Les clés de l'E-Reputation en 2014 [HUB Report]

66 391 vues

Publié le

Rendez-vous sur: http://hubinstitute.com/hubreports/
> télécharger la version sommaire (light) gratuitement
> acheter la version complète (full)
> découvrir nos autres HUB Reports

Le web social est devenu le principal canal pour s’exprimer librement, donner son avis, réagir ou simplement manifester une opinion. Les marques et institutions ont rapidement mesuré le potentiel de ces conversations et s’y sont invitées afin d’influencer et idéalement convertir le plus grand nombre. Toutefois, avant de revendiquer une place dans le quotidien des internautes, il semble essentiel de faire ses preuves en maîtrisant les codes de ces réseaux et donc en apprenant à gérer sa e-réputation. Cela peut sembler évident, pourtant les exemples de marques enchainant les mauvaises pratiques ne manquent pas.

L'ambition de ce HUB Report est de vous apporter toutes les clés pour bien gérer votre e-reputation. Quelles sont les bonnes pratiques, et les moins bonnes ? Quels outils utilisés en buzzmonitoring, dans quelle situation ? Quelle méthodologie appliquée ? Evidemment, nous partagerons aussi toutes nos prédictions, pour prendre une longueur d'avance... Bonne lecture.

Abonnez-vous et recevez ce HUB REPORT : http://www.hubinstitute.com/sections/hub-reports/

Publié dans : Médias sociaux
1 commentaire
51 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Concernant la slide 20, il est faux de limiter Sprinklr au Social Media Management, de la même manière que Salesforces Radian 6 ne se limite pas à la visualisation. En fait ceux ci couvrent plusieurs de ces fonctions. Enfin leur agilité est essentielle pour la réputations de compagnies aériennes, d'aéroports, ... prenant la place de CRM.
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
66 391
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
52 130
Actions
Partages
0
Téléchargements
102
Commentaires
1
J’aime
51
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • ETUDE DES NATIONS UNIES FIN 2013 : http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=46207&Cr=internet&Cr1=#.U67Llo1_vLF
  • ETUDE DES NATIONS UNIES FIN 2013 : http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=46207&Cr=internet&Cr1=#.U67Llo1_vLF
  • Etude Agence idaos 2014
  • Etude Agence idaos 2014
  • Etude Agence idaos 2014
  • Etude Agence idaos 2014
  • Etude Agence idaos 2014
  • Etude Agence idaos 2014
  • http://rue89.nouvelobs.com/rue89-planete/2013/03/15/21-ecolos-anglais-humilient-edf-qui-voulait-les-saigner-240580

    Suite au “site in” de ses centrales anglaises par des militants écologistes, la compagnie EDF découvre, en voulant les poursuivre, le sens de l’expression “tel est pris qui croyait prendre”.
    Fin 2012, 21 activistes de No dash for gas (pas de ruée vers le gaz) occupent la centrale de Nottinghamshire. Voulant leur donner une leçon et en faire un exemple pour toute la communauté écologiste, EDF les poursuit en leur réclamant 6 millions de domages-interets. Au lieu de subir le courous du fournisseur d’énergie, les activitses se rebellent et médiatisent l’affaire sur internet.
  • La requête est disproportionnée. Les commentateurs l’interprètent comme une menace à la liberté d’expression et de manifestation : une poursuite-bâillon – en anglais, SLAPP (comme une gifle). La réaction de l’opinion publique ne se fait pas attendre. La pétition mise en ligne par les parents de l’une des activistes récolte plus de 64 400 signatures – dont celles de Naomi Klein et Noam Chomsky. No dash for gas explique, sur le site EDFOff.org, comment se tourner vers d’autres fournisseurs d’énergie (ils proposent même de faire les démarches) et les futurs ex-clients font savoir leur colère. L’entreprise s’incline face aux écolos. La stratégie d’EDF est un « suicide d’entreprise et de relations publiques ».
  • Un très mauvais calcul pour la marque qui fait les frais de « l’effet Streisand » (la mise en avant d’une info que l’on essayait au contraire d’étouffer).
  • http://rue89.nouvelobs.com/rue89-planete/2013/03/15/21-ecolos-anglais-humilient-edf-qui-voulait-les-saigner-240580

    Suite au “site in” de ses centrales anglaises par des militants écologistes, la compagnie EDF découvre, en voulant les poursuivre, le sens de l’expression “tel est pris qui croyait prendre”.
    Fin 2012, 21 activistes de No dash for gas (pas de ruée vers le gaz) occupent la centrale de Nottinghamshire. Voulant leur donner une leçon et en faire un exemple pour toute la communauté écologiste, EDF les poursuit en leur réclamant 6 millions de domages-interets. Au lieu de subir le courous du fournisseur d’énergie, les activitses se rebellent et médiatisent l’affaire sur internet.
  • http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/06/18/01016-20140618ARTFIG00161-alcool-dans-un-poste-d-aiguillage-la-sncf-procede-a-des-verifications.php
  • http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/06/18/01016-20140618ARTFIG00161-alcool-dans-un-poste-d-aiguillage-la-sncf-procede-a-des-verifications.php
  • Éxédé par la perte de ses bagages et l’innefficacité du transporteur, un passager s’offre de la publicité sponsorisée sur Twitter pour faire entendre son ras-le-bol.
  • Les managers des pages Facebook de Bouygues Telecom et de SFR, après avoir découvert l’identité de la jeune femme, ne tardent pas à lui répondre avec courtoisie et parfois même avec humour.
    Si les administrateurs cessent ensuite d’intervenir, Emmanuelle Bertaudière cherche à répliquer pour se défendre. Bien mal lui en prend car le fait qu’elle travaille chez Free la frappe de discrédit et ce sont les internautes qui s’en mêlent.
  • http://www.lefigaro.fr/societes/2013/09/07/20005-20130907ARTFIG00275-un-client-insatisfait-critique-british-airways-sur-twitter.php
    Éxédé par la perte de ses bagages et l’innefficacité du transporteur, un passager s’offre de la publicité sponsorisée sur Twitter pour faire entendre son raz-le-bol.
  • http://jezebel.com/who-the-hell-is-marshall-weinbaum-and-why-did-he-take-t-483845048
    Marshall Weinbaum n’aurait jamais pensé déclancher une véritable polémique sur la misogynie sur les réseaux soiaux suite à cette photo.
    Lors d’un évènement il se prend en photo avec des amies bloggueuses, voulant imiter pour rire l’archetype de la virilité masculine dans “the Vacation” qui est une parodie.
    La photo aurait pu passer inaperçue, mais cela aurait été sans compter sur la Blogger Mom Liz Henry, qui fustige Marshall dans un billet assassin, car elle y voit là une insulte aux blogger moms de la part de l’employé de Disney.
  • http://jezebel.com/who-the-hell-is-marshall-weinbaum-and-why-did-he-take-t-483845048
    The marketer de Disney est alors contraint de retirer la photo incriminée et de rédiger un email d’explications pour justifier son geste innocent.
    Mais il est déjà trop tard, le bad buzz est en marche.
  • http://jezebel.com/who-the-hell-is-marshall-weinbaum-and-why-did-he-take-t-483845048
  • Une rumeur affirmait que la ville de Bethel située en Alaska et peuplée de 6 200 habitants verrait bientôt s’ouvrir un Taco Bell chez elle. Ce n’était, hélas, qu’un canular. Pour consoler les amateurs déçus, la chaîne américaine a hélitreuillé jusqu’à eux un camion contenant de quoi fabriquer près de 10 000 tacos.
  • Une rumeur affirmait que la ville de Bethel située en Alaska et peuplée de 6 200 habitants verrait bientôt s’ouvrir un Taco Bell chez elle. Ce n’était, hélas, qu’un canular. Pour consoler les amateurs déçus, la chaîne américaine a hélitreuillé jusqu’à eux un camion contenant de quoi fabriquer près de 10 000 tacos.
  • Une rumeur affirmait que la ville de Bethel située en Alaska et peuplée de 6 200 habitants verrait bientôt s’ouvrir un Taco Bell chez elle. Ce n’était, hélas, qu’un canular. Pour consoler les amateurs déçus, la chaîne américaine a hélitreuillé jusqu’à eux un camion contenant de quoi fabriquer près de 10 000 tacos.
  • Une rumeur affirmait que la ville de Bethel située en Alaska et peuplée de 6 200 habitants verrait bientôt s’ouvrir un Taco Bell chez elle. Ce n’était, hélas, qu’un canular. Pour consoler les amateurs déçus, la chaîne américaine a hélitreuillé jusqu’à eux un camion contenant de quoi fabriquer près de 10 000 tacos.
  • À l’occasion de la sortie du jeu vidéo “The Hunger Game”, Ubisoft s’associe à Oasis pour communiquer sur le produit et divertir leurs communautés respectives. Dans un ping pong de tweet accompagné d’images très créatives les deux marques entament une conversation.
  • Plusieurs autres marques se joignent à la discussion et enrichissent les échanges. Très rapidement la conversation est retwittée massivement et circule sur les réseaux sociaux. Le dialogue est suivi par les communautés de toutes les marques participantes confondues. C’est grâce à ce relais que se crée un buzz autour de l’opération.
  • En octobre 2012, un utilisateur de Facebook (Richard Neill) poste sur le mur de la marque Britannique de protections féminines un message assassin, dénonçant leurs publicités mensongères, à propos du prétendu bien-être éprouvé par les femmes lors de leurs menstruations.
    Le commentaire du jeune homme fait très vite le tour du web, le post est relayé plus de 92 000 fois et suscite plus de 4 000 réactions de la part des internautes.
  • Afin de faire parler de sa nouvelle Fiesta d’une façon originale, Ford a mis au point un concept ingénieux qui exploite savamment les réseaux sociaux.
    Comme elle l’avait fait une première fois en 2010, la marque a annoncé chercher cent personnes influentes sur le web pour présenter d’une façon différente sa nouvelle Ford Fiesta lancée en 2014.
  • Les 100 ambassadeurs sélectionnés par Ford se verront prêter la dernière Fiesta pendant 6 mois. Ils auront pour seule contrainte de faire partager leurs expériences avec leur véhicule sur les réseaux sociaux.
    Les points à retenir :
    - Les réseaux sociaux sont devenus une plateforme incontournable pour faire parler de son produit.
    - Démocratisés et peu chers voire gratuits, ils présentent une nouvelle alternative pour se faire de la publicité.
    - Avec la démocratisation des réseaux sociaux, le consommateur est au coeur du dispositif et a la parole. Son influence fait de lui un «consomm’acteur» et il peut servir d’ambassadeur.
    - Ne pas oublier que ce type de communication comporte des risques : on ne peut pas entièrement la contrôler.
  • À l’occasion de la sortie au cinéma du nouveau film « 300 : La naissance d’un Empire , Oasis Be Fruit et Warner Bros se sont fait la guerre par tweets interposés.
  • Tout commence lorsque la célèbre présentatrice américaine Oprah Winfrey publie deux messages spontanés sur Twitter pour vanter les mérites de la dernière friteuse SEB. Enthousiaste, elle se prend même en photo avec l’appareil.
    Or, son compte Twitter est suivi par plus de 16 millions de personnes.
  • Cette publicité inespérée pour le groupe SEB lui a permis de voir son action décoller le jour même.
    Même Arnaud Montebourg, ministre français du redressement productif, a rebondi sur le tweet d’Oprah Winfrey pour encourager SEB et promouvoir le «made in France».
    Ce tweet et son impact sur la bourse de Paris ont beaucoup fait parler d’eux dans les médias. Les investisseurs et le groupe SEB se sont donc préparés à une hausse significative de la demande de friteuses Actifry.
  • Les points à retenir
    - Les réseaux sociaux ont désormais un poids de taille sur les marchés.
    - Les «consom’acteurs» sont souvent les meilleurs ambassadeurs d’une marque.
    - L’avis d’une personnalité aimée du grand public peut avoir plus d’impact qu’une campagne publicitaire classique
  • Le cliché prétendument spontané de célébrités aux Oscars 2014 a été commandé par la marque, partenaire de la soirée, qui impose le selfie comme un nouveau concept publicitaire.
    Une dizaine de stars et plus de trois millions de partages. Les chiffres du selfie des Oscars sont vertigineux.
    Samsung avait déboursé pas moins de 20 millions de dollars (14,5 millions d'euros) pour que ses produits soient mis en avant sur le red carpet. Et les selfies constituaient une composante essentielle de la stratégie promotionnelle de la marque. Promesse tenue par la maîtresse de cérémonie, Ellen Degeneres, qui a utilisé un Galaxy Note 3 pour prendre la désormais célèbre photo.
    Samsung a ainsi financé l'aménagement d'une pièce en coulisses dans laquelle les stars étaient encouragées à se prendre en photo. Dix clichés ont ensuite été publiés sur le compte Twitter officiel de l'Académie des Oscars.
  • Source image : http://www.wikihow.com/Relax
  • 1-SURVEILLEZ VOTRE E-REPUTATION

    2- RÉDUIRE LES RISQUES DE BAD BUZZ
    -Vérouiller vos sites et présence sur les media sociaux
    -Sensibiliser et former vos employés
    -Identifiez les influenceurs et développer vos relations avec eux

    3- ORGANISEZ-VOUS AVANT LA CRISE
    -Repenser l’organisation, les process, les outils
    -Définir un arbre décisionnel

    4- PILOTEZ LA CRISE
    -Qualifier l’importance de la crise avec la rate card
    -Appliquer l’ »escalation process » et contacter les bonnes personnes
    -Mettre en place la cellule de crise et surveiller l’évolution de la crise
    -Définir sa position, le message, le timing, le mode de diffusion et les relais
    -Publier sur le site, FB, Twitter, YouTube officiels si cela fait sens,
    -Linker sur les autres sites + adwords vers ces réponses officielles
    -Informer les salariés, clients, partenaires

    5- ANALYSER LES RÉSULTATS ET OPTIMISER LES PROCÉDURES AVANT LA PROCHAINE CRISE
  • Les clés de l'E-Reputation en 2014 [HUB Report]

    1. 1. E-REPUTATION PASSER DU BAD BUZZ AU GOOD BUZZ - Q2 2015 -
    2. 2. HUB REPORT E-REPUTATION Avant-Propos www.HUBinstitute.com 2 Emmanuel VIVIER Co-Founder Vincent PUREN Head of Content “Le web social est devenu le principal canal pour s’exprimer librement, donner son avis, réagir ou simplement manifester une opinion. Les marques et institutions ont rapidement mesuré le potentiel de ces conversations et s’y sont invitées afin d’influencer et idéalement convertir le plus grand nombre. Toutefois, avant de revendiquer une place dans le quotidien des internautes, il semble essentiel de faire ses preuves en maîtrisant les codes de ces réseaux et donc en apprenant à gérer sa e-réputation. Cela peut sembler évident, pourtant les exemples de marques enchainant les mauvaises pratiques ne manquent pas. L'ambition de ce HUB Report est de vous apporter toutes les clés pour bien gérer votre e-reputation. Quelles sont les bonnes pratiques, et les moins bonnes ? Quels outils utilisés, dans quelle situation ? Quelle méthodologie appliquée ? Evidemment, nous partagerons aussi toutes nos prédictions, pour prendre une longueur d'avance... Bonne lecture.”
    3. 3. HUB REPORT E-REPUTATION Guide d’utilisation pour la Version “FULL” www.HUBinstitute.com 3 POUR UN MEILLEUR CONFORT DE LECTURE SUR LES SLIDES ET PLUS D’INFORMATIONS, RETROUVEZ NOS ANALYSES ET LIENS DANS LA PARTIE “NOTES” LORSQUE VOUS VOYEZ L’ICONE “YOUTUBE” CLIQUEZ DESSUS POUR OUVRIR ET PROFITER DE LA VIDÉO DÉDIÉE. LE “LEXIQUE”, EN FIN DE RAPPORT, VOUS PERMETTRA D’APPRÉHENDER LES TERMES CLÉS.
    4. 4. Sommaire de la version complète du HUB Report www.HUBinstitute.com 4 HUB REPORT E-REPUTATION 1. INTRODUCTION a| Les Chiffres clés b| Le Contexte c| Typologies de Socionautes 2.LE MARCHÉ a| Landscape de l’Ecosystème b| Interview de 10 experts 3. BAD BUZZ a| Les dérapages d’Entreprises b| Les dérapages d’employés c| Les acteurs de consomm’acteurs b| Les polémiques 3. GOOD BUZZ a| Les entreprises réactives et créatives b| Les entreprises conversationnelles c| La Communauté qui se mobilise b| Les influenceurs qui engagent 4. NOS CONSEILS 5.NOTRE MÉTHODO 6.NOS PRÉDICTIONS 7. CONCLUSION
    5. 5. 1- INTRODUCTION LES MÉDIAS SOCIAUX AU COEUR DES USAGES 98www.HUBinstitute.com
    6. 6. INTERNET EST DÉSORMAIS UN MÉDIA DE MASSE Prêt de la moitié de la population mondiale s’y connecte fréquemment www.HUBinstitute.com 6 3 MILLIARDS d’internautes fin 2013
    7. 7. INTERNET A BEAUCOUP ÉVOLUÉ Du web passif, nous sommes passé au web social, donc conversationnel www.HUBinstitute.com 7
    8. 8. Part des socionautes Français abonnés au moins à une Marque 93%Part des socionautes membres actifs de Facebook LES FRANÇAIS MAJORITAIREMENT SOCIONAUTES Une pratique aujourd’hui répandue quelque soit l’âge www.HUBinstitute.com 8 74% 52% 63% Part des socionautes se connectant au moins une fois par jour Part des internautes français, étant socionautes
    9. 9. UNE PRISE DE POUVOIR DU SOCIONAUTE Les consommateurs sont devenus … des Médias www.HUBinstitute.com 9 Les internautes peuvent publier et republier des informations et leurs opinions comme jamais auparavant WEB 2.0
    10. 10. QUEL IMPACT DU WEB SOCIAL SUR LES MARQUES ? Pourquoi surveiller sa e-reputation ? www.HUBinstitute.com 10
    11. 11. QUEL IMPACT DU WEB SOCIAL SUR LES MARQUES ? Le Web 2.0 signifie que votre marque ne vous appartient plus à 100% www.HUBinstitute.com 11 SUR LE WEB SOCIAL, VOTRE MARQUE N’EST PAS CE QUE VOUS EN DITES, MAIS CE QUE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET LEURS AUDIENCES DISENT 1 2 3 LA SOMME DE CE QUE LES GENS DISENT, RESSENTENT ET PENSENT À PROPOS DE VOTRE PRODUIT, SERVICE, OU ENTREPRISE PUISQU’UN CONSOMMATEUR INSATISFAIT AURA LE REFLEXE DE S’EXPRIMER EN PREMIER LIEU SUR LES MÉDIAS SOCIAUX
    12. 12. LES MÉDIAS SOCIAUX, VISIBLES ET… CRÉDIBLES Les consommateurs ont de plus en plus confiance en l’avis d’autres clients www.HUBinstitute.com 12 des consommateurs ont confiance dans les gens comme eux (vs 23% en 2003)78% Recommandations d’amis/de la famille Publicité sur mobile Bannières pub web Liens sponsorisés Sites web de marque Publicité dans les magazines Publicité radio Publicité TV Publicité dans la presse Newsletter Opt’in Avis de consommateurs online 0% 20% 40% 60% 80% 100%
    13. 13. LE WEB SOCIAL, 1ER ESPACE DE CONVERSATION Les media sociaux ne sont plus une option, les gens parlent déjà de vous www.HUBinstitute.com 13
    14. 14. Positif Contrefaçon Mitigé LE WEB SOCIAL, 1ER ESPACE DE CONVERSATION Les media sociaux ne sont plus une option, les gens parlent déjà de vous www.HUBinstitute.com 14
    15. 15. LES INDIVIDUS PEUVENT DÉFIER LES GOUVERNEMENTS Les médias sociaux deviennent de véritables armes www.HUBinstitute.com 15 Révolution de Jasmin, décembre 2010 en Tunisie
    16. 16. LES INDIVIDUS PEUVENT DÉFIER LES GOUVERNEMENTS … Imaginez ce qu’ils peuvent faire avec votre entreprise www.HUBinstitute.com 16 Edward Snowden, ancien employé de la CIA et de la NSA, a révélé les détails de plusieurs programmes de surveillance de masse américains et britanniques
    17. 17. MAIS QUI SONT CES SOCIONAUTES ? De l’importance de bien dissocier la différence de profils www.HUBinstitute.com 17
    18. 18. ALORS, ÊTES-VOUS PRÉPARÉ ? Les consommateurs eux sont déjà hyper-actifs www.HUBinstitute.com 18 Il est temps de s’armer pour préserver votre e-reputation
    19. 19. 2- LE MARCHÉ LES ACTEURS QUI COMPOSENT L’ÉCOSYSTÈME DU SOCIAL MEDIA 923www.HUBinstitute.com
    20. 20. LES ACTEURS DU BUZZMONITORING Un ecosystème d’outils en pleine évolution www.HUBinstitute.com 20 PLATEFORMES Social Analytics Social Visualisation AGENCES RÉSEAUX MARQUES Textile Associations Media Transports Automobile Grande Consommations Retai l Restauration Social Moderation Social Management Social Listening Social Consumer Care Beauté Sport Social Influence Data VisualisationSocial Scoring
    21. 21. AVIS D’EXPERTS Rencontre avec Orange, Bouygues Telecom, Synthesio, Linkfluence, Netino www.HUBinstitute.com 21
    22. 22. AVIS D’EXPERTS Rencontre avec Pernod Ricard, DCC & Associés, Vanksen, MFG Labs, DDB www.HUBinstitute.com 22
    23. 23. AVIS D’EXPERTS Interview de Synthesio 1/2 www.HUBinstitute.com 23 QU’EST-CE QUI DIFFÉRENCIE UNE ENTREPRISE BIEN ARMÉE D’UNE ENTREPRISE MAL ARMÉE, FACE À UN ÉVENTUEL (BAD OU GOOD) BUZZ ? L'ANTICIPATION. Une entreprise bien préparée va savoir comment réagir en cas de buzz. Soit pour le minimiser si il est négatif soit au contraire pour essayer de l'amplifier si c'est positif. Il faut donc des outils, des process et des hommes. Souvent les entreprises mal préparées réagissent à chaud sans le recul nécessaire. QUELLE PLACE DOIVENT OCCUPER LES OUTILS DE SOCIAL MEDIA INTELLIGENCE COMME LE VOTRE DANS LA SUIVI DE L’EREPUTATION ? Les outils ont une place importante et relativement incontournable car ce sont eux qui vont vous remonter les bonnes informations et vous aider à les analyser. Sans outil, il est très compliqué de mesurer l'influence, la portée des messages, d'analyser le sentiment sur des volumes importants, de suivre les évolutions... COMMENT FONCTIONNENT CONCRÈTEMENT CES OUTILS DE SOCIAL ANALYTICS POUR DÉTECTER UN ÉVENTUEL BUZZ ? Tous les outils n'offrent pas les mêmes fonctionnalités mais il indispensable d'avoir un outil capable de détecter à la fois les signaux faibles et chauds. Ainsi, prévoir les mots clés en avance permet d'être alerté en temps réel dès qu'un sujet sensible est évoqué. Mais comme il n'est pas possible de tout anticiper, il donc faut que votre outil soit capable de vous remonter les sujets qui buzzent de manière anormale. Il vous faut donc un outil qui ne se déclenche pas uniquement en fonction d'un seuil prédéterminé ou de mots clefs mais un logiciel capable de tenir compte de l'heure et du jour où le buzz est détecté. Ainsi, dès qu'un sujet déclenche un volume inhabituel, même si il est relativement faible (parce que la discussion se passe la nuit par exemple), il vous sera remonté. Thomas Le Gac Managing Director – SYNTHESIO
    24. 24. AVIS D’EXPERTS Interview de Synthesio 2/2 www.HUBinstitute.com 24 QUELLES SONT LES PRATIQUES À ADOPTER SI L’ON VENAIT UN JOUR À ÊTRE CONFRONTÉ À UN ÉNORME BAD BUZZ ? Il n'y a pas de réponse type car cela doit s'adapter au secteur. Néanmoins, il y a quelques bonnes pratiques : - ne jamais essayer de supprimer un message - ne pas oublier de déprogrammer les posts que vous aviez préparés - prendre du recul et ne pas répondre à chaud - être sincère. Les internautes peuvent comprendre qu'une marque fasse des erreurs. En revanche, ils ne supportent pas qu'on leur cache la vérité. - ne répondez pas de manière négative. Trouvez une formulation positive ou neutre. - si possible, essayez de concentrer les discussions sur un seul canal. Vous aurez ainsi une meilleure maîtrise. - appuyez-vous sur les lovers/bons relais de votre marque que vous aurez précédemment identifiés. Cela permet aux marques de faire passer des messages par la communauté. Ceux-ci ont souvent plus de poids. N’Y A-T-IL PAS DES LIMITES À L’AUTOMATISATION DU SUIVI ET DE LA MESURE ? Rien ne remplacera jamais l'analyse d'un homme. A l'inverse, un humain ne sera jamais capable d'analyser des millions de données et n'aura pas suffisamment de temps à consacrer à de la surveillance. Le duo gagnant est donc un bon outil utilisé par des personnes qui vont bien interpréter les indicateurs remontés. QUELS CONSEILS DONNERIEZ-VOUS À UNE MARQUE ENCORE ABSENTE OU PEU MATURE SUR LE WEB SOCIAL ET QUI SOUHAITERAIT ACCÉLÉRER ? Aujourd'hui le web social concerne toutes les entreprises, toutes les fonctions de l'entreprise. Néanmoins, parfois, il est nécessaire d'identifier un "champion" interne qui va être capable de comprendre et de convaincre les dirigeants de son entreprise. Thomas Le Gac Managing Director – SYNTHESIO
    25. 25. AVIS D’EXPERTS Interview de Linkfluence 1/2 www.HUBinstitute.com 25 QU’EST-CE QUI DIFFÉRENCIE UNE ENTREPRISE BIEN ARMÉE D’UNE ENTREPRISE MAL ARMÉE, FACE À UN ÉVENTUEL (BAD OU GOOD) BUZZ ? Être bien armé face à un bad ou good buzz repose sur deux piliers : 1) un bon outil d'écoute, d'analyse et d'engagement 2) une organisation interne et des process adaptés On fait souvent l'erreur de réduire la question au premier point dans une sorte de fantasme de la toute puissance technologique. Sans personne pour l'opérer, un outil est inutile et nous ne sommes pas (encore) à l'ère des robots autonomes. Il faut donc être équipé d'une technologie d'écoute et d'analyse du web qui soit temps réel, internationale, coopérative et simple d'utilisation pour permettre à un grand nombre de profils différents d'en tirer parti (comme par exemple Radarly la suite logicielle que nous développons à Linkfluence). Et il faut ensuite s'organiser en interne et mettre en place l'ensemble des process pour pouvoir réagir rapidement mais sans se précipiter et de manière raisonnée et coordonnée QUELLE PLACE DOIVENT OCCUPER LES OUTILS DE SOCIAL MEDIA INTELLIGENCE COMME LE VOTRE DANS LA SUIVI DE L’EREPUTATION ? Ils sont les lunettes qui nous permettent de voir, d'évaluer, de quantifier, d'analyser, de comparer. Ils sont donc nécessaires car sans eux, toute décision se prendra à partir d'une vision parcellaire ou déformée. Là où les outils de social media intelligence comme Radarly se différentient des outils traditionnels de monitoring c'est que plus que de donner une vision des flux de conversations sur le web, ils en donnent une vision "augmentée", c'est à dire enrichie d'une multitude d'indicateurs, de meta-données permettant de détecter des éléments jusqu'alors enfouis, des signaux faibles qui seront autant d'aides à la décision pour celui qui saura en tirer parti. Là où les outils de monitoring étaient des outils d'observation, les outils de social media intelligence sont devenus des outils pour l'action. COMMENT FONCTIONNENT CONCRÈTEMENT CES OUTILS DE SOCIAL MEDIA INTELLIGENCE POUR DÉTECTER UN ÉVENTUEL BUZZ ? Trois étapes de traitement de la donnée se succèdent pour proposer la meilleure suite de Social Media Intelligence. Premièrement la captation, Radarly capte aujourd'hui plus de 300 millions de sources et ceci sur 56 langues. Ramené à une journée c'est plus de 50 millions de publications et conversations qui chaque jour sont sourcées par nos robots et viennent constituer notre archive. Dans un second temps, l'analyse, on en distingue trois types : l'analyse du contenu des messages (sentiment, thématiques, mots signifiants), l'analyse de la viralité des messages (RT, likes, shares, diffusion, backlinks) et l'analyse des sources (influence, donnée socio-démo, statut d'ambassadeur ou de détracteurs, identification de communautés). Enfin et c'est un point essentiel, la représentation, la capacité à rendre compte de cette multitude de données dynamiques dans des tableaux de bords intuitifs, ergonomiques et s'adaptant aux besoins opérationnels d'une grande diversité d'acteurs au sein des entreprises et agences (digital, marketing, communication, RH, innovation etc.) Guilhem Fouetillou Co-Fondateur – Linkfluence
    26. 26. AVIS D’EXPERTS Interview de Linkfluence 2/2 www.HUBinstitute.com 26 Guilhem Fouetillou Co-Fondateur – Linkfluence QUELLES SONT LES PRATIQUES À ADOPTER SI L’ON VENAIT UN JOUR À ÊTRE CONFRONTÉ À UN ÉNORME BAD BUZZ ? Tout d'abord garder son sang froid ! La vitesse de propagation des messages sur le web est souvent effrayante car le temps médiatique s'y est compressé et ce qui se diffusait auparavant de jour en jour se diffuse maintenant à chaque seconde. Mais cette ultra-réactivité du web s'accompagne maintenant d'une inertie quasi-nulle. Un bad buzz peut soudainement faire trembler la planète web et s'éteindre dans la foulée. A une crise succède une multitude d'autres crises et cette surabondance a aussi pour effet de fortement amoindrir l'impact de chaque crise. Ceci étant dit, pour bien réagir à une crise, il est d'abord nécessaire d'avoir une connaissance préalable de ses territoires de risques et d'opportunité. Si on connaît son territoire de marque, ses communautés, ses lanceurs d'alertes et ses relais influents, on pourra préparer des scenari de réponse et définir les process permettant de les déployer sans frein ; on sera alors plus prompt à réagir et à identifier les moments clés d'escalade (propagation à une nouvelle communauté, mobilisation d'un influenceur, attention d'un journaliste). C'est précisément le type de service que nous proposons au travers de nos études de cartographies et d'analyse d'écosystème digital (études Engage). QUEL EXEMPLE CITERIEZ-VOUS POUR ILLUSTRER VOS PROPOS ? Nous accompagnons depuis plusieurs années des marques très exposées comme McDonald's France ou Vinci Autoroutes dans leur monitoring de crise et la gestion de leur risque conversationnel. Notre expérience nous a montré que le meilleur moyen de travailler sur ces sujets est de former un triangle resserré entre l'annonceur, l'agence en charge de la communication de crise et l'éditeur logiciel (Linkfluence en l'occurrence). A Linkfluence la charge d'identifier des signaux faibles et départ de crise potentiels et d'en alerter l'annonceur, à l'agence la charge de préparer des scénari de riposte gradués en fonction de l'évolution de celle-ci, à Linkfluence de suivre en temps réel la progression et d'en informer en prenant toujours soin de contextualiser par rapport à des crises précédentes ou comparables, à l'annonceur ayant l'ensemble des cartes en main de décider de déployer telle ou telle solution proposée par l'agence et enfin à Linkfluence d'évaluer l'impact des actions entreprises en temps réel pour permettre leur ajustement continu.. QUELS CONSEILS DONNERIEZ-VOUS À UNE MARQUE ENCORE ABSENTE OU PEU MATURE SUR LE WEB SOCIAL ET QUI SOUHAITERAIT ACCÉLÉRER ? Tout d'abord ne pas attendre d'être présente malgré soi et occuper le terrain. La question suivante est comment ? Là encore le web social peut être d'une grande aide : en identifiant les best practices d'acteurs similaires ou desquels on souhaiterait se rapprocher, on pourra trouver d'importantes pistes de réflexion et poser les bases de sa stratégie digitale mais cela doit se faire en complément d'une analyse complète de son écosystème digital. Par écosystème digital on entend non pas les endroits sur le web où l'on parle de sa marque mais bien tous les lieux, communautés, sites, réseaux sociaux où l'on pourrait, où l'on devrait et où l'on ne devrait surtout pas parler de sa marque. Cette cartographie préalable nous permettra de dresser la carte d'état major qui servira de base à notre déploiement et à notre conquête de nouveau territoire.
    27. 27. AVIS D’EXPERTS Interview de Pernod Ricard 1/2 www.HUBinstitute.com 27 Jeremie Moritz Social Media Manager – PERNOD RICARD COMMENT ÊTES-VOUS STRUCTURÉ CHEZ PERNOD RICARD POUR GÉRER LA EREPUTATION ? Nous sommes en train de passer d’une organisation où chaque entité du groupe (Compagnie de Marque ou de Marché) opérait sa veille en utilisant différents outils à une approche mutualisée où nous allons utiliser un outil de veille groupe configuré au niveau des marques en plusieurs langues afin de distribuer les insights et mettre en place des alertes au niveau local en fonction de critères sémantiques. De plus, il y a une tendance à internaliser le community management de nos marques au niveau global ainsi que dans de nombreux marchés afin de construire une expertise et de réduire les couches de communication pour qu’un message consommateur soit traité le plus efficacement possible entre son émetteur et les personnes concernées en interne (Marketing, Commercial, Legal, Communication etc…). De manière générale le sujet est géré par les équipes Marketing et Communication mais implique de plus en plus des référents sur les autres métiers. QUELLE PLACE DOIVENT OCCUPER LES OUTILS DE SOCIAL MEDIA INTELLIGENCE COMME LE VOTRE DANS LA PRATIQUE DU BUZZMONITORING ? « Enablers » ou en français de moyens d’obtenir l’information, de gagner du temps dans sa représentation et son interprétation. Mais les outils ne sont que les premiers 10% du travail puisque j’estime que le reste repose énormément sur l’humain et les personnes qui vont récupérer ces informations, les transformer en actions et améliorer nos conversations avec les personnes impliquées dans nos communautés. In fine, les outils sont essentiels pour travailler avec la meilleure technologie possible, le même langage afin d’optimiser le temps et l’efficacité des équipes face au volume d’informations à digérer.
    28. 28. AVIS D’EXPERTS Interview de Pernod Ricard 2/2 www.HUBinstitute.com 28 Jeremie Moritz Social Media Manager – PERNOD RICARD COMMENT FONCTIONNE CONCRÈTEMENT CES OUTILS DE SOCIAL ANALYTICS CHEZ PERNOD RICARD ? Nous avons en place 1 ou 2 plateformes clés qui regroupent tous nos besoins : analytics, listening, publication, planning, gouvernance. Les équipes se regroupent autour des marques sur lesquelles elles travaillent afin de permettre d’échanger un maximum de contenu et d’insights entre les équipes globales et locales. Au siège nous pilotons la mise en place de l’outil avec les filiales, la formation ainsi que la structure des comptes. Ensuite chaque marque gère sa communauté interne. QUELLES SONT LES PRATIQUES À ADOPTER SI L’ON VENAIT UN JOUR À ÊTRE CONFRONTÉ À UN ÉNORME BAD BUZZ? La première et la plus importante est d’être prêt au pire. Il faut se mettre dans le même état d’esprit qu’un juriste qui construit un contrat. Il doit prévoir les cas les plus improbables car ce sont ceux-là qui vont avoir le plus gros impact. Construire donc un plan de communication de crise incluant tout ce qui peut se passer sur les réseaux sociaux est clé. Ensuite le deuxième point est de penser que cela n’impact que le marketing ou la communication, c’est faux ! il faut absolument mettre toutes les fonctions autour de la table afin d’avoir des contacts et process quelle que soit la situation : juridique, produit, finance etc… Enfin il me semble que l’honnêteté et la rapidité de réponse sont clés pour faire fonctionner ce plan. Je me réfère souvent aux situations que tout le monde a connue dans un aéroport où on attend pendant 2 heures dans la salle d’embarquement sans aucune information. Les gens préfèrent être tenus informés régulièrement de ce qu’il se passe même si cela n’évolue pas beaucoup. La notion anglaise de « Customer Care » est beaucoup plus forte que « Service Client ». Care implique qu’on se soucie du client à chaque instant. Pas forcément évident dans toutes les situations mais cela doit rester un objectif à tout moment.
    29. 29. AVIS D’EXPERTS Abonnez-vous pour découvrir les 10 interview www.HUBinstitute.com 29 POUR PROFITER DES 10 INTERVIEW D’EXPERTS www.hubinstitute.com/sec tions/hub-reports/
    30. 30. 3- BAD BUZZ & GOOD BUZZ ANALYSE DES PRATIQUES ET CAS DE FIGURE 928www.HUBinstitute.com
    31. 31. BAD BUZZ ET GOOD BUZZ Contexte www.HUBinstitute.com 31 « Les exemples de marques enchainant les mauvaises pratiques ne manquent pas. Prenons Cuisinella par exemple. A vouloir trop jouer avec les codes du web, le fabricant de cuisines s’est pris les pieds dans le tapis. En effet, les internautes n’ont pas manqué de relayer sa vidéo virale, cependant ce n’était pas dans le but de la célébrer, mais plutôt pour la dénoncer… La marque a donc retiré ce contenu de Youtube, s’est bien évidemment excusée publiquement, tout en justifiant son parti-pris créatif. La gestion de crise à l’ancienne n’a finalement rien arrangé puisque les internautes n’ont pas changé d’opinion. Cet exemple démontre la volonté croissante des entreprises d’entamer le dialogue avec les internautes, mais aussi leurs difficultés à traiter les contradictoires tout en préservant leur position officielle. C’est le signe d’un manque de préparation face à l’éventualité d’une telle situation, mais surtout la crainte d’accentuer encore plus le bad buzz. D’où cette politique de l’autruche… Tout comme Nestlé, SNCF et Air France avant elle, il y a fort à parier que Cuisinella tirera une leçon de cet épisode en instaurant une politique préventive, pour gérer efficacement chaque atteinte à son e-réputation et (ou) les simples bad buzz. Pour éviter d’en arriver là. Ce HUB REPORT est l’occasion de vous présenter une succession de 40 Bad Buzz afin de comprendre les pratiques à ne surtout pas adopter, mais aussi la manière de les gérer. Ce sera aussi l’occasion de revenir sur 40 Good Buzz, ces pratiques de marques tout à fait à l’aise avec les codes des médias sociaux et leurs audiences. » Emmanuel VIVIER Co-Founder Vincent PUREN Head of Content
    32. 32. BAD BUZZ ET GOOD BUZZ Programme www.HUBinstitute.com 32 PART I : LES BAD BUZZ LES DÉRAPAGES D’ENTREPRISES A. B. C. D. LES DÉRAPAGES D’EMPLOYÉS LES ATTAQUES DE CONSOMM’ACTEURS LES POLÉMIQUES
    33. 33. BAD BUZZ ET GOOD BUZZ Programme www.HUBinstitute.com 33 PART II : LES GOOD BUZZ LES ENTREPRISES RÉACTIVES ET CRÉATIVES A. B. C. D. LES ENTREPRISES CONVERSATIONNELLES LA COMMUNAUTÉ QUI SE MOBILISE LES INFLUENCEURS QUI ENGAGENT
    34. 34. 3- BAD BUZZ LES ERREURS DE DÉBUTANTS 932www.HUBinstitute.com
    35. 35. A- LES DÉRAPAGES D’ENTREPRISES 933www.HUBinstitute.com
    36. 36. EDF LES FAITS : Un litige avec des écologistes ruine la e-réputation d’EDF www.HUBinstitute.com 36 EDF SE RETROUVE PRISE À SON PROPRE PIÈGE
    37. 37. EDF LES CONSÉQUENCES : L’opinion publique se retourne contre EDF www.HUBinstitute.com 37 1 2 3 L’affaire fait le tour du web et l’entreprise devient la cible de cyber militants. L’entreprise doit retirer sa plainte et perd au passage beaucoup de clients. Une mauvaise gestion suicidaire a entaché irrémédiablement l’image d’EDF.
    38. 38. EDF NOS CONSEILS : Ne pas avoir de réactions disproportionnées 1 2 3 www.HUBinstitute.com 38 Ne pas négliger la voix de l’internaute quel qu’il soit car elle peut avoir une portée mondiale. Ne pas se positionner en donneur de leçons car nul n’est irréprochables. Ne surtout pas etre dans l’intimidation, lui préférer le dialogue et le compromis, car vous avancez à la vue de tous. 1 2 3
    39. 39. #1 BAD BUZZ Découvrez nos 10 études de cas “Dérapages d’Entreprises” www.HUBinstitute.com 39 POUR PROFITER DE L’ANALYSE DE 10 “DÉRAPAGES D’ENTREPRISES” www.hubinstitute.com/sec tions/hub-reports/
    40. 40. B- LES DÉRAPAGES D’EMPLOYÉS 935www.HUBinstitute.com
    41. 41. SNCF LES FAITS : L’apéro commence tôt chez les aiguilleurs de la SNCF Une video fournie par un employé de la SNCF au journal Le Point, et montrant ses collègues consommant de l’alcool pendant leur service, choque l’opinion publique. 41www.HUBinstitute.com LA GOUTTE DE RHUM QUI FAIT DÉBORDER LE VASE
    42. 42. SNCF 42 La force de viralité des réseaux sociaux fait que cette vidéo a rapidement fait le tour du web. De quoi destabiliser la SNCF. 1 2 3 En période de grève des chemineaux, l’incident ne fait que détériorer davantage l’image de la SNCF, qui multiplie les bavures. Les critiques et moqueries vont bon train, tandis que le scandale enfle. L’entreprise tente tout de même d’expliquer qu’il s’agit d’un employé mécontent. www.HUBinstitute.com LES CONSÉQUENCES : La SNCF peine à éponger les dégats
    43. 43. SNCF 43 L’erreur est humaine et peut arriver à tout le monde, il faut juste l’assumer et tenter de calmer le jeu. 1 2 3 Avoir des guidelines permet d’anticiper ce genre de cas de figure et ne pas se laisser surprendre. Soyez transparents et informez en temps réel votre communauté de la situation. www.HUBinstitute.com NOS CONSEILS : Une cellule de social analytics permet de détecter en temps réel le micro-phénomène 1 2 3
    44. 44. #1 BAD BUZZ Découvrez nos 10 études de cas “Dérapages d’Employés” 44www.HUBinstitute.com POUR PROFITER DE L’ANALYSE DE 10 “DÉRAPAGES D’EMPLOYÉS” www.hubinstitute.com/sec tions/hub-reports/
    45. 45. C- LES ATTAQUES DE CONSOMM’ACTEURS 945www.HUBinstitute.com
    46. 46. BRITISH AIRWAYS LES FAITS : Un passager mécontent débourse 1000 euros pour se faire entendre www.HUBinstitute.com 46 LES CONSOMMATEURS SONT DEVENUS DES MÉDIAS
    47. 47. BRITISH AIRWAYS LES CONSÉQUENCES : Un simple tweet fait l’effet d’une bombe www.HUBinstitute.com 47 Les tweetos confrontés au message se l’accaparent et l’amplifient. Le bad buzz est amorcé. Un simple tweet critiquant la marque devient « trending topic ». Le silence de la marque, laisse le champs libre a ses detracteurs. 1 2 3
    48. 48. BRITISH AIRWAYS NOS CONSEILS : Ne négligez pas l’influence de l’internaute quel qu’il soit www.HUBinstitute.com 48 Prêter attention a l’ensemble des remarques car chaque internaute est un média en puissance Réparer les domages causés. Les internautes feront toujours preuve de solidarité entre eux, soyez réceptifs vis-à- vis de vos détracteurs. 1 2 3
    49. 49. #1 BAD BUZZ Découvrez nos 10 études de cas “Attaques de Consomm’acteurs” www.HUBinstitute.com 49 POUR PROFITER DE L’ANALYSE DE 10 “ATTAQUES DE CONSOMM’ACTEURS” www.hubinstitute.com/sec tions/hub-reports/
    50. 50. D- LES POLÉMIQUES 950www.HUBinstitute.com
    51. 51. WALT DISNEY COMPANY LES FAITS : Un employé du marketing de Disney rend une “Blogger Mom” furieuse SUR LE WEB ON EST JAMAIS À L’ABRIS D’UN MALENTENDU www.HUBinstitute.com 51
    52. 52. WALT DISNEY COMPANY LES CONSÉQUENCES : Une très mauvaise presse pour un attaché de presse www.HUBinstitute.com 52 L’employé de Disney retire la photo et justifie son geste dans un mail. La rumeur enfle autour des accusations à l’encontre du marketeur de Disney. Lemal est fait sa relation avec les parents blogueurs est sévèrement entachée. 1 3 2
    53. 53. WALT DISNEY COMPANY NOS CONSEILS : Il faut dissocier vie professionnelle et personnelle www.HUBinstitute.com 53 N’oubliez pas qu’un contact professionnel, même dans des évènements privés attend un comportement professionnel. Ne pas oublier que web a effacé les frontières entre professionnel et personnel, et l’un peut avoir des répercussions sur l’autre. Un porte drapeau de l’entreprise en ligne doit considérer qu’il est en représentation même sur ses comptes personnels 1 2 3
    54. 54. #1 BAD BUZZ Découvrez nos 10 études de cas “Polémiques” www.HUBinstitute.com 54 POUR PROFITER DE L’ANALYSE DE 10 “POLÉMIQUES” www.hubinstitute.com/sec tions/hub-reports/
    55. 55. 3- GOOD BUZZ LES CHAMPIONS DU BUZZMONITORING 955www.HUBinstitute.com
    56. 56. A- LES ENTREPRISES RÉACTIVES ET CRÉATIVES 956www.HUBinstitute.com
    57. 57. TACO BELL LES FAITS : Taco Bell joue le jeu d’une rumeur et accomplit celle-ci www.HUBinstitute.com 57 MISSION GRAND NORD POUR TACO BELL
    58. 58. TACO BELL LES CONSÉQUENCES : Une cote de popularité en hausse www.HUBinstitute.com 58 C’est avant tout l’image de marque qui en a bénéficié, d’autant plus que l’expérience s’est prolongée dans le monde physique. Une telle prise en considération des internautes étant rare, celle-ci a fait grand bruit. Permettre a l’internaute d’être à l’origine de l’opération renforce le potentiel de viralité de l’action. 1 3 2
    59. 59. TACO BELL NOS CONSEILS : Un twitos comblé en vaut cent www.HUBinstitute.com 59 Ecouter sa communauté permet de les comprendre et donc de les combler. La notion de conversation comprend aussi bien l’écouter que de prise en compte et d’appliquation comme nous le montre Taco Bell. Le web permet de récompeser avec justesse la loyauté de sa communauté. 1 3 2 1 2 3
    60. 60. #2 GOOD BUZZ Découvrez nos 10 études de cas “Entreprises Réactives et Créatives” www.HUBinstitute.com 60 POUR PROFITER DE L’ANALYSE DE 10 “ENTREPRISES RÉACTIVES ET CRÉATIVES” www.hubinstitute.com/secti ons/hub-reports/
    61. 61. B- LES ENTREPRISES CONVERSATIONNELLES 961www.HUBinstitute.com
    62. 62. OASIS ET UBISOFT LES FAITS : les CM des lapins crétins et Oasis improvisent un dialogue sur Twitter www.HUBinstitute.com 62 QUAND LES MARQUES SONT D’HUMEUR BAVARDE
    63. 63. OASIS ET UBISOFT LES CONSÉQUENCES : Les CM utilisent les codes de chacun pour échanger www.HUBinstitute.com 63 Chaque marque qui rejoint la conversation reprend les codes (jeux de mots…) d’Oasis et des Lapins Crétins. 1 2 3 L’échange est largement retweeté et repris par la presse en ligne. Les Lapins Crétins engagent la conversation en valorisant Oasis.
    64. 64. OASIS ET UBISOFT NOS CONSEILS : Se donner les moyens d’être créatif et réactif est essentiel www.HUBinstitute.com 64 C’est un échange de bon procédés et donc de followers, donc de consommateurs. Profiter de la popularité d’autres marques pour s’offrir de la visibilité tout restant légitime. Avoir une base importante de créations permet d’être plus facilement réactif le moment venu. 1 2 3
    65. 65. #2 GOOD BUZZ Découvrez nos 10 études de cas “Entreprises Conversationnelles” www.HUBinstitute.com 65 POUR PROFITER DE L’ANALYSE DE 10 “ENTREPRISES CONVERSATIONNELLES” www.hubinstitute.com/secti ons/hub-reports/
    66. 66. C- LA COMMUNAUTÉ QUI SE MOBILISE 966www.HUBinstitute.com
    67. 67. FORD LES FAITS : Ford fait la Fiesta sur le web pour promouvoir sa nouvelle voiture www.HUBinstitute.com 67 JOIN THE FORD MOUVEMENT
    68. 68. FORD LES CONSÉQUENCES : Le consomm’acteur comme ambassadeur www.HUBinstitute.com 68 Ces 100 ambassadeurs postent des vidéos de leur expérience sur les réseaux sociaux. 1 2 3 Ford s’assure 6 mois de campagne créée avec des influenceurs appréciés sur les réseaux sociaux. Ford laisse 100 ambassadeurs tester la nouvelle Ford Fiesta pendant 6 mois.
    69. 69. FORD NOS CONSEILS : Ne pas hésiter à laisser des ambassadeurs tester le produit et en parler www.HUBinstitute.com 69 Utiliser des influenceurs pour tester un produit permet de s’appuyer facilement sur leurs communautés. Les consommateurs sont devenus consomm’acteurs. Ils donnent leur avis sur le produit, donnez-leur le produit à commenter. Ne pas oublier qu’en cas de mauvaise expérience, il sera difficile de contrôler les avis. 1 2 3
    70. 70. #2 GOOD BUZZ Découvrez nos 10 études de cas “La Communauté se mobilise” www.HUBinstitute.com 70 POUR PROFITER DE L’ANALYSE DE 10 “COMMUNAUTÉ QUI SE MOBILISENT” www.hubinstitute.com/sec tions/hub-reports/
    71. 71. D- LES CÉLÉBRITÉS QUI ENGAGENT 971www.HUBinstitute.com
    72. 72. SEB LES FAITS : Oprah Winfrey offre à SEB la meilleure visibilité du siècle www.HUBinstitute.com 72 LE TWEET QUI VALAIT DES MILLIONS DE DOLLARS (EN REACH)
    73. 73. SEB LES CONSÉQUENCES : Du ROI immédiat sans investissement www.HUBinstitute.com 73 Le tweet d’Oprah est relayé de façon frénétique par les sociaunautes. 1 2 3 La friteuse devient un “meme” qui envahit la toile. L’indice boursier de la marque grimpe en flèche en un temps record.
    74. 74. SEB NOS CONSEILS : Surfer sur une bonne presse pour en optimiser les bénéfices www.HUBinstitute.com 74 Utiliser cette notoriété pour recruter et agrandir sa communauté. Utiliser cette visibilité pour mettre en avant la marque et les produits. Entretenir cette affiliation pour en péréniser les avantages. 1 2 3
    75. 75. #2 BAD BUZZ Découvrez nos 10 études de cas “Célébrités qui engagent” www.HUBinstitute.com 75 POUR PROFITER DE L’ANALYSE DE 10 “CÉLÉBRITÉS QUI ENGAGENT” www.hubinstitute.com/sec tions/hub-reports/
    76. 76. 4- NOS CONSEILS ET BONNES PRATIQUES GÉREZ AVEC EFFICACITÉ VOTRE E-REPUTATION 976www.HUBinstitute.com
    77. 77. www.HUBinstitute.com 77 [ Toujours prendre le temps de connaître son interlocuteur ] [ Être dans la conversation pour maitriser les besoins ] [La clé c’est la proximité et maîtrise totale de son sujet ] #1 NE PAS AVANCER DANS L’IGNORANCE Rien de pire pour un internaute que de se retrouver face à un community manager ignorant et mal renseigné.
    78. 78. www.HUBinstitute.com 78 [ Être Community Manager, c’est avant tout écouter ] [ Le Web Social est un formidable centre d’étude marketing ] [ C’est l’endroit idéal pour détecter très tôt un Bad Buzz ] #2 NE PAS SE CONTENTER DE DIALOGUER Le Community Management c’est aussi définir de nouveaux insights pour faire évoluer l’entreprise
    79. 79. #3 NE VIVEZ PAS EN TOTALE AUTARCIE Ne soyez pas autosuffisant, ouvrez-vous sur les autres pour stimuler votre équipe et vous inspirer www.HUBinstitute.com 79 [ Ne soyez pas autosuffisant, ouvrez-vous aux autres ] [ Ce que vous faites, d’autres CM le font et peut-être mieux ] [ Imprégniez vous des autres pratiques pour avancer ]
    80. 80. #4 FAITES PREUVE DE RÉACTIVITÉ Le web social continu de vivre, même quand vous n’êtes pas connecté www.HUBinstitute.com 80 [ Le temps réel prime sur les réseaux sociaux, acclimatez-vous ] [ Ce que vous faites d’autres CM le font et peut-être mieux ] [ Imprégniez vous des autres pratiques pour avancer ]
    81. 81. #5 N’AVANCEZ PAS AU JOUR LE JOUR Gérer sa Ereputation demande un vrai travail de réflexion en amont et un travail sur la durée Source image : http://www.wikihow.com/Relax www.HUBinstitute.com 81 [ Investissez dans la durée en définissant des KPIs ] [Pensez comme un média et instaurez une stratégie éditoriale ] [ Sachez quand même gérer les imprévus et improviser ]
    82. 82. NOS CONSEILS ET BONNES PRATIQUES DÉCOUVREZ LES 5 AUTRES CONSEILS POUR DEVENIR UN BON COMMUNITY MANAGER www.HUBinstitute.com 82 POUR DÉCOUVRIR TOUS NOS CONSEILS www.hubinstitute.com/sec tions/hub-reports/
    83. 83. 5- NOTRE MÉTHODE COMMENT OPTIMISER SON BUZZ MONITORING 983www.HUBinstitute.com
    84. 84. COMMENT GÉRER SA PRÉSENCE SUR LE WEB SOCIAL 5 étapes clés www.HUBinstitute.com 84 SURVEILLER VOTRE E-REPUTATION RÉDUIRE LES RISQUES DE BAD BUZZ S’ORGANISER AVANT LA CRISE PILOTER LA CRISE ANALYSER ET OPTIMISER AVANT LA PROCHAINE CRISE 1 2 3 4 5
    85. 85. COMMENT GÉRER SA PRÉSENCE SUR LE WEB SOCIAL Une méthodologie pour optimiser ses investissements www.HUBinstitute.com 85 POUR DÉCOUVRIR TOUTE LA MÉTHODOLOGIE www.hubinstitute.com/sec tions/hub-reports/
    86. 86. 6- NOS PRÉDICTIONS CE QUI VA CHANGER LE BUZZ MONITORING 86www.HUBinstitute.com
    87. 87. DÉCOUVREZ NOS PRÉDICTIONS POUR 2015 1- www.HUBinstitute.com 87 POUR DÉCOUVRIR TOUTE NOS PRÉDICTIONS www.hubinstitute.com/sec tions/hub-reports/
    88. 88. LA QUESTION À SE POSER… … ALORS ÊTES-VOUS PRÊTS ? 988www.HUBinstitute.com
    89. 89. ALLER PLUS LOIN SUR LE SUJET DE L’EREPUTATION Contactez-nous ! www.HUBinstitute.com 89 EREPUTATION SÉMINAIRE (EN ENTREPRISE ET ÉCOLES) WORKSHOP (RÉFLEXION ET EXPÉRIMENTATION) CONSULTING (Audit, Brainstorming, insights…)
    90. 90. HUB REVIEW BY HUB INSTITUTE Nos analyses et réflexions sur l’innovation et le marketing www.HUBinstitute.com 90 HUB REVIEW NOTRE MÉDIA SPÉCIALISÉ DANS L’INNOVATION DIGITALE ET LE MARKETING DIGITAL www.hubinstitute.com/review
    91. 91. NOTRE CATALOGUE DE REPORTS Une étude chaque mois pour approfondir une tendance clef www.HUBinstitute.com 91 HUB REPORTS NOS ÉTUDES MENSUELLES SUR LES TENDANCES DIGITALES www.hubinstitute.com/reports
    92. 92. DÉCOUVREZ NOS OUVRAGES Le “Guide de l’Influence” et le “ Guide la Communication Sans risque” www.HUBinstitute.com 92 HUB COLLECTION LES OUVRAGES DU HUB INSTITUTE http://www.hubinstitute.com/books
    93. 93. www.HUBinstitute.com 93 Abonnez-vous pour obtenir la version complète de nos Reports HUB REPORT E-REPUTATION Commandez votre HUB Report
    94. 94. CONTACTEZ-NOUS ! www.HUBinstitute.com 94 EMMANUEL VIVIER HUB Institute Co-Founder VINCENT PUREN HUB Institute Head of Content vincent.puren@hubinstitute.com @vincentpuren 51 rue François 1er, 75008 PARIS emmanuel.vivier@hubinstitute.com @emmanuelvivier 51 rue François 1er, 75008 PARIS

    ×