Statut juridique :
Comment faire le bon choix ?
Conférence animée par :
Maître Laurence BRIDAY-LELONG, Notaire
Maître Guil...
Les critères à prendre en compte
Les formes juridiques
 Souhait d’exercer seul ou avec des associés.
 Situation patrimon...
!
Zoom sur …
 E.I. (Entreprise Individuelle)
 E.I.R.L. (Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée)
 E.U.R.L. (En...
Les points clés
• Structure dirigée par un seul chef d’entreprise.
• Patrimoines personnel et professionnel confondus : re...
Les points clés
• Structure dirigée par un seul chef d’entreprise.
• Création d’un patrimoine d’affectation qui permet de ...
Les points clés
• Entité juridique propre constituée par :
• 1 associé (EURL).
• de 2 à 100 associés maximum (SARL).
• Cap...
Les points clés
• Structure dirigée par un ou plusieurs gérants.
Prévoir dans les statuts ou via un mandat devant notaire,...
Les points clés
• Régime fiscal :
Gérants  Rémunération imposée dans la catégorie
« traitements et salaires » à l’impôt s...
• Entité juridique propre constituée par 1 (SASU) ou plusieurs associés.
• Capital social librement fixé par les associés....
Les points clés
• Régime fiscal :
Président  Rémunération imposée dans la catégorie
« traitements et salaires » à l’impôt...
• Entité juridique propre constituée obligatoirement par plusieurs associés.
• La SCOP est assise sur le statut SARL ou SA...
Spécificités coopératives :
1- Des salariés propriétaires de leur entreprise
• Les associés salariés détiennent :
 le pou...
Spécificités coopératives :
2- Une gestion démocratique
• Votes dans les instances de décision (Assemblées Générales, Cons...
salarié/es
entreprise
associé/es
(facultatif)
max
33%
min 16%
min 25%
S.C.O.P. Les points clés
Spécificités coopératives :...
Spécificités coopératives :
4- Un patrimoine collectif inaliénable
• Les réserves ne peuvent pas être partagées directemen...
Les points clés
• Régime fiscal :
Dirigeant  Rémunération imposée dans la catégorie
« traitements et salaires » à l’impôt...
Société Coopérative d’intérêt Collectif :
ce qui la distingue de la SCOP :
• Un multi sociétariat
• Une quasi-non lucrativ...
Choisir la dénomination sociale (se rapprocher éventuellement de l’INPI).
Etablir un état des actes accomplis au nom et ...
 Le choix de votre statut juridique doit être cohérent avec votre
projet (clients, activité, CA réalisé…) et votre person...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Statut juridique comment faire le bon choix ?

314 vues

Publié le

Souhait d’exercer seul ou avec des associés.
Situation patrimoniale et protection du patrimoine.
Nécessité de mobiliser des capitaux.
Statut social : T.N.S. ou statut social « assimilé salarié ».
Régime d’imposition : I.R. ou I.S.
Formalisme de fonctionnement.

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
314
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Statut juridique comment faire le bon choix ?

  1. 1. Statut juridique : Comment faire le bon choix ? Conférence animée par : Maître Laurence BRIDAY-LELONG, Notaire Maître Guillaume BERGER, Avocat Monsieur Sébastien NERAULT, Responsable Régional URSCOP Une idée pour entreprendre …
  2. 2. Les critères à prendre en compte Les formes juridiques  Souhait d’exercer seul ou avec des associés.  Situation patrimoniale et protection du patrimoine.  Nécessité de mobiliser des capitaux.  Statut social : T.N.S. ou statut social « assimilé salarié ».  Régime d’imposition : I.R. ou I.S.  Formalisme de fonctionnement.
  3. 3. ! Zoom sur …  E.I. (Entreprise Individuelle)  E.I.R.L. (Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée)  E.U.R.L. (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée)  S.A.R.L. (Société à Responsabilité Limitée)  S.A.S. (Société par Actions Simplifiée)  S.C.O.P. (Société Coopérative et Participative)  S.C.I.C. (Société Coopérative d’Intérêt Collectif) Les formes juridiques
  4. 4. Les points clés • Structure dirigée par un seul chef d’entreprise. • Patrimoines personnel et professionnel confondus : responsabilité indéfinie sur l’ensemble des biens personnels du chef d’entreprise. Possibilité de réaliser une déclaration d’insaisissabilité pour protéger les biens fonciers bâtis et non bâtis non affectés à l’usage professionnel des poursuites des créanciers professionnels (acte notarié). • Production d’une comptabilité annuelle mais absence de publication. • Régime fiscal : Imposition à l’impôt sur le revenu. • Régime social : Statut du travailleur indépendant. Entreprise individuelle
  5. 5. Les points clés • Structure dirigée par un seul chef d’entreprise. • Création d’un patrimoine d’affectation qui permet de limiter la responsabilité du chef d’entreprise. L’opposabilité aux créanciers antérieurs est soumise à différentes conditions. Possibilité de réaliser une déclaration d’insaisissabilité pour protéger les biens fonciers bâtis et non bâtis non affectés à l’usage professionnel des poursuites des créanciers professionnels (acte notarié). • Production et publication de la comptabilité annuelle. • Régime fiscal : Imposition à l’impôt sur le revenu. Option possible à l’impôt sur les sociétés. • Régime social : Statut du travailleur indépendant. E.I.R.L.
  6. 6. Les points clés • Entité juridique propre constituée par : • 1 associé (EURL). • de 2 à 100 associés maximum (SARL). • Capital social librement fixé par les associés. - Le montant du capital social doit être cohérent avec le projet. Dans le cas inverse, la responsabilité du gérant et/ou des associés pourra être engagée. - Possibilité de libérer 1/5 des apports en numéraire lors de la création de la société et libération du solde dans les 5 ans. E.U.R.L. / S.A.R.L.
  7. 7. Les points clés • Structure dirigée par un ou plusieurs gérants. Prévoir dans les statuts ou via un mandat devant notaire, les conséquences liées au décès du gérant. • Responsabilité : Gérants  Responsabilité pénale et civile. Associés  limitée aux apports. La responsabilité du gérant et des associés pourra être étendue à leurs biens personnels s’ils ont accordé des cautions personnelles ou commis des fautes de gestion. • Approbation des comptes annuels en Assemblée Générale et prise des décisions en Assemblée Générale Ordinaire ou Assemblée Générale Extraordinaire. • Production et publication de la comptabilité annuelle. E.U.R.L. / S.A.R.L.
  8. 8. Les points clés • Régime fiscal : Gérants  Rémunération imposée dans la catégorie « traitements et salaires » à l’impôt sur le revenu. Société  Imposition à l’impôt sur les sociétés. Option possible à l’Impôt sur le revenu dans certains cas. • Régime social : Exemple : M.MARTIN (40 %), Mme PHILIPPE (40 %) et Mme PEREIRA (20 %). Hypothèse 1 : M.MARTIN et Mme PHILIPPE co-gérants  80 % des parts  Travailleurs non salariés Hypothèse 2 : Mme PEREIRA gérante  20 % des parts  Travailleur assimilé salarié E.U.R.L. / S.A.R.L. Gérance Régime social Majoritaire Travailleurs Non Salariés Egalitaire Travailleurs « assimilés salariés » (pas de droit au chômage)Minoritaire
  9. 9. • Entité juridique propre constituée par 1 (SASU) ou plusieurs associés. • Capital social librement fixé par les associés. Possibilité de libérer uniquement la moitié des apports en numéraire à la création et libération du solde dans les 5 ans. • Obligation de nommer un Président. • Responsabilité : Dirigeants  Responsabilité pénale et civile. Simples actionnaires  limitée aux apports. • Obligation de désigner un commissaire au compte dans certains cas. • Les modalités d’adoption des décisions sont définies dans les statuts par les associés. Certaines décisions doivent être prises collectivement. S.A.S. Les points clés
  10. 10. Les points clés • Régime fiscal : Président  Rémunération imposée dans la catégorie « traitements et salaires » à l’impôt sur le revenu. Société  Imposition à l’impôt sur les sociétés. Option possible à l’Impôt sur le revenu dans certains cas. • Régime social : Travailleur assimilé salarié. (pas de droit au chômage) S.A.S.
  11. 11. • Entité juridique propre constituée obligatoirement par plusieurs associés. • La SCOP est assise sur le statut SARL ou SA ou SAS:  SCOPARL dirigée par un gérant.  SCOP SA dirigée par un PCA/DG ou un PDG.  SCOP SAS • Capital social librement fixé par les associés avec un minimum de 30 € en SCOPARL et 18 500 € en SCOP SA. Société obligatoirement à capital variable. Simplification des changements du montant de capital durant la vie de la société. S.C.O.P. Les points clés
  12. 12. Spécificités coopératives : 1- Des salariés propriétaires de leur entreprise • Les associés salariés détiennent :  le pouvoir : minimum 2/3 des voix.  le capital : minimum 51% des parts. • Aucun associé n’est majoritaire. • Associés extérieurs < 50% du capital. S.C.O.P. Les points clés
  13. 13. Spécificités coopératives : 2- Une gestion démocratique • Votes dans les instances de décision (Assemblées Générales, Conseil d’Administration) selon la règle suivante : • Election des administrateurs (SA) ou du gérant (SCOPARL). S.C.O.P. Les points clés 1 personne = 1 voix
  14. 14. salarié/es entreprise associé/es (facultatif) max 33% min 16% min 25% S.C.O.P. Les points clés Spécificités coopératives : 3- Un partage équitable du résultat Moy 2014 10% 49% 40%
  15. 15. Spécificités coopératives : 4- Un patrimoine collectif inaliénable • Les réserves ne peuvent pas être partagées directement ou indirectement par les associés de la SCOP. • La SCOP n’est pas un objet de patrimoine. • En contrepartie : consolidation financière et pérennité de la SCOP. S.C.O.P. Les points clés
  16. 16. Les points clés • Régime fiscal : Dirigeant  Rémunération imposée dans la catégorie « traitements et salaires » à l’impôt sur le revenu. SCOP  Imposition à l’impôt sur les sociétés. Deux particularités : • Exonération de la C.E.T. (CFE + CVAE) • Réduction de l’assiette de l’IS • Régime social : Travailleur salarié. S.C.O.P.
  17. 17. Société Coopérative d’intérêt Collectif : ce qui la distingue de la SCOP : • Un multi sociétariat • Une quasi-non lucrativité S.C.I.C. Les points clés 2 catégories imposées 1) Salariés 2) Bénéficiaires (clients, usagers,…) 1 libre au minimum 3) Autres types d’associés (exemple : bénévoles, collectivités publiques,…) Principe de la double qualité des associés 3 catégories d’associés minimum
  18. 18. Choisir la dénomination sociale (se rapprocher éventuellement de l’INPI). Etablir un état des actes accomplis au nom et pour le compte de la société en formation. Nommer le(s) dirigeant(s) et un commissaire aux apports (dans certains cas). Rédiger les statuts et les faire enregistrer auprès du service des impôts (selon les cas). Déposer les fonds constituant les apports en numéraire sur un compte bloqué (Banque, Caisse des Dépôts et Consignations ou Notaire). Publier un avis de constitution dans un journal d’annonces légales. Effectuer les formalités de création de la société auprès du CFE compétent. S.A.R.L. /S.A.S. /S.C.O.P. Les formalités de constitution
  19. 19.  Le choix de votre statut juridique doit être cohérent avec votre projet (clients, activité, CA réalisé…) et votre personnalité. Faites-vous accompagner par un professionnel. Avez-vous des questions Pour conclure… Merci de votre attention

×