FEVRIER 2014 1
Manifestations neurologiques au
cours de l’infection par VIH .
Service des maladies infectieuses
chu dr. do...
FEVRIER 2014 2
I. Introduction
Fréquence élevée des atteintes neurologiques liée à
la neurotrpisme de HIV.
Se rencontrent ...
FEVRIER 2014 3
II. Les manifestations neurologiques
de la primo infection
Primo-infection : marquée par un syndrome pseudo...
FEVRIER 2014 4
II. Les manifestations neurologiques de la
du SIDA
Phase de sida :
o Contexte de déficit immunitaire avancé...
1. Les atteintes de SNC
FEVRIER 2014 5
o Quatre situations diagnostiques :
1. Céphalée
2. Syndrome neurologique focal
3. T...
1. les atteintes SNC
FEVRIER 2014 6
1.1.Tableau de céphalée
Méningite à Cryptocoque : due a cryptococcus neoformans
 Clin...
1. Les atteintes de SNC
FEVRIER 2014 7
1.2.Syndrome neurologique focal
justifie la réalisation IRM ou TDM en urgence (pris...
1. Les atteintes de SNC
FEVRIER 2014 8
LEMP (virus JC) : leuco-encéphalopathie multifocale progressive
Affection démyelini...
1. Les atteintes de SNC
FEVRIER 2014 9
Lymphome primitif (LNH cérébro-méningés ou médullaires)
- Installation insidieuse (...
1. Les atteintes de SNC
FEVRIER 2014 10
1.3.Tableau d’encéphalite
Encéphalite à VIH (complexe démentiel)
Manifestation...
1. Les atteintes SNC
FEVRIER 2014 11
L encéphalite a CMV
Réactivation de CMV survient lorsque taux de CD4 <
50 elt/ mm3 ch...
1. Les atteintes de SNC
FEVRIER 2014 12
1.4. Troubles de la marche
Neuropathie débutante ou polymyosite
Déficit moteur d...
2. Les atteintes de système
nerveux peripherique
Fevrier 2014 13
 Complications les plus fréquentes (95% au stade SIDA)
...
2. Les atteintes de système
nerveux peripherique
FEVRIER 2014 14
• Les polyradiculoneuropathies ( syndrome de queue de che...
3. Les atteintes musculaires
FEVRIER 2014 15
Des myopathies liées à HIV peuvent survenir à tous les stades de la
maladie.
...
4.Effets indésirables des
antirétroviraux
FEVRIER 2014 16
o Les inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse la ...
VI. Conclusion
FEVRIER
2014
17
Complications neurologiques et pathologie HIV
Prévalence stable.
Syndromes démentiels dimin...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les manifestations neurologiques liés au vih

1 008 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 008
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les manifestations neurologiques liés au vih

  1. 1. FEVRIER 2014 1 Manifestations neurologiques au cours de l’infection par VIH . Service des maladies infectieuses chu dr. dorban annaba
  2. 2. FEVRIER 2014 2 I. Introduction Fréquence élevée des atteintes neurologiques liée à la neurotrpisme de HIV. Se rencontrent à tous les stades de la maladie. Touchant le SNC , SNP, et le muscle. Liées directement au VIH, à des infections opportunistes, à un lymphome ou d’origine médicamenteuse.
  3. 3. FEVRIER 2014 3 II. Les manifestations neurologiques de la primo infection Primo-infection : marquée par un syndrome pseudogrippal non spécifique associé à des signes neurologiques dans 10% cas:  Syndrome méningé.  Encéphalite.  Paralysie faciale.  Polyradiculonévrite (SGB).  Neuropathie périphérique.  Myelopathie. Régression en quelques semaines
  4. 4. FEVRIER 2014 4 II. Les manifestations neurologiques de la du SIDA Phase de sida : o Contexte de déficit immunitaire avancé. oSurvenue des infections opportunistes et tumorales. o Souvent révélatrices de l’infection à VIH.
  5. 5. 1. Les atteintes de SNC FEVRIER 2014 5 o Quatre situations diagnostiques : 1. Céphalée 2. Syndrome neurologique focal 3. Tableau d’encéphalite 4. Troubles de la marche
  6. 6. 1. les atteintes SNC FEVRIER 2014 6 1.1.Tableau de céphalée Méningite à Cryptocoque : due a cryptococcus neoformans  Clinique : tableau fruste fait de céphalée associé à des signes cliniques (fièvre, nausées …) chez sujet HIV + CD4 < 200 elt/ mm3 IRM souvent normale. LCR : lymphocytose, protéinorachie modérément élevée, hypoglycorachie Diagnostic : repose sur l’examen direct avec une coloration à l’encre de chine , la culture et la recherche de l’antigène cryptococcique dans le sang et le LCR.  Traitement: Amphotericine B IV 15j + 5-fluorocytosine puis relais fluconazole .  Evolution souvent défavorable. Autres méningites : Tuberculose (+/- syndrome focal), listeriose , syphilis.
  7. 7. 1. Les atteintes de SNC FEVRIER 2014 7 1.2.Syndrome neurologique focal justifie la réalisation IRM ou TDM en urgence (prise de contraste ou non , lésions uniques ou multiples ) 3 étiologies principales: Toxoplasmose cérébrale (tableau aigu) du a la réactivation des kystes de toxoplasma gondii chez HIV + CD4< 100 elt/mm Clinique : tableau fébrile d installation rapidement progressive de signes neurologiques focaux . IRM: image en cocarde prenant le contraste. Rarement un tableaau d’encéphalite toxoplasmique , abcès médullaire Diagnostic : PCR dans LCR (biopsie). Traitement : pyriméthamine+sulfadiazine + tt entretien (arrêt qd CD4>200).
  8. 8. 1. Les atteintes de SNC FEVRIER 2014 8 LEMP (virus JC) : leuco-encéphalopathie multifocale progressive Affection démyelinisante due au polyomavirus virus JC. Clinique: Tableau progressif avec déficit moteur , crises convulsives , troubles cognitifs et psychiatriques . Diagnostic: IRM : images confluentes hypo intenses de substance blanche en T1 hyper intenses enT2 sans effet de masse ne prenant pas de contraste PCR quantitative détecte JC dans LCR (biopsie) Décès en 6 mois ou amélioration par traitement antirétroviral .
  9. 9. 1. Les atteintes de SNC FEVRIER 2014 9 Lymphome primitif (LNH cérébro-méningés ou médullaires) - Installation insidieuse (céphalées, confusion) -Plus fréquent chez HIV+ -Pas de corrélation avec un taux bas de CD4 - Pathogénicité peu connue, lien probable avec Epstein-Barr Virus -Diagnostic : IRM lésions multiples non spécifiques mal limités prenant le contraste. Histologie PCR EBV dans le LCR Traitement : Chimiotherapie. Médiane de survie : 3 à 24 mois.
  10. 10. 1. Les atteintes de SNC FEVRIER 2014 10 1.3.Tableau d’encéphalite Encéphalite à VIH (complexe démentiel) Manifestation tardive, le début est progressif D es troubles de l’attention et de concentration ,un ralentissement psychomoteur et à un stade avancé un syndrome démentiel. Diagnostic : IRM : atteinte diffuse multifocale de Substance blanche. Charge virale dans LCR (discuté) Traitement : des ARVs diffusant dans le LCR (AZT, abacavir, nevirapine)
  11. 11. 1. Les atteintes SNC FEVRIER 2014 11 L encéphalite a CMV Réactivation de CMV survient lorsque taux de CD4 < 50 elt/ mm3 chez sujet HIV +. -Tableau d encéphalite brutal ou subaigu fait de confusions, céphalées, délire , atteinte des nerfs crâniens, syndrome de queue de cheval. - Méningo-radiculonévrite, - Atteinte multi-viscérale (rétinienne, digestive ou pulmonaire ) . Diagnostic : IRM : contraste méningé périventriculair. PCR CMV dans LCR Traitement : ganciclovir, valganciclovir, foscarnet, cidofovir Autres encéphalites : HSV, VZV.
  12. 12. 1. Les atteintes de SNC FEVRIER 2014 12 1.4. Troubles de la marche Neuropathie débutante ou polymyosite Déficit moteur des membres inférieurs Diagnostic différentiel avec atteintes medullaires ( zosteriennes, herpétiques et à CMV, mais aussitoxoplasmose ou lymphome sont parfois responsables).
  13. 13. 2. Les atteintes de système nerveux peripherique Fevrier 2014 13  Complications les plus fréquentes (95% au stade SIDA)  Nombreuses étiologies :L iatrogénie est la principale cause retrouvée suivie de l’infection à VIH directement.. • Les polyradiculoneuropathies: surviennent à un stade précoce de l’infection VIH et se présentent comme un syndrome de Guillain-Barré. • Les mononeuropathies: s’ observent au stade précoce avec évolution favorable touchant les nerfs périphériques et nerfs crâniens . • Les neuropathies axonales sensitives surviennent a stade avancé de sida. Une origine toxique médicamenteuse doit être recherchée. Diagnostic : EMG, biopsie neuromusculaire.
  14. 14. 2. Les atteintes de système nerveux peripherique FEVRIER 2014 14 • Les polyradiculoneuropathies ( syndrome de queue de cheval ) et myéloradiculopathies : paraplégie hyporeflexique associés a des troubles sensitifs et sphinctériens liées le plus souvent au CMV nécessitant un traitement.
  15. 15. 3. Les atteintes musculaires FEVRIER 2014 15 Des myopathies liées à HIV peuvent survenir à tous les stades de la maladie. Clinique : Faiblesses musculaires, myalgies tardives, détresse respiratoire. Diagnostic : CPK elevés , EMG , biopsie musculaire Eliminer les myopathies médicamenteuses : atteinte mitochondriale (AZT) Traitement : Association ARVs/hypocholestérolémiant/statines
  16. 16. 4.Effets indésirables des antirétroviraux FEVRIER 2014 16 o Les inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse la didanosine, et la stavudine peuvent être responsables de l’apparition d’une polyneuropathie. o Les inhibiteurs de protéase (ritonavir, amprénavir) peuvent entraîner des céphalées, vertiges et paresthésies. o Les inhibiteurs non nucléosidiques notamment l’efavirenz qui peut donner un syndrome confusionnel et des crises convulsives.
  17. 17. VI. Conclusion FEVRIER 2014 17 Complications neurologiques et pathologie HIV Prévalence stable. Syndromes démentiels diminués sous ARVs. Troubles neurocognitifs en augmentation.

×