SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  1
APPORT DE L’IMAGERIE CONVENTIONNELLE DANS LES OTITES EXTERNES
NÉCROSANTES COMPLIQUÉES
Ghammem M, Houas J, El Omri M, Bellakhdher M, Meherzi A, Kermani W, Abdelkafi M
Service ORL et CCF, CHU Farhat Hached de Sousse
DISCUSSION:
L'otite externe nécrosante est une entité rare. Elle touche des sujets débilités et notamment des diabétiques . Le diagnostic repose à la
fois sur des arguments cliniques, bactériologiques et radiologiques.
*Le scanner: a détrôné depuis plusieurs années la radiologie conventionnelle . Il est réalisé en coupes fines, axiales et coronales, en
fenêtres parenchymateuse et osseuse, avec injection de produit de contraste iodé. Il est actuellement réalisé en première intention et
permet au stade initial de l’affection de montrer: un oedème des tissus mous du CAE, Lyse osseuse de l’os tympanal, érosion de la
corticale mastoïdienne. Au stade avancé de l’affection, il montre : Une extension de l’infection à l’espace masticateur, parotidien,
parapharyngé ou pharyngé, Une destruction osseuse de l’ATM, de l’os pétreux, du foramen jugulaire, du clivus ou de la corticale
occipitale. La fenêtre parenchymateuse permet l’étude des espaces graisseux associés à la base du crâne : espace infra temporal,
parapharyngé et/ou masticateur. La TDM recherche également une complication intracrânienne infraclinique et permet l’étude de
l’oreille controlatérale.
*l’IRM: est l’examen de choix pour préciser l’étendue des lésions vers les parties molles, la médullaire osseuse et les méninges .
Néanmoins, elle est moins fiable dans l’exploration de la corticale osseuse . Elle est réalisée en coupes axiales et coronales en séquence
T2 et T1 avec et sans injection de gadolinium et en Spin-Echo. L’inflammation se traduit par un hypo signal en T1 avec hyper signal en T2
et prise de contraste après injection de Gadolinium permettant d’obtenir une cartographie précise de l’atteinte des espaces graisseux.
En effet, elle permet avec finesse de préciser l’atteinte des espaces latéropharyngés, des foramens nerveux parfois même avant
l’apparition des signes cliniques.
MATERIEL ET METHODES:
A partir de 8 observations colligées au service d’orl de
l’hôpital Farhat Hached de Sousse (2006-2016) on se
propose de préciser l’apport de l’imagerie dans le
diagnostic et dans le suivi de l’otite externe nécrosante
compliquée.
Tous nos patients ont bénéficié d’un examen ORL complet,
d'un bilan biologique avec prélèvement bactériologique et
mycologique. Une tomodensitométrie cérébrale et des
rochers a été réalisée chez tous les patients. L’IRM a été
faite dans 4 cas.
Introduction :
L'otite externe nécrosante compliquée est une entité rare, difficile à diagnostiquer et dont l'évolution peut être gravissime. Les
explorations radiologiques aident au diagnostic positif, à l’évaluation de l’extension locorégionale et à la détection des complications.
Conclusion : L'OEN est une affection grave par le fait qu'elle touche des sujets âgés débilités et qu'elle soit causée par des germes
virulents d'où l'intérêt d'un diagnostic positif précoce facilité par l’imagerie. Cette dernière joue un rôle majeur dans la précision des
extensions lésionnelles, la recherche des complications et le suivi thérapeutique.
RÉSULTATS :
La moyenne d’âge de nos patients était de 64 ans avec une
prédominance féminine (5F/3H). La tomodensitométrie a
montré une atteinte caractéristique des parties molles du
CAE avec un épaississement des parois du CAE et ostéolyse
de la corticale osseuse du tympanal dans tous les cas. La
TDM a mis en évidence dans les formes compliquées : une
lyse de la chaine ossiculaire (4cas), une dénudation de la
deuxième portion du nerf facial (2 cas), des extensions aux
espaces profonds (la fosse infra temporale (3), les espaces
para pharyngés (2)), une atteinte de l’ATM (3), une
extension des phénomènes inflammatoires à la base du
crâne (3cas), une thrombose du sinus sigmoïde (1cas).
L’IRM a été demandée chez 4 patients. Elle a confirmé
l’extension vers l’espace para pharyngé suspectée sur la
TDM des Rochers (3cas), la thrombose du sinus sigmoïde
chez un patient.
TDM du massif facial en coupe
axiale : Importante infiltration
inflammatoire des parties molles
prétragiennes et de FIT
TDM du rocher en coupe coronale : Lyse
partielle de la chaine des osselets
TDM du rocher en coupe
axiale : Dénudation de la
deuxième portion du nerf
facial.
IRM du massif facial en
coupe coronale :
Atteinte du condyle
droit avec extension au
muscle ptérygoïdien
latéral et l’espace para-
pharyngé
Angio-IRM en coupe axiale et reconstruction :
Thrombose du sinus sigmoïde droit
P.108

Contenu connexe

Tendances (20)

Nodule thyroïdien
Nodule thyroïdienNodule thyroïdien
Nodule thyroïdien
 
P109
P109P109
P109
 
Tumeurs hémisphériques intracrâniennes
Tumeurs hémisphériques intracrâniennesTumeurs hémisphériques intracrâniennes
Tumeurs hémisphériques intracrâniennes
 
P83
P83P83
P83
 
P2
P2P2
P2
 
P6
P6P6
P6
 
Cancer Du rein
Cancer Du reinCancer Du rein
Cancer Du rein
 
Cas cliniques tumeurs du rein
Cas cliniques   tumeurs du reinCas cliniques   tumeurs du rein
Cas cliniques tumeurs du rein
 
P12
P12P12
P12
 
P88
P88P88
P88
 
P60
P60P60
P60
 
Pathologies non athéro mateuses
Pathologies non athéro mateusesPathologies non athéro mateuses
Pathologies non athéro mateuses
 
P13
P13P13
P13
 
P42
P42P42
P42
 
P8
P8P8
P8
 
Approche diagnostique des tumeurs osseuses
Approche diagnostique des tumeurs osseusesApproche diagnostique des tumeurs osseuses
Approche diagnostique des tumeurs osseuses
 
Approche diagnostique des tumeurs osseuses chez l'enfant
Approche diagnostique des tumeurs osseuses chez l'enfantApproche diagnostique des tumeurs osseuses chez l'enfant
Approche diagnostique des tumeurs osseuses chez l'enfant
 
P24
P24P24
P24
 
Genou & Tumeur
Genou & TumeurGenou & Tumeur
Genou & Tumeur
 
Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médiane
Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médianeTumeurs cranioencéphaliques de la ligne médiane
Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médiane
 

Similaire à P108 (20)

P58
P58P58
P58
 
P50
P50P50
P50
 
Perforation de l oesophage sce gastroentérologie chu tlemcen
Perforation de l  oesophage sce gastroentérologie chu tlemcenPerforation de l  oesophage sce gastroentérologie chu tlemcen
Perforation de l oesophage sce gastroentérologie chu tlemcen
 
Tumeurs hémisphériques intracrâniennes
Tumeurs hémisphériques intracrâniennesTumeurs hémisphériques intracrâniennes
Tumeurs hémisphériques intracrâniennes
 
P68
P68P68
P68
 
P93
P93P93
P93
 
Chu Fort de France!!!
Chu Fort de France!!!Chu Fort de France!!!
Chu Fort de France!!!
 
Osteosarcome
OsteosarcomeOsteosarcome
Osteosarcome
 
P94
P94P94
P94
 
Conduite à tenir devant une masse focale hépatique
Conduite à tenir devant une masse focale hépatiqueConduite à tenir devant une masse focale hépatique
Conduite à tenir devant une masse focale hépatique
 
P91
P91P91
P91
 
P69
P69P69
P69
 
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdfas cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
 
P89
P89P89
P89
 
P73
P73P73
P73
 
P86
P86P86
P86
 
Démarche diagnostic devant une image radioclaire mandibulaire
Démarche diagnostic devant une image radioclaire mandibulaireDémarche diagnostic devant une image radioclaire mandibulaire
Démarche diagnostic devant une image radioclaire mandibulaire
 
28-Opacités rondes pulmonaires(Dr.Bougharnout)..pdf
28-Opacités rondes pulmonaires(Dr.Bougharnout)..pdf28-Opacités rondes pulmonaires(Dr.Bougharnout)..pdf
28-Opacités rondes pulmonaires(Dr.Bougharnout)..pdf
 
P5
P5P5
P5
 
Séance 7
Séance 7Séance 7
Séance 7
 

Plus de Société Tunisienne d'ORL (18)

P106
P106P106
P106
 
P105
P105P105
P105
 
P103
P103P103
P103
 
P101
P101P101
P101
 
P102
P102P102
P102
 
P84
P84P84
P84
 
P63
P63P63
P63
 
P61
P61P61
P61
 
P57
P57P57
P57
 
P54
P54P54
P54
 
P77
P77P77
P77
 
P100
P100P100
P100
 
P99
P99P99
P99
 
P98
P98P98
P98
 
P97
P97P97
P97
 
P96
P96P96
P96
 
P95
P95P95
P95
 
P92
P92P92
P92
 

P108

  • 1. APPORT DE L’IMAGERIE CONVENTIONNELLE DANS LES OTITES EXTERNES NÉCROSANTES COMPLIQUÉES Ghammem M, Houas J, El Omri M, Bellakhdher M, Meherzi A, Kermani W, Abdelkafi M Service ORL et CCF, CHU Farhat Hached de Sousse DISCUSSION: L'otite externe nécrosante est une entité rare. Elle touche des sujets débilités et notamment des diabétiques . Le diagnostic repose à la fois sur des arguments cliniques, bactériologiques et radiologiques. *Le scanner: a détrôné depuis plusieurs années la radiologie conventionnelle . Il est réalisé en coupes fines, axiales et coronales, en fenêtres parenchymateuse et osseuse, avec injection de produit de contraste iodé. Il est actuellement réalisé en première intention et permet au stade initial de l’affection de montrer: un oedème des tissus mous du CAE, Lyse osseuse de l’os tympanal, érosion de la corticale mastoïdienne. Au stade avancé de l’affection, il montre : Une extension de l’infection à l’espace masticateur, parotidien, parapharyngé ou pharyngé, Une destruction osseuse de l’ATM, de l’os pétreux, du foramen jugulaire, du clivus ou de la corticale occipitale. La fenêtre parenchymateuse permet l’étude des espaces graisseux associés à la base du crâne : espace infra temporal, parapharyngé et/ou masticateur. La TDM recherche également une complication intracrânienne infraclinique et permet l’étude de l’oreille controlatérale. *l’IRM: est l’examen de choix pour préciser l’étendue des lésions vers les parties molles, la médullaire osseuse et les méninges . Néanmoins, elle est moins fiable dans l’exploration de la corticale osseuse . Elle est réalisée en coupes axiales et coronales en séquence T2 et T1 avec et sans injection de gadolinium et en Spin-Echo. L’inflammation se traduit par un hypo signal en T1 avec hyper signal en T2 et prise de contraste après injection de Gadolinium permettant d’obtenir une cartographie précise de l’atteinte des espaces graisseux. En effet, elle permet avec finesse de préciser l’atteinte des espaces latéropharyngés, des foramens nerveux parfois même avant l’apparition des signes cliniques. MATERIEL ET METHODES: A partir de 8 observations colligées au service d’orl de l’hôpital Farhat Hached de Sousse (2006-2016) on se propose de préciser l’apport de l’imagerie dans le diagnostic et dans le suivi de l’otite externe nécrosante compliquée. Tous nos patients ont bénéficié d’un examen ORL complet, d'un bilan biologique avec prélèvement bactériologique et mycologique. Une tomodensitométrie cérébrale et des rochers a été réalisée chez tous les patients. L’IRM a été faite dans 4 cas. Introduction : L'otite externe nécrosante compliquée est une entité rare, difficile à diagnostiquer et dont l'évolution peut être gravissime. Les explorations radiologiques aident au diagnostic positif, à l’évaluation de l’extension locorégionale et à la détection des complications. Conclusion : L'OEN est une affection grave par le fait qu'elle touche des sujets âgés débilités et qu'elle soit causée par des germes virulents d'où l'intérêt d'un diagnostic positif précoce facilité par l’imagerie. Cette dernière joue un rôle majeur dans la précision des extensions lésionnelles, la recherche des complications et le suivi thérapeutique. RÉSULTATS : La moyenne d’âge de nos patients était de 64 ans avec une prédominance féminine (5F/3H). La tomodensitométrie a montré une atteinte caractéristique des parties molles du CAE avec un épaississement des parois du CAE et ostéolyse de la corticale osseuse du tympanal dans tous les cas. La TDM a mis en évidence dans les formes compliquées : une lyse de la chaine ossiculaire (4cas), une dénudation de la deuxième portion du nerf facial (2 cas), des extensions aux espaces profonds (la fosse infra temporale (3), les espaces para pharyngés (2)), une atteinte de l’ATM (3), une extension des phénomènes inflammatoires à la base du crâne (3cas), une thrombose du sinus sigmoïde (1cas). L’IRM a été demandée chez 4 patients. Elle a confirmé l’extension vers l’espace para pharyngé suspectée sur la TDM des Rochers (3cas), la thrombose du sinus sigmoïde chez un patient. TDM du massif facial en coupe axiale : Importante infiltration inflammatoire des parties molles prétragiennes et de FIT TDM du rocher en coupe coronale : Lyse partielle de la chaine des osselets TDM du rocher en coupe axiale : Dénudation de la deuxième portion du nerf facial. IRM du massif facial en coupe coronale : Atteinte du condyle droit avec extension au muscle ptérygoïdien latéral et l’espace para- pharyngé Angio-IRM en coupe axiale et reconstruction : Thrombose du sinus sigmoïde droit P.108