Guide de l’alimentation des bovins allaitants De nombreux schemas photos et illustrations

1 020 vues

Publié le

Guide de l’alimentation des bovins allaitants

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 020
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
187
Actions
Partages
0
Téléchargements
17
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Guide de l’alimentation des bovins allaitants De nombreux schemas photos et illustrations

  1. 1. Les schémas de systèmes fourragers présentés ci-dessous illustrent trois des combinaisons carac- téristiques des pratiques dans les systèmes bovin viande. Raisonner et piloter le système fourrager en systèmes bovin viande - PARTIE 3 120 institut de l’élevage - guide de l’alimentation du troupeau bovin allaitant - vaches, veaux et génisses de renouvellement Printemps Surface Eté Automne Hiver MS Foin FoinDépri- mage Pâturage Printemps - début d’été Pâturage fin d’été - automne 35-42 ares /Eq Vv 58-65 ares /Eq Vv Printemps Surface Eté Automne Hiver MS Foin MS Ensilage d’herbe Enrubannage Dépri- mage Pâturage Printemps Pâturage début été Pâturage fin d’été - automne Pâturage fin d’été - automne 32-38 ares /Eq Vv 40-45 ares /Eq Vv Foin Fauche précoce Printemps Surface Eté Automne Hiver 25-32ares /Eq Vv 3-4 ares /Eq Vv 35-40 ares /Eq Vv Foin Fauche précoce Pâturage Printemps Pâturage début été MS Foin MS Ensilage d’herbe Enrubannage MS Maïs ensilage Maïs ensilage Dép. Figure 3.6 : Schématisation de l’organisation générale de trois systèmes fourragers a) Exemple d’organisation générale d’un système fourrager « pâturage-foin » b) Exemple d’organisation générale d’un système fourrager « pâturage-foin- ensilage d’herbe/enru- bannage » c) Exemple d’organisation générale d’un système fourrager « pâturage-foin- ensilage d’herbe et maïs ensilage » (Source : Institut de l’Élevage, 2014)
  2. 2. Les pratiques de distribution des aliments - PARTIE 7 272 institut de l’élevage - guide de l’alimentation du troupeau bovin allaitant - vaches, veaux et génisses de renouvellement gros bovins (vaches adultes et génisses de 2 ans), ont montré que ces pertes pouvaient atteindre 10 à 15 % avec des râteliers munis de barres de séparation des animaux et d’un dispositif simple de retenue des fourrages (photo 7.1). Les râteliers dépourvus de ces aménagements occasionnent des gaspillages de fourrages nettement plus importants (photo 7.2) et ne sont pas recommandés. La figure 7.1 présente le schéma d’un râtelier permettant de limiter les pertes de fourrage grâce à un double dispositif de barres obliques et de barres de retrait. Pour les mêmes raisons, les tables d’alimentation convenablement conçues et munies de cornadis permettent de limiter les pertes. Figure 7.1: Schéma d’un râtelier permettant de limiter les pertes de fourrage Photos 7.1 : Le foin en libre service : commode à distribuer... (Source: brochure “ Concevoir un libre-service à fourrages en bâtiments pour bovins allaitants ”, Institut de l’Élevage, 2010) Plan incliné Forme d’auge Barres de retrait Barres obliques ou festons Photo 7.2 : ... mais attention aux risques de gaspillage.
  3. 3. >> La distribution peut être source de gaspillage La distribution des fourrages est également une étape importante dans la maîtrise des pertes. Il faut distinguer les distributions à l’auge de celles au râtelier et pour les distributions à l’auge, celles qui sont peu mécanisées de celles réalisées avec une mélangeuse distributrice. La mise à disposition de foin ou d’enruban- nage en râtelier estla technique susceptible de générer le plus de pertes de fourrage. Un travail réalisé sur le site expérimental de Jalogny sur la question de la simplifica- tion de l’affouragement a montré une dif- férence non négligeable sur les pertes de foin selon le mode d’accès au foin des génisses : de plus de 25 % à seulement 10 à 15 %. La partie 7 (pages 271 et 272) de ce guide traite ce point plus en détail. À l’inverse, l’utilisation d’une mélangeuse distributrice à l’auge permet de limiter les gaspillages de fourrages grossiers à partir du moment où ils ont été en partie hachés lors du mélange. Mais, ces matériels génèrent descoûtsde distribution conséquentsqu’ilconvientde mettre en regard du coût lié au gaspillage de fourrage. Les aliments destinés au troupeau bovin allaitant - PARTIE 8 302 institut de l’élevage - guide de l’alimentation du troupeau bovin allaitant - vaches, veaux et génisses de renouvellement Les conservateurs d’ensilages sont peu utiles si la teneur en MS à la récolte est suffisante Les conservateurs d’ensilages sont peu utilisés sur le terrain. Par ailleurs, ils sont coûteux et au final peu utiles pourl’alimentation dutroupeau allaitant. Il fautsurtoutviseruneteneuren MSsuffisante à la récolte etrespecter les règles de base de récolte etstockage des ensilages (tableau 8.8). Elles permettent de préserverla valeurali- mentaire et de limiter les pertes. L’utilisation desconservateursdoitainsise limiterauxfourragesdifficilesà conserver, comme ceuxrécoltéstrop humides, ou la luzerne (figure 8.7). En effet, ce fourrage présente un pouvoir tampon élevé, dépendant de sa teneur en protéines et minéraux et une faible teneur en sucres solubles. Plus généralement, lorsque la teneur en MS à la récolte est inférieure à 25 %, il est possible d’utiliser un conservateur biologique ou acide. Mais, la première recommandation est de miser sur un préfanage suffisant. 0 2 6 10 14 18 20 60 100 140 160 Pouvoir tampon Sucres solubles (% MS) RGI RGA FET P PER DAC Céréales stade laiteux Graminées Légumineuses RGI : Ray-Grass Italien RGA : Ray-Grass Anglais DAC : Dactyle P PER : Prairies permanentes FET : Fétuque w Facteurs favorables à l’acidification rapide : La teneur en glucides solubles élevée Le pouvoir tampon faible Le taux de matière sèche Le pouvoir tampon d’un fourrage représente sa capacité à résister à un abaissement de son pH. Il est d’autant plus élevé que la plante est riche en matière azotée et en minéraux (CA++, K+...). Ens. facile à conserver Maïs pâteux- vitreux Trèfle Luzerne Ens. difficile à conserver oir tL eneur en glucLa t selaboravffavseuractF laibampon f evéeélsellubsoside apide :ation ridificà l’acs S)(% M lesbuolscresSu 18 14 atièrde mauxe tL ampon foir tve pouL es RGA e à cliacs. fEn hee sèc elaibampon f aminéeGr euxaitde lats seCéréal RGI RGA ervserone à c saminée RGI FET : Fét anentpermsairieP PER : Pr e: DactylCAD saiglAnssa-GryaRGA : R alienItssa-GryaRGI : R seanent 10 6 2 60200 DA euxitrv -euxpât aïsM P PER FET 160140100 C erneuzL erèflT sseLégumineu DA P PER FET ervserone à clis. difficEn amponoir tvouP 160 uqueFET : Fét evé que lélslupantd’aut amponoir tve pouL he en mrictse eantla pevé que l e seprésente ragourrn fd’u en minérotée ete azatièrhe en m n aber à utsiité à résacapa ce s (CA++, K+...).auxx (CA++, K+...).en minér ede son pH. Ilsementsain ab tse Photo 8.15: La mise à disposition de foin en râtelier génère de grosses pertes de fourrages. Figure 8.7 : Aptitude à la conservation des ensilages selon leur pouvoir tampon et leurs taux de sucres (Source : AFSSA, 2004)

×