SlideShare une entreprise Scribd logo
Outils et méthodes de traitement
de problèmes
• Pareto
• QQOQC
• Brainstorming
• Diagramme CAUSES / EFFET
• Méthode 8D
• AMDEC
• Analyse statistique
Diagramme de PARETO
PARETO ( économiste italien )
• But : déterminer l’importance de différentes
données pour fixer des priorités d’action.
• Domaine d’application :
- Résolution de problème
- Indicateur qualité
• Description de l’outil : outil graphique de
visualisation de données classées par catégorie
ou famille dans l’ordre décroissant.
Diagramme de PARETO
1- lister les données
valorisées
(caractéristiques
qualitatives ou
quantitatives)
2- classer par ordre
décroissant
3- pondérer le
classement (%)
Données Valeur Classement Pondération % Cumul%
A 9 C 1 46.5 46.5
B 8 F 2 24.1 70.6
C 87 H 3 7.5 78.1
D 3 I 4 6.4 84.5
E 7 A 5 4.8 89.3
F 45 B 6 4.3 93.6
G 2 E 7 3.7 97.3
H 14 D 8 1.6 98.9
I 12 G 9 1.1 100
Total 187
Diagramme de PARETO
0.00
10.00
20.00
30.00
40.00
50.00
C F H I A B E D G
Diagramme de PARETO
Défauts secteur câblerie
0,00
5,00
10,00
15,00
20,00
25,00
30,00
35,00
40,00
45,00
Défaut de
sertissage
Mauvais
dénudage
Absence
composant
Erreur
composant
Déformations Longueur non
conforme
Câble blessé Cote de
sertissage NC
Défaut non
justifié
Diagramme de PARETO
Défauts secteur ferrage
0.00
5.00
10.00
15.00
20.00
25.00
30.00
35.00
40.00
45.00
Manque vis Point de
soudure
défectueux
Ecrou décentré Mauvaise tenue
soudure
Mauvaise
position patte
Mauvaios
sertissage axe
Ecrou soudé à
l'envers
Cordon de
soudure NC
Q.Q.O.Q.C
• Quoi, Qui, Ou, Quand, Comment ou
Combien
• But: spécifier, décrire une situation, un
sujet, des faits.
• Domaine d’application:
- résolution de problème
Q.Q.O.Q.C
• Le taux de rebuts chez M. Dupont à
l’atelier de montage a augmenté de 5% en
juillet.
• Quoi: taux de rebut
• Qui: M. Dupont
• Ou: atelier de montage
• Quand: juillet
• Combien: 5%
Q.Q.O.Q.C
Quoi Baisse des ventes de voiture
Qui Automobiles Citroën
Ou Aulnay
Quand Décembre 2004
Combien 7%
• Automobiles Citroën a connu une baisse des
ventes de voitures de 7% en décembre 2004.
Brainstorming
• But:
Stimuler l’imagination créatrice d’un
groupe de personnes sur un sujet.
• Domaine d’application:
- résolution de problèmes
(Recherche d’idées, de causes, de faits,
de solutions)
Brainstorming
• Méthode :
- Constituer un groupe pluridisciplinaire de
toute catégorie sociale ou professionnelle
- Rappeler les règles d’or
- Enoncer le sujet, le thème à traiter sous
forme de question, l’expliquer et l’afficher
sur un tableau
- Chaque participant donne des idées à tour
de rôle et les écrits
Brainstorming
• Règles d’or:
- Tout dire
- En dire le plus possible
- Piller les idées des autres
- Ne pas commenter ou critiquer ou censurer les
idées émises
- Ne pas formuler d’idée sous forme de question
mais de solution
- Eviter les termes trop vague comme «assez »,
« peu », « très », « beaucoup » et préférer des
termes quantifiables.
Brainstorming
• Conseils:
- Ne pas arrêter le brainstorming trop tôt
- Renouveler plusieurs fois un brainstorming
sur le même thème
- Procéder à l’aide de post-it
- 1 idée = 1 post-it = 1sujet + verbe +
complément
Diagramme des affinités ou
méthode KJ
Objectif:
Classer les idées issues du brainstorming de façon à ne
faire ressortir que les points principaux
Quand l’utiliser:
Résolution de problème après un brainstorming
Méthode:
Reprendre les idées émises et formulées sur les post-it
Classer les réponses par affinité (similitude des réponses)
Donner un titre à chacun des groupes d’idées ainsi
constitués
Diagramme des affinités
Situation non
satisfaisante
Idée n°1 Idée n°2 Idée n°3 Idée n°4 Idée n°5
Le classement pondéré
Objectif:
Donner un ordre d’importance au groupe d’idées émises lors
d’un brainstorming
Quand l’utiliser:
Résolution de problème après un brainstorming et le
diagramme des affinités
Méthode:
Reprendre les titres des groupes d’idées constitués
Demander à chaque participant de les classer par ordre
d’importance dans l’ordre décroissant
Le classement pondéré (suite)
A l’idée la plus importante, on donne le maximum de points
et à la dernière le minimum
Exemple: 1ère idée 5 points
3ème idée 4 points
2ème idée 3 points
5ème idée 2 points
4ème idée 1 point
Pour chaque idée, on obtient un total qui donnera un ordre
Ne retenir que les 2 ou 3 idées qui ont le plus de points. Ce
seront les causes à traiter ou solutions à retenir en premier
Le classement pondéré (suite)
Idées Notes des participants Total
N°1 5 4 3 5 4 21
N°2 2 5 4 3 5 19
N°3 4 1 5 2 1 13
N°4 1 2 1 1 2 7
N°5 3 3 2 4 3 15
Les idées n°1 et 2 seront traitées en priorité
Brainstorming
• Exemple 1:
Pourquoi y-a-t-il en moyenne 10%
d’absents en 2ème année de mesures
physiques le samedi ?
• Exemple 2:
Pourquoi la réunion qualité de mercredi
s’est mal déroulée ?
Diagramme Causes / Effet
(Ishikawa – arête de poisson)
• But:
Mettre en évidence et visualiser toutes les
causes possibles d’un problème pour
trouver les causes les plus probables
• Domaine d’application:
Résolution de problème
Diagramme Causes / Effet
• Méthode:
1- Tracer une grande flèche horizontale et inscrire
l’effet (symptômes) à l’extrémité
2- tracer les flèches qui représentent les
différentes familles (6 familles maxi)
3- Répartir les causes par familles et
éventuellement par sous-famille. Tracer les
ramifications indiquant les sous-familles
Diagramme Causes / Effet
• Dans la plupart des cas les familles sont
choisies selon 5 critères:
➢ Matière
➢ Main d’œuvre
➢ Milieu
➢ Moyen
➢ Méthode
…on parle alors de la règle des 5M
Un 6ème M peut être ajouter « Maintenance »
Diagramme Causes/Effet
Matière Main d’oeuvre
MilieuMoyen
Effet
Méthode
Diagramme Causes/Effet
La réunion de
travail a été
mauvaise
MOYEN
Les stylos feutres
étaient usés
Le rétroprojecteur est
tombé en panne
METHODE
Nous avons du changer de
salle au dernier moment
Les horaires n’ont
pas été respectés
Les objectifs étaient
mal définis
LES PERSONNES
Certains sont arrivés en retard
Certains sont partis avant la fin
Certains n’avaient pas
préparé la réunion
Ils n’avaient
pas reçu
l’ordre du jour
Méthode de traitement de
problème ( Méthode 8D )
LA NOTION DE PROBLEME
Pour qu’il y ait un problème, 3 conditions sont nécessaires.
A un instant déterminé, la situation considérée doit être:
1/ Connue (il faut que quelqu’un constate les faits)
2/ Anormale (génératrice de perplexité voire d’inquiétude)
3/ Prise en compte par au moins une personne placée
devant la nécessité de remédier ou de faire remédier à cette
situation.
Un problème peut donc être défini comme:
Une situation présente insatisfaisante
que l’on veut remplacer par une situation future satisfaisante
Méthode 8D
LES ACTIONS FONDAMENTALES DANS LE TRAITEMENT DES
PROBLEMES
Elles peuvent se résumer en 5 verbes clés faisant appel à des
opérations sensorielles ou mentales bien précises.
OBSERVER référence à l’activité des 5 sens
COMPRENDRE référence à l’activité intellectuelle avec
prépondérance du « cerveau gauche »
(faculté d’analyse-rationalité-logique)
CONCEVOIR référence à l’activité intellectuelle avec
prépondérance du « cerveau droit »
DECIDER référence à la volonté (désir de passer
l’acte après évaluation des risques)
AGIR référence à la volonté (concrétiser,
réaliser la décision)
Méthode 8D
5 ACTIONS CLES ET LES ACTIONS ASSOCIEES
OBSERVER
CONCEVOIR
AGIRDECIDER
COMPRENDRE
VOIR-ENTENDRE-SENTIR-
REGARDER-GOUTER-
ECOUTER-SITUER-PALPER
IMAGINER-INVENTER-CRÉER-
GENERER-DEFINIR-INNOVER
APPLIQUER-REALISER-
CONCRETISER-EMETTRE-
MATERIALISER-ESSAYER
CHOISIR-OPTER-OSER-
REITERER-NEGLIGER-EVALUER-
SELECTIONNER-INTERROMPRE
TRIER-CLASSER-ANALYSER-
REFLECHIR-RESUMER-
MESURER-DIVISER-MEMORISER
Chaqueensembled’actions propresà une phase du traitementde problème demande à être
VALIDER avantle passage à une autre phase.
Méthode 8D
• 1.D- Constituer l’équipe
• 2.D- Décrire le problème → QQOQC
• 3.D- Mettre en place des actions immédiates
• 4.D- Rechercherles causes → Brainstorming
Diagramme « causes/effet »
• 5.D- Rechercherles solutions → Brainstorming – Le bon sens
• 6.D- Mettre en œuvre la solution → Responsable + délai
• 7.D- Vérifier l’efficacité de la solution → Pareto
• 8.D- Généraliser la solution
METHODOLOGIE TYPE DE RESOLUTION DE
PROBLEME ET OUTILS ASSOCIES
Plan d’actions 8D
Produit : Référence :
Atelier Concerné : Emis le : Par :
o tri du stock et retouche AST/client pièces OK : pièces NOK :
o tri trigo chez le client pièces OK : pièces NOK :
o repérage de la livraison bl garanti : mode repérage :
o déplacement chez le client
Pilote :
Participants :
8) Validation de l'efficacité du plan d'actions : Responsable
2) Première analyse du problème :
4) Participants au plan d'actions :
5) Identification des causes du problème :
RECLAMATION CLIENT AUTRE (Alerte Client , Interne, Préventif…)
Référence :
Plan d'actions 8D
Délai Plan d'actions
soldé le
Responsable7) Actions préventives : (actio ns po ur éviter la récurrence du pro blème s ur d'autres pro duits ) Délai
3) Actions immédiates : (actio ns po ur co ntenir le pro blème et pro téger le client)
1) Description de l'incident :
Responsable Délai prévu réalisé le6) Actions correctives : (actio ns permanentes po ur éradiquer le pro blème)
AMDEC
Analyse des Modes de Défaillances de leurs Effets
et de leur Criticité
• L’origine est la méthode F.M.E.C.A (Failure Modes
Effects and Criticality Analysis)
• L’AMDEC est une méthode de fiabilité prévisionnelle.
Elle permet d’agir en cours d’étude sur le risque de
défaillance d’un système
• L’AMDEC est donc une méthode préventive. Son but
est d’éliminer systématiquement avant le gel de la
solution, pour un produit, un processus, un moyen de
production, toute les causes potentielles de défaillances
AMDEC
• Trois types d’AMDEC
– L’AMDEC PRODUIT: permet de valider la conception,
définie par les plans d’étude, par rapport au C.d.C.F.
– L’AMDEC PROCESSUS: permet de valider
l’industrialisation, définie par les gammes, par rapport
aux plans
– L’AMDEC MOYEN: permet de valider l’étude du
moyen de fabrication, machine ou outillage, au niveau
fiabilité, maintenabilité, disponibilité
AMDEC Processus
L’AMDEC Processus est une technique d’analyse préventive qui permet:
• La recherche des défauts potentielsd’un produit, engendrés par
un processus.
• L’évaluation de leurs effets en clientèle; le client étant suivant les
cas:
➢ le client de l’opération suivante
➢ le client de l’usine aval
➢ le client final
• L’identification des causes possibles
• la recherche d’actions correctives et leurs mises en oeuvre
AMDEC Processus
LES ETAPES DE L’AMDEC PROCESSUS
Choix du sujet
Le recours à l’AMDEC processus peut être décidé principalement pour
les nouveaux processus, et à partir des produits à risque. Elle peut être
imposée par le donneur d’ordre. Une AMDEC processus peut être
limitée à une partie du processus et / ou une partie du produit.
Planification
Toute étudeAMDEC doit s’inscrire dans le planning général de
développement du processus. Il est important de ne pas lancer
l’AMDEC trop tard. De préférence dans la foulée de l’AMDEC produit.
AMDEC Processus
Analyse du processus
On appelle « Processus », l’ensemble des enchainements de tâches
élémentaires ainsi que les moyens correspondants, nécessaires à
l’élaboration d’un produit.
Il prend en compte:
•Les opérations principales: opérations de fabrication
•Les opérations annexes: réception matière / manutention /
stockage / contrôle / expédition / retouche
la décomposition d’un processus peut se représenter graphiquement
sous la forme d’un Synoptique de fabrication et contrôle.
AMDEC Processus
SYNOPTIQUE DE FABRICATION ET CONTRÔLE
Désignation et/ou
référence du produit
Etat du produit à la
réception (tôle, pâte, …)
Opération de
fabrication
Opération de
contrôle
Opération de fabrication
en autocontrôle
Opération de contrôle
réception
Opération de fabrication
et de contrôle confondus
Stockage
Transport
En attente de
décision
Documents de
référence
AMDEC Processus
Création d’un groupe de travail
Le groupe set composé:
• d’un animateur
• d’un pilote garant de l’aboutissement de la méthode
• de représentants des fonctions concernées par le processus et le
produit
➢Méthodes
➢Etudes
➢Fabrication
➢Qualité
➢Maintenance
➢Etc …
AMDEC Processus
Constitution du dossier
Avant le démarrage de l’analyse, le groupe doit connaître:
• les fonctions du produit et ses contraintes
• son environnement
• Les exigences de fabrication et de montage
• Les objectifs qualité et fiabilité
• La décomposition du produit
• L’historique qualité sur produit similaires
• Le plan de surveillance prévisionnel
• Le conditionnement du produit
L’analyse ne peut commencer qu’avec un dossier complet.
AMDEC Processus
DEROULEMENT
Recherchedes défauts potentiels sur le produit
A partir du synoptique, le groupe doit passer en revue toutes les
opérations du processus.
Il recherche les défauts potentiels sur le produit, imputables au
processus.
Analyse des Effets, des Causes et de la détection
Il décrit l’effet pour le ou les clients, de chaque défaut potentiel.
Il note ce que prévoit le plan de surveillance comme contrôle et
systèmes anti-erreur pour détecter le défaut à l’opération.
AMDEC Processus
Evaluation de la criticité
Le groupe évalue les défauts à partir d’une triple cotation définie dans
des grilles de notation de 1 à 10.
• Note « D »: probabilité de non détection du défaut à l’opération,
compte tenu des contrôles et des systèmes anti-erreur.
• Note « O »: fréquence d’apparition du défaut engendré par la
cause (occurrence).
• Note « S »: gravité de l’effet retenu du défaut pour le ou les
clients (sévérité).
Il calcule l’indice de criticité pour chaque couple défaut/cause
C = D * O * S
Plus la criticité est élevé, plus le défaut est préoccupant
« C »ne doit pas être supérieur à une limite « CL= 30 »
AMDEC Processus
Recherchedes actions correctives et réévaluation de la criticité
Le groupe recherche des actions correctives pour C > CL:
• désigne un responsable de l’action
• Fixe un délai de réalisation
• Estime les nouvelles valeurs attendues pour D’ et O’
Réévaluation après résultats
Les actions seront confirmées par des mesures pratiques.
Si les résultats sont satisfaisants, la nouvelle criticité « C’ » est
calculée.
C’ = D’ * O’ * S
Nota: la gravité « S » est invariable.
AMDEC Processus
Probabilité de non détection « D »
Il s’agit d’estimer quel risque a le plan de surveillance de laisser
passer le défaut avant que le produit ne quitte l’opération concernée
Note d’Occurrence « O »
Il s’agit d’estimer quels risques a le processus de produire le défaut
Détection Critères Note
« D »
Probabilité
de défaut
Critères Risque de
défaut
Note
« O »
Presque
certaine
Probabilité presque certaine de détecter le
défaut.
Contrôle automatique à 100% des pièces à
l’opération, mise en place de verrous, Poka
Yoké à la sortie des pièces.
1 Très infime Défaut très improbable,
inexistant sur processus
identique.
Inférieur à
1/150000
(0,6 ppm)
1
Forte Probabilité très forte de détecter le défaut 2 Infime Défaut improbable,
exceptionnel sur
processus identique.
< 1/ 15000
(60 ppm)
2
Modérée Probabilité modérée de détecter le défaut.
Quelques défauts échapperont à la
détection.
Par ex: contrôle unitaire.
4 Faible Défaut faiblement
probable, très peu sur
processus semblable.
< 1/400
(0,3%)
4
Faible Probabilité faible de détecter le défaut. Le
contrôle est subjectif ou difficile.
7 Modérée Défaut modérément
probable, occasionnel sur
processus analogue.
< 1/20
(5%)
7
Infime Probabilité infime de détecter le défaut. 9 Forte Défaut presque inévitable,
fréquent sur processus
analogue
< 1/3
(30%)
9
Presque
impossible
Probabilité presque nulle de détecter le
défaut. Le point n’est pas contrôlé ou pas
contrôlable. Le défaut n’est pas apparent.
10 Très forte Défaut presque inévitable.
Il se produira très
fréquemment.
Supérieur à
1/3
10
AMDEC Processus
Note de Gravité « S »
Il s’agit d’estimer la gravité de l’effet sur le client final ou aval, engendré par le défaut
CRITERES
CLIENT FINAL
Note
« S »
CRITERES
CLIENT AVAL
Effet minime
Le client ne s’en aperçoit pas
1 Effet minime
Aucune influence sur les opérations de fabrication suivantes ou
dans l’usine cliente.
Effet mineur
Observable par un spécialiste ou u client averti.
Ne provoquant aucune gène ni aucune dégradation des
performances.
2 Effet mineur
Décelable par l’opérateur aval ou l’usine cliente.
Ne provoquant aucune gène ni aucune perturbation du flux.
Effet moyen
Effet avec signe avant coureur qui mécontente le client ou
le met mal à l’aise.
4 Effet moyen
Effet avec signe avant coureur qui mécontente l’opérateur aval ou
l’usine cliente.
Légère perturbation du flux de production.
Effet majeur
Effet avec signe avant coureur dont le client est très
mécontent.
Dégradation des performances et/ou frais de réparation.
7 Effet majeur
Effet avec signe avant coureur qui mécontente l’opérateur aval ou
l’usine cliente.
Perturbation du flux. Rebuts ou retouches sur le produit.
Frais de remise en état du processus
Effet catastrophique
Grand mécontentement du client et/ou frais de réparation
élevés. Panne.
9 Effet catastrophique
Grand mécontentement de l’opérateur aval ou l’usine cliente.
Importante perturbation du flux. Rebuts ou retouches importants
sur le produit. Frais de remise en état du processus élevés.
Sécurité / Réglementation
Effet impliquant des problèmes de sécurité ou de non-
conformité aux règlements en vigueur.
10 Sécurité / Réglementation
Effet impliquant des problèmes de sécurité pour l’opérateur aval ou
dans l’usine cliente.
Arrêt du processus de fabrication.
Support AMDEC Processus
DEFAUTS
POTENTIELS
EFFETS
DEFAUTS
CAUSES
DEFAUTS
PLAN DE
SURVEILLANCE
D O S C Responsable Délai MESURES PRISES Suivi D' O' S' C'
PRODUIT RESULTATACTIONS CORRECTIVESCOTATIONPROCESSUS
HISTOGRAMME
0.00
5.00
10.00
15.00
20.00
3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
Jeu : lancer de 3 dés
Valeur des intervalles (ou classes)
Fréquences
Outil présentant de manière graphique une distribution de données
HISTOGRAMME
0.00
5.00
10.00
15.00
20.00
3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
Courbe de Gauss ou courbe en cloche
Distribution des valeurs
Quelques rappels statistiques : lorsqu’une grandeur subit l’influence de nombreuses causes
indépendantes et dont aucune d’entre elles n’est prépondérante,elle obéitgénéralementà
une loi dite « normale » ou de Laplace – Gauss.
ANALYSE STATISTIQUE
• DEFINITIONS
• CARACTERE:mesure réalisée sur
l’individu.
• INDIVIDU:élément de l’échantillon
• ECHANTILLON:ensemble des individus
mesurés faisant partie d’une population
• POPULATION:ensembled’individus faisant
l’objet d’une étude
• CLASSE:valeur de chaque intervalle
Autre exemple d’histogramme : répartition par taille des effectifs d’une classe
0,00
5,00
10,00
15,00
20,00
1,6 1,65 1,7 1,75 1,8 1,85 1,9 1,95
Moyenne
Individu Caractère
Une loi normale est caractérisée par:
• la moyenne ‘’m’’ qui définila positionde la
distribution
• l’écart type ‘’σ’’ qui caractérise la dispersion
• la dispersionest égale à 6 σ
m
68,3% de la
population
95% de la population
99,8% de la population
σ +2σ +3σ-2σ-3σ σ
ANALYSE STATISTIQUE
Application industrielle au calcul de « CAPABILITE d’un moyen »
La capabilité consiste à comparer la position et la dispersion de la distribution par rapport à un intervalle de tolérance
donné.
CAM =
Ts - Ti
Di
Ts
Ti
Ti
Ts
Ts
Ti
6 σ
6 σ
6 σ
CAM = 1
Le moyen est tout juste capable. La dispersion est égale à l’intervalle de
tolérance. Elle produit 99,8% de pièces bonnes.
CAM > 1
Le moyen est apte à produire des pièces conformes. La dispersion est
inférieure à l’IT. Elle tolère une dérive d’autant plus importante que l’indice
Cam est élevé.
CAM < 1
Le moyen n’est pas apte à produire des pièces conformes. Une partie de la
production sera hors tolérance.
1. Le CAM (coefficient d’Aptitude du Moyen)
Ce coefficient permet de mesurer si un moyen de fabrication est potentiellement apte à réaliser la
caractéristique pour laquelle il a été mis en œuvre. Il se définit comme le rapport entre l’intervalle de
tolérance et la dispersion instantanée Di du moyen. Il ne tient pas compte du décentrage de la
distribution.
Les pièces utilisées pour calculer le Cam doivent être produites dans un
laps de temps très court de sorte que les variations des autres paramètres
du processus (milieu, matière, main d’œuvre) n’aient aucune influence.
(Di = 6 σ)
ANALYSE STATISTIQUE
2. Le CMK (Coefficient de performance du moyen)
Ce coefficient permet d’estimer l’aptitude d’un moyen à réaliser des caractéristiques, pendant un temps très court, dans les limites
de tolérance définies, et donc d’évaluer le risque de produire des pièces hors tolérance en fonction de la position de la moyenne m
et de la dispersion intantanée Di. Il tient compte du décentrage.
CMK =
Ts - méch
3σ 3σ
méch - Ti
ou
TsTi
méch 3σ
CMK = 1
Le moyen n’est pas capable de produire des pièces bonnes. Le moindre
déréglage entrainera la production de pièces mauvaises.
Ti Ts
3σméch
Cmk =1
Cmk = 1.33
1< CMK < 1.33
C’est le minimum acceptable. Il faut améliorer le réglage du moyen.
CMK  1.33
Le moyen est capable de produire des pièces dans l’intertervalle de
tolérance défini.
4σ
1< Cmk < 1.33
Distance entre la moyenne et la borne la plus proche
La moitié de la dispersion instantanée du moyen
3. Le CAP (coefficient d’Aptitude du Procédé)
Ce coefficient permet de mesurer si un processus de fabrication est potentiellement apte à réaliser la caractéristique pour laquelle il est mis
en œuvre en supposant que la moyenne est centrée. Il se définit comme le rapport entre l’intervalle de tolérance et la dispersion globale Dp
de la production.
4. Le CPK (coefficient de performance du processus)
Ce coefficient permet d’estimer l’aptitude d’un processus à réaliser des caractéristiques dans les limites de tolérances définies, et donc
d’évaluer le risque de produire des pièces hors tolérance en fonction de la position de la moyenne m et de la dispersion globale Dp. Il tient
compte d’un éventuel décentrage de la moyenne.
=
ANALYSE STATISTIQUE
METHODE DE CALCUL RAPIDE DE LA CAPABILITE
Une machine estdite capablesi sa dispersion ( c’est-à-dire6 écarts types soit6 σ ) est inférieure
à l’intervallede tolérance.
TsTi
m
6 σ = ( 99,8% des pièces )
Principe:
1°- on prélève 10 pièces consécutives
2°- on mesure la caractéristique observée
3°- on calcule l’étendue : W = Valeur maxi – Valeur mini
4°- on estime la dispersion : 2 x W = 6 σ
5°- on compare la dispersion à l’IT (Ts-Ti)
6°- on vérifie le centrage par rapport à la moyenne
ANALYSE STATISTIQUE
METHODE DE CALCUL RAPIDE DE LA CAPABILITE
Exemple 1: les spécifications sont : 560 mm avec une tolérance de 0 ; + 10 mm
(soit de 560 à 570 mm et milieu de tolérance 565 mm).
Valeurs mesurées : 566
564
565
565
565
565
567
567
568
564 560 562 564 566 568 570
Milieu de tolérance
m échValeur min →
Valeur max →
Etendue: W = 568 – 564 = 4 mm
Comparaison avec l’intervalle de tolérance:
6σ = 2 x 4 = 8 mm
IT = 10 mm
On a bien : 6σ < IT
Autre façon de calculer :
CAM simplifié = (IT / 6σ)
On a bien CAM > 1 → OK
Vérification du centrage: moyenne éch = 565,6 à
comparer avec le milieu de l’IT 565 mm → OK
ANALYSE STATISTIQUE
METHODE DE CALCUL RAPIDE DE LA CAPABILITE
Exemple 2: mêmes spécifications que pour l’exemple 1
568
565
568
563
565
569
568
567
568
567
Valeurs mesurées :
Valeur min →
Valeur max →
560 562 564 566 568 570
Milieu de tolérance
Etendue: W = 569 – 563 = 6 mm
Comparaison avec l’intervalle de tolérance:
6σ = 2 x 6 = 12 mm
IT = 10 mm
On a bien : 6σ > IT
Autre façon de calculer :
CAM simplifié = (IT / 6σ)
On a bien CAM < 1 → pas OK : risque de fabriquer des pièces HT
Vérification du centrage : moyenne = 566,8 mm
à comparer avec le milieu de tolérance 565mm. → pas OK :on est décentré.
m éch
572
Exemple 1:
Sur une machine de coupe câbles, on prélève un échantillon de 10 pièces.
La caractéristique à mesurer est la longueur 305 (0 + 5 mm)
Les valeurs relevées sont : 310, 310, 311, 310, 310, 312, 309, 310, 311, 310, 311.
Calculer l’étendue de l’échantillon W
Estimer la dispersion 6σ
Calculer le Cam simplifié.
Exemple 2:
Sur une machine de coupe gaine annelée fendue, on prélève un échantillon de 10 pièces.
La caractéristique à mesurer est la longueur 300 ± 5 mm.
Les valeurs relevées sont : 304, 305, 305, 302, 302, 302, 303, 304, 305, 302, 304, 303.
Calculer l’étendue de l’échantillon W
Estimer la dispersion 6σ
Calculer le Cam simplifié.
ANALYSE STATISTIQUE
METHODE DE CALCUL RAPIDE DE LA CAPABILITE

Contenu connexe

Tendances

Amélioration continue KAIZEN et PDCA
Amélioration continue KAIZEN et PDCAAmélioration continue KAIZEN et PDCA
Amélioration continue KAIZEN et PDCA
Aboubakr Moubarak
 
Calcul des prévisions
Calcul des prévisionsCalcul des prévisions
Calcul des prévisions
Aboubakr Moubarak
 
S'approprier l'amélioration continue et l'intégrer à ses pratiques
S'approprier l'amélioration continue et l'intégrer à ses pratiquesS'approprier l'amélioration continue et l'intégrer à ses pratiques
S'approprier l'amélioration continue et l'intégrer à ses pratiques
LITTLE FISH
 
La méthode amdec
La méthode amdecLa méthode amdec
La méthode amdec
sabir sehli
 
8D : Méthode de résolution de problèmes - Secteur Automobile
8D : Méthode de résolution de problèmes - Secteur Automobile8D : Méthode de résolution de problèmes - Secteur Automobile
8D : Méthode de résolution de problèmes - Secteur Automobile
Gestion Projet Auto
 
Lean Manufacturing : les 7 Mudas
Lean Manufacturing : les 7 MudasLean Manufacturing : les 7 Mudas
Lean Manufacturing : les 7 Mudas
LeJournalduLean
 
Cartes controle attributs
Cartes controle attributsCartes controle attributs
Cartes controle attributs
EXPERT PLUS
 
management-risques-projet
 management-risques-projet  management-risques-projet
management-risques-projet
Es-sahli bilal
 
Management des risques ibtissam el hassani-chapitre3 : MADS/MOSAR
Management des risques   ibtissam el hassani-chapitre3 : MADS/MOSARManagement des risques   ibtissam el hassani-chapitre3 : MADS/MOSAR
Management des risques ibtissam el hassani-chapitre3 : MADS/MOSAR
ibtissam el hassani
 
L’identification, l’analyse et l’évaluation des risques selon l’ISO 31000 : l...
L’identification, l’analyse et l’évaluation des risques selon l’ISO 31000 : l...L’identification, l’analyse et l’évaluation des risques selon l’ISO 31000 : l...
L’identification, l’analyse et l’évaluation des risques selon l’ISO 31000 : l...
PECB
 
Formation diagramme d'ishikawa
Formation diagramme d'ishikawaFormation diagramme d'ishikawa
Formation diagramme d'ishikawa
Aziza Wahmani
 
Améliorer vos performances grâce à la TPM
Améliorer vos performances grâce à la TPMAméliorer vos performances grâce à la TPM
Améliorer vos performances grâce à la TPM
XL Groupe
 
Le tableau de bord
Le tableau de bord Le tableau de bord
Le tableau de bord
Béatrice BRINET
 
Méthode d'analyse de risques (MADS MOSAR)
Méthode d'analyse de risques (MADS MOSAR)Méthode d'analyse de risques (MADS MOSAR)
Méthode d'analyse de risques (MADS MOSAR)
Gwendoline Papegaey
 
Les coûts de maintenance
Les coûts de maintenanceLes coûts de maintenance
Les coûts de maintenance
Mouhcine Nahal
 
La methode des 5 s
La methode des 5 sLa methode des 5 s
La methode des 5 s
zazari
 
Management des risque etude de cas 1 - MOSAR/MADS
Management des risque   etude de cas 1 - MOSAR/MADSManagement des risque   etude de cas 1 - MOSAR/MADS
Management des risque etude de cas 1 - MOSAR/MADS
ibtissam el hassani
 

Tendances (20)

Les outils du management de la qualite
Les outils du management de la qualiteLes outils du management de la qualite
Les outils du management de la qualite
 
Amélioration continue KAIZEN et PDCA
Amélioration continue KAIZEN et PDCAAmélioration continue KAIZEN et PDCA
Amélioration continue KAIZEN et PDCA
 
Amdec
AmdecAmdec
Amdec
 
Calcul des prévisions
Calcul des prévisionsCalcul des prévisions
Calcul des prévisions
 
S'approprier l'amélioration continue et l'intégrer à ses pratiques
S'approprier l'amélioration continue et l'intégrer à ses pratiquesS'approprier l'amélioration continue et l'intégrer à ses pratiques
S'approprier l'amélioration continue et l'intégrer à ses pratiques
 
La méthode amdec
La méthode amdecLa méthode amdec
La méthode amdec
 
8D : Méthode de résolution de problèmes - Secteur Automobile
8D : Méthode de résolution de problèmes - Secteur Automobile8D : Méthode de résolution de problèmes - Secteur Automobile
8D : Méthode de résolution de problèmes - Secteur Automobile
 
Lean Manufacturing : les 7 Mudas
Lean Manufacturing : les 7 MudasLean Manufacturing : les 7 Mudas
Lean Manufacturing : les 7 Mudas
 
Cartes controle attributs
Cartes controle attributsCartes controle attributs
Cartes controle attributs
 
management-risques-projet
 management-risques-projet  management-risques-projet
management-risques-projet
 
Management des risques ibtissam el hassani-chapitre3 : MADS/MOSAR
Management des risques   ibtissam el hassani-chapitre3 : MADS/MOSARManagement des risques   ibtissam el hassani-chapitre3 : MADS/MOSAR
Management des risques ibtissam el hassani-chapitre3 : MADS/MOSAR
 
L’identification, l’analyse et l’évaluation des risques selon l’ISO 31000 : l...
L’identification, l’analyse et l’évaluation des risques selon l’ISO 31000 : l...L’identification, l’analyse et l’évaluation des risques selon l’ISO 31000 : l...
L’identification, l’analyse et l’évaluation des risques selon l’ISO 31000 : l...
 
Formation diagramme d'ishikawa
Formation diagramme d'ishikawaFormation diagramme d'ishikawa
Formation diagramme d'ishikawa
 
Améliorer vos performances grâce à la TPM
Améliorer vos performances grâce à la TPMAméliorer vos performances grâce à la TPM
Améliorer vos performances grâce à la TPM
 
Le tableau de bord
Le tableau de bord Le tableau de bord
Le tableau de bord
 
Méthode d'analyse de risques (MADS MOSAR)
Méthode d'analyse de risques (MADS MOSAR)Méthode d'analyse de risques (MADS MOSAR)
Méthode d'analyse de risques (MADS MOSAR)
 
Les coûts de maintenance
Les coûts de maintenanceLes coûts de maintenance
Les coûts de maintenance
 
La methode des 5 s
La methode des 5 sLa methode des 5 s
La methode des 5 s
 
Amdec essentiel
Amdec essentielAmdec essentiel
Amdec essentiel
 
Management des risque etude de cas 1 - MOSAR/MADS
Management des risque   etude de cas 1 - MOSAR/MADSManagement des risque   etude de cas 1 - MOSAR/MADS
Management des risque etude de cas 1 - MOSAR/MADS
 

Similaire à Outils et méthodes de traitement de problèmes

marp dov (1).ppt
marp dov (1).pptmarp dov (1).ppt
marp dov (1).ppt
hamidabdellah
 
diagrame d'affinité.pptx
diagrame d'affinité.pptxdiagrame d'affinité.pptx
diagrame d'affinité.pptx
YacineBou1
 
resolution_de_problemes.pdf
resolution_de_problemes.pdfresolution_de_problemes.pdf
resolution_de_problemes.pdf
KHALIDSABOURI1
 
jeu puissance 7 distanciel
jeu puissance 7 distancieljeu puissance 7 distanciel
jeu puissance 7 distanciel
Nadia Gharbi
 
Fiches pratiques Processus projet découverte
Fiches pratiques Processus projet découverteFiches pratiques Processus projet découverte
Fiches pratiques Processus projet découverte
Sylvain Loubradou
 
Jeu outils de la qualité
Jeu outils de la qualitéJeu outils de la qualité
Jeu outils de la qualité
CIPE
 
Diaporama PDCA.ppt
Diaporama PDCA.pptDiaporama PDCA.ppt
Diaporama PDCA.ppt
Sou Tibon
 
Web-formation | La Méthode de Résolution de Problèmes
Web-formation | La Méthode de Résolution de ProblèmesWeb-formation | La Méthode de Résolution de Problèmes
Web-formation | La Méthode de Résolution de Problèmes
XL Groupe
 
Cours Qualité partie 4.pdfyyyy6yyyyyy6yyyyyy6
Cours Qualité partie 4.pdfyyyy6yyyyyy6yyyyyy6Cours Qualité partie 4.pdfyyyy6yyyyyy6yyyyyy6
Cours Qualité partie 4.pdfyyyy6yyyyyy6yyyyyy6
montasserjawadi2
 
Demarche qualite
Demarche qualiteDemarche qualite
Demarche qualite
Majida Antonios, M.Ed.
 
Lesbasiquesdulean 13091310dsfg2107-phpapp02
Lesbasiquesdulean 13091310dsfg2107-phpapp02Lesbasiquesdulean 13091310dsfg2107-phpapp02
Lesbasiquesdulean 13091310dsfg2107-phpapp02
mahmoudelamri
 
Les Basiques du Lean
Les Basiques du LeanLes Basiques du Lean
Les Basiques du Lean
Peter Klym
 
Stimuler idees
Stimuler ideesStimuler idees
Stimuler idees
Fo Ka
 
Outils d'organisation de Projet
Outils d'organisation de ProjetOutils d'organisation de Projet
Outils d'organisation de Projet
Rémi Bachelet
 
Trucs et astuces - arbre de problèmes
Trucs et astuces - arbre de problèmesTrucs et astuces - arbre de problèmes
Trucs et astuces - arbre de problèmes
Claude Michaud
 
6 - Ishikawa.pdf
6 - Ishikawa.pdf6 - Ishikawa.pdf
6 - Ishikawa.pdf
MBouderbala
 
Outils d'aides à l'approche réflexive.pdf
Outils d'aides à l'approche réflexive.pdfOutils d'aides à l'approche réflexive.pdf
Outils d'aides à l'approche réflexive.pdf
CentreInteret
 
M102-Algorithmique.pdf
M102-Algorithmique.pdfM102-Algorithmique.pdf
M102-Algorithmique.pdf
BadrNAIM1
 

Similaire à Outils et méthodes de traitement de problèmes (20)

marp dov (1).ppt
marp dov (1).pptmarp dov (1).ppt
marp dov (1).ppt
 
diagrame d'affinité.pptx
diagrame d'affinité.pptxdiagrame d'affinité.pptx
diagrame d'affinité.pptx
 
resolution_de_problemes.pdf
resolution_de_problemes.pdfresolution_de_problemes.pdf
resolution_de_problemes.pdf
 
WAAUB_DIAPO_2_2.pdf
WAAUB_DIAPO_2_2.pdfWAAUB_DIAPO_2_2.pdf
WAAUB_DIAPO_2_2.pdf
 
jeu puissance 7 distanciel
jeu puissance 7 distancieljeu puissance 7 distanciel
jeu puissance 7 distanciel
 
Fiches pratiques Processus projet découverte
Fiches pratiques Processus projet découverteFiches pratiques Processus projet découverte
Fiches pratiques Processus projet découverte
 
Jeu outils de la qualité
Jeu outils de la qualitéJeu outils de la qualité
Jeu outils de la qualité
 
Diaporama PDCA.ppt
Diaporama PDCA.pptDiaporama PDCA.ppt
Diaporama PDCA.ppt
 
Web-formation | La Méthode de Résolution de Problèmes
Web-formation | La Méthode de Résolution de ProblèmesWeb-formation | La Méthode de Résolution de Problèmes
Web-formation | La Méthode de Résolution de Problèmes
 
Cours Qualité partie 4.pdfyyyy6yyyyyy6yyyyyy6
Cours Qualité partie 4.pdfyyyy6yyyyyy6yyyyyy6Cours Qualité partie 4.pdfyyyy6yyyyyy6yyyyyy6
Cours Qualité partie 4.pdfyyyy6yyyyyy6yyyyyy6
 
Demarche qualite
Demarche qualiteDemarche qualite
Demarche qualite
 
Lesbasiquesdulean 13091310dsfg2107-phpapp02
Lesbasiquesdulean 13091310dsfg2107-phpapp02Lesbasiquesdulean 13091310dsfg2107-phpapp02
Lesbasiquesdulean 13091310dsfg2107-phpapp02
 
Les Basiques du Lean
Les Basiques du LeanLes Basiques du Lean
Les Basiques du Lean
 
Stimuler idees
Stimuler ideesStimuler idees
Stimuler idees
 
Outils d'organisation de Projet
Outils d'organisation de ProjetOutils d'organisation de Projet
Outils d'organisation de Projet
 
Trucs et astuces - arbre de problèmes
Trucs et astuces - arbre de problèmesTrucs et astuces - arbre de problèmes
Trucs et astuces - arbre de problèmes
 
6 - Ishikawa.pdf
6 - Ishikawa.pdf6 - Ishikawa.pdf
6 - Ishikawa.pdf
 
Outils d'aides à l'approche réflexive.pdf
Outils d'aides à l'approche réflexive.pdfOutils d'aides à l'approche réflexive.pdf
Outils d'aides à l'approche réflexive.pdf
 
Projet la motivation
Projet la motivationProjet la motivation
Projet la motivation
 
M102-Algorithmique.pdf
M102-Algorithmique.pdfM102-Algorithmique.pdf
M102-Algorithmique.pdf
 

Plus de Mouhcine Nahal

Lean Manufacturing sur une ligne de conditionnement pharmaceutique
Lean Manufacturing sur une ligne de conditionnement pharmaceutiqueLean Manufacturing sur une ligne de conditionnement pharmaceutique
Lean Manufacturing sur une ligne de conditionnement pharmaceutique
Mouhcine Nahal
 
Core tools apqp, ppap, fmea, spc and msa
Core tools   apqp, ppap, fmea, spc and msa Core tools   apqp, ppap, fmea, spc and msa
Core tools apqp, ppap, fmea, spc and msa
Mouhcine Nahal
 
Value stream mapping study with example
Value stream mapping study with exampleValue stream mapping study with example
Value stream mapping study with example
Mouhcine Nahal
 
Lean vs six sigma
Lean vs six sigmaLean vs six sigma
Lean vs six sigma
Mouhcine Nahal
 
Lean vs six sigma
Lean vs six sigmaLean vs six sigma
Lean vs six sigma
Mouhcine Nahal
 
Le lean management
Le lean managementLe lean management
Le lean management
Mouhcine Nahal
 
Gestion stocks
Gestion stocksGestion stocks
Gestion stocks
Mouhcine Nahal
 
La Total Productive Maintenance (TPM)
La Total Productive Maintenance (TPM)La Total Productive Maintenance (TPM)
La Total Productive Maintenance (TPM)
Mouhcine Nahal
 

Plus de Mouhcine Nahal (8)

Lean Manufacturing sur une ligne de conditionnement pharmaceutique
Lean Manufacturing sur une ligne de conditionnement pharmaceutiqueLean Manufacturing sur une ligne de conditionnement pharmaceutique
Lean Manufacturing sur une ligne de conditionnement pharmaceutique
 
Core tools apqp, ppap, fmea, spc and msa
Core tools   apqp, ppap, fmea, spc and msa Core tools   apqp, ppap, fmea, spc and msa
Core tools apqp, ppap, fmea, spc and msa
 
Value stream mapping study with example
Value stream mapping study with exampleValue stream mapping study with example
Value stream mapping study with example
 
Lean vs six sigma
Lean vs six sigmaLean vs six sigma
Lean vs six sigma
 
Lean vs six sigma
Lean vs six sigmaLean vs six sigma
Lean vs six sigma
 
Le lean management
Le lean managementLe lean management
Le lean management
 
Gestion stocks
Gestion stocksGestion stocks
Gestion stocks
 
La Total Productive Maintenance (TPM)
La Total Productive Maintenance (TPM)La Total Productive Maintenance (TPM)
La Total Productive Maintenance (TPM)
 

Dernier

Shimla Girls call Service 000XX00000 Provide Best And Top Girl Service And No...
Shimla Girls call Service 000XX00000 Provide Best And Top Girl Service And No...Shimla Girls call Service 000XX00000 Provide Best And Top Girl Service And No...
Shimla Girls call Service 000XX00000 Provide Best And Top Girl Service And No...
manalishivani8
 
Etude de la faisabilité de la climatisation solaire pour l’habitat individuel...
Etude de la faisabilité de la climatisation solaire pour l’habitat individuel...Etude de la faisabilité de la climatisation solaire pour l’habitat individuel...
Etude de la faisabilité de la climatisation solaire pour l’habitat individuel...
iheberry
 
Webinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdf
Webinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdfWebinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdf
Webinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdf
Institut de l'Elevage - Idele
 
cours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdf
cours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdfcours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdf
cours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdf
afigloria194
 
Webinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdf
Webinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdfWebinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdf
Webinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdf
Institut de l'Elevage - Idele
 
Note agro-climatique et prairies n°5 - Juillet 2024
Note agro-climatique et prairies n°5 - Juillet 2024Note agro-climatique et prairies n°5 - Juillet 2024
Note agro-climatique et prairies n°5 - Juillet 2024
idelewebmestre
 
Webinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdf
Webinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdfWebinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdf
Webinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdf
Institut de l'Elevage - Idele
 

Dernier (7)

Shimla Girls call Service 000XX00000 Provide Best And Top Girl Service And No...
Shimla Girls call Service 000XX00000 Provide Best And Top Girl Service And No...Shimla Girls call Service 000XX00000 Provide Best And Top Girl Service And No...
Shimla Girls call Service 000XX00000 Provide Best And Top Girl Service And No...
 
Etude de la faisabilité de la climatisation solaire pour l’habitat individuel...
Etude de la faisabilité de la climatisation solaire pour l’habitat individuel...Etude de la faisabilité de la climatisation solaire pour l’habitat individuel...
Etude de la faisabilité de la climatisation solaire pour l’habitat individuel...
 
Webinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdf
Webinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdfWebinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdf
Webinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdf
 
cours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdf
cours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdfcours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdf
cours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdf
 
Webinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdf
Webinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdfWebinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdf
Webinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdf
 
Note agro-climatique et prairies n°5 - Juillet 2024
Note agro-climatique et prairies n°5 - Juillet 2024Note agro-climatique et prairies n°5 - Juillet 2024
Note agro-climatique et prairies n°5 - Juillet 2024
 
Webinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdf
Webinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdfWebinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdf
Webinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdf
 

Outils et méthodes de traitement de problèmes

  • 1. Outils et méthodes de traitement de problèmes • Pareto • QQOQC • Brainstorming • Diagramme CAUSES / EFFET • Méthode 8D • AMDEC • Analyse statistique
  • 2. Diagramme de PARETO PARETO ( économiste italien ) • But : déterminer l’importance de différentes données pour fixer des priorités d’action. • Domaine d’application : - Résolution de problème - Indicateur qualité • Description de l’outil : outil graphique de visualisation de données classées par catégorie ou famille dans l’ordre décroissant.
  • 3. Diagramme de PARETO 1- lister les données valorisées (caractéristiques qualitatives ou quantitatives) 2- classer par ordre décroissant 3- pondérer le classement (%) Données Valeur Classement Pondération % Cumul% A 9 C 1 46.5 46.5 B 8 F 2 24.1 70.6 C 87 H 3 7.5 78.1 D 3 I 4 6.4 84.5 E 7 A 5 4.8 89.3 F 45 B 6 4.3 93.6 G 2 E 7 3.7 97.3 H 14 D 8 1.6 98.9 I 12 G 9 1.1 100 Total 187
  • 5. Diagramme de PARETO Défauts secteur câblerie 0,00 5,00 10,00 15,00 20,00 25,00 30,00 35,00 40,00 45,00 Défaut de sertissage Mauvais dénudage Absence composant Erreur composant Déformations Longueur non conforme Câble blessé Cote de sertissage NC Défaut non justifié
  • 6. Diagramme de PARETO Défauts secteur ferrage 0.00 5.00 10.00 15.00 20.00 25.00 30.00 35.00 40.00 45.00 Manque vis Point de soudure défectueux Ecrou décentré Mauvaise tenue soudure Mauvaise position patte Mauvaios sertissage axe Ecrou soudé à l'envers Cordon de soudure NC
  • 7. Q.Q.O.Q.C • Quoi, Qui, Ou, Quand, Comment ou Combien • But: spécifier, décrire une situation, un sujet, des faits. • Domaine d’application: - résolution de problème
  • 8. Q.Q.O.Q.C • Le taux de rebuts chez M. Dupont à l’atelier de montage a augmenté de 5% en juillet. • Quoi: taux de rebut • Qui: M. Dupont • Ou: atelier de montage • Quand: juillet • Combien: 5%
  • 9. Q.Q.O.Q.C Quoi Baisse des ventes de voiture Qui Automobiles Citroën Ou Aulnay Quand Décembre 2004 Combien 7% • Automobiles Citroën a connu une baisse des ventes de voitures de 7% en décembre 2004.
  • 10. Brainstorming • But: Stimuler l’imagination créatrice d’un groupe de personnes sur un sujet. • Domaine d’application: - résolution de problèmes (Recherche d’idées, de causes, de faits, de solutions)
  • 11. Brainstorming • Méthode : - Constituer un groupe pluridisciplinaire de toute catégorie sociale ou professionnelle - Rappeler les règles d’or - Enoncer le sujet, le thème à traiter sous forme de question, l’expliquer et l’afficher sur un tableau - Chaque participant donne des idées à tour de rôle et les écrits
  • 12. Brainstorming • Règles d’or: - Tout dire - En dire le plus possible - Piller les idées des autres - Ne pas commenter ou critiquer ou censurer les idées émises - Ne pas formuler d’idée sous forme de question mais de solution - Eviter les termes trop vague comme «assez », « peu », « très », « beaucoup » et préférer des termes quantifiables.
  • 13. Brainstorming • Conseils: - Ne pas arrêter le brainstorming trop tôt - Renouveler plusieurs fois un brainstorming sur le même thème - Procéder à l’aide de post-it - 1 idée = 1 post-it = 1sujet + verbe + complément
  • 14. Diagramme des affinités ou méthode KJ Objectif: Classer les idées issues du brainstorming de façon à ne faire ressortir que les points principaux Quand l’utiliser: Résolution de problème après un brainstorming Méthode: Reprendre les idées émises et formulées sur les post-it Classer les réponses par affinité (similitude des réponses) Donner un titre à chacun des groupes d’idées ainsi constitués
  • 15. Diagramme des affinités Situation non satisfaisante Idée n°1 Idée n°2 Idée n°3 Idée n°4 Idée n°5
  • 16. Le classement pondéré Objectif: Donner un ordre d’importance au groupe d’idées émises lors d’un brainstorming Quand l’utiliser: Résolution de problème après un brainstorming et le diagramme des affinités Méthode: Reprendre les titres des groupes d’idées constitués Demander à chaque participant de les classer par ordre d’importance dans l’ordre décroissant
  • 17. Le classement pondéré (suite) A l’idée la plus importante, on donne le maximum de points et à la dernière le minimum Exemple: 1ère idée 5 points 3ème idée 4 points 2ème idée 3 points 5ème idée 2 points 4ème idée 1 point Pour chaque idée, on obtient un total qui donnera un ordre Ne retenir que les 2 ou 3 idées qui ont le plus de points. Ce seront les causes à traiter ou solutions à retenir en premier
  • 18. Le classement pondéré (suite) Idées Notes des participants Total N°1 5 4 3 5 4 21 N°2 2 5 4 3 5 19 N°3 4 1 5 2 1 13 N°4 1 2 1 1 2 7 N°5 3 3 2 4 3 15 Les idées n°1 et 2 seront traitées en priorité
  • 19. Brainstorming • Exemple 1: Pourquoi y-a-t-il en moyenne 10% d’absents en 2ème année de mesures physiques le samedi ? • Exemple 2: Pourquoi la réunion qualité de mercredi s’est mal déroulée ?
  • 20. Diagramme Causes / Effet (Ishikawa – arête de poisson) • But: Mettre en évidence et visualiser toutes les causes possibles d’un problème pour trouver les causes les plus probables • Domaine d’application: Résolution de problème
  • 21. Diagramme Causes / Effet • Méthode: 1- Tracer une grande flèche horizontale et inscrire l’effet (symptômes) à l’extrémité 2- tracer les flèches qui représentent les différentes familles (6 familles maxi) 3- Répartir les causes par familles et éventuellement par sous-famille. Tracer les ramifications indiquant les sous-familles
  • 22. Diagramme Causes / Effet • Dans la plupart des cas les familles sont choisies selon 5 critères: ➢ Matière ➢ Main d’œuvre ➢ Milieu ➢ Moyen ➢ Méthode …on parle alors de la règle des 5M Un 6ème M peut être ajouter « Maintenance »
  • 23. Diagramme Causes/Effet Matière Main d’oeuvre MilieuMoyen Effet Méthode
  • 24. Diagramme Causes/Effet La réunion de travail a été mauvaise MOYEN Les stylos feutres étaient usés Le rétroprojecteur est tombé en panne METHODE Nous avons du changer de salle au dernier moment Les horaires n’ont pas été respectés Les objectifs étaient mal définis LES PERSONNES Certains sont arrivés en retard Certains sont partis avant la fin Certains n’avaient pas préparé la réunion Ils n’avaient pas reçu l’ordre du jour
  • 25. Méthode de traitement de problème ( Méthode 8D ) LA NOTION DE PROBLEME Pour qu’il y ait un problème, 3 conditions sont nécessaires. A un instant déterminé, la situation considérée doit être: 1/ Connue (il faut que quelqu’un constate les faits) 2/ Anormale (génératrice de perplexité voire d’inquiétude) 3/ Prise en compte par au moins une personne placée devant la nécessité de remédier ou de faire remédier à cette situation. Un problème peut donc être défini comme: Une situation présente insatisfaisante que l’on veut remplacer par une situation future satisfaisante
  • 26. Méthode 8D LES ACTIONS FONDAMENTALES DANS LE TRAITEMENT DES PROBLEMES Elles peuvent se résumer en 5 verbes clés faisant appel à des opérations sensorielles ou mentales bien précises. OBSERVER référence à l’activité des 5 sens COMPRENDRE référence à l’activité intellectuelle avec prépondérance du « cerveau gauche » (faculté d’analyse-rationalité-logique) CONCEVOIR référence à l’activité intellectuelle avec prépondérance du « cerveau droit » DECIDER référence à la volonté (désir de passer l’acte après évaluation des risques) AGIR référence à la volonté (concrétiser, réaliser la décision)
  • 27. Méthode 8D 5 ACTIONS CLES ET LES ACTIONS ASSOCIEES OBSERVER CONCEVOIR AGIRDECIDER COMPRENDRE VOIR-ENTENDRE-SENTIR- REGARDER-GOUTER- ECOUTER-SITUER-PALPER IMAGINER-INVENTER-CRÉER- GENERER-DEFINIR-INNOVER APPLIQUER-REALISER- CONCRETISER-EMETTRE- MATERIALISER-ESSAYER CHOISIR-OPTER-OSER- REITERER-NEGLIGER-EVALUER- SELECTIONNER-INTERROMPRE TRIER-CLASSER-ANALYSER- REFLECHIR-RESUMER- MESURER-DIVISER-MEMORISER Chaqueensembled’actions propresà une phase du traitementde problème demande à être VALIDER avantle passage à une autre phase.
  • 28. Méthode 8D • 1.D- Constituer l’équipe • 2.D- Décrire le problème → QQOQC • 3.D- Mettre en place des actions immédiates • 4.D- Rechercherles causes → Brainstorming Diagramme « causes/effet » • 5.D- Rechercherles solutions → Brainstorming – Le bon sens • 6.D- Mettre en œuvre la solution → Responsable + délai • 7.D- Vérifier l’efficacité de la solution → Pareto • 8.D- Généraliser la solution METHODOLOGIE TYPE DE RESOLUTION DE PROBLEME ET OUTILS ASSOCIES
  • 29. Plan d’actions 8D Produit : Référence : Atelier Concerné : Emis le : Par : o tri du stock et retouche AST/client pièces OK : pièces NOK : o tri trigo chez le client pièces OK : pièces NOK : o repérage de la livraison bl garanti : mode repérage : o déplacement chez le client Pilote : Participants : 8) Validation de l'efficacité du plan d'actions : Responsable 2) Première analyse du problème : 4) Participants au plan d'actions : 5) Identification des causes du problème : RECLAMATION CLIENT AUTRE (Alerte Client , Interne, Préventif…) Référence : Plan d'actions 8D Délai Plan d'actions soldé le Responsable7) Actions préventives : (actio ns po ur éviter la récurrence du pro blème s ur d'autres pro duits ) Délai 3) Actions immédiates : (actio ns po ur co ntenir le pro blème et pro téger le client) 1) Description de l'incident : Responsable Délai prévu réalisé le6) Actions correctives : (actio ns permanentes po ur éradiquer le pro blème)
  • 30. AMDEC Analyse des Modes de Défaillances de leurs Effets et de leur Criticité • L’origine est la méthode F.M.E.C.A (Failure Modes Effects and Criticality Analysis) • L’AMDEC est une méthode de fiabilité prévisionnelle. Elle permet d’agir en cours d’étude sur le risque de défaillance d’un système • L’AMDEC est donc une méthode préventive. Son but est d’éliminer systématiquement avant le gel de la solution, pour un produit, un processus, un moyen de production, toute les causes potentielles de défaillances
  • 31. AMDEC • Trois types d’AMDEC – L’AMDEC PRODUIT: permet de valider la conception, définie par les plans d’étude, par rapport au C.d.C.F. – L’AMDEC PROCESSUS: permet de valider l’industrialisation, définie par les gammes, par rapport aux plans – L’AMDEC MOYEN: permet de valider l’étude du moyen de fabrication, machine ou outillage, au niveau fiabilité, maintenabilité, disponibilité
  • 32. AMDEC Processus L’AMDEC Processus est une technique d’analyse préventive qui permet: • La recherche des défauts potentielsd’un produit, engendrés par un processus. • L’évaluation de leurs effets en clientèle; le client étant suivant les cas: ➢ le client de l’opération suivante ➢ le client de l’usine aval ➢ le client final • L’identification des causes possibles • la recherche d’actions correctives et leurs mises en oeuvre
  • 33. AMDEC Processus LES ETAPES DE L’AMDEC PROCESSUS Choix du sujet Le recours à l’AMDEC processus peut être décidé principalement pour les nouveaux processus, et à partir des produits à risque. Elle peut être imposée par le donneur d’ordre. Une AMDEC processus peut être limitée à une partie du processus et / ou une partie du produit. Planification Toute étudeAMDEC doit s’inscrire dans le planning général de développement du processus. Il est important de ne pas lancer l’AMDEC trop tard. De préférence dans la foulée de l’AMDEC produit.
  • 34. AMDEC Processus Analyse du processus On appelle « Processus », l’ensemble des enchainements de tâches élémentaires ainsi que les moyens correspondants, nécessaires à l’élaboration d’un produit. Il prend en compte: •Les opérations principales: opérations de fabrication •Les opérations annexes: réception matière / manutention / stockage / contrôle / expédition / retouche la décomposition d’un processus peut se représenter graphiquement sous la forme d’un Synoptique de fabrication et contrôle.
  • 35. AMDEC Processus SYNOPTIQUE DE FABRICATION ET CONTRÔLE Désignation et/ou référence du produit Etat du produit à la réception (tôle, pâte, …) Opération de fabrication Opération de contrôle Opération de fabrication en autocontrôle Opération de contrôle réception Opération de fabrication et de contrôle confondus Stockage Transport En attente de décision Documents de référence
  • 36. AMDEC Processus Création d’un groupe de travail Le groupe set composé: • d’un animateur • d’un pilote garant de l’aboutissement de la méthode • de représentants des fonctions concernées par le processus et le produit ➢Méthodes ➢Etudes ➢Fabrication ➢Qualité ➢Maintenance ➢Etc …
  • 37. AMDEC Processus Constitution du dossier Avant le démarrage de l’analyse, le groupe doit connaître: • les fonctions du produit et ses contraintes • son environnement • Les exigences de fabrication et de montage • Les objectifs qualité et fiabilité • La décomposition du produit • L’historique qualité sur produit similaires • Le plan de surveillance prévisionnel • Le conditionnement du produit L’analyse ne peut commencer qu’avec un dossier complet.
  • 38. AMDEC Processus DEROULEMENT Recherchedes défauts potentiels sur le produit A partir du synoptique, le groupe doit passer en revue toutes les opérations du processus. Il recherche les défauts potentiels sur le produit, imputables au processus. Analyse des Effets, des Causes et de la détection Il décrit l’effet pour le ou les clients, de chaque défaut potentiel. Il note ce que prévoit le plan de surveillance comme contrôle et systèmes anti-erreur pour détecter le défaut à l’opération.
  • 39. AMDEC Processus Evaluation de la criticité Le groupe évalue les défauts à partir d’une triple cotation définie dans des grilles de notation de 1 à 10. • Note « D »: probabilité de non détection du défaut à l’opération, compte tenu des contrôles et des systèmes anti-erreur. • Note « O »: fréquence d’apparition du défaut engendré par la cause (occurrence). • Note « S »: gravité de l’effet retenu du défaut pour le ou les clients (sévérité). Il calcule l’indice de criticité pour chaque couple défaut/cause C = D * O * S Plus la criticité est élevé, plus le défaut est préoccupant « C »ne doit pas être supérieur à une limite « CL= 30 »
  • 40. AMDEC Processus Recherchedes actions correctives et réévaluation de la criticité Le groupe recherche des actions correctives pour C > CL: • désigne un responsable de l’action • Fixe un délai de réalisation • Estime les nouvelles valeurs attendues pour D’ et O’ Réévaluation après résultats Les actions seront confirmées par des mesures pratiques. Si les résultats sont satisfaisants, la nouvelle criticité « C’ » est calculée. C’ = D’ * O’ * S Nota: la gravité « S » est invariable.
  • 41. AMDEC Processus Probabilité de non détection « D » Il s’agit d’estimer quel risque a le plan de surveillance de laisser passer le défaut avant que le produit ne quitte l’opération concernée Note d’Occurrence « O » Il s’agit d’estimer quels risques a le processus de produire le défaut Détection Critères Note « D » Probabilité de défaut Critères Risque de défaut Note « O » Presque certaine Probabilité presque certaine de détecter le défaut. Contrôle automatique à 100% des pièces à l’opération, mise en place de verrous, Poka Yoké à la sortie des pièces. 1 Très infime Défaut très improbable, inexistant sur processus identique. Inférieur à 1/150000 (0,6 ppm) 1 Forte Probabilité très forte de détecter le défaut 2 Infime Défaut improbable, exceptionnel sur processus identique. < 1/ 15000 (60 ppm) 2 Modérée Probabilité modérée de détecter le défaut. Quelques défauts échapperont à la détection. Par ex: contrôle unitaire. 4 Faible Défaut faiblement probable, très peu sur processus semblable. < 1/400 (0,3%) 4 Faible Probabilité faible de détecter le défaut. Le contrôle est subjectif ou difficile. 7 Modérée Défaut modérément probable, occasionnel sur processus analogue. < 1/20 (5%) 7 Infime Probabilité infime de détecter le défaut. 9 Forte Défaut presque inévitable, fréquent sur processus analogue < 1/3 (30%) 9 Presque impossible Probabilité presque nulle de détecter le défaut. Le point n’est pas contrôlé ou pas contrôlable. Le défaut n’est pas apparent. 10 Très forte Défaut presque inévitable. Il se produira très fréquemment. Supérieur à 1/3 10
  • 42. AMDEC Processus Note de Gravité « S » Il s’agit d’estimer la gravité de l’effet sur le client final ou aval, engendré par le défaut CRITERES CLIENT FINAL Note « S » CRITERES CLIENT AVAL Effet minime Le client ne s’en aperçoit pas 1 Effet minime Aucune influence sur les opérations de fabrication suivantes ou dans l’usine cliente. Effet mineur Observable par un spécialiste ou u client averti. Ne provoquant aucune gène ni aucune dégradation des performances. 2 Effet mineur Décelable par l’opérateur aval ou l’usine cliente. Ne provoquant aucune gène ni aucune perturbation du flux. Effet moyen Effet avec signe avant coureur qui mécontente le client ou le met mal à l’aise. 4 Effet moyen Effet avec signe avant coureur qui mécontente l’opérateur aval ou l’usine cliente. Légère perturbation du flux de production. Effet majeur Effet avec signe avant coureur dont le client est très mécontent. Dégradation des performances et/ou frais de réparation. 7 Effet majeur Effet avec signe avant coureur qui mécontente l’opérateur aval ou l’usine cliente. Perturbation du flux. Rebuts ou retouches sur le produit. Frais de remise en état du processus Effet catastrophique Grand mécontentement du client et/ou frais de réparation élevés. Panne. 9 Effet catastrophique Grand mécontentement de l’opérateur aval ou l’usine cliente. Importante perturbation du flux. Rebuts ou retouches importants sur le produit. Frais de remise en état du processus élevés. Sécurité / Réglementation Effet impliquant des problèmes de sécurité ou de non- conformité aux règlements en vigueur. 10 Sécurité / Réglementation Effet impliquant des problèmes de sécurité pour l’opérateur aval ou dans l’usine cliente. Arrêt du processus de fabrication.
  • 43. Support AMDEC Processus DEFAUTS POTENTIELS EFFETS DEFAUTS CAUSES DEFAUTS PLAN DE SURVEILLANCE D O S C Responsable Délai MESURES PRISES Suivi D' O' S' C' PRODUIT RESULTATACTIONS CORRECTIVESCOTATIONPROCESSUS
  • 44. HISTOGRAMME 0.00 5.00 10.00 15.00 20.00 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 Jeu : lancer de 3 dés Valeur des intervalles (ou classes) Fréquences Outil présentant de manière graphique une distribution de données
  • 45. HISTOGRAMME 0.00 5.00 10.00 15.00 20.00 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 Courbe de Gauss ou courbe en cloche Distribution des valeurs Quelques rappels statistiques : lorsqu’une grandeur subit l’influence de nombreuses causes indépendantes et dont aucune d’entre elles n’est prépondérante,elle obéitgénéralementà une loi dite « normale » ou de Laplace – Gauss.
  • 46. ANALYSE STATISTIQUE • DEFINITIONS • CARACTERE:mesure réalisée sur l’individu. • INDIVIDU:élément de l’échantillon • ECHANTILLON:ensemble des individus mesurés faisant partie d’une population • POPULATION:ensembled’individus faisant l’objet d’une étude • CLASSE:valeur de chaque intervalle Autre exemple d’histogramme : répartition par taille des effectifs d’une classe 0,00 5,00 10,00 15,00 20,00 1,6 1,65 1,7 1,75 1,8 1,85 1,9 1,95 Moyenne Individu Caractère Une loi normale est caractérisée par: • la moyenne ‘’m’’ qui définila positionde la distribution • l’écart type ‘’σ’’ qui caractérise la dispersion • la dispersionest égale à 6 σ m 68,3% de la population 95% de la population 99,8% de la population σ +2σ +3σ-2σ-3σ σ
  • 47. ANALYSE STATISTIQUE Application industrielle au calcul de « CAPABILITE d’un moyen » La capabilité consiste à comparer la position et la dispersion de la distribution par rapport à un intervalle de tolérance donné. CAM = Ts - Ti Di Ts Ti Ti Ts Ts Ti 6 σ 6 σ 6 σ CAM = 1 Le moyen est tout juste capable. La dispersion est égale à l’intervalle de tolérance. Elle produit 99,8% de pièces bonnes. CAM > 1 Le moyen est apte à produire des pièces conformes. La dispersion est inférieure à l’IT. Elle tolère une dérive d’autant plus importante que l’indice Cam est élevé. CAM < 1 Le moyen n’est pas apte à produire des pièces conformes. Une partie de la production sera hors tolérance. 1. Le CAM (coefficient d’Aptitude du Moyen) Ce coefficient permet de mesurer si un moyen de fabrication est potentiellement apte à réaliser la caractéristique pour laquelle il a été mis en œuvre. Il se définit comme le rapport entre l’intervalle de tolérance et la dispersion instantanée Di du moyen. Il ne tient pas compte du décentrage de la distribution. Les pièces utilisées pour calculer le Cam doivent être produites dans un laps de temps très court de sorte que les variations des autres paramètres du processus (milieu, matière, main d’œuvre) n’aient aucune influence. (Di = 6 σ)
  • 48. ANALYSE STATISTIQUE 2. Le CMK (Coefficient de performance du moyen) Ce coefficient permet d’estimer l’aptitude d’un moyen à réaliser des caractéristiques, pendant un temps très court, dans les limites de tolérance définies, et donc d’évaluer le risque de produire des pièces hors tolérance en fonction de la position de la moyenne m et de la dispersion intantanée Di. Il tient compte du décentrage. CMK = Ts - méch 3σ 3σ méch - Ti ou TsTi méch 3σ CMK = 1 Le moyen n’est pas capable de produire des pièces bonnes. Le moindre déréglage entrainera la production de pièces mauvaises. Ti Ts 3σméch Cmk =1 Cmk = 1.33 1< CMK < 1.33 C’est le minimum acceptable. Il faut améliorer le réglage du moyen. CMK  1.33 Le moyen est capable de produire des pièces dans l’intertervalle de tolérance défini. 4σ 1< Cmk < 1.33 Distance entre la moyenne et la borne la plus proche La moitié de la dispersion instantanée du moyen 3. Le CAP (coefficient d’Aptitude du Procédé) Ce coefficient permet de mesurer si un processus de fabrication est potentiellement apte à réaliser la caractéristique pour laquelle il est mis en œuvre en supposant que la moyenne est centrée. Il se définit comme le rapport entre l’intervalle de tolérance et la dispersion globale Dp de la production. 4. Le CPK (coefficient de performance du processus) Ce coefficient permet d’estimer l’aptitude d’un processus à réaliser des caractéristiques dans les limites de tolérances définies, et donc d’évaluer le risque de produire des pièces hors tolérance en fonction de la position de la moyenne m et de la dispersion globale Dp. Il tient compte d’un éventuel décentrage de la moyenne. =
  • 49. ANALYSE STATISTIQUE METHODE DE CALCUL RAPIDE DE LA CAPABILITE Une machine estdite capablesi sa dispersion ( c’est-à-dire6 écarts types soit6 σ ) est inférieure à l’intervallede tolérance. TsTi m 6 σ = ( 99,8% des pièces ) Principe: 1°- on prélève 10 pièces consécutives 2°- on mesure la caractéristique observée 3°- on calcule l’étendue : W = Valeur maxi – Valeur mini 4°- on estime la dispersion : 2 x W = 6 σ 5°- on compare la dispersion à l’IT (Ts-Ti) 6°- on vérifie le centrage par rapport à la moyenne
  • 50. ANALYSE STATISTIQUE METHODE DE CALCUL RAPIDE DE LA CAPABILITE Exemple 1: les spécifications sont : 560 mm avec une tolérance de 0 ; + 10 mm (soit de 560 à 570 mm et milieu de tolérance 565 mm). Valeurs mesurées : 566 564 565 565 565 565 567 567 568 564 560 562 564 566 568 570 Milieu de tolérance m échValeur min → Valeur max → Etendue: W = 568 – 564 = 4 mm Comparaison avec l’intervalle de tolérance: 6σ = 2 x 4 = 8 mm IT = 10 mm On a bien : 6σ < IT Autre façon de calculer : CAM simplifié = (IT / 6σ) On a bien CAM > 1 → OK Vérification du centrage: moyenne éch = 565,6 à comparer avec le milieu de l’IT 565 mm → OK
  • 51. ANALYSE STATISTIQUE METHODE DE CALCUL RAPIDE DE LA CAPABILITE Exemple 2: mêmes spécifications que pour l’exemple 1 568 565 568 563 565 569 568 567 568 567 Valeurs mesurées : Valeur min → Valeur max → 560 562 564 566 568 570 Milieu de tolérance Etendue: W = 569 – 563 = 6 mm Comparaison avec l’intervalle de tolérance: 6σ = 2 x 6 = 12 mm IT = 10 mm On a bien : 6σ > IT Autre façon de calculer : CAM simplifié = (IT / 6σ) On a bien CAM < 1 → pas OK : risque de fabriquer des pièces HT Vérification du centrage : moyenne = 566,8 mm à comparer avec le milieu de tolérance 565mm. → pas OK :on est décentré. m éch 572
  • 52. Exemple 1: Sur une machine de coupe câbles, on prélève un échantillon de 10 pièces. La caractéristique à mesurer est la longueur 305 (0 + 5 mm) Les valeurs relevées sont : 310, 310, 311, 310, 310, 312, 309, 310, 311, 310, 311. Calculer l’étendue de l’échantillon W Estimer la dispersion 6σ Calculer le Cam simplifié. Exemple 2: Sur une machine de coupe gaine annelée fendue, on prélève un échantillon de 10 pièces. La caractéristique à mesurer est la longueur 300 ± 5 mm. Les valeurs relevées sont : 304, 305, 305, 302, 302, 302, 303, 304, 305, 302, 304, 303. Calculer l’étendue de l’échantillon W Estimer la dispersion 6σ Calculer le Cam simplifié. ANALYSE STATISTIQUE METHODE DE CALCUL RAPIDE DE LA CAPABILITE