Management des risques ibtissam el hassani-chapitre1-2

8 901 vues

Publié le

«Le risque est l’effet de l’incertitude sur l'atteinte des objectifs » - Selon le référentiel ISO Guide 73 – Vocabulaire du management du risque .

Management des Risques : «Activités coordonnées dans le but de diriger et piloter un organisme vis-à-vis du risque» - Selon le référentiel ISO Guide 73 – Vocabulaire du management du risque.

Les cindyniques : sciences du danger. Elles regroupent les sciences qui étudient les risques. (plus particulièrement aux risques industriels, et plus spécifiquement aux risques majeurs).

Publié dans : Formation
0 commentaire
6 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
8 901
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 296
Actions
Partages
0
Téléchargements
616
Commentaires
0
J’aime
6
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Management des risques ibtissam el hassani-chapitre1-2

  1. 1. 1 Diapositives du cours : ibtissamelhassani.blogspot.com Source : http://synergie-prevention. fr
  2. 2. 2 Avant de commencer… Ce polycopié est un support de cours de Management des Risques qui doit être complété à partir des documents projetés sur écran et des explications durant les séances des cours. Références pour réviser, compléter et approfondir ce cours : • Barthélemy, B., & Courrèges, P. (2011). Gestion des risques: Méthode d'optimisation globale. Editions Eyrolles. • Margossian, N. (2011). Risques professionnels-3ème édition- Caractéristiques, réglementation, prévention: Caractéristiques, réglementation, prévention. Dunod. • Lesbats, M. (2012). Précis de gestion des risques. Dunod. Diapositives du cours : ibtissamelhassani.blogspot.com
  3. 3. 3 Les catastrophes industrielles qui ont éveillé les consciences (1) Source : DIAPORAMA - Les catastrophes industrielles qui ont éveillé les consciences http://www.techniques-ingenieur.fr
  4. 4. 4 Les catastrophes industrielles qui ont éveillé les consciences (2) • La catastrophe de Bhopal, Inde - la nuit du 2 au 3 décembre 1984 • Usine américaine de pesticides, Union Carbide (Dow Chemical) Une cuve d’isocyanate de méthyle (MIC) a explosé, libérant dans l’atmosphère un nuage de 40 tonnes de gaz toxique. Le nuage toxique aurait provoqué la mort de 15000 personnes au total et 250000 personnes auraient été intoxiquées et blessées…
  5. 5. 5 Les catastrophes industrielles qui ont éveillé les consciences (3) • La catastrophe de Tchernobyl, Ukraine, 1986 le réacteur n°4 de la centrale nucléaire ukrainienne de Tchernobyl explose le réacteur n°4 de la centrale nucléaire ukrainienne de Tchernobyl explose Selon un rapport de l'ONU de 1995, le nombre de victimes directes et indirectes de cet accident a atteint 9 millions mais le bilan demeure incertain.
  6. 6. 6 Plusieurs Types de Risques Pourquoi le Management des risques ? Réactivité ≠ Proactivité
  7. 7. Mots clés : Risques industriels, accidents Technologique majeurs, Naturels, environnementaux 7
  8. 8. 8 Définitions : De quoi parle-t-on ? Risque ? Danger ? Aléa ? Imprévu ? Problème ? Accident ? Anomalie ? Incident ? ENS ?
  9. 9. 9 Définitions è Identifier les risques en fonction des objets de risque, et non pas des sources de risque. Un risque est une situation dont l’occurrence est incertaine et dont la réalisation affecte les objectifs de l’entité qui le subit. «Le risque est l’effet de l’incertitude sur l'atteinte des objectifs » - Selon le référentiel ISO Guide 73 – Vocabulaire du management du risque . Management des Risques : «Activités coordonnées dans le but de diriger et piloter un organisme vis-à-vis du risque» - Selon le référentiel ISO Guide 73 – Vocabulaire du management du risque. Les cindyniques : sciences du danger. Elles regroupent les sciences qui étudient les risques. (plus particulièrement aux risques industriels, et plus spécifiquement aux risques majeurs).
  10. 10. 10 Définitions Risque professionnel : risque ayant pour origine l’activité professionnelle, c’est-à-dire le travail rémunéré = Tout phénomène, tout événement qui apparaît en milieu de travail et qui présente un danger pour l’homme. Risque industriel : situation dangereuse rencontrée dans les activités dites industrielles : les usines de fabrication et leurs annexes (comme les locaux de stockage, de contrôle, les opérations de transport...). Accident industriel majeur (catastrophe technologique) : des accident grave ou important à l’origine de destructions importantes, d’un nombre élevé de victimes et d’une pollution sensible de l’environnement avec une perturbation de la flore et de la faune. Les accidents du travail et les maladies professionnelles : sont les manifestations des risques en milieu de travail. (Autres cours)
  11. 11. 11 Définitions et Généralités Risques professionnels Risques industriels (majeurs) gravité faible ou moyenne forte Dégâts salariés + les habitants + la faune et la flore limités aux postes ou aux locaux de travail, + les constructions environnantes Nombre de victimes ne dépassent pas quelques personnes (décès rares) Plusieurs personnes Législation régis par le Code du travail et le Code de la Sécurité sociale Code de l’environnement Nature Chimique, mécanique, électrique, biologique, thermique, etc. chimique
  12. 12. 12 Typologies Naturelles du Risque La nature du risque désigne : La nature du phénomène naturel support de l’ENS Risques physiques, chimiques, biologiques, électriques, mécanique, d’incendie, radioactif… La nature du système source de production de l’ENS Risques naturels (inondations, séisme…), technologiques (industriels, nucléaires…) La nature du système cible, objet des effet de l’ENS Risques sanitaire (feux de forêt, effets de serre, pollutions..) environnementaux, écologique (contaminations des aliments..)
  13. 13. 13 Typologie générale des risques Risques naturels • Avalanche • Feu de forêt • Inondation • Mouvement de terrain • Cyclone • Tempête • Séisme • éruption volcanique • Epidémies/pandémies Risques technologiques • Risque industriel • Risque nucléaire • Risque biologique • Rupture de barrage Risques liés aux conflits Urgences complexes Risques de transports collectifs • Personnes • Matières dangereuses Risques professionnels Risques de la vie quotidienne • Accidents domestiques • Accidents de la route.. Risques d’origine naturelle Risques d’origine humaine Risques Majeurs
  14. 14. 14 Natures des Risques Professionnels • Les risques mécaniques • Les risques physiques – Les risques physiques – Les risques dus aux vibrations – Le risque de surdité – Le risque électrique – Les risques dus aux rayonnements ionisants – Les risques dus aux rayonnements non ionisants – … • Les risques dus aux manutentions – Les manutentions manuelles – Les manutentions mécaniques • Les risques chimiques • Les risques biologiques • Les risques de circulation et de transport • Les risques sur les chantiers de bâtiment et de travaux publics • Stress et facteurs psychosociaux au travail • ….
  15. 15. 15 Grands domaines de la Gestion des Risques Système source Système cible Installation Installation Installation Opérateur Opérateur Installation Installation Population Population Installation Installation Ecosystème Ecosystème Installation
  16. 16. 16 Décrire un Risque • Un risque se caractérise donc par deux grandeurs : Sa probabilité d’occurrence, ou fréquence f. Ses effets, ou gravité G. • Un risque se mesure par le produit de ces deux grandeurs, sa criticité C : C = f x G Conséquences Causes Evénement Mode de Défaillance Probabilité Gravité
  17. 17. 17 Le champ d’application de la gestion des risques (1) 1. Risques de fréquence : risques domestique, sécurité routière, chutes, etc. à Prévention 2. Risques de gravité : les risques de catastrophe à Assurance 3. Risques négligeables : les petits risques de la vie courante à vivre avec 4. Risques inacceptables : Les situations générant ces risques sont évidemment à éviter ! Graphe de Farmer
  18. 18. 18 Le champ d’application de la gestion des risques (2) 5. Zone de la Gestion des Risques : C’est ici que l’art du gestionnaire de risque s’exerce : • par quels moyens, et à quel coût peut-on rendre ces risques acceptables ? • Jusqu’où peut- on aller en terme de dépenses de prévention ? • Quelles sont les techniques les plus adaptées, à la fois en termes techniques, mais aussi en termes financiers ?
  19. 19. 19 Choix d’un programme de gestion des risques • Un critère technique : quels sont les instruments les plus efficaces pour traiter un risque, compte tenu de la nature de ce risque et de sa gravité présumée ? • Un critère financier : les instruments sélectionnés sont-ils d’un coût raisonnable par rapport à la criticité (fréquence x gravité) du risque ? Coûts de traitement Coût du risque
  20. 20. 20 Coût du risque (1) • la criticité représente un flux de trésorerie négatif et virtuel traduisant l’existence d’un risque. • La criticité C représente le lissage dans le temps d’une perte G qui ne se produira statistiquement qu’avec une fréquence f. • Sur le long terme, la somme des criticités égale la gravité.
  21. 21. 21 Coût du risque (2) • La réduction du conduit à une nouvelle criticité f’ x G’ plus faible que la criticité initiale. • Le flux négatif virtuel de trésorerie se trouve réduit : C = f x G è C’ = f’ x G’ • Gain de trésorerie virtuel égal : C - C’
  22. 22. 22 Coûts de traitement des Risques Prendre des dispositions préventives et protectives è investir et accroître les frais de fonctionnement. I = ……………… ; n = ………….. ; FF = ……………. Charge annuelle = amortissements des investissements (I/n) + frais de fonctionnements (FF) Source des images : Portail des entrepreneurs Traiter le Risque si :
  23. 23. 23 Exercice 1 1/ un atelier de production adjacent à un bâtiment de stockage de matières premières inflammables. Un incendie de ce dernier conduirait à la destruction de l’atelier, dont la perte est estimée à 8.000.000 €. La probabilité d’un tel sinistre étant estimée à 1/1000, le flux de trésorerie virtuel négatif est de 8.000 €. L’entreprise envisage alors l’installation d’un système d’extinction automatique, d’un coût de 300.000 € amortissable sur 30 ans, et dont l’entretien annuel coûte- rait 15.000 €. Grâce à ce système d’extinction automatique, la perte chuterait à 200.000 €. Cette disposition est elle économiquement justifiée ?
  24. 24. 24 Exercice 2 2/L’entreprise envisage de construire un mur coupe-feu entre l’atelier et le stockage, et de compléter cette disposition par un système de détection automatique d’incendie. L’investissement total est estimé à 100.000 € amortissable linéairement sur 20 ans, les frais de fonctionnement se réduisant à l’entretien du système de détection, soit 2.000 € par an. Cette disposition est elle économiquement justifiée ?
  25. 25. 25 Mots clés : Méthodologie d’Identification et d’Analyse des Risques Entreprise APD ADP HAZOP Modèles de Représentations du risques : MADS, MOZAR, Cindyniques ; Outils et méthodes pour l’identification, l’évaluation et l’analyse des risques industriels APD ADP HAZOP Maîtrise des Risques
  26. 26. 26 Une méthodologie en 3 étapes 1. Diagnostic et évaluation : Des méthodes d’identification et de quantification des risques, 2. Réduction de probabilité et/ou des conséquences : Des outils de prévention et de protection, qui agissent sur la matérialité du risque, 3. Financement des conséquences résiduelles : Des techniques de financement des gravités résiduelles, qui visent à compenser les pertes subies ou donner les moyens financiers d’un rétablissement rapide. Méthodes d’Analyse des Risques : APR, APD, HAZOP…MADS/ MOZAR, AMDEC (chapitres suivants)
  27. 27. 27 Une méthodologie en 3 étapes Financement des conséquences résiduelles Diagnostic et évaluation Réduction de probabilité et/ou de gravité 1. Identification des risques. 2. Quantification des risques. 3. Priorisation. Des instruments techniques Des instruments d’organisation Des instruments juridiques 7 catégories : 1 – Suppression du risque 2 – Prévention 3 – Protection 4 – Ségrégation par partition 5 – Ségrégation par duplication 6 – Transfert contractuel 7 – Stratégies aval 7 instruments de financement : 1 – Rétention sur trésorerie 2 – Rétention par provision non affectée 3 – Rétention par provision affectée 4 – Rétention par emprunt bancaire 5 – Rétention par assurance captive 6 – Transfert à l’assurance 7 – Clauses contractuelles
  28. 28. 28 Diagnostic et évaluation : 1/Identifier Identification des risques : • Déterminer tous les évènements qui constituent un risque pour l’organisation, le projet ou le système étudié en général. Techniques d’identification des risques : – Brainstorming – Delphi – Check-lists ou questionnaires préétablis – Audit et inspection – Analyse de scénario – Historique, Bases se données – …
  29. 29. 29 Diagnostic et évaluation : 2/évaluer (1) Un risque se caractérise donc par deux grandeurs : – Sa probabilité d’occurrence, ou fréquence f. – Ses effets, ou gravité G. Un risque se mesure par le produit de ces deux grandeurs, sa criticité C : C = f x G Risques professionnels : – Exposition = fréquence d’exposition + durée d’exposition – Maîtrise CRITICITÉ = (Fréquence + Durée) x Gravité x Maîtrise
  30. 30. 30 Diagnostic et évaluation: 2/évaluer (2) Exposition = f + d Maîtrise :
  31. 31. 31 Diagnostic et évaluation: 2/évaluer (3) La probabilité d’occurrence d’un événement peut s’approcher par : – Retour d’expérience – Les méthodes inductives – Les méthodes déductives
  32. 32. 32 Diagnostic et évaluation : 2/évaluer (4) La gravité G doit intégrer l’ensemble des conséquences directes et indirectes de l’événement considéré, y compris : – les pertes d’exploitation, – les atteintes à l’image, – les impacts commerciaux (perte de clientèle), – les pénalités et indemnités éventuelles, – les augmentations des primes d’assurance, etc, – voire même les atteintes aux personnes (accidents).
  33. 33. 33 Diagnostic et évaluation : 2/évaluer On notera que désigner un niveau de probabilité uniquement par un adjectif n'est pas suffisant. Il faut le préciser de façon numérique ou donner des détails sur le sens réel. Il en est de même pour la gravité.
  34. 34. 34 Exercice 3 3/ Une entreprise de détergents fabrique divers produits, dont un détergent très réputé sur lequel repose son image de qualité et une bonne part de ses profits. Une analyse de risques met en lumière la probabilité de destruction de l’atelier fabriquant ce produit, estimée à 1/10.000. La gravité de cet événement est la somme de plusieurs termes : Le dommage direct (destruction des biens), estimé par le coût de reconstitution de l’outil de production et du bâtiment, soit environ 3.000.000 €, La perte d’exploitation, c’est-à-dire la perte temporaire de marge brute, estimée à 4.000.000 €, La perte de parts de marché, la clientèle découvrant les produits concurrents et ne revenant plus au produit temporairement absent du marché, estimée à 10.000.000 €, Le risque d’atteinte aux personnes, estimé arbitrairement à un niveau très élevé car jugé inacceptable par la direction, soit 40.000.000 €. Jusqu’à quel coût peut on justifier la mise en place d’un programme de prévention ?
  35. 35. 35 Diagnostic et évaluation : 3/prioriser (1) La criticité obéit à la loi de Pareto 20% des causes sont responsables de 80% des conséquences Un diagramme de Pareto permet de trouver les risques à traiter en priorité
  36. 36. 36 Diagnostic et évaluation : 3/prioriser (2) 0 1 2 3 4 4 3 2 1 0 Gravité Probabili té Mauvaise vision du parc installé Migra;on lente sur le terrain Serveurs banques non à niveau Développem ent de solu;ons non CB pour la VAD Grands commerces non à niveau Appari;on de fausses cartes à puce Tickets non tronqués Accentua;o n de la campagne média;que Clé simple DES Non renouvelle ment de l’assurance Matrice des Risques
  37. 37. 37 Réduction de probabilité et/ou de gravité (1) Pour Réduire un risque, on peut utiliser, seuls ou en combinaison : • Des instruments techniques : – De prévention, tels que des détecteurs, des équipements de sécurité, des contrôles d’accès, Poka Yoke… – De protection, tels que des murs coupe-feu, des stockages cloisonnés, des équipements de protection individuels, des sauvegardes informatiques, des stocks de pièces détachées ou de produits finis, la partition des moyens, voire leur duplication (exemple : back-up informatique), • Des instruments d’organisation : – De prévention, par exemple des procédures opératoires, des consignes de sécurité, l’externalisation de certaines fonctions, la formation redondante, – De protection, tels que des plans de sauvegarde ou de survie, des fournisseurs redondants, • Des instruments juridiques : tels que des clauses contractuelles de limitation de responsabilités, des contrats de travail. à Plan de prévention
  38. 38. 38 Réduction de probabilité et/ou de gravité (2) Ces instruments se classent en sept catégories : 1 – Suppression du risque (f=0) : abandonner un procédé au profit d’un autre… 2 – Prévention (f ) : agissent sur l’un au moins des événements de la chaîne conduisant à l’événement dommageable 3 – Protection (G ) : mur coupe-feu, réseau d’extinction automatique… 4 – Ségrégation par partition (G ) : Fabriquer un même produit sur différents ateliers… 5 – Ségrégation par duplication (G ) : miroir du système informatique… 6 – Transfert contractuel (f ) : externalisation (crée aussi des risques) 7 – Stratégies aval (G ) : 1. Le Plan de Secours 2. Le Plan de Redéploiement Temporaire 3. Le Plan de Redémarrage4. Le Plan de Communication
  39. 39. 39 Exemple Risque Non Acceptable Fréquence Gravité Protection Prévention Risque Acceptable Protection Installation sans moyen d’extinction + procédures et formation Incendie – Installation sans moyen d’extinction Incendie - Installation avec moyen d’extinction ou mur coupe-feu
  40. 40. 40 Réduction de probabilité et/ou de gravité (3) Exemple de Plan de prévention
  41. 41. 41 Financement des conséquences résiduelles Le transfert rétention un tiers qui supporte l’entité sinistrée qui compense sa perte 1 – Rétention sur trésorerie 2 – Rétention par provision non affectée 3 – Rétention par provision affectée 4 – Rétention par emprunt bancaire 5 – Rétention par assurance captive La tout ou partie de la charge financière du sinistre. 6 – Transfert à l’assurance 7 – Clauses contractuelles Les instruments de réduction des risques n’agissent que sur la gravité finale du risque, en permettant d’en financer tout ou partie.
  42. 42. 42 Synthèse

×