SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  73
Télécharger pour lire hors ligne
ANESTHÉSIE EN CHIRURGIE
RACHIDIENNE
Dr SAADAT Suzanne Cours élèves IADE
1ère année
2018-2019
PLAN
CHIRURGIE RACHIDIENNE
1. Généralités
• Rappels anatomiques
• Chirurgie réglée et en urgence du rachis
• Chirurgie mini-invasive et RAAC
2. Indications opératoires
• Hernie discale
• Canal lombaire et cervical étroit
• Antalgique
• Spondylolisthésis
• Scoliose
• Oncologique
3. Evaluation pré-opératoire
4. Technique anesthésique
5. Urgences
6. Positions opératoires
• Décubitus ventral (DV)
• Genupectoral
• Décubitus dorsal (DD) - French
7. Antalgie post-op
8. Complications
9. Conclusion
GÉNÉRALITÉS : RAPPELS ANATOMIQUES
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Le rachis : axe flexible de 60 à 70 cm de long
Constitué de l’empilement des vertèbres :
• 7 vertèbres cervicales - C1 à C7
• 12 vertèbres thoraciques (dorsales) - T1 à T12
• 5 vertèbres lombales (lombaires) - de L1 à L5
• 5 vertèbres sacrées (sacrales) soudées : le sacrum
• 4 à 6 vertèbres atrophiées soudées : le coccyx
GÉNÉRALITÉS : RAPPELS ANATOMIQUES
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Lordose
cervicale
Cyphose
thoracique
Lordose
lombaire
Cyphose
sacro-coccygienne
Vertebre lombaire
• Corps vertebral
• Arc postérieur
• 1-Pédicule
• 2- Apophyse transverse
• 3- Lame
• 4- Apophyse épineuse
• 5- Canal vertebral
GÉNÉRALITÉS : RAPPELS ANATOMIQUES
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Coupe transversale du rachis
Antérieur Postérieur
GÉNÉRALITÉS : RAPPELS ANATOMIQUES
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Rapport anatomique du rachis lombaire
Antérieur Postérieur
GÉNÉRALITÉS
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Chirurgie réglée :
• Chirurgie mineure :
• Hernie discale cervicale (HDC), lombaire (HDL)
• Décompression canalaire : canal lombaire et cervical étroit
• Vertebroplastie - Kyphoplastie
• Chirurgie majeure :
• Ostéosynthèse vertébrale étendue
• Déformation rachidienne (Scoliose, spondylolisthésis)
Complications rares mais mal vécues car chirurgie fonctionnelle
Urgences :
• Trauma +++
• Compression médullaire avec para ou tétra-parésie
• Déficit neurologique radiculaire rapidement progressif (Syndrome de la queue de cheval)
GÉNÉRALITÉS :
CHIRURGIE MINI-INVASIVE ET RAAC
CHIRURGIE RACHIDIENNE
La chirurgie mini-invasive (MIS) = Composante essentielle de la RAAC, en :
• ➘ la taille de l’incision + ➘ délabrement musculaire : voie post ++
• ➙ d’écarteurs et ancillaires d’ostéosynthèse spécifiques
• ➘ pertes sanguines
• ➘ risque de complications médicales
• ➘ douleurs post-op ➙ ➘ des durées de séjour
Chir du rachis lombaire +++
Contrôle radioscopique per-op systématique
La durée opératoire, le taux de complications chirurgicales et la récupération à long terme sont
équivalentes entre les 2 techniques
GÉNÉRALITÉS :
CHIRURGIE MINI-INVASIVE ET RAAC
CHIRURGIE RACHIDIENNE
PLAN
CHIRURGIE RACHIDIENNE
1. Généralités
• Rappels anatomiques
• Chirurgie réglée et en urgence du rachis
• Chirurgie mini-invasive et RAAC
2. Indications opératoires
• Hernie discale
• Canal lombaire et cervical étroit
• Antalgique
• Spondylolisthésis
• Scoliose
• Oncologique
3. Evaluation pré-opératoire
4. Technique anesthésique
5. Urgences
6. Positions opératoires
• Décubitus ventral (DV)
• Genupectoral
• Décubitus dorsal (DD) - French
7. Antalgie post-op
8. Complications
9. Conclusion
INDICATION : HERNIE DISCALE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Douleur radiculaire :
• Conflit mécanique : compression de la racine nerveuse par la hernie
• Conflit chimique : inflammation de la racine nerveuse
• Résistante aux TT médicaux
• Déficit neuro sensitif et/ou moteur rapidement progressif
• Amyotrophie
• Hyperalgie
Décompression
chirurgicale
INDICATION : HERNIE DISCALE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Dermatomes cervicales Dermatomes mb <
INDICATION : HERNIE DISCALE - HDL
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Discectomie
Chirurgie
Abord postérieur
lombaire
MIS +++
INDICATION : HERNIE DISCALE - HDC
CHIRURGIE RACHIDIENNE
mise en place
Chirurgie
de prothèse discale
Discectomie cervicale
+/-
Abord
antérieur ++
Abord classique ++
INDICATION : HERNIE DISCALE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Contrôler le côté douloureux ‼
Sujet jeune
Durée chir courte < 60 min, peu de saignement
Sonde IOT armée (Genupectoral pour HDL), traction sur trachée (HDC)
AG +++ :
• Induction standard, entretien halogéné ++, Morphinique, curare, OFA ?
• AG profonde : éviter la toux ou mouvements sous microscope
ALR (rachi, APD) possible pour HDL
Antibioprophylaxie non indiquée
INDICATION : CANAL LOMBAIRE ETROIT
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Processus dégénératif, arthrose vertébrale :
➙ ➘ volume du canal vertébral
Symptomatologie :
• Lombalgie +/- radiculalgie + douleurs
(crampes) à la marche sur des distances de +
en + courtes
➙ claudication intermittente neurogène
• Troubles neurologiques (sensitif, moteur,
urinaires) : évolution progressive et
insidieuse
INDICATION : CANAL LOMBAIRE ETROIT
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Laminectomie
Objectif de la chirurgie ➙ Libérer les racines nerveuses :
Arthrodèse
+/-
Mise en place
prothèse discale
+/-
Abord postérieur
INDICATION : CANAL CERVICAL ÉTROIT
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Myélopathie cervicarthrosique =
évolution progressive
Symptomatologie :
• Troubles sensitifs et moteurs aux 4
membres +/- troubles sphinctériens
➙ handicap fonctionnel de +en +
invalidant
INDICATION : CANAL CERVICAL ÉTROIT
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Discectomie cervicale
+/_
prothèse discale
+/-
arthrodèse cervicale
Abord antéro-latéral +
INDICATION : ANTALGIQUE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Vertébroplastie et kyphoplastie : injection de ciment à travers un trocart
dans un corps vertébral par voie percutanée postérieur
L’indication majeure : rachialgie invalidante, focale, mécanique, en rapport
avec :
• Une fracture-tassement d’origine ostéoporotique ou traumatique
• Un envahissement du corps vertébral par une lésion tumorale ou
dysplasique
Risque de ces gestes très faible : fuite péri-vertébrale de ciment
(embolie pulmonaire, radiculalgie, syndrome médullaire…), infection
INDICATION : ANTALGIQUE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Vertébroplastie kyphoplastie
Abord postérieur
Contrôle radiologique per-procédure
INDICATION : ANTALGIQUE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Kyphoplastie :
Mise en place de ballonnets gonflables
Ré-expansion de la vertèbre + création d’une cavité intra-spongieuse
Mise en place de ciment dans cette cavité
• La kyphoplastie ➘ risque de fuite de ciment
• Durée l’intervention courte 60 min en tout
• Nette ➘ EVA en post-op
• Reprise des activités de la vie quotidienne dès la sortie de l’hôpital
INDICATION : SPONDYLOLISTHÉSIS
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Glissement d'une vertèbre par rapport à celle
qui est située juste au-dessous d'elle, L4/L5 +++
2 types:
• Lyse isthmique constituée pendant
l'enfance au cours d'activités sportives
intensives ou trauma
• Spondylolisthésis dégénératifs : processus
arthrosique des articulations inter-
apophysaires postérieures
INDICATION : SPONDYLOLISTHÉSIS
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Symptomatologie : Lombalgie,
radiculalgie, claudication neurogène…
Echec TT médicamenteux ➙ Indication
PEC chirurgicale
Stabilisation rachidienne par arthrodèse
MIS ou classique, abord antérieur ou
postérieur
INDICATION : SCOLIOSE ENFANT ET ADO
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Déformation du rachis dans les 3 plans :
• frontal, sagittal, + transversal (rotation vertèbres sur
elles-mêmes)
Signe clinique essentiel : gibbosité
Intensité évaluée en mesurant la courbure du rachis en
degré
Scoliose idiopathique (80%) :
• ♀, puberté, génétique
TT chir :
• Redresser la colonne
• ➘ le risque d’Ins respi et cardio
INDICATION : SCOLIOSE ADULTE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Processus dégénératif apparaissant à l’âge
adulte
Fréquence +++
♀ après la ménopause +++
Lésions musculo-ligamentaires + ostéoporose
Lombaire et thoraco-lombaire
TT chir si trouble neuro et/ou déformation
rapidement évolutive
INDICATION : ONCOLOGIE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Chir onco du rachis hémorragique +++
métas néo rein ‼
• Embolisation préopératoire indiquée dans
certains cas
• Chirurgie ouverte : hémorragique
(vertebrectomie)
Chirurgie mini-invasive associant une
ostéosynthèse percutanée et une
kyphoplastie
PLAN
CHIRURGIE RACHIDIENNE
1. Généralités
• Rappels anatomiques
• Chirurgie réglée et en urgence du rachis
• Chirurgie mini-invasive et RAAC
2. Indications opératoires
• Hernie discale
• Canal lombaire et cervical étroit
• Antalgique
• Spondylolisthésis
• Scoliose
• Oncologique
3. Evaluation pré-opératoire
4. Technique anesthésique
5. Urgences
6. Positions opératoires
• Décubitus ventral (DV)
• Genupectoral
• Décubitus dorsal (DD) - French
7. Antalgie post-op
8. Complications
9. Conclusion
EVALUATION PRÉ-OPÉRATOIRE :
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Anticiper les difficultés d’IOT, repérer :
• Pathologie rhumatismale chronique (PR, SPA) ➙ rachis fixé non mobile = facteur d’IOT difficile
• Pathologies dégénératives affectant le rachis cervical ➙ instabilité du rachis ou compression
médullaire chronique ➙ éviter la mobilisation du rachis cervical pendant l’IOT
En cas (DV), repérer les éléments pouvant compliquer l’installation:
• L'obésité morbide (IMC > 35) ➙ difficultés posturales majeures
• La mobilité du cou et les douleurs liées à la rotation de la tête
• ATCD de syndrome du défilé thoraco-brachial
Le risque hémorragique existe dans les ostéosynthèses étendues du rachis : stratégie d’épargne
sanguine, information sur la transfusion
PLAN
CHIRURGIE RACHIDIENNE
1. Généralités
• Rappels anatomiques
• Chirurgie réglée et en urgence du rachis
• Chirurgie mini-invasive et RAAC
2. Indications opératoires
• Hernie discale
• Canal lombaire et cervical étroit
• Antalgique
• Spondylolisthésis
• Scoliose
• Oncologique
3. Evaluation pré-opératoire
4. Technique anesthésique
5. Urgences
6. Positions opératoires
• Décubitus ventral (DV)
• Genupectoral
• Décubitus dorsal (DD) - French
7. Antalgie post-op
8. Complications
9. Conclusion
TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Les complications graves liées à la PEC des VAS chez les patients avec un rachis
cervical instable sont rares mais gravissimes (tétraplégie)
Prévention :
Eviter une traction excessive sur le laryngoscope (atteintes ostéo-ligamentaires
post-traumatiques +++) ➙ un déplacement maximal du rachis, lors d’une IOT
difficile ‼
• Le déplacement vertébral maximum est observé aux jonctions occiput-C1-C2
et C5-C6.
Position neutre de la tête + stabilisation en ligne du rachis cervical lors de l’IOT
sont recommandées. Mais cette stabilisation ➚ la difficulté d’IOT en
laryngoscopie directe, expliquant jusqu’à 50 % d’échecs
TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
En 1ère intention, les vidéo-laryngoscopes ➘ le
mouvement vertébral ➙ IOT + facile qd nécessité
d’immobiliser le rachis cervical par traction ou collier
La manoeuvre de Sellick = potentiellement dangereuse pour les lésions très
instables au niveau C5-C6
Pour toutes les autres atteintes, la manoeuvre de Sellick peut être
pratiquée
L’IOT sous fibroscopie ➙ aucun mouvement du
rachis
➙ méthode de choix chez les patients suspects
d’IOT difficile avec un rachis cervical dégénératif
‼
TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
• AG, induction standard, entretien avec halogéné (élimination et réveil rapide)
• IOT sonde armée, fixation soigneuse +++, protection oculaire
• Morphinique à longue durée d’action : SUFENTANIL
• Opïode Free Analgesia (OFA) possible mais, bénéfice à évaluer dans cette
chirurgie
• Curarisation profonde nécessaire : phase de dissection musculaire pour chirurgie
ouverte +++
• Antibioprophylaxie pré-op par CEFAZOLINE 2G ou si d’allergie VANCOMYCINE
(15 mg/Kg/60-120min), limitée à la période per-opératoire
TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Elément de surveillance :
• Standard (ECG, PNI, SPO2, Capno) + curamètre +BIS
• PAS : si risque hémorragique ++, signe de compression médullaire, statut cardio-
cardio-vasculaire précaire, polytrauma
• Température idem PAS + chir longue
Equipement : VVP pour induction (20 -18G)
• +/- SU dépendant de la durée, type chir et abord, terrain
• + 2 VVP (14 -16 G) si risque hémorragique ++ (onco ++), signe de compression
médullaire, statut cardio-cardio-vasculaire précaire, polytrauma
• + VVC suivant terrain
TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Utilisation des Potentiels Evoqués Somesthésiques (PES)
et Moteurs (PEM) pour correction des scolioses
➙ détection précise du niveau lésionnel
➙ application de mesure corrective
Particularités anesthésiques :
• Eviter halogénés, préférer PROPOFOL + Morphinique,
• Maintenir normothermie +++
• PA quasi-normal voire ➚ (Maintien P Perf médullaire)
L’intérêt du monitorage +++ avec une équipe entraînée
En France, monitorage utilisé pour chirurgie des scolioses dorsal de l’enfant‼
TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
• Risque hémorragique
constant dans chirurgie
majeure du rachis
• Pertes sanguines
< 1 L à + de 5 L
• Recours à la transfusion
fréquent ++
TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Stratégie d’épargne sanguine
• En pré-opératoire :
• Correction anémie par :
• Supplémentation en Fer +/- EPO
• Correction troubles de la coagulation
• En per-opératoire :
• Posture soigneuse : ➘ saignement (abdomen
libre ++)
• Hémostase chirurgicale soigneuse
TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Stratégie d’épargne sanguine
• En per-opératoire :
• Prévention hypothermie ‼
• Réchauffer les patients dès leur arrivée au bloc puis
couverture chauffante dessus +/- dessous +/- accélérateur
réchauffeur
Une diminution d’1°C de la température corporelle :
• ➚ 15% saignement + ➚ 20% besoins transfusionnels
TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Stratégie d’épargne sanguine
• En per-opératoire :
• Injection acide tranexamique (hors CI) :
• ➘ saignement per- et post-opératoire de 50 %
• ➘ besoins transfusionnels de 40 %
1g/20 min avant l’incision chirurgicale +/- 1g sur 6h IVSE
• Récupération per-opératoire (hors CI) : ➘ transfusions homologues
Action limiter sur suintement hémorragique continu à faible débit
TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Stratégie d’épargne sanguine
• En per-opératoire :
• Hypotension contrôlée : effet est très variable, balance risque/bénéfice à évaluer,
chez les sujets âgés +++ ➙ Non recommandée
Toute ➘ > 30 % de la PA par rapport à la valeur habituelle ➙ traiter ‼
• Surdosage anesthésique : allègement AG, éphédrine ou phénylephrine en boli
• Hypotension + prolongée, résistante à la compensation des pertes sanguines :
➙ Meilleur choix : noradrénaline IVSE faible concentration sur VVP (1-2 mg 50
mL)
PLAN
CHIRURGIE RACHIDIENNE
1. Généralités
• Rappels anatomiques
• Chirurgie réglée et en urgence du rachis
• Chirurgie mini-invasive et RAAC
2. Indications opératoires
• Hernie discale
• Canal lombaire et cervical étroit
• Antalgique
• Spondylolisthésis
• Scoliose
• Oncologique
3. Evaluation pré-opératoire
4. Technique anesthésique
5. Urgences
6. Positions opératoires
• Décubitus ventral (DV)
• Genupectoral
• Décubitus dorsal (DD) - French
7. Antalgie post-op
8. Complications
9. Conclusion
URGENCES CHIRURGICALES
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Indications :
• Traumatisme rachidien : principale indication
Le contexte traumatique est toujours une urgence dès qu’il existe un déficit neurologique
• La chirurgie précoce est associée à une :
• Amélioration de la récupération neurologique à long terme surtout lorsque le déficit
neurologique incomplet (rachis cervical ++)
• Facilitation de la PEC ➙ ➘ de la durée d’hospitalisation
• La hernie discale paralysante et hyper-algique résistant au traitement médical
• Un déficit moteur radiculaire rapidement évolutif
• L’existence de signes de compression médullaire ou de troubles sphinctériens par compression
de la “ queue de cheval “
URGENCES CHIRURGICALES
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Attention aux difficultés d’IOT dans un contexte d’estomac plein ‼
Anticiper, les pertes sanguines qui peuvent être importantes, à l’étage
dorso-lombaire ➙ Equipement avec plusieurs VVP de gros calibres, PAS,
accélérateur-réchauffeur, récupérateur (Cell Saver)
En cas de polytraumatisme, le bilan lésionnel doit être connu
En cas de TC grave, une surveillance per-op de la PIC peut-être indiquée
Dans tous les cas, les lésions hémorragiques doivent être stabilisées en
priorité
URGENCES : TRAUMATISME MÉDULLAIRE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Objectifs opératoires chirurgicaux :
• Réduction des déplacements structures ostéo-articulaires
• Décompression éléments du canal spinal
• Obtention hémostase régionale (Anti-coag post-op)
• Stabilisation des lésions osseuses (mobilisation immédiate
du patient en post-op)
URGENCES : TRAUMATISME MÉDULLAIRE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Objectif tensionnnel strict ‼
• Eviter + correction de toute hypotension artérielle (PAS < 90 mmHg) ‼
• Maintien PAM =/> 80 mmHg
➙ RV avec cristalloïde isotonique + soluté colloïde de synthèse
➙ Vasopresseur (sympathomimétique direct : noradrénaline)
• Eviter HTA (PAM > 110 mmHg) car favorise l’oedème et l’hémorragie médullaire
Dépister et corriger toutes ➚ excessives de la P intra-thoracique et intra-abdomino-
pelvienne (position +++)
Monitorage biologique étroit
URGENCES : TRAUMATISME MÉDULLAIRE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Monitorage per-opératoire standard + :
• PAS car :
• Objectif tensionnel strict
• Prélèvements sanguins itératifs : monitorage biologique
• Mesure répétée Hb, hémostase biologique, glycémie, gaz du
sang et de l’osmolalité sanguine
• Sonde gastrique (SG) et SV systématiques
• Mesure température continue
URGENCES : SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Souffrance des racines en dessous du cône
terminal de L2 au sacrum :
• Lombalgies aiguës, mono ou pluri-radiculalgie
• Troubles sensitifs : anesthésie en selle +++
• Troubles moteurs
• Troubles génito-sphinctériens
Urgence neuro-chirurgicale ‼
PLAN
CHIRURGIE RACHIDIENNE
1. Généralités
• Rappels anatomiques
• Chirurgie réglée et en urgence du rachis
• Chirurgie mini-invasive et RAAC
2. Indications opératoires
• Hernie discale
• Canal lombaire et cervical étroit
• Antalgique
• Spondylolisthésis
• Scoliose
• Oncologique
3. Evaluation pré-opératoire
4. Technique anesthésique
5. Urgences
6. Positions opératoires
• Décubitus ventral (DV)
• Genupectoral
• Décubitus dorsal (DD) - French
7. Antalgie post-op
8. Complications
9. Conclusion
POSITIONNEMENT
CHIRURGIE RACHIDIENNE
La chirurgie du rachis impose souvent une installation particulière, en :
• Décubitus ventral (DV)
• Génu-pectorale
• Décubitus latéral (DL)
• Décubitus dorsal (DD) - French
Impératifs de l’installation :
• ➘ la P veineuse de l'espace épidural
• Ouvrir les espaces interlamaires par une mise en cyphose du rachis lombaire
L'absence de compression abdominale est impérative car ➘ la P dans les plexus veineux
épiduraux à l'origine du saignement ‼
DÉCUBITUS VENTRAL
CHIRURGIE RACHIDIENNE
DÉCUBITUS VENTRAL
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Installation rapide mais nécessite une surélévation des crêtes iliaques
et du thorax pour limiter la compression abdominale
Le DV s'accompagne de modifications HDN mineures (FC, TA, P
Pulmonaires)
‼ La compression de la VCI induite par le DV ➙ ➘ du retour veineux
➙ ➘ IC
‼ chez les patients âgés, fragiles avec hypovolémie (Diurétique +
Jeun) ➙ risque de désamorçage pompe cardiaque ➙
RV ≈ 5 mL·kg–1 avant retournement
DÉCUBITUS VENTRAL
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Induction sur brancard
Retournement ‼Déconnexion ou arrachement VVP, sonde IOT, éléments de
surveillance, traumatismes du bras ou du rachis cervical
Installation réalisée par équipe chirurgicale et anesthésique (3 pers min)
Responsabilité mixte
C’est la personne qui est à la tête qui dirige le retournement
Toute mobilisation se fait après accord du chirurgien ou de l’anesthésiste
Idem pour la remise du patient en DD
DÉCUBITUS VENTRAL
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Complications liées à la posture :
• Les troubles visuels : Cécité +++
• Occlusion de l’artère centrale de la rétine
(OACR) :
➚ pression intraoculaire (PIO) par un appui des
globes oculaires (GO) sur un support rigide
• Ischémie corticale occipitale
• Neuropathie optique ischémique (NOI)
DÉCUBITUS VENTRAL
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Neuropathie optique ischémique (NOI) = cause la plus fréquente
➚ de la P abdo
➘ P oncotique
• RV important
• Pertes sanguines
importantes (> 1 L)
➚ oedème
interstitiel
➚ PIO
➚ engorgement
veineux
• Âge, AG longue (> 5 heures) , Homme
Etiologies multi-factorielles, FDR :
Ischémie optique
• Obésité
• Utilisation d’un
cadre de Wilson
DÉCUBITUS VENTRAL
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Autres complications liées à une mauvaise position de la tête :
• Morsure et oedème de la langue, pouvant empêcher l’extubation
• AVC lié à une occlusion carotidienne ou vertébrale
• Tétraplégie par ischémie médullaire cervicale
Garder la tête en position neutre : utilisation de matériel adapté
DÉCUBITUS VENTRAL
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Autres complications liées à une mauvaise posture lors du DV :
• Ischémie aiguë de jambe, syndromes de loges ou rhabdomyolyse
liées à une :
• Flexion de la cuisse
• Compression des vaisseaux fémoraux
• Les nécroses cutanées ou les neuropathies périphériques liées à des
points de compression
DÉCUBITUS VENTRAL
CHIRURGIE RACHIDIENNE
‼ Vérification soigneuse de la posture et protection des zones sensibles
Table d’opération adaptée pour limiter le risque
Utilisation de gélose
‼ Auscultation pulmonaire et recherche pouls au mb < systématiques
après le retournement
GENUPECTORALE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
GENUPECTORALE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Particulièrement recommandable chez l’obèse car permet de laisser
l'abdomen complètement libre
➘ des pressions intra-thoraciques ➙ ➚ retour veineux ➙ ➘ risque
d’hypotension
La séquestration veineuse dans les membres inférieurs peut entrainer
un collapsus et doit être prévenu ➙ RV ≈ 5 mL·kg–1 avant
retournement
GENUPECTORALE
CHIRURGIE RACHIDIENNE
‼ Vérification soigneuse de la posture et protection des zones
sensibles
‼ Auscultation pulmonaire et recherche pouls au mb <
systématiques après le retournement
DECUBITUS DORSAL
« FRENCH POSITION »
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Abord antérieur transpéritonéal ou
rétropéritonéal, niveau lombaire +++
Indications : lombalgies chroniques
avec discopathie, spondylolisthésis
(souvent associé avec une arthrodèse
postérieure)
Installation en DD, le chirurgien
travaillant dans l’entre-jambe du
patient = ‘’French position’’
‼2ème saturomètre au pied gauche
DECUBITUS DORSAL
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Discectomie complète + implantation d’une prothèse discale lombaire et/
ou réalisation d’une arthrodèse intercorporéale
Objectif :
Prothèse discale
Prothèse discale
+
arthrodèse
intercorporéale
DECUBITUS DORSAL
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Corporectomie + mise en place de prothèses corporéales ou de greffon
osseux en traumatologie, cancérologie et infectiologie
Objectif :
prothèse corporéale Ostéosynthèse greffon osseux
(iliaque ++)
PLAN
CHIRURGIE RACHIDIENNE
1. Généralités
• Rappels anatomiques
• Chirurgie réglée et en urgence du rachis
• Chirurgie mini-invasive et RAAC
2. Indications opératoires
• Hernie discale
• Canal lombaire et cervical étroit
• Antalgique
• Spondylolisthésis
• Scoliose
• Oncologique
3. Evaluation pré-opératoire
4. Technique anesthésique
5. Urgences
6. Positions opératoires
• Décubitus ventral (DV)
• Genupectoral
• Décubitus dorsal (DD) - French
7. Antalgie post-op
8. Complications
9. Conclusion
ANTALGIE POST-OP
CHIRURGIE RACHIDIENNE
La chirurgie des HDC est peu douloureuse
• Antalgiques non morphiniques en post-op
(paracétamol ou AINS)
La chirurgie des HDL est plus algique
• Paracétamol
• AINS voie générale
• +/- pallier 2
• Infiltration muscles et des tissus SC par Bupivacaïne
ou Naropéïne
• ➘ intensité douleur
• ➘ demande d’analgésiques pdt 1ères h post-op
• La technique chirurgicale = rôle ++ dans l'intensité de
la douleur post-op (MIS)
ANTALGIE POST-OP
CHIRURGIE RACHIDIENNE
La chirurgie majeure du rachis
➙ douleur post-op + importante
Origines stimuli nociceptifs : l’incision cutanée, des muscles
dorso-lombaires, des lésions osseuses et articulaires, des
lésions ligamentaires, ou articulaires et des disques
intervertébraux
‼ Douleur neuropathique pré-op ++
➙ phénomènes de sensibilisation douloureuse
➙ Hyperalgésie ou Allodynie
Durée douleur post-op +/- 4 J hors complication
stratégie d’analgésie multimodale
ANTALGIE POST-OP
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Stratégie d’analgésie multimodale :
• Titration en morphine initiale en SSPI
• PCA morphine en chambre
• +/- Rachianesthésie à la morphine ➙ analgésie pdt 24-48 h
➙ Le risque de dépression respiratoire = limite son utilisation
• Paracétamol
• AINS : efficacité dans la chirurgie du rachis +++
➙ Le risque d’hémorragie digestive et d’insuffisance rénale limite leur
utilisation chez les sujets âgés
ANTALGIE POST-OP
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Stratégie d’analgésie multimodale :
• KETAMINE
➙ Efficacité +/- hallucinations et de cauchemars
• Gabapentinoides (prégabaline, gabapentine) :
➙ patients douloureux chronique (tt par morphine)
• Lidocaïne : propriétés anti-inflammatoire, analgésique et anti-hyperalgésique
➙ utilisation en IVSE per et post-op
• Infiltration muscles et des tissus SC par Bupivacaïne ou Naropéïne
• ➘ intensité douleur
• ➘ demande d’analgésiques pdt 1ères h post-op
Associée à une MIS+++
PLAN
CHIRURGIE RACHIDIENNE
1. Généralités
• Rappels anatomiques
• Chirurgie réglée et en urgence du rachis
• Chirurgie mini-invasive et RAAC
2. Indications opératoires
• Hernie discale
• Canal lombaire et cervical étroit
• Antalgique
• Spondylolisthésis
• Scoliose
• Oncologique
3. Evaluation pré-opératoire
4. Technique anesthésique
5. Urgences
6. Positions opératoires
• Décubitus ventral (DV)
• Genupectoral
• Décubitus dorsal (DD) - French
7. Antalgie post-op
8. Complications
9. Conclusion
COMPLICATIONS
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Fréquence variable
• 10 % - chirurgie de la hernie discale
• 78 % - chirurgie des déformations majeures du rachis
FDR complications :
• L’âge, la dénutrition (albuminémie < 35 g/L)
• Chirurgie lourde et longue (> 120 min).
• Expériences chirurgicales
COMPLICATIONS
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Infection : 2 %, la + redoutée
• Gravité variable
• Ostéosynthèse ➚ le risque infectieux
TVP : risque variable selon la chirurgie et les FDR liés aux patients
Hématome épidural rachidien : douleurs post-op +++ et/ou survenue
déficit neuro post-op
PLAN
CHIRURGIE RACHIDIENNE
1. Généralités
• Rappels anatomiques
• Chirurgie réglée et en urgence du rachis
• Chirurgie mini-invasive et RAAC
2. Indications opératoires
• Hernie discale
• Canal lombaire et cervical étroit
• Antalgique
• Spondylolisthésis
• Scoliose
• Oncologique
3. Evaluation pré-opératoire
4. Technique anesthésique
5. Urgences
6. Positions opératoires
• Décubitus ventral (DV)
• Genupectoral
• Décubitus dorsal (DD) - French
7. Antalgie post-op
8. Complications
9. Conclusion
CONCLUSION
CHIRURGIE RACHIDIENNE
Développement des MIS + chir sous scanner per-opératoire
Les risques sont très variés suivant la procédure et ses spécificités
Les atteintes du rachis cervical, d’origine traumatique ou dégénérative, comportent
toutes un risque d’aggravation lors de la PEC des VAS
Les vidéo-laryngoscopes diminuent, mais n’annulent pas, la mobilisation du rachis
La chirurgie majeure :
• Comporte un risque élevé d’hémorragie et d’hypotension qui justifient un
monitorage continu
• En post-op, la douleur est toujours présente, difficile à traiter, demandant une
attention particulière pendant le séjour en SSPI

Contenu connexe

Tendances

Luxations de l’épaule.
Luxations de l’épaule.Luxations de l’épaule.
Luxations de l’épaule.
L-ilia
 
Fracture extreminte inferieure_radius
Fracture extreminte inferieure_radiusFracture extreminte inferieure_radius
Fracture extreminte inferieure_radius
Hamlaoui Saddek
 
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrusFractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Hamlaoui Saddek
 
Panaris phlegmons
Panaris phlegmonsPanaris phlegmons
Panaris phlegmons
somia hind
 

Tendances (20)

Coagulopathies 01 11
Coagulopathies 01 11Coagulopathies 01 11
Coagulopathies 01 11
 
L'Imagerie en Urologie Dr BARKAOUI
L'Imagerie en Urologie Dr BARKAOUIL'Imagerie en Urologie Dr BARKAOUI
L'Imagerie en Urologie Dr BARKAOUI
 
Luxations de l’épaule.
Luxations de l’épaule.Luxations de l’épaule.
Luxations de l’épaule.
 
Fracture extreminte inferieure_radius
Fracture extreminte inferieure_radiusFracture extreminte inferieure_radius
Fracture extreminte inferieure_radius
 
Anesthésie en ambulatoire
Anesthésie en ambulatoireAnesthésie en ambulatoire
Anesthésie en ambulatoire
 
Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)
Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)
Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
 
GUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdf
GUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdfGUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdf
GUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdf
 
Role de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.pptRole de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.ppt
 
Rhabdomyolyse topo 2016
Rhabdomyolyse topo 2016Rhabdomyolyse topo 2016
Rhabdomyolyse topo 2016
 
Dissection de l'aorte
Dissection de l'aorteDissection de l'aorte
Dissection de l'aorte
 
FRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUS
FRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUSFRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUS
FRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUS
 
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrusFractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
 
La prise en charge du crush syndrome
La prise en charge du crush syndromeLa prise en charge du crush syndrome
La prise en charge du crush syndrome
 
6.fracturi mb sup fr
6.fracturi mb sup fr6.fracturi mb sup fr
6.fracturi mb sup fr
 
Sca externes.1
Sca externes.1Sca externes.1
Sca externes.1
 
Etat de choc
Etat de chocEtat de choc
Etat de choc
 
Ecographie tendon d'achille
Ecographie tendon d'achilleEcographie tendon d'achille
Ecographie tendon d'achille
 
Coude fractures
Coude fracturesCoude fractures
Coude fractures
 
Panaris phlegmons
Panaris phlegmonsPanaris phlegmons
Panaris phlegmons
 

Similaire à Cours IADE anesthésie pour chirurgie rachidienne

Hernie Discale 11 01 11
Hernie Discale 11 01 11Hernie Discale 11 01 11
Hernie Discale 11 01 11
raymondteyrouz
 
Les systèmes de fermeture artérielle
Les systèmes de fermeture artérielleLes systèmes de fermeture artérielle
Les systèmes de fermeture artérielle
Hervé Faltot
 
Raideurs du genou : Etiologie, Classification et Traitement
Raideurs du genou : Etiologie, Classification et TraitementRaideurs du genou : Etiologie, Classification et Traitement
Raideurs du genou : Etiologie, Classification et Traitement
aatrillat
 
Les Raideurs du Genou : Etiologie, classification et traitement
Les Raideurs du Genou : Etiologie, classification et traitementLes Raideurs du Genou : Etiologie, classification et traitement
Les Raideurs du Genou : Etiologie, classification et traitement
aatrillat
 
Cours polytraumatisé & rachis
Cours polytraumatisé & rachisCours polytraumatisé & rachis
Cours polytraumatisé & rachis
killua zoldyck
 
Traumatismes du rachis cervical 2
Traumatismes du rachis cervical 2Traumatismes du rachis cervical 2
Traumatismes du rachis cervical 2
killua zoldyck
 
Indication aep périphériques
Indication aep périphériquesIndication aep périphériques
Indication aep périphériques
carreres
 

Similaire à Cours IADE anesthésie pour chirurgie rachidienne (20)

Cheville traumatique .pdf
Cheville traumatique .pdfCheville traumatique .pdf
Cheville traumatique .pdf
 
La Gonarthrose
La GonarthroseLa Gonarthrose
La Gonarthrose
 
Canal lombaire étroit et rétréci
Canal lombaire étroit et rétréciCanal lombaire étroit et rétréci
Canal lombaire étroit et rétréci
 
La myélopathie cervicale
La myélopathie cervicaleLa myélopathie cervicale
La myélopathie cervicale
 
Hernie Discale 11 01 11
Hernie Discale 11 01 11Hernie Discale 11 01 11
Hernie Discale 11 01 11
 
Les systèmes de fermeture artérielle
Les systèmes de fermeture artérielleLes systèmes de fermeture artérielle
Les systèmes de fermeture artérielle
 
Raideurs du genou : Etiologie, Classification et Traitement
Raideurs du genou : Etiologie, Classification et TraitementRaideurs du genou : Etiologie, Classification et Traitement
Raideurs du genou : Etiologie, Classification et Traitement
 
Les Raideurs du Genou : Etiologie, classification et traitement
Les Raideurs du Genou : Etiologie, classification et traitementLes Raideurs du Genou : Etiologie, classification et traitement
Les Raideurs du Genou : Etiologie, classification et traitement
 
Cours polytraumatisé & rachis
Cours polytraumatisé & rachisCours polytraumatisé & rachis
Cours polytraumatisé & rachis
 
POLYTRAUMATISME.ppt
POLYTRAUMATISME.pptPOLYTRAUMATISME.ppt
POLYTRAUMATISME.ppt
 
Traumatismes du rachis cervical 2
Traumatismes du rachis cervical 2Traumatismes du rachis cervical 2
Traumatismes du rachis cervical 2
 
Le gros genou du lundi
Le gros genou du lundiLe gros genou du lundi
Le gros genou du lundi
 
LA CHONDROCALCINOSE ARTICULAIRE
LA CHONDROCALCINOSE ARTICULAIRELA CHONDROCALCINOSE ARTICULAIRE
LA CHONDROCALCINOSE ARTICULAIRE
 
La névralgie cervico-brachiale
La névralgie cervico-brachialeLa névralgie cervico-brachiale
La névralgie cervico-brachiale
 
orthopedie5an_2016_traumatismes_vertebro_medullaires-farhi.ppt
orthopedie5an_2016_traumatismes_vertebro_medullaires-farhi.pptorthopedie5an_2016_traumatismes_vertebro_medullaires-farhi.ppt
orthopedie5an_2016_traumatismes_vertebro_medullaires-farhi.ppt
 
Epu chantecler 2014
Epu chantecler 2014Epu chantecler 2014
Epu chantecler 2014
 
Les échecs d’une prise en charge médico chirurgicale et kinésithérapie du gen...
Les échecs d’une prise en charge médico chirurgicale et kinésithérapie du gen...Les échecs d’une prise en charge médico chirurgicale et kinésithérapie du gen...
Les échecs d’une prise en charge médico chirurgicale et kinésithérapie du gen...
 
Indication aep périphériques
Indication aep périphériquesIndication aep périphériques
Indication aep périphériques
 
Coronarographie
Coronarographie Coronarographie
Coronarographie
 
5.fracturi generalitati fr
5.fracturi generalitati fr5.fracturi generalitati fr
5.fracturi generalitati fr
 

Cours IADE anesthésie pour chirurgie rachidienne

  • 1. ANESTHÉSIE EN CHIRURGIE RACHIDIENNE Dr SAADAT Suzanne Cours élèves IADE 1ère année 2018-2019
  • 2. PLAN CHIRURGIE RACHIDIENNE 1. Généralités • Rappels anatomiques • Chirurgie réglée et en urgence du rachis • Chirurgie mini-invasive et RAAC 2. Indications opératoires • Hernie discale • Canal lombaire et cervical étroit • Antalgique • Spondylolisthésis • Scoliose • Oncologique 3. Evaluation pré-opératoire 4. Technique anesthésique 5. Urgences 6. Positions opératoires • Décubitus ventral (DV) • Genupectoral • Décubitus dorsal (DD) - French 7. Antalgie post-op 8. Complications 9. Conclusion
  • 3. GÉNÉRALITÉS : RAPPELS ANATOMIQUES CHIRURGIE RACHIDIENNE Le rachis : axe flexible de 60 à 70 cm de long Constitué de l’empilement des vertèbres : • 7 vertèbres cervicales - C1 à C7 • 12 vertèbres thoraciques (dorsales) - T1 à T12 • 5 vertèbres lombales (lombaires) - de L1 à L5 • 5 vertèbres sacrées (sacrales) soudées : le sacrum • 4 à 6 vertèbres atrophiées soudées : le coccyx
  • 4. GÉNÉRALITÉS : RAPPELS ANATOMIQUES CHIRURGIE RACHIDIENNE Lordose cervicale Cyphose thoracique Lordose lombaire Cyphose sacro-coccygienne Vertebre lombaire • Corps vertebral • Arc postérieur • 1-Pédicule • 2- Apophyse transverse • 3- Lame • 4- Apophyse épineuse • 5- Canal vertebral
  • 5. GÉNÉRALITÉS : RAPPELS ANATOMIQUES CHIRURGIE RACHIDIENNE Coupe transversale du rachis Antérieur Postérieur
  • 6. GÉNÉRALITÉS : RAPPELS ANATOMIQUES CHIRURGIE RACHIDIENNE Rapport anatomique du rachis lombaire Antérieur Postérieur
  • 7. GÉNÉRALITÉS CHIRURGIE RACHIDIENNE Chirurgie réglée : • Chirurgie mineure : • Hernie discale cervicale (HDC), lombaire (HDL) • Décompression canalaire : canal lombaire et cervical étroit • Vertebroplastie - Kyphoplastie • Chirurgie majeure : • Ostéosynthèse vertébrale étendue • Déformation rachidienne (Scoliose, spondylolisthésis) Complications rares mais mal vécues car chirurgie fonctionnelle Urgences : • Trauma +++ • Compression médullaire avec para ou tétra-parésie • Déficit neurologique radiculaire rapidement progressif (Syndrome de la queue de cheval)
  • 8. GÉNÉRALITÉS : CHIRURGIE MINI-INVASIVE ET RAAC CHIRURGIE RACHIDIENNE La chirurgie mini-invasive (MIS) = Composante essentielle de la RAAC, en : • ➘ la taille de l’incision + ➘ délabrement musculaire : voie post ++ • ➙ d’écarteurs et ancillaires d’ostéosynthèse spécifiques • ➘ pertes sanguines • ➘ risque de complications médicales • ➘ douleurs post-op ➙ ➘ des durées de séjour Chir du rachis lombaire +++ Contrôle radioscopique per-op systématique La durée opératoire, le taux de complications chirurgicales et la récupération à long terme sont équivalentes entre les 2 techniques
  • 9. GÉNÉRALITÉS : CHIRURGIE MINI-INVASIVE ET RAAC CHIRURGIE RACHIDIENNE
  • 10. PLAN CHIRURGIE RACHIDIENNE 1. Généralités • Rappels anatomiques • Chirurgie réglée et en urgence du rachis • Chirurgie mini-invasive et RAAC 2. Indications opératoires • Hernie discale • Canal lombaire et cervical étroit • Antalgique • Spondylolisthésis • Scoliose • Oncologique 3. Evaluation pré-opératoire 4. Technique anesthésique 5. Urgences 6. Positions opératoires • Décubitus ventral (DV) • Genupectoral • Décubitus dorsal (DD) - French 7. Antalgie post-op 8. Complications 9. Conclusion
  • 11. INDICATION : HERNIE DISCALE CHIRURGIE RACHIDIENNE Douleur radiculaire : • Conflit mécanique : compression de la racine nerveuse par la hernie • Conflit chimique : inflammation de la racine nerveuse • Résistante aux TT médicaux • Déficit neuro sensitif et/ou moteur rapidement progressif • Amyotrophie • Hyperalgie Décompression chirurgicale
  • 12. INDICATION : HERNIE DISCALE CHIRURGIE RACHIDIENNE Dermatomes cervicales Dermatomes mb <
  • 13. INDICATION : HERNIE DISCALE - HDL CHIRURGIE RACHIDIENNE Discectomie Chirurgie Abord postérieur lombaire MIS +++
  • 14. INDICATION : HERNIE DISCALE - HDC CHIRURGIE RACHIDIENNE mise en place Chirurgie de prothèse discale Discectomie cervicale +/- Abord antérieur ++ Abord classique ++
  • 15. INDICATION : HERNIE DISCALE CHIRURGIE RACHIDIENNE Contrôler le côté douloureux ‼ Sujet jeune Durée chir courte < 60 min, peu de saignement Sonde IOT armée (Genupectoral pour HDL), traction sur trachée (HDC) AG +++ : • Induction standard, entretien halogéné ++, Morphinique, curare, OFA ? • AG profonde : éviter la toux ou mouvements sous microscope ALR (rachi, APD) possible pour HDL Antibioprophylaxie non indiquée
  • 16. INDICATION : CANAL LOMBAIRE ETROIT CHIRURGIE RACHIDIENNE Processus dégénératif, arthrose vertébrale : ➙ ➘ volume du canal vertébral Symptomatologie : • Lombalgie +/- radiculalgie + douleurs (crampes) à la marche sur des distances de + en + courtes ➙ claudication intermittente neurogène • Troubles neurologiques (sensitif, moteur, urinaires) : évolution progressive et insidieuse
  • 17. INDICATION : CANAL LOMBAIRE ETROIT CHIRURGIE RACHIDIENNE Laminectomie Objectif de la chirurgie ➙ Libérer les racines nerveuses : Arthrodèse +/- Mise en place prothèse discale +/- Abord postérieur
  • 18. INDICATION : CANAL CERVICAL ÉTROIT CHIRURGIE RACHIDIENNE Myélopathie cervicarthrosique = évolution progressive Symptomatologie : • Troubles sensitifs et moteurs aux 4 membres +/- troubles sphinctériens ➙ handicap fonctionnel de +en + invalidant
  • 19. INDICATION : CANAL CERVICAL ÉTROIT CHIRURGIE RACHIDIENNE Discectomie cervicale +/_ prothèse discale +/- arthrodèse cervicale Abord antéro-latéral +
  • 20. INDICATION : ANTALGIQUE CHIRURGIE RACHIDIENNE Vertébroplastie et kyphoplastie : injection de ciment à travers un trocart dans un corps vertébral par voie percutanée postérieur L’indication majeure : rachialgie invalidante, focale, mécanique, en rapport avec : • Une fracture-tassement d’origine ostéoporotique ou traumatique • Un envahissement du corps vertébral par une lésion tumorale ou dysplasique Risque de ces gestes très faible : fuite péri-vertébrale de ciment (embolie pulmonaire, radiculalgie, syndrome médullaire…), infection
  • 21. INDICATION : ANTALGIQUE CHIRURGIE RACHIDIENNE Vertébroplastie kyphoplastie Abord postérieur Contrôle radiologique per-procédure
  • 22. INDICATION : ANTALGIQUE CHIRURGIE RACHIDIENNE Kyphoplastie : Mise en place de ballonnets gonflables Ré-expansion de la vertèbre + création d’une cavité intra-spongieuse Mise en place de ciment dans cette cavité • La kyphoplastie ➘ risque de fuite de ciment • Durée l’intervention courte 60 min en tout • Nette ➘ EVA en post-op • Reprise des activités de la vie quotidienne dès la sortie de l’hôpital
  • 23. INDICATION : SPONDYLOLISTHÉSIS CHIRURGIE RACHIDIENNE Glissement d'une vertèbre par rapport à celle qui est située juste au-dessous d'elle, L4/L5 +++ 2 types: • Lyse isthmique constituée pendant l'enfance au cours d'activités sportives intensives ou trauma • Spondylolisthésis dégénératifs : processus arthrosique des articulations inter- apophysaires postérieures
  • 24. INDICATION : SPONDYLOLISTHÉSIS CHIRURGIE RACHIDIENNE Symptomatologie : Lombalgie, radiculalgie, claudication neurogène… Echec TT médicamenteux ➙ Indication PEC chirurgicale Stabilisation rachidienne par arthrodèse MIS ou classique, abord antérieur ou postérieur
  • 25. INDICATION : SCOLIOSE ENFANT ET ADO CHIRURGIE RACHIDIENNE Déformation du rachis dans les 3 plans : • frontal, sagittal, + transversal (rotation vertèbres sur elles-mêmes) Signe clinique essentiel : gibbosité Intensité évaluée en mesurant la courbure du rachis en degré Scoliose idiopathique (80%) : • ♀, puberté, génétique TT chir : • Redresser la colonne • ➘ le risque d’Ins respi et cardio
  • 26. INDICATION : SCOLIOSE ADULTE CHIRURGIE RACHIDIENNE Processus dégénératif apparaissant à l’âge adulte Fréquence +++ ♀ après la ménopause +++ Lésions musculo-ligamentaires + ostéoporose Lombaire et thoraco-lombaire TT chir si trouble neuro et/ou déformation rapidement évolutive
  • 27. INDICATION : ONCOLOGIE CHIRURGIE RACHIDIENNE Chir onco du rachis hémorragique +++ métas néo rein ‼ • Embolisation préopératoire indiquée dans certains cas • Chirurgie ouverte : hémorragique (vertebrectomie) Chirurgie mini-invasive associant une ostéosynthèse percutanée et une kyphoplastie
  • 28. PLAN CHIRURGIE RACHIDIENNE 1. Généralités • Rappels anatomiques • Chirurgie réglée et en urgence du rachis • Chirurgie mini-invasive et RAAC 2. Indications opératoires • Hernie discale • Canal lombaire et cervical étroit • Antalgique • Spondylolisthésis • Scoliose • Oncologique 3. Evaluation pré-opératoire 4. Technique anesthésique 5. Urgences 6. Positions opératoires • Décubitus ventral (DV) • Genupectoral • Décubitus dorsal (DD) - French 7. Antalgie post-op 8. Complications 9. Conclusion
  • 29. EVALUATION PRÉ-OPÉRATOIRE : CHIRURGIE RACHIDIENNE Anticiper les difficultés d’IOT, repérer : • Pathologie rhumatismale chronique (PR, SPA) ➙ rachis fixé non mobile = facteur d’IOT difficile • Pathologies dégénératives affectant le rachis cervical ➙ instabilité du rachis ou compression médullaire chronique ➙ éviter la mobilisation du rachis cervical pendant l’IOT En cas (DV), repérer les éléments pouvant compliquer l’installation: • L'obésité morbide (IMC > 35) ➙ difficultés posturales majeures • La mobilité du cou et les douleurs liées à la rotation de la tête • ATCD de syndrome du défilé thoraco-brachial Le risque hémorragique existe dans les ostéosynthèses étendues du rachis : stratégie d’épargne sanguine, information sur la transfusion
  • 30. PLAN CHIRURGIE RACHIDIENNE 1. Généralités • Rappels anatomiques • Chirurgie réglée et en urgence du rachis • Chirurgie mini-invasive et RAAC 2. Indications opératoires • Hernie discale • Canal lombaire et cervical étroit • Antalgique • Spondylolisthésis • Scoliose • Oncologique 3. Evaluation pré-opératoire 4. Technique anesthésique 5. Urgences 6. Positions opératoires • Décubitus ventral (DV) • Genupectoral • Décubitus dorsal (DD) - French 7. Antalgie post-op 8. Complications 9. Conclusion
  • 31. TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE CHIRURGIE RACHIDIENNE Les complications graves liées à la PEC des VAS chez les patients avec un rachis cervical instable sont rares mais gravissimes (tétraplégie) Prévention : Eviter une traction excessive sur le laryngoscope (atteintes ostéo-ligamentaires post-traumatiques +++) ➙ un déplacement maximal du rachis, lors d’une IOT difficile ‼ • Le déplacement vertébral maximum est observé aux jonctions occiput-C1-C2 et C5-C6. Position neutre de la tête + stabilisation en ligne du rachis cervical lors de l’IOT sont recommandées. Mais cette stabilisation ➚ la difficulté d’IOT en laryngoscopie directe, expliquant jusqu’à 50 % d’échecs
  • 32. TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE CHIRURGIE RACHIDIENNE En 1ère intention, les vidéo-laryngoscopes ➘ le mouvement vertébral ➙ IOT + facile qd nécessité d’immobiliser le rachis cervical par traction ou collier La manoeuvre de Sellick = potentiellement dangereuse pour les lésions très instables au niveau C5-C6 Pour toutes les autres atteintes, la manoeuvre de Sellick peut être pratiquée L’IOT sous fibroscopie ➙ aucun mouvement du rachis ➙ méthode de choix chez les patients suspects d’IOT difficile avec un rachis cervical dégénératif ‼
  • 33. TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE CHIRURGIE RACHIDIENNE • AG, induction standard, entretien avec halogéné (élimination et réveil rapide) • IOT sonde armée, fixation soigneuse +++, protection oculaire • Morphinique à longue durée d’action : SUFENTANIL • Opïode Free Analgesia (OFA) possible mais, bénéfice à évaluer dans cette chirurgie • Curarisation profonde nécessaire : phase de dissection musculaire pour chirurgie ouverte +++ • Antibioprophylaxie pré-op par CEFAZOLINE 2G ou si d’allergie VANCOMYCINE (15 mg/Kg/60-120min), limitée à la période per-opératoire
  • 34. TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE CHIRURGIE RACHIDIENNE Elément de surveillance : • Standard (ECG, PNI, SPO2, Capno) + curamètre +BIS • PAS : si risque hémorragique ++, signe de compression médullaire, statut cardio- cardio-vasculaire précaire, polytrauma • Température idem PAS + chir longue Equipement : VVP pour induction (20 -18G) • +/- SU dépendant de la durée, type chir et abord, terrain • + 2 VVP (14 -16 G) si risque hémorragique ++ (onco ++), signe de compression médullaire, statut cardio-cardio-vasculaire précaire, polytrauma • + VVC suivant terrain
  • 35. TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE CHIRURGIE RACHIDIENNE Utilisation des Potentiels Evoqués Somesthésiques (PES) et Moteurs (PEM) pour correction des scolioses ➙ détection précise du niveau lésionnel ➙ application de mesure corrective Particularités anesthésiques : • Eviter halogénés, préférer PROPOFOL + Morphinique, • Maintenir normothermie +++ • PA quasi-normal voire ➚ (Maintien P Perf médullaire) L’intérêt du monitorage +++ avec une équipe entraînée En France, monitorage utilisé pour chirurgie des scolioses dorsal de l’enfant‼
  • 36. TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE CHIRURGIE RACHIDIENNE • Risque hémorragique constant dans chirurgie majeure du rachis • Pertes sanguines < 1 L à + de 5 L • Recours à la transfusion fréquent ++
  • 37. TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE CHIRURGIE RACHIDIENNE Stratégie d’épargne sanguine • En pré-opératoire : • Correction anémie par : • Supplémentation en Fer +/- EPO • Correction troubles de la coagulation • En per-opératoire : • Posture soigneuse : ➘ saignement (abdomen libre ++) • Hémostase chirurgicale soigneuse
  • 38. TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE CHIRURGIE RACHIDIENNE Stratégie d’épargne sanguine • En per-opératoire : • Prévention hypothermie ‼ • Réchauffer les patients dès leur arrivée au bloc puis couverture chauffante dessus +/- dessous +/- accélérateur réchauffeur Une diminution d’1°C de la température corporelle : • ➚ 15% saignement + ➚ 20% besoins transfusionnels
  • 39. TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE CHIRURGIE RACHIDIENNE Stratégie d’épargne sanguine • En per-opératoire : • Injection acide tranexamique (hors CI) : • ➘ saignement per- et post-opératoire de 50 % • ➘ besoins transfusionnels de 40 % 1g/20 min avant l’incision chirurgicale +/- 1g sur 6h IVSE • Récupération per-opératoire (hors CI) : ➘ transfusions homologues Action limiter sur suintement hémorragique continu à faible débit
  • 40. TECHNIQUE ANESTHÉSIQUE CHIRURGIE RACHIDIENNE Stratégie d’épargne sanguine • En per-opératoire : • Hypotension contrôlée : effet est très variable, balance risque/bénéfice à évaluer, chez les sujets âgés +++ ➙ Non recommandée Toute ➘ > 30 % de la PA par rapport à la valeur habituelle ➙ traiter ‼ • Surdosage anesthésique : allègement AG, éphédrine ou phénylephrine en boli • Hypotension + prolongée, résistante à la compensation des pertes sanguines : ➙ Meilleur choix : noradrénaline IVSE faible concentration sur VVP (1-2 mg 50 mL)
  • 41. PLAN CHIRURGIE RACHIDIENNE 1. Généralités • Rappels anatomiques • Chirurgie réglée et en urgence du rachis • Chirurgie mini-invasive et RAAC 2. Indications opératoires • Hernie discale • Canal lombaire et cervical étroit • Antalgique • Spondylolisthésis • Scoliose • Oncologique 3. Evaluation pré-opératoire 4. Technique anesthésique 5. Urgences 6. Positions opératoires • Décubitus ventral (DV) • Genupectoral • Décubitus dorsal (DD) - French 7. Antalgie post-op 8. Complications 9. Conclusion
  • 42. URGENCES CHIRURGICALES CHIRURGIE RACHIDIENNE Indications : • Traumatisme rachidien : principale indication Le contexte traumatique est toujours une urgence dès qu’il existe un déficit neurologique • La chirurgie précoce est associée à une : • Amélioration de la récupération neurologique à long terme surtout lorsque le déficit neurologique incomplet (rachis cervical ++) • Facilitation de la PEC ➙ ➘ de la durée d’hospitalisation • La hernie discale paralysante et hyper-algique résistant au traitement médical • Un déficit moteur radiculaire rapidement évolutif • L’existence de signes de compression médullaire ou de troubles sphinctériens par compression de la “ queue de cheval “
  • 43. URGENCES CHIRURGICALES CHIRURGIE RACHIDIENNE Attention aux difficultés d’IOT dans un contexte d’estomac plein ‼ Anticiper, les pertes sanguines qui peuvent être importantes, à l’étage dorso-lombaire ➙ Equipement avec plusieurs VVP de gros calibres, PAS, accélérateur-réchauffeur, récupérateur (Cell Saver) En cas de polytraumatisme, le bilan lésionnel doit être connu En cas de TC grave, une surveillance per-op de la PIC peut-être indiquée Dans tous les cas, les lésions hémorragiques doivent être stabilisées en priorité
  • 44. URGENCES : TRAUMATISME MÉDULLAIRE CHIRURGIE RACHIDIENNE Objectifs opératoires chirurgicaux : • Réduction des déplacements structures ostéo-articulaires • Décompression éléments du canal spinal • Obtention hémostase régionale (Anti-coag post-op) • Stabilisation des lésions osseuses (mobilisation immédiate du patient en post-op)
  • 45. URGENCES : TRAUMATISME MÉDULLAIRE CHIRURGIE RACHIDIENNE Objectif tensionnnel strict ‼ • Eviter + correction de toute hypotension artérielle (PAS < 90 mmHg) ‼ • Maintien PAM =/> 80 mmHg ➙ RV avec cristalloïde isotonique + soluté colloïde de synthèse ➙ Vasopresseur (sympathomimétique direct : noradrénaline) • Eviter HTA (PAM > 110 mmHg) car favorise l’oedème et l’hémorragie médullaire Dépister et corriger toutes ➚ excessives de la P intra-thoracique et intra-abdomino- pelvienne (position +++) Monitorage biologique étroit
  • 46. URGENCES : TRAUMATISME MÉDULLAIRE CHIRURGIE RACHIDIENNE Monitorage per-opératoire standard + : • PAS car : • Objectif tensionnel strict • Prélèvements sanguins itératifs : monitorage biologique • Mesure répétée Hb, hémostase biologique, glycémie, gaz du sang et de l’osmolalité sanguine • Sonde gastrique (SG) et SV systématiques • Mesure température continue
  • 47. URGENCES : SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL CHIRURGIE RACHIDIENNE Souffrance des racines en dessous du cône terminal de L2 au sacrum : • Lombalgies aiguës, mono ou pluri-radiculalgie • Troubles sensitifs : anesthésie en selle +++ • Troubles moteurs • Troubles génito-sphinctériens Urgence neuro-chirurgicale ‼
  • 48. PLAN CHIRURGIE RACHIDIENNE 1. Généralités • Rappels anatomiques • Chirurgie réglée et en urgence du rachis • Chirurgie mini-invasive et RAAC 2. Indications opératoires • Hernie discale • Canal lombaire et cervical étroit • Antalgique • Spondylolisthésis • Scoliose • Oncologique 3. Evaluation pré-opératoire 4. Technique anesthésique 5. Urgences 6. Positions opératoires • Décubitus ventral (DV) • Genupectoral • Décubitus dorsal (DD) - French 7. Antalgie post-op 8. Complications 9. Conclusion
  • 49. POSITIONNEMENT CHIRURGIE RACHIDIENNE La chirurgie du rachis impose souvent une installation particulière, en : • Décubitus ventral (DV) • Génu-pectorale • Décubitus latéral (DL) • Décubitus dorsal (DD) - French Impératifs de l’installation : • ➘ la P veineuse de l'espace épidural • Ouvrir les espaces interlamaires par une mise en cyphose du rachis lombaire L'absence de compression abdominale est impérative car ➘ la P dans les plexus veineux épiduraux à l'origine du saignement ‼
  • 51. DÉCUBITUS VENTRAL CHIRURGIE RACHIDIENNE Installation rapide mais nécessite une surélévation des crêtes iliaques et du thorax pour limiter la compression abdominale Le DV s'accompagne de modifications HDN mineures (FC, TA, P Pulmonaires) ‼ La compression de la VCI induite par le DV ➙ ➘ du retour veineux ➙ ➘ IC ‼ chez les patients âgés, fragiles avec hypovolémie (Diurétique + Jeun) ➙ risque de désamorçage pompe cardiaque ➙ RV ≈ 5 mL·kg–1 avant retournement
  • 52. DÉCUBITUS VENTRAL CHIRURGIE RACHIDIENNE Induction sur brancard Retournement ‼Déconnexion ou arrachement VVP, sonde IOT, éléments de surveillance, traumatismes du bras ou du rachis cervical Installation réalisée par équipe chirurgicale et anesthésique (3 pers min) Responsabilité mixte C’est la personne qui est à la tête qui dirige le retournement Toute mobilisation se fait après accord du chirurgien ou de l’anesthésiste Idem pour la remise du patient en DD
  • 53. DÉCUBITUS VENTRAL CHIRURGIE RACHIDIENNE Complications liées à la posture : • Les troubles visuels : Cécité +++ • Occlusion de l’artère centrale de la rétine (OACR) : ➚ pression intraoculaire (PIO) par un appui des globes oculaires (GO) sur un support rigide • Ischémie corticale occipitale • Neuropathie optique ischémique (NOI)
  • 54. DÉCUBITUS VENTRAL CHIRURGIE RACHIDIENNE Neuropathie optique ischémique (NOI) = cause la plus fréquente ➚ de la P abdo ➘ P oncotique • RV important • Pertes sanguines importantes (> 1 L) ➚ oedème interstitiel ➚ PIO ➚ engorgement veineux • Âge, AG longue (> 5 heures) , Homme Etiologies multi-factorielles, FDR : Ischémie optique • Obésité • Utilisation d’un cadre de Wilson
  • 55. DÉCUBITUS VENTRAL CHIRURGIE RACHIDIENNE Autres complications liées à une mauvaise position de la tête : • Morsure et oedème de la langue, pouvant empêcher l’extubation • AVC lié à une occlusion carotidienne ou vertébrale • Tétraplégie par ischémie médullaire cervicale Garder la tête en position neutre : utilisation de matériel adapté
  • 56. DÉCUBITUS VENTRAL CHIRURGIE RACHIDIENNE Autres complications liées à une mauvaise posture lors du DV : • Ischémie aiguë de jambe, syndromes de loges ou rhabdomyolyse liées à une : • Flexion de la cuisse • Compression des vaisseaux fémoraux • Les nécroses cutanées ou les neuropathies périphériques liées à des points de compression
  • 57. DÉCUBITUS VENTRAL CHIRURGIE RACHIDIENNE ‼ Vérification soigneuse de la posture et protection des zones sensibles Table d’opération adaptée pour limiter le risque Utilisation de gélose ‼ Auscultation pulmonaire et recherche pouls au mb < systématiques après le retournement
  • 59. GENUPECTORALE CHIRURGIE RACHIDIENNE Particulièrement recommandable chez l’obèse car permet de laisser l'abdomen complètement libre ➘ des pressions intra-thoraciques ➙ ➚ retour veineux ➙ ➘ risque d’hypotension La séquestration veineuse dans les membres inférieurs peut entrainer un collapsus et doit être prévenu ➙ RV ≈ 5 mL·kg–1 avant retournement
  • 60. GENUPECTORALE CHIRURGIE RACHIDIENNE ‼ Vérification soigneuse de la posture et protection des zones sensibles ‼ Auscultation pulmonaire et recherche pouls au mb < systématiques après le retournement
  • 61. DECUBITUS DORSAL « FRENCH POSITION » CHIRURGIE RACHIDIENNE Abord antérieur transpéritonéal ou rétropéritonéal, niveau lombaire +++ Indications : lombalgies chroniques avec discopathie, spondylolisthésis (souvent associé avec une arthrodèse postérieure) Installation en DD, le chirurgien travaillant dans l’entre-jambe du patient = ‘’French position’’ ‼2ème saturomètre au pied gauche
  • 62. DECUBITUS DORSAL CHIRURGIE RACHIDIENNE Discectomie complète + implantation d’une prothèse discale lombaire et/ ou réalisation d’une arthrodèse intercorporéale Objectif : Prothèse discale Prothèse discale + arthrodèse intercorporéale
  • 63. DECUBITUS DORSAL CHIRURGIE RACHIDIENNE Corporectomie + mise en place de prothèses corporéales ou de greffon osseux en traumatologie, cancérologie et infectiologie Objectif : prothèse corporéale Ostéosynthèse greffon osseux (iliaque ++)
  • 64. PLAN CHIRURGIE RACHIDIENNE 1. Généralités • Rappels anatomiques • Chirurgie réglée et en urgence du rachis • Chirurgie mini-invasive et RAAC 2. Indications opératoires • Hernie discale • Canal lombaire et cervical étroit • Antalgique • Spondylolisthésis • Scoliose • Oncologique 3. Evaluation pré-opératoire 4. Technique anesthésique 5. Urgences 6. Positions opératoires • Décubitus ventral (DV) • Genupectoral • Décubitus dorsal (DD) - French 7. Antalgie post-op 8. Complications 9. Conclusion
  • 65. ANTALGIE POST-OP CHIRURGIE RACHIDIENNE La chirurgie des HDC est peu douloureuse • Antalgiques non morphiniques en post-op (paracétamol ou AINS) La chirurgie des HDL est plus algique • Paracétamol • AINS voie générale • +/- pallier 2 • Infiltration muscles et des tissus SC par Bupivacaïne ou Naropéïne • ➘ intensité douleur • ➘ demande d’analgésiques pdt 1ères h post-op • La technique chirurgicale = rôle ++ dans l'intensité de la douleur post-op (MIS)
  • 66. ANTALGIE POST-OP CHIRURGIE RACHIDIENNE La chirurgie majeure du rachis ➙ douleur post-op + importante Origines stimuli nociceptifs : l’incision cutanée, des muscles dorso-lombaires, des lésions osseuses et articulaires, des lésions ligamentaires, ou articulaires et des disques intervertébraux ‼ Douleur neuropathique pré-op ++ ➙ phénomènes de sensibilisation douloureuse ➙ Hyperalgésie ou Allodynie Durée douleur post-op +/- 4 J hors complication stratégie d’analgésie multimodale
  • 67. ANTALGIE POST-OP CHIRURGIE RACHIDIENNE Stratégie d’analgésie multimodale : • Titration en morphine initiale en SSPI • PCA morphine en chambre • +/- Rachianesthésie à la morphine ➙ analgésie pdt 24-48 h ➙ Le risque de dépression respiratoire = limite son utilisation • Paracétamol • AINS : efficacité dans la chirurgie du rachis +++ ➙ Le risque d’hémorragie digestive et d’insuffisance rénale limite leur utilisation chez les sujets âgés
  • 68. ANTALGIE POST-OP CHIRURGIE RACHIDIENNE Stratégie d’analgésie multimodale : • KETAMINE ➙ Efficacité +/- hallucinations et de cauchemars • Gabapentinoides (prégabaline, gabapentine) : ➙ patients douloureux chronique (tt par morphine) • Lidocaïne : propriétés anti-inflammatoire, analgésique et anti-hyperalgésique ➙ utilisation en IVSE per et post-op • Infiltration muscles et des tissus SC par Bupivacaïne ou Naropéïne • ➘ intensité douleur • ➘ demande d’analgésiques pdt 1ères h post-op Associée à une MIS+++
  • 69. PLAN CHIRURGIE RACHIDIENNE 1. Généralités • Rappels anatomiques • Chirurgie réglée et en urgence du rachis • Chirurgie mini-invasive et RAAC 2. Indications opératoires • Hernie discale • Canal lombaire et cervical étroit • Antalgique • Spondylolisthésis • Scoliose • Oncologique 3. Evaluation pré-opératoire 4. Technique anesthésique 5. Urgences 6. Positions opératoires • Décubitus ventral (DV) • Genupectoral • Décubitus dorsal (DD) - French 7. Antalgie post-op 8. Complications 9. Conclusion
  • 70. COMPLICATIONS CHIRURGIE RACHIDIENNE Fréquence variable • 10 % - chirurgie de la hernie discale • 78 % - chirurgie des déformations majeures du rachis FDR complications : • L’âge, la dénutrition (albuminémie < 35 g/L) • Chirurgie lourde et longue (> 120 min). • Expériences chirurgicales
  • 71. COMPLICATIONS CHIRURGIE RACHIDIENNE Infection : 2 %, la + redoutée • Gravité variable • Ostéosynthèse ➚ le risque infectieux TVP : risque variable selon la chirurgie et les FDR liés aux patients Hématome épidural rachidien : douleurs post-op +++ et/ou survenue déficit neuro post-op
  • 72. PLAN CHIRURGIE RACHIDIENNE 1. Généralités • Rappels anatomiques • Chirurgie réglée et en urgence du rachis • Chirurgie mini-invasive et RAAC 2. Indications opératoires • Hernie discale • Canal lombaire et cervical étroit • Antalgique • Spondylolisthésis • Scoliose • Oncologique 3. Evaluation pré-opératoire 4. Technique anesthésique 5. Urgences 6. Positions opératoires • Décubitus ventral (DV) • Genupectoral • Décubitus dorsal (DD) - French 7. Antalgie post-op 8. Complications 9. Conclusion
  • 73. CONCLUSION CHIRURGIE RACHIDIENNE Développement des MIS + chir sous scanner per-opératoire Les risques sont très variés suivant la procédure et ses spécificités Les atteintes du rachis cervical, d’origine traumatique ou dégénérative, comportent toutes un risque d’aggravation lors de la PEC des VAS Les vidéo-laryngoscopes diminuent, mais n’annulent pas, la mobilisation du rachis La chirurgie majeure : • Comporte un risque élevé d’hémorragie et d’hypotension qui justifient un monitorage continu • En post-op, la douleur est toujours présente, difficile à traiter, demandant une attention particulière pendant le séjour en SSPI