SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  74
Hémorragies Digestives Basses: 
Point de vue du Chirurgien 
Pr G. Poncet (Lyon) 
Service de Chirurgie Digestive 
Lyon, France
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Saignement d’une lésion située en aval de l’angle de Treitz, au niveau du grêle, du colon, du rectum ou de l’anus. 
Situation du problème
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Situation du problème 
Saignement d’une lésion située en aval de l’angle de Treitz, au niveau du grêle, du colon, du rectum ou de l’anus. 
•Diagnostic étiologique difficile. 
•Origine restant indéterminée dans 5 à 12 %des cas malgré les progrès des investigations endoscopiques et radiologiques. 
•Pronostic: mortalité entre 5 à 10 %. 
•Etiologies: 
–Causes recto-coliques: 95 % 
–Lésions du grêle: 5 %
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Prise en charge initiale 
Prise en charge médicale -Affirmer le diagnostic-Evaluer la gravité initiale-Evaluer l’activité de l’hémorragie-Approcher le diagnostic lésionnel 
Prise en charge thérapeutique initiale-Mesures non spécifiques: gestion du choc hémorragique 
Facteurs pronostiques 
Stratégies diagnostiques et thérapeutiques
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Prise en charge initiale 
Histoire de l’hémorragie 
Début, importance, signes associés… 
Aspect et abondance du sang émis (rouge, noir, sépia) 
Problème= grande variabilité de l’estimation
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Prise en charge initiale 
Histoire de l’hémorragie 
Début, importance, signes associés… 
Aspect et abondance du sang émis (rouge, noir, sépia) 
Problème= grande variabilité de l’estimation 
Histoire du malade 
Antécédents 
Pathologies associées 
Geste endoscopique récent 
Prise médicamenteuse (Aspirine, anticoagulants, AINS)
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Prise en charge précoce et mise en condition rapide 
voie veineuse de bon calibre, bilan biologique 
Réanimation médicale intensive si nécessaire 
Restaurer la volémie (remplissage vasculaire) 
Oxygénothérapie ou assistance ventilatoire si nécessaire 
Transfusions globulaires 
hémoglobine < à 7g/dl ou déglobulisation mal tolérée 
Correction des troubles de l’hémostase 
Surveillance clinique et biologique rapprochée 
Prise en charge initiale
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Facteurs de gravité 
Age supérieur à 60 ans 
Tachycardie > à 100/min 
Pression artérielle systolique < à 100 mmHg ou baisse de 40 mmHg par rapport à la pression artérielle habituelle 
Hémoglobine < à 8 g/dl ou hématocrite < à 30% 
Mauvaise tolérance hémodynamique d’emblée (syncope) 
Transfusion de 6 culots globulaires au cours des 24 premières heures 
Persistance ou récidive hémorragique prématurée 
Traitement anticoagulant ou troubles de la coagulation 
Affections associées et score de défaillance multiviscérale élevé 
Type de lésions hémorragiques
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Les bonnes questions à se poser
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Les bonnes questions à se poser 
1)Existe-t-il une hémorragie d’origine hauteà présentation basse ?
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Les bonnes questions à se poser 
1)Existe-t-il une hémorragie d’origine hauteà présentation basse ? 
Fibroscopie oeso-gastro-duodénale
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Lésions Duodénales 
AmpullomeUlcères
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
ANEVRISME AORTIQUE ou FISTULE AORTO-ENTERIQUE SUR PROTHESE 
Prévalence : 0,6 à 2,25 %
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Les bonnes questions à se poser 
1)Existe-t-il une hémorragie d’origine hauteà présentation basse ?
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Les bonnes questions à se poser2)Existe-t-il une rectorragie basse d’origine proctologique ? 
1)Existe-t-il une hémorragie d’origine hauteà présentation basse ?
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Les bonnes questions à se poser 
2)Existe-t-il une rectorragie basse d’origine proctologique ? 
1)Existe-t-il une hémorragie d’origine hauteà présentation basse ? Anuscopie et Rectoscopie au tube rigide
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Pathologie Proctologique 
Hémorroïdes internes : après traitement instrumental ou chirurgical 
Fissure anale 
Ulcérations rectales 
Lésions traumatiques ou iatrogènes 
suppositoires, lavements, empalements accidentel, accidents de la route, traumatismes sexuels ... Rarement responsable d’hémorragies graves abondantes
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Traumatisme rectal iatrogène
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Les bonnes questions à se poser 
2)Existe-t-il une rectorragie basse d’origine proctologique ? 
1)Existe-t-il une hémorragie d’origine hauteà présentation basse ?
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Les bonnes questions à se poser2)Existe-t-il une rectorragie basse d’origine proctologique ? 
1)Existe-t-il une hémorragie d’origine hauteà présentation basse ? 3) Quelle localisation ?
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Moyens Diagnostiques et Thérapeutiques-Rectosigmoïdoscopie-Coloscopie en urgence ou différéeExamen de référence mais de réalisation difficile en période hémorragique (réalisée dans les 6 à 48h) Performance diagnostique faible avec une responsabilité lésionnelle établie dans 48 à 90% des cas Geste hémostatique local: 70% des casTauxde complication de 0,8 à 1,3% -Angioscanner-ArtériographieEfficience diagnostique de 27 à 77% Débit de l’hémorragie 0,5 à 1 ml/min-Entéroscopiehaute et basseRéalisation délicatePer-opératoire
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Moyens Diagnostiques et Thérapeutiques 
Laparotomie exploratrice 
(10 à 25 % des patients) Critères incitant au recours chirurgical 
-Saignement actif dont l’origine a été localisée avec échec du TT endoscopique ou de l’embolisation. -Hémorragie persistante avec transfusion > 6 CGR avec absence de diagnostic étiologique après endoscopie et artériographie. 
Mortalité: 2 -10% Varie en fonction du nombre de CGR transfusés: 8 % si < 10 CGR 45 % si > 10 CGR
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Localisation colique
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Etiologies des H.D.B. majeuresOrigine colique est prédominante 95% TRES FREQUENTES-Diverticulose colique : 50 à 60 % -Angiodysplasiescoliques : 5 à 10%
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Etiologies des H.D.B. majeuresOrigine colique est prédominante 95% 
TRES FREQUENTES 
-Diverticulose colique : 50 à 60 % 
-Angiodysplasiescoliques : 5 à 10% 
MOINS FREQUENTES 
-Tumeurs colo-rectales: 10 à 20% 
-Colites inflammatoires ou ulcérées : 6 à 30% 
-Colite ischémique: 3 à 9% 
-Pathologie post-opératoire ou post-endoscopie : 0,3 à 2,4%
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Hémorragie diverticulaire-Coloscopie - Traitement EndoscopiqueInjection locale d’adrénaline. Kim. J clin Gastroenterol1993 Electrocoagulation bipolaire.Foutch. Am J Gastroenterol1996 Pose de clip. Rino. Hepatogastroenterology1999 Ligature Endoscopique. Farrell. Endoscopy2003
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Hémorragie diverticulaire-Angioscanner- 
oIntérêt +++ 
oFuite de produit de contraste en intraluminal 
oLocaliser le site hémorragique ++ 
oPerformant : 
Pas de préparation, rapidité, disponibilité 
oSi forte suspicion : en urgence dès l’admission ?
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Hémorragie diverticulaire-Artériographie - 
Diagnostique: localise le site 
oNécessite débit hémorragique > 0.5 ml/min –1 ml/min(besoins transfusionnels : 3 CGR/24 h) 
oSensibilité : 15-80 % 
Thérapeutique: 
oInfusion vasopressine +/- 
Efficacité : 70 %, récidives 50 % 
oEmbolisation superselective : coil, …. 
oSuccès technique : 70-90 % 
oRisque complications ischémiques : 5-20% 
oRécidives : 10-15 % dans les 24 H 
oSuccès à long terme : 80 %
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Hémorragie diverticulaireQuelle chirurgie en situation d’urgence vitale ? 10 % Connue90 % InconnueLocalisation du site hémorragique
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Quelle chirurgie en urgence si site localisé ? 
Auteurs 
n 
Récidives (%) 
Mortalité (%) 
Casarella, 1974 
39 
0 
0.5 
Athanasoulis, 1975 
10 
0 
0 
Welch, 1978 
42 
10 
2 
Boley, 1979 
27 
15 
4 
Wright, 1980 
20 
5 
0 
Nath, 1981 
16 
0 
0 
Colacchio,1982 
46 
11 
22 
Britt, 1983 
14 
7 
14 
Browder, 1986 
17 
0 
0 
Leitman, 1989 
23 
4 
13 
Parkes, 1993 
14 
14 
7 
Farner, 1999 
50 
18 
7 
Total 
318 
8 % 
7 % 
Résection Segmentaire Dirigée 
= 
Traitement de choix : 
Faible morbidité 
Faible mortalité 
Faible taux de récidives
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Quelle chirurgie en urgence si site non localisé ? 
Auteurs 
n 
Récidives (%) 
Mortalité (%) 
Mc Guire, 1972 
5 
40 
20 
Casarella, 1974 
4 
50 
50 
Eaton, 1981 
24 
75 
50 
Drapanas, 1972 
23 
35 
30 
Total 
56 
53 % 
40 % 
Colectomie segmentaire 
à l’aveugle
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Quelle chirurgie en urgence si site non localisé ? 
Auteurs 
n 
Récidives (%) 
Mortalité (%) 
Mc Guire, 1972 
5 
40 
20 
Casarella, 1974 
4 
50 
50 
Eaton, 1981 
24 
75 
50 
Drapanas, 1972 
23 
35 
30 
Total 
56 
53 % 
40 % 
Colectomie segmentaire 
à l’aveugleRisque trop élevé de récidiveet de mortalité
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Quelle chirurgie en urgence si site non localisé ? 
Auteurs 
n 
Récidives 
(%) 
Mortalité 
(%) 
Drapanas, 1972 
35 
0 
11 
Welch, 1978 
10 
0 
10 
Eaton, 1981 
4 
0 
0 
Colacchio, 1982 
12 
8 
33 
Gianfrancisco, 1982 
10 
60 
40 
Britt, 1983 
10 
0 
20 
Leitman,1989 
7 
0 
40 
Farner, 1999 
27 
4 
2 
Renzulli, 2002 
32 
0 
3 
Total 
147 
5 % 
7,5 % 
Colectomie subtotale 
« de sauvetage » 
avec anastomose iléo-rectale 
ou iléostomieOption raisonnableRisque de récidive minimeFaible mortalité 
Colectomie segmentaire dirigée 
8 % 
7 %
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Epidémiologie spécifique 
Angiodysplasies: 
o5 à 10% des HDB selon les séries 
oIncidence: 1 à 2% dans les séries autopsiques 
oMajorité dans colon droit et cæcum 
oDiagnostic endoscopique difficile en urgence 
oArtériographie : examen de référence 
oRécidivehémorragique en l’absence de traitement: 25 à 50% des cas
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Epidémiologie spécifique 
Tumeurs colo-rectales: 
-Rectorragies d’intensité plutôt modérée 
-10 à 20% des HDB abondantes 
-Les polypes : causes rares d’HDB
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Epidémiologie spécifique 
Colites inflammatoires ou ulcérées: 
•6 à 30% des HDB: 5% d’hémorragies sévères 
•Rectocolite hémorragique: 2 à 8% des HDB 
•Maladie de Crohn et colites infectieuses moins impliquées dans les HDB abondantes 
Colites ischémiques: 
•3 à 9% des HDB abondantesMaladie de Crohn 
Rectocolite hémorragiqueColite ischémique
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Epidémiologie spécifique 
Causes coliques plus rares: 
oVarices rectales ou coliques 
oComplications d’un geste endoscopique (polypectomie, mucosectomie) : 
0,3 à 2,4% des HDB
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Localisation grêlique
Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 
Principales étiologies au niveau grêlique 
Frequency of causes of small bowel bleeding 
Angiodysplasia 70 - 80 % 
Tumours 5 - 10 % 
Miscellaneous 
 Medication related 
 Infections (tuberculosis) 
 Crohn's disease 
 Meckel's diverticulum 
 Zollinger-Ellison 
 Vasculitis 
 Radiation enteritis 
 Jejunal diverticula 
 Chronic mesenteric ischaemia 
10 - 25 % 
A. van Gossum, 2001
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Angiodysplasies
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
G.I.S.T.
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
G.I.S.T.
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Diverticule de Meckel
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Entéroscopie per-opératoire 
oLaparotomie. 
oEntérotomiemédiane. 
oL’intestingrêleest«empilé»surl’endoscopeparl’opérateurchirurgical. 
oLaposed’unclamptousles30cmestréaliséafind’éviterunedistensiontropimportantedugrêle. 
oDoubleinspection 
Endoluminaleparl’opérateurendoscopiste 
Exoluminale(transillumination)parl’opérateurchirurgical
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Résultats de l’entéroscopie per-op. Author (year) n Path. findings Therapy Follow-up (months) Rebleeding Szold (1992) 30 93% Op / kons. 24 20% Ress (1992) 44 70% Op 21 52% Lopez (1996) 16 88% Op ? 40% Zaman (1999) 14 57% 7 Op 45 45% Benz (1999) 14 100% 9 Op 16 - Douard (2000) 20 80% 15 Op 19 30% Kendrick (2001) 70 81% 35 Op 32 ?
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Proposition d’algorithme diagnostique et thérapeutique
Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 
Hémorragie grave avec collapsus 
chirurgie élective 
Laparotomie 
avec 
entéroscopie per-op 
coloscopie per-op 
Embolisation 
ou 
chirurgie élective 
Scanner avec injection 
Artériographie 
Causes colorectales basses 
Rectosigmoidoscopie Hémorragie Dig haute 
Fibroscopie OGD 
- + 
- 
- 
+ 
+
Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 
Hémorragie grave sans collapsus 
Embolisation 
ou 
chirurgie élective 
chirurgie élective 
Laparotomie 
avec 
entéroscopie per-op 
coloscopie per-op 
Scanner avec injection 
Artériographie 
non contributive 
Chirurgie élective TT endoscopique 
Causes grêliques 
Entéroscopie non chirurgicale Causes coliques 
Coloscopie Causes colorectales basses 
Rectosigmoidoscopie Hémorragie Dig haute 
Fibroscopie OGD 
- - 
- 
- 
- 
+ + 
+ 
+ 
+ 
-
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
LaparotomieRègle pour la chirurgie des HDB massives en urgenceOrigine localiséeChirurgie élective
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
LaparotomieOrigine grêlique ou colique retenue maisLocalisation exacte impréciseGrêle identifiéXie électiveGrêle non identifiéDouble stomieRègle pour la chirurgie des HDB massives en urgence
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Laparotomie 
Origine grêlique ou colique retenue mais 
Localisation exacte impréciseGrêle identifiéXie élective 
Grêle non identifié 
Double stomieColon identifiéXie électiveColon non identifiéColectomie totaleRègle pour la chirurgie des HDB massives en urgence
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Laparotomie 
Aucune identification possibleGrêle non identifiéDouble stomieColon non identifiéDouble stomieRègle pour la chirurgie des HDB massives en urgence
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Laparoscopie 
oPlace limitée dans l’urgence 
oProblème:utilisation de la laparoscopie dans un contexte de choc hémorragique 
oImpossibilité d’associer la palpation à l’inspectionNécessité absolue d’une localisation précise du site hémorragique
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Conclusion 
Prise en charge multidisciplinaire +++ 
Diagnostic étiologique difficile 
La chirurgie n’a pas une place de première intention 
La laparotomie exploratrice est indiquée : 
oHémorragie persistante 
oBilan négatif
Pr G. Poncet 
Fès, le 26 Avril 2014 
Merci de votre attention 
شكرا على انتباهكم

Contenu connexe

Tendances

Hypertension portale
Hypertension portaleHypertension portale
Hypertension portaleClaude EUGENE
 
Steatose aigue gravidique
Steatose aigue gravidiqueSteatose aigue gravidique
Steatose aigue gravidiqueClaude EUGENE
 
Etat de choc cardiogénique -Tizi-
Etat de choc cardiogénique -Tizi-Etat de choc cardiogénique -Tizi-
Etat de choc cardiogénique -Tizi-L-ilia
 
Tumeurs benignes du foie
Tumeurs benignes du foieTumeurs benignes du foie
Tumeurs benignes du foieClaude EUGENE
 
Aomi
AomiAomi
Aomisguif
 
HD Basses - Pr H. SBAI
HD Basses - Pr H. SBAIHD Basses - Pr H. SBAI
HD Basses - Pr H. SBAIagerc2013
 
CAT devant des Oedemes des Membres Iinférieurs. Pr.Jamil HACHICHA
CAT devant des Oedemes des Membres Iinférieurs. Pr.Jamil HACHICHACAT devant des Oedemes des Membres Iinférieurs. Pr.Jamil HACHICHA
CAT devant des Oedemes des Membres Iinférieurs. Pr.Jamil HACHICHADr Riyadh Essefi
 
Encephalopathie hepatique
Encephalopathie hepatiqueEncephalopathie hepatique
Encephalopathie hepatiqueClaude EUGENE
 
Le syndrome hépatorénal
Le syndrome hépatorénal Le syndrome hépatorénal
Le syndrome hépatorénal Med Amine H
 
Ascite Conduite du diagnostic
Ascite Conduite du diagnosticAscite Conduite du diagnostic
Ascite Conduite du diagnosticClaude EUGENE
 
HD Basses - Pr F. Haddad
HD Basses - Pr F. HaddadHD Basses - Pr F. Haddad
HD Basses - Pr F. Haddadagerc2013
 
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro  duodأ©nauxUlcأ¨res gastro  duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro duodأ©nauxkillua zoldyck
 
portal hypertension non-cirrhotic
portal hypertension   non-cirrhoticportal hypertension   non-cirrhotic
portal hypertension non-cirrhoticmerdaci dhia elhak
 
Diagnosis, Management of hepatitis C
Diagnosis, Management of hepatitis  CDiagnosis, Management of hepatitis  C
Diagnosis, Management of hepatitis Cmerdaci dhia elhak
 
La cirrhose hépatique pr arbaoui fac med tlemcen
La cirrhose hépatique  pr arbaoui fac med tlemcenLa cirrhose hépatique  pr arbaoui fac med tlemcen
La cirrhose hépatique pr arbaoui fac med tlemcenArbaoui Bouzid
 
Arbre décisionnel omi arrault
Arbre décisionnel  omi   arraultArbre décisionnel  omi   arrault
Arbre décisionnel omi arraultsfa_angeiologie
 
Insuffisance hépatique aiguë (Hépatite fulminante)
Insuffisance hépatique aiguë (Hépatite fulminante)Insuffisance hépatique aiguë (Hépatite fulminante)
Insuffisance hépatique aiguë (Hépatite fulminante)Claude EUGENE
 
Troubles ioniques aux urgences Dr Olfa CHAKROUN WALHA
Troubles ioniques aux urgences Dr Olfa CHAKROUN WALHA Troubles ioniques aux urgences Dr Olfa CHAKROUN WALHA
Troubles ioniques aux urgences Dr Olfa CHAKROUN WALHA Dr Riyadh Essefi
 

Tendances (20)

Hypertension portale
Hypertension portaleHypertension portale
Hypertension portale
 
Steatose aigue gravidique
Steatose aigue gravidiqueSteatose aigue gravidique
Steatose aigue gravidique
 
Etat de choc cardiogénique -Tizi-
Etat de choc cardiogénique -Tizi-Etat de choc cardiogénique -Tizi-
Etat de choc cardiogénique -Tizi-
 
Tumeurs benignes du foie
Tumeurs benignes du foieTumeurs benignes du foie
Tumeurs benignes du foie
 
Aomi
AomiAomi
Aomi
 
HD Basses - Pr H. SBAI
HD Basses - Pr H. SBAIHD Basses - Pr H. SBAI
HD Basses - Pr H. SBAI
 
CAT devant des Oedemes des Membres Iinférieurs. Pr.Jamil HACHICHA
CAT devant des Oedemes des Membres Iinférieurs. Pr.Jamil HACHICHACAT devant des Oedemes des Membres Iinférieurs. Pr.Jamil HACHICHA
CAT devant des Oedemes des Membres Iinférieurs. Pr.Jamil HACHICHA
 
Encephalopathie hepatique
Encephalopathie hepatiqueEncephalopathie hepatique
Encephalopathie hepatique
 
Le syndrome hépatorénal
Le syndrome hépatorénal Le syndrome hépatorénal
Le syndrome hépatorénal
 
Cirrhose 2017
Cirrhose 2017Cirrhose 2017
Cirrhose 2017
 
Ascite Conduite du diagnostic
Ascite Conduite du diagnosticAscite Conduite du diagnostic
Ascite Conduite du diagnostic
 
HD Basses - Pr F. Haddad
HD Basses - Pr F. HaddadHD Basses - Pr F. Haddad
HD Basses - Pr F. Haddad
 
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro  duodأ©nauxUlcأ¨res gastro  duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
 
portal hypertension non-cirrhotic
portal hypertension   non-cirrhoticportal hypertension   non-cirrhotic
portal hypertension non-cirrhotic
 
Diagnosis, Management of hepatitis C
Diagnosis, Management of hepatitis  CDiagnosis, Management of hepatitis  C
Diagnosis, Management of hepatitis C
 
Les maladies vasculaires du foie : le point de vue de 2020 - Laure ELKRIEF
Les maladies vasculaires du foie : le point de vue de 2020 - Laure ELKRIEFLes maladies vasculaires du foie : le point de vue de 2020 - Laure ELKRIEF
Les maladies vasculaires du foie : le point de vue de 2020 - Laure ELKRIEF
 
La cirrhose hépatique pr arbaoui fac med tlemcen
La cirrhose hépatique  pr arbaoui fac med tlemcenLa cirrhose hépatique  pr arbaoui fac med tlemcen
La cirrhose hépatique pr arbaoui fac med tlemcen
 
Arbre décisionnel omi arrault
Arbre décisionnel  omi   arraultArbre décisionnel  omi   arrault
Arbre décisionnel omi arrault
 
Insuffisance hépatique aiguë (Hépatite fulminante)
Insuffisance hépatique aiguë (Hépatite fulminante)Insuffisance hépatique aiguë (Hépatite fulminante)
Insuffisance hépatique aiguë (Hépatite fulminante)
 
Troubles ioniques aux urgences Dr Olfa CHAKROUN WALHA
Troubles ioniques aux urgences Dr Olfa CHAKROUN WALHA Troubles ioniques aux urgences Dr Olfa CHAKROUN WALHA
Troubles ioniques aux urgences Dr Olfa CHAKROUN WALHA
 

En vedette

Impacts et SolutionsA�Un�|Un�Un�Dr Dave Randle
Impacts et SolutionsA�Un�|Un�Un�Dr Dave RandleImpacts et SolutionsA�Un�|Un�Un�Dr Dave Randle
Impacts et SolutionsA�Un�|Un�Un�Dr Dave Randleenchantinggover30
 
Club colibris
Club colibrisClub colibris
Club colibrisjoellescf
 
China analiza relaciones EE.UU., Rusia y América latina
China analiza relaciones EE.UU., Rusia y América latinaChina analiza relaciones EE.UU., Rusia y América latina
China analiza relaciones EE.UU., Rusia y América latinajarad48
 
I World Café de Euskadi para la Igualdad
I World Café de Euskadi para la IgualdadI World Café de Euskadi para la Igualdad
I World Café de Euskadi para la Igualdadthooby
 
Classe inversée freinet/pédagogie institutionnelle
Classe inversée freinet/pédagogie institutionnelleClasse inversée freinet/pédagogie institutionnelle
Classe inversée freinet/pédagogie institutionnelleAnne Andrist
 
Générer des leads avec les réseaux sociaux en BtoB ? Content Connection 14
Générer des leads avec les réseaux sociaux en BtoB ? Content Connection 14 Générer des leads avec les réseaux sociaux en BtoB ? Content Connection 14
Générer des leads avec les réseaux sociaux en BtoB ? Content Connection 14 ABILEO
 
Correspondance commerciale
Correspondance commercialeCorrespondance commerciale
Correspondance commercialejoffreytr
 

En vedette (20)

Ateliers écriture
Ateliers écritureAteliers écriture
Ateliers écriture
 
Statutsdelassociation
StatutsdelassociationStatutsdelassociation
Statutsdelassociation
 
Impacts et SolutionsA�Un�|Un�Un�Dr Dave Randle
Impacts et SolutionsA�Un�|Un�Un�Dr Dave RandleImpacts et SolutionsA�Un�|Un�Un�Dr Dave Randle
Impacts et SolutionsA�Un�|Un�Un�Dr Dave Randle
 
Ud7 hoja1 sol-ejercicio5
Ud7 hoja1 sol-ejercicio5Ud7 hoja1 sol-ejercicio5
Ud7 hoja1 sol-ejercicio5
 
Mm la mujer-madura
Mm la mujer-maduraMm la mujer-madura
Mm la mujer-madura
 
Guerre d algérie partie1
Guerre d algérie partie1Guerre d algérie partie1
Guerre d algérie partie1
 
Adroit_Courses
Adroit_CoursesAdroit_Courses
Adroit_Courses
 
Club colibris
Club colibrisClub colibris
Club colibris
 
China analiza relaciones EE.UU., Rusia y América latina
China analiza relaciones EE.UU., Rusia y América latinaChina analiza relaciones EE.UU., Rusia y América latina
China analiza relaciones EE.UU., Rusia y América latina
 
Dossiers 0001
Dossiers 0001Dossiers 0001
Dossiers 0001
 
Grandlieu
GrandlieuGrandlieu
Grandlieu
 
I World Café de Euskadi para la Igualdad
I World Café de Euskadi para la IgualdadI World Café de Euskadi para la Igualdad
I World Café de Euskadi para la Igualdad
 
Classe inversée freinet/pédagogie institutionnelle
Classe inversée freinet/pédagogie institutionnelleClasse inversée freinet/pédagogie institutionnelle
Classe inversée freinet/pédagogie institutionnelle
 
Blagues (1)
Blagues (1)Blagues (1)
Blagues (1)
 
Générer des leads avec les réseaux sociaux en BtoB ? Content Connection 14
Générer des leads avec les réseaux sociaux en BtoB ? Content Connection 14 Générer des leads avec les réseaux sociaux en BtoB ? Content Connection 14
Générer des leads avec les réseaux sociaux en BtoB ? Content Connection 14
 
Ofrend 2
Ofrend 2Ofrend 2
Ofrend 2
 
Adroit_Brochure
Adroit_BrochureAdroit_Brochure
Adroit_Brochure
 
Ud2 hoja2
Ud2 hoja2Ud2 hoja2
Ud2 hoja2
 
Rx formations sdd-b2-b
Rx formations sdd-b2-bRx formations sdd-b2-b
Rx formations sdd-b2-b
 
Correspondance commerciale
Correspondance commercialeCorrespondance commerciale
Correspondance commerciale
 

Similaire à HDB - G. PONCET

Tipmp ou pancréatite chronique
Tipmp ou pancréatite chroniqueTipmp ou pancréatite chronique
Tipmp ou pancréatite chroniquealioukaour
 
Dr gilles Russ et Pr laurence Leenhardt
Dr gilles Russ et  Pr laurence LeenhardtDr gilles Russ et  Pr laurence Leenhardt
Dr gilles Russ et Pr laurence Leenhardtall-in-web
 
Dépistage de l’anévrisme de l’aorte lille
Dépistage de l’anévrisme de l’aorte lilleDépistage de l’anévrisme de l’aorte lille
Dépistage de l’anévrisme de l’aorte lilleARMVOP Médecin Vasculaire
 
Procto - Pr L. Siproudhis
Procto - Pr L. SiproudhisProcto - Pr L. Siproudhis
Procto - Pr L. Siproudhisagerc2013
 
Anesthesia in urology for dummies
Anesthesia in urology for dummiesAnesthesia in urology for dummies
Anesthesia in urology for dummiesYves Asencio
 
SIN_SARGATA_ISS,_PÉRITONITE_GÉNÉRALISÉE_PAR_PERFORATION_DE_L'ULCÈRE.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_PÉRITONITE_GÉNÉRALISÉE_PAR_PERFORATION_DE_L'ULCÈRE.pdfSIN_SARGATA_ISS,_PÉRITONITE_GÉNÉRALISÉE_PAR_PERFORATION_DE_L'ULCÈRE.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_PÉRITONITE_GÉNÉRALISÉE_PAR_PERFORATION_DE_L'ULCÈRE.pdfSargata SIN
 
Rudler hépatites ir du16
Rudler hépatites ir du16Rudler hépatites ir du16
Rudler hépatites ir du16odeckmyn
 
VHB et VHC chez l'hémodialysé et greffé rénal.ppt
VHB et VHC chez l'hémodialysé et greffé rénal.pptVHB et VHC chez l'hémodialysé et greffé rénal.ppt
VHB et VHC chez l'hémodialysé et greffé rénal.pptodeckmyn
 
prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...
prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...
prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...Université de kinshasa
 
Rudler d uhépatites-mr150115
Rudler  d uhépatites-mr150115Rudler  d uhépatites-mr150115
Rudler d uhépatites-mr150115odeckmyn
 
Anevrismes de l'aorte sous rénale, bases du traitement endovasculaire
Anevrismes de l'aorte sous rénale, bases du traitement endovasculaireAnevrismes de l'aorte sous rénale, bases du traitement endovasculaire
Anevrismes de l'aorte sous rénale, bases du traitement endovasculairesebanvasculaire
 
Chirurgie ambulatoire - Chirurgie digestive et bariatrique
Chirurgie ambulatoire - Chirurgie digestive et bariatriqueChirurgie ambulatoire - Chirurgie digestive et bariatrique
Chirurgie ambulatoire - Chirurgie digestive et bariatriquejpp conseil et management
 
Diagnostic et traitement du cholangiocarcinome hilaire
Diagnostic et traitement du cholangiocarcinome hilaireDiagnostic et traitement du cholangiocarcinome hilaire
Diagnostic et traitement du cholangiocarcinome hilaireEric Vibert, MD, PhD
 
Thabut Dialysé Greffé Vhc Vhb
Thabut Dialysé Greffé Vhc VhbThabut Dialysé Greffé Vhc Vhb
Thabut Dialysé Greffé Vhc Vhbodeckmyn
 
CAT devant une contusion abdominale.dr abidpdf
CAT devant une contusion abdominale.dr abidpdfCAT devant une contusion abdominale.dr abidpdf
CAT devant une contusion abdominale.dr abidpdfbarca1998islam
 
Peridurale et deficit en facteur V
Peridurale et deficit en facteur VPeridurale et deficit en facteur V
Peridurale et deficit en facteur VOlivier Imauven
 

Similaire à HDB - G. PONCET (20)

Tipmp ou pancréatite chronique
Tipmp ou pancréatite chroniqueTipmp ou pancréatite chronique
Tipmp ou pancréatite chronique
 
Dr gilles Russ et Pr laurence Leenhardt
Dr gilles Russ et  Pr laurence LeenhardtDr gilles Russ et  Pr laurence Leenhardt
Dr gilles Russ et Pr laurence Leenhardt
 
Dépistage de l’anévrisme de l’aorte lille
Dépistage de l’anévrisme de l’aorte lilleDépistage de l’anévrisme de l’aorte lille
Dépistage de l’anévrisme de l’aorte lille
 
Procto - Pr L. Siproudhis
Procto - Pr L. SiproudhisProcto - Pr L. Siproudhis
Procto - Pr L. Siproudhis
 
Anesthesia in urology for dummies
Anesthesia in urology for dummiesAnesthesia in urology for dummies
Anesthesia in urology for dummies
 
SIN_SARGATA_ISS,_PÉRITONITE_GÉNÉRALISÉE_PAR_PERFORATION_DE_L'ULCÈRE.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_PÉRITONITE_GÉNÉRALISÉE_PAR_PERFORATION_DE_L'ULCÈRE.pdfSIN_SARGATA_ISS,_PÉRITONITE_GÉNÉRALISÉE_PAR_PERFORATION_DE_L'ULCÈRE.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_PÉRITONITE_GÉNÉRALISÉE_PAR_PERFORATION_DE_L'ULCÈRE.pdf
 
Rudler hépatites ir du16
Rudler hépatites ir du16Rudler hépatites ir du16
Rudler hépatites ir du16
 
Hémorragie de l'Hypertension Portale : Place du TIPS et de la Prothèse oesoph...
Hémorragie de l'Hypertension Portale : Place du TIPS et de la Prothèse oesoph...Hémorragie de l'Hypertension Portale : Place du TIPS et de la Prothèse oesoph...
Hémorragie de l'Hypertension Portale : Place du TIPS et de la Prothèse oesoph...
 
VHB et VHC chez l'hémodialysé et greffé rénal.ppt
VHB et VHC chez l'hémodialysé et greffé rénal.pptVHB et VHC chez l'hémodialysé et greffé rénal.ppt
VHB et VHC chez l'hémodialysé et greffé rénal.ppt
 
Prise en charge des complications post opératoire - Dr Gabriella Pittau
Prise en charge des complications post opératoire - Dr Gabriella PittauPrise en charge des complications post opératoire - Dr Gabriella Pittau
Prise en charge des complications post opératoire - Dr Gabriella Pittau
 
prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...
prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...
prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...
 
Rudler d uhépatites-mr150115
Rudler  d uhépatites-mr150115Rudler  d uhépatites-mr150115
Rudler d uhépatites-mr150115
 
Anevrismes de l'aorte sous rénale, bases du traitement endovasculaire
Anevrismes de l'aorte sous rénale, bases du traitement endovasculaireAnevrismes de l'aorte sous rénale, bases du traitement endovasculaire
Anevrismes de l'aorte sous rénale, bases du traitement endovasculaire
 
Chirurgie ambulatoire - Chirurgie digestive et bariatrique
Chirurgie ambulatoire - Chirurgie digestive et bariatriqueChirurgie ambulatoire - Chirurgie digestive et bariatrique
Chirurgie ambulatoire - Chirurgie digestive et bariatrique
 
Diagnostic et traitement du cholangiocarcinome hilaire
Diagnostic et traitement du cholangiocarcinome hilaireDiagnostic et traitement du cholangiocarcinome hilaire
Diagnostic et traitement du cholangiocarcinome hilaire
 
Pedp jifa _8.1.2010
Pedp jifa _8.1.2010Pedp jifa _8.1.2010
Pedp jifa _8.1.2010
 
Ains cpre
Ains cpreAins cpre
Ains cpre
 
Thabut Dialysé Greffé Vhc Vhb
Thabut Dialysé Greffé Vhc VhbThabut Dialysé Greffé Vhc Vhb
Thabut Dialysé Greffé Vhc Vhb
 
CAT devant une contusion abdominale.dr abidpdf
CAT devant une contusion abdominale.dr abidpdfCAT devant une contusion abdominale.dr abidpdf
CAT devant une contusion abdominale.dr abidpdf
 
Peridurale et deficit en facteur V
Peridurale et deficit en facteur VPeridurale et deficit en facteur V
Peridurale et deficit en facteur V
 

Plus de agerc2013

Trithérapie HVC - Pr Y. Deugnier
Trithérapie HVC - Pr Y. DeugnierTrithérapie HVC - Pr Y. Deugnier
Trithérapie HVC - Pr Y. Deugnieragerc2013
 
RGO - Pr D.A. BENAJAH
RGO - Pr D.A. BENAJAHRGO - Pr D.A. BENAJAH
RGO - Pr D.A. BENAJAHagerc2013
 
Stéatopathie métabolique - Pr Y. Deugnier
Stéatopathie métabolique - Pr Y. DeugnierStéatopathie métabolique - Pr Y. Deugnier
Stéatopathie métabolique - Pr Y. Deugnieragerc2013
 
Médicaments et jeûne - Pr KHABBAL Yousef
Médicaments et jeûne - Pr KHABBAL YousefMédicaments et jeûne - Pr KHABBAL Yousef
Médicaments et jeûne - Pr KHABBAL Yousefagerc2013
 
Jeune et Santé - Pr EL ABKARI Mohammed
Jeune et Santé - Pr EL ABKARI MohammedJeune et Santé - Pr EL ABKARI Mohammed
Jeune et Santé - Pr EL ABKARI Mohammedagerc2013
 
Trithérapie dans les Hépatites Virales C - Dr BELAZIZ Hanae
Trithérapie dans les Hépatites Virales C - Dr BELAZIZ HanaeTrithérapie dans les Hépatites Virales C - Dr BELAZIZ Hanae
Trithérapie dans les Hépatites Virales C - Dr BELAZIZ Hanaeagerc2013
 
Régime des maladies gastro-intestinales - Dr LAYACHI Nabil
Régime des maladies gastro-intestinales - Dr LAYACHI NabilRégime des maladies gastro-intestinales - Dr LAYACHI Nabil
Régime des maladies gastro-intestinales - Dr LAYACHI Nabilagerc2013
 
HDH - Pr Benajah Dafr-Allah
HDH - Pr Benajah Dafr-AllahHDH - Pr Benajah Dafr-Allah
HDH - Pr Benajah Dafr-Allahagerc2013
 
Nutrition et pathologies digestives
Nutrition et pathologies digestives Nutrition et pathologies digestives
Nutrition et pathologies digestives agerc2013
 
Médicaments et jeûne
Médicaments et jeûneMédicaments et jeûne
Médicaments et jeûneagerc2013
 

Plus de agerc2013 (11)

Trithérapie HVC - Pr Y. Deugnier
Trithérapie HVC - Pr Y. DeugnierTrithérapie HVC - Pr Y. Deugnier
Trithérapie HVC - Pr Y. Deugnier
 
RGO - Pr D.A. BENAJAH
RGO - Pr D.A. BENAJAHRGO - Pr D.A. BENAJAH
RGO - Pr D.A. BENAJAH
 
Stéatopathie métabolique - Pr Y. Deugnier
Stéatopathie métabolique - Pr Y. DeugnierStéatopathie métabolique - Pr Y. Deugnier
Stéatopathie métabolique - Pr Y. Deugnier
 
Médicaments et jeûne - Pr KHABBAL Yousef
Médicaments et jeûne - Pr KHABBAL YousefMédicaments et jeûne - Pr KHABBAL Yousef
Médicaments et jeûne - Pr KHABBAL Yousef
 
Jeune et Santé - Pr EL ABKARI Mohammed
Jeune et Santé - Pr EL ABKARI MohammedJeune et Santé - Pr EL ABKARI Mohammed
Jeune et Santé - Pr EL ABKARI Mohammed
 
Trithérapie dans les Hépatites Virales C - Dr BELAZIZ Hanae
Trithérapie dans les Hépatites Virales C - Dr BELAZIZ HanaeTrithérapie dans les Hépatites Virales C - Dr BELAZIZ Hanae
Trithérapie dans les Hépatites Virales C - Dr BELAZIZ Hanae
 
Régime des maladies gastro-intestinales - Dr LAYACHI Nabil
Régime des maladies gastro-intestinales - Dr LAYACHI NabilRégime des maladies gastro-intestinales - Dr LAYACHI Nabil
Régime des maladies gastro-intestinales - Dr LAYACHI Nabil
 
HDH - Pr Benajah Dafr-Allah
HDH - Pr Benajah Dafr-AllahHDH - Pr Benajah Dafr-Allah
HDH - Pr Benajah Dafr-Allah
 
Nutrition et pathologies digestives
Nutrition et pathologies digestives Nutrition et pathologies digestives
Nutrition et pathologies digestives
 
Médicaments et jeûne
Médicaments et jeûneMédicaments et jeûne
Médicaments et jeûne
 
MICI
MICIMICI
MICI
 

HDB - G. PONCET

  • 1. Hémorragies Digestives Basses: Point de vue du Chirurgien Pr G. Poncet (Lyon) Service de Chirurgie Digestive Lyon, France
  • 2. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Saignement d’une lésion située en aval de l’angle de Treitz, au niveau du grêle, du colon, du rectum ou de l’anus. Situation du problème
  • 3. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Situation du problème Saignement d’une lésion située en aval de l’angle de Treitz, au niveau du grêle, du colon, du rectum ou de l’anus. •Diagnostic étiologique difficile. •Origine restant indéterminée dans 5 à 12 %des cas malgré les progrès des investigations endoscopiques et radiologiques. •Pronostic: mortalité entre 5 à 10 %. •Etiologies: –Causes recto-coliques: 95 % –Lésions du grêle: 5 %
  • 4. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Prise en charge initiale Prise en charge médicale -Affirmer le diagnostic-Evaluer la gravité initiale-Evaluer l’activité de l’hémorragie-Approcher le diagnostic lésionnel Prise en charge thérapeutique initiale-Mesures non spécifiques: gestion du choc hémorragique Facteurs pronostiques Stratégies diagnostiques et thérapeutiques
  • 5. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Prise en charge initiale Histoire de l’hémorragie Début, importance, signes associés… Aspect et abondance du sang émis (rouge, noir, sépia) Problème= grande variabilité de l’estimation
  • 6. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Prise en charge initiale Histoire de l’hémorragie Début, importance, signes associés… Aspect et abondance du sang émis (rouge, noir, sépia) Problème= grande variabilité de l’estimation Histoire du malade Antécédents Pathologies associées Geste endoscopique récent Prise médicamenteuse (Aspirine, anticoagulants, AINS)
  • 7. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Prise en charge précoce et mise en condition rapide voie veineuse de bon calibre, bilan biologique Réanimation médicale intensive si nécessaire Restaurer la volémie (remplissage vasculaire) Oxygénothérapie ou assistance ventilatoire si nécessaire Transfusions globulaires hémoglobine < à 7g/dl ou déglobulisation mal tolérée Correction des troubles de l’hémostase Surveillance clinique et biologique rapprochée Prise en charge initiale
  • 8. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Facteurs de gravité Age supérieur à 60 ans Tachycardie > à 100/min Pression artérielle systolique < à 100 mmHg ou baisse de 40 mmHg par rapport à la pression artérielle habituelle Hémoglobine < à 8 g/dl ou hématocrite < à 30% Mauvaise tolérance hémodynamique d’emblée (syncope) Transfusion de 6 culots globulaires au cours des 24 premières heures Persistance ou récidive hémorragique prématurée Traitement anticoagulant ou troubles de la coagulation Affections associées et score de défaillance multiviscérale élevé Type de lésions hémorragiques
  • 9. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Les bonnes questions à se poser
  • 10. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Les bonnes questions à se poser 1)Existe-t-il une hémorragie d’origine hauteà présentation basse ?
  • 11. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Les bonnes questions à se poser 1)Existe-t-il une hémorragie d’origine hauteà présentation basse ? Fibroscopie oeso-gastro-duodénale
  • 12. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Lésions Duodénales AmpullomeUlcères
  • 13. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 ANEVRISME AORTIQUE ou FISTULE AORTO-ENTERIQUE SUR PROTHESE Prévalence : 0,6 à 2,25 %
  • 14. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Les bonnes questions à se poser 1)Existe-t-il une hémorragie d’origine hauteà présentation basse ?
  • 15. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Les bonnes questions à se poser2)Existe-t-il une rectorragie basse d’origine proctologique ? 1)Existe-t-il une hémorragie d’origine hauteà présentation basse ?
  • 16. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Les bonnes questions à se poser 2)Existe-t-il une rectorragie basse d’origine proctologique ? 1)Existe-t-il une hémorragie d’origine hauteà présentation basse ? Anuscopie et Rectoscopie au tube rigide
  • 17. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Pathologie Proctologique Hémorroïdes internes : après traitement instrumental ou chirurgical Fissure anale Ulcérations rectales Lésions traumatiques ou iatrogènes suppositoires, lavements, empalements accidentel, accidents de la route, traumatismes sexuels ... Rarement responsable d’hémorragies graves abondantes
  • 18. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Traumatisme rectal iatrogène
  • 19. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Les bonnes questions à se poser 2)Existe-t-il une rectorragie basse d’origine proctologique ? 1)Existe-t-il une hémorragie d’origine hauteà présentation basse ?
  • 20. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Les bonnes questions à se poser2)Existe-t-il une rectorragie basse d’origine proctologique ? 1)Existe-t-il une hémorragie d’origine hauteà présentation basse ? 3) Quelle localisation ?
  • 21. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Moyens Diagnostiques et Thérapeutiques-Rectosigmoïdoscopie-Coloscopie en urgence ou différéeExamen de référence mais de réalisation difficile en période hémorragique (réalisée dans les 6 à 48h) Performance diagnostique faible avec une responsabilité lésionnelle établie dans 48 à 90% des cas Geste hémostatique local: 70% des casTauxde complication de 0,8 à 1,3% -Angioscanner-ArtériographieEfficience diagnostique de 27 à 77% Débit de l’hémorragie 0,5 à 1 ml/min-Entéroscopiehaute et basseRéalisation délicatePer-opératoire
  • 22. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Moyens Diagnostiques et Thérapeutiques Laparotomie exploratrice (10 à 25 % des patients) Critères incitant au recours chirurgical -Saignement actif dont l’origine a été localisée avec échec du TT endoscopique ou de l’embolisation. -Hémorragie persistante avec transfusion > 6 CGR avec absence de diagnostic étiologique après endoscopie et artériographie. Mortalité: 2 -10% Varie en fonction du nombre de CGR transfusés: 8 % si < 10 CGR 45 % si > 10 CGR
  • 23. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Localisation colique
  • 24. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Etiologies des H.D.B. majeuresOrigine colique est prédominante 95% TRES FREQUENTES-Diverticulose colique : 50 à 60 % -Angiodysplasiescoliques : 5 à 10%
  • 25. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Etiologies des H.D.B. majeuresOrigine colique est prédominante 95% TRES FREQUENTES -Diverticulose colique : 50 à 60 % -Angiodysplasiescoliques : 5 à 10% MOINS FREQUENTES -Tumeurs colo-rectales: 10 à 20% -Colites inflammatoires ou ulcérées : 6 à 30% -Colite ischémique: 3 à 9% -Pathologie post-opératoire ou post-endoscopie : 0,3 à 2,4%
  • 26. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Hémorragie diverticulaire-Coloscopie - Traitement EndoscopiqueInjection locale d’adrénaline. Kim. J clin Gastroenterol1993 Electrocoagulation bipolaire.Foutch. Am J Gastroenterol1996 Pose de clip. Rino. Hepatogastroenterology1999 Ligature Endoscopique. Farrell. Endoscopy2003
  • 27. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Hémorragie diverticulaire-Angioscanner- oIntérêt +++ oFuite de produit de contraste en intraluminal oLocaliser le site hémorragique ++ oPerformant : Pas de préparation, rapidité, disponibilité oSi forte suspicion : en urgence dès l’admission ?
  • 28. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 29. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 30. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 31. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 32. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Hémorragie diverticulaire-Artériographie - Diagnostique: localise le site oNécessite débit hémorragique > 0.5 ml/min –1 ml/min(besoins transfusionnels : 3 CGR/24 h) oSensibilité : 15-80 % Thérapeutique: oInfusion vasopressine +/- Efficacité : 70 %, récidives 50 % oEmbolisation superselective : coil, …. oSuccès technique : 70-90 % oRisque complications ischémiques : 5-20% oRécidives : 10-15 % dans les 24 H oSuccès à long terme : 80 %
  • 33. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 34. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 35. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 36. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 37. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Hémorragie diverticulaireQuelle chirurgie en situation d’urgence vitale ? 10 % Connue90 % InconnueLocalisation du site hémorragique
  • 38. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Quelle chirurgie en urgence si site localisé ? Auteurs n Récidives (%) Mortalité (%) Casarella, 1974 39 0 0.5 Athanasoulis, 1975 10 0 0 Welch, 1978 42 10 2 Boley, 1979 27 15 4 Wright, 1980 20 5 0 Nath, 1981 16 0 0 Colacchio,1982 46 11 22 Britt, 1983 14 7 14 Browder, 1986 17 0 0 Leitman, 1989 23 4 13 Parkes, 1993 14 14 7 Farner, 1999 50 18 7 Total 318 8 % 7 % Résection Segmentaire Dirigée = Traitement de choix : Faible morbidité Faible mortalité Faible taux de récidives
  • 39. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Quelle chirurgie en urgence si site non localisé ? Auteurs n Récidives (%) Mortalité (%) Mc Guire, 1972 5 40 20 Casarella, 1974 4 50 50 Eaton, 1981 24 75 50 Drapanas, 1972 23 35 30 Total 56 53 % 40 % Colectomie segmentaire à l’aveugle
  • 40. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Quelle chirurgie en urgence si site non localisé ? Auteurs n Récidives (%) Mortalité (%) Mc Guire, 1972 5 40 20 Casarella, 1974 4 50 50 Eaton, 1981 24 75 50 Drapanas, 1972 23 35 30 Total 56 53 % 40 % Colectomie segmentaire à l’aveugleRisque trop élevé de récidiveet de mortalité
  • 41. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Quelle chirurgie en urgence si site non localisé ? Auteurs n Récidives (%) Mortalité (%) Drapanas, 1972 35 0 11 Welch, 1978 10 0 10 Eaton, 1981 4 0 0 Colacchio, 1982 12 8 33 Gianfrancisco, 1982 10 60 40 Britt, 1983 10 0 20 Leitman,1989 7 0 40 Farner, 1999 27 4 2 Renzulli, 2002 32 0 3 Total 147 5 % 7,5 % Colectomie subtotale « de sauvetage » avec anastomose iléo-rectale ou iléostomieOption raisonnableRisque de récidive minimeFaible mortalité Colectomie segmentaire dirigée 8 % 7 %
  • 42. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 43. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 44. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Epidémiologie spécifique Angiodysplasies: o5 à 10% des HDB selon les séries oIncidence: 1 à 2% dans les séries autopsiques oMajorité dans colon droit et cæcum oDiagnostic endoscopique difficile en urgence oArtériographie : examen de référence oRécidivehémorragique en l’absence de traitement: 25 à 50% des cas
  • 45. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Epidémiologie spécifique Tumeurs colo-rectales: -Rectorragies d’intensité plutôt modérée -10 à 20% des HDB abondantes -Les polypes : causes rares d’HDB
  • 46. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Epidémiologie spécifique Colites inflammatoires ou ulcérées: •6 à 30% des HDB: 5% d’hémorragies sévères •Rectocolite hémorragique: 2 à 8% des HDB •Maladie de Crohn et colites infectieuses moins impliquées dans les HDB abondantes Colites ischémiques: •3 à 9% des HDB abondantesMaladie de Crohn Rectocolite hémorragiqueColite ischémique
  • 47. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Epidémiologie spécifique Causes coliques plus rares: oVarices rectales ou coliques oComplications d’un geste endoscopique (polypectomie, mucosectomie) : 0,3 à 2,4% des HDB
  • 48. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Localisation grêlique
  • 49. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Principales étiologies au niveau grêlique Frequency of causes of small bowel bleeding Angiodysplasia 70 - 80 % Tumours 5 - 10 % Miscellaneous  Medication related  Infections (tuberculosis)  Crohn's disease  Meckel's diverticulum  Zollinger-Ellison  Vasculitis  Radiation enteritis  Jejunal diverticula  Chronic mesenteric ischaemia 10 - 25 % A. van Gossum, 2001
  • 50. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Angiodysplasies
  • 51. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 G.I.S.T.
  • 52. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 G.I.S.T.
  • 53. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Diverticule de Meckel
  • 54. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Entéroscopie per-opératoire oLaparotomie. oEntérotomiemédiane. oL’intestingrêleest«empilé»surl’endoscopeparl’opérateurchirurgical. oLaposed’unclamptousles30cmestréaliséafind’éviterunedistensiontropimportantedugrêle. oDoubleinspection Endoluminaleparl’opérateurendoscopiste Exoluminale(transillumination)parl’opérateurchirurgical
  • 55. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 56. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 57. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 58. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 59. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 60. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 61. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 62. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 63. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014
  • 64. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Résultats de l’entéroscopie per-op. Author (year) n Path. findings Therapy Follow-up (months) Rebleeding Szold (1992) 30 93% Op / kons. 24 20% Ress (1992) 44 70% Op 21 52% Lopez (1996) 16 88% Op ? 40% Zaman (1999) 14 57% 7 Op 45 45% Benz (1999) 14 100% 9 Op 16 - Douard (2000) 20 80% 15 Op 19 30% Kendrick (2001) 70 81% 35 Op 32 ?
  • 65. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Proposition d’algorithme diagnostique et thérapeutique
  • 66. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Hémorragie grave avec collapsus chirurgie élective Laparotomie avec entéroscopie per-op coloscopie per-op Embolisation ou chirurgie élective Scanner avec injection Artériographie Causes colorectales basses Rectosigmoidoscopie Hémorragie Dig haute Fibroscopie OGD - + - - + +
  • 67. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Hémorragie grave sans collapsus Embolisation ou chirurgie élective chirurgie élective Laparotomie avec entéroscopie per-op coloscopie per-op Scanner avec injection Artériographie non contributive Chirurgie élective TT endoscopique Causes grêliques Entéroscopie non chirurgicale Causes coliques Coloscopie Causes colorectales basses Rectosigmoidoscopie Hémorragie Dig haute Fibroscopie OGD - - - - - + + + + + -
  • 68. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 LaparotomieRègle pour la chirurgie des HDB massives en urgenceOrigine localiséeChirurgie élective
  • 69. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 LaparotomieOrigine grêlique ou colique retenue maisLocalisation exacte impréciseGrêle identifiéXie électiveGrêle non identifiéDouble stomieRègle pour la chirurgie des HDB massives en urgence
  • 70. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Laparotomie Origine grêlique ou colique retenue mais Localisation exacte impréciseGrêle identifiéXie élective Grêle non identifié Double stomieColon identifiéXie électiveColon non identifiéColectomie totaleRègle pour la chirurgie des HDB massives en urgence
  • 71. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Laparotomie Aucune identification possibleGrêle non identifiéDouble stomieColon non identifiéDouble stomieRègle pour la chirurgie des HDB massives en urgence
  • 72. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Laparoscopie oPlace limitée dans l’urgence oProblème:utilisation de la laparoscopie dans un contexte de choc hémorragique oImpossibilité d’associer la palpation à l’inspectionNécessité absolue d’une localisation précise du site hémorragique
  • 73. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Conclusion Prise en charge multidisciplinaire +++ Diagnostic étiologique difficile La chirurgie n’a pas une place de première intention La laparotomie exploratrice est indiquée : oHémorragie persistante oBilan négatif
  • 74. Pr G. Poncet Fès, le 26 Avril 2014 Merci de votre attention شكرا على انتباهكم