Dr DUBOIS-GOSNET ChristineJuin 2013FMC Le Bailleul
 La marche de l’atopie: Définition de l’atopie : Prédisposition héréditaire àdévelopper une allergie, dont la traduction...
LA MARCHE ALLERGIQUE ( atopie)01234560 à 3 mois 3 mois à 3 ans 3 à 6 ans plus de 6 ansDigestifCutanéPulmonaireORL
 Ce schéma classique est bien sûr variable : On note des DA isolées sans sensibilisation avec guérisonspontanée vers 3 a...
 On va évoquer ensemble : La démarche d’une exploration allergologique L’allergie alimentaire ( actualités récentes , u...
 1- L’exploration allergologique en 2013ce qui a évolué dans les dernières années dansl’exploration allergologique est li...
Document ALK
Document ALK
Document ALK
 2- Actualités récentes en allergie alimentaire: APLV: Rien de nouveau dans la clinique Histoire classique d’un nourri...
DIAGNOSTIC ET PRISE EN CHARGE DE L’ APLVSYMPTOMESTypique, immédiat:Anaphylaxie, urticairevomissement, diarrhéeEczéma Atypi...
 On voit peu de nourrissons en exploration allergologique carla plupart du temps la réintroduction hospitalière à 1 an se...
- Plus fréquemment , l’allergie alimentaire est diagnostiquéesur une dermatite atopique persistante et/ou sévère, mais aus...
 L’œuf : Prévalence de 1,6 à 2,6 % dans la population générale desenfants de 2 ans et demi ( 9,4 % des AA de l’enfant d’...
 Plusieurs phénotypes d’AA au blanc d’œuf : Les allergiques au blanc d’œuf cru mais qui tolère l’œuf biencuit Les aller...
 Problème particulier des injections de vaccins susceptibles decontenir de l’ovalbumine chez les patients allergiques { l...
 Pour la grippe , la pratique de TC à lecture immédiate auxvaccins à visée prédictive est inutile. Le consensusrecommande...
 La noisette : autre exemple de l’intérêt des recombinantspour le diagnostic et le pronostic Le diagnostic est posé sur ...
Document ALK
 Donc la présence de Cor a1 (une PR10 Bet V1 like ) permet deconfirmer un syndrome oral peu invalidant par allergie crois...
 Pour conclure sur l’allergie alimentaire,2 messages importants : Le retard à la diversification alimentaire est respons...
 Bien sûr pour un enfant qui fait une urticaire aigue au décoursd’un apéritif familial avec suspicion vis-à-vis de l’arac...
 3- L’anaphylaxie de l’enfant Première cause chez l’enfant : l’allergie alimentaire Critères diagnostic: Début rapide,...
 Mais la définition de l’anaphylaxie est plus compliquéepuisque l’on distingue maintenant 3 cas: 1 : les manifestations ...
 Diagnostics différentiels: Crise d’asthme sévère La crise d’angoisse ( pas d’hypotension – pas d’urticaire) L’urticai...
 La trousse d’urgence: Adrénaline auto injectable JEXT et ANAPEN Seule contre-indication la myocardiopathie obstructive...
 Rédaction du protocole et place du PAI Sujet à polémique : doit-on mettre l’adrénaline en premier ourédaction du protoc...
 4- l’allergie respiratoire de l’enfant: La rhinite allergique : La fréquence augmente RA concerne 10 à 20% de la popu...
 La RA, débutant chez les enfants d’âge préscolaire, est unfacteur prédictif d’asthme ultérieur A 13 ans, 91% des enfant...
 Pourquoi la prévalence des allergies respiratoires del’enfant augmente? - l’hypothèse de la théorie hygiéniste : perte ...
 Triade : Eternuement- rhinorrhée-obstruction nasale Le prurit est souvent présent Frontière entre RNA et RA floue RA ...
 Il est important de rechercher un asthme chez les patientsatteints de rhinite persistante allergique ou non. La RA s’in...
 L’asthme du nourrisson et de l’enfant: La plus fréquente des maladies chroniques au cours del’enfance Dans la majorité...
 Le préalable : l’asthme ne guérit pas ; on ne peut parlerque de rémission! Notion récente de phénotypes: L’asthme indu...
 Les facteurs de rémission : si absence d’atopie , pas desévérité , pas de début trop précoce Est-ce que tout est écrit ...
 Cas particulier de l’asthme du nourrisson: 3 épisodes de dyspnée avec sibillants Facteurs favorisants: infections vira...
 Traitement de la crise: < 6 mois : kiné respiratoire et surveillance 6 à 12 mois : essai B2-adrénergique + kiné > 1...
 Contrôle de l’environnement Lutte contre le tabagisme passif Eviction allergénique : éviction des animaux domestiques...
 CORTICOIDES INHALES : ACTION : inhibition de synthèse de nombreuses protéinespro-inflammatoires (cytokines…) EFFETS :...
Traitement de fondAsthme INTERMITTENT (70%)crises peu fréquentes (3 à 4/an)en période automno-hivernalepas de symptôme int...
Asthme PERSISTANT SEVERE (5%)Crises > 1/mois avec corticothérapieorale ou sifflement persistantou toux sèche diurne et noc...
 Les Béta 2 Longue durée d’action Bronchodilatation sur 12H > 4 ans 2 molécules : salmétérol et formotérol EFFETS : ...
 La place des EFR dans l’asthme de l’enfant: Avec l’interrogatoire, la clinique , les tests cutanés, laréalisation d’une...
 Le suivi de l’enfant asthmatique: Une EFR par an pour un patient bien équilibré cliniquement( plus souvent si besoin )...
 L’ITS en 2013 : Chez l’enfant de façon quasi exclusive par voie orale ou sublinguale INDICATIONS : Signes respiratoir...
 PROTOCOLES: Contrat avec la famille : 3 à 5 ans ! Prise quotidienne (Pb d’ observance !) En per annuel pour acariens ...
 LA SURVEILLANCE: Bi-annuelle Savoir arrêter un protocole qui ne marche pas ; en casd’effets indésirables ou en cas de ...
 Les éruptions médicamenteuses de l’enfant: La question : les éruptions des enfants traités par desmédicaments courants ...
 Elles apparaissent à la fin de la première semaine detraitement, sont non ou peu prurigineuses et disparaissentspontaném...
 Les lésions d’urticaire : Papules ou macules œdémateuses, d’aspect géographique, prurigineuses, mobiles ( transitoires ...
 La nature, la chronologie, la durée des réactions doiventêtre analysées : Le risque d’une allergie augmente avec la gra...
 Les tests de Provocation restent le « Gold standard » En milieu hospitalier Non dénués de risque À réserver aux enfan...
 Merci de votre attention
Allergie de l’enfant cdg 11 06 13
Allergie de l’enfant cdg 11 06 13
Allergie de l’enfant cdg 11 06 13
Allergie de l’enfant cdg 11 06 13
Allergie de l’enfant cdg 11 06 13
Allergie de l’enfant cdg 11 06 13
Allergie de l’enfant cdg 11 06 13
Allergie de l’enfant cdg 11 06 13
Allergie de l’enfant cdg 11 06 13
Allergie de l’enfant cdg 11 06 13
Allergie de l’enfant cdg 11 06 13
Allergie de l’enfant cdg 11 06 13
Allergie de l’enfant cdg 11 06 13
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Allergie de l’enfant cdg 11 06 13

2 967 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 967
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
292
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Allergie de l’enfant cdg 11 06 13

  1. 1. Dr DUBOIS-GOSNET ChristineJuin 2013FMC Le Bailleul
  2. 2.  La marche de l’atopie: Définition de l’atopie : Prédisposition héréditaire àdévelopper une allergie, dont la traduction peut être unedermatite, un asthme ou des rhinites allergiques.( production d’IgE contre des allergènes del’environnement) L’évolution classique de l’atopie de l’enfant, se fait del’allergie cutanée sous forme de dermatite atopique avec+/- allergie alimentaire vers l’apparition de signesrespiratoires secondaires avec rhinite +/- HRB jusqu’{l’asthme avec sensibilisations aux aéroallergènes.
  3. 3. LA MARCHE ALLERGIQUE ( atopie)01234560 à 3 mois 3 mois à 3 ans 3 à 6 ans plus de 6 ansDigestifCutanéPulmonaireORL
  4. 4.  Ce schéma classique est bien sûr variable : On note des DA isolées sans sensibilisation avec guérisonspontanée vers 3 ans On a des signes respiratoires précoces sans antécédents de DA Et on rencontre des syndromes dermo-respiratoires avecassociation d’une DA et d’une rhinite avec asthme qui seprolonge jusqu’{ l’âge adulte
  5. 5.  On va évoquer ensemble : La démarche d’une exploration allergologique L’allergie alimentaire ( actualités récentes , utilisationdes recombinants) L’anaphylaxie avec la trousse d’urgence et le PAI La pathologie respiratoire : quand évoquer l’allergie?Quel bilan ? Place des EFR ? L’ITS sublinguale ? Les éruptions médicamenteuses de l’enfant
  6. 6.  1- L’exploration allergologique en 2013ce qui a évolué dans les dernières années dansl’exploration allergologique est lié à la visionmoléculaire des allergènes et l’apport desrecombinants
  7. 7. Document ALK
  8. 8. Document ALK
  9. 9. Document ALK
  10. 10.  2- Actualités récentes en allergie alimentaire: APLV: Rien de nouveau dans la clinique Histoire classique d’un nourrisson de 2-3 mois , aprèsallaitement maternel qui fait une réaction aigue dans lespremiers jours de l’utilisation d’une formule lactée adaptée(vomissement , malaise +/- cyanose, râle bronchique ) : priseen charge hospitalière où le diagnostic est posé et le débutd’une substitution par hydrolysat partiel de caséine
  11. 11. DIAGNOSTIC ET PRISE EN CHARGE DE L’ APLVSYMPTOMESTypique, immédiat:Anaphylaxie, urticairevomissement, diarrhéeEczéma Atypique, retardé, chronique:Coliques, RGO , œsophagite , gastrite,entéropathie, constipation , stagnationpondérale, manque d’appétitIgE spécifiques +/Prick tests +Prick test + / patch tests +AntécédentsAnamnèseSignes associés ++++Résistance au traitement habituelIsoléAmélioration parmesures habituellesHydrolysat de caséineEn l’absence d’amélioration :Poudre { base d’Acides AminésJusqu’{ 1 an puis TPO
  12. 12.  On voit peu de nourrissons en exploration allergologique carla plupart du temps la réintroduction hospitalière à 1 an sedéroule sans problème et la tolérance est acquise. Toutefois , on note parfois des échecs à plusieurs reprises destests de réintroduction jusqu’{ 2 voir 3 ans ….. On utilise maintenant des protocoles d’accoutumance enservices spécialisés en allergologie ( CHU d’Angers ) : gouttepar goutte de lait bouilli en ITS puis 1 ml jusqu’{ 15 ml enITOrale puis yaourt ..Le relai se fait { la maison …. (Etude MANOE nationale en cours pour tolérance de petitesdoses chez des enfants souvent polysensibilisés) »
  13. 13. - Plus fréquemment , l’allergie alimentaire est diagnostiquéesur une dermatite atopique persistante et/ou sévère, mais aussiavec une clinique plus aiguée avec urticaire +/- œdèmessegmentaires , voir des signes respiratoires de rhinite jusqu’{l’asthme; les signes digestifs sont plus rares. Les allergènes en cause : œuf , blé , lait , moutarde, poisson, arachide, noisette , noix de cajou ….
  14. 14.  L’œuf : Prévalence de 1,6 à 2,6 % dans la population générale desenfants de 2 ans et demi ( 9,4 % des AA de l’enfant d’âgescolaire) Composition de l’œuf : 23 protéines dont les allergènesmajeurs : Gal d1 ovomucoide, Gal d2 ovalbumine, Gal d3ovotransferine et Gal d4 lysosyme( additif) + Gal d5 alpha-livétine du jaune
  15. 15.  Plusieurs phénotypes d’AA au blanc d’œuf : Les allergiques au blanc d’œuf cru mais qui tolère l’œuf biencuit Les allergiques { l’œuf cru et cuit ( avec Gal d1 positif) Les allergies croisées du syndrome œuf –oiseau parcommunautés antigéniques jaune d’œuf avec plumes etdéjections ( Gal d5 )
  16. 16.  Problème particulier des injections de vaccins susceptibles decontenir de l’ovalbumine chez les patients allergiques { l’œuf: Les vaccins contre la rougeole, la rubéole et les oreillons , seulsou associés, ne contiennent pas ou que des quantitésinfinitésimales d’ovalbumine et doivent être injectéesnormalement, sans précaution particulière chez l’enfantallergique { l’œuf, quelle que soit la nature et la gravité del’allergie.
  17. 17.  Pour la grippe , la pratique de TC à lecture immédiate auxvaccins à visée prédictive est inutile. Le consensusrecommande de choisir des vaccins avec des doses faiblesd’ovalbumine (< 0,12 µg/ml) ; en l’absence de la disponibilitéde ces vaccins , les injections se font { l’hôpital +/- en 2 temps(1/10 e puis 9/10 e { 30’)en fonction de la sévérité de l’allergie {l’œuf.
  18. 18.  La noisette : autre exemple de l’intérêt des recombinantspour le diagnostic et le pronostic Le diagnostic est posé sur une histoire clinique , un test cutanénatif qui met en évidence une sensibilisation et la biologieavec des dosages d’IgE spécifiques qui permettent d’évaluer letype et la sévérité de l’allergie
  19. 19. Document ALK
  20. 20.  Donc la présence de Cor a1 (une PR10 Bet V1 like ) permet deconfirmer un syndrome oral peu invalidant par allergie croiséeaux pollens de bétulacées et donc de laisser l’enfantconsommer des traces ( ex: Nutella) Alors que la présence de Cor a 8 ( LTP) signe une allergiepotentiellement sévère primitivement d’origine alimentaire ;l’éviction sera stricte. Et si présence de Cor a9 , et /ou Cor a 14 ( albumine S2 ) :réactions systémiques sévères !( rq : avec arachide : ara H2 et ara H9 )
  21. 21.  Pour conclure sur l’allergie alimentaire,2 messages importants : Le retard à la diversification alimentaire est responsable del’augmentation et de la gravité des AA de l’enfant THEORIE DE LACK : voie orale inductrice de tolérance alorsque la voie cutanée est sensibilisante Fenêtre d’opportunité entre 4 et 6 mois chez l’enfant« normal »mais aussi l’atopique Pas d’éviction alimentaire { l’aveugle Les évictions interviennent après une explorationallergologique
  22. 22.  Bien sûr pour un enfant qui fait une urticaire aigue au décoursd’un apéritif familial avec suspicion vis-à-vis de l’arachide oude la noix de cajou , l’éviction doit être réalisée avant le bilanallergologique. Mais sur une pathologie chronique comme la DA , lorsque lasensibilisation est prouvée par TC et/ou des IgE spécifiques, le régime d’éviction doit être bref sur quelques semaineset, en l’absence d’amélioration, la réintroduction doit êtrerapide ( ≠ entre sensibilisation et allergie !!)
  23. 23.  3- L’anaphylaxie de l’enfant Première cause chez l’enfant : l’allergie alimentaire Critères diagnostic: Début rapide, signes cutanéo-muqueux, gênerespiratoire, chute TA , +/- signes digestifs avec vomissementet crampes abdominales, tachycardie (une bradycardie évoqueplutôt un malaise vagal)
  24. 24.  Mais la définition de l’anaphylaxie est plus compliquéepuisque l’on distingue maintenant 3 cas: 1 : les manifestations cutanéo-muqueuses avecmanifestations respiratoires et/ou baisse de TA même enl’absence de l’ingestion d’un allergène de façon évidente 2 : la notion d’un allergène possible avec troublesdigestifs et bronchospasme 3 : en cas d’allergie connue avec un signe isolé ( mêmeune chute de TA isolée )
  25. 25.  Diagnostics différentiels: Crise d’asthme sévère La crise d’angoisse ( pas d’hypotension – pas d’urticaire) L’urticaire aigue isolée Intoxication aux scombridés (ingestion: thon, maquereau oudauphin): urticaire + signes digestifs et céphalées : antiH1 Les angio-oedèmes héréditaires ou acquis : déficit en C1 inh :prise en charge spécifique L’entérocolite allergique médiée par un aliment
  26. 26.  La trousse d’urgence: Adrénaline auto injectable JEXT et ANAPEN Seule contre-indication la myocardiopathie obstructive :exceptionnelle chez l’enfant En IM ( 2 doses { 15’: donc recommandation de 2 stylos) Et seulement en 2 e intention antiH1 Corticoïde BronchodilatateursRq : attention à la réaction biphasique dans 1 à 20 % des cas :surveillance médicale de 6 h minimum
  27. 27.  Rédaction du protocole et place du PAI Sujet à polémique : doit-on mettre l’adrénaline en premier ourédaction du protocole avec progressivité ( antiH1 , corticoïde, béta 2 et adrénaline )? Place du PAI : nécessaire mais avec intelligence !
  28. 28.  4- l’allergie respiratoire de l’enfant: La rhinite allergique : La fréquence augmente RA concerne 10 à 20% de la population pédiatrique Les symptômes débutent avant 20 ans chez 80% des individus RA souvent sous diagnostiquée; très fréquente chezl’asthmatique: prévalence de 39% chez les 3-5 ans , et 70%chez les 12-18 ans
  29. 29.  La RA, débutant chez les enfants d’âge préscolaire, est unfacteur prédictif d’asthme ultérieur A 13 ans, 91% des enfants avec RA persistante sévère sontsensibilisés à au moins 1 pneumallergène (acariens, chat, chien, graminées, bouleau, alternaria…) 52% des enfants avec RA sévère sifflent; 30% pour les RAmodérées ou intermittentes
  30. 30.  Pourquoi la prévalence des allergies respiratoires del’enfant augmente? - l’hypothèse de la théorie hygiéniste : perte de labiodiversité dans le monde occidental avecaugmentation du risque allergique - + de polluants , + de tabac, + de viroses - par contre des facteurs protecteurs : Vit D, antioxydants ( intérêt d’une suplémentation ? )
  31. 31.  Triade : Eternuement- rhinorrhée-obstruction nasale Le prurit est souvent présent Frontière entre RNA et RA floue RA associe rhinite et sensibilisation IgE dépendante avecconcordance clinique –sensibilisation Certaines rhinites étiquetées RNA peuvent se révélerallergiques ultérieurement d’où l’intérêt des bilansallergologiques répétés. Pas d’âge minimal pour le bilan allergologique C’est la clinique qui guide l’exploration ; par contre pas de bilanprédictif
  32. 32.  Il est important de rechercher un asthme chez les patientsatteints de rhinite persistante allergique ou non. La RA s’intègre dans la marche atopique mais l’ITS a prouvéson efficacité en montrant ,en plus de l’amélioration clinique, une diminution du risque de poly sensibilisation secondaireet aussi diminution du passage de la RA { l’asthme
  33. 33.  L’asthme du nourrisson et de l’enfant: La plus fréquente des maladies chroniques au cours del’enfance Dans la majorité des cas , les symptômes d’asthmeapparaissent au cours de l’enfance et pour les enfants quirestent symptomatiques { l’âge adulte, les altérations de lafonction respiratoire sont présentes dès la première décade devie et peut-être même avant 3 ans. Le diagnostic: doit être évoqué sur des épisodes combinanttoux, sifflements et gêne respiratoire ( +/- surinfectionsrespiratoires à répétition )
  34. 34.  Le préalable : l’asthme ne guérit pas ; on ne peut parlerque de rémission! Notion récente de phénotypes: L’asthme induit par les virus , le tabac, sans atopie avecbiologie normale ,VEMS normal( 97%) , nécessitantpeu de corticoide inhalé L’asthme sévère , chez la fille surtout , avec surpoids, sans atopie et souvent corticorésistant Et l’asthme allergique , plutôt chez les garçons, aveceosino++, IgE totales ++ , VEMS abaissé (85%) et sévèreen cas de polysensibilisation
  35. 35.  Les facteurs de rémission : si absence d’atopie , pas desévérité , pas de début trop précoce Est-ce que tout est écrit d’avance avec une évolutionimmuable ? NON : intérêt de cibler le traitement ( désensibilisation, traitement inhalé ….
  36. 36.  Cas particulier de l’asthme du nourrisson: 3 épisodes de dyspnée avec sibillants Facteurs favorisants: infections virales, terrain atopique etallergènes, taille des voies aériennes, tabagisme , RGO Pronostic: Nourrissons sans terrain prédisposé : manifestationstransitoires liées aux viroses , étroitesses de VA et tabac Nourrissons asthmatiques : terrain atopique avecpersistance de l’asthme dans l’enfance
  37. 37.  Traitement de la crise: < 6 mois : kiné respiratoire et surveillance 6 à 12 mois : essai B2-adrénergique + kiné > 12 mois : bronchodilatateurs inhalés +/- corticothérapie orale + kiné
  38. 38.  Contrôle de l’environnement Lutte contre le tabagisme passif Eviction allergénique : éviction des animaux domestiques (chien, chat, cobaye…) hygiène de la literie aménagement d’un logement bien aéré, bien ventilé pouréviter la prolifération des acariens
  39. 39.  CORTICOIDES INHALES : ACTION : inhibition de synthèse de nombreuses protéinespro-inflammatoires (cytokines…) EFFETS : Amélioration du score symptomatique, de la qualité de vie, du DEP Diminution de consommation de B2 et corticoïdes oraux Préservation du capital respiratoire Prévention du déclin du VEMS Prévention du remaniement bronchiqueRq : - Le délai d’instauration conditionne la récupérationfonctionnelle- Place des antileucotriènes
  40. 40. Traitement de fondAsthme INTERMITTENT (70%)crises peu fréquentes (3 à 4/an)en période automno-hivernalepas de symptôme intercritiqueB2 adrénergique à la demandeAsthme PERSISTANT LEGER ou MODERE (25%)Crises 1 fois/mois,épisodes de toux nocturne, à l’effortou aux changements de temps< 2 fois/semTraitement de fond :Corticothérapie inhalée à faible doses3 mois minimumArrêt possible l’été
  41. 41. Asthme PERSISTANT SEVERE (5%)Crises > 1/mois avec corticothérapieorale ou sifflement persistantou toux sèche diurne et nocturneou épisodes de sifflements transitoiresplusieurs fois/sem sans infection ORL,nécessitant B2 adrénergiqueTraitement de fond :corticothérapie inhaléeà forte dosesréévaluation à 4 à 6 semainessi d’échec discuter :nébulisations de budésonide
  42. 42.  Les Béta 2 Longue durée d’action Bronchodilatation sur 12H > 4 ans 2 molécules : salmétérol et formotérol EFFETS : Diminue bronchospasme d’effort Moins de manifestations fin de journéeet fin de nuit Améliore l’observance Toujours associés aux CI Action complémentaire et synergique
  43. 43.  La place des EFR dans l’asthme de l’enfant: Avec l’interrogatoire, la clinique , les tests cutanés, laréalisation d’une épreuve fonctionnelle respiratoire EFR estindispensable L’âge minimal : 4 ans ½ - 5 ans La réalisation en pléthysmographie Une courbe débit-volume ( CVL ,CVF , DEMM ) La mesure des résistances des voies aériennes La mesure des volumes non mobilisables : VGT pour calculdu VR et de la CPT : intérêt pour évaluer la distension La réversibilité au béta 2 courte durée d’action
  44. 44.  Le suivi de l’enfant asthmatique: Une EFR par an pour un patient bien équilibré cliniquement( plus souvent si besoin ) Le consensus: l’EFR doit être normalisée chez l’enfant asthmatique traité Si ce n’est pas le cas : évoquer un problème d’observancethérapeutique !! L’adaptation du traitement de fond doit se faire vers ladiminution des doses des traitements inhalés mais sansdégrader l’EFR !
  45. 45.  L’ITS en 2013 : Chez l’enfant de façon quasi exclusive par voie orale ou sublinguale INDICATIONS : Signes respiratoires avec allergie IgE dépendante Diagnostic par TC +/- IgE spécifiques Apport de l’allergie moléculaire pour affiner le diagnostic etévaluer l’efficacité attendue de l’ITS ( ex: Bet V1 ) Persistance des symptômes malgré une bonne éviction ouéviction impossible ( pollens ) Mono sensibilisation à un allergène : acariens, alternaria, pollens ( mais pas chat, furet, rat ….) ( parfoisdouble !) Sur une pathologie stabilisée par le traitement symptomatique
  46. 46.  PROTOCOLES: Contrat avec la famille : 3 à 5 ans ! Prise quotidienne (Pb d’ observance !) En per annuel pour acariens et alternaria; et pré-cosaisonnierpour pollens ( arbres , graminées) LES ALLERGENES : Les gouttes d’extraits allergéniques standardisés : Osiris, Staloral ( progressivité des doses ) Les comprimés en pollens de graminées : Grazax et Oralair(Première prise au cabinet avec surveillance médicale: doseimportante d’emblée )
  47. 47.  LA SURVEILLANCE: Bi-annuelle Savoir arrêter un protocole qui ne marche pas ; en casd’effets indésirables ou en cas de recrudescence de la gênesymptomatique, réadapter le protocole Pas d’incompatibilité avec les autres traitements saufimmuno-modulateurs. Questions ?
  48. 48.  Les éruptions médicamenteuses de l’enfant: La question : les éruptions des enfants traités par desmédicaments courants résultent-elles d’unehypersensibilité médicamenteuse et quel bilan faut-ileffectuer? LES ASPECTS CLINIQUES: Les exanthèmes maculo-papuleux EMP sont caractériséspar de petites papules roses ou rouges qui apparaissent sur letronc avant de s’étendre progressivement vers les extrémitésdes membres.
  49. 49.  Elles apparaissent à la fin de la première semaine detraitement, sont non ou peu prurigineuses et disparaissentspontanément en 5 à 10 jours sans laisser de séquelles. Souvent les béta lactamines sont accusées La majorité des EMP de l’enfant ne résultent pas d’unehistamino-libération mais est plutôt la conséquence de lamaladie infectieuse et/ou inflammatoire ayant motivé laprescription du médicament. La plupart des enfants ne récidivent pas lors des traitementsultérieurs.
  50. 50.  Les lésions d’urticaire : Papules ou macules œdémateuses, d’aspect géographique, prurigineuses, mobiles ( transitoires et labiles) associé à unangio-œdème facial ou des extrémités. Les érythèmes polymorphes Lésions en « cocarde » surtout M > Infections par herpes simplex et mycoplasmapneumoniae Et les affections graves SSJ et DRESS
  51. 51.  La nature, la chronologie, la durée des réactions doiventêtre analysées : Le risque d’une allergie augmente avec la gravité et/ou laprécocité de la réaction par rapport au début du traitement. Intérêt des tests cutanés : tests à lecture immédiate si HSI - patchs pour HSRMais valeur +/- Quelques IgE spécifiques
  52. 52.  Les tests de Provocation restent le « Gold standard » En milieu hospitalier Non dénués de risque À réserver aux enfants avec urticaire +/- œdème , voiranaphylaxie avec chronologie immédiate !Rq : pour les éruptions bénignes, non identifiées , dechronologie non immédiate : TP à domicile
  53. 53.  Merci de votre attention

×