INFECTIONS CUTANEES 
BACTERIENNES
FLORE NORMALE 
 Peau et muqueuses normales colonisées par flore : 
 couches superficielles de l’épiderme 
 annexes pila...
 Flore varie selon : 
 Qualité de la peau : plaie => contamination 
 Interaction entre germes 
 Environnement : chaleu...
 Gîtes cutanés ou muqueux à staph ou 
strepto : 
 + fréquents diabétiques, hémodialysés, 
atopiques, personnel soignant ...
 Staph doré : fosses nasales, intestin, peau et 
annexes glandulaires (aisselles, périnée), 
transmission directe par lés...
IMPETIGO 
 Infection cutanée superficielle à strepto A ou /et 
staph doré 
 +++ Enfant 
 Contagieux, petites épidémies ...
IMPETIGO 
 Formes particulières : 
 Bulleuses du nouveau-né (épidémie en maternité) : staph 
 Ecthyma : forme creusante...
IMPETIGO 
 Traitement : 
 ATS, ATB local (Fucidine®, Mupiderm®) 
dans les formes très localisées 
 ATB per os dans les ...
FOLLICULITES 
 Infection du follicule pilosébacé. 
 Papule ou nodule péripilaire + douleur => pustule 
centrée par un po...
FURONCLE 
 Folliculite profonde et nécrosante à staph doré. 
 Induration chaude et douloureuse centrée sur 1 poil => 
su...
FURONCLE 
 Traitement : 
 NE PAS MANIPULER risque de dissémination 
 Furoncle centrofacial => staphylococcie maligne de...
ÉRYSIPÈLE: étiologie 
 L’érysipèle est une infection cutanée aiguë à 
streptocoque (hémolytique du groupe A, pfs G ou C) ...
ÉRYSIPÈLE: Formes cliniques 
 Symptomatiques : 
 localement, le placard peut prendre un aspect purpurique, 
ecchymotique...
ÉRYSIPÈLE: Formes cliniques 
 Évolutives : 
 Les formes subaiguës, où la fièvre et l’hyperleucocytose sont 
modérées, vo...
ÉRYSIPÈLE : Diagnostic différentiel 
 Chez le jeune enfant : hypodermite infectieuse à 
Haemophilus influenzae fréquemmen...
ÉRYSIPÈLE : Problème principal 
 Le problème principal est de ne pas méconnaître une 
hypodermite (ou fasciite) nécrosant...
ÉRYSIPÈLE : Évolution 
 Sous antibiothérapie la guérison d’un érysipèle est 
obtenue en une dizaine de jours après une ph...
ÉRYSIPÈLE : Évolution 
 Les complications systémiques sont très rares : 
septicémie à streptocoque glomérulonéphrite aigu...
ÉRYSIPÈLE : Traitement 
 Une hospitalisation est indispensable en cas de signes 
généraux très marqués, de complications ...
ÉRYSIPÈLE : Traitement 
 Traitement adjuvant : 
 Un repos strict au lit est nécessaire jusqu’à la 
régression des signes...
ÉRYSIPÈLE : Traitement 
 Érysipèles récidivants : 
 Ils nécessitent une prévention par le traitement d’une 
porte d’entr...
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com

5 904 vues

Publié le

Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com

Publié dans : Sciences
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 904
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
405
Actions
Partages
0
Téléchargements
31
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com

  1. 1. INFECTIONS CUTANEES BACTERIENNES
  2. 2. FLORE NORMALE  Peau et muqueuses normales colonisées par flore :  couches superficielles de l’épiderme  annexes pilaires  2 types :  résidente permanente : nombreuses bact gram + et -, anaérobies… (staph epidermidis).  transitoire = contaminante : staph doré et strepto A responsables de la majorité des infections cutanées, germes contagieux et non immunogènes.
  3. 3.  Flore varie selon :  Qualité de la peau : plaie => contamination  Interaction entre germes  Environnement : chaleur + humidité => + contamination (plis, narines)  Hôte : Déficits immunitaires, diabète…
  4. 4.  Gîtes cutanés ou muqueux à staph ou strepto :  + fréquents diabétiques, hémodialysés, atopiques, personnel soignant hospitalier  Facteurs de risque d’infection cutanée ou générale, perso ou pour l’entourage (pb des staph résistants en réanimation).
  5. 5.  Staph doré : fosses nasales, intestin, peau et annexes glandulaires (aisselles, périnée), transmission directe par lésion ou indirecte par voie aérienne ou objets ou manuportée.  Strepto A : pharynx, transmission aérienne, favorisée par contact étroit.
  6. 6. IMPETIGO  Infection cutanée superficielle à strepto A ou /et staph doré  +++ Enfant  Contagieux, petites épidémies => éviction scolaire  Lésion élémentaire : bulles superficielles très fragiles => érosions => se couvrent de croûtes jaunâtres « méllicériques »; début svt périorificiel, extension centrifuge, regroupement en placards circinés; ADNP  Pas de fièvre
  7. 7. IMPETIGO  Formes particulières :  Bulleuses du nouveau-né (épidémie en maternité) : staph  Ecthyma : forme creusante  Impétiginisation : surinfection d’une dermatose préexistante  Complications :  Impétigo = porte d’entrée d’une infection générale  Sd d’épidermolyse staphylococcique avec décollement diffus et fièvre, du à une toxine produite par certains staph  Glomérulonéphrite post-strepto, 3 semaines après =>labstix
  8. 8. IMPETIGO  Traitement :  ATS, ATB local (Fucidine®, Mupiderm®) dans les formes très localisées  ATB per os dans les formes étendues : Macrolides, synergistine, Péni M, Ac fusidique.  Eviction scolaire qq jours, examen et ttt de la fratrie, si récidive recherche de gîtes; HYGIENE +++
  9. 9. FOLLICULITES  Infection du follicule pilosébacé.  Papule ou nodule péripilaire + douleur => pustule centrée par un poil => croutelle => guérison sans cicatrice.  Fréquent au-nv zones pileuses :  visage (sycosis à staph de la barbe favorisé par le rasage),  cuir chevelu, thorax, cuisses, paupières (orgelet)  TTT :  local , ATS, hygiène, suppression des irritations, frottement; mousses à raser ATS (Nobacter®), rasoirs jetables  dans les formes sévères: ATB per os.
  10. 10. FURONCLE  Folliculite profonde et nécrosante à staph doré.  Induration chaude et douloureuse centrée sur 1 poil => suppuration => nécrose avec élimination du follicule pileux (bourbillon jaune) => cratère rouge => cicatrice  +++ cuisses , fesses  Favorisé par gîtes à staph, manque d’hygiène, obésité , frottements  F. particulières :  ANTHRAX = agglomération de furoncles  FURONCULOSE = répétition => recherche d’un gîte ou d’un facteur favorisant
  11. 11. FURONCLE  Traitement :  NE PAS MANIPULER risque de dissémination  Furoncle centrofacial => staphylococcie maligne de la face  Furoncle isolé : protection par pansement, ATS, ATB local  Si sévérité : ATB per os 10 jours  Furonculose : Hygiène rigoureuse, ttt local prolongé des gîtes, arrêt de travail si risque de contamination alimentaire, recherche de gîtes dans l’entourage.
  12. 12. ÉRYSIPÈLE: étiologie  L’érysipèle est une infection cutanée aiguë à streptocoque (hémolytique du groupe A, pfs G ou C) atteignant le derme et l’hypoderme (dermohypodermite)  Rare chez l’enfant, la maladie s’observe le plus souvent chez l’adulte après 40 ans et malgré les progrès de l’hygiène et le développement de l’antibiothérapie, l’incidence de l’érysipèle semble en augmentation constante en France  L’atteinte des membres inférieurs, sans doute liée au rôle favorisant de l’insuffisance veineuse et (ou)lymphatique, a supplanté celle du visage
  13. 13. ÉRYSIPÈLE: Formes cliniques  Symptomatiques :  localement, le placard peut prendre un aspect purpurique, ecchymotique ou pétéchial.  L’apparition secondaire de pustules ou de petites zones de nécrose superficielle est rare.  Topographiques :  L’érysipèle peut également siéger sur le visage (5 à 10 p.100 des cas)où le placard inflammatoire est généralement unilatéral et très oedémateux, avec un bourrelet périphérique marqué.  Plus rarement, il est localisé au membre supérieur, sur l’abdomen, le thorax (mammectomie) ou la région fessière.
  14. 14. ÉRYSIPÈLE: Formes cliniques  Évolutives :  Les formes subaiguës, où la fièvre et l’hyperleucocytose sont modérées, voire absentes, ne sont pas rares, notamment au membre inférieur.  Dans ces cas, le diagnostic repose entièrement sur les caractères cliniques du placard inflammatoire cutané et sa régression sous antibiothérapie par pénicilline ou macrolides.
  15. 15. ÉRYSIPÈLE : Diagnostic différentiel  Chez le jeune enfant : hypodermite infectieuse à Haemophilus influenzae fréquemment localisée au visage et associée à une bactériémie qui permet le diagnostic.  Chez l’adulte :  Visage : eczéma aigu (oedème majeur, prurit, absence de fièvre), staphylococcie maligne de la face (rare).  Membre inférieur : classique de discuter une phlébite, dont le tableau est en fait différent : oedème douloureux, mal limité, peu ou non érythémateux avec perte du ballottement du mollet, fièvre modérée.  L’association d’une authentique thrombose veineuse profonde à un érysipèle de jambe est exceptionnelle.
  16. 16. ÉRYSIPÈLE : Problème principal  Le problème principal est de ne pas méconnaître une hypodermite (ou fasciite) nécrosante, dont le début peut être insidieux et trompeur, simulant un érysipèle, les signes locaux évocateurs pouvant n’apparaître qu’après plusieurs jours d’évolution.  L’importance des signes toxiques généraux, l’absence d’amélioration sous antibiothérapie, l’extension locale des signes de nécrose, une crépitation imposent une exploration chirurgicale qui assure le diagnostic et est essentielle au traitement.
  17. 17. ÉRYSIPÈLE : Évolution  Sous antibiothérapie la guérison d’un érysipèle est obtenue en une dizaine de jours après une phase de desquamation superficielle.  Non traité, l’érysipèle peut régresser spontanément en deux à trois semaines, mais le risque de complications systémiques est accru.  Des complications locales surviennent dans 5 à 10 p. 100 des cas. Elles consistent en l’apparition d’abcès localisés, le plus souvent superficiels. La survenue d’abcès sous-cutanés profonds nécessitant un drainage chirurgical est rare.
  18. 18. ÉRYSIPÈLE : Évolution  Les complications systémiques sont très rares : septicémie à streptocoque glomérulonéphrite aiguë post-streptococcique, voire érythème noueux.  La récidive est la complication la plus fréquente. Elle survient sur un terrain d’insuffisance veineuse ou lymphatique chronique et est souvent associée à l’existence d’une porte d’entrée chronique (ulcère de jambe, intertrigo interdigital plantaire).
  19. 19. ÉRYSIPÈLE : Traitement  Une hospitalisation est indispensable en cas de signes généraux très marqués, de complications locales, d’affections associées ou chez le sujet âgé.  Antibiothérapie :  Pénicillines (péni G ou amoxicilline), macrolides et synergistines : atbs de choix, utilisables en monothérapie.  En H° : péni G en perf (4 à 6 millions × 3/j) jusqu’à l’apyrexie, relais PO pendant 10j = test diagnostique, si l’on obtient une apyrexie en 24 à 36 heures (amoxicilline IV)  En cas de CI ou d’intolérance aux pénicillines : macrolide ou synergistine PO pdt 12 à 15j.
  20. 20. ÉRYSIPÈLE : Traitement  Traitement adjuvant :  Un repos strict au lit est nécessaire jusqu’à la régression des signes inflammatoires locaux (érythème, oedème, douleur).  Un traitement anticoagulant par héparine calcique ou héparine de faible poids moléculaire à doses préventives ne sera associé qu’en cas de risque de maladie thromboembolique.  Les anti-inflammatoires, notamment non stéroïdiens, seront proscrits compte tenu de leur aptitude à favoriser l’évolution vers l’abcédation ou la nécrose.
  21. 21. ÉRYSIPÈLE : Traitement  Érysipèles récidivants :  Ils nécessitent une prévention par le traitement d’une porte d’entrée chronique (intertrigo à dermatophytes, ulcère de jambe), l’amélioration des troubles circulatoires (bandes à varices, drainage lymphatique manuel), et une hygiène cutanée soigneuse.  En cas d’échec de ces mesures, on prescrira une pénicillinothérapie au long cours (Extencilline 2,4 millions intramusculaire toutes les 2 à 3 semaines pendant au moins 1 an).

×