SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  27
Anesthésie en chirurgie
thoracique et pulmonaire
Dr M Matouk
INTRODUCTION
 1930 chirurgie pulmonaire
 La tendance à la limitation de l’étendue des exérèses (segmentectomies ou résections
économiques dans des cas particuliers, lobectomies plutôt que pneumonectomies)
 (diminution de 15 % de la capacité vitale après lobectomie, de 35 à 40 % après
pneumonectomie)
 La mortalité hospitalière est trois fois plus importante après pneumonectomie / lobectomie.
 Les objectifs du médecin anesthésiste-réanimateur sont nombreux :
S’assurer que l’évaluation préopératoire a pris en compte le risque de complications
respiratoires sans omettre les risques liés aux pathologies associées,
connaître les diverses modalités techniques de l’intubation sélective,
savoir conduire une ventilation unipulmonaire,
choisir et mettre en place une technique d’analgésie qui doit être efficace
Avant le réveil et durer 3 à 5 jours après thoracotomie,
reconnaître rapidement les complications postopératoires qu’elles surviennent dans les
premières heures ou dans les premiers jours postopératoires.
ANATOMIE I
Une bonne compréhension de l'anatomie thoracique et des voies respiratoires sont importants
pour plusieurs raisons :
 La pathologie chirurgicale et la procédure proposée
 La fibroscopie
 L’anesthésie locorégionale.
La trachée adulte est d'environ 15 cm de long, elle s'étend à partir de l'extrémité inférieure du
cartilage cricoïde à C6 et se divise à T5. Le diamètre trachéal est à peu près la même que celle
de l'index du patient. Elle est en forme de C en avant en raison de la présence de 16-20 cartilages
joint postérieurement par le tissu musculaire et fibroélastique . Par comparaison, les bronches
sont courtes ,circulaires. La bronche principale droite est plus large et plus courte que la gauche,
elle dégage ses bronche lobaire supérieure à 2 cm au lieu de 5 cm sur la gauche. La bronche
principale droite se pose à 25 / verticale contre 45 à gauche/ verticale.
Par conséquent :
inhalation de corps étrangers et les tubes endotrachéaux sont plus susceptibles d'entrer dans le
poumon droit
 côté gauche tubes double lumière sont préférables au côté droit car plus faible risque de nuire
à la ventilation du lobe supérieur.
ANATOMIE II
Poumon droit :
lobe supérieur : 3
lobe moyen : 2
lobe inférieur : 5
Poumon gauche :
lobe supérieur : 3
lingula : 2
lobe inférieur : 4
Nombre de segments fonctionnels : 19
PHYSIOLOGIE I
 Position latérale / thorax fermé
 Le décubitus latéral:
 - sujet éveillé: poumon « INFERIEUR » mieux ventilé et perfusé car
gradient pleural et meilleure condition mécanique pour l ’hémi-diaphragme
 - sous AG à thorax fermé: poumon « inférieur » mieux vascularisé
(gravité) et moins bien ventilé (AG, poids des viscères)
 - sous AG à thorax ouvert: aggravation des inégalités de VA/Q :
poumon « supérieur » encore plus « sur ventilé » et « sous perfusé »
PHYSIOLOGIE II
 La vasoconstriction pulmonaire hypoxique
C’est le cas lors de la ventilation unipulmonaire, est un réel « mécanisme de défense
contre l’hypoxie ». En effet, on sait, depuis les travaux classiques de von Euler et
Liljestrand en 1946 que l’hypoxie alvéolaire aiguë entraîne une vasoconstriction artérielle
pulmonaire, le poumon réagissant à l’hypoxie à l’inverse des autres organes.
Mortalité et morbidité hospitalières
 La cause retrouvée le plus souvent est d’origine:
 respiratoire (sepsis, insuffisance respiratoire aiguë)
cardiovasculaire
 hémorragique
 Les facteurs prédictifs de mortalité ou de morbidité sont :
o altération importante de la fonction respiratoire préopératoire
o facteurs lier au patient : âge élevé, sexe masculin , classe ASA 3 ou 4 ,
existence d’une affection associée (cardiopathie , diabète ), perte
récente de poids . côté droit surtout en cas de pneumonectomie,
intervention prolongée ou hémorragique, remplissage postopératoire
précoce
o Important. Le risque est encore accru si une ventilation postopératoire
est nécessaire. Enfin, le faible volume d’activité du centre chirurgical
est également un facteur pronostique défavorable
Évaluation préopératoire I
(VEMS) >40 %
GDS
PaO2 : < 50 mmHg
PaCO2 : > 45 mmHg.
DLCO
• Norme : 25 ml CO/mn/mmHg. < 40%
(VO2 max).
Normal VO2>20ml/kg/min
- monter 5 étages
VO2max > 20 ml/kg/min
> 2 étages VO2max compatible avec une
exérèse large
(walk test), diminution d’au moins 4 % de la SpO2 .
GAS EXCHANGE
RESPIRATORY MECHANICS
CARDIOPULMONARY
INTERACTION
PROFIL DU RISK
PEROPERATOIRE
Évaluation préopératoire II
 Comorbidités :
 Cardiopathie ischémique
• Insuffisance cardiaque stable
• Diabète
• Insuffisance rénale
• ATCD d'AVC
Echographie cardiaque
Scintigraphie myocardique et/ou
Epreuve d'effort
Coronarographie si
besoin!
 AGE
AGE > 80 ans
– 9% de mortalité pour une lobectomie
– 14% de mortalité pour une pneumonectomie
 Scintigraphie pulmonaire (si chirurgie de réduction pulmonaire )
• Prédiction des valeurs fonctionnelles postopératoires
• VEMS post-op = VEMS pré x (1-valeur fonctionnelle pulmonaire réséquée) La
fonction respiratoire va diminuer de 5.26% par segment réséqué
VEMSpop = VEMSpreop x [1 - (0.0526 x S)]
S : nombre de segment à réséquer
PRÉPARATION À L’INTERVENTION
 La kinésithérapie respiratoire, quelle qu’en soit la modalité
concourt à une optimisation de la function respiratoire pour un
gain fonctionnel maximal
 L’arrêt du tabac
 VNI préopératoire
Période peropératoire
 TRAITEMENTS À VISÉE PROPHYLACTIQUE
La prophylaxie de la maladie thromboembolique(sauf si une ponction
péridurale ou intrathécale est prévue) .
Antibioprophylaxie : La chirurgie thoracique comprend des actes propres
(classe I d’Altemeier) (chirurgie médiastinale) ou propres contaminés
(classe 2 ) en cas d’ouverture des bronches ou de la trachée (céfazoline, 2 g
à l’induction anesthésique, une réinjection de 1 g à la quatrième heure) ou
de deuxième génération (céfamandole ou céfuroxime)
Si le patient est allergique aux b-lactamines, on peut utiliser de la
vancomycine (15 mg/kg en dose unique) .
Avec des agents de courte durée d’action est habituellement
pratiquée.
• Hypnotique: Etomidate ou Propofol , mode →AIVOC
• Morphinique : Sufentanil , Fentanyl /Rémifentanil si APD
• Antihyperalgie: Kétamine, Acupan
• Curares : Atracrium ,Norcuron/Cistracrium
Anesthésie I
Anesthésie II
 N2O est a évité s’il existe des bulles ou un pneumothorax
 Le propofol n’a aucun effet sur la vasoconstriction pulmonaire hypoxique
(VPH), à l’inverse des halogénés. Ainsi, lors de la ventilation unipulmonaire
,l’administration d’une concentration alvéolaire minimale (CAM) d’un
halogéné augmente le shunt de l’ordre de 4 %. Cet effet ne doit pas contre-
indiquer leur emploi, d’autant qu’ils ont un effet bronchodilatateur.
 Administration de vasoconstricteur, allégement de l’anesthésie. Cette
association accroît la baisse de la PaO2 observée lors de la ventilation
unipulmonaire
 Fin d’intervention → But : extubation sur table
 Aspiration avant de repasser en bipulmonaire
 Ventiler manuellement en surpression pour tester les sutures
Monitorage
• ECG 5 électrodes / ST
• SpO2 / Capnographe
• PNI
• Curamètre,
 Hémodynamique invasifs
± KT artériel (risque CV, risque hémorragique,
pneumonectomie, décortication pleurale)
• Doppler oesophagien)
• (± ETO)
• Respiratoire
Pression/Débit/Temps
Volume courant, Pep
chirurgie thoracique • Chirurgie à haut risque cardiorespiratoire,
complications graves • Hydratation « libérale » facteur de risque de
complications cardiopulmonaires et de mortalité majeur (X 2 par litre
!)Marret, Interactive CardioVasculaire and thoracic Surgery, 2010 • En
pratique pas plus d’1 litre de cristalloïde de toute l’intervention
Chirurgie majeure apport de base et compensation = attitude
restrictive, 3 à 4 ml/kg/h pour éviter la rétention hydrosodée
QUEL REMPLISSAGE EN CHIRURGIE
THORACIQUE ??????
Ventilation unipulmonaire
 En DL, poumon > mieux ventilé
 Poumon < mieux perfusé
 A l’exclusion : poumon sup. ratatiné et perfusé : effet shunt
 Poumon inf bien perfusé et bien ventilé
 ↓ de l’effet shunt physiologique par vasoconstriction hypoxique,
le sang mal oxygéné du poumon > vers le poumon <
 Facteurs augmentant le shunt :
 Hypercapnie
 Dérivés nitrés Causes de Vasodilatation
 Inhibiteurs calciques
 Poumon pathologique
 Hypotension (diminue la perfusion)
PROBLÈMES POSÉS PAR L’INTUBATION
sélective I
 La mise en place d’un tube à double-lumière ou d’un tube avec bloqueur est impérative:
intervention par thoracoscopie, infection, saignement, fistule bronchopleurale, plaie
bronchique, bulle ou kyste géant. Dans les autres cas, ces tubes facilitent le geste
chirurgical, surtout lors des pneumonectomies
 -1 -Tubes à double-lumière
 Différents tubes à double-lumière
 – le tube à double-lumière gauche avec ergot (tube de Carlens)
 – le tube à double-lumière droit avec ergot (tube de White)
 - le tube Robertshaw sans ergot
 -2-Le Bloqueur bronchique (Univent, Arndt)
Vérification de la position du tube à double-lumière
 auscultation dans les aisselles,
 spirométrie,
 « technique des bulles »
 Echographie
 contrôle fibroscopique (« vérification
 anatomique » réalisée avec un fibroscope pédiatrique (3,6 mm - 4,9 mm)
= le gold standard (BJA 84 (3) : 308-10. 2000)
PROBLÈMES POSÉS PAR L’INTUBATION
sélective II
COMMENT J’INTUBE ?
Intubation « normale », ergot en arrière
- Retrait du mandrin dès le passage de la glotte
- Rotation de 90° et « on pousse »
- Gonflement du ballonnet trachéal
- Gonflement du ballonnet bronchique (technique des bulles)
- Vérification de la bonne position du tube
- Vérification fonctionnelle : auscultation dans les aisselles et spiromètrie
après clampage alternatif
- Vérification anatomique : fibroscopie
- Nouvelle vérification (technique des bulles et fibroscopie) après
positionnement en décubitus latéral
PROBLÈMES POSÉS PAR L’INTUBATION
sélective III
 La bonne position ?
Le ballonnet bronchique affleure la carène
- A gauche : la division bronchique est
libre
- A droite :
- la bronche lobaire supérieure est visible
- la division bronchique est libre
Choix du tube à double-lumière
– femme de moins de 1,60 m : tube de
diamètre 35 F ;
– femme de plus de 1,60 m : tube de diamètre
37 F ;
– homme de moins de 1,70 m : tube de
diamètre 39 F ;
– homme de plus de 1,70 m : tube de diamètre
41 F.¦
PROBLÈMES POSÉS PAR L’INTUBATION
sélective IV
Complications mécaniques de l’intubation
 Les traumatismes laryngés,
 Les ruptures trachéales et bronchiques
 Le déplacement du tube à double-lumière : bronchospasme et
pneumothorax
 Malposition – occlusion
 Suture du tube
POSITION OPÉRATOIRE
 Les thoracotomies latérales ou postérolatérales, ainsi que la
plupart des interventions de vidéochirurgie, sont réalisées en
décubitus latéral sur billot, ce qui donne au chirurgien une très
bonne exposition du hile .Les sternotomies et certaines
minithoracotomies sont pratiquées en décubitus dorsal.
L’analgésie postopératoire
POUR KINE
(Lutte Vs encombrement et surinfection
→ réhabilitation rapide )
Multimodale
• La morphine IV:
Titration puis PCA (bolus 1-2mg, PR 6-10min)
• Ttt adjuvants:
– Paracétamol: diminue conso morphine, 1g/6h
– AINS: efficacité douleur projetée épaule,
diminue conso morphine, respect CI, durée
max 5 jours
ALR ;
Rachianalgésie morphinique
Ponction L3-L4
Morphine 0,5 mg + sufentanil 30 μg
– Kétamine: antihyperalgésie,
0.2mg/kg
induction puis 0.1mg/kg/h
L’analgésie postopératoire
La péridurale thoracique gold standard
 Bupivacaïne
 Ropivacaïne
 Chirocaine
Le bloc paravertébral
– Alternative à APD,
positionnement KT plus
incertain
– Mise en place percutanée sous
échographie
– Protocole identique à APD
Concentration : 0,1 à 0,2 %
Complications
 Complications respiratoires
Atélectasie
Pneumothorax
 Complications Cardiovasculaires
Trouble du rythme cardiaque
Œdème pulmonaire
Infarctus du myocarde: tabagime, dyslipidémie, âge,
épisodes ischémiques per et postopératoires
Embolie pulmonaire
Hernie du cœur
 Complications rénales 2%
Conclusion
La chirurgie pulmonaire est une chirurgie à haut risque.
La mortalité hospitalière (ou dans les 30 jours postopératoires) est de
l’ordre de 1 % après résection économique, de 2 % après
lobectomie, de 6 % après pneumonectomie et proche de 10 % après
pneumonectomie élargie.
Une complication postopératoire importante survient dans un quart
à un tiers des cas (complications pleuropulmonaires, troubles du
rythme, oedème pulmonaire…). Le médecin anesthésiste-
réanimateur doit s’assurer que l’évaluation préopératoire a apprécié
le risque de complications respiratoires sans omettre les risques liés
aux pathologies associées, connaître les diverses modalités techniques
de l’intubation sélective (utilisation préférentielle des tubes à double-
lumière gauche), savoir conduire une ventilation unipulmonaire
(traitement d’une désaturation artérielle en oxygène, prévention et
traitement d’une hyperinflation dynamique chez l’emphysémateux),
choisir et mettre en place une technique d’analgésie.
Ventilation unipulmonaire peropératoire - Sfar
www.sfar.org/acta/dossier/2009/med_B978-2-8101-0173-3.c0033.
htme-mail : mazerolles.m@chu-toulouse.fr - Sfar
www.sfar.org/acta/dossier/archives/ca03/html/ca03_15/ca03_15.html
VENTILATION UNI-PULMONAIRE
sofia.medicalistes.org/.../La_ventilation_unipulmonaire_Henri_Rossi-
Olhttp://sofia.medicalistes.org/spip/IMG/pdf/intubation_selective-
_Martine_Chefdor_IADE_-_18_nov_2011.pdfi
Lectures
Merci de votre attention

Contenu connexe

Tendances

Drainage thoracique
Drainage thoraciqueDrainage thoracique
Drainage thoracique
goudaivaa
 
Our oxygénothérapie et nébulisation
Our oxygénothérapie et nébulisationOur oxygénothérapie et nébulisation
Our oxygénothérapie et nébulisation
Soumaya Lazzem
 
Infections respiratoires aigues
Infections respiratoires aiguesInfections respiratoires aigues
Infections respiratoires aigues
Dr. Kerfah Soumia
 
Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR)
Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR)Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR)
Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR)
Dr. Kerfah Soumia
 
Examen de l appareil respiratoire
Examen de l appareil respiratoireExamen de l appareil respiratoire
Examen de l appareil respiratoire
Soulaf Sel
 
Pleuresie purulente
Pleuresie purulentePleuresie purulente
Pleuresie purulente
belaibzino
 
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- pptCour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
killua zoldyck
 
Rx thoracique les grands syndromes
Rx thoracique les grands syndromesRx thoracique les grands syndromes
Rx thoracique les grands syndromes
Hana Hanouna
 
La luxation congénitale de la hanche
La luxation congénitale de la hancheLa luxation congénitale de la hanche
La luxation congénitale de la hanche
ait-mohand ali
 
Pleuresie à liquide clair
Pleuresie à liquide clairPleuresie à liquide clair
Pleuresie à liquide clair
belaibzino
 
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleuraleSyndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
hind henzazi
 

Tendances (20)

Drainage thoracique
Drainage thoraciqueDrainage thoracique
Drainage thoracique
 
Poly reanimation-medicale
 Poly reanimation-medicale Poly reanimation-medicale
Poly reanimation-medicale
 
Syndrome cavitaire
Syndrome cavitaireSyndrome cavitaire
Syndrome cavitaire
 
Our oxygénothérapie et nébulisation
Our oxygénothérapie et nébulisationOur oxygénothérapie et nébulisation
Our oxygénothérapie et nébulisation
 
Infections respiratoires aigues
Infections respiratoires aiguesInfections respiratoires aigues
Infections respiratoires aigues
 
L’appareil respiratoire ah
L’appareil respiratoire ahL’appareil respiratoire ah
L’appareil respiratoire ah
 
Le nerf facial
Le nerf facialLe nerf facial
Le nerf facial
 
Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR)
Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR)Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR)
Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR)
 
Gestion Des Voies Aériennes
Gestion Des Voies AériennesGestion Des Voies Aériennes
Gestion Des Voies Aériennes
 
Examen de l appareil respiratoire
Examen de l appareil respiratoireExamen de l appareil respiratoire
Examen de l appareil respiratoire
 
La miliaire tuberculeuse
La miliaire tuberculeuseLa miliaire tuberculeuse
La miliaire tuberculeuse
 
Pleuresie purulente
Pleuresie purulentePleuresie purulente
Pleuresie purulente
 
La luxation congenitale de la hanche
La luxation congenitale de la hancheLa luxation congenitale de la hanche
La luxation congenitale de la hanche
 
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- pptCour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
 
CAT devant une Pleurésie
CAT devant une PleurésieCAT devant une Pleurésie
CAT devant une Pleurésie
 
Rx thoracique les grands syndromes
Rx thoracique les grands syndromesRx thoracique les grands syndromes
Rx thoracique les grands syndromes
 
Ponction biopsie pleurale
Ponction biopsie pleurale Ponction biopsie pleurale
Ponction biopsie pleurale
 
La luxation congénitale de la hanche
La luxation congénitale de la hancheLa luxation congénitale de la hanche
La luxation congénitale de la hanche
 
Pleuresie à liquide clair
Pleuresie à liquide clairPleuresie à liquide clair
Pleuresie à liquide clair
 
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleuraleSyndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
 

En vedette (9)

Thorax 2
Thorax 2Thorax 2
Thorax 2
 
Les traumatismes thoraciques fermés graves
Les traumatismes thoraciques fermés gravesLes traumatismes thoraciques fermés graves
Les traumatismes thoraciques fermés graves
 
Alr echos
Alr echosAlr echos
Alr echos
 
Cat devant un polytraumatisme
Cat devant un polytraumatismeCat devant un polytraumatisme
Cat devant un polytraumatisme
 
Les sequelles des traumatismes thoraciques
Les sequelles des traumatismes thoraciquesLes sequelles des traumatismes thoraciques
Les sequelles des traumatismes thoraciques
 
Cas clinique fracture ouverte de jambe
Cas clinique fracture ouverte de jambeCas clinique fracture ouverte de jambe
Cas clinique fracture ouverte de jambe
 
Le polytraumatisé cours externe
Le polytraumatisé cours externeLe polytraumatisé cours externe
Le polytraumatisé cours externe
 
Le polytraumatisé en préhospitalier
Le polytraumatisé en préhospitalierLe polytraumatisé en préhospitalier
Le polytraumatisé en préhospitalier
 
Prise en charge du polytraumatisé année 2009
Prise en charge du polytraumatisé année 2009Prise en charge du polytraumatisé année 2009
Prise en charge du polytraumatisé année 2009
 

Similaire à Anesthésie en chirurgie thoracique finale (3)

Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontane Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontane
Mehdy Wayzani
 
traumatismes thoraciques
traumatismes thoraciquestraumatismes thoraciques
traumatismes thoraciques
Madani Bouzid
 
Intérêts et applications de la thoracoscopie
Intérêts et applications de la thoracoscopieIntérêts et applications de la thoracoscopie
Intérêts et applications de la thoracoscopie
Guillaume Michigan
 
Ventilation vni cardio
Ventilation  vni cardioVentilation  vni cardio
Ventilation vni cardio
Docthib
 
Ponction et biopsie pulmonaires chez les bovins
Ponction et biopsie pulmonaires chez les bovinsPonction et biopsie pulmonaires chez les bovins
Ponction et biopsie pulmonaires chez les bovins
Guillaume Michigan
 

Similaire à Anesthésie en chirurgie thoracique finale (3) (20)

PNO.pdf
PNO.pdfPNO.pdf
PNO.pdf
 
Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontane Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontane
 
traumatismes thoraciques
traumatismes thoraciquestraumatismes thoraciques
traumatismes thoraciques
 
2013 07-13 chirurgie de lemphysème pulmonaire abdennadher mahdi pdf
2013 07-13 chirurgie de lemphysème pulmonaire abdennadher mahdi pdf2013 07-13 chirurgie de lemphysème pulmonaire abdennadher mahdi pdf
2013 07-13 chirurgie de lemphysème pulmonaire abdennadher mahdi pdf
 
Manoeuvres de recrutement alveolairewallon 2016.24
Manoeuvres de recrutement alveolairewallon 2016.24Manoeuvres de recrutement alveolairewallon 2016.24
Manoeuvres de recrutement alveolairewallon 2016.24
 
Curs 1 franceza
Curs 1   francezaCurs 1   franceza
Curs 1 franceza
 
Chirurgie pulmonaire
Chirurgie pulmonaireChirurgie pulmonaire
Chirurgie pulmonaire
 
Pneumothorax spontané
Pneumothorax spontanéPneumothorax spontané
Pneumothorax spontané
 
PR CAMPAIGN 2011 [FRANCE]
PR CAMPAIGN 2011 [FRANCE]PR CAMPAIGN 2011 [FRANCE]
PR CAMPAIGN 2011 [FRANCE]
 
Anesthesie
AnesthesieAnesthesie
Anesthesie
 
Anesthésie pour chirurgie œsophagienne
Anesthésie pour chirurgie œsophagienneAnesthésie pour chirurgie œsophagienne
Anesthésie pour chirurgie œsophagienne
 
Intérêts et applications de la thoracoscopie
Intérêts et applications de la thoracoscopieIntérêts et applications de la thoracoscopie
Intérêts et applications de la thoracoscopie
 
Ventilation vni cardio
Ventilation  vni cardioVentilation  vni cardio
Ventilation vni cardio
 
Pneumothorax
PneumothoraxPneumothorax
Pneumothorax
 
Drain thoraxique
Drain thoraxiqueDrain thoraxique
Drain thoraxique
 
Ponction et biopsie pulmonaires chez les bovins
Ponction et biopsie pulmonaires chez les bovinsPonction et biopsie pulmonaires chez les bovins
Ponction et biopsie pulmonaires chez les bovins
 
Echographie pulmonaire pédiatrique Dr BENFREHA BELGUIDOUM Asmaa
Echographie pulmonaire pédiatrique Dr BENFREHA BELGUIDOUM AsmaaEchographie pulmonaire pédiatrique Dr BENFREHA BELGUIDOUM Asmaa
Echographie pulmonaire pédiatrique Dr BENFREHA BELGUIDOUM Asmaa
 
Pneumologie rupture trachéale feline
Pneumologie   rupture trachéale felinePneumologie   rupture trachéale feline
Pneumologie rupture trachéale feline
 
Pleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clairPleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clair
 
Right Heart In Septic Shock | Ali JENDOUBI, MD | 2017
Right Heart In Septic Shock | Ali JENDOUBI, MD | 2017Right Heart In Septic Shock | Ali JENDOUBI, MD | 2017
Right Heart In Septic Shock | Ali JENDOUBI, MD | 2017
 

Anesthésie en chirurgie thoracique finale (3)

  • 1. Anesthésie en chirurgie thoracique et pulmonaire Dr M Matouk
  • 2. INTRODUCTION  1930 chirurgie pulmonaire  La tendance à la limitation de l’étendue des exérèses (segmentectomies ou résections économiques dans des cas particuliers, lobectomies plutôt que pneumonectomies)  (diminution de 15 % de la capacité vitale après lobectomie, de 35 à 40 % après pneumonectomie)  La mortalité hospitalière est trois fois plus importante après pneumonectomie / lobectomie.  Les objectifs du médecin anesthésiste-réanimateur sont nombreux : S’assurer que l’évaluation préopératoire a pris en compte le risque de complications respiratoires sans omettre les risques liés aux pathologies associées, connaître les diverses modalités techniques de l’intubation sélective, savoir conduire une ventilation unipulmonaire, choisir et mettre en place une technique d’analgésie qui doit être efficace Avant le réveil et durer 3 à 5 jours après thoracotomie, reconnaître rapidement les complications postopératoires qu’elles surviennent dans les premières heures ou dans les premiers jours postopératoires.
  • 3. ANATOMIE I Une bonne compréhension de l'anatomie thoracique et des voies respiratoires sont importants pour plusieurs raisons :  La pathologie chirurgicale et la procédure proposée  La fibroscopie  L’anesthésie locorégionale. La trachée adulte est d'environ 15 cm de long, elle s'étend à partir de l'extrémité inférieure du cartilage cricoïde à C6 et se divise à T5. Le diamètre trachéal est à peu près la même que celle de l'index du patient. Elle est en forme de C en avant en raison de la présence de 16-20 cartilages joint postérieurement par le tissu musculaire et fibroélastique . Par comparaison, les bronches sont courtes ,circulaires. La bronche principale droite est plus large et plus courte que la gauche, elle dégage ses bronche lobaire supérieure à 2 cm au lieu de 5 cm sur la gauche. La bronche principale droite se pose à 25 / verticale contre 45 à gauche/ verticale. Par conséquent : inhalation de corps étrangers et les tubes endotrachéaux sont plus susceptibles d'entrer dans le poumon droit  côté gauche tubes double lumière sont préférables au côté droit car plus faible risque de nuire à la ventilation du lobe supérieur.
  • 4. ANATOMIE II Poumon droit : lobe supérieur : 3 lobe moyen : 2 lobe inférieur : 5 Poumon gauche : lobe supérieur : 3 lingula : 2 lobe inférieur : 4 Nombre de segments fonctionnels : 19
  • 5. PHYSIOLOGIE I  Position latérale / thorax fermé  Le décubitus latéral:  - sujet éveillé: poumon « INFERIEUR » mieux ventilé et perfusé car gradient pleural et meilleure condition mécanique pour l ’hémi-diaphragme  - sous AG à thorax fermé: poumon « inférieur » mieux vascularisé (gravité) et moins bien ventilé (AG, poids des viscères)  - sous AG à thorax ouvert: aggravation des inégalités de VA/Q : poumon « supérieur » encore plus « sur ventilé » et « sous perfusé »
  • 6. PHYSIOLOGIE II  La vasoconstriction pulmonaire hypoxique C’est le cas lors de la ventilation unipulmonaire, est un réel « mécanisme de défense contre l’hypoxie ». En effet, on sait, depuis les travaux classiques de von Euler et Liljestrand en 1946 que l’hypoxie alvéolaire aiguë entraîne une vasoconstriction artérielle pulmonaire, le poumon réagissant à l’hypoxie à l’inverse des autres organes.
  • 7. Mortalité et morbidité hospitalières  La cause retrouvée le plus souvent est d’origine:  respiratoire (sepsis, insuffisance respiratoire aiguë) cardiovasculaire  hémorragique  Les facteurs prédictifs de mortalité ou de morbidité sont : o altération importante de la fonction respiratoire préopératoire o facteurs lier au patient : âge élevé, sexe masculin , classe ASA 3 ou 4 , existence d’une affection associée (cardiopathie , diabète ), perte récente de poids . côté droit surtout en cas de pneumonectomie, intervention prolongée ou hémorragique, remplissage postopératoire précoce o Important. Le risque est encore accru si une ventilation postopératoire est nécessaire. Enfin, le faible volume d’activité du centre chirurgical est également un facteur pronostique défavorable
  • 8. Évaluation préopératoire I (VEMS) >40 % GDS PaO2 : < 50 mmHg PaCO2 : > 45 mmHg. DLCO • Norme : 25 ml CO/mn/mmHg. < 40% (VO2 max). Normal VO2>20ml/kg/min - monter 5 étages VO2max > 20 ml/kg/min > 2 étages VO2max compatible avec une exérèse large (walk test), diminution d’au moins 4 % de la SpO2 . GAS EXCHANGE RESPIRATORY MECHANICS CARDIOPULMONARY INTERACTION PROFIL DU RISK PEROPERATOIRE
  • 9. Évaluation préopératoire II  Comorbidités :  Cardiopathie ischémique • Insuffisance cardiaque stable • Diabète • Insuffisance rénale • ATCD d'AVC Echographie cardiaque Scintigraphie myocardique et/ou Epreuve d'effort Coronarographie si besoin!  AGE AGE > 80 ans – 9% de mortalité pour une lobectomie – 14% de mortalité pour une pneumonectomie  Scintigraphie pulmonaire (si chirurgie de réduction pulmonaire ) • Prédiction des valeurs fonctionnelles postopératoires • VEMS post-op = VEMS pré x (1-valeur fonctionnelle pulmonaire réséquée) La fonction respiratoire va diminuer de 5.26% par segment réséqué VEMSpop = VEMSpreop x [1 - (0.0526 x S)] S : nombre de segment à réséquer
  • 10. PRÉPARATION À L’INTERVENTION  La kinésithérapie respiratoire, quelle qu’en soit la modalité concourt à une optimisation de la function respiratoire pour un gain fonctionnel maximal  L’arrêt du tabac  VNI préopératoire
  • 11. Période peropératoire  TRAITEMENTS À VISÉE PROPHYLACTIQUE La prophylaxie de la maladie thromboembolique(sauf si une ponction péridurale ou intrathécale est prévue) . Antibioprophylaxie : La chirurgie thoracique comprend des actes propres (classe I d’Altemeier) (chirurgie médiastinale) ou propres contaminés (classe 2 ) en cas d’ouverture des bronches ou de la trachée (céfazoline, 2 g à l’induction anesthésique, une réinjection de 1 g à la quatrième heure) ou de deuxième génération (céfamandole ou céfuroxime) Si le patient est allergique aux b-lactamines, on peut utiliser de la vancomycine (15 mg/kg en dose unique) .
  • 12. Avec des agents de courte durée d’action est habituellement pratiquée. • Hypnotique: Etomidate ou Propofol , mode →AIVOC • Morphinique : Sufentanil , Fentanyl /Rémifentanil si APD • Antihyperalgie: Kétamine, Acupan • Curares : Atracrium ,Norcuron/Cistracrium Anesthésie I
  • 13. Anesthésie II  N2O est a évité s’il existe des bulles ou un pneumothorax  Le propofol n’a aucun effet sur la vasoconstriction pulmonaire hypoxique (VPH), à l’inverse des halogénés. Ainsi, lors de la ventilation unipulmonaire ,l’administration d’une concentration alvéolaire minimale (CAM) d’un halogéné augmente le shunt de l’ordre de 4 %. Cet effet ne doit pas contre- indiquer leur emploi, d’autant qu’ils ont un effet bronchodilatateur.  Administration de vasoconstricteur, allégement de l’anesthésie. Cette association accroît la baisse de la PaO2 observée lors de la ventilation unipulmonaire  Fin d’intervention → But : extubation sur table  Aspiration avant de repasser en bipulmonaire  Ventiler manuellement en surpression pour tester les sutures
  • 14. Monitorage • ECG 5 électrodes / ST • SpO2 / Capnographe • PNI • Curamètre,  Hémodynamique invasifs ± KT artériel (risque CV, risque hémorragique, pneumonectomie, décortication pleurale) • Doppler oesophagien) • (± ETO) • Respiratoire Pression/Débit/Temps Volume courant, Pep
  • 15. chirurgie thoracique • Chirurgie à haut risque cardiorespiratoire, complications graves • Hydratation « libérale » facteur de risque de complications cardiopulmonaires et de mortalité majeur (X 2 par litre !)Marret, Interactive CardioVasculaire and thoracic Surgery, 2010 • En pratique pas plus d’1 litre de cristalloïde de toute l’intervention Chirurgie majeure apport de base et compensation = attitude restrictive, 3 à 4 ml/kg/h pour éviter la rétention hydrosodée QUEL REMPLISSAGE EN CHIRURGIE THORACIQUE ??????
  • 16. Ventilation unipulmonaire  En DL, poumon > mieux ventilé  Poumon < mieux perfusé  A l’exclusion : poumon sup. ratatiné et perfusé : effet shunt  Poumon inf bien perfusé et bien ventilé  ↓ de l’effet shunt physiologique par vasoconstriction hypoxique, le sang mal oxygéné du poumon > vers le poumon <  Facteurs augmentant le shunt :  Hypercapnie  Dérivés nitrés Causes de Vasodilatation  Inhibiteurs calciques  Poumon pathologique  Hypotension (diminue la perfusion)
  • 17. PROBLÈMES POSÉS PAR L’INTUBATION sélective I  La mise en place d’un tube à double-lumière ou d’un tube avec bloqueur est impérative: intervention par thoracoscopie, infection, saignement, fistule bronchopleurale, plaie bronchique, bulle ou kyste géant. Dans les autres cas, ces tubes facilitent le geste chirurgical, surtout lors des pneumonectomies  -1 -Tubes à double-lumière  Différents tubes à double-lumière  – le tube à double-lumière gauche avec ergot (tube de Carlens)  – le tube à double-lumière droit avec ergot (tube de White)  - le tube Robertshaw sans ergot  -2-Le Bloqueur bronchique (Univent, Arndt) Vérification de la position du tube à double-lumière  auscultation dans les aisselles,  spirométrie,  « technique des bulles »  Echographie  contrôle fibroscopique (« vérification  anatomique » réalisée avec un fibroscope pédiatrique (3,6 mm - 4,9 mm) = le gold standard (BJA 84 (3) : 308-10. 2000)
  • 18. PROBLÈMES POSÉS PAR L’INTUBATION sélective II COMMENT J’INTUBE ? Intubation « normale », ergot en arrière - Retrait du mandrin dès le passage de la glotte - Rotation de 90° et « on pousse » - Gonflement du ballonnet trachéal - Gonflement du ballonnet bronchique (technique des bulles) - Vérification de la bonne position du tube - Vérification fonctionnelle : auscultation dans les aisselles et spiromètrie après clampage alternatif - Vérification anatomique : fibroscopie - Nouvelle vérification (technique des bulles et fibroscopie) après positionnement en décubitus latéral
  • 19. PROBLÈMES POSÉS PAR L’INTUBATION sélective III  La bonne position ? Le ballonnet bronchique affleure la carène - A gauche : la division bronchique est libre - A droite : - la bronche lobaire supérieure est visible - la division bronchique est libre Choix du tube à double-lumière – femme de moins de 1,60 m : tube de diamètre 35 F ; – femme de plus de 1,60 m : tube de diamètre 37 F ; – homme de moins de 1,70 m : tube de diamètre 39 F ; – homme de plus de 1,70 m : tube de diamètre 41 F.¦
  • 20. PROBLÈMES POSÉS PAR L’INTUBATION sélective IV Complications mécaniques de l’intubation  Les traumatismes laryngés,  Les ruptures trachéales et bronchiques  Le déplacement du tube à double-lumière : bronchospasme et pneumothorax  Malposition – occlusion  Suture du tube
  • 21. POSITION OPÉRATOIRE  Les thoracotomies latérales ou postérolatérales, ainsi que la plupart des interventions de vidéochirurgie, sont réalisées en décubitus latéral sur billot, ce qui donne au chirurgien une très bonne exposition du hile .Les sternotomies et certaines minithoracotomies sont pratiquées en décubitus dorsal.
  • 22. L’analgésie postopératoire POUR KINE (Lutte Vs encombrement et surinfection → réhabilitation rapide ) Multimodale • La morphine IV: Titration puis PCA (bolus 1-2mg, PR 6-10min) • Ttt adjuvants: – Paracétamol: diminue conso morphine, 1g/6h – AINS: efficacité douleur projetée épaule, diminue conso morphine, respect CI, durée max 5 jours ALR ; Rachianalgésie morphinique Ponction L3-L4 Morphine 0,5 mg + sufentanil 30 μg – Kétamine: antihyperalgésie, 0.2mg/kg induction puis 0.1mg/kg/h
  • 23. L’analgésie postopératoire La péridurale thoracique gold standard  Bupivacaïne  Ropivacaïne  Chirocaine Le bloc paravertébral – Alternative à APD, positionnement KT plus incertain – Mise en place percutanée sous échographie – Protocole identique à APD Concentration : 0,1 à 0,2 %
  • 24. Complications  Complications respiratoires Atélectasie Pneumothorax  Complications Cardiovasculaires Trouble du rythme cardiaque Œdème pulmonaire Infarctus du myocarde: tabagime, dyslipidémie, âge, épisodes ischémiques per et postopératoires Embolie pulmonaire Hernie du cœur  Complications rénales 2%
  • 25. Conclusion La chirurgie pulmonaire est une chirurgie à haut risque. La mortalité hospitalière (ou dans les 30 jours postopératoires) est de l’ordre de 1 % après résection économique, de 2 % après lobectomie, de 6 % après pneumonectomie et proche de 10 % après pneumonectomie élargie. Une complication postopératoire importante survient dans un quart à un tiers des cas (complications pleuropulmonaires, troubles du rythme, oedème pulmonaire…). Le médecin anesthésiste- réanimateur doit s’assurer que l’évaluation préopératoire a apprécié le risque de complications respiratoires sans omettre les risques liés aux pathologies associées, connaître les diverses modalités techniques de l’intubation sélective (utilisation préférentielle des tubes à double- lumière gauche), savoir conduire une ventilation unipulmonaire (traitement d’une désaturation artérielle en oxygène, prévention et traitement d’une hyperinflation dynamique chez l’emphysémateux), choisir et mettre en place une technique d’analgésie.
  • 26. Ventilation unipulmonaire peropératoire - Sfar www.sfar.org/acta/dossier/2009/med_B978-2-8101-0173-3.c0033. htme-mail : mazerolles.m@chu-toulouse.fr - Sfar www.sfar.org/acta/dossier/archives/ca03/html/ca03_15/ca03_15.html VENTILATION UNI-PULMONAIRE sofia.medicalistes.org/.../La_ventilation_unipulmonaire_Henri_Rossi- Olhttp://sofia.medicalistes.org/spip/IMG/pdf/intubation_selective- _Martine_Chefdor_IADE_-_18_nov_2011.pdfi Lectures
  • 27. Merci de votre attention