Gaz du sang artériel

3 300 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
8 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 300
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
87
Commentaires
0
J’aime
8
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Gaz du sang artériel

  1. 1. Par : S / Abdessemed
  2. 2.  La mesure des gaz du sang permet d’évaluer la capacité des poumons à fournir de l’oxygène (O2) aux tissus (oxygénation) et à extraire le gaz carbonique (CO2) qu’ils ont produit (ventilation), ainsi que la capacité des reins à réabsorber ou à excréter des bicarbonates (pour couvrir les besoins de l’équilibre acido-basique).
  3. 3.     Diagnostic et « bilan » d’une affection respiratoire chronique (asthme, emphysème). Évaluation de la gravité d’une insuffisance cardiaque, d’une cardiopathie congénitale. Étude d’un trouble du sommeil (apnées du sommeil). Adaptation de l’oxygénothérapie chez les malades souffrant de troubles respiratoires.
  4. 4.  Appréciation en urgence de la fonction respiratoire et de l’équilibre acidobasique en cas d’embolie pulmonaire, d’OAP, de choc. C’est sans doute l’examen le plus pratiqué en réanimation et en anesthésie
  5. 5.  La pression partielle d’un gaz dans le sang est la pression exercée par le gaz à l’état dissous, c’est-à-dire dans l’état où il franchit la barrière alvéolocapillaire pour passer du poumon dans le sang (O2) ou du sang au poumon (CO2).
  6. 6. La PaO2 est la pression partielle exercée par l’O2 dissous dans le sang artériel.  La PaCO2 est la pression partielle exercée par le CO2 dissous dans le sang artériel.   La PaO2 reflète l’oxygénation du sang par les poumons.  La PaCO2 reflète la ventilation pulmonaire : • toute baisse de la ventilation augmente la PaCO2 ; • toute augmentation de la ventilation baisse la PaCO2.
  7. 7.  La saturation en O2 de l’hémoglobine (SaO2) est le pourcentage d’O2 fixé sur l’hémoglobine qui transporte l’O2 dans le sang. Elle dépend de la PaO2., de sorte qu’une baisse limitée de la saturation peut correspondre à une chute relativement importante de la PaO2.
  8. 8.    Le potentiel hydrogène (pH) est une façon d’exprimer la concentration des ions H+ dans une solution. Il baisse lorsque la concentration des ions H+ augmente (acidose). Il augmente lorsque la concentration des ions H+ diminue (alcalose). Le pH artériel sanguin est mesuré en même temps que les gaz du sang. Les bicarbonates plasmatiques contribuent avec la PaCO2 au maintien du pH dans les limites de la normale.
  9. 9.  Le sang est prélevé par ponction de l’artère radiale après test d’Allen, qui consiste à comprimer les deux artères, radiale et cubitale, afin de vider la main de son sang. Lorsque celle-ci est devenue blanche, l’artère cubitale est libérée. Si la main se recolore la ponction est autorisée car cela montre qu’en cas de lésion de l’artère radiale au cours ou au décours du geste, l’artère cubitale prendrait le relais.
  10. 10.  Le prélèvement se fait en anaérobiose stricte (à l’abri de l’air), sans garrot, dans une seringue jetable spéciale héparinée, et bouchée dont le piston remonte spontanément sous l’influence de la pression artérielle.
  11. 11. Ponctionner obliquement à 45°, la pointe de l’aiguille face au courant artériel jusqu’à l’apparition de sang rouge dans la seringue ; 3 ml de sang sont suffisants.
  12. 12.     Après la ponction comprimer l’artère pendant 5 min avec une compresse imbibée d’antiseptique. Les éventuelles bulles d’air doivent être chassées immédiatement pour éviter toute altération de la PaO2. La ponction peut aussi se faire dans l’artère fémorale ou humérale. Le dosage doit être fait dans les 15 min qui suivent le prélèvement.
  13. 13.    Les pressions partielles sont exprimées en torr (1 torr = 1 mmHg) ou en kilopascal (SI) (1 kPa = 7,5 torr), et la SaO2 en pourcentage. • PaO2 : 80 à 100 mmHg (10,6 à 13,3 kPa) La limite inférieure de la PaO2 est de 85 mmHg à 20 ans de 75 mmHg après 80 ans. (La PaO2 baisse avec l’âge).
  14. 14.   • PaCO2 : 35 à 45 mmHg (4,7 à 5,3 kPA) La limite supérieure de la PaCO2 est de 45 mmHg.  • SaO2 : 0,95 à 0,98 (95 à 98 %)  • pH : 7,38 à 7,42
  15. 15.  La baisse de la PaO2 est appelée hypoxémie ou hypoxie, l’augmentation de la PaCO2 hypercapnie. Dans le cadre des insuffisances respiratoires aiguës doivent être distinguées les hypoxémies avec hypercapnie et les hypoxémies sans hypercapnies (en général avec normocapnie).
  16. 16.  La PaO2 juge de la gravité  La PaCO2 oriente le diagnostic étiologique  Le pH traduit la rapidité d’installation des troubles    Chez les insuffisants respiratoires le pH varie avec la PaCO2 : • si celle-ci augmente en raison d’une hypoventilation le pH baisse : acidose gazeuse, • si celle-ci diminue à la suite d’une hyperventilation le pH augmente : alcalose gazeuse.
  17. 17.  un prélèvement veineux (effectué par erreur technique au lieu d’un prélèvement artériel) donnerait les résultats suivants :  • Pv O2 : 40 mmHg (5,3 kPa)  • Pv CO2 : 45 mmHg (6 kPa)  • SvO2 : 0,75 (75 %)  • pH : 7,35

×