES En s’appuyant sur la force des mots quand l’image est trop faible
  7. 7. 5E RENCONTRES NATIONALES En conceptualisant l’angle éditorial
  8. 8. 5E RENCONTRES NATIONALES Si l’actualité est forte façon “news” premier plan fort et humain
  9. 9. 5E RENCONTRES NATIONALES Et le portrait “people” ?
  10. 10. 5E RENCONTRES NATIONALES Si la personne est impliquée pour la cible
  11. 11. 5E RENCONTRES NATIONALES LES 3 ENJEUX FONDAMENTAUX D’UN MAGAZINE
  12. 12. 5E RENCONTRES NATIONALES I La prise en main > L’impact de la Une II Le confort de lecture > Le découpage éditorial et l’équilibre texte_image_blanc III L’editing > Le ton
  13. 13. 5E RENCONTRES NATIONALES I L’IMPACT DE LA UNE
  14. 14. 5E RENCONTRES NATIONALES La Une est une affiche, une vitrine. Elle doit pouvoir être vue de loin. Elle doit donner envie de savoir ce qu’elle recouvre, l’envie de prendre le magazine et de l’ouvrir!
  15. 15. 5E RENCONTRES NATIONALES Bel exemple d’une couverture affiche primée cette année
  16. 16. 5E RENCONTRES NATIONALES Le message doit être simple, l’image épurée, pour permettre une lecture immédiate. La Une n’a pas fonction de raconter toute une histoire mais d’accrocher le lecteur.
  17. 17. 5E RENCONTRES NATIONALES Bel exemple d’une couverture accrocheuse, au message immédiat
  18. 18. 5E RENCONTRES NATIONALES L’IMPACT DE LA UNE C’EST LE NERF DE LA GUERRE UN ÉQUILIBRE FAIT DE CONTRASTES ENTRE TÊTIÈRE, IMAGE ET TITRES
  19. 19. 5E RENCONTRES NATIONALES LA TÊTIÈRE
  20. 20. 5E RENCONTRES NATIONALES Un nom court
  21. 21. 5E RENCONTRES NATIONALES Une typo-image > logo-titre
  22. 22. 5E RENCONTRES NATIONALES Un nom long implique un impact moyen et donc un titre majeur fort
  23. 23. 5E RENCONTRES NATIONALES Court ou long > un marquage fort 64 / LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES / www.cg64.fr 64DE JEUNES GENS À L’ESPRIT CITOYEN 1914-1918: DES VISAGES, DES HISTOIRES DU VERRE DU BÉARN POUR HOLLYWOOD FÉVRIER-MARS 2014 / NUMÉRO 62 LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES www.cg64.fr ENVIRONNEMENT, PROXIMITÉ, QUALITÉ LES NOUVEAUX SILLONS DE L’AGRICULTURE le magazine du conseil général du bas-rhin toutle NOVEMBRE DÉCEMBRE 2013 86 AVECLECONSEIL GÉNÉRALONS’ENSORT, ONS’INSÈRE…P.16 DOSSIER ©DenisGuichot/CG67 187 enfants de les martheMARTHEKEHREN FESSENHEIM-LE-BAS P.20
  24. 24. 5E RENCONTRES NATIONALES L’IMAGE
  25. 25. 5E RENCONTRES NATIONALES Une photo vivante > un regard, un plan serré
  26. 26. 5E RENCONTRES NATIONALES Une photo nature morte > cadrage et couleurs
  27. 27. 5E RENCONTRES NATIONALES Une image concept > dessin ou photo
  28. 28. 5E RENCONTRES NATIONALES Plus l’image est simple, meilleure sera sa lisibilité et celle des titres
  29. 29. 5E RENCONTRES NATIONALES Une image complexe demandera de calmer le jeu des couleurs
  30. 30. 5E RENCONTRES NATIONALES LES TITRES
  31. 31. 5E RENCONTRES NATIONALES Un titre majeur, percutant, court, incitatif, qui interpelle
  32. 32. 5E RENCONTRES NATIONALES Deux ou trois appels ou un véritable sommaire
  33. 33. 5E RENCONTRES NATIONALES L’équilibre, le contraste entre les corps et les graisses, les CAP et les bdc
  34. 34. 5E RENCONTRES NATIONALES L’IMPACT DE LA UNE C’EST AUSSI LA COULEUR !
  35. 35. 5E RENCONTRES NATIONALES Dominantes : rouge, blanc, noir…
  36. 36. 5E RENCONTRES NATIONALES ou jaune, blanc, noir…
  37. 37. 5E RENCONTRES NATIONALES ou plus agressif rouge, jaune, blanc, noir…
  38. 38. 5E RENCONTRES NATIONALES L’IMPACT DE LA UNE PEUT AUSSI TENIR À SA STRUCTURE
  39. 39. 5E RENCONTRES NATIONALES Une structure mobile > effet teaser
  40. 40. 5E RENCONTRES NATIONALES Une structure récurrente > une identité forte
  41. 41. 5E RENCONTRES NATIONALES II LE DECOUPAGE ÉDITORIAL ET L’ÉQUILIBRE TEXTE_IMAGE_BLANC
  42. 42. 5E RENCONTRES NATIONALES Les habitudes de lecture évoluent à la vitesse de la révolution numérique Nous avons, moins de temps à consacrer à la lecture, plus d’informations à assimiler.
  43. 43. 5E RENCONTRES NATIONALES Le texte se doit de proposer, un contrat de lecture clair et confortable, une palette de gris large, une touche de couleurs à bon escient.
  44. 44. 5E RENCONTRES NATIONALES Un repérage immédiat de ce qui peut nous intéresser à lire 11 28 printemps-été 2013 – n° 58 ENTREPRENDRE UN AUTRE REGARD SUR LA CONVIVIALITÉ 34 12 19 24 26 28 30 11 32 34 ÉDITO Par Pierre Pringuet et Alexandre Ricard PANORAMA Cocktails moléculaires, applications mobiles, retour de l’absinthe… Décodage des tendances de fond du secteur des Vins et Spiritueux PROFIL Les High Net Worth Individuals : profil d’une catégorie d’acheteurs exigeants dont les choix définissent les codes du luxe de demain DOSSIER SPÉCIAL NOUVELLES AFRIQUES, NOUVELLES FRONTIÈRES Reportage L’autre visage de l’Afrique Portfolio Instantanés de nuit à Nairobi, par Philippe Lévy En perspective Entretien avec Bill Russo, directeur spécialiste de l’Afrique chez McKinsey & Company Faits et chiffres Économie, démographie, technologie : l’Afrique en chiffres Success stories Récits de réussites : Jameson en Afrique du Sud, Passport en Angola Mapping Le point sur l’implantation de Pernod Ricard en Afrique REGARDS CROISÉS : RENCONTRE ENTRE CRÉATEURS DE CONVIVIALITÉ Les réseaux sociaux d’entreprise : entretien avec James Parker (Salesforce.com) et Olivier Cavil (Pernod Ricard) DANS LA DURÉE Le mécénat du Centre Pompidou par Pernod Ricard 04 07 10 3
  45. 45. 5E RENCONTRES NATIONALES Des niveaux de lecture bien répartis… QUESTIONS Y a-t-il un cheval caché à Gouy ? DANS SA GROTTE Située le long de la RN15, entre Saint-Adrien et Port- Saint-Ouen, une grotte fut redécouverte en 1956 par deux enfants qui s'y étaient déjà aventurés quelques années plus tôt sans parler de leur décou- verte. À l’intérieur, un étroit couloir révèle des traces de la Préhistoire : coloration sur les parois et gravures d’animaux dont un cheval parfai- tement achevé. Fouillée en 1968, Cet endroit exceptionnel a en effet été victime de sa fragilité et… de sa découverte. Ce lieu unique, vieux de 10 à 20000 ans, est désormais fermé au public par un sas de sécurité. Quel président de la République fut l'avocat du syndicaliste JulesDurand? DROIT DEVANT Il s'agit du Havrais René Coty (1882-1962), homme politique normand qui deviendra président de la IVe République de 1954 à 1959. Né au Havre, il avait suivi des études de philosophie et de droit qui l’avaient conduit à s’inscrire au barreau du Havre avant de se tourner vers la politique. Avocat, il avait défendu Jules Durand, gréviste accusé à tort d'avoir prémédité la mort de Louis Dongé, l'un des employés engagés par les compagnies portuaires et maritimes havraises pour rompre la grève alors en cours. Condamné à mort, Jules Durand verra sa peine commuée à 7ans de prison avant d'être innocenté en 1918. À  la sortie de Val-de-la-Haye, une haute colonne de pierre, ornée d’anneaux de bronze et surmontée d’un aigle regarde couler la Seine depuis 169 ans. Ce monument, érigé en l’honneur de Napoléon, commémore un événement historique. En effet, en 1840, la dépouille du souverain empereur quitte Sainte-Hélène pour rejoindre la capitale. Mais le bateau à roue qui remonte la Seine ne peut passer sous les ponts et doit faire halte à Val-de- la-Haye. C’est précisément à l’endroit où se trouve aujourd’hui la colonne que les cendres de Napoléon furent déposées à bord d’un autre navire : La Dorade. Cinq ans plus tard, une colonne est édifiée et inaugurée en son honneur. Lors de sa construction, une boîte contenant quelques cheveux de Napoléon, un morceau d’acajou de son cercueil et une branche de saule de Sainte-Hélène y aurait été logés. TOUT CE QUE VOUS AVEZ VOULU SAVOIR SUR LA SEINE-MARITIME SANS JAMAIS OSER LE DEMANDER... Pourquoi y-a-t-il une colonne Napoléon au Val-de-la-Haye ? Actus -20- SEINE-MARITIMEMAG ©BNF LE COUP DE CŒUR ASSOS76.NET Il existe un site internet pour trouver l’association seinomarine que l’on cherche. Depuis le début du mois de décembre, le Département a créé Assos76.net. Un portail sur lequel les associations peuvent s’enregistrer et faire découvrir leurs activités. ∙www.assos76.net SITE WEB HEAR WE PROD Devenez mécène de futurs talents musicaux, cinématographiques et artistiques. À l’image de Mymajorcompany, deux Rouennais de l’association Ass DE PIC viennent de créer un site pour aider les artistes à émerger et trouver des fans. ∙www.hearweprod.org LE BLOG DU MOIS SEINE-MARITIME MAG INTERACTIF Feuilleter Seine- Maritime Mag en découvrant du contenu interactif c’est possible. Depuis le mois de septembre, le journal du Département propose, sur le site Calameo, une édition mensuelle dont les textes sont complétés de diaporamas, de vidéos et de liens internet cliquables. ∙www.seinemaritime. net MUSÉE DE L'HORLOGERIE Situé à Saint-Nicolas d'Aliermont, le musée comprend plus de 400 pièces, des plus anciennes jusqu’à nos jours. 76info.net/horlogerie CLUB SUBAQUATIQUE Labellisé Sport et Handicap en 2011, le club subaquatique rouennais propose une pratique sportive partagée. 76info.net/subaquatique LES YO-YO XCUBE Ludique, sportif ou artistique, l'univers du yo-yo n'a pas fini de faire parler de lui... 76info.net/yoyo L'ACTUALITÉ DU WEB EN SEINE-MARITIME WEB VOTRE ET SUR SEINEMARITIME.TV -21- SEINE-MARITIMEMAG
  46. 46. 5E RENCONTRES NATIONALES TGV magazine 84 P A R Q U E T C O U R T S Un an après Stoned and Starving, leur premier album, les quatre Texans sont déjà de retour. Et toujours aussi en forme ! MUSIQUE Si, l’an passé, le premier dis- que de ces jeunes Texans émigrés à New York était à l’évidence l’un des albums les plus prometteurs du moment, c’est avec grand plaisir qu’on retrouve leur garage rock brut de décoffrage. Pas toujours si brute d’ail- leurs, cette musique, qui gagne cette fois en nuances tout en gardant son inso- lente efficacité. C’est vrai, on ressent moins d’urgence dans les chansons bien ficelées des quatre blancs-becs, compo- sitions qui semblent toujours tremper dans de jouissifs remous de blues et de country. Au rodéo sauvage et instable de la jaquette du premier album a succédé l’image séquencée d’un tigre immo- bile sur le nouveau. Quel signe faut-il y voir ? Pas assagis pour autant, les Par- quets Courts emportent toujours tout sur leur passage. Mais les ruptures se font plus fréquentes dans les tempos, des séquences instrumentales viennent explorer d’autres pistes, ouvrir quelques portes. S’il n’est jamais question, ici, de révolutionner le rock, l’ambition de le jouer avec tripes et élégance est bien palpable. À ce petit jeu-là, le quatuor américain est décidément bien armé et fait, déjà, figure d’incontournable. À bon entendeur… GÉRARD MANSET Le plus énigmatique de nos auteurs- compositeurs se penche sur son passé discographique. Avec, à ses côtés, des acolytes partageant sa vision inquiète du genre humain (dEUS, Mark Lanegan, Axel Bauer, Raphaël), l'écrivain-photo- graphe-globe-trotter solitaire redonne un souffle inattendu à un répertoire colossal. Une belle occasion de nous replonger dans l'univers sans égal d'un artiste singulier. Un oiseau s'est posé (Warner). BEN WATT Le Londonien renoue, ici, avec un opus pop-folk proche du mythique North Marine Drive (1983), premier album solo antérieur au parcours d'Every- thing but the Girl, le duo qu'il formait dans les années 80-90 avec sa compa- gne Tracey Thorn. Dépouillé, intimiste, l'album n'en laisse pas moins un bel espace aux guitares confiées aux respectables Bernard Butler, officiant jadis avec Suede, et David Gilmour. Come-back réussi et riche en émotions. Hendra (Universal). LYKKE LI Après l'expérimental Wounded Rhymes et le single I Follow Rivers, la jeune Sué- doise accorde cette fois plus d'impor- tance aux textes, osant, sur un mode introspectif plus mélancolique, d'émou- vantes confessions sur la déconvenue amoureuse. Les compétences et la voix de la chanteuse restent remarquables, alors que les mélodies, parfois somptueuses, sont bien moins sombres que ne laisse supposer un visuel mortifère. I Never Learn (Warner). THE HORRORS Luminous (XL Recordings). BROKEN TWIN May (Anti/Epitaph). YANN TIERSEN Infinity (Mute). WILL STRATTON Gray Lodge Wisdom (Talitres). DICK ANNEGARN Vélo va (Tôt ou Tard). THE BLACK KEYS Turn Blue (Warner). CE MOIS-CI ON ÉCOUTE AUSSI ... + TGV magazine 85 ROCK POP-FOLKPOP-FOLKCHANSON C H R O N I Q U E S PAR SYLVAIN FANET, NOÉMIE LECOQ, SÉVERINE GARNIER ET ANTOINE COUDER ©BENRAYNER/©DR Sunbathing Animal (Rough Trade). Sortie le 3 juin. En concert le 8 juillet au Divan du monde (Paris XVIII). CHRISTINE AND THE QUEENS Une parfaite production, une maison de disques avisée, une chanteuse angéli- que... Un tiercé gagnant ? Ce qui est sûr, c'est qu'il sera bien difficile d'igno- rer celle qui s'est déjà illustrée sur la scène alternative pour se retrouver cette année en première partie de Stromae. Héloïse Letissier, c'est son nom, pourrait bien devenir une sorte de nouvelle égérie de la (bonne) chanson française. Pour preuve, son goût pour la danse et le mystère, les chansons explicites – variations sur le thème du genre et de sa confusion – inspirées d'un R'n'B sophistiqué, entre dance et variété de bon goût. La parfaite synthèse d'une french touch qui prend le virage de l'au- dace et de la créativité. On applaudit.  Chaleur humaine (Because Music). CHANSON HORSE MEAT DISCO Ceux qui aiment imposer leur iPod perso durant les soirées apprécieront cette compilation disco-funk. Réalisée par une bande de savants bidouilleurs qui ont déterré puis remixé des tubes oubliés des clubs américains, cette compil' ramène au premier plan les rythmes et les sonorités récemment remis au goût du jour par la vague du nu-disco. L'effet est garanti, à la fois familier et tou- jours légèrement décalé par rapport au boum-boum ambiant. Volume IV (Strut Records/La Baleine). DISCO-FUNK CHRISSIE HYNDE En plus de trente ans de carrière, la chanteuse, leader et cofondatrice des Pretenders n’avait jamais tenté l’aven- ture solo. C’est désormais chose faite avec ce recueil de chansons indociles où l’on retrouve sa voix intacte, sa morgue inspirante et son humour sar- castique pour une échappée pas si solitaire que ça – grâce à la production éclairée de Björn Yttling et aux guitares passagères de Neil Young et de l'ancien numéro 1 mondial de tennis John McEnroe ! À 62 ans, l’Américaine continue de subjuguer par sa pertinence et son impertinence. Stockholm (Caroline). POP-ROCK IVAN ILIC La pochette, qui détourne un tableau de Dali, est déroutante. Le poète Ralph Waldo Emerson y remplace Lénine… Mystère, rêve, symbole : le programme du pianiste Ivan Ilic s’inspire du trans- cendantalisme américain et noue des Préludes de Scriabine avec la musique de John Cage et Morton Feldman, deux génies des années hip- pies. Son jeu élégant et concentré révèle la profondeur de ces musiques transparentes. The Transcendentalist (Heresy Record, distribution Abeille musique). CLASSIQUE L A P L A Y L I S T T G V M A G sélectionnée par Bernard Lenoir RETROUVEZ LA PLAYLIST FNAC-TGV MAGAZINE SUR et bien définis
  47. 47. 5E RENCONTRES NATIONALES TGV magazine 54 I N T E R V I E W P I E R R E S O U L A G E S SA CARRIÈRE EN QUELQUES DATES 1919. Naissance à Rodez, dans l’Aveyron. 1938. Entre à l’École des beaux-arts de Paris. Déçu par l’enseignement, il repart pour Rodez. 1949. Première exposition personnelle à la galerie Lydia Conti, à Paris. 1950. Expositions collectives à New York, Londres, São Paulo, Copenhague. 1979. Crée le concept de l’outrenoir. 2009. Rétrospective au Centre Pompidou. 2014. Ouverture du musée Soulages, à Rodez. PROPOS RECUEILLIS PAR SARAH LEMELLE PHOTO : © DEREK HUDSON / CONTOUR BY GETTY IMAGES je travaille toujours ! D’ailleurs, si je ne tra- vaille plus, je ne vis plus. C’est ma raison de vivre et c’est ce qui m’entretient. Le désir me porte. Ma femme, Colette, est comme moi. Elle a un an de moins que moi,nousvivonsensembledepuis72ans. C’est bien de pouvoir être à deux. Quel est votre secret pour que l'amour dure si lontemps? Il n’y a qu’une règle : ne jamais se mentir, aussidurquecelapuisseêtrepourl’autre. Votre femme vous donne-t-elle son avis sur votre travail ? Intervient-elle, parfois? Non, elle n’intervient pas. Elle vient à l’atelier, elle aime certaines œuvres plus que d’autres. Mais c’est son problème à elle, plus que le mien ! (Rires.) Un demi-million de visiteurs sont venus voir votre exposition à Beaubourg, en 2009. Quel souvenir en gardez-vous ? Une chose m’a surpris : le nombre de gensquiontpleuré.Celam’aétéraconté, permet un certain renouvellement de la pensée artistique. Vous êtes l’un des artistes français les plus « chers » du monde… Ne parlons pas d’argent, cela ne veut rien dire. La valeur d’une œuvre est la compé- tition qui s’organise dans un milieu social entre gens fortunés. Si cette compétition s’organise entre millionnaires, les œuvres atteignent des prix élevés. Si la compé- tition a lieu entre milliardaires, les prix seront encore plus élevés. Cela n’a aucun sens. C’est un phénomène social. Alors comment la valeur artistique d’une œuvre s’exprime-t-elle ? Par les réactions que les gens ont face à cette œuvre. Si elle leur paraît aller au fond d’eux-mêmes, les concerner totale- ment, c’est qu’elle est importante. C’est ce qui m’intéresse, et qui n’est pas l’apa- nage des milliardaires… L’art contemporain est-il trop élitiste ? Non. Élitiste, d’ailleurs, je ne sais pas ce que cela veut dire. L’art contemporain est ouvert à toutes les sensibilités. Même si, biensûr,nossensibilitéssontforméestrès souvent par notre éducation. Être un peintre populaire vous fait-il plaisir ? Si cela veut dire que les gens recon- naissent ma peinture, alors oui, j’en suis heureux. Je peins d’abord pour moi, mais je sais aussi que ce que je fais est destiné à être vu par d’autres. Et si mon travail provoque quelque chose chez ceux qui le regardent, cela me fait plaisir. Vous travaillez encore tous les jours ? Je n’ai jamais travaillé tous les jours. Mais “Le travail est ma raison de vivre et c’est ce qui m’entretient. Le désir me porte.” > écrit. Les gens se trouvent parfois telle- ment seuls face à eux-mêmes, qu’ils sont en larmes devant une toile. Un jour, j’étais invité à une remise de décoration pour un grand donateur du Centre Pompidou. Un homme m’a abordé : « J’ai vu votre expo- sitiondeuxfois.Lesdeuxfois,j’aipleuré.» Et il est parti. Je suis resté interdit. J’aurais dû lui demander qui il était… C’est une chance qui m’est donnée : voir que tout ce que l’on a mis de soi dans une œuvre rencontre un tel écho. Vous arrive-t-il encore d’être touché par des œuvres d’art ? Bien sûr. En allant au Louvre, par exemple. Et chez moi, j’ai un Courbet ! Il y a qua- rante ans, j’ai voulu faire un cadeau à ma femme. Elle ne porte pas de bijoux et m’avait demandé une œuvre d’art. « Mais pas de toi!», avait-t-elle précisé. (Rires.) L’une des premières choses que nousavonsfaiteensemble,alorsquenous n'étions rien l'un pour l'autre, a été d'aller au musée. Nous avions aimé Courbet ensemble, alors je lui ai offert un Courbet. Mais l’art de la préhistoire me passionne aussi. Pourquoi cet être vivant, ce presque animal a peint? Dans le noir. Avec du noir. Et moi, pourquoi, enfant, aimais-je autant le noir ? « Regarde, me disait-on pourtant, c’est joli les couleurs ! » Mais voilà, je pré- férais le noir. Définitivement. Musée Soulages. Jardin public du Foirail, avenue Victor-Hugo, 12000 Rodez. Tél. : 05 65 73 82 60. Net : musee-soulages.grand-rodez.com TGV magazine 52 B L A C K I S B E A U T I F U L C’est à Rodez, sa ville natale, que vient d’être inauguré le très attendu musée Soulages. Rencontre à Paris, dans l’un de ses ateliers, avec l’artiste contemporain français le plus connu au monde entouré de ses dernières toiles, noires et lumineuses. Êtes-vous heureux de l’ouverture de ce musée à votre nom ? Bien sûr. Mais j’avais posé une condition : je ne voulais pas d’un musée d’artiste car, en général, plus personne n’y va au bout de trois ans ! Ce musée-là est différent. J’ai voulu qu’il y ait 500 mètres carrés ou- verts à d’autres artistes. Pour l’ouverture, il a été décidé d’exposer mes œuvres ve- nues des grands musées européens. Cet espace prévu pour d’autres sera donc, du moins le temps de l’inauguration, occupé par moi, hélas ! (Rires.) Comment vivez-vous l’exercice de l’in- terview, vous qui avez dû en donner… … un certain nombre, oui, depuis un cer- tain nombre d’années ! J’expose depuis 1947. J’ai donné des interviews partout dans le monde. Disons que je réponds simplement aux questions que l’on me pose. J’essaie d’être précis. Si vous aviez 20 ans aujourd’hui… … ce serait pas mal ! … pensez-vous que votre trajectoire aurait été la même ? Je le pense. ll y a des histoires qu’on a ré- pétées cent fois : à l’âge de 5 ans, on m’a offert des couleurs, mais je préférais trem- per ma plume dans l’encrier. « Que fais-tu, là ? » – « De la neige », ai-je répondu. De la neige avec du noir ! Cela a tellement fait rire, que tout le monde s’en est souvenu. En réalité, le noir est une couleur violente. Mettezdunoirsurdupapiergrisâtre,ils’il- lumine. C’est une couleur contradictoire : les officiels s’habillent en noir, de même que les anarchistes. C’est aussi la fête, les robesdusoir,unsmoking.Cen’estlacou- leur du deuil que dans une infime partie du globe. Le noir a une puissance pictu- rale que j’avais remarquée, enfant. Je n’ai jamais fait que cela toute ma vie. Votre peinture a pourtant évolué… Ma peinture a évolué jusqu’au moment où, en 1979, le noir est devenu ce que j’ai appelé l’outrenoir. Ce nom a eu un certain succès. J’ai même découvert ré- cemment qu’il y avait des expositions à l’étranger qui s’appellent Beyond Black ! Ce qui n’est pas une définition optique. L’outrenoir désigne un champ mental, l’émotion que l’on peut avoir en voyant la lumière venir de l’état de surface du noir, cette couleur qui est la plus grande absence de couleur. Comment l’inspiration vous vient-elle? L’inspiration vient pendant le travail, elle ne le précède pas. C’est dans le dialogue quej’aiaveccequisepassesurlatoileque naît le désir d’intensifier, de développer… Quand savez-vous qu’une toile est terminée ? Quand je ne peux pas aller plus loin et quand il me paraît, si je rajoute quoi que I N T E R V I E W P I E R R E S O U L A G E S > TGV magazine 53 ce soit, que tout va changer fondamenta- lement.Jeconsidèrealorsqu’unetoileest terminée. Ce qui ne veut pas dire que j’en suis satisfait. Il y a beaucoup de toiles que j’arrête et que je mets en quarantaine, contre le mur. Et puis, quatre mois plus tard, je les regarde à nouveau. Parfois, elles se sont terminées toutes seules ! Mais comment une toile peut-elle se terminer toute seule ? Il apparaît quelque chose. Elle fonctionne à ce moment-là d’une manière que j’ac- cepte.Maisilyadesfoisoùunetoilereste muette et sans intérêt. Alors je la décloue, je récupère le châssis et je la brûle ! J’ai d’ailleurs un coin spécial pour cela dans mon jardin… Pourquoi ne donnez-vous pas de nom à vos toiles ? Elles ont un nom : c’est la dimension. Et une date, pour différencier deux dimen- sions semblables. Aujourd’hui, quel regard portez-vous sur l’art contemporain ? Je ne le connais pas très bien, mais il m’intéresse. Même si souvent je vois des regards plus tournés vers l’arrière que vers l’avant. Certains se refugient dans des formules qui servent à faire des chefs- d’œuvre, mais qui sont épuisées. De nos jours, les artistes doivent regarder vers d’autrescultures :toutcequivientd’ailleurs Une économie de couleurs, un gris du texte bien travaillé
  48. 48. 5E RENCONTRES NATIONALES L’IMAGE, C’EST UNE INFORMATION EN SOI
  49. 49. 5E RENCONTRES NATIONALES L’image donne un autre éclairage que le texte Elle doit pouvoir se lire sans long discours Ou vivre seule accompagnée de sa légende
  50. 50. 5E RENCONTRES NATIONALES L’image peut être Photo reportage, photo portrait, photo mise en scène Dessin d’humour, dessin illustratif dessin infographique Dataviz(ualisation) analyse et graphisme de données Typo !
  51. 51. 5E RENCONTRES NATIONALES En ouverture privilégier une bonne grande image… TGV magazine 38 TGV magazine 39 L’île de Nantes. C I T Y B R E A K Capitale des Pays de la Loire, Nantes hisse haut le pavillon de la culture sur cette terre de traditions. La troisième édition du Voyage à Nantes et le prochain opus de Royal de luxe sont autant de prétextes à lever l’ancre vers cette destination. N A N T E S TEXTE ET PHOTOS : MARIE BARLOIS POUR TGV MAGAZINE
  52. 52. 5E RENCONTRES NATIONALES Le salon de l'agriculture à l’heure seinomarine reportage > LA VACHE NORMANDE, STAR DU 50E SALON DE L'AGRICULTURE La vache normande demeure cette année la star des animaux de la ferme au salon International de l'Agriculture. -36- SEINE-MARITIMEMAG ©AlanAubry,JulietteGrare ILe Département au Salon De bon goût. Du lait, du pain, des pommes, des coquilles Saint-Jacques, du neufchâtel ou encore du lin, dans bien des domaines, la réputation des produits seinomarins n’est plus à faire. Certains de ces produits seront mis en scène sur le stand du Département de Seine-Maritime. Depuis 2007, le Département est effectivement présent au Salon international de l'Agriculture pour valoriser le travail des producteurs, des éleveurs et de tous ceux qui travaillent en lien avec l’agriculture. Des animations et des jeux seront également proposés sur le stand. Ils permettront notamment de tester ses connaissances en la matière. Pour retrouver la Seine-Maritime au Salon, rendez-vous porte de Versailles à Paris dans le hall 7.2 8 00 kg, 1,50 m au garrot, une robe élégamment tachetée et des lunettes à nulle autre pareille, Aronde n’est pas du genre à passer inaperçue. Elle sera d’ailleurs, sans conteste, la vedette du 50e Salon International de l’Agriculture. Cette Seinomarine née à Croixmare, dans l’EARL Gainnemare de Matthieu Fercoq, représentera effectivement les vaches de race normande lors de l’édition 2013 de ce traditionnel rendez-vous. Réputée au-delà des frontières régionales pour la qualité de son lait et de sa viande, la race normande tient une place de choix dans l’élevage seinomarin et, plus généralement, au sein de l’agriculture en général dont l’activité couvre près de 70 % du territoire. MIXITÉ. La Seine-Maritime demeure en effet une terre de cultures et d’élevages même si ce paysage s’est quelque peu recomposé durant ces dernières années. Entre 2000 et 2010, l’Agreste (ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt) a ainsi constaté que l’élevage est de plus en plus fréquemment associé aux grandes cultures dans des exploitations mixtes, la surface agricole utile (SAU) se composant de 2/3 de terres cultivées (grandes cultures, cultures fourragères annuelles et l’emblématique culture du lin) et de 1/3 de prairies. Concrètement, la polyculture et le polyélevage représentent dans le département 28 % des moyennes et des grandes exploitations, les grandes cultures 26 %, et l’élevage de bovins pour le lait 24 %. Par rapport à l’an 2000, la hiérarchie a été bouleversée. Les exploitations spécialisées en bovins lait qui étaient les plus nombreuses (32 % des exploitations) sont désormais reléguées à la troisième place derrière les exploitations de polyculture et polyélevage et les exploitations de grandes cultures. Certes, les grandes cultures progressent, mais l’élevage reste cependant très présent au niveau local. Le troupeau moyen par exploitation est passé de 37 vaches en 2000 à 51 vaches en 2010. D’ailleurs, dans le département, plus d’une exploitation sur deux (60%) possède encore des bovins. Au total, la région en rassemblait 622000 en 2011 tandis que 64000 brebis, 13300 truies reproductrices, 872000 poules pondeuses et plus d’un million de poulets de chair étaient recensés. Au-delà de cet inventaire à la Prévert, Aronde demeure cette année la star des animaux de la ferme. Pour la rencontrer, rendez-vous dans le Pavillon 3 du salon de l’agriculture, du 23 février au 3 mars ou plus tard, au Grand Concours national normand qui aura lieu à Neufchâtel-en-Bray, du 7 au 9 juin. Chiffres issus du recensement agricole 2011 - © Agreste 2011 Le Salon International de l’Agriculture (SIA) se tiendra du 23février au 3 mars à Paris avec cette année une égérie de choix : Aronde, une vache seinomarine de race normande. Dans le département, plus d’une exploitation sur deux possède encore des bovins. -37- SEINE-MARITIMEMAG ©EricPeltier …qui met l’accent sur le sujet
  53. 53. 5E RENCONTRES NATIONALES D O S S I E R 20 entreprendre # 58 De Dinamarca a África… El diseñador de mobiliario venido del frío, Bo Concept, creó el evento con la inauguración de su tienda en Kenia. CARTERA D O S S I E R 2120 entreprendre # 58 Fashionistas, cóctelesinsólitos… Lasnochesen bogadeNairobi notienennada queenvidiaralas fiestasdeotras capitalesmundiales The Ice-Man, una compañía que se especializa en esculturas de hielo, creó esta fuente: basta con llenarla de ABSOLUT Raspberri para obtener una mezcla con una temperatura perfecta. Pour raconter une histoire jouer des contrastes, plans serré et large
  54. 54. 5E RENCONTRES NATIONALES Le rôle pédagogique de l’infographie…
  55. 55. 5E RENCONTRES NATIONALES R E C E T T E S 1,733 MILLIARD D’EUROS 11% › MOUV. NEUTRES D’ORDRE BUDGÉTAIRE 192MILLIONS € 4% › RECETTES DE SERVICES 65MILLIONS € 23% › DOTATIONS DE L’ÉTAT 401MILLIONS € 10% › EMPRUNTS 167MILLIONS € 52% › FISCALITÉ INDIRECTE (TIPP, CVAE, IFER, ETC.) & TAXE FONCIÈRE 908MILLIONS € › PERSONNES HANDICAPÉES 145MILLIONS € › HABITAT & ACTIONS SOCIALES 28MILLIONS € › ENFANCE, FAMILLE 155MILLIONS € › INSERTION & RSA 197MILLIONS € › PERSONNES AGÉES, SANTÉ 208MILLIONS € D É P E N S E S 1,733 MILLIARD D’EUROS SOLIDARITÉS › ............................................................ EMPLOI ET AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE › .................. › AGRICULTURE, PÊCHE 3MILLIONS € › TOURISME 4MILLIONS € › ACTION ÉCONOMIQUE 13MILLIONS € › PORTS & TRANSPORTS 5MILLIONS € › AMMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE 18MILLIONS € QUALITÉ DE VIE › ......................................................... › ENVIRONNEMENT 13MILLIONS € › QUALITÉ DE L’EAU 15MILLIONS € › SÉCURITÉ 56MILLIONS € › ROUTES & BACS 90MILLIONS € GESTION DÉPARTEMENTALE ..................................... › MOUV. NEUTRES D’ORDRE BUDGÉTAIRE 192MILLIONS € › REMBOURSEMENT DE L’EMPRUNT 148MILLIONS € › DÉPENSES DE PERSONNEL 192MILLIONS € › FONCTIONNEMENT GÉNÉRAL 54MILLIONS € BUDGET 2013 ÉGALITÉ DES DROITS › ................................................ › TRANSPORTS SCOLAIRES 57MILLIONS € › JEUNESSE & SPORT 13MILLIONS € › CULTURE 15MILLIONS € › COLLÈGE, VIE SCOLAIRE 112MILLIONS € -26- SEINE-MARITIMEMAG R E C E T T E S 1,733 MILLIARD D’EUROS 11% › MOUV. NEUTRES D’ORDRE BUDGÉTAIRE 192MILLIONS € 4% › RECETTES DE SERVICES 65MILLIONS € 23% › DOTATIONS DE L’ÉTAT 401MILLIONS € 10% › EMPRUNTS 167MILLIONS € 52% › FISCALITÉ INDIRECTE (TIPP, CVAE, IFER, ETC.) & TAXE FONCIÈRE 908MILLIONS € › PERSONNES HANDICAPÉES 145MILLIONS € › HABITAT & ACTIONS SOCIALES 28MILLIONS € › ENFANCE, FAMILLE 155MILLIONS € › INSERTION & RSA 197MILLIONS € › PERSONNES AGÉES, SANTÉ 208MILLIONS € D É P E N S E S 1,733 MILLIARD D’EUROS SOLIDARITÉS › ............................................................ EMPLOI ET AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE › .................. › AGRICULTURE, PÊCHE 3MILLIONS € › TOURISME 4MILLIONS € › ACTION ÉCONOMIQUE 13MILLIONS € › PORTS & TRANSPORTS 5MILLIONS € › AMMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE 18MILLIONS € QUALITÉ DE VIE › ......................................................... › ENVIRONNEMENT 13MILLIONS € › QUALITÉ DE L’EAU 15MILLIONS € › SÉCURITÉ 56MILLIONS € › ROUTES & BACS 90MILLIONS € GESTION DÉPARTEMENTALE ..................................... › MOUV. NEUTRES D’ORDRE BUDGÉTAIRE 192MILLIONS € › REMBOURSEMENT DE L’EMPRUNT 148MILLIONS € › DÉPENSES DE PERSONNEL 192MILLIONS € › FONCTIONNEMENT GÉNÉRAL 54MILLIONS € BUDGET 2013 ÉGALITÉ DES DROITS › ................................................ › TRANSPORTS SCOLAIRES 57MILLIONS € › JEUNESSE & SPORT 13MILLIONS € › CULTURE 15MILLIONS € › COLLÈGE, VIE SCOLAIRE 112MILLIONS € -27- SEINE-MARITIMEMAG …ou des chiffres clés…
  56. 56. 5E RENCONTRES NATIONALES …ou de la dataviz
  57. 57. 5E RENCONTRES NATIONALES Le moment de respiration du dessin d’humour T I M E O F F L E S I N D É G I V R A B L E S PAR XAVIER GORCE
  58. 58. 5E RENCONTRES NATIONALES Les bienfaits poétiques du dessin d’illustration TGV magazine 47TGV magazine 46 Il y a peu, Marie s’est « googlisée ». Sur la première page de résultats sont appa- LinkedIn, un commentaire râleur sur un hôtel mal insonorisé, une ancienne photo de classe, les années lycée – pile sa mau- vaise période ! « C’est sûr, ce n’est pas for- cément ce que je voudrais voir apparaître en premier, reconnaît-elle. J’aimerais bien essayer de retirer ces informations, mais cela me semble compliqué. » Ces traces laissées sur Internet constituent pourtant son identité numérique : son moi virtuel le plus visible par tous. Pour ceux qui n’entretiennent pas leur image 2.0, cela sonne un peu comme une tombola. Car cette identité numérique est complexe et multiple, constituée non seulement de marques volontaires, celles déposées en ligne à son nom – réseaux sociaux, blog, comptes YouTube ou Twit- ter, LinkedIn –, mais également de celles m o i 2 . 0 : a m i o u e n n e m i ? E-réputation, personal branding… Internet regorge d’informations personnelles. Gérer son image n’est pas toujours évident dans le chaos des réseaux sociaux. Guide de survie au pays des identités numériques. héritées des autres, commentaires, pho- tos, vidéos publiés par un tiers. Les mo- teurs de recherche hiérarchisent ensuite l’information et la font remonter en fonc- tionduréférencementdudocument,dela popularité du site, ou des hyperliens qui le concernent. Être conscient de son image Aujourd’hui, rares sont ceux qui n’ont aucune identité numérique visible. Anne faisait partie de ceux-là. Un vide un peu déroutant pour cette Parisienne qui tra- vailledanslacommunication.«Ilyapeu,je cherchaisdutravail.Commeonnetrouvait rien sur le Web à mon sujet, je me suis créé une page sur LinkedIn. » Anne a fait du personal branding : elle a développé son image en ligne. Mais si on peut booster sa e-réputation, on peut aussi la subir. Alors comment entretenir son moi 2.0 ? Le constat est simple : toute navigation ©ALAInPILonPoUrTgvMAgAzIne
  59. 59. 5E RENCONTRES NATIONALES La force étonnante d’une image typo
  60. 60. 5E RENCONTRES NATIONALES LE BLANC, UN ALLIÉ PRÉCIEUX
  61. 61. 5E RENCONTRES NATIONALES TGV magazine 65 L E M U R D E L A M A I S O N R O U G E « L’idée de cette exposition est née en ob- servant ma bibliothèque devant laquelle je travaille tous les jours, raconte le grand collectionneurd’artcontemporainAntoine de Galbert, fondateur et président de la Maison rouge. Les livres d’art se côtoient, Duchamp frôle Dubuffet grâce au classe- ment alphabétique. J’ai donc imaginé de présenter l’essentiel de ma collection, non pas par ordre alphabétique, mais en confiant l’accrochage à un logiciel. » Un parti pris pour le moins original, voire un brin risqué. Pour ce faire, deux program- mateurs informaticiens se sont servis de la méthode Monte-Carlo, bien connue des mathématiciens, pour, via un logiciel uni- quementrenseignésurleformatdesenca- drementsetlesnumérosd’inventaire,déci- derdel’ordredel'accrochagedesœuvres. VOYAGE INTROSPECTIF Voilà donc plus de mille deux cents ta- bleaux issus de la collection d’Antoine de Galbert, rassemblés ces trente dernières années,accrochéssanssoucideforme,de taille, de valeur commerciale ou de noto- riété pour les artistes. Seules les œuvres d’art moderne et d’art contemporain de la collection ont été retenues. Ont été exclues les installations, les sculptures, les vidéos, l’art primitif ou plus ancien. « Les gens iront ainsi d’une œuvre à l’au- tre, d’un Lucio Fontana à un Thibault de Gialluly, d’un artiste célèbre à un artiste in- connu,seréjouitAntoinedeGalbert.Mais que les commissaires d’exposition avec qui la Maison rouge travaille si souvent n’y voient aucune critique de ma part. C’était P O U R L E S D I X A N S D E L A M A I S O N R O U G E , À PA R I S , S O N F O N D AT E U R A N T O I N E D E G A L B E R T A E U L’ I D É E D E C O N F I E R L A M U S É O G R A P H I E D E S O N E X P O S I T I O N , L E M U R … À U N … L O G I C I E L . Projet Le Mur © DR La Maison rouge, 2014. TEXTE : LUCIE RAYNAL > TGV magazine 64 É V É N E M E N T Circule et reste fluide
  62. 62. 5E RENCONTRES NATIONALES Permet une mise en lecture rapide de beaucoup de petits sujets »FÉVRIER mSITES ET MUSÉES DÉPARTEMENTAUX LA SELECTION AGENDA Encore plus d'événements sur www.seinoscope.fr ou en téléchargeant notre application 76 pocket sur l'App Store et Google Play ZOOM NOTRE-DAME-DE-BONDEVILLE >JUSQU'AU29SEPT. Exposition“Elles,"aufil"dutemps” L’artiste plasticienne Edith Molet Oghia présente un ensemble d’œuvres qui entrent en résonnance avec le Musée Industriel de la Corderie Vallois. Cette exposition rend hommage à ces femmes, canetières, assembleuses, pelotonneuses, câbleuses, prénommées Suzanne, Léontine, Célestine. À travers des œuvres composées de fils et textiles transparaissent drapés de robes anciennes, lacets de corsets et tabliers. Ouvert tous les jours de 13h30 à 18h. MARTAINVILLE >17FÉV. Lesmétiers d’arts’invitent auChâteaude Martainville Le Musée des Traditions et Arts Normands, en partenariat avec l’association AADN (Artisans d’Art de Normandie) met à l’hon- neur les métiers d’art de notre région. Tout au long de l’année, artisans, meilleurs ouvriers de France ou entreprises du patrimoine vivant et maîtres d’art vous font découvrir leur savoir-faire et leur passion. De 14h à 17h30. Le 17/02 : facture instrumentale et réparation de piano par Philippe Péan. ROUEN >12FÉV. MidiauMusée Comme chaque mois, vous avez 45 minutes pour découvrir une œuvre ou un aspect particulier des collections du musée départemental des Antiquités. Ce mois-ci, la thématique choisie portera sur les bijoux mérovingiens. À 12h30. PETIT-COURONNE >9FÉV. Atelierbroderie Venez-vous initier à la broderie dans le cadre champêtre du musée Pierre Corneille. Le matériel est fourni. Les sessions durent deux heures et sont ouvertes à tout le monde. À 14h. N.-D.-DE-BONDEVILLE >3FÉV. TousauMusée Unevisiteundimancheparmoisoùpetits etgrandsdécouvrentensembleexpositions etcollectionspermanentesdesmuséeset seretrouventautourd’unateliercréatif.En février,lemuséeindustrieldelaCorderie Valloisvousexpliqueraendétailsl’exposition Histoiresd’eaux.À15h30. ROUEN >7FÉV. Repenserlestempsdel’enfant L’Hôtel du département accueille une conférence sur la thématique de l’enfant. Le chronopsychologue René Clarisse mettra en pers- pective les échanges qui verront des interventions de spécialistes autour de la révolution des rythmes de l’enfant, des temps et périodes de travail à l’école ainsi que des liens entre vie scolaire et vie extrascolaire. Entrée libre et gratuite. À 18h30. seinoscope -50- SEINE-MARITIMEMAG »FÉVRIER ZOOM ROUEN >9FÉV. Conférencesur L’éducation humanisteàla RenaissanceLe XVIe siècle a vu les membres de l’aristocratie se passionner pour la transmission des savoirs aux enfants et jeunes adultes. Précepteurs, parents ou aumôniers, tous se réfèrent à la simplicité des mœurs antiques pour éduquer les jeunes aux ”bonnes lettres” et leur transmettre des comportements propres à assurer durablement le maintien du clan familial. À travers les exemples de Guillaume Budé, de Guil- laume Bochetel ou de Jacques Amyot, la conférence s’intéressera à la promotion des qualités du futur “honnête homme” du siècle suivant. Musée départemental des Antiquités de 10h à 12h. 16 & 17 février 2013 Maison Vacquerie - Musée Victor Hugo Quai Victor Hugo - 76490 Villequier Tél. : 02 35 56 78 31 www.museevictorhugo.fr DANS LE CADRE DU FESTIVAL INTERNATIONAL VICTOR HUGO ET EGAUX6 esalondu livre cons acréàVictor de11 h à 18h Entrée gratuite pour tous au salon et au musée Festival International Victor Hugo et Egaux - édition 2013 site Internet : www.festival-victorhugo-egaux.fr HUG O N.-DAME DE BONDEVILLE >JUSQU'AU29SEPT. Histoiresd’eaux Eau douce, puits, sources, mares, rivières: venez-vous pencher sur les aspects, les utilisations et le rôle de l’eau dans les activités humaines. Musée Industriel de la Corderie Vallois. Visite commentée le 10février à 15h. VILLEQUIER >12FÉV. LectureconférencePèresetfilsdel’AntiquitéauXVIIe s. Ce nouveau cycle de conférences-spectacles est organisé en partenariat par le Musée des Antiquités, le Département des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Rouen et la Compagnie Démodocos. Les propos des conférenciers sont, à chaque séance, illustrés par des lectures de textes anciens faites par des étudiants ou des enseignants de l’Université de Rouen. De 17h à 18h30. JUMIÈGES >TOUTEL’ANNÉEÀ JUMIÈGES Jumièges3D À quoi ressemblerait l’abbaye de Jumièges si elle n’avait pas été en partie détruite ? Utilisant la “réalité augmentée”, il est désormais possible, pour les visiteurs, de découvrir en temps réel, grâce à une tablette numérique via une application web, “la plus belle ruine de France”. ROUEN >4FÉV.AU3MAI SuivezL’archiviste Cette exposition sur le métier d’archiviste est présentée sur le site de l’Hôtel du Département des Archives départe- mentales. Un parcours explicatif en plusieurs étapes présente l’activité à l’aide d’archives publiques postérieures à 1940, de journaux et de documents sonores. VILLEQUIER >16&17FÉV. SalondulivredeVictorHugo Pour la sixième année consécutive, ce rendez-vous littéraire accueille une dizaine d’auteurs spécialistes de l’univers propre à Victor Hugo et des déclinaisons contemporaines de son œuvre. Installés dans les différentes pièces du Musée Victor Hugo, les auteurs invitent le public à discuter, dialoguer, découvrir leurs ouvrages et partager la passion de la littérature dans une ambiance conviviale. De 11h30 à 18h. ROUEN >2,9&16FÉV. Atelierscalligraphiques Pour les initiés à l’art de la calligraphie médiévale, cet atelier divisé en 3 séances vous propose un perfectionnement de cette méthode d’écriture pour réaliser une page digne des moines copistes ! Musée départemental des Antiquités, de 10 à 12h ou de 14h30 à 16h30. -51- SEINE-MARITIMEMAG
  63. 63. 5E RENCONTRES NATIONALES TGV magazine 14 Deuxvilles,deuxidéesdedépart:àvousdechoisir! N I C E R O U E N ON AIME… Une soirée au Comptoir central électrique, les bijoux des Délices de Candice, l’effervescence arty de la villa Arson… ON ADORE… La place du Vieux-Marché, un déjeuner au 37, le panorama depuis la colline Sainte-Catherine… V E R S U S PAR JEAN-MARC ENGELHARD ©FRÉDÉRICSTUCIN/©FRANCES-WYSOCKI/HEMIS.FR DENTELLES DE PIERRE Avec ses deux mille maisons à pans de bois, la vieille ville de Rouen semble avoir été miraculeusement épargnée par les ravages du temps et les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Un voyage dans le passé dont le clou est, évidemment, la cathédrale, chef-d’œuvre gothique et source d’inspiration inépuisable pour Claude Monet. Certaines des œuvres du maître de l’impressionnisme se retrouvent d’ailleurs dans l’exposition Cathédrales 1789-1914, un mythe moderne, au musée des Beaux-Arts, aux côtés de près de deux cent cinquante autres œuvres, peintures, objets d’art, photographies et maquettes. À voir jusqu’au 31 août. SCULPTURES D’ACIER Depuis le quartier remuant de la place du Pin, des ruelles ombragées du Vieux-Nice ou de la récente promenade du Paillon, tous les chemins mènent au Mamac. Et c’est tant mieux, puisque le Musée d’art moderne et d’art contemporain propose, jusqu’au 7 septembre, une exposition dédiée à Alexander Calder, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la Fondation Maeght. Au programme, une cinquantaine d’œuvres représentatives de ce génie américain de la sculpture abstraite et colorée : des pièces en fil de fer, des bronzes, des mobiles, mais aussi des encres et des aquarelles. Fil conducteur d’une structure récurrente
  64. 64. 5E RENCONTRES NATIONALES III LE TON, C’EST… LA PROXIMITÉ DE LA VOIX
  65. 65. 5E RENCONTRES NATIONALES C’est… la ligne éditoriale d’un magazine, son positionnement, son dynamisme !
  66. 66. 5E RENCONTRES NATIONALES Interpellant Le mode interrogatif
  67. 67. 5E RENCONTRES NATIONALES Connivant Le nous ou le vous
  68. 68. 5E RENCONTRES NATIONALES Humoristique Une certaine distance avec son sujet
  69. 69. 5E RENCONTRES NATIONALES Percutant Un mot
  70. 70. 5E RENCONTRES NATIONALES Provocateur L’identité de la ligne éditoriale
  71. 71. 5E RENCONTRES NATIONALES Factuel A réserver au Palmarès uniquement:)
  72. 72. 5E RENCONTRES NATIONALES Inoubliable La force de la suggestion minimaliste
  73. 73. 5E RENCONTRES NATIONALES Merci J

×