SlideShare une entreprise Scribd logo
Pathologie salivaire lithiasique
SaddoudN(a),SouidA(a),MbarekH(b),BoumedieneM(a),MbarekC(b),Chammakhi-JemliC(a)
(a)Serviced’i’mageriemédicaledel’HôpitalHabibThameur
(b)Serviced’’ORLdel’Hôpital HabibThameur
Résultats
Matériel et Méthodes
Etude rétrospective colligeant six
patients consultant pour des
manifestations salivaires .Selon leur
présentation clinique, les patients ont
bénéficié d’une échographie, d’un
scanner sans injection, d’une IRM ou de
l’association de deux moyens
radiologiques.
Introduction
La lithiase salivaire est la pathologie
salivaire la plus fréquente après les
oreillons avec une prédominance sub
mandibulaire. Nous rapportons six cas
en insistant sur le rôle des différents
moyens d’imagerie dans le diagnostic
positif.
Conclusion
L’échographie est souvent l’examen de première intention devant des coliques salivaires et permet souvent le diagnostic .Le scanner et
l’IRM sont les examens de deuxième intention si le calcul n’est pas vu à l’échographie.
Variable Résultat
Sexe Ratio 1
Moyenne
d’age
41
Clinique -Tuméfaction : 6 cas
-Parotidites répétées : 1
cas
Siège -Lithiase parotidienne :
4
-Lithiase
submandibulaire : 2
Explorations -Echographie : 6 cas
-IRM : 2 cas
Discussion
Les lithiases salivaires représentent 30% des pathologies salivaires. C’est la pathologie salivaire la plus fréquente après les oreillons.
Elles sont sub mandibulaires dans 80% et touchent principalement les hommes. Les lithiases parotidiennes ne représentent que 5 à 15%
des lithiases salivaires .
Les principaux motifs de consultation sont la tuméfaction et la douleur .Les manifestations inflammatoires sont plus fréquentes en cas de
lithiase parotidienne.
L’échographie est l’examen de première intention et permet de déceler les lithiases avec de bonnes sensibilité et spécificité. Cette
imagerie ne montre pas les calculs inférieurs à 2 mm .Néanmoins, elle décèle souvent la dilatation en amont.
En cas d’échographie normale avec suspicion de petits calculs peu calcifiés le scanner est un bon examen pour le diagnostic positif et la
détermination du siège exacte.
La sialo-IRM ,bien que couteuse et peu disponible, est une bonne alternative et permet aussi l’étude parenchymateuse des quatre
glandes et la différenciation entre l’inflammation aigue ou chronique des glandes salivaires. Elle est indiquée si une dysplasie canalaire
est suspectée.Son apport est limitée pour les calculs non obstructifs .
Le traitement dépend principalement de la taille des calculs. Il dépend aussi du siège central ou périphérique par rapport à la glande, du
siège par rapport au canal principal et de leur nombre.
Cas 1 :Calcul de Wharton avec dilatation en amont
Cas 2 :Dilatation du canal de Stenon en amont de calculs sur une sialo IRM
Deux masses kystiques parotidiennes gauches en communication avec des structures canalaires
en amont de calcul du canal de Stenon

Contenu connexe

Tendances

Diagnostic d'une masse pancréatique
Diagnostic d'une masse pancréatiqueDiagnostic d'une masse pancréatique
Diagnostic d'une masse pancréatique
Fatimazohra Elamrani
 
Pr aqodad nourdin tumeurs kystiques du pancréas
Pr aqodad nourdin   tumeurs kystiques du pancréasPr aqodad nourdin   tumeurs kystiques du pancréas
Pr aqodad nourdin tumeurs kystiques du pancréas
Fatimazohra Elamrani
 
Imagerie des metastases hepatiques de tumeurs neuro endocrines
Imagerie des metastases hepatiques de tumeurs neuro endocrinesImagerie des metastases hepatiques de tumeurs neuro endocrines
Imagerie des metastases hepatiques de tumeurs neuro endocrines
AMINA RIDEL
 
Mes premières fois en Obstétrique
Mes premières fois en ObstétriqueMes premières fois en Obstétrique
Mes premières fois en Obstétrique
Réseau Pro Santé
 
Neuro imagerie
Neuro imagerieNeuro imagerie
Neuro imagerie
Réseau Pro Santé
 

Tendances (20)

Conduite à tenir devant une masse focale hépatique
Conduite à tenir devant une masse focale hépatiqueConduite à tenir devant une masse focale hépatique
Conduite à tenir devant une masse focale hépatique
 
Cas cliniques tumeurs du rein
Cas cliniques   tumeurs du reinCas cliniques   tumeurs du rein
Cas cliniques tumeurs du rein
 
Rsna 2012 best of des nouveautés par les boursiers sfr-guerbet.
Rsna 2012   best of des nouveautés par les boursiers sfr-guerbet.Rsna 2012   best of des nouveautés par les boursiers sfr-guerbet.
Rsna 2012 best of des nouveautés par les boursiers sfr-guerbet.
 
Angiomes hépatiques
Angiomes hépatiquesAngiomes hépatiques
Angiomes hépatiques
 
L'OCT en salle de cathéterisme
L'OCT en salle de cathéterismeL'OCT en salle de cathéterisme
L'OCT en salle de cathéterisme
 
Marie Lannelongue
Marie LannelongueMarie Lannelongue
Marie Lannelongue
 
Diagnostic d'une masse pancréatique
Diagnostic d'une masse pancréatiqueDiagnostic d'une masse pancréatique
Diagnostic d'une masse pancréatique
 
Tumeurs hépatiques malignes primitives tumeurs primitives
Tumeurs hépatiques malignes primitives   tumeurs primitives Tumeurs hépatiques malignes primitives   tumeurs primitives
Tumeurs hépatiques malignes primitives tumeurs primitives
 
Ei Mc
Ei McEi Mc
Ei Mc
 
Pr aqodad nourdin tumeurs kystiques du pancréas
Pr aqodad nourdin   tumeurs kystiques du pancréasPr aqodad nourdin   tumeurs kystiques du pancréas
Pr aqodad nourdin tumeurs kystiques du pancréas
 
P15
P15P15
P15
 
L’Institut de radiologie: à la pointe de l’imagerie médicale
L’Institut de radiologie: à la pointe de l’imagerie médicaleL’Institut de radiologie: à la pointe de l’imagerie médicale
L’Institut de radiologie: à la pointe de l’imagerie médicale
 
P13
P13P13
P13
 
Imagerie des metastases hepatiques de tumeurs neuro endocrines
Imagerie des metastases hepatiques de tumeurs neuro endocrinesImagerie des metastases hepatiques de tumeurs neuro endocrines
Imagerie des metastases hepatiques de tumeurs neuro endocrines
 
Traitements percutanés des tumeurs hépatiques
Traitements percutanés des tumeurs hépatiquesTraitements percutanés des tumeurs hépatiques
Traitements percutanés des tumeurs hépatiques
 
Chirurgie minimale invasive en orl en 2017
Chirurgie minimale invasive en orl en 2017Chirurgie minimale invasive en orl en 2017
Chirurgie minimale invasive en orl en 2017
 
L'apport de l'OCT en salle de cathétérisme
L'apport de l'OCT en salle de cathétérismeL'apport de l'OCT en salle de cathétérisme
L'apport de l'OCT en salle de cathétérisme
 
Cancer Du rein
Cancer Du reinCancer Du rein
Cancer Du rein
 
Mes premières fois en Obstétrique
Mes premières fois en ObstétriqueMes premières fois en Obstétrique
Mes premières fois en Obstétrique
 
Neuro imagerie
Neuro imagerieNeuro imagerie
Neuro imagerie
 

Similaire à P19

Diagnostic d'une masse pancréatique
Diagnostic d'une masse pancréatiqueDiagnostic d'une masse pancréatique
Diagnostic d'une masse pancréatique
Fatimazohra Elamrani
 
Nodules thyroidien vr 12 02 13
Nodules thyroidien vr 12 02 13Nodules thyroidien vr 12 02 13
Nodules thyroidien vr 12 02 13
raymondteyrouz
 
Breast imaging interv breast jyseror
Breast imaging interv breast jyserorBreast imaging interv breast jyseror
Breast imaging interv breast jyseror
JFIM
 
Formes Rares et Particulières du Kyste hydatique
Formes Rares et Particulières du Kyste hydatique Formes Rares et Particulières du Kyste hydatique
Formes Rares et Particulières du Kyste hydatique
sarra nabti
 
Dépistage de l’anévrisme de l’aorte lille
Dépistage de l’anévrisme de l’aorte lilleDépistage de l’anévrisme de l’aorte lille
Dépistage de l’anévrisme de l’aorte lille
ARMVOP Médecin Vasculaire
 

Similaire à P19 (20)

Tumeurs hémisphériques intracrâniennes
Tumeurs hémisphériques intracrâniennesTumeurs hémisphériques intracrâniennes
Tumeurs hémisphériques intracrâniennes
 
Tumeurs hémisphériques intracrâniennes
Tumeurs hémisphériques intracrâniennesTumeurs hémisphériques intracrâniennes
Tumeurs hémisphériques intracrâniennes
 
Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...
Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...
Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...
 
semiologie cancer colon.ppt
semiologie cancer colon.pptsemiologie cancer colon.ppt
semiologie cancer colon.ppt
 
kc de l_endometre.pptx
kc de l_endometre.pptxkc de l_endometre.pptx
kc de l_endometre.pptx
 
P23
P23P23
P23
 
Les hématuries
Les hématuriesLes hématuries
Les hématuries
 
Cancer mammaire - SFSPM2015 : Interprétation et pertinence des prélèvements p...
Cancer mammaire - SFSPM2015 : Interprétation et pertinence des prélèvements p...Cancer mammaire - SFSPM2015 : Interprétation et pertinence des prélèvements p...
Cancer mammaire - SFSPM2015 : Interprétation et pertinence des prélèvements p...
 
TEP TDM du cou
TEP TDM du couTEP TDM du cou
TEP TDM du cou
 
CARCINOMES MAMMAIRES : CYTOPONCTION GANGLIONNAIRE OU MICROBIOPSIE GANGLIONNAIRE?
CARCINOMES MAMMAIRES : CYTOPONCTION GANGLIONNAIRE OU MICROBIOPSIE GANGLIONNAIRE?CARCINOMES MAMMAIRES : CYTOPONCTION GANGLIONNAIRE OU MICROBIOPSIE GANGLIONNAIRE?
CARCINOMES MAMMAIRES : CYTOPONCTION GANGLIONNAIRE OU MICROBIOPSIE GANGLIONNAIRE?
 
P42
P42P42
P42
 
Diagnostic d'une masse pancréatique
Diagnostic d'une masse pancréatiqueDiagnostic d'une masse pancréatique
Diagnostic d'une masse pancréatique
 
Nodules thyroidien vr 12 02 13
Nodules thyroidien vr 12 02 13Nodules thyroidien vr 12 02 13
Nodules thyroidien vr 12 02 13
 
ENVAHISSEMENT GANGLIONNAIRE DANS LES CANCERS DES VADS
ENVAHISSEMENT GANGLIONNAIRE DANS LES CANCERS DES VADSENVAHISSEMENT GANGLIONNAIRE DANS LES CANCERS DES VADS
ENVAHISSEMENT GANGLIONNAIRE DANS LES CANCERS DES VADS
 
Breast imaging interv breast jyseror
Breast imaging interv breast jyserorBreast imaging interv breast jyseror
Breast imaging interv breast jyseror
 
Formes Rares et Particulières du Kyste hydatique
Formes Rares et Particulières du Kyste hydatique Formes Rares et Particulières du Kyste hydatique
Formes Rares et Particulières du Kyste hydatique
 
Tumeurs et pseudotumeurs de l’œsophage
Tumeurs et pseudotumeurs de l’œsophageTumeurs et pseudotumeurs de l’œsophage
Tumeurs et pseudotumeurs de l’œsophage
 
P57
P57P57
P57
 
Dépistage de l’anévrisme de l’aorte lille
Dépistage de l’anévrisme de l’aorte lilleDépistage de l’anévrisme de l’aorte lille
Dépistage de l’anévrisme de l’aorte lille
 
Carcinomes sarcomatoides du pancréas
Carcinomes sarcomatoides du pancréasCarcinomes sarcomatoides du pancréas
Carcinomes sarcomatoides du pancréas
 

Plus de Société Tunisienne d'ORL (20)

P114
P114P114
P114
 
P113
P113P113
P113
 
P111
P111P111
P111
 
P110
P110P110
P110
 
P109
P109P109
P109
 
P108
P108P108
P108
 
P107
P107P107
P107
 
P106
P106P106
P106
 
P105
P105P105
P105
 
P103
P103P103
P103
 
P101
P101P101
P101
 
P102
P102P102
P102
 
P84
P84P84
P84
 
P73
P73P73
P73
 
P63
P63P63
P63
 
P61
P61P61
P61
 
P59
P59P59
P59
 
P54
P54P54
P54
 
P77
P77P77
P77
 
P100
P100P100
P100
 

P19

  • 1. Pathologie salivaire lithiasique SaddoudN(a),SouidA(a),MbarekH(b),BoumedieneM(a),MbarekC(b),Chammakhi-JemliC(a) (a)Serviced’i’mageriemédicaledel’HôpitalHabibThameur (b)Serviced’’ORLdel’Hôpital HabibThameur Résultats Matériel et Méthodes Etude rétrospective colligeant six patients consultant pour des manifestations salivaires .Selon leur présentation clinique, les patients ont bénéficié d’une échographie, d’un scanner sans injection, d’une IRM ou de l’association de deux moyens radiologiques. Introduction La lithiase salivaire est la pathologie salivaire la plus fréquente après les oreillons avec une prédominance sub mandibulaire. Nous rapportons six cas en insistant sur le rôle des différents moyens d’imagerie dans le diagnostic positif. Conclusion L’échographie est souvent l’examen de première intention devant des coliques salivaires et permet souvent le diagnostic .Le scanner et l’IRM sont les examens de deuxième intention si le calcul n’est pas vu à l’échographie. Variable Résultat Sexe Ratio 1 Moyenne d’age 41 Clinique -Tuméfaction : 6 cas -Parotidites répétées : 1 cas Siège -Lithiase parotidienne : 4 -Lithiase submandibulaire : 2 Explorations -Echographie : 6 cas -IRM : 2 cas Discussion Les lithiases salivaires représentent 30% des pathologies salivaires. C’est la pathologie salivaire la plus fréquente après les oreillons. Elles sont sub mandibulaires dans 80% et touchent principalement les hommes. Les lithiases parotidiennes ne représentent que 5 à 15% des lithiases salivaires . Les principaux motifs de consultation sont la tuméfaction et la douleur .Les manifestations inflammatoires sont plus fréquentes en cas de lithiase parotidienne. L’échographie est l’examen de première intention et permet de déceler les lithiases avec de bonnes sensibilité et spécificité. Cette imagerie ne montre pas les calculs inférieurs à 2 mm .Néanmoins, elle décèle souvent la dilatation en amont. En cas d’échographie normale avec suspicion de petits calculs peu calcifiés le scanner est un bon examen pour le diagnostic positif et la détermination du siège exacte. La sialo-IRM ,bien que couteuse et peu disponible, est une bonne alternative et permet aussi l’étude parenchymateuse des quatre glandes et la différenciation entre l’inflammation aigue ou chronique des glandes salivaires. Elle est indiquée si une dysplasie canalaire est suspectée.Son apport est limitée pour les calculs non obstructifs . Le traitement dépend principalement de la taille des calculs. Il dépend aussi du siège central ou périphérique par rapport à la glande, du siège par rapport au canal principal et de leur nombre. Cas 1 :Calcul de Wharton avec dilatation en amont Cas 2 :Dilatation du canal de Stenon en amont de calculs sur une sialo IRM Deux masses kystiques parotidiennes gauches en communication avec des structures canalaires en amont de calcul du canal de Stenon