Traumatismes du rachis cervical 2

9 890 vues

Publié le

0 commentaire
4 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
9 890
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
59
Actions
Partages
0
Téléchargements
287
Commentaires
0
J’aime
4
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Traumatismes du rachis cervical 2

  1. 1. TRAUMATISMES DU RACHIS CERVICALI/ INTRODUCTION-Fractures-Luxations cervicales-Entorses cervicales lésion ostéo-articulaire nécessitantune réduction précise et unecontention efficace. les lésions neurologiques sontfréquentes: urgence thérapeutique
  2. 2. II/ ETIOLOGIES SEXE: 80% hommes Age: 20-30 ans Type d’accident: -accidents de circulation+++ -chute d’un lieu élevé (autolyse) + + -accidents de travail -les plongeons
  3. 3. III/ RAPPELS ANATOMIQUES Le rachis cervical est composé de 07 vertèbres: - rachis cervical sup: C1 (atlas) C2 (axis) - rachis cervical inf. : C3 à C7 La mobilité: flexion, extension, mobilité rotatoire et inclinaisons latérales mobilité assurée par le SMR
  4. 4. Les différentes courbures du rachis
  5. 5. Mobilité du rachis
  6. 6. IV/ MECANISMES Souvent indirect, il existe: - traumatismes en hyper flexion+++ -hyper extension -compression -rotationPossibilité d’association lésionnelleex: whip-lash; c’est l’extension puis flexion brutale La stabilité du rachis cervical liée à : -l’intégrité du segment mobile rachidien(SMR) -l’intégrité de la colonne moyenne de DENIS
  7. 7. SMR
  8. 8. V/EXAMEN CLINIQUEA/ INTERROGATOIRE-Date et heure du traumatisme-Les circonstances et le mécanisme du traumatisme-précise les symptômes: Immédiats: douleurs cervicale, perception de craquements, des fourmillements des doigts secondaires: cervicalgies hautes ou basses: raideur , torticolis, parésie du membre sup
  9. 9. B/ EXAMEN DU RACHISCERVICALMinutieux et avec douceur. Local : -étude de l’attitude de la tète, la limitation de la mobilité active - palpation des apophyses épineuses: points douloureux -palpations des masses musculaires cervicales: contractures - étude de la mobilité passive de la tète => immobiliser le cou par une minerve en légère extension
  10. 10. l’examen neurologiqueBilan complet , consigné par écrit qui va servir de référenceEtude de la motricité: CI de 0à5 Etude de la sensibilité: -thermo- algesique -tactile -profonde Etude des reflexes: -osteotendineux -cutanéo-
  11. 11. Examen général- Prise du pouls- TA- Appréciation des signes de choc Examen complet chez tout polytraumatisé: examen du crane, abdomen, thorax, les
  12. 12. Respecter les conditions deramassage et de transport.=> problème de sante publique et desecourismechez le blesse inconscient ,toujourssuspecter une lésion du rachis=> ramassage en monobloc avecune légère traction dans l’axe: tète-cou-corps
  13. 13. VI/EXAMENRADIOLOGIQUEC’est l’examen fondamental du diagnostic.FACE: montre le RCI et les 2 premières dorsaleFACE BOUCHE OUERTE(FBO): montre l’odontoïde, la C1 et la C2PROFIL: montre toutes les vertèbres cervicales
  14. 14. FBO Profil rcs
  15. 15. -LES TOMOGRAPHIES-LE SCANNER: permet un meilleurbilan lésionnel et l’étude du canalvertébral-IRM: c’est l’examen de choix dansles atteintes neurologiques-RADIOGRAPHIES DYNAMIQUES _RX de profil en flexion _RX de profil en extensiondémasquent une éventuelleinstabilité quelques jours aprèsl’accident
  16. 16. TomographieC1-C2-C3
  17. 17. Cliche dynamique en hyper flexion
  18. 18. IRM Compression médullaire
  19. 19. VII/FORMES ANATOMIQUESA/ LESIONS C1-C2:1/ entorses graves C1-C2. -rupture du ligament transverse -mécanisme: hyper flexion -RX de profil -traitement: chirurgical, arthrodèse C1-C2 par voie post
  20. 20. Dislocation C1-C2
  21. 21. Cerclage mettalique + greffe osseuse
  22. 22. 2/ fractures de C1a/ fracture isolée d’un arc: fracture stable, traitement orthopédique par minerve.b/ fracture de JEFFERSON: -rare -mécanisme: par compression en extension -c’est une luxation divergente des masses latérales par fracture des 2 arcs et rupture du ligament transverse
  23. 23. Lésion de Jefferson
  24. 24. -diagnostic: RX FBO ET TDM-traitement:_ réduction par traction, 45j. _ immobilisation par halo-plâtre _ trait chirurgical par vissage C1-C2c/ fracture-tassement d’une masselatérale: -lésion stable -traitement orthopédique
  25. 25. TRACTION CRANIENNE
  26. 26. TRACTION CRANIENNE ˝HALȌ
  27. 27. Vissage C1-C2
  28. 28. 3/ fractures de C2a/ fractures de l’apophyse odontoïde:-fréquente-mécanisme: flexion- extension-diagnostic: RX FBO, RX de profil, TDM-complications: pseudarthrose de l’odontoïde et troubles neurologiques-traitement: trt orthopédique par minerve (3 mois). Trt chirurgical:-vissage, laçage post C1-C2 soit arthrodèse post
  29. 29. OBAV OBAR
  30. 30. Fr. de l’odontoïde déplacée en OBAV
  31. 31. OBAR
  32. 32. Corset minerve
  33. 33. Vissage de l’odontoïde
  34. 34. Laçage métallique post C1-C2
  35. 35. Arthrodèse C1-C2Avec laçage métallique
  36. 36. pseudarthrose
  37. 37. b/fractures des pédicules deC2Hangman fracture (fracture des pendus)Mécanisme: hyperextentionDiagnostic: RX profil, ¾ et TDMTraitement: soit vissage postérieur soit arthrodèse antérieur C2-C3
  38. 38. Fracture des pédicules de C2Arthrodèse ant C2-C3
  39. 39. Vissage pédiculaire post C2-C3
  40. 40. B/LESIONS DU RACHISCERVICAL INFERIEUR1/ ENTORSE BENIGNE :-clinique: œdème, douleur, contracture musculaire-RX sans anomalies-traitement: collier et trait médical puis rééducation fonctionnelle douce
  41. 41. Entorse benigne Collier pdt 1mois RX en flexion Entorse grave
  42. 42. 2/ entorse graveClinique: même que E.BRX de profil: critères de louis-antelisthesis ˃à 3 mm-angulatio n des plateaux vertébraux de plus de 10° ou angulation en cyphose post-perte du parallélisme des facettes articulaires post-découverture de + 50% de l’articulation sup de la vertèbre sous jacente-écart inter épineux anormal
  43. 43. Hyper flexion Entorse grave
  44. 44. RX du rachis cervical de profil del’entorse grave
  45. 45. Arthrodèse inter somatique ant
  46. 46. 3 signes parmi ces 5 suffisent pourfaire le diagnostic de l’entorse grave-traitement: réduction et arthrodèsepar voie antérieure
  47. 47. 3/luxations unilatéralesMécanisme: flexion-rotation d’un seul cote .Clinique: syndrome radiculaire pur +++,Correspondant au cote et au niveau de la luxationRX: de profil, la vertèbre luxée parait de ¾.Traitement: -soit orthopédique: réduction et immobilisation -soit chirurgical: réduction et
  48. 48. Luxation uni articulaire
  49. 49. 4/ luxations bilatéralesMécanisme: hyper flexionClinique: l’atteinte médullaire +++RX: de profilTraitement: - réduction en urgence par traction crânienne - arthrodèse inter somatique par voie antérieure
  50. 50. 5/ Tear-drop fractureMécanisme: compression-flexionLésion du SMR associée à une fracture antéro-inferieur du corps vertébral (en goutte de larme) et d’autres refonds corporelsClinique: troubles neurologique +++RX: profil + TDMTraitement: chirurgical par arthrodèse inter somatique par voie
  51. 51. Arthrodèse inter somatique
  52. 52. 6/ fracturesa/ fractures tassements cunéiformes antérieur:Mécanisme: flexionLésion stableRX: profil, diminution de la hauteur du corps vertébral en avantTraitement: orthopédique , minerve plâtrée ou plastique à 3 appuis: sternum, menton, occiput
  53. 53. →Fracture-compression ant
  54. 54. b/ fractures comminutives ducorps vertébrale: ( Burst-fracture )Mécanisme: compression axialeRX: profil, fracture comminutive ducorps vertébrale avec rupture du murvertébral postérieur et reculpostérieur TDM: visualise d’éventuelsfragments intra canalairetraitement: chirurgical par voieantérieure, corporectomie, libérationdu canal médullaire et arthrodèse
  55. 55. Fr comminutive de C7
  56. 56.

×