SlideShare une entreprise Scribd logo
HEMANGIOPERICYTOME NASO SINUSIEN : A PROPOS DE 2 CAS
Meherzi A, Kdissa A, Bellakhdher M, Sayedi H, Ghammem M, Kermeni W,
Abdelkefi M
Service ORL et CCF Fahat Hached-Sousse-Tunisie
Introduction
L’hémangiopéricytome est une tumeur vasculaire rare.Elle est développées à partir des cellules mésenchymateuses avec une différenciation péricytaire. C’est tumeur
agressive, classés donc comme tumeur maligne ou border line.
L’atteinte de la région de la tête et du cou est retrouvée dans 15% des cas. La topographie nasosinusienne représente prés de 50% des localisations céphaliques. L’IRM
ne peut pas évoquer le diagnostic, toutefois un hyposignal T1 et T2 et le rehaussement doivent orienter vers la malignité.
Observations
Observation 1
Patiente âgée de 48 ans.Motif:obstruction nasale gauche permanente
d’aggravation progressive depuis 2 mois associé à un épisode d’épistaxis
homolatérale 15 jours auparavant. Examen:pas signes otologiques,
neurologiques ou oculaires associés.. EN:une masse tumorale de la fosse
nasale gauche, située en dedans et au dessus du cornet moyen peu saignante
au contacte. TDM du massif facial :une formation tumorale occupant la
fosse nasale gauche s’étendant aux cellules éthmoïdales adjacentes
antérieurs et postérieurs , et qui se rehaussait de façon intense après
injection de PDC . L’ IRM du massif facial un processus tumoral bien limité de
la fosse nasale gauche prenant naissance du cornet supérieur gauche ,
comblant le méat moyen et refoulant vers l’extérieur le cornet moyen sans
signes d’envahissement. Examen anatomopath un glomangiopéricytome :
sous type histologique de l’hémangiopéricytome. La patiente a été opérée
par voie endonasale : exèrèse tumorale avec méatotomie moyenne et
éthmoidectomie radicale .Les suites post opératoire étaient simples .
IRM coupe axiale et coronale: pcs tumorale de la FN dte en hyposignal T1
IRM coupe axiale: pcs tumorale en
hypersignal T2
TDM massif facal:masse tumorale de la FN gauche de nature tissulaire se réhaussant après PDC
Observation 2
Patiente âgée de 44 ans consultant initialement, il ya 13 ans, pour des céphalées + ON et épistaxis droites+ baisse de l’AV homolatérale.
Examen : formation richement vascularisée comblant toute la fosse nasale droite+exophtalmie+infiltration de la région sous-orbitaire avec AV droite=1/10.
Biopsie sous anésthésie locale: angiofibrome nasopharyngien; TDM et IRM : l’on classé stade III B de Radkowski.
Devant la non-extirpabilité tumorale on lui a préconisé une chiomiothérapie première suivie de radiothérapie (40Gy) : réduction tumorale de 38%.
9 ans plutard, récidive avec extension vers le trigone rétromolaire et face interne de la joue ; l’examen histologique avait confirmé la récidive du même type
histologique et la décision était de réaliser une chirurgie de propreté
Evolution après 2 ans: une récidive tumorale arrivant jusqu’à la FIT . Après une 2iéme réduction tumorale l’examen histologique cette fois, conclu à une tumeur
fibreuse solitaire, la patiente avait eu une irradiation externe (20-25Gy).
Evolution après un an: fulminante avec apparition d’une masse destructive de l’hémiface droite ,biopsie : synovialosarcome monophasique.
Devant l’aspect clinique et évolutif inhabituels de cette pathologie, une révision histologique a été décidée ; ainsi la relecture des pièces anatomopathologique a
redressé la nature histologique qu’est en faveur d’un hémangiopéricytome initialement était de bas grade et qui s’est transformé en un haut grade stade III. La
patiente a encouru une chimiothérapie mais l’évolution était fatale.
TDM du massif facial en coupe coronale et axiale: masse
tumorale mal limitée, centrée sur la région éthmiodo nasale
droite de 8,7cmn, tissulaire intensément réhaussée
intensément et de facon hétérogéne, s’étendant vers le
sinus maxillaire, la FIT+ le sinus spheniodal + lyse du
plancher orbitaire et infiltration du droit inférieur
Conclusion
L'hémangiopéricytome naso sinusien est une tumeur rare d'origine vasculaire, qui diffère des autres localisations d'hémangiopéricytome par son grade de malignité plus bas et son meilleur
taux de survie, à condition de réaliser une exérèse chirurgicale complète. La difficulté diagnostique reste un problème majeur d'autant plus que les éléments cliniques ne sont pas spécifiques et
l’étude architecturale doit écarter plusieurs diagnostics pour conclure à ce type histologique. Un suivi post opératoire au long court est recommandé pour diagnostiquer les récidives qui
peuvent survenir des années plus tard.
Discussion
L’OMS les classe parmi les tumeurs des tissus mous à potentiel de malignité faible à intermédiaire.
Tumeur rare ,représente environ 1% des tumeurs d'origine vasculaire
 Aucun facteur étiologique n'a été mis en évidence
Signes fonctionnels : une obstruction nasale unilatérale et une épistaxis. D'autres signes plus rares ont été rapportés :des troubles visuels, une otite séromuqueuse, des douleurs de la face et
des céphalées.
Diagnostic : Ex clinique :tumeurs polypoïde de couleur rougeâtre à gris rosée. masses molles ædémateuses ou hémorragiques
Anapath : dg histo est difficile, car cette tumeur n'a pas de profil histologique et immunohistochimique caractéristique
Imagerie :TDM évaluer l'atteinte osseuse et IRM : mieux apprécier les caractéristiques des lésions tissulaires. Ces examens mettent en évidence une lésion tissulaire avec un rehaussement
après injection de produit de contraste en TDM, et de gadolinium en IRM
TTT :La chirurgie est le traitement de choix des hémangiopéricytomes nasosinusiens. La voie endoscopique est préconisée .
La place de la radiothérapie et de la chimiothérapie pour les hémangiopéricytomes nasosinusiens reste discutée.
Evolution :Doivent être considérés comme une entité à part qui diffère des autres localisations par un degré de malignité plus bas, mais avec des récidives fréquentes.
Les métastases à distance sont extrêmement rares
P83

Contenu connexe

Tendances

Tumeurs hépatiques malignes primitives cholangiocarcinome
Tumeurs hépatiques malignes primitives   cholangiocarcinome Tumeurs hépatiques malignes primitives   cholangiocarcinome
Tumeurs hépatiques malignes primitives cholangiocarcinome
imma-dr
 
Conduite à tenir devant une masse focale hépatique
Conduite à tenir devant une masse focale hépatiqueConduite à tenir devant une masse focale hépatique
Conduite à tenir devant une masse focale hépatique
imma-dr
 
Meningiomes%20 atypiques%20version%20finale[1]
Meningiomes%20 atypiques%20version%20finale[1]Meningiomes%20 atypiques%20version%20finale[1]
Meningiomes%20 atypiques%20version%20finale[1]
Norbert Manzo
 
Cas cliniques tumeurs du rein
Cas cliniques   tumeurs du reinCas cliniques   tumeurs du rein
Cas cliniques tumeurs du rein
imma-dr
 
Tumeurs bénignes du foie
Tumeurs bénignes du foieTumeurs bénignes du foie
Tumeurs bénignes du foie
imma-dr
 
Tumeurs primitives du foie
Tumeurs primitives du foieTumeurs primitives du foie
Tumeurs primitives du foie
Rose De Sable
 

Tendances (20)

P2
P2P2
P2
 
P109
P109P109
P109
 
P65
P65P65
P65
 
P24
P24P24
P24
 
P13
P13P13
P13
 
P76
P76P76
P76
 
P10
P10P10
P10
 
Tumeurs hépatiques malignes primitives cholangiocarcinome
Tumeurs hépatiques malignes primitives   cholangiocarcinome Tumeurs hépatiques malignes primitives   cholangiocarcinome
Tumeurs hépatiques malignes primitives cholangiocarcinome
 
P88
P88P88
P88
 
P80
P80P80
P80
 
Conduite à tenir devant une masse focale hépatique
Conduite à tenir devant une masse focale hépatiqueConduite à tenir devant une masse focale hépatique
Conduite à tenir devant une masse focale hépatique
 
P107
P107P107
P107
 
Meningiomes%20 atypiques%20version%20finale[1]
Meningiomes%20 atypiques%20version%20finale[1]Meningiomes%20 atypiques%20version%20finale[1]
Meningiomes%20 atypiques%20version%20finale[1]
 
P63
P63P63
P63
 
P51
P51P51
P51
 
Cas cliniques tumeurs du rein
Cas cliniques   tumeurs du reinCas cliniques   tumeurs du rein
Cas cliniques tumeurs du rein
 
P68
P68P68
P68
 
Tumeurs bénignes du foie
Tumeurs bénignes du foieTumeurs bénignes du foie
Tumeurs bénignes du foie
 
Tumeurs primitives du foie
Tumeurs primitives du foieTumeurs primitives du foie
Tumeurs primitives du foie
 
P60
P60P60
P60
 

Similaire à P83 (17)

P15
P15P15
P15
 
P14
P14P14
P14
 
P79
P79P79
P79
 
P6
P6P6
P6
 
P89
P89P89
P89
 
P12
P12P12
P12
 
P73
P73P73
P73
 
cancer-du-cavum.pptx
cancer-du-cavum.pptxcancer-du-cavum.pptx
cancer-du-cavum.pptx
 
P99
P99P99
P99
 
P93
P93P93
P93
 
P64
P64P64
P64
 
P75
P75P75
P75
 
Les tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelLes tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuel
 
P21
P21P21
P21
 
Cancer Du rein
Cancer Du reinCancer Du rein
Cancer Du rein
 
P40
P40P40
P40
 
Presentation LES TUMEURS EN UROLOGIE.ppsx
Presentation LES TUMEURS EN  UROLOGIE.ppsxPresentation LES TUMEURS EN  UROLOGIE.ppsx
Presentation LES TUMEURS EN UROLOGIE.ppsx
 

Plus de Société Tunisienne d'ORL (17)

P106
P106P106
P106
 
P105
P105P105
P105
 
P103
P103P103
P103
 
P101
P101P101
P101
 
P102
P102P102
P102
 
P84
P84P84
P84
 
P61
P61P61
P61
 
P57
P57P57
P57
 
P54
P54P54
P54
 
P77
P77P77
P77
 
P100
P100P100
P100
 
P98
P98P98
P98
 
P97
P97P97
P97
 
P96
P96P96
P96
 
P95
P95P95
P95
 
P94
P94P94
P94
 
P92
P92P92
P92
 

P83

  • 1. HEMANGIOPERICYTOME NASO SINUSIEN : A PROPOS DE 2 CAS Meherzi A, Kdissa A, Bellakhdher M, Sayedi H, Ghammem M, Kermeni W, Abdelkefi M Service ORL et CCF Fahat Hached-Sousse-Tunisie Introduction L’hémangiopéricytome est une tumeur vasculaire rare.Elle est développées à partir des cellules mésenchymateuses avec une différenciation péricytaire. C’est tumeur agressive, classés donc comme tumeur maligne ou border line. L’atteinte de la région de la tête et du cou est retrouvée dans 15% des cas. La topographie nasosinusienne représente prés de 50% des localisations céphaliques. L’IRM ne peut pas évoquer le diagnostic, toutefois un hyposignal T1 et T2 et le rehaussement doivent orienter vers la malignité. Observations Observation 1 Patiente âgée de 48 ans.Motif:obstruction nasale gauche permanente d’aggravation progressive depuis 2 mois associé à un épisode d’épistaxis homolatérale 15 jours auparavant. Examen:pas signes otologiques, neurologiques ou oculaires associés.. EN:une masse tumorale de la fosse nasale gauche, située en dedans et au dessus du cornet moyen peu saignante au contacte. TDM du massif facial :une formation tumorale occupant la fosse nasale gauche s’étendant aux cellules éthmoïdales adjacentes antérieurs et postérieurs , et qui se rehaussait de façon intense après injection de PDC . L’ IRM du massif facial un processus tumoral bien limité de la fosse nasale gauche prenant naissance du cornet supérieur gauche , comblant le méat moyen et refoulant vers l’extérieur le cornet moyen sans signes d’envahissement. Examen anatomopath un glomangiopéricytome : sous type histologique de l’hémangiopéricytome. La patiente a été opérée par voie endonasale : exèrèse tumorale avec méatotomie moyenne et éthmoidectomie radicale .Les suites post opératoire étaient simples . IRM coupe axiale et coronale: pcs tumorale de la FN dte en hyposignal T1 IRM coupe axiale: pcs tumorale en hypersignal T2 TDM massif facal:masse tumorale de la FN gauche de nature tissulaire se réhaussant après PDC Observation 2 Patiente âgée de 44 ans consultant initialement, il ya 13 ans, pour des céphalées + ON et épistaxis droites+ baisse de l’AV homolatérale. Examen : formation richement vascularisée comblant toute la fosse nasale droite+exophtalmie+infiltration de la région sous-orbitaire avec AV droite=1/10. Biopsie sous anésthésie locale: angiofibrome nasopharyngien; TDM et IRM : l’on classé stade III B de Radkowski. Devant la non-extirpabilité tumorale on lui a préconisé une chiomiothérapie première suivie de radiothérapie (40Gy) : réduction tumorale de 38%. 9 ans plutard, récidive avec extension vers le trigone rétromolaire et face interne de la joue ; l’examen histologique avait confirmé la récidive du même type histologique et la décision était de réaliser une chirurgie de propreté Evolution après 2 ans: une récidive tumorale arrivant jusqu’à la FIT . Après une 2iéme réduction tumorale l’examen histologique cette fois, conclu à une tumeur fibreuse solitaire, la patiente avait eu une irradiation externe (20-25Gy). Evolution après un an: fulminante avec apparition d’une masse destructive de l’hémiface droite ,biopsie : synovialosarcome monophasique. Devant l’aspect clinique et évolutif inhabituels de cette pathologie, une révision histologique a été décidée ; ainsi la relecture des pièces anatomopathologique a redressé la nature histologique qu’est en faveur d’un hémangiopéricytome initialement était de bas grade et qui s’est transformé en un haut grade stade III. La patiente a encouru une chimiothérapie mais l’évolution était fatale. TDM du massif facial en coupe coronale et axiale: masse tumorale mal limitée, centrée sur la région éthmiodo nasale droite de 8,7cmn, tissulaire intensément réhaussée intensément et de facon hétérogéne, s’étendant vers le sinus maxillaire, la FIT+ le sinus spheniodal + lyse du plancher orbitaire et infiltration du droit inférieur Conclusion L'hémangiopéricytome naso sinusien est une tumeur rare d'origine vasculaire, qui diffère des autres localisations d'hémangiopéricytome par son grade de malignité plus bas et son meilleur taux de survie, à condition de réaliser une exérèse chirurgicale complète. La difficulté diagnostique reste un problème majeur d'autant plus que les éléments cliniques ne sont pas spécifiques et l’étude architecturale doit écarter plusieurs diagnostics pour conclure à ce type histologique. Un suivi post opératoire au long court est recommandé pour diagnostiquer les récidives qui peuvent survenir des années plus tard. Discussion L’OMS les classe parmi les tumeurs des tissus mous à potentiel de malignité faible à intermédiaire. Tumeur rare ,représente environ 1% des tumeurs d'origine vasculaire  Aucun facteur étiologique n'a été mis en évidence Signes fonctionnels : une obstruction nasale unilatérale et une épistaxis. D'autres signes plus rares ont été rapportés :des troubles visuels, une otite séromuqueuse, des douleurs de la face et des céphalées. Diagnostic : Ex clinique :tumeurs polypoïde de couleur rougeâtre à gris rosée. masses molles ædémateuses ou hémorragiques Anapath : dg histo est difficile, car cette tumeur n'a pas de profil histologique et immunohistochimique caractéristique Imagerie :TDM évaluer l'atteinte osseuse et IRM : mieux apprécier les caractéristiques des lésions tissulaires. Ces examens mettent en évidence une lésion tissulaire avec un rehaussement après injection de produit de contraste en TDM, et de gadolinium en IRM TTT :La chirurgie est le traitement de choix des hémangiopéricytomes nasosinusiens. La voie endoscopique est préconisée . La place de la radiothérapie et de la chimiothérapie pour les hémangiopéricytomes nasosinusiens reste discutée. Evolution :Doivent être considérés comme une entité à part qui diffère des autres localisations par un degré de malignité plus bas, mais avec des récidives fréquentes. Les métastases à distance sont extrêmement rares P83